Navigation – Plan du site

François Girardon à Troyes : un enfant du pays au service de son roi

François Girardon in Troyes: a child of the country in the service of his king
Alexandre Maral

Résumés

Connu par un croquis inédit conservé à la Bibliothèque nationale de France, le plan de place Royale à Troyes correspond à un projet de Girardon, antérieur à 1683, pour sa ville natale. Il s’inscrit dans la réflexion du sculpteur sur le monument public à la gloire de Louis XIV, dont la place Vendôme à Paris, la place Royale de Pau, le château de Meudon et l’arc de triomphe de Tours allaient par la suite offrir d’autres exemples. À la différence de ces derniers, le projet troyen devait être financé par son auteur. Outre la statue royale, équestre, Girardon imagina pour cette place un grand obélisque orné d’épisodes de l’histoire locale. S’il ne fut jamais réalisé, cet ensemble illustre l’attachement d’un artiste officiel à ses origines et son désir de promouvoir le culte royal auprès de ses compatriotes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Maral 2014.

1Les libéralités de Girardon à l’égard de sa ville natale ne sauraient se résumer au don du portrait de Louis XIV (fig. 1), destiné à l’hôtel de ville en 1687 et placé trois ans plus tard au-dessus de la cheminée de la grande salle du premier étage, où il est encore possible de l’admirer aujourd’hui1. Ce relief constituait même, en quelque sorte, une solution de repli au regard d’un projet bien plus ambitieux : une véritable ordonnance urbaine, projetée par le sculpteur du roi avant même l’essor du mouvement des places Royales en France.

Fig. 1 : François Girardon, Louis XIV, relief, 1687-1690. Troyes, hôtel de ville.

Fig. 1 : François Girardon, Louis XIV, relief, 1687-1690. Troyes, hôtel de ville.

Photo : © Alexandre Maral

Une place Royale à Troyes

2Après avoir mentionné les réalisations de Girardon pour l’hôtel de ville et l’église Saint-Jean-du-Marché, l’érudit troyen Pierre-Jean Grosley ajoute, dans son « Mémoire sur la vie et les ouvrages de M. Girardon» :

  • 2 Grosley 1854, p. 300-301 et 2010, p. 518. Voir aussi Corrard de Bréban 1850, p. 17.

Ce qu’il a fait pour sa patrie n’est rien en comparaison de ce qu’il a eu dessein d’y faire en différents temps. […] Lorsque M. Colbert vivoit, Girardon vouloit se servir de la protection que lui accordoit ce grand ministre pour faire construire devant notre hôtel de ville une place au milieu de laquelle il auroit mis une statue équestre de Louis XIV. J’ai ouï dire à des personnes qui ont vu le dessein qu’il avoit fait pour cette place, que l’on avoit conservé la Belle Croix, qui est un ouvrage de bronze haut de plus de cent pieds, et chargé d’une quantité d’ornements du même métal, et que, pour répondre à cette croix, il auroit élevé de l’autre côté un obélisque de marbre de la même hauteur, sur lequel M. Girardon auroit représenté en bas-reliefs les faits les plus intéressants de l’histoire de Troyes. Il ne demandoit rien pour tous ces ouvrages que l’honneur de les faire. L’hôtel de ville est fort bien bâti. Il auroit été d’un grand ornement pour cette place, à laquelle cinq des plus belles rues auroient abouti2.

  • 3 Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, collection Champagne, no 62, fo 176. Je remerc (...)
  • 4 Sur la Belle Croix, voir Grosley 1811, t. II, p. 234-235.

3Conservé à la Bibliothèque nationale de France, le « Plan de la place que Mr Girardon avoit entrepris de faire construire devant l’hôtel de ville de Troyes » est un croquis (fig. 2), d’une main anonyme, correspondant à ce projet3. La Belle Croix y figure sur la partie gauche, c’est-à-dire au sud-ouest de la place : ce monument de bronze datait de la fin du xve siècle4. Girardon projeta de reprendre la forme triangulaire de son piédestal pour son obélisque, figuré au nord-est de la place. En face de la façade de l’hôtel de ville, le centre de la place aurait été occupé par la statue équestre de Louis XIV.

Fig. 2 : Projet de François Girardon pour une place Royale devant l’hôtel de ville de Troyes, dessin anonyme. Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, collection Champagne, n° 62, fo 176.

Fig. 2 : Projet de François Girardon pour une place Royale devant l’hôtel de ville de Troyes, dessin anonyme. Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, collection Champagne, n° 62, fo 176.

Photo : © Alexandre Maral

Fig. 3 : Hôtel de ville de Troyes, façade.

Fig. 3 : Hôtel de ville de Troyes, façade.

Photo : © Alexandre Maral

  • 5 Courtalon-Delaistre 1783-1784, t. II, p. 397.
  • 6 Morel-Payen 1935, p. 12-13.
  • 7 Levantal 2009, vol. 1, p. 274.
  • 8 Courtalon-Delaistre 1783-1784, t. I, p. 207-208, et t. II, p. 398 ; Grosley 1811-1812, t. II, p. 54 (...)

4Lié au chantier de la construction de l’hôtel de ville de Troyes (fig. 3), le projet de Girardon semble représenter aussi une étape de la réflexion menée sur le parti à donner à la représentation du souverain à l’extérieur. Selon l’érudit troyen Courtalon-Delaistre, sur la façade de l’hôtel de ville, « on avoit d’abord projetté de mettre dans la niche de façade l’effigie équestre de Louis XIV, mais, depuis la construction de cet édifice, on trouva qu’elle seroit de trop petite proportion5 ». Ce dispositif remontait probablement à l’origine du projet architectural de Cottard, c’est-à-dire entre 1665 et 16696. Il n’est pas impossible non plus, Louis XIV étant passé à Troyes en février 1668, qu’il ait eu pour fonction de commémorer la visite du souverain7. Quoi qu’il en soit, la niche centrale de la façade ne fut pourvue d’une effigie royale – pédestre – qu’en 1687 : elle était due à un sculpteur local nommé François Mignot8.

Projets d’effigies royales à l’époque de Colbert

5Mentionné par Grosley, le rôle de Colbert, d’origine champenoise, n’est pas à négliger. Au moins à cinq reprises, le surintendant des Bâtiments du roi avait en effet projeté un monument public parisien à la gloire du roi.

  • 9 Colbert 1861-1873, t. V, p. 251-258, « Mémoire au cavalier Bernin », p. 258.
  • 10 Fréart de Chantelou 2001, p. 117-118 (13 août 1665) ; Maral 2009d, p. 380.
  • 11 Mirot 1904, p. 277 ; Wittkover 1961, p. 519.
  • 12 Wittkover 1961, p. 520.

6Dès 1664, Colbert avait eu l’idée de doter Paris, sur la rive gauche de la Seine, d’une grande place « au milieu de laquelle on pourroit élever quelque monument à la gloire du roy9 ». En 1665, il avait prié le Bernin de réfléchir à un projet de statue équestre du roi, entre deux colonnes, sur une esplanade à aménager entre le Louvre et les Tuileries10. En décembre 1667, il avait officiellement passé commande au Bernin de la statue équestre de Louis XIV – « Je souhaiterois passionnément que vous voulussiez bien faire la figure du roy à cheval, de marbre11 » –, destinée l’année suivante à orner le futur Pont-Royal12.

  • 13 Tessin 1932, p. 255 (qui indique toutefois, au sommet de l’obélisque, une allégorie de « La Gloire  (...)
  • 14 Picon 1988, p. 171 et 223-230 ; Gady 1999, p. 49-51 ; Beauvais 2000, t. II, p. 774-776 ; Ziegler 20 (...)

7En 1668, Le Brun avait publié son projet de « Pyramide du Louvre13 » : un obélisque, surmonté d’une statue de Louis XIV, prévu pour prendre place dans la cour Carrée ou devant la façade orientale du Louvre. À la même époque, l’effigie équestre du souverain avait été envisagée au sommet de cette dernière, ainsi qu’au couronnement de l’arc de triomphe de la place du Trône14.

  • 15 Bresc-Bautier 2008a ; Maral 2009a, p. 42-43.
  • 16 Liste des tableaux et pièces de sculpture… 1869, p. 32. Le « cheval de bronze du duc de Lorraine » (...)

8En 1670, le transfert spectaculaire, de Nancy à Paris, du cheval de bronze prévu depuis 1621 pour porter l’effigie du duc Charles III de Lorraine, avait fait prévoir la réalisation d’un monument public de grande ampleur15 : confié à Le Hongre, qui avait assis son cavalier royal sur le cheval lorrain, le modèle mixte de cette première statue équestre de Louis XIV était exposé depuis 1673 dans la cour du palais Brion, occupé alors par l’Académie royale de peinture et de sculpture16.

  • 17 Maral 2010, p. 76-80.

9Entre 1679 et 1683, Girardon lui-même fut rétribué à plusieurs reprises pour son travail d’élaboration d’un grand monument équestre de Louis XIV17. Ce dernier était destiné à être installé à l’emplacement de l’hôtel de Soissons, dont la destruction était envisagée pour permettre l’ouverture d’une grande place, puis à Versailles, dans la cour Royale. Bien que Girardon y travaillât encore en 1685, ce projet fut abandonné par Louvois, le successeur de Colbert en 1683.

  • 18 Souchal 1977-1993, t. I, p. 8-10, et t. IV, p. 2-3 ; Martin 1986, p. 171-177.

10En dehors de ces monuments prévus et financés par l’administration royale avant la mort de Colbert en 1683, un seul projet comparable à celui de Girardon avait vu le jour en province : en 1676, les capitouls de Toulouse avaient envisagé l’ouverture d’une place Royale devant le Capitole pour accueillir une statue équestre du roi18. Élaboré en cire par Marc Arcis en 1685, le modèle de cette dernière devait demeurer à l’état de projet.

Girardon et le monument public à la gloire du roi

11S’il ne se traduisit pas à Troyes sous la forme initialement prévue par Girardon, le projet de monument public à la gloire du souverain semble avoir inauguré une suite de chantiers comparables, auxquels Girardon fut étroitement associé en d’autres lieux.

  • 19 Boislisle 1889, p. 116-164 ; Corrard de Bréban 1850, p. 37 ; Francastel 1928, p. 26-30 et 81-82 ; O (...)

12En 1685, Girardon fut chargé par Louvois de l’élaboration du monument équestre de la place des Conquêtes, ou place Vendôme, à Paris19. Réalisée par Jean-Balthasar Keller, la fonte eut lieu en 1692, et la statue, achevée en 1694, fut inaugurée en 1699.

  • 20 Lacaze 1879 ; Guiffrey 1879 ; Boislisle 1889, p. 236-237 ; Souchal 1977-1993, t. II, p. 58.

13En 1688, Girardon fut également chargé de définir le modèle d’une statue pédestre de Louis XIV pour la place Royale de Pau, située devant l’église Saint-Louis20. La commande émanait des États de Béarn, qui passèrent contrat en août 1690 avec Marc Arcis : exécutée à partir d’un modèle à grandeur dû à ce dernier, qui travailla d’après le projet de Girardon, la statue en bronze fut érigée en 1692.

  • 21 Martin 1986, p. 211-21 ; Souchal 1977-1993, t. II, p. 58-60, et t. IV, p. 112 ; La Moureyre 2008a, (...)

14En novembre 1690, Louvois conclut un contrat avec Keller pour une nouvelle statue équestre en bronze de Louis XIV, d’après un modèle de Girardon, destinée à son château de Meudon21. Louvois mourut en 1691, mais Girardon et Keller tinrent à réaliser la fonte, à leurs frais. L’œuvre fut achetée par le maréchal de Boufflers, qui l’installa devant son château en Picardie en 1701.

  • 22 Boislisle 1889, p. 237-238 ; Grandmaison 1902, p. 180 et 185 ; Francastel 1928, p. 57 et 86 ; Souch (...)

15Enfin, vers 1692, Girardon fut chargé par la ville de Tours de travailler à un modèle de statue pédestre de Louis XIV en bronze, destinée à surmonter l’arc de triomphe érigé à l’extrémité de la rue Saint-Louis (actuelle rue Nationale)22. Quoique rétribué en mars 1693, son modèle ne fut jamais traduit dans le bronze.

Girardon, l’évergète de Troyes

  • 23 Grosley 1854, t. I, p. 298.

16Selon Pierre-Jean Grosley, « M. Girardon a toujours conservé un tendre amour pour sa patrie. Tout Troyen étoit bien venu chez lui. Il sollicitoit avec plaisir des grâces pour ses compatriotes auprès des ministres et du roi même. Il donnoit à sa patrie tout le temps qu’il pouvoit dérober à ses travaux23 ».

  • 24 Ibid., p. 302 ; Grosley 1780, p. 124-125.

17C’est probablement au cours des divers séjours, brefs mais réguliers, du sculpteur à Troyes que ce dernier répondit, sans doute par amitié, à quelques commandes locales de particuliers. Dans son Mémoire de 1742, Grosley cite « de très beaux ouvrages » de Girardon à l’hôtel des Ursins et, dans sa notice biographique de 1780, l’historien troyen cite également le décor en stuc de la maison Gaulard, qui venait d’être détruit et dont le principal élément était un relief représentant une danse d’enfants24.

  • 25 Grosley 1854, t. I, p. 301-302.
  • 26 Grosley 1780, p. 125.

18Dans son Mémoire de 1742, Grosley mentionne par ailleurs l’ensemble, réalisé « pour M. Dare, seigneur de Vaudes et maire de Troyes en 1676 », des « vingt bustes de grandeur plus que naturelle de rois et d’empereurs d’après des antiques grecques et romaines. Il y en a, parmi, quelques-uns des derniers rois et des reines de France25 » : « Ces bustes sont fort endommagés par les injures du temps. La maison où ils sont est actuellement occupée par M. le comte d’Hénin et M. le commandeur son frère. » Placés en extérieur, ces bustes n’existaient plus en 178026.

  • 27 Grosley 1811-1812, t. II, p. 381-389.
  • 28 Recueil de vers choisis 1693, p. 170.

19Dans un texte publié en 1777, Pierre-Jean Grosley décrit la « coterie » troyenne – que son père et lui-même avaient connue – gravitant autour des deux frères Simon, détenteurs de charges importantes dans l’administration fiscale27. L’un des frères, également intendant du duc de La Feuillade, fut le destinataire de la lettre en vers de La Fontaine, publiée en 1693, où il est question de Girardon, « votre Phidias et le mien », « l’honneur du nom troyen », comparé au sculpteur Lysippe, le portraitiste officiel d’Alexandre le Grand28. En 1678, un ballet sur le thème de la paix de Nimègue avait été composé et exécuté par les membres de cette société, milieu fervent innervé par la cour et occupé à célébrer localement l’œuvre et l’image de son roi.

  • 29 Troyes, musée des beaux-arts, inv. 834.7. Corrard de Bréban 1850, p. 26 ; Francastel 1928, p. 30-31 (...)

20En outre, toujours selon Grosley, « la coterie troyenne participait aux plaisirs qu’offraient les châteaux des Cours, de Rosières et de Villacerf », qui, « au voisinage de Troyes, rapprochaient d’elles des hommes qui figuraient avec avantage dans la meilleure compagnie de Paris ». Parmi ces derniers, Grosley mentionne les frères Perrault – la famille de l’épouse de Charles, Marie Guichon, étant propriétaire du château de Rosières –, ou encore Colbert de Villacerf, le bâtisseur du château éponyme. C’est pour ce dernier que Girardon devait sculpter, entre 1686 et 1691, le buste de Louis XIV (fig. 4) conservé aujourd’hui au musée des beaux-arts de Troyes29.

Fig. 4 : François Girardon, Louis XIV, buste, marbre, 1686-1691. Troyes, musée des beaux-arts, inv. 834.7.

Fig. 4 : François Girardon, Louis XIV, buste, marbre, 1686-1691. Troyes, musée des beaux-arts, inv. 834.7.

Photo : © Alexandre Maral

Le don d’une effigie royale

21Tout comme pour son geste de 1687-1690, Girardon entendait offrir à sa ville natale un monument conçu et financé par lui-même. Dans la mesure où il s’agissait d’un programme d’aménagement urbain à la gloire de Louis XIV, le projet était assez ambitieux.

  • 30 Jones 2007, p. 265-266 ; Maral 2009c.

22Pour autant, un sculpteur avait déjà donné l’exemple : en 1672, Jean Warin avait fait don au roi d’une grande statue de Louis XIV en marbre30. Cette dernière fut placée dans le Grand Appartement du château de Versailles, devenant ainsi en quelque sorte un monument public.

  • 31 Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. MR 1836. Souchal 1977-199 (...)
  • 32 Maral 2015, p. 96.
  • 33 Boislisle 1889, p. 10-93 ; Bresc-Bautier 1999b ; Gaehtgens 2003 ; Cenerelli 2003 ; Ziegler 2003 ; J (...)

23De même, en 1681, le maréchal de La Feuillade offrit au roi la statue en marbre de Louis XIV que Martin Desjardins venait d’achever31. Elle fut placée dans l’Orangerie du château de Versailles, où elle est attestée en 168632. Pour en compenser la perte, La Feuillade en commanda dès 1682 une nouvelle, en bronze, à Desjardins, qui fut placée en 1686 au centre de la place des Victoires à Paris33.

24À l’instar du chantier parisien de la place des Victoires, entrepris en 1683, une initiative privée se trouva à l’origine d’un monument public. De même que la municipalité parisienne fut associée au maréchal de La Feuillade, il est probable que Girardon se soit assuré le concours de la ville de Troyes pour la réalisation de son projet, qui concernait l’urbanisme.

L’obélisque

25Autre monument envisagé par Girardon pour la place troyenne, l’obélisque avait pour fonction de faire symétrie à la Belle Croix, que Girardon, tout à son admiration pour le patrimoine local, entendait respecter. Issue de l’Antiquité, cette forme était aussi perçue comme l’expression de la pérennité.

  • 34 Picon 1988, p. 230-232.
  • 35 Beauvais 2000, t. II, p. 655-657.
  • 36 Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, inv. 29423.
  • 37 Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 6155.
  • 38 Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, inv. 30303. Beauvais, t. II, p. 774-775.

26Là encore, Girardon pouvait s’inspirer de projets antérieurs, non exécutés, pour associer l’obélisque à la gloire de Louis XIV. Ainsi, en 1666, Claude Perrault avait proposé d’édifier un grand obélisque sur le Pré aux Clercs, non loin du palais du Louvre, sur la rive gauche de la Seine34. Vers 1668, Le Brun avait envisagé un grand monument devant la façade orientale du Louvre35 : décrite par Claude Nivelon, le biographe de Le Brun, visible aussi sur le frontispice de la thèse de Colbert de Seignelay36 et sur le tableau de Henri Testelin représentant Louis XIV protecteur des arts37, peint pour l’Académie royale de peinture et de sculpture, cette pyramide du Louvre aurait été une fontaine en forme d’obélisque, dotée de figures allégoriques fluviales et de rostres – et dominée par une statue équestre du souverain. Autour de 1670, le même Le Brun avait projeté, pour le couronnement de l’arc de triomphe de la place du Trône, dont il a déjà été question, d’encadrer la statue équestre de Louis XIV de deux obélisques chargés de médaillons sculptés et sommés de fleurs de lys38. L’ensemble devait être assorti d’une dédicace : « À la gloire immortelle de Louis XIIII », qui ne fut pas davantage exécutée.

  • 39 Fassin et Lieutaud 1909, p. 15-17 et 118-124 ; Ziegler 2008, p. 83-94 ; Brandt 2012, t. II, p. 140- (...)

27En 1675, le conseil de la ville d’Arles avait décidé d’ériger sur la place Royale, devant l’hôtel de ville, un obélisque antique provenant du cirque antique d’Arles (fig. 5)39. Achevé en 1677, le nouveau monument fut dédié à Louis XIV : placé sur un piédestal dû au sculpteur Jacques Peytret, sommé d’un globe surmonté d’un soleil de bronze dû à Jean Dedieu, il fut doté d’une inscription dédicatoire rédigée par Paul Pellisson.

Fig. 5 : Obélisque d’Arles.

Fig. 5 : Obélisque d’Arles.

Photo : © Alexandre Maral

  • 40 Gaehtgens 2003, p. 29-31.

28En 1685, le maréchal de La Feuillade, dont il a déjà été question, fit disposer sur la place des Victoires quatre grands pylônes ou fanaux40 : formées chacune de trois colonnes posées sur un socle triangulaire, ces lanternes monumentales pouvaient évoquer la forme de l’obélisque. Elles furent dotées de médaillons de bronze dont l’iconographie offrait un développement au monument central.

En prévoyant de faire figurer des épisodes du passé troyen sur l’obélisque, en associant ce dernier à la statue royale, tout comme la Belle Croix, fleuron artistique du patrimoine local, Girardon mettait en scène une sorte de vision téléologique de l’histoire de Troyes, appelée à partager le sort de la grande histoire nationale, sous l’égide du souverain. Il n’est pas indifférent qu’il ait cherché à associer la ville à cet acte d’allégeance, tant dans son projet d’aménagement de la place devant l’hôtel de ville, formulé avant 1683, que par le monument qu’il fit installer à l’intérieur de ce dernier, en 1687-1690.

29Même s’il est possible de considérer la formule de 1687-1690 comme une forme d’aboutissement du projet antérieur à 1683, l’idée d’une place Royale à Troyes rencontra un échec évident. Ce dernier peut éventuellement être imputé aux difficultés financières de la municipalité, qui aurait dû faire œuvre d’urbanisme, à défaut de prendre en charge la statue équestre et l’obélisque, mais il souligne surtout le manque de soutien officiel, qui eût été nécessaire pour permettre à Girardon d’imposer cette formule relativement novatrice. La mort de Colbert, mais aussi, probablement, l’absence de programme d’aménagement de places Royales défini depuis Versailles, eurent raison de ce projet original, qui eût incontestablement apporté un important complément urbain et iconographique à l’hôtel de ville de Troyes.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Colbert Jean-Baptiste, 1861-1873, Lettres, instructions et mémoires de Colbert, éd. P. Clément, Paris, Imprimerie impériale [puis] Imprimerie nationale, 9 vol.

Courtalon-Delaistre Jean-Charles, 1783-1784, Topographie historique de la ville et du diocèse de Troyes, Troyes, Vve Gobelet, 3 vol.

Grosley Pierre-Jean, 1780, « Suite des Mémoires historiques et critiques », Journal encyclopédique ou universel, oct. 1780, p. 122-132.

— 1811, Éphémérides, éd. L.-M. Patris-Debreuil, Paris, Durand et Brunot-Labbe, 2 vol.

— 1811-1812 [1774], Mémoires historiques et critiques pour l’histoire de Troyes, Paris / Troyes, Volland / Sainton, 2 vol.

— 1854, « Mémoire sur la vie et les ouvrages de M. Girardon », dans Mémoires inédits sur la vie et les ouvrages des membres de l’Académie royale de peinture et de sculpture, éd. L. Dussieux et al., Paris, J.-B. Dumoulin, t. I, p. 292-304.

— 2010, « Mémoire sur la vie et les ouvrages de M. Girardon », dans Conférences de l’Académie royale de peinture et de sculpture, éd. J. Lichtenstein et Ch. Michel (dir.), t. IV : Les Conférences (1712-1746), Paris, Beaux-arts de Paris, vol. 2, p. 509-521.

Levantal Christophe, 2009, Louis XIV : chronographie d'un règne, ou Biographie chronologique du Roi-Soleil établie d’après la Gazette de Théophraste Renaudot : les 28 121 journées du roi entre le 5 septembre 1638 et le 1er septembre 1715, Gollion / Paris, Infolio, 2 vol.

Liste des tableaux et pièces de sculpture exposez dans la cour du Palais-Royal…, 1869 [1673], dans Collection des livrets des anciennes expositions depuis 1673 jusqu’en 1800, t. I : Préface générale sur la publication : exposition de 1673, éd. J. Guiffrey, Paris, Liepmann Sohn et Dufour, p. 29-36.

Recueil de vers choisis, 1693, Paris, G. & L. Josse.

Études

Beauvais Lydia, 2000, Musée du Louvre, département des Arts graphiques : inventaire général des dessins, école française : Charles Le Brun, 1619-1690, Paris, Réunion des musées nationaux, 2 vol.

Boislisle Arthur Michel de, 1889, « Notices historiques sur la place des Victoires et sur la place de Vendôme », Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. XV, année 1888, p. 1-272.

Brandt Mirjam, 2012, « Arles, obélisque », dans François Lemée, Traité des statues, Paris, éd. D. Bodart et H. Ziegler, Weimar, VDG, t. II, p. 140-143.

Bresc-Bautier Geneviève, 1999a, « Utopies royales », dans Geneviève Bresc-Bautier et Xavier Dectot (dir.), Art ou politique ? Arcs, statues et colonnes de Paris, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, p. 61-63.

— 1999b, « Louis XIV, place des Victoires », dans Geneviève Bresc-Bautier et Xavier Dectot (dir.), Art ou politique ? Arcs, statues et colonnes de Paris, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, p. 64-68.

— 2002, « La statue équestre de Louis XIV », dans Luce Gaume et Thierry Sarmant (dir.), La place Vendôme : art, pouvoir et fortune, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, p. 91-95.

— 2008a, « David de Chaligny. Antoine de Chaligny. Le Duc Charles III de Lorraine », dans Geneviève Bresc-Bautier et Guilhem Scherf (dir.), Bronzes français de la Renaissance au siècle des Lumières, cat. exp. (Paris, musée du Louvre, 22 oct. 2008-19 janv. 2009 ; New York, The Metropolitan Museum of Art, 23 fév.-24 mai 2009 ; Los Angeles, J. Paul Getty Museum, 30 juin-27 sept. 2009), Paris, musée du Louvre, p. 180-181.

— 2008b, « Éléments provenant du monument de la place des Victoires », dans Geneviève Bresc-Bautier et Guilhem Scherf (dir.), Bronzes français de la Renaissance au siècle des Lumières, cat. exp. (Paris, musée du Louvre, 22 oct. 2008-19 janv. 2009 ; New York, The Metropolitan Museum of Art, 23 fév.-24 mai 2009 ; Los Angeles, J. Paul Getty Museum, 30 juin-27 sept. 2009), Paris, musée du Louvre, p. 310-317.

Cenerelli Bettina, 2003, « Le courtisan et le roi. François, duc de La Feuillade », dans Luce Gaume et Thierry Sarmant (dir.), La place Vendôme : art, pouvoir et fortune, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, p. 36-47.

Corrard de Bréban Antoine-Henri-François, 1850, Notice sur la vie et les œuvres de François Girardon, de Troyes, sculpteur ordinaire du roi, chancelier et recteur de l’Académie royale de peinture et de sculpture, inspecteur général des ouvrages de sculpture, Troyes, Fèvre.

Fassin Émile et Lieutaud Auguste, 1909, « L’obélisque d’Arles », Bulletin de la Société des amis du vieil Arles, janv. 1909, p. 1-17, avr. 1909, p. 66-67 et juil. 1909, p. 118-136.

Francastel Pierre, 1928, Girardon, Paris, s. n.

Fréart de Chantelou Paul, 2001, Journal de voyage du cavalier Bernin en France, éd. M. Stanić, Paris, Paris, Macula / L’Insulaire.

Gady Alexandre, 1999, « Les portes du Soleil », dans Geneviève Bresc-Bautier et Xavier Dectot (dir.), Art ou politique ? Arcs, statues et colonnes de Paris, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, p. 49-60.

Gaehtgens Thomas, 2003, « La statue de Louis XIV et son programme iconographique », dans Isabelle Dubois, Alexandre Gady et Hendrik Ziegler (dir.), Place des Victoires : histoire, architecture, société, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, p. 8-35.

— 2010, « Place des Victoires », dans Alexandra Gady, Jules Hardouin-Mansart, 1646-1708, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, p. 489-494.

Grandmaison Louis de, 1902, « L’arc de triomphe érigé à Tours en l’honneur de Louis XIV (1688-1693) », Réunion des Sociétés des beaux-arts des départements, p. 175-189.

Guiffrey Jules, 1879, « La statue de Louis XIV pour la place Royale de Pau par Girardon et M. Arcis. Documents communiqués par Louis Lacaze », Nouvelles archives de l’art français, p. 343-349.

Guillet de Saint-Georges Georges, 2009, « Sur le portrait du roi de Henry Testelin », dans Conférences de l’Académie royale de peinture et de sculpture, éd. J. Lichtenstein et Ch. Michel (dir.), t. II : Les conférences au temps de Guillet de Saint Georges, 1682-1699, Paris, Beaux-arts de Paris, vol. 2, p. 408-417.

Jestaz Bertrand, 2008, Jules Hardouin-Mansart, Paris, Picard, 2 vol.

Jones Mark, 2007, « La représentation du pouvoir : Jean Warin (1606-1672) au service de Louis XIV », Les Wallons à Versailles, actes de la journée d’études (château de Versailles, 5 déc. 2007), Liège, Commission royale des monuments, sites et fouilles, p. 247-269.

Klidis Artemis, 2001, François Girardon: Bildhauer in Königlichen Diensten, 1663–1700, Weimar, VDG.

La Moureyre Françoise de, 2008a, « Les monuments à Louis XIV », dans Geneviève Bresc-Bautier et Guilhem Scherf (dir.), Bronzes français de la Renaissance au siècle des Lumières, cat. exp. (Paris, musée du Louvre, 22 oct. 2008-19 janv. 2009 ; New York, The Metropolitan Museum of Art, 23 fév.-24 mai 2009 ; Los Angeles, J. Paul Getty Museum, 30 juin-27 sept. 2009), Paris, musée du Louvre, p. 306-309.

— 2008b, « François Girardon. Pied gauche du Louis XIV équestre de la place Louis-le-Grand (ou Vendôme) à Paris », dans Geneviève Bresc-Bautier et Guilhem Scherf (dir.), Bronzes français de la Renaissance au siècle des Lumières, cat. exp. (Paris, musée du Louvre, 22 oct. 2008-19 janv. 2009 ; New York, The Metropolitan Museum of Art, 23 fév.-24 mai 2009 ; Los Angeles, J. Paul Getty Museum, 30 juin-27 sept. 2009), Paris, musée du Louvre, p. 326-327.

— 2008c, « François Girardon. Louis XIV à cheval », dans Geneviève Bresc-Bautier et Guilhem Scherf (dir.), Bronzes français de la Renaissance au siècle des Lumières, cat. exp. (Paris, musée du Louvre, 22 oct. 2008-19 janv. 2009 ; New York, The Metropolitan Museum of Art, 23 fév.-24 mai 2009 ; Los Angeles, J. Paul Getty Museum, 30 juin-27 sept. 2009), Paris, musée du Louvre, p. 328-333.

— 2009, « Le Louis XIV équestre de Girardon », dans Alexandre Maral et Nicolas Milovanovic (dir.), Louis XIV : l’homme & le roi, cat. exp. (Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, 19 oct. 2009-7 fév. 2010), Paris / Versailles, Skira-Flammarion / château de Versailles, p. 162-165.

Lacaze Louis, 1879, Notice sur la place Royale de Pau, 1688-1878, Pau, Bibliothèque municipale de Pau.

Magnien Aline, 1997, « Les bronzes ‘Keller’ », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, année 1996, p. 37-63.

Maral Alexandre, 2009a, « Le mythe vivant. Sculpter Louis XIV », dans d’Alexandre Maral et Nicolas Milovanovic (dir.), Louis XIV : l’homme & le roi, cat. exp. (Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, 19 oct. 2009-7 fév. 2010), Paris / Versailles, Skira-Flammarion / château de Versailles, p. 42-49.

— 2009b, « De l’image au mythe. Les bustes de Louis XIV », dans Alexandre Maral et Nicolas Milovanovic (dir.), Louis XIV : l’homme & le roi, cat. exp. (Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, 19 oct. 2009-7 fév. 2010), Paris / Versailles, Skira-Flammarion / château de Versailles, p. 350-355.

— 2009c, « Imaginer le roi », dans Alexandre Maral et Nicolas Milovanovic (dir.), Louis XIV : l’homme & le roi, cat. exp. (Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, 19 oct. 2009-7 fév. 2010), Paris / Versailles, Skira-Flammarion / château de Versailles, p. 363-364.

— 2009d, « Louis XIV et le Bernin », dans Alexandre Maral et Nicolas Milovanovic (dir.), Louis XIV : l’homme & le roi, cat. exp. (Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, 19 oct. 2009-7 fév. 2010), Paris / Versailles, Skira-Flammarion / château de Versailles, p. 378-381.

— 2010, « La statue équestre de Louis XIV à Versailles », La revue des musées de France. Revue du Louvre, oct. 2010, p. 71-80.

— 2014, « Louis XIV à Troyes : la contribution de Girardon à la définition de l’image royale », L’hôtel de ville de Troyes : histoire, architecture, ornementation et restauration, actes de la journée d'études (Troyes, 13 sept. 2013), Troyes, La vie en Champagne, p. 53-70.

— 2015, « L’Estat présant des figures (1686), première description des sculptures des jardins de Versailles après l’installation de la cour : un document inédit », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 170, fasc. 1, p. 59-102.

Martin Michel, 1986, Les monuments équestres de Louis XIV : une grande entreprise de propagande monarchique, Paris, Picard.

Mirot Léon, 1904, « Le Bernin en France. Les travaux du Louvre et les statues de Louis XIV », Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France », t. XXXI, p. 161-288.

Morel-Payen Lucien, 1935, La construction de l’hôtel de ville de Troyes au xviie siècle (1624-1670), Troyes, J.-L. Paton.

Nivelon Claude, 2004, Vie de Charles Le Brun et description détaillée de ses ouvrages, éd. L. Pericolo, Genève, Droz.

Oudinot Marthe, 1938, « François Girardon, son rôle dans les travaux de sculpture à Versailles et aux Invalides (documents inédits) », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, année 1937, p. 204-248.

Picon Antoine, 1988, Claude Perrault ou la curiosité d’un classique, Paris, A. et J. Picard.

Souchal François, 1977-1993, French Sculptors of the 17th and 18th Centuries: The Reign of Louis XIV: Illustrated Catalogue, Oxford, Cassirer, 4 vol.

Tessin Nicodème, 1932, « Notes de Nicodème Tessin le jeune relatives à son séjour à Paris en 1687 », éd. R.-A. Weigert, Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, 1932, p. 220-279.

Walker Dean, 1982, The Early Career of François Girardon, 1628–1686: The History of a Sculptor to Louis XIV During the Superintendence of Jean-Baptiste Colbert, Ph. D., New York University.

Wittkover Rudolf, 1961, « The Vicissitudes of a Dynastic Monument. Bernini’s Equestrian Statue of Louis XIV », dans Millard Meiss (dir.), Essays in Honor of Erwin Panofsky, New York, New York University Press, t. I, p. 497-531.

Ziegler Hendrik, 2003, « Le demi-dieu des païens. La critique contemporaine de la statue pédestre de Louis XIV », dans Isabelle Dubois, Alexandre Gady et Hendrik Ziegler (dir.), Place des Victoires : histoire, architecture, société, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, p. 48-65.

— 2008, « Algumas reflexões acerca das origens das Praças Reais em França: o reposicionamento do obelisco de Arles em 1676 », dans Miguel Figueira de Faria (dir.), Praças reais: passado, presente e futuro, actes du colloque (Lisbonne, Universidade Autónoma de Lisboa, 23-25 nov. 2006), Lisbonne, Livros Horizonte, p. 83-94.

— 2012, « Paris, arc de triomphe de la place du Trône », dans François Lemée, Traité des statues, Paris, éd. D. Bodart et H. Ziegler, Weimar, VDG, t. II, p. 212-214.

— 2013, Louis XIV et ses ennemis : image, propagande et contestation, Paris / Versailles / Vincennes, Centre allemand d’histoire de l’art / Centre de recherche du château de Versailles / Presses universitaires de Vincennes.

Haut de page

Notes

1 Maral 2014.

2 Grosley 1854, p. 300-301 et 2010, p. 518. Voir aussi Corrard de Bréban 1850, p. 17.

3 Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, collection Champagne, no 62, fo 176. Je remercie Jacky Provence de m’avoir indiqué cette référence inédite.

4 Sur la Belle Croix, voir Grosley 1811, t. II, p. 234-235.

5 Courtalon-Delaistre 1783-1784, t. II, p. 397.

6 Morel-Payen 1935, p. 12-13.

7 Levantal 2009, vol. 1, p. 274.

8 Courtalon-Delaistre 1783-1784, t. I, p. 207-208, et t. II, p. 398 ; Grosley 1811-1812, t. II, p. 543 ; Maral 2014, p. 57.

9 Colbert 1861-1873, t. V, p. 251-258, « Mémoire au cavalier Bernin », p. 258.

10 Fréart de Chantelou 2001, p. 117-118 (13 août 1665) ; Maral 2009d, p. 380.

11 Mirot 1904, p. 277 ; Wittkover 1961, p. 519.

12 Wittkover 1961, p. 520.

13 Tessin 1932, p. 255 (qui indique toutefois, au sommet de l’obélisque, une allégorie de « La Gloire ») ; Guillet de Saint-Georges 2009, p. 413 ; Nivelon  2004, p. 414-415 ; Bresc-Bautier 1999a, p. 61 ; Beauvais 2000, t. II, p. 655-657.

14 Picon 1988, p. 171 et 223-230 ; Gady 1999, p. 49-51 ; Beauvais 2000, t. II, p. 774-776 ; Ziegler 2012, t. II, p. 212-214.

15 Bresc-Bautier 2008a ; Maral 2009a, p. 42-43.

16 Liste des tableaux et pièces de sculpture… 1869, p. 32. Le « cheval de bronze du duc de Lorraine » est encore mentionné par Tessin en 1687 (Tessin 1932, p. 232).

17 Maral 2010, p. 76-80.

18 Souchal 1977-1993, t. I, p. 8-10, et t. IV, p. 2-3 ; Martin 1986, p. 171-177.

19 Boislisle 1889, p. 116-164 ; Corrard de Bréban 1850, p. 37 ; Francastel 1928, p. 26-30 et 81-82 ; Oudinot 1938, p. 236-237 ; Souchal 1977-1993, t. II, p. 55-56, et t. IV, p. 109-111 ; Walker 1982, p. 243-246 ; Martin 1986, p. 92-117 ; Magnien 1997, p. 47-48 ; Klidis 2001, p. 80-81 ; Bresc-Bautier 2002, p. 91-95 ; La Moureyre 2008a, 2008b, 2008c et 2009 ; Ziegler 2013, p. 147-160.

20 Lacaze 1879 ; Guiffrey 1879 ; Boislisle 1889, p. 236-237 ; Souchal 1977-1993, t. II, p. 58.

21 Martin 1986, p. 211-21 ; Souchal 1977-1993, t. II, p. 58-60, et t. IV, p. 112 ; La Moureyre 2008a, p. 308.

22 Boislisle 1889, p. 237-238 ; Grandmaison 1902, p. 180 et 185 ; Francastel 1928, p. 57 et 86 ; Souchal 1977-1993, t. II, p. 66, et t. IV, p. 112.

23 Grosley 1854, t. I, p. 298.

24 Ibid., p. 302 ; Grosley 1780, p. 124-125.

25 Grosley 1854, t. I, p. 301-302.

26 Grosley 1780, p. 125.

27 Grosley 1811-1812, t. II, p. 381-389.

28 Recueil de vers choisis 1693, p. 170.

29 Troyes, musée des beaux-arts, inv. 834.7. Corrard de Bréban 1850, p. 26 ; Francastel 1928, p. 30-31 et 89 ; Souchal 1977-1993, t. II, p. 62 ; Maral 2009b, p. 350-351.

30 Jones 2007, p. 265-266 ; Maral 2009c.

31 Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. MR 1836. Souchal 1977-1993, t. I, p. 251-252 ; Maral 2009a, p. 44-45.

32 Maral 2015, p. 96.

33 Boislisle 1889, p. 10-93 ; Bresc-Bautier 1999b ; Gaehtgens 2003 ; Cenerelli 2003 ; Ziegler 2003 ; Jestaz 2008, t. I, p. 303 ; Bresc-Bautier 2008b ; Gaehtgens 2010.

34 Picon 1988, p. 230-232.

35 Beauvais 2000, t. II, p. 655-657.

36 Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, inv. 29423.

37 Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 6155.

38 Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, inv. 30303. Beauvais, t. II, p. 774-775.

39 Fassin et Lieutaud 1909, p. 15-17 et 118-124 ; Ziegler 2008, p. 83-94 ; Brandt 2012, t. II, p. 140-143.

40 Gaehtgens 2003, p. 29-31.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : François Girardon, Louis XIV, relief, 1687-1690. Troyes, hôtel de ville.
Crédits Photo : © Alexandre Maral
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13312/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 2 : Projet de François Girardon pour une place Royale devant l’hôtel de ville de Troyes, dessin anonyme. Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, collection Champagne, n° 62, fo 176.
Crédits Photo : © Alexandre Maral
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13312/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 3 : Hôtel de ville de Troyes, façade.
Crédits Photo : © Alexandre Maral
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13312/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 4 : François Girardon, Louis XIV, buste, marbre, 1686-1691. Troyes, musée des beaux-arts, inv. 834.7.
Crédits Photo : © Alexandre Maral
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13312/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 5 : Obélisque d’Arles.
Crédits Photo : © Alexandre Maral
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13312/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Maral, « François Girardon à Troyes : un enfant du pays au service de son roi », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2015, mis en ligne le 28 octobre 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://crcv.revues.org/13312 ; DOI : 10.4000/crcv.13312

Haut de page

Auteur

Alexandre Maral

Conservateur en chef chargé des sculptures au château de Versailles et adjoint au directeur du Centre de recherche du château de Versailles. Contact : alexandre.maral@chateauversailles.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Alexandre Maral / 2015 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org