Navigation – Plan du site
2015

André Cornu et la sauvegarde de Versailles

André Cornu and the safeguarding of Versailles
Églantine Pasquier

Résumés

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le domaine de Versailles se trouve dans un état critique ; le montant des travaux à effectuer pour le sauver de la ruine est estimé à cinq milliards de francs. En 1952, André Cornu, secrétaire d’État aux Beaux-Arts, lance une souscription nationale par un appel radio et fonde un Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, chargé de trouver les ressources nécessaires à sa restauration. Des comités départementaux sont créés et, parallèlement, une action est menée auprès du gouvernement pour obtenir des crédits budgétaires. Le succès de ces actions permet de commencer les travaux, organisés en un plan quinquennal. Ils concernent principalement les services d’architecture, chargés du « clos et du couvert », mais les services de conservation profitent aussi des retombées médiatiques et financières de cette campagne pour commencer les restitutions intérieures et le remeublement du château. Cette période, appelée « sauvegarde de Versailles », a non seulement permis de sauver le domaine de la ruine, mais elle marque également le début d’un intérêt nouveau pour le patrimoine ainsi qu’une nouvelle façon d’envisager son financement, à la veille de la création du ministère des Affaires culturelles en 1959.

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est issu d’un mémoire d’étude (1ère année de 2nd cycle) de l’École du Louvre, réalisé sous la direction de Raphaël Masson et de Karine McGrath dans le cadre du groupe de recherche « Versailles » de l’École du Louvre en partenariat avec le Centre de recherche du château de Versailles (session 2013-2014).

Texte intégral

  • 1 Mauricheau-Beaupré 1952, p. 82.

« Au vrai, les monuments sont, comme les fortunes, plus faciles à faire qu’à conserver1. »

Charles Mauricheau-Beaupré est pleinement conscient du sens de cette phrase lorsqu’il la rédige en janvier 1952. Conservateur en chef du domaine de Versailles depuis mai 1941, il en fait l’expérience au quotidien, car c’est à lui – ainsi qu’à son collègue architecte en chef André Japy – qu’est confiée la conservation d’un domaine qui a beaucoup souffert des ravages du temps. Depuis les grands travaux réalisés par Louis-Philippe au xixe siècle pour créer le musée dédié « à toutes les gloires de la France », le domaine de Versailles n’a plus bénéficié de rénovations importantes. Les seuls crédits alloués à l’entretien courant sont insuffisants, car ils dépendent du bon vouloir des gouvernements, dont la conservation de Versailles est loin d’être la priorité. Après la Première Guerre mondiale, c’est la générosité d’un mécène américain, John D. Rockefeller, Jr., qui permet, avec une donation de 34 millions de francs, de réaliser des travaux qui sauvent pour un temps Versailles de la ruine. Mais si cette donation a eu le mérite d’entraîner un effort parallèle du gouvernement français de dix-huit millions de francs, elle n’a pas été suivie des travaux d’entretien réguliers qui auraient permis de mettre le domaine totalement hors de danger. Le début du second conflit mondial en 1939 n’a fait qu’accélérer sa dégradation, si bien qu’en 1945 la ruine menace à nouveau. Japy et Mauricheau-Beaupré font leur possible pour sauver les apparences avec les faibles moyens qui leur sont accordés, mais c’est un programme de restauration de grande ampleur qui doit être mis en œuvre le plus rapidement possible, sous peine de voir disparaître Versailles.

  • 2 Sur Cornu, voir annexe I.

Ce programme est établi dès 1949. Seuls les crédits manquent. Il faut attendre 1951 et l’arrivée d’André Cornu2 à la fonction de secrétaire d’État aux Beaux-Arts pour que l’État s’intéresse enfin au sort de Versailles et mette en place un plan quinquennal de travaux entre 1953 et 1957, ainsi qu’une campagne médiatique destinée à créer un mouvement d’opinion en faveur de Versailles. C’est cette période, qui recouvre à la fois les travaux de restauration mais aussi toute la campagne de propagande réalisée autour de Versailles, qui est passée à la postérité sous le terme de « sauvegarde de Versailles ».

Fig. 1 : André Cornu, 1932, photographie de presse, 13 × 18 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France.

Fig. 1 : André Cornu, 1932, photographie de presse, 13 × 18 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France.

© Domaine public

La mise en place de la sauvegarde (1949-1952)

La phase de mise en place de la sauvegarde du domaine de Versailles s’étend de 1949 – date à laquelle est publié un rapport sur les travaux de première urgence à effectuer pour un montant estimé à cinq milliards de francs – jusqu’à la fin 1952, moment où le Comité national pour la sauvegarde de Versailles est véritablement institué et commence à récolter des fonds.

Versailles au bord de la ruine : alerter l’État, alerter l’opinion

Versailles, un domaine au bord de la ruine

  • 3 « Les touristes passent à travers les parquets de Versailles », Liberté du Centre, 24 oct. 1949.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, Versailles souffre d’un manque de moyens et de matériaux qui rend impossible la mise en œuvre de travaux de restauration et empêche l’entretien courant du domaine. L’absence de chauffage, les hivers rigoureux ne font qu’accélérer la dégradation du palais. Après la Libération, Mauricheau-Beaupré et Japy redoublent d’efforts pour lui rendre une apparence convenable, mais ces menus travaux de « rafistolage » – seules interventions rendues possibles par les crédits accordés – ne suffisent plus. Partout les toitures laissent passer l’eau, les poutres pourrissent, les décors intérieurs se délitent et l’humidité endommage les collections. Dans le parc, les bassins ne retiennent plus l’eau et les herbes folles envahissent les parterres. Une action de grande envergure, des travaux de fonds deviennent urgents. Outre le danger de voir s’écrouler un chef-d’œuvre de l’architecture classique et un symbole national, la sécurité des visiteurs elle-même est remise en question : certains d’entre eux « passent à travers les parquets » des appartements de Napoléon au Grand Trianon, tandis que sous les lambourdes effondrées, c’est « une véritable champignonnière » qui est découverte3. Dans un premier temps, il s’agit pour les responsables du domaine d’alerter leurs directeurs respectifs.

Alerter l’État : le rôle des responsables du domaine et des Beaux-Arts

  • 4 Correspondance principalement à Versailles, service des archives du château de Versailles (désormai (...)

La correspondance entre Mauricheau-Beaupré et le directeur des musées de France Georges Salles, ainsi que celle entre Japy et le directeur de l’architecture René Perchet, sont extrêmement denses au cours de cette période. Ils sont obligés, chacun, de rapporter, pour les parties dont ils ont la responsabilité, chaque incident s’étant produit dans le domaine suite aux intempéries, et ils sont très nombreux. Ces lettres permettent de se rendre compte de l’extrême fragilité du bâti, qui subit des dégâts considérables aux moindres intempéries. Les échanges de courrier ayant fait suite aux pluies torrentielles qui se sont déversées sur le domaine, le 24 octobre 1949, sont révélateurs de la situation4. Ils témoignent d’un très mauvais état général des toitures, des charpentes et du bâti, aussi bien au château qu’à Trianon. Ils attestent aussi de l’impuissance d’action des services de conservation et d’architecture du domaine en raison du manque de crédits. Cette correspondance montre également que Georges Salles et Perchet ont bien conscience de la situation dramatique du domaine, mais ne peuvent pas non plus, à leur niveau, agir en faveur de Versailles étant donné les faibles moyens dont ils disposent.

  • 5 Rapport non retrouvé dans les archives.
  • 6 Cornu 1976, p. 128.
  • 7 Charenton-le-Pont, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (désormais MDP), 80/1/10, résumé (...)

Pour tenter d’alerter les instances supérieures du gouvernement, Japy et Perchet rédigent en 1949 un rapport qui chiffre à cinq milliards de francs le montant des travaux nécessaires à la mise hors d’eau du domaine de Versailles5. Ce rapport d’une vingtaine de pages comprend une liste de travaux « absolument urgents et indispensables6 », des travaux de « sauvegarde ». Perchet lui-même, au cours d’une conférence de presse, préconise, en matière de travaux de conservation, de limiter l’intervention de ses services « aux opérations de sauvegarde : maçonnerie, charpente, couverture7 ». L’existence de ce rapport montre bien que, dès 1949, les services des Beaux-Arts sont au courant de la situation du domaine, qu’un plan d’action est défini et chiffré, et que seuls les crédits manquent. Ce que confirme Perchet lors d’une autre conférence de presse le 19 avril 1950 :

  • 8 Ibid., conférence de René Perchet : aperçu sur l’activité des services des bâtiments civils et pala (...)

Le Palais de Versailles […] est aujourd’hui dans un état grave qui exigera une action continue pendant plusieurs années, soutenue par un effort financier qu’il n’est pas exagéré de chiffrer à près de cinq milliards pour les opérations les plus indispensables8.

  • 9 Ibid.
  • 10 SACV, (2) 1945-1961, lettre de l’architecte des Bâtiments de France de la première circonscription (...)
  • 11 Journal officiel des débats parlementaires, séance no 185 du 18 juillet 1950, p. 5541.
  • 12 MDP, 81/78/496, situation actuelle du domaine et du château de Versailles, projet d’émission radiop (...)
  • 13 Journal officiel des débats parlementaires, séance no 185 du 18 juillet 1950, p. 5541.

Les crédits alloués au bureau des bâtiments civils et palais nationaux, auquel est rattaché le service de l’architecture de Versailles, s’élèvent pour l’année 1950 à 2,5 milliards de francs, à répartir entre près de six-cents bâtiments civils et une trentaine de palais nationaux9. Les cinq milliards nécessaires à la restauration du domaine représentent donc le double du budget annuel du service dont il dépend. En ce qui concerne les crédits accordés au domaine de Versailles pour 1952, « alloués au strict entretien », ils sont de « 7 millions pour les bâtiments et de 10 millions pour les parcs et jardins »10. À ces sommes viennent s’ajouter les crédits du chapitre spécial 3840, « Travaux de conservation du château de Versailles », votés chaque année par le Parlement depuis 194911. La première année, ce sont 150 millions qui sont accordés au château, puis 200 millions en 1950 et 190 millions en 195112. Ces sommes permettent à peine de subvenir aux frais d’entretien, elles sont donc bien loin des cinq milliards nécessaires pour entreprendre de grands travaux de restauration, d’autant plus que le ministre de l’Éducation nationale de l’époque, Pierre-Olivier Lapie, semble se satisfaire de ce crédit de 200 millions accordé en 1950 : « plus qu’un geste, c’est déjà une action13 ». Comment faire, dès lors, pour se faire entendre par le Parlement et le gouvernement ? Suite à la publication du rapport Japy-Perchet, la conservation du domaine et les Beaux-Arts tentent de mobiliser l’opinion en utilisant la presse.

Alerter l’opinion : le rôle de la presse et des médias

Les premiers articles paraissent en 1949 dans la presse nationale. Ils font généralement intervenir Japy ou Mauricheau-Beaupré eux-mêmes. Le premier à marquer véritablement les esprits est celui de Robert Bruyez intitulé « Laissera-t-on s’effondrer le château de Versailles ? », paru dans Le Figaro du 14 avril 1949. Mauricheau-Beaupré y fait une présentation des dégâts, et l’article se termine par une interpellation au lecteur et au gouvernement :

  • 14 Robert Bruyez, « Laissera-t-on s’effondrer le château de Versailles ? », Le Figaro, 14 avr. 1949.

Il n’est pas un Français qui ne s’associera à [Mauricheau-Beaupré] pour lancer un cri d’alarme. Il n’est pas un Français non plus qui – conscient de la rentabilité d’une telle splendeur – ne s’élèvera contre la parcimonie des pouvoirs publics14.

  • 15 Correspondance présente au SACV, VZ19.

Cet article est à l’origine des premières réactions de lecteurs : ceux-ci font part de leur surprise et envoient leurs suggestions pour récolter des fonds à Bruyez, qui fait suivre les lettres à Mauricheau-Beaupré15. Cependant, cette campagne reste sans influence sur le gouvernement.

  • 16 Saladin, « Expédition au château. La misère du Palais n’est même pas dorée », Toutes les nouvelles (...)

La presse locale s’inquiète elle aussi du sort de Versailles. L’exemple du quotidien Toutes les nouvelles de Versailles du 15 décembre 194916 est particulièrement intéressant, car il utilise la dérision pour dénoncer la situation – c’est le seul exemple de ce type relevé. Mais sous couvert d’humour, c’est la gravité de la situation du domaine qui est dénoncée. Les dessins en question représentent des visiteurs potentiels du château et l’équipement dont ils devraient se munir pour faire face aux dangers liés à la visite du domaine (fig. 2).

Fig. 2 : Robert Traut, illustrations pour un article de Saladin, « Expédition au château. La misère du Palais n’est même pas dorée », Toutes les nouvelles de Versailles, 15 déc. 1949. Versailles, service des archives du château de Versailles, VZ19.

Fig. 2 : Robert Traut, illustrations pour un article de Saladin, « Expédition au château. La misère du Palais n’est même pas dorée », Toutes les nouvelles de Versailles, 15 déc. 1949. Versailles, service des archives du château de Versailles, VZ19.

© Tous droits réservés

Dans l’article qui accompagne ces dessins, Saladin explique avoir raconté sa visite désastreuse du château de Versailles aux jeunes rédacteurs de la rubrique « Versailles à 20 ans », qui ont imaginé, à l’aide de dessins, l’équipement dont devrait se munir tout visiteur de Versailles.

Premier dessin : « Bientôt, les touristes parcourront les appartements abrités sous des parapluies. Au vestiaire, on louera des “pépins“ pour la visite. Notre dessin n’est qu’une très modeste anticipation. »

Second dessin : « Ce touriste intrépide porte un casque pour s’abriter de la chute des pierres au pied des colonnades, un parapluie parce qu’il pleut dans les appartements, une échelle pour voir par-dessus les palissades, des bottes pour le cas où le plancher se déroberait sous ses pas. […]

Je prie donc le lecteur de ne pas considérer, malgré l’exagération humoristique et l’intention comique de l’auteur, ces deux dessins comme de simples fantaisies. Le château menace ruine. »

Le cinéma est lui aussi utilisé pour faire connaître les malheurs de Versailles. Il a l’avantage de pouvoir montrer à quel point les travaux sont urgents. Une courte séquence des Actualités françaises, programme diffusé avant les séances de cinéma et donc susceptible de toucher un large public, a pour particularité de montrer des images de ruines, ce qui ne sera plus le cas par la suite, car on préférera montrer le domaine sous son meilleur jour. La séquence du 3 août 1950 s’intitule « La grande misère des châteaux français » (fig. 3). Elle met en avant plusieurs monuments français en danger, mais c’est Versailles qui est évoqué en premier. Elle montre successivement les toitures abîmées, les échafaudages de la Grande Galerie, ainsi que les mauvaises herbes qui ont envahi le parterre de l’Orangerie et la pièce d’eau des Suisses.

Fig. 3 : « La grande misère des châteaux français », Les Actualités françaises, 3 août 1950. Paris, Institut national de l’audiovisuel.
Crédits : © INA

  • 17 Ferrand 2012, p. 282.

Le problème de la restauration de Versailles est avant tout un problème de crédits, mais aussi et surtout de volonté de la part des autorités. Or, « les grandes causes révèlent les hommes providentiels ; celle de Versailles va trouver son héraut dans la personne d’André Cornu17 ».

André Cornu et Versailles

André Cornu aux Beaux-Arts

  • 18 Actuel département des Côtes-d’Armor en Bretagne.

Le 11 août 1951, André Cornu, sénateur des Côtes-du-Nord18, est nommé secrétaire d’État aux Beaux-Arts au sein du cabinet du ministre de l’Éducation nationale, René Pleven. Cette nomination fait naître une vague d’espoir dans le milieu culturel et artistique, car c’est une première sous la IVe République. En effet, le siège des Beaux-Arts était vacant depuis de nombreuses années et bien souvent relégué au second plan.

Il faut reconnaître que les IIIe et IVe Républiques ont eu peu de considération pour la culture et l’Art en général. Un simple secrétariat d’État, sans budget autonome, dépendant administrativement du Ministère de l’Éducation Nationale, était mis sporadiquement en place.

  • 19 Cornu 1976, p. 105.

Chargé d’assurer le fonctionnement de tous les enseignements, le ministre de l’Instruction Publique ou de l’Éducation Nationale plus tard, considérait les Beaux-Arts un peu comme un violon d’Ingres. Telle était ma situation lorsque j’acceptai l’offre de Pleven19.

  • 20 Franck Dominique, « Interviews de la Croisette, M. Cornu, ministre des Beaux-Arts et sauveteur du c (...)
  • 21 Cornu 1976, p. 127.

Malgré la faible importance accordée à ce poste, son nouveau titulaire fait preuve d’une forte volonté d’action et semble porter toute son attention sur le sort de Versailles. Il affirme dès le départ vouloir « limiter cette année [ses] efforts à deux objectifs très distincts, dont le premier [est] la restauration du château de Versailles20 ». Il trouve en effet dès son arrivée le rapport de Japy et de Perchet sur son bureau, ce qui le surprend quelque peu : « je n’avais pas attendu d’être ministre des Beaux-Arts pour aimer Versailles, mais comme tout le monde, j’en ignorais les misères secrètes21 ». Le véritable élément déclencheur est un télégramme que lui envoie directement Mauricheau-Beaupré en novembre 1951, suite à une chute de neige qui, en fondant, a inondé la Grande Galerie. Il décide aussitôt de se rendre sur place et de constater par lui-même les malheurs du domaine. La date de cette visite est fixée au 24 novembre.

La visite du 24 novembre 1951

  • 22 « Les Beaux-Arts cherchent cinq milliards pour restaurer le château de Versailles », Le Figaro, 26  (...)
  • 23 « Les pouvoirs publics s’intéressent à la sauvegarde du château », Bulletin municipal officiel de V (...)

Cornu décide de ne pas faire les choses à moitié. Afin de mobiliser le plus de personnes possible et de rendre publique la misère de Versailles, il convie à cette visite de nombreuses personnalités, principalement des politiques, mais aussi les médias – presse écrite et radio. Sont présents : Gaston Monnerville, président du Conseil de la République ; Georges Salles, directeur des musées nationaux ; Jacques Jaujard, directeur général des arts et des lettres ; Édouard Bonnefous, député de Seine-et-Oise et président de la commission des Affaires étrangères ; Roger Genébrier, préfet de Seine-et-Oise ; Mme Pleven et Denise Mayer, présidente du comité du Festival national de Versailles22. Sur place, ils sont accueillis par Mauricheau-Beaupré, Japy et Perchet, qui leur font visiter le domaine en mettant en avant les travaux nécessaires dans le cadre du programme de cinq milliards. Le bulletin municipal officiel de Versailles du 15 décembre 1951 relate le mieux cette visite23. L’assemblée se rend tout d’abord à l’Opéra royal, où elle est reçue par Monnerville et où Japy insiste fortement sur la nécessité de refaire la charpente et la toiture : un crédit de 330 millions de francs qui est nécessaire. La visite se prolonge par les toitures et les Grands Appartements, pour s’achever dans le parc. Cornu, surtout marqué par l’état désastreux de l’Opéra, tirera la conclusion suivante au micro de la R.D.F. :

  • 24 « Projets de réfection du Palais de Versailles », Radio diffusion française, 24 nov. 1951 (INA).

Je voudrais dire d’une manière très nette que j’espère que nous trouverons ces crédits d’une manière ou d’une autre et qu’en tout cas c’est une question qui urge […]. Nous avons l’intention de réparer [le château] dans le moindre délai possible, si toutefois nous en avons les moyens24.

Le rôle de la presse

  • 25 Cornu 1976, p. 76-78.
  • 26 Ibid., p. 85.

La visite du 24 novembre 1951 trouve un écho relativement important dans la presse, et elle se montre plus efficace que la campagne amorcée en 1949. Cornu, en effet, est un homme habitué aux médias, et il est parfaitement conscient de leur importance pour mobiliser l’opinion. Avant la Seconde Guerre mondiale, ses fonctions successives l’ont amené tout d’abord à la présidence du syndicat des grands hebdomadaires, puis à la direction de l’hebdomadaire de gauche Marianne et du quotidien sportif L’Auto. Il est devenu administrateur du Poste parisien (futur Radio-Paris puis Radiodiffusion-Télévision française25), puis du Lyon républicain et du Petit Parisien, avant de démissionner de tous ces postes pendant l’Occupation26. Ces différentes fonctions, outre le fait de l’amener à comprendre parfaitement les rouages de la « propagande », lui ont permis de se constituer un solide réseau de connaissances dans le milieu, qui va se révéler être utile pour la campagne dans laquelle il se lance.

Plusieurs éléments se dégagent de l’analyse des articles produits au cours de cette période. Tout d’abord, la surprise liée à l’annonce de la ruine du château. La plupart des journalistes et des visiteurs ne se doutaient pas que le domaine puisse être en danger.

  • 27 Marcel Petit, « Il faut cinq milliards pour empêcher d’irréparables destructions », Le Figaro, 22-2 (...)

Au vrai, nous ne pensons pas que beaucoup de personnes, parmi les 2 millions 400 000 visiteurs qui franchirent à la dernière saison la grille d’honneur du vieux palais, se soient rendu compte de l’urgence des travaux réclamés par les Beaux-Arts. Le château de Louis XIV a toujours grande allure et rien ne vient choquer le regard du touriste dans la ville des rois. […] Pour connaître les faiblesses du château, il faut « être du bâtiment »27.

  • 28 « Les pouvoirs publics s’intéressent à la sauvegarde du château », Bulletin municipal officiel de V (...)

Les articles détaillent ensuite l’étendue des dégâts et donnent le montant des travaux nécessaires. La plupart du temps, ce sont Japy ou Mauricheau-Beaupré qui font figure d’experts et expliquent comment une telle situation a pu se produire. Le bulletin officiel de Versailles, quant à lui, dresse une liste des « travaux les plus urgents pour la remise en état du gros œuvre du palais » à la fin de l’article consacré à la visite du 24 novembre28.

Quelques articles montrent aussi une certaine indignation face à l’inaction du gouvernement, qui n’a pas réagi plus tôt.

  • 29 « Verra-t-ton M. André Cornu réduit à mendier toujours pour Versailles ? », Libération, 31 déc. 195 (...)

L’abandon de ce « haut lieu » de notre art monumental constitue une honte nationale. […] Emprunt, émission d’une tranche de la loterie, souscription publique, tous les moyens doivent être mis en jeu, sans attendre que M. André Cornu et ses plus éminents collaborateurs en soient réduits à tendre, en chemise de bure, au coin du pont des Saints-Pères, ou de la grille dédorée du château de Louis XIV, la sébile de la mendicité29.

  • 30 Henri Albert, « Le désastre imminent de Versailles », La Journée du bâtiment, travaux publics, arch (...)
  • 31 « Sauvons Versailles ! », Les Actualités françaises, 13 déc. 1951 (INA, en ligne : http://www.ina.f (...)

Plusieurs articles évoquent la responsabilité vis-à-vis des générations suivantes : « il serait grave que sous des prétextes divers, nous assumions aux yeux des générations futures la responsabilité d’avoir laissé disparaître l’un des fleurons de notre patrimoine national30 ». Enfin, les Actualités françaises décident de s’intéresser de nouveau à Versailles en lui consacrant cette fois-ci un court reportage daté du 13 décembre 1951 qui s’intitule « Sauvons Versailles ! »31. Les images et le commentaire illustrent certains des maux dont souffre le château, et le reportage s’achève sur cette déclaration : « il faut sauver Versailles ! ».

  • 32 Ces lettres sont principalement regroupées au SACV, VZ19.

Alors que les Beaux-Arts sont à la recherche de la meilleure solution aux problèmes de Versailles, la presse continue d’informer l’opinion, et Mauricheau-Beaupré est particulièrement sollicité. Il est l’auteur en janvier 1952 de deux articles particulièrement importants, publiés dans La Revue de Paris et l’hebdomadaire Arts. De nombreux lecteurs y font référence dans leur correspondance, ce sont eux qui leur ont appris les malheurs de Versailles32. Mauricheau-Beaupré lui-même renvoie à ses deux articles lorsque la presse ou des organismes lui demandent des informations. Aussi, ils ont été largement repris.

  • 33 Mauricheau-Beaupré 1952, p. 81-85.

Le premier article, publié dans La Revue de Paris du 1er janvier 1952, s’intitule « Il faut sauver Versailles33 » ; Mauricheau-Beaupré y retrace avant tout l’historique des restaurations qu’a connues le domaine, avant d’insister sur l’urgence de la situation actuelle.

  • 34 Ibid., p. 84.

C’est une sorte de lent naufrage auquel assistent impuissants ceux qui ont la charge de Versailles. À la Direction de l’Architecture, M. René Perchet connaît depuis bien longtemps une aussi dangereuse situation ; il accomplit des tours de force pour répondre aux S.O.S successifs que lui adresse M. André Japy, architecte en chef : on aveugle tant bien que mal les voies d’eau au fur et à mesure qu’elles se déclarent, mais le navire enfonce toujours. Et cependant, le programme d’ensemble, rationnel et logique, est depuis longtemps chiffré, établi par tranches et par étapes : il manque seulement les crédits pour l’appliquer. […] Puissent le Gouvernement, tous les Français, le monde aussi sans doute, entendre son appel dont l’angoisse laisse intact un indéfectible espoir34.

  • 35 André Parinaud, « Versailles, onze hectares de toitures crevées, toutes les poutres pourries, un ét (...)

L’hebdomadaire Arts du 4 janvier 1952 titre : « Versailles s’écroule, il faut agir vite ! », et publie deux articles particulièrement intéressants, dont celui de Mauricheau-Beaupré en une : « Allons-nous donner une ruine en spectacle au monde ? ». Il insiste sur Versailles en tant que symbole glorieux de la France et sur l’importance du nombre de visiteurs, d’où l’irresponsabilité de laisser le château tomber en ruine. Il insiste également sur l’urgence de la situation, « à l’heure présente, le temps de réparer de-ci de-là est passé, l’état d’alerte est général : toitures, charpentes, planchers et poutres appellent une réfection d’ensemble ». Cet article est accompagné d’un second texte d’André Parinaud particulièrement bien écrit et saisissant de réalisme, qui entraîne le lecteur dans une véritable visite guidée des misères de Versailles35.

Des hésitations sur la solution à apporter : un emprunt ? une souscription ?

  • 36 « Les Beaux-Arts cherchent cinq milliards pour restaurer le château de Versailles, trésor national (...)
  • 37 Maximilien Gauthier, « André Cornu et Jacques Jaujard nous disent… », Nouvelles littéraires, 3 janv (...)

Tandis que la presse poursuit son travail d’information auprès du public, Cornu et son administration recherchent la meilleure solution pour rassembler des fonds. Tout d’abord, la possibilité de l’emprunt est évoquée, comme en témoigne la presse au lendemain de la visite de Versailles : « on envisagerait très sérieusement de lancer d’ici peu un emprunt de cinq milliards pour cette œuvre gigantesque de remise en état36 ». Cette possibilité semble encore avoir les préférences de Cornu début janvier 1952, « pour remettre en état les bâtiments et les jardins, c’est à la nation tout entière que je vais faire appel sous forme d’emprunt37 ». Mais finalement, c’est la solution d’une souscription nationale qui est choisie :

  • 38 Cornu 1976, p. 136.

J’ai immédiatement pensé à une souscription nationale, car je ne voulais pas que la restauration de Versailles, partie intégrante du patrimoine français, fût assurée uniquement par des étrangers, fussent-ils aussi bons amis que les Américains38.

L’objectif est donc non seulement de récolter de l’argent, mais aussi de tenter d’intéresser les Français au sort de leur patrimoine et de les fédérer autour de Versailles, ce qui montre d’emblée que le mouvement a également des visées morales et patriotiques.

L’appel radio du 1er février 1952

  • 39 « Sauvegarde du château de Versailles : appel lancé par André Cornu », Radio diffusion française, 1(...)

Afin d’ouvrir la souscription de la manière la plus efficace possible et de lui accorder une large diffusion, Cornu lance un appel à la radio le 1er février 195239. Il marque symboliquement le début de la campagne de sauvegarde. D’une voix déterminée, Cornu annonce deux mesures importantes. La première est l’ouverture d’une souscription placée sous le haut patronage du président de la République, des présidents des Grandes Assemblées, du Président du Conseil et des ministres de l’Éducation nationale, des Finances, des Affaires étrangères, de la Guerre et de l’Information, pour laquelle les cotisations peuvent être adressées par l’intermédiaire de deux comptes en banque. La seconde mesure est la création d’un « Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles », chargé de l’« aider dans l’œuvre entreprise », sans toutefois que soient données plus de précisions sur son rôle.

Pour mobiliser ses compatriotes, Cornu démontre que Versailles est un symbole national, le monument le plus représentatif du génie français :

Vous dire que Versailles menace ruine, c’est vous dire que la culture occidentale est sur le point de perdre un de ses plus nobles fleurons. Ce n’est pas seulement un chef d’œuvre de l’art qu’on peut craindre de voir disparaître, mais en chacun de nous, français, une image de la France qu’aucune autre ne saurait remplacer.

  • 40 Godeau 2008, p. 47.
  • 41 « André Cornu : souscription à la restauration du château de Versailles », Paris vous parle, 18 fév (...)
  • 42 « The French are cutting down on cigarettes to help raise money for the Palace of Versailles », « T (...)
  • 43 Cornu 1976, p. 136.

En tant que tel, Versailles appartient à la nation entière, il le définit comme étant le « bien commun le plus prestigieux », ou encore désigne les Français comme les « possesseurs anonymes » du château. Il est de leur devoir de le sauver de la ruine, « ainsi tout de même que Versailles est un bien commun, sa sauvegarde sera l’œuvre commune de tous les Français ». Cornu cherche à présenter la participation à la sauvegarde de Versailles comme un geste patriotique. Pour inciter les Français à donner, il fait appel à leurs sentiments : « rappelez-vous les moments heureux que vous aussi avez passés à Versailles ». Et il leur donne un exemple émouvant à suivre en lisant la lettre d’un enfant de sept ans, Marc Fievet, qui le premier a envoyé sa contribution. Pour terminer et pour donner à cette somme pharamineuse de cinq milliards de francs un aspect plus concret et réalisable, il annonce que « si chacun y affectait l’argent d’un paquet de Gauloises, les cinq milliards seraient trouvés ». Le prix d’un paquet de Gauloises, tabac le plus consommé en France à l’époque, est de 80 francs40. C’est une image frappante ; les lettres reçues en accompagnement des dons y font référence : « voici cinq paquets de Gauloises41 ». La comparaison a même un certain succès auprès de la presse étrangère, comme en témoigne cet article du quotidien bermudien Mid-Ocean News du 23 septembre 1952 : « Les Français se privent de cigarettes pour contribuer à lever des fonds pour Versailles42 ». Cet appel est très bien reçu, comme le rapportera Cornu dans ses mémoires : « [son] retentissement […] dans le pays fut plus grand encore que je ne pouvais m’y attendre. La presse fit écho à mon appel. L’opinion publique fut concernée, et des lettres émouvantes commencèrent à affluer au Ministère43 ».

Le Comité national de sauvegarde pour le château de Versailles

Le Comité national

  • 44 Sleepy Hollow, Rockefeller Archive Center, Rockefeller Brothers Fund, record group 3, series 1, box (...)

Pour superviser la campagne de sauvegarde, la formule choisie par Cornu est celle d’un « Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles », institué par l’arrêté du 30 janvier 195244. Cet arrêté, très bref, fournit assez peu d’informations sur le fonctionnement du Comité, il renseigne avant tout sur sa composition.

  • 45 Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales (désormais AN), 19890127/51, rapport sur la situation du (...)
  • 46 Oppermann 2006b, p. 124.
  • 47 Non retrouvé dans les archives.

Le Comité est placé sous le haut patronage du président de la République et il est présidé par Cornu – lorsque Jacques Bordeneuve lui succèdera en 1954, Cornu conservera la fonction45. La liste des membres du Comité illustre la volonté de faire de la restauration de Versailles une question à la fois politique et sociale, dans laquelle doit s’impliquer l’ensemble de la société. Le comité d’honneur, tout d’abord, est composé de responsables politiques exclusivement : Édouard Herriot, président de l’Assemblée nationale, Gaston Monnerville, président du Conseil de la République, Albert Sarraut, président de l’Assemblée de l’Union française, Léon Jouhaux, président du Conseil économique, Edgar Faure, Georges Bidault, Robert Schumann, André Marie, Pierre Courant et Paul Coste-Fleuret, ministres. Quant au comité actif, il regroupe des représentants des principales tendances politiques et socioculturelles de l’époque : parlementaires, académiciens, hauts fonctionnaires, représentants religieux, représentants du patronat, représentants des syndicats de presse46. La personne qui jouera le rôle le plus actif au sein de ce Comité national est sans aucun doute Gaston Papeloux, qui en est le secrétaire général. Il est nommé à cette fonction par arrêté du 1er février 195247, puis confirmé dans ses fonctions par l’arrêté du 10 décembre 1958. Ce dernier nous renseigne sur son rôle : « il coordonne les diverses activités pour la propagande et la mise en valeur du domaine de Versailles ainsi que les initiatives tendant à en financer la restauration ».

  • 48 Papeloux 1954, p. 15.
  • 49 Cornu 1976, p. 131.

Le Comité a donc un triple but : il doit mettre en valeur le domaine de Versailles, créer ou coordonner la « propagande » en sa faveur, ainsi que les activités susceptibles de récolter les fonds nécessaires à sa restauration. Et afin d’affecter tous les dons reçus, dans le cadre de la sauvegarde, à la restauration effective du château, il a été décidé dès sa fondation que ses dépenses de fonctionnement seraient entièrement assumées par le secrétariat d’État aux Beaux-Arts48. Dès le départ, il est également défini que ces objectifs doivent s’inscrire non seulement dans le court terme, mais aussi dans le long terme. L’objectif étant que, grâce à une gestion plus rationnelle et à la mise en place d’activités rentables, le château puisse subvenir à ses propres dépenses d’entretien, pour « faire en sorte que tous les dix ou vingt ans, un nouveau cri d’alarme ne doive être lancé49 ».

  • 50 AN, 19890127/51, rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 sept. 1959, p. 4.
  • 51 Ibid., p. 6.

Au cours de la campagne le Comité s’impose donc comme un acteur essentiel, en assumant un rôle de coordination entre les activités de l’administration et celles des concours extérieurs, il supplée « l’Administration dans une tâche de contact et de sollicitations extérieures, qui en fait n’est pas de son ressort50 ». Enfin, il faut préciser que ce Comité est un organisme irresponsable, n’ayant aucune personnalité juridique, qui puise son autorité dans le rattachement du secrétaire général au cabinet du ministre51.

Les comités départementaux

  • 52 SACV, VZ24, conférence de presse du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 5  (...)
  • 53 Ibid., VZ19, lettre du préfet de Seine-et-Oise à Charles Mauricheau-Beaupré, 5 avr. 1952.

Pour donner une plus grande efficacité à la campagne et couvrir tout le territoire, Cornu, lui-même ancien préfet, demande par une circulaire du 15 février 1952 à chaque préfet de créer un comité départemental destiné à prolonger l’œuvre du Comité national, c’est-à-dire faire de la propagande et prendre des initiatives pour procurer des fonds à la restauration du château. Tous les départements participent à cette action, à l’exception de certains qui, en raison de circonstances locales (inondations ou épidémies), demandent à ce que leur action soit reportée52. Ces comités départementaux sont le reflet à l’échelle locale du Comité national ; à leur tête se trouve le préfet et, à la demande de Cornu, les membres en sont les principales personnalités locales : « il lui est apparu nécessaire d’y intéresser les autorités et les personnalités des différentes activités tant intellectuelles qu’industrielles et commerciales, susceptibles d’être les plus représentatives et efficaces53 ». L’assemblée de l’Union française, dont les représentants siègent à l’époque dans la salle du Congrès à Versailles, propose également spontanément la participation des territoires d’outre-mer et des États associés à la campagne de sauvegarde, au motif que :

  • 54 Ibid., VZ24, Journal officiel des débats de l’assemblée de l’Union française, 24 mars 1953, p. 433.

L’Union française, solidaire du destin de la France métropolitaine, est en effet « cosouveraine des valeurs profondes de la métropole », et doit demeurer associée à tout ce qui doit maintenir ou développer le patrimoine artistique et culturel qui est désormais leur bien commun54.

  • 55 Ibid.

La proposition est adoptée à l’unanimité par cette assemblée le 24 mars 195355. Cette initiative souligne de nouveau l’aspect politique de la campagne de sauvegarde, cette fois-ci dans un contexte de décolonisation où la France cherche d’autant plus à renforcer ses valeurs culturelles contestées.

Des mesures financières exceptionnelles

Parallèlement à l’organisation du Comité national, des mesures financières exceptionnelles sont mises en place pour fournir les fonds nécessaires au programme de restauration. En prenant comme base le rapport de 1949 qui évalue le montant des travaux à cinq milliards de francs, il est décidé de répartir les travaux en cinq tranches annuelles de un milliard, la première tranche devant commencer en 1953. L’objectif est donc de réussir à trouver un milliard par an.

  • 56 « Sauvegarde du château de Versailles : appel lancé par André Cornu », Radio diffusion française, 1(...)
  • 57 Régie de recette : procédure destinée à faciliter l’encaissement de recettes et le paiement de dépe (...)
  • 58 Journal officiel des débats parlementaires, réponse du ministre André Cornu à Jean-Paul Palewski, 3(...)

La première mesure consiste à organiser la souscription lancée par Cornu d’une manière efficace. Lors de son appel radiodiffusé, les Français ont été invités à adresser leurs dons au compte 18 000 de la Banque de France, ou au compte courant postal 301-6456. Pour regrouper ces fonds, une régie de recettes57 est instituée auprès du Comité de sauvegarde par un arrêté ministériel du 5 mars 1952, elle fonctionne « sous le contrôle de l’inspection générale des finances et du receveur central des finances de la Seine58 ».

  • 59 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pou (...)

En complément à la souscription, une action est menée pour obtenir de nouvelles ressources budgétaires auprès du gouvernement. Ainsi, pendant les cinq années de la sauvegarde, le Parlement vote les crédits que Cornu a pu obtenir du gouvernement, c’est-à-dire 765 millions par an, répartis comme suit : 365 millions sur le budget de l’Éducation nationale et 400 millions supplémentaires (soit la valeur moyenne estimée d’une tranche de loterie nationale), obtenus suite à un accord entre Jean Moreau, ministre du Budget, et Cornu59.

  • 60 Loi no 53-49 du 3 février 1953, Journal officiel de la République française, 4 fév. 1953, p. 1036.
  • 61 Bulletin officiel de l’Éducation nationale, 1952, p. 591, arrêté du 28 décembre 1951 relatif au dro (...)
  • 62 SACV, VZ24, rapport tendant à inviter le gouvernement à prendre toutes les mesures utiles en vue de (...)
  • 63 MDP, 81/78/496, arrêté du 26 juin 1952 paru au Journal officiel de la République française du 20 ju (...)
  • 64 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pou (...)

La troisième mesure consiste en la création de ressources nouvelles issues de l’exploitation du château : droits d’entrée, taxes sur la circulation des véhicules à l’intérieur du domaine, droits pour la photographie et la cinématographie, concessions et manifestations à l’intérieur du domaine60… En premier lieu, l’arrêté du 28 décembre 195161 a fixé le droit d’entrée au château de Versailles à 100 francs, aux Grand et Petit Trianons à 50 francs chacun ; cette mesure est effective à compter du 1er janvier 1952. Cette première année, les entrées génèreront 50 millions de francs62. Ensuite, l’arrêté du 26 juin 1952 instaure la perception d’un droit d’entrée de 100 francs au parc à l’occasion du jeu des Grandes Eaux63. Cette dernière mesure se révèle particulièrement efficace, puisqu’elle « rapport[e] à la restauration du château 11 millions en 1952, 15 millions en 1953 et 20 millions en 195464 ».

  • 65 Journal officiel de la République française, 4 fév. 1953 p. 1036.
  • 66 Les fonds de concours sont des fonds versés par des personnes morales ou physiques pour concourir a (...)

Toutes les ressources précédemment citées – produits de la souscription récoltés par la régie de recettes, crédits budgétaires et ressources nouvelles du château de Versailles – sont organisées par la loi de finances no 53-49 du 3 février 1953, articles 7 à 1065. L’article 7 crée au budget général une ligne nouvelle, « ressources de restauration et de conservation du domaine national de Versailles », et un chapitre nouveau, le chapitre 35-85, « Dépenses de restauration et de conservation du domaine national de Versailles ». L’article 8 rattache à la ligne « ressources » les produits de la souscription et ces ressources nouvelles du château de Versailles. Enfin, l’article 9 rattache au chapitre « Dépenses » les crédits budgétaires accordés par l’État, et ce directement, ainsi que les crédits correspondant à la ligne « ressources » de l’article 8, par application de la procédure du « fonds de concours pour dépenses d’intérêt public »66. Un fonds de concours est donc une structure spéciale qui déroge aux règles budgétaires habituelles de non-affectation des recettes aux dépenses en créant des lignes de recettes nouvelles, dont le montant est entièrement et exclusivement affecté à des lignes de dépenses nouvelles, ce qui permet d’affecter à une cause précise les crédits en question. Ce système a l’avantage d’offrir la garantie que toutes les ressources générées dans le cadre de la sauvegarde sont effectivement utilisées dans ce but.

Une dernière précision concernant les mesures prises en faveur de la restauration est à ajouter. Par un arrêté du ministère des Finances du 1er décembre 1952, toute activité en lien avec la sauvegarde bénéficie d’une exonération de taxes :

  • 67 SACV, VT7, extrait d’un arrêté du ministère des Finances du 1er décembre 1952.

Le ministère a décidé que les manifestations organisées par le Comité national et par les comités départementaux bénéficieraient des exonérations prévues par l’article 12 de la loi du 24 mai 1952 en faveur des associations de tourisme ou d’éducation populaire67.

  • 68 Journal officiel des débats parlementaires, 8 nov. 1952, p. 4983.
  • 69 Cornu 1976, p. 116.

Enfin, concernant le financement, un cas particulier est à signaler : il s’agit de l’Opéra royal. Le montant des travaux indispensables est estimé à 330 millions ; grâce à l’intervention de Cornu, le casino d’Enghien s’engage à fournir dès 1951 30 millions par an pendant cinq ans, soit 150 millions spécifiquement accordés à sa restauration. En effet, « les casinos doivent consacrer aux manifestations artistiques 25 % de leurs recettes brutes68 ». Le casino d’Enghien y trouve d’ailleurs aussi un intérêt, car Cornu nous apprend dans ses mémoires que c’est le ministère de l’Intérieur qui accorde ou refuse l’autorisation des jeux aux casinos, mais après consultation préalable du ministère des Beaux-Arts. Suite à cette donation importante, Cornu est donc tout disposé en 1952 à donner un avis favorable au casino d’Enghien « présidé par un homme généreux et digne d’estime, Pierre Ducis69 ». L’État s’engage à prendre en charge le reste.

  • 70 Journal officiel des débats parlementaires, réponse du ministre André Cornu à Jean-Paul Palewski, 3(...)

En suivant le schéma évoqué précédemment, le financement de la tranche de 1953 se répartit de la manière suivante : crédit budgétaire : 365 millions ; loterie nationale : 400 millions ; ressources diverses prévues à l’article 8 de la loi du 3 février 1952 : 273 millions, dont 193 millions de francs recueillis par le Comité de sauvegarde, soit au total 1038 millions de francs70. L’objectif est donc largement atteint.

La réception de la campagne

Fin 1952, les éléments essentiels de la campagne sont en place ; il est intéressant à présent de se pencher sur sa réception, car si l’organisation du sauvetage de Versailles recueille sans aucun doute l’unanimité des Français, quelle que soit leur tendance politique, les moyens employés pour réunir les fonds nécessaires divisent.

Presque tous les reproches émis à l’égard de la campagne se trouvent résumés dans la phrase suivante :

  • 71 « Ce n’est pas la mendicité qui sauvera du désastre le château de Versailles », La Marseillaise de (...)

C’est une honte pour le gouvernement que de faire appel à la charité publique et de puiser dans la poche des visiteurs pour sauver notre château, alors que les 5 milliards représentent seulement une journée des crédits de guerre, qui eux s’élèvent à 1 500 milliards pour 195271.

  • 72 « Il faut sauver Versailles ! », L’Écho d’Oran, 19 janv. 1952 (SACV, VZ19).

On reproche tout d’abord à l’État de ne pas avoir réagi plus tôt pour éviter une telle situation : « quel particulier gèrerait ses biens avec autant d’insouciance ? […] En vérité, la nécessité où se trouve l’État de lancer un tel S.O.S. n’est-elle pas lamentable ? » s’interroge L’Écho d’Oran72. En effet, l’appel direct à la générosité des Français est souvent assimilé à de la mendicité et considéré comme une honte. De plus, la notion même de souscription nationale entraîne la méfiance, car elle peut être considérée comme une façon pour l’État de se désengager de ses responsabilités : en témoigne Le Monde du 12 février 1952, qui souhaite la réussite de la « quête », mais souhaite aussi « que son succès n’encourage pas l’État à se décharger d’une tâche qui lui incombe sur la générosité du public ».

  • 73 Jean Bouret, « Versailles vit un drame, celui de l’argent qu’on ne peut lui donner pour éviter que (...)

Les critiques se portent ensuite sur l’instauration d’un droit d’entrée. Cette mesure a été proposée de nombreuses fois par des particuliers et dans la presse avant le début de la campagne, à l’image du journal Le Franc-tireur, qui explique dès 1951 qu’« on ne saurait laisser un tel héritage improductif73 ». Mais lorsque la mesure est réellement appliquée les protestations s’élèvent, au motif principal que :

  • 74 « Ce n’est pas la mendicité qui sauvera du désastre le château de Versailles », La Marseillaise de (...)

Versailles appartient à tous ses habitants et à tous les Français et qu’ils le tiennent pour un bien à eux. Ils estiment intolérable que la barrière de l’argent puisse en interdire l’entrée à toutes les familles, personnes et étudiants pauvres74.

La question prend vite un tournant politique. Personnalités et journaux de droite, plutôt en faveur de l’instauration d’un droit d’entrée, et ceux de gauche, qui y sont majoritairement hostiles, s’opposent, comme en témoignent les réactions au sein même du conseil municipal de Versailles :

  • 75 Ibid.

À la réunion du conseil municipal du 25 janvier, M. P. Ferrenbach, au nom du groupe U.R.R. a fait part au conseil de l’émoi de la population de notre ville qui a été informée que le prix d’entrée du château de Versailles serait porté de 30 à 100 francs. […] Après cette protestation, il restait, bien entendu à entendre un argument réactionnaire, venant de la part d’un élu R.P.F. qui déclare : « Mais on trouve bien 100 francs et plus pour aller à un spectacle, on peut donc trouver 100 francs pour aller au château ! ». […] Le conseil municipal a, à la majorité, voté une protestation s’élevant contre l’augmentation du prix d’entrée75.

  • 76 « Pour sauver Versailles », Journal de l’amateur d’art, no 88, 28 mars 1952 (SACV, VZ24).
  • 77 André Marty-Cappas, « Du paquet de tabac au château de Versailles », Libération, 9 fév. 1952 (SACV, (...)
  • 78 Proposition de loi no 3257 présentée par les membres du groupe communiste, annexe au procès-verbal (...)

La critique la plus récurrente concerne les choix de répartition du budget de l’État. Nombreuses sont les voix à dénoncer le manque de crédits pour les monuments historiques, « tandis qu’on jette les milliards aux baraques Le Corbusier76 ». Et c’est surtout l’importance du budget militaire qui est critiquée, notamment dans les journaux communistes. Le journal Libération du 9 février 1952 s’étonne qu’on ne puisse pas trouver les cinq milliards nécessaires à la restauration de Versailles alors que le budget des dépenses militaires pour 1952 s’élève à 1 500 milliards de francs77. C’est dans cet esprit que le groupe communiste de l’Assemblée nationale émet une proposition de loi le 9 avril 195278 demandant à ce que l’État prenne en charge totalement les cinq milliards de francs nécessaires et que « le crédit nécessaire [soit] imputé en diminution au budget des dépenses militaires ». Cette proposition ne sera pas retenue, principalement car la guerre d’Indochine est toujours en cours à ce moment.

  • 79 Marcel Cornu est journaliste pour Les Lettres françaises, il n’a pas de lien familial avec André Co (...)
  • 80 Cornu 1952, p. 1 et 10.

Enfin, une dernière critique souvent faite à l’appel de Cornu est que, même s’il s’adresse spécifiquement aux Français, il n’en souhaite pas moins provoquer la générosité étrangère, possibilité à laquelle s’opposent particulièrement les communistes. Marcel Cornu79 précise dans l’hebdomadaire Les Lettres françaises que les membres du gouvernement « n’imaginent pas que recourir spontanément à la bienfaisance étrangère, la solliciter en faveur d’une œuvre aussi nationale que Versailles émousse l’ensemble du sentiment national80 ».

  • 81 « Il faut sauver Versailles ! », L’Écho d’Oran, 19 janv. 1952 (SACV, VZ19).

C’est donc avant tout la question du financement de la campagne de sauvegarde qui divise, mais elle relève avant tout des débats politiques, et dans la pratique, la campagne a rencontré un grand succès, car même « le militant le plus hostile aux fastes d’un régime aristocratique, ne sera pas le dernier à verser son obole : le peuple a le sens de la beauté, l’amour du bien commun : il sait que Versailles doit rester debout81. »

Participer à la sauvegarde (1952-1957)

La « sauvegarde de Versailles » ne se limite pas à la souscription lancée par le Comité national. De nombreux autres acteurs y contribuent également, et les liens qu’ils entretiennent entre eux, avec les conservateurs et avec le Comité sont parfois difficiles à définir.

Les contributions peuvent prendre la forme de dons en argent, de dons en nature ou bien d’organisation d’événements, aussi bien en France qu’à l’étranger. On distingue d’une part les actions « officielles », organisées par l’État à travers le Comité national et les comités départementaux, dont les bénéfices sont reversés au fonds de concours, et d’autre part les actions privées, organisées par des acteurs autres que l’État mais dont les bénéfices sont aussi reversés au fonds de concours. Enfin, il y a les actions privées, dont les bénéfices ne sont pas reversés au fonds de concours mais qui contribuent tout de même à la sauvegarde. Attachons-nous à la période qui s’étend de 1952, début officiel de la campagne avec la création du Comité national, à 1957, dernière tranche du plan quinquennal.

L’action du Comité national et des comités départementaux

Le Comité national

  • 82 Papeloux 1954, p. 28.
  • 83 Ibid.
  • 84 C. de Sanval, « Versailles retrouve les ors d’autrefois, II. Bilan du travail accompli », Combat, 2 (...)
  • 85 André Maurois, cité dans Versailles aux lumières 1954, p. 10.
  • 86 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pou (...)
  • 87 Oppermann 2006b.
  • 88 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pou (...)

La manifestation la plus mémorable mise en place par le Comité national, et aussi l’une de celles qui a donné le meilleur résultat, est la création d’un spectacle son et lumière intitulé À toutes les gloires de la France, inauguré en juin 1953. En partant de l’idée que « pour sauver le château, il faut aussi en exalter la signification82 », Cornu, enthousiasmé par un spectacle auquel il a assisté à Chambord l’année précédente, décide d’en créer un similaire à Versailles. Il fait appel à André Maurois et Jean Cocteau pour le texte, à Maurice Lehmann, administrateur des théâtres lyriques nationaux, pour la mise en scène, et à Jacques Ibert, directeur de l’Académie de France à Rome, pour la musique83. C’est un comité technique présidé par Gaston Papeloux et Roger Genébrier, préfet de Seine-et-Oise, qui en supervise l’organisation. En seulement trois mois, sous la direction de Japy et avec la contribution de l’Électricité de France et de la Radiodiffusion française, ce sont près de 2000 projecteurs et 55 kilomètres de câbles qui sont installés84. Les travaux permettent en même temps de construire un transformateur qui alimentera l’ensemble du château en électricité. Ils ont été financés grâce à une avance du comité départemental de la Seine et de la Société du syndicat d’initiatives des fêtes versaillaises. L’exploit technique est renforcé par l’utilisation d’une méthode nouvelle, la stéréophonie, qui donne l’impression aux spectateurs que les voix viennent d’endroits différents et se déplacent. Le spectacle reçoit un accueil et une critique plus que favorables auprès du public, ce qui satisfait André Maurois, pour qui « il est difficile d’évoquer, pour ceux qui ne l’ont point vue, l’harmonie qu’[ont] réalisée musiciens, acteurs et ingénieurs85 ». En trois ans, ce sont 650 000 spectateurs qui y assistent, dont 300 000 la première année, et le bénéfice au bout de ces trois années, après amortissement, est de 85 millions de francs86. Ce spectacle apporte une double contribution à la sauvegarde : financière tout d’abord, mais aussi culturelle et politique. En effet, il retrace les heures glorieuses de l’histoire de France à travers le château de Versailles, ce qui contribue à en faire un symbole national et républicain auprès des spectateurs87, qui « viennent de tous les pays et de toutes les classes sociales88 ». La nouveauté de ce type de spectacle stéréophonique et la prouesse qu’il constitue renforcent le rayonnement culturel de la France, comme en témoigne Papeloux :

  • 89 Ibid., rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegard (...)

Toutes ces opérations ne sont pas simplement de bonnes réussites financières. Elles constituent également un succès patriotique et culturel. Elles ont intéressé les Français et beaucoup d’étrangers à ces trésors de la culture française. Des ingénieurs allemands, russes, anglais, etc. sont venus visiter nos installations sonores et lumineuses et ont bien voulu considérer que, dans ce domaine, s’était manifesté encore une fois l’esprit de création de notre pays89.

  • 90 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pou (...)

Le Comité national est aussi à l’initiative de diverses publications. Même si les bénéfices sont les bienvenus, leur rentabilité n’est pas l’objectif principal. Un premier groupe de publications vise avant tout à exalter l’histoire et la beauté du domaine dans un souci de propagande. C’est le cas, par exemple, de Versailles : patrimoine national, témoin d’art et de grandeur, miroir du Grand Siècle de Mauricheau-Beaupré, dont le titre lui-même en dit déjà long. Il a achevé cet ouvrage juste avant sa mort, survenue lors d’un accident de voiture au Canada le 26 avril 1953, alors qu’il était parti y faire une tournée de conférences dans le cadre de la sauvegarde. Il retrace l’histoire du château et de ses restaurations successives, et y sont exaltées les valeurs qu’il représente tout en évoquant sa fragilité actuelle dans l’optique de susciter une adhésion à la sauvegarde. Le texte est accompagné de planches de photographies en couleur à la fin, mais aucune image ne montre les détériorations évoquées, on présente seulement les pièces récemment restaurées, comme la chambre de la Reine, qui illustrent les fastes de Versailles et qui témoignent du résultat que l’on pourrait atteindre avec une campagne bien menée. La préface de Cornu insiste sur le fait que la sauvegarde « est vraiment une cause nationale ». Cet album est édité et diffusé par les librairies de France et d’outre-mer au profit du Comité national. Il est présenté devant la presse et les caméras le 15 juin 1953, et il donne lieu à un court reportage au journal télévisé de 20 heures de l’O.R.T.F. le 16 juin (fig. 4). Le 15 décembre 1954, lors de l’assemblée générale du Comité national, Papeloux annonce que la vente de l’ouvrage a rapporté 10 millions de francs90. Un second ouvrage sera publié par le Comité national en 1958 : il s’agit de L’Opéra royal de Versailles de Japy. Son but ne sera plus de sensibiliser à la sauvegarde, mais de présenter ses résultats, comme en témoigne Japy dans une interview donnée à la radio le 11 décembre 1958 :

  • 91 « La restauration du Palais de Versailles », L’Art et la Vie : magazine des arts, 11 déc. 1958 (INA (...)

Le Comité de sauvegarde de Versailles a voulu faire voir ce qui s’était passé pour la restauration de ce théâtre, et pour pouvoir montrer ce qu’a été le goût du xviiie siècle aux gens qui ne peuvent pas venir jusqu’à Versailles91.

Fig. 4 : « Présentation du livre sur Versailles », Journal télévisé de 20 h, 16 juin 1953. Paris, Institut national de l'audiovisuel.

Vidéo muette.

Crédits : © INA

  • 92 Papeloux 1954.

Les publications du Comité national consistent également en différents articles ou livrets dont l’objectif est de tenir les lecteurs informés des activités et des résultats de la campagne de sauvegarde ; la plupart sont de Papeloux. C’est le cas du livret Pour sauver Versailles, publié en juin 195492, qui en une trentaine de pages reprend les grands objectifs de la sauvegarde, explique son fonctionnement et fait le bilan des activités qui ont été mises en place jusqu’à présent. Il est illustré de quelques photos montrant les résultats déjà obtenus ou les travaux en cours. Publié à la Documentation française, il est abondamment repris par la presse, qui utilise les mêmes formules et les mêmes exemples. Cornu s’en inspirera aussi fortement pour évoquer la sauvegarde dans ses mémoires. D’un esprit similaire, une revue intitulée La Chronique de Versailles, dont le premier numéro paraît en mai 1954, est créée. Elle se donne l’objectif suivant :

  • 93 L’Espée 1954, p. 2.

Ainsi, cette Chronique apportera-t-elle chaque mois aux amateurs d’art et d’histoire toutes les informations relatives aux efforts passés, présents et futurs, présentés par ceux-là mêmes qui assurent le sauvetage de Versailles et lui restituent son éclat93.

Cependant, il semble que l’entreprise ne soit pas allée au-delà du premier numéro.

  • 94 Le Coz 2011, p. 33.

Pour terminer cet aperçu de l’action du Comité national, une dernière manifestation est à mentionner : le défilé de haute couture organisé à la demande de Cornu sur les Cent-Marches de l’Orangerie en septembre 1952, au cours duquel les quarante plus grandes maisons de couture de Paris présentent chacune un modèle de robe portant le nom de Versailles94. Il s’agit d’associer Versailles à l’élégance et au prestige, et par là même de sensibiliser un public aisé au sort du château.

Les comités départementaux

  • 95 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pou (...)

Les comités départementaux ont eux aussi, à leur niveau, une action particulièrement efficace. D’après un rapport fourni par Gaston Papeloux lors de l’assemblée générale du Comité national du 15 décembre 1954, c’est le comité de la Seine qui arrive en tête des contributions avec près de 80 millions de francs, suivi du département de Seine-et-Oise avec 7 millions et, en troisième position, du département des Côtes-du-Nord, terre d’élection de Cornu, avec 5 millions. Les territoires d’outre-mer ne sont pas en reste, avec 3 millions pour Madagascar et 2 millions pour l’Indochine95.

  • 96 Ibid.
  • 97 Ibid., rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegard (...)
  • 98 SACV, (2) 1945-1961, document du comité départemental projetant une action sur le Tour de France, 2 (...)

Si le comité de la Seine a pu rassembler autant de contributions, c’est parce qu’il a eu l’idée d’organiser une grande tombola chaque année lors du Salon de l’auto et que celle-ci a généré de grands bénéfices : 26 millions de francs pour 1953 et 51 millions pour 195496. D’après un autre rapport de Papeloux de 1956, nous apprenons que « cette tombola est maintenant connue de la France entière. Le courrier [qu’il] reçoi[t] […] montre que les acheteurs de billets viennent de tous les départements. Elle a produit jusqu’ici plus de 150 millions97 ». Un reportage réalisé pour le journal télévisé de 20 heures de l’O.R.T.F. du 8 octobre 1952 (fig. 5), qui retrace la visite du président Vincent Auriol et de Cornu au Salon de l’auto, montre que le stand de la sauvegarde est placé à l’entrée du salon, dans un pavillon indépendant. Les voitures à gagner, offertes par les constructeurs, y sont exposées devant une toile de fond représentant le château. Le comité de Seine-et-Oise a également envisagé une opération de « vente-propagande » sur le Tour de France 1952, car certains membres du comité y ont déjà participé par le passé et ont « pu apprécier la valeur du travail d’opinion qui peut être réalisé sur les quinze millions de spectateurs du parcours98 ». Il n’a pas pu être vérifié si ce projet avait réellement été mis en place, mais la possibilité qu’il ait été envisagé montre à quel point la volonté de déclencher un mouvement d’opinion autour de la Versailles est forte.

Fig. 5 : « Le président Vincent Auriol visite le Salon de l’auto », Journal télévisé de 20 h, 8 oct. 1952. Paris, Institut national de l'audiovisuel.

Vidéo muette.

Crédits : © INA

  • 99 René Thierry, « L’exposition “Versailles et les maisons royales” évoque superbement les fastes d’au (...)
  • 100 Ibid.
  • 101 « L’inauguration de l’exposition “Versailles et les maisons royales” à l’hôtel de ville », Ouest Fr (...)
  • 102 « Au bénéfice de l’œuvre de restauration d’un prestigieux château, “Versailles et les maisons royal (...)

Ces initiatives restent cependant exceptionnelles, car, bien qu’émanant de comités départementaux, elles se déroulent à une grande échelle. L’exemple du comité d’Ille-et-Vilaine à Rennes est assez représentatif du type de manifestations plus habituellement organisées à ce niveau. À la demande de M. Benedetti, préfet d’Ille-et-Vilaine, et sous le haut patronage de Cornu, Mlle Berhaut, conservateur du musée des beaux-arts de Rennes, organise une exposition intitulée Versailles et les maisons royales99. De nombreux acteurs locaux sont impliqués, comme le Jardin des plantes de Rennes, qui prête des orangers pour évoquer l’entrée de l’Orangerie de Versailles. M. Bessou, professeur à l’école des beaux-arts de Rennes, réalise l’affiche et la couverture du catalogue. Il met également à contribution son atelier pour réaliser un « magnifique album de sérigraphie », Dix costumes Louis XIV, vendu à l’entrée de l’exposition au profit de la sauvegarde100. L’inauguration a lieu le 3 novembre 1952, avec une réception suivie d’une conférence de Mauricheau-Beaupré sur le thème de Versailles et la cour de France, et la projection du film Versailles, palais du Soleil, dont le scénario et les commentaires sont également de lui. De nombreuses personnalités politiques, culturelles, religieuses et militaires de la région et de nombreux correspondants de presse y assistent101. Entre la conférence et la projection du film, « d’aimables vendeuses [font] acheter des pochettes de cartes postales de Versailles102 ». La presse se fait un devoir d’encourager les visiteurs à pousser les portes de l’exposition, en présentant la visite comme un acte patriotique :

  • 103 René Thierry, « L’exposition “Versailles et les maisons royales” évoque superbement les fastes d’au (...)

Aussi n’est-ce pas seulement pour l’immense intérêt artistique et historique présenté par cette exposition que le public voudra venir en foule la visiter, comme les précédentes, mais encore pour remplir en quelque sorte une obligation morale, celle qui incombe à tout français fier de son pays et des gloires de son passé103.

  • 104 SACV, (2) 1945-1961, lettre de l’architecte des Bâtiments de France d’Ille-et-Vilaine et des Côtes- (...)

Enfin, la correspondance entre Japy et l’architecte des Bâtiments de France d’Ille-et-Vilaine et des Côtes-du-Nord révèle que, pour compléter son action, le comité départemental d’Ille-et-Vilaine a décidé de dresser au sein de la foire exposition de Rennes « un stand pour attirer l’attention du grand public sur la détresse du château104 » et que ce dernier sera décoré par les élèves de l’école des beaux-arts. Il est prévu d’y vendre des cartes postales au profit de la sauvegarde. Toutes ces activités démontrent bien que le but de la campagne n’est pas seulement de rechercher des fonds, mais aussi, par une action pédagogique, de faire découvrir ou redécouvrir aux Français le domaine. Le succès qu’elles ont rencontré illustre à quel point ceux-ci s’y sont impliqués.

Une dernière entreprise à signaler au niveau départemental est l’envoi le 26 mars 1952 par le ministre de l’Éducation nationale, aux recteurs et aux inspecteurs d’académie, d’une circulaire qui invite :

  • 105 Circulaire du 26 mars 1952 du cabinet du ministre aux recteurs et aux inspecteurs d’Académie.

tous les membres du corps enseignant, quelle que soit leur place dans la hiérarchie universitaire, à participer à l’action des comités départementaux de la sauvegarde de Versailles, à la favoriser par tous les moyens en leur pouvoir, à s’en faire les animateurs jusque dans les plus petites localités105.

  • 106 Correspondance présente au SACV, VZ19.

Cette invitation se traduit dans les faits par la réalisation de nombreuses quêtes dans les établissements scolaires, ce dont témoigne la correspondance des services de conservation du château106. Certaines lettres accompagnant les dons ne sont pas dénuées d’humour.

  • 107 SACV, VZ19, lettre d’une élève d’une classe de 5e du collège moderne et technique de Vichy à Charle (...)

Nous vous envoyons bien peu de chose : un peu plus de trois mille francs pour les élèves de trois classes du collège moderne et technique de Vichy. Ce n’est pas une souscription, c’est une pénitence que nous avons acceptée avec enthousiasme. Un de nos professeurs a trouvé que nous devions une pierre à la reconstruction de Versailles pour compenser notre démolition quotidienne du français : nous avons trouvé cela très juste107.

Les comités étrangers

  • 108 « André Cornu : souscription à la restauration du château de Versailles », Paris vous parle, 18 fév (...)
  • 109 J.-L. Berthier, « Il faut sauver Versailles ! nous dit M. André Cornu, secrétaire d’État aux Beaux- (...)

En ce qui concerne l’étranger, aucun comité n’est fondé sous l’égide du Comité national ou à la demande de celui-ci. En lançant son appel, Cornu s’adresse spécifiquement « à tous les Français », même si implicitement il espère aussi toucher l’étranger ; « à Versailles en effet, tout homme civilisé prend conscience de sa dignité et rend grâce au génie français d’en avoir donné le magnifique témoignage108 ». Mais pour des raisons évidentes, une aide financière extérieure n’est jamais officiellement demandée par la France à un autre État. De même que la proposition faite par certains États de lancer un appel en faveur de la France est déclinée : « Un État de l’Amérique du Sud voulait faire un appel. À tous ces amis émouvants, nous avons dit que la France allait faire d’abord un effort personnel de manière à montrer l’exemple à ses admirateurs étrangers109. » En revanche, lorsque les dons étrangers viennent de particuliers ou qu’ils sont récoltés par l’intermédiaire de groupements privés, ils sont bien entendu acceptés, comme le précise Papeloux :

  • 110 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pou (...)

À l’égard de l’étranger, nous n’avons pas voulu sembler tendre la main. Naturellement, nous avons accepté avec reconnaissance les dons qui nous étaient faits par solidarité culturelle pour nous aider à sauver le chef-d’œuvre du génie humain dont notre pays est le créateur et le dépositaire110.

Les contributions privées en faveur du comité national

En dehors des manifestations officielles, créées et organisées par le Comité national et les comités départementaux, des initiatives proposées par des acteurs privés, au bénéfice du fonds de concours, voient le jour. Leurs objectifs sont les mêmes : contribuer à la renommée de Versailles et au financement des travaux.

Sacha Guitry : Si Versailles m’était conté

  • 111 Document dactylographié du 29 avril 1953 titré « Versailles », Sacha Guitry en est le probable aute (...)

En premier lieu vient le film de Sacha Guitry, Si Versailles m’était conté, tourné à Versailles entre le 6 juin et le 18 septembre 1953, et sorti dans toute la France en février 1954. Il rencontre un énorme succès populaire avec près de 7 millions d’entrées, ce qui en fait un ambassadeur parfait de la cause de Versailles auprès du public, bien qu’il ne soit ni subventionné ni commandé par l’État. Dès la genèse du projet, Guitry « désire formellement que, sans en avoir l’air, ce film serve les intérêts sacrés de la France, souligne sa grandeur et le prestige incomparable de Versailles111 ». Un tel projet ne pouvait que rencontrer l’approbation du secrétariat d’État aux Beaux-Arts, dans le contexte de la campagne de sauvegarde. Par un contrat passé avec la société de production du film, il autorise donc le tournage au sein du domaine. En contrepartie de ce concours matériel estimé à 10 millions francs, l’article 3 dudit contrat prévoit que :

Jusqu’à complet versement de la somme de 10.000.000 Frs, représentant le concours de l’État, 100 % des recettes seront attribuées à celui-ci ; toutes les recettes ultérieures seront réparties indéfiniment à raison de 20 % à l’État, 80 % à la société de production des films de court et long métrage C.L.M.

  • 112 AN, 373AP/8, contrat de production du film Si Versailles m’était conté et aide financière de l’État (...)
  • 113 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pou (...)
  • 114 Voir à ce sujet Baecque 2004.
  • 115 Journal officiel des débats parlementaires, 19 mars 1954, p. 1060-1062.
  • 116 Ibid., p. 1062.

Il précise également que les sommes revenant à l’État seront « imputées à une ligne spéciale inscrite au budget général et intitulée : ressources affectées à la restauration et à la conservation du Domaine national de Versailles112 », soit la ligne 7 de la loi du 3 février 1953. Ainsi, d’après les estimations, ce sont près de 40 millions de francs qui sont attendus par le Comité national113. Une controverse se développe quant à l’interprétation de l’histoire par Sacha Guitry114, et de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer le film, dont celle de M. Palewski, préfet de Seine-et-Oise et vice-président de l’Assemblée115. Cependant, s’il ne cautionne pas Guitry, il admet qu’il est vrai « que l’argent n’a pas d’odeur et qu’il faille le prendre pour assurer l’avenir de notre palais national116 ». Tous les moyens sont bons pour assurer la sauvegarde de Versailles.

Malgré cette controverse, le film remplit son rôle au service de la sauvegarde de Versailles, aussi bien en France qu’à l’étranger.

  • 117 SACV, (2) 1945-1961, procès-verbal de l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du (...)

M. Herpin, Inspecteur général représentant M. Boucciran, Directeur Général au Tourisme, tient à signaler que la publicité faite à l’étranger par le film Si Versailles m’était conté est sensationnelle. Il a été appelé au hasard d’une inspection à visiter les bureaux de tourisme français de Suisse. Il a pu constater à Zurich et à Genève quatre fois plus de demandes de renseignements sur Versailles depuis que les murs de ces villes sont couverts d’affiches publicitaires. Le tourisme français bénéficie donc de cette publicité qui ne lui coûte rien et les bureaux français sont assaillis de demandes117.

Enfin, dans le film, Guitry fait un clin d’œil à la campagne de sauvegarde qui mérite d’être remarqué. Louis XIV s’adresse à Colbert :

  • 118 Baecque 2004, p. 161.

Plus il aura coûté, mon beau château, plus il rapportera. Et je suis convaincu que dans cent ans, dans deux cents ans, dans trois cents ans, celui qui régnera sur la France d’alors saura le préserver des injures du temps, tant il sera le témoignage de la grandeur de mon pays118.

La contribution financière des particuliers

Autres initiatives privées qui bénéficient au fonds de concours, les dons de particuliers sont de plusieurs types. Les plus nombreux sont les dons modestes envoyés au Comité :

  • 119 « Pour la sauvegarde du château de Versailles, les budgets modestes ont répondu en grand nombre à l (...)

Les plus nombreuses souscriptions sont de 1 000, 500, 200 francs. Elles parviennent d’employés, de fonctionnaires, d’ouvriers, de retraités, et sont très souvent accompagnées de lettres émouvantes qui montrent l’écho rencontré par la campagne que le Comité a entreprise119.

En effet, ces lettres d’accompagnement témoignent aussi des motivations des donneurs, qui sont artistiques, culturelles, mais surtout patriotiques, comme cette lettre d’un groupe de combattants d’Indochine :

  • 120 Papeloux 1954, p. 13. Lettre non datée.

Je serai heureux que vous vouliez bien accepter un don que je vous adresse en mon nom personnel et en celui de mon escadron, pour la sauvegarde du château de Versailles. Nous avons été très émus d’apprendre le danger qu’il court, et ce don n’est que la marque de notre gratitude pour tous les magnifiques souvenirs auxquels se rattache ce noble cadre. « Nec pluribus impar » est aussi la devise de mon régiment. Le combat qu’il mène en Indochine, hélas dans un décor moins somptueux, moins enchanteur, dans les ténèbres de la jungle, est de la même veine que la vôtre, la sauvegarde des mêmes et vraies grandeurs120.

Le Comité de sauvegarde, toujours dans un souci de susciter les dons, sait utiliser ce genre de lettres, qui sont citées en exemple dans la presse ou à la radio, comme en témoigne cette seconde lettre envoyée par un Strasbourgeois :

  • 121 Ibid.

Nous avons été profondément émus, ma femme et moi, en entendant à la radio le texte de la magnifique lettre par laquelle le commandant du 5e escadron du 1er régiment étranger, qui se bat dans la jungle d’Indochine, accompagnait la contribution de cet escadron à la restauration du château de Versailles. Un pays dont la jeunesse est animée d’un pareil idéal et inspire de tels gestes à ceux qui se battent pour lui, peut garder tous les espoirs121.

Parallèlement à ces petits dons, qui sont souvent anonymes et désintéressés, d’autres, plus importants, qui ont un écho spécifique dans la presse, sont effectués par de riches particuliers, la plupart du temps étrangers. C’est le cas par exemple d’Arturo Lopez-Willshaw, mécène chilien, qui donne 25 000 dollars pour restituer les soieries de la chambre du Roi. Mais le don qui a le plus grand retentissement est celui du Rockefeller Brothers Fund en 1954. Les frères Rockefeller souhaitent en effet, en donnant 100 millions de francs, renouveler le geste de générosité de leur père, John D. Rockefeller, Jr., en faveur du domaine dans les années 1920. Les circonstances dans lesquelles ce don a été remis sont racontées par Cornu dans ses mémoires :

  • 122 Cornu 1976, p. 138.

J’envoyai, dès le début de l’appel, un télégramme à son fils [David Rockefeller] […] pour le remercier du geste qu’avait eu son père. Il prit son avion personnel et arriva à Paris. J’organisai un déjeuner au château, […] après la « visite du propriétaire » dans le domaine, je trouvai sous ma serviette un chèque de 100 millions122.

  • 123 AMN, V2 1950-1971, lettre du 9 décembre 1953 informant André Cornu de la donation Rockefeller.
  • 124 SACV, VZ24, lettre de Van der Kemp à Papeloux, 7 janv. 1954.
  • 125 Ibid., VZ19, texte du communiqué diffusé dans la presse le 5 janvier 1954 par le secrétariat d’État (...)
  • 126 Ibid.
  • 127 « Chèque de 100 millions de francs pour Versailles », Les Actualités françaises, 14 janv. 1954 (INA (...)
  • 128 L’Humanité, 6 janv. 1954, cité dans Oppermann 2006b, p. 124.

La description faite par Cornu est en fait un peu rapide, car la donation de 100 millions de francs a lieu en réalité le 5 janvier 1954, soit plusieurs mois après la visite de David Rockefeller en France123. Il semble également que William Welles Bosworth, architecte et ami de la famille, administrateur de la première donation, ait lui aussi joué un rôle dans l’affaire : « Mr Welles Bosworth est pour beaucoup dans la décision qu’ont entreprise les Rockefeller de renouer avec Versailles », écrit le conservateur du musée de Versailles Gérald Van der Kemp à Papeloux124. Comme en témoigne le communiqué de presse du secrétariat d’État aux Beaux-Arts du 5 janvier 1954125, le don est particulièrement bien accueilli, et l’information largement relayée dans toute la presse. Partout, on fait l’éloge de ce « geste d’amitié et de solidarité culturelle126 », y compris dans les Actualités françaises127. Seul L’Humanité s’oppose à la participation de capitaux étrangers dans la restauration du domaine national : « c’est à cette extrémité que nos gouvernants mènent la France : faire dépendre la restauration du patrimoine national d’aumônes étrangères128 ».

  • 129 AMN, V2 1950-1971, lettre du 9 décembre 1953 informant André Cornu de la donation Rockefeller.
  • 130 « La restauration du Palais de Versailles », L’Art et la Vie : magazine des Arts, 11 déc. 1958, ent (...)
  • 131 SACV, (2) 1945-1961, rapport de Marc Saltet au ministre de l’Éducation nationale sur l’utilisation (...)
  • 132 MDP, 80/1/10, résumé de la conférence de presse tenue par le directeur de l’Architecture le 19 avri (...)
  • 133 SACV, (2) 1945-1961, rapport de Marc Saltet au ministre de l’Éducation nationale sur l’utilisation (...)

En ce qui concerne l’utilisation de la donation, les frères Rockefeller disent avoir beaucoup apprécié, lors de leurs visites à Versailles, « le Petit Trianon, le Hameau, le Pavillon Français et les pièces d’eau129 » ; aussi souhaitent-ils que leur argent soit utilisé pour restaurer cette partie du domaine. Cette proposition est acceptée par le Comité national, bien que cela n’ait pas été prévu dans le plan quinquennal initial130. Les travaux sont achevés quatre ans plus tard, et ils font l’objet d’un rapport de Marc Saltet daté du 3 octobre 1958131. Celui-ci nous apprend tout d’abord que le programme de restauration a été soumis à l’approbation de Bosworth, comme cela avait été le cas lors de la première donation. Ensuite, le rapport détaille les travaux entrepris dans chaque bâtiment et leur montant. Plusieurs remarques s’imposent. Tout d’abord, la priorité est donnée aux travaux de « sauvegarde », telle que l’avait définie Perchet : « maçonnerie, charpente, couverture132 ». Ensuite, Saltet explique que si la donation Rockefeller permet d’ouvrir des chantiers, les dommages se révèlent être plus importants que prévu : pour mener les travaux à bien, il est donc nécessaire de faire appel aux crédits du fonds de sauvegarde. Ainsi, si la donation Rockefeller apporte 100 millions de francs, le coût final des travaux est estimé à 475 millions133. Le Comité national les financera donc à près de 80 %. Mais c’est le nom de Rockefeller qui restera associé à la restauration de cette partie du domaine, et le Comité se gardera bien de préciser l’importance de sa participation. En effet, la publicité faite autour d’un tel don et l’image positive qu’en retire la famille Rockefeller peuvent attirer de nouveaux mécènes cherchant eux aussi à associer leur nom au prestige de Versailles. L’apport de cette donation n’est donc pas seulement financier.

La contribution matérielle des particuliers

Les dons de particuliers en faveur du Comité national peuvent aussi s’effectuer en nature ; ils sont essentiellement le fait d’entreprises, d’artistes et plus rarement de particuliers.

Les entreprises

  • 134 Ibid., lettre de Gaston Papeloux à André Japy, 5 janv. 1953.

De nombreuses entreprises souhaitent participer à la sauvegarde de Versailles, et certaines choisissent de le faire par une contribution en nature, car leur domaine s’y prête. Ce genre d’opération n’est pas totalement désintéressée car elle leur permet de s’assurer de la publicité en cas de donation importante et médiatisée, et éventuellement de bénéficier de commandes ultérieures à Versailles ou ailleurs. Par une lettre du 5 janvier 1953134, Papeloux apprend par exemple à Japy que Camille Farat, représentant de la Société d’étanchéité et d’asphaltage du Sud-Ouest à Toulouse, souhaite faire don d’un wagon de 10 tonnes d’asphalte pour la restauration des allées du château, et précise que « le Ministre estime qu’il est de notre devoir d’accepter ces dons en nature toutes les fois que leur utilité est possible ». Par une autre lettre du 18 mars 1959, il demande à Jacques Jaujard de bien vouloir faire signer à André Malraux une lettre de remerciement pour :

  • 135 AN, 19890127/51, lettre de Gaston Papeloux à Jacques Jaujard, 18 mars 1959.

la firme Publicis qui abandonne chaque année le montant de ses commissions pour les frais de publicité du spectacle son et lumière. […] Jusqu’à présent, de telles lettres ont été soumises à la signature du ministre dans le but d’encourager de pareils dons135.

Ce geste équivaut à une donation de 250 000 francs.

  • 136 SACV, (2) 1945-1961, lettre du ministre de l’Éducation nationale à Marc Saltet, 28 fév. 1955.
  • 137 Cornu 1976, p. 137.
  • 138 AN, 19890127/51, J.-M. Boulan, rapport moral de l’assemblée générale de la Société des amis de Vers (...)

La période de la sauvegarde de Versailles est aussi celle qui voit la reconstitution des grilles de fer forgé qui séparent la cour de Marbre du vestibule de l’escalier de la Reine, détruites en 1793. Elles sont offertes par le maître ferronnier Edgar Brandt sous la forme d’un don de deux millions de francs au Comité national, en contrepartie de la commande des six grilles136. Cornu dit avoir obtenu ce don de l’un des associés de Brandt au cours d’une partie de chasse chez l’un de ses amis137. Leur réalisation demandera dix-huit mois de travail, et les ouvriers les reconstitueront en utilisant les méthodes du xviie siècle. Cette donation est donc l’occasion de mettre en avant la qualité de l’artisanat d’art français, ce qui se traduit par la promotion au grade d’officier de l’Académie des artisans qui les réalisent, et la promotion au grade de commandeur dans l’ordre national de la Légion d’honneur d’Edgar Brandt sur proposition de Van der Kemp138. Les grilles sont inaugurées le 26 juin 1956 lors d’une cérémonie présidée par Jacques Bordeneuve, secrétaire d’État aux Arts et aux Lettres, en présence de nombreuses personnalités et des médias. Cet événement donne lieu à un reportage des Actualités françaises du 4 juillet 1956, qui a insiste surtout sur l’habileté technique des artisans :

  • 139 « Reconstitution des six grilles et inauguration du château de Versailles », Les Actualités françai (...)

Délaissant les techniques modernes, 12 maîtres ferronniers ont retrouvé les outils et la patience des maîtres forgerons du xviie siècle pour reconstituer les 6 grilles monumentales du Palais de Versailles, détruites pendant la Révolution. Forgeant, allongeant, calibrant à la main chaque élément, chaque motif, ils ont consacré 18 mois, 25 000 heures de travail à faire renaître ces 6 pièces uniques139.

Les artistes

  • 140 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pou (...)

En dehors des entreprises, les artistes et intellectuels n’hésitent pas, eux non plus, à se montrer généreux en faveur de la sauvegarde de Versailles. Matisse, par exemple, donne 200 lithographies, dont le produit de la vente dépasse un million de francs. Maurice Utrillo, de son côté, donne un tableau représentant l’entrée du château, reproduit sur des timbres et en cartes postales mises en vente à partir de décembre 1952 (fig. 6). En décembre 1954, la vente en a rapporté quatre millions de francs140.

Fig. 6 : Timbre-poste émis le 22 décembre 1952 et carte postale représentant l'entrée du château de Versailles, d’après un tableau de Maurice Utrillo, gravé par Cheffer.

Fig. 6 : Timbre-poste émis le 22 décembre 1952 et carte postale représentant l'entrée du château de Versailles, d’après un tableau de Maurice Utrillo, gravé par Cheffer.

© Tous droits réservés

Les contributions privées en faveur du musée

Enfin, il existe des acteurs privés qui eux aussi participent à la sauvegarde, mais d’une manière que l’on peut qualifier de parallèle à celle de l’action du Comité national. Même s’ils sont en lien avec cet organe officiel, les bénéfices de leurs actions ne sont pas prioritairement destinés au fonds de concours.

La Société des amis de Versailles

  • 141 Ibid., VO1, brochure de 1907 pour devenir membre de la Société des amis de Versailles.
  • 142 De Rohan, De L’Espée et Pérouse de Montclos 2011, p. 19.

En premier lieu vient l’action de la Société des amis de Versailles. Fondée en 1907 et reconnue d’utilité publique par décret du 13 avril 1913, son siège social se trouve au pavillon de Marsan du palais du Louvre. Elle se fixe pour objectif « d’apporter à l’État son concours pour la sauvegarde et le bon entretien du domaine de Versailles et pour l’accroissement des richesses artistiques qui y sont contenues141 ». Elle se propose également « d’organiser des manifestations d’art propres à faire connaître et apprécier tout ce que le domaine de Versailles comporte d’enseignement pour le public142 ». Ce qui correspond parfaitement aux buts que s’est fixés le Comité national quarante-cinq ans plus tard. Aussi, il est légitime de se demander pourquoi la Société des amis n’est pas été « utilisée » pour mener à bien la campagne de sauvegarde. D’autant plus que dès 1951, Mauricheau-Beaupré écrit au duc de Brissac, président de la société depuis 1947 :

  • 143 SACV, VZ19, lettre de Charles Mauricheau-Beaupré au duc de Brissac, 22 déc. 1951.

Le moment me paraît particulièrement favorable pour elle [la Société des Amis de Versailles] en profitant de toute la publicité faite autour de la misère de Versailles, pour canaliser une part à son profit et pour rappeler qu’elle est évidemment l’intermédiaire idéale des générosités particulières. […] Il me paraît essentiel pour la Société de s’affirmer actuellement, et de ne pas se laisser distancer dans des initiatives qui lui reviennent. Elle a joué pendant quelques années un rôle si effacé, que d’autres organisations pourraient le lui souffler143.

Toutefois, le Comité national est créé en janvier 1952, ceci en dit long sur la portée que l’État attache à la sauvegarde en voulant devenir l’acteur prioritaire de la protection d’un domaine national aussi prestigieux et chargé de signification que Versailles. La restauration du domaine devient une affaire politique que l’État ne veut pas laisser entre les seules mains d’une société privée, même reconnue d’utilité publique. Dès lors, il faut que la Société des amis de Versailles réussisse à trouver sa place dans la sauvegarde. Le lendemain de l’appel lancé par Cornu, elle fait paraître un encart dans la presse :

  • 144 « Pour la sauvegarde du Palais de Versailles », France illustration, 2 fév. 1952 (SACV, VZ19).

Au moment même où des appels sont lancés pour réunir les 5 milliards nécessaires pour les indispensables réparations à effectuer dans le palais de Versailles, la Société des amis de Versailles nous prie de rappeler qu’elle est habilitée à recevoir tous dons en faveur de Versailles144.

  • 145 AN, 19890127/51, livrets sur la situation financière de la Société des amis de Versailles au 31 déc (...)
  • 146 Ibid., rapport sur la Société des amis de Versailles depuis 1947 signé par le duc de Brissac et des (...)
  • 147 MDP, 80/1/10, résumé de la conférence de presse tenue par le directeur de l’Architecture le 19 avri (...)
  • 148 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pou (...)

Il est donc clair que les Amis de Versailles entendent participer pleinement à la campagne de sauvegarde, mais ce sera par une action parallèle et complémentaire à celle du Comité national. L’analyse des bilans financiers de la Société145 montre que son action s’est essentiellement dirigée vers la conservation du musée, ce qui est confirmé par le duc de Brissac dans un rapport de 1959 : « dans toutes ses activités, la Société agit de concert avec la conservation du château dirigée par M. Van der Kemp146 ». En effet, les sommes récoltées dans le cadre du Comité national sont gérées par la direction de l’Architecture et essentiellement destinées aux travaux de « sauvegarde » tels que définis par Perchet147. Ainsi, sur le milliard de francs annuel, la conservation du musée se voit seulement accorder la somme de 40 millions148. La Société des amis a donc choisi de soutenir le musée.

  • 149 Ibid., VZ24, lettre du Dr Rigal à Van der Kemp, 17 août 1955.
  • 150 Ibid., lettre de Van der Kemp à M. Douhéret, instituteur à Argenteuil, 31 janv. 1956.

Si la différence entre le Comité national et les Amis de Versailles est claire pour les protagonistes principaux de la sauvegarde, elle ne l’est pas toujours pour les gens qui souhaitent faire un don. Une certaine confusion est constatée à travers l’analyse de la correspondance et plusieurs lettres sont adressées à la conservation du musée pour savoir si un don en faveur du Comité national donne le droit de faire partie des Amis de Versailles149. Cette confusion est aussi entretenue par la conservation qui a tout intérêt à orienter les gens vers la Société des amis de Versailles quand ils écrivent pour demander où ils doivent adresser leur participation150.

  • 151 AN, 19890127/51, rapport sur la Société des amis de Versailles depuis 1947 signé par le duc de Bris (...)

Les actions menées par les Amis de Versailles dans le cadre de la sauvegarde sont ainsi de plusieurs types. Elles prennent tout d’abord la forme d’une contribution financière qui est pour une part reversée au fonds de concours du Comité national. Ainsi, entre 1954 et 1958, la société a versé au Comité national 20 028 689 francs151. Mais la principale consiste donc à recueillir les dons en faveur du musée :

  • 152 Ibid. p. 5.

Ainsi, les fonds très importants que M. Van der Kemp a pu susciter parmi les mécènes de ses relations en France et à l’étranger, sont remis à la responsabilité de la Société des amis de Versailles qui les tient à la disposition du conservateur à mesure de ses demandes de règlements des travaux auxquels ces dons sont affectés152.

  • 153 Ibid.

La plupart des sommes reçues sont destinées à des travaux précis par les donateurs. C’est ainsi que les Amis de Versailles sont amenés à gérer les 43 702 126 francs de la donation Kress en 1957, destinés à la restitution des soieries du lit de la reine153.

  • 154 Ibid., p. 6.
  • 155 Rohan, L’Espée et Pérouse de Montclos 2011, p. 19.
  • 156 AN, 19890127/51, rapport sur la Société des amis de Versailles depuis 1947 signé par le duc de Bris (...)

La contribution des Amis à la sauvegarde est aussi matérielle, par l’enrichissement des collections ou l’accueil des dons de mobilier ou de tableaux, comme en 1955 avec la donation Durand composée d’un important mobilier xviiie siècle154. Soit par acquisition pour le musée, par exemple, avec l’achat d’une commode d’Étienne Levasseur ayant appartenu au comte d’Artois en 1955155, ou bien par participation à une acquisition, comme c’est le cas pour le portrait de Marie-Antoinette par Kucharski à hauteur de 2 000 000 francs156.

  • 157 Ferrand 2005, p. 86.
  • 158 SACV, VO1, lettre de Fribourg à Van der Kemp, 20 déc. 1956.

Il est à remarquer que la plupart de ces dons proviennent de l’étranger et que la majorité d’entre eux sont faits grâce à ce que Franck Ferrand définit comme le « système Van der Kemp », c’est-à-dire « un réseau d’influences amicales dévouées à Versailles, et dont la plupart n’[ont] même pas besoin, pour agir, d’être requises d’une manière formelle157 ». Afin de favoriser ces donations, Van der Kemp réussit d’ailleurs à mettre sur pied un système de reconnaissance par attribution de la Légion d’honneur : « je dois vous dire que c’est pour moi un grand succès d’avoir obtenu les rubans de Mme Barbara Hutton, de M. Arturo Lopez, de M. Kress et de M. Brandt ». Et il semble même parfois que l’attribution de cette décoration soit une motivation importante pour les donateurs. Afin d’obtenir la donation de M. Kress, René Fribourg, trésorier des American Friends of Versailles, écrit à Van der Kemp : « il faudrait que vous fassiez un effort immédiat auprès du Ministère pour obtenir la rosette qui semble devoir mettre tout en mouvement158 ».

  • 159 AN, 19890127/51, livret sur la situation financière de la Société des amis de Versailles au 31 déce (...)

Enfin, la contribution des Amis à la sauvegarde est également particulièrement importante en ce qui concerne la mise en valeur du domaine, ceci en grande partie grâce au film Versailles domaine royal de Roger Lagrave. Ce film, réalisé selon un procédé nouveau de « fondu-enchaîné », est offert à la Société des amis par son inventeur. Son exploitation permet non seulement de générer de très importants bénéfices159, mais aussi de contribuer à valoriser l’image de Versailles lors des très nombreuses séances de projection, aussi bien en France qu’à l’étranger. En effet, ce sont près de cinq cents vues du domaine qui se succèdent : elles montrent aussi bien l’architecture que le parc, les bosquets, les fontaines et les collections historiques du musée, le tout sur un fond musical accompagné d’un commentaire poétique. La projection est toujours accompagnée d’une conférence. Le film est présenté pour la première fois à Paris le 28 janvier 1955, avant de partir en tournée en province :

  • 160 SACV, VT7, lettre de Van der Kemp à Jacques Jaujard, 10 déc. 1955.

Les Amis de Versailles ont entrepris à l’aide d’une camionnette Citroën entièrement équipée et sonorisée, une campagne de propagande à travers la province pour porter dans toutes les villes le film en couleurs sur Versailles que Monsieur Roger Lagrave a fait160.

  • 161 AN, 19890127/51, rapport sur la Société des amis de Versailles depuis 1947 signé par le duc de Bris (...)
  • 162 SACV, VD4, note non datée et non signée (postérieure à 1955) résumant l’histoire de la Société amér (...)
  • 163 SACV, VD4, lettre du US Treasury Department aux American Friends of Versailles du 14 novembre 1955.
  • 164 Ibid., VO1, lettre de René Fribourg au duc de Brissac, 5 nov. 1954.
  • 165 Van der Kemp « La générosité américaine a rendez-vous à Versailles », France-USA, organe mensuel de (...)

La tournée s’étend même hors de nos frontières : elle « contribu[e] à augmenter à l’étranger, notamment en Suisse, Belgique, Espagne, Afrique du Nord et même Congo Belge, le renom et le prestige de Versailles161 ». La Société des amis de Versailles a en effet une importance considérable dans la relation avec l’étranger, car si le Comité national ne peut pas ouvertement chercher des fonds à l’étranger, la Société des amis, elle, le peut, et elle va servir de modèle à plusieurs associations d’amis de Versailles à l’étranger. La plus importante étant celle des American Friends of Versailles, fondée en mai 1953162, dont la présidence d’honneur est assurée par le duc de Brissac. Si de grands espoirs sont au départ placés dans cette société, notamment par Van der Kemp, son action va cependant très vite se retrouver limitée, car les avantages fiscaux dont elle bénéficie sont supprimés en novembre 1955, au motif que les fonds récoltés sont utilisés pour restaurer un monument appartenant à l’État français163. Les dons effectués par les Américains n’étant plus déductibles du montant de leurs impôts, les American Friends se voient dans l’obligation de suspendre leur activité, de verser la somme rassemblée jusqu’alors à la Société française des amis de Versailles et d’orienter les donateurs vers les Amis français. Les deux principales contributions faites par l’intermédiaire de cette société avant sa suspension sont un don de 10 000 dollars de David Bruce, destiné à la réparation de l’escalier du Petit Trianon – il souhaite que son don reste anonyme164 – et l’acquisition de deux encoignures de Riesener provenant du salon des jeux du Roi, avec les fonds des American Friends et grâce à l’intervention de l’ambassadeur américain à Paris, Douglas Dillon165. Cette dernière donation donne lieu à une cérémonie de remise le 18 décembre 1956 à Versailles.

La contribution de la presse à la sauvegarde

Enfin, la presse contribue également à sa façon à la sauvegarde. Les années 1950 se caractérisent par un développement massif de tous les types de médias : presse écrite, radiodiffusion, télévision, cinéma. Les services du château et le Comité national vont savoir les utiliser au profit de la sauvegarde et, une fois la campagne lancée, les médias contribuent fortement à son succès en y participant activement. Pour commencer, le Comité national cherche à faciliter le travail de la presse en faveur de Versailles en multipliant les conférences et les communiqués de presse, afin de s’assurer que le message soit correctement et largement relayé. Cornu donne également pour consigne de

  • 166 SACV, (2) 1945-1961, lettre de Cornu à Japy, 30 mai 1952.

vouloir bien donner toutes facilités aux journalistes qui désirent prendre des photographies du château de Versailles aux fins d’aider la publicité en faveur des galas qui vont être organisés au bénéfice du Comité National pour la Sauvegarde du château de Versailles166.

  • 167 Ibid., VD4, lettre de Van der Kemp à Wladimir Porché, 10 janv. 1956.
  • 168 Ibid., VD4, autorisation de filmer délivrée le 30 mars 1956 par René Perchet au président directeur (...)

Des thématiques variées sont relevées concernant les articles ou émissions relatifs à la sauvegarde. Ils peuvent faire de la publicité pour les manifestations organisées, Van der Kemp en particulier va savoir sur ce plan mettre à profit ses relations dans le milieu de la presse. Ami de Wladimir Porché, le directeur de la Radiodiffusion, il n’hésite pas à lui demander d’annoncer gratuitement les séances du film de Lagrave au profit de la Société des amis de Versailles167. Tout un travail de mise en valeur du domaine est également effectué. En ce qui concerne la production de films, par exemple, une fois que la campagne est lancée, il n’est plus question de montrer des images faisant ressortir les besoins de réparations, le but recherché par le Comité comme par les conservateurs est de montrer l’avancée des travaux et d’assurer la promotion du domaine à travers la projection d’images flatteuses pour susciter l’admiration des spectateurs. Par exemple, lorsque des autorisations de filmer sont délivrées, les conditions précisent que la société « s’engagera à inclure lors du passage sur l’antenne des vues du Domaine National de Versailles, un commentaire susceptible de provoquer auprès des téléspectateurs un vif intérêt pour le château ou pour les spectacles qui y sont donnés168 ». Un autre thème fréquemment retrouvé dans la presse, mais aussi à la radio ou dans les reportages vidéo est la présentation de l’avancée des travaux au sein du domaine en général ou d’un événement particulier comme une inauguration. Un reportage muet du journal télévisé de l’O.R.T.F. du 26 juin 1956 illustre bien ce cas (fig. 7). Après une rapide présentation de l’inauguration des grilles de la cour de Marbre, le montage fait se succéder des vues montrant les travaux en cours et plusieurs plans avant/après pour montrer que les travaux se poursuivent avec succès.

Fig. 7 : « Inauguration des nouvelles grilles de Versailles », Journal télévisé de 20 heures, 26 juin 1956. Paris, Institut national de l'audiovisuel.
Crédits : © INA

La participation à la sauvegarde prend donc des formes très variées, que ce soit par des dons en argent, en nature ou par l’organisation d’événements, et toutes ont permis que soit atteint l’objectif de récolter suffisamment de fonds pour permettre le financement des travaux.

Bilan financier et travaux réalisés (1953-1957)

Bilan financier de la sauvegarde et utilisation des crédits

  • 169 AN, 19890127/51, rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 sept. 1959.
  • 170 Ibid., courrier de Loubet, directeur de cabinet de Malraux à André Cornu, 26 sept. 1959.
  • 171 Ibid., arrêté du 10 décembre 1958.

Le support qui a été le plus utile à la rédaction de cette partie est un rapport sur la situation du domaine de Versailles daté du 15 septembre 1959169. Demandé par Malraux lors de son arrivée au ministère des Affaires culturelles pour faire un bilan de l’action menée au cours de la sauvegarde170, il est simplement signé « le conseiller technique ». Tout laisse à penser qu’il s’agisse de Papeloux lui-même, puisque l’arrêté du 10 décembre 1958 qui le reconduit dans ses fonctions de secrétaire général du Comité national précise dans son article 2 qu’il exerce « en outre le rôle de conseiller technique et artistique auprès de la Direction de l’Architecture et de la Direction générale des Arts et des Lettres171 ». Ce rapport est toutefois à l’état de brouillon, puisque certaines parties sont raturées ; il est aussi incomplet, puisque des annexes manquent.

Bilan des sommes récoltées

  • 172 Le rapport prend en compte les cinq années de la sauvegarde, de 1953 à 1957, plus l’année 1958.
  • 173 Tels que définis par la loi n°53-49 du 3 février 1953, article 8.

Le rapport nous renseigne tout d’abord sur le montant total des sommes récoltées pendant la sauvegarde, qui s’élèvent à 5 588 000 000 francs au 1er janvier 1959172 (fig. 8). Sur cette somme, les crédits budgétaires représentent 4 335 000 000 francs, soit 77,6%, et les fonds de concours173, 1 253 000 000 francs, soit 22,4 %. En ce qui concerne les ressources issues du fonds de concours, elles se répartissent de la façon suivante :

  • dons en espèces : 509 millions (40,6 %) ;

  • recettes des musées, taxes photographiques et cinématographiques : 465 millions (37,2 %) ;

  • redevances et produits divers (concessions, locations, ventes, etc.) : 115 millions (9,2 %) ;

  • bénéfices du spectacle son et lumières : 108 millions (8,6 %) ;

  • taxes de circulation : 56 millions (4,4 %).

Fig. 8 : Détail des fonds de concours. D’après le rapport sur la situation du domaine de Versailles du 15 septembre 1959, Paris, Archives nationales, 19890127/51, annexe 4.

Fig. 8 : Détail des fonds de concours. D’après le rapport sur la situation du domaine de Versailles du 15 septembre 1959, Paris, Archives nationales, 19890127/51, annexe 4.

© Églantine Pasquier

  • 174 AN, 19890127/51, rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 sept. 1959, p. 3.

À la lecture de ces chiffres, un premier constat s’impose : c’est l’État qui a financé en grande majorité le plan quinquennal de sauvegarde. Cela peut sembler surprenant, car lorsque la sauvegarde de Versailles est évoquée, c’est d’abord l’appel à générosité des Français qui vient à l’esprit. Or, si la souscription nationale a eu une importance considérable sur le plan de la « propagande » et si elle a réellement permis d’intéresser les Français au sort de Versailles, elle n’a représenté que 9 % environ des ressources totales de la sauvegarde174. Il semble donc que cet appel aux Français ait eu avant tout un rôle fédérateur, un rôle de rassemblement patriotique autour de Versailles. L’appel à la population a également agi comme un levier pour faire pression sur l’État et le forcer, en quelque sorte, à voter des crédits en faveur de Versailles, comme semble le dire cette phrase de Cornu :

  • 175 Journal officiel des débats parlementaires, 1er avr. 1954, p. 1691.

Je dois vous préciser que, en ce qui concerne le château de Versailles, il n’a pas été fait appel uniquement à la générosité publique. Cependant, je crois que c’est grâce à cet appel qu’il a été plus facile à la fois au Parlement et au Gouvernement de faire leur devoir175.

La répartition des crédits

  • 176 La Gorce 1960, p. 21-27.
  • 177 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pou (...)
  • 178 Ibid., (2) 985, note concernant l’utilisation des crédits consacrés à la restauration du Domaine na (...)

En ce qui concerne la répartition des crédits entre les services d’architecture et la conservation des musées, « sur le strict plan financier, la restauration est avant tout une affaire d’architecture, ce sont donc les architectes qui portent à 90 % la responsabilité de la masse des crédits consentis pour la sauvegarde du château176 ». En effet, sur le million annuel accordé au service d’architecture pour mener à bien les travaux, seule une petite partie est reversée à la direction générale des Arts et des lettres pour être mise à disposition de la conservation des musées. De 1953 à 1955, cette somme est de 40 millions de francs par an177, en 1956, elle est de 50 millions178, soit 170 millions de francs sur quatre ans, ce qui est très peu, d’où la nécessité pour le musée de faire appel à l’aide de la Société des amis de Versailles, comme expliqué précédemment.

  • 179 Ibid., (2) 985, programme de cinq milliards (travaux exécutés), 27 juil. 1961.
  • 180 Ibid., p. 1.
  • 181 Ibid. Voir en particulier la rubrique « toitures », qui mentionne Grand Trianon, Petit Trianon, Pav (...)
  • 182 Ibid., rubrique « intérieurs », « opérations non prévues au programme initial ».
  • 183 Ibid., rubrique « chauffage, éclairage, sécurité incendie, sanitaire ».

Pour ce qui est de l’utilisation de ces crédits par les services d’architecture, plusieurs rapports permettent de se faire une idée des postes principaux de dépenses. Un rapport daté du 27 juillet 1961 sur les travaux exécutés dans le cadre du programme de cinq milliards179 détaille par catégorie les travaux effectués et le montant qui leur a été consacré. Le graphique qui en a été tiré (fig. 9) permet de constater que la réfection des toitures a mobilisé près d’un tiers des crédits, et que les travaux d’équipement du domaine (chauffage, éclairage, sanitaire, incendie, téléphone) en ont mobilisé près d’un quart. Un autre rapport de juillet 1961 distingue « opérations prévues au programme initial » et « opérations non prévues au programme initial180 ». Il s’avère que 45 % des opérations réalisées dans le cadre du programme de sauvegarde n’étaient pas prévues. Certaines se sont ajoutées en cours de route pour satisfaire la demande de donateurs particuliers, comme ce fut le cas avec la donation Rockefeller évoquée précédemment181. D’autres opérations correspondent à une évolution des projets du musée, comme l’aménagement de l’attique Chimay182 pour que Gérald Van der Kemp puisse y installer les nouvelles salles napoléoniennes. D’autres encore sont en lien avec les manifestations organisées dans le cadre de la campagne de sauvegarde, en particulier l’installation électrique183 pour permettre la réalisation du spectacle son et lumière.

  • 184 AN, 19890127/51, rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 sept. 1959, p. 3.

Toutefois, ces différents rapports ne prennent pas en compte la « liste impressionnante de dons en nature, souvent de valeur inestimable, que la conservation est en train de mettre à jour184 ». Il est en effet très difficile de retracer toutes les donations ayant eu lieu dans le cadre de la sauvegarde, et aucune liste précise n’a pu être retrouvée.

Fig. 9 : Programme de cinq milliards - travaux exécutés. D’après le rapport du 27 juillet 1961, Versailles, SACV, EPV (2) 985.

Fig. 9 : Programme de cinq milliards - travaux exécutés. D’après le rapport du 27 juillet 1961, Versailles, SACV, EPV (2) 985.

© Églantine Pasquier

La chaîne des opérations : qui décide des travaux et comment ?

Le bilan général de la sauvegarde venant d’être fait, il s’agit maintenant d’éclaircir la chaîne des opérations en précisant le rôle de chaque instance, depuis l’établissement du programme des travaux en passant par sa validation et sa mise en œuvre.

C’est l’arrêté ministériel du 18 mai 1953 qui fixe les conditions de gestion des crédits du chapitre 35-85 dédiés à la sauvegarde :

La direction de l’Architecture en ce qui concerne les travaux d’entretien, de conservation, de restauration et d’aménagement du domaine (article 1er).

  • 185 AN, 19890127/51, l’arrêté en lui-même n’a pas été retrouvé mais il est en partie cité dans le rappo (...)

La direction générale des Arts & Lettres en ce qui concerne la restauration des décors, mobiliers et des collections, les acquisitions et les aménagements mobiliers (article 2)185.

Côté architecture

  • 186 AMN, V2 1950-1971, procès-verbal de la séance du 13 janvier 1954 de la délégation permanente de la (...)
  • 187 Journal officiel des débats parlementaires, réponse du ministre André Cornu à Jean-Paul Palewski, 3(...)
  • 188 AMN, V2 1950-1971, procès-verbal de la séance du 13 janvier 1954 de la délégation permanente de la (...)
  • 189 SACV, (2) 985, lettre d’André Japy et Marc Saltet à René Perchet, 2 déc. 1958.
  • 190 Ibid., (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national po (...)

C’est l’architecte en chef du domaine, qui dépend de la direction de l’Architecture, qui est chargé de proposer un programme annuel des travaux d’architecture. Ce poste est occupé par Japy jusqu’au 1er janvier 1954, date à laquelle il doit céder sa place à Saltet. Mais, devant l’ampleur des travaux entrepris dans le cadre du programme de sauvegarde et étant donné sa longue expérience au sein du domaine, Japy se voit aussi accorder le titre d’architecte coordonnateur, et il est chargé plus spécifiquement de la restauration de l’Opéra royal186. Ce programme annuel « est soumis pour avis à la commission supérieure des monuments historiques et réalisé suivant les règles applicables aux travaux de l’État par le service des bâtiments civils et des palais nationaux187 ». La délégation permanente de cette commission se réunit donc annuellement à Versailles pour donner son avis sur le programme des travaux à exécuter dans l’année. Elle est présidée par Perchet, directeur général de l’Architecture, et parmi les membres se trouvent notamment Papeloux, Saltet, Japy ou encore Van der Kemp188. Une fois l’avis favorable de la commission reçu, l’architecte en chef doit préparer des devis pour chaque opération, et ensuite les soumettre à l’approbation des services de la direction de l’Architecture pour obtenir une ouverture de crédits189. Et enfin, pour que les travaux ne prennent aucun retard qui serait dû à des lourdeurs administratives, une méthode établie par Perchet est mise en place dès le début du programme de sauvegarde : « nous avons toujours pour 500 millions de devis prêts à l’avance, si bien que nous ne risquons pas de voir un chantier interrompu, ni de crédits inemployés190 ».

Côté musées

  • 191 AMN, V2 1950-1971, procès-verbal de la commission de restauration du 16 février 1956.

En ce qui concerne le musée, le processus suit le même schéma, seules les instances concernées sont différentes. Le conservateur en chef – Mauricheau-Beaupré puis Van der Kemp à partir d’avril 1953 – est chargé d’établir une liste de travaux pour l’année concernée. Cette liste doit ensuite être soumise à l’avis de commissions, qui sont différentes en fonction de la nature des travaux envisagés. Il y a tout d’abord une commission de restauration, chargée de donner son avis sur le plan de restauration établi par le conservateur en chef. Pour l’année 1956, par exemple, cette commission valide la restauration de deux tableaux de la galerie des Batailles, ainsi que de vingt et un tableaux devant figurer dans les salles du xixe siècle en cours de réaménagement par Van der Kemp191. Il existe ensuite une commission consultative du mobilier et du décor intérieur du domaine de Versailles, qui d’après l’arrêté du 8 décembre 1955 est :

  • 192 Ibid., article 1, arrêté du 8 décembre 1955 modifiant la composition de la commission consultative (...)

chargée d’émettre un avis sur toutes les questions qui lui seront soumises par son président, touchant l’établissement et l’exécution des programmes de remise en état et de reconstitution du décor intérieur, fixe ou mobile, du château de Versailles et de ses annexes ou dépendances192.

  • 193 Ibid., compte rendu de la commission d’ameublement du 14 février 1956.
  • 194 Ibid., article 2, arrêté du 8 décembre 1955 modifiant la composition de la commission consultative (...)
  • 195 SACV, VZ24, lettre de Papeloux à Van der Kemp, 17 mai 1957.

Lors de la commission d’ameublement du 14 février 1956, les membres approuvent par exemple la reconstitution du lit de la reine193. Il est intéressant de remarquer que les membres de cette commission sont à la fois des conservateurs, des architectes, des personnalités du Comité de sauvegarde, mais aussi des collectionneurs et amateurs d’art, qui pour la plupart ont déjà fait des dons conséquents en faveur de Versailles, comme la baronne Élie de Rothschild ou Arturo Lopez-Willshaw194. Une fois les différents programmes approuvés, les devis pour chaque opération doivent être validés par les services de la direction des musées de France afin de pouvoir donner lieu à une ouverture de crédits195.

Un classement par degré d’urgence des travaux

  • 196 Ibid., (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national po (...)

En ce qui concerne l’ordre de priorité des travaux, ceux-ci « sont répartis chaque année suivant un ordre d’urgence : d’abord le clos et le couvert, la préservation des œuvres d’art ; ensuite la remise en état des éléments secondaires du domaine et du décor196 ». Ainsi, la première année, les efforts ont principalement porté sur la mise hors d’eau du palais, puis :

  • 197 Papeloux 1954, p. 19.

Au fur et à mesure de l’exécution de ces réparations de première urgence (toiture, chéneaux, maçonneries, menuiseries extérieures) on pourrait entreprendre des restaurations intérieures en évitant le plus possible de gêner la circulation des visiteurs. En même temps, [Cornu] demandait qu’on mît en route une tranche de travaux de chauffage et d’électrification, qu’on poursuivît les travaux commencés dans le théâtre. Il y a en effet un intérêt culturel et touristique à ce que celui-ci puisse être utilisé le plus tôt possible197.

La volonté de ne pas entraver la circulation des visiteurs au cours des travaux et celle de vouloir restaurer en priorité l’Opéra royal se trouvent parfaitement en accord avec l’objectif de mise en valeur du domaine que s’est fixé la sauvegarde. Il s’agit aussi de continuer à générer des revenus grâce aux entrées.

L’architecture : sauver le bâti

Caractéristiques générales des travaux d’architecture

  • 198 MDP, 80/1/10, Marc Saltet, note concernant le domaine national de Versailles et des Trianons, 4 mar (...)
  • 199 Ibid., résumé de la conférence de presse tenue par M. le directeur de l’Architecture le 19 avril 19 (...)
  • 200 MDP, 80/1/10, Marc Saltet, note concernant le domaine national de Versailles et des Trianons, 4 mar (...)
  • 201 Gauthier, « Si Louis XIV revenait », Les Nouvelles littéraires, 9 oct. 1958 (SACV, VD4).

Les architectes distinguent tout d’abord deux types d’opérations, les opérations de sauvegarde proprement dite, « dont le caractère n’est pas discutable, puisqu’elles ont permis d’assurer le clos, le couvert, la stabilité des ouvrages198 », ce qui rejoint la définition de la sauvegarde proposée par Perchet en 1950199. Ce sont les plus longues, les plus délicates et les plus coûteuses, ce sont également celles qui sont le moins directement visibles par les visiteurs, mais elles sont essentielles. Les autres types d’opérations concernent la mise en valeur du domaine, « [sa] présentation […], en vue de lui redonner son vrai visage200 ». Elles consistent par exemple en la « réfection des boiseries, rajeunissement des ors, des peintures, bref, du décor201 ». Ce sont celles qui sont le plus visibles par les visiteurs. Tout le travail des architectes consiste donc à trouver un équilibre entre ces deux types de travaux, pour pouvoir à la fois assurer la sauvegarde des bâtiments, mais aussi satisfaire le public et montrer que les crédits de la sauvegarde sont effectivement utilisés :

  • 202 La Gorce 1960, p. 21-27.

[Un] problème […] est au centre de l’histoire de la sauvegarde du château. Ce problème est celui du choix entre les résultats visibles et l’intérêt affectif des travaux ; en réalité on ne peut le résoudre que par des compromis. Il faut toujours faire la part entre ce qu’on pourra « donner à voir » au public et les urgences techniques signalées par les architectes202.

Les travaux ayant eu lieu pendant la campagne de sauvegarde se caractérisent également par le nombre de « surprises » qu’ils ont révélées. Presque chaque tâche réalisée a demandé plus de crédits et de temps que ce qui était prévu à l’origine :

  • 203 SACV, (2) 985, lettre de Japy et Saltet à la direction de l’Architecture, 2 déc. 1958.

D’une manière générale, les travaux de restauration de Versailles ne sauraient, en aucun cas, être assimilés, même de très loin, à des travaux neufs, et traités comme tels, en ce qui concerne le calendrier d’avancement des travaux. […] Jamais l’exécution [des devis] n’est le reflet exact des prévisions et que même, bien souvent, elle en est fort éloignée. […] En réalité, ce n’est que lorsque le chantier est réellement ouvert et que le gros œuvre est totalement à nu qu’on peut juger si les projets envisagés sont exécutables sous la forme prévue, ou si, au contraire, au vu de constatations précises et d’ensemble, les projets de restauration doivent être repris et réétudiés sur des bases totalement nouvelles, ce qui conduit à deux conséquences, donnant toutes deux matière à supplément : extension du volume des travaux prévus, allongement souvent très important de la durée du chantier203.

  • 204 Gauthier, « Si Louis XIV revenait », Les Nouvelles littéraires, 9 oct. 1958 (SACV, VD4).

Les travaux de restauration des plafonds du salon de Diane et du salon de Mars, par exemple, devaient durer deux à trois mois, mais il faudra finalement trois ans, car dès le début du chantier, on découvre que l’un des murs de soutènement n’existe plus et qu’il a été remplacé au xixe siècle par des étais fragiles, il faut donc descendre jusqu’aux fondations pour retrouver le départ du mur d’origine204.

  • 205 La Gorce 1960, p. 21-27.
  • 206 France Ravenel, « M. Japy architecte coordonnateur nous parle de la restauration de Versailles », C (...)

En ce qui concerne les techniques de restauration, « le respect de l’histoire commande ; les techniques ne peuvent que se mettre à son service. L’histoire du château est donc “la donnée de base” sur laquelle repose tout l’effort des architectes et des conservateurs205 ». Ainsi, les techniques modernes peuvent être utilisées – c’est pour cette raison que les planchers sont restaurés en remplaçant les poutres et les solives pourries par des barres de fer206 –, mais elles ne doivent en aucun cas être visibles.

Les travaux effectués

  • 207 SACV, (2) 985, programme de cinq milliards (travaux exécutés), 27 juil. 1961.
  • 208 Papeloux 1953.

La typologie des travaux a déjà été évoquée grâce au rapport de 1961207 sur les travaux exécutés dans le cadre du programme de cinq milliards ; il est intéressant de reprendre ce rapport pour se pencher cette fois-ci plus précisément sur les parties du domaine où ils se sont concentrés. Pour ce qui est des toitures, l’effort a porté essentiellement sur la partie nord du château, celle de l’aile Nord a été entièrement refaite, côté parc et côté rue des Réservoirs, ainsi que la toiture de l’Opéra royal. Celles des pavillons Dufour et de l’aile sud des Ministres ont également été refaites, ainsi que l’aile d’Orléans et l’aile de Provence, puis l’aile du Midi côté parc. À ces travaux de toiture du château, s’ajoutent ceux de Trianon, non prévus au départ mais réalisés sous l’impulsion de la donation Rockefeller. Ainsi, les toitures du Grand Trianon, du Petit Trianon, du Pavillon français et du hameau de la Reine ont été refaites. Pour ce qui est des planchers et des voussures, les restaurations se sont essentiellement concentrées sur la Grande Galerie et les Grands Appartements. Et pour les travaux dans le parc, outre la restauration de statues, la réfection de chaussées et les replantations, ils se sont surtout concentrés sur les bassins et les canalisations « indispensables au jeu des Grandes Eaux208 », toujours avec l’idée de favoriser les manifestations destinées à récolter des fonds pour la sauvegarde.

  • 209 AN, 19890127/51, rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 sept. 1959, p. 3.
  • 210 Ibid.
  • 211 SACV, 984 (2), liste des travaux effectués dans le cadre de la sauvegarde par année.
  • 212 Ibid., (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national po (...)
  • 213 Ibid.

Les travaux d’équipement du domaine, « installations électriques, chauffage, viabilité, sécurité, aménagements scéniques du Théâtre Louis XV, etc.209 », sont à distinguer du reste des travaux effectués, car il n’était pas prévu de les réaliser avec une ampleur aussi grande au départ, et ils ont tout de même absorbé 28 % des crédits210. De plus, leur installation a souvent été liée à la mise en place de manifestations dans le cadre de la sauvegarde, c’est le cas des travaux d’électricité en lien avec le spectacle son et lumière. Pour avoir le détail précis des tâches effectuées par année, il faut se reporter à un autre document qui liste par année les travaux effectués dans le domaine211. Ce document nous informe que l’essentiel des travaux électriques ont été réalisés en 1953 et 1954. En 1953, seul l’éclairage de la façade pour le spectacle de son et lumières a été mis en place, mais en 1954, un générateur est installé dans le palais pour permettre, au fur et à mesure de l’avancée des travaux, d’électrifier tout le palais. Les travaux d’équipement comprennent aussi l’installation du téléphone, « qui assure des liaisons avec tous les points du château et garantit en même temps qu’une bonne marche administrative, une sécurité supplémentaire212 ». Le système de chauffage est également entièrement revu, afin de contribuer à la bonne conservation des collections : ainsi, « une chaufferie de 5 chaudières au mazout vient d’entrer en service dans la cour du Maroc. Sa puissance est de 5 millions et demi de calories213 ».

Remembrer le domaine

  • 214 Marcel Petit, « Il faut cinq milliards pour empêcher d’irréparables destructions. Un emprunt permet (...)

La période de sauvegarde de Versailles marque aussi les débuts d’une politique de remembrement du domaine qui se développera par la suite. Dès décembre 1951, dans un article du Figaro214, Japy insiste sur l’importance négligée des annexes du château, qui sont souvent occupées par d’autres administrations. Le Grand Commun accueille l’hôpital militaire Dominique-Larrey, les Grande et Petite Écuries viennent d’être rattachées au domaine mais abritent toujours les autorités militaires.

  • 215 Ibid.

Or, pour être des dépendances moins spectaculaires, les bâtiments secondaires n’en doivent pas moins être réparés, restaurés. Et c’est cela le drame : remettre en état des parties peu remarquées du château, ce n’est pas faire une œuvre visible dont le public sera immédiatement juge et, pourtant, c’est sauver Versailles215.

  • 216 Voir à ce sujet Oppermann 2003.
  • 217 Ibid., p. 105.
  • 218 AMN, V2 1950-1971, arrêté du 15 mars 1957 relatif à l’affectation des Grandes Écuries au ministère (...)

L’attention du Comité de sauvegarde va surtout se porter sur la Grande Écurie, pour laquelle divers projets sont proposés, donnant lieu à de longs débats216. Au final, un plan de répartition est adopté à la fin de 1956, qui prévoit l’installation de services de la direction de l’architecture, des musées, des bibliothèques et des archives départementales217. C’est l’arrêté du 15 mars 1957 relatif à l’affectation de la Grande Écurie au ministère de l’Éducation nationale qui officialise la situation218. Le projet prévoit :

  • 219 AN, 19890127/51, J.-M. Boulan, rapport moral de l’assemblée générale de la Société des amis de Vers (...)

dans les galeries voûtées du rez-de-chaussée, l’installation de deux nouveaux musées du château. Le premier sera celui des voitures. Il remplacera utilement celui de Trianon, si insuffisant, indigne en tous points de Versailles. Le second, très important sera le musée de l’œuvre du château, à l’instar des musées similaires existant à l’étranger. Il présentera l’ensemble des documents relatifs à la construction et aux travaux successifs d’agrandissement et de réfection du Château. Sa visite constituera un complément indispensable à celui du Palais219.

L’Opéra royal : une restauration représentative des travaux de sauvegarde

  • 220 Japy 1958, p. 74.

La restauration de l’Opéra royal est certainement la plus marquante : elle est représentative, à bien des égards, des caractéristiques des travaux de sauvegarde évoquées jusqu’à présent. Son état, tout d’abord, est très préoccupant en 1952, lors du lancement de la campagne. Non seulement le décor intérieur, totalement remanié sous Louis-Philippe, n’a rien de commun avec ce qu’a pu voir Louis XV, mais les modifications apportées sous la IIIe République pour l’installation du Sénat rendent sa structure même dangereusement fragile. La verrière sur châssis de métal, en particulier, pèse lourdement sur la charpente et écrase les poutres et les décors en bois situés en dessous : « les entablements qui par endroits étaient descendus de 21 cm, et s’étaient décollés du mur de 12 cm avaient écrasé et disloqué toute la partie supérieure des chapiteaux220 ». Dès le départ, le Comité national perçoit l’intérêt que pourrait avoir la restauration de cette salle, il en fait l’un de ses objectifs prioritaires pour qu’une fois les travaux achevés, l’Opéra puisse accueillir des spectacles et des festivals destinés à procurer des fonds au château.

  • 221 SACV, (2) 1949-1966, lettre de Marc Saltet au directeur général de l’Architecture, 7 juin 1960.

Le programme de départ n’envisageait que la réfection des toitures et la consolidation des charpentes pour une estimation de 150 millions. Or, des considérations politiques ont permis de réaliser la restauration totale de ce théâtre, qu’il s’agisse de la salle ou de ses installations scéniques en vue de son exploitation221.

  • 222 Paul Valéry « Il n’est point un théâtre mort ; il n’est qu’un théâtre enchanté. Je rêve qu’on l’éve (...)
  • 223 La renaissance de Versailles 1966, p. 22.
  • 224 SACV, 984 (2), liste des travaux effectués dans le cadre de la sauvegarde par année.
  • 225 Japy 1958, p. 77.
  • 226 Ibid., p. 94

Le « rêve » de Paul Valéry est donc sur le point de se réaliser, l’Opéra va s’éveiller222. La restauration a comporté à la fois des travaux de sauvegarde, axés sur la restauration de la charpente et de la toiture, et des travaux de mise en valeur, axés sur la restitution de l’intérieur de la salle pour lui rendre son aspect du xviie siècle. Japy commence par refaire la charpente, il met en place des fers en forme de T qui reportent son poids sur les murs extérieurs et qui soulagent ainsi le décor intérieur. Il peut ensuite supprimer le châssis vitré pour refaire la toiture, telle qu’elle a été conçue par Gabriel, c’est-à-dire en ardoise au-dessus de la scène et de la salle, et en plomb au-dessus du foyer223. Tous les équipements modernes sont aussi installés pour assurer la sécurité et le confort des spectateurs lors de manifestations : électricité, chauffage et portes coupe-feu224. Ces travaux se révèlent beaucoup plus longs et difficiles que ce qui était initialement prévu, la dépense s’élève à près de 900 millions de francs225. Une fois ce gros œuvre achevé, Japy se concentre sur la restitution de l’intérieur de la salle, cherchant à s’approcher le plus possible de son état d’origine. Pour ce faire, des recherches très minutieuses sont menées dans les archives, et les moindres témoins de couleurs ou de tissus exploitables retrouvés lors des travaux sont utilisés226. Cette façon de procéder est tout à fait nouvelle pour l’époque et témoigne d’une politique de restauration qui se veut aussi scientifique et exacte que possible :

  • 227 La renaissance de Versailles 1966, p. 22.

Si la restauration de l’Opéra de Versailles mérite de rester une date essentielle dans l’histoire de nos monuments historiques, c’est que pour la première fois peut-être, elle était inspirée par une volonté intransigeante de reconstitution authentique, que l’architecte n’aurait pu mener à bien sans l’aide d’un collaborateur chargé des recherches historiques nécessaires. C’est alors que s’est définitivement affirmée à Versailles une politique de restauration scrupuleuse fondée sur la connaissance des états anciens, et c’est depuis ce jour qu’il est permis d’espérer en une véritable renaissance de Versailles227.

  • 228 Ibid.
  • 229 Japy 1958, p. 77.
  • 230 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pou (...)

Tout d’abord, une désinfection générale du bois est menée, puis les panneaux de bois sculptés par Pajou sont restaurés un à un (fig. 10). Les couleurs originales, retrouvées sous la peinture rouge de Louis-Philippe, sont rétablies, et la loge royale, agrandie sous Louis-Philippe, est rétablie dans ses dimensions initiales. Le tissu bleu des sièges est restitué grâce à un témoin exhumé au cours des travaux, et le rideau de scène est retissé grâce à un échantillon de l’original retrouvé aux Archives nationales. Enfin, le plafond de Durameau est restauré et remis en place228. L’inauguration de l’Opéra royal a lieu le 9 avril 1957, à l’occasion de la visite en France de la reine Élisabeth II. La seule remise en état de la salle, de son décor et de son ameublement aura coûté 100 millions de francs229. Le budget total consacré à sa restauration avoisine finalement le milliard de francs, soit un cinquième de l’ensemble des crédits de sauvegarde. Mais il faut aussi voir la restauration de l’Opéra comme un symbole, représentatif à lui seul de tous les efforts fournis à Versailles dans le cadre de la campagne de sauvegarde : « il est certain que l’ouverture de ce théâtre sera le couronnement d’un effort considérable et prouvera à tous ceux qui nous ont aidés que nous avons fait tout ce que nous pouvions pour ne pas les décevoir230 ».

Fig. 10 : André Japy, photographies issues de l’ouvrage L’Opéra royal de Versailles, Paris, Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 1958, p. 61.

Fig. 10 : André Japy, photographies issues de l’ouvrage L’Opéra royal de Versailles, Paris, Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 1958, p. 61.

© Château de Versailles

« Bas-reliefs de Pajou situés dans le foyer avant leur restauration, les assemblages des pièces de bois qui les composent sont disjoints. Ils représentent en haut “la sculpture”, en bas “la peinture” ».

La conservation : remeubler le château et moderniser le musée

Parallèlement aux travaux d’architecture, les services des musées mènent eux aussi des travaux dans le cadre de la sauvegarde. Ils sont de trois ordres : tout d’abord la restitution des intérieurs et le remeublement, ensuite la modernisation du musée et enfin le réaménagement des galeries historiques et en particulier des salles napoléoniennes.

Remeubler Versailles et restituer ses intérieurs

  • 231 Conservateur du château de 1892 à 1920.
  • 232 Cité dans Ferrand 2005, p. 71.

Depuis les premiers travaux de Pierre de Nolhac231, remeubler Versailles et restituer ses intérieurs est l’objectif principal des conservateurs qui se succèdent. C’est donc une tâche qui trouve ses origines avant la sauvegarde, mais qui prend un essor tout particulier au cours de la période, car elle rencontre le soutien de Cornu et bénéficie des crédits apportés par des mécènes étrangers. D’après Daniel Meyer, ancien conservateur en chef à Versailles, « ce qui sera plus tard la gloire de Van der Kemp, débuta sous le règne de son prédécesseur232 ». En effet, c’est Mauricheau-Beaupré qui a entrepris dès la fin de la guerre de redonner vie au château, il fait dans ce but retisser à Lyon la tenture d’alcôve de la chambre de Marie-Antoinette. Van der Kemp, alors fraîchement arrivé à Versailles, est fort intéressé par ce projet. Mais la tâche est difficile à accomplir à plus d’un titre. Financièrement tout d’abord, le tissage de tentures est un travail artisanal de qualité, extrêmement coûteux, de même que les meubles passant en vente publique sont souvent très chers. Administrativement ensuite, une partie du mobilier de Versailles est conservée dans des collections publiques et bien souvent, les institutions concernées refusent de s’en séparer, sans parler du mobilier qui est entre des mains privées. Mais, avec la mise en place de la sauvegarde, l’espoir renaît. En effet, Cornu en fait une affaire personnelle :

  • 233 Franck Dominique, « Interviews de la Croisette, M. Cornu, ministre des Beaux-Arts et sauveteur du c (...)

Si je pense maintenant pouvoir trouver l’argent nécessaire pour la restauration matérielle de Versailles, il reste aussi à lui rendre une âme. Une âme qui pourrait, lorsque nous l’aurons retrouvée, subvenir à l’entretien de cet immense capital. Nous allons essayer de remeubler Versailles233.

  • 234 AMN, V2 1950-1971, lettre de Van der Kemp à Papeloux, 12 déc. 1956, intitulée projets de restitutio (...)
  • 235 Ibid.
  • 236 « Pour faire revivre Versailles », La Chronique de Versailles, no 1, mai 1954, p. 20.
  • 237 Ferrand 2005, p. 110.
  • 238 Oppermann 2006a, p. 91.

Rendre une âme au château, donc, mais en ayant toujours à l’esprit un objectif de rentabilité. Sur intervention de Cornu et avec le soutien du Comité national, le premier moyen de remeubler Versailles consiste à faire revenir les meubles conservés dans les collections publiques par le système du dépôt. Une liste du mobilier et des objets d’art provenant de Versailles est établie en avril 1953 par Mauricheau-Beaupré234, elle compte 34 pièces, identifiées par lieu de conservation. Une lettre qui accompagne cette liste précise que « les meubles et objets d’art marqués d’une croix ont été restitués à Versailles le 2 décembre 1953 par ordre de M. André Cornu235 », ils sont au nombre de neuf. Il faut ajouter à cet envoi quatre antiques provenant du département des Antiquités grecques et romaines du musée du Louvre qui ont repris leur place dans la Grande Galerie, en remplacement de quatre statues du xixe siècle236. Ceci est un bon début, mais loin d’être suffisant, d’autant plus que les meubles majeurs sont jalousement gardés par les institutions qui les conservent. C’est le cas notamment du secrétaire à cylindre d’Oeben et Riesener, conservé au Louvre. Pour meubler le cabinet d’angle de Louis XV à l’occasion de la visite de la reine d’Angleterre en 1957, Cornu donne l’ordre de le faire transférer à Versailles. Il n’en ressortira plus, malgré les protestations de Pierre Verlet, directeur du département des Antiquités et objets d’art du Louvre, et candidat malheureux à la succession de Mauricheau-Beaupré à la tête de Versailles en 1953237. Il est vrai qu’alors qu’ils sont considérés comme de simples objets d’exposition au Louvre, les meubles deviennent des éléments essentiels à la recréation d’une atmosphère à Versailles238. Le médailler de Gaudreaux encore en dépôt à la Bibliothèque nationale est lui aussi envoyé lors de la visite de la reine et reste à Versailles grâce à l’intervention de Mme Coty.

  • 239 Ibid., p. 95.
  • 240 Hommage prononcé par Gaston Brière lorsque Van der Kemp est fait commandeur de la Légion d’honneur (...)

Mais, rendu possible en partie grâce à des interventions politiques ponctuelles, le remeublement de Versailles reste confronté à de multiples problèmes : « outre les rivalités entre institutions et entre personnes, le manque de moyens contraindra les conservateurs du musée à se tourner vers d’autres modes d’acquisition239 ». Et c’est Van der Kemp, en particulier, qui va user de son réseau de connaissances et de ses capacités de persuasion pour faire revenir à Versailles le mobilier qui s’y trouvait à l’origine et convaincre des mécènes de l’aider à restituer les intérieurs. « Vous aurez, Monsieur, plus enrichi Versailles en six ans que tous vos prédécesseurs depuis la création du musée par Louis-Philippe240 », dira Gaston Brière dans son discours d’hommage en 1960, lorsqu’il le fera commandeur de la Légion d’honneur. Van der Kemp parvient en effet à susciter la donation d’éléments de mobilier majeurs, comme par exemple un tapis de la Savonnerie de la chambre de la Reine et la commode du comte d’Artois, dons de Barbara Hutton. Il convainc également ses amis de l’aider à reconstituer la chambre du Roi, il obtient à cet effet 25 000 dollars d’Arturo Lopez-Willshaw et la même somme de la part de Barbara Hutton. Et ce ne sont là que quelques exemples.

  • 241 SACV, VZ24, lettre de Van der Kemp à l’ambassade de France à Londres, 21 nov. 1956.
  • 242 Ibid., VT8.
  • 243 Décret 61-153 du Premier ministre du 13 février 1961.

Enfin, un dernier moyen pour faire revenir à Versailles le mobilier est l’acquisition. Van der Kemp est aidé en cela par les Amis de Versailles, français et américains. Il sait également saisir la moindre opportunité qui se présente pour l’aider dans cette tâche. En novembre 1956, il reçoit une lettre de l’ambassade de France à Londres qui l’informe qu’une Britannique souhaite léguer par testament une somme à Versailles et voudrait savoir quel serait le meilleur moyen de lui faire parvenir cet argent ; il recommande de le conserver à l’ambassade, « cette somme serait destinée à faire un achat en Angleterre pour enrichir les collections de Versailles241 ». Le rôle considérable de Van der Kemp est nettement mesurable dans la liste de cinq pages des donations en espèces, des donations d’œuvres, dépôts de l’État et acquisitions qu’il a suscités entre 1953 et 1960, et fournie à l’appui de son dossier en vue de son admission au grade d’officier de la Légion d’honneur242. Toutefois, la période de sauvegarde ne marque qu’un début dans ce domaine, et le remeublement ne prendra véritablement tout son essor qu’à partir de 1961 avec la promulgation par Michel Debré du décret du 13 février qui « affecte à Versailles, toutes les œuvres d’art conservées dans les administrations et institutions autres que les musées et ayant appartenu au décor intérieur du château, de ses dépendances et des résidences royales disparues243 ». Enfin, si de nombreuses restitutions sont entreprises pendant la sauvegarde, elles ne prendront effet, pour la plupart, que des années après, comme c’est le cas pour la chambre du Roi, achevée seulement en 1980.

Moderniser le musée

  • 244 Ferrand 2005, p. 84. Titre d’un chapitre, traduit par « réorganisation » ou « mise à jour ».
  • 245 SACV, VT 8, document fourni à l’appui du dossier de Van der Kemp en vue d’une admission au grade d’ (...)
  • 246 AMN, V2 1950-1971, lettre de Van der Kemp au directeur des Musées de France, 22 août 1953.
  • 247 SACV, VT 8, document fourni à l’appui du dossier de Van der Kemp en vue d’une admission au grade d’ (...)
  • 248 Ibid., VZ24, dossier sur l’état des dépenses effectuées sur le chapitre de la sauvegarde de Versail (...)
  • 249 Ibid., (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national po (...)
  • 250 Ibid., VZ24, dossier sur l’état des dépenses effectuées sur le chapitre de la sauvegarde de Versail (...)
  • 251 Ferrand 2005, p. 94.
  • 252 « Versailles, le “grand ensemble” de l’Histoire de France », 78 dimanche actualité : le magazine he (...)
  • 253 Gaston Papeloux, « Grâce à la contribution de tous… le château de Versailles sera sauvé », Cahiers (...)

La période de sauvegarde marque également le début d’un processus de modernisation du musée, sous l’influence de Van der Kemp principalement, c’est ce que Franck Ferrand appelle l’« aggiornamento244 ». Il commence tout d’abord par réorganiser la documentation, « il a refondu tous les fichiers de la conservation et de sa bibliothèque, entrepris la photographie de toutes les collections, la mise sur fiches scientifiques de tous les objets mobiliers de Versailles et des Trianons245 ». C’est pour rendre plus performante cette entreprise qu’il décide, dès 1953, de mettre en place au musée un atelier de microfilms en utilisant les fonds de la sauvegarde246. Cet atelier, installé en janvier 1955, est « à coup sûr le plus moderne de l’administration française247 », il est partagé avec les archives de Seine-et-Oise, qui en fournit le personnel. Il a pour but de microfilmer « des dessins et gravures appartenant aux collections du musée de Versailles ainsi que des documents pouvant servir aux restitutions entreprises par la sauvegarde du château248 ». L’organisation d’un tel service a donc pour but de faciliter la sauvegarde en aidant Van der Kemp dans sa politique d’acquisition et dans le travail de documentation préalable à toute restitution. Mais, plus largement, elle vise aussi à « constituer petit à petit à Versailles une documentation sur l’art du xviie et du xviiie siècle […] accessible aux étudiants et aux chercheurs249 ». Toujours en utilisant les crédits de la sauvegarde et avec la volonté de moderniser le musée, Van der Kemp met en place à Versailles des ateliers de restauration. En effet, lors de son arrivée en 1953, il n’y avait pas d’équipe de restauration spécifiquement attachée à Versailles, ce qui l’obligeait à faire appel à des entreprises extérieures à chaque fois qu’il fallait entreprendre des travaux, même minimes, d’entretien ou de réparation. Ainsi, il décide de la « constitution d’ateliers de restauration d’horlogerie, menuiserie, ébénisterie, dorure, avec installation de machines électriques qui seront placées dans les nouveaux ateliers de la cour de la Smalah lorsque l’architecture en aura vu ouvrir les crédits250 ». Les premiers ouvriers sont recrutés et formés, à titre de volontaires, parmi les gardiens du musée251. Ces ateliers permettent de redonner vie au château, notamment l’atelier d’horlogerie, confié à M. Bécard, dont Van der Kemp est particulièrement fier : « ces pendules sont de la vie recréée dans les différentes chambres où elles ont été replacées252 ». La constitution de ces ateliers facilite non seulement les travaux de restauration du château au quotidien, mais permet aussi de maintenir une tradition d’artisanat d’art « qu’il importe de conserver à tout prix253 ». Et c’est l’un des aspects que le Comité national et que la conservation du château aiment à souligner en faisant l’éloge de la patience et de la qualité du travail des artisans français, qui n’ont rien perdu de leur savoir-faire :

  • 254 René Chavance, « Le château de Versailles va-t-il bénéficier d’une vie nouvelle ? », Eaux vives, ja (...)

En tout cas on ne saurait trop mettre en lumière l’habileté des praticiens qui effectuent ces travaux avec une perfection au moins égale à celle de leurs ainés. Malgré l’intervention de la machine, la main de l’ouvrier de chez nous n’a rien perdu encore de sa qualité254.

Ainsi, comme il l’était déjà sous Louis XIV, le château de Versailles redevient en quelque sorte une vitrine du savoir-faire français.

Les salles du Directoire, du Consulat et de l’Empire

  • 255 SACV, VT8, rapport sur l’inauguration des salles du Directoire, du Consulat et de l’Empire, non dat (...)
  • 256 Jean Hansé, « La grande misère du domaine de château de Versailles ne verra son terme que dans 5 an (...)
  • 257 « La restauration du palais de Versailles », L’Art et la Vie : magazine des arts, 11 déc. 1958, ent (...)

Les travaux entrepris dans le cadre de la période de sauvegarde se sont aussi intéressés au musée historique de Versailles, avec en particulier l’installation de nouvelles salles dédiées à l’histoire napoléonienne. Inaugurées le 7 novembre 1958, ces onze salles, consacrées aux périodes du Directoire, du Consulat et de l’Empire, sont décrites comme étant « un tournant dans la présentation d’un grand musée d’histoire »255. Cette ouverture est rendue possible par la collaboration des services d’architecture et de conservation du domaine. Grâce aux services de Saltet et sur les crédits de la sauvegarde, les salles de l’attique Chimay ont été entièrement restaurées et spécialement aménagées pour recevoir les collections. Un éclairage zénithal par verrière filtrante et un système de ventilation indirecte qui arrête les poussières sont notamment mis en place256. Van der Kemp peut ensuite installer ses collections, restaurées sur les crédits de la sauvegarde, d’une manière totalement novatrice, en accordant une importance nouvelle aux quelques principes suivants. Tout d’abord, il installe les salles dans un ordre chronologique strict, afin d’en faciliter la compréhension par les visiteurs et, dans un souci « d’authenticité », il fait le choix de présenter uniquement des œuvres contemporaines des faits évoqués257. Il accorde ensuite une attention toute particulière à la l’aménagement et à l’aspect esthétique. Il s’agit là encore :

  • 258 Ibid.

De donner dans ces salles, une atmosphère de demeure […]. Et pour ce faire, j’ai voulu créer une sorte de rythme impérial, coordonner si vous voulez la date des toiles, l’atmosphère Empire des toiles, avec les encadrements de style également Empire, dans des cadres neufs mais qui sont exactement faits comme sous l’Empire et présentés sur des tissus Empire, avec des rideaux aux fenêtres drapés aussi en style Empire258.

  • 259 Jean Hansé, « La grande misère du domaine de château de Versailles ne verra son terme que dans 5 an (...)
  • 260 Bernard Champigneulle, « Versailles : un beau, un neuf musée… », Le Figaro littéraire, 8 nov. 1958 (...)
  • 261 SACV, VD4, VT8, rapport sur l’inauguration des salles du Directoire, du Consulat et de l’Empire, no (...)

Ces tissus reproduisent ceux que l’empereur a commandés pour ses palais dans leurs couleurs et leurs impressions ; ils sont étudiés d’après des documents du Mobilier national259. Ils sont réalisés par l’entreprise Taco de Mulhouse, qui en donne 5 000 mètres au musée260. L’installation des salles napoléoniennes est destinée à être poursuivie « dès que l’achèvement des travaux d’architecture le permettra261 », par la présentation de la fin de cette épopée. La période de sauvegarde apparaît donc, là encore, comme le point de départ des grands axes que le musée continuera à développer dans les années suivantes : remeublement, restitution des intérieurs, modernisation du musée et enfin réaménagement du musée historique.

Les conséquences de la sauvegarde sur le devenir du domaine

La situation du domaine à la fin du plan quinquennal

L’année 1958 est l’occasion, pour la presse comme pour les services du château, de faire le bilan des cinq années qui viennent de s’achever.

Le bilan de la sauvegarde vu par la presse

  • 262 « Versailles », En direct de, 6 avr. 1957 ; en ligne : http://www.ina.fr/video/CPF86609106/versaill (...)
  • 263 « Achèvement de la restauration de Versailles selon le plan Cornu », L’Art et la Vie : magazine des (...)
  • 264 Chargé de mission américain ayant assisté Van der Kemp dans la mise en place des salles napoléonien (...)

En avril 1957, la visite officielle de la reine Élisabeth II d’Angleterre à Versailles amène les médias à s’intéresser de plus près aux travaux de restauration et à faire le bilan de ce qui a été réalisé jusque-là. Plusieurs points ressortent de l’analyse faite dans les articles de presse, émissions radio et reportages télévisés. Tout d’abord, l’Opéra royal et les nouvelles salles du Directoire, du Consulat et de l’Empire sont à l’honneur : elles sont présentées comme la preuve de la renaissance de Versailles, comme un exemple même de perfection scientifique et esthétique, rendue possible par la sauvegarde. Il est vrai qu’il est beaucoup plus attrayant pour les médias de parler de ces deux exemples et de les illustrer par des images que de s’intéresser aux toitures restaurées ou au nouveau système de chauffage. Autre caractéristique de ces reportages, ce sont les architectes et conservateurs du domaine, en particulier Japy et Van der Kemp, qui sont mis à l’honneur lors d’entretiens. Ils reviennent sur les actions menées durant les cinq années qui viennent de s’écouler et présentent leur travail achevé. Un reportage intitulé En direct de Versailles, diffusé par l’O.R.T.F le 6 avril 1957262 en prévision de la visite de la reine d’Angleterre en constitue l’exemple. Il commence par un court entretien avec Saltet sur la restauration des toitures, puis enchaîne sur une présentation du parcours que va suivre la reine, commenté par Van der Kemp, avant de se terminer dans l’Opéra royal, présenté par Japy. Un autre exemple illustrant ce propos est celui de L’Art et la Vie, magazine hebdomadaire présenté à la radio par Georges Charensol. Une première émission du 7 avril 1957263 ouvre sur un entretien avec Papeloux faisant le bilan de la campagne du point de vue du Comité national, puis se concentre sur l’Opéra royal en faisant intervenir successivement Japy sur la restauration en général, Bernard Champigneulle sur l’histoire de la construction de l’édifice par Gabriel et le restaurateur ayant travaillé sur les bas-reliefs en bois de Pajou. Une seconde émission, datée du 11 décembre 1958, fait intervenir Japy et Saltet, ainsi que Van der Kemp et Charles Zieseniss264 ; l’accent est mis uniquement sur l’Opéra royal et les nouvelles salles napoléoniennes.

Un second type d’articles rédigés à cette période est remarquable : il s’agit d’articles de presse faisant eux aussi le bilan des travaux, comme les précédents, mais de manière plus approfondie, en évoquant toutes les facettes de la sauvegarde et pas seulement l’Opéra ou les salles napoléoniennes. Ils évoquent également la suite à donner à cette campagne et ne la présentent pas comme une fin en soi. Le premier exemple est celui d’une série de trois articles de Jean Hansé dans le journal Combat, intitulés « La grande misère du domaine du château de Versailles ne verra son terme que dans 5 ans ! », parus entre le 4 et le 6 novembre, avec chaque jour la présentation d’un aspect différent de la sauvegarde :

  • 4 novembre 1958 : Bonaparte et Napoléon présents à Versailles ;

  • 5 novembre 1958 : La désolation fait place peu à peu à l’espoir ;

    • 265 SACV, VD4. Un dernier article intitulé « Dans les jardins, les Trianons et l’Opéra, la vie renaît » (...)

    6 novembre 1958 : Épars depuis 1793, le mobilier revient au bercail265.

  • 266 Jean Hansé, « La grande misère du domaine de château de Versailles ne verra son terme que dans 5 an (...)
  • 267 La Gorce 1960, p. 21-27. Le brouillon de cet article a été envoyé à Marc Saltet pour relecture, il (...)

L’objectif de ces articles est clair : « cinq ans ont passé depuis le début de la restauration, voyons ce qui a été fait et ce qui reste à faire, étant à l’automne 1958, à la première mi-temps des travaux266 ». L’ensemble expose donc les travaux effectués jusqu’à maintenant tout en précisant que la tâche est loin d’être terminée. Là encore, les conservateurs et architectes sont loués pour leur érudition, leur passion et leur patience. L’accent est mis sur la volonté de présenter un ensemble cohérent esthétiquement et scientifiquement au public. Le second article qui se fixe les mêmes objectifs paraît dans Connaissance des arts, en juillet 1960267. L’accroche est évocatrice :

  • 268 Ibid., p. 21.

Où sont passés les cinq milliards de la campagne de sauvegarde. Pourquoi il continue de pleuvoir dans toute une aile du château. Pourquoi on veut demander une deuxième fois cinq milliards. Ce que l’État doit prévoir pour venir à bout de la restauration. Comment Versailles pourrait être entretenu sans aide extérieure268.

  • 269 Ibid., p. 25 et 26.

Cet article très complet fait le bilan de la période qui vient de s’écouler, et présente les travaux restant à faire à l’aide de photographies légendées. L’article précise également que les travaux « sont pratiquement arrêtés depuis la fin de l’année 1959, depuis, les seuls crédits qui restent suffisent à peine à l’entretien courant des bâtiments et du mobilier ». Avant de préciser qu’il faut encore cinq milliards « pour la fin des restaurations et la mise en valeur complète du domaine269 ».

Le bilan de la sauvegarde vu par les services du château

De leur côté, les architectes et conservateurs du domaine, ainsi que l’administration, font également le bilan et en tirent les mêmes conclusions :

  • 270 AN, 19890127/51, rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 sept. 1959.

Compte tenu de l’état présent des lieux à la suite de l’ensemble des dépenses déjà effectuées, on est malheureusement obligé de constater que – contrairement à ce qu’on a pu laisser entendre – les ressources prévues et obtenues n’ont pas été suffisantes pour sauver définitivement le domaine de Versailles270.

  • 271 SACV, (2) 1949-1966, lettre de Marc Saltet au directeur général de l’Architecture, 7 juin 1960.
  • 272 AN, 19890127/51, rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 sept. 1959.
  • 273 SACV, (2) 1949-1966, lettre de Marc Saltet au directeur général de l’Architecture, 7 juin 1960.

Les raisons pour lesquelles tous les travaux initialement prévus dans le cadre du programme de cinq milliards n’ont pu être achevés sont au nombre de trois. La première est la hausse des prix qui a eu lieu entre le moment ou le programme a été élaboré et chiffré en 1949, et celui où les travaux se sont achevés. La seconde est « l’extension très importante des programmes dont certains n’avaient pas été, à l’origine, poussés aussi loin dans le détail, qu’ils ne l’ont été en réalité, à l’exécution271. » Ce qui est par exemple le cas pour l’Opéra royal ou Trianon, qui ont déjà été évoqués. Enfin, la dernière raison est la découverte, au fur et à mesure de l’avancée des travaux, de dégâts plus importants que ce qui avait été estimé. Au final, que ce soit Papeloux dans le rapport remis à Malraux le 15 septembre 1959, qui affirme que « le montant des dépenses qui, à nouveau, doivent être envisagées comme indispensables, représente encore au minimum un deuxième programme de l’ordre de 5 milliards272 », ou que ce soit Saltet, dans un rapport du 7 juin 1960 remis au directeur général de l’Architecture, qui conclut en disant « le programme de 5 milliards qui a retenu votre attention ne saurait être qu’une tranche et non une fin de programme273 », tous sont d’accord sur la nécessité de poursuivre les travaux commencés à Versailles.

Qu’advient-il des travaux à partir de 1958 ?

  • 274 Cornu 1976, p. 128.
  • 275 SACV, (2) 985, état des travaux exécutés dans le domaine de Versailles au cours des années 1958-195 (...)
  • 276 Ibid., (2) 1949-1966, lettre de Marc Saltet au directeur général de l’Architecture, 7 juin 1960, ra (...)
  • 277 AN, 19890127/51, rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 sept. 1959.
  • 278 Ibid.

Si, comme nous l’avons vu, un programme de travaux « absolument urgents et indispensables274 » estimé à cinq milliards de francs a été élaboré en 1949, c’est véritablement en 1952 qu’une campagne de sauvegarde est mise sur pied avec la création du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles et l’élaboration d’un plan quinquennal de travaux. Ce plan quinquennal, d’un montant de cinq milliards de francs, a été réparti en cinq tranches annuelles de un milliard, pour lesquelles la participation annuelle de l’État s’élevait à 765 millions de francs. Le plan quinquennal a été mis en application de 1953 à 1957. Donc, à partir de 1958, les versements exceptionnels de l’État cessent. Certes, en 1958 et 1959, le chapitre 35-85, « Dépenses de restauration et de conservation du domaine national de Versailles », est toujours alimenté par les diverses recettes liées aux entrées et manifestations ayant lieu à Versailles, et par ce qui reste des sommes récoltées dans le cadre de la sauvegarde, mais c’est avec un budget beaucoup plus restreint que les architectes doivent composer. D’après un document faisant état des travaux exécutés dans le domaine de Versailles entre 1958 et 1961275, ces crédits s’élèvent à 315 000 francs en 1958 et 311 000 francs en 1959. Ce document précise également qu’ils sont effectivement issus du chapitre 35-85 pour 1958 et 1959, ils basculeront sur un autre chapitre à partir de 1960. Ceci confirme ce qu’écrit Saltet le 7 juin 1960 dans une lettre au directeur général de l’Architecture : 1959 est « la dernière année de consommation des crédits276 ». Même si le plan quinquennal s’est achevé deux ans plus tôt, l’année peut donc être considérée comme la fin de la sauvegarde au sens financier du terme. Le chapitre 35-85 est très probablement supprimé du budget général à partir de 1960. Cependant, aucun texte législatif ou document y faisant mention n’a été retrouvé pour en attester. Pour reprendre les termes de Papeloux, du point de vue des crédits gouvernementaux, « les années de 1958 et 1959 ont pu être considérées comme une période de pause277 », mais cette situation ne doit pas se poursuivre, sous peine de voir se représenter les mêmes difficultés qu’à l’origine. Il suggère donc de mettre l’année 1960 à profit pour « forcer le ministère des Finances, par le même mouvement d’opinion que celui déclenché une première fois, à accorder les crédits nécessaires dans le prochain exercice278 ». Ce qui soulève la question du devenir du Comité national, qui avait notamment pour tâche de susciter ce mouvement d’opinion.

Malraux et le devenir du comité

Le 8 janvier 1959, Malraux est nommé ministre des Affaires Culturelles, c’est à lui qu’il revient désormais de décider du sort de Versailles et de celui du Comité national.

  • 279 Holleaux 2004, p. 94.
  • 280 AN, 19890127/51.

Malraux aime Versailles, il habite dans le domaine et rencontre fréquemment Van der Kemp et Saltet. D’après André Holleaux, son directeur de cabinet de 1962 à 1965, « il s’attacha au parc et au château plus qu’à tout autre lieu279 ». Aussi, dès son arrivée au ministère, il exprime le souhait de poursuivre l’action initiée par son prédécesseur à Versailles, et afin de savoir quelle est la situation exacte et quels sont les besoins, il demande la rédaction d’un rapport, qui lui est remis le 15 septembre 1959280.

Malraux cherche également à se renseigner directement auprès de Cornu. La correspondance entre ce dernier et Georges Loubet, premier directeur du cabinet de Malraux, est l’occasion d’obtenir des informations sur le Comité national. Dans un courrier du 8 octobre 1959, Cornu mentionne que :

  • 281 Ibid., lettre d’André Cornu à André Malraux, 8 oct. 1959.

Depuis plus de 3 ans ce Comité n’a jamais été réuni, n’ayant ni l’autorité, ni les moyens de mener sa tâche à bien. […] Je crois qu’il n’y a aucun inconvénient désormais à le dissoudre, à moins que votre ministre n’ait l’intention de lui déléguer des pouvoirs indispensables281.

  • 282 Ibid., lettre de Georges Loubet, directeur du cabinet d’André Malraux à André Cornu, 14 oct. 1959.
  • 283 Ibid., rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 septembre 1959, p. 5.
  • 284 Ibid., p. 6.
  • 285 Ibid.
  • 286 Ibid., p. 8.
  • 287 Ibid.

La réponse de Loubet, le 14 octobre 1959, est claire : « il ne me semble pas qu’il soit dans les intentions de M. Malraux de supprimer cet organisme qui compte à son actif des réalisations tout à l’honneur de ceux qui l’ont créé282 ». Donc, en 1959, le Comité est toujours existant, mais il n’est plus actif, Malraux doit décider de son maintien ou non, de son éventuelle évolution. Il peut s’aider pour cela des différentes propositions faites dans le rapport du 15 septembre 1959. La première consiste à reprendre la formule du Comité national, qui s’est déjà révélée être efficace, tout en l’actualisant, pour lui assurer une « coordination utile et un contrôle indispensable283 », car « il apparaît en effet anormal qu’un organisme irresponsable, n’ayant aucune personnalité juridique puisse engager la responsabilité de l’administration, et exercer sur elle une autorité de fait284 ». Il propose donc de revoir sa composition pour le placer sous l’autorité d’un délégué du ministre responsable qui serait à la fois l’interlocuteur des différents ministères concernant les affaires en rapport avec Versailles, et l’interlocuteur du Comité dans son rôle de sollicitation des concours extérieurs. La présidence en serait proposée de nouveau à Cornu, mais s’il ne souhaite plus l’assumer, elle pourrait être exercée par Malraux lui-même285. Cette solution a l’avantage d’être « accommodante, par un certain côté politique286 » car elle reconduit avec seulement quelques modifications un état de fait antérieur. La deuxième solution proposée est plus radicale, elle consiste en l’abrogation de l’arrêté ministériel du 30 janvier 1952 créant le Comité national pour constituer « un Mouvement National en faveur de Versailles avec création par décret d’un véritable comité interministériel et de la fonction du délégué287 ». Dans l’une ou l’autre des solutions proposées, ce qui ressort avant tout est la nécessité de mettre en place une véritable coordination entre tous les acteurs pouvant contribuer, de près ou de loin, à l’action menée à Versailles, et la volonté de placer l’action entreprise en faveur du domaine sous le contrôle effectif du ministère :

  • 288 Ibid., 19890127/51, rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 sept. 1959, p. 8.

Dans l’une comme dans l’autre hypothèse, le véritable animateur sera, sous l’autorité du Ministre, son délégué ; c’est dans l’axe de la politique du Ministre et nanti d’une autorité incontestable qu’il pourra diriger l’action de l’Administration et celle du Comité288.

  • 289 SACV, (2) 1945-1961, arrêté du 25 septembre 1961 portant suspension de la régie de recettes institu (...)
  • 290 Loi de programme 62-880 du 31 juillet 1962 relative à la restauration des grands monuments historiq (...)
  • 291 La renaissance de Versailles 1966, p. 26.

Passé ce rapport, il est très difficile de savoir ce qu’est exactement devenu le Comité national et quelle décision Malraux a prise concernant son devenir. Seul un arrêté du 25 septembre 1961, portant suspension de la régie de recettes instituées auprès du Comité national de sauvegarde du château de Versailles, a été retrouvé289. Qu’est devenu le Comité sans la régie de recette ? Plusieurs hypothèses peuvent être avancées. Le Comité a pu être tout simplement supprimé, car n’ayant plus ce rôle de collecte de souscriptions en faveur de Versailles, il avait perdu l’une de ses raisons d’être principales. Il a également pu être maintenu pour se focaliser sur son activité de mise en valeur du domaine et de recherche de nouvelles ressources rentables, mais sans toutefois en avoir la gestion financière. La question reste encore ouverte. Il est probable cependant que le Comité ait été supprimé suite à la promulgation de la loi de programme du 31 juillet 1962 relative à la restauration des grands monuments historiques290, qui concernait Versailles à hauteur de 8 milliards de francs291.

Les apports de la sauvegarde à Versailles

  • 292 « Plateau Castellot, Lecat, Van der Kemp, Lemoine, Dumont », Journal télévisé de 13 h, TF1, 9 juin  (...)

Les apports de la période de sauvegarde au domaine de Versailles sont nombreux, aussi bien sur le plan matériel que financier, politique ou moral. Elle a permis de mettre en place de nombreux principes et d’imposer de nouvelles idées qui seront développées par la suite et qui marquent l’entrée du domaine dans une nouvelle ère. Pour reprendre l’expression de Van der Kemp, « la locomotive est lancée, il faut maintenant qu’elle reste sur ses rails et qu’elle aille à toute vitesse292 ».

Susciter l’intérêt de l’État

  • 293 La renaissance de Versailles 1966, p. 26.
  • 294 Loi de programme 62-880 du 31 juillet 1962 relative à la restauration des grands monuments historiq (...)
  • 295 Entretien avec Jean-Philippe Lecat, ministre de la Culture et de la communication, « Inauguration d (...)

La période de sauvegarde a tout d’abord permis d’intéresser l’État au sort de Versailles, grâce à la ténacité de Cornu et à la pression suscitée par le mouvement d’opinion lancé par le Comité national. Le plan quinquennal de sauvegarde, mis en place entre 1953 et 1957, peut être considéré comme le premier plan qui ait vu une implication financière durable de l’État sur une durée aussi longue pour sauver un monument. Il est en ce sens précurseur de la politique suivie par la Ve République avec Malraux, qui a « amplifié le mouvement commencé293 » avec la mise en place de lois de programme successives qui ont bénéficié au domaine de Versailles. D’abord la loi du 31 juillet 1962294, puis entre 1970 et 1980, « l’État aura dépensé 140 millions de francs, 14 milliards anciens, pour le château de Versailles295 ». Plus largement, la sauvegarde aura donc permis à l’État de prendre conscience qu’il est de sa responsabilité d’entretenir le patrimoine qui occupe une place si importante dans le cœur des Français. Il n’est pas anodin que la création d’un ministère des Affaires culturelles autonome ait été décidée à l’issue de cette période. Sans aller jusqu’à dire que c’est la sauvegarde qui l’a motivée, elle y a certainement contribué en sensibilisant l’État et l’opinion à la protection du patrimoine. Cela montre bien à quel point la position de l’État a évolué sur ce sujet entre 1949 et 1959, ce que semble aussi penser Cornu :

  • 296 Cornu 1976, p. 157.

Je n’ai pas fait tout ce que j’ai voulu, je n’ai pas réussi ou achevé tout ce que j’ai entrepris rue de Valois mais j’ai, encore maintenant, l’impression d’avoir infléchi la politique culturelle de la France pour un certain nombre d’années. Tant pis si l’on me trouve trop orgueilleux296 ! 

Si la création du ministère des Affaires culturelles et le prestige de Malraux ont tendance à être considérés comme un moment fondateur pour le patrimoine et la politique culturelle, il n’en reste pas moins que les périodes précédentes en constituent donc des prémices non négligeables. L’action qu’a menée Cornu à la tête du secrétariat d’État aux Beaux-Arts en est l’exemple.

  • 297 Oppermann 2006b, p.126.

Par ailleurs, l’État trouve son intérêt dans la mise en valeur de Versailles, qui devient, lors de la visite de souverains étrangers, « un lieu politique de représentation officielle de l’État et de la nation297 ». Nous l’avons vu pour 1957 lors de la visite de la reine d’Angleterre, mais ceci deviendra encore plus évident quand le général de Gaulle fera aménager le Grand Trianon spécialement pour recevoir les hôtes de marque de la République.

Susciter l’intérêt du public

  • 298 SACV, VZ24, Gaston Papeloux, « Grâce à la contribution de tous… le château de Versailles sera sauvé (...)
  • 299 Ibid., (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national po (...)

La période de sauvegarde a aussi comme effet de susciter un fort intérêt du public pour Versailles. Ceci est principalement dû à l’action du Comité national, qui dès son origine se fixe pour objectif non seulement l’aspect matériel de la sauvegarde, mais aussi son aspect moral : « pour sauver Versailles, il faut attirer un public nombreux et enthousiaste298 ». Il s’agit, à travers la mise en place de manifestations artistiques de qualité, par exemple les spectacles son et lumière, d’attirer toujours plus de visiteurs et de véhiculer une image prestigieuse de la France. Les chiffres de fréquentation sont en effet en hausse ; entre 1952 et 1955, le nombre de visiteurs payants pour le palais passe de 685 699 à 837 309, et pour Trianon de 308 000 à 315 000299. Devant ce succès grandissant, le musée fait des efforts pour favoriser le confort des visiteurs. Dès le début de la sauvegarde, une attention particulière est portée au confort des visiteurs :

  • 300 Ibid., 15 déc. 1954, p. 9.

Il a été décidé de doter Versailles des installations nécessaires à un grand musée moderne. […] Pour le confort du public, des installations sanitaires vont être améliorées, l’installation d’un salon d’accueil est actuellement à l’étude, il doit être réalisé pour la saison prochaine. Les comptoirs de vente vont être également modernisés. Des panneaux d’affichage vont être placés aux abords du château, le long des avenues par exemple. Ils seront dignes du décor dans lequel ils seront placés et permettront de donner aux touristes tous les renseignements utiles à leur visite. […] Rien ne doit gâter désormais l’impression d’arrivée du visiteur300.

  • 301 Ferrand 2005, p. 93.
  • 302 Ibid., p. 92-93.
  • 303 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pou (...)
  • 304 Ibid., 3 fév. 1956, p. 10.

C’est donc une véritable opération de séduction qui est mise en place pour attirer le public et contribuer à lui apporter une image positive de Versailles. Van der Kemp s’inspire en cela de la politique d’accueil du public qu’il a pu observer lors de ses fréquents voyages aux États-Unis301. Cette volonté de plaire ne s’arrête pas là, le musée souhaite également faire de sa visite une expérience culturelle de qualité. Ainsi, Van der Kemp réorganise complètement le service des visites-conférences, qu’il confie non plus aux gardiens, mais à un personnel recruté spécialement pour ses connaissances historiques, artistiques et pour sa pratique de langues étrangères. Il l’utilise en particulier pour recevoir d’éventuels donateurs étrangers302. Ce service connaît un grand succès, d’avril à novembre 1953 : 262 visites-conférences sont données dans les appartements royaux ; sur la même période en 1954, ce sont 766 visites qui sont effectuées303. Si bien qu’en 1956, lors de l’assemblée générale du Comité national, on envisage de les développer, avec d’un côté les visites habituelles, puis les visites conférences et enfin les visites privées, pour « donner satisfaction à toutes les couches du public304 ». Elles rapportent en plus d’un bénéfice intellectuel, un bénéfice financier à la sauvegarde.

  • 305 Entretien avec Van der Kemp, « Bicentenaire de la naissance de Marie-Antoinette », 19/05/1955 (INA)
  • 306 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pou (...)

Enfin, la période de la sauvegarde est aussi celle qui voit la présentation d’une grande exposition sur Marie-Antoinette en mai 1955, à l’occasion du bicentenaire de sa naissance. Ce sont près de 1 200 objets qui sont présentés dans seize salles, la plupart provenant de collections privées et jamais présentés au public305. Cette exposition rencontre un grand succès : près de 270 000 visiteurs payants, et « cet attrait n’a diminué en rien le nombre des visiteurs dans le reste du musée. C’est donc une couche de visiteurs nouveaux qui a été touchée. Là encore, nous devons nous réjouir306 ». L’expérience se veut donc elle aussi encourageante, le musée se rend compte qu’un tel événement peut encourager la fréquentation du site.

La période de sauvegarde a donc été le cadre des premières expériences destinées à améliorer le confort et la satisfaction intellectuelle des visiteurs, elle engage en cela, de façon résolument moderne, le domaine sur une voie qu’il ne cessera de poursuivre.

« Une exploitation plus rationnelle307 »

  • 307 Papeloux 1954, p. 21. « Une exploitation plus rationnelle » est le titre du chapitre 9.
  • 308 Ibid., p. 10.

La campagne de sauvegarde a également apporté au domaine des outils pour lui permettre d’assurer lui-même une partie de ses revenus. L’objectif principal était qu’à son issue, il puisse « trouver dans son exploitation touristique et culturelle les ressources nécessaires à son entretien courant308 ». Grâce (ou à cause) du Comité national, on raisonne donc désormais en termes d’exploitation. L’idée que le patrimoine doit gagner sa vie en est à ses débuts, et là encore, c’est Cornu qui en est l’initiateur :

  • 309 André Maurois, « Le nouveau spectacle “Son et Lumières” », La Chronique de Versailles, no 1, mai 19 (...)

Dans une récente intervention à l’Assemblée nationale, M. André Cornu, secrétaire d’État aux Beaux-Arts, a défini sa politique de conservation de nos monuments historiques. Elle tient en quelques mots : faire de notre patrimoine une entreprise rentable. C’est là un langage nouveau en la matière ; mais non point un langage vide de sens ni de substance309.

  • 310 AN, 19890127/51, rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 sept. 1959, p. 2.

Le Comité national a mis en place dans ce but, comme nous l’avons vu, plusieurs manifestations et mesures destinées à fournir des crédits importants qui alimentent un fonds de concours : droit d’entrée, son et lumière, grandes eaux payantes, taxes de circulation, droits photographiques. Au terme de la période de sauvegarde, la recette moyenne annuelle espérée est estimée à 120 millions de francs310. Ces ressources sont destinées à prendre le relais des gestes de générosité ponctuelle faits en faveur de Versailles qui au bout de plusieurs années ont tendance à s’essouffler, il s’agit donc de les promouvoir d’une manière efficace :

  • 311 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pou (...)

Une action concertée pourrait être entreprise avec la direction générale du tourisme. Versailles jouerait ainsi un rôle primordial dans la vie touristique de la France et prouverait ainsi une deuxième fois la légitimité des dépenses qui lui ont été consacrées311.

  • 312 André Maurois, « Le nouveau spectacle “Son et Lumières” », La Chronique de Versailles, no 1, mai 19 (...)
  • 313 SACV, VZ24, conférence de presse du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 5  (...)

Et si le Comité national recherche à rendre Versailles rentable, il cherche aussi à produire des manifestations de qualité, destinées à promouvoir la France, afin que ces manifestations ne soient justement pas un langage « vide de sens et de substance312 ». C’est dans cet esprit qu’est imaginé, dès le début de la sauvegarde, un festival national de Versailles, qui mettrait en avant le palais, mais également « l’esprit créateur et le goût français313 ».

Conclusion

    La campagne de sauvegarde de Versailles peut être considérée comme une réussite totale : pour la première fois, un plan de travaux sur le long terme a été entrepris, et en dehors de la somme considérable qu’elle a apportée, elle a permis d’intéresser à la fois le public et les pouvoirs publics au sort du domaine. Son bilan matériel, financier et moral est donc exceptionnel.

Quant à l’appellation « sauvegarde de Versailles », nous pouvons désormais en donner plusieurs définitions plus ou moins larges. Elle peut désigner les travaux mis en place dans le domaine pour sauver le bâti. Dans une acception plus large, elle peut aussi désigner la campagne de propagande, ainsi que toutes les initiatives organisées dans le but de susciter un mouvement d’opinion et de récolter des fonds en faveur du domaine. Sur un strict plan financier, elle peut désigner la période d’application du plan quinquennal de 1953 à 1957, ou bien s’étendre jusqu’en 1959, dernière année de consommation des crédits ouverts sur le chapitre spécial 35-85.

Ensuite, plusieurs points importants ont pu être mis en évidence. Tout d’abord, le fait que la campagne de sauvegarde ne se limite pas aux actions menées dans le cadre du Comité national, mais qu’elle a aussi bénéficié d’actions privées émanant d’individus ou bien d’associations comme celle de la Société des amis de Versailles. Ensuite, le rôle primordial de l’État dans le financement de la campagne, qui a été bien supérieur aux crédits apportés par la souscription nationale et par les différents mécènes, bien que la presse se soit plutôt concentrée sur ces derniers. Ont également été mises en évidence les caractéristiques des travaux de restauration menés aussi bien par les architectes que par les conservateurs, qui se veulent avant tout d’une grande qualité scientifique. Enfin, le caractère novateur et précurseur de la campagne, qui a introduit à Versailles des principes modernes de gestion du patrimoine, et qui a entraîné l’implication durable de l’État dans la protection du domaine.

Si les années qui suivent immédiatement la sauvegarde témoignent d’une reprise en main par l’État de l’entretien et de la gestion du patrimoine, la tendance actuelle est plutôt au phénomène inverse. Il tend à se désengager, ce qui pousse les acteurs du patrimoine à chercher des sources de financement alternatives. Alternatives aux subventions, mais aussi alternatives au financement de grands mécènes. Ainsi, depuis peu, des initiatives telles que le crowdfunding, ou financement participatif, et des opérations telles que « Tous mécènes » menée par le musée du Louvre, tendent à se développer. Elles s’adressent à chaque individuel, quel que soit le montant de sa contribution, et peuvent ainsi par certains côtés rappeler la souscription nationale lancée en 1952 en faveur de Versailles.

Haut de page

Bibliographie

Sources

« À toutes les gloires de la France » : spectacle de son et de lumière réalisé sous le patronage du secrétariat d’État aux Beaux-Arts et du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 1957, Paris, Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles.

Champigneulle Bernard, 1957, « Versailles sauvé », La revue du Touring-Club de France, no 669, p. 24-27.

Cornu André, 1952, « Versailles et la Nation », Les Lettres françaises, 24 janv. [Paris, bibliothèque Sainte-Geneviève, Microfilm, année 1952, Fonds général, MM30].

 1976, Mes républiques indiscrètes, Paris, J. Dullis.

Farrand Jean, 1952, « Versailles en perdition », Paris Match, no 158, p. 22-27.

Japy André, 1958, L’Opéra royal de Versailles, Versailles, Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles.

Jarry Paul, 1929, « La sauvegarde de Versailles », Revue mensuelle de la chambre syndicale des entrepreneurs de maçonnerie, ciments et béton armé de la ville de Paris et du département de la Seine, déc., p. 815-822.

La Gorce Paul-Marie de, 1960, « Où en sont les grands travaux de Versailles ? », Connaissance des Arts, no 101, p. 21-27.

L’Espée Roland de, 1954, « Au service d’une grande cause », La Chronique de Versailles, no 1, mai [Paris, Bibliothèque nationale de France, Tolbiac, Rez-de-Jardin, magasin, FOL-LC11-2217].

Mauricheau-Beaupré Charles, 1952, « Il faut sauver Versailles », La revue de Paris, janv., p. 81-85.

— 1953, Versailles : patrimoine national, témoin d’art et de grandeur, miroir du Grand Siècle, Paris, G. P.

Papeloux Gaston, 1954, Pour sauver Versailles, Paris, La Documentation française.

 1953, « Grâce à la contribution de tous le château de Versailles sera sauvé », Cahiers français d’information, no 223, mars, p. 1-3.

La renaissance de Versailles, 1966, Paris, La Documentation française.

Versailles aux lumières, 1954, Paris, Éd. Tel.

Études

Aillagon Jean-Jacques (dir.), 2010, Versailles photographié, 1850-2010, cat. exp. (château de Versailles, 26 janv.-25 avr. 2010), Versailles, Établissement public du musée et du domaine national de Versailles / Artlys.

Baecque Antoine de, « Versailles à l’écran, Sacha Guitry, historien de la France », dans Béatrix Saule (dir.), L’histoire au musée, actes du colloque (château de Versailles, 10-12 déc. 1998), Arles / Versailles, Actes Sud / château de Versailles, p. 145-162.

Bélaval Philippe (dir.), à paraître, Le patrimoine menacé par la crise économique : rencontres et tables rondes, organisées par Mémoire du Patrimoine, (Paris, Institut national d’histoire de l’art, 12 avr. 2014).

Berducou Marie, 2001, « La restauration : quels choix ? “dérestauration”, restauration-restitution », Technè, no 13-14, p. 211-218.

Constans Claire, 1989, Versailles : château de la France et orgueil des rois, Paris, Gallimard / Réunion des musées nationaux.

Debray Régis, 1999, « Le monument ou la transmission comme tragédie », in L’abus monumental ?, actes du congrès (Paris, théâtre national de Chaillot, 23-25 nov. 1998), Paris, Fayard / Éd. du patrimoine, p. 11-32.

Faton Louis, 2002, « Gérald Van der Kemp, comment il avait fait revivre Versailles », L’estampille, no 366, p. 6.

Ferrand Franck, 2003, Ils ont sauvé Versailles, de 1789 à nos jours, Paris, Perrin.

 2005, Gérald Van der Kemp : un gentilhomme à Versailles, Paris, Perrin.

 2012, Versailles après les rois, Paris, Perrin.

Godeau Éric, 2008, Le tabac en France de 1940 à nos jours : histoire d’un marché, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne.

Holleaux André, 2004, Malraux ministre au jour le jour : souvenirs d’André Holleaux, Paris, Comité d’histoire du ministère de la Culture.

Le Coz Frédéric, 2011, Versailles et le film : enjeux et représentations : des origines du cinéma à la fin des années soixante, mémoire d’étude de l’École du Louvre.

Monnier Gérard, 1995, L’art et ses institutions en France, de la Révolution à nos jours, Paris, Gallimard.

Nora Pierre (dir.), 1997, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 3 vol.

Oppermann Fabien, 2003, « Les tribulations des écuries du Roi, Versailles au xxe siècle », Livraisons d’histoire de l’architecture, no 6, p. 99-108.

— 2006a, « La République dans les meubles du roi : Versailles et le remeublement au xxe siècle », Patrimoines : revue de l’Institut national du patrimoine, no 2, p. 90-96.

— 2006b, « Versailles comme outil de propagande républicaine au xxe siècle », in Denis Rolland, Didier Georgakakis et Yves Déloye (dir.), Les Républiques en propagande : pluralisme politique et propagande, entre déni et institutionnalisation, xixe-xxie siècles, actes du colloque (Strasbourg / Paris, 5 et 6 oct. 2004), Paris, L’Harmattan, p. 115-126.

Plouvier Martine (dir.), 2012, Guide des sources de l’histoire de l’art aux Archives nationales et aux Archives de Paris, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques.

Richard Pascale, 1999, Versailles : The American Story, Paris, A. de Gourcuff.

Rohan Olivier de, L’Espée Roland de et Pérouse de Montclos Jean-Marie, 2007, Un siècle de mécénat à Versailles, Paris / Versailles, Regard / château de Versailles.

Saule Béatrix (dir.), 2004, L’histoire au musée, actes du colloque (château de Versailles, 10-12 déc. 1998), Arles / Versailles, Actes Sud / château de Versailles.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Mauricheau-Beaupré 1952, p. 82.

2 Sur Cornu, voir annexe I.

3 « Les touristes passent à travers les parquets de Versailles », Liberté du Centre, 24 oct. 1949.

4 Correspondance principalement à Versailles, service des archives du château de Versailles (désormais SACV), (2) 1948-1950, fo 812, et à Paris, Archives des musées nationaux (désormais AMN), V2 1943-1950.

5 Rapport non retrouvé dans les archives.

6 Cornu 1976, p. 128.

7 Charenton-le-Pont, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (désormais MDP), 80/1/10, résumé de la conférence de presse tenue par M. le directeur de l’Architecture le 19 avril 1950.

8 Ibid., conférence de René Perchet : aperçu sur l’activité des services des bâtiments civils et palais nationaux et des monuments historiques, 19 avr. 1950.

9 Ibid.

10 SACV, (2) 1945-1961, lettre de l’architecte des Bâtiments de France de la première circonscription de Seine-et-Oise à Raymond Rivaud, architecte des Bâtiments de France à La Rochelle, 3 juin 1952.

11 Journal officiel des débats parlementaires, séance no 185 du 18 juillet 1950, p. 5541.

12 MDP, 81/78/496, situation actuelle du domaine et du château de Versailles, projet d’émission radiophonique à soumettre à monsieur le directeur, 1952.

13 Journal officiel des débats parlementaires, séance no 185 du 18 juillet 1950, p. 5541.

14 Robert Bruyez, « Laissera-t-on s’effondrer le château de Versailles ? », Le Figaro, 14 avr. 1949.

15 Correspondance présente au SACV, VZ19.

16 Saladin, « Expédition au château. La misère du Palais n’est même pas dorée », Toutes les nouvelles de Versailles, 15 déc. 1949 (SACV, VZ19).

17 Ferrand 2012, p. 282.

18 Actuel département des Côtes-d’Armor en Bretagne.

19 Cornu 1976, p. 105.

20 Franck Dominique, « Interviews de la Croisette, M. Cornu, ministre des Beaux-Arts et sauveteur du château de Versailles, nous dit… », L’Espoir, 26 nov. 1952 (SACV, VZ19).

21 Cornu 1976, p. 127.

22 « Les Beaux-Arts cherchent cinq milliards pour restaurer le château de Versailles », Le Figaro, 26 nov. 1951 (SACV, VZ19).

23 « Les pouvoirs publics s’intéressent à la sauvegarde du château », Bulletin municipal officiel de Versailles, 15 déc. 1951 (SACV, VZ19).

24 « Projets de réfection du Palais de Versailles », Radio diffusion française, 24 nov. 1951 (INA).

25 Cornu 1976, p. 76-78.

26 Ibid., p. 85.

27 Marcel Petit, « Il faut cinq milliards pour empêcher d’irréparables destructions », Le Figaro, 22-23 déc. 1951 (SACV, VZ19).

28 « Les pouvoirs publics s’intéressent à la sauvegarde du château », Bulletin municipal officiel de Versailles, 15 déc. 1951 (SACV, VZ19).

29 « Verra-t-ton M. André Cornu réduit à mendier toujours pour Versailles ? », Libération, 31 déc. 1951 (SACV, VZ19).

30 Henri Albert, « Le désastre imminent de Versailles », La Journée du bâtiment, travaux publics, architecture, reconstruction, urbanisme, no 1337, 29-30 nov. 1951 (SACV, VZ19).

31 « Sauvons Versailles ! », Les Actualités françaises, 13 déc. 1951 (INA, en ligne : http://www.ina.fr/video/AFE86004774/les-actualites-francaises-edition-du-13-decembre-1951-video.html [à 4 mn 45 s ; consulté le 30 juin 2015]).

32 Ces lettres sont principalement regroupées au SACV, VZ19.

33 Mauricheau-Beaupré 1952, p. 81-85.

34 Ibid., p. 84.

35 André Parinaud, « Versailles, onze hectares de toitures crevées, toutes les poutres pourries, un étage menacé », Arts, no 340, 4 janv. 1952, p. 10 (Paris, bibliothèque Sainte-Geneviève [désormais BSG], Arts, Microfilm, année 1951-1952, Fonds général, MM204).

36 « Les Beaux-Arts cherchent cinq milliards pour restaurer le château de Versailles, trésor national et haut lieu du tourisme international », Le Figaro, 26 nov. 1951 (SACV, VZ19).

37 Maximilien Gauthier, « André Cornu et Jacques Jaujard nous disent… », Nouvelles littéraires, 3 janv. 1952 (SACV, VZ19).

38 Cornu 1976, p. 136.

39 « Sauvegarde du château de Versailles : appel lancé par André Cornu », Radio diffusion française, 1er fév. 1952 (INA). Une transcription partielle de l’appel peut aussi être trouvée au SACV, VZ24.

40 Godeau 2008, p. 47.

41 « André Cornu : souscription à la restauration du château de Versailles », Paris vous parle, 18 fév. 1952 (INA).

42 « The French are cutting down on cigarettes to help raise money for the Palace of Versailles », « The French to Restore Versailles Palace », Mid-Ocean News, 23 sept. 1952 (SACV, VZ19).

43 Cornu 1976, p. 136.

44 Sleepy Hollow, Rockefeller Archive Center, Rockefeller Brothers Fund, record group 3, series 1, box 240, folder 1524.

45 Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales (désormais AN), 19890127/51, rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 sept. 1959, p. 6.

46 Oppermann 2006b, p. 124.

47 Non retrouvé dans les archives.

48 Papeloux 1954, p. 15.

49 Cornu 1976, p. 131.

50 AN, 19890127/51, rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 sept. 1959, p. 4.

51 Ibid., p. 6.

52 SACV, VZ24, conférence de presse du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 5 fév. 1953.

53 Ibid., VZ19, lettre du préfet de Seine-et-Oise à Charles Mauricheau-Beaupré, 5 avr. 1952.

54 Ibid., VZ24, Journal officiel des débats de l’assemblée de l’Union française, 24 mars 1953, p. 433.

55 Ibid.

56 « Sauvegarde du château de Versailles : appel lancé par André Cornu », Radio diffusion française, 1er fév. 1952 (INA).

57 Régie de recette : procédure destinée à faciliter l’encaissement de recettes et le paiement de dépenses en déléguant à un agent la responsabilité d’effectuer un certain nombre d’opérations qui habituellement sont réservées aux comptables de la direction générale des finances (source : http://www.collectivites-locales.gouv.fr/regies-davances-et-recettes-4).

58 Journal officiel des débats parlementaires, réponse du ministre André Cornu à Jean-Paul Palewski, 3e séance du 14 décembre 1954, p. 6354.

59 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 15 déc. 1954.

60 Loi no 53-49 du 3 février 1953, Journal officiel de la République française, 4 fév. 1953, p. 1036.

61 Bulletin officiel de l’Éducation nationale, 1952, p. 591, arrêté du 28 décembre 1951 relatif au droit d’entrée au château de Versailles et aux Trianons.

62 SACV, VZ24, rapport tendant à inviter le gouvernement à prendre toutes les mesures utiles en vue de la restauration du palais de Versailles, annexe au procès-verbal no 23 de la séance du 27 janvier 1953 de l’Assemblée de l’Union française.

63 MDP, 81/78/496, arrêté du 26 juin 1952 paru au Journal officiel de la République française du 20 juillet 1952.

64 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 15 déc.1954, p. 7.

65 Journal officiel de la République française, 4 fév. 1953 p. 1036.

66 Les fonds de concours sont des fonds versés par des personnes morales ou physiques pour concourir avec ceux de l’État à des dépenses d’intérêt public. Ils sont directement portés en recette au budget général, et un crédit supplémentaire de même montant est ouvert par arrêté du ministre chargé des finances sur le programme ou la dotation concernée (source : http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/glossaire/lettre/f/fonds-de-concours-1.html?no_cache=1).

67 SACV, VT7, extrait d’un arrêté du ministère des Finances du 1er décembre 1952.

68 Journal officiel des débats parlementaires, 8 nov. 1952, p. 4983.

69 Cornu 1976, p. 116.

70 Journal officiel des débats parlementaires, réponse du ministre André Cornu à Jean-Paul Palewski, 3e séance du 14 décembre 1954, p. 6354.

71 « Ce n’est pas la mendicité qui sauvera du désastre le château de Versailles », La Marseillaise de Seine-et-Oise, 28 fév. 1952 (SACV, VZ19).

72 « Il faut sauver Versailles ! », L’Écho d’Oran, 19 janv. 1952 (SACV, VZ19).

73 Jean Bouret, « Versailles vit un drame, celui de l’argent qu’on ne peut lui donner pour éviter que meure ce haut lieu de l’architecture française », Franc-tireur, 1er déc. 1951 (SACV, VZ19).

74 « Ce n’est pas la mendicité qui sauvera du désastre le château de Versailles », La Marseillaise de Seine-et-Oise, 28 fév. 1952 (SACV, VZ19).

75 Ibid.

76 « Pour sauver Versailles », Journal de l’amateur d’art, no 88, 28 mars 1952 (SACV, VZ24).

77 André Marty-Cappas, « Du paquet de tabac au château de Versailles », Libération, 9 fév. 1952 (SACV, VZ24).

78 Proposition de loi no 3257 présentée par les membres du groupe communiste, annexe au procès-verbal de la séance du 9 avril 1952 de l’Assemblée nationale, tendant à prévoir les crédits nécessaires à la restauration du château de Versailles (SACV, VZ24).

79 Marcel Cornu est journaliste pour Les Lettres françaises, il n’a pas de lien familial avec André Cornu.

80 Cornu 1952, p. 1 et 10.

81 « Il faut sauver Versailles ! », L’Écho d’Oran, 19 janv. 1952 (SACV, VZ19).

82 Papeloux 1954, p. 28.

83 Ibid.

84 C. de Sanval, « Versailles retrouve les ors d’autrefois, II. Bilan du travail accompli », Combat, 21 mai 1956 (SACV, VZ24).

85 André Maurois, cité dans Versailles aux lumières 1954, p. 10.

86 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 3 fév. 1956, p. 8.

87 Oppermann 2006b.

88 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 3 fév. 1956, p. 9.

89 Ibid., rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 15 déc. 1954.

90 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 3 fév. 1956, p. 4.

91 « La restauration du Palais de Versailles », L’Art et la Vie : magazine des arts, 11 déc. 1958 (INA).

92 Papeloux 1954.

93 L’Espée 1954, p. 2.

94 Le Coz 2011, p. 33.

95 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 15 déc. 1954.

96 Ibid.

97 Ibid., rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 3 fév. 1956.

98 SACV, (2) 1945-1961, document du comité départemental projetant une action sur le Tour de France, 26 avr. 1952.

99 René Thierry, « L’exposition “Versailles et les maisons royales” évoque superbement les fastes d’autrefois », Ouest France, 5 nov. 1952 (SACV, (2) 1945-1961).

100 Ibid.

101 « L’inauguration de l’exposition “Versailles et les maisons royales” à l’hôtel de ville », Ouest France, 4 nov. 1952 (SACV, (2) 1945-1961).

102 « Au bénéfice de l’œuvre de restauration d’un prestigieux château, “Versailles et les maisons royales”, “Versailles et la Cour de France”, “Versailles, palais du soleil”, une exposition, une conférence, un film d’art », Les Nouvelles, 4 nov. 1952 (SACV, (2) 1945-1961).

103 René Thierry, « L’exposition “Versailles et les maisons royales” évoque superbement les fastes d’autrefois », Ouest France, 5 nov. 1952 (SACV, (2) 1945-1961).

104 SACV, (2) 1945-1961, lettre de l’architecte des Bâtiments de France d’Ille-et-Vilaine et des Côtes-du-Nord à André Japy, 12 avr. 1952.

105 Circulaire du 26 mars 1952 du cabinet du ministre aux recteurs et aux inspecteurs d’Académie.

106 Correspondance présente au SACV, VZ19.

107 SACV, VZ19, lettre d’une élève d’une classe de 5e du collège moderne et technique de Vichy à Charles Mauricheau-Beaupré, 25 juin 1952.

108 « André Cornu : souscription à la restauration du château de Versailles », Paris vous parle, 18 fév. 1952 (INA).

109 J.-L. Berthier, « Il faut sauver Versailles ! nous dit M. André Cornu, secrétaire d’État aux Beaux-Arts », L’homme libre, 21 fév. 1952 (SACV, VZ19).

110 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 15 déc. 1954.

111 Document dactylographié du 29 avril 1953 titré « Versailles », Sacha Guitry en est le probable auteur, 3 pages, Cinémathèque française, fonds crédit national. Cité par Le Coz 2001, p. 45.

112 AN, 373AP/8, contrat de production du film Si Versailles m’était conté et aide financière de l’État, 24 juin 1953.

113 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 15 déc. 1954, p. 4.

114 Voir à ce sujet Baecque 2004.

115 Journal officiel des débats parlementaires, 19 mars 1954, p. 1060-1062.

116 Ibid., p. 1062.

117 SACV, (2) 1945-1961, procès-verbal de l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 15 déc. 1954, p. 5.

118 Baecque 2004, p. 161.

119 « Pour la sauvegarde du château de Versailles, les budgets modestes ont répondu en grand nombre à la souscription nationale », Le Figaro, 28 mars 1952 (SACV, VZ19).

120 Papeloux 1954, p. 13. Lettre non datée.

121 Ibid.

122 Cornu 1976, p. 138.

123 AMN, V2 1950-1971, lettre du 9 décembre 1953 informant André Cornu de la donation Rockefeller.

124 SACV, VZ24, lettre de Van der Kemp à Papeloux, 7 janv. 1954.

125 Ibid., VZ19, texte du communiqué diffusé dans la presse le 5 janvier 1954 par le secrétariat d’État aux Beaux-Arts suite au don du Rockefeller Brothers Fund.

126 Ibid.

127 « Chèque de 100 millions de francs pour Versailles », Les Actualités françaises, 14 janv. 1954 (INA).

128 L’Humanité, 6 janv. 1954, cité dans Oppermann 2006b, p. 124.

129 AMN, V2 1950-1971, lettre du 9 décembre 1953 informant André Cornu de la donation Rockefeller.

130 « La restauration du Palais de Versailles », L’Art et la Vie : magazine des Arts, 11 déc. 1958, entretien avec Marc Saltet (INA).

131 SACV, (2) 1945-1961, rapport de Marc Saltet au ministre de l’Éducation nationale sur l’utilisation détaillée du don Rockefeller, 3 oct. 1958.

132 MDP, 80/1/10, résumé de la conférence de presse tenue par le directeur de l’Architecture le 19 avril 1950.

133 SACV, (2) 1945-1961, rapport de Marc Saltet au ministre de l’Éducation nationale sur l’utilisation détaillée du don Rockefeller, 3 oct. 1958, p. 4.

134 Ibid., lettre de Gaston Papeloux à André Japy, 5 janv. 1953.

135 AN, 19890127/51, lettre de Gaston Papeloux à Jacques Jaujard, 18 mars 1959.

136 SACV, (2) 1945-1961, lettre du ministre de l’Éducation nationale à Marc Saltet, 28 fév. 1955.

137 Cornu 1976, p. 137.

138 AN, 19890127/51, J.-M. Boulan, rapport moral de l’assemblée générale de la Société des amis de Versailles, 16 mai 1957.

139 « Reconstitution des six grilles et inauguration du château de Versailles », Les Actualités françaises, 4 juil. 1956 (INA), extrait de la bande son.

140 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 15 déc. 1954, p. 4.

141 Ibid., VO1, brochure de 1907 pour devenir membre de la Société des amis de Versailles.

142 De Rohan, De L’Espée et Pérouse de Montclos 2011, p. 19.

143 SACV, VZ19, lettre de Charles Mauricheau-Beaupré au duc de Brissac, 22 déc. 1951.

144 « Pour la sauvegarde du Palais de Versailles », France illustration, 2 fév. 1952 (SACV, VZ19).

145 AN, 19890127/51, livrets sur la situation financière de la Société des amis de Versailles au 31 décembre 1956 – 1957 – 1958.

146 Ibid., rapport sur la Société des amis de Versailles depuis 1947 signé par le duc de Brissac et destiné à André Malraux, 1959.

147 MDP, 80/1/10, résumé de la conférence de presse tenue par le directeur de l’Architecture le 19 avril 1950.

148 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 3 fév. 1956, p. 3.

149 Ibid., VZ24, lettre du Dr Rigal à Van der Kemp, 17 août 1955.

150 Ibid., lettre de Van der Kemp à M. Douhéret, instituteur à Argenteuil, 31 janv. 1956.

151 AN, 19890127/51, rapport sur la Société des amis de Versailles depuis 1947 signé par le duc de Brissac et destiné à André Malraux, 1959.

152 Ibid. p. 5.

153 Ibid.

154 Ibid., p. 6.

155 Rohan, L’Espée et Pérouse de Montclos 2011, p. 19.

156 AN, 19890127/51, rapport sur la Société des amis de Versailles depuis 1947 signé par le duc de Brissac, et destiné à André Malraux, 1959, p. 6.

157 Ferrand 2005, p. 86.

158 SACV, VO1, lettre de Fribourg à Van der Kemp, 20 déc. 1956.

159 AN, 19890127/51, livret sur la situation financière de la Société des amis de Versailles au 31 décembre 1957 et 1958 : première source de revenus de la Société des amis de Versailles en 1957, seconde source de revenus en 1958.

160 SACV, VT7, lettre de Van der Kemp à Jacques Jaujard, 10 déc. 1955.

161 AN, 19890127/51, rapport sur la Société des amis de Versailles depuis 1947 signé par le duc de Brissac et destiné à André Malraux, 1959.

162 SACV, VD4, note non datée et non signée (postérieure à 1955) résumant l’histoire de la Société américaine des amis de Versailles.

163 SACV, VD4, lettre du US Treasury Department aux American Friends of Versailles du 14 novembre 1955.

164 Ibid., VO1, lettre de René Fribourg au duc de Brissac, 5 nov. 1954.

165 Van der Kemp « La générosité américaine a rendez-vous à Versailles », France-USA, organe mensuel des relations franco-américaines, déc. 1958, no 123 (SACV, (2) 1945-1961).

166 SACV, (2) 1945-1961, lettre de Cornu à Japy, 30 mai 1952.

167 Ibid., VD4, lettre de Van der Kemp à Wladimir Porché, 10 janv. 1956.

168 Ibid., VD4, autorisation de filmer délivrée le 30 mars 1956 par René Perchet au président directeur général de la société Paris-Télévision.

169 AN, 19890127/51, rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 sept. 1959.

170 Ibid., courrier de Loubet, directeur de cabinet de Malraux à André Cornu, 26 sept. 1959.

171 Ibid., arrêté du 10 décembre 1958.

172 Le rapport prend en compte les cinq années de la sauvegarde, de 1953 à 1957, plus l’année 1958.

173 Tels que définis par la loi n°53-49 du 3 février 1953, article 8.

174 AN, 19890127/51, rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 sept. 1959, p. 3.

175 Journal officiel des débats parlementaires, 1er avr. 1954, p. 1691.

176 La Gorce 1960, p. 21-27.

177 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 3 fév. 1956, p. 3.

178 Ibid., (2) 985, note concernant l’utilisation des crédits consacrés à la restauration du Domaine national de Versailles pour l’année 1956.

179 Ibid., (2) 985, programme de cinq milliards (travaux exécutés), 27 juil. 1961.

180 Ibid., p. 1.

181 Ibid. Voir en particulier la rubrique « toitures », qui mentionne Grand Trianon, Petit Trianon, Pavillon français, etc. Dans la catégorie « opérations non prévues au programme initial ».

182 Ibid., rubrique « intérieurs », « opérations non prévues au programme initial ».

183 Ibid., rubrique « chauffage, éclairage, sécurité incendie, sanitaire ».

184 AN, 19890127/51, rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 sept. 1959, p. 3.

185 AN, 19890127/51, l’arrêté en lui-même n’a pas été retrouvé mais il est en partie cité dans le rapport du 15 sept. 1959, p. 1.

186 AMN, V2 1950-1971, procès-verbal de la séance du 13 janvier 1954 de la délégation permanente de la Commission supérieure des monuments historiques, chargée de donner son avis sur le programme de travaux à exécuter en 1954.

187 Journal officiel des débats parlementaires, réponse du ministre André Cornu à Jean-Paul Palewski, 3e séance du 14 décembre 1954, p. 6354.

188 AMN, V2 1950-1971, procès-verbal de la séance du 13 janvier 1954 de la délégation permanente de la Commission supérieure des monuments historiques, chargée de donner son avis sur le programme de travaux à exécuter en 1954.

189 SACV, (2) 985, lettre d’André Japy et Marc Saltet à René Perchet, 2 déc. 1958.

190 Ibid., (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 3 fév. 1956, p. 12.

191 AMN, V2 1950-1971, procès-verbal de la commission de restauration du 16 février 1956.

192 Ibid., article 1, arrêté du 8 décembre 1955 modifiant la composition de la commission consultative du mobilier et du décor intérieur du domaine de Versailles.

193 Ibid., compte rendu de la commission d’ameublement du 14 février 1956.

194 Ibid., article 2, arrêté du 8 décembre 1955 modifiant la composition de la commission consultative du mobilier et du décor intérieur du domaine de Versailles.

195 SACV, VZ24, lettre de Papeloux à Van der Kemp, 17 mai 1957.

196 Ibid., (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 15 déc. 1954, p. 8.

197 Papeloux 1954, p. 19.

198 MDP, 80/1/10, Marc Saltet, note concernant le domaine national de Versailles et des Trianons, 4 mars 1968.

199 Ibid., résumé de la conférence de presse tenue par M. le directeur de l’Architecture le 19 avril 1950 : « Opérations de sauvegarde : maçonnerie, charpente, couverture ».

200 MDP, 80/1/10, Marc Saltet, note concernant le domaine national de Versailles et des Trianons, 4 mars 1968.

201 Gauthier, « Si Louis XIV revenait », Les Nouvelles littéraires, 9 oct. 1958 (SACV, VD4).

202 La Gorce 1960, p. 21-27.

203 SACV, (2) 985, lettre de Japy et Saltet à la direction de l’Architecture, 2 déc. 1958.

204 Gauthier, « Si Louis XIV revenait », Les Nouvelles littéraires, 9 oct. 1958 (SACV, VD4).

205 La Gorce 1960, p. 21-27.

206 France Ravenel, « M. Japy architecte coordonnateur nous parle de la restauration de Versailles », Combat, 30 janv. 1954 (SACV, VZ24).

207 SACV, (2) 985, programme de cinq milliards (travaux exécutés), 27 juil. 1961.

208 Papeloux 1953.

209 AN, 19890127/51, rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 sept. 1959, p. 3.

210 Ibid.

211 SACV, 984 (2), liste des travaux effectués dans le cadre de la sauvegarde par année.

212 Ibid., (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 3 fév. 1956, p. 5.

213 Ibid.

214 Marcel Petit, « Il faut cinq milliards pour empêcher d’irréparables destructions. Un emprunt permettrait de financer la restauration du château de Versailles », Le Figaro, 22-23 déc. 1951 (SACV, VZ19).

215 Ibid.

216 Voir à ce sujet Oppermann 2003.

217 Ibid., p. 105.

218 AMN, V2 1950-1971, arrêté du 15 mars 1957 relatif à l’affectation des Grandes Écuries au ministère de l’Éducation nationale.

219 AN, 19890127/51, J.-M. Boulan, rapport moral de l’assemblée générale de la Société des amis de Versailles, 16 mai 1957.

220 Japy 1958, p. 74.

221 SACV, (2) 1949-1966, lettre de Marc Saltet au directeur général de l’Architecture, 7 juin 1960.

222 Paul Valéry « Il n’est point un théâtre mort ; il n’est qu’un théâtre enchanté. Je rêve qu’on l’éveille et je ne suis point le seul », cité dans Japy 1958, p. 62.

223 La renaissance de Versailles 1966, p. 22.

224 SACV, 984 (2), liste des travaux effectués dans le cadre de la sauvegarde par année.

225 Japy 1958, p. 77.

226 Ibid., p. 94

227 La renaissance de Versailles 1966, p. 22.

228 Ibid.

229 Japy 1958, p. 77.

230 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 3 fév. 1956, p. 4.

231 Conservateur du château de 1892 à 1920.

232 Cité dans Ferrand 2005, p. 71.

233 Franck Dominique, « Interviews de la Croisette, M. Cornu, ministre des Beaux-Arts et sauveteur du château de Versailles nous dit… », L’Espoir, 26 nov. 1952 (SACV, VZ19).

234 AMN, V2 1950-1971, lettre de Van der Kemp à Papeloux, 12 déc. 1956, intitulée projets de restitution établis sur l’ordre de monsieur Mauricheau-Beaupré après la commission d’avril 1953.

235 Ibid.

236 « Pour faire revivre Versailles », La Chronique de Versailles, no 1, mai 1954, p. 20.

237 Ferrand 2005, p. 110.

238 Oppermann 2006a, p. 91.

239 Ibid., p. 95.

240 Hommage prononcé par Gaston Brière lorsque Van der Kemp est fait commandeur de la Légion d’honneur en 1960, cité dans Ferrand 2005, p. 111.

241 SACV, VZ24, lettre de Van der Kemp à l’ambassade de France à Londres, 21 nov. 1956.

242 Ibid., VT8.

243 Décret 61-153 du Premier ministre du 13 février 1961.

244 Ferrand 2005, p. 84. Titre d’un chapitre, traduit par « réorganisation » ou « mise à jour ».

245 SACV, VT 8, document fourni à l’appui du dossier de Van der Kemp en vue d’une admission au grade d’officier de la Légion d’honneur.

246 AMN, V2 1950-1971, lettre de Van der Kemp au directeur des Musées de France, 22 août 1953.

247 SACV, VT 8, document fourni à l’appui du dossier de Van der Kemp en vue d’une admission au grade d’officier de la Légion d’honneur.

248 Ibid., VZ24, dossier sur l’état des dépenses effectuées sur le chapitre de la sauvegarde de Versailles pendant les années 1953-1954-1955.

249 Ibid., (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 3 fév. 1956, p. 7.

250 Ibid., VZ24, dossier sur l’état des dépenses effectuées sur le chapitre de la sauvegarde de Versailles pendant les années 1953-1954-1955.

251 Ferrand 2005, p. 94.

252 « Versailles, le “grand ensemble” de l’Histoire de France », 78 dimanche actualité : le magazine hebdomadaire de Seine-et-Oise, p. 8-9 (SACV, VZ24).

253 Gaston Papeloux, « Grâce à la contribution de tous… le château de Versailles sera sauvé », Cahiers français d’information, 1er mars 1953, no 223 (SACV, VZ24).

254 René Chavance, « Le château de Versailles va-t-il bénéficier d’une vie nouvelle ? », Eaux vives, janv. 1954 (SACV, VZ24).

255 SACV, VT8, rapport sur l’inauguration des salles du Directoire, du Consulat et de l’Empire, non daté, non signé, postérieur au 7 nov. 1958.

256 Jean Hansé, « La grande misère du domaine de château de Versailles ne verra son terme que dans 5 ans ! 1) Bonaparte et Napoléon présents à Versailles », Combat, 4 nov. 1958 (SACV, VD4).

257 « La restauration du palais de Versailles », L’Art et la Vie : magazine des arts, 11 déc. 1958, entretien avec Van der Kemp (INA).

258 Ibid.

259 Jean Hansé, « La grande misère du domaine de château de Versailles ne verra son terme que dans 5 ans ! 1) Bonaparte et Napoléon présents à Versailles », Combat, 4 nov. 1958 (SACV, VD4).

260 Bernard Champigneulle, « Versailles : un beau, un neuf musée… », Le Figaro littéraire, 8 nov. 1958 (SACV, VD4).

261 SACV, VD4, VT8, rapport sur l’inauguration des salles du Directoire, du Consulat et de l’Empire, non daté, non signé, postérieur au 7 novembre 1958.

262 « Versailles », En direct de, 6 avr. 1957 ; en ligne : http://www.ina.fr/video/CPF86609106/versailles-video.html (consulté le 1er juillet 2015).

263 « Achèvement de la restauration de Versailles selon le plan Cornu », L’Art et la Vie : magazine des arts, 7 mars 1957 (INA).

264 Chargé de mission américain ayant assisté Van der Kemp dans la mise en place des salles napoléoniennes.

265 SACV, VD4. Un dernier article intitulé « Dans les jardins, les Trianons et l’Opéra, la vie renaît » est annoncé dans l’article du 4 novembre, mais il n’a pas été retrouvé dans les archives, ni sur les microfilms du journal Combat du 7 novembre et des jours suivants.

266 Jean Hansé, « La grande misère du domaine de château de Versailles ne verra son terme que dans 5 ans ! 2). La désolation fait place peu à peu à l’espoir », Combat, 5 nov. 1958 (SACV, VD4).

267 La Gorce 1960, p. 21-27. Le brouillon de cet article a été envoyé à Marc Saltet pour relecture, il se trouve à Versailles, SACV, (2) 985.

268 Ibid., p. 21.

269 Ibid., p. 25 et 26.

270 AN, 19890127/51, rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 sept. 1959.

271 SACV, (2) 1949-1966, lettre de Marc Saltet au directeur général de l’Architecture, 7 juin 1960.

272 AN, 19890127/51, rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 sept. 1959.

273 SACV, (2) 1949-1966, lettre de Marc Saltet au directeur général de l’Architecture, 7 juin 1960.

274 Cornu 1976, p. 128.

275 SACV, (2) 985, état des travaux exécutés dans le domaine de Versailles au cours des années 1958-1959-1960-1961.

276 Ibid., (2) 1949-1966, lettre de Marc Saltet au directeur général de l’Architecture, 7 juin 1960, rapport réalisé à la demande de Malraux qui lui a été transmis le 7 juin par Saltet.

277 AN, 19890127/51, rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 sept. 1959.

278 Ibid.

279 Holleaux 2004, p. 94.

280 AN, 19890127/51.

281 Ibid., lettre d’André Cornu à André Malraux, 8 oct. 1959.

282 Ibid., lettre de Georges Loubet, directeur du cabinet d’André Malraux à André Cornu, 14 oct. 1959.

283 Ibid., rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 septembre 1959, p. 5.

284 Ibid., p. 6.

285 Ibid.

286 Ibid., p. 8.

287 Ibid.

288 Ibid., 19890127/51, rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 sept. 1959, p. 8.

289 SACV, (2) 1945-1961, arrêté du 25 septembre 1961 portant suspension de la régie de recettes instituées auprès du Comité national de sauvegarde du château de Versailles.

290 Loi de programme 62-880 du 31 juillet 1962 relative à la restauration des grands monuments historiques, publiée au Journal officiel de la République française du 2 août 1962.

291 La renaissance de Versailles 1966, p. 26.

292 « Plateau Castellot, Lecat, Van der Kemp, Lemoine, Dumont », Journal télévisé de 13 h, TF1, 9 juin 1980 (INA).

293 La renaissance de Versailles 1966, p. 26.

294 Loi de programme 62-880 du 31 juillet 1962 relative à la restauration des grands monuments historiques, publiée au Journal officiel de la République française du 2 août 1962.

295 Entretien avec Jean-Philippe Lecat, ministre de la Culture et de la communication, « Inauguration de la restauration du château de Versailles », Inter actualités de 13 h, France Inter, 8 juin 1980 (diffusé le 9 juin 1980) (INA / Radio-France).

296 Cornu 1976, p. 157.

297 Oppermann 2006b, p.126.

298 SACV, VZ24, Gaston Papeloux, « Grâce à la contribution de tous… le château de Versailles sera sauvé », Cahiers français d’information, 1er mars 1953, no 223.

299 Ibid., (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 3 fév. 1956, p. 7.

300 Ibid., 15 déc. 1954, p. 9.

301 Ferrand 2005, p. 93.

302 Ibid., p. 92-93.

303 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 15 déc. 1954, p. 6.

304 Ibid., 3 fév. 1956, p. 10.

305 Entretien avec Van der Kemp, « Bicentenaire de la naissance de Marie-Antoinette », 19/05/1955 (INA).

306 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 3 fév. 1956, p. 10.

307 Papeloux 1954, p. 21. « Une exploitation plus rationnelle » est le titre du chapitre 9.

308 Ibid., p. 10.

309 André Maurois, « Le nouveau spectacle “Son et Lumières” », La Chronique de Versailles, no 1, mai 1954, p. 15.

310 AN, 19890127/51, rapport sur la situation du domaine de Versailles, 15 sept. 1959, p. 2.

311 SACV, (2) 1945-1961, rapport présenté par M. Papeloux à l’assemblée générale du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 3 fév. 1956, p. 14.

312 André Maurois, « Le nouveau spectacle “Son et Lumières” », La Chronique de Versailles, no 1, mai 1954, p. 15.

313 SACV, VZ24, conférence de presse du Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 5 fév. 1953.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : André Cornu, 1932, photographie de presse, 13 × 18 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France.
Crédits © Domaine public
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13234/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 2 : Robert Traut, illustrations pour un article de Saladin, « Expédition au château. La misère du Palais n’est même pas dorée », Toutes les nouvelles de Versailles, 15 déc. 1949. Versailles, service des archives du château de Versailles, VZ19.
Crédits © Tous droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13234/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 6 : Timbre-poste émis le 22 décembre 1952 et carte postale représentant l'entrée du château de Versailles, d’après un tableau de Maurice Utrillo, gravé par Cheffer.
Crédits © Tous droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13234/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 8 : Détail des fonds de concours. D’après le rapport sur la situation du domaine de Versailles du 15 septembre 1959, Paris, Archives nationales, 19890127/51, annexe 4.
Crédits © Églantine Pasquier
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13234/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 9 : Programme de cinq milliards - travaux exécutés. D’après le rapport du 27 juillet 1961, Versailles, SACV, EPV (2) 985.
Crédits © Églantine Pasquier
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13234/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 10 : André Japy, photographies issues de l’ouvrage L’Opéra royal de Versailles, Paris, Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, 1958, p. 61.
Crédits © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13234/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Églantine Pasquier, « André Cornu et la sauvegarde de Versailles », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/13234 ; DOI : 10.4000/crcv.13234

Haut de page

Auteur

Églantine Pasquier

Titulaire d’une licence d’histoire de l’Université catholique de l’Ouest d’Angers (2012), d’une licence d’histoire de l’art et archéologie de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (2013), ainsi que d’un master I en muséologie de l’École du Louvre (2014). Actuellement en master II recherche en histoire de l’art appliquée aux collections à l’École du Louvre. Contact : eglantine.pasquier@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org