Navigation – Plan du site
2015

Auguste Guillaumot et la redécouverte du château de Marly

Auguste Guillaumot and the rediscovery of the Château de Marly
Bruno Bentz

Résumés

Auguste Guillaumot (1815-1892) est un dessinateur et graveur d’architecture qui a contribué à la redécouverte du château de Marly. L’ancien château royal de Louis XIV, vendu sous la Révolution puis détruit au début du xixe siècle, n’était plus qu’un parc abandonné. élève d’Augustin-François Lemaître, Guillaumot appartenait à une famille de graveurs et de peintres. Il réalisa une longue carrière académique dans l’entourage d’Eugène Viollet-le-Duc. Il exposa régulièrement au Salon des artistes de 1842 à 1891 et obtint de nombreuses récompenses. Toutefois, l’essentiel de sa carrière fut consacré au château de Marly pour lequel il réalisa des vues d’après nature, des copies de documents d’archives et des reconstitutions, avant de s’installer définitivement dans le village de Marly. Dès 1857, il publia une monographie du château de Marly et exposa au Salon une vue de l’abreuvoir de Marly ; la Commission des monuments historiques classa ces vestiges peu de temps après. Cette première étude fut reprise et complétée dans un grand album illustré qui parut d’abord en 1865 chez l’éditeur d’art et d’architecture Auguste Morel. Une deuxième édition, augmentée de nouvelles gravures, parut en 1876, puis une troisième édition vers 1910, assurant une large diffusion de cet ouvrage. Guillaumot compléta ses recherches aux archives par plusieurs fouilles archéologiques dans le parc et fit aussi le premier relevé des vestiges du Pavillon royal. Il précéda ainsi les premières restaurations, les travaux de sauvegarde et les fouilles du début du xxe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Guillaumot 1865. Les différentes éditions sont présentées dans cet article.

1En 1865 paraissait une étude importante consacrée au château de Marly1. Cet ouvrage écrit et illustré par Auguste Guillaumot a connu, dès sa parution, un réel succès et garde encore une bonne place dans l’historiographie de Marly. Son auteur était principalement un dessinateur et graveur qui fit une belle carrière académique dans l’entourage de Viollet-le-Duc. Il découvrit Marly un demi-siècle après la démolition du château, se passionna pour ces lieux abandonnés et finalement s’installa dans le village où il demeura jusqu’à son décès. Guillaumot, par ses dessins et ses recherches, initia la redécouverte du château de Marly. Pendant de nombreuses années, il étudia les archives, entreprit les premières fouilles archéologiques, restitua les jardins disparus et contribua à la sauvegarde des vestiges.

Une vie d’artiste

  • 2 Les recherches généalogiques concernant Auguste Guillaumot et sa famille ont été entièrement réalis (...)
  • 3 Claude Nicolas Eugène Guillaumot, né le 31 août 1813 à Paris (archives départementales (ci-après AD (...)
  • 4 Auguste-Alexandre Guillaumot, né le 13 février 1815 à Paris 7e (AD Paris, V3E/N 1093), marié le 8 d (...)
  • 5 Louis-étienne Guillaumot, né le 26 décembre 1824 à Paris 3e (AD Paris, V3E/N 1093), marié le 4 mai (...)
  • 6 En 1842, il demeure provisoirement rue des Beaux-Arts dans le quartier Saint-Germain ; Explication (...)
  • 7 Auguste-étienne Guillaumot (dit Guillaumot fils), né le 28 août 1844 à Paris (AD Paris, V3E/N 1093) (...)
  • 8 Georges Christophe Adrien Alfred Guillaumot, né le 16 mai 1847 à Paris (AD Paris, V3E/N 1093), mari (...)
  • 9 Marie Guillaumot, née à Paris sous le nom de sa mère Annette Raffin le 4 mars 1862 (AD Paris, V4E 1 (...)
  • 10 Victor François éloi Biennourry, né le 10 janvier 1823 à Bar-sur-Aube (AD Aube, 4E03321), mort le 1 (...)
  • 11 Jouin 1895, lettre no XXXVI, p. 54-55.

2Auguste Guillaumot est un homme du xixe siècle. Il est né le 13 février 1815 à Paris où sa famille maternelle est installée, tandis que sa famille paternelle est originaire de Bar-sur-Aube2. Son père, Étienne Guillaumot, est arrivé à Paris au début du siècle ; il épouse le 18 mars 1813 Louise Delaune qui donne naissance à quatre enfants, dont seuls trois fils survivront. Étienne exerce d’abord la profession de caissier puis entre à l’administration royale. Leurs trois fils seront graveurs : Eugène (1813-1869)3, Auguste (1815-1892)4 et Louis (1824-1889)5. La famille Guillaumot réside dans le quartier des Batignolles et Auguste Guillaumot y demeure encore lorsqu’il épouse Célina Évrard en 18406. Ils ont deux fils, Auguste-étienne (1844-1890)7 puis Georges (1847-après 1892)8. Auguste-étienne sera lui aussi graveur, dans le sillage de son père, et aura assez jeune une fille, Marie (1862-1938)9, graveuse et peintre à son tour. Quant à Georges, il fit carrière dans le commerce, mais il épousa une artiste peintre, Marie-Émilie Adan (1855-après 1913) dont le père, l’oncle et plusieurs parents éloignés étaient aussi peintres. Auguste Guillaumot et ses frères sont également des lointains cousins du peintre Victor Biennourry (1823-1893)10, prix de Rome en 1842, originaire de Bar-sur-Aube, mais qui les avait rejoints à Paris11.

Fig. 1 : Arbre généalogique simplifié de la famille d’Auguste Guillaumot.

Fig. 1 : Arbre généalogique simplifié de la famille d’Auguste Guillaumot.

Schéma : © Bruno Bentz

  • 12 [La Fizelière] 1865.
  • 13 Louis Jean Marie Conil
  • 14 Gabet 1831, p. 385 ; Beraldi 1889, t. VIII, p. 289 (les notices sont au nom de Lacoste).
  • 15 « Préface » de Mme C. dans Vente Lemaître… 1871, p. iii-vi, nos 684-685 (ouvrages de Guillaumot) ; (...)
  • 16 Paris, école nationale supérieure des beaux-arts, inv. MU 11993 ; Explication des ouvrages... 1845, (...)
  • 17 Didron, Duval et Lassus 1842-1856.
  • 18 Explication des ouvrages… 1857, p. lviii.
  • 19 Adhémar, Lethève et Gardey 1958, t. X, p. 25 et 31-35. Bressani 2014, p. 253 et notes 74 et 75.

3La famille Guillaumot (fig. 1) est donc principalement attirée par le métier de la gravure. « Ces excellents artistes forment une véritable tribu » relève L’union des arts en 186512. C’est certainement Eugène, le frère aîné, qui lança leur carrière. Il fut l’élève de Louis Conil Lacoste (1773-1850)13, graveur sur cuivre puis graveur sur bois, originaire de Castelnaudary14 ; sous le nom de Lacoste, il s’installa à Toulouse puis à Paris vers 1810 avec ses trois enfants, Gabriel, Joseph et Claire, tous graveurs. Eugène Guillaumot épousa Claire en 1835, époque à laquelle il commença à publier, notamment avec ses beaux-frères. De son côté, Auguste a été formé par le graveur Augustin-François Lemaître (1797-1870)15 ; il exposa au Salon dès 1842 et il obtint une médaille de 3e classe en 1845 dans la catégorie « gravure » pour une gravure sur acier d’après le bas-relief du sculpteur Grégoire Giraud (1783-1836) représentant Phalante et Æthra16. Dès lors, il participa à de nombreux ouvrages, notamment une monographie de la cathédrale de Chartres17, dont il dessina puis grava, entre autres, le porche et les chapiteaux de l’ancien jubé. Ses frères se spécialisèrent dans la gravure sur bois. Eugène et Louis, le cadet et élève de son frère aîné, obtinrent simultanément une médaille de 2e classe au Salon de 1855 dans la section « gravure d’architecture18 ». C’est à cette époque qu’ils participèrent à l’édition du Dictionnaire d’architecture d’Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879). Leurs œuvres sont souvent confondues ; d’ailleurs seul Eugène est identifié dans l’Inventaire du fonds français de la Bibliothèque nationale19.

Une carrière académique

4Auguste Guillaumot entra peut-être en contact avec Viollet-le-Duc lorsqu’ils participèrent, ensemble, à l’édition des Voyages pittoresques et romantiques de l’ancienne France, dirigée par le baron Justin Taylor. à partir de 1840, l’édition des gravures était dirigée par Lemaître ; Guillaumot réalisa alors diverses planches des édifices de Picardie, Bourgogne, Champagne et Bretagne parues entre 1845 et 1863. Guillaumot collabora aussi, entre 1850 et 1862, à l’Encyclopédie d’architecture dirigée par Viollet-le-Duc. Leur collaboration fut certainement fructueuse car Guillaumot mentionna régulièrement dans les livrets du Salon, à partir de 1865, qu’il était un élève de Viollet-le-Duc, chaque fois qu’il présenta une gravure d’architecture.

  • 20 Au cours de cette période, les livrets publiés à l’occasion de chaque salon sont invariablement int (...)
  • 21 Explication des ouvrages... 1861, p. 527, nos 4064-4067 ; 1863, p. xvii et 392, nos 2878-2880 ; 186 (...)
  • 22 Darcel 1864, p. 93.
  • 23 Explication des ouvrages... 1887, p. 393, no 4750 ; 1888, p. xviii.

5Sa participation au Salon fut régulière durant un demi-siècle, avec trente-cinq participations de 1842 à 1891 dans plusieurs sections20. Il exposa en « gravure », bien entendu, et presque à chaque occasion ; après sa médaille de 3e classe, il obtint deux rappels de cette médaille en 1861 et 1863 puis une distinction plus importante en 1864, simplement dénommée « médaille » cette année-là, mais qui se substituait aux anciennes médailles de 1re, 2e et 3e classes21. Il reçoit un bel éloge dans la Gazette des beaux-arts : « Le jury de gravure a bien fait en récompensant dans la personne de M. Aug. Guillaumot l’auteur d’une foule d’estampes, des plus difficiles à exécuter et des plus colorées22 ». C’est ainsi qu’il fut définitivement classé hors concours dans cette section. Il exposa aussi dans la section « peinture » en 1859 et régulièrement dans la section « dessin » à partir de 1867, mais il n’obtint jamais de récompense. Enfin, il exposa dans une section divisée d’abord en « dessin d’architecture » et « gravure d’architecture », puis « architecture » ; il obtint en 1855 une mention honorable, dans le cadre des récompenses de l’Exposition universelle, mais surtout, il obtint en 1887, à la fin de sa vie, une mention honorable qui lui permit de paraître désormais dans le répertoire des architectes français23.

  • 24 Explication des ouvrages... 1857, p. 453, no 3449.
  • 25 Guillaumot 1857, prospectus, 1re et 2e livraisons.

6Sa rencontre avec Viollet-le-Duc avait orienté sa carrière de manière décisive, d’une part, vers le dessin et la gravure d’architecture, d’autre part, vers le parc de Marly. En effet, Guillaumot dessina et grava plusieurs vues de l’ancien château – dont une « étude d’après nature » de l’Abreuvoir (fig. 2), qu’il exposa au Salon24 pour les Promenades artistiques dans Paris et ses environs, un ouvrage dirigé par Viollet-le-Duc et édité en 185725. Cette publication lui permit en outre d’entrer en contact avec l’éditeur Auguste Morel (1820-1869) qui venait de créer cette même année la société A. Morel et Cie en association avec Henri-Charles Des Fossez. En quelques années, Morel constitua le catalogue le mieux fourni en revues et livres d’art et d’architecture, grâce notamment à une étroite collaboration avec Viollet-le-Duc. Morel acquit la revue L’art pour tous en 1861 puis, en 1862, les droits du Dictionnaire raisonné de Viollet-le-Duc. En 1865, Des Fossez fonda l’école centrale d’architecture avec Viollet-le-Duc. Après le décès de Morel en 1869, sa veuve Thérèse Bonnetaud dite Nadaud dirigea la société Vve Morel et Cie, Des Fossez devenant gérant et Viollet-le-Duc mandataire. Ils confièrent à son fils, Eugène-Louis Viollet-le-Duc (1835-1910), à partir de 1871, la direction de la 2e série de l’Encyclopédie d’architecture à laquelle Guillaumot collabora régulièrement.

Fig. 2 : Auguste Guillaumot, Abreuvoir, gravure exposée au Salon de 1857. Collection particulière.

Fig. 2 : Auguste Guillaumot, Abreuvoir, gravure exposée au Salon de 1857. Collection particulière.

Photo : © Bruno Bentz

  • 26 Laÿ J. et Laÿ M. à paraître. Je remercie les auteurs de m’avoir transmis leur manuscrit inédit.
  • 27 Vente suite au décès de M. Aug. Guillaumot… 1892, p. 4.

7Des liens amicaux semblent avoir uni Guillaumot et les Viollet-le-Duc. Eugène-Louis acquit en 1864 à Louveciennes une propriété jouxtant l’ancien enclos de la Machine à proximité du parc de Marly. Son père y venait souvent pour travailler, semble-t-il, tandis que Guillaumot s’installait au village de Marly peu de temps après26. à sa mort, en 1892, c’est Eugène-Louis qui rédigea l’introduction élogieuse du catalogue de vente des dessins et des estampes d’Auguste Guillaumot : « Il était fidèle aux traditions léguées par ses devanciers des dix-septième et dix-huitième siècles, et, ayant hérité du tempérament des Israël Sylvestre, des Perelle et des Rigaud, il en avait le talent spirituel et primesautier. Dessinateur habile et aquarelliste plein de verve, il savait communiquer à son burin la chaleur et la couleur de son crayon et son pinceau27. »

Guillaumot à Marly

  • 28 Ibid.
  • 29 Il s’agit des petites gravures insérées dans le texte.
  • 30 Bibliothèque nationale de France, Tolbiac, LK7-6420. Catalogue de l’histoire de France 1863, p. 475 (...)

8Eugène-Louis Viollet-le-Duc rapporte un peu plus loin : « Mais son œuvre maîtresse, celle qu’il a faite sienne et dans laquelle il s’est incarné tout entier, c’est la belle monographie qu’il a consacrée au château de Marly28 ». En effet, Guillaumot associa sa vie et son travail à Marly. Sa monographie parut en 1865 mais le projet était en réalité plus ancien. Le projet de publication des Promenades artistiques dans Paris et ses environs, en 1857, prévoyait déjà l’édition d’une « Monographie du château de Marly, en 24 pages de texte, 24 reliefs29 et 12 gravures » qui devait paraître par fascicules in-folio au cours des mois suivants. Pour une raison inconnue, le projet fut rapidement arrêté. Seuls un prospectus de l’éditeur annonçant le projet et la première livraison sont entrés dans les collections de la Bibliothèque impériale, et le dépôt légal n’a été enregistré qu’en 185830. Ce retard est confirmé par l’annonce dans les Annales archéologiques qui n’est publiée que dans le numéro de mai-juin 1858 en indiquant que « la première et la seconde livraisons [...] sont en distribution ».

9Finalement, un avant-propos de deux pages puis un chapitre de quatorze pages intitulé « Château de Marly-le-Roi (Seine-et-Oise) », comprenant quatorze petites gravures d’illustration et huit planches (dont six consacrées à Marly), ont été imprimés. Le texte est très proche de l’album édité en 1865 : il est orné en première page du même médaillon avec le portrait de Louis XIV. Les similitudes sont importantes : dix des quatorze petites gravures seront réemployées, avec la même disposition d’une image par page, mais avec des titres différents. Quant aux planches, elles se retrouveront toutes dans l’édition de l’album, avec la même numérotation (pl. 2, 7, 8, 9 haut, 10 et 11) ; seules les inscriptions relatives au titre du livre seront modifiées.

  • 31 Guillaumot 1857, p. 7.
  • 32 Chopin 2015, p. 66.

10Ainsi, dès 1857, Auguste Guillaumot préparait son étude sur le château de Marly. Le texte et les images publiés témoignent de l’importance des recherches qu’il a déjà entreprises dans plusieurs directions : il observa et dessina les vestiges du parc, il copia des documents d’archives et il réalisa ses premières restitutions, notamment un Plan général du parc vu à vol d’oiseau31. Malgré l’échec des Promenades artistiques dans Paris et ses environs, il continua ses travaux sur Marly comme en témoigne un dessin, daté de 185932 et reproduisant un « buffet exécuté à Marly » d’après une gravure du xviiie siècle, qu’il grava ensuite fidèlement.

  • 33 Il s’agit probablement de la « Porte sur la route de Versailles » publiée dans les Promenades artis (...)
  • 34 Explication des ouvrages... 1865, p. 457-458, nos 3328 et 3329 (il s’agit d’une vue du bâtiment de (...)
  • 35 Explication des ouvrages... 1887, p. 393, no 4750.

11De 1857 à 1879, puis de nouveau à partir de 1887, il exposa presque exclusivement au Salon des dessins et des gravures représentant le château de Marly, notamment des estampes de son album. En 1863, ce fut une gravure du Château de Marly-le-Roi, d’après les archives de l’Empire, puis en 1864, il obtint sa médaille de gravure avec une Porte du parc de Marly-le-Roy33 (fig. 3). En 1865, il choisit deux eaux-fortes représentant des Pièces d’eau et fontaines de l’ancien parc de Marly-le-Roi et une Vue perspective [sic] de l’ancien parc de Marly-le-Roi ; d’après Rousseau34. Dans les années suivantes, il exposa diverses vues de l’état ancien ou des ruines du château ; en 1887, il obtint sa mention honorable d’architecture avec une aquarelle représentant le Salon du château de Marly d’après les documents d’archives35.

Fig. 3 : Auguste Guillaumot, Porte du parc de Marly-le-Roy, gravure exposée au Salon de 1864. Collection particulière.

Fig. 3 : Auguste Guillaumot, Porte du parc de Marly-le-Roy, gravure exposée au Salon de 1864. Collection particulière.

Photo : © Bruno Bentz

  • 36 Sauf en 1869 où son adresse est donnée à Marly-le-Roi et à Paris, chez l’éditeur A. Morel ; Explica (...)
  • 37 ADY, 3E24-323.
  • 38 Explication des ouvrages... 1870, p. 469.
  • 39 ADY, 9M677-1 (recensements de la population de Marly-le-Roi en 1872, 1876) ; Explication des ouvrag (...)
  • 40 ADY, 9M677-1 et -2 (recensements de la population de Marly-le-Roi en 1881, 1886, 1891) ; Explicatio (...)
  • 41 Convoi du 25 janvier 1892 (Versailles, Archives historiques de l’évêché, registre de la paroisse de (...)

12Son intérêt pour Marly est à mettre en relation avec son installation définitive dans le village. Le recensement de la population en 1866 ne mentionne encore aucun Guillaumot, d’ailleurs Auguste est domicilié à Paris en 1869. Pourtant, Eugène Guillaumot, son frère aîné, avait acheté une maison en 1860, en haut de la rue de l’église. Il est donc probable que ce dernier n’y habitait pas en permanence, d’ailleurs il demeurait à Paris d’après les livrets du Salon36 et y mourut en 1869 ; sa veuve revendit la maison de Marly-le-Roi aussitôt37. Peut-être qu’Auguste avait l’habitude de s’y rendre, car dès 1870, il vint habiter à Marly-le-Roi (fig. 4), d’abord au 6 bis rue Madame38. Lors des recensements de 1872 puis de 1876, il est enregistré avec son épouse Célina (décédée en 1886) et sa petite-fille Marie dans une autre maison sise au no 44 de la rue de Saint-Cyr (il y a encore son adresse lors du Salon de 1878)39, puis il habite en 1879 dans une dernière maison sise au no 14 de la rue Madame40. Il décède âgé de presque 77 ans à cette adresse, le 22 janvier 1892, puis il est inhumé à Paris dans le cimetière des Batignoles où reposaient probablement ses parents41.

Fig. 4 : Plan de localisation des domiciles d’Auguste Guillaumot, de sa famille et de ses amis à Marly-le-Roi. Fond de plan : carte d’état-major, vers 1850.

Fig. 4 : Plan de localisation des domiciles d’Auguste Guillaumot, de sa famille et de ses amis à Marly-le-Roi. Fond de plan : carte d’état-major, vers 1850.

Schéma : Bruno Bentz

  • 42 ADY, 3E24-438, acte de notoriété d’Auguste Guillaumot.
  • 43 Marie demeura quelque temps dans la maison du 14, rue Madame, puis habita 15, rue des Vaux (actuell (...)
  • 44 Vente suite au décès de M. Aug. Guillaumot… 1892, p. 7-16.
  • 45 Ibid., lots nos 45-47.

13Auguste Guillaumot n’avait manifestement pas de fortune ; il ne fut pas procédé à un inventaire après décès42. Il semble avoir été locataire des diverses maisons qu’il occupa. Ses frères, son épouse et son fils aîné étaient déjà morts, seul Georges son fils cadet, négociant, et sa petite-fille Marie43 lui survécurent, mais dans son acte de notoriété, seul son fils est considéré comme héritier. C’est donc lui qui vendit l’ensemble du fonds d’atelier d’Auguste Guillaumot qui fut mis en vente aux enchères à l’hôtel Drouot de Paris le 10 mai 189244. Le catalogue comprend une soixantaine d’aquarelles (pour moitié représentant le château de Marly) inventoriées isolément, plus un lot de dix aquarelles de « vues de Marly », un autre lot de cinquante-trois dessins, aquarelles et croquis de « vues de Marly et des environs », enfin « un nombre considérable de croquis sur Marly-le-Roi et les environs45 », une quarantaine de gravures de l’artiste et une maigre collection d’ouvrages et de gravures.

  • 46 Sardou 1867, p. 1463.
  • 47 Eudore Soulié, « Le château de Marly-le-Roy » (p. 5-45) et Victorien Sardou, « Décadence de Marly » (...)
  • 48 Ce portrait a été publié dans la deuxième édition de l’ouvrage de son fils : Costumes du Directoire (...)
  • 49 Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, Réserve, Ve-26 (G (...)

14Ainsi, durant au moins trente-cinq ans, dont plus de vingt où il y habita, Guillaumot eut la possibilité de se promener dans les ruines de l’ancien château de Marly. Il fut l’un des premiers à s’y intéresser, non seulement pour en décrire les vestiges mais aussi pour en étudier l’état antérieur à sa démolition. Il rencontra puis se lia avec l’écrivain Victorien Sardou (1831-1908) qui acquit une propriété à Marly-le-Roi en 1863. Sardou s’intéressa également à l’ancien château royal et en publia une description dès 1867, dans laquelle il mentionne « le travail si intéressant de M. Guillaumot46 ». En 1885, Guillaumot réalisa deux nouvelles gravures pour un livre sur le château de Marly reprenant des textes d’Eudore Soulié et de Victorien Sardou47. Il grava aussi le portrait48 de l’écrivain et dessina sa propriété49. Leur amitié conduisit Sardou à posséder plusieurs dessins de son ami. En effet, son fils, Pierre Sardou (1873-1952), architecte des monuments historiques, conserva plusieurs dessins de Guillaumot qui figurèrent ensuite dans la collection Paul Leroux récemment donnée au Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes.

15Lorsque Guillaumot découvrit Marly, lorsqu’il exposa et publia sa première estampe de l’Abreuvoir en 1857, le site était à l’abandon mais le renouveau auquel il contribua ne tarda pas à se manifester. Viollet-le-Duc devint membre de la Commission des monuments historiques en 1860 et, dès 1862, la sauvegarde du site commença par le classement au titre des monuments historiques de l’abreuvoir de Marly. Par les recherches qu’il entreprit pour la réalisation de son album illustré, Guillaumot apporta en outre une contribution essentielle à l’historiographie du château de Marly après que la vente puis la démolition en ont pratiquement fait disparaître tout souvenir.

Un renouveau historiographique

  • 50 Voyage dans les départements de la France 1792, p. 21.
  • 51 Villiers 1802, t. II, p. 46.

16Au cours du xviiie siècle, de nombreux guides avaient décrit le château de Marly. Ils se copiaient et se répétaient inlassablement, diffusant une image merveilleuse de l’architecture et des jardins ornés de leurs sculptures et de leurs fontaines, avec souvent, pour l’illustration, quelques vues générales. Un guide, paru peu après la chute de la monarchie, en « 1792, l’an 4e de la Liberté », conserve toute son admiration pour l’ancienne résidence royale : « Marly semble avoir épuisé toutes les ressources de l’art. Par-tout la flatterie, sous l’écharpe de la volupté, s’y reproduit sous mille formes50 ». On trouve encore, en 1802, la reprise d’une description complète du château et des jardins, augmentée toutefois d’un dernier paragraphe : « Il ne reste plus que les murailles de l’édifice magnifique de Marly. à Marly habitent MM. Alexandre Sagniel et Jean Milna. Ils ont obtenu un brevet d’invention pour une machine propre à filer la laine, le coton, la bourre de soie, et le lin51 ». Sic transit...

  • 52 Donnet 1824, p. 420.
  • 53 Lavergne 1845, p. 3-11, citation p. 10.
  • 54 Pitre-Chevalier 1847, p. 332.
  • 55 Charton 1848, p. 112.

17Dès lors, après la démolition des bâtiments puis le rachat du parc par Napoléon en 1811, la littérature et l’imagerie vont diffuser une vision nouvelle de Marly : « Maintenant la charrue se promène sur le sol jadis occupé par les treize palais de Louis XIV ; l’épi doré a remplacé le chêne orgueilleux qui prêta ombrage à une cour brillante ; des ruines, un lieu solitaire52 [...] ». Cette nostalgie se diffuse dans des ouvrages ou des périodiques bien nommés : les Châteaux et ruines historiques de France d’Alexandre de Lavergne en 1845 (« Aujourd’hui qu’il reste à peine quelques rares vestiges53 ») avec une vue de l’Abreuvoir où boivent des ânes, par Théodore Frère (1814-1888) ; dans le Musée des familles par Pierre-Michel-François Chevalier en 1847 (« Marly, dont les ruines mêmes sont oubliées54 ») ; dans Le magasin pittoresque par édouard Charton en 1848 (« Toutes ces richesses dont les ruines mêmes ont été détruites55 ») avec des gravures de Thomas Armstrong qui illustrent l’état d’abandon du parc : des lavandières s’activent dans quelque ancien bassin, des éclopés cheminent le long des ruines.

18Néanmoins, à la même époque, l’intérêt historique pour Marly bénéficie aussi des premières publications des mémorialistes. Les éditions originales, partielles, du Journal de Dangeau, datent de 1807 et 1817, puis une édition complète paraît de 1854 à 1860. Quant aux Mémoires de Saint-Simon, une première édition partielle date de 1829, puis une édition complète paraît de 1856 à 1858. Auguste Guillaumot fut donc l’un des premiers à exploiter ces sources conjointement à quelques autres : les guides de Piganiol de La Force, la Correspondance de Madame de Maintenon, le Journal de Madame Campan. Il eut surtout le mérite d’étudier des sources manuscrites : les plans et les vues conservés à la Bibliothèque impériale, les albums aquarellés conservés aux archives de l’Empire, divers recueils de gravures anciennes (notamment celui de François Blondel), enfin les comptes des Bâtiments du roi qui étaient encore inédits.

La monographie de Guillaumot

19L’album illustré d’Auguste Guillaumot bénéficie donc autant de ses qualités de dessinateur d’après nature, que des recherches documentaires et archivistiques qu’il a pu faire. C’est d’ailleurs ce que mentionne le titre : Château de Marly-le-Roi, construit en 1676, détruit en 1798, dessiné et gravé d’après les documents puisés à la bibliothèque impériale et aux archives, avec texte, par Aug.-Alex. Guillaumot. Cet album in-folio est divisé en deux parties : vingt-huit pages de texte illustrées de vingt-six gravures et diverses vignettes puis une série de planches hors-texte. Ce que ne précise pas le titre, c’est que si certaines images sont des reproductions de plans ou de vues tirés des archives, selon les mentions inscrites par Guillaumot, d’autres sont des vues qu’il a soigneusement restituées à partir des documents anciens.

  • 56 L’art pour tous 1865 (reproduction de la pl. 12 de l’album).
  • 57 « Bibliographie des ouvrages… », 1865, p. 577.

20La première édition du livre a été publiée en 1865 par Auguste Morel ; elle débute par un avant-titre (Château de Marly-le-Roi) puis une page de titre complète portant l’indication « A. Morel et Cie éditeurs ». Cette édition comprend quatorze planches hors-texte numérotées de 1 à 14 qui sont toutes référencées dans le texte. Les planches portent la mention « dessiné et gravé par Ate [ou A.] Guillaumot ». Le livre a été imprimé par Lemercier à Paris. Cette publication a été annoncée dans le périodique (édité par Morel) L’art pour tous du 15 octobre 186556, avec un commentaire en français, en allemand et en anglais, ainsi que la reproduction d’une planche extraite de l’album pour laquelle il est souligné qu’il s’agit d’une lithographie de moindre qualité que les estampes originales gravées en taille-douce sur des plaques d’acier. Une annonce de l’ouvrage parut également dans la Gazette des beaux-arts57. Le succès ne fait pas de doute : vendu cinquante francs, le livre a été rapidement épuisé ; aucun exemplaire ne figure déjà plus dans l’inventaire du fonds de l’éditeur réalisé en décembre 1869, après le décès d’Auguste Morel.

  • 58 Ce qui entraîne souvent une erreur de datation pour cette deuxième édition dans les catalogues.
  • 59 La bibliothèque des Arts décoratifs (Paris) conserve un exemplaire de cette édition, inv. A69, qui (...)
  • 60 Curieusement, la pl. 3A/no 6 porte un renvoi à la pl. 5 en utilisant l’ancienne numérotation, c’est (...)
  • 61 Explication des ouvrages... 1874, p. 551, no 3471.

21Une deuxième édition, augmentée, est alors publiée par la veuve d’Auguste Morel : dans une première partie, l’édition originale est intégralement conservée ; la page de titre originale, portant encore la date de 1865, n’est pas modifiée58, une planche supplémentaire est ajoutée à la fin. Une seconde page de titre est placée au début d’une deuxième partie, copie de la première avec la mention « Supplément », le nouveau nom de la société d’édition « Vve A. Morel et Cie » et la date de 187659. Cette partie comprend quinze planches, quelques-unes sans numérotation, d’autres avec une numérotation discontinue et en partie identique à certaines planches de la première partie. Ces incohérences reflètent peut-être un projet inabouti ; elles ont été corrigées dans une variante de cette deuxième édition, organisée en une seule partie désormais – elle a nécessairement été publiée quelque temps après. Certains exemplaires ne possèdent pas la nouvelle page de titre mais, après la page de titre originale (datée de 1865), un frontispice a été ajouté et il porte l’indication « Ve A. Morel et Cie éditeurs », sans date. Cette édition conserve le texte et les planches originaux, auxquels sont ajoutées toutes les nouvelles gravures de l’édition de 1876, soit dix-sept planches supplémentaires (la dernière planche qui était composée de deux images est désormais gravée sur deux planches) avec : un frontispice, onze planches insérées parmi les planches de l’édition originale (numérotées 1A, 3A, 3B, 5A, 7A, 7B, 7C, 7D, 7E, 7F et 10A), plus cinq planches ajoutées à la fin (numérotées 15 à 19). Ces nouvelles gravures portent le nom de l’imprimeur Ch. Chardon aîné à Paris. En outre, une page avec la table des planches a été insérée entre le texte et les planches d’illustration, imprimée par J. Claye. Cette table numérote toutes les planches de 1 à 31 dans l’ordre où elles apparaissent ensuite. C’est pourquoi les nouvelles planches ont une double numérotation : la 1A, qui vient après le frontispice (no 1) et la planche 1 (no 2), porte aussi le no 3, la 3A le no 660, etc. Désormais toutes les planches sont donc numérotées selon leur nouvelle position. De petites modifications sont apportées à deux planches : une erreur de typographie est corrigée sur la planche 7E (Bosquet de Lucienne devient Bosquet de Luciennes) et, curieusement, la date de la vue de l’Emplacement du château qui était « en 1869 » devient « en 1875 » – eau-forte que Guillaumot avait exposée au Salon de 187461 !

22Une troisième édition de l’ouvrage de Guillaumot, à peine augmentée, a été publiée, probablement après la liquidation des éditions de la Vve Morel en 1886. La nouvelle page de titre est copiée de la précédente, avec une curieuse erreur sur l’auteur qui est prénommé « Eug.-Aug. », une mention « nouvelle édition », et l’indication de l’éditeur, « Leplanquais-Chedeville à Paris », sans date. Les pages de texte restent inchangées, mais sur le frontispice et les planches d’illustration, les anciens noms de l’éditeur et de l’imprimeur ont été effacés, tandis que la nouvelle numérotation a été marquée sur les planches. En outre, trois nouvelles planches (marquées pl. A, pl. B et pl. C) ont été ajoutées et portent les numéros 32 à 34 dans la nouvelle page de table. Ces planches sont titrées « détails divers » et regroupent presque toutes les vignettes reproduites dans les pages de texte. Cette édition, sans véritable nouveauté donc et avec une erreur sur l’auteur, a probablement été publiée après la mort de Guillaumot, cet éditeur étant actif vers 1910. Elle confirme néanmoins le succès de cet ouvrage dû au talent de l’artiste mais aussi à l’intérêt de ses recherches archéologiques.

Marly disparu, Marly retrouvé

  • 62 Plan des ruines du Pavillon royal, 1864, sans signature ; anciennes collections Pierre Sardou puis (...)
  • 63 Heitzmann 2013.

23L’intérêt d’Auguste Guillaumot pour le château de Marly ne se limite pas à la préparation de son album. Ainsi, il a fait un relevé (fig. 5) des ruines du Pavillon royal de Marly daté de 186462. à cette époque, une route traversait l’emplacement de l’ancien château, à travers ce qu’il restait des anciens vestibules est et ouest ainsi que du grand salon central. Il subsistait néanmoins de nombreux murs au pourtour et à l’intérieur des anciens appartements royaux. Guillaumot a reporté sur son relevé la position des murs disparus d’après les plans de l’époque et il a relevé leur épaisseur : 1,40 m pour les murs extérieurs, 0,80 m pour les murs intérieurs. Il n’indique malheureusement ni la hauteur ni l’altitude des vestiges, mais ce document permet d’évaluer, à l’aide des photographies réalisées au début du xxe siècle, la nature des maçonneries qui ont échappé à la démolition. Il témoigne aussi de l’intérêt que porta Guillaumot aux vestiges conservés dans le parc63.

Fig. 5 : Auguste Guillaumot, Plan des ruines du Pavillon royal (détail), dessin, 1864. Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, don Paul Leroux, inv. 2014.2.66.

Fig. 5 : Auguste Guillaumot, Plan des ruines du Pavillon royal (détail), dessin, 1864. Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, don Paul Leroux, inv. 2014.2.66.

Photo : © Bruno Bentz

  • 64 Sardou 1867, p. 1463.

24Très rapidement, il s’intéressa aux revêtements de faïence. Ainsi, dans son album paru en 1865, il mentionne « quatre bassins revêtus à l’intérieur de carreaux de faïence » (p. 26) et il reproduit deux dessins de « faïences trouvées lors des fouilles » (pl. 13). Ces recherches sont rapportées par Victorien Sardou en 1867 qui évoque « des bassins ornés de statues enrichies de peintures et pavés de forts beaux carreaux de faïence, dont mille débris, récemment exhumés du sol, n’avaient rien perdu de la pureté de leur émail64 ! ».

  • 65 Bentz 1992.

25Ces découvertes ont pu être fortuites, mais Guillaumot poursuivit ses recherches par des fouilles méthodiques. En effet, il a dessiné le résultat de ses découvertes (fig. 6) sur un tirage d’atelier sans aucune légende de son plan d’ensemble des jardins de Marly (pl. 14) : quatre carreaux sont esquissés au crayon et reliés par un trait à l’emplacement d’un bassin. Il s’agit exactement des carreaux qui ornaient les fonds de ces bassins, ce qu’aucun document d’archives ne pouvait lui indiquer65. Il a donc restitué le motif et l’emplacement de chaque carreau grâce à la fouille de chaque bassin.

Fig. 6 : Auguste Guillaumot, plan des jardins de Marly, avec l’emplacement des carreaux de faïence trouvés dans les bassins des carpes, gravure et dessin au crayon, tirage d’atelier de la pl. 14 de Château de Marly-le-Roi, construit en 1676, détruit en 1698, dessiné et gravé d’après les documents puisés à la Bibliothèque impériale et aux archives, avec texte, Paris, A. Morel Cie éditeurs.

Fig. 6 : Auguste Guillaumot, plan des jardins de Marly, avec l’emplacement des carreaux de faïence trouvés dans les bassins des carpes, gravure et dessin au crayon, tirage d’atelier de la pl. 14 de Château de Marly-le-Roi, construit en 1676, détruit en 1698, dessiné et gravé d’après les documents puisés à la Bibliothèque impériale et aux archives, avec texte, Paris, A. Morel Cie éditeurs.

Photo : © Bruno Bentz

  • 66 Guillaumot 1866, pl. 1-5. La page de titre indique, en complément du nom de l’auteur : « Dessinateu (...)
  • 67 Explication des ouvrages... 1867, p. 375, no 2624.

26Sa découverte de fragments des carreaux de faïence des bassins l’incita à restituer les motifs complets grâce à la symétrie des décors. Les morceaux en sa possession étaient parfois insuffisants car certains dessins sont décentrés. Il parvint néanmoins à identifier une dizaine de carreaux différents. Après la publication de deux modèles dans son album en 1865, il dessina à l’échelle 1/1 et grava en couleur cinq autres modèles qu’il publia en 1866 dans un ouvrage illustré : L’art appliqué à l’industrie : fragments variés et inédits d’architecture, sculpture, ferronnerie, céramique, etc., etc.66. Ces dessins (fig. 7) furent également exposés au Salon de 186767. La légende indique que ces carreaux proviennent de l’ancien parc de Marly, mais Guillaumot ignorait leur datation précise (1710-1714) et leur provenance de la manufacture de Saint-Cloud.

Fig. 7 : Auguste Guillaumot, carreaux de faïence provenant des bassins de Marly, planches gravées en couleur, publiées dans Auguste-Alexandre Guillaumot, L’art appliqué à l’industrie : fragments variés et inédits d’architecture, sculpture, ferronnerie, céramique, etc., etc., Paris, Noblet et Baudry, 1866, pl. 1-5, et exposées au Salon de 1867.

Fig. 7 : Auguste Guillaumot, carreaux de faïence provenant des bassins de Marly, planches gravées en couleur, publiées dans Auguste-Alexandre Guillaumot, L’art appliqué à l’industrie : fragments variés et inédits d’architecture, sculpture, ferronnerie, céramique, etc., etc., Paris, Noblet et Baudry, 1866, pl. 1-5, et exposées au Salon de 1867.

Photo : © Bruno Bentz

  • 68 Lettre de Marie Guillaumot à Maurice Hanotte, 4 décembre 1933 ; ADY, 3F37, liasse 12.
  • 69 Plan du parc de Marly vers l’emplacement du château, avec le motif de sept carreaux, dessin annoté (...)

27D’après le témoignage de sa petite-fille, Marie Guillaumot, il fit d’autres découvertes au cours des années suivantes : « Je me rappelle dans ma jeunesse vers 1875 avoir cherché pendant que mon grand-père dessinait, des morceaux de carreaux garnissant les bassins des carpes ; je vous envoie l’emplacement d’après le plan. [...] J’ai quelques morceaux de bordure ou frise68 » (fig. 8). Quelques nouveaux modèles sont représentés sur ce document, notamment des carreaux rectangulaires qui formaient des frises. Elle remarque très justement à propos d’un carreau de Lisieux trouvé en contrebas de la fontaine d’Aréthuse : « Celui-ci doit être d’une autre fabrication, il a un trait en creux autour des dessins69 ».

Fig. 8 : Marie Guillaumot, Plan du parc de Marly vers l’emplacement du château, avec le motif de sept carreaux, dessin, vers nov. 1933. Archives départementales des Yvelines, 3F37, liasse 12.

Fig. 8 : Marie Guillaumot, Plan du parc de Marly vers l’emplacement du château, avec le motif de sept carreaux, dessin, vers nov. 1933. Archives départementales des Yvelines, 3F37, liasse 12.

Photo : © Bruno Bentz

  • 70 Guillaumot ne dessine pas de carreau dans sa Fontaine d’Amphitrite à l’ouest ; Guillaumot 1876, pl. (...)
  • 71 Il y avait aussi une frise de carreaux sur la margelle, et une autre frise au bas de la paroi.

28à partir de ses découvertes, Auguste Guillaumot voulut restituer la composition des carrelages dans les bassins. Ses premières fouilles semblent limitées aux quatre bassins des carpes – d’ailleurs, Piganiol et Saint-Simon ne mentionnent que ceux-là. Quand il découvrit d’autres carreaux à proximité des Appartements verts, il pensa alors que les bassins ronds de ces bosquets en avaient aussi été revêtus et il proposa plusieurs restitutions de leur décor. En réalité, les carreaux trouvés provenaient des bassins situés en contre-haut, dans les fontaines des Nymphes70. Néanmoins, la reconstitution est intéressante : Guillaumot a identifié le principe d’un assemblage de plusieurs modèles sur le fond et sur la paroi du bassin – avec le motif à rinceaux placé en frise supérieure71.

29Sur un dessin préparatoire (fig. 9), la dimension des carreaux n’est pas respectée, tandis que le dessin achevé à l’aquarelle (fig. 10), signé « Ate Guillaumot », respecte l’échelle mais représente le même modèle dans le fond et sur la paroi, alors que chaque bassin avait un fond spécifique. Toutefois le choix du modèle pour la paroi est exact : ces parois étaient identiques dans les bassins des carpes et la fontaine d’Amphitrite, des fragments ont donc pu être exhumés aux emplacements de tous ces bassins. Ainsi Guillaumot a pu identifier le motif principal des parois.

Fig. 9 : Auguste Guillaumot, L’Appartement vert du couchant, dessin au crayon, étude préparatoire. Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, donation du Vieux Marly, inv. VM 432.

Fig. 9 : Auguste Guillaumot, L’Appartement vert du couchant, dessin au crayon, étude préparatoire. Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, donation du Vieux Marly, inv. VM 432.

Photo : © Bruno Bentz

Fig. 10 : Auguste Guillaumot, L’Appartement vert du couchant, dessin aquarellé. Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, don Paul Leroux, inv. 2014.2.12.

Fig. 10 : Auguste Guillaumot, L’Appartement vert du couchant, dessin aquarellé. Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, don Paul Leroux, inv. 2014.2.12.

Photo : © Bruno Bentz

  • 72 Auguste-Étienne exposa au Salon de 1864 ; Explication des ouvrages... 1864, p. 523, no 3018.
  • 73 Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, inv. MPML-VM 1008. Il est possible que cette aquarell (...)

30C’est avec le même assemblage qu’il a aussi restitué le carrelage du bassin d’Apollon sur une autre aquarelle (fig. 11) : sur ce dessin, le bassin est en eau, et les carreaux du fond ne sont pas visibles. Cette restitution partielle est donc assez conforme à la réalité. Guillaumot était aussi capable de facétie. Dans une aquarelle (signée « Ate Guillaumot père », mention qu’il utilisa après que son fils Auguste-étienne devint graveur72) représentant la chambre de Madame de Maintenon au château de Marly73 (fig. 12), il inventa un tapis orné des motifs des carreaux de faïence qu’il avait trouvés dans les bassins.

Fig. 11 : Auguste Guillaumot, Le bassin d’Apollon. Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, don des Amis du Musée-Promenade, inv. 2014.2.12.

Fig. 11 : Auguste Guillaumot, Le bassin d’Apollon. Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, don des Amis du Musée-Promenade, inv. 2014.2.12.

Photo : © Bruno Bentz

Fig. 12 : Auguste Guillaumot, Chambre de Madame de Maintenon au château de Marly, aquarelle. Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, donation du Vieux Marly, donation du Vieux Marly, inv. VM 1008.

Fig. 12 : Auguste Guillaumot, Chambre de Madame de Maintenon au château de Marly, aquarelle. Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, donation du Vieux Marly, donation du Vieux Marly, inv. VM 1008.

Photo : © Musée-Promenade / Géraldine Chopin

  • 74 Plan du parc de Marly... ; lettre de Marie Guillaumot à Maurice Hanotte, s. d. [déc. 1933] ; ADY, 3 (...)
  • 75 Sardou 1867, p. 1466.

31Guillaumot fit d’autres découvertes dans le parc. Marie rapporte que des « fragments de jolie vaisselle [ont été] trouvés sur le remblai à gauche en montant » (du côté de l’Allée royale) avec des motifs au M couronné et celui aux trois couronnes. Elle indique également se souvenir d’un carreau de faïence avec « deux tons de violet avec trait noir et croisillon au milieu, mon grand-père l’avait trouvé ainsi que le petit coq à l’emplacement du pavillon des bains74 » : il est donc certain que Guillaumot découvrit les premiers carreaux hollandais des bains. à la même époque, Victorien Sardou arpentait aussi le parc : « J’ai fouillé le sol, et à part quatre pièces de monnaie, quelques tessons de porcelaine et de faïence, et des fragments innombrables de marbre75 [...] ». Si l’intérêt qui guidait l’écrivain est le même que celui du dessinateur, il faut reconnaître à ce dernier un objectif archéologique beaucoup plus intéressant.

  • 76 Soulié 1885, p. 34 ; Bentz 2006.
  • 77 Explication des ouvrages... 1878, p. 268, no 3080. Il s’agit probablement de l’aquarelle, signée et (...)

32Guillaumot étudia aussi le grand abreuvoir de Marly. Après l’avoir représenté dans son état de ruine en 1857, il dessina diverses vues générales d’après les archives et, pour sa monographie, il réalisa deux dessins, une vue d’ensemble et une vue de détail de « l’abreuvoir restauré », c’est-à-dire restitué dans son état d’origine. Interprétant les anciennes descriptions qui évoquaient le décor de rocaille des parois de ses murs, il incrusta dans ses dessins des images de coquillages géants. C’est à la suite de cette erreur que l’historiographie s’empara de cette invention76. Les lieux l’inspirèrent encore car il exposa au Salon de 1878 une aquarelle représentant l’Abreuvoir vers 170077.

Le renouveau du parc de Marly

33C’est pourtant grâce à la conservation des principaux vestiges de l’Abreuvoir, qui avaient échappé à la vente et donc à la démolition du château de Marly, que le domaine fut sauvé. Guillaumot avait probablement contribué à son classement en 1862, mais les travaux de rénovation indispensables à sa conservation tardèrent, malgré plusieurs projets de restauration durant la seconde moitié du xixe siècle. L’Abreuvoir, qui avait été donné à la commune de Marly-le-Roi pendant la Révolution, fut désormais pris en charge par l’administration des Beaux-Arts et confié à l’architecte des monuments historiques chargé du château de Saint-Germain, Charles-Auguste Questel (1807-1888), auquel succéda Honoré Daumet (1826-1911). Ils firent réaliser plusieurs campagnes de relevés photographiques. Quant au parc, il était géré, depuis son rachat par l’état en 1811, par l’administration des Eaux et Forêts et rattaché à la forêt domaniale de Marly, tandis que les anciens jardins étaient loués à un agriculteur. La première restauration de l’Abreuvoir eut finalement lieu en 1906.

  • 78 Piton 1894, p. 11 et 80-83.
  • 79 Narjoux 1902.
  • 80 Piton 1904.
  • 81 Commission départementale des sites de Seine-et-Oise, 11 mai 1907.
  • 82 Mellerio 1926, p. 22-23.
  • 83 Heitzmann 2013.
  • 84 Magne 1934.
  • 85 Maroteaux 2013 : « Auguste-Alexandre Guillaumot, sous le Second Empire, tenta de faire revivre par (...)

34L’intérêt historique pour l’ancien château de Marly fut relancé à la même époque par Camille Piton (1842-1917). Dessinateur et écrivain, il était voisin de Guillaumot, rue Madame à Marly-le-Roi. En 1894, il publia un petit livre reprenant brièvement l’histoire du château et de ses principaux personnages. Il inséra une notice, ornée d’un portrait (fig. 13), consacrée à Auguste Guillaumot, dans laquelle il indique qu’il a « laissé un ouvrage intéressant sur Marly » mais que dans sa monographie, qu’il juge consciencieuse mais incomplète, « les gravures seules [...] offrent de l’intérêt »78. Quelques études consacrées au château de Marly furent publiées à la même époque, notamment un album illustré imitant, sans verve, celui de Guillaumot79. Enfin, Piton publia en 1904 un ouvrage très bien documenté sur l’ancien château80. Le renouveau du parc de Marly bénéficia aussi de l’intérêt que la Société pour la protection des paysages manifesta en 1906 pour faire classer le site81 ; idée que reprit plus tard l’association des Amis du vieux Marly, créée en 1923, qui obtint le classement des principaux vestiges l’année suivante. L’un de ses principaux membres, le critique d’art André Mellerio, publia en 1926 un petit livre consacré à l’histoire de Marly (dans lequel il évoque Guillaumot)82, puis il relança les fouilles archéologiques dans le parc en 1927 pour compléter les découvertes de carreaux de faïence des bassins. Au cours des années 1930, le parc fut en partie rattaché à l’administration des Beaux-Arts, d’importants travaux de rénovation et de nouvelles fouilles archéologiques furent entrepris83, Émile Magne publia une vaste étude historique84. Ainsi se prolongèrent les recherches impulsées au siècle précédent85.

Fig. 13 : Camille Piton, Portrait d’Auguste Guillaumot, gravure, dans Camille Piton, Marly-le-Roi, Paris, L. Cerf, 1894, p. 11 et 82. Collection particulière.

Fig. 13 : Camille Piton, Portrait d’Auguste Guillaumot, gravure, dans Camille Piton, Marly-le-Roi, Paris, L. Cerf, 1894, p. 11 et 82. Collection particulière.

Photo : © Bruno Bentz

  • 86 Denis 1973, p. 10.
  • 87 Denis 1982, p. 62, no 127.
  • 88 Chopin 2015, p. 65-68.

35Quelques gravures de Guillaumot ont été présentées en 1931 dans la première exposition consacrée à l’ancien château de Marly, puis d’autres sont entrées, à partir de 1933, dans les collections de l’association du Vieux Marly. Elles ont été provisoirement exposées dans le pavillon du Butard, à Vaucresson, jusqu’en 1939, puis installées dans le musée de Marly à partir de 1968. Lors d’une exposition consacrée notamment à l’abreuvoir de Marly, en 1973, des planches de Guillaumot sont commentées dans le catalogue : « l’ouvrage sur le Château, puisé aux meilleures sources est, en dépit d’un talent inégal, indispensable à qui veut connaître l’histoire de Marly86 ». Quelques planches et quelques dessins sont ensuite exposés dans les salles du Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes. Dans le catalogue édité en 1982, Marie-Amynthe Denis, conservateur, remarquait encore à propos des gravures de Guillaumot : « Si le graphisme en semble un peu désuet, on peut se fier à l’exactitude des dessins87 ». L’intérêt pour Guillaumot reste intact : un ensemble important de quatre-vingt-quatre dessins sur papier et sur calque ainsi qu’une aquarelle viennent de rejoindre le fonds déjà important des collections du Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes88.

  • 89 Beraldi 1889, t. VIII, p. 9-10, citation p. 9. La lettre manuscrite de Guillaumot à Beraldi, datée (...)

36L’attrait pour les vues de Guillaumot n’a donc jamais cessé. De nombreuses publications (livres, articles, et désormais des sites Internet) ont reproduit ces images qui faisaient la fierté de leur auteur et qui occupèrent une place centrale dans sa vie comme dans son œuvre : « Je suis l’auteur de la monographie du château de Marly, texte, dessins et gravures » mentionnait-il à Henri Beraldi, à la fin de sa vie, parmi quelques autres travaux d’importance qu’il avait réalisés. Mais le château de Marly ne le quittait jamais car il ajoute : « J’ai en ce moment, au Salon, une restauration du Grand Salon de Marly (aquarelle) qui m’a valu une mention honorable ». Guillaumot obtint cette récompense dans la section « architecture », ce qui explique que, dans cette lettre, il se qualifie d’« architecte et graveur », indication que reprit Beraldi lorsqu’il publia peu après une notice biographique dans son guide des graveurs du xixe siècle, ajoutant qu’Auguste Guillaumot est « l’un de nos meilleurs graveurs d’architecture depuis 184089 ».

Fig. 14 : Auguste Guillaumot, Vue du Grand Salon du château de Marly, gravure. Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, Est. 4990.

Fig. 14 : Auguste Guillaumot, Vue du Grand Salon du château de Marly, gravure. Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, Est. 4990.

Photo : © Bruno Bentz

Fig. 15 : Auguste Guillaumot, Vue de la salle de Billard du château de Marly, gravure. Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, Est. 4991.

Fig. 15 : Auguste Guillaumot, Vue de la salle de Billard du château de Marly, gravure. Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, Est. 4991.

Photo : © Bruno Bentz

Fig. 16 : Auguste Guillaumot, Vue de la salle de Billard du château de Marly, aquarelle. Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, donation du Vieux Marly, inv. VM 1049.

Fig. 16 : Auguste Guillaumot, Vue de la salle de Billard du château de Marly, aquarelle. Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, donation du Vieux Marly, inv. VM 1049.

Photo : © Bruno Bentz

  • 90 Explication des ouvrages... 1890, p. 377, no 4758 ; AN, F21-2173, dossier « Guillaumot » : lettre d (...)
  • 91 AN, F21-2173, dossier « Guillaumot » : minute de la lettre du directeur des Beaux-Arts à Auguste Gu (...)
  • 92 Paris, Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, Est. 4990 et 4991 ; ces estampe (...)
  • 93 AN, F21-2173, dossier « Guillaumot » : lettres d’Auguste Guillaumot à Henry Havard, inspecteur des (...)

37Au Salon de 1890, il exposa d’autres aquarelles représentant des intérieurs des Appartements du château de Marly, puis il sollicita le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts pour obtenir une commande de trois gravures pour la chalcographie du Louvre ; « on compléterait l’œuvre de Rigault [sic] », suggérait Auguste Guillaumot, qui précisait encore : « j’ai pu donner à ce travail une exactitude incontestable »90. L’argumentation ne convainquit pas entièrement le directeur des Beaux-Arts ; il souligna l’intérêt de ce travail et proposa au ministre de l’encourager, mais il émit un avis défavorable, jugeant qu’il n’était pas possible de commander des gravures « dont l’exactitude archéologique ne peut être que purement relative et de se faire ainsi l’éditeur responsable de restitutions toujours un peu hasardeuses91 ». Néanmoins, il accepta l’acquisition par l’État de deux gravures sous la forme d’une souscription de 1 300 francs pour deux séries de soixante-treize épreuves représentant une Vue du Grand Salon (fig. 14) et une Vue de la salle de Billard (fig. 15 et 16) du château de Marly92. Guillaumot annonça l’achèvement de son travail au directeur des Beaux-Arts quelques semaines avant sa mort, et c’est finalement son fils qui régla l’acquisition93, ultime reconnaissance pour cet homme qui avait consacré une grande partie de son talent pour illustrer et faire revivre les vestiges de Marly.

Haut de page

Bibliographie

Adhémar Jean, Lethève Jacques et Gardey Françoise, 1958, Inventaire du fonds français après 1800, t. X, Paris, Bibliothèque nationale.

Bentz Bruno, 1992, Les bassins de faïence du château de Marly, Marly-le-Roi, OMAGE, coll. « Artkéo », no 3.

, 2006, « L’abreuvoir de Marly : mythes et réalités », Polia, revue de l’art des jardins, no 6, p. 65-82.

Beraldi Henri, 1889, Les graveurs du xixe siècle : guide de l’amateur d’estampes modernes, Paris, L. Conquet.

« Bibliographie des ouvrages publiés en France et à l’étranger sur les beaux-arts et la curiosité pendant le second semestre de l’année 1865 », 1865, Gazette des beaux-arts, t. XIX, p. 572-577.

Bressani Martin, 2014, Architecture and the Historical Imagination : Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc, 1814-1879, Burlington (Vt.), Ashgate.

Catalogue de l’histoire de France, 1863, t. VIII, Paris, F. Didot frères.

Charton édouard, 1848, « Le château de Marly », Le magasin pittoresque, avr. 1848, p. 105-112.

Chopin Géraldine, 2015, « Enrichissement des collections du Musée-Promenade », Marly, art et patrimoine, no 9, p. 65-68.

Costumes du Directoire, tirés des Merveilleuses, avec une lettre de M. Victorien Sardou, 30 eaux-fortes de A. Guillaumot fils avec un portrait de M. V. Sardou dessiné et gravé par A. Guillaumot père, dessins de MM. Eugène Lacoste et Draner, 1875, Paris, Rouquette.

Darcel Alfred, 1864, « La peinture vitrifiée et l’architecture au Salon de 1864 », Gazette des beaux-arts, t. XVII, p. 80-94.

Denis Marie-Amynthe, 1973, Mise en valeur et sauvegarde de deux sites historiques en Yvelines : l’abreuvoir de Marly, le Désert de Retz, cat. exp. (23 nov. 1973-13 janv. 1974), Marly-le-Roi, musée de Marly.

, 1982, Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes : guide-catalogue, Marly-le-Roi, musée de Marly.

Didron Adolphe-Napoléon, Duval Amaury et Lassus Jean-Baptiste-Antoine, 1842-1856, Monographie de la cathédrale de Chartres, Paris, Imprimerie royale, 9 vol.

Donnet Alexis, 1824, Description des environs de Paris, considérés sous les rapports topographique, historique et monumental, Paris, Treuttel et Würtz.

Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure et lithographie des artistes vivants, 1842-1892, Paris.

Gabet Charles, 1831, Dictionnaire des artistes de l’école française, au xixe siècle, Paris, Vergne.

Guillaumot Auguste-Alexandre, 1857, Promenades artistiques dans Paris et ses environs : architecture, sculpture, décoration, (dir.) Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc, Jean-Baptiste-Antoine Lassus et Amable Ravoisié, Paris, Morel.

, 1865 (1re éd.), Château de Marly-le-Roi, construit en 1676, détruit en 1698, dessiné et gravé d’après les documents puisés à la Bibliothèque impériale et aux archives, avec texte, Paris, A. Morel Cie éditeurs (2e éd., Paris, Vve A. Morel et Cie, 1876 ; 3e éd., Paris, Leplanquais-Chedeville, s. d. [vers 1910]).

, 1866, L’art appliqué à l’industrie : fragments variés et inédits d’architecture, sculpture, ferronnerie, céramique, etc., etc., Paris, Noblet et Baudry.

Heitzmann Annick, 2013, « Archéologie à Marly : bilan et perspectives », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], 2012, mis en ligne le 18 déc. 2013, URL : http://crcv.revues.org/11948 ; DOI : 10.4000/crcv.11948.

Jouin Henry, 1895, « Cinquante lettres de décès d’artistes français ou de leurs proches (1884-1894) », Nouvelles archives de l’art français, 3e série, t. XI, p. 36-61.

L’art pour tous, 1865, no 140, 15 oct. 1865, p. 558-559.

[La Fizelière Albert de], 1865, « Petite statistique des familles artistes », L’union des arts, 2e année, no 4, 21 mai 1865, p. 2.

Lavergne Alexandre de, 1845, Châteaux et ruines historiques de France, Paris, C. Warée.

Laÿ Jacques et Laÿ Monique, à paraître, « Viollet-le-Duc », dans Louveciennes, mon village, t. II.

Le château de Marly-le-Roy : plan d’ensemble et vue générale d’après Piganiol de La Force, l’abbé de Choisy, Eudore Soulié, Fortoul et Victorien Sardou. 2 planches gravées par A. Guillaumot père, s. d. [1885], Paris, Ducher.

Magne Émile, 1934, Le château de Marly, d’après des documents inédits, Paris, Calmann-Lévy.

Maroteaux Vincent, 2013, « Marly, un bilan historiographique », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], 2012, mis en ligne le 18 déc. 2013. URL : http://crcv.revues.org/11897 ; DOI : 10.4000/crcv.11897.

Mellerio André, 1926, Marly-le-Roi : histoire, curiosités et promenades, le château de Louis XIV, la forêt, Marly-le-Roi, L. Desveaud.

Narjoux André, 1902, Restitution du château de Marly-le-Roi, Paris, A. Guérinet.

Piton Camille, 1894, Marly-le-Roi, Paris, L. Cerf.

, 1904, Marly-le-Roi, son histoire (697-1904), Paris, A. Joanin.

Pitre-Chevalier [Pierre-Michel-François Chevalier], 1847, « Promenades aux environs de Paris / Marly-le-Roi », Musée des familles, août 1847, p. 321-332.

Sardou Victorien, 1867, « Marly », dans Paris-Guide par les principaux écrivains et artistes de la France, 2e partie, Paris, Librairie internationale, p. 1460-1470.

Vente Lemaître. Catalogue de planches de cuivre et acier gravées, pierres lithographiées, estampes, dessins, livres et ouvrages à figures […] par suite du décès de M. [Augustin-François] Lemaître [...] les mercredi 8, jeudi 9, vendredi 10 et samedi 11 novembre 1871, 1871, Paris, Renou et Maulde.

Vente suite au décès de M. Aug. Guillaumot père, peintre et graveur : aquarelles, dessins et eaux-fortes. Reconstitution du château et du parc de Marly et dessins divers, provenant de son atelier : [vente] 10 mai 1892, 1892, Paris, s. n.

Villiers Pierre, 1802, Manuel du voyageur aux environs de Paris, Paris, Favre.

Voyage dans les départements de la France, 1792, par une société d’artistes et de gens de lettres, Paris, Briou.

Haut de page

Notes

1 Guillaumot 1865. Les différentes éditions sont présentées dans cet article.

2 Les recherches généalogiques concernant Auguste Guillaumot et sa famille ont été entièrement réalisées par Gisèle Bentz.

3 Claude Nicolas Eugène Guillaumot, né le 31 août 1813 à Paris (archives départementales (ci-après AD) de Paris, V3E/N 1093), marié le 8 août 1835 à Paris avec Claire Conil Lacoste (AD Paris, V3E/M 471, no 10642), marié en secondes noces le 17 février 1838 à Paris avec Julie Galopin (AD Paris, V3E/M 471, n10481), mort le 6 novembre 1869 à Paris 8e arrondissement (AD Paris, V4E 2232, n2610) ; inventaire après décès du 29 novembre 1869 (archives départementales des Yvelines [ci-après ADY], 3E24-323).

4 Auguste-Alexandre Guillaumot, né le 13 février 1815 à Paris 7e (AD Paris, V3E/N 1093), marié le 8 décembre 1840 à Paris avec Célina-Marie-Antoinette Évrard (AD Paris, V3E/M 471), mort le 22 janvier 1892 à Marly-le-Roi (ADY, 2MI-EC-244) ; acte de notoriété du 1er février 1892 (ADY, 3E24-428).

5 Louis-étienne Guillaumot, né le 26 décembre 1824 à Paris 3e (AD Paris, V3E/N 1093), marié le 4 mai 1852 à Paris avec Caroline Riffaut (AD Paris, V3E/M 471), mort le 8 septembre 1889 à Deuil-la-Barre (AD Val-d’Oise, 3E55-35).

6 En 1842, il demeure provisoirement rue des Beaux-Arts dans le quartier Saint-Germain ; Explication des ouvrages... 1842, p. 245.

7 Auguste-étienne Guillaumot (dit Guillaumot fils), né le 28 août 1844 à Paris (AD Paris, V3E/N 1093), marié le 28 mai 1887 à Saint-Maurice avec Désirée Rose Athénaïse Lemarchand (AD Val-de-Marne, 1 MI 1398-2), mort le 7 janvier 1890 à Paris 4e (AD Paris, V4E 5709). Le 9 février 1886, il a reconnu sa fille Marie, née en 1862 d’une liaison avec Annette Raffin (AD Paris, V4E 6285).

8 Georges Christophe Adrien Alfred Guillaumot, né le 16 mai 1847 à Paris (AD Paris, V3E/N 1093), marié le 10 janvier 1885 à Marie-émilie Adan à Paris 9e arrondissement (AD Paris, V4E 6201), mort après son père.

9 Marie Guillaumot, née à Paris sous le nom de sa mère Annette Raffin le 4 mars 1862 (AD Paris, V4E 1110), reconnue par son père le 9 février 1886 (AD Paris, V4E 6285), morte le 29 juillet 1938 à Seignelay (commune de Seignelay, état civil). Elle a été élevée par Auguste Guillaumot et Céline Évrard, ses grands-parents.

10 Victor François éloi Biennourry, né le 10 janvier 1823 à Bar-sur-Aube (AD Aube, 4E03321), mort le 11 décembre 1893 à Paris 5e (AD Paris, V4E 8360) ; il était « professeur au lycée Saint-Louis et à l’école normale supérieure d’institutrices, officier de l’instruction publique » (AD Aube, 4E03346, acte de décès de son oncle du 7 avril 1885).

11 Jouin 1895, lettre no XXXVI, p. 54-55.

12 [La Fizelière] 1865.

13 Louis Jean Marie Conil

Lacoste, né le 20 juillet 1773 à Castelnaudary (AD Aude, 100NUM/5E/76/54), mort le 21 juillet 1850 à Paris 11e (AD Paris, V3E/D 324).

14 Gabet 1831, p. 385 ; Beraldi 1889, t. VIII, p. 289 (les notices sont au nom de Lacoste).

15 « Préface » de Mme C. dans Vente Lemaître… 1871, p. iii-vi, nos 684-685 (ouvrages de Guillaumot) ; Beraldi 1889, t. IX, p. 114-115.

16 Paris, école nationale supérieure des beaux-arts, inv. MU 11993 ; Explication des ouvrages... 1845, p. 279, no 2264 ; 1852, p. 246.

17 Didron, Duval et Lassus 1842-1856.

18 Explication des ouvrages… 1857, p. lviii.

19 Adhémar, Lethève et Gardey 1958, t. X, p. 25 et 31-35. Bressani 2014, p. 253 et notes 74 et 75.

20 Au cours de cette période, les livrets publiés à l’occasion de chaque salon sont invariablement intitulés : Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure et lithographie des artistes vivants ; ils comportent, à partir de 1852, la liste des récompenses du salon précédent, puis à partir de 1869, un répertoire des artistes récompensés lors des précédents salons. Il fut annuel sauf entre 1850 et 1863, et n’eut pas lieu en 1871. Auguste Guillaumot ne manqua que huit salons (1843, 1844, 1846, 1848, 1853, 1872, 1873 et 1875).

21 Explication des ouvrages... 1861, p. 527, nos 4064-4067 ; 1863, p. xvii et 392, nos 2878-2880 ; 1864, p. xxi et 523, nos 3016-3017 ; 1865, p. lxi.

22 Darcel 1864, p. 93.

23 Explication des ouvrages... 1887, p. 393, no 4750 ; 1888, p. xviii.

24 Explication des ouvrages... 1857, p. 453, no 3449.

25 Guillaumot 1857, prospectus, 1re et 2e livraisons.

26 Laÿ J. et Laÿ M. à paraître. Je remercie les auteurs de m’avoir transmis leur manuscrit inédit.

27 Vente suite au décès de M. Aug. Guillaumot… 1892, p. 4.

28 Ibid.

29 Il s’agit des petites gravures insérées dans le texte.

30 Bibliothèque nationale de France, Tolbiac, LK7-6420. Catalogue de l’histoire de France 1863, p. 475, no 6420 : « Prospectus et 1re livraison. C’est tout ce qui a paru ».

31 Guillaumot 1857, p. 7.

32 Chopin 2015, p. 66.

33 Il s’agit probablement de la « Porte sur la route de Versailles » publiée dans les Promenades artistiques de 1857 (pl. 8), puis dans l’album du Château de Marly-le-Roi en 1865 (pl. 8) ; Explication des ouvrages... 1864, p. 523, no 3016.

34 Explication des ouvrages... 1865, p. 457-458, nos 3328 et 3329 (il s’agit d’une vue du bâtiment de la Perspective peint par Jacques Rousseau).

35 Explication des ouvrages... 1887, p. 393, no 4750.

36 Sauf en 1869 où son adresse est donnée à Marly-le-Roi et à Paris, chez l’éditeur A. Morel ; Explication des ouvrages... 1869, p. 582.

37 ADY, 3E24-323.

38 Explication des ouvrages... 1870, p. 469.

39 ADY, 9M677-1 (recensements de la population de Marly-le-Roi en 1872, 1876) ; Explication des ouvrages... 1874, p. 328 ; 1878, p. 268.

40 ADY, 9M677-1 et -2 (recensements de la population de Marly-le-Roi en 1881, 1886, 1891) ; Explication des ouvrages... 1879, p. 322.

41 Convoi du 25 janvier 1892 (Versailles, Archives historiques de l’évêché, registre de la paroisse de Marly-le-Roi).

42 ADY, 3E24-438, acte de notoriété d’Auguste Guillaumot.

43 Marie demeura quelque temps dans la maison du 14, rue Madame, puis habita 15, rue des Vaux (actuelle rue Pierre-Bourdan) jusque vers 1910.

44 Vente suite au décès de M. Aug. Guillaumot… 1892, p. 7-16.

45 Ibid., lots nos 45-47.

46 Sardou 1867, p. 1463.

47 Eudore Soulié, « Le château de Marly-le-Roy » (p. 5-45) et Victorien Sardou, « Décadence de Marly » (p. 46-70), dans Le château de Marly-le-Roy… [1885]. Eudore Soulié, conservateur du château de Versailles, étant décédé en 1876, c’est probablement Sardou, son gendre, qui fit paraître le livre. Le plan du parc (p. 68-69) est signé « Chez Guillaumot P[ère] à Marly, 14 rue Madame », où il résida à partir de 1879. Le texte de Sardou reprend celui qu’il a publié en 1867, cité dans la note précédente.

48 Ce portrait a été publié dans la deuxième édition de l’ouvrage de son fils : Costumes du Directoire… 1875.

49 Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, Réserve, Ve-26 (G), dessin du portail daté de 1873. Il exposa au Salon de 1877 une aquarelle représentant l’Entrée de la propriété de M. Victorien Sardou ; Explication des ouvrages... 1877, p. 361, no 2809.

50 Voyage dans les départements de la France 1792, p. 21.

51 Villiers 1802, t. II, p. 46.

52 Donnet 1824, p. 420.

53 Lavergne 1845, p. 3-11, citation p. 10.

54 Pitre-Chevalier 1847, p. 332.

55 Charton 1848, p. 112.

56 L’art pour tous 1865 (reproduction de la pl. 12 de l’album).

57 « Bibliographie des ouvrages… », 1865, p. 577.

58 Ce qui entraîne souvent une erreur de datation pour cette deuxième édition dans les catalogues.

59 La bibliothèque des Arts décoratifs (Paris) conserve un exemplaire de cette édition, inv. A69, qui contient également dix planches représentant le roi Louis XIV et des personnages de la cour, gravées par Auguste Guillaumot d’après Antoine Trouvain, Henri Bonnart, Jean Dieu de Saint-Jean ou Bernard Picart.

60 Curieusement, la pl. 3A/no 6 porte un renvoi à la pl. 5 en utilisant l’ancienne numérotation, c’est-à-dire désormais la pl. 9.

61 Explication des ouvrages... 1874, p. 551, no 3471.

62 Plan des ruines du Pavillon royal, 1864, sans signature ; anciennes collections Pierre Sardou puis Paul Leroux, Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes.

63 Heitzmann 2013.

64 Sardou 1867, p. 1463.

65 Bentz 1992.

66 Guillaumot 1866, pl. 1-5. La page de titre indique, en complément du nom de l’auteur : « Dessinateur et graveur, auteur de la monographie du château de Marly-le-Roi ».

67 Explication des ouvrages... 1867, p. 375, no 2624.

68 Lettre de Marie Guillaumot à Maurice Hanotte, 4 décembre 1933 ; ADY, 3F37, liasse 12.

69 Plan du parc de Marly vers l’emplacement du château, avec le motif de sept carreaux, dessin annoté par Marie Guillaumot, vers nov. 1933 ; ADY, 3F37, liasse 12.

70 Guillaumot ne dessine pas de carreau dans sa Fontaine d’Amphitrite à l’ouest ; Guillaumot 1876, pl. 7C/no 15.

71 Il y avait aussi une frise de carreaux sur la margelle, et une autre frise au bas de la paroi.

72 Auguste-Étienne exposa au Salon de 1864 ; Explication des ouvrages... 1864, p. 523, no 3018.

73 Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, inv. MPML-VM 1008. Il est possible que cette aquarelle date de 1890, voir infra, note 90.

74 Plan du parc de Marly... ; lettre de Marie Guillaumot à Maurice Hanotte, s. d. [déc. 1933] ; ADY, 3F37, liasse 12

75 Sardou 1867, p. 1466.

76 Soulié 1885, p. 34 ; Bentz 2006.

77 Explication des ouvrages... 1878, p. 268, no 3080. Il s’agit probablement de l’aquarelle, signée et datée de 1876, passée récemment en vente : Joron-Derem, Paris, 8 nov. 2006, lot no 30 ; Aguttes, Neuilly-sur-Seine et 21 juin 2011, lot no 24.

78 Piton 1894, p. 11 et 80-83.

79 Narjoux 1902.

80 Piton 1904.

81 Commission départementale des sites de Seine-et-Oise, 11 mai 1907.

82 Mellerio 1926, p. 22-23.

83 Heitzmann 2013.

84 Magne 1934.

85 Maroteaux 2013 : « Auguste-Alexandre Guillaumot, sous le Second Empire, tenta de faire revivre par la gravure la résidence disparue. ».

86 Denis 1973, p. 10.

87 Denis 1982, p. 62, no 127.

88 Chopin 2015, p. 65-68.

89 Beraldi 1889, t. VIII, p. 9-10, citation p. 9. La lettre manuscrite de Guillaumot à Beraldi, datée du 8 juin 1887, est insérée dans l’exemplaire conservé par la Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, Réserve, B-YC-34 (A), p. 10-11.

90 Explication des ouvrages... 1890, p. 377, no 4758 ; AN, F21-2173, dossier « Guillaumot » : lettre d’Auguste Guillaumot à Léon Bourgeois, ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, 30 juillet 1890.

91 AN, F21-2173, dossier « Guillaumot » : minute de la lettre du directeur des Beaux-Arts à Auguste Guillaumot, 14 novembre 1890. Voir supra, note 73 et fig. 12.

92 Paris, Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, Est. 4990 et 4991 ; ces estampes ont été données le 10 novembre 1893 par le ministère des Beaux-Arts. Il s’agit probablement des tirages adressés par Guillaumot en octobre 1891 ; AN, F21-2173, dossier « Guillaumot » : lettre d’Auguste Guillaumot à Henry Havard, inspecteur des Beaux-Arts, et au directeur des Beaux-Arts, 18 octobre 1891. L’aquarelle représentant la Vue du Grand Salon n’est pas localisée actuellement ; elle figurait en première place dans la vente de 1892 : Vente suite au décès de M. Aug. Guillaumot… 1892, p. 7, no 1.

93 AN, F21-2173, dossier « Guillaumot » : lettres d’Auguste Guillaumot à Henry Havard, inspecteur des Beaux-Arts, et au directeur des Beaux-Arts, 18 octobre 1891 et 3 décembre 1891 ; arrêtés du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, 8 février 1892 (acquisition) et 31 mars 1892 (paiement).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Arbre généalogique simplifié de la famille d’Auguste Guillaumot.
Crédits Schéma : © Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13275/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 2 : Auguste Guillaumot, Abreuvoir, gravure exposée au Salon de 1857. Collection particulière.
Crédits Photo : © Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13275/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Fig. 3 : Auguste Guillaumot, Porte du parc de Marly-le-Roy, gravure exposée au Salon de 1864. Collection particulière.
Crédits Photo : © Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13275/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Fig. 4 : Plan de localisation des domiciles d’Auguste Guillaumot, de sa famille et de ses amis à Marly-le-Roi. Fond de plan : carte d’état-major, vers 1850.
Crédits Schéma : Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13275/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Fig. 5 : Auguste Guillaumot, Plan des ruines du Pavillon royal (détail), dessin, 1864. Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, don Paul Leroux, inv. 2014.2.66.
Crédits Photo : © Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13275/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Fig. 6 : Auguste Guillaumot, plan des jardins de Marly, avec l’emplacement des carreaux de faïence trouvés dans les bassins des carpes, gravure et dessin au crayon, tirage d’atelier de la pl. 14 de Château de Marly-le-Roi, construit en 1676, détruit en 1698, dessiné et gravé d’après les documents puisés à la Bibliothèque impériale et aux archives, avec texte, Paris, A. Morel Cie éditeurs.
Crédits Photo : © Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13275/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Titre Fig. 7 : Auguste Guillaumot, carreaux de faïence provenant des bassins de Marly, planches gravées en couleur, publiées dans Auguste-Alexandre Guillaumot, L’art appliqué à l’industrie : fragments variés et inédits d’architecture, sculpture, ferronnerie, céramique, etc., etc., Paris, Noblet et Baudry, 1866, pl. 1-5, et exposées au Salon de 1867.
Crédits Photo : © Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13275/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 8 : Marie Guillaumot, Plan du parc de Marly vers l’emplacement du château, avec le motif de sept carreaux, dessin, vers nov. 1933. Archives départementales des Yvelines, 3F37, liasse 12.
Crédits Photo : © Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13275/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Titre Fig. 9 : Auguste Guillaumot, L’Appartement vert du couchant, dessin au crayon, étude préparatoire. Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, donation du Vieux Marly, inv. VM 432.
Crédits Photo : © Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13275/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig. 10 : Auguste Guillaumot, L’Appartement vert du couchant, dessin aquarellé. Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, don Paul Leroux, inv. 2014.2.12.
Crédits Photo : © Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13275/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Fig. 11 : Auguste Guillaumot, Le bassin d’Apollon. Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, don des Amis du Musée-Promenade, inv. 2014.2.12.
Crédits Photo : © Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13275/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 12 : Auguste Guillaumot, Chambre de Madame de Maintenon au château de Marly, aquarelle. Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, donation du Vieux Marly, donation du Vieux Marly, inv. VM 1008.
Crédits Photo : © Musée-Promenade / Géraldine Chopin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13275/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Fig. 13 : Camille Piton, Portrait d’Auguste Guillaumot, gravure, dans Camille Piton, Marly-le-Roi, Paris, L. Cerf, 1894, p. 11 et 82. Collection particulière.
Crédits Photo : © Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13275/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 14 : Auguste Guillaumot, Vue du Grand Salon du château de Marly, gravure. Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, Est. 4990.
Crédits Photo : © Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13275/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Titre Fig. 15 : Auguste Guillaumot, Vue de la salle de Billard du château de Marly, gravure. Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, Est. 4991.
Crédits Photo : © Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13275/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Fig. 16 : Auguste Guillaumot, Vue de la salle de Billard du château de Marly, aquarelle. Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes, donation du Vieux Marly, inv. VM 1049.
Crédits Photo : © Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13275/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 685k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Bentz, « Auguste Guillaumot et la redécouverte du château de Marly », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 16 octobre 2015, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/13275 ; DOI : 10.4000/crcv.13275

Haut de page

Auteur

Bruno Bentz

Docteur en archéologie. Membre du Centre d’archéologie générale de l’université Paris-Sorbonne – Paris IV. Contact : brunobentz@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org