Navigation – Plan du site
2015

Le jardin du Roi à Trianon de 1688 à nos jours : de la mémoire à l’héritage

The King’s Garden at Trianon from 1688 to the present: from memory to legacy
Gabriela Lamy

Résumés

Si la notion d’appartement privé du Roi du château de Versailles est bien connue du public, celle d’espace privé extérieur, ou jardin particulier du Roi, l’est moins. L’analyse des quatre différents tracés du jardin du Roi au Grand Trianon, entre 1688 et aujourd’hui, permettra de révéler le goût en matière de jardin des souverains et occupants successifs des lieux, matérialisé par les différents aménagements et compositions végétales qui se sont succédés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le curieux de fleurs est aussi bien le collectionneur d’espèces étrangères ou du plus grand nombre (...)
  • 2 Heaulmé, Briffaud et Damée 2013, p. 158.
  • 3 Jacques et Horst 1988. Le Privy Garden a fait l’objet d’une restauration exemplaire en 1995 avec un (...)

1Dans une lettre du 26 avril 1686, le sieur de La Motte, curieux de fleurs1 de Paris, préféra réserver une collection d’anémones et de tulipes nouvelles à Louis XIV qui voulait « faire à Trianon un petit jardin de fleur, fermé et particulier » plutôt que de la céder au prince de Condé à Chantilly2. Ce courrier nous apprend ainsi le projet de création d’un nouveau type de jardin à Versailles, celui de « jardin particulier du roi », caractérisé par ses petites dimensions, la richesse horticole de sa composition végétale, sa clôture et son usage privé royal. Au même moment en Angleterre, ce concept de jardin privé, déjà mis en œuvre en 1529 au palais de Hampton Court par Henri VIII Tudor, est magistralement réinterprété en 1689 par la création du Privy Garden pour Guillaume III (1650-1702), nouveau roi d’Angleterre depuis 16883.

2Cette notion d’espace privé extérieur est alors nouvelle à Versailles, et l’accroissement de ce lieu que les souverains successifs vont faire aménager à Trianon révèle leur aspiration à une vie privée dans un jardin à l’abri des regards de la Cour. L’étude des quatre tracés qu’a connus le jardin du Roi au Grand Trianon permettra de mieux en appréhender l’évolution et les transformations.

Premier « Jardin du Roy » (1688-1703)

  • 4 Bouchenot-Déchin 2013, p. 383.
  • 5 Les « découpés » ou « pièces coupées » sont de petites enceintes bordées d’un trait de buis, servan (...)

3Louis XIV intervient personnellement dans la création des jardins du nouveau Trianon de marbre en corrigeant les propositions présentées par André Le Nôtre, dont celles concernant le « jardin particulier du roi4 ». Situé à l’arrière de l’aile nord du nouveau Trianon de marbre achevé en 1688, il est constitué d’un parterre de « découpés5 » monopartite cintré par le haut par un bassin circulaire (fig. 1).

Fig. 1 : « Plan général du château et jardins de Trianon », vers 1693. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 424 FT4, H 186631.

Fig. 1 : « Plan général du château et jardins de Trianon », vers 1693. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 424 FT4, H 186631.

Photo : © Gabriela Lamy

  • 6 « Devis pour l’entretien des Jardins et pépinières du Château de Trianon, 29 avril 1703 ». Merci à (...)
  • 7 Comptes des Bâtiments du roi 1891, col. 250.
  • 8 Voir note 6.

4Il est délimité par les deux ailes en retour d’équerre du château et par un haut mur de pierre recouvert de treillages contre lesquels sont fixés des arbustes à fleurs. Une petite allée, terminée par le bassin de la Coquille et alignée sur le salon des Sources à l’intérieur du château, est délimitée d’un côté par le mur mitoyen du bosquet des Sources et de l’autre par une haie d’appui composée sur ses deux faces d’arbrisseaux plantés dans des seaux en bois de merrain ferrés et goudronnés : lauriers-tins (Viburnum tinus L.), lilas de Perse (Syringa x persica L.), roses de Gueldre (Viburnum opulus L. ‘Roseum’), orangers (Citrus sinensis (L.) Osbeck), jasmins d’Espagne (Jasminum grandiflorum L.), grenadiers (Punica granatum L.), leonorus (Leonorus leonitis (L.) R. Br.) et ifs (Taxus baccata L.) sont placés alternativement en fonction de leur floraison6. Malgrange, épinglier, fournit en juin 1688 quatre modèles en forme d’éventail pour palisser les arbrisseaux du « petit jardin du Roy à Trianon7 ». Des ifs sont plantés en pleine terre aux endroits marqués sur le plan pour y rester toute l’année et des lauriers-tins en caisse sont placés en mars sur le parterre puis remplacés par des orangers au mois de mai8 (fig. 2).

Fig. 2 : « Plan du Jardin du Roy à Trianon Xbre 1694 ». Paris, Archives nationales, Cartes et plans, O1 18851, n5.

Fig. 2 : « Plan du Jardin du Roy à Trianon Xbre 1694 ». Paris, Archives nationales, Cartes et plans, O1 18851, no 5.

Photo : © Gabriela Lamy

5Les marchés d’entretien des jardins du Grand Trianon passés en 1699 et en 1703 stipulent que

  • 9 Voir note 6. Les clauses du marché passé avec le jardinier Le Coustillier en 1699 sont pratiquement (...)

Le Roy veut que son petit Jardin soit toujours garny de fleurs, et qu’aussi tost qu’il y en a une de passée, l’on en remette une autre. Le Jardinier aura un soin particulier d’élever des fleurs de toutes especes dans des pots pour en avoir toujours consecutivement en fleurs a fin de faire les changemens de decorations que sa majesté desire9

  • 10 Comptes des Bâtiments du roi 1891, col. 144.
  • 11 Voir note 6.
  • 12 La maison construite en 1682 abrite aujourd’hui la Direction diocésaine de l’enseignement catholiqu (...)
  • 13 Paris, Archives nationales (désormais AN), O1 2124 « Marché pour élever et entretenir dans le Jardi (...)
  • 14 Robin 1608, pl. 25.
  • 15 Schnapper 1983, p. 171-180.
  • 16 Maral 2003.
  • 17 Viale 2006.

6À cet effet, un système de pots enterrés dans la terre avec des plantes en fleurs est mis en place, permettant un transfert plus sûr que celui fait à partir du déplantoir ou de la houlette : de juin à décembre 1688, Duvivier, potier de terre, livre spécialement pour le « jardin du Roy à Trianon » 100 150 pots de terre10. Une importante pépinière, véritable unité de production florale aussi grande que le jardin lui-même, permet de remplacer immédiatement les plantes fanées tout au long de l’année (fig. 1). Seules les « tuberreuses, narcisses de Constantinople, hyacintes blanches et printanieres, et totus albus [Narcissus papyraceus Ker Gawl.] qui viennent de provence luy seront fournis aux depens du Roy11 ». Depuis 1670, des oignons de fleurs de Provence étaient achetés pour les jardins des Maisons royales. Afin de diminuer le coût de ces fournitures de fleurs, un jardin avait été loué en 1678 à Toulon pour les cultiver, puis un terrain acheté trois ans plus tard. L’intendant de la Marine Jean-Louis de Vauvré (1647-1724) y fit ensuite aménager le « Jardin du roi à Toulon » avec une bastide12, un mur de clôture, trois terrasses de culture et deux grands bassins d’eau. L’ingénieur du roi Antoine Niquet, alors en train de construire les nouvelles fortifications de Vauban dans le port, et l’entrepreneur des Bâtiments Gaspard Chaussegros réalisent les travaux. Un contrat est passé le 3 mars 1683 avec le jardinier Joseph Gairand, qui s’engage à fournir aux Maisons royales de Trianon, Clagny, Versailles (Orangerie), des Tuileries et de Saint-Germain et aux pépinières du Roule, chaque année, 65 000 oignons de fleurs dont, au mois de juillet 20 000 narcisses de Constantinople (Narcissus tazetta L.), 12 000 jacinthes blanches (Hyacinthus orientalis L. cv.), 1 000 jacinthes del nivio (Bellevalia romana (L.) Sweet) et 2 000 jonquilles (Narcissus jonquilla L.), et au mois de mars 30 000 tubéreuses (Polianthes tuberosa L.)13. La tubéreuse, appelée aussi jacinthe des Indes ou hyacinthe orangère, originaire du Mexique, était arrivée en Europe au xvie siècle. En France, Pierre Vallet, brodeur du roi, représente en 1608 la fleur cultivée dans le jardin de Vespasien Robin14. Ce dernier l’envoie en 1628 à Nicolas-Claude Fabri de Peiresc dans sa propriété de Belgentier près de Toulon15. Pierre Puget peint la fleur en 1658 dans L’Annonciation pour la chapelle des Messieurs à Aix-en-Provence16, remplaçant ainsi le lys traditionnellement utilisé pour cette circonstance par cette plante nouvellement acclimatée en Provence. Truité et Mareschal réussissent à obtenir des fleurs doubles de tubéreuse et en fournissent 500 oignons en 1688 à Trianon. Ces fleurs au parfum narcotique et sensuel nécessitent, avant de fleurir en Île-de-France, quatre années de culture délicate et sophistiquée sous le climat doux méditerranéen17.

  • 18 Nous remercions Daniella Malnar du service des fontaines pour ces explications.
  • 19 AN, O1 1874 : « Grosseur et diamètre de toutes les soupapes conduites et robinets du Palais de Tria (...)

7Les pépinières de fleurs à Trianon exigeant une grande consommation d’eau, un important système de collecte et de distribution est installé, destiné d’une part à l’approvisionnement des pépinières et de l’autre à celui des fontaines (fig. 3). La résurgence de source de la fontaine du Bon Pré permettait d’approvisionner l’unité de production florale : l’eau était acheminée par un ru jusqu’au saut-de-loup, passait en pierrée sous l’allée du Mail alimentant deux édicules couverts et de nombreux bacs de distribution au plus près des planches de culture. L’excédent d’eau arrivant en continu s’évacuait vers le ru de Gally. Quant à l’alimentation des fontaines, ce sont les eaux de Bailly et de Rocquencourt, collectées par les aqueducs souterrains et stockées dans le réservoir de Chèvreloup, qui distribuaient le réservoir du Trèfle, ce dernier approvisionnant l’ensemble des fontaines de Trianon18. Les bassins du « Jardin du Roy » étaient ainsi alimentés par des conduites provenant du Trèfle et se déchargeaient ensuite vers le bosquet des Sources19.

Fig. 3 : Plan des bâtiments et des jardins du Grand Trianon avec l’indication des conduites d’eau, « Fait en may 1693 ». Paris, Archives nationales, Cartes et plans, O1 18851, n7.

Fig. 3 : Plan des bâtiments et des jardins du Grand Trianon avec l’indication des conduites d’eau, « Fait en may 1693 ». Paris, Archives nationales, Cartes et plans, O1 18851, no 7.

Photo : © Gabriela Lamy

  • 20 Bouchenot-Déchin 2001.
  • 21 Voir note 6.

8Le premier jardinier du roi au nouveau Trianon de marbre est Olivier Fleurant : il entre en fonction en 1688 et décède en 1692. Il est remplacé par Pierre Collinot (1652-1694), qui meurt deux ans plus tard, puis par André Dupuis (1666-1699)20, qui disparaît à son tour en 1699. Ces décès rapprochés traduisent-ils la difficulté pour les jardiniers du roi d’assumer ces chantiers extrêmement exigeants ? Finalement en 1700, ce sont deux jardiniers, Jean Lemoine et Richard Charpentier (1665-1737), qui s’associent pour entretenir les jardins de Trianon : le long texte du marché passé en 1703 avec Jules Hardouin-Mansart permet d’en relever toutes les contraintes et obligations21.

9Louis XIV écrit vers 1690 une Manière de montrer les jardins de Versailles où, du « Salon du haut de la galerie » à Trianon, on « montrera le Jardin du Roy », signifiant ainsi que l’on ne pouvait que le voir de l’intérieur du château sans y entrer. Le Nôtre, de son côté, rédige en 1694 une description des jardins à la demande de l’architecte suédois Nicodème Tessin le Jeune, et note plus particulièrement pour le petit jardin :

  • 22 Ragnar 1927, p. 20.

Jardin particulier quy est toutjours plein de fleurs que l’on change touts les Saisons dans des pots et jamais on ne void de feuille morte ny arbrisseaux quy ne soit en fleurs22.

10C’est la seule partie des jardins de Trianon pour laquelle il évoque un fleurissement permanent. Visible du nouveau théâtre qui venait d’être construit, ce « Jardin particulier », fleuri de janvier à décembre, servit de décor à la fête donnée en plein hiver, en février 1689, en l’honneur du dauphin Louis de France (1661-1711) revenant d’une des campagnes militaires de la guerre de la ligue d’Augsbourg. Delalande crée à cette occasion Le palais de Flore, ballet mettant en scène le retour glorieux d’un prince revenant de la guerre et venant se reposer dans un jardin où Flore qui y règne tresse des guirlandes de fleurs pour le couronner. Une des particularités de ce ballet était la présence de princesses royales dans la troupe. Le rôle de Flore avait été ainsi donné à Mlle de Blois (1666-1739), fille naturelle de Mlle de La Vallière et de Louis XIV (fig. 4) :

Fig. 4 : Anonyme, Portrait de Marie-Anne de Bourbon, dite « la première mademoiselle de Blois », princesse de Conti, vers 1680, 1,32 × 0,985 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 7152.

Fig. 4 : Anonyme, Portrait de Marie-Anne de Bourbon, dite « la première mademoiselle de Blois », princesse de Conti, vers 1680, 1,32 × 0,985 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 7152.

Photo : © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin

11La couronne de fleurs entourant le portrait de la princesse montre les différentes variétés d’anémones, de renoncules, de tulipes et de roses qui étaient cultivées à l’époque.

Deuxième « jardin du Roi » (1703-1808)

  • 23 Maral 2013, p. 290, 292 et 294.

12En 1703, Louis XIV fait déplacer pour la troisième fois son appartement – qui se trouvait alors dans l’aile gauche de Trianon donnant sur le Parterre haut – et le fait installer dans l’ancien théâtre, donnant ainsi directement accès de cet appartement au « jardin du Roi » dont le tracé est transformé : le parterre monopartite est divisé en quatre parterres de « découpés » séparés par une allée en patte-d’oie (fig. 5). Le groupe des Amours aux tournesols (fleur emblème de Louis XIV toujours orientée vers le soleil) provenant de la salle des Antiques à Versailles sculpté par Jean-Baptiste Tuby est installé en 1704-1705 dans le bassin23.

Fig. 5 : Plan du château, des Parterres hauts, du jardin du Roi et des sources de Trianon, entre 1703 et 1710 (détail de la retombe du nouveau parterre quadripartite du jardin du Roi), 80 × 108 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, VA 448 b.

Fig. 5 : Plan du château, des Parterres hauts, du jardin du Roi et des sources de Trianon, entre 1703 et 1710 (détail de la retombe du nouveau parterre quadripartite du jardin du Roi), 80 × 108 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, VA 448 b.

Photo : © Gabriela Lamy

  • 24 Le Rouge 1716, p. 347.

13Georges-Louis Le Rouge décrit en 1716 le « petit Parterre Royal » que l’on peut regarder de « l’appartement du bout de la gallerie » : « ce beau lieu, qui est rempli de Fleurs des plus rares et des plus belles dans toutes les Saisons, persuade que l’Hyver n’en sçauroit approcher24 ».

14Un an plus tard, la description de Piganiol de La Force confirme le fleurissement exceptionnel du jardin :

  • 25 Piganiol de La Force 1717, t. II, p. 212. La première publication de Piganiol en 1701 ne mentionne (...)

C’est proprement le dernier retranchement de Flore ; et en quelque saison qu’on y aille, les Zephires qu’on y voit, persuadent aisément que le printems y regne toujours. Au milieu de ce Parterre il y a un Bassin avec un enfant de métal, sculpté par Tuby25.

  • 26 Ce système de pots plantés en pleine terre dans les plates‐bandes de Trianon n’est mentionné dans a (...)

15À la fin du xviie siècle, le fleurissement en toute saison au moyen de pots changés tous les quinze jours se limite au « Jardin particulier du roi26 ». En effet, les « découpés » de fleurs des Parterres hauts et bas devant le château ont été transformés en « découpés » de gazon, appelés « parterres à l’anglaise », eux-mêmes entourés d’une plate-bande de fleurs (fig. 6). Hans Willem Bentinck (1648-1709), ambassadeur anglais en France de Guillaume III d’Angleterre, écrivait – en français – à ce dernier le 1er mars 1698 :

Les orangers à Versailles sont extrêmement beaux et gros et grand en nombre, les tiges belles et hauttes, mais les testes ne sont pas comme celles de Honslaerdick ; ceux de Trianon sont peu de chose auprix (!) des autres. […] ; de touts ces milliers de fleurs dont V. M a tant oui parler que les parterres estoit remplis durant toutes les saisons, je n’en ay pas veu une seule, pas seulement une perce-neige, et les jardins sont en hiver moins propres que chez nous ; l’on n’y met pas la main. […] Trianon est très agréable et charmant27

Fig. 6 : Jean-Baptiste Martin, Vue du château de Trianon et de ses jardins, 1724 (détail). Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 760.

Fig. 6 : Jean-Baptiste Martin, Vue du château de Trianon et de ses jardins, 1724 (détail). Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 760.

Photo : © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Droits réservés

16La gestion de la culture des fleurs est simplifiée et les pépinières de fleurs se transforment en nouveaux bosquets dessinés par Jules Hardouin-Mansart.

17Les modèles de coquilles et des ouïes de viole de gambe des écoinçons et clefs des trophées des arcades du château28 se retrouvent dans les motifs des « découpés » de fleurs du nouveau parterre (fig. 7). Ces trophées sont décorés de guirlandes de lys, jonquilles, œillets, narcisses, giroflées, auricules, anémones simples et à pluche, lilas de Perse, jasmin d’Espagne, tubéreuses et renoncules ; toutes ces fleurs pouvaient se voir au gré des saisons dans le parterre du petit jardin.

Fig. 7 : Nicolas Coustou et/ou Jean Joly, trophée du Grand Trianon avec ouïes de viole de gambe dans les écoinçons, troisième arcade à partir de la droite, 1688, relief en pierre de Trossy, 1,12 × 1,20 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, VDSE 1094.

Fig. 7 : Nicolas Coustou et/ou Jean Joly, trophée du Grand Trianon avec ouïes de viole de gambe dans les écoinçons, troisième arcade à partir de la droite, 1688, relief en pierre de Trossy, 1,12 × 1,20 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, VDSE 1094.

Photo : © Château de Versailles / Jean-Marc Manaï

18Ainsi l’oreille d’ours ou auricule est la première fleur des curieux à fleurir au début du mois de mars. Il existe trois espèces d’auricules : les « pures » (ou « couleurs »), les « panachées » (ou « tracées ») et les « bizarres ». Elles sont cultivées à Liège, à Lille et en Flandre. On estime la vivacité de leurs couleurs, la douceur de leur parfum et la variété de leurs espèces. Les feuilles sont étoffées ou épaisses, veloutées, satinées, lustrées ou transparentes. L’œil qui tapisse le fond de chaque fleur doit être rond, large et le plus clair possible, afin de donner plus de relief à la couleur principale.

  • 29 Comptes des Bâtiments du roi 1891, col. 311.

19La jacinthe, négligée au début par les fleuristes qui ne l’utilisaient que pour son parfum, est cultivée en Hollande où, de commune et simple qu’elle était, deviendra belle et double. Les botanistes lui auraient donné le nom d’« orientale » à cause de sa beauté incomparable, les choses les plus précieuses venant de l’Orient. Les jacinthes se distinguent par sortes et par couleurs : la « simple » a un fleuron à six feuilles, la « double » en a dix à douze, et la « pleine » en a plus. Les couleurs des jacinthes sont le blanc, le bleu et le rouge. En 1688, la veuve Dubuisson, jardinière hollandaise, fournit pour le « Jardin du roi à Trianon » 1 216 oignons de « jacinthes très rares » à un prix élevé29. La floraison commence dès le mois de janvier à l’intérieur des appartements où les jacinthes fleurissent dans des « caraffes » spécialement conçues à cet usage. Ensuite, elles fleurissent en pleine terre dans les plates-bandes ou dans les « pièces coupées » avec les tulipes et les narcisses. Elles ont un pouvoir odoriférant très fort.

20Les tulipes à Trianon sont citées dans les comptes des Bâtiments du roi sous la dénomination « tulipes bosuelles » ou « bordées printanières », formes de tulipes panachées. Il existe deux sortes de tulipes : les unies et les panachées (teinte rayée et bordée de plusieurs autres couleurs due à un virus se diffusant par proximité). Le critère fondamental d’appréciation est la couleur et sa répartition sur la corolle. La tulipe recherchée doit être d’une couleur nette et satinée, sans être brouillée. Elle ne doit pas être pointue. La floraison dure douze à quinze jours et peut se prolonger en espaçant la plantation des bulbes en automne. Des toiles étaient posées au-dessus des tulipes, des jacinthes et des renoncules pour protéger les fleurs de la pluie ou du grand soleil.

  • 30 Sercy 1696, p. 52.

21Les anémones, plantées à des moments différents de l’année, paraissent au mois de mars et peuvent fleurir jusqu’en mai. Elles sont cultivées à Bayeux et en Normandie. Elles sont simples ou doubles à pluche. La pluche est formée d’une multitude de béquillons s’arrondissant vers le cœur. Les anémones incarnates et de feu se placent à côté des blanches, les violettes à côté des claires, pour former des contrastes de couleurs et donner du lustre et du brillant à l’ensemble de la composition. La culture de l’anémone en France est liée à un certain Bachelier, fameux fleuriste de Paris, qui l’aurait rapportée des Indes orientales en 1615 et qui gardait jalousement son secret de multiplication. Un conseiller au parlement venu lui rendre visite laissa tomber sa robe sur la bourre des fleurs qui s’accrochèrent à son vêtement. Se retirant chez lui, il éplucha avec soin les graines fixées à sa robe : elles furent semées le jour même et produisirent de très belles espèces30.

  • 31 Bibliothèque centrale du Museum national d’histoire naturelle, ms. 688, « Journal de botanique – 17 (...)

22La renoncule avait commencé à paraître avec éclat dans toute la France sous l’impulsion de Jean-Baptiste Colbert (1619-1683), surintendant des Bâtiments et du Jardin des plantes du roi : l’ambassadeur de France à Constantinople, Pierre-Antoine de Chateauneuf (1644-1728), envoyait à sa demande des griffes et des graines de renoncules semi-doubles que le vizir Kara Mustapha (1634-1683) avait mises à la mode dans les parterres du sérail. On la faisait ensuite venir de Provence à Versailles pour y être distribuée par le roi aux femmes de la Cour de 1691 à 169831. La renoncule est simple, semi-double ou double. Elle fleurit à la fin du printemps et dure tout l’été. Nicolas de Valnay, contrôleur à la Maison du roi, est l’un des premiers à constituer dans son jardin au faubourg Saint-Germain une très belle collection de renoncules semi-doubles de toutes les couleurs qui variaient chaque année. Elles ont l’avantage d’être fécondes, contrairement aux renoncules doubles qui sont stériles.

  • 32 Les vélins représentant ces différentes fleurs ont été reproduits dans le catalogue de l’exposition (...)

23Enfin, les œillets, à fort pouvoir odoriférant, fleurissent du mois de mai à la fin de l’été. Ils proviennent de graines, de marcottes ou d’œilletons (rejetons ou boutures). Les œillets de Trianon sont achetés dès 1671 à Audenarde en Flandre, puis à Lille et à Arras. Les fleurs doivent avoir la forme d’un petit dôme d’où le panache coloré s’étend de la base du pétale jusqu’en haut de celui-ci, répondant ainsi à un critère indispensable de beauté de cette fleur. Ils sont « habillés », c’est-à-dire « peignés et arrangés » selon le « bon goût » du fleuriste qui s’est auparavant « bien lavé et séché les mains ». Pour le « peigner » facilement, on se servait d’un petit carton arrondi, percé au milieu, que l’on place à l’extrémité du calice de la fleur. Pour protéger les fleurs des ardeurs du soleil et des méfaits de la pluie, on les couvre d’une boîte posée à l’envers et attachée à une baguette au-dessus de la fleur32.

24La reconnaissance des jardiniers-fleuristes vis-à-vis de Le Nôtre qui leur permet de présenter dans les parterres leurs nouvelles productions se manifeste dans la dédicace qui lui est faite en 1696 dans la Connoissance et culture parfaites de belles fleurs, des tulipes rares, des anémones extraordinaires, des œillets fins et des belles oreilles d’ours panachées. Plus tard, le Traité de Charles Guénin traduit le souhait de cette corporation de « Fleuristes Curieux » de se démarquer de celle des « Jardiniers Potagistes » en prenant pour patronne sainte Dorothée et non plus saint Fiacre :

  • 33 Guénin 1735, p. 218.

Nous voulons corriger en somme
Un abus qui, depuis long-tems,
Deshonore tous nos talens :
Abus qui vraiment interesse
Les Fleuristes de noble espece :
Qui de droit (vû leur haut degré)
Entre’eux font un corps separé
Des Jardiniers de bas étage,
Foüisseurs et Planteurs à gage,
Gens grossiers chaussant des sabots,
Et grands destructeurs d’escargots33

  • 34 Antoine 1989, p. 443.

25Après la mort de Louis XIV en 1715, le château est provisoirement délaissé. Louis XV adolescent effectue ses premiers séjours à Trianon en 1722 et 1724. Plus tard, « en se réservant des lieux et des temps pour mener une vile retirée, il opère un dédoublement de personnalité » et dévoile un véritable goût pour les jardins34. C’est ainsi qu’à partir de 1747 il fait aménager à Choisy, près du vieux château acquis en 1739, un « Jardin particulier du Roy » clos de murs associé à un nouveau petit château bâti en 1754-1756. Ce jardin est confié en 1749 aux soins du jardinier Jacques Gondoin (1694-1768) – père du futur architecte Jacques Gondoin (1737-1818) – qui a la charge du petit potager du Roi, du jardin fleuriste, de l’orangerie et du jardin des ananas. L’Anglais Alexandre Brown, ancien jardinier du maréchal de Belle-Isle (1684-1761) et responsable de la culture des ananas depuis 1747 au château de Bizy, le rejoint en 1763 (fig. 8).

Fig. 8 : Michel-Barthélemy Hazon, « Plan pour fixer les parties de Jardins qui seront confiées aux soins des Srs Gondoin et Brown […], 29 juillet 1763 ». Paris, Archives nationales, O1 1347 (4), no 227.

Fig. 8 : Michel-Barthélemy Hazon, « Plan pour fixer les parties de Jardins qui seront confiées aux soins des Srs Gondoin et Brown […], 29 juillet 1763 ». Paris, Archives nationales, O1 1347 (4), no 227.

Photo : © Gabriela Lamy

26À Trianon, des projets d’agrandissement et de transformation du « Jardin particulier » qui donne accès aux appartements de Louis XV et de Mme de Pompadour réaménagés en 1749 sont proposés (fig. 9) :

Fig. 9 : Plan général des bâtiments et des jardins de Trianon, projet d’agrandissement vers la nouvelle Ménagerie (retombes). Paris, Archives nationales, Cartes et plans, O1 18843, no 75.

Fig. 9 : Plan général des bâtiments et des jardins de Trianon, projet d’agrandissement vers la nouvelle Ménagerie (retombes). Paris, Archives nationales, Cartes et plans, O1 18843, no 75.

Photo : © Gabriela Lamy

  • 35 Les « regarnis », substantif pluriel, désignent le remplacement des sujets manquants ou défectueux (...)

27Finalement, Louis XV conserve le « jardin du Roi » de son aïeul, et les « regarnis35 » de ce jardin permettent d’identifier une partie de sa composition végétale : ifs, cerisiers à grappes, épines doubles, arbres de Judée, rosiers à cent feuilles et orangers sont commandés aux pépinières royales de 1742 à 1773 pour être plantés en palissade le long du mur du jardin. Des ifs taillés en pyramide, des lilas de Perse et des chèvrefeuilles taillés en boule sont placés dans le petit parterre.

28Dans le prolongement du « jardin du Roi » de l’autre côté de l’avenue, un « Nouveau Jardin particulier du roi à Trianon » – ou « nouveau jardin du roi » – est aménagé et sans cesse agrandi par Louis XV :

  • 36 Duchesne 1804.

Plus loin se trouve une Porte dérobée : ce fut d’abord la véritable entrée de ce séjour mystérieux, où l’on arrivait alors, en sortant du Bosquet particulier au levant de Trianon-sur-Bois ; et, pour traverser l’avenue extérieure, deux Grilles avaient été établies, et étaient garnies de grands rideaux de toile suspendus intérieurement, à la distance de 2 mètres afin d’éviter les regards importuns des curieux36.

  • 37 Ce jardin se trouve en partie dans l’actuel domaine de Marie-Antoinette.

29La gestion complexe de ce nouveau « Jardin particulier37 » est à la fois réglée par les fonds particuliers de la Cassette royale (gages du jardinier-botaniste Claude Richard, règlement des plantes rares et précieuses du jardin botanique, etc.) et par les Bâtiments du roi (terrassements, bâtiments, serres chaudes, appointements du jardinier Jean-Baptiste Belleville). Ce second jardin privé de Trianon reste toujours d’un accès restreint, est toujours plus grand, d’une richesse horticole toujours plus importante et est toujours clos de murs.

  • 38 Duchesne 1775, p. 35.
  • 39 Raïssac 2011, p. 134.
  • 40 Un haha est un fossé sec, court et profond, souvent maçonné, qui marque la limite du jardin. Ce mod (...)
  • 41 Desjardins 1885, p. 357.

30En 1774, Marie-Antoinette reçoit de Louis XVI le Petit Trianon et en modifie l’usage selon ses goûts et sa sensibilité. On souhaitait déjà en 1775 « ménager à la Famille Royale un agrément, dont le Roi de France, presque le seul entre les Gens riches de son Royaume, se trouve constamment privé dans son séjour habituel ; savoir la possibilité de prendre l’air en liberté, dans un Jardin particulier contigu aux Appartemens38 ». C’est donc naturellement à Trianon que le « jardin du Roi », espace extérieur privé du monarque, devient « jardin de la Reine ». Les mêmes problèmes de gestion et de financement des travaux se poseront et ne se résoudront que par la prise en charge totale du petit domaine par les Bâtiments du roi après la réforme de ce département entreprise en septembre 1776 par le comte d’Angiviller39. D’un accès toujours restreint, toujours plus étendu, ce jardin se caractérise entre autres par la riche collection de plantes rares et étrangères qui y sont plantées en vue d’être acclimatées. Paradoxalement, sa clôture – non plus constituée de murs visibles mais de hahas40 invisibles – permet au regard d’intégrer le paysage environnant de l’intérieur du jardin, mais en dévoile l’intimité de l’extérieur. Visible mais non accessible, ce jardin entretiendra tous les fantasmes de la Cour de l’époque. Ce sera surtout l’utilisation d’un « fonds conséquent » pour un usage privé qui sera relevée par le tribunal révolutionnaire lors de l’interrogatoire de la reine le 12 octobre 1793 : « Où avez-vous donc pris l’argent avec lequel vous avez fait construire et meubler le Petit-Trianon, dans lequel vous donniez des fêtes, dont vous étiez toujours la déesse41 ? ». L’opinion publique se formalisera plus de la privatisation du domaine financé sur des « fonds publics » du royaume que de son utilisation.

Troisième « Jardin particulier de l’Empereur », « Jardin particulier du Roi » puis « Jardin réservé » (1808-1892)

31Après la Révolution, Napoléon, devenu empereur, ordonne en 1805 la restauration des palais de Versailles et de Trianon. Il souhaite faire relier les jardins du Grand et du Petit Trianon. Jean-Baptiste Lelieur de Ville-sur-Arce (1765-1849), administrateur des parcs et pépinières et jardins impériaux depuis janvier 1805, présente en juin 1808 un projet de réunion des deux jardins où l’ancien « jardin du Roi » est totalement détruit et effacé (fig. 10).

Fig. 10 : « Projet pour la réunion des deux Jardins des deux Trianons dépendans de Versailles, présenté par Mr l’Administrateur des Parcs Pepinieres et Jardins impériaux [Lelieur de Ville-sur-Arce], Juin 1808 ». Paris, Archives nationales, Cartes et plans, VA XXIX, no 71.

Fig. 10 : « Projet pour la réunion des deux Jardins des deux Trianons dépendans de Versailles, présenté par Mr l’Administrateur des Parcs Pepinieres et Jardins impériaux [Lelieur de Ville-sur-Arce], Juin 1808 ». Paris, Archives nationales, Cartes et plans, VA XXIX, no 71.

Un « Jardin particulier de l’Empereur » aménagé dans un carré, lui-même formé de trois parterres de formes géométriques (ovale, triangulaire et circulaire), est proposé avec une rosace en forme d’étoile à cinq branches équidistantes.

Photo : © Jean-Marc Manaï

  • 42 Archives du château de Versailles (désormais SACV), 1808-4.
  • 43 AN, O1 1874 : « Etat des principaux objets faisant décoration dans le Jardin de Trianon auquel il e (...)
  • 44 AN, O2 340 : « Palais Impérial du grand Trianon – Notes sur les Eaux, Toussaint, contrôleur des pal (...)
  • 45 Heitzmann 2004.
  • 46 Alexandre Charpentier (1796-1883), chevalier de la Légion d’honneur en 1879, est le fils de Louis-T (...)

32Le projet de Lelieur n’est pas retenu ; toutefois, l’ancien « jardin du Roi » et le « bosquet des Sources » sont démantelés en 1808 et permettent à un nouveau « jardin particulier de l’Empereur et Roi » d’être réalisé (fig. 11) : la moitié du mur de clôture est abattu rendant visible ce nouveau jardin paysager des deux côtés du nouveau Cabinet topographique de l’Empereur qui remplace le salon des Sources. Le jardinier Barthélemy Duchesne réalise les travaux avec l’aide de Le Maire, entrepreneur de maçonnerie à Versailles : les dix vases de pierre surmontant le mur sont retirés, et plus de 500 crochets de treillage sont descellés avant l’abattage de celui-ci42 ; les « parties des sources formant fontaines, goulottes et chaineaux43 », si soigneusement protégées lors de la grande replantation de 1776, sont enlevées. Deux bassins sont conservés, « la cascade de l’enfant et le jet du jardin impérial jouent environ six heures par jour », tandis que les autres eaux du jardin ne jouent « qu’une heure et demi le matin, et une heure et demi le soir44 ». Ce nouveau petit jardin paysager est relié ensuite à celui du Petit Trianon par un pont45. Sa mise en œuvre et son entretien ne sont pas assurés par la jardinière en chef du Grand Trianon, Louise Belleville (1757-1830), qui avait remplacé son mari Jean-Baptiste Belleville (1745-1789) à sa mort en 1789, mais par le jardinier du Petit Trianon, Barthélemy Duchesne. Ancien « entrepreneur de jardins demeurant à Paris rue du Rocher », ce dernier avait commencé à faire des travaux à Saint-Cloud en 1784 avant d’y être nommé en 1788 jardinier-fleuriste de la reine Marie-Antoinette. Après la Révolution et grâce à l’appui de Lelieur, il est nommé jardinier en chef du Petit Trianon en 1804. Il est remplacé à la Restauration par Isidore Philippar (1766-1854) qui assure l’entretien du jardin rebaptisé « jardin particulier du roi » (fig. 12). En 1831, Noël Chouvet (1780-1847) lui succède, puis Alexandre Charpentier en 184846. Le jardin prend alors le nom de « jardin réservé ».

Fig. 11 : Le domaine de Trianon à la fin du Premier Empire. Paris, Archives nationales, Cartes et plans, VA XXIX, no 72.

Fig. 11 : Le domaine de Trianon à la fin du Premier Empire. Paris, Archives nationales, Cartes et plans, VA XXIX, no 72.

Photo : © Jean-Marc Manaï

Fig. 12 : Frédéric Nepveu, « Plan de l’étage souterrain du palais du Grand Trianon ». Château de Versailles, service des Archives, liasse 70.01 (PN55).

Fig. 12 : Frédéric Nepveu, « Plan de l’étage souterrain du palais du Grand Trianon ». Château de Versailles, service des Archives, liasse 70.01 (PN55).

Photo : © Château de Versailles, Service des Archives

Quatrième « jardin du Roi » de 1892 à nos jours

  • 47 Mosser 2013, p. 366.
  • 48 Édouard-Clodomir Gauthier, né en 1855, partit ensuite en Uruguay en 1904 pour diriger les parcs pub (...)
  • 49 À défaut de sources mentionnant les variétés de fleurs, on peut consulter Vilmorin-Andrieux et Cie (...)

33En 1870, avec la défaite de Sedan et la montée du nationalisme, s’élabore peu à peu puis s’affirme « le jardin à la française ». « On va puiser alors dans les modèles louis-quatorzien un vocabulaire formel et décoratif qui fonde une réinvention de Le Nôtre, marquée par l’esthétique “fin de siècle”47 ». Ainsi en 1892, année où Pierre de Nolhac (1859-1936) est nommé conservateur du musée de Versailles, Marcel Lambert, architecte du domaine de Versailles, matérialise cette réinvention en restituant le « jardin du Roi » d’après le modèle de 1703 de Jules Hardouin-Mansart (fig. 13 et 14). Le jardinier en chef de Trianon était alors Édouard Gauthier, issu de la première promotion de l’École nationale d’horticulture de Versailles créée en 1874. Formé par Jean Darcel, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées qui y enseignait le Cours d’architecture des jardins et des serres, Gauthier avait gravi tous les échelons des jardins de Trianon pour en devenir jardinier en chef en 189148. Le parterre quadripartite est redessiné, et le motif des coquilles de 1703 se retrouve dans les « découpés », tandis que celui de l’ouïe de viole de gambe se transforme en papillon dans les deux pièces rectangulaires. Vingt-quatre orangers en caisse sont disposés devant les façades en équerre du château, quatorze arbustes sur tige sont plantés dans les plates-bandes49, et cinq ifs taillés en cône sont installés sur une banquette de gazon placée dans le prolongement de l’ancien cabinet de l’Empereur (fig. 15).

Fig. 13 : « Plan du jardin du Roi à Trianon », s. d. [vers 1892]. Château de Versailles, service des Archives, liasse 106, no 01.

Fig. 13 : « Plan du jardin du Roi à Trianon », s. d. [vers 1892]. Château de Versailles, service des Archives, liasse 106, no 01.

Photo : © Château de Versailles, Service des Archives / Gabriela Lamy

Fig. 14 : « Parcs de Trianon. Avants-cours. Dressé par l’Architecte soussigné, Versailles [ ?] mai 1892, Marcel Lambert » (détail). Château de Versailles, service des Archives, liasse 155.

Fig. 14 : « Parcs de Trianon. Avants-cours. Dressé par l’Architecte soussigné, Versailles [ ?] mai 1892, Marcel Lambert » (détail). Château de Versailles, service des Archives, liasse 155.

© Château de Versailles, Service des Archives / Christophe Fouin

Fig. 15 : Le Grand Trianon, façade sur le jardin du roi, photo extraite de Léon Deshairs, Le Grand Trianon : architecture, décoration, ameublement, Paris, A. Calavas, s. d. [entre 1892 et 1910], pl. 3.

Fig. 15 : Le Grand Trianon, façade sur le jardin du roi, photo extraite de Léon Deshairs, Le Grand Trianon : architecture, décoration, ameublement, Paris, A. Calavas, s. d. [entre 1892 et 1910], pl. 3.

Photo : © Phototypie Bertaud

Fig. 16 : Camille Prouvost, Jardin du Roi, Grand Trianon, vers 1910. Collection particulière.

Fig. 16 : Camille Prouvost, Jardin du Roi, Grand Trianon, vers 1910. Collection particulière.

Des Coleus verschaffeltii et des Iresine herbstii ‘Brillantissima’ pourpres contrastent avec la teinte jaune du sable de bordure, tandis que les Pelargonium zonale rouges trouvent leur couleur complémentaire dans le vert vif de leur feuillage.

Photo : © Gabriela Lamy

  • 50 SACV, DT 1892-2 : « Porte du Jardin du roi, par Chapelle » et « Grille en fer forgé de style, par L (...)
  • 51 Initialement installée au bosquet du Théâtre d’eau à Versailles en 1671, elle est déplacée en 1704- (...)
  • 52 Ces photos sont conservées à la médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine : 1905 : « Façade su (...)

34Une porte est percée vers la place du Grand Trianon en 1892 avec une « grille en fer forgé de style50 ». La fontaine de L’Amour chevauchant un dauphin de Gaspard Marsy est restaurée en 190451. Eugène Atget prend sept vues de ce jardin de 1905 à 1922 permettant d’en retrouver les éléments de composition52.

35Au fil des ans, les éléments constitutifs de ce décor disparaissent peu à peu, tels que les arbres en caisse, les cinq ifs taillés en cône, les banquettes de gazon devant le salon et autour du bassin, les plantes grimpantes le long du mur et les arbres en tige en pleine terre, ne laissant plus place qu’à un fleurissement estival dans les plates-bandes périphériques évoluant avec les goûts esthétiques du moment.

  • 53 Bataille et Sébert-Badois 2014 et Guyard 2015.
  • 54 « Quel avenir pour les buis ? », journée d’étude sur les buis au château de Vaux-le-Vicomte en part (...)

36En 2013, à l’occasion de l’année Le Nôtre, tous les buis du jardin du Roi, attaqués par le champignon Cylindrocladium buxicola, ont été remplacés. En effet, un nouveau problème avait surgit depuis les années 2005, celui du dépérissement progressif des buis dû à la pyrale du buis et à deux champignons destructeurs, le Cylindrocladium buxicola et le Volutella buxi. Ces deux champignons prolifèrent lorsque le climat est humide et chaud, potentiellement d’avril à septembre, favorisé par des automnes pluvieux et des gelées tardives. Ils provoquent l’apparition de taches sur les feuilles qui deviennent jaune orangé puis dépérissent pour prendre une couleur marron-gris, avant de tomber. Une fois les spores écloses, il ne faut pas plus de trente-six heures à la maladie pour se développer et attaquer les branches par rameaux entiers. Il n’existe pas à ce jour de réponse satisfaisante pour éradiquer ces maladies. Seules certaines mesures prophylactiques peuvent limiter les risques : éviter le feuillage humide en adaptant la densité de plantation, suivre des cultivars peu sensibles tels que Buxus balearica, Buxus microphylla ‘Faulkner’ et ‘Belvedere’, Buxus bodinieri et Buxus harlandii, avoir une bonne hygiène de travail par une désinfection des outils et par la collecte et la destruction des déchets de taille. Quant à la pyrale du buis, c’est un papillon de nuit arrivé de Chine en 2006 dans un container ayant transité par Weil-am-Rhein en Allemagne vers les Pays-Bas. N’ayant pas de prédateurs naturels en Europe, sa chenille a déjà anéanti la forêt de buis sauvages de Tagolsheim en Alsace et ravagé de nombreux jardins européens en 201353. Dévorant les feuilles, les chenilles ne laissent que des squelettes de buis. Elles se détectent par des fils de soie blancs lâches englobant l’arbuste qui entourent les chrysalides issues des larves (ou chenilles). Seul un traitement, respectant l’environnement, par la protéine du Bacillus thuringiensis s’attaquant au stade de la chenille est efficace. Une journée d’étude a été organisée au château de Vaux-le-Vicomte où les parterres de broderies de buis sont particulièrement touchés par le Volutella54.

37Aujourd’hui, les différentes histoires du jardin du Roi à Trianon peuvent s’y lire à ciel ouvert : le tracé quadripartite évoque – sans lui ressembler exactement – celui que Jules Hardouin-Mansart avait mis en place en 1703 ; le mur amputé témoigne des bouleversements résultant de la période suivant la Révolution, tandis que le nouveau tracé de 1892, toujours visible aujourd’hui, illustre la réinvention de Le Nôtre à la fin du xixe siècle. Enfin, la modernité des espèces et variétés de fleurs produites par les horticulteurs du xxie siècle renoue avec la modernité variétale des jardiniers-fleuristes des siècles précédents.

Haut de page

Bibliographie

Antoine Michel, 1989, Louis XV, Paris, Fayard.

Bataille Laëtitia et Sébert-Badois Christine, avril 2014, « Chenilles et champignons, les ennemis du buis ! », Demeure historique (hors-série Côté jardins), no 9, p. 76.

Bouchenot-Déchin Patricia, 2001, Henry Dupuis, jardinier de Louis XIV, Paris, Perrin/Établissement national du musée, du château et du domaine national de Versailles.

, 2013, André Le Nôtre, Paris, Fayard.

Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV. Tome troisième : Louvois et Colbert de Villacerf, 1688-1695, 1891, éd. par J. Guiffrey, Paris, Imprimerie nationale.

Desjardins Gustave, 1885, Le Petit Trianon : histoire et description, Versailles, Bernard.

Duchesne Antoine-Nicolas, 1775, Sur la formation des jardins, Paris, Dorez.

, 1804, Le Cicérone de Versailles, ou L’indicateur des curiosités et des établissements de cette ville, Versailles, J.-P. Jacob.

Durnerin Alain, 2004, « De l’enseignement de l’architecture des jardins à celui de l’aménagement paysager », Champs culturels, no 17, p. 53-57.

Fleurs du roi : peintures, vélins et parterres du Grand Trianon, 2013, Paris, Artlys/Établissement national du musée, du château et du domaine national de Versailles.

Guénin Charles, 1735, Traité de la culture parfaite de l’oreille d’ours, Bruxelles, H. Rikx.

Guyard Bertrand, 2015, « Les buis du château de Vaux-le-Vicomte sont attaqués par des chenilles », Le Figaro, 25 avril.

Heaulmé Emmanuelle, Briffaud Serge et Damée Olivier, 2013, Chantilly au temps de Le Nôtre : un paysage en projet, Florence, L. S. Olschki.

Heitzmann Annick, 2004, « Le domaine de Trianon sous le Premier Empire », Versalia, no 7, p. 112-127.

Jacques David et Horst Arend Jan van der, 1988, The gardens of William and Mary, Londres, C. Helm.

Japikse Nicolas, 1927, Correspondentie van Willem III en van Hans Willem Bentinck, La Haye, Nijhoff.

Le Rouge Georges-Louis, 1716, Les curiositez de Paris, de Versailles, de Marly, de Vincennes, de Saint Cloud, et des environs : avec les adresses pour trouver facilement tout ce qu’ils renferment d’agréable et d’utile, ouvrage enrichi d’un grand nombre de figures, Paris, Saugrain.

Maral Alexandre, 2003, « Des jésuites d’Aix-en-Provence au monument Sec : l’étonnante destinée des statues de la chapelle des Messieurs », Bibliothèque de l’École des chartes, vol. 161, no 1, p. 289-321.

, 2013, Le Versailles de Louis XIV : un palais pour la sculpture, Dijon, Éd. Faton.

Mosser Monique, 2013, « Après Le Nôtre en France : une historiographie à géométrie variable », dans Bouchenot-Déchin Patricia et Farhat Georges (dir.), André Le Nôtre en perspectives, cat. exp. (Versailles 21 oct. 2013-22 fév. 2014), Paris, Hazan, p. 356-367.

Olivesi Felice, 2012, « Les regarnis de Versailles et de Trianon à travers vingt commandes aux Pépinières du roi (1753-1772) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], Articles et études, mis en ligne le 19 novembre 2012, URL : http://crcv.revues.org/11876 ; DOI : 10.4000/crcv.11876.

Piganiol de La Force Jean-Aymar, 1701, Nouvelle description des chasteaux et parcs de Versailles et de Marly, contenant une explication historique de toutes les peintures, tableaux, statues, vases et ornemens qui s’y voyent, leurs dimensions et les noms des peintres et des sculpteurs qui les ont faits, avec les plans de ces deux maisons royalles [...], Paris, F. et P. Delure.

, 1717 [4e édition], Nouvelle description des chasteaux et parcs de Versailles et de Marly […], t. II, Paris, F. Delaulne.

Ragnar Josephson, 1927, « Le Grand Trianon sous Louis XIV », Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, p. 3-24.

Raïssac Murielle de, 2011, Richard Mique, architecte du roi de Pologne Stanislas Ier, de Mesdames et de Marie-Antoinette, Paris, H. Champion.

Robin Jean, 1608, Le jardin du Roy tres chrestien Henry IV Roy de France et de Navare, Paris, P. Vallet.

Schnapper Antoine, 1983, « Curieux fleuristes, collectionneurs de fleurs dans la France du xviie siècle », Commentaire, vol. 6, no 21, p. 171-180.

Sercy Charles de, 1696, Connoissance et culture parfaite des belles fleurs, Paris, Ch. de Sercy.

Viale Constant, 2006, « La tubéreuse et le botaniste », dans Ellena Jean-Claude (dir.), Un jour, une plante : la tubéreuse, actes du colloque, Grasse, musée international de la Parfumerie, p. 11-20.

Vilmorin-Andrieux et Cie, 1870, Les fleurs de pleine terre…, Paris, Vilmorin-Andrieux et Cie.

Haut de page

Notes

1 Le curieux de fleurs est aussi bien le collectionneur d’espèces étrangères ou du plus grand nombre de variétés possibles d’une ou plusieurs espèces données que le jardinier-fleuriste qui en fait commerce.

2 Heaulmé, Briffaud et Damée 2013, p. 158.

3 Jacques et Horst 1988. Le Privy Garden a fait l’objet d’une restauration exemplaire en 1995 avec un fleurissement historique renouvelé au fil des années. Nous remercions Terry Gough, gardens and estates manager du palais de Hampton Court pour les explications données sur ce sujet.

4 Bouchenot-Déchin 2013, p. 383.

5 Les « découpés » ou « pièces coupées » sont de petites enceintes bordées d’un trait de buis, servant à élever des fleurs. Séparés par des sentiers sablés, ils permettent la promenade à l’intérieur du parterre afin d’admirer au plus près les nouvelles variétés florales.

6 « Devis pour l’entretien des Jardins et pépinières du Château de Trianon, 29 avril 1703 ». Merci à Frédéric Sichet, architecte-paysagiste, pour la communication des références de ce document consultable en ligne sur la base de données Hortus du Centre de recherche du château de Versailles : http://www.chateauversailles-recherche-ressources.fr/jlbweb/jlbWeb?html=nothortus&ref=200.

7 Comptes des Bâtiments du roi 1891, col. 250.

8 Voir note 6.

9 Voir note 6. Les clauses du marché passé avec le jardinier Le Coustillier en 1699 sont pratiquement les mêmes que celles du marché passé en 1703.

10 Comptes des Bâtiments du roi 1891, col. 144.

11 Voir note 6.

12 La maison construite en 1682 abrite aujourd’hui la Direction diocésaine de l’enseignement catholique.

13 Paris, Archives nationales (désormais AN), O1 2124 « Marché pour élever et entretenir dans le Jardin du Roy a Toulon les oignons de fleurs destinés pour les Maisons Royalles ».

14 Robin 1608, pl. 25.

15 Schnapper 1983, p. 171-180.

16 Maral 2003.

17 Viale 2006.

18 Nous remercions Daniella Malnar du service des fontaines pour ces explications.

19 AN, O1 1874 : « Grosseur et diamètre de toutes les soupapes conduites et robinets du Palais de Trianon 1699 ».

20 Bouchenot-Déchin 2001.

21 Voir note 6.

22 Ragnar 1927, p. 20.

23 Maral 2013, p. 290, 292 et 294.

24 Le Rouge 1716, p. 347.

25 Piganiol de La Force 1717, t. II, p. 212. La première publication de Piganiol en 1701 ne mentionne pas la présence de la sculpture de Tuby.

26 Ce système de pots plantés en pleine terre dans les plates‐bandes de Trianon n’est mentionné dans aucune autre source manuscrite ou imprimée ultérieure.

27 Japikse 1927, p. 240 [en ligne] : http://resources.huygens.knaw.nl/retroboeken/willemiii/#view=imagePane.

28 Voir la notice du catalogue Versailles décor sculpté extérieur [en ligne] : http://www.sculpturesversailles.fr/html/5b/selection/page_notice-ok.php?Ident=E&myPos=3&idEns=1687.

29 Comptes des Bâtiments du roi 1891, col. 311.

30 Sercy 1696, p. 52.

31 Bibliothèque centrale du Museum national d’histoire naturelle, ms. 688, « Journal de botanique – 1761 », p. 115.

32 Les vélins représentant ces différentes fleurs ont été reproduits dans le catalogue de l’exposition qui s’était tenue au Grand Trianon du 2 juillet au 29 septembre 2013 (Fleurs du roi 2013, p. 55-69).

33 Guénin 1735, p. 218.

34 Antoine 1989, p. 443.

35 Les « regarnis », substantif pluriel, désignent le remplacement des sujets manquants ou défectueux dans les jardins des Maisons royales ; voir Olivesi 2012, p. 10.

36 Duchesne 1804.

37 Ce jardin se trouve en partie dans l’actuel domaine de Marie-Antoinette.

38 Duchesne 1775, p. 35.

39 Raïssac 2011, p. 134.

40 Un haha est un fossé sec, court et profond, souvent maçonné, qui marque la limite du jardin. Ce mode de clôture permet de prolonger une perspective sur l’extérieur.

41 Desjardins 1885, p. 357.

42 Archives du château de Versailles (désormais SACV), 1808-4.

43 AN, O1 1874 : « Etat des principaux objets faisant décoration dans le Jardin de Trianon auquel il est essentiel d’aporter le plus grand soin et la plus grande précaution pour qu’il ne leur arrive pas d’accident pendant la couppe des bois, janvier 1775 ». Voir : http://www.chateauversailles-recherche-ressources.fr/jlbweb/jlbWeb?html=nothortus&ref=18. Le bosquet des Sources avait ensuite fait l’objet d’une replantation : AN, O1 2111 : « Mémoire pour les regarnis – année 1778 – Pour les Sources ». Le tulipier de Virginie actuellement visible pourrait-il être un survivant des trois qui avaient alors été plantés ?

44 AN, O2 340 : « Palais Impérial du grand Trianon – Notes sur les Eaux, Toussaint, contrôleur des palais de Trianon et Eaux de Versailles, 8 août 1811 ».

45 Heitzmann 2004.

46 Alexandre Charpentier (1796-1883), chevalier de la Légion d’honneur en 1879, est le fils de Louis-Toussaint Charpentier né en 1759, jardinier du Palais du Luxembourg, succédant lui-même à son père François-Toussaint Charpentier, premier garçon jardinier au château de Choisy, nommé en 1760 à Saint-Hubert puis au Palais du Luxembourg en juillet 1762. Il est connu pour avoir déclaré le 11 juin 1816 à la préfecture de police de Paris avoir enterré au cimetière de Clamart le 13 juin 1795 le cercueil d’un enfant qui serait celui de Louis XVII. Il n’y a pas de filiation directe entre Alexandre Charpentier et Richard Charpentier, jardinier du roi à Trianon en 1700.

47 Mosser 2013, p. 366.

48 Édouard-Clodomir Gauthier, né en 1855, partit ensuite en Uruguay en 1904 pour diriger les parcs publics de la capitale puis enseigner l’architecture des jardins à la faculté d’agronomie de l’université de Montevideo : Durnerin 2004, p. 54.

49 À défaut de sources mentionnant les variétés de fleurs, on peut consulter Vilmorin-Andrieux et Cie 1870 où sont décrites les plates-bandes des grands jardins de l’époque.

50 SACV, DT 1892-2 : « Porte du Jardin du roi, par Chapelle » et « Grille en fer forgé de style, par Lambert ». Encore visible en 1954, elle aurait été remplacée par un portail plein à l’occasion des nouveaux aménagements décidés par le général de Gaulle à partir de 1962.

51 Initialement installée au bosquet du Théâtre d’eau à Versailles en 1671, elle est déplacée en 1704-1705 dans un bosquet près du Plat-fond à Trianon, puis mise à la place d’un bassin avec fontaine dans le prolongement de la salle de Billard du Grand Trianon : supra note 21, p. 156 et 295.

52 Ces photos sont conservées à la médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine : 1905 : « Façade sur jardin » (MH 0087730) ; 1905 : « Façade sur jardin » (MH 008935) ; 1906 : « Cour intérieure » (MH 0087782) ; 1906 « Vue de la fontaine de l’Amour » (MH0087737) ; 1921 : « Façade sur jardin » (MH 0087815) ; 1922 : « Façade sur jardin » (MH 0087912) ; 1922 : « Façade sur jardin » (MH 0087849).

53 Bataille et Sébert-Badois 2014 et Guyard 2015.

54 « Quel avenir pour les buis ? », journée d’étude sur les buis au château de Vaux-le-Vicomte en partenariat avec Plante&Cité, 4 mars 2015. De nombreux spécialistes et représentants de la profession de France, d’Angleterre et des Pays-Bas ont communiqué les résultats de leurs premières recherches afin de tenter de trouver des solutions : http://www.vaux-le-vicomte.com/wp-content/uploads/2015/09/Actes_Quel-avenir-pour-les-buis_compresse_VF2.pdf. Les jardins royaux de Het Loo en Hollande ont organisé une journée d’étude similaire le 30 mars 2015.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : « Plan général du château et jardins de Trianon », vers 1693. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 424 FT4, H 186631.
Crédits Photo : © Gabriela Lamy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13374/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 : « Plan du Jardin du Roy à Trianon Xbre 1694 ». Paris, Archives nationales, Cartes et plans, O1 18851, n5.
Crédits Photo : © Gabriela Lamy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13374/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Fig. 3 : Plan des bâtiments et des jardins du Grand Trianon avec l’indication des conduites d’eau, « Fait en may 1693 ». Paris, Archives nationales, Cartes et plans, O1 18851, n7.
Crédits Photo : © Gabriela Lamy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13374/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Titre Fig. 4 : Anonyme, Portrait de Marie-Anne de Bourbon, dite « la première mademoiselle de Blois », princesse de Conti, vers 1680, 1,32 × 0,985 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 7152.
Crédits Photo : © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13374/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 5 : Plan du château, des Parterres hauts, du jardin du Roi et des sources de Trianon, entre 1703 et 1710 (détail de la retombe du nouveau parterre quadripartite du jardin du Roi), 80 × 108 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, VA 448 b.
Crédits Photo : © Gabriela Lamy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13374/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 6 : Jean-Baptiste Martin, Vue du château de Trianon et de ses jardins, 1724 (détail). Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 760.
Crédits Photo : © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13374/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 7 : Nicolas Coustou et/ou Jean Joly, trophée du Grand Trianon avec ouïes de viole de gambe dans les écoinçons, troisième arcade à partir de la droite, 1688, relief en pierre de Trossy, 1,12 × 1,20 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, VDSE 1094.
Crédits Photo : © Château de Versailles / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13374/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 8 : Michel-Barthélemy Hazon, « Plan pour fixer les parties de Jardins qui seront confiées aux soins des Srs Gondoin et Brown […], 29 juillet 1763 ». Paris, Archives nationales, O1 1347 (4), no 227.
Crédits Photo : © Gabriela Lamy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13374/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 9 : Plan général des bâtiments et des jardins de Trianon, projet d’agrandissement vers la nouvelle Ménagerie (retombes). Paris, Archives nationales, Cartes et plans, O1 18843, no 75.
Crédits Photo : © Gabriela Lamy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13374/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Fig. 10 : « Projet pour la réunion des deux Jardins des deux Trianons dépendans de Versailles, présenté par Mr l’Administrateur des Parcs Pepinieres et Jardins impériaux [Lelieur de Ville-sur-Arce], Juin 1808 ». Paris, Archives nationales, Cartes et plans, VA XXIX, no 71.
Légende Un « Jardin particulier de l’Empereur » aménagé dans un carré, lui-même formé de trois parterres de formes géométriques (ovale, triangulaire et circulaire), est proposé avec une rosace en forme d’étoile à cinq branches équidistantes.
Crédits Photo : © Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13374/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 11 : Le domaine de Trianon à la fin du Premier Empire. Paris, Archives nationales, Cartes et plans, VA XXIX, no 72.
Crédits Photo : © Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13374/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 12 : Frédéric Nepveu, « Plan de l’étage souterrain du palais du Grand Trianon ». Château de Versailles, service des Archives, liasse 70.01 (PN55).
Crédits Photo : © Château de Versailles, Service des Archives
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13374/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Fig. 13 : « Plan du jardin du Roi à Trianon », s. d. [vers 1892]. Château de Versailles, service des Archives, liasse 106, no 01.
Crédits Photo : © Château de Versailles, Service des Archives / Gabriela Lamy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13374/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 14 : « Parcs de Trianon. Avants-cours. Dressé par l’Architecte soussigné, Versailles [ ?] mai 1892, Marcel Lambert » (détail). Château de Versailles, service des Archives, liasse 155.
Crédits © Château de Versailles, Service des Archives / Christophe Fouin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13374/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 22M
Titre Fig. 15 : Le Grand Trianon, façade sur le jardin du roi, photo extraite de Léon Deshairs, Le Grand Trianon : architecture, décoration, ameublement, Paris, A. Calavas, s. d. [entre 1892 et 1910], pl. 3.
Crédits Photo : © Phototypie Bertaud
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13374/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 16 : Camille Prouvost, Jardin du Roi, Grand Trianon, vers 1910. Collection particulière.
Légende Des Coleus verschaffeltii et des Iresine herbstii ‘Brillantissima’ pourpres contrastent avec la teinte jaune du sable de bordure, tandis que les Pelargonium zonale rouges trouvent leur couleur complémentaire dans le vert vif de leur feuillage.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13374/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 886k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriela Lamy, « Le jardin du Roi à Trianon de 1688 à nos jours : de la mémoire à l’héritage », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 14 octobre 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crcv.revues.org/13374 ; DOI : 10.4000/crcv.13374

Haut de page

Auteur

Gabriela Lamy

Historienne des jardins, chargée de recherche au service des jardins de Trianon, château de Versailles. Contact : gabriela.lamy@chateauversailles.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org