Navigation – Plan du site

Nicolas Regnesson : fondateur d’un réseau parisien de graveurs rémois

Nicolas Regnesson: founder of a Parisian network of engravers from Reims
Maxime Préaud

Résumés

Né à Reims vers 1616, mort à Paris à la fin de 1670, Nicolas Regnesson est surtout connu comme le beau-frère et l’initiateur de l’illustre Robert Nanteuil, comme lui Rémois ; accessoirement comme le beau-père de Gérard Edelinck. Le présent article rend compte de sa carrière, en utilisant les informations fournies par Mariette amendées par un certain nombre de documents plus récents. L’œuvre personnel de Regnesson est relativement peu important - une centaine de pièces –, mais il a aussi une activité éditoriale, publiant notamment un bon nombre d’almanachs muraux, pour lesquels il fait aussi travailler son compatriote Jean Collin.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Un paumier fabrique des esteufs pour jouer à la paume, ainsi que des raquettes.
  • 2 Paris, Bibliothèque nationale de France, cabinet des Estampes et de la photographie (ci-après BNF, (...)
  • 3 Herluison 1868. Notre Regnesson ne figure pas dans la liste qui y est dressée des Champenois de mér (...)
  • 4 Ganière ou Gagnière, Gaignière, graveur au burin et éditeur d’estampes français, né vers 1615 (ce q (...)

1Nicolas Regnesson (fig. 1) est le fils d’un maître paumier1 de Reims, Martin Regnesson, et de Simone Hardy. Pierre-Jean Mariette le fait naître vers 16162, date vraisemblable. Venu assez tôt à Paris, sans doute avec l’espoir de faire mentir le proverbe selon lequel « quatre-vingt-dix-neuf moutons et un Champenois font cent bêtes3 », le jeune homme s’engage comme apprenti, ou plus exactement s’oblige auprès du graveur et marchand d’estampes Jean Ganière4 pour trois ans à partir du 25 août 1637 :

  • 5 La friperie est un beau métier, on le sait fort bien au quartier Latin, où elle a remplacé la plupa (...)

Fut present en sa personne Nicollas Regnesson, fils de Martin Regnesson, maistre paulmier demeurant à Rheims, rue de la Perriere, parroisse Saint Simphorien, aiant le consentement de faire et passer ces presentes par lettre missive à luy escrite par sond. pere de lad. ville de Rheims le dix neuf du present [mois d’] aoust, qui a esté paraphée ne varietur par luy et autres presens cy apres nommez et [les] notaires soussignez fait attacher à la presente minutte pour y avoir recours si besoing estoit, et en la presence de Henry Hardy, maistre tailleur d’habitz à Paris y demeurant rue Gallande, parroisse Saint Severin, son cousin yssu de germain maternel, qui a promis faire ratifier cesd. presentes par led. Regnesson père toutesfois et quantes […]. Led. Nicollas Regnesson, de l’autorité […] que dessus, a promis et s’est obligé envers Jehan Gagnier, graveur en taille douce et marchand imagier, demeurant en la rue Saint Jacques chez le sieur Roulet, marchand fripier, parroisse Saint Severin5, à ce present et acceptant, de le servir à sond. estat et marchandise et apprendre le mestier à son pouvoir pendant trois années suivantes à compter de ce jour d’huy, pendant lequel temps led. Gagniere luy fournira de boire, manger, feu, lit, logis […] et luy fera blanchir son linge seullement et l’entretiendra d’habiz, chaussures et linge honnestement selon sa condition […]. Led. apprenty promet aider et servir sond. maistre fidellement en sond. estat et marchandise et tout ce dont il se mesle et entremet en toutes ses affaires, sans qu’il puisse servir ailleurs […]. Et ont signé :

  • 6 Paris, Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris (ci-après MC), CX-88.

H. Hardy, Gagniere, Nicolas Regnesson. [Notaires :] Huart, Lemoyne6.

  • 7 Meyer 1995 ; Adamczak 2011.
  • 8 La lettre est insérée dans le contrat d’apprentissage ; j’ai eu la chance de pouvoir la lire avant (...)

2On notera qu’il n’est pas question d’argent, peut-être parce que Ganière espère tirer profit du talent de Nicolas, que l’on peut supposer savoir déjà un peu dessiner et graver. Audrey Adamczak suggère, après Véronique Meyer, que le seul graveur qui, à Reims, aurait pu lui enseigner les rudiments du burin est Edme Moreau7. Comme il est précisé dans le contrat, l’acte est accompagné d’une lettre de Martin Regnesson à son fils, datée du 19 août 16378 :

Nicolas a ce que j’entend vous avez cy devant veu comme je vous deffendois de vous obliger pour quatre ans ny pour moings sans mon consentement mais a present puis que je vois que vous desiré demeurer a Paris au logis ou vous est maintenant je vous donne pouvoir de vous louer pour trois ans et entend que vous rendiez bon et loyal service au maistre quy promettra vous apprendre l’art de graver sur cuivre tailles doulces et pour en imprimer touttes sortes de stampes ou figures en papier. Mais ne vous obliger pour davantaige d’annees sinon revenez a Reyms et en cas qu’on vous prenne pour ce temps la presente servira pour consentir de ma part a ce que dessus. Vous ne manqueré aussy tost la presente receu de m’escrire sy vous demeureré a Paris ou non et en attendant je prie Dieu qu’il vous conserve en ses saintes graces comme doibt le faire celuy qui est vostre pere,

Regnesson.

3Cette lettre implique que Nicolas est à cette date encore mineur, c’est-à-dire âgé de moins de 25 ans, et qu’il ne peut s’engager à rien sans l’autorisation paternelle.

  • 9 Courboin (Petitjean et Wickert 1925, p. 13), qui ne cite pas sa source, précise que le contrat fut (...)
  • 10 Petitjean et Wickert 1925, no 226 : Sainte Catherine d’Alexandrie présente la Philosophie au Christ (...)

4Ses trois ans accomplis, soit en principe le 25 août 1640, il est probable que Nicolas retourne à Reims. Sans doute y ouvre-t-il un atelier, puisque la tradition veut que son concitoyen Robert Nanteuil se soit formé chez lui. Les deux jeunes gens se sont en tout cas fréquentés suffisamment pour que Nanteuil épouse la sœur de son ami, Jeanne Regnesson, en mars 1646, à Reims9. Ils ont même collaboré à une planche burinée pour une thèse rémoise10 avant de venir s’installer à Paris. Aux yeux de la postérité, c’est là le titre de gloire de Nicolas Regnesson, qui n’est généralement cité dans les histoires de l’estampe qu’en qualité de beau-frère de Robert Nanteuil.

Fig. 1 : Nicolas Regnesson, Autoportrait, premier état, s. d., burin. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, N2.

Fig. 1 : Nicolas Regnesson, Autoportrait, premier état, s. d., burin. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, N2.

© Bibliothèque nationale de France

Fig. 2 : Regnesson, La Bataille de Lerida, 1642, eau-forte et burin. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, coll. Hennin, 3151.

Fig. 2 : Regnesson, La Bataille de Lerida, 1642, eau-forte et burin. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, coll. Hennin, 3151.

© Bibliothèque nationale de France

  • 11 BNF, Est., coll. Hennin, 3151 et Qb 1- 1642 ; Rocheron 1984, no 62.

5Nicolas publie à Reims une estampe à propos de la bataille de Lerida, remportée le 7 octobre 1642 par le futur maréchal de La Mothe-Houdancourt11 (fig. 2). On ne sait s’il s’agit d’une commande ou d’une initiative personnelle ; La Mothe-Houdancourt n’ayant apparemment aucun lien avec Reims, on peut penser que Regnesson envisage déjà de se lancer dans la gravure d’histoire. Gravée à l’eau-forte rehaussée de burin, cette pièce s’inspire de la manière de Nicolas Cochin, sans lui rendre hommage car les cartouches sont bien mal mordus. Elle porte l’inscription : « faict à Reims par NRegnesson », ce qui laisse entendre qu’il se trouvait encore en Champagne à la fin de cette année 1642.

  • 12 Rocheron 1984, no 6 ; BNF, Est., Pc 3, p. 87, anc. coll. Marolles.
  • 13 Rocheron 1984, no 54. Grande pièce (447 × 318 mm). Selon Mariette : « Saint Benoît montrant une têt (...)
  • 14 Léonor d’Estampes est né à Valençay le 6 février 1589 et mort à Paris le 8 avril 1651 ; nommé arche (...)
  • 15 Rocheron 1984, no 25. L’estampe mesure 277 × 370 cm. BNF, Est., Ed 54 (anc. Rd mat. 2 Ignace Mf. H  (...)
  • 16 « N. Regnesson deli. et fecit Remis ».

6D’autres estampes sont liées encore à sa ville natale, et il y a lieu de croire qu’elles y ont été gravées, ou du moins commanditées. Ainsi Les écoliers de l’université de Reims honorent la Sainte Vierge conçue sans péché, d’après le peintre rémois Nicolas Harmant, « faict par N. Regnesson qui les vend à Reims12 », Les plus sages y sont trompés, « Inuenté par NHarman Graué par NRegnesson Quy les vend à Reims13 » ou la thèse dédiée à Léonor d’Estampes de Valençay, archevêque de Reims14. Ou encore ce burin représentant Saint Ignace et saint François-Xavier adorant le nom de Jésus, « desseigné et gravé par N. Regnesson a Reims 164315 ». C’est encore à Reims que Regnesson grave le portrait de Charles Faure16. Je parlerai plus loin de l’image pour la confrérie de Sainte-Hélène.

  • 17 « N. Regnesson delin. et sculp. » Sert de frontispice à la publication posthume de ses Coutumes de (...)
  • 18 Rocheron 1984, no 40 ; BNF, Est., N2.
  • 19 BNF, Est., N2.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid.
  • 22 Ibid.

7Il convient d’ajouter à cette liste d’autres portraits, tels que ceux de Jean-Baptiste de Buridan, « docteur et professeur ordinaire es droicts en l’université de Reims17 », d’Antoine Frémin, lieutenant des habitants de Reims en 1615-161618 ; de Pierre Gargant, intendant des Finances19 ; d’Eustache de La Salle, lieutenant des habitants de Reims en 1607-160920 ; de Charles de Maupas du Tour, dont le fils fut abbé de Saint-Denis de Reims21, et de Daniel Voysin, intendant de Champagne22 (fig. 3).

Fig. 3 : Nicolas Regnesson d’après Philippe de Champaigne, Daniel Voysin, xviie siècle, estampe, 33,3 × 26,8 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV.LP 45.43.1.

Fig. 3 : Nicolas Regnesson d’après Philippe de Champaigne, Daniel Voysin, xviie siècle, estampe, 33,3 × 26,8 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV.LP 45.43.1.

© Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / image château de Versailles

  • 23 Il signe en 1651 avec Nanteuil et bon nombre de ses confrères la convention contre les projets de m (...)
  • 24 Lochon est natif de Paris. Mais après son passage chez Ganière, on peut penser qu’il a travaillé un (...)
  • 25 Pierre Landry et Nicolas Bonnart sont tous deux parisiens d’origine.
  • 26 Graveur en taille-douce, éditeur et marchand d’estampes français, fils de Pierre Ier Firens et de C (...)
  • 27 Graveur et surtout éditeur et marchand d’estampes français, né à Paris entre 1620 et 1623, fils de (...)
  • 28 Actes d’état civil d’artistes… 1873, p. 375.
  • 29 Préaud et al. 1987 ; Allgemeines Künstlerlexikon.

8Cependant, Regnesson est bien introduit dans le milieu des graveurs et des marchands d’estampes parisiens23, qu’il continue de fréquenter, sans doute depuis son passage chez Ganière, dont plusieurs apprentis atteindront une certaine célébrité dans le petit monde de l’estampe : ainsi René Lochon en 163824, Pierre Landry en 1648, Nicolas Bonnart en 165525. Ganière est, en compagnie de Nanteuil, de Gaspard Firens26 et de Claude Isaac27, témoin au mariage de Nicolas à Saint-Séverin le 27 juin 164928. Nicolas épouse Marguerite, fille de Jaspar Isaac, graveur et marchand de tailles-douces d’origine flamande29, le contrat datant du 20 juin :

Furent presens en leurs personnes Nicolas Regnesson, graveur en taille douce demeurant à Paris, place Maubert, parroisse Saint Estienne du Mont, majeur comme il a dit, fils de honorable homme Martin Regnesson, bourgeois de la ville de Rheims, et de Simone Hardy sa femme, d’une part, et honorable homme Jaspar Ysaac, graveur et marchand de taille douce à Paris, y demeurant rue Saint Jacques parroisse Saint Severin, tant en son nom que stipulant en cette partie pour Marguerite Ysaac sa fille et de deffunte Barbe Nyobert jadis sa femme, lad. Marguerite Ysaac presente et de son consentement d’autre part.

  • 30 La procuration à Nanteuil est passée devant les notaires rémois Rogier et Bretaigne une quinzaine d (...)
  • 31 Né en 1595, mort en 1656, ce gentilhomme était un savant numismate, auteur de Commentaires historiq (...)

Lesquelles parties, en la presence, par l’advis et assistance scavoir, de la part dud. Nicolas Regnesson, de honorable homme Robert Nantheuil, aussy graveur en taille douce à Paris, son beau frere à cause de Jeanne Regnesson sa femme, demeurant sur le quay des Augustins, parroisse Saint André des Arts, et encore au nom et comme procureur du sieur Martin Regnesson et Simone Hardy, père et mere dud. Nicolas Regnesson30 […], de lad. Jeanne Regnesson femme dud. Nantheuil, de Henry Hardy, tailleur d’habits, cousin maternel, Jean de Tristan, escuyer, sieur de Saint Amant et du Puy d’Amour31, Jean Ganiere, graveur et marchand de taille douce, maistre d’apprentissage dud. futur espoux, amys.

Et de la part des sieur Jaspar Ysaac et sad. fille, de Marthe Nyobert, veuve du feu sieur Laurent Mouton, vivant bourgeois de Paris, tante maternelle […], de Claude Ysaac, aussy graveur en taille douce, frere de lad. future espouse, du sieur Pierre Rigault, marchand libraire à Lyon, à cause de Barbe Nyobert sa femme, cousine maternelle, Magdeleine Nyobert, aussy cousine maternelle, veuve de feu Jacques Clément, sieur du Plessis, sieur François Morel, allyé, maistre d’hostel de Monsieur Larcher, president de la Chambre des comptes à Paris, honorable homme Estienne Roullet, juré mesureur au grenier à sel de cette ville de Paris, amys, […] et du sieur Gaspard Firens, aussy graveur en taille douce à Paris, amy commun des parties.

  • 32 Actes d’état civil d’artistes… 1873. Échange de bons procédés : Nicolas est le parrain, au nom de L (...)
  • 33 Préaud et al. 1987. Nanteuil est d’ailleurs témoin au mariage célébré le 22 novembre à Saint-Séveri (...)
  • 34 Préaud et al. 1987 (art. J. II Leblond).
  • 35 Actes d’état civil d’artistes… 1873.
  • 36 Anvers, 20 octobre 1640 – Paris, 2 avril 1707.
  • 37 Actes d’état civil d’artistes… 1873.

9De cette union naissent au moins deux filles. Jeanne est baptisée le 13 octobre 1651 ; elle a pour parrain son grand-père Jaspar Isaac et pour marraine sa tante Jeanne Regnesson, épouse de Nanteuil32 ; elle épousera le 22 novembre 1667 le peintre Jean II Leblond, de l’Académie royale de peinture et sculpture, héritier du fonds de planches et d’estampes de son oncle Jean Ier Leblond, chez qui Nanteuil a publié vers 1649 le portrait du duc de Beaufort d’après Nocret33 ; elle mourra le 9 décembre 166834. Quant à Madeleine, baptisée le 22 juillet 1653 par sa tante Madeleine Neobert et par son grand-père Martin Regnesson, alors qualifié de bourgeois de Paris et d’huissier audiencier à Reims 35, elle épousera le 1er mai 1672 le graveur Gérard Edelinck36, disciple et successeur de Nanteuil, en présence de Philippe de Champaigne et de Charles Le Brun ; elle mourra le 29 janvier 168637.

  • 38 Fichier Laborde.
  • 39 Selon Herluison (Actes d’état civil d’artistes… 1873, p. 376), peut-être à la suite d’une mauvaise (...)
  • 40 Actes d’état civil d’artistes… 1873, p. 376.

10En août 1650, Nicolas est parrain d’un fils de François Pilton38. Nicolas Regnesson serait mort le 14 octobre 167039 ; son épouse Marguerite Isaac lui survit jusqu’au 18 juin 1672, tandis que son père Martin résiste jusqu’au 13 juin 168140.

  • 41 MC, CIX-188, 21 déc. 1649.
  • 42 Ibid., CIX-194.
  • 43 Ibid., CIX-206, 209, 214, 228.

11Regnesson reprend le bail de la maison du Chameau, rue Saint-Jacques, devant l’hôtel du Lion ferré, venu à terme à la Saint-Remi (1er octobre) de 1649, moyennant 400 livres par an41. Il y habite déjà avec ses beaux-parents et probablement son père, à moins que celui-ci ne vienne les rejoindre qu’à la fin de 1652. En effet, Nicolas et Martin Regnesson, qui, peut-être devenu veuf, était venu vivre avec lui (et qui est alors qualifié de bourgeois de Paris), transportent le 30 septembre 1652 à Guillaume Allard et sa femme le bail d’une maison située dans le quartier Saint-Victor42. Nicolas fait renouveler régulièrement le bail de la maison du Chameau, qui deviendra le Séraphin : le 14 mai 1659, le 6 juillet 1660, le 1er mai 1663, le 15 juillet 166643.

  • 44 Ibid., CXXI-16. Sur Edme Moreau, voir Meyer 1995.
  • 45 Ibid., CIX-191. Sur Blanchin, voir Préaud 1990.
  • 46 MC, CIX-192. J’avais cru un moment que ce pouvait être le fils du peintre rémois Jean Hélart (1618- (...)
  • 47 MC, CIX-205.
  • 48 Ibid., CIX-206. Probablement apparenté au génial Jakob Christoph Le Blon, inventeur de la trichromi (...)

12Le 5 octobre 1649, Regnesson prend en apprentissage Jean Moreau, fils du graveur rémois Edme Moreau44, âgé de 17 ans, pour un an, moyennant la somme élevée de 450 livres. Le 16 mars 1651, c’est pour six ans et moyennant trois cents livres qu’il prend en apprentissage Jean II Blanchin, fils du graveur Jean Blanchin et filleul de sa femme Marguerite Isaac45. Le 3 septembre de la même année, il prend en apprentissage Thomas Hécart, âgé de 19 ans, moyennant 400 livres46. Le 21 octobre 1658, il prend en apprentissage pour 6 ans Jean-Baptiste Auvilles, fils d’un bourgeois de Paris, âgé de 13 ans, moyennant 300 livres47. Enfin, c’est Christophe Le Blon, fils d’un libraire et graveur de Francfort-sur-le-Main également nommé Christophe Le Blon, qu’il reçoit dans son atelier pendant un an à partir du 24 mai 165948.

  • 49 Mariette 1996-2003, t. III, p. 161-162 ; j’ai modernisé ici l’orthographe de la transcription par P (...)

13Dans la collection qu’ils ont rassemblée pour le roi du Portugal Jean V, les Mariette ont groupé dans un même volume les œuvres de Nicolas Regnesson et celles de Pierre Lombart49, association selon eux stylistiquement justifiée :

  • 50 Sur Lombart, voir Préaud et Rapacciuolo 2014.
  • 51 C’est le côté romanesque de Pierre-Jean Mariette…
  • 52 C’est moi qui souligne.

Les deux graveurs dont on a rassemblé les ouvrages dans ce volume se sont principalement appliqués à rechercher tout ce qui pouvait contribuer à rendre leur gravure agréable ; et comme la sécheresse est presque inséparable de la touche prononcée avec art, et qu’une espèce de dureté qui déplaît y est attachée, ils ont mieux aimé dessiner avec un peu moins de goût, et plaire davantage. Leur travail est extrêmement fondu, une couleur douce et harmonieuse règne dans tout ce qu’ils ont fait, peu de graveurs ayant su arranger leurs tailles avec autant d’égalité, et le passage des ombres aux lumières est ménagé dans leurs estampes avec tant de conduite qu’il y a peu d’ouvrages de cette espèce qui se fassent regarder avec autant de satisfaction. Pierre Lombart surtout s’est acquis une grande réputation50 […]. Nicolas Regnesson travaillait dans le même temps que lui à Paris. Étant encore à Reims, sa patrie, Nanteuil, qui le fréquentait, prit du goût pour la gravure, et on lui a l’obligation de lui en avoir donné les premiers enseignements et d’avoir contribué à former un homme si excellent. Il vint par la suite demeurer à Paris, appelé par Nanteuil qui était devenu son beau-frère et qui, y étant établi avantageusement, était bien aise de partager avec ses parents les avantages de sa fortune51. Regnesson s’y fit estimer en menant une vie très pure52.

  • 53 MC, LXXIII-467, « 10 avril 1666. Jean Bellavoine, Florent Prunelle et Nicolas Regnesson, tous march (...)

14Voilà une dernière phrase énigmatique. Peut-être à mettre en relation avec le fait qu’il était un des administrateurs de la Confrérie de l’Assomption (ou de la Conception) Notre-Dame à l’église de sa paroisse53.

15On trouve également dans les « Notes manuscrites » de Mariette, écrits de la propre main de Pierre-Jean, emplis de contradictions et compliqués de quelques erreurs, ces « Mémoires pour la vie de Nicolas Regnesson de Reims en Champagne, né à Reims en ── Mort à Paris en 1671, âgé d’environ 55 ans » :

  • 54 La pièce pour les bénédictins (voir supra note 13) ne porte pas de date. Mariette pense peut-être à (...)
  • 55 « Notes manuscrites », t. IV, fo 310. J’en ai modernisé l’orthographe.

L’on ne sait pas bien précisément en quel temps Regnesson a commencé à graver, ni qui lui a servi de maître [En marge : Il était le fils d’un paumier]. Ses premiers ouvrages de gravure ayant été faits à Reims et n’ayant rien de considérable qui dût les faire rechercher, il n’est pas étonnant qu’on en ait si peu de connaissance. Il est pourtant certain que dès l’année 1645 il était établi à Reims et qu’il y exerçait la gravure. Une pièce gravée pour les bénédictins de Reims, où il a mis son nom et cette date, en peut servir de preuve54. Il paraît par cette pièce et par tout ce que Regnesson a fait depuis qu’il avait plus cultivé la pratique de la gravure que celle du dessin. Apparemment faute d’occasion, car il n’est que trop ordinaire de rencontrer dans les provinces des peintres médiocres, et l’on ne peut espérer de se former un bon goût de dessin qu’en fréquentant de bonnes écoles. Cette mauvaise éducation influa malheureusement sur tout ce que Regnesson grava depuis55.

  • 56 Rocheron 1984, no 21 ; BNF, Est., Da 22, p. 25.

Ajoutez que, si l’on excepte le sujet de la Pentecôte d’après Blanchard56, il eut encore le malheur de ne rien graver d’après de bons maîtres ni d’entreprendre d’ouvrages considérables. De là vient qu’il n’y a guère que ses portraits dont on fasse quelque cas.

Regnesson n’avait pas, comme on l’a fait remarquer, un fort excellent goût de dessiner, mais il en savait assez pour dessiner juste une tête. C’était même un de ses talents de dessiner des portraits d’après nature à la pierre de mine sur du vélin, manière qui à son exemple a été aussi pratiquée par Nanteuil, et il lui est plusieurs fois arrivé d’en graver après les avoir dessinés. Il avait un très beau burin, et une patience merveilleuse dans son travail, toutes parties nécessaires et suffisantes pour faire un bon graveur de portraits. Le burin de Regnesson est fort moelleux et d’une couleur douce et fort agréable, mais il est sans goût et d’un froid extrême. Ses tailles sont d’une égalité merveilleuse, mais elles sont roides. [En marge : Il gravait carré.] Il n’y a aucune touche dans son travail, tout y est prononcé mollement et sans esprit, à cela près que le cuivre est coupé très librement, et l’on ne peut disconvenir que Regnesson ne soit un des meilleurs graveurs au burin.

Mais avec tout cela à peine le connaîtrait-on s’il n’avait pas eu le bonheur de servir de maître au célèbre Nanteuil qui, après avoir été son disciple, devint presque dans le même temps son beau-frère, Regnesson lui ayant fait épouser une de ses sœurs. Cet habile graveur avait étudié si scrupuleusement la manière de graver de Regnesson que ses premiers ouvrages sont tout à fait conformes à ceux que celui-ci faisait pour lors. Il avait coutume de pointiller les têtes de ses portraits, Nanteuil les pointillait aussi. Il en a fait quelques-uns où les chairs sont exprimées par une seule taille. Cette méthode aussi a été suivie par Nanteuil. Nanteuil a été assez longtemps un imitateur fidèle de Regnesson. C’est en marchant sur ses traces qu’il s’est rendu si habile dans la suite. On ne peut donc refuser à celui-ci la gloire d’avoir contribué à former un aussi grand homme. Ce fut sous ses yeux que Nanteuil grava la planche qui lui servit de thèse en 1645.

  • 57 Balzac 1648.
  • 58 Pourtant Regnesson fournit le frontispice (d’après François Chauveau) des Discours politiques des r (...)
  • 59 La pièce est gravée d’après François Chauveau et, quoi qu’en dise Mariette, elle est fort bien exéc (...)

Je n’ose déterminer l’année que Regnesson vint à Paris. [En marge : Il était lorsqu’il y vint aussi habile qu’il ait jamais été : il était trop borné pour pouvoir espérer d’aller plus loin.] Il y était en 1648 s’il est vrai que la satire intitulée Le Barbon par Balzac57 ait été imprimée dans cette année58. Le frontispice en est de Regnesson et l’une de ses meilleures pièces. Il l’a gravée à une taille dans la manière de Mellan, mais toujours sans art59 [fig. 4].

Sur ce pied Regnesson serait arrivé à Paris presque dans le même temps que Nanteuil son beau-frère, car les premiers portraits que celui-ci a gravés à Paris sont de l’année 1649 et l’on sait qu’il avait passé quelque temps auparavant à dessiner des portraits. Regnesson fixé à Paris, où il avait fait venir son père, se mit dans le commerce des estampes, il ouvrit une boutique dans la rue Saint-Jacques, et dès lors il ne pensa plus guère à graver entièrement des planches, si l’on en excepte quelques portraits et quelques autres morceaux ; il les faisait exécuter sous ses yeux, les retouchait, et ce n’était presque jamais des pièces fort fines. Je n’ai encore vu aucune pièce de Regnesson avec une date postérieure à 1670. C’est un portrait où il paraît qu’il voulait changer de manière, il en cherchait une plus empâtée et qui tînt de ce que Nanteuil faisait pour lors car, de même que celui-ci avait été imitateur de Regnesson, Regnesson était à son tour imitateur de Nanteuil qui avait pris le dessus. [En marge : Dans le recueil de portraits du prince Eugène, il y a celui de Nic. Regnesson dessiné et gravé par lui-même.].

  • 60 C’est moi qui souligne.

Regnesson mourut à Paris [En marge : Regnesson est mort sur la paroisse de S. Séverin et y est inhumé.] et y laissa un fonds de planches dont hérita Gérard Edelinck qui avait épousé la fille je pense unique de Regnesson en 1671, de sorte que Regnesson a eu l’avantage d’avoir pour beau-frère et pour gendre deux des plus habiles graveurs qui aient manié le burin60.

16La liste de Mariette qui suit ces commentaires décrit des estampes dont Regnesson est le buriniste, mais laisse de côté quasiment toute son activité éditoriale.

Fig. 4 : Nicolas Regnesson (gravure), François Chauveau (dessin), Le Barbon, vers 1648, gravure, burin, 16,5 × 11,8 cm. Nancy, musée des beaux-arts, TH.99.15.2423.

Fig. 4 : Nicolas Regnesson (gravure), François Chauveau (dessin), Le Barbon, vers 1648, gravure, burin, 16,5 × 11,8 cm. Nancy, musée des beaux-arts, TH.99.15.2423.

© Ville de Nancy / Patrice Buren

  • 61 Rocheron 1984.

17Un inventaire des pièces conservées à la Bibliothèque nationale a été tenté sous ma direction autrefois : il répertorie 105 numéros61. Malgré ses qualités, ce travail n’est pas absolument satisfaisant, à la relecture, car il y manque un certain nombre de pièces décrites par Mariette dans ses « Notes manuscrites », transcrivant les collections du prince Eugène à Vienne et du roi de Portugal Jean V à Lisbonne et dont on peut espérer retrouver une partie dans nos collections. En outre, mais cela est signifié dans le titre, ce catalogue ne tient guère plus que Mariette compte de l’activité éditoriale de Nicolas Regnesson.

  • 62 Champier 1886.
  • 63 Ibid., p. 87, qui ne cite pas sa source : « Almanach royal où dans l’ordre de l’histoire de France (...)
  • 64 Ibid. : « Le royal et magnifique preparatif du sacre et du couronnement du Roy en l’année de sa maj (...)
  • 65 Même si l’on ne doit pas totalement exclure que des almanachs produits pendant cette période aient (...)

18Cette activité paraît d’ailleurs se résumer essentiellement, outre quelques images de dévotion, à la publication régulière d’almanachs muraux. Le premier à être édité par Nicolas, si l’on en croit Victor Champier62, aurait été publié pour l’année 164563. Ainsi était-il sans doute installé à Paris dès 1644, car il est difficile d’imaginer qu’il ait disposé à Reims de tout ce qui est nécessaire à ce genre de publication. Le deuxième almanach publié par Regnesson qui nous soit conservé n’est paru qu’en 1651, toujours selon Champier64. La Fronde n’est peut-être pas étrangère à cette interruption de six ans65.

  • 66 BNF, Est., coll. Hennin, 3644, ft 5.
  • 67 Ibid., 3691 et Qb1-1654. L’almanach complet est au Louvre, coll. Edmond de Rothschild, 26752 LR.
  • 68 Ibid., 3745, ft 5.
  • 69 La France ressuscitée, d’après une composition de J. Lepautre, et La France habillée à la française(...)
  • 70 Les illustres étrennes (Louvre, Rothschild, 26760 LR).
  • 71 L’année de la paix et des félicités publiques. La seule épreuve connue est à la bibliothèque de l’I (...)
  • 72 BNF, Est., coll. Hennin, 4709, ft 5.
  • 73 Ibid., 4120, ft 5.
  • 74 Ibid., 4135, ft 5.
  • 75 Ibid., 4198, ft 5.
  • 76 Les magnifiques représentations faites au cardinal Chigi (Louvre, Rothschild, 26803 LR).
  • 77 BNF, Est., coll. Hennin, 4317, ft 5.
  • 78 Ibid., 4436, ft 5.
  • 79 Ibid., 4470, ft 5.
  • 80 Ibid., 4491, ft 5.
  • 81 Ibid., 4532, ft 5.
  • 82 Ibid., 4569, ft 5.
  • 83 Ibid., 4602, ft 5.

19Par la suite, la publication d’almanachs par Regnesson se fait plus régulière : 165266, 1655 (à partir de cette date, l’enseigne du Chameau devient celle du Séraphin)67, 165768. L’année 1659 est exceptionnelle dans la mesure où Regnesson participe à la publication de trois almanachs, dont deux en collaboration avec Nicolas de Poilly et Pierre II Mariette69, et un en collaboration avec le seul Nicolas de Poilly70. Suivent des almanachs publiés par Regnesson seul pour les années 166071, 166172, 166273, 166374, 166475, 166576, 166677, 166778, 166879,166980 et 167081. Les derniers almanachs sortis de son officine sont publiés par sa veuve en 167182 et 167283. C’est Gérard Edelinck qui reprendra la suite, à l’enseigne du Séraphin.

20Quel est le rôle exact de Regnesson dans la publication de ces almanachs ? Il en est évidemment l’éditeur. Il ne semble pas en être souvent le compositeur, puisqu’on voit qu’il fait appel au talent de Huret, de Bosse, de Jean Lepautre. Il est probable que la gravure en est au moins partiellement de sa main ou exécutée sous sa direction.

Fig. 5 : Nicolas Regnesson, Le Trosne royal de France, almanach de l’année 1662, estampe. Paris, Bibliothèque nationale de France, Res. QB-201 (171)-FT 5.

Fig. 5 : Nicolas Regnesson, Le Trosne royal de France, almanach de l’année 1662, estampe. Paris, Bibliothèque nationale de France, Res. QB-201 (171)-FT 5.

© Bibliothèque nationale de France

  • 84 Selon Mariette (« Notes manuscrites », t. I, fo 280) : « La France assise dans un throsne tenant en (...)
  • 85 Notamment dans les almanachs pour 1661 et 1663 ; il n’est pas non plus exclu que Collin ait après l (...)
  • 86 Sutaine 1860, cité par Roger-Armand Weigert (Inventaire du fonds français… 1939-1980, t. III, p. 90 (...)

21Cependant, certains almanachs ont une « couleur » particulière, comme celui pour 1662 intitulé « Le trône royal de la France », qui ne ressemble guère aux travaux habituels de Regnesson (fig. 5)84. Il me semble que dans cette circonstance et dans quelques autres85 on peut reconnaître la main d’un autre graveur rémois, dont les figures ont un canon qui tranche sur l’ordinaire et dont le burin gras et noir a quelque chose de spécial. Je pense à Jean Collin l’Ancien, dont on ne sait pas grand-chose sinon qu’il épousa vers 1653 une fille du graveur rémois Edme Moreau, dont il fut l’élève (le petit monde de l’estampe est une grande famille) (fig. 6 et 7)86.

Fig. 6 : Jean Collin d’après Philippe Lallemant, Claude Coquebert, s. d., burin, 39,6 × 30,9 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV.LP 44.55.1.

Fig. 6 : Jean Collin d’après Philippe Lallemant, Claude Coquebert, s. d., burin, 39,6 × 30,9 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV.LP 44.55.1.

© Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / image château de Versailles

Fig. 7 : Jean Collin d’après Philippe Lallemant, Claude Coquebert, détail des armoiries, s. d., burin, 39,6 × 30,9 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV.LP 44.55.1.

Fig. 7 : Jean Collin d’après Philippe Lallemant, Claude Coquebert, détail des armoiries, s. d., burin, 39,6 × 30,9 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV.LP 44.55.1.

© Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / image château de Versailles

  • 87 Cette date figure sur l’estampe à propos d’un miracle opéré par sainte Hélène à Épernay. Rocheron 1 (...)

22Il me semble que l’on doive également attribuer au moins en partie à Jean Collin la gravure de l’image rappelant que les reliques de sainte Hélène auraient momentanément été conservées à Hautvillers près d’Aÿ, publiée par Regnesson à Paris au Séraphin, en 1655 au plus tôt87.

  • 88 Voir ci-dessus la note 65.
  • 89 Brejon de Lavergnée 2014, voir p. 72-73, notice 31 (reproduction).
  • 90 Noter que plusieurs pièces rémoises de Regnesson portant l’excudit d’un certain « F. Le Febvre », q (...)

23Enfin, c’est peut-être à ce Jean Collin qu’il faudrait donner un dessin acquis par la BNF en 2006 et que j’ai imprudemment et avec quelque forfanterie attribué sans hésiter à Nicolas Regnesson, sous le prétexte qu’il est directement préparatoire à une vignette gravée représentant le couronnement de Louis XIV destinée à un almanach publié pour l’année 1655 par ledit Regnesson, intitulé La Magnifique représentation du sacre de Louis XIV88. Le canon des figures est très particulier, de même que leur rendu au burin89. Conjonction d’artistes rémois pour un beau sujet rémois90. Champagne !

Haut de page

Bibliographie

Sources

Actes d’état civil d’artistes français, peintres, graveurs, architectes, etc., extraits des registres de l’hôtel de ville de Paris détruits dans l’incendie du 24 mai 1871, 1873, éd. H. Herluison, Orléans, H. Herluison.

Balzac Jean-Louis Guez de, 1648, Le Barbon, Paris, A. Courbé.

Herluison Grégoire-Pierre, 1868, Discours sur le proverbe 99 moutons et 1 Champenois font 100 bêtes, Orléans, H. Herluison.

Inventaire du fonds français : graveurs du xviie siècle, 1939-1980, éd. R.-A. Weigert et M. Préaud, Paris, Bibliothèque nationale, 9 vol.

Jal Auguste, 1872, Dictionnaire critique de biographie et d’histoire, Paris, H. Plon.

Mariette Pierre-Jean, 1996-2003, Catalogues de la collection d’estampes de Jean V, roi du Portugal, éd. M.-Th. Mandroux-França et M. Préaud, Lisbonne / Paris, Fundação da Casa de Bragança / Bibliothèque nationale de France, 3 vol.

Marolles Michel de, 1656-1657, Les mémoires de Michel de Marolles, Paris, A. de Sommaville, 2 vol.

Saint-Amant Jean Tristan, sieur de, 1886, Lettres inédites adressées à Peiresc, 1633-1636, éd. Ph. Tamizey de Larroque, Paris, s. n.

Études

Adamczak Audrey, 2011, Robert Nanteuil, ca. 1623-1678, Paris, Arthéna.

Brejon de Lavergnée Barbara (dir.), 2014, Dessins français du xviie siècle : collections du département des Estampes et de la photographie, cat. exp. (Paris, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, galerie Mansart, 18 mars-15 juin 2014), Paris, Bibliothèque nationale de France.

Champier Victor, 1886, Les anciens almanachs illustrés : histoire du calendrier depuis les temps anciens jusqu’à nos jours, Paris, L. Frinzine.

Gaston Jean, 1910, Les images des confréries parisiennes avant la Révolution, Paris, A. Marty.

Krčal Konrad, 2014, « From Thesis Print to Almanach », Print Quarterly, vol. 31, no 3, p. 319-321.

Loriquet Charles, 1886, Robert Nanteuil, sa vie et son œuvre : discours adressé à l’Académie de Reims, dans sa séance publique du 17 juillet, Reims, F. Michaud.

Meyer Véronique, 1995, « Le graveur Edme Moreau », Gazette des beaux-arts, vol. 125, no 1513, mai-juin, p. 277-302.

Petitjean Charles et Wickert Charles, 1925, Catalogue de l’œuvre gravé de Robert Nanteuil : notice biographique par François Courboin, Paris, L. Delteil et M. Le Garrec.

Préaud Maxime, 1990, « À propos de l’Abrégé de l’anatomie de Du Moulin», Nouvelles de l’estampe, no 110, mai-juin, p. 46-48.

— et al., 1987, Dictionnaire des éditeurs d'estampes à Paris sous l’Ancien Régime, Paris, Promodis / Éd. du Cercle de la librairie.

— et Rapacciuolo Grazia, 2014, « Pierre Lombart (1612/1613-1681), “maître graveur en taille-douce” », Nouvelles de l’estampe, no 247, p. 4-18.

Rocheron Marie-Claude, 1984, Nicolas Regnesson (1622?-1670), graveur, mémoire de maîtrise sous la direction d’Antoine Schnapper, université Paris-Sorbonne, 2 vol.

Sutaine Max, 1860, Jean Colin, graveur rémois au xviie siècle, Reims, P. Dubois.

Youssef Zobeidah, 1972, Polémique et littérature chez Guez de Balzac, Paris, A. G. Nizet.

Haut de page

Notes

1 Un paumier fabrique des esteufs pour jouer à la paume, ainsi que des raquettes.

2 Paris, Bibliothèque nationale de France, cabinet des Estampes et de la photographie (ci-après BNF, Est.), Réserve YA2- 4 -Pet fol, Pierre-Jean Mariette, « Abecedario et autres notes manuscrites sur les peintres et les graveurs », 1740-1770, 10 vol. (ci-après « Notes manuscrites »), t. IV, fo 310 : il le dit « mort à Paris en 1671 âgé d’environ 55 ans ».

3 Herluison 1868. Notre Regnesson ne figure pas dans la liste qui y est dressée des Champenois de mérite.

4 Ganière ou Gagnière, Gaignière, graveur au burin et éditeur d’estampes français, né vers 1615 (ce qui en ferait le contemporain à peu près exact de Regnesson), sans doute à Lyon, mort le 9 juin 1666 à Paris (Préaud et al. 1987 ; Allgemeines Künstlerlexikon).

5 La friperie est un beau métier, on le sait fort bien au quartier Latin, où elle a remplacé la plupart des anciens commerces ; Étienne Roullet possédait plusieurs maisons rue Saint-Jacques, dans le quartier fréquenté par les graveurs et marchands de taille-douce.

6 Paris, Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris (ci-après MC), CX-88.

7 Meyer 1995 ; Adamczak 2011.

8 La lettre est insérée dans le contrat d’apprentissage ; j’ai eu la chance de pouvoir la lire avant qu’elle soit reliée, pliée en quatre dans le codex regroupant la liasse d’actes notariés.

9 Courboin (Petitjean et Wickert 1925, p. 13), qui ne cite pas sa source, précise que le contrat fut passé devant Cloquet et Desmolins, notaires du roi en Vermandois, le 19 mars 1646. En fait, ce document n’est connu que par la mention peu détaillée qui en est faite dans l’inventaire dressé après le décès de Nanteuil, publié par Loriquet 1886 et republié par Adamczak 2011, p. 312.

10 Petitjean et Wickert 1925, no 226 : Sainte Catherine d’Alexandrie présente la Philosophie au Christ enfant sur les genoux de sa mère, dans un paysage. L’image est un montage d’après Grégoire Huret (Adamczak 2011, p. 25). Sainte Catherine, qui était philosophe, est ici accompagnée des instruments de son martyre, la roue dentée et l’épée. L’hypothèse selon laquelle la planche aurait servi pour une thèse, vraisemblable, est de Petitjean et Wickert. En revanche, la date qu’ils proposent, fin 1645, probablement liée dans leur esprit au mariage de mars 1646 (et au fait que Nanteuil lui-même dit avoir gravé une autre planche pour sa propre thèse soutenue en 1645, doit peut-être être avancée, encore que les voyages Reims-Paris-Reims ne soient pas nécessairement malaisés. Mais si Regnesson, comme nous le verrons plus loin, publie un almanach pour 1645, il y a lieu de penser qu’il était installé dans la capitale au moins dans le second semestre de 1644.

11 BNF, Est., coll. Hennin, 3151 et Qb 1- 1642 ; Rocheron 1984, no 62.

12 Rocheron 1984, no 6 ; BNF, Est., Pc 3, p. 87, anc. coll. Marolles.

13 Rocheron 1984, no 54. Grande pièce (447 × 318 mm). Selon Mariette : « Saint Benoît montrant une tête de mort à un philosophe et l’exhortant d’abandonner les sciences vaines pour s’attacher entièrement à l’étude de lui-même ». BNF, Est., Rd 2 Benoît.

14 Léonor d’Estampes est né à Valençay le 6 février 1589 et mort à Paris le 8 avril 1651 ; nommé archevêque de Reims en 1641, il prit possession de son siège le 1er avril 1642 ; c’est vers cette date qu’il faut situer l’estampe de Regnesson, plus qu’inspirée par des gravures de Grégoire Huret.

15 Rocheron 1984, no 25. L’estampe mesure 277 × 370 cm. BNF, Est., Ed 54 (anc. Rd mat. 2 Ignace Mf. H 175831). Mariette lit la date de 1645 ; je serais moins affirmatif, sans être tout à fait certain qu’on puisse lire 1643 : le dernier chiffre a le corps d’un 5, mais la petite barre supérieure manque.

16 « N. Regnesson deli. et fecit Remis ».

17 « N. Regnesson delin. et sculp. » Sert de frontispice à la publication posthume de ses Coutumes de la cité et ville de Reims, Paris, Billaine, 1665, in-fo. BNF, Impr., F- 2357 ; Est., N2 ; Arsenal EST 148 / 58. Rocheron 1984, no  73.

18 Rocheron 1984, no 40 ; BNF, Est., N2.

19 BNF, Est., N2.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Ibid.

23 Il signe en 1651 avec Nanteuil et bon nombre de ses confrères la convention contre les projets de maîtrise proposés par François Mansart (Préaud et al. 1987).

24 Lochon est natif de Paris. Mais après son passage chez Ganière, on peut penser qu’il a travaillé un peu pour Nanteuil, lequel est parrain d’une de ses filles le 2 juin 1653, tandis qu’une autre sera tenue sur les fonts par Nicole-Geneviève Nanteuil le 9 septembre 1659 et une autre le 15 juillet 1666 par une fille de Regnesson (Jal 1872).

25 Pierre Landry et Nicolas Bonnart sont tous deux parisiens d’origine.

26 Graveur en taille-douce, éditeur et marchand d’estampes français, fils de Pierre Ier Firens et de Catherine Van Boucle, né à Paris vers 1608/1611, inhumé à Paris le 15 décembre 1649 (Préaud et al. 1987 ; Allgemeines Künstlerlexikon).

27 Graveur et surtout éditeur et marchand d’estampes français, né à Paris entre 1620 et 1623, fils de Jaspar Isac et de Barbe Neobert, mort à Paris le 26 septembre 1672 (inhumé le 28) (Préaud et al. 1987 ; Allgemeines Künstlerlexikon).

28 Actes d’état civil d’artistes… 1873, p. 375.

29 Préaud et al. 1987 ; Allgemeines Künstlerlexikon.

30 La procuration à Nanteuil est passée devant les notaires rémois Rogier et Bretaigne une quinzaine de jours auparavant, le 10 juin. Cela laisse entendre que Nanteuil est majeur, c’est-à-dire âgé de plus de 25 ans, ce qui élimine totalement la proposition de son ami Charles Perrault qui le faisait naître en 1630 seulement. Cette information suppose une naissance antérieure à juin 1624. Sur cette question, voir Adamczak 2011, p. 19. Le père de Nicolas, Martin Regnesson, peut-être devenu veuf, vient à Paris s’installer chez son fils, auquel il survivra de plus de dix ans.

31 Né en 1595, mort en 1656, ce gentilhomme était un savant numismate, auteur de Commentaires historiques contenans l’histoire générale des empereurs… (Paris, P. Billaine, 1635, puis D. Moreau, 1644, en trois volumes in-folio), contenant des planches de médailles et de camées dont les graveurs ne sont pas nommés. Bonaffé dit qu’il avait « un des plus riches cabinets que l’on ait vus jusqu’alors ». C’était un des correspondants de Peiresc, voir Saint-Amant 1886. Il est aussi l’auteur d’un Traité du lis, simbole divin de l’espérance, paru en 1656. Marolles en parle dans ses Mémoires (1656-1657, t. II, p. 267) : « l’un des plus savants hommes qui fut jamais dans la connaissance des médailles et des antiques, comme il en a donné des marques bien assurées dans les trois volumes de ses Commentaires historiques ».

32 Actes d’état civil d’artistes… 1873. Échange de bons procédés : Nicolas est le parrain, au nom de Lancelot Nanteuil, absent, de sa nièce Nicole-Geneviève Nanteuil le 27 mai 1647 à Saint-Eustache, et il sera témoin au mariage de la même avec Michel Hardouin le 29 décembre 1667 (Adamczak 2011, p. 26).

33 Préaud et al. 1987. Nanteuil est d’ailleurs témoin au mariage célébré le 22 novembre à Saint-Séverin. Regnesson donne 8 000 livres de dot à sa fille, qui aident à racheter une partie du fonds de marchandises de Jean Ier Leblond (MC, CII-62, 15 novembre 1667).

34 Préaud et al. 1987 (art. J. II Leblond).

35 Actes d’état civil d’artistes… 1873.

36 Anvers, 20 octobre 1640 – Paris, 2 avril 1707.

37 Actes d’état civil d’artistes… 1873.

38 Fichier Laborde.

39 Selon Herluison (Actes d’état civil d’artistes… 1873, p. 376), peut-être à la suite d’une mauvaise lecture (« Xbre » lu octobre au lieu de décembre ?), car Nicolas est témoin au contrat du remariage de son gendre Jean II Leblond le 23 novembre 1670. Mais c’est bien par sa veuve qu’est publié l’almanach pour 1671 (voir plus loin).

40 Actes d’état civil d’artistes… 1873, p. 376.

41 MC, CIX-188, 21 déc. 1649.

42 Ibid., CIX-194.

43 Ibid., CIX-206, 209, 214, 228.

44 Ibid., CXXI-16. Sur Edme Moreau, voir Meyer 1995.

45 Ibid., CIX-191. Sur Blanchin, voir Préaud 1990.

46 MC, CIX-192. J’avais cru un moment que ce pouvait être le fils du peintre rémois Jean Hélart (1618-1685), mais, vérification faite, on ne peut lire que « Hecart », qui a peut-être tout de même quelque chose à voir avec Reims, car le jeune Thomas est placé par son frère Rémy Hécart, prêtre à Paris, rue des Amandiers. Et il y avait également à Reims un libraire appelé Nicolas Hécart, pour lequel Edme Moreau a travaillé (voir Meyer 1995, note 15).

47 MC, CIX-205.

48 Ibid., CIX-206. Probablement apparenté au génial Jakob Christoph Le Blon, inventeur de la trichromie, mais je ne l’ai pas vérifié.

49 Mariette 1996-2003, t. III, p. 161-162 ; j’ai modernisé ici l’orthographe de la transcription par Philippe Rouillard du feuillet 305 du t. IV des « Notes manuscrites » de Mariette conservées au département des Estampes et de la photographie de la BNF. La liste des pièces pour le roi du Portugal (collection aujourd’hui disparue) correspond aux feuillets 305, 307vo, 308 et 308vo. Elle compte soixante-douze pièces, ce qui est loin d’être complet. À Vienne, l’œuvre de Regnesson tel qu’il est listé par Mariette occupe les feuillets 1 à 44 du t. CXLV de la collection du prince Eugène (« Notes manuscrites », t. VII, fos 25-27) ; mais le reste de ce volume est complété par l’œuvre de Sébastien Vouillemont de Bar-sur-Aube (encore un Champenois !) et par celui du Bâlois Jean-Jacques Thourneysen : pas question ici de rapprochement stylistique.

50 Sur Lombart, voir Préaud et Rapacciuolo 2014.

51 C’est le côté romanesque de Pierre-Jean Mariette…

52 C’est moi qui souligne.

53 MC, LXXIII-467, « 10 avril 1666. Jean Bellavoine, Florent Prunelle et Nicolas Regnesson, tous marchands bourgeois de Paris, y demeurant paroisse Saint Severin, au nom et comme messieurs gouverneurs et administrateurs de la Confrerie de l’Assomption Nostre Dame, premiere fondée en l’eglise dud. Saint Severin, baillent à loyer une maison rue Saint Julien le Pauvre ». L’abbé Gaston ignore cette confrérie dans son monumental ouvrage (Gaston 1910). En revanche, il mentionne sous le no 138 une gravure de Regnesson d’après François Chauveau pour la confrérie du Saint-Sacrement fondée en l’église de Saint-Eustache (BNF, Est., Rés., Ed 44, t. I, p. 41). Puis dans son supplément, publié en 1932 par la même Société d’iconographie parisienne, il mentionne Regnesson comme graveur pour la confrérie non de l’Assomption, mais de la Conception-de-la-sainte-Vierge à Saint-Séverin. Dans l’exemplaire truffé qu’il a lui-même donné à la BNF (Re 13* Réserve) figurent en partie les comptes de la confrérie de la Conception Notre-Dame à Saint-Séverin. Regnesson y est nommé à plusieurs reprises. Pour l’exercice 1665-1666 : « À M. Regnesson maître en charge la somme de 150 livres tournois tant pour la gravure de la grande planche que pour l’impression de 500 grandes images et autant de petites ». Pour 1666-1667 : « Paiement de 28 livres au sieur Regnesson pour tirage de 700 images ». Pour 1667-1668 : « Paiement de 40 livres à M. Regnesson, ancien maître, pour l’impression des images ». Pour 1668-1669, Regnesson touche 22 livres pour l’impression de 500 images. Pour 1669-1670, c’est sa veuve qui est payée : « 40 livres à Mlle Regnesson [i.e. Marguerite Isaac] pour l’impression d’un millier d’images ». Pour 1670-1671, on paie « à Marguerite Isaac, veuve de M. Regnesson, 222 livres, soit 200 pour avoir gravé une planche neuve de l’image de la Conception et 22 livres pour l’impression de 500 images ».

54 La pièce pour les bénédictins (voir supra note 13) ne porte pas de date. Mariette pense peut-être à Saint Ignace et saint François-Xavier adorant le nom de Jésus, la seule à porter une date, dont la lecture est d’ailleurs discutable (voir supra note 15).

55 « Notes manuscrites », t. IV, fo 310. J’en ai modernisé l’orthographe.

56 Rocheron 1984, no 21 ; BNF, Est., Da 22, p. 25.

57 Balzac 1648.

58 Pourtant Regnesson fournit le frontispice (d’après François Chauveau) des Discours politiques des rois de Georges de Scudéry, publié par Augustin Courbé en 1647. La gravure en est d’un burin fin et serré, plutôt habile.

59 La pièce est gravée d’après François Chauveau et, quoi qu’en dise Mariette, elle est fort bien exécutée, avec beaucoup d’esprit, et tout à fait dans la manière de Claude Mellan, à une seule taille. On y voit un personnage de face, le coude gauche sur un livre posé sur un muret, semblant énumérer avec ses doigts les divers éléments d’une démonstration. C’est que le Barbon est un professeur (on le reconnaît au faisceau de verges qu’il tient sous son bras), dont la cervelle est assez mal faite pour ne raisonner qu’en syllogismes, du genre : « Vous avez ce que vous n’avez pas perdu. Vous n’avez pas perdu des cornes, ou de la barbe : vous en avez donc. » Un peu comme plus tard l’Humaniste de La Nausée, qui apprend les choses selon l’ordre alphabétique, il connaît tout de la façon la plus incohérente. Il porte de longs cheveux sous un chapeau de feutre aux larges bords, et une longue et large barbe. « Il n’est pas moins connu par la confusion et les ténèbres de son esprit que par l’éclat et l’enluminure de son visage, que par un pied de nez et par une aune et demie de barbe […]. Il dit qu’il est des barbes comme des oraisons de Démosthène, et que la plus longue est la meilleure » (Balzac 1648, p. 7, 44). Ses épaules sont recouvertes d’un large manteau dont un chien tire un des pans ; une grosse clé pend sur son ventre, ainsi qu’une écritoire. Au second plan, derrière lui, deux jeunes gens passent, l’un le montrant du doigt, sous une enseigne montrant une fiasque dans un feston de feuillage, comme si le Barbon sortait d’un estaminet, justifiant ainsi « l’enluminure de son visage » (encore que dans le texte de Balzac il ne soit fait aucune allusion à une quelconque ivrognerie). Selon Zobeidah Youssef (1972), la satire viserait le philologue François Guyet (1575-1655), qui aurait commis l’erreur de ne pas admirer suffisamment Balzac. Dans la marge inférieure, à gauche : « F. Chauueau. in. », et à droite : « N. Regnesson. sculp. » L’édition de Courbé est un petit volume in-8o, pour laquelle l’estampe est bien trop grande ; ainsi est-elle coupée et repliée dans l’exemplaire de l’Arsenal coté 8- BL- 32807 ; mais elle est complète et belle épreuve dans l’exemplaire sur grand papier coté 4- BL- 4903. Je n’ai pas vu les exemplaires du département des Imprimés, mal décrits dans le catalogue général.

60 C’est moi qui souligne.

61 Rocheron 1984.

62 Champier 1886.

63 Ibid., p. 87, qui ne cite pas sa source : « Almanach royal où dans l’ordre de l’histoire de France et à la gloire du Roy sont representez avec son portrait ceux des XIII autres Louys predecesseurs de Sa Majesté. Gravure au burin. Nicolas Regnesson sculpsit ». À la BNF (Est., Hennin 3459) ne se trouve que la partie supérieure, ce qui fait qu’on ne peut lire les mentions de responsabilité, donc l’adresse de l’éditeur, que Champier ne précise pas non plus. J’ai vérifié qu’il n’y en a d’exemplaire ni au Louvre ni à la bibliothèque de l’Institut.

64 Ibid. : « Le royal et magnifique preparatif du sacre et du couronnement du Roy en l’année de sa majorité… ». L’adresse de Regnesson est alors rue Saint-Jacques, au Chameau, devant l’hôtel du Lion ferré. Cette enseigne avait d’abord été celle de Jaspar Isaac, son beau-père, dont il reprend la succession, partageant peut-être la maison avec son beau-frère Claude Isaac. La composition, comme c’était déjà le cas de l’estampe de Sainte Catherine présentant la Philosophie au Christ, est plus qu’inspirée de Grégoire Huret, voir Krčal 2014. BNF, Est., QB 1- 1651 (fragments de la partie inférieure et partie supérieure, Mf. 91824 et 91835).

65 Même si l’on ne doit pas totalement exclure que des almanachs produits pendant cette période aient pu ne pas être conservés.

66 BNF, Est., coll. Hennin, 3644, ft 5.

67 Ibid., 3691 et Qb1-1654. L’almanach complet est au Louvre, coll. Edmond de Rothschild, 26752 LR.

68 Ibid., 3745, ft 5.

69 La France ressuscitée, d’après une composition de J. Lepautre, et La France habillée à la française, gravé par J. Lepautre (IFF 268).

70 Les illustres étrennes (Louvre, Rothschild, 26760 LR).

71 L’année de la paix et des félicités publiques. La seule épreuve connue est à la bibliothèque de l’Institut.

72 BNF, Est., coll. Hennin, 4709, ft 5.

73 Ibid., 4120, ft 5.

74 Ibid., 4135, ft 5.

75 Ibid., 4198, ft 5.

76 Les magnifiques représentations faites au cardinal Chigi (Louvre, Rothschild, 26803 LR).

77 BNF, Est., coll. Hennin, 4317, ft 5.

78 Ibid., 4436, ft 5.

79 Ibid., 4470, ft 5.

80 Ibid., 4491, ft 5.

81 Ibid., 4532, ft 5.

82 Ibid., 4569, ft 5.

83 Ibid., 4602, ft 5.

84 Selon Mariette (« Notes manuscrites », t. I, fo 280) : « La France assise dans un throsne tenant entre ses bras Monseigneur le dauphin fils de Louis XIV, à qui les vertus, les sciences et les arts viennent rendre hommage […]. C’est le sujet d’un almanach gravé au burin par Nicolas Regnesson d’après Abraham Bosse ».

85 Notamment dans les almanachs pour 1661 et 1663 ; il n’est pas non plus exclu que Collin ait après le décès de Regnesson travaillé pour d’autres éditeurs (comme Bertrand et Larmessin pour l’almanach pour 1672 ?).

86 Sutaine 1860, cité par Roger-Armand Weigert (Inventaire du fonds français… 1939-1980, t. III, p. 90-103), qui mentionne une centaine de pièces ; Meyer 1995.

87 Cette date figure sur l’estampe à propos d’un miracle opéré par sainte Hélène à Épernay. Rocheron 1984 ; BNF, Est.

88 Voir ci-dessus la note 65.

89 Brejon de Lavergnée 2014, voir p. 72-73, notice 31 (reproduction).

90 Noter que plusieurs pièces rémoises de Regnesson portant l’excudit d’un certain « F. Le Febvre », qui est sans doute le François Lefebvre que mentionne le Dictionnaire des éditeurs d’estampes à Paris sous l’Ancien Régime (Préaud et al. 1987), p. 212.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Nicolas Regnesson, Autoportrait, premier état, s. d., burin. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, N2.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13277/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 2 : Regnesson, La Bataille de Lerida, 1642, eau-forte et burin. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, coll. Hennin, 3151.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13277/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 3 : Nicolas Regnesson d’après Philippe de Champaigne, Daniel Voysin, xviie siècle, estampe, 33,3 × 26,8 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV.LP 45.43.1.
Crédits © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / image château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13277/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 4 : Nicolas Regnesson (gravure), François Chauveau (dessin), Le Barbon, vers 1648, gravure, burin, 16,5 × 11,8 cm. Nancy, musée des beaux-arts, TH.99.15.2423.
Crédits © Ville de Nancy / Patrice Buren
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13277/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Fig. 5 : Nicolas Regnesson, Le Trosne royal de France, almanach de l’année 1662, estampe. Paris, Bibliothèque nationale de France, Res. QB-201 (171)-FT 5.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13277/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Fig. 6 : Jean Collin d’après Philippe Lallemant, Claude Coquebert, s. d., burin, 39,6 × 30,9 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV.LP 44.55.1.
Crédits © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / image château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13277/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Fig. 7 : Jean Collin d’après Philippe Lallemant, Claude Coquebert, détail des armoiries, s. d., burin, 39,6 × 30,9 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV.LP 44.55.1.
Crédits © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / image château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13277/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Préaud, « Nicolas Regnesson : fondateur d’un réseau parisien de graveurs rémois », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2015, mis en ligne le 28 octobre 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crcv.revues.org/13277 ; DOI : 10.4000/crcv.13277

Haut de page

Auteur

Maxime Préaud

Maxime Préaud est jusqu’en juillet 2015 conservateur général au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France. Historien de l'art (plutôt dix-septièmiste), il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages sur l’estampe et l’iconographie. Contact : maxime.preaud@numericable.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Maxime Préaud / 2015 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org