Navigation – Plan du site

Texte intégral

Mes remerciements s’adressent en tout premier lieu à Mathieu da Vinha, directeur scientifique du Centre de recherche du château, qui a permis l’accueil des actes du colloque « Les Champenois à Versailles. Artistes, littéraires et musiciens champenois à la cour sous les règnes de Louis XIV, Louis XV et Louis XVI » dans le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles. Puis à Alexandra Pioch, responsable des éditions scientifiques, et à son adjoint Samuel Halopau, qui se sont chargés du suivi éditorial, et à Marie Carlin, responsable de l’iconographie.
Ce colloque interdisciplinaire s’est tenu à Troyes du 16 au 18 octobre 2014. Que tous les intervenants, organisateurs, établissements et institutions nommés dans le programme officiel soient vivement remerciés ! Ce colloque n’aurait pu voir le jour sans le soutien sans faille de Jean-Luc Liez, directeur de la Maison du patrimoine du Grand Troyes, qui a eu l’idée initiale d’organiser une manifestation autour de personnalités d’origines champenoises à la cour versaillaise sous l’Ancien Régime. Le Centre interdisciplinaire de recherche sur les langues et sur la pensée (CIRLEP) de l’université de Reims Champagne-Ardenne nous a apporté une aide précieuse, particulièrement son directeur, notre cher collègue Thomas Nicklas. En outre, j’exprime ma reconnaissance la plus vive à Isabelle Heullant-Donat, directrice du Centre d’étude et de recherche en histoire culturelle (CERHIC), institution porteuse du projet. Grâce à elle, le montage financier, toujours complexe, a pu être assuré. Marie-Hélène Morell, ingénieur d’études au CERHIC et toute l’équipe de la Maison du patrimoine du Grand Troyes nous ont apporté un soutien précieux durant toute l’organisation du colloque et son déroulement. Benoît Roux, ingénieur d’études au CIRLEP, signe la conception graphique du programme et de l’affiche accompagnant la manifestation.
Que tous soient ici chaleureusement remerciés !

1Durant les règnes de Louis XIV, Louis XV et Louis XVI, plusieurs personnalités de premier plan liées à la Champagne ont fait une carrière artistique à la cour de Versailles : en premier lieu, on pense aux sculpteurs François Girardon et Edme Bouchardon, aux peintres Nicolas et Pierre Mignard ou encore au graveur Robert Nanteuil, ainsi que, avec quelques réserves, au poète Jean de La Fontaine.

  • 1 Voir Demouy 2012 et 2014. Je tiens à remercier Thierry Sarmant, conservateur en chef au musée Carna (...)

2La Champagne, avec ses composantes septentrionale et méridionale, se situe dans le grand Bassin parisien. Sous l’Ancien Régime, elle constitue une région frontalière entre l’Île-de-France et la Lorraine. Tout en gardant une importance économique et stratégique, la région est structurellement liée aux centres du pouvoir, Versailles et Paris, constituant un premier contact pour les dynastes étrangers, germaniques ou transalpins qui rejoignent la cour, ou par le rôle éminent joué par Reims comme ville des Sacres. En revanche, la Champagne ne dispose pas d’un parlement, ce qui nuit à son indépendance relative et à l’attachement régional de ses élites1.

3Plusieurs champs d’investigation se dégagent dès que l’on aborde le thème des artistes, écrivains et musiciens champenois à la cour durant les xviie et xviiie siècles. Comment la proximité géopolitique de la Champagne avec la cour aide-t-elle les artistes dans leur ascension économique et sociale ? Dans quelle mesure une affiliation à la Champagne joue-t-elle dans la carrière de certains artistes, hommes de lettres ou musiciens ? À quel point reste-t-on attaché à la Champagne et comment s’articulent et évoluent les relations entre les nouveaux Versaillais et leurs lieux d’origine ou d’affiliation ?

  • 2 La notion de network a été introduite dans le discours scientifique par Barnes 1954, p. 39-58. Pour (...)
  • 3 Voir Reinhard 2004 ; pour un compte rendu de cet ouvrage, voir Externbrink 2005.

4Dans le domaine des sciences humaines, plusieurs approches méthodologiques ont été développées durant ces dernières décennies pour mieux cerner l’importance des relations de loyauté et des protections liant réciproquement des personnages clés (des patrons) à leur clientèle. Des rapports de parenté ou d’amitié, l’appartenance à la même catégorie sociale, l’affiliation à des identités communes (géographiques, corporatistes, religieuses, etc.), se révèlent souvent déterminantes dans la création et le maintien de ces relations profitables aux différents partenaires. Depuis les années 1950, la notion de « réseau » (ou de network) a été proposée pour décrire concrètement les relations entretenues par un individu-centre avec son entourage social afin de pouvoir mieux quantifier son « capital relationnel » – pour reprendre un terme cher à Pierre Bourdieu. Les limites méthodologiques d’une telle approche ont bien été discernées et désignées, sans que le concept de « réseau » ait été abandonné pour autant2. Les historiens sont même allés jusqu’à développer une approche très poussée de la « micro-politique » (la Mikropolitik) pour décrire et quantifier à quel point, à la cour papale romaine de l’ère baroque par exemple, la loyauté envers un patron primait sur les compétences professionnelles réelles dans l’attribution de postes et de bénéfices3.

  • 4 Murat 1980, p. 13-14.
  • 5 Cénat 2015, p. 280 ; Sarmant 2010.
  • 6 Nous sommes redevables à Olivier Chaline, Daniel Dessert et Jean-Philippe Cénat, qui, par échanges (...)

5Cependant, dans le cas des artistes champenois connus à la cour versaillaise, nous devons rester très circonspects. Leur carrière ne résulte ni de « réseaux » avérés, noués avec des figures clés de la région champardennaise, ni d’une « micro-politique » continue et quelque peu préméditée. Nous savons combien Louis XIV, pour affermir son pouvoir et son autorité, sut s’appuyer sur plusieurs clans familiaux ingénieusement mis en concurrence, comme ceux des Colbert et des Le Tellier. Ces deux puissantes familles, d’origines roturières et commerçantes, avaient leurs appuis en Champagne. Jean-Baptiste Colbert, contrôleur général des Finances et secrétaire d’État de la Maison du roi ainsi que de la Marine, est natif de Reims4. François-Michel Le Tellier, secrétaire d’État de la Guerre, quant à lui, reçoit au moment de son mariage, en 1662, en don parental le marquisat et le château de Louvois dans la Montagne de Reims, dont il prend dès lors le nom, tandis que son frère Charles-Maurice Le Tellier est nommé en 1668 coadjuteur, puis archevêque-duc de Reims en 16715. En revanche, Colbert préfère apparemment ne pas afficher ouvertement ses origines rémoises. La cité champenoise conservait le souvenir d’avoir été l’une des places fortes de la Ligue et d’avoir refusé d’accueillir Henri IV pour son sacre. Quant au marquis de Louvois et à son frère Charles-Maurice Le Tellier, ils ne recrutaient manifestement pas en fonction de l’origine régionale pour combler les différents emplois qu’ils contrôlaient6.

  • 7 On renvoie aux résultats du programme de recherche « La cour de Versailles dans la France méridiona (...)
  • 8 Nous renvoyons le lecteur au numéro spécial de La vie en Champagne (1977) consacré à ce personnage.
  • 9 Signalons l’exposition « De Versailles à La Motte-Tilly : l’abbé Terray, ministre de Louis XV », qu (...)
  • 10 Voir Couty 1996.
  • 11 Voir Liez 2006 et 2008.

6Même si des recherches récentes démontrent qu’il y a bien eu sous l’Ancien Régime des « grands patrons » qui favorisaient l’ascension de provinciaux à la cour provenant de leur région natale, comme le montre l’exemple du cardinal André-Hercule de Fleury avec sa clientèle languedocienne, on ne saurait dresser un constat analogue pour la Champagne7. Les grands dignitaires qui, tout au long du xviiie siècle, continuent de s’implanter dans une zone médiane située entre l’Île-de-France et la Champagne, citons Philibert Orry à La Chapelle-Godefroy8, l’abbé Terray à La Motte-Tilly9 ou Xavier de Saxe à Chaumot10 et Pont-sur-Seine11, ne développent pas non plus de patronage artistique s’appuyant significativement sur des réseaux locaux (voir la contribution de Françoise Joulie).

  • 12 Voir Levron 1981, p. 46-51.
  • 13 Voir Hoog 1990, p. 985.

7La Champagne n’est pas non plus sollicitée pour un savoir-faire spécifique. Plusieurs corps de métiers impliqués dans la construction du château de Versailles sont recrutés de préférence dans certaines régions de France : les manœuvres proviennent principalement de Normandie et de la Marche, les maçons du Limousin et les couvreurs des Flandres12. Les mécaniciens contribuant à la construction de la machine de Marly – pompe gigantesque construite en 1681-1684 pour mener les eaux de la Seine à Versailles – sont en grande majorité des Wallons issus des alentours de Liège13.

  • 14 Voir Da Vinha 2009.
  • 15 Voir Bentz et Soullard 2011, p. 72-77 ; Liez 2010.

8Les valets de chambre de Louis XIV affluent, certes, de toutes les provinces du royaume ; en revanche, les charges inférieures sont souvent recrutées dans la région du Val-de-Loire, contrée abritant de nombreuses résidences royales14. La région champardennaise ne profite guère de ces recrutements privilégiés au sein de la cour, même si certains produits y sont prisés, comme le fer et le bois des Ardennes nécessaires aux diverses constructions, ou encore – pour la table du roi – le vin d’Aӱ et les vins mousseux, en plein développement autour de 170015.

  • 16 Les actes du colloque biennal des Cahiers haut-marnais : « Art et artistes dans l’espace haut-marna (...)
  • 17 Voir Crubellier et Guillard 1969, p. 53 ; Demouy 1995, p. 42-43.
  • 18 Voir Crubellier 1988, p. 262-263 ; Liez 2005.

9Ce qui se dégage de l’analyse de la vie des artistes champardennais à Paris et à la cour versaillaise ne relève pas de « réseaux » transgressant les liens familiaux ou d’atelier, ni d’une « micro-politique » à grande échelle en lien avec des hommes de pouvoir. C’est plutôt une « micro-histoire » de la condition sociale de l’artiste sous l’Ancien Régime, illustrée par quelques traits spécifiques (que l’on discerne par ailleurs dans d’autres régions proches de la capitale), se laissant appréhender par le biais d’une approche biographique, parti que nous privilégierons par la suite16. En premier lieu, ce sont les nécessités économiques qui font « monter » ces artistes à Paris et à la cour, avec l’espoir de se placer auprès d’une clientèle plus fortunée et avertie. La Champagne est avant tout une entité administrative : la vaste circonscription de la généralité de Châlons fut créée par la monarchie en 1542 dans le souci d’améliorer le recouvrement de l’impôt. La circonscription regroupe alors – préfigurant l’actuelle région Champagne-Ardenne – plusieurs chefs-lieux : Reims et Troyes, Chaumont, Charleville et Châlons-sur-Marne (aujourd’hui Châlons-en-Champagne), où siégeait l’intendant désigné par le roi17. Ce multi-centrisme favorisait une rivalité qui nuisait à la montée en puissance d’une de ces villes au profit de foyers économiques voisins : Dijon, Lyon, Nancy et, bien sûr, Paris. S’ajoutait le lent déclin économique de la Champagne : la production manufacturée de textile qui avait donné un nouvel essor commercial et, ce faisant, artistique à la ville de Troyes au xvie siècle, connaît une régression tout au long des siècles suivants, due à l’importation de produits de substitution moins onéreux ; un affaiblissement similaire se fait constater à Reims18. Les contraintes économiques furent telles que beaucoup d’artistes-plasticiens, de peintres, de graveurs, de poètes et d’hommes de lettres, ainsi que de musiciens, n’eurent pas d’autre choix que de chercher fortune hors de leur foyer d’origine.

  • 19 Voir Tant 1997, p. 22-15 ; Michel 2007 ; et pour un aperçu général : La vie en Champagne 1983 ; Hen (...)
  • 20 Voir Le beau xvie 2009.

10Cela étant, la volonté de pouvoir se perfectionner dans l’atelier d’un artiste avéré et d’achever sa formation – peut-être même auprès de l’Académie royale de peinture et de sculpture à Paris – constitue une autre motivation majeure des artistes de province pour gagner la capitale. Les institutions d’enseignement artistique locales sont rares. À Reims, hormis une première tentative lancée en 1676 par Colbert, une école des beaux-arts est ouverte seulement en 1748, sous l’impulsion de Louis-Jean Levesque de Pouilly ; l’école royale gratuite de dessin de Troyes ne voit le jour qu’en 1773, favorisée par le dynamisme d’un Pierre-Jean Grosley19. Le chantier royal de Fontainebleau, qui déclenche un courant d’émulation artistique en Champagne durant le xvie siècle, avait perdu toute importance au cours du xviie siècle20 : Versailles en avait pris la place.

  • 21 S’est tenue, du 16 septembre au 7 décembre 2014, à la Maison du patrimoine de la Communauté de l’ag (...)

11En revanche, on constate que cette alimentation de la capitale et de la cour en artistes et créateurs issus de la province pouvait engendrer, en contrepartie, des commandes de la part de l’élite régionale voulant acquérir des œuvres d’artistes ayant fait leurs preuves à Paris et à Versailles : forces centripètes et forces centrifuges trouvaient ainsi, de temps à autre, un fragile équilibre (voir les contributions d’Alexandre Maral et de Bertrand Porot). Autre spécificité notable, les artistes eux-mêmes pouvaient « jouer » sur leur affiliation à la région : Pierre Mignard se désignait comme « Peintre de Troyes », tout en travaillant au cœur des cercles de la cour (voir la contribution de Jean-Claude Boyer)21 ; Jean de La Fontaine déployait une réelle stratégie narrative de « provincial » pour mieux pouvoir décrire – avec un certain recul – les milieux parisiens et de la cour qu’il fréquentait (voir la contribution de Céline Bohnert). Le sujet des « Champenois à Versailles » s’avère ainsi un précieux laboratoire permettant de mieux cerner la portée et les limites d’une approche historique portant sur l’articulation entre centre et périphérie.

Haut de page

Bibliographie

Barnes John Arundel, 1954, « Class and Committees in a Norwegian Island Parish », Human Relations, fév., no 7, p. 39-58.

Le beau xvie : chefs-d’œuvre de la sculpture en Champagne, 2009, cat. exp. (Troyes, église Saint-Jean-au-Marché, 18 avr.-25 oct. 2009), Vanves, Hazan.

Bentz Bruno et Soullard Éric, 2011, « La machine de Marly », Château de Versailles, de l’Ancien Régime à nos jours, no 1, p. 72-77.

Cénat Jean-Philippe, 2015, Louvois, le double du Roi-Soleil, Paris, Tallandier.

Chaline Olivier, 2014, Le règne de Louis XIV, Paris, Flammarion.

Couty Mathieu, 1996, Le château de Chaumot au temps de Xavier de Saxe, Villeneuve-sur-Yonne, Amis du Vieux-Villeneuve.

Crubellier Maurice (dir.), 1988, Histoire de la Champagne, seconde édition, Toulouse, Privat.

 et Guillard Charles, 1969, Histoire de la Champagne, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », no 507.

Da Vinha Mathieu, 2009, Les valets de chambre de Louis XIV, seconde édition, Paris, Perrin.

Demouy Patrick, 1995, « Présentation historique de la Champagne, du Moyen Âge à nos jours », dans Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Le guide du patrimoine : Champagne-Ardenne, Paris, Hachette, p. 33-46.

 (dir.), 2012, Se défendre en Champagne-Ardenne, actes du colloque (Sedan, 6-7 juin 2002), Reims, D. Guéniot.

 (dir.), 2014, Reims, une métropole dans l’histoire : la ville antique et médiévale, Reims, D. Guéniot.

Dessert Daniel, 2007, Le royaume de monsieur Colbert (1661-1683), Paris, Perrin.

Externbrink Sven, 2005, recension de « Wolfgang Reinhard (Hg.): Römische Mikropolitik unter Papst Paul V. Borghese (1605-1621) zwischen Spanien, Neapel, Mailand und Genua », sehepunkte, 5, no 6, en ligne : http://www.sehepunkte.de/2005/06/6983.html (consulté le 4 sept. 2015).

Firmin Gwenola et Bastien Vincent (dir.), 2015, De Versailles à La Motte-Tilly : l’abbé Terray, ministre de Louis XV, Paris, Éd. du Patrimoine / Centre des monuments nationaux.

Henry Christophe, 2008, « L’enseignement du dessin en France au xviiie siècle », Perspective : la revue de l’INHA, 2008-2, p. 271-278.

Hoog Simone, 1990, entrée « La machine de Marly », dans François Bluche (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, p. 985.

Lemercier Claire, 2005, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 52-2, p. 88-112.

Levron Jacques, 1981, Versailles ville royale, Roanne, Horvath.

Liez Jean-Luc (dir.), 2005, Les Lumières du grand Troyes, cat. exp. (Saint-Julien-les-Villas, Maison du patrimoine de la Communauté de l’agglomération troyenne, 15 nov. 2005-29 janv. 2006), Saint-Julien-les-Villas, Maison du patrimoine.

 (dir.), 2006, Xavier de Saxe, d’Allemagne en Champagne : la vie tumultueuse de Xavier de Saxe (1730-1806), seigneur de Pont-sur-Seine, cat. exp. (Saint-Julien-les-Villas, Maison du patrimoine de la Communauté de l’agglomération troyenne, 17 juin-8 oct. 2006), Saint-Julien-les-Villas, Maison du patrimoine.

 (dir.), 2008, D’Allemagne en Champagne : Xavier de Saxe (1730-1806), seigneur de Pont-sur-Seine, actes du colloque (Saint-Julien-les-Villas, Maison du patrimoine de l’agglomération troyenne, 6 et 7 oct. 2006), Langres, Petit-Cloître.

 (dir.), 2010, Un patrimoine à déguster : la Champagne à table, cat. exp. (Saint-Julien-les-Villas, Maison du patrimoine de l’agglomération troyenne, 15 juin-3 oct. 2010), Langres, D. Guéniot.

Michel Christian, à paraître, « Lecture des discours prononcés lors de la distribution des prix de l’École gratuite de dessin », dans Jacky Provence (dir.), Troyes et la Champagne méridionale entre Absolutisme et Lumières, actes du colloque (Troyes, médiathèque de l’agglomération troyenne, 26 et 27 oct. 2007).

Mormiche Pascale, 2008, « Les fidélités languedociennes et provençales du cardinal de Fleury à la cour », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, en ligne : http://crcv.revues.org/2123 (consulté le 5 sept. 2015).

Murat Inès, 1980, Colbert, Paris, Fayard.

Reinhard Wolfgang (dir.), 2004, Römische Mikropolitik unter Papst Paul V. Borghese (1605–1621) zwischen Spanien, Neapel, Mailand und Genua, Tübingen, Niemeyer.

Sarmant Thierry, 2010, « Travaux au château de Louvois », dans Alexandre Gady (dir.), Jules Hardouin-Mansart, 1646-1708, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, p. 313-315.

Tant Daniel, 1997, « L’école régionale des beaux-arts de Reims », Bulletin de la Société des amis du Vieux Reims, no 2, déc., p. 22-15, en ligne : http://dtant.free.fr/200.pdf (consulté le 4 sept. 2015).

La vie en Champagne, 1977, no 263 : La Chapelle-Godefroy : Orry et Natoire.

 1983, no 334 : De l’École royale de dessin à l’école des beaux-arts de Troyes.

Haut de page

Notes

1 Voir Demouy 2012 et 2014. Je tiens à remercier Thierry Sarmant, conservateur en chef au musée Carnavalet, pour ses commentaires critiques des lignes qui suivent, ainsi que Jean-Luc Liez, directeur de la Maison du patrimoine du Grand Troyes. Mon introduction reprend certaines idées évoquées durant la table ronde, en particulier par Guido Braun (université de Bonn), Patrick Demouy (université de Reims Champagne-Ardenne) et Dominique Brême, directeur du domaine départemental de Sceaux, parc et musée.

2 La notion de network a été introduite dans le discours scientifique par Barnes 1954, p. 39-58. Pour un bilan critique, voir Lemercier 2005, p. 88-112. Récemment, le 140e congrès national des sociétés historiques et scientifiques s’est déroulé à Reims du 27 avril au 2 mai 2015, sous le titre « Réseaux et Société ».

3 Voir Reinhard 2004 ; pour un compte rendu de cet ouvrage, voir Externbrink 2005.

4 Murat 1980, p. 13-14.

5 Cénat 2015, p. 280 ; Sarmant 2010.

6 Nous sommes redevables à Olivier Chaline, Daniel Dessert et Jean-Philippe Cénat, qui, par échanges de courriels, nous ont confirmé ce constat ; voir Chaline 2014 ; Dessert 2007 ; Cénat 2015.

7 On renvoie aux résultats du programme de recherche « La cour de Versailles dans la France méridionale (1682-1789) », mené par le CRCV entre 2005 et 2008, et spécialement à l’étude de Mormiche 2008.

8 Nous renvoyons le lecteur au numéro spécial de La vie en Champagne (1977) consacré à ce personnage.

9 Signalons l’exposition « De Versailles à La Motte-Tilly : l’abbé Terray, ministre de Louis XV », qui s’est déroulée du 29 mai au 20 septembre 2015 au château de La Motte-Tilly dans l’Aube ; voir Firmin et Bastien 2015.

10 Voir Couty 1996.

11 Voir Liez 2006 et 2008.

12 Voir Levron 1981, p. 46-51.

13 Voir Hoog 1990, p. 985.

14 Voir Da Vinha 2009.

15 Voir Bentz et Soullard 2011, p. 72-77 ; Liez 2010.

16 Les actes du colloque biennal des Cahiers haut-marnais : « Art et artistes dans l’espace haut-marnais (xive-début xxe siècles) », manifestation qui s’est tenue à Chaumont le 18 et 19 octobre 2014 sous la direction de Samuel Mourin, apporteront certainement encore plus d’éléments dans ce sens.

17 Voir Crubellier et Guillard 1969, p. 53 ; Demouy 1995, p. 42-43.

18 Voir Crubellier 1988, p. 262-263 ; Liez 2005.

19 Voir Tant 1997, p. 22-15 ; Michel 2007 ; et pour un aperçu général : La vie en Champagne 1983 ; Henry 2008, p. 271-278.

20 Voir Le beau xvie 2009.

21 S’est tenue, du 16 septembre au 7 décembre 2014, à la Maison du patrimoine de la Communauté de l’agglomération troyenne de Saint-Julien-les-Villas l’exposition « Mignard(s) en noir et blanc, gravures conservées dans les fonds troyens », sous le commissariat de Jean-Luc Liez. Une publication n’a pas fait suite à la manifestation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hendrik Ziegler, « Introduction », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2015, mis en ligne le 28 octobre 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://crcv.revues.org/13345 ; DOI : 10.4000/crcv.13345

Haut de page

Auteur

Hendrik Ziegler

Après des études en histoire de l’art, philosophie et histoire économique et sociale à Munich et Londres, Hendrik Ziegler a soutenu sa thèse à l’Université libre de Berlin en 1999 (Die Kunst der Weimarer Malerschule: Von der Pleinairmalerei zum Impressionismus / L’École de Weimar : de la peinture en plein air vers l’impressionnisme). Pensionnaire au Centre allemand d’histoire de l’art à Paris (1999-2004), puis maître de conférences à l’université de Hambourg (2004-2012), il a été habilité en 2008 avec une thèse portant sur la propagande louis-quatorzienne (Der Sonnenkönig und seine Feinde: Die Bildpropaganda Ludwigs XIV. in der Kritik / Le Roi-Soleil et ses ennemis : image, propagande et contestation). En complément à ses fonctions de maître de conférences à Hambourg, il a été chargé de cours à l’université de Lucerne (Suisse) (2007-2010), professeur invité à Bordeaux et à Toulouse à plusieurs reprises (en 2009 et en 2011) et professeur remplaçant à l’université de Francfort (2011-2012), avant d’être nommé, à la rentrée 2012, professeur d’histoire de l’art moderne et contemporain à l’université de Reims Champagne-Ardenne. Spécialiste des échanges culturels entre la France, l’Allemagne et les pays européens du xviie au xixe siècle, il a été lauréat en 2012 du prix franco-allemand Gay-Lussac Humboldt. Contact : hendrik.ziegler@univ-reims.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Hendrik Ziegler / 2015 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org