Navigation – Plan du site

Robert Nanteuil : portraitiste rémois au siècle de Louis XIV

Robert Nanteuil: portraitist from Reims in the age of Louis XIV
Audrey Adamczak

Résumés

Originaire de Reims, où il naît vers 1623, Robert Nanteuil a été l’un des portraitistes les plus sollicités du Grand Siècle, s’illustrant avec éclat dans les arts de la gravure, du dessin et du pastel. Issu d’une famille éloignée des milieux artistiques locaux, Nanteuil fréquente d’abord les collèges rémois, celui des Jésuites puis celui des Bénédictins de l’abbaye de Saint-Remi, où il effectue ses Humanités.
Entré tard dans la profession, Nanteuil est initié à la pratique du burin par son compatriote le graveur Nicolas Regnesson. Formé à Reims, il bénéficie alors probablement des conseils du vieux maître local Edme Moreau avant de remarquablement s’intégrer à la société parisienne de son temps. Établi à Paris vers la fin de l’année 1646, Robert Nanteuil se trouve rapidement lié aux graveurs, aux éditeurs et aux marchands d’estampes de la rue Saint-Jacques, travaillant surtout pour la librairie. La faveur du portraitiste champenois n’est pas moindre à la cour, où il acquiert une belle réputation d’abord auprès du cardinal Mazarin et du chancelier Séguier, puis auprès de Louis XIV qui ne lui ménage ni son attention ni son contentement et lui délivre titres et privilèges. Nommé dessinateur et graveur ordinaire du roi en 1658, Nanteuil fut un artiste recherché, en crédit constant auprès des puissants, notamment auprès de la famille Colbert, avec laquelle il partage des origines rémoises. Ainsi sa production compte-t-elle les délicats portraits des principaux personnages des jeunes années du règne de Louis XIV, parmi lesquelles plusieurs figures remarquables de la Champagne du Grand Siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Préaud 2008.

1Considérer Versailles et Nanteuil nous reporte étrangement au moment de la mort de l’artiste en décembre 1678. C’est en effet au retour d’une séance de pose à Versailles, alors qu’il travaillait à un nouveau portrait de Louis XIV, que Nanteuil fut pris d’une forte fièvre qui lui fut hélas fatale. De là à penser que le roi fut la cause de sa mort il n’y a qu’un pas que les anciens biographes de l’artiste ont rapidement franchi. Car Nanteuil et Louis XIV, c’est avant tout une relation continue entre un portraitiste et son royal modèle. Bien qu’issu d’un milieu peu propice aux arts, celui « qui fit couler du champagne rémois dans le portrait gravé1 » du Grand Siècle, va bénéficier des faveurs de la Cour et jouir de l’appui constant du monarque pour devenir l’un des plus brillants représentants du genre (fig. 1).

Fig. 1 : Robert Nanteuil, Autoportrait, v. 1665-1669, pastel, 52 × 41 cm. Florence, galerie des Offices, inv. 1890 n. 2071.

Fig. 1 : Robert Nanteuil, Autoportrait, v. 1665-1669, pastel, 52 × 41 cm. Florence, galerie des Offices, inv. 1890 n. 2071.

© Archives Alinari, Florence, Dist. RMN / Fratelli Alinari

  • 2 Une épigramme imprimée et une requête en vers de Nanteuil, adressées au roi depuis Fontainebleau le (...)

2Les onze effigies gravées que Nanteuil a laissées du Roi-Soleil, dont la plupart ont été exécutées d’après nature, témoignent bien de son éblouissante trajectoire. Ainsi, en 1661, lorsque Nanteuil réalise un premier portrait gravé du roi, d’après un tableau de Nicolas Mignard, et que la même année il est pour la première fois autorisé à approcher le roi pour le peindre au pastel ad vivum, c’est-à-dire d’après le modèle vivant2, l’artiste est établi à Paris depuis une quinzaine d’années.

Robert Nanteuil et la Champagne : origines et formation

De la basilique Saint-Remi au collège des Jésuites : naissance et éducation rémoises

  • 3 Mercure galant, déc. 1678, p. 114.
  • 4 Sur ce point, voir Adamczak 2011, p. 19.
  • 5 Nantueil, Namptheuil ou encore Nanteuille.
  • 6 Sur les familles Nanteuil mentionnées en Champagne depuis l’année 1217, voir Loriquet 1886, p. 32-3 (...)

3Originaire de Champagne, Robert Nanteuil est né à Reims à une date incertaine. Son acte de baptême n’ayant pas été retrouvé, l’année précise de sa naissance nous échappe encore. Cependant, l’indication du Mercure galant3 qui le dit âgé de 55 ans au moment de sa mort en 1678 et place donc sa naissance en 1623, est aujourd’hui communément admise. Elle correspond assez bien à ce que nous savons des jeunes années de Robert Nanteuil4. L’artiste est issu d’une famille sans doute présente en Champagne depuis plusieurs siècles. Le patronyme Nanteuil, quelle que soit sa graphie5, est en effet communément cité dans les actes officiels depuis le xiiie siècle6.

  • 7 Baldinucci 1845-1847, t V, p. 279-299.
  • 8 Châlons-en-Champagne, archives départementales de la Marne, registres paroissiaux, Reims, BMS 1606- (...)
  • 9 Paris, Archives nationales (ci-après AN), minutier central, XCI, 412, fos 1ro 28ro : « Inventaire a (...)

4Robert Nanteuil est le fils de Lancelot Nanteuil, né vers 1591 dans les environs de Reims, dont la famille aurait été massacrée en 1595 par les troupes espagnoles. C’est ce qu’indique Filippo Baldinucci, qui dès 1686 fait paraître une Vie de Robert Nanteuil7. Et le biographe italien poursuit en indiquant que vers 1621, Lancelot Nanteuil, alors âgé de 30 ans environ, se serait installé à Reims. Il s’établit comme marchand-peigneur de laine sur la paroisse Saint-Julien. Les registres paroissiaux rémois attestent d’ailleurs de la présence de plusieurs marchands de laine nommés Lancelot Nanteuil sur la paroisse Saint-Julien entre 1609 et 1640, et c’est certainement à cette période que Lancelot Nanteuil se marie. Les archives départementales de la Marne conservent dans les registres de Saint-Julien de Reims l’acte de baptême d’une certaine « Jeanne Nanteuille, fille de Lancelot Nanteuille et de Nicole Dizy ». Daté du 14 avril 1624, c’est l’un des rares documents conservés sur la famille de Robert Nanteuil8. De cette union seraient nés quatre filles et deux garçons. À l’un d’eux, indique Baldinucci, Lancelot donna le nom de Robert en mémoire de son père défunt. Le second fils Nanteuil devait se prénommer Jean. Parmi les héritiers de Robert Nanteuil sont en effet mentionnées deux nièces vivant à Reims : Antoinette et Nicole Nanteuil, filles d’un certain Jean Nanteuil. Celui-ci était mort en 1678, puisque l’inventaire après décès indique que sa veuve recevait une pension versée par notre artiste9. Ainsi, au début des années 1620, la famille de Lancelot Nanteuil demeure-t-elle sur la paroisse Saint-Julien, au sud-est de la ville, dans le quartier de Saint-Remi. C’est très probablement là, à l’ombre de la basilique, que naît Robert Nanteuil. Depuis l’essor qu’avait connu la cité rémoise avec le développement de l’industrie de la laine et l’accroissement de la population au xiiie siècle, le quartier de Saint-Remi formait, dans la ville haute, un véritable bourg qui avait dû s’entourer de fortifications. Située au chevet de la basilique Saint-Remi dont elle dépendait, l’église Saint-Julien était contenue dans cette enceinte.

  • 10 Baldinucci 1845-1847, t. V, p. 283-284.
  • 11 BNF, département des Imprimés, Réserve, RES-YE-175, fo 1ro : « Nanteuil en commençant le portrait d (...)
  • 12 Une épreuve de la BNF porte l’inscription « Nanteüil Humanista Sculp. » ; voir Adamczak 2011, p. 12 (...)
  • 13 Ibid., p. 125, cat. 4.
  • 14 La note autobiographique indique qu’il s’agissait d’une grande planche double feuille représentant (...)

5Fils d’un petit marchand travaillant la laine, Nanteuil grandit dans ce centre provincial, pourtant si proche de Paris. Plutôt que de le placer comme apprenti chez un artisan de la ville, son père souhaite le voir embrasser une carrière juridique. Aussi le jeune Robert Nanteuil fréquente-t-il bientôt le collège des Jésuites de Reims pour y faire ses humanités. Élevé loin des milieux artistiques rémois, alors dominés par la figure du graveur Edme Moreau, il reçoit donc un enseignement classique à l’âge où la majorité des artistes se forme déjà dans l’atelier d’un maître. Nanteuil aurait intégré le collège rémois de la Compagnie de Jésus vers 1637-1638. Mais l’élève est très tôt attiré par les arts du dessin, comme l’indique Baldinucci, et se met bientôt à crayonner des petites figures10. Toutefois, il ne semble pas avoir suivi les leçons d’un maître local à cette époque, c’est-à-dire avant 1641 et la classe de seconde. Dans une note autobiographique manuscrite conservée à la Bibliothèque nationale de France, Nanteuil nous livre de précieuses indications sur ses débuts artistiques11 : il commence à graver en classe de seconde, nous dit-il, sans doute vers 1641-1642, après avoir au préalable dessiné les portraits de tous ses camarades du collège jésuite. Au-delà de l’anecdote, d’ailleurs largement reprise par Baldinucci, les premières tentatives de Nanteuil révèlent un intérêt précoce et significatif pour la figure humaine et le portrait d’après nature, essentiel dans la conception de son art. Ses rares dispositions se développent rapidement. Elles ne sont pas du goût des Jésuites qui le « persécutent », écrit-il. Et l’élève Nanteuil est bientôt renvoyé du collège rémois. Il trouve alors un contexte plus favorable chez les bénédictins de l’abbaye de Saint-Remi, qui vers 1642-1643 l’autorisent à faire sa rhétorique tout en poursuivant ses ouvrages de gravure. C’est alors dans le cloître de l’abbaye de Saint-Remi que Nanteuil trouve les sujets de ses nouvelles réalisations. La figure du Christ bénissant d’après un tableau peint en 1550 pour le grand prieur d’alors, Guillaume Moet, et le Portrait de dom Étienne Vuillequin, sous-prieur de Saint-Remi, remontent à cette période12. Caractérisées par un dessin d’une grande naïveté et une technique encore mal assurée, ces pièces traduisent toute l’inexpérience du graveur. À peine postérieur cependant, Le Repos pendant la fuite en Égypte reprend en contrepartie une estampe de Claude Mellan exécutée à Rome en 163513. Nanteuil en livre une copie fidèle, légèrement agrandie, mais d’un burin encore assez lourd. Elle porte la lettre : « R. Nanteüil Philosophiae auditor sculpebat Rhemis An° d[omi]ni 1645 », et renvoie donc aux classes de philosophie. C’est d’ailleurs en 1645 que Nanteuil soutient à Reims une thèse de philosophie dont il grave lui-même le frontispice – à ma connaissance, c’est là un cas unique dans l’histoire de la gravure moderne. La planche est malheureusement perdue14.

Le choix de la gravure : l’apprentissage à Reims chez Nicolas Regnesson

  • 15 Voir Les Écoliers de l’université de Reims honorent la Sainte Vierge conçue sans péché, vers 1645, (...)
  • 16 Adamczak 2011, p. 125, cat.3.

6La production de Nanteuil s’est donc fortement intensifiée autour de 1644-1645. À cette époque, il doit déjà fréquenter l’atelier rémois du graveur Nicolas Regnesson ; les progrès réalisés en témoignent. Ainsi Robert Nanteuil se forme-t-il aux premiers rudiments de son art auprès de ce maître local, qui lui enseigne le maniement du burin comme celui du crayon. Fils de Martin Regnesson, maître paumier demeurant à Reims, et de Simone Hardy, ce graveur né vers 1620-1622 appartient à la même génération que Nanteuil. Son parcours en revanche est différent : Nicolas Regnesson quitte en effet Reims pour Paris en 1637, où il rejoint l’atelier de Jean Ganière, graveur, éditeur et marchand d’estampes établi rue Saint-Jacques. De retour à Reims, où sa présence est attestée à partir de 1640, Regnesson travaille alors à des œuvres importantes, notamment pour les bénédictins de la ville. Plusieurs ouvrages indiquent par leur lettre qu’il vend sa production à Reims15. Auprès de Regnesson, Nanteuil progresse vite et commence à maîtriser son burin avec souplesse et correction – c’est durant cette période qu’il produit l’illustration de sa thèse et grave d’après Mellan. Le jeune élève est alors progressivement associé aux travaux du maître. De leur collaboration nous ne conservons qu’une grande Sainte Catherine présentant la Philosophie au Christ, gravée d’après Grégoire Huret vers 1644-164516. Il est toutefois difficile de préciser la part laissée à Nanteuil dans son exécution – son intervention devant vraisemblablement se réduire à quelques détails.

  • 17 Mentionné dans l’inventaire après décès de Nanteuil ; voir supra note 9.

7La fréquentation régulière de l’atelier offre à Nanteuil l’occasion de rencontrer la sœur de Nicolas Regnesson. Prénommée Jeanne, elle est, selon Baldinucci, d’un aspect fort agréable, et Nanteuil l’épouse le 19 mars 1646. Le contrat de mariage est passé devant Cloquet et Desmolins, notaires du roi demeurant à Reims17. De cette union naissent au moins huit enfants, tous baptisés à Paris entre 1647 et 1659, et tous disparus avant Nanteuil et sa femme, puisque l’inventaire après décès de l’artiste ne mentionne aucun enfant parmi les héritiers. Seul l’aîné, Nicole-Geneviève, parviendra à l’âge adulte. En 1667, elle épousera l’architecte Michel Hardouin, frère de Jules Hardouin-Mansart, futur premier architecte de Louis XIV et surintendant des Bâtiments du roi.

  • 18 Voir supra note 11.
  • 19 Sur l’état de l’école rémoise de gravure au xviie siècle, voir Arnoult 1969, p. 17-41.

8C’est probablement à partir de 1646, peu après son mariage, que Robert Nanteuil entreprend de vivre de son art. Il réalise alors des dessins à la plume mais son activité de graveur est étrangement réduite et aucune planche exécutée entre 1646 et 1648 n’est connue. Dans sa Note autobiographique, il précise d’ailleurs ne reprendre la gravure qu’en 1648 à Paris, après avoir quitté sa ville natale18. Car Reims au xviie siècle n’offre en effet que de faibles possibilités à un graveur inconnu et peu expérimenté. Restreint, le marché de l’estampe rémois souffre de sa proximité avec Paris. Il est alimenté par des graveurs au talent plus ou moins affirmé qui sans prétention satisfont aux besoins et aux goûts de leurs concitoyens. À l’époque où Nanteuil exécute ses premières planches, la figure d’Edme Moreau, graveur et imprimeur en taille-douce, domine l’école rémoise19. Dans cette petite ville, où les praticiens sont peu nombreux, ils ne peuvent s’ignorer. Nanteuil, comme Regnesson, pourrait ainsi avoir entretenu des contacts avec le vieux maître Moreau. À Reims comme ailleurs, graveurs et imprimeurs sont en relation constante. Les deux métiers se regroupent et s’exercent dans le même quartier, celui de l’Université sur la paroisse Saint-Étienne. La petitesse du marché limite nécessairement leur nombre au sein d’une même ville, et les graveurs rémois peinent à subsister. Leur production est alors étroitement liée à la demande : images de piété pour l’Église, frontispices de thèses pour les étudiants des collèges, commandes des confréries ou de la municipalité, illustrations de livres pour la librairie. Nous connaissons mal les prix que pratiquent alors les graveurs rémois. Il est vraisemblable de penser qu’ils gagnent peu et ne se rattrapent que sur la quantité et les retirages des planches, à l’exemple des illustrations de thèse, où plusieurs candidats pouvaient utiliser la même image pour la présentation de leurs travaux. D’après Baldinucci, Lancelot Nanteuil avait d’ailleurs très tôt avisé son fils du peu de fortune de certains artistes actifs à Reims. La vue de ces « artisans-graveurs » au destin modeste achève peut-être de convaincre Robert Nanteuil de quitter sa ville champenoise pour Paris. L’attraction parisienne est séduisante et elle s’exerce peut-être plus vigoureusement au contact de Nicolas Regnesson, formé au cœur de la rue Saint-Jacques, l’un des foyers de gravure les plus actifs du royaume.

La carrière parisienne

L’arrivée à Paris et les premiers succès du graveur

  • 20 Voir Adamczak 2011, p. 28 et 30.

9Quelques mois à peine après leur mariage, Robert Nanteuil et Jeanne Regnesson se trouvent donc installés à Paris, rue des Prouvaires, à proximité du quartier Montorgueil – centre de l’estampe parisienne dans la seconde moitié du xvie siècle. Ils demeurent sur la paroisse Saint-Eustache, où, le 27 mai 1647, ils font baptiser leur premier enfant, Nicole-Geneviève. C’est aussi dans cette paroisse que sont baptisés leurs sept autres enfants. On relève dans les parrainages, outre l’absence des parents Nanteuil, la présence de Nicolas Regnesson et celle de ses parents Simone Hardy et Martin Regnesson, mais aussi celle d’un certain Henry Hardy, tailleur d’habits à Paris, cousin de Jeanne et de Nicolas Regnesson20.

  • 21 Perrault 1696-1700, t. I, p. 97.
  • 22 AN, Minutier central, CIX, 187 : « Contrat de mariage entre Nicolas Regnesson et Marguerite Isaac » (...)

10Le jeune ménage a sans doute quitté Reims à la fin de l’année 1646 ou au commencement de 1647. Selon Charles Perrault, Nanteuil se serait d’abord rendu seul à Paris et, après quelques succès dans son art, il serait retourné à Reims y chercher son épouse21. Ce second voyage n’apparaît aucunement chez Baldinucci, qui se révèle pourtant être la source la plus fiable. Le Florentin souligne bien que lorsque Robert Nanteuil se rend à Paris, il n’y a aucune connaissance, ni le moindre contact professionnel. Or, il s’avère que Jeanne Regnesson a un cousin maternel sans doute d’origine champenoise nommé Henry Hardy et établi rue Galande. Par ailleurs, il est probable que Nicolas Regnesson conseilla au jeune Nanteuil, en guise de recommandation, de se rendre chez quelques graveurs de la rue Saint-Jacques qu’il connaissait et avec lesquels il s’était lié lors de ses années passées dans l’atelier de Jean Ganière. Les deux hommes sont en effet restés en relation, car Ganière figure comme témoin sur le contrat de mariage de Regnesson du 20 juin 164922. Regnesson est alors installé à Paris place Maubert, paroisse Saint-Étienne-du-Mont, et c’est en l’église Saint-Séverin qu’il épouse le 27 juin 1649 Marguerite Isaac, fille de Jaspar Isaac, graveur d’origine anversoise, établi rue Saint-Jacques. Le mariage se déroule en présence de Robert Nanteuil, qui compte parmi les témoins du marié. Ainsi voyons-nous Nicolas Regnesson quitter lui aussi définitivement sa ville de Reims et venir s’établir à Paris à peu près en même temps que Nanteuil et sa femme.

  • 23 Sur ce point, voir Adamczak 2014b, p. 91-92.

11Dès son arrivée à Paris, Nanteuil reçoit les conseils du Flamand Philippe de Champaigne, le maître du portrait peint, dont il suit les préceptes en matière de portraiture et chez qui il rencontre vraisemblablement le graveur Jean Morin. Si Regnesson lui a donné les bases de la gravure et une première orientation, l’influence de Champaigne sur Nanteuil sera décisive dans sa conception du portrait, caractérisé par une grande sobriété et une simplicité toute classique23. Ses débuts parisiens sont aussi durablement marqués par la relation qu’il noue avec le savant graveur Abraham Bosse, alors professeur de perspective à l’Académie royale de peinture et de sculpture, dont les connaissances techniques et le savoir-faire sont connus. Les résultats de leur étroite collaboration, ponctuée d’expérimentations menées en commun, sont livrés dans le Moyen universel de pratiquer la perspective sur les tableaux ou surfaces irrégulière, que publie Bosse en 1653. Dans ce petit traité illustré, il raconte comment « le sieur Nanteuil » est venu le trouver quelques mois auparavant « pour conférer de quelques hachures qu’il voulait déterminer sur un portrait qu’il désirait graver ». Bosse donne son sentiment sur la manière du jeune Nanteuil qu’il dit être « connu, à présent, de diverses personnes, pour un des excellents en cette profession de Gravure, & notamment pour les portraits, de la plupart desquels il fait les crayons d’après nature très-excellemment exécutez & ressemblants ». Le jugement flatteur de cet aîné expérimenté et pédagogue témoigne bien des progrès réalisés par notre artiste en quelques années.

  • 24 Voir Adamczak 2011, p. 42-43.

12Nanteuil travaille alors essentiellement pour la librairie et produit de nombreux portraits d’écrivains destinés à l’illustration du livre. Entré tard dans la profession, il s’est vite intégré à la société parisienne de son temps, où il se trouve rapidement lié aux graveurs et aux éditeurs d’estampes de la rive gauche. En compagnie de Bosse, mais également de Nicolas Regnesson, il prend part aux différentes actions de défense menées par les graveurs en taille-douce. À plusieurs reprises, Nanteuil se joint à ses confrères pour protéger les intérêts du métier auquel il appartient désormais, régulièrement menacé de mesures restrictives ou de contrôle taxé sur les images imprimées en France, comme en 1651 lorsqu’il s’oppose aux vaines tentatives de François Mansart24. Participant activement à la vie collective de son métier, il se fait même le chantre des graveurs faisant le lien entre la Cour et le monde de l’estampe, dont il connaît personnellement tous les acteurs. Ainsi joue-t-il un rôle prépondérant dans la promulgation de l’édit de Saint-Jean-de-Luz, qui en 1660 reconnaît pleinement la liberté de la profession de graveur.

L’artiste accompli : Nanteuil au service du roi

  • 25 Ibid., p. 48-52 et 304.
  • 26 Voir Adamczak 2014a, p. 136. Sur Nanteuil pastelliste, nous renvoyons à Adamczak 2013, p. 29-33.

13Devenu en 1658 dessinateur et graveur ordinaire du roi, Nanteuil est très tôt apprécié du cardinal Mazarin, dont il a laissé quatorze portraits gravés, ainsi que du chancelier Pierre Séguier, qu’il grava d’après Charles Le Brun. Il l’est également de Louis XIV, qui ne lui ménage ni son attention ni son contentement, et lui délivre titres et privilèges en récompense de ses talents de portraitiste. Ainsi Nanteuil figure-t-il dès 1657 sur les états de la Maison du roi aux gages de 400 livres. L’année suivante, le roi lui accorde, outre une pension annuelle de 1 000 livres, un brevet de dessinateur et graveur ordinaire en taille-douce en raison de « son génie pour la portraiture, sa capacité pour la connaissance des belles-lettres, aussi bien que des règles de son art, et son secret pour rendre infaillible par le crayon et par le burin la ressemblance des sujets dont l’air est le plus difficile à prendre25 ». En crédit constant auprès du monarque, celui-ci l’autorise à plusieurs reprises à le dessiner puis à le peindre d’après nature : deux pastels figurant Louis XIV sont aujourd’hui conservés dans des collections publiques : l’un à Florence, à la galerie des Offices, où il fait partie du fonds Médicis ; l’autre, apparu sur le marché de l’art parisien en 2009, est récemment entré à la Bibliothèque nationale de France (fig. 2)26.

Fig. 2 : Robert Nanteuil, Portrait de Louis XIV, vers 1666, pastel, 52,5 × 42 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Rés. B-11 (A)-FT4.

Fig. 2 : Robert Nanteuil, Portrait de Louis XIV, vers 1666, pastel, 52,5 × 42 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Rés. B-11 (A)-FT4.

© Bibliothèque nationale de France

  • 27 Adamczak 2011, p. 15.
  • 28 Venise, Biblioteca nazionale Marciana, Mss. It Cl. 4, no 46 ; voir Adamczak 2011, p. 111-113 et 306 (...)
  • 29 Ibid., p. 305-306.

14La réputation du portraitiste est alors grandissante. À partir de 1660, son renom est tel que les étrangers de passage à Paris, artistes et amateurs désireux de se procurer quelques-unes de ses compositions, se plaisent à le rencontrer et à visiter son atelier du quai des Grands-Augustins, où il s’est installé dès 1649. Le récit du voyage en France du Cavalier Bernin et la correspondance du Hollandais Christian Huygens attestent d’une renommée qui dépasse les frontières du royaume27. Cette position éminente, Robert Nanteuil la doit à son génie, mais aussi à une personnalité hautement appréciée de ses contemporains. À la lumière des sources dont nous disposons, Nanteuil apparaît comme un honnête homme doté d’un caractère agréable et enjoué, qui aime les lettres et sait manier la rime avec aisance. Fréquentant les gens d’esprit et les milieux littéraires, Robert Nanteuil compte au nombre de ses relations amicales Mme de Scudéry et la précieuse Charlotte Melson, l’érudit anglais John Evelyn, ainsi que le poète Étienne Martin de Pinchesne et les frères Charles et Claude Perrault. Nanteuil est en effet un artiste lettré, formé dans sa jeunesse à la rhétorique jésuite. Il sait discourir et il aime théoriser, comme en témoignent ses « Réflexions ou maximes sur la peinture, la gravure et la physionomie », consignées dans un manuscrit aujourd’hui conservé à Venise28. Il n’est alors guère surprenant que Nanteuil ait été le graveur le plus présent dans la littérature du Grand Siècle, à la fois comme artiste et comme auteur : comme artiste chez Boileau, dans son Art poétique, chez Charles Perrault, dans ses Hommes illustres, ou encore chez le père Ménestrier, dans sa Philosophie des images énigmatiques ; comme auteur également, puisque Nanteuil a laissé plusieurs madrigaux et pièces de vers de sa composition adressées tant à Louis XIV, qu’aux reines Anne d’Autriche et Marie-Thérèse29. Il a en outre rédigé des rondeaux, inédits, dédiés à ses amis Pinchesne et les frères Perrault, dont il fréquenta un temps la maison de Viry, prenant part à leurs joyeux divertissements. En 1660, Madeleine de Scudéry fait même de Robert Nanteuil l’un des personnages de sa Clélie. Dans ce roman précieux, dans lequel la reine de Tendre se plaît à travestir ses contemporains, l’artiste apparaît en effet sous les traits de Nélante, peintre de portraits en couleur.

Les Champenois dans l’œuvre de Nanteuil

15Portraitiste fécond, Robert Nanteuil a produit plus de deux cents effigies gravées des principaux personnages de la Fronde, de la Régence et des jeunes années du règne personnel de Louis XIV, toutes d’un burin irréprochable. Son tempérament affable, sa vigilance à représenter ses modèles avec soin et diplomatie mais sans flatterie, et sa maîtrise technique font venir auprès de lui la belle société de son temps : princes du sang, grands seigneurs, ministres et hauts dignitaires, prélats et hommes de lettres posent en effet devant lui. Son œuvre est donc remarquable par sa valeur historique, qui offre un témoignage précis sur une époque et se définit aujourd’hui comme une source visuelle importante, riche et précieuse sur le xviie siècle. Pourtant, s’il a été l’un des portraitistes les plus sollicités du xviie siècle, peu de Champenois se rattachent à son œuvre. À parcourir du regard ces visages du Grand Siècle, on y rencontre en effet peu de personnalités liées à la Champagne, si ce n’est par leur fonction. Ainsi l’évêque de Châlons, Félix Vialart, est-il né à Paris, tout comme le futur archevêque de Reims Charles-Maurice Le Tellier. Quant à l’archevêque-duc de Reims Antonio Barberini, il appartient à la puissante famille romaine du pape Urbain VIII. Aussi les plus Champenois des modèles et des commanditaires de Nanteuil sont sans doute aucun les Colbert.

  • 30 Voir Bourgeon 1986 [1973], p. 224 et note 314.
  • 31 Adamczak 2011, respectivement cat. 146, p. 198 ; cat. 170, p. 210 ; cat. 204a et 204b, p.230 ; cat. (...)
  • 32 Choisy 1966, p. 105.

16De Jean-Baptiste Colbert, ce compatriote qui comme Nanteuil aurait fréquenté le collège des Jésuites de Reims30, l’artiste a laissé six portraits gravés, dont quatre d’après nature, et au moins deux pastels préparatoires à l’estampe31. Les deux premières planches interprètent un même modèle peint par Philippe de Champaigne. Elles sont datées de 1660 et 1662, tandis que le pastel qui constitue vraisemblablement le premier portrait ad vivum que Nanteuil donna de Colbert fut peint vers 1667. Il servit de modèle à plusieurs frontispices de thèse, notamment à celle que Louis Béchameil, fils du célèbre financier, soutint au collège de Clermont en 1668 (fig. 3). Le pastelliste y figure son modèle champenois l’année où celui-ci fut reçu à l’Académie française, peu avant sa nomination comme secrétaire d’État de la Maison du roi en 1668. Nanteuil le représente sans perruque, mais avec sa chevelure naturelle qui lui donne cet air « sauvage » dont parle l’abbé de Choisy32. Avec une maîtrise incomparable, le portraitiste fixe la ressemblance de son personnage : le regard immobile et pénétrant, le front bas, la fine moustache, les traits pleins correspondent aux portraits contemporains.

Fig. 3 : Robert Nanteuil et Gilles Rousselet, Portrait de Jean-Baptiste Colbert, 1667, estampe. Reims, bibliothèque municipale, Affiche CP 216.

Fig. 3 : Robert Nanteuil et Gilles Rousselet, Portrait de Jean-Baptiste Colbert, 1667, estampe. Reims, bibliothèque municipale, Affiche CP 216.

© Bibliothèque municipale de Reims

Fig. 4 : Robert Nanteuil, Portrait de Jean-Baptiste Colbert, 1676, pastel, 55,4 × 44 cm, Chantilly, musée Condé, inv. PE 343.

Fig. 4 : Robert Nanteuil, Portrait de Jean-Baptiste Colbert, 1676, pastel, 55,4 × 44 cm, Chantilly, musée Condé, inv. PE 343.

© RMN (Domaine de Chantilly) / René-Gabriel Ojéda

17Dans le dernier portrait qu’il donne de Jean-Baptiste Colbert (fig. 4), le tout-puissant ministre de Louis XIV, alors âgé de 57 ans, est figuré sans complaisance, le visage marqué par l’âge et l’épuisement. Il porte une perruque brune tombant sur les épaules et revêt un ample manteau où l’insigne de l’ordre du Saint-Esprit apparaît discrètement. Un large rabat de dentelle complète le costume et souligne savamment le visage du personnage par un subtil contraste. La sombre gravité qui se dégage de cette image du Grand Colbert, travailleur acharné aux traits vieillis et fatigués, donne à l’ensemble une note attachante presque émouvante. Le portrait, d’une grande intensité et d’une rare sensibilité, est un chef-d’œuvre d’observation psychologique. Il témoigne des qualités de portraitiste de Nanteuil tant par l’utilisation maîtrisée du pastel que par l’acuité de la représentation, et compte parmi ses plus brillantes réalisations.

  • 33 Adamczak 2011, cat. 250, p. 255.
  • 34 Ibid., cat. 228, p. 242.
  • 35 Ibid., cat. 218, p. 238-239. Il en donna un second portrait, gravé en 1673 ; voir cat. 233, p. 245- (...)
  • 36 Ibid., cat. 137, p. 192.
  • 37 Ibid., respectivement cat. 199b, p. 225-226, d’après le pastel de la BNF ; cat. 184, p. 216 ; et ca (...)

18Robert Nanteuil travailla aussi aux frontispices de thèse de deux des fils de Jean-Baptiste Colbert. En 1677, il livre un portrait gravé du Grand Dauphin pour illustrer les propositions de Jules-Armand Colbert33. Il avait auparavant réalisé le grand placard de thèse que Jacques-Nicolas Colbert dédia au roi en 167234. Lorsqu’il sollicita la collaboration du graveur pour l’ornement de ses travaux, le jeune fils du ministre, alors abbé du Bec, avait peu avant été le modèle du portraitiste, qui en 1670 avait gravé son effigie d’après un pastel peint ad vivum (fig. 5)35. L’estampe de 1672 est communément appelée Louis XIV aux pattes de lion. Elle fut exécutée d’après un pastel original. Le choix de Nanteuil semblait s’imposer. L’artiste était alors le portraitiste à la mode qui avait vu poser devant lui les plus illustres personnages de son temps. Ce choix ne fut vraisemblablement nullement déterminé par son origine rémoise. À l’image des jeunes Colbert, les fils des principaux ministres de Louis XIV et des hauts dignitaires de France s’adressaient tout autant à Nanteuil pour l’illustration de leurs thèses. Ainsi Charles-Maurice Le Tellier, fils du chancelier, lui commande-t-il en 1659 la figure du cardinal Mazarin assise dans la galerie haute de son palais et entourée de ses objets d’art d’après le tableau de Pierre Mignard conservé à Chantilly36. De même, Emmanuel-Théodose de La Tour-d’Auvergne, duc d’Albret et futur cardinal de Bouillon en 1667, ainsi que Charles Amelot, fils du premier président de la cour des aides Michel Amelot en 1663, et les fils du chancelier d’Aligre en 1678, avec leurs thèses dédiées à Louis XIV37.

Fig. 5 : Robert Nanteuil, Portrait de Jacques-Nicolas Colbert, 1670, estampe, 50,6 × 42,8 cm. Reims, bibliothèque municipale.

Fig. 5 : Robert Nanteuil, Portrait de Jacques-Nicolas Colbert, 1670, estampe, 50,6 × 42,8 cm. Reims, bibliothèque municipale.

© Bibliothèque municipale de Reims

  • 38 Adamczak 2011, p. 318. Sur Louis Cossin, voir Bourgeois 1892 et Weigert 1958, p. 35-37.

19Ainsi les liens que Robert Nanteuil conserve avec sa terre champenoise sont-ils ténus et les attaches avec sa ville de Reims plus ou moins inexistantes. Sur le plan familial, ces liens sont circonscrits aux proches depuis longtemps installés à Paris : Nicolas et Martin Regnesson d’une part, mais également Lancelot Nanteuil, que l’on retrouve établi chez le portraitiste à une date incertaine, où il mourra d’ailleurs en 1657. Sur le plan professionnel, l’artiste qui a remarquablement intégré la communauté des graveurs parisiens est proche des membres de la profession tout entière. Il s’attache les services de quelques collaborateurs, dont beaucoup sont d’origine flamande, comme Pierre van Schuppen, qualifié de « petit Nanteuil », et Gérard Edelinck, son neveu par alliance. Parmi les aides dont il s’entoure, on signalera néanmoins la présence de Louis Coquin, dit Cossin, né à Troyes en 1627, qui, à l’image de Nanteuil dont il subit fortement l’influence, pratiqua lui aussi l’art du pastel. Cossin est mentionné dans l’inventaire après décès de Nanteuil, où il figure au passif de la succession38. Quant au seul élève avéré de Nanteuil, il s’agit de Domenico Tempesti, un jeune Florentin envoyé par le grand-duc de Toscane Côme III de Médicis parfaire sa formation dans l’atelier parisien du maître en 1676. Ce qui nous porte bien loin du territoire champenois.

Haut de page

Bibliographie

Adamczac Audrey, 2011, Robert Nanteuil, ca. 1623-1678, Paris, Arthena.

— 2013, « Robert Nanteuil : portrait d’un pastelliste du Grand Siècle », dans Lauren Laz, Robert Nanteuil, graveur du roi : la collection Rossier-Koechlin, cat. exp. (Vevey, musée Jenisch, 1er mars-26 mai 2013), Vevey, musée Jenisch, p. 29-33.

— 2014a, « Portrait de Louis XIV au pastel par Robert Nanteuil », dans Barbara Brejon de Lavergnée (dir.), Dessins français du xviie siècle : collections du département des Estampes et de la photographie, cat. exp. (Paris, Bibliothèque nationale de France, 18 mars-15 juin 2014), Paris, Bibliothèque nationale de France, p. 136, cat. 73.

— 2014b, « De l’espace de l’atelier à l’espace de la feuille : la mise en place du modèle dans les portraits dessinés de Robert Nanteuil », dans Nathalie Poisson-Cogez et Alexandre Holin (dir.), Espaces dessinés, espaces du dessin, actes du colloque (Villeneuve-d’Ascq, Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut, 8-10 déc. 2011), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, p. 84-95.

Arnoult Jean-Marie, 1969, « La gravure à Reims au xviie siècle », Bulletin de l’Association régionale pour l’étude et la recherche scientifique, no 40, p. 17-41.

Baldinucci Filippo, 1845-1847 [1681-1688], Notizie de’ professori del disegno da Cimabué in qua […], éd. F. Ranalli, Florence, V. Batelli, 5 vol.

Bourgeois Armand, 1892, « Cossin, peintre et graveur champenois », Curiosité universelle, 8 août 1892.

Bourgeon Jean-Louis, 1986 [1973], Les Colbert avant les Colbert : destin d’une famille marchande, Paris, Presses universitaires de France.

Choisy François-Timoléon, abbé de, 1966 [1727], Mémoires pour servir à l’histoire de Louis XIV, éd. G. Mongrédien, Paris, Mercure de France.

Loriquet Charles, 1886, Robert Nanteuil : sa vie et son œuvre, Reims, F. Michaud.

Perrault Charles, 1696-1700, Les hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, avec leurs portraits au naturel, Paris, A. Dezallier, 2 vol.

Préaud Maxime, 2008, préface dans Sandrine Herman (dir.), Estampes françaises du xviie siècle : une donation au musée des beaux-arts de Nancy, Paris, Éd. du Comité des travaux historiques et scientifiques.

Tarbé Prosper, 1844, Reims : ses rues et ses monuments, Reims, Quentin-Dailly.

Weigert Roger-Armand, 1958, « Un émule oublié de Nanteuil : Louis Cossin », La revue des arts : musées de France, 8e année, no 1, p. 35-37.

Haut de page

Notes

1 Préaud 2008.

2 Une épigramme imprimée et une requête en vers de Nanteuil, adressées au roi depuis Fontainebleau le 17 octobre 1661, s’y rapportent ; Paris, Bibliothèque nationale de France (ci-après BNF), département des Imprimés, YE-27 : « Nanteuil en commençant le portrait du roi et Très humble requeste au roi ».

3 Mercure galant, déc. 1678, p. 114.

4 Sur ce point, voir Adamczak 2011, p. 19.

5 Nantueil, Namptheuil ou encore Nanteuille.

6 Sur les familles Nanteuil mentionnées en Champagne depuis l’année 1217, voir Loriquet 1886, p. 32-38. Selon Prosper Tarbé, la famille de Robert Nanteuil se trouvait établie à Reims dès le xive siècle ; voir Tarbé 1844, p. 231.

7 Baldinucci 1845-1847, t V, p. 279-299.

8 Châlons-en-Champagne, archives départementales de la Marne, registres paroissiaux, Reims, BMS 1606-1669, Saint-Julien, fo 62ro.

9 Paris, Archives nationales (ci-après AN), minutier central, XCI, 412, fos 1ro 28ro : « Inventaire après décès de Robert Nanteuil », reproduit dans Adamczak 2011, p. 309-319.

10 Baldinucci 1845-1847, t. V, p. 283-284.

11 BNF, département des Imprimés, Réserve, RES-YE-175, fo 1ro : « Nanteuil en commençant le portrait du roi et Très humble requeste au roi » ; voir Adamczak 2011, p. 299.

12 Une épreuve de la BNF porte l’inscription « Nanteüil Humanista Sculp. » ; voir Adamczak 2011, p. 124, cat. 2.

13 Ibid., p. 125, cat. 4.

14 La note autobiographique indique qu’il s’agissait d’une grande planche double feuille représentant « la Piété, la Justice et la Prudence qui vont saluer l’université » d’après « un peintre de Reims nommé Armand », sans doute Nicolas Harmant, mort en 1652 ; voir ibid., p. 23.

15 Voir Les Écoliers de l’université de Reims honorent la Sainte Vierge conçue sans péché, vers 1645, d’après Nicolas Harmant, et Les Vœux de l’archevêque de Reims, vers 1646.

16 Adamczak 2011, p. 125, cat.3.

17 Mentionné dans l’inventaire après décès de Nanteuil ; voir supra note 9.

18 Voir supra note 11.

19 Sur l’état de l’école rémoise de gravure au xviie siècle, voir Arnoult 1969, p. 17-41.

20 Voir Adamczak 2011, p. 28 et 30.

21 Perrault 1696-1700, t. I, p. 97.

22 AN, Minutier central, CIX, 187 : « Contrat de mariage entre Nicolas Regnesson et Marguerite Isaac », 20 juin 1649.

23 Sur ce point, voir Adamczak 2014b, p. 91-92.

24 Voir Adamczak 2011, p. 42-43.

25 Ibid., p. 48-52 et 304.

26 Voir Adamczak 2014a, p. 136. Sur Nanteuil pastelliste, nous renvoyons à Adamczak 2013, p. 29-33.

27 Adamczak 2011, p. 15.

28 Venise, Biblioteca nazionale Marciana, Mss. It Cl. 4, no 46 ; voir Adamczak 2011, p. 111-113 et 306-308.

29 Ibid., p. 305-306.

30 Voir Bourgeon 1986 [1973], p. 224 et note 314.

31 Adamczak 2011, respectivement cat. 146, p. 198 ; cat. 170, p. 210 ; cat. 204a et 204b, p.230 ; cat. 217, p. 238 ; cat. 243a, p. 250, cat. 204, p. 230 ; et cat. 243, p. 250.

32 Choisy 1966, p. 105.

33 Adamczak 2011, cat. 250, p. 255.

34 Ibid., cat. 228, p. 242.

35 Ibid., cat. 218, p. 238-239. Il en donna un second portrait, gravé en 1673 ; voir cat. 233, p. 245-246.

36 Ibid., cat. 137, p. 192.

37 Ibid., respectivement cat. 199b, p. 225-226, d’après le pastel de la BNF ; cat. 184, p. 216 ; et cat. 255, p. 257, c’est à ce portrait du roi que Nanteuil travaillait au moment de sa mort. Laissée inachevée, la planche fut terminée par Gérard Edelinck.

38 Adamczak 2011, p. 318. Sur Louis Cossin, voir Bourgeois 1892 et Weigert 1958, p. 35-37.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Robert Nanteuil, Autoportrait, v. 1665-1669, pastel, 52 × 41 cm. Florence, galerie des Offices, inv. 1890 n. 2071.
Crédits © Archives Alinari, Florence, Dist. RMN / Fratelli Alinari
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13343/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Fig. 2 : Robert Nanteuil, Portrait de Louis XIV, vers 1666, pastel, 52,5 × 42 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Rés. B-11 (A)-FT4.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13343/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 3 : Robert Nanteuil et Gilles Rousselet, Portrait de Jean-Baptiste Colbert, 1667, estampe. Reims, bibliothèque municipale, Affiche CP 216.
Crédits © Bibliothèque municipale de Reims
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13343/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 4 : Robert Nanteuil, Portrait de Jean-Baptiste Colbert, 1676, pastel, 55,4 × 44 cm, Chantilly, musée Condé, inv. PE 343.
Crédits © RMN (Domaine de Chantilly) / René-Gabriel Ojéda
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13343/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 5 : Robert Nanteuil, Portrait de Jacques-Nicolas Colbert, 1670, estampe, 50,6 × 42,8 cm. Reims, bibliothèque municipale.
Crédits © Bibliothèque municipale de Reims
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13343/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Adamczak, « Robert Nanteuil : portraitiste rémois au siècle de Louis XIV », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2015, mis en ligne le 28 octobre 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://crcv.revues.org/13343 ; DOI : 10.4000/crcv.13343

Haut de page

Auteur

Audrey Adamczak

Spécialiste des arts graphiques et du portrait, Audrey Adamczak est docteur de l’université de Paris-Sorbonne. Ses recherches portent sur les arts de l’estampe et du dessin, ainsi que sur la pratique du pastel en Europe aux xviie et xviiie siècles. Elle est l’auteur de plusieurs publications sur le sujet, notamment Robert Nanteuil, ca. 1623-1678 (Paris, Arthena, 2011), pour lequel elle a reçu le prix Eugène Carrière de l’Académie française et le prix Bernier de l’Académie des Beaux-Arts.
Chargée d’enseignement à l’Institut catholique de Paris, Audrey Adamczak a été lauréate du Francis Haskell Memorial Fund à Londres. Elle a également mené des travaux post-doctoraux au sein d’importantes institutions internationales : à l’université d’Harvard, à la Frick Collection et à la Casa de Velàzquez, ainsi qu’à l’université de Princeton, notamment dans le cadre des célébrations du tricentenaire de la mort de Louis XIV en 2015.

Haut de page

Droits d’auteur

© Audrey Adamczak / 2015 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org