Navigation – Plan du site

Edme Boursault : de la polémique au roman

Edme Boursault: between polemics and novel
Françoise Gevrey

Résumés

Le présent article examine le parcours d’Edme Boursault (1638-1701), un écrivain champenois qui fit carrière à Paris et à Versailles. Grâce à la protection de mécènes, aux réseaux d’écrivains influents comme Costar ou Corneille, à la connaissance des salons, il sut construire sa carrière en pratiquant presque tous les genres : théâtre, fable, gazette, roman. D’abord connu pour son talent de polémiste, et son rôle de témoin, il choisit ensuite de développer une réflexion morale sérieuse tout en faisant évoluer les genres qu’il pratiquait vers la modernité. Aussi mérite-t-il qu’on lui accorde plus d’intérêt qu’à un écrivain mineur.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce portrait aurait appartenu à Vivant Denon.
  • 2 Ce sont les termes employés par un correspondant du poète-dramaturge, « Lettre de M. l’abbé P. à l’ (...)

1Pour découvrir Edme Boursault, on peut d’abord considérer le portrait que Largillière fit de lui quand il avait 50 ans 1 : le peintre des particuliers et de la bourgeoisie, qui réalisa aussi les portraits du duc de Berry et du duc de Bourgogne, représente l’écrivain avec une vaste perruque et un vêtement qui se distingue par l’élégance de ses draperies. Ce portrait des années 1690 est la preuve d’une réussite sociale et d’une relative aisance financière acquise par Boursault grâce à une notoriété alors européenne. La diversité de son œuvre impressionne : il est poète, journaliste, dramaturge, romancier ; on goûte son style « naturel », « aisé », qui s’accorde avec une « morale vive2 » ; en 1720, un article lui est consacré dans l’édition du Dictionnaire de Bayle, et cette réputation se confirmera tout au long du xviiie siècle.

  • 3 Les sites de la ville de Mussy l’honorent en rappelant que la mairie de la ville est l’ancien châte (...)
  • 4 Boursault meurt rue de Verneuil à Paris en 1701. Il s’agit de l’édition Boursault 1725 ; aucune ind (...)

2Le Champenois a donc parcouru un long chemin depuis Mussy-l’Évêque (aujourd’hui Mussy-sur-Seine), où il naquit en 16383 et d’où il partit pour Paris à l’âge de 13 ans. Pour en connaître les particularités, nous disposons de ses lettres publiées, qui font « le portrait du peintre » (pour reprendre l’image que Boursault a appliquée à Molière), de quelques pages placées au début de la troisième édition posthume des Lettres nouvelles en 17094, ainsi que de témoignages contemporains, en particulier des renseignements que sa petite-fille a mis en tête de l’édition de son Théâtre en 1725. De son œuvre satirique se dégage une idée de la société de Paris et de Versailles plutôt arriviste et vénale, et comme on a pris l’habitude d’associer le nom de Boursault à des querelles qui l’opposèrent aux grands écrivains du temps, on a trop souvent mis l’accent sur sa plume vengeresse alors qu’il mena une vie de père de famille après son mariage avec Michelle Milley, dont il eut onze enfants, et qu’il évolua vers une sagesse moralisante. Il poursuivit son ascension d’écrivain en s’adaptant à l’évolution du mécénat et du public, et sa réussite mérite une considération que l’histoire littéraire ne lui a pas toujours accordée en le classant dans les minores.

Un provincial à la recherche des gratifications de la Cour et du monde des lettres

  • 5 Boursault 1699-1700, t. II, p. 283. Les lettres à l’évêque de Langres ont été regroupées par Émile (...)

3Bien qu’il fût d’une bonne famille bourgeoise et qu’on enseignât le latin à Mussy, le père de Boursault ne lui fit pas donner de formation intellectuelle. L’absence de culture classique fait partie de l’image de l’écrivain qui revient lui-même sur ses origines provinciales dans une lettre à Louis-Marie-Armand de Simiane, duc-évêque de Langres : « Il en est de même de mon père et de ma mère. L’une n’est jamais sortie de son pays ; et l’autre qui, pour s’enrichir, fut longtemps guerrier, rôda partout : et plus dans la Franche-Comté qu’ailleurs5. » Sa petite-fille Hyacinthe (qui épousera le peintre Lancret) met l’accent sur ce manque dans l’Avertissement de l’édition du Théâtre :

  • 6 Le franc-champenois se caractérise par des traits de phonétique, notamment des voyelles supprimées. (...)
  • 7 Boursault 1725, « Avertissement », n. p.

Celui-ci n’a donc jamais eu aucune connaissance de la langue latine ; et quand en 1651 il arriva à Paris, il ne parlait que franc-champenois6, et ne savait par conséquent que fort grossièrement la langue française. Cependant en peu de mois ce jeune homme sut de lui-même se tirer de cette barbarie ; et il parvint en moins de deux ans à pénétrer toutes les beautés et toutes les délicatesses d’une langue qu’il a possédée dans la plus exacte et la plus parfaite pureté7.

  • 8 « À mon fils religieux théatin », Boursault 1699-1700, t. I, p. 252.
  • 9 « À Monseigneur le Prince », Boursault 1715, p. 19.
  • 10 « À Monsieur Des Barreaux, qui ne croyait en Dieu que lors qu’il était malade », Boursault 1699-170 (...)
  • 11 Ibid., p. 61, p. 336.

4Cette ignorance du latin revient comme un refrain sous la plume de Boursault, dans une lettre à son fils8 à propos de la thèse de ce dernier, mais aussi dans des poésies9 comme dans les Lettres de Babet. Il eut donc besoin de protections : d’abord celle de l’évêque de Langres, Sébastien Zamet. Puis à Paris il rencontra le poète libertin Des Barreaux − à qui il écrira plus tard une lettre pour lui reprocher son impiété10 −, Pierre Costar, galant et érudit, Paul Pellisson, ainsi que le poète François Charpentier. Cette formation, accompagnée de beaucoup de lectures et de conversations mondaines tenues dans des cercles littéraires, lui permet de devenir à 22 ans secrétaire de la duchesse d’Angoulême11.

  • 12 « À ma femme », lettre et fable, Lettres nouvelles, Boursault 1699-1700, t. I, p. 255-259. Il s’agi (...)
  • 13 « À Monseigneur l’Évêque de Langres », ibid., p. 362.
  • 14 Ibid., p. 363.
  • 15 Ibid., p. 156.
  • 16 « À Monsieur de Quanteal », Boursault 1715, p. 81.

5Le poète garde cependant des attaches champenoises liées à sa vie privée, ce qui donne lieu à des remarques anecdotiques. Il eut probablement à Mussy un domicile où il revint après son mariage : deux de ses enfants y sont nés. Il écrit depuis Paris à sa femme pour lui donner des nouvelles des représentations d’Ésope12. Il commande un habit pour une parente13, fait allusion à un marchand de Troyes qui aurait écrit une assignation « à Monsieur Boursault, marchand-poète, à Paris », pour avoir le droit de le poursuivre, mais l’écrivain n’eut pas besoin de se plaindre « de ce qu’on avait traité [s]a muse de roturière »14. Il fait des courses pour une certaine Mme Viesse qui réside à Mussy15. Champenois est aussi Nicolas de Quanteal, médecin de Madame la Princesse16 et dédicataire du Médecin volant, à qui Boursault envoie sa pièce en 1665 ; ce dernier a soigné certains des parents restés au « pays » :

  • 17 Boursault 1665, dédicace.

Soit par coutume, ou soit par générosité, je n’ai jusqu'ici dédié aucune pièce, que l’on ne m’ait fait quelque présent ; et à dire vrai l’on m’attraperait bien, si on venait à perdre une si bonne habitude. Cependant je vous dédie le MÉDECIN VOLANT, qui assurément n’est pas le moindre de mes ouvrages, à condition seulement que si jamais je vais au pays, et que je sois assez heureux pour y devenir malade, vous aurez assez de bonté pour moi pour ne me pas faire languir longtemps17.

  • 18 Boursault 1699-1700, t. I, p. 357.
  • 19 Ibid., p. 192.
  • 20 Ibid., p. 156-157 ; p. 195 « À M. Riel, élu des états de Bourgogne ».
  • 21 Ibid., p. 224.
  • 22 Boursault 1715, l. 49, p. 249-251.

6Parce qu’il écrit avec des lunettes, Boursault fait allusion à un boucher de Châtillon qui acheta cinq veaux en croyant acquérir cinq bœufs à cause de ses lunettes18. Ses voyages ne le conduisent pas seulement à Sens et à Vaux : il va aussi à Romilly, comme l’atteste une lettre adressée à un certain M. Du Pré19. De ses origines, le poète a gardé le goût et la connaissance du vin, celui d’Espagne comme celui de Bourgogne et de Beaune20 ; il parle de ses ennemis qui lui semblent près de venir boire le « vin nouveau de Champagne21 ». Il n’ignore pas les marchands de vins puisqu’il cite Boucingo, et dans les Lettres de Babet il fait porter pour un souper entre amis six bouteilles d’un « excellent vin de champagne22 ».

  • 23 Voir par exemple la lettre sur les « ïana », Boursault 1699-1700, t. I, p. 59.
  • 24 Ibid., t. II, p. 236.
  • 25 Ibid., t. I, p. 262, 264-270 (le comédien l’a desservi en le comparant à Molière) ; une lettre évoq (...)
  • 26 L’« Épître à Monsieur de Malebranche » comporte une fable intitulée « La Colombe et la Fourmi », ib (...)
  • 27 « À Monseigneur l’évêque de Langres », Boursault 1699-1700, t. II, p. 288 ; nous n’avons pas trouvé (...)
  • 28 Boursault 1715, p. 363.
  • 29 Ésope à la cour, Paris, Th. Girard, 1690, n. p.
  • 30 Sabatier de Castres 1772, t. I, p. 164.

7La Champagne, c’est aussi des correspondants comme l’évêque de Langres, Louis-Armand de Simiane23, à qui Boursault rapporte des nouvelles, des bons mots ou des anecdotes (parfois scatologiques comme l’aventure de Gramont à Versailles24). Il correspond aussi avec l’acteur Jean-Baptiste Raisin, né à Troyes, surnommé le « petit Molière », qui appartint à la troupe de Condé puis à celle de l’hôtel de Bourgogne et à la Comédie française25, et qui joua dans les pièces de Boursault. Enfin, le poète est marqué par le modèle de La Fontaine : il composa beaucoup de fables, assez prosaïques, la plupart insérées dans des lettres ou dans ses deux comédies qui ont Ésope pour personnage principal ; Boursault inaugure alors une forme qui va avoir du succès au xviiie siècle,par exemple avec Fuzelier. L’imitation de La Fontaine est assumée dès les épîtres dédicatoires26 ; l’auteur écrit que la réputation de son grand modèle « ne durera pas moins que celle d’Ésope », et il se plaît à rappeler que La Fontaine trouve ses épigrammes « jolies27 ». À la fin du dernier tome des Lettres, on peut lire un ensemble de fables portant des titres comme « Le Renard et les Raisins28 ». Boursault s’est aussi attaché à faire l’éloge de La Fontaine, « le maître inimitable », dans la préface des Fables d’Ésope. En prologue il récrit une version du « Pouvoir des fables29 », et sa dernière comédie Ésope à la cour est parsemée de fables dont les titres renvoient à celles de La Fontaine. Sabatier de Castres estimera ces fables agréables pour ceux qui aiment « une versification douce, naturelle et facile30 ».

  • 31 Boursault 1699-1700, t. I, p. 238.
  • 32 Boursault 1715, p. 7.
  • 33 Boursault 1699-1700, t. I, p. 258.
  • 34 Une lettre est écrite pour soutenir le fils d’une marquise (Boursault 1699-1700, t. I, p. 266). L’a (...)
  • 35 Boursault 1715, p. 310.
  • 36 Ibid., p. 289.
  • 37 Paris, Cl. Barbin, 1671.
  • 38 Boursault 1699-1700, t. I, p. 33. Montausier (1610-1690), qui protégea nombre d’écrivains, était l’ (...)
  • 39 Ibid., p. 111, 129 et 218. François de Saint-Aignan (1607-1687), lié à Voiture et à Benserade, écri (...)
  • 40 Ibid., p. 44.
  • 41 Ibid., p. 334.
  • 42 Boursault 1715, p. 28 et 73.

8Depuis ses débuts Boursault est en quête de protecteurs, puisqu’il lui faut vivre de pensions qui s’ajouteront aux revenus de sa plume : d’où ses nombreuses dédicaces. En 1690 il envoie une scène de son Ésope au duc d’Aumont31, ce qui se justifie par le fait que les grands assuraient à la fois le financement et une partie du contrôle des troupes de théâtre. Il note dans ses lettres les sommes d’argent qu’il reçoit : à Vaux Fouquet lui donne 30 louis pour un sonnet32, le roi lui accorde ensuite une « pension de deux mille livres avec bouche à la Cour » pour sa gazette hebdomadaire, mais l’écrivain la perd très vite ; il escompte 4 000 livres des Fables d’Ésope, « sans l’impression33 », et obtient 100 louis de Saint-Aignan pour Marie Stuart en 1691. Nous avons peu de lettres adressées au souverain34, mais il nous reste des poésies : une Ode au Roi35, des sonnets sur les exploits militaires de ce dernier et sur la paix de 1678. Boursault a également écrit au duc de Bourgogne36 et composé un traité : La véritable étude des souverains, dédiée à Monseigneur le Dauphin37, qui a bien failli lui permettre d’obtenir une charge de précepteur ; il dédie Germanicus au cardinal de Bonzi, grand aumônier de la reine. En fait, ses soutiens principaux sont Montausier, le gouverneur du Dauphin38, qui lui permet aussi d’approcher le milieu de la préciosité, Saint-Aignan39 et Condé40, auxquels on peut ajouter Louvois. Son activité de journaliste, en vers ou en prose, est liée à ses protecteurs : d’où sa demande de privilège pour La Muse enjouée41 ou la demande d’approbation de la duchesse d’Angoulême pour prolonger la gazette de Loret42.

9En dépit de cette stratégie qui satisfait aux conditions du métier d’écrivain, Boursault, probablement instruit par l’expérience de l’ingratitude et des échecs, doute plus d’une fois de la sincérité et de l’efficacité des dédicaces. En atteste une lettre adressée à un mystérieux M***, « Sur l’inutilité des dédicaces de livres » :

  • 43 Boursault 1699-1700, t. I, p. 136.

Dès qu’un homme, dis-je, passe pour libéral, et qu’il a le moyen de le paraître, il est sûr de ne pas manquer d’éloges. À la vérité rien n’est plus suspect que ces sortes de louanges que l’on ne vend pas directement ; mais qu’on ne donnerait peut-être pas si l’on n’espérait en être récompensé43.

10Le poète manifeste bien son besoin d’indépendance dans cet écrit, et pour cette raison il ne comptera pas seulement sur le mécénat et se tournera de plus en plus vers le public du théâtre de la ville.

Le témoin polémiste

  • 44 Émile Colombey, dans Boursault 1886, notice, p. 8.
  • 45 Boursault 1699-1700, t. II, p. 188.

11Dans les premiers temps, la réputation de Boursault s’est cristallisée autour d’écrits polémiques ou satiriques qui ont fait de lui un témoin de la vie théâtrale et littéraire de son époque. Le jeune provincial avait-il vocation à devenir un « gladiateur de plume44 » ? Sans doute ses déboires successifs (il fut aussi révoqué de sa charge de receveur des tailles à Montluçon pour avoir affronté le fermier général Lejariel45) tiennent-ils à ses relations et à un tempérament quelque peu susceptible. Mais, parvenu à un certain âge, il voudra oublier les critiques dans les Stances au président Perrault :

  • 46 « À Monsieur le président Perrault », Boursault 1715, p. 320.

Si jadis je conçus l’envie
De noircir à mon tour les esprits violents,
De qui les discours insolents
Donnaient une atteinte à ma vie,
Aujourd’hui que l’on m’a permis de confondre mes ennemis
Je me ris de leur médisance ;
Et quoique j’en sois outragé,
Je vais oublier ma vengeance,
Pour user de reconnaissance,
Envers ceux qui m’ont protégé46.

  • 47 Voir à ce propos la notice de Georges Forestier et Claude Bourqui dans Molière 2010, t. II, p. 1725 (...)
  • 48 La pièce fut représentée en septembre ou octobre 1663 à l’hôtel de Bourgogne, et publiée avec une p (...)
  • 49 D’où sans doute la réplique de Madeleine Béjart dans L’Impromptu : « Tout le monde attend de vous u (...)
  • 50 Ibid., p. 1065, scène 8.
  • 51 Ibid., p. 1606, notice.
  • 52 Ibid., p. 836.
  • 53 Ibid., p. 841.

12La première occasion de polémique, qui est restée la plus célèbre à cause de la riposte de son adversaire, fut la querelle de L’École des femmes. Dans les années 1660, Boursault est encore peu connu, alors qu’il deviendra un des auteurs les plus remarqués de la fin du siècle. Sans doute a-t-il voulu alors rivaliser avec Molière : après que Le Médecin volant a été joué par la troupe de ce dernier vers 1660, Boursault répond à une commande de la troupe de l’hôtel de Bourgogne, et il est le seul à publier sa pièce où il introduit le médecin Canteas pour des raisons de vraisemblance47. De même, la comédie Les Cadenas imite L’École des maris. L’affrontement date de 1663 : après La Critique de l’École des femmes, Boursault, qui à 25 ans n’a composé que trois comédies, croit se reconnaître dans le personnage du poète pédant Lysidas, qui reproche à Molière de ne pas respecter les règles, d’employer des mots bas et de ridiculiser Arnolphe par un comique « trop outré ». Il compose alors Le Portrait du peintre ou la Contre-Critique de l’École des femmes48. Dans cette comédie, des courtisans ridicules approuvent la pièce de Molière, tandis que les personnages raisonnables la critiquent. En outre, la pièce est représentée avec une Chanson de la coquille écrite par Donneau de Visé, qui fait une allusion obscène à Madeleine Béjart49 ; s’y ajoute une attaque sur l’impiété de Molière : « Outre qu’un satirique est un homme suspect50 ». Le roi n’a pas assisté à la représentation, mais les courtisans ne cessent d’en parler ; ce qui pousse Molière à répliquer très vite par L’Impromptu de Versailles créé en octobre 1663, mais qui ne fut pas publié du vivant de son auteur : Boursault devient alors un personnage dont on parle sur la scène. Molière lui reproche d’avoir « rompu tous les usages51 » ; à la scène 5, il feint de chercher le nom du jeune poète : « C’est un nommé Br… Brou… Brossaut qui l’a faite52 », un « auteur sans réputation » ; il se dit sûr que « bien des gens ont mis la main à cet ouvrage » et que Boursault l’attaque « pour se faire connaître, de quelque façon que ce soit »53.

  • 54 « À Monseigneur l’évêque de Langres », Boursault 1699-1700, t. II, p. 218. Mais l’auteur rappelle q (...)
  • 55 « À M. B*** de l’Académie française », Boursault 1715, p. 298-301. Ces arguments sont repris dans l (...)
  • 56 Boileau 1966, p. 39.
  • 57 Boileau l’attaque encore dans la satire IX en lui reprochant de se vanter de ne pas avoir lu Horace (...)

13Trois ans plus tard, l’autre adversaire de Boursault fut Boileau, qui était presque du même âge que lui et qui n’avait rien publié avant 1663 : le jeune écrivain attaque Despréaux comme un partisan acharné des Anciens, « jusqu’à effusion d’encre54 ». Mais le débat porte surtout sur la satire : dans une lettre à Gilles Boileau, Boursault ne cache pas ses intentions : « M. Corneille m’apprit hier que je vous ferai plaisir […] de ne pas mêler votre nom dans la petite vengeance que je cherche à prendre, de l’insulte que monsieur votre frère m’a faite » ; selon lui, il y a une différence entre « satiriser et médire », « reprendre et injurier », et il convient de ne pas déclarer les vices d’un particulier qu’on nomme au risque de produire un « libelle diffamatoire55 ». En effet, en 1666, Boileau s’est moqué de Boursault dans la satire VII, en le citant parmi les « froids rimeurs56 » ; l’édition originale énumère « Bardou, Mauroy, Boursault », mais à partir de 1694, après la réconciliation des deux écrivains, ces noms seront remplacés par Bonnecorse et Pradon. Boursault fit partie de cette liste méprisante parce qu’il appartenait au cercle de Costar et qu’il était l’ami de Quinault et de Charpentier57. On perçoit donc encore l’importance des réseaux dans la carrière de l’écrivain.

  • 58 La Satire des satires, Boursault 1725, p. 24.
  • 59 Boursault 1715, p. 222, l. 37.

14En 1667, le Champenois répond par La Critique des satires de M. Despréaux, pièce interdite de représentation, mais imprimée un an plus tard sous le titre de La Satire des satires. Il est lui-même un des personnages ; quand il entre chez Émilie à la scène 5, la conversation tombe sur Despréaux. Il lui reproche sa faconde : « Elle est trop satirique, et nomme trop de monde58. » Boursault se moque aussi du Discours au roi, où on lit une comparaison avec Alexandre. Dans les Lettres de Babet, il accuse Boileau d’avoir pillé Juvénal ; la jeune fille, qui sait le latin, se plaît à relever le brigandage : « je te traduirai tous les endroits volés59 ». La conclusion de La Satire des satires exprime le souhait de voir Boileau s’amender :

  • 60 La Satire des satires, Boursault 1725, p. 47.

Non qu’enfin Despréaux n’ait beaucoup de génie ;
Quand il aura plus d’âge, et les yeux mieux ouverts,
Pour venger ceux qu’il choque, il relira ses vers :
Devenu raisonnable, et ravi qu’on le croie,
Il fera son chagrin de ce qui fait sa joie ;
Et sentira dans l’âme un déplaisir secret,
D’avoir pu si bien faire, et d’avoir si mal fait60.

  • 61 Racheter la bibliothèque d’Olivier Patru ou faire maintenir la pension de Corneille, voir Boursault (...)
  • 62 Lettre à Brossette, 1er avril, 1700, Boileau 1966, p. 642.

15Ces vœux furent en partie exaucés, ce qui permit à Boursault de faire l’éloge des actions généreuses de Boileau dans une lettre à l’évêque de Langres61. Et de son côté, Boileau exprima des regrets de s’être moqué de Boursault : « de tous les auteurs que j’ai critiqués, [il est] celui qui a le plus de mérite62 ».

  • 63 On peut lire ce texte dans Racine 1999, t. I, p. 439-441.
  • 64 Voir la notice de Georges Forestier, ibid., p. 1401-1402.
  • 65 Ibid., p. 439.

16Racine, pour sa part, n’a pas répondu directement aux attaques lancées par Boursault en 1670 dans le préambule d’Artémise et Poliante63 à propos de la première de Britannicus, qui eut lieu le 13 décembre 1669 : ce récit satirique64 se moque d’un succès trop annoncé, de la prétendue menace de mort violente qui aurait pesé sur « tous ceux qui se mêlent d’écrire pour le théâtre65 » ; il montre que le banc des auteurs est déserté, que les poètes se dispersent dans la salle. La représentation connut un demi-échec, sans doute en raison de l’influence de Corneille, et Britannicus disparut de l’affiche rapidement.

  • 66 « À Monseigneur l’Évêque de Condom sur son livre de l’Histoire universelle », Boursault 1699-1700, (...)
  • 67 Boursault 1694.
  • 68 Voir Moureau 2005, p. 141-148.
  • 69 Moureau 2006, p. 266.

17Bien que respectueux de la religion, Boursault n’épargna pas Bossuet : en témoigne une lettre qu’il a adressée à l’évêque de Condom à propos du Discours sur l’Histoire universelle publié en 1681 : il y déclare son admiration pour « l’érudition, la force, la netteté, l’élégance66 », mais suggère une correction à propos de l’empereur Valens qui ne peut être mort, puisqu’il se retire ensuite dans un village : c’est donc une incohérence qui est soulignée au milieu des éloges adressés à celui qui occupe la charge de précepteur du dauphin. On ignore la réaction de Bossuet, mais en 1694 Boursault aggrave son cas en entrant dans la « querelle du théâtre » par la publication en tête de son Théâtre67 de la lettre du père Caffaro, un théatin qui s’occupait des spectacles du couvent italien de Paris68 : cette « Lettre d’un théologien illustre par sa qualité et par son mérite, consulté par l’auteur, pour savoir si la comédie peut être permise, ou doit être absolument défendue » a paru dans une œuvre profane, donc sans approbation des docteurs ; elle propose une doctrine de compromis en faveur d’un divertissement jugé honnête. Le père Caffaro veut justifier l’existence du théâtre en France, et accorder au chrétien le droit « de lénifier les passions par le spectacle de quelques vices choisis69 ». Bossuet, conscient que les successeurs de Molière sont plus immoraux que Boursault ne l’imagine alors qu’il compose un théâtre de plus en plus moralisant, y répond par ses Maximes et réflexions sur la Comédie.

  • 70 « À Monseigneur le Prince », Boursault 1715, p. 16.
  • 71 Boursault en souligne l’originalité dans l’Avertissement.
  • 72 Comédie en cinq actes, représentée en 1683. Elle a été d’abord publiée sous le nom de l’acteur Pois (...)
  • 73 Boursault 1725, t. II, p. 231.
  • 74 Donneau de Visé, l’écrivain le plus riche de son temps, vivait dans le ghetto doré des Galeries du (...)

18Versailles, c’est aussi la censure : comme journaliste de talent, Boursault en fit l’expérience en 1661 quand son privilège et sa pension pour une gazette hebdomadaire lui furent retirés à cause de l’anecdote de la barbe des capucins70. Il commence en 1691 une Muse enjouée, mais le chancelier Boucherat lui retire le privilège à cause d’une critique du roi Guillaume III d’Angleterre. En 1683, il s’en est pris au Mercure galant, ce qui déplaît au fondateur Donneau de Visé, mais qui est l’occasion d’une de ses meilleures pièces71, La Comédie sans titre, le titre du Mercure galant ayant été changé à la suite de la plainte de Donneau de Visé72. Dédiée à Saint-Aignan, qui doit protéger l’auteur, la comédie porte le journalisme au théâtre ; elle passe en revue les catégories de lecteurs du périodique et raille leur soif de publicité, qui nous paraît encore bien actuelle : « Enfin pour être fou, j’entends fou confirmé, / À l’envi l’un de l’autre on veut être imprimé73 », déclare l’interprète de Visé. Défilent alors une Mme Guillemot, dont le modèle est la victime d’une anecdote bourgeoise réelle publiée dans le Mercure de juillet 1682 ; un escroc commis des gabelles, M. Longuemain, qui souhaite que le journal le blanchisse ; un procureur au Châtelet, Brigandeau ; un bourgeois, M. Michaut, qui veut qu’on lui confère la noblesse ; enfin, le poète Beaugénie. La scène n’est pas à la cour mais dans les hôtels de nouveaux riches comme Licidas, qui reçoit ses abonnés dans un intérieur de qualité74. Les lecteurs sont les cibles de la comédie plus que Visé, qui reste un personnage invisible. Par des vers aisés et avec un style agréable, Boursault dénonce alors la société dans un discours moral qui confère une utilité à la comédie.

19La polémique joue donc un rôle important dans la carrière parisienne du poète champenois. Mais on perçoit son évolution quand il ménage ses protections aristocratiques tout en cherchant de plus en plus à s’adresser au public bourgeois du théâtre, ce qui le conduit à faire évoluer sa dramaturgie. C’est aussi un public plus large qu’il veut atteindre par le roman.

Roman épistolaire et nouvelle historique

  • 75 Voir Lever 1981, p. 225-228.
  • 76 Boursault 1715, p. 156-157, l. 12.
  • 77 « À Madame la Marquise de B*** sur l’indigence du théâtre », Boursault 1699-1700, t. I, p. 306-307  (...)

20Tandis qu’il devient un auteur dramatique reconnu (en témoignent le succès et les traductions de sa comédie Les Fables d’Ésope), Boursault cherche en effet à élargir et divertir son public mondain en jouant un rôle important dans l’histoire du roman75, un genre écrit en langue vernaculaire et apprécié des Modernes : il est en effet l’auteur de quatre romans, auxquels s’ajoutent deux recueils épistolaires. Son goût fut probablement développé par ses lectures ; il a fréquenté des cercles précieux et il connaît bien l’œuvre de Madeleine de Scudéry ; il manifeste surtout son intérêt pour les ouvrages de Mme de Lafayette par des références à La Princesse de Montpensier76 et à La Princesse de Clèves, qu’il voulut adapter à la scène77.

  • 78 Lettres de Babet (Boursault) et Lettres d’une dame de qualité à son amant (Crébillon), Iéna, Felix (...)
  • 79 Voir la notice d’Émile Colombey dans Boursault 1886. Ces lettres ont été publiées dans Lettres port (...)
  • 80 Boursault 1699-1700, t. II, p. 347-459.
  • 81 Voir à ce sujet Herman 1989 et Pizzorusso 1969.

21C’est d’abord à l’évolution de la fiction épistolaire − qui représente une forme de roman de l’intime, apparenté au théâtre mais en quête de naturel et de vérité − que Boursault contribua, en composant deux ensembles de lettres amoureuses fictives, mêlées dans un premier temps à des lettres réelles. Les Lettres de Babet (1669), les plus charmantes grâce à leur « style naïf »78, sont contemporaines des Lettres portugaises de Guilleragues79, elles précèdent les Lettres amoureuses d’une dame à un cavalier (1697)80. Les Lettres de Babet ont paru, dans un premier temps sans continuité narrative, dans le recueil des Lettres de respect, d’obligation et d’amour ; puis, dans une réédition de 1683, Boursault dégagea un ensemble de cinquante-trois lettres, plus cohérent du point de vue de la chronologie des faits. Deux voix principales y dialoguent, l’auteur et la jeune fille qui est censée être morte lors de la publication. L’intrigue est mince : on y éprouve de la jalousie à l’occasion de sorties, on y donne des rendez-vous, à la fin le père veut marier Babet à un provincial ; elle refuse ce parti et se retire au couvent. La préface mentionne l’éloge que la comtesse de La Suze accorda à ces lettres, et elle maintient le doute sur la part de réalité et de fiction81 tout en justifiant les lacunes par le fait que des lettres ont été prêtées et perdues :

  • 82 Boursault 1715, préface, n. p.

Une chose dont j’ai à t’avertir, ami lecteur (puisque ami il y a), est de ne point chercher de pompe dans des écrits où nous n’avons jamais eu dessein d’en mettre : nous ne nous imaginions pas en ce temps-là que ce que nous nous écrivions dût être imprimé un jour, et nos cœurs qui ne songeaient qu’à se dire ce qu’ils sentaient, ne se souciaient guère comment notre esprit les fît parler, pourvu qu’ils se puissent faire entendre82.

  • 83 Voir les lettres 2 et 3, ibid., p. 133.
  • 84 Ibid., p. 180-181, lettre 23.

22Le roman épistolaire naît bien dans ce mélange du vrai et du faux : il est question de Michelon (Michelle Milley), qui dans la vie va devenir l’épouse de l’auteur. L’action se déroule rue Vieille-du-Temple, dans un milieu bourgeois. La jeune fille de 19 ans a de la spontanéité et de l’enjouement, mais souvent trop d’esprit83 quand elle domine son correspondant. Certaines lettres jouent sur la tonalité burlesque, comme l’épisode du pot de chambre jeté par une « pisseuse » sur la tête de Boursault : « […] quand je heurtais chez moi, on ne voulait pas ouvrir la porte, de peur que ce ne fût quelque gadouart qui cherchât à rallumer sa chandelle84 » ; le personnage du prétendant normand est grotesque, tout comme la dispute dans la famille de Babet :

  • 85 Ibid., p. 259, lettre 53.

Hier, dis-je, il arriva chez nous un si grand vacarme que toute la famille est en désordre : mon frère, que j’aime autant pour frère que je t’aime pour amant, battit ce malheureux du Mesnil ; mon père battit mon frère, j’eus quelques soufflets à la traverse, dont je me serais bien passée ; et qui pis est, d’abord que le jour commencera de se montrer, on me doit mener en religion85.

23Par la peinture de la vie privée, ce recueil semble déjà annoncer certaines scènes des Illustres Françaises de Robert Challe.

  • 86 Le titre révélateur de la nouveauté : « Treize lettres de suite » (Boursault 1699-1700, t. II, p. 3 (...)
  • 87 Ibid., p. 347.
  • 88 Ibid., p. 434, l. 10.
  • 89 Ibid., p. 417, l. 8.
  • 90 La dame commente ses lettres, développe des « questions d’amour » et reprend les arguments des mono (...)
  • 91 Voir les reproches faits au cavalier dans la première lettre, ibid., p. 350.
  • 92 Ibid., p. 401, l. VII.

24En 1697, Boursault revient à cette forme épistolaire avec les Sept puis Treize Lettres amoureuses d’une dame à un cavalier (1699)86. Il s’agit cette fois d’un ensemble monodique, écrit par une femme que son mariage a déçue. L’avis donne cette fiction pour l’extrait d’une correspondance réelle afin de brouiller les pistes : « On y verra la naissance, le progrès, la violence et la fin d’un amour qui a duré plus de quinze ans ; avec les intrigues dont on s’est servi, les traverses qu’on a essuyées, les agitations qu’on a eues, et les obstacles qu’on a surmontés87. » L’intrigue est là encore assez ténue et lacunaire : sa répartition en deux moments − avant et après la chute − manifeste l’influence des Lettres portugaises et annonce les Lettres de la marquise de Crébillon fils. La dame adopte un ton bourgeois, renforcé par les hypocoristiques comme « mon cher petit homme » ou « mon cher enfant » ; elle emploie le verbe « bouder » à propos de son mari88 ; à l’occasion d’un rendez-vous, elle commande des dindonneaux et des fraises pour « un peu de goinfrerie89 ». Boursault s’attache à la duplicité de l’écrit en jouant avec les questions d’amour90 et en peignant la défiance à l’égard du style « honnête » qui respecte trop les convenances91 ; il observe le cœur jusque dans ses roueries quand la dame analyse ses sentiments à l’égard de son mari : « […] il y a peu d’hommes qui aient de meilleures qualités. Je ne lui en connais de mauvaise que celle de mon mari ; et je ne doute point que je n’eusse plus de penchant à l’aimer si j’y étais moins obligée92 ».

  • 93 Publié sans nom d’auteur (Boursault 1675). La nouvelle fut reprise dans les Œuvres de Mme de Villed (...)
  • 94 Boursault 1675, « Le libraire au lecteur », n. p.
  • 95 Ibid., p. 1.
  • 96 Au sens que retient le père René Rapin en 1687.
  • 97 Démoris 2007, p. 260.
  • 98 Boursault 1792.
  • 99 « Louis de Bourbon, prince de Condé », dans Ussieux 1783, t. I, p. 1-70 (le récit ne recouvre que l (...)

25Ces lettres amusèrent certainement les lecteurs du temps, qu’ils soient nobles ou bourgeois, mais le plus grand succès de Boursault romancier fut une nouvelle historique, Le Prince de Condé (1675)93, que même Bayle appréciait. Malgré l’absence de toute dédicace, on ne peut manquer d’y voir une référence au vainqueur de Rocroi, le protecteur de l’écrivain. La préface articule l’histoire et la fiction amoureuse : « On peut regarder comme autant de vérités les endroits qui ne concernent que la guerre, mais on ne garantit pas ceux où l’amour a quelque part, et, à proprement parler, ce n’est ici qu’un petit roman à quoi l’on prête des noms illustres94. » Il s’agit d’un récit assez court qui se déroule durant les guerres de religion entre 1559 et 1568. Sur fond de galanterie, de religion et de politique, il peint la dégradation de la passion comme l’annonce l’incipit : « L’Amour ne fait pas moins de malheureux que la fortune. On a vu de grands hommes résister courageusement à tous les assauts de la fortune, qui n’ont pas eu la force de résister à la moindre attaque de l’amour95. » Tous les protagonistes sont authentiques, mais leurs aventures amoureuses relèvent de la fiction. Le héros, bien qu’aimé par la maréchale de Saint-André, cède à l’ambition et se marie à une autre femme ; la maréchale se venge alors comme une héroïne racinienne, et ne peut retenir le bras de Montesquiou, qui assassine Condé à Jarnac. Par l’insertion de dates, par le rappel des événements connus comme le massacre de Vassy ou la conspiration d’Amboise, l’histoire suscite les sentiments amoureux et l’admiration pour le grand homme « magnanime96 ». Des effets comiques, comme la scène sous le lit du roi, font de la passion privée « une farce sinistre97 », et la monarchie est représentée dans ses faiblesses, qu’il s’agisse de François II, de Charles IX, ou de Catherine de Médicis, pleine de duplicité. Ainsi l’écrivain prend une relative indépendance par rapport à la cour. Le succès continu du Prince de Condé durant le xviiie siècle est confirmé en 1792 quand la nouvelle est publiée, avec une foule de documents, par Jean-Benjamin de La Borde dans sa « Collection de romans historiques98 » ; peu de temps auparavant, le personnage de Louis de Bourbon a été repris dans une nouvelle de Louis d’Ussieux99. Les lecteurs ont tous perçu la modernité de cette « histoire secrète » qui va devenir à la mode, et dont l’efficacité lucide permet au roman d’échapper aux soupçons qui pèsent sur lui.

  • 100 La comédie est dédiée par la femme de Boursault à Mme de Villequier, épouse du duc d’Aumont, zélé s (...)

26Il convient donc de ne pas tenir Boursault pour un écrivain mineur et de ne pas l’enfermer dans les querelles du théâtre et de la satire. Il fut bien de son temps par son parcours soumis au mécénat et aux opportunités de la sociabilité ; il entra dans des réseaux d’hommes et de femmes de lettres ; en écrivain qui avait du métier, il sut atteindre un large public en pratiquant tous les genres qui préparaient la modernité et en les faisant évoluer. Dans la deuxième partie de sa carrière, il développa une réflexion morale sur la monarchie qu’il fallait servir comme des officiers zélés et respectueux de la justice : telle est la leçon qui se dégage de sa dernière « comédie héroïque », Ésope à la cour (1702)100, où le personnage principal, devenu ministre d’État, a pour objectif de dénoncer les abus par ses conseils illustrés de fables.

  • 101 Sur ce concept, voir Grande 2011.

27Mais, dans tous ses combats, Boursault ne perdit pas son « enjouement galant101 ». Quelques vers ajoutés après sa mort sur le registre des baptêmes de Mussy à côté de son acte de naissance peuvent résumer son parcours de Champenois à Versailles :

  • 102 Lambert 1878, p. 443.

Salut aimable auteur du siècle des merveilles,
Dont le plus grand des rois encouragea les veilles ;
Toi qui, tout en sortant de tes agrestes murs,
Sus te tirer du rang des écrivains obscurs ;
Dont l’esprit excellent et la muse légère,
Ont souvent à la Cour eu le secret de plaire
102.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Bayle Pierre, 1720, Dictionnaire historique et critique, troisième édition, Rotterdam, M. Bohm, 4 vol.

Boileau Nicolas, 1966, Œuvres complètes, éd. Fr. Escal, Paris, Gallimard.

Boursault Edme, 1665, Le Médecin volant, Paris, N. Pepingué.

— 1675, Le Prince de Condé, Paris, J. Guignard.

— 1694, Théâtre, Paris, J. Guignard.

— 1699-1700 [1697], Lettres nouvelles de monsieur Boursault, accompagnées de fables, de contes, d’épigrammes, de remarques, de bons mots et d’autres particularités aussi agréables qu’utiles, seconde édition, Paris, N. Gosselin, 2 vol.

— 1715, Lettres de Babet, par feu Monsieur Boursault. Troisième édition augmentée, Lyon, A. Briasson, t. III.

— 1725, Théâtre, nouvelle édition revue et corrigée, Paris, F. Le Breton, 3 vol.

— 1792, Le Prince de Condé, roman historique, suivi d’éclaircissements et de pièces intéressantes sur les règnes de François II, de Charles IX et de Henri III, Paris, Didot, 2 vol.

— 1886, Lettres à Babet, Paris, Quantin.

— 1891, Le reporter d’un évêque : lettres à Monseigneur de Langres, éd. É. Colombey, Paris, Librairies-imprimeries réunies.

— 2001, Germanicus, éd. F. Maine sous la direction de G. Forestier, en ligne : http://www.bibliothequedramatique.fr/PDF/boursault-germanicus (consulté le 19 août 2015).

Dom Carlos et autres nouvelles françaises du xviie siècle, 1995, éd. R. Guichemerre, Paris, Gallimard, p. 267-360.

Grosley Pierre-Jean, 1811, Éphémérides, éd. L.-M. Patris-Debreuil, Paris, Durand et Brunot-Labbe, 2 vol.

Lettres d’amour du xviie siècle, 1994, éd. J. Rohou, Paris, Éd. du Seuil.

Lettres portugaises, lettres d’une péruvienne et autres romans d’amour par lettres, 1983, éd. B. Bray et I. Landy-Houillon, Paris, GF Flammarion.

Molière, 1971, Œuvres complètes, éd. G. Couton, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

— 2010, Œuvres complètes, éd. G. Forestier et Cl. Bourqui, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

Racine Jean, 1999, Œuvres complètes, éd. G. Forestier, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

Rapin René, 1687, Le Magnanime, ou L’éloge du prince de Condé, premier prince du sang, Paris, S. Mabre-Cramoisy.

Sabatier de Castres, Antoine, 1772, Les trois siècles de notre littérature […], Amsterdam / Paris, Gueffier / Dehansi le Jeune.

Ussieux Louis d’, 1783, Les Nouvelles françaises, Paris, Nyon et Belin, t. I, p. 1-70.

Villedieu, Marie-Catherine-Hortense de, 1740-1741, Œuvres de Mme de Villedieu, Paris, Compagnie des libraires, 12 vol.

Études

Beugnot Bernard et Collinet Jean-Pierre, 1999, article « Boursault », dans Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journalistes, Oxford, Voltaire Foundation.

Coulet Henri, 1967, Le roman jusqu’à la Révolution, Paris, A. Colin, p. 235-237, 270-272.

Croft Marie-Ange, 2014, Edme Boursault : de la farce à la fable (1661-1701), thèse de doctorat, université du Québec à Rimouski et université de Paris Ouest-Nanterre (à paraître).

Démoris René, 2007, « Les guerres de religion dans la nouvelle historique entre 1660 et 1680 », dans Jacques Berchtold et Marie-Madeleine Fragonard (dir.), La mémoire des guerres de religion : la concurrence des genres historiques (xvie-xviie siècles), Genève, Droz, p. 251-266.

Grande Nathalie, 2011, Le rire galant : usages du comique dans les fictions narratives de la seconde moitié du xviie siècle, Paris, H. Champion.

Herman Jan, 1989, Le Mensonge romanesque : paramètres pour l’étude du roman épistolaire en France, Amsterdam, Rodopi.

Lambert Charles-Auguste-Joseph, 1878, Histoire de la ville de Mussy-l’Évêque (Aube), Chaumont, impr. C. Cavaniol.

Lever Maurice, 1981, Le roman français au xviie siècle, Paris, Presses universitaires de France.

Moureau François, 2006, La plume et le plomb : espaces de l'imprimé et du manuscrit au siècle des Lumières, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne.

— 2005, Le Théâtre des voyages, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne.

Pizzorusso Arnaldo, 1969, « Boursault et le roman par lettres », Revue d’histoire littéraire de la France, mai-août, p. 525-539.

Zonza Christian, 2003, « Les métamorphoses de l’histoire et de la fiction dans Le Prince de Condé d’Edme Boursault », Dalhousie French Studies, vol. 65, hiver 2003, p. 101-111.

— 2007, La nouvelle historique en France à l’âge classique, Paris, H. Champion.

Haut de page

Notes

1 Ce portrait aurait appartenu à Vivant Denon.

2 Ce sont les termes employés par un correspondant du poète-dramaturge, « Lettre de M. l’abbé P. à l’auteur », dans Boursault 1715, p. 303.

3 Les sites de la ville de Mussy l’honorent en rappelant que la mairie de la ville est l’ancien château des évêques de Langres ; des historiens de l’Aube et un professeur de rhétorique de Troyes ont consacré des notices à Boursault.

4 Boursault meurt rue de Verneuil à Paris en 1701. Il s’agit de l’édition Boursault 1725 ; aucune indication biographique ne figure du vivant de l’auteur dans l’édition de 1699.

5 Boursault 1699-1700, t. II, p. 283. Les lettres à l’évêque de Langres ont été regroupées par Émile Colombey dans Boursault 1891.

6 Le franc-champenois se caractérise par des traits de phonétique, notamment des voyelles supprimées. Le Troyen Pierre-Jean Grosley a constitué un « vocabulaire champenois » : voir Grosley 1811.

7 Boursault 1725, « Avertissement », n. p.

8 « À mon fils religieux théatin », Boursault 1699-1700, t. I, p. 252.

9 « À Monseigneur le Prince », Boursault 1715, p. 19.

10 « À Monsieur Des Barreaux, qui ne croyait en Dieu que lors qu’il était malade », Boursault 1699-1700, t. I, p. 14. Des Barreaux est désigné comme un « père » (ibid., p. 29).

11 Ibid., p. 61, p. 336.

12 « À ma femme », lettre et fable, Lettres nouvelles, Boursault 1699-1700, t. I, p. 255-259. Il s’agit de la comédie intitulée Ésope à la ville (1690).

13 « À Monseigneur l’Évêque de Langres », ibid., p. 362.

14 Ibid., p. 363.

15 Ibid., p. 156.

16 « À Monsieur de Quanteal », Boursault 1715, p. 81.

17 Boursault 1665, dédicace.

18 Boursault 1699-1700, t. I, p. 357.

19 Ibid., p. 192.

20 Ibid., p. 156-157 ; p. 195 « À M. Riel, élu des états de Bourgogne ».

21 Ibid., p. 224.

22 Boursault 1715, l. 49, p. 249-251.

23 Voir par exemple la lettre sur les « ïana », Boursault 1699-1700, t. I, p. 59.

24 Ibid., t. II, p. 236.

25 Ibid., t. I, p. 262, 264-270 (le comédien l’a desservi en le comparant à Molière) ; une lettre évoque sa mort en 1693, ibid., t. II, p. 171.

26 L’« Épître à Monsieur de Malebranche » comporte une fable intitulée « La Colombe et la Fourmi », ibid., t. I, n. p.

27 « À Monseigneur l’évêque de Langres », Boursault 1699-1700, t. II, p. 288 ; nous n’avons pas trouvé d’autre trace écrite de cette admiration de La Fontaine pour Boursault.

28 Boursault 1715, p. 363.

29 Ésope à la cour, Paris, Th. Girard, 1690, n. p.

30 Sabatier de Castres 1772, t. I, p. 164.

31 Boursault 1699-1700, t. I, p. 238.

32 Boursault 1715, p. 7.

33 Boursault 1699-1700, t. I, p. 258.

34 Une lettre est écrite pour soutenir le fils d’une marquise (Boursault 1699-1700, t. I, p. 266). L’auteur parle du roi indirectement (ibid., p. 184, Boursault 1715, p. 16) et s’adresse à Louvois (Boursault 1699-1700, t. I, p. 328-333) qui sera le dédicataire du tome III.

35 Boursault 1715, p. 310.

36 Ibid., p. 289.

37 Paris, Cl. Barbin, 1671.

38 Boursault 1699-1700, t. I, p. 33. Montausier (1610-1690), qui protégea nombre d’écrivains, était l’époux de Julie d’Angennes, rencontrée à l’hôtel de Rambouillet et égérie de la Guirlande de Julie. Tout en fréquentant le cercle des Scudéry, il s’est lié à Chapelain et Conrart et a participé à la querelle des Anciens et des Modernes.

39 Ibid., p. 111, 129 et 218. François de Saint-Aignan (1607-1687), lié à Voiture et à Benserade, écrivit des poésies, devint académicien et soutint beaucoup de gens de lettres. Il est le dédicataire de Marie Stuart et de La Comédie sans titre.

40 Ibid., p. 44.

41 Ibid., p. 334.

42 Boursault 1715, p. 28 et 73.

43 Boursault 1699-1700, t. I, p. 136.

44 Émile Colombey, dans Boursault 1886, notice, p. 8.

45 Boursault 1699-1700, t. II, p. 188.

46 « À Monsieur le président Perrault », Boursault 1715, p. 320.

47 Voir à ce propos la notice de Georges Forestier et Claude Bourqui dans Molière 2010, t. II, p. 1725-1726.

48 La pièce fut représentée en septembre ou octobre 1663 à l’hôtel de Bourgogne, et publiée avec une préface offusquée à la mi-novembre, après L’Impromptu. Boursault dénonce les « invectives » dont il est l’objet, et rappelle qu’il n’est pas la plume d’autres auteurs (voir Molière 1971, t. I, p. 1050-1067).

49 D’où sans doute la réplique de Madeleine Béjart dans L’Impromptu : « Tout le monde attend de vous une réponse vigoureuse, et après la manière dont on m’a dit que vous étiez traité dans cette comédie, vous étiez en droit de tout dire contre les Comédiens, et vous deviez n’en épargner aucun » (Molière 2010, t. II, scène 5, p. 838-840).

50 Ibid., p. 1065, scène 8.

51 Ibid., p. 1606, notice.

52 Ibid., p. 836.

53 Ibid., p. 841.

54 « À Monseigneur l’évêque de Langres », Boursault 1699-1700, t. II, p. 218. Mais l’auteur rappelle que le fameux Despréaux « dont le suffrage est d’un si grand poids » admire cependant quatre de ses vers (ibid., p. 219).

55 « À M. B*** de l’Académie française », Boursault 1715, p. 298-301. Ces arguments sont repris dans l’avis au lecteur de La Satire des satires.

56 Boileau 1966, p. 39.

57 Boileau l’attaque encore dans la satire IX en lui reprochant de se vanter de ne pas avoir lu Horace et Juvénal.

58 La Satire des satires, Boursault 1725, p. 24.

59 Boursault 1715, p. 222, l. 37.

60 La Satire des satires, Boursault 1725, p. 47.

61 Racheter la bibliothèque d’Olivier Patru ou faire maintenir la pension de Corneille, voir Boursault 1699-1700, t. II, p. 149-150.

62 Lettre à Brossette, 1er avril, 1700, Boileau 1966, p. 642.

63 On peut lire ce texte dans Racine 1999, t. I, p. 439-441.

64 Voir la notice de Georges Forestier, ibid., p. 1401-1402.

65 Ibid., p. 439.

66 « À Monseigneur l’Évêque de Condom sur son livre de l’Histoire universelle », Boursault 1699-1700, t. I, p. 19.

67 Boursault 1694.

68 Voir Moureau 2005, p. 141-148.

69 Moureau 2006, p. 266.

70 « À Monseigneur le Prince », Boursault 1715, p. 16.

71 Boursault en souligne l’originalité dans l’Avertissement.

72 Comédie en cinq actes, représentée en 1683. Elle a été d’abord publiée sous le nom de l’acteur Poisson. Dans l’avis au lecteur Boursault souligne ensuite qu’il n’est pas l’auteur de l’énigme salace qui apparaît à la fin de la comédie ; « Mon dessein, en faisant cette pièce de théâtre, n’a pas été de donner aucune atteinte à un livre que son débit justifie assez ; mais seulement de satiriser un nombre de gens de différents caractères, qui prétendent être en droit d’occuper dans le Mercure galant la place qu’y pourraient légitimement tenir des personnes d’un véritable mérite » ; à ce sujet, voir Moureau 2006, p. 282-283.

73 Boursault 1725, t. II, p. 231.

74 Donneau de Visé, l’écrivain le plus riche de son temps, vivait dans le ghetto doré des Galeries du Louvre.

75 Voir Lever 1981, p. 225-228.

76 Boursault 1715, p. 156-157, l. 12.

77 « À Madame la Marquise de B*** sur l’indigence du théâtre », Boursault 1699-1700, t. I, p. 306-307 ; la pièce intitulée La Princesse de Clèves fut représentée deux fois en décembre 1678, puis remaniée dans la tragédie de Germanicus ; voir à ce sujet Maine 2001-2002.

78 Lettres de Babet (Boursault) et Lettres d’une dame de qualité à son amant (Crébillon), Iéna, Felix Fikelscherr, 1764, Présentation.

79 Voir la notice d’Émile Colombey dans Boursault 1886. Ces lettres ont été publiées dans Lettres portugaises… 1983, p. 101-171, et dans Lettres d’amour du xviie siècle 1994.

80 Boursault 1699-1700, t. II, p. 347-459.

81 Voir à ce sujet Herman 1989 et Pizzorusso 1969.

82 Boursault 1715, préface, n. p.

83 Voir les lettres 2 et 3, ibid., p. 133.

84 Ibid., p. 180-181, lettre 23.

85 Ibid., p. 259, lettre 53.

86 Le titre révélateur de la nouveauté : « Treize lettres de suite » (Boursault 1699-1700, t. II, p. 350).

87 Ibid., p. 347.

88 Ibid., p. 434, l. 10.

89 Ibid., p. 417, l. 8.

90 La dame commente ses lettres, développe des « questions d’amour » et reprend les arguments des monologues de la princesse de Clèves (ibid., p. 380-381, l. 5).

91 Voir les reproches faits au cavalier dans la première lettre, ibid., p. 350.

92 Ibid., p. 401, l. VII.

93 Publié sans nom d’auteur (Boursault 1675). La nouvelle fut reprise dans les Œuvres de Mme de Villedieu 1740-1741, t. XI, p. 3-138 ; elle connut nombre de rééditions et des traductions. Le Prince de Condé a été édité dans Guichemerre 1995, p. 267-360. Voir aussi Zonza 2003 et 2007, ainsi que Démoris 2007.

94 Boursault 1675, « Le libraire au lecteur », n. p.

95 Ibid., p. 1.

96 Au sens que retient le père René Rapin en 1687.

97 Démoris 2007, p. 260.

98 Boursault 1792.

99 « Louis de Bourbon, prince de Condé », dans Ussieux 1783, t. I, p. 1-70 (le récit ne recouvre que la première partie du roman de Boursault).

100 La comédie est dédiée par la femme de Boursault à Mme de Villequier, épouse du duc d’Aumont, zélé serviteur de Louis XIV pendant la campagne de Flandre. L’avis au lecteur promet d’« excellents traits de morale ».

101 Sur ce concept, voir Grande 2011.

102 Lambert 1878, p. 443.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Gevrey, « Edme Boursault : de la polémique au roman », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2015, mis en ligne le 28 octobre 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://crcv.revues.org/13290 ; DOI : 10.4000/crcv.13290

Haut de page

Auteur

Françoise Gevrey

Françoise Gevrey est professeur émérite de littérature française du xviiie siècle à l’université de Reims Champagne-Ardenne. Elle a travaillé particulièrement sur la fiction (L’Illusion et ses procédés de La Princesse de Clèves aux Illustres Françaises, J. Corti, 1988) et sur ses liens avec les moralistes. Elle a codirigé un volume sur les textes critiques de Houdar de La Motte (H. Champion, 2002), et édité deux volumes de contes pour la « Bibliothèque des génies et des fées » (H. Champion, vol. 18, Voisenon et autres conteurs, 2007 ; vol. 19, Les génies instituteurs, mars 2014). Elle a aussi codirigé un volume sur les Visages de Cazotte (Épure, 2010) et un autre sur L’anthologie : histoire et enjeux d’une forme éditoriale du Moyen Âge au xxie siècle (Épure, 2014).

Haut de page

Droits d’auteur

© Françoise Gevrey / 2015 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org