Navigation – Plan du site
Le marbre, matériau royal du règne minéral

Le marbre, matériau royal du règne minéral

Pascal Julien

Texte intégral

1« Le marbre est à la pierre ce que la poésie est à la prose », me déclara un jour Louis Anglade, l’un des derniers grands carriers français, alors que nous marchions vers une ancienne carrière de l’Hérault. Des mots qui plantent le décor du colloque « Marbres de rois », dont ces actes rendent compte : il n’y fut pas seulement question de données économiques, d’enjeux politiques ou de choix esthétiques, il y fut aussi question de montagnes terrassées, d’entreprises démesurées, de décors somptueux tout autant que d’ouvrages délicats ; il y fut question d’une roche de passions, qui inspire ceux dont elle s’empare.

2Aborder un tel sujet n’est pas si fréquent. Le primat intellectuel accordé à l’acte créatif par l’histoire de l’art a laissé dans l’ombre nombre d’éléments constitutifs du monde des formes, notamment la matière, trop souvent perçue comme un principe secondaire, voire négligeable de l’œuvre. Le marbre n’a guère échappé à cette règle, hormis en ce qui concerne l’époque antique, pour laquelle il est de plus en plus étudié, dans ses diverses applications. Mais il est longtemps demeuré en dehors du champ de la recherche pour les périodes plus récentes, alors même qu’il a toujours été considéré comme un matériau des plus prestigieux, recherché pour ses teintes chatoyantes comme pour ses blancs immaculés, pour sa douceur comme pour sa fermeté. Symbole universellement apprécié de luxe, de puissance et de pérennité, le marbre fut constamment assimilé au pouvoir, tant religieux que profane, tant impérial que royal, de la Rome d’Auguste au Grand Siècle de Louis XIV. Aussi le château de Versailles fut-il le lieu idéal pour réunir, pour la première fois, les chercheurs qui étudient ces pierres multicolores et leur utilisation dans les palais européens, aux xviie et xviiie siècles.

3Cette publication propose l’essentiel des contributions qui furent présentées en mai 2003 lors du colloque « Marbres de rois » et qui traitent des multiples phases d’un singulier parcours vers le monde des formes.

4Matériau royal du règne minéral, le marbre peut être défini par des données géologiques précises (Annie Blanc), toutefois il doit avant tout être considéré dans sa dimension historique, dans une perception qui privilégie son aspect : toute roche était considérée comme un marbre dès lors que, polie, elle brillait. Et de ces roches, on en rechercha partout : ainsi, pour Versailles, les régions de la France méridionale, des Pyrénées à la Provence, furent largement mises à contribution pour de multiples variétés (Pascal Julien), alors que l’on continuait à se fournir en Hainaut et en Flandre, récemment conquises (Éric Groessens). L’exploitation de couleurs rares et appréciées se fit en des sites isolés, comme la carrière de « jaspe de Provence » de Trets (Sandrine Chabre), mais aussi en de grands bassins marbriers tel celui du Minervois, recelant les célèbres rouges du Languedoc (Jean-Louis Bonnet). Il subsiste en ce terroir, en de nombreux sites, de multiples témoignages d’anciennes pratiques d’exploitation, avec, en particulier, un étonnant moulin à vent conçu pour scier le marbre, seul exemple conservé d’une technologie ambitieuse (Sandrine Claude). L’Espagne eut une semblable mais plus tardive politique d’exploitation de ses ressources nationales (Maria Hesùs Herrero Sanz), alors que les fameux jaspes de Sicile (Valentina Gagliardo et Guiseppe Montana) connurent en Europe une diffusion étendue.

5Matériau des plus précieux, aussi rare que difficile à déplacer, le marbre connut souvent une histoire mouvementée, des carrières aux magasins. Ainsi descendait-il des Pyrénées par radeau pour rejoindre Toulouse, où négociants, architectes et sculpteurs assurèrent longtemps son commerce et sa mise en valeur (Alain de Beauregard). Le plus souvent, il poursuivait sa navigation jusqu’à Bordeaux et il y embarquait sur des navires de haute mer, qui le convoyaient jusqu’à Rouen où il rejoignait les blocs achetés en Italie, venus par une voie maritime plus longue encore, celle du contournement de l’isthme ibérique. Ces achats des plus célèbres variétés des Alpes apuanes, opérés pour Louis XIV, suscitèrent bien des rivalités et des conflits parmi les marchands et les compagnies qui en furent chargés (Geneviève Bresc-Bautier). Les agents du roi traitaient fréquemment avec des négociants toscans (Cristina Pighini-Bates) ou encore génois (Fausta Franchini Guelfi), d’envergure internationale. Mais le plus précieux des marbres demeurait le blanc, le célèbre statuaire de Carrare, si doux sous le ciseau. En France, on chercha à le remplacer plus ou moins efficacement par des variétés pyrénéennes (Marion Boudon et Fabienne Sartre) ou, régionalement, par un calcaire provençal de substitution (Astrid Dulac).

6Arrivés à destination, les marbres multicolores étaient mis en œuvre pour parer les plus beaux édifices de chatoyantes découpes minérales. Couvert de parements et de pavements savamment ouvragés par des dynasties de marbriers du roi (Sophie Mouquin), le palais de Versailles devint un modèle absolu qui fut souvent repris et interprété, que ce soit en Prusse (Stephan Klappenbach et Claudia Sommer), en Pologne (Ryszard Szmydki) ou en Espagne (Maria Luisa Tàrraga Baldó). La cherté et le renom de ce matériau poussèrent même à l’imiter par de délicates peintures (Sabine Allouche), mais il fut également porté au-delà de toute prouesse technique par des œuvres sophistiquées, des tables et cabinets de pierres dures. En ce domaine, la manufacture des Gobelins de Paris s’inspira des procédés de l’Opificio delle Pietre Dure des Médicis à Florence, qui fabriqua tant de marqueteries marmoréennes à l’attention des cours européennes (Annamaria Giusti).

7Si ces thèmes, aussi divers que complémentaires, ont été largement exposés et débattus par des spécialistes, ce fut avec la volonté de tirer de l’oubli un matériau trop longtemps négligé, voire délaissé. Car le marbre, en dépit de son évidence de beauté, doit être éclairé par le savoir. Les carrières, les métiers, la mémoire même d’une histoire prestigieuse, tout cela tend à disparaître, peu à peu, en France comme ailleurs, entre ignorance et indifférence. Les sites perdus, fermés, transformés en décharges ou volontairement et définitivement détruits ne se comptent plus. Or, d’éventuelles restaurations nécessiteront toujours praticiens et matériaux, alors que la notion de patrimoine minéral peut connaître d’intéressants développements touristiques.

8Ce colloque a donc eu une triple justification : d’une part enrichir l’étude d’un sujet important mais encore peu abordé, d’autre part nourrir la connaissance du château de Versailles à travers un domaine essentiel de son histoire, aux multiples reflets européens, enfin rendre leurs lettres de noblesse à des roches d’exception, en danger de disparition.

9Cette ambition a été relayée par le Laboratoire d’archéologie médiévale méditerranéenne d’Aix-en-Provence, sous la direction d’Henri Amouric, qui a hébergé le programme de recherche à l’origine de cette manifestation, soutenu par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, ce qui a également permis de financer des étudiants, notamment pour leurs travaux ou pour la réunion des textes de ce colloque, en partie confiée à Sandrine Chabre. Un colloque qui s’est tenu avec le concours de Geneviève Bresc-Bautier, conservateur général du patrimoine au musée du Louvre, mais aussi grâce à l’aide déterminante du service des colloques du château de Versailles dirigé par Matilde Cassandro-Malphettes, avec laquelle a été coordonnée l’organisation scientifique et logistique de cette manifestation, portée par la passion de Béatrix Saule, directeur du Centre de recherche du château de Versailles et du musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

10Que ce soit dans le domaine de la matière, des techniques, des hommes ou du goût, le marbre fur le témoin exceptionnel d’un art européen puisant force et richesse dans l’échange. L’illustration de la couverture du présent ouvrage en porte témoignage : dans le salon de Vénus le buste de Louis XIV, sculpté par l’italien Bernini dans le plus pur marbre de Carrare (Toscane), trône sur un immense piédestal de sarrancolin (Hautes-Pyrénées). Il se détache sur une découpe de brocatelle d’Espagne (Tortosa, Catalogne) incrustée dans du blanc commun de Carrare sur un fond de vert de Campan (Hautes-Pyrénées), encadré de fortes et longues moulures de rouge de Rance (Hainaut). L’ensemble compose une harmonie de lignes, de volumes et de couleurs qui ne laisse guère soupçonner la complexité de sa mise en œuvre, de la roche informe à l’éclat souverain.

11La volonté d’aller de carrière en palais, de prendre en considération la matière comme les œuvres qui en découlent, a permis d’aborder ce sujet d’une manière très neuve, que ce soit pour vérifier des concordances ou pour croiser des perspectives. Les actes de ce colloque proposent ainsi quelques strophes nouvelles dans la si riche poétique des marbres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Julien, « Le marbre, matériau royal du règne minéral », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 30 septembre 2016. URL : http://crcv.revues.org/13262

Haut de page

Auteur

Pascal Julien

Pascal Julien a été artisan ébéniste, spécialisé en restauration d’art durant dix ans. Après un doctorat soutenu à l’université de Toulouse, il est, depuis 1997, maître de conférences en histoire de l’art à l’université de Provence ainsi que chercheur associé au Laboratoire d'archéologie méditerranéenne, UMR 6572-CNRS. Auteur de plusieurs articles portant essentiellement sur la sculpture ou sur les anamorphoses, il vient d’être recruté comme membre de l’École française de Rome. Contact : pasc.julien@gmail.com

Articles du même auteur

  • Marbres couronnés [Texte intégral]
    Couleurs de Versailles et carrières du royaume
    Paru dans Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles,  | 2012
Haut de page

Droits d’auteur

© Pascal Julien / 2016 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org