Navigation – Plan du site

Edme Bouchardon : réseau familial d’un sculpteur originaire de Chaumont

Edme Bouchardon: family network of a sculptor from Chaumont
Yvonne Rickert

Résumés

Le présent article analyse les réseaux du sculpteur chaumontais Edme Bouchardon, qui devint sculpteur du roi à Paris, après un long séjour de formation à Rome. Notre étude montre qu’Edme a entretenu toute sa vie durant des relations étroites avec sa famille basée à Chaumont, où son père, Jean-Baptiste, avait son atelier. Edme a essayé de soutenir sa famille et ses parents proches à Chaumont en leur procurant des postes ou des commandes. Il s’est servi de ses contacts parisiens ou versaillais pour faciliter la réussite sociale des membres de sa famille, notamment à son frère cadet Jacques-Philippe.

Dans un second temps, nous nous intéressons aux relations qu’entretenait le sculpteur couronné de succès avec ses élèves : on peut constater qu’Edme les a parfois protégés, mais se méfiait aussi de leur concurrence. C’est le cas de Laurent Guiard, originaire de Chaumont, et de Louis-Claude Vassé. En revanche, force est de constater qu’Edme n’a pas privilégié un recrutement d’élèves ou de collaborateurs venant de sa région natale : le réseau familial a toujours primé sur les contacts régionaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Autrefois Chaumont-en-Bassigny.

1Tout en faisant carrière à Rome, Paris et Versailles, notamment, Edme Bouchardon, sculpteur champenois, a toujours gardé des liens étroits avec sa famille originaire de Chaumont (Haute-Marne) (fig. 1)1. Pour mieux saisir l’importance des réseaux familiaux de l’artiste basé à Paris et travaillant pour la cour versaillaise, il est nécessaire d’examiner attentivement l’organisation de sa vie privée ainsi que celle de son atelier. Le sculpteur a formé à Paris plusieurs élèves qui ont débuté dans l’atelier paternel à Chaumont, comme Laurent Guiard et Jacques-Philippe Parisot, même s’il ne s’appuyait pourtant pas exclusivement sur les seuls réseaux champenois. En revanche, le sculpteur de la statue équestre de la place Louis XV à Paris n’a pas hésité à placer et à soutenir plusieurs membres de sa famille, soit pour les aider dans leur carrière, soit pour gérer au mieux sa propre entreprise. Dans la carrière de Bouchardon, le réseau familial prime sur le réseau régional.

  • 2 Jolibois 1837 ; Carnandet 1855 ; Roserot 1910 ; Colin 1962 ; Weber 1965 ; Ronot 2002. Concernant le (...)
  • 3 Lindblom 1924 et 1925.

2Plusieurs publications intéressant les membres de la famille Bouchardon ont déjà paru : citons notamment la monographie d’Alphonse Roserot sur Edme Bouchardon et celle d’Henry Ronot sur Jean-Baptiste Bouchardon, le père de l’artiste2. Par ailleurs, d’autres publications liées à notre propos, mais demeurées méconnues jusqu’à présent, pourraient apporter de nouveaux éclairages3. On y trouve maints détails et sources d’archives importants, que nous proposons d’examiner avec un œil neuf permettant d’éclairer certains points. Edme Bouchardon a-t-il aidé ou formé des artistes champenois ? Quel type de liens l’artiste travaillant à Paris entretient-il avec sa famille à Chaumont ? Son succès fut-il profitable à l’atelier familial à Chaumont, alors que ce dernier était dirigé par la sœur d’Edme, Jacquette Bouchardon, après le décès du père Jean-Baptiste survenu en 1742 ? Sa ville natale profita-t-elle de dons provenant de l’artiste ?

Fig. 1 : François-Hubert Drouais, Edme Bouchardon, 1758, huile sur toile, 129 × 97 cm. Paris, musée du Louvre, Inv. 4108.

Fig. 1 : François-Hubert Drouais, Edme Bouchardon, 1758, huile sur toile, 129 × 97 cm. Paris, musée du Louvre, Inv. 4108.

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda

Les Bouchardon

3Edme Bouchardon fut formé dans l’atelier de son père à Chaumont, avant de faire carrière hors de sa terre natale. Edme va pourtant garder des liens étroits avec sa famille tout au long de sa vie, ce qui requiert une brève présentation de ses différents membres pour mieux comprendre le rôle dévolu à chacun d’entre eux au bénéfice des diverses entreprises familiales.

  • 4 Carnandet 1855, p. 2 ; Ronot 2002, t. I, p. 20. Il y exécuta un banc d’œuvre et une chaire à prêche (...)
  • 5 Ronot 2002, t. I, p. 38.
  • 6 Carnandet 1855, p. 4. Le mariage eut lieu le 29 octobre 1692.

4Le père d’Edme, Jean-Baptiste, né le 16 mai 1667 à Saint-Didier-en-Velay (Haute-Loire), avait été formé à Lyon et s’était établi à Chaumont vers 16904. En 1709, il est nommé architecte de la ville5. De son union avec Anne Chéré, fille d’un maître cordonnier local, naquirent seize enfants, dont quatre doivent retenir notre attention, au premier rang desquels figure Edme6.

  • 7 Weber 1965, p. 180 ; Chaumont, archives départementales de la Haute-Marne, registres paroissiaux, C (...)
  • 8 Jolibois 1837, p. 6 ; Carnandet 1855, p. 7. Sur les artistes français à l’Académie de France à Rome (...)
  • 9 Correspondance des directeurs… 1887-1912, vol. 8, p. 323, D’Antin à Wleughels, Chantilly, 20 avr. 1 (...)
  • 10 Scherf 2010, p. 117.
  • 11 Ibid. ; Carnandet (1855, p. 11) cite l’an 1736.
  • 12 Almanach royal… 1746, p. 316 et Almanach Royal… 1747, p. 332 ; voir aussi Scherf 2010, p. 117 ; Car (...)

5Né le 29 mai 1698, Edme est envoyé, après un premier apprentissage dans l’atelier de son père, vers 1720 à Paris pour travailler chez le sculpteur Guillaume Coustou, alors directeur de l’Académie royale de peinture et sculpture7. En 1722, le premier prix de sculpture lui est décerné, permettant au jeune artiste de se rendre l’année suivante à Rome en qualité de pensionnaire du roi ; il reste neuf ans dans la Ville éternelle8. Finalement, par l’entremise du duc d’Antin, directeur des Bâtiments du roi, il est rappelé à Paris à la demande de Louis XV9. Après son retour en 1732, il est nommé sculpteur du roi10. Dès 1737, Edme Bouchardon travaille pour l’Académie des inscriptions et belles-lettres en tant que dessinateur des jetons et médailles11. L’ascension sociale de l’artiste est de plus en plus irrésistible : en 1744, il devient membre de l’Académie royale de peinture et sculpture ; deux ans plus tard, il est nommé professeur adjoint, puis professeur12. En 1748, la Ville de Paris lui commande la statue équestre monumentale en bronze de Louis XV, symbole de la reconnaissance officielle des talents de l’artiste.

  • 13 Né le 1er mai 1711, il meurt en 1753, ayant institué Edme comme légataire universel ; voir Carnande (...)
  • 14 Lami 1910-1911, vol. 1, p. 113-114. Lindblom 1925, p. 103.
  • 15 Jean-Baptiste mourut le 15 janvier 1742. Jacquette est née le 29 septembre 1694 et mourut le 16 jui (...)
  • 16 Née le 23 septembre 1715, mourut le 1er février 1783. Ronot 2002, t. I, p. 24.

6Le frère cadet d’Edme, Jacques-Philippe, surnommé Frérot, est lui aussi formé dans l’atelier familial à Chaumont, avant de poursuivre sa formation auprès de son frère Edme à Paris13. Or, Jacques-Philippe fera carrière à l’étranger grâce à son frère, comme on le verra par la suite. En 1741, il est nommé premier sculpteur du roi de Suède, ainsi que directeur de l’Académie royale des arts de Stockholm, fondée en 173514. Jacquette (Jacques), une des sœurs d’Edme, travaille comme doreur avec son père ; après la mort de celui-ci en 1742, elle reprend l’atelier familial à Chaumont15. Reste à évoquer Marie-Thérèse, qui accompagnera son frère Edme à Paris pour tenir son logement16.

  • 17 Lettre d’Edme Bouchardon à sa sœur Jacquette, 18 avril 1733, publiée dans Ronot 2002, vol. 2, p. 11 (...)
  • 18 Lami 1910-1911, vol. 1, p. 113-114 ; Lindblom 1925, p. 100. Concernant les dates du séjour de Jacqu (...)
  • 19 Lindblom 1925, p. 101.
  • 20 Mercier 2007, p. 188.
  • 21 Carnandet 1855, p. 10 ; pour des informations supplémentaires, voir Weber 1965, p. 216-221 et Rabre (...)
  • 22 Inventaire des sculptures commandées… 1909, p. 13 ; Inventaire des sculptures exécutées… 1927, p. 4 (...)
  • 23 Lettre de Jean-Baptiste Bouchardon à son fils Edme, Chaumont, 31 juil. 1737 ; voir Roserot 1894, p. (...)
  • 24 Lindblom 1925, p. 146-147.

7Revenons d’abord à Jacques-Philippe Bouchardon. Il fit fortune en Suède grâce à la bienveillance et à la protection de son frère Edme, ce qui n’a pas été assez souligné jusqu’à présent. Vers 1730, Jacques-Philippe, après une première formation dans l’atelier parental, s’enrôle comme soldat, mais, trois ans plus tard, il demande le soutien de sa famille pour se libérer de ce service17. Son frère Edme, de retour de Rome, le loge chez lui à Paris, probablement de 1734 à 1737/1739, et continue de lui enseigner la sculpture18. Simultanément, Jacques-Philippe suit des cours à l’Académie19. Durant cette période le jeune sculpteur aurait apparemment séjourné quelque temps à Rome, mais les circonstances de ce déplacement ne sont pas clairement établies20. Avant 1739, Edme associe son frère cadet à une commande royale prestigieuse, dont le duc d’Antin l’avait chargé en 1735 : plusieurs sculptures pour le bassin de Neptune à l’extrémité de l’axe nord du jardin de Versailles21. Depuis 1736, Edme travaille au groupe de Protée et aux deux groupes jumeaux pour les rampes latérales du bassin : des dragons marins conduits par des amours ou des génies22. En été 1737, le père des deux sculpteurs, Jean-Baptiste, demande dans une lettre adressée à l’aîné si les travaux à Versailles avancent bien, et si Jacques-Philippe remplit correctement ses tâches : « Vos ouvrages de Versailles et les autres avance t il ? Frérot fait t il son debvoir [sic]23 ? » On peut donc supposer que le cadet aida Edme dans la réalisation de la commande versaillaise, car Jacques-Philippe va emmener plus tard à Stockholm deux plâtres représentant des génies montés sur des dragons, fort probablement deux des modèles pour les statues du bassin de Neptune24.

  • 25 Pour le cas du château de Stockholm, voir Hinners 2012.
  • 26 Tessin 2004, p. 12.
  • 27 Lindblom 1925, p. 96.
  • 28 Ibid., p. 97.
  • 29 Ibid., p. 102.
  • 30 Ibid., p. 103; concernant les liens étroits entre Edme Bouchardon et Caylus, voir Caylus 1762, p. 1
  • 31 Mercier 2007, p. 185.
  • 32 Bernard-Folliot 1993, p. 225.
  • 33 Mercier 2007, p. 199, annexe I, dans lequel il publie le contrat intitulé « Engagement envers Sa Ma (...)
  • 34 Lindblom 1925, p. 105.
  • 35 Ibid., p. 148 ; Weber 1965, p. 211.

8Déjà sous Louis XIV, la Suède avait recruté un grand nombre d’artistes français, depuis les années 1690 surtout, en vue de la reconstruction du château de Stockholm sous l’égide de Nicodème Tessin le Jeune25. Après la mort de ce dernier en 1728, son fils Carl Gustaf Tessin est nommé à la tête de la surintendance des Bâtiments et des Jardins du roi de Suède ; Carl Gustaf va relancer les travaux sur le vaste chantier du château royal avec le concours de l’architecte Carl Hårleman26. Pour ce faire, il leur fallait à nouveau recruter des artistes à l’étranger27. Entre 1732 et 1755, au moins vingt-six sculpteurs français allaient immigrer en Suède28. Pour trouver des sculpteurs doués et disponibles, Carl Gustaf Tessin consulte le comte de Caylus en 1740, qui va lui conseiller d’écrire à l’École de France à Rome29. Il est possible que Caylus – protecteur et ami d’Edme – ait établi le contact entre Carl Gustaf Tessin et Jacques-Philippe Bouchardon30. De plus, Edme s’était rendu en Suède à plusieurs reprises en 1735 et 1736 pour « promouvoir l’Art », puis en 1740 pour préparer la « venue de son frère Jacques-Philippe »31. Carl Gustaf, entre-temps nommé ministre plénipotentiaire suédois à Paris de 1739 à 1742, va finalement soutenir ce recrutement32. Le contrat est signé par Louis de Cardevac, marquis d’Havrincourt, ambassadeur de Louis XV à la cour de Suède, et Jacques-Philippe Bouchardon. Mercier suppose qu’Edme a pu intervenir, afin que les conditions du contrat soient avantageuses pour son frère33. Il est donc évident qu’Edme a soutenu Jacques-Philippe en le formant à Paris et en l’introduisant dans un milieu lui permettant d’être nommé sculpteur du roi de Suède en 1741 et même directeur de l’Académie de Stockholm. Jacques-Philippe travailla douze ans en Suède, jusqu’à sa mort le 19 décembre 175334. Dans la chapelle royale du château de Stockholm, plusieurs œuvres dues à son ciseau montrent l’influence des préceptes d’Edme : des médaillons représentant les apôtres reprennent les statues que l’aîné avait élaborées pour l’église Saint-Sulpice à Paris durant la période d’apprentissage de Jacques-Philippe dans l’atelier de son frère35.

  • 36 Ronot 2002.

9Mais Jacques-Philippe n’est pas le seul à avoir profité du soutien de son frère : comme a pu le montrer Ronot, Edme a également aidé son père, Jean-Baptiste, dans ses démarches pour obtenir des commandes hors de Chaumont ou à affirmer sa notoriété dans la ville provinciale36. Même si Jean-Baptiste disposait de quelques relations à la cour, il est évident que son fils, installé depuis 1732 à Paris, a joué un rôle d’intermédiaire clé. En outre, la proximité géographique de la Champagne avec les centres de pouvoir – Versailles et Paris – a certainement été favorable à Jean-Baptiste, en facilitant des commandes potentielles pour la capitale ou la cour. Plusieurs exemples nous renseignent à ce sujet.

  • 37 Ibid., t. I, p. 80-81 et t. II, p. 266, note 50.
  • 38 Ibid., t. I, p. 80.

10Deux projets pour un arc de triomphe sont commandés à Jean-Baptiste, probablement en 1714, pour commémorer le traité d’Utrecht, par lequel la guerre de Succession d’Espagne s’était close. Nicolas Desmarets, marquis de Maillebois – issu du clan des Colbert, et depuis 1708 contrôleur général des Finances – est l’instigateur de cette commande37. Le contrôleur général des Finances jouissait, depuis 1711, d’une seigneurie à Bourbonne-les-Bains. Pour s’y rendre, il devait passer par Chaumont, où il a pu entrer en contact avec Jean-Baptiste Bouchardon38. Même si aucun des deux projets n’a été réalisé, le cas nous éclaire sur la manière dont se tissaient des liens entre la cour et la province.

  • 39 Ronot 1964, p. 69 ; Ronot 2002, t. I, p. 84-88.
  • 40 Ronot 1964, p. 74 ; Ronot 2002, t. I, p. 87.
  • 41 Ronot 2002, t. I, p. 88. Philibert Orry, né à Troyes, revenait souvent en Champagne ; de plus, il p (...)
  • 42 Ronot 1964, p. 75 ; Ronot 2002, t. I, p. 88.

11En 1734, âgé de 62 ans, Jean-Baptiste élabore un plan pour une place royale d’envergure, non réalisée par la suite (fig. 2 et 3)39. Même s’il n’est pas sûr qu’il s’agisse d’une commande, car il est étonnant qu’un plan aussi élaboré et précis pour une place royale parisienne émane d’un atelier provincial40. Il se peut qu’Edme essaya de seconder son père pour décrocher une commande d’envergure. Edme entretenait des relations avec Philibert Orry, originaire de la Champagne41 ; il n’est pas improbable qu’Edme ait appris par le contrôleur général des Finances le projet de bâtir une telle place à l’honneur du roi dans la capitale, information qu’il a pu relayer auprès de son père42.

Fig. 2 : Jean-Baptiste Bouchardon, Projet pour un centre commercial et administratif autour d’une place royale, élévation et coupe d’un des bâtiments, 1734, plume et lavis d’encre de Chine, 34,5 × 75 cm. Dijon, musée des beaux-arts, ancienne coll. Henry Ronot.

Fig. 2 : Jean-Baptiste Bouchardon, Projet pour un centre commercial et administratif autour d’une place royale, élévation et coupe d’un des bâtiments, 1734, plume et lavis d’encre de Chine, 34,5 × 75 cm. Dijon, musée des beaux-arts, ancienne coll. Henry Ronot.

© Musée des beaux-arts de Dijon / François Jay

Fig. 3 : Jean-Baptiste Bouchardon, Projet pour un centre commercial et administratif autour d’une place royale, plan, 1734, plume et lavis d’encre de Chine, 60 × 52 cm. Dijon, musée des beaux-arts, ancienne coll. Henry Ronot.

Fig. 3 : Jean-Baptiste Bouchardon, Projet pour un centre commercial et administratif autour d’une place royale, plan, 1734, plume et lavis d’encre de Chine, 60 × 52 cm. Dijon, musée des beaux-arts, ancienne coll. Henry Ronot.

© Musée des beaux-arts de Dijon / François Jay

  • 43 Lettre d’Edme Bouchardon à son père, Paris, 31 avr. 1736, publiée dans Ronot 2002, t. II, p. 123.
  • 44 Ibid.

12Un échange épistolaire en 1736 nous renseigne, en outre, sur le fait qu’Edme a soutenu son père dans son statut d’architecte local. Une lettre du fils au père datée du 31 avril 1736 concerne la charge d’architecte de la ville de Chaumont. Jean-Baptiste avait des soucis, qui ne sont pas précisés dans la lettre43. Mais Edme y retrace les démarches qu’il a effectuées en faveur de son père : son ami le collectionneur Pierre-Jean Mariette aurait adressé un placet à M. d’Argenson, probablement Marc-Pierre d’Argenson, lieutenant général de la police, qui aurait écrit, à son tour, au maire de Chaumont pour plaider la cause de Jean-Baptiste44.

  • 45 Lettre de Jean-Baptiste Bouchardon à Edme, Chaumont, 31 juil. 1737, publiée dans Roserot 1894, p. 2 (...)
  • 46 Roserot 1894, p. 269. Avec référence à Thiéry 1787, t. II, p. 433-434 ; Ronot 2002, t. I, p. 176.
  • 47 Ronot 2002, t. I, p. 90.

13En 1737, Jean-Baptiste donne le dessin d’un retable pour l’église Saint-Sulpice à Paris, que le curé de la paroisse lui avait demandé de faire. Ce sera au fils de présenter la feuille, dont on ignore aujourd’hui la localisation, au curé45. Le projet de Bouchardon père ne sera finalement pas retenu et l’autel fut exécuté d’après les desseins des frères Slodtz avec un décor dû à Gilles-Marie Oppenord46. Durant cette même période, Jean-Baptiste soumet par l’intermédiaire de son fils un projet pour l’église parisienne Notre-Dame-des-Victoires, qui, à nouveau, ne sera pas sélectionné malgré sa qualité47.

14À part des soutiens en faveur de son frère et de son père, qui relèvent surtout de leurs intérêts communs d’artistes, Edme n’a pas hésité à aider d’autres membres du clan familial. Le sculpteur emmena une de ses sœurs, Marie-Thérèse, avec lui à Paris en 1732, pour tenir son logement au Louvre. Dans une lettre qu’Edme adresse à son père le 18 novembre 1735, il témoigne de son souci pour sa sœur et son frère Jacques-Philippe, tous deux logés chez lui durant ces années :

  • 48 Lettre d’Edme Bouchardon à son père, Paris, 18 nov. 1735, publié dans Ronot 2002, t. II, p. 122.

J’ai le cœur trop bien placé pour commettre une faute semblable [incommoder son père] et je ne me seroit [sic] point chargé d’une sœure [sic] et d’un frère comme j’ai fait qui ne laisse pas que de me coûter plus de douze cent livre [sic] pour les nourire et entretenir par an. Je le fait [sic] de bon cœur parce que, qui n’aide point ces [sic] proches n’est pas digne de vivre, je n’attend [sic] point de service d’eux, pourvue que mon frère se perfectionne, voilà tous le bien que je lui demande afin qu’il puisse servir de soutien à la famille ; je ne suis pas riche ; je n’ai encore rien amassé. Les commencements sont toujours dure [sic]. J’espère que la suite des temps me metteron [sic] un peu plus à mon aise pour que je puisse acheter ce que j’auré besoin et amasser une poire pour la soif afin d’an faire par à mes proches, si Dieu m’en fait grâce48.

  • 49 Ronot 2002, t. I, p. 24.
  • 50 Chaumont, musée d’art et d’histoire, archives Edme Bouchardon, 2007-3-150. Je tiens à remercier Rap (...)

15Grâce à son séjour dans la capitale et à l’appui de son frère Edme, Marie-Thérèse va faire la connaissance de son futur mari, François Girard, un bourgeois parisien. Après leur mariage en 1742, Marie-Thérèse s’installe à Paris dans le foyer de son époux, et apparemment ne travaille plus chez Edme49. En revanche, tous deux gardent des liens étroits, car après la mort d’Edme en 1762, Marie-Thérèse figure comme légataire universelle du fameux sculpteur50.

  • 51 Lettre d’Edme Bouchardon à sa sœur Nicole-Catherine, du Roulle, 28 nov. 1755 ; voir Carnandet 1855, (...)
  • 52 Chaumont, musée d’art et d’histoire, archives Edme Bouchardon, document sans numéro d’inventaire. L (...)
  • 53 Lettre d’Edme Bouchardon à monsieur Arragebois, du Roulle, 18 juin 1758, publiée dans Carnandet 185 (...)

16En 1755, Edme Bouchardon s’emploie à procurer un emploi à Hugues Voillemier, le mari d’une autre de ses sœurs, Nicole-Catherine51. Quelques années plus tard, Edme aide à nouveau Voillemier à trouver un poste, cette fois-ci comme receveur des traites foraines, même s’il n’est pas établi qu’il s’agisse toujours du mari de sa sœur ou de leur fils Edme Voillemier52. Dans cette affaire, on s’adjoignit le soutien d’un ami du sculpteur parisien, un certain M. Arragebois, subdélégué de la province de Champagne à Chaumont-en-Bassigny, dont Edme Bouchardon avait fait connaissance par le biais d’Estienne Le Cerf, le mari de sa marraine, Marie Dufour53.

Les élèves : protégés ou concurrents ?

  • 54 Liste d’autres élèves ou compagnons d’Edme Bouchardon :
    Peter van Verschaffelt, voir Weber 1965, p.  (...)

17Si la famille de l’artiste a tenu indéniablement une place importante dans la vie professionnelle et privée d’Edme Bouchardon, il n’en va pas de même pour ses élèves. Tiraillé entre protectionnisme et crainte de la concurrence, le sculpteur reconnu n’a pas que soutenu ses disciples et apprentis. Donnons d’abord deux cas où la collaboration a été plutôt fructueuse du point de vue du maître, puis deux exemples de relations conflictuelles54.

  • 55 Il est difficile de savoir si Larchevêque est né à Nîmes ou à Paris le 1er mai 1721. Nous suivons l (...)
  • 56 Cederlund 2003, p. 123 et 2011, p. 112. Pierre-Hubert Larchevêque, Projet de la statue équestre de (...)

18Pierre-Hubert Larchevêque est le modèle d’un émule proche de son maître. Formé dans l’atelier d’Edme Bouchardon durant les mêmes années que Jacques-Philippe, le frère cadet de son précepteur, Larchevêque remporte en 1745 le premier prix de sculpture de l’Académie royale de peinture et de sculpture, ce qui lui permet un séjour dans la Ville éternelle comme pensionnaire de l’Académie de France à Rome55. Après un détour par Nîmes entre 1750 et 1753, Larchevêque est de retour à Paris au début de 1754. Se présente alors pour lui une chance inouïe. Depuis la mort de Jacques-Philippe Bouchardon à Stockholm en 1753, les Suédois sont à la recherche d’un nouveau sculpteur pour mener les chantiers royaux. On s’est probablement tourné vers Edme Bouchardon qui a pu recommander son ancien élève, même si, du côté suédois, on eût préféré un artiste au renom plus affirmé. Mais finalement on opte pour Larchevêque, qui est financièrement moins exigeant et accepte un salaire modeste, sous condition de pouvoir réaliser en Suède une statue équestre en bronze, conscient qu’une telle commande contribuera à sa renommée. Le 31 mars 1755, Larchevêque signe le contrat avec Ulrik Scheffer, l’envoyé suédois à Paris et frère cadet du comte Carl Frederik Scheffer, membre du conseil à Stockholm et promoteur des cultures et sciences. En 1763, l’année même de l’inauguration du monument équestre parisien en l’honneur de Louis XV dû à Edme Bouchardon, le modèle en plâtre de la statue de Gustav II Adolphe sur son destrier est achevé par Larchevêque à Stockholm. Le trot calme du cheval et la sérénité du roi suédois, vêtu en costume historique, rappelle fortement les choix stylistiques de Bouchardon que son émule sut diffuser hors de France (fig. 4)56.

Fig. 4 : Pierre-Hubert Larchevêque, Modèle pour la statue équestre de Gustave II Adolf, 1763, plâtre bronzé, 93 cm (hauteur). Stockholm, Nationalmuseum, NMSk 450.

Fig. 4 : Pierre-Hubert Larchevêque, Modèle pour la statue équestre de Gustave II Adolf, 1763, plâtre bronzé, 93 cm (hauteur). Stockholm, Nationalmuseum, NMSk 450.

© The Nationalmuseum, Stockholm

Le socle est réalisé après 1763 par Johan Tobias Sergel.

  • 57 Ronot 2002, t. I, p. 34 : La graphie diffère : Parisot ou Parizot, voir Lami 1910-1911, vol. 2, p.  (...)
  • 58 Ronot 2002, t. I, p. 34. Son testament date du 10 février 1781 à Épinal. Il y mourut le 15 mars 178 (...)

19Jacques-Philippe Parisot, élève d’abord de Jean-Baptiste, puis d’Edme Bouchardon, devint lui aussi l’un des collaborateurs fidèles du sculpteur parisien. Il entre dans l’atelier de Jean-Baptiste en 1726 et, après la mort de celui-ci, Edme lui demande de le suivre à Paris pour l’aider dans l’exécution de la fontaine de Grenelle57. Parisot continue à travailler pour son ancien maître jusqu’à la disparition d’Edme Bouchardon en 1762. Trois ans après, on le trouve encore à Paris, puis Parisot regagne sa terre natale, proche d’Épinal58.

  • 59 Roserot 1901, p. 370-371 ; Boyer 1968, p. 202 ; Ronot 1991, p. 153 et 159.
  • 60 Roserot 1901, p. 371.
  • 61 Ronot 1991, p. 153.
  • 62 Roserot 1901, p. 372.
  • 63 Roserot 1897, p. 207-209.
  • 64 Roserot 1901, p. 374.
  • 65 Ibid., p. 375 ; Ronot 1991, p. 155. Il reste incertain s’il a obtenu le prix de Rome, ou si Marigny (...)
  • 66 Roserot 1901, p. 383.
  • 67 Draper et Scherf 2003, p. 269.
  • 68 Roserot 1901, p. 385.

20Laurent Guiard, quant à lui, offre le modèle de l’élève qui s’oppose trop ouvertement à son maître. Né le 22 juillet 1723 à Chaumont, Guiard se destine à la sculpture et entame sa formation dans sa ville natale dans l’atelier de Jean-Baptiste Bouchardon. Puis il continue son apprentissage auprès d’Edme à Paris – Guiard étant un des rares élèves originaires de la Champagne auprès de l’illustre sculpteur59. En 1747, Guiard est inscrit comme élève à l’Académie royale de peinture et de sculpture, et Edme intervient auprès de Charles-François-Paul Le Normant de Tournehem, directeur général des Bâtiments du roi, pour lui obtenir une modeste pension60. En 1749, un bas-relief intitulé La Guérison miraculeuse du roi Ézéchias rapporte au jeune apprenti le premier prix de sculpture de l’Académie61. En revanche, il n’a apparemment pas reçu de pension du roi pour aller à Rome. Deux ans plus tard, il est admis à l’École des élèves protégés pour se préparer au concours du prix de Rome62. Les œuvres des pensionnaires étaient régulièrement exposées à Versailles, et Guiard eut l’audace d’y présenter en 1754 une statue de petit format représentant Louis XV à cheval63. On rapporte que Louis XV s’est montré impressionné par la petite maquette de Guiard au point qu’Edme Bouchardon, qui travaillait depuis 1748 à la statue équestre monumentale pour la future place Louis XV à Paris, en fut choqué64. À la suite de cet épisode, Edme rompt les liens avec Guiard, bien que ce dernier cherche à rentrer en grâce auprès de son maître. Étant admis à l’Académie de France à Rome en 1754, Guiard part à Rome l’année suivante65. À son retour en France en 1767, il essaye d’entrer dans l’Académie royale de peinture et de sculpture, mais en vain66. Même s’il jouit de la protection du duc de Choiseul, influent ministre originaire de la région de Chaumont, Guiard ne trouve pas sa place au sein des sculpteurs parisiens67. Il est alors nommé premier sculpteur du duc de Parme en 1769 et part pour l’Italie où il meurt en 178868.

  • 69 Lami 1910-1911, vol. 2, p. 373. Lami cite 1716 comme année de naissance.
  • 70 Mariette 1853-1862, vol. 6, p. 41.
  • 71 Le Normant de Tournehem 1750, p. 31, no 145. Ce projet peu connu est mentionné dans Jollet 2011, p. (...)
  • 72 Paris, Archives nationales, H2 2160, contrats du 17/05/1759 et du 25/10/1759, cité dans Granet 1963 (...)
  • 73 Mariette 1853-1862, vol. 6, p. 41.
  • 74 Chaumont, musée d’art et d’histoire, archives Edme Bouchardon, 2007-3-185, publié dans le Mercure d (...)
  • 75 Caylus 1762, p. 65.
  • 76 Cochin 1880, p. 93.
  • 77 Mariette 1853-1862, vol. 6, p. 41.

21Louis-Claude Vassé s’oppose ouvertement à son maître à la fin de la vie de celui-ci. En 1736, Vassé était entré dans l’atelier d’Edme Bouchardon69. D’après Mariette, le disciple avait un caractère difficile et pour cette raison la collaboration s’était avérée malaisée70. Vassé expose au Salon de 1750 un projet de statue équestre représentant Louis XV destiné à une place publique, dont il nous reste seulement une description71. La date et la notice du projet laissent peu de doute : il s’agit d’un programme concurrentiel pour la future place Louis XV à Paris. On n’a pas de trace de la réaction de Bouchardon, mais apparemment il ne s’est pas opposé au choix de la Ville de Paris de commander à Vassé en 1759 plusieurs réductions de la statue équestre de Louis XV, dont le modèle était achevé sans être encore coulée dans le bronze (fig. 5)72. De plus, sentant sa mort proche en 1762, Bouchardon propose la candidature de Vassé comme successeur à son poste de dessinateur des jetons et médailles ; Mariette était intervenu en ce sens, comme il l’indique lui-même73. Cependant, sachant qu’il ne parviendra plus à mener à terme la statue de Louis XV, Edme Bouchardon demande au prévôt des marchands de Paris de nommer son homologue Jean-Baptiste Pigalle comme son successeur, au détriment de Vassé74. Même s’il ne connaissait Pigalle que superficiellement, Edme considérait son style comme proche du sien, ainsi qu’il ressort d’une lettre citée par Caylus75. De plus, Cochin nous apprend qu’Edme appréciait la statue pédestre de Louis XV que Pigalle venait de terminer à Reims76. Vassé ne pouvait que prendre mal cette destitution, et il a tout mis en œuvre pour intriguer contre Pigalle, comme nous le relate Mariette77.

22Les exemples évoqués ci-dessus nous amènent à constater que l’attention et le soutien que le maître parisien apportait à ses apprentis et compagnons ne dépendaient pas de leurs origines champenoises, même si Bouchardon les recrutait en partie dans l’atelier paternel à Chaumont.

Fig. 5 : Louis-Claude Vassé d’après Edme Bouchardon, Réduction de la statue équestre de Louis XV à Paris, bronze, vers 1764, sans base : h. 60, l. 58, pr. 24,5 cm. Londres, Buckingham Palace, Silk Tapestry Room, collection de S. M. la reine Élizabeth II, RCIN 2128.

Fig. 5 : Louis-Claude Vassé d’après Edme Bouchardon, Réduction de la statue équestre de Louis XV à Paris, bronze, vers 1764, sans base : h. 60, l. 58, pr. 24,5 cm. Londres, Buckingham Palace, Silk Tapestry Room, collection de S. M. la reine Élizabeth II, RCIN 2128.

© Royal Collection Trust / Her Majesty Queen Elizabeth II 2015

Conclusion : les Bouchardon et leur réseau familial

  • 78 Carnandet 1855, p. 14. Ces plâtres sont conservés au musée d’art et d’histoire de Chaumont.

23Si Edme Bouchardon est resté en contact avec sa ville natale de Chaumont, c’est grâce à sa famille. Au-delà de ce fait, il ne semble pas avoir eu d’attachement profond à cette ville champenoise. On constate qu’il n’a pas fait de dons à Chaumont, si ce n’est peut-être les copies en plâtre des statues des Quatre saisons de la fontaine de Grenelle à Paris. Carnandet signale qu’Edme les avait retouchées pour les envoyer ensuite à une personne, elle-même les a remises ensuite à la ville78.

24Edme Bouchardon a pourtant essayé de soutenir sa famille à Chaumont en procurant à plusieurs de ses membres, postes ou commandes. Son frère cadet Jacques-Philippe, notamment, lui doit sa réussite artistique et sociale. Les élèves d’Edme provenaient en partie de l’atelier paternel, comme Laurent Guiard et Jacques-Philippe Parisot. Mais cette provenance ne leur assurait aucunement une protection particulière, comme le montre l’exemple de Guiard.

25Les Bouchardon nous livrent donc le cas d’un clan familial qui soigne ses liens personnels pour mieux s’ancrer dans le milieu professionnel parisien et provincial – une stratégie certainement répandue sous l’ancien régime. L’appui familial en région sert à Edme, tout comme l’installation du fils à Paris profite au père, Jean-Baptiste, et aux autres membres du clan. Le réseau familial repose sur les deux sites géographiques, sans que la Champagne apparaisse pour autant comme une entité identitaire forte.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Almanach royal, année M. DCC. XLVI. […], 1746, Paris, Vve Houry / Le Breton.

Almanach royal, année M. DCC. XLVII. […], 1747, Paris, Vve Houry / Le Breton.

Caylus Anne-Claude-Philippe de Pestels de Lévis de Tubières-Grimoard, comte de, 1762, Vie d’Edme Bouchardon, Paris, s. n.

Cochin Charles-Nicolas, 1880, Mémoires inédits sur le comte de Caylus, Bouchardon, les Slodtz, éd. Ch. Henry, Paris, Charavay Frères.

Correspondance des directeurs de l’Académie de France à Rome avec les surintendants des Bâtiments, publiée d’après les manuscrits des Archives nationales, 1887-1912, éd. A. de Montaiglon et J. Guiffrey, Paris, Charavay, 18 vol.

Le Normant de Tournehem Charles-François-Paul, 1750, Explication des peintures, sculptures et autres ouvrages de Messieurs de l’Academie royale, dont l’exposition a été ordonnée, suivant l’intention de Sa Majesté […], Paris, J.-Fr. Collombat.

Thiéry Luc-Vincent, 1787, Guide des amateurs et des étrangers voyageurs à Paris […], Paris, Hardouin et Gattey, 3 vol.

Études

Bernard-Folliot Denise, 1993, « Relations et échanges artistiques au xviiie siècle », dans Marianne Battail et Jean-François Battail (dir.), Une amitié millénaire : les relations entre la France et la Suède à travers les âges, Paris, Beauchesne, p. 211-236.

Boyer Ferdinand, 1968, « Une lettre de Laurent Guiard, premier sculpteur du duc de Parme », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, p. 201-207.

Bresc-Bautier Geneviève et Scherf Guilhem, 2008, Bronzes français de la renaissance au Siècle des Lumières, cat. exp. (Paris, musée du Louvre, 22 oct. 2008-19 janv. 2009 ; New York, The Metropolitan Museum of Art, 23 fév.-24 mai 2009 ; Los Angeles, J. Paul Getty Museum, 30 juin-27 sept. 2009), Paris, musée du Louvre / Somogy.

Carnandet Jean-Baptiste, 1855, Notice historique sur Edme Bouchardon, suivie de quelques lettres de ce statuaire, Paris, Techener.

Cederlund Johan, 2003, Skulptören Pierre Hubert L’Archevêque, 1721–1778, Helsingborg, Civilen.

 2011, « Two Royal Monuments in Stockholm », dans Charlotte Chastel-Rousseau (dir.), Reading the Royal Monument in Eighteenth-Century Europe, Farnham, Ashgate, p. 107-118.

Colin Odile, 1962, Edme Bouchardon : sculpteur du roi, 1698-1762, cat. exp. (Chaumont, 1962), Chaumont, archives de la Haute-Marne.

Desmas Anne-Lise, 2012, Le ciseau et la tiare : les sculpteurs dans la Rome des papes, 1724-1758, Rome, École française de Rome.

Draper James David et Scherf Guilhem (dir.), 2003, L’esprit créateur de Pigalle à Canova : terres cuites européennes, 1740-1840, cat. exp. (Paris, musée du Louvre, 19 sept 2003-5 janv 2004 ; New York, The Metropolitan Museum of Art, 28 janv.-28 avr. 2004), Stockholm, Nationalmuseum, 12 mai-29 août 2004), Paris, Réunion des musées nationaux.

Granet Solange, 1963, Images de Paris : la place de la Concorde, Paris, Revue géographique et industrielle de France.

Hinners Linda, 2012, De fransöske handtwerkarne vid Stockholms slott 1693-1713, Yrkesroller, organisation, arbetsprocesser, Stockholm, Konstvetenskapliga institutionen, Stockholm universitet.

Inventaire des sculptures commandées au xviiie siècle pour les Bâtiments du roi (1720-1790), 1909, éd. M. Furcy-Raynaud, Le Mans, impr. Monnoyer.

Inventaire des sculptures exécutées au xviiie siècle pour les Bâtiments du roi, 1927, éd. M. Furcy-Raynaud, Paris, A. Colin.

Jolibois Émile, 1837, Notice sur Edme Bouchardon, sculpteur, né à Chaumont, Versailles, impr. Montalant-Bougleux.

Jollet Étienne, 2011, « The King and Others: Multiple Figures in French Royal Monuments of the Modern Era », dans Charlotte Chastel-Rousseau (dir.), Reading the Royal Monument in Eighteenth-Century Europe, Farnham, Ashgate, p. 11-37.

Köhler Markus, 2007, « “Paris est une mer pleine de Sirènes & d’écueils…” Le voyage à Paris de Friedrich Karl von Hardenberg, 1741-1744 », dans Patrick Michel (dir.), Art français et art allemand au XVIIIe siècle : regards croisés, actes du colloque (Paris, École du Louvre, 6 et 7 juin 2005), Paris, Jouve, p. 311-325.

Lami Stanislas 1910-1911, Dictionnaire des sculpteurs de l’École française au dix-huitième siècle, Paris, H. Champion, 2 vol.

Lassalle Victor, 2000, « Le jardin de la Fontaine à Nîmes », dans Congrès archéologique de France : 157e session, 1999, Gard, Paris, Société française d’archéologie, p. 187-202.

Lindblom Andreas, 1925, « Jacques-Philippe Bouchardon, sculpteur du roi de Suède », Gazette des beaux-arts, 5e période, no 11, p. 95-107, 145-155 et 188-205.

 1924, Jacques-Philippe Bouchardon och de franska bildhuggarna vid Stockholms slott under rokokotiden, Stockholm, Almquist & Wiksell.

Mariette Pierre-Jean, 1853-1862, Abecedario de P. J. Mariette et autres notes inédites de cet amateur sur les arts et les artistes, éd. Ch.-Ph. de Chennevières-Pointel et A. de Montaiglon, Paris, J.-B. Dumoulin, 6 vol.

Mercier Jean, 2007, « Les Bouchardon : une famille d’artistes champenois cultivés », Mémoires de la Société académique de l’Aube, t. CXXXI, p. 175-209.

Rabreau Daniel, 2009, « Le Protée d’Edme Bouchardon (1735-1739) : une iconographie à réévaluer au bassin de Neptune de Versailles ? », dans Anne Rolet (dir.), Protée en trompe-l’œil : genèse et survivances d’un mythe, d’Homère à Bouchardon, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 501-513, en ligne : http://www.ghamu.org/IMG/pdf/PROTEE_Introuvable.pdf (consulté le 3 sept. 2015).

Ronot Henry, 1964, « Projet de J.-B. Bouchardon pour un centre commercial et administratif autour d’une place Royale (1734) », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, p. 69-76.

 1991, « Œuvres inédites et document inexploités du sculpteur Laurent Guiard (1723-1788) », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, p. 153-164.

 2002, Jean-Baptiste Bouchardon, Dijon, Faton, 2 vol.

Roserot Alphonse, 1894, « Jean-Baptiste Bouchardon, sculpteur et architecte à Chaumont-en-Bassigny (1667-1742) », Réunion des sociétés savantes des beaux-arts des départements à la Sorbonne, p. 223-282.

 1897, « La statue équestre de Louis XV par Edme Bouchardon », Gazette des beaux-arts, 3e période, no 17, p. 195-213 et 377-390.

 1901, « Laurent Guiard, premier sculpteur du duc de Parme, 1723-1788 », Réunion des sociétés savantes des beaux-arts des départements à la Sorbonne, p. 368-397.

 1910, Edme Bouchardon, Paris, E. Lévy.

Scherf Guilhem, 2010, « Edme Bouchardon : une figure du renouveau », dans Guillaume Faroult, Christophe Leribault et Guilhem Scherf, L’Antiquité rêvée : innovations et résistances au xviiie siècle, cat. exp. (Paris, musée du Louvre, 2 déc. 2010-14 fév. 2011), Paris, Gallimard, p. 114-125.

Tessin Nicodème, 2004, Nicodemus Tessin the Younger: Sources, Works, Collections: Architectural Drawings I: Ecclesiastical and Garden Architecture, éd. M. Olin et L. Henriksson, Stockholm, Nationalmuseum.

Weber Gerold, 1965, Edme Bouchardon: Studien zu seiner Stellung in der französischen Plastik des 18. Jahrhunderts, thèse de doctorat, Vienne, Universität Wien.

Haut de page

Notes

1 Autrefois Chaumont-en-Bassigny.

2 Jolibois 1837 ; Carnandet 1855 ; Roserot 1910 ; Colin 1962 ; Weber 1965 ; Ronot 2002. Concernant le sujet, voir aussi le colloque « Troyes et la Champagne méridionale entre Absolutisme et Lumières : un pays à l’épreuve de la modernité » organisé par le Centre Pithou, Troyes, les 26 et 27 octobre 2007 et le colloque « Art et artistes dans l’espace haut-marnais (xve – xixe siècle) » à Chaumont du 17 au 19 octobre 2014. L’auteur du présent article a soutenu sa thèse de doctorat en histoire de l’art à la Philipps-Universität Marburg sous la direction de Katharina Krause et d’Ulrich Schütte en mai 2015. Elle est intitulée Die Place Louis XV in Paris: Herrscherbild und öffentliche Meinung im Konflikt (La place Louis XV à Paris : image du roi et opinion public en conflit). La publication est prévue pour 2016. La thèse de doctorat d’Édouard Kopp sur les dessins d’Edme Bouchardon est à paraître en 2015. De plus, une exposition consacrée à Edme Bouchardon est envisagée au Louvre pour 2016.

3 Lindblom 1924 et 1925.

4 Carnandet 1855, p. 2 ; Ronot 2002, t. I, p. 20. Il y exécuta un banc d’œuvre et une chaire à prêcher, ainsi qu’un autel de la chapelle de la Vierge pour l’église collégiale de Saint-Jean-Baptiste. Mercier 2007, p. 176. Dans cet article Jean Mercier publie des sources en sa possession qui sont d’une importance primordiale, car demeurées méconnues, à ma connaissance. Je tiens à remercier Catherine Robinet et Jean-Luc Liez de m’avoir fourni un exemplaire de ce document.

5 Ronot 2002, t. I, p. 38.

6 Carnandet 1855, p. 4. Le mariage eut lieu le 29 octobre 1692.

7 Weber 1965, p. 180 ; Chaumont, archives départementales de la Haute-Marne, registres paroissiaux, Chaumont, BMS, E dépôt 19844, fo 27vo. Carnandet (1855, p. 7) et Caylus (1762, p. 4) indiquent novembre au lieu de mai 1698 pour la naissance. La date précise du départ à Paris reste incertaine (Roserot 1910, p. 11).

8 Jolibois 1837, p. 6 ; Carnandet 1855, p. 7. Sur les artistes français à l’Académie de France à Rome, voir Desmas 2012.

9 Correspondance des directeurs… 1887-1912, vol. 8, p. 323, D’Antin à Wleughels, Chantilly, 20 avr. 1732.

10 Scherf 2010, p. 117.

11 Ibid. ; Carnandet (1855, p. 11) cite l’an 1736.

12 Almanach royal… 1746, p. 316 et Almanach Royal… 1747, p. 332 ; voir aussi Scherf 2010, p. 117 ; Carnandet 1855, p. 17 avec d’autres dates : agréé en 1732, reçu en 1744, professeur adjoint en 1745, professeur de l’Académie de peinture et sculpture en 1746.

13 Né le 1er mai 1711, il meurt en 1753, ayant institué Edme comme légataire universel ; voir Carnandet 1855, p. 5 ; Lindblom 1925, p. 105 ; Ronot 2002, t. I, p. 24.

14 Lami 1910-1911, vol. 1, p. 113-114. Lindblom 1925, p. 103.

15 Jean-Baptiste mourut le 15 janvier 1742. Jacquette est née le 29 septembre 1694 et mourut le 16 juin 1756. Ronot 2002, t. I, p. 22 et p. 27.

16 Née le 23 septembre 1715, mourut le 1er février 1783. Ronot 2002, t. I, p. 24.

17 Lettre d’Edme Bouchardon à sa sœur Jacquette, 18 avril 1733, publiée dans Ronot 2002, vol. 2, p. 119.

18 Lami 1910-1911, vol. 1, p. 113-114 ; Lindblom 1925, p. 100. Concernant les dates du séjour de Jacques-Philippe chez son frère Edme, voir Carnandet 1855, p. 39 : d’après une lettre d’Edme à son père, de Paris, le 10 septembre 1734, Jacques-Philippe (Frérot) est à cette date chez Edme à Paris ; voir Ronot 2002, t. II, p. 120. Une lettre de Jacques-Philippe adressée à son père de Paris et datée du 11 novembre 1739 nous enseigne que le jeune artiste se trouvait encore auprès de son frère ainé à cette date ; voir Lindblom 1924, p. 183 ; Ronot 2002, t. II, p. 126-127.

19 Lindblom 1925, p. 101.

20 Mercier 2007, p. 188.

21 Carnandet 1855, p. 10 ; pour des informations supplémentaires, voir Weber 1965, p. 216-221 et Rabreau 2009, p. 503.

22 Inventaire des sculptures commandées… 1909, p. 13 ; Inventaire des sculptures exécutées… 1927, p. 43.

23 Lettre de Jean-Baptiste Bouchardon à son fils Edme, Chaumont, 31 juil. 1737 ; voir Roserot 1894, p. 267-269 et Ronot 2002, t. II, p. 124-125. Lindblom 1925, p. 146, mentionne une lettre d’Edme à son père dans lequel il serait question de la collaboration des deux frères. Lindblom n’indique ni la date, ni la localisation de cette lettre, dont on n’a pas trouvé trace depuis.

24 Lindblom 1925, p. 146-147.

25 Pour le cas du château de Stockholm, voir Hinners 2012.

26 Tessin 2004, p. 12.

27 Lindblom 1925, p. 96.

28 Ibid., p. 97.

29 Ibid., p. 102.

30 Ibid., p. 103; concernant les liens étroits entre Edme Bouchardon et Caylus, voir Caylus 1762, p. 1.

31 Mercier 2007, p. 185.

32 Bernard-Folliot 1993, p. 225.

33 Mercier 2007, p. 199, annexe I, dans lequel il publie le contrat intitulé « Engagement envers Sa Majesté le roy de Suède par le sieur Jacques Philippe Bouchardon sculpteur du roy » et daté du 31 juillet 1741.

34 Lindblom 1925, p. 105.

35 Ibid., p. 148 ; Weber 1965, p. 211.

36 Ronot 2002.

37 Ibid., t. I, p. 80-81 et t. II, p. 266, note 50.

38 Ibid., t. I, p. 80.

39 Ronot 1964, p. 69 ; Ronot 2002, t. I, p. 84-88.

40 Ronot 1964, p. 74 ; Ronot 2002, t. I, p. 87.

41 Ronot 2002, t. I, p. 88. Philibert Orry, né à Troyes, revenait souvent en Champagne ; de plus, il possédait plusieurs propriétés, par exemple sa terre de La Chapelle-Godefroy, près de Nogent-sur-Seine, dans le département de l’Aube, où il séjournait souvent. De plus, il était comte de Vignory, un terroir proche de Chaumont. Orry fut nommé directeur général des Bâtiments du roi en 1737. Voir l’article de Françoise Joulie dans ce même numéro.

42 Ronot 1964, p. 75 ; Ronot 2002, t. I, p. 88.

43 Lettre d’Edme Bouchardon à son père, Paris, 31 avr. 1736, publiée dans Ronot 2002, t. II, p. 123.

44 Ibid.

45 Lettre de Jean-Baptiste Bouchardon à Edme, Chaumont, 31 juil. 1737, publiée dans Roserot 1894, p. 267-269 et republiée dans Ronot 2002, t. II, p. 124-125. Les données du dessin dans Ronot 2002, t. I, p. 232.

46 Roserot 1894, p. 269. Avec référence à Thiéry 1787, t. II, p. 433-434 ; Ronot 2002, t. I, p. 176.

47 Ronot 2002, t. I, p. 90.

48 Lettre d’Edme Bouchardon à son père, Paris, 18 nov. 1735, publié dans Ronot 2002, t. II, p. 122.

49 Ronot 2002, t. I, p. 24.

50 Chaumont, musée d’art et d’histoire, archives Edme Bouchardon, 2007-3-150. Je tiens à remercier Raphaëlle Carreau, directeur du musée d’art et d’histoire à Chaumont, pour son aide et son aimable accueil dans les archives du musée.

51 Lettre d’Edme Bouchardon à sa sœur Nicole-Catherine, du Roulle, 28 nov. 1755 ; voir Carnandet 1855, p. 43, et Ronot 2002, t. I, p. 24. Une notice biographique sur Nicole-Catherine Bouchardon est conservée à Chaumont au musée d’art et d’histoire, archives Edme Bouchardon, don de 1987, document sans numéro d’inventaire.

52 Chaumont, musée d’art et d’histoire, archives Edme Bouchardon, document sans numéro d’inventaire. La traite foraine est une taxe sur les marchandises entrant et sortant d’un territoire. Sur Edme Voillemier, voir Ronot 2002, t. II, p. 9.

53 Lettre d’Edme Bouchardon à monsieur Arragebois, du Roulle, 18 juin 1758, publiée dans Carnandet 1855, p. 47-49. En complément, voir Ronot 2002, t. I, p. 21-22.

54 Liste d’autres élèves ou compagnons d’Edme Bouchardon :
Peter van Verschaffelt, voir Weber 1965, p. 211 ; Lami 1910-1911, vol. 2, p. 391 ; Desmas 2012, p. 114-115.
Philippe Cayeux (1688-1769), voir Weber 1965, p. 204 ; Lami 1910-1911, vol. 1, p. 169-170.
Johann Friedrich Blasius Ziesenis (1715-1785), voir Köhler 2007, p. 313.
Edme Dumont (v. 1719-1775), voir Lami 1910-1911, vol. 1, p. 299-300.
André-Joseph Buttel (?), voir Lami 1910-1911, vol. 1, p. 146-147. Roserot (1897, p. 390) cite le nom Bultel et corrige Cochin (1880, p. 99), qui cite le nom Bustel. Un document à Chaumont, musée d’art et d’histoire, archives Edme Bouchardon, 2007-3-192, pièce 6, cite aussi le nom Bultel. Il reste incertain s’il s’agit d’André-Joseph Buttel, qui apparaît dans le dictionnaire de Lami.
D’autres personnes, probablement des compagnons ou élèves d’Edme, sont cités dans un document intitulé « Mémoire et quittances d’ouvrages fait pour le piédestal de la statue équestre du roy », qui est conservée à Chaumont, musée d’art et d’histoire, archives Edme Bouchardon, 2007-3-192. Ces personnes, sur lesquelles on n’a pas pu trouver des informations supplémentaires, sont les suivantes : Wijnants, dit Flamand (Chaumont, musée d’art et d’histoire, archives Edme Bouchardon, 2007-3-192, pièces 1, 5, 7 et 8), Laperiet et Lambôt [?] (ibid., pièces 2 et 10) et Jean-François Sandrié, charpentier du roi et de la ville (ibid., archives Edme Bouchardon, 2007-3-192, pièce 4).

55 Il est difficile de savoir si Larchevêque est né à Nîmes ou à Paris le 1er mai 1721. Nous suivons l’avis de Lami (1910-1911, vol. 2, p. 29-30), Cederlund (2003, p. 17) et Lassalle (2000, p. 200), qui indiquent Paris comme lieu de naissance. Larchevêque meurt le 26 septembre 1778 à Montpellier. Voir pour ce qui suit : Lindblom 1925, p. 101 ; Lassalle 2000, p. 200 ; Cederlund 2011, p. 107-108  et 2003, p. 55-70.

56 Cederlund 2003, p. 123 et 2011, p. 112. Pierre-Hubert Larchevêque, Projet de la statue équestre de Gustav II Adolf avec une muse de l’Histoire au socle, vers 1763, dessin à la plume, lavée, 155, 54 × 37 cm, Stockholm, Nationalmuseum, inv. NMH CC. Pierre-Hubert Larchevêque, Modèle pour la statue équestre de Gustav II Adolf, 1763, plâtre bronzé, 93 cm hauteur, Stockholm, Nationalmuseum, inv. NMSk 450.

57 Ronot 2002, t. I, p. 34 : La graphie diffère : Parisot ou Parizot, voir Lami 1910-1911, vol. 2, p. 226.

58 Ronot 2002, t. I, p. 34. Son testament date du 10 février 1781 à Épinal. Il y mourut le 15 mars 1785.

59 Roserot 1901, p. 370-371 ; Boyer 1968, p. 202 ; Ronot 1991, p. 153 et 159.

60 Roserot 1901, p. 371.

61 Ronot 1991, p. 153.

62 Roserot 1901, p. 372.

63 Roserot 1897, p. 207-209.

64 Roserot 1901, p. 374.

65 Ibid., p. 375 ; Ronot 1991, p. 155. Il reste incertain s’il a obtenu le prix de Rome, ou si Marigny l’envoie parce qu’il y avait une place vacante. Le directeur général des Bâtiments du roi avait toujours le pouvoir de décision sur les artistes envoyés à l’Académie de France à Rome, voir Desmas 2012, p. 113.

66 Roserot 1901, p. 383.

67 Draper et Scherf 2003, p. 269.

68 Roserot 1901, p. 385.

69 Lami 1910-1911, vol. 2, p. 373. Lami cite 1716 comme année de naissance.

70 Mariette 1853-1862, vol. 6, p. 41.

71 Le Normant de Tournehem 1750, p. 31, no 145. Ce projet peu connu est mentionné dans Jollet 2011, p. 13.

72 Paris, Archives nationales, H2 2160, contrats du 17/05/1759 et du 25/10/1759, cité dans Granet 1963, p. 49 ; Concernant la statue, voir Bresc-Bautier et Scherf 2008, p. 438-441, cat. 121 (notice de Guilhem Scherf).

73 Mariette 1853-1862, vol. 6, p. 41.

74 Chaumont, musée d’art et d’histoire, archives Edme Bouchardon, 2007-3-185, publié dans le Mercure de France de septembre 1762, p. 163-166, et dans Carnandet 1885, p. 56-57. Voir aussi Granet 1963, p. 52-53.

75 Caylus 1762, p. 65.

76 Cochin 1880, p. 93.

77 Mariette 1853-1862, vol. 6, p. 41.

78 Carnandet 1855, p. 14. Ces plâtres sont conservés au musée d’art et d’histoire de Chaumont.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : François-Hubert Drouais, Edme Bouchardon, 1758, huile sur toile, 129 × 97 cm. Paris, musée du Louvre, Inv. 4108.
Crédits © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13322/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 2 : Jean-Baptiste Bouchardon, Projet pour un centre commercial et administratif autour d’une place royale, élévation et coupe d’un des bâtiments, 1734, plume et lavis d’encre de Chine, 34,5 × 75 cm. Dijon, musée des beaux-arts, ancienne coll. Henry Ronot.
Crédits © Musée des beaux-arts de Dijon / François Jay
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13322/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 3 : Jean-Baptiste Bouchardon, Projet pour un centre commercial et administratif autour d’une place royale, plan, 1734, plume et lavis d’encre de Chine, 60 × 52 cm. Dijon, musée des beaux-arts, ancienne coll. Henry Ronot.
Crédits © Musée des beaux-arts de Dijon / François Jay
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13322/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 4 : Pierre-Hubert Larchevêque, Modèle pour la statue équestre de Gustave II Adolf, 1763, plâtre bronzé, 93 cm (hauteur). Stockholm, Nationalmuseum, NMSk 450.
Crédits © The Nationalmuseum, Stockholm
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13322/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 5 : Louis-Claude Vassé d’après Edme Bouchardon, Réduction de la statue équestre de Louis XV à Paris, bronze, vers 1764, sans base : h. 60, l. 58, pr. 24,5 cm. Londres, Buckingham Palace, Silk Tapestry Room, collection de S. M. la reine Élizabeth II, RCIN 2128.
Crédits © Royal Collection Trust / Her Majesty Queen Elizabeth II 2015
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13322/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yvonne Rickert, « Edme Bouchardon : réseau familial d’un sculpteur originaire de Chaumont », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2015, mis en ligne le 28 octobre 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crcv.revues.org/13322 ; DOI : 10.4000/crcv.13322

Haut de page

Auteur

Yvonne Rickert

Yvonne Rickert, historienne de l’art, a soutenu en mai 2015 sa thèse de doctorat à la Philipps-Universität Marburg, intitulée Die Place Louis XV in Paris: Herrscherbild und öffentliche Meinung im Konflikt (La place Louis XV à Paris : image du roi et opinion public en conflit). La publication est en cours. Contact : yvonne_rickert@web.de

Haut de page

Droits d’auteur

© Yvonne Rickert / 2015 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org