Navigation – Plan du site

Insignes du pouvoir et usages de cour à Versailles sous Louis XIV

Symbols of power and court tradition at Versailles under Louis XIV
Béatrix Saule

Résumés

Si la couronne, le sceptre ou la main de justice participent largement au décor du château, ils ne sont jamais réellement présents. En revanche, d’autres objets ou pièces de mobilier interviennent dans la vie quotidienne de la cour pour manifester le pouvoir royal ou marquer les dignités. Les uns viennent de temps anciens, les autres sont des innovations de Louis XIV. Comme ils sont trop nombreux pour être tous étudiés ici, il a été procédé à un choix dicté par le double souci d’apporter un éclairage nouveau sur des sujets étudiés par ailleurs et de présenter un échantillon qui illustre leur variété de forme et d’usage. Ainsi seront tour à tour étudiés trône, lit, nef, bâton, bougeoir et chapeau.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction du résumé : Alexandra Keens

Texte intégral

Fig. 1 Porte en bois doré ouvrant sur le palier de l’ancien escalier des Ambassadeurs, château de Versailles

Fig. 1 Porte en bois doré ouvrant sur le palier de l’ancien escalier des Ambassadeurs, château de Versailles

© Château de Versailles

1Disons‑le d’emblée, si la couronne, le sceptre ou la main de justice sont amplement représentés à Versailles, ornant grilles, portes, écoinçons des voûtes ou des croisées (fig. 1), ils n’étaient jamais réellement présents. Conservés à Saint‑Denis et ne servant qu’au sacre, ils étaient utilisés à Versailles comme emblèmes et non comme objets d’usage. En revanche, au cours d’études antérieures sur la table, sur la chambre ou encore sur les réceptions et plus généralement sur les usages à la cour de Louis XIV, certains objets ou certaines pièces de mobilier ont attiré notre attention soit par les marques de respect qu’ils exigeaient, soit par l’effet que leur présence engendrait. Pour certains, tels le trône ou le bâton, le lien avec le pouvoir est évident ; pour d’autres au contraire, leur fonction première n’a rien de commun avec l’exercice d’une quelconque autorité. Tel est le cas de la nef qui contenait tout bonnement les serviettes du roi lorsqu’il mangeait au Grand Couvert et que nous avons eu l’occasion d’analyser ailleurs, si bien que nous nous bornerons ici à en reprendre les caractéristiques en tant qu’objets de pouvoir ; tel est le cas également du lit et du chapeau.

2Voilà des sujets qui, de nos jours où les affirmations du pouvoir passent par d’autres moyens, peuvent paraître secondaires mais qui ne l’étaient pas aux yeux des contemporains car ils en connaissaient la signification profonde. Et même s’ils l’ignoraient, ils en ressentaient intuitivement la portée : « Ceux‑là s’abusent lourdement qui s’imaginent que ce ne sont là qu’affaires de cérémonie. », dictait Louis XIV au rédacteur de ses Mémoires.

« Les peuples (.. ) qui ne peuvent pénétrer le fond des choses, règlent d’ordinaire leurs jugements sur ce qu’ils voient au‑dehors, et le plus souvent sur les préséances et les rangs qu’ils règlent leur obéissance. »

3On sait que Louis XIV fut maître en la matière, dans cet « art de donner de l’importance à des riens », pour stimuler l’émulation entres les courtisans, et l’on pense, lorsqu’on a évoqué le fameux tabouret ou le non moins fameux bougeoir, avoir tout dit sur le mode d’exercice du pouvoir au sein de la cour.

4Or le système est beaucoup plus complexe, faisant leur part aux vieilles traditions de la monarchie française mais également aux innovations du souverain, se fondant sur les règlements du cérémonial et du protocole mais également sur les usages quotidiens – ce qu’on appellera plus tard l’étiquette –, eux‑mêmes souvent tributaires des besoins du service ou des contraintes du lieu et cédant parfois le pas aux simples règles de la civilité. C’est ce que nous nous proposons de montrer à l’aide des objets retenus dont nous allons tour à tour examiner ce qu’ils étaient concrètement, qui en avait l’usage et dans quelles circonstances, quelle autorité ils conféraient ou manifestaient.

Le trône

Fig. 2 Claude‑Guy Hallé, Réparation faite à Louis XIV par le doge de Gênes, le 15 mai 1685 (détail), 1710, château de Versailles, MV 2107

Fig. 2 Claude‑Guy Hallé, Réparation faite à Louis XIV par le doge de Gênes, le 15 mai 1685 (détail), 1710, château de Versailles, MV 2107

© Château de Versailles

5Le trône a valeur de contre‑exemple. Ce siège, qui aujourd’hui apparaît comme la marque du pouvoir par excellence, compte peu à Versailles où il n’est pas entouré de marques de respect. Il ne requiert ni salut, ni révérence. Les courtisans, non plus que le roi lui‑même, ne lui accordent l’importance à laquelle on pourrait s’attendre.

  • 1  Comptes des Bâtiments du Roi sous le règne de Louis XIV (1664-1715) (CBR), édités par Jules Guiffr (...)
  • 2  Inventaire général du Mobilier de la Couronne (IGMC), édité par Jules Guiffrey, Paris, 1885, tome  (...)
  • 3  IGMC, Paris, édité par Jules Guiffrey, 1885, tome II p. 324, 929, w576 [… et un grand fauteuil ext (...)
  • 4  Louis‑François de Bouschet, marquis de Sourches, Mémoires sur le règne de Louis XIV, Paris, éd. G‑ (...)
  • 5  Louis Nicolas Le Tonnelier, baron de Breteuil, Mémoires, éd. Evelyne Lever, Paris, François Bourin (...)

6Le terme même de trône est équivoque. Il désigne tantôt le siège, tantôt l’estrade, tantôt l’ensemble. La première fois où je l’ai trouvé désignant sans ambiguïté le siège, c’est en 1687 lorsque le sculpteur Collignon reçoit un paiement « pour les ouvrages faits à divers esquices et modèles pour le trône du Roy »1 ; mais on parle plus couramment de fauteuil, de grand fauteuil, de fauteuil extraordinaire, de grand fauteuil extraordinaire2 et surtout de chaise d’audience3. Le marquis de Sourches révèle sa gêne à utiliser le mot quand il écrit, à propos de l’ambassade du doge de Gênes : « …le Roi étoit assis dans une chaise d’argent en espèce de trône .»4 En effet, au début du règne, il arrive que le mot désigne l’estrade seule : on trouve mention d’un lit posé sur un trône, c’est‑à‑dire placé sur une estrade d’une marche. Et l’introducteur des ambassadeurs, Breteuil, consigne encore en 1715 à l’occasion, cette fois, de l’ambassade de Perse : « Le dauphin et tous les princes […] étaient sur le trône... », c’est‑à‑dire sur la plate‑forme, répétant pour la fin de l’audience : « …l’ambassadeur descendit du trône »5. A la fin du règne, toutefois, le terme s’applique communément au siège lui‑même, étant entendu qu’il suppose également l’usage d’une estrade (et parfois d’un dais, mais ce n’est pas toujours le cas).

7Quel était ce trône ? Pour la réception du doge de Gênes en 1685, c’était le trône d’argent que nous croyons connaître d’après la représentation qu’en fit Hallé (fig. 2). Mais, exécutée quelque vingt ans après la fonte du mobilier d’argent en 1689, cette image d’un trône surmonté d’une couronne royale, si elle restitue bien la monumentalité du siège, est en revanche pure invention du peintre.

Fig. 3 Dessiné par Jean Berain et gravé par Dolivar, La Galerie des Glaces avec le trône et le mobilier d’argent, aménagement pour l’ambassadeur du Siam en 1686 (détail), château de Versailles, inv. Grav. 111

Fig. 3 Dessiné par Jean Berain et gravé par Dolivar, La Galerie des Glaces avec le trône et le mobilier d’argent, aménagement pour l’ambassadeur du Siam en 1686 (détail), château de Versailles, inv. Grav. 111

© Château de Versailles

  • 6  Gravure de Dolivar, Mercure galant, décembre 1686 : un enfant porte une corbeille de fleurs et de (...)
  • 7  Médaille de Mauger : quatre enfants portent des corbeilles ; deux d’entre eux forment les pieds de (...)

8Au contraire, il faut prêter foi à celle de la gravure de Dolivar6 (fig. 3) corroborée par une médaille de Mauger7, qui illustre la description du Mercure de décembre 1682 :

« Un trône d’argent de huit pieds de haut [2,60m] (…) Quatre enfants portant des corbeilles de fleurs soutiennent le siège et le dossier qui sont garnis de velours cramoisi avec une campane d’or en relief. Sur le haut du cintre que forme le dossier, Apollon est en pied, ayant une couronne de laurier sur la tête et tenant sa lyre ; la Justice et la Force sont assises sur les deux tournants. ».

  • 8  Bibliothèque nationale de France (BnF), Cabinet des manuscrits : Mélanges Colbert (Mél. Colb.) n°3 (...)
  • 9  Archives nationales (Arch. nat.) : O1*3304, fol. 197 v°– 5 juillet 1669 (Journal du Garde‑Meuble d (...)

9Quatre enfants portant une corbeille de fleurs, Apollon et sa lyre, la Justice et la Force : on chercherait en vain une cohérence dans l’iconographie car ce trône est en réalité le produit d’un montage. Il résulte d’un remploi de figures d’argent qui étaient au garde‑meuble et qui ont été ainsi arrangées par Cucci. À la fin de l’année 1681 en effet, l’ébéniste des Gobelins reçoit un paiement récapitulatif pour réparations faites à diverses pièces d’argenterie parmi lesquelles « un grand fauteuil »8. Cette mention constitue, en dehors des paiements de la garniture d’étoffes différés en 1682, la seule trace de la réalisation de ce meuble extraordinaire. Et c’est normal puisque les figures existaient déjà : les quatre enfants aux corbeilles sur des dauphins – comme on les voit sur les deux illustrations (fig. 3 et médaille de Mauger) – avaient été livrés par Ballin en 1669 pour orner l’extraordinaire grotte du Petit Appartement du roi à Saint‑Germain9 qui venait de disparaître en 1680 lors des travaux d’agrandissement de cette résidence. Et les trois autres figures – l’Apollon, la Justice et la Force – étaient entrées, depuis plus longtemps encore, dans les collections royales puisqu’elles avaient été payées au premier quartier de 1664 à la dame Verbeckt. Enregistrées à l’Inventaire général du garde‑meuble sous les n° 309, 312 et 313, elles étaient ainsi décrites :

  • 10  IGMC, édité par Jules Guiffrey, tome I, p. 53.

« n° 309* – Une figure qui représente Apollon enveloppé d’une draperie tenant sa lire de la main gauche posé sur un piedestal d’argent carré pesant 39 m. 5 o. 0 g. / n° 312 – Une figure plus petite assise qui représente la Justice tenant d’une main une balance et de l’autre une espée, pesant 12 m. 0 o. 1 g. / n°313 – Une autre de mesme grandeur assise comme la précédente qui représente la Force tenant d’une main une massue et de l’autre un bâton de commandement pesant 14 m. 5 o. 0 g. »10.

  • 11  Arch. nat. : O1*3445, fol. 108 – inv. W 1708 (Garde‑Meuble aux écuries dans Inventaire des meubles
    (...)

10Si les allégories de la Justice et de la Force convenaient bien à un trône, l’on pourrait cependant s’étonner de l’absence d’emblèmes de la royauté. Mais une description des étoffes conservées au garde‑meuble de la Grande Écurie, après destruction du siège lors des fontes, nous indique que les chiffres couronnés et la devise du roi ornaient le dossier cintré et que le carreau du siège, pareillement orné « de riche broderie d’or relevée de chenillée rouge sur fond de broderie d’argent gauffré » était enrichi « d’une grande coquille et d’une fleur de lys enfermés de rinceaux de fleurs »11.

  • 12  Mss fr. 14 118, f° 91, « Les deux côtés de la galerie était remplis de grands vases d’argent, élev (...)
  • 13  Jean Dumont, Supplément au Corps universel diplomatique du droit des gens contenant l'Histoire des (...)
  • 14  Mémoires de Saint‑Simon, éd. A. de Boislisle, ss, XXXV, 1718, p. 327

11Bien que je lui aie ôté, par ces remarques mesquines, quelque peu de son lustre, ce trône d’argent de Louis XIV que Versailles connut donc de 1681 à 1689 demeure mythique. Ce fut le premier à y paraître car il n’y en eut pas tant que le château ne fut pas résidence officielle. Avant d’en voir l’usage, disons un mot sur ce qu’il y eut avant et après. Le premier trône apparut à Saint‑Germain, placé au fond de la galerie du Château neuf pour la réception de Soliman Aga, envoyé du sultan en 1669 : ce fut un coup d’essai. Le grand fauteuil de bois « très enrichi de sculpture » et argenté pour le prix considérable de 1000 L.12 était destiné aux Tuileries, dépendance du Louvre et siège du pouvoir, mais elles étaient alors en travaux. Il y eut en 1672 une autre livraison d’un grand fauteuil extraordinaire, toujours pour les Tuileries. Ensuite, après la disparition du trône d’argent, il n’y eut plus qu’un « fauteuil à l’ordinaire » comme le disait lui‑même Louis XIV, simple fauteuil de bois doré et cela pour les vingt‑cinq dernières années du règne13. Soulignons en passant que la reine n’en avait pas car « jamais reine de France n’a donné d’audience en cérémonie, sur une estrade, pas même sur un simple tapis de pied » comme le rappelle Saint‑Simon14 .

  • 15  Journal 013305 f°, du 5 novembre 1681 : « Faut recepte d’entrée de la garniture pour meubler le gr (...)
  • 16  Mercure galant, mai 1681, p. 229 : réception des ambassadeurs de Moscovie (... Le Roy qui l’avoit (...)
  • 17  Relations des assemblées faites à Versailles dans le grand appartement du Roi, pendant le carnaval (...)

12Le trône ne servait que très rarement puisque son usage était réservé aux réceptions d’ambassades lointaines, nous dirions aujourd’hui exotiques. À Versailles, il meublait le salon d’Apollon qui fut inauguré comme grand cabinet d’audience15 pour les envoyés du grand duc de Moscovie en mai 168116. Il y était posé sur une estrade d’une seule marche, couverte d’un tapis de perse et sous un dais. À l’ordinaire, le roi ne s’y asseyait jamais et même, lors des soirées d’appartement, d’aucuns purent le voir, comme l’abbé Bourdelot, « assis là sans façon »sur le bord de l’estrade où il y avait trois carreaux, se tournant à droite ou à gauche pour ordonner de la danse ou de la musique.17

  • 18  Louis Nicolas Le Tonnelier, baron de Breteuil, Mémoires, éd. Evelyne Lever, Paris, François Bourin (...)

13Il ne fut placé que trois fois dans la Grande Galerie, pour recevoir les satisfactions du doge de Gênes en 1685, pour les ambassadeurs siamois l’année suivante, et enfin en 1715 pour l’ambassadeur de Perse, « ambassadeur à qui la puissance de la France était entièrement inconnue [et qui] ne pouvait juger de la grandeur du monarque que par la magnificence extérieure qui lui frapperait les yeux »18. L’art de mettre en scène le pouvoir atteignait bien là un sommet. Imaginons l’ambassadeur découvrant, au tournant du salon de la Guerre, le spectacle de la galerie : au‑delà de sept épaisseurs de courtisans rangés sur les deux côtés, tout au fond, sur l’estrade du trône élevé de neuf marches, le roi et la famille royale aux habits chamarrés de pierres précieuses, scintillant comme un ostensoir…

Fig. 4 Chambre du Roi (état actuel)

Fig. 4 Chambre du Roi (état actuel)

© Château de Versailles

Le lit royal

14Cependant, dans la vie quotidienne de la cour, c’était le lit royal, et non le trône, qui était entouré d’égards : en l’absence du roi, un valet de chambre le gardait constamment, jour et nuit, afin que personne ne s’en approchât. Quand ils passaient devant lui, les seigneurs de la cour devaient le saluer, et les dames faire une grande révérence. Ce respect dû au lit royal s’étendait à toute la chambre dont la visite – puisque le tout‑venant était admis dans la chambre royale (fig. 4) en dehors de la présence du souverain – imposait un comportement digne du lieu : les huissiers devaient veiller à ce que personne ne se couvre, ne se peigne et ne s’asseye ; a fortiori on ne devait ni cracher, ni râper du tabac car on ne se « promenait » pas dans la chambre du roi.

15Cette importance accordée au lit était liée à la notion de « lit d’État », au fait que, depuis le Moyen Âge, le lit du roi était le siège du pouvoir royal. Il était placé dans la chambre de parement ou de parade, pièce publique où se traitaient les grandes affaires du royaume, tandis que le souverain disposait d’une autre chambre, privée, pour la nuit.

  • 19  Monique Chatenet, La Cour de France au XVIe, Paris, Picard, 2002, p. 147.

16À partir du XVIe siècle, selon une mode qui semble venir d’Italie comme l’a montré Monique Chatenet19, le lit fut protégé d’une barrière, dite balustrade ou balustre, qui sépara l’alcôve du reste de la pièce et qui parfois – c’était notamment le cas dans la chambre du roi au Louvre – était remplacée par une estrade. Ce lit était accompagné d’une chaise placée à l’intérieur du balustre ou sur l’estrade du lit, qui servait de siège sur lequel le roi accomplissait des actes de souveraineté et remplissait véritablement les fonctions d’un trône.

Fig. 5 Jean Mozin, Suite de l’Histoire du Roi, 3e série 7e pièce : « Audience accordée par le Roi au Cardinal Chigi, légat du pape à Fontainebleau le 29 juillet 1664 », d’après le carton de Saint‑André 1665‑1680, XVIIe siècle,château de Versailles, Vmb14189 ; GMTT981 ; V3847

Fig. 5 Jean Mozin, Suite de l’Histoire du Roi, 3e série 7e pièce : « Audience accordée par le Roi au Cardinal Chigi, légat du pape à Fontainebleau le 29 juillet 1664 », d’après le carton de Saint‑André 1665‑1680, XVIIe siècle,château de Versailles, Vmb14189 ; GMTT981 ; V3847

© Château de Versailles

17Où se trouvait ce lit à Versailles ? À partir de 1701, comme on le sait, à son emplacement actuel, au centre du château mais ce qui se passa auparavant explique qu’il ait revêtu là une valeur symbolique plus grande encore.

  • 20  Au nord du salon central jusqu’à la mort de la reine, date à laquelle elle se transporte au sud du (...)

18À Versailles, la première distribution du Grand Appartement du roi (qu’il occupa à partir de novembre 1673) correspondait au dispositif traditionnel avec chambre publique (alors le salon d’Apollon) et chambre de retraite (le salon de Saturne). Puis, dès 1680 ou 1681, on assiste à un double changement : d’une part le salon de Mercure remplace le salon d’Apollon comme chambre officielle, et d’autre part la chambre privée retourne dans la partie ancienne du château donnant sur la cour de Marbre, où elle allait d’ailleurs occuper divers emplacements20. Durant cette décennie 1690‑1700 qui voit les usages de cour se fixer à Versailles, après la fonte du balustre d’argent et par commodité pour donner plus d’espace aux soirées d’appartement qui s’y tenaient de la Toussaint à Pâques, on retira le lit du salon de Mercure qui, tout en conservant le nom de « chambre du lit », en perdit réellement le statut. Dès lors, le lit de la petite chambre devint lit d’État. Les révérences des dames qui, comme nous le dit le duc de Luynes, se faisaient auparavant devant le lit du salon de Mercure, lui revinrent, tandis que demeurant lit de la nuit, celui du corps du roi, il continua à être protégé par une garde permanente.

Fig. 6 Nicolas Coustou, chambre de Louis XIV, groupe en plâtre doré décorant le centre de l’alcôve « La France triomphante veillant sur le sommeil du Roi », 1701, château de Versailles

Fig. 6 Nicolas Coustou, chambre de Louis XIV, groupe en plâtre doré décorant le centre de l’alcôve « La France triomphante veillant sur le sommeil du Roi », 1701, château de Versailles

© Château de Versailles

19La sculpture que Coustou modela au‑dessus du lit royal, figurant « la France veillant sur le sommeil du roi » consacre cette double signification symbolique de lit d’État et de lit du corps.

20Sans entrer dans le détail de qui avait ou non le droit d’entrer dans cette espace privilégié qu’était l’intérieur du balustre, rappelons que c’était là que le roi recevait les ambassadeurs (autres qu’exotiques) en audience de cérémonie pour leur présentation, et au‑devant du balustre les souverains étrangers, les cours souveraines et les prestations de serment.

  • 21  Mémoires de Saint‑Simon, éd. Boislisle, tome XXVII, p. 381‑382.

21Cependant, à la mort du roi, par commodité en raison de l’affluence, le lit de trépas où fut exposé le corps après son embaumement fut dressé dans le salon de Mercure21. Toutefois, la proclamation de la continuité dynastique (« Le roi est mort, vive le roi ! ») se fit depuis le balcon de la cour de Marbre.

Fig. 7 René‑Antoine Houasse, La nef du salon de l’Abondance, XVIIe siècle, château de Versailles, inv 5374

Fig. 7 René‑Antoine Houasse, La nef du salon de l’Abondance, XVIIe siècle, château de Versailles, inv 5374

© Château de Versailles

La nef

  • 22  Usage qui tend à disparaître sous Louis XV (Luynes) et qui est définitivement abandonné sous Louis (...)

22Les égards que les règlements prescrivaient pour le lit royal n’étaient partagés que par la nef. Quand elle paraissait, elle aussi devait être constamment gardée et honorée par le salut des hommes et la révérence des dames22.

23Qu’est‑ce que la nef ? Un vaisseau d’orfèvrerie en forme de navire démâté, qui paraissait au repas public du roi. On connaît la grande nef de Louis XIV représentée à la voûte du salon de l’Abondance (œuvre de l’orfèvre Gravet réalisée avant 1670 probablement d’après un dessin de Le Brun, qui figure encore intacte dans les inventaires de 1791, mais dépouillée de ses pierres précieuses lors du vol des bijoux de la Couronne durant la Révolution, puis détruite sous le Directoire), qui ne servait guère, remplacée ordinairement par l’une des trois nefs plus modestes que l’on trouve dans l’Inventaire général des meubles de la Couronne.

24Quelle est l’origine de la nef ? Ancienne et incertaine. Ancienne, puisqu’elle existait dès le Moyen Âge, liée à la très vieille tradition du repas public. Incertaine, quant à sa forme que deux hypothèses tentent d’expliquer : s’agit‑il d’une référence au transport des épices qu’elle aurait contenues à l’origine, ou bien encore d’un présent de la ville de Paris dont elle est l’emblème ?

25Quoiqu’il en soit, c’était un symbole royal très fort. Un mémoire des gentilshommes servants rédigé en 1716 rappelait le fait qu’en 1674, dans les villes de Flandres qu’il venait de conquérir, Louis XIV avait tenu à manger en public avec la nef, affirmant ainsi qu’il était le souverain du lieu.

26Sous Louis XIV, ce qui était nouveau, c’était son usage ordinaire. Auparavant le repas public – et son cérémonial compliqué codifié par les règlements de Henri III – était rare, laissé à la discrétion du souverain qui le réservait plutôt aux jours de cérémonie. Cette habitude de manger tous les jours en public, le jeune Louis XIV l’adopta très tôt, au moins à partir de 1664, date à laquelle il décida que les jours ordinaires, par commodité, la nef ne serait plus posée sur sa propre table, mais à proximité, sur la table dite du prêt où les officiers servants faisaient l’essai, goûtant les plats et touchant d’une mouillette de pain les serviettes du roi que la nef contenait.

27En 1664, ces repas publics se tenaient au Louvre, plus tard ce fut à Saint‑Germain, puis à Versailles. Le roi dînait alors avec la reine (dont la nef était également présente), puis après la mort de celle‑ci en 1683, toujours dans l’antichambre de la Reine, mais désormais avec la Dauphine. Cependant les nombreuses indispositions de cette princesse allaient modifier les usages. Le roi prit alors l’habitude de dîner seul dans sa chambre, devant les hommes de la cour et sans la nef. Cette nouvelle forme de repas fut désignée à partir de 1686 sous le terme de « Petit Couvert ». Cinq ans plus tard, par opposition, apparut le terme de « Grand Couvert » qui désigna le repas public pris avec la famille royale, caractérisé formellement par la présence de deux objets : la nef et le bâton du maître d’Hôtel.

Le bâton

Fig. 8 Bâton de maître d’Hôtel du roi

Fig. 8 Bâton de maître d’Hôtel du roi

© Collection particulière

28Ce qui nous amène à parler d’un autre insigne du pouvoir, ou plus précisément d’une marque de commandement : le bâton. Avant de voir quels autres officiers le prenaient à la cour, restons sur celui du maître d’Hôtel. Un de ces bâtons a été présenté à l’exposition « Tables royales » à Versailles en 1993. Il s’agit d’un fin jonc d’1,30 m, en deux parties, gainé de velours, enchâssé en son milieu d’une large bague de vermeil fleurdelysée qui dissimule la vis, et sommé d’une fleur de lys de vermeil. Bâton de commandement, il désignait celui qui avait la direction effective du service des officiers de la Bouche au cours du repas. Habituellement il était pris par l’un des douze maîtres d’Hôtel servant par quartier ou par un ordinaire, rarement par le Premier maître d’Hôtel, et jamais par le Grand Maître (toujours le chef de la maison de Condé) qui ne prenait son beau bâton garni de diamants que pour le festin du sacre.

  • 23  Charles d’Albert, duc de Luynes, Mémoires du duc de Luynes sur la cour de Louis XV (1735‑1758), pu (...)

29Pourquoi le bâton n’apparaissait‑il qu’au Grand Couvert alors que les mêmes officiers de Bouche – autrement dit l’Hôtel, et non la Chambre – assuraient le service au Grand comme au Petit Couvert ? Parce que, pour ce dernier repas, le Grand chambellan – ou, en son absence le Premier gentilhomme de la Chambre – avait conservé le service immédiat du roi23 ; et surtout le maître d’Hôtel ne portait pas son bâton au Petit Couvert, car il ne pouvait afficher l’autorité de l’Hôtel dans la chambre du souverain alors qu’il le pouvait dans l’antichambre, laquelle échappait le temps du repas à l’autorité du chambellan.

30La présence du bâton marquait ainsi le changement de statut de la pièce : selon le jargon de cour, l’antichambre était alors « réputée salle ». C’est ce qu’explique Godefroy :

« L’Antichambre où le Roi mange ordinairement à son Grand Couvert, et sans la nef sur la table, devient Sale; et les huissiers s’emparent de la porte sous les ordres du Grand‑Maître, avec des gardes commandés à cet effet. Le capitaine des Gardes du corps, en quartier, commande alors dans cette sale, et ordonne quatorze Gardes pour rester en haye, la carabine sur l’épaule, sept de chaque côté devant la Table de Sa Majesté. Un autre garde est posé en sentinelle près de la Nef. »

31Si les bâtons des grands officiers de la Couronne, tout comme ceux des maréchaux des logis et ceux des hérauts d’armes, n’intervenaient pas dans la vie quotidienne de la cour à Versailles (sauf, pour ces derniers, lors de l’exposition du corps d’un prince défunt), en revanche celui du capitaine des Gardes revêtait une importance considérable. Bien que maréchaux et ducs, leurs détenteurs, les quatre capitaines des quatre compagnies des Gardes du corps servant par quartier, y étaient très attachés car, outre le commandement des gardes, le bâton leur concédait la privance du roi qu’il ne devait pas quitter des yeux.

Fig. 9 Antoine Pezey, Louis XIV reçoit le serment de Dangeau, le 18 décembre 1695, XVIIe siècle, château de Versailles, MV 164

Fig. 9 Antoine Pezey, Louis XIV reçoit le serment de Dangeau, le 18 décembre 1695, XVIIe siècle, château de Versailles, MV 164

© Château de Versailles

  • 24  Par délégation, les officiers jusqu’aux exempts.

32Quel était ce bâton ? On le voit sur la peinture représentant la Réception de Dangeau comme grand‑maître de l’ordre de Saint‑Lazare et du Mont‑Carmel, porté par l’officier qui se tient debout derrière le roi : il s’apparente à une canne au pommeau et embout d’une autre matière que l’on ne parvient pas à distinguer. Ce bâton, que chacun se faisait faire à son entrée en charge (comme d’ailleurs tous les bâtons qui devaient en principe être jetés dans le caveau du prince défunt mais auxquels étaient parfois substitués des simulacres en bois doré), était remis lors de la prestation de serment. À l’entrée en quartier, le premier jour de chaque trimestre, avait lieu la passation symbolique du bâton de celui qui le quittait à celui qui le prenait ; pour les capitaines des Gardes, cette passation se faisait à la sortie de la messe du roi, à la porte de la chapelle. Dès lors, c’était à ce capitaine qui tenait le bâton, et à aucun de ses trois collègues, qu’obéissaient les gardes des détachements des quatre compagnies (même s’ils n’appartenaient pas à la sienne, qui portait son nom)24 ; en raison de l’assiduité que cette charge requérait auprès du roi, lesautres officiers des gardes en service, jusqu’aux exempts, l’avaient aussi. Pour exercer son commandement, celui qui tenait le bâton le levait et donnait l’ordre tout haut.

  • 25  Pierre‑Jean‑Jacques‑Guillaume Guyot, Traité des droits, fonctions, franchises, exemptions, préroga (...)

33Les maîtres des cérémonies (Grand‑Maître, maître ou aide) avaient également un bâton, couvert de velours noir, à bout et pommeau d’ivoire. Il leur permettait, lors des cérémonies, de requérir « l’aide des gardes et forces de la Maison du roi pour maintenir le bon ordre »25.

34Ainsi le bâton apparaît‑il comme l’instrument d’un commandement lié à l’exercice d’une charge et qui, pour les raisons du service, pouvait être délégué en cascade. On peut encore en voir une forme, la plus modeste, dans les baguettes des huissiers (huissiers de salle et huissiers de la chambre faisant régner l’ordre), à l’opposé de la forme souveraine du sceptre qui, comme on l’a dit, n’était jamais à Versailles ; quant à la canne de roseau du roi – celle qu’il cassa sur le dos d’un pauvre serdeau – elle n’avait aucune charge symbolique.

35Pour terminer, à la marge du thème de ce colloque, nous nous intéresserons à deux objets (on pourrait prendre d’autres exemples, mais ceux‑là comptaient beaucoup à Versailles) qui montrent l’un comment Louis XIV pouvait transformer l’objet le plus humble en objet de pouvoir, l’autre comment l’usage d’une marque de dignité pouvait osciller entre cérémonial et civilité : il s’agit du bougeoir et du chapeau.

Le bougeoir

36Le fameux bougeoir était en vermeil et à deux bobèches (particularité soulignée par les contemporains, il n’en était pas ainsi chez la reine et chez les princes). Chaque jour, au début du Grand Coucher, après les premières prières, le Grand chambellan, le Premier gentilhomme de la Chambre (ou en leur absence, le Premier valet de chambre) demandait au roi à qui il voulait donner le bougeoir. Le roi parcourait des yeux l’assistance et nommait celui qui le tiendrait jusqu’à la fin du Grand Coucher. En apparence rien de plus simple et cependant quelle affirmation d’autorité, car le roi était attentif à ne désigner pour ce rôle, qui chez un particulier était tenu par le valet, qu’un grand personnage (ambassadeur ou duc et au‑dessus) ; et celui‑ci s’en estimait honoré parce que cela venait du roi et se faisait aux yeux de la cour qui convoitait cet honneur.

37On pourrait assimiler cette cérémonie du bougeoir à un service d’honneur tel que la présentation de la chemise lors du lever ou celle de la serviette lors des repas mais ces tâches revenaient de droit au personnage présent du rang le plus élevé – il s’agissait de marques de dignité – alors que la remise du bougeoir ne dépendait que du bon vouloir du souverain. C’était une marque de faveur, et l’objet devenait instrument de pouvoir.

Fig. 10 Le superbe repas donné par le roy aux princes et princesses de sa cour pour l’heureux mariage du duc de Berry avec Mlle d’Orléans célébré à Versailles le 6 juillet 1710, Almanach pour l’année 1711

Fig. 10 Le superbe repas donné par le roy aux princes et princesses de sa cour pour l’heureux mariage du duc de Berry avec Mlle d’Orléans célébré à Versailles le 6 juillet 1710, Almanach pour l’année 1711

© Château de Versailles

Le chapeau

  • 26  Madame de Genlis, De l’esprit des étiquettes, Mercure de France, 1996, p. 52.
  • 27  Mémoires de Saint‑Simon, éd. Boislisle, tome VI, 1699, p. 416.

38Pas plus que le sceptre, la couronne n’était d’usage, laissant la voie libre à un autre couvre‑chef : le chapeau. Ce n’était pas vraiment un insigne de pouvoir, plutôt une marque de dignité, que chacun se devait de posséder (seul un infirme comme Courcillon en était dispensé). Mais se couvrir ou se découvrir était une question délicate, et de plus, pour nous, compliquée par une iconographie trompeuse. Ainsi voyons‑nous au festin du mariage du duc de Berry, Louis XIV représenté chapeau en tête et sous un dais, ce qui était pure convention car en l’occurrence, aucun dais n’avait été dressé dans l’antichambre de l’Oeil‑de‑Bœuf et le roi était toujours découvert à table. Mais l’image que le graveur se faisait de la majesté l’exigeait sans doute. À l’inverse, il était communément admis que se découvrir était une marque de respect que d’ailleurs, Mme de Genlis, se piquant d’érudition dans son traité De l’esprit de l’étiquette faisait remonter « à l’Antiquité et aux sacrifices offerts à Hercule où il était spécialement défendu d’avoir la tête voilée »26. Mais, sans rechercher si loin, quel était donc l’usage à la cour de France ? « Anciennement, écrit Saint‑Simon, qui, comme l’on sait eut plusieurs occasions de s’intéresser à la question, tout le monde était couvert devant nos rois »27. Puis, de façon imperceptible, l’usage commença à changer, à partir du règne de Louis XII selon Sainctot, avec l’évolution de la mode, l’abandon du chaperon (qui était difficile à ôter) puis le passage au bonnet, à la toque et au chapeau. Finalement, ce fut sous Henri III qu’être nu tête en présence du roi, lui‑même couvert, s’imposa.

39À Versailles, comme d’ailleurs dans les autres maisons royales, Louis XIV (dont le chapeau bordé de point d’Espagne était orné d’un bouton de diamant et d’un plumet blanc) était à l’ordinaire découvert à l’intérieur et couvert à l’extérieur, et l’on devait se découvrir devant lui. Mais cette règle d’étiquette souffrait des exceptions qui tenaient au cérémonial, au protocole et même aux règles de civilité.

40Pour les cérémonies qui se tenaient à Versailles, et particulièrement pour celles du Saint‑Esprit, tous les chevaliers étaient couverts aux chapîtres et aux festins de l’Ordre ; pour les prestations de serment, le roi était couvert tandis que l’impétrant, comme dans le serment de fidélité du vassal prêtant hommage à son seigneur, se dépouillait de ses marques de dignité, c’est‑à‑dire de son épée et de son chapeau (qui, entre parenthèses, étaient pris par un valet de chambre, puis rendus, contre la somme non négligeable de 7 à 8 000 L. !).

Fig. 11 François Marot, Première promotion des chevaliers de l’ordre de Saint‑Louis par Louis XIV à Versailles le 10 mai 1693, 1710, château de Versailles, MV 2149

Fig. 11 François Marot, Première promotion des chevaliers de l’ordre de Saint‑Louis par Louis XIV à Versailles le 10 mai 1693, 1710, château de Versailles, MV 2149

© Château de Versailles

  • 28  Cérémonial français recueilly par Théodore Godefroy et mis en lumière par Denys Godefroy, advocat (...)

41Quant au protocole utilisé pour la réception des princes ou des ambassadeurs, « parler au roi couvert ou découvert »28 constituait l’une des dix‑neuf marques d’honneur retenues dans le Cérémonial français de Godefroy. Le roi lui‑même était chapeau en tête s’il recevait un souverain ou un représentant. Les princes le coiffaient pour les représentants, marquant ainsi leur supériorité, mais non pour les souverains, ce qui faisait qu’ils s’abstenaient alors de paraître.

Fig. 12 Louis Silvestre, Louis XIV reçoit à Fontainebleau le Prince électeur de Saxe Frédéric Auguste le 27 septembre 1714, château de Versailles, MV 4344

Fig. 12 Louis Silvestre, Louis XIV reçoit à Fontainebleau le Prince électeur de Saxe Frédéric Auguste le 27 septembre 1714, château de Versailles, MV 4344

© Château de Versailles

42Mais si le prince étranger était incognito, et pour respecter cet incognito, le roi et tous les assistants étaient nu‑tête. Il en avait été décidé de même pour la réception des ambassadeurs qui portaient un turban, qu’ils n’ôtaient jamais, car l’adresse de compliments officiels donnait lieu à tout un jeu de chapeau qu’on enlevait et qu’on remettait.

43Si l’étiquette voulait que l’on fût découvert en présence du roi, elle l’exigeait également, en son absence, dans la chambre du Roi, comme nous l’avons vu, mais également dans la pièce où était disposé son couvert. Courtin, dans son Nouveau traité de civilité de 1671, prévenait ainsi son lecteur :

« C’est s’exposer à un affront que d’avoir son chapeau sur la tête, dans la chambre où on a mis le couvert du Roy, ou de la Reine ; & même il faut se découvrir lorsque les officiers portent la nef et le couvert, & passent devant vous. »

  • 29  Antoine de Courtin, Nouveau traité de la civilité qui se pratique en France parmi les honnêtes‑gen (...)

44Car les règles de la civilité intervenaient encore sur l’usage du chapeau. Elles prescrivaient « d’avoir la tête nüe dans les sales & dans les antichambres », ce qui devait être généralement suivi à la cour. Elles prescrivaient également d’en être coiffé à table, usage exclusivement français, qui était observé à la table des princes mais non à celle du roi, sauf à l’armée où lui‑même était découvert, contrairement aux officiers qu’il traitait, ce qui ne s’explique pas. Elles prescrivaient encore que si vous étiez couvert vous‑même, vous deviez faire couvrir la personne avec laquelle vous parliez, « quand elle seroit de beaucoup votre inférieure, si elle n’est pas dans votre dépendance »29.

Fig. 13 Pierre‑Denis Martin, Vue du bosquet des Bains d’Apollon dans les jardins de Versailles, 1713, château de Versailles, MV 759

Fig. 13 Pierre‑Denis Martin, Vue du bosquet des Bains d’Apollon dans les jardins de Versailles, 1713, château de Versailles, MV 759

© Château de Versailles

Fig. 14 Pierre‑Denis Martin, Vue du bosquet des Bains d’Apollon dans les jardins de Versailles (détail), 1713, château de Versailles, MV 759

Fig. 14 Pierre‑Denis Martin, Vue du bosquet des Bains d’Apollon dans les jardins de Versailles (détail), 1713, château de Versailles, MV 759

© Château de Versailles

45C’est ainsi que par courtoisie, Louis XIV, se considérant comme un simple particulier à Marly, autorisait tout ceux qui le suivaient à la promenade à se couvrir (« Messieurs, le chapeau !»), bien qu’ils fussent dans sa dépendance ; tout comme à l’extérieur, il se découvrait devant toute femme, jusqu’à la moindre servante. Imitant en cela son grand‑père, Philippe V choqua beaucoup les Espagnols pour lesquels « la couverture » était, comme l’on sait, si importante. Et à Vienne, le couvre‑chef impérial bénéficiait d’égards particuliers : une table, dénommée « la table du chapeau », était destinée à le recevoir lorsque le souverain le quittait.

46Ceci nous amène en conclusion à évoquer ce que l’on peut connaître des pratiques de ce genre en usage dans les autres cours d’Europe. Nulle part, semble‑t‑il, le lit, et par extension la chambre, ne jouissent de la même prééminence ; le trône en revanche paraît généralement plus présent. La nef n’est adoptée que par la cour si francisée de Savoie‑Piémont ; elle trouve certes son pendant à Vienne avec la salière mais la présence de celle‑ci est beaucoup moins affirmée car elle n’apparaît que dans les grandes occasions. Le rôle du bâton lié au changement de statut des pièces est un aspect très particulier de la mécanique de cour à Versailles. Quant à la cérémonie du bougeoir, si spécifiquement versaillaise, on ne le retrouve guère que chez le baron de Charlus, ainsi que me le rappelait il y a deux jours à peine maître Damien que vous entendrez demain…

Haut de page

Notes

1  Comptes des Bâtiments du Roi sous le règne de Louis XIV (1664-1715) (CBR), édités par Jules Guiffrey, Paris, Imprimerie Nationale, Collection de Documents inédits sur l’histoire de France, 1881‑1901, 5 vol., tome II, col. 1172, 6 avril 1687 : « Versailles et autres maisons royales/sculpture : 6 avril : au Sr Silvestre Bosc, pour la somme qu’il a payée au nommé Collignon, sculpteur, pour les ouvrages faits à divers esquices et modèles pour le trône du Roy, y compris 150 L; pour frais par luy faits pour porter lesd. modèles à Versailles 1410 L. ». Silvestre Bosc est un marchand joaillier qui fournit manuscrits, vases d’agates, médailles pour les collections royales.

2  Inventaire général du Mobilier de la Couronne (IGMC), édité par Jules Guiffrey, Paris, 1885, tome II, p. 324, n°929, w576 : « Un emmeublement de velours rouge cramoisy, chamarré d’un large passement d’or de Paris, consistant en un daiz, deux fauteuils, deux carreaux, douze sièges pliants, un escran, deux portières, et un grand fauteuil extraordinaire, avec une tapisserie garnie seulement de mollet d’or. Ledit daiz composé du fonds de la queue et de sept pantes garnies de grandes crespines d’or de Paris ; le tout chamarré par lez et demy lez dudit large passement d’or… ».

3  IGMC, Paris, édité par Jules Guiffrey, 1885, tome II p. 324, 929, w576 [… et un grand fauteuil extraordinaire]. Chaise d’audience (Mercure Galant, été 1682). Trône d’argent (Mercure galant, décembre 1682, p.13).

4  Louis‑François de Bouschet, marquis de Sourches, Mémoires sur le règne de Louis XIV, Paris, éd. G‑J. de Cosnac et A. Bertrand, 1882‑1893, 13 vol, p. 220, le 15 mai 1685.

5  Louis Nicolas Le Tonnelier, baron de Breteuil, Mémoires, éd. Evelyne Lever, Paris, François Bourin, 1992, p. 132.

6  Gravure de Dolivar, Mercure galant, décembre 1686 : un enfant porte une corbeille de fleurs et de fruits, assis sur des dauphins ; deux figures sont allongées sur les tournants et une figure se tient debout en haut du cintre.

7  Médaille de Mauger : quatre enfants portent des corbeilles ; deux d’entre eux forment les pieds de devant sur un dauphin ; deux figures sont assises.

8  Bibliothèque nationale de France (BnF), Cabinet des manuscrits : Mélanges Colbert (Mél. Colb.) n°307, fol. 36 r°, derniers six mois 1681 (paiement relatif à des fournitures pour Versailles) : « à Cuccy, ébéniste 262 L. tant pour l’architecture en bois d’un chapiteau d’orgue de l’antichambre de la Reyne, (....) que pour 36 journées de luy et de ses garçons qui ont travaillé à nettoyer et raccomoder 4 grands cabinets, la pyramide où sont renfermez les filigranes, un grand fauteuil, et un guéridon de cuivre et trois grands chandeliers ou il a fourni plusieurs visses et ressorts ».

9  Archives nationales (Arch. nat.) : O1*3304, fol. 197 v°– 5 juillet 1669 (Journal du Garde‑Meuble de la Couronne). Journal 01* 3304 f° 197 v°– du 5 juillet 1669 : « apporté par le sieur Ballain 4 figures de Cupidon d’argent portant des paniers de fleurs et de fruits pesant ... 699 m[arcs] 3 o[nces] 2 g[ros] » enregistrés sous les n° 799‑802* de L’inventaire général du Mobilier de la Couronne : « Quatre figures de Cupidon avec leurs arc et leur carquois assis sur des dauphins portant des paniers de fleurs et fruits sur leur testes, avec leurs pieds d’estaux carrez ciselez de gouttes d’eau en forme de rustiques, haults de 2 pieds 10 pouces, pesans 699 m[arcs] 3 o[nces] 2 g[ros] » (Guiffrey I, p. 84) et B. Saule, « Décor et ameublement des appartements royaux » in cat. exp. Saint‑Germain‑en‑Laye, Chapelle du château, Louis XIV à Saint‑Germain, 24 sept.‑27 nov. 1988, p. 127

10  IGMC, édité par Jules Guiffrey, tome I, p. 53.

11  Arch. nat. : O1*3445, fol. 108 – inv. W 1708 (Garde‑Meuble aux écuries dans Inventaire des meubles de Versailles en 1708) : « Les étoffes du siège du trône de riche broderie d’or relevée de chenillée rouge sur fond de broderie d’argent gauffré consistant en un dossier cintré représentant les chiffres et la devise du Roy, les deux côtés brodés d’une grande coquille cornes d’abondance d’où sortent de fleurs et fruits de chenille au naturel, palmes et cassolettes hault de 5 pieds 4 pouces [1,73] sur 21 pouces de large [0,569], garni par bas de riche campanne d’or, le carreau de plume et coutil couvert par dessus et les côtés seulement de ladite broderie, représentant une grande coquille et une fleur de lis enfermés de rinceaux de fleurs de chenille au naturel garni par devant de 2 rangs de campanne et 2 morceaus de ladite campane à chaque côté ».
CBR, tome II, col. 209, année 1682 Versailles/paiements par ordonnance : « à eux [Bonnemer et Le Moyne, peintres, le 9 août ] pour idem [ouvrages] aux desseins du fauteuil, dais et sièges plians du Roy 350 L. ».

12  Mss fr. 14 118, f° 91, « Les deux côtés de la galerie était remplis de grands vases d’argent, élevés sur des piédestaux aussi d’argent, au bout de la galerie était un trône élevé sur huit marches, ornées de pareils vases et caisses d’argent dont le prix était de plus de vingt millions ».

13  Jean Dumont, Supplément au Corps universel diplomatique du droit des gens contenant l'Histoire des anciens traitez... recueilli en partie par M. Du Mont, mis en ordre et considérablement augmenté par M. Rousset, 1739, 5 vol. : « Le trône étoit d’un bois doré, sculpté à jour, surhaussé de deux génies tenans une couronne, le dossier étoit d’une étoffe à fond d’or sur laquelle brilloit un grand soleil à rayons, enrichi d’une quantité prodigieuse de pierreris et de Perles d’une richesse infinie. Le socle di Trône doré étoit sur un beau tapis de perse qui descendoit jusqu’au bas de l’estrade. ».

14  Mémoires de Saint‑Simon, éd. A. de Boislisle, ss, XXXV, 1718, p. 327

15  Journal 013305 f°, du 5 novembre 1681 : « Faut recepte d’entrée de la garniture pour meubler le grand cabinet d’audience à Versailles consistant en ce qui suit : un grand dais de velours cramoisy....[pas le grand fauteuil]. »

16  Mercure galant, mai 1681, p. 229 : réception des ambassadeurs de Moscovie (... Le Roy qui l’avoit remise [l’audience] à l’issue de son conseil ordonna à M. le duc de Saint‑Aignan , premier gentilhomme de sa Chambre pour lors en année, de laisser remplir les Grands Appartements qui devoient servir de passage aux Moscovites, de toutes les personnes de qualité qui s’offriroient à l’exception de la Chambre de l’Audience qu’il voulût qu’on laissât vuide jusqu’à ce qu’il fust entré. On exécuta cet ordre ponctuellement et le respect ayant retenu les plus considérables de la Cour qui ne présentèrent pas mesme à la Porte de cette Chambre, quoyqu’ils la vissent ouvertes, le Roy n’y trouva que Monseigneur le Dauphin et M. le duc de Saint‑Aignan lorsqu’il s’y rendit par un degré dégagé. Sa majesté témoigna à ce Duc qu’il pouvoit laisser entrer, et se plaça dans un Trône d’argent orné de plusieurs grandes figures de mesme matière. Le tapis de pied estoit de Perse à fond d’or ; et le carreau, le dais et les meubles de la Chambre de velours vert en broderie d’or. La Tapisserie estoit aussi de verdure parce que le vert fait une nuance agréable avec l’argent ».

17  Relations des assemblées faites à Versailles dans le grand appartement du Roi, pendant le carnaval de l’an 1683…, Paris, Pierre Cottard, 1683 (attribué à l’abbé Bourdelot).

18  Louis Nicolas Le Tonnelier, baron de Breteuil, Mémoires, éd. Evelyne Lever, Paris, François Bourin, p. 106 au sujet de l’ambassade de Perse (1715) : « Je pris aussi ordre pour l’audience et représentai à Sa majesté que cet ambassadeur venant de la part du plus magnifique souverain de l’Orient, l’Empereur du plus ancien empire du monde, je croyais qu’il convenait que sa majesté fit élever un trône au bout de sa galerie comme Elle avait fait pour recevoir les satisfactions du doge de Gênes et même pour les ambassadeurs du roi de Siam, prince infiniment moins puissant et moins considérable que le roi de perse ; qu’un ambassadeur à qui la puissance de la France était entièrement inconnue ne pouvait juger de la grandeur du monarque que par la magnificence extérieure qui lui frapperait les yeux ; qu’il convenait encore que Sa majesté parût avec toutes les pierreries de sa couronne, et ordonnât à sa cour d’être magnifiquement tenue. Je fus éconduit sur l’une et sur l’autre de ces propositions, car Sa majesté me dit qu’elle recevrait simplement l’ambassadeur dans la chambre de son appartement qu’on appelle du trône, où il n’y a qu’une estrade d’une seule marche et un fauteuil à l’ordinaire ; qu’aussi bien son trône ne pouvait être à beaucoup près aussi magnifique que du temps du doge et des Siamois, la nombreuse argenterie la mieux travaillée qui fût au monde, et qui parut pour lors son trône ayant été fondue pour les nécessités de la guerre en 1689 ».

19  Monique Chatenet, La Cour de France au XVIe, Paris, Picard, 2002, p. 147.

20  Au nord du salon central jusqu’à la mort de la reine, date à laquelle elle se transporte au sud du salon.

21  Mémoires de Saint‑Simon, éd. Boislisle, tome XXVII, p. 381‑382.

22  Usage qui tend à disparaître sous Louis XV (Luynes) et qui est définitivement abandonné sous Louis XVI (Genlis et Hézecques).

23  Charles d’Albert, duc de Luynes, Mémoires du duc de Luynes sur la cour de Louis XV (1735‑1758), publiés par Louis Dussieux et Eurod Soulié, Paris, Firmin‑Didot, 1860‑1865, 17 vol., tome X, p. 219, Février 1750 : « Au petit couvert du Roi ses grands officiers, grand chambellan, gentilhomme de la chambre, etc..., reçoivent les plats des officiers de la bouche et les mettent sur la table du Roi ; ils desservent aussi, et remettent les plats à ceux qui les ont présentés. Ils reçoivent de même la soucoupe et les assiettes des officiers du gobelet et les leur remettent ».

24  Par délégation, les officiers jusqu’aux exempts.

25  Pierre‑Jean‑Jacques‑Guillaume Guyot, Traité des droits, fonctions, franchises, exemptions, prérogatives et privilèges annexés en France à chaque Dignité, à chaque Office & à chaque État, soit Civil, soit Militaire, soit Ecclésiastique, Paris, Visse, 1786‑1788, 4 vol., tome I, p. 603.

26  Madame de Genlis, De l’esprit des étiquettes, Mercure de France, 1996, p. 52.

27  Mémoires de Saint‑Simon, éd. Boislisle, tome VI, 1699, p. 416.

28  Cérémonial français recueilly par Théodore Godefroy et mis en lumière par Denys Godefroy, advocat au Parlement et Historiographe du Roy, Paris, 1649, tome IV, p. 771, cité par L. Bély, La Société des princes, Paris Fayard, 1999, p. 407.

29  Antoine de Courtin, Nouveau traité de la civilité qui se pratique en France parmi les honnêtes‑gens, Paris, 1671, p. 47‑48.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Porte en bois doré ouvrant sur le palier de l’ancien escalier des Ambassadeurs, château de Versailles
Légende © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/132/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 2 Claude‑Guy Hallé, Réparation faite à Louis XIV par le doge de Gênes, le 15 mai 1685 (détail), 1710, château de Versailles, MV 2107
Légende © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/132/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 3 Dessiné par Jean Berain et gravé par Dolivar, La Galerie des Glaces avec le trône et le mobilier d’argent, aménagement pour l’ambassadeur du Siam en 1686 (détail), château de Versailles, inv. Grav. 111
Légende © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/132/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 4 Chambre du Roi (état actuel)
Légende © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/132/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 5 Jean Mozin, Suite de l’Histoire du Roi, 3e série 7e pièce : « Audience accordée par le Roi au Cardinal Chigi, légat du pape à Fontainebleau le 29 juillet 1664 », d’après le carton de Saint‑André 1665‑1680, XVIIe siècle,château de Versailles, Vmb14189 ; GMTT981 ; V3847
Légende © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/132/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 6 Nicolas Coustou, chambre de Louis XIV, groupe en plâtre doré décorant le centre de l’alcôve « La France triomphante veillant sur le sommeil du Roi », 1701, château de Versailles
Légende © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/132/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 7 René‑Antoine Houasse, La nef du salon de l’Abondance, XVIIe siècle, château de Versailles, inv 5374
Légende © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/132/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 8 Bâton de maître d’Hôtel du roi
Légende © Collection particulière
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/132/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 9 Antoine Pezey, Louis XIV reçoit le serment de Dangeau, le 18 décembre 1695, XVIIe siècle, château de Versailles, MV 164
Légende © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/132/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 10 Le superbe repas donné par le roy aux princes et princesses de sa cour pour l’heureux mariage du duc de Berry avec Mlle d’Orléans célébré à Versailles le 6 juillet 1710, Almanach pour l’année 1711
Légende © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/132/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 11 François Marot, Première promotion des chevaliers de l’ordre de Saint‑Louis par Louis XIV à Versailles le 10 mai 1693, 1710, château de Versailles, MV 2149
Légende © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/132/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 12 Louis Silvestre, Louis XIV reçoit à Fontainebleau le Prince électeur de Saxe Frédéric Auguste le 27 septembre 1714, château de Versailles, MV 4344
Légende © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/132/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 13 Pierre‑Denis Martin, Vue du bosquet des Bains d’Apollon dans les jardins de Versailles, 1713, château de Versailles, MV 759
Légende © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/132/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 14 Pierre‑Denis Martin, Vue du bosquet des Bains d’Apollon dans les jardins de Versailles (détail), 1713, château de Versailles, MV 759
Légende © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/132/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrix Saule, « Insignes du pouvoir et usages de cour à Versailles sous Louis XIV », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 05 janvier 2007, consulté le 22 juillet 2014. URL : http://crcv.revues.org/132 ; DOI : 10.4000/crcv.132

Haut de page

Auteur

Béatrix Saule

Conservateur en chef au château de Versailles depuis 1975, Béatrix Saule en dirige actuellement le Centre de recherche dont le champ d’études est principalement axé sur la civilisation de cour en Europe aux XVIIe et XVIIIe siècles. Ceci s’inscrit dans la suite de ses travaux, publications et expositions sur Versailles et sur d’autres cours. Elle anime depuis 1996 le Réseau des résidences royales européennes (http://www.europeanroyalresidences.com/)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org