Navigation – Plan du site

L’art de la couleur selon Jean-Henri Riesener

The art of colour according to Jean-Henri Riesener
Marc-André Paulin

Résumés

Le regard sur l’œuvre matérielle de Jean-Henri Riesener montre que dans son processus créatif entre 1770 et la fin de l’Ancien Régime, il y a toujours eu chez l’ébéniste la volonté de produire des meubles présentant de forts contrastes tant dans la polychromie que dans les effets de la matière. Les réalisations de Riesener mettent en lumière dans certains cas le besoin d’utiliser des modèles issus de productions d’ébénistes antérieurs tels André-Charles Boulle, Jean-François Oeben, et dans une certaine mesure, les recherches de Pierre-Élisabeth de Fontanieu en matière d’ersatz de pierres semi-précieuses. Le nouveau répertoire décoratif introduit dans les arts à partir de 1750 fut considérablement inspiré par l’architecture antique. Les marbres, le porphyre, le lapis-lazuli, les jaspes furent les matières idéalisées pour les garnitures à l’antique. Riesener s’en inspirera dans ses marqueteries en bois.

Haut de page

Texte intégral

L’auteur adresse ses plus sincères remerciements à Daniel Alcouffe, Yves Carlier et Nicolas Cattelain pour leur confiance et à Christian Baulez, Roberta Cortopassi, Frédéric Dassas, Sébastien Evain, Nicole Garnier, Nelly Koenig, Éric Laval, Agnès Mathieu-Daudé, Danielle Kisluk-Grosheide, Jurgen Huber, Helen Jacobsen, Mia Jackson, David Oakey, Witold Nowik, Pascal Petit, Dominique Robcis et Caroline Thomas pour leur aide.

1Le regard sur l’œuvre matérielle de Jean-Henri Riesener (1734-1806) montre que dans son processus créatif entre 1770 et la fin de l’Ancien Régime, il y a toujours eu chez l’ébéniste la volonté de produire des meubles présentant de forts contrastes, tant dans la polychromie que dans les effets de la matière.

2L’article tentera d’une part d’identifier les mouvements ainsi que les personnes ayant influencé Riesener. Il fera d’autre part un parallèle entre les couleurs des meubles de l’ébéniste décrites dans le journal du Garde-Meuble de la Couronne et celles constatées à ce jour. Enfin, une partie sera consacrée à la détermination des éléments constituant certaines couleurs (le gris et le bleu), à la reproductivité de ces dernières sur des éprouvettes de bois et à leur vieillissement artificiel.

Les débuts de Riesener

  • 1 Jean-Henri Riesener devient maître ébéniste en 1768.
  • 2 Ronfort 2009, p. 60.

3Les premières réalisations de Riesener1 (fig. 1) mettent en lumière dans certains cas le besoin d’utiliser des modèles issus de productions d’ébénistes antérieurs tel André-Charles Boulle (1642-1732), notamment dans l’utilisation de la marqueterie de bois (fig. 2). Cette influence stylistique pourrait éventuellement résulter du fait que Riesener pratiqua son activité de compagnon chez Jean-François Oeben (1721-1763), lequel fut actif en 1752 dans les locaux de Charles-Joseph Boulle (1688-1754), dans les galeries du Louvre2.

  • 3 L’armoire est datée vers 1695. Paris, musée du Louvre, OA 5516.

4Par exemple, les marqueteries représentant des vases de fleurs de l’armoire « florale3 » de Boulle au musée du Louvre ont été probablement des sources d’inspiration pour Riesener lorsqu’il réalisa le secrétaire livré en 1771 pour l’intendant du Garde-Meuble de la Couronne Pierre-Élisabeth de Fontanieu (1730-1784).

Fig. 1 : Jean-Henri Riesener, secrétaire en armoire livré en 1771 pour Pierre-Élisabeth de Fontanieu. Collection privée.

Fig. 1 : Jean-Henri Riesener, secrétaire en armoire livré en 1771 pour Pierre-Élisabeth de Fontanieu. Collection privée.

Photo : © Jean Lupu, antiquaire

Fig. 2 : André-Charles Boulle, armoire florale, vers 1695, 2,55 × 1,57 × 0,58 m. Paris, musée du Louvre, OA 5516.

Fig. 2 : André-Charles Boulle, armoire florale, vers 1695, 2,55 × 1,57 × 0,58 m. Paris, musée du Louvre, OA 5516.

Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Jean-Yves Lacôte

Fig. 3 : André-Charles Boulle, armoire florale, vers 1695, détail du vase. Paris, musée du Louvre, OA 5516.

Fig. 3 : André-Charles Boulle, armoire florale, vers 1695, détail du vase. Paris, musée du Louvre, OA 5516.

Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Jean-Yves Lacôte

  • 4 Les analyses par microfluorescence X sont élémentaires et non invasives. Elles ont été réalisées pa (...)
  • 5 Il est important de noter que l’interprétation des résultats doit être qualitative plutôt que quant (...)

5La restauration de l’armoire florale (fig. 2) a permis d’apporter des réponses en matière de couleur des marqueteries et de confirmer l’expression « peinture en bois » relative à cet art. Indépendamment de la présence de bois colorés au naturel, les marqueteries comportent également des bois teints artificiellement. Plusieurs analyses par microfluorescence X ont été réalisées sur la porte gauche, en particulier sur le vase et sur les guirlandes du piédestal. Le but était de voir si initialement ces éléments comportaient de la polychromie et si cette couleur était d’origine minérale ou organique4. Les résultats ont montré sur le vase de couleur jaune (fig. 3) un pic de cuivre de 2,8 %. À ce jour, il est impossible de déterminer avec précision la couleur originale du vase. Cependant, le pic de cuivre permet de supposer que le pigment utilisé pouvait être l’azurite, et par conséquent la couleur pouvait être bleue (fig. 4 et 5). Sur les guirlandes qui présentent des traces éparses de polychromie (fig. 6), les analyses ont montré que sur les parties où le vert est absent, le bois renfermait environ 1 % de cuivre. Sur les parties vertes, les résultats ont révélé un pourcentage plus important de cuivre, environ 11 %5 (fig. 7).

Fig. 4 : Portes provenant du château des Tuileries, entre 1666-1671. Paris, musée du Louvre, inv. 153.

Fig. 4 : Portes provenant du château des Tuileries, entre 1666-1671. Paris, musée du Louvre, inv. 153.

Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Pierre-Yves Duval

Fig. 5 : Portes provenant du château des Tuileries, détail d’un panneau peint, entre 1666-1671. Paris, musée du Louvre, inv. 153.

Fig. 5 : Portes provenant du château des Tuileries, détail d’un panneau peint, entre 1666-1671. Paris, musée du Louvre, inv. 153.

Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Pierre-Yves Duval

Fig. 6 : André-Charles Boulle, armoire florale, vers 1695, détail des guirlandes. Paris, musée du Louvre, OA 5516.

Fig. 6 : André-Charles Boulle, armoire florale, vers 1695, détail des guirlandes. Paris, musée du Louvre, OA 5516.

Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Jean-Yves Lacôte

Fig. 7 : Spectre de l’analyse par microfluorescence X des guirlandes sur la porte de l’armoire.

Fig. 7 : Spectre de l’analyse par microfluorescence X des guirlandes sur la porte de l’armoire.

Graphique : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Dominique Robcis

Fig. 8 : Jean-Henri Riesener, secrétaire à cylindre, vue de la face gauche, vers 1775-1780, chêne, amarante, acajou, bois de filaos, houx, buis et sycomore, avec monture en bronze doré, hauteur : 128,9 × 137,8 × 81,3 cm. Londres, Buckingham Palace, RCIN 2431.

Fig. 8 : Jean-Henri Riesener, secrétaire à cylindre, vue de la face gauche, vers 1775-1780, chêne, amarante, acajou, bois de filaos, houx, buis et sycomore, avec monture en bronze doré, hauteur : 128,9 × 137,8 × 81,3 cm. Londres, Buckingham Palace, RCIN 2431.

Photo : © Royal Collection Trust / Her Majesty Queen Elizabeth II 2014

Fig. 9 : Jean-Henri Riesener, secrétaire à cylindre, vue du revers de la marqueterie du côté gauche, en cours de restauration, vers 1775-1780. Londres, Buckingham Palace, RCIN 2431.

Fig. 9 : Jean-Henri Riesener, secrétaire à cylindre, vue du revers de la marqueterie du côté gauche, en cours de restauration, vers 1775-1780. Londres, Buckingham Palace, RCIN 2431.

Photo : © Royal Collection Trust / Her Majesty Queen Elizabeth II 2014

La polychromie des bois et les effets chromatiques par la matière

  • 6 Watson 1963, p. 45.

6L’arrivée en France des bois exotiques à partir de la seconde moitié du xviie et au cours du xviiie siècle provoquera auprès de la corporation des ébénistes un fort engouement pour leur polychromie naturelle. Henry Havard, dans son Dictionnaire de l’ameublement, aurait identifié 57 bois exotiques, 40 bois indigènes, sans oublier les bois teints artificiellement, ce qui augmente la palette de couleurs6. En réalité, il devait y en avoir bien plus si l’on considère que dans une famille d’arbres, il existe plusieurs genres.

7Riesener ne dérogera pas à cette règle et utilisera toute l’étendue chromatique qui sera mise à sa disposition grâce aux bois exotiques, indigènes et teints artificiellement. Généralement, dans les productions de Riesener, les bois exotiques se trouvent dans les encadrements ou réseaux géométriques. Les bois indigènes se situent dans les compositions figuratives, florales ou sont utilisées comme bois de fond pour ces mêmes sujets. Certains bois tels que l’érable sycomore (Acer), le charme (Carpinus) et le houx (Ilex), en raison de leur faible duraminisation, étaient destinés à recevoir des couleurs qui n’existaient pas dans la nature, comme le bleu, le vert et le gris (fig. 8 et 9).

8Par exemple :

  • le rose était obtenu par l’utilisation du bois de rose (Dalbergia decipularis) au naturel ;

  • le rouge ou violet était obtenu par l’utilisation soit de l’amarante (Peltogyne venosa), soit du satiné rouge (Brosimum rubescens), au naturel également ;

  • l’orange était obtenu par l’utilisation soit du satiné, soit du Saint-Martin jaune (Hymenolobium) au naturel. Ce dernier fut essentiellement utilisé dans les fleurs de tournesols ;

  • le blanc était obtenu par l’utilisation du houx au naturel ;

  • le noir était obtenu soit par l’utilisation d’ébène (Dyospiros ebenum), soit par imprégnation des bois (houx) dans des solutions aqueuses composées de complexes ferro-galliques ;

    • 7 Roubo 2002, p. 796.

    le jaune était obtenu soit par l’utilisation uniquement d’épine vinette (Berberis vulgaris), soit par imprégnation des bois (érable, etc.) dans des solutions aqueuses composées d’épine vinette broyée, de safran7… ;

    • 8 Ibid., p. 795.

    le bleu était obtenu par imprégnation des bois dans des solutions aqueuses composées d’indigo et d’acide sulfurique 8 ;

    • 9 Ibid., p. 797.

    le vert était obtenu par imprégnation des bois dans des solutions aqueuses composées d’indigo, d’acide sulfurique et enfin soit d’épine vinette broyée, soit de gaude9 (Reseda luteola) ;

  • le gris était obtenu par imprégnation des bois dans des solutions aqueuses composées de complexes ferreux.

Les effets chromatiques par la matière

9Les descriptions des meubles de Riesener dans le journal du Garde-Meuble de la Couronne sont parfois inscrites avec une mention de satiné relative au décor de marqueterie, et il peut exister aujourd’hui une certaine ambiguïté concernant le terme « satiné ».

10En premier, il revient sans conteste au bois de satiné de couleur orange et rouge, généralement utilisé dans les frises d’encadrement. En second, il fait référence à un effet de matière recherché par l’ébéniste. Cet effet, obtenu par l’utilisation de bois débités sur quartier (coupe radiale), laisse apercevoir les rayons ligneux sur la face et crée des variations de lumière en fonction de l’angle de vue sur l’objet.

Les meubles de « satiné » gris ou « satiné » gris argenté

11La couleur grise semble apparaître sur le mobilier dans les années 1760, comme bois de fond aux motifs de marqueterie. Durant la seconde moitié du xviiie siècle, quelques ébénistes soucieux de créer de nouveaux décors réaliseront, parfois sur l’impulsion de marchands merciers, des meubles enrichis de plaques de porcelaine de la manufacture de Sèvres.

12S’il n’y a pas de rapport direct entre les porcelaines et les bois teints, néanmoins les motifs décoratifs des porcelaines sont sur fond blanc pour faciliter le passage entre les décors centraux et les frises également colorées (fig. 10).

13Le satiné gris argenté avait le même rôle, c’est-à-dire une transition entre les motifs et les frises d’encadrement. La véritable première mention écrite de satiné gris dans le journal du Garde-Meuble de la Couronne date de 1775. Il s’agirait des encoignures livrées pour le salon des Jeux de Louis XVI à Versailles. Le mémoire de Riesener en 1774 fait bien le distinguo entre le bois de satiné et la couleur satiné gris :

  • 10 Verlet 1990-1994, t. IV, p. 78.

Ordre du 20 Xbre [1774].
Livré en Xbre pour le service du Roy au château de Versailles. La salle de Jeux.
Quatre grands encoignures de marquetrie richement orné de 2 pieds 3 p°. d’équair et 40 p°. de large sur 3 pieds de haut, la marqueterie composé de quantitée de compartimens de mosaÿque, très ouvragé, de frizes de bois satinné, avec filets blanc et noir de deux cotés, ajusté suivant les ombre du tableau, avec quantitées de rosettes représentant des fleurs de soleil ombré et en pièce de raport incrusté dans un fond de satinné gris […]10.

14Toutefois, si cette couleur est souvent utilisée dans la décade 1770-1780 comme fond à un décor figuratif, elle devient la couleur principale en 1784, lorsque Riesener livre, pour les appartements de Marie-Antoinette aux Tuileries, un ensemble de meubles composé d’une commode, d’une toilette de campagne, de deux tables et d’un secrétaire à cylindre (fig. 11) :

  • 11 Ibid., t. I, p. 28.

2e semestre 1784. Appartement de la Reine au chateau de Thuilleries… Pour les petits appartements de la Reine au chatau de Thuilleries… Cabinet intérieur de Sa Majesté. Un secretair à cilindre de marquêtrie de 3 pieds et demie de large sur 38 p° de haut et 24 p° de profondeur, composé de […] plusieurs compartiment de mosayque de meme que les autre pieces, un trophée sur le milieu du cilindre represent les atribut literair et la Poesie en pieces de raport et marquetrie ombré incrusté dans un fond de satinné gris11.

15L’aspect actuel du secrétaire à cylindre ne nous permettait pas d’imaginer la couleur « gris argent » telle qu’elle se présentait sur le meuble à l’origine, même si les textes du xviiie siècle nous la décrivaient.

  • 12 Le meuble est conservé au département des Objets d’art du musée du Louvre, OA 5206. Les tirs de MFX (...)
  • 13 Le coffre de campagne vers 1785, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Triano (...)
  • 14 Il est à noter que les vernis naturels composés de gomme-laque, ou les cires d’abeille, en raison d (...)

16Afin de vérifier l’exactitude des propos de Riesener dans son mémoire de 1784, des analyses par microfluorescence X ont été effectuées sur le secrétaire à cylindre12 (fig. 12) ainsi que sur deux meubles13 contemporains du bureau, réalisés par Riesener et qui présentent le même décor de marqueterie de losanges et la même couleur brune actuelle14.

17Ces analyses avaient également pour but de déterminer si la couleur avait une origine organique ou minérale. Elles ont montré la présence importante de fer, ce qui permet d’avancer l’hypothèse que le fer est à l’origine de la couleur grise. Cela confirme les résultats obtenus lorsque l’on plonge des éprouvettes de bois de placage d’érable sycomore dans une solution ferreuse (fig. 13).

  • 15 Ramond 1988, p. 88.
  • 16 Le but était de voir si différentes concentrations de sulfate de fer avaient une incidence sur la s (...)

18Afin de mieux comprendre le processus d’altération du gris au brun, nous avons conçu des éprouvettes de bois de placage d’érable immergées dans des solutions aqueuses de sulfate de fer15 à faible concentration de 1 à 3 % pendant 216 heures16. Les éprouvettes ont été recouvertes de protections de surface proches de celles rencontrées sur les meubles lors de leur fabrication ou leur restauration telles que :

    • 17 Roubo 2002, p. 865.

    un vernis composé de résines terpéniques et décrit dans L’art du menuisier ébéniste17 par André-Jacob Roubo en 1774 ;

  • un vernis gomme-laque de couleur brune ;

  • une encaustique à la cire d’abeille.

  • 18 Paulin 2008, p. 197.

19Le but était de voir si les protections de surface ont une incidence sur la couleur. Elles ont ensuite été soumises à la lumière en enceinte de vieillissement sur la moitié de chacune des éprouvettes, en conditions normales de température à 25° C et 50 % d’humidité relative. Après 672 heures de vieillissement ininterrompues, les résultats ont montré une nette dégradation de la couleur grise en brun sur les parties exposées par rapport à celles qui ne l’étaient pas18 (fig. 14).

Les meubles de « satiné » blanc

  • 19 Verlet 1990-1994, t. III, p. 166.

20À partir de 1781, certaines productions de Riesener pour Marie-Antoinette aux châteaux de Marly et Versailles seront marquées par la présence du bois de houx comme support à la marqueterie sous le vocable de « satiné blanc » (fig. 15 et 16). Le journal du Garde-Meuble de la Couronne mentionne un meuble avec cette caractéristique. Il s’agit d’une table livrée en 1781 pour le cabinet intérieur de la Reine à Versailles : « Une table à écrire de marqueterie à compartiment de mosaïques et rosettes sur un fond de satiné blanc19»

Fig. 10 : Jean-François Leleu, secrétaire à cylindre, vers 1770, bois de rose, chêne, sycomore, bronze, porcelaine, hauteur : 105 × 98,5 × 53,5 cm. Paris, musée du Louvre, OA 11295.

Fig. 10 : Jean-François Leleu, secrétaire à cylindre, vers 1770, bois de rose, chêne, sycomore, bronze, porcelaine, hauteur : 105 × 98,5 × 53,5 cm. Paris, musée du Louvre, OA 11295.

Photo : © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Daniel Arnaudet

Fig. 11 : Jean-Henri Riesener, secrétaire à cylindre livré en 1784 pour les appartements de Marie-Antoinette au château des Tuileries, amarante, bois de rose, chêne, sapin, sycomore, 103 × 113 × 64,2 cm. Paris, musée du Louvre, OA 5226.

Fig. 11 : Jean-Henri Riesener, secrétaire à cylindre livré en 1784 pour les appartements de Marie-Antoinette au château des Tuileries, amarante, bois de rose, chêne, sapin, sycomore, 103 × 113 × 64,2 cm. Paris, musée du Louvre, OA 5226.

Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Thomas Clot

Fig. 12 : Spectre de l’analyse par microfluorescence X réalisée sur le secrétaire à cylindre de Jean-Henri Riesener.

Fig. 12 : Spectre de l’analyse par microfluorescence X réalisée sur le secrétaire à cylindre de Jean-Henri Riesener.

Graphique : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Éric Laval

Fig. 13 : Éprouvettes de bois de placage d’érable sycomore teintes dans la couleur satiné gris argenté par solution aqueuse de sulfate de fer ferreux FeSO4. Avant vieillissement.

Fig. 13 : Éprouvettes de bois de placage d’érable sycomore teintes dans la couleur satiné gris argenté par solution aqueuse de sulfate de fer ferreux FeSO4. Avant vieillissement.

Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Anne Chauvet

Fig. 14 : Éprouvettes après vieillissement à la lumière.

Fig. 14 : Éprouvettes après vieillissement à la lumière.

Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Marc-André Paulin

Fig. 15 : Jean-Henri Riesener, table mécanique livrée en 1781 pour le cabinet intérieur de Marie-Antoinette à Versailles, chêne avec marqueterie d’acajou et de bois satiné, sycomore, houx, bordure d’amarante, montures en bronze doré, miroir en verre, hauteur : 72,4 × 78,1 × 48,3 cm. New York, The Metropolitan Museum of Art, inv. 49.7.117.

Fig. 15 : Jean-Henri Riesener, table mécanique livrée en 1781 pour le cabinet intérieur de Marie-Antoinette à Versailles, chêne avec marqueterie d’acajou et de bois satiné, sycomore, houx, bordure d’amarante, montures en bronze doré, miroir en verre, hauteur : 72,4 × 78,1 × 48,3 cm. New York, The Metropolitan Museum of Art, inv. 49.7.117.

Photo : © Marc-André Paulin

Fig. 16 : Détail de la marqueterie de « satiné blanc » sur le dessus de la table.

Fig. 16 : Détail de la marqueterie de « satiné blanc » sur le dessus de la table.

Photo : © Marc-André Paulin

Les recherches de Pierre-Élisabeth de Fontanieu en matière d’imitation de pierres semi-précieuses : source d’inspiration pour Riesener

21Pierre-Élisabeth de Fontanieu, intendant du Garde-Meuble de la Couronne de 1767 à 1784, était également un homme de science. La physique et la chimie l’attiraient tout particulièrement, au point de mettre en pratique ses connaissances théoriques. Au Garde-Meuble, il avait aménagé en laboratoire deux grandes salles de plain-pied avec son appartement. Elles abritaient les machines et le matériel nécessaires à toutes ses expériences. Sa collection personnelle de minéraux, composée de brillants jaunes, émeraudes, cornalines, rubis, opales, jacinthes et autres pierres antiques, tabatières d’agate, améthyste et bois pétrifié remportera un vif succès lors de sa vente après décès, à partir du 12 juillet 1784.

  • 20 Castelluccio 2004, p. 173.

22Pierre-Élisabeth avait publié en 1778 le résultat de ses recherches dans un volume intitulé L’art d’imiter les pierres précieuses, tiré par les imprimeries de Monsieur. Il y détaillait les procédés et mises en œuvre pour obtenir des ersatz de pierres précieuses à partir de cristaux ainsi que les oxydes nécessaires pour leur donner les plus belles couleurs20.

  • 21 Ibid., p. 174.
  • 22 Le traité est conservé à la bibliothèque de l’Arsenal à Paris sous la cote 8-S-12108 (2).

23Le Journal de Paris de 1778 précisa que Fontanieu avait déjà amélioré la stabilité des couleurs en abaissant le taux de plomb21. En 1786, était publié également aux imprimeries de Monsieur le traité L’art de faire les cristaux colorés imitant les pierres précieuses22.

  • 23 Castelluccio 2004, p. 174.

24Des tentatives de production d’imitation de pierres précieuses avaient déjà commencé au xviie siècle en France. En décembre 1686, les ambassadeurs du Siam avaient visité la verrerie d’Orléans dirigée par Mme Perrot, qui produisait « toutes sortes de pierres artificielles, et qui approchent si fort des pierres précieuses par leur dureté, leur vif éclat et leur netteté, que d’habiles connaisseurs y pourraient estre surpris23 ».

  • 24 Ibid., p. 174.

25Les expériences réalisées par son père Gaspard-Moïse-Augustin de Fontanieu, intendant et contrôleur du Garde-Meuble de la Couronne entre 1719 et 1767 en ce domaine, influencèrent certainement son fils24.

La table recouverte de cristaux colorés par Pierre-Élisabeth Fontanieu

  • 25 Alcouffe, Dion-Tenenbaum et Lefébure 1993, p. 270.
  • 26 Verlet 1987, p. 266.

26Suite à ces nombreux essais, il réalisa dans le premier semestre 1780 une table recouverte d’une mosaïque de cristaux colorés qu’il présenta à Marie-Antoinette en 1781, comme en atteste l’inscription gravée sur le chant du dessus en façade (fig. 17) : « Fait et présenté à la reine par Monsieur de Fontanieu, intendant général des meubles de la Couronne. 1781 ». Jean-Henri Riesener fournit les bronzes dorés pour la somme de 3 836 livres25. Le prix fut réduit à 3 600 livres payées par le Garde-Meuble26.

  • 27 Alcouffe, Dion-Tenenbaum et Lefébure 1993, p. 270.

Les bronzes d’une table dont le dessus ainsy que les panneaux sont en pierres de composition imitant les pierres fines des différentes couleurs : composé de quatre sabots cizelés de cannelures et de feuilles de laurier, quatre chapiteaux de même en feuilles de laurier et trente pièces formant de virolles cizelé de différents dessins, les uns en feuille d’ornements, les autres en branche de myrthe et laurier entrelassé de sorte chacun et différent à l’autre pour arrêter les pierres qui forment les gaines en différentes couleurs qui portent la table, moyennant une tige d’acier avec des roulettes par-dessous. Le pourtour de la table formant de cadre cizelé et uni pour environner les quatre panneaux en pierres de couleur ornée sur les quatre angles de quatre bouquets de fleurs. Le dessus environné d’un cadre cizelé, dont le rebord en haut forme une balustrade, en feuilles d’ornement cizelé de deux côtez, le tout de bronze cizelé et ajusté à vis et écroux en dedans non apparentes et très surdoré en or matte27.

  • 28 Ibid., p. 270.
  • 29 Castelluccio 2004, p. 176.

27D’après le mémoire de Riesener, elle était destinée pour le cabinet intérieur de la Reine à Versailles. Ensuite, il semble qu’elle décora l’appartement de Thierry de Ville-d’Avray, successeur de Pierre-Élisabeth en 178428. Le 25 thermidor an IV (11 août 1796), le citoyen Van Recum, un des fournisseurs de la République, emporta en paiement de ses fournitures la « petite table en cristaux de la composition de Fontanieu de différentes couleurs, le corps doré or mat 2 000 livres29 ».

La table du traité de Teschen : source d’inspiration pour Pierre-Élisabeth de Fontanieu ?

28Selon toute vraisemblance, il n’y a aucun rapport historique entre la table de Fontanieu et celle du traité de Teschen, même si l’on peut supposer qu’en raison des deux dates de livraison proches l’une de l’autre et du lien entre Marie-Antoinette et l’Empire, il y en ait un dans la volonté de créer avec la table de la reine un meuble semblable dans son esthétique générale à la table offerte au baron de Breteuil.

  • 30 La table est composée de 128 morceaux de pierres précieuses et bois pétrifiés.

29Cette table recouverte de pierres précieuses et bois pétrifiés est l’œuvre de Johann-Christian Neuber30 (1732-1808). Elle finalise le succès du traité de Teschen signé le 13 mai 1779 pour la réconciliation entre la Prusse et l’Autriche, dont la France et dans une certaine mesure la Russie seront les médiateurs (fig. 18).

  • 31 Breteuil 2012, p. 280.

30En remerciement du travail de médiateur effectué par Louis-Charles-Auguste Le Tonnelier, baron de Breteuil (1730-1807), ambassadeur de France à Vienne, l’impératrice Marie-Thérèse offrira à ce dernier son portrait enrichi de diamants, tandis que Frédéric-Auguste III, prince électeur de Saxe, lui offrira cette table31.

31L’existence de ce meuble est connue du grand public au tout début des années 1780, lorsque le chevalier de La Gravière, ministre plénipotentiaire français à la cour de Saxe, dans un rapport adressé à la chancellerie, relate son entretien avec le prince à la résidence électorale le 1er janvier 1780 :

  • 32 Constensoux et Poindront 2012, p. 286.

La Cour a été aujourd’hui en gala à l’occasion du nouvel an. En allant avec le corps diplomatique faire ma cour à l’Électeur, j’ai vu dans son cabinet d’Audience une superbe table en mosaïque faite de toutes les sortes de pierres qui se trouvent dans les États saxons. Cette table qui est fort riche et d’un travail très précieux est destinée à m. le baron de Breteuil32.

32La table n’en finit pas de susciter l’admiration lors de son arrivée en France. En effet, une lettre de la marquise de Bombelles à Versailles adressée à son mari en 1781 relate :

  • 33 Ibid., p. 291.

Le baron de Breteuil a reçu, il y a deux jours, un fort beau présent de la cour de Saxe à l’occasion de la paix de Teschen […] une table qu’on dit superbe, montée à merveilles avec des pierres fort précieuses33.

33Enfin, le lien qui relie ces deux meubles est incontestablement l’histoire du goût au xviie et pendant tout le xviiie siècle en France et en Europe pour les collections de pierres dures et semi-précieuses. Les ébénistes s’en inspireront dans leurs marqueteries en bois.

Fig. 17 : Jean-Henri Riesener, table présentée à Marie-Antoinette en 1781 par Pierre-Élisabeth de Fontanieu, acajou, bronze, 74,9 × 58,4 cm. Paris, musée du Louvre, inv. OA 5233.

Fig. 17 : Jean-Henri Riesener, table présentée à Marie-Antoinette en 1781 par Pierre-Élisabeth de Fontanieu, acajou, bronze, 74,9 × 58,4 cm. Paris, musée du Louvre, inv. OA 5233.

Photo : © Marc-André Paulin

Fig. 18 : Johann Christian Neuber, table dite du traité de Teschen, 1779. Paris, musée du Louvre, s. n.

Fig. 18 : Johann Christian Neuber, table dite du traité de Teschen, 1779. Paris, musée du Louvre, s. n.

Photo : © Marc-André Paulin

Fig. 19 : François-Hubert Drouais, Madame de Pompadour devant son métier à broder vers 1763, 1764, 217 × 156 cm. Londres, National Gallery, NG 6440/09-504516.

Fig. 19 : François-Hubert Drouais, Madame de Pompadour devant son métier à broder vers 1763, 1764, 217 × 156 cm. Londres, National Gallery, NG 6440/09-504516.

Photo : © The National Gallery, Londres, Dist. RMN-Grand Palais / National Gallery Photographic Department

Fig. 20 : Jean-Henri Riesener, Commode livrée vers 1772, 1773 pour Pierre-Élisabeth de Fontanieu. Chantilly, musée Condé, OA 245.

Fig. 20 : Jean-Henri Riesener, Commode livrée vers 1772, 1773 pour Pierre-Élisabeth de Fontanieu. Chantilly, musée Condé, OA 245.

Photo : © Marc-André Paulin

Fig. 21 : Antoine Vestier, Jean-Henri Riesener, 1786, huile sur toile, 95,5 × 76 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8136.

Fig. 21 : Antoine Vestier, Jean-Henri Riesener, 1786, huile sur toile, 95,5 × 76 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8136.

Photo : © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Fig. 22 : Jean-Henri Riesener, angle antérieur droit du bureau pour Marie-Antoinette au hameau à Trianon, vers 1785-1788, amarante, sycomore, bronze, 76 × 110 × 62 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, V.2011.15.

Fig. 22 : Jean-Henri Riesener, angle antérieur droit du bureau pour Marie-Antoinette au hameau à Trianon, vers 1785-1788, amarante, sycomore, bronze, 76 × 110 × 62 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, V.2011.15.

Photo : © Marc-André Paulin

Fig. 23 : Jean-Henri Riesener, secrétaire en armoire livré en 1780 pour le cabinet intérieur de Marie-Antoinette à Versailles, chêne, érable, sycomore, amarante, tulipier, ronce de noyer, ébène, marbre, bronze doré, laiton et cuir, 144 × 112 × 45,5 cm. Londres, The Wallace Collection, F300.

Fig. 23 : Jean-Henri Riesener, secrétaire en armoire livré en 1780 pour le cabinet intérieur de Marie-Antoinette à Versailles, chêne, érable, sycomore, amarante, tulipier, ronce de noyer, ébène, marbre, bronze doré, laiton et cuir, 144 × 112 × 45,5 cm. Londres, The Wallace Collection, F300.

Photo : © Marc-André Paulin

Fig. 24 : Jean-Henri Riesener, une des quatre encoignures livrée en 1775 pour le salon des Jeux de Louis XVI à Versailles, bois et marqueterie, 99 ×104 × 72,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, V 3526.

Fig. 24 : Jean-Henri Riesener, une des quatre encoignures livrée en 1775 pour le salon des Jeux de Louis XVI à Versailles, bois et marqueterie, 99 ×104 × 72,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, V 3526.

Photo : © Marc-André Paulin

Fig. 25 : Jean-Henri Riesener, commode livrée par le Garde-Meuble de la Couronne en 1778 pour la bibliothèque de Louis XVI à Versailles, chêne, marbre, dorure, 95 × 165 × 63 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, V 5885.

Fig. 25 : Jean-Henri Riesener, commode livrée par le Garde-Meuble de la Couronne en 1778 pour la bibliothèque de Louis XVI à Versailles, chêne, marbre, dorure, 95 × 165 × 63 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, V 5885.

Photo : © Marc-André Paulin

L’imitation des pierres semi-précieuses dans les marqueteries de bois

  • 34 Rochebrune 2007, p. 80.
  • 35 Ibid., p. 91.

34Le nouveau répertoire décoratif introduit dans les arts à partir de 1750 fut considérablement inspiré par l’architecture antique. Le mobilier d’ébénisterie est un des éléments de l’art décoratif qui, de manière précoce, fut abondamment pénétré de ce répertoire antique, probablement en raison des nombreuses similitudes avec l’architecture34. Les marbres, le porphyre, le lapis-lazuli, les jaspes furent les matières idéalisées pour les garnitures à l’antique35

35Jean-François Oeben, sous l’influence de Mme de Pompadour, s’attachera à produire des nouveaux meubles inspirés du « grand goût naturel Antique ». C’est dans cette perspective qu’il imitera les pierres dures, en appliquant la marqueterie de bois composés ou généralement de loupe d’érable teintée en bleu (fig. 19).

36Riesener s’efforcera de reproduire le même schéma que son prédécesseur en matière d’imitation des pierres dures. En effet, si nous prenons l’exemple de la commode réalisée pour Pierre-Élisabeth de Fontanieu vers 1772, la présence de loupe d’érable teintée à l’origine en bleu, visible sur les gaines en façade, sur les côtés et en arrière-plan des enfants ailés est également la preuve de la volonté de créer par le bois des décors de pierres dures (fig. 20).

  • 36 Londres, The Wallace Collection, F 300.
  • 37 Verlet 1990-1994, t. III, p. 162.

37Les descriptions des meubles de Riesener dans le journal du Garde-Meuble de la Couronne, comme le secrétaire livré en 1780 pour la reine à Versailles36, sont également les preuves tangibles que l’ébéniste a eu la volonté de reproduire avec le bois l’effet minéral dans le décor marqueté : « Un secrétaire à dessus de marbre blanc veiné dont la marqueterie est formé de panneaux de mosaïques et losanges garnis de bouquets, trophées et vazes de jaspes remplis de fleurs en pièces de raport37 » (fig. 21).

Le bleu, couleur en réserve des décors

  • 38 Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8136.
  • 39 Ibid., V 2011.15.

38La comparaison entre le portrait de Riesener par Antoine Vestier38 (1740-1824) en 1786, ou du moins la table sur laquelle il s’appuie, et la table livrée pour le hameau de la Reine39, contemporaine du tableau, est particulièrement intéressante sur l’état de la couleur. Sur la peinture, on constate que la réserve de la chute de bronze doré au niveau de l’angle est bleue, tandis que sur la table du hameau elle est verte (fig. 22, 23).

La subjectivité de de la couleur bleue

  • 40 Verlet 1990-1994, t. IV, p. 78.

39Le mémoire de Riesener de 1774 concernant les encoignures du salon des Jeux de Louis XVI à Versailles est particulièrement explicite en matière de couleur bleue : « Quatre grands encoignures de marquetrie richement orné […], les deux pilastres d’angle en forme de guêne, plaqué en racine de bois bleu40 » (fig. 24).

  • 41 Baulez 2000, p. 72.

40La description de la commode livrée en 1778 pour le cabinet intérieur de Louis XVI à Fontainebleau, puis en 1784 dans sa bibliothèque à Versailles, met en évidence cette notion subjective dans l’interprétation de la couleur bleue : « une commode de forme antique à dessus de marbre serancolin de 5 pieds de long, 23 pouces de profondeur sur 35 pouces de hauteur à 5 tiroirs à panneaux renforcés dont 3 petits pris dans la frise et les faces d’érable vert41 » (fig. 25).

  • 42 Toute couleur est référencée selon trois critères : la tonalité, la saturation et la luminosité. Il (...)

41Il est important de souligner que l’état général d’un meuble (avant ou après nettoyage de la surface), du substrat sur lequel est appliquée la couleur (support à pH neutre ou pas, support initialement coloré) et enfin de la couleur et de la structure de la protection de surface, sont autant de critères pour intellectualiser la couleur42. La couleur verte pourrait par exemple être une désaturation du bleu.

Le bleu obtenu par l’indigo

42Le bleu peut être obtenu par des pigments minéraux ou organiques en fonction de leur apparition et de leur synthétisation, comme l’azurite, le bleu de Prusse, l’outremer, etc.

43Dans le cadre de l’étude sur la couleur bleue, nous avons pris comme référence le texte d’André-Jacob Roubo, lorsqu’il publie L’art du menuisier ébéniste en 1774 :

  • 43 Entendons par là, l’acide sulfurique à l’état d’oléum.

La préparation du Bleu avec l’indigo & l’huile de vitriol43, se fait de deux manieres ; savoir, à froid & à chaud ; mais le Bleu pour le bois se prépare à froid de la maniere suivante.

  • 44 Roubo 2002, p. 795.

On prend quatre onces d’huile de vitriol de la meilleure qualité, c’est-à-dire, qui est privée de toutes parties aqueuses, qu’on verse, dans une bouteille de pinte, sur une once d’indigo réduit en poudre très-fine ; ensuite on remplit d’eau la bouteille, du moins à peu de chose près, on la bouche très-exactement, & on lute le bouchon avec de la cire ; après quoi on laisse le tout infuser pendant cinq à six semaines […]44.

  • 45 Je remercie Witold Nowik, ingénieur de recherche au C2RMF, pour cette communication ainsi que pour (...)

44Le produit de cette réaction est probablement l’acide de 5,5’-indigodisulfonique45.

C16H10N2O2 + 2H2SO4 → C16H10N2O8S2 + 2H2O

L’évolution du bleu au jaune en passant par une couleur de transition : le vert

  • 46 Perego 2005, p. 400.

45Parmi les facteurs qui pouvaient être mis en cause dans l’altération de la couleur bleue figuraient en premier la lumière, la chaleur et, dans une moindre mesure, la température et l’humidité relative. Par ailleurs, le carmin d’indigo, afin qu’il soit soluble dans l’eau et efficace pour imprégner le bois, est additionné à l’acide sulfurique. La présence de deux groupes sulfonyle ainsi que le pH initialement acide de la solution bleue d’imprégnation des bois et de son évolution en jaune à pH fortement basique pourraient participer à cette évolution46 (fig. 26).

46Afin de mieux comprendre le processus d’altération, nous avons réalisé des éprouvettes de bois de placage les plus utilisés comme support à la couleur bleue sur les meubles de Riesener : l’érable sycomore, le charme, le houx.

47Chaque éprouvette a été teintée en bleu par le colorant « indigo carmin » à 1 % dans l’eau déminéralisée à température ambiante. Le temps d’imprégnation était de 216 heures. Le protocole expérimental fut identique à celui pour le satiné gris. Les éprouvettes ont été recouvertes sur la moitié d’une protection de surface :

  • un vernis composé de résines terpéniques ;

  • un vernis gomme-laque de couleur brune ;

  • une cire d’abeille ;

  • une moitié sans protection de surface.

  • 47 Matériellement, nous n’avons pu continuer les processus de vieillissement plus longtemps. Cependant (...)

48Les éprouvettes ont été soumises sur la moitié à la lumière et à la température en enceinte de vieillissement pendant 90 heures47 à une température de 37° C degrés. Le pH de chaque bois a été mesuré à l’état naturel, teinté en bleu avant et après vieillissement.

49Le pH des éprouvettes après vieillissement a montré qu’il est acide, en raison du vieillissement du bois. Quant à l’indigo, il ne semble pas avoir joué de rôle dans le pH, probablement en raison de sa faible concentration dans l’eau et du peu de temps d’imprégnation des bois.

50Les éprouvettes vieillies ont montré qu’il y avait une évolution de la couleur bleue vers le vert, notamment les éprouvettes d’érable sycomore (fig. 27-29). Ce phénomène sur l’érable avait déjà été constaté avant vieillissement.

Fig. 26 : Jean-Henri Riesener, commode, tiroir de droite en frise supérieure, vers 1785. Fontainebleau, musée national du château de Fontainebleau, F 651C.

Fig. 26 : Jean-Henri Riesener, commode, tiroir de droite en frise supérieure, vers 1785. Fontainebleau, musée national du château de Fontainebleau, F 651C.

Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Thomas Clot

Fig. 27 : Éprouvettes en bois de charme après vieillissement à la lumière.

Fig. 27 : Éprouvettes en bois de charme après vieillissement à la lumière.

Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Marc-André Paulin

Fig. 28 : Éprouvettes en bois de houx après vieillissement à la lumière.

Fig. 28 : Éprouvettes en bois de houx après vieillissement à la lumière.

Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Marc-André Paulin

Fig. 29 : Éprouvettes en bois d’érable après vieillissement à la lumière.

Fig. 29 : Éprouvettes en bois d’érable après vieillissement à la lumière.

Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Marc-André Paulin

51Enfin, parmi tous ces éléments qui influent dans le processus d’altération de la couleur, n’oublions pas le rôle des tanins phénoliques (toujours présents dans les cellules du bois), dont l’oxydation provoque l’apparition de couleurs brunes.

52L’étendue de la polychromie des meubles de Riesener a prouvé que le xviiie siècle avait pour ambition de mettre en exergue la couleur malheureusement éphémère, en raison notamment de la photo-oxydation sur les marqueteries, conférant un caractère automnal aux objets d’art. Les artisans du meuble des siècles suivants, dans leur volonté de reproduire fidèlement des créations du xviiie siècle, ont ainsi parfois créé des meubles aux couleurs éteintes, ternes.

Haut de page

Bibliographie

Alcouffe Daniel, Dion-Tenenbaum Anne et Lefébure Amaury, 1993, Le mobilier du musée du Louvre, t. I, Dijon, Faton.

Baulez Christian, 2000, « La bibliothèque de Louis XVI à Versailles et son remeublement », Revue du Louvre et des musées de France, 2000-2, p. 59-76.

Breteuil Henri-François Le Tonnelier, marquis de, 2012, « Un premier pas vers la sécurité collective : Teschen-13 mai 1779 », dans Alexis Kugel (dir.), « Le luxe, le goût, la science » : Neuber, orfèvre minéralogiste à la cour de Saxe, Saint-Rémy-en-l’Eau, M. Hayot, p. 271-282.

Castelluccio Stéphane, 2004, Le Garde-Meuble de la Couronne et ses intendants du xvie au xviiie siècle, Paris, Éd. du Comité des travaux historiques et scientifiques.

Constensoux Benoît et Poindront Pierre, 2012, « La table, de Dresde à Breteuil », dans Alexis Kugel (dir.), « Le luxe, le goût, la science » : Neuber, orfèvre minéralogiste à la cour de Saxe, Saint-Rémy-en-l’Eau, M. Hayot, p. 283-299.

Paulin Marc-André, 2008, « Ā propos de la restauration du secrétaire à cylindre en nacre de Marie-Antoinette à Fontainebleau », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, p. 177-198.

Perego François, 2005, Dictionnaire des matériaux du peintre, Paris, Belin.

Ramond Pierre, 1988, La marqueterie, Dourdan, Vial.

Rochebrune Marie-Laure de, 2009, « Le triomphe du goût “à la grecque” dans les arts décoratifs français », dans Marie-Laure de Rochebrune et Catherine Gougeon (dir.), Le goût à la grecque : la naissance du néoclassicisme en France : chefs-d’œuvre du musée du Louvre, cat. exp. (Madrid, Palais royal, 2007 ; Lisbonne, musée Gulbenkian, 2008 ; Athènes, Pinacothèque nationale-musée Alexandros Soutzos, 28 sept. 2009-11 janv. 2010), Athènes, Pinacothèque nationale-musée Alexandros Soutzos, p. 70-81.

Ronfort Jean-Nérée, 2009, « Biographie nouvelle et ateliers successifs », dans Jean-Nérée Ronfort (dir.), André-Charles Boulle, 1642-1732 : un nouveau style pour l’Europe, cat. exp. (Francfort-sur-le-Main, Museum für angewandte Kunst, 30 oct. 2009-31 janv. 2010), Paris, Somogy, p. 39-61.

Roubo André-Jacob, 2002 [1774], Le menuisier ébéniste, Tours, Bibliothèque de l’image.

Verlet Pierre, 1987, Les bronzes dorés français du xviiie siècle, Paris, Picard.

Verlet Pierre, 1990-1994 [1945-1963], Le mobilier royal français, Paris, Picard, 4 vol.

Watson Francis J. B., 1963, Le meuble Louis XVI, Paris, Les Beaux-arts.

Haut de page

Notes

1 Jean-Henri Riesener devient maître ébéniste en 1768.

2 Ronfort 2009, p. 60.

3 L’armoire est datée vers 1695. Paris, musée du Louvre, OA 5516.

4 Les analyses par microfluorescence X sont élémentaires et non invasives. Elles ont été réalisées par Dominique Robcis, chef de travaux d’art au département Restauration du C2RMF (Centre de recherche et de restauration des musées de France). Rapport en cours.

5 Il est important de noter que l’interprétation des résultats doit être qualitative plutôt que quantitative. Au regard de l’état actuel de la polychromie, il est impossible de déterminer avec précision le pourcentage total et le titre du pigment utilisé à l’origine.

6 Watson 1963, p. 45.

7 Roubo 2002, p. 796.

8 Ibid., p. 795.

9 Ibid., p. 797.

10 Verlet 1990-1994, t. IV, p. 78.

11 Ibid., t. I, p. 28.

12 Le meuble est conservé au département des Objets d’art du musée du Louvre, OA 5206. Les tirs de MFX ont été faits sur le tiroir de droite en ceinture. Analyses réalisées par Éric Laval, ingénieur d’études au C2RMF.

13 Le coffre de campagne vers 1785, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, V 6102 ; le secrétaire à cylindre en marqueterie de nacre du boudoir de Marie-Antoinette à Fontainebleau, musée national du château de Fontainebleau, V 3582. L’ensemble des résultats sont publiés dans notre mémoire de master 2 Conservation-restauration du secrétaire à cylindre en nacre de Marie-Antoinette à Fontainebleau : évolution et dégradation de sa couleur satiné gris argenté du xviiie siècle à nos jours, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2007.

14 Il est à noter que les vernis naturels composés de gomme-laque, ou les cires d’abeille, en raison de leur instabilité à la lumière (phénomène de photo-oxydation) participent à la saturation de polychromie.

15 Ramond 1988, p. 88.

16 Le but était de voir si différentes concentrations de sulfate de fer avaient une incidence sur la saturation de la couleur grise : les résultats ont montré qu’il n’y avait aucun impact sur l’intensité de la couleur grise. La saturation de la couleur résulterait uniquement du temps d’imprégnation de la solution dans le bois. Par ailleurs, il est important que le sulfate de fer ne soit pas en excès dans le bois, car l’ion sulfate, lors de son vieillissement, se transforme en acide sulfurique, ce qui conduit à une détérioration de la cellulose.

17 Roubo 2002, p. 865.

18 Paulin 2008, p. 197.

19 Verlet 1990-1994, t. III, p. 166.

20 Castelluccio 2004, p. 173.

21 Ibid., p. 174.

22 Le traité est conservé à la bibliothèque de l’Arsenal à Paris sous la cote 8-S-12108 (2).

23 Castelluccio 2004, p. 174.

24 Ibid., p. 174.

25 Alcouffe, Dion-Tenenbaum et Lefébure 1993, p. 270.

26 Verlet 1987, p. 266.

27 Alcouffe, Dion-Tenenbaum et Lefébure 1993, p. 270.

28 Ibid., p. 270.

29 Castelluccio 2004, p. 176.

30 La table est composée de 128 morceaux de pierres précieuses et bois pétrifiés.

31 Breteuil 2012, p. 280.

32 Constensoux et Poindront 2012, p. 286.

33 Ibid., p. 291.

34 Rochebrune 2007, p. 80.

35 Ibid., p. 91.

36 Londres, The Wallace Collection, F 300.

37 Verlet 1990-1994, t. III, p. 162.

38 Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8136.

39 Ibid., V 2011.15.

40 Verlet 1990-1994, t. IV, p. 78.

41 Baulez 2000, p. 72.

42 Toute couleur est référencée selon trois critères : la tonalité, la saturation et la luminosité. Ils ont été définis au cours du xixe siècle par un certain Hermann von Helmotz.

43 Entendons par là, l’acide sulfurique à l’état d’oléum.

44 Roubo 2002, p. 795.

45 Je remercie Witold Nowik, ingénieur de recherche au C2RMF, pour cette communication ainsi que pour l’équation chimique. L’indigo carmin est l’appellation commerciale de sel sodique de l’acide 5,5’-indigodisulfonique.

46 Perego 2005, p. 400.

47 Matériellement, nous n’avons pu continuer les processus de vieillissement plus longtemps. Cependant, nous avons constaté que l’évolution de la couleur bleue au vert est rapide.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Jean-Henri Riesener, secrétaire en armoire livré en 1771 pour Pierre-Élisabeth de Fontanieu. Collection privée.
Crédits Photo : © Jean Lupu, antiquaire
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Fig. 2 : André-Charles Boulle, armoire florale, vers 1695, 2,55 × 1,57 × 0,58 m. Paris, musée du Louvre, OA 5516.
Crédits Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Jean-Yves Lacôte
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 3 : André-Charles Boulle, armoire florale, vers 1695, détail du vase. Paris, musée du Louvre, OA 5516.
Crédits Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Jean-Yves Lacôte
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 4 : Portes provenant du château des Tuileries, entre 1666-1671. Paris, musée du Louvre, inv. 153.
Crédits Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Pierre-Yves Duval
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 5 : Portes provenant du château des Tuileries, détail d’un panneau peint, entre 1666-1671. Paris, musée du Louvre, inv. 153.
Crédits Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Pierre-Yves Duval
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 6 : André-Charles Boulle, armoire florale, vers 1695, détail des guirlandes. Paris, musée du Louvre, OA 5516.
Crédits Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Jean-Yves Lacôte
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 7 : Spectre de l’analyse par microfluorescence X des guirlandes sur la porte de l’armoire.
Crédits Graphique : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Dominique Robcis
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 8 : Jean-Henri Riesener, secrétaire à cylindre, vue de la face gauche, vers 1775-1780, chêne, amarante, acajou, bois de filaos, houx, buis et sycomore, avec monture en bronze doré, hauteur : 128,9 × 137,8 × 81,3 cm. Londres, Buckingham Palace, RCIN 2431.
Crédits Photo : © Royal Collection Trust / Her Majesty Queen Elizabeth II 2014
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 9 : Jean-Henri Riesener, secrétaire à cylindre, vue du revers de la marqueterie du côté gauche, en cours de restauration, vers 1775-1780. Londres, Buckingham Palace, RCIN 2431.
Crédits Photo : © Royal Collection Trust / Her Majesty Queen Elizabeth II 2014
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 10 : Jean-François Leleu, secrétaire à cylindre, vers 1770, bois de rose, chêne, sycomore, bronze, porcelaine, hauteur : 105 × 98,5 × 53,5 cm. Paris, musée du Louvre, OA 11295.
Crédits Photo : © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Daniel Arnaudet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 11 : Jean-Henri Riesener, secrétaire à cylindre livré en 1784 pour les appartements de Marie-Antoinette au château des Tuileries, amarante, bois de rose, chêne, sapin, sycomore, 103 × 113 × 64,2 cm. Paris, musée du Louvre, OA 5226.
Crédits Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Thomas Clot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 12 : Spectre de l’analyse par microfluorescence X réalisée sur le secrétaire à cylindre de Jean-Henri Riesener.
Crédits Graphique : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Éric Laval
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 13 : Éprouvettes de bois de placage d’érable sycomore teintes dans la couleur satiné gris argenté par solution aqueuse de sulfate de fer ferreux FeSO4. Avant vieillissement.
Crédits Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Anne Chauvet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 14 : Éprouvettes après vieillissement à la lumière.
Crédits Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Marc-André Paulin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 15 : Jean-Henri Riesener, table mécanique livrée en 1781 pour le cabinet intérieur de Marie-Antoinette à Versailles, chêne avec marqueterie d’acajou et de bois satiné, sycomore, houx, bordure d’amarante, montures en bronze doré, miroir en verre, hauteur : 72,4 × 78,1 × 48,3 cm. New York, The Metropolitan Museum of Art, inv. 49.7.117.
Crédits Photo : © Marc-André Paulin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 16 : Détail de la marqueterie de « satiné blanc » sur le dessus de la table.
Crédits Photo : © Marc-André Paulin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 17 : Jean-Henri Riesener, table présentée à Marie-Antoinette en 1781 par Pierre-Élisabeth de Fontanieu, acajou, bronze, 74,9 × 58,4 cm. Paris, musée du Louvre, inv. OA 5233.
Crédits Photo : © Marc-André Paulin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 18 : Johann Christian Neuber, table dite du traité de Teschen, 1779. Paris, musée du Louvre, s. n.
Crédits Photo : © Marc-André Paulin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 19 : François-Hubert Drouais, Madame de Pompadour devant son métier à broder vers 1763, 1764, 217 × 156 cm. Londres, National Gallery, NG 6440/09-504516.
Crédits Photo : © The National Gallery, Londres, Dist. RMN-Grand Palais / National Gallery Photographic Department
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 20 : Jean-Henri Riesener, Commode livrée vers 1772, 1773 pour Pierre-Élisabeth de Fontanieu. Chantilly, musée Condé, OA 245.
Crédits Photo : © Marc-André Paulin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 21 : Antoine Vestier, Jean-Henri Riesener, 1786, huile sur toile, 95,5 × 76 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8136.
Crédits Photo : © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 22 : Jean-Henri Riesener, angle antérieur droit du bureau pour Marie-Antoinette au hameau à Trianon, vers 1785-1788, amarante, sycomore, bronze, 76 × 110 × 62 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, V.2011.15.
Crédits Photo : © Marc-André Paulin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 23 : Jean-Henri Riesener, secrétaire en armoire livré en 1780 pour le cabinet intérieur de Marie-Antoinette à Versailles, chêne, érable, sycomore, amarante, tulipier, ronce de noyer, ébène, marbre, bronze doré, laiton et cuir, 144 × 112 × 45,5 cm. Londres, The Wallace Collection, F300.
Crédits Photo : © Marc-André Paulin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Titre Fig. 24 : Jean-Henri Riesener, une des quatre encoignures livrée en 1775 pour le salon des Jeux de Louis XVI à Versailles, bois et marqueterie, 99 ×104 × 72,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, V 3526.
Crédits Photo : © Marc-André Paulin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 25 : Jean-Henri Riesener, commode livrée par le Garde-Meuble de la Couronne en 1778 pour la bibliothèque de Louis XVI à Versailles, chêne, marbre, dorure, 95 × 165 × 63 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, V 5885.
Crédits Photo : © Marc-André Paulin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 26 : Jean-Henri Riesener, commode, tiroir de droite en frise supérieure, vers 1785. Fontainebleau, musée national du château de Fontainebleau, F 651C.
Crédits Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Thomas Clot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 27 : Éprouvettes en bois de charme après vieillissement à la lumière.
Crédits Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Marc-André Paulin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Fig. 28 : Éprouvettes en bois de houx après vieillissement à la lumière.
Crédits Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Marc-André Paulin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-28.png
Fichier image/png, 780k
Titre Fig. 29 : Éprouvettes en bois d’érable après vieillissement à la lumière.
Crédits Photo : © Centre de recherche et de restauration des musées de France / Marc-André Paulin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13350/img-29.png
Fichier image/png, 780k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-André Paulin, « L’art de la couleur selon Jean-Henri Riesener », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2015, mis en ligne le 23 décembre 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://crcv.revues.org/13350 ; DOI : 10.4000/crcv.13350

Haut de page

Auteur

Marc-André Paulin

Chef de travaux d’art au Centre de recherche et de restauration des musées de France, département Restauration, filière art décoratif. Doctorant, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, équipe d’accueil HISCA (Histoire culturelle et sociale de l’art) EA 4100. Thèse en cours : Jean-Henri Riesener ou l’art de la peinture en bois sur le mobilier français du xviiie siècle. Contact : marc-andre.paulin@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org