Navigation – Plan du site

Les meubles Boulle dans les palais royaux sous Louis-Philippe

Boulle furniture in royal palaces under Louis-Philippe
Jean-Pierre Samoyault

Résumés

La plupart des meubles Boulle qui se trouvaient dans les palais royaux (Tuileries, Saint-Cloud, Fontainebleau) à l'avènement de Louis-Philippe s'y trouvaient déjà sous le Consulat et le Premier Empire. Ils provenaient presque exclusivement du Musée central des Arts (Louvre) et auparavant des saisies opérées dans les maisons des émigrés pendant la Révolution. Le modèle et la qualité de ceux qui sont conservés permettent de les rattacher, dans la majorité des cas, à la production d'André-Charles Boulle lui-même et de son atelier. Pendant la monarchie de Juillet, certains de ces meubles exposés dans la galerie de Saint-Cloud ont été modifiés, dans un souci d'uniformisation et au mépris de leur intégrité, soit en les surélevant, soit en les divisant. D'autre part la collection s'est enrichie par quelques nouveaux envois du musée du Louvre, par des acquisitions de meubles anciens en marqueterie de cuivre et écaille, sans lien avec l'œuvre du maître, ou encore par la confection de copies de meubles préexistants, destinées à compléter des ensembles. Les ducs d'Orléans et de Nemours, fils du roi, participèrent à ce mouvement d'intérêt pour le mobilier Boulle.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements à Daniel Alcouffe, Marie-Cécile Bardoz, Roland Bossard, David Brouzet, Yves Carlier, Christine Desgrez, Jannic Durand, Jean Vittet, Catherine Voiriot-Bonnet.

  • 1 Samoyault à paraître.

1Lorsqu’il devient roi, Louis-Philippe trouve dans les palais une collection très importante de meubles en marqueterie Boulle. La richesse de cette collection est le résultat de saisies révolutionnaires chez les émigrés parisiens. En effet, ce sont les grands seigneurs et autres collectionneurs, et non la cour de France, qui avaient participé à cet engouement pour le mobilier Boulle dans la deuxième moitié du xviiie siècle, en collectionnant des originaux du maître et de ses fils ainsi que des répétitions exécutées pour satisfaire les amateurs. Ce « Boulle revival » a marqué ensuite les esprits des responsables révolutionnaires chargés par la loi de sélectionner dans les maisons des émigrés, devenues biens nationaux, les œuvres d’art qu’ils considéraient comme utiles pour l’instruction publique, au moment des ventes mobilières effectuées par le bureau du Domaine national du département de la Seine. Là où ils sont intervenus, ils ont mis en réserve les meubles Boulle, en opérant des choix judicieux. La plupart de ces meubles ont été dans un premier temps engrangés dans un dépôt provisoire, l’hôtel de Nesle, rue de Beaune, à l’exception de ceux pris chez le baron de Breteuil, rue du Dauphin, qui gagnèrent le Museum national des Arts (le Louvre) dès 1793. Dans les années qui suivirent, et notamment en 1797, le même Museum retira du dépôt de Nesle la quasi-totalité de ces meubles, à l’exception de quelques pièces retenues pour l’ameublement du palais du Directoire, parmi lesquelles se trouvaient des meubles Boulle du baron de Breteuil que le Museum avait jugé secondaires et mis en réserve dans le dépôt1.

  • 2 Paris, Archives des musées nationaux (ci-dessous AMN), Z 12.
  • 3 Samoyault 1971.

2Après le 18 brumaire et l’installation de Bonaparte au palais des Tuileries, en février 1800, le gouvernement consulaire chercha à s’emparer des meubles et beaux objets du musée, d’abord pour contribuer à orner les Tuileries, puis, en 1802, à remeubler le château de Saint-Cloud. Sur ordre du ministre de l’Intérieur, Percier et Fontaine, architectes du gouvernement, retirèrent le 1er pluviôse an X (21 janvier 1802) pour les Tuileries et la Malmaison « six meubles en bas d’armoire exécutés par Boule ils sont garnis de bronze doré » et « une grande armoire en ébénisterie décorée de bronzes précieusement exécutés et dorés or mat »2. Peu après, à la fin de l’an X, à la suite d’un autre ordre du ministre de l’Intérieur du 19 messidor (8 juillet 1802), huit bas d’armoires à figures et médailles, quatre à figures représentant les Saisons, six bas d’armoire-bibliothèques vitrés et deux petits corps de bibliothèque sur consoles ornés de figures de Louis XIV quittaient le Louvre pour Saint-Cloud3.

3Quelle était la situation en 1830, au moment de la chute de la branche aînée des Bourbons ?

La situation en 1830

  • 4 Ibid. Paris, Archives nationales (ci-dessous AN), O3 2151, no 18463 (rentrée de Saint-Cloud) ; AJ19(...)

4Au palais des Tuileries, le premier salon des grands appartements est orné depuis 1823 de six cabinets à médailles et figures de Socrate et d’Aspasie, de la série des huit envoyée en 1802 à Saint-Cloud (provenant quatre de l’hôtel de Noailles, deux de Lenoir du Breuil et deux du baron de Breteuil)4. On les a fait venir aux Tuileries pour remplacer six meubles disparates sortis du musée en l’an X (quatre cabinets de Boulle dont deux sur consoles et deux bas d’armoire en ébène et laque).

  • 5 AN, AJ19 727, nos 24122-24142 (rentrée et changements au Garde-Meuble) ; AJ19 316, nos 16190-16194 (...)

5À Saint-Cloud, l’aménagement de la galerie en meubles Boulle remonte à 1802, mais des changements sont intervenus pendant la Restauration, et les meubles ont été couverts de dessus en marbre en juin 18305. On y voit alors deux commodes, quatorze bas d’armoires de formes diverses et quatre meubles cabinets portés par des consoles :

    • 6 Ibid., O2 702, no 424 (hôtel de l’Architrésorier, 1807) ; O2 596, no 30275 (rentrée au Garde-Meuble (...)

    une commode tombeau à dessus de marbre griotte d’Italie, entrée à Saint-Cloud en 1820, sortie en 1814 de l’hôtel de l’architrésorier Lebrun (ex-hôtel de Noailles), où elle figurait sans doute depuis 1802. Elle paraît être la commode retirée chez le baron de Breteuil et envoyée du dépôt de Nesle au Directoire en mars 17976 ;

    • 7 Paris, musée du Louvre (ci-dessous Louvre), OA 5477. Samoyault 2004, no 302, p. 366-367 ; Durand 20 (...)

    une commode à deux tiroirs, à dessus de marbre portor, d’un modèle plus rare, achetée au marchand Rocheux en 1805 pour la chambre à coucher de Napoléon à Fontainebleau, rentrée au Garde-Meuble en 1816 et envoyée comme la précédente à Saint-Cloud en 18207 ;

    • 8 Voir ci-dessus notes 4 et 5 et ci-dessous note 19.

    deux meubles à médailles et figures, subsistant de la série des huit, en place depuis 1802. Ils ont été recouverts en juin 1830 d’un marbre brèche violette8 ;

    • 9 Voir Samoyault 1971 et ci-dessous note 21.

    quatre meubles-bibliothèques à trois vantaux, le vantail central garni d’une figure en bas-relief de Pomone et les deux autres à glace (saisis dans les hôtels de Brissac et de Noailles), sortis du musée en 1802 pour Saint-Cloud, couverts en 1830 de marbres Campan rouge9 ;

    • 10 Samoyault 1979, p. 24-25, note 18, pl. 15a-b et voir Samoyault 1971, ci-dessus note 5 et ci-dessous (...)

    deux autres meubles semblables, mais moins hauts, entrés en 1802 en place dans la galerie en 1824, absents en 1828 et réapparaissant en 1830 munis l’un d’un marbre Campan rouge, l’autre d’un marbre griotte d’Italie. Ils ont été saisis chez le prince de Condé à Chantilly10 ;

    • 11 Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon (ci-dessous Versailles), dépôt (...)

    quatre bas d’armoires garnis de figures en bas-relief représentant les Saisons, saisis à l’hôtel de Noailles, en place depuis 1802, recouverts en 1830 d’un marbre porphyre11 ;

    • 12 Voir AMN, Z 12. AN, O2 680, no 42 (Tuileries 1810) ; AJ19 146, nos 88, 89 (Tuileries 1816) ; O3 215 (...)

    deux bas d’armoire à un vantail, avec décor de vase et médaillon représentant Louis XIV, saisie Lenoir du Breuil, sortis du musée, aux Tuileries de 1802 à 1822 dans le premier salon des grands appartements et entrés à Saint-Cloud en 1823. Ils sont recouverts depuis 1830, l’un d’un marbre griotte d’Italie, l’autre d’un marbre Campan rouge12 ;

    • 13 Voir Samoyault 1971. AN, O2 731 (Saint-Cloud 1807) ; O2 736, no 68 (Saint-Cloud 1812) ; AJ19 296, n(...)

    deux petits cabinets à figure de Louis XIV sur consoles, retirés chez le duc d’Harcourt, envoyés du musée à Saint-Cloud en 1802, placés dans le salon de Diane au bout de la galerie et décrits de 1805 à 1818 de manière sommaire (« deux meubles de Boule en ébène servant de consoles, pieds à gaine ornés de cuivre doré à l’antique »), le terme de console laissant supposer que leur partie supérieure était retirée (alors que leur hauteur est indiquée depuis 1807 comme étant de 1,60 m). Cet état semble corroboré par le fait que les parties hautes, les cabinets eux-mêmes, se trouvent au Garde-Meuble à Paris en 1817 et ne rentrent à Saint-Cloud qu’en 1820. Dans l’inventaire de 1824, on voit qu’ils ont été placés l’un et l’autre, non pas sur leur piétement, mais sur les deux commodes entrées à la même date, alors que les deux consoles-supports sont passées déjà du salon de Diane dans la galerie. Quoi qu’il en soit, au moins depuis 1828, les deux cabinets sont reconstitués13 ;

    • 14 Voir AMN, Z 12. AN, O2 680, no 41 (Tuileries 1810) ; AJ19 146, nos 86,87 (Tuileries 1816) ; O3 2151 (...)

    deux autres meubles du même type que les précédents, forme consoles portant un cabinet orné d’un médaillon de Louis XIV. Ils proviennent de la saisie Breteuil chez Goguelat. Envoyés du musée aux Tuileries en 1802, sortis du premier salon du grand appartement en 1822, envoyés à Saint-Cloud en 182314.

6Malgré ces disparités, l’ensemble rythmait la galerie de manière somptueuse.

  • 15 Fontainebleau, musée national du château, dépôt du Louvre, OA 5062, 5063 ; Samoyault 2004, no 69, p (...)
  • 16 Voir ci-dessous note 25.

7À Fontainebleau, au même moment, il n’y avait que trois meubles de Boulle : deux cabinets composites, vendus par Thomire en 1809 pour la chambre à coucher de Napoléon15, un beau cabinet orné d’un panneau de marqueterie représentant un perroquet, d’une paire appartenant à l’origine au baron de Breteuil, saisie chez Goguelat, envoyée au Directoire et dont on ne retrouve qu’un seul meuble au Garde-Meuble en 1807. Il a été restauré et placé en 1810 à Fontainebleau dans le deuxième cabinet de l’appartement du rez-de-chaussée de l’Aile neuve (aile Louis XV)16.

  • 17 Voir ci-dessous note 29.
  • 18 AN, O3 1981, 28 juin 1830.

8En dépôt au Garde-Meuble à Paris, enfin, se trouvent en 1830 deux belles armoires de Boulle qui ont figuré à Saint-Cloud, sans doute dès 1802, lors de l’ameublement du palais jusqu’en 1806, puis à Fontainebleau de 1806 à juin 1830 (leur retour officiel à Paris n’est consigné qu’en 1831). L’une d’elles est l’armoire à figures d’enfants et d’instruments de jardinage, provenant de l’ancien Garde-Meuble de la Couronne, où elle apparaît sous Louis XVI, restaurée par Riesener en 1784 et envoyée aux Tuileries pendant la Révolution pour la salle des conférences du Corps législatif. Elle est sans doute restée aux Tuileries jusqu’à son envoi à Saint-Cloud sous le Consulat ; l’autre est la célèbre armoire à panneaux en marqueterie de fleurs, saisie Goguelat-Breteuil, livrée par le musée pour les Tuileries en janvier 1802 et transférée comme la précédente à Saint-Cloud17. À Fontainebleau, ces deux armoires ont été remarquées par la dauphine Marie-Thérèse-Charlotte dans la salle à manger de son mari (ancien cabinet topographique de Napoléon). Elles sont renvoyées au Garde-Meuble en juin 1830, car on dit que « S.A.R. y tient beaucoup pour l’ameublement de ses appartements18 » (notation intéressante concernant les goûts de la princesse).

9Il convient de s’interroger maintenant sur la manière dont ce mobilier a été utilisé pendant la monarchie de Juillet, voire transformé, complété par des copies et accru par des acquisitions.

La monarchie de Juillet

  • 19 Les huit meubles : quatre, Versailles, dépôt du Louvre, OA 5051-5054 ; quatre, Mobilier national, G (...)

10On constate tout d’abord que la nouvelle Cour maintient en place les deux grands ensembles Boulle hérités des régimes antérieurs, tout en cherchant à les rendre plus cohérents. Sachant combien le roi est attentif aux aménagements, on peut penser que l’ameublement en meubles Boulle du Salon bleu des Tuileries et de la galerie de Saint-Cloud lui a paru évident, sans qu’il faille y revenir. Toutefois, il a souhaité que ce mobilier soit régularisé dans un souci d’unification et d’harmonie générale. Dans le premier salon des Tuileries devenu salon des Concerts, seuls six meubles de Boulle étaient en place. Or, la pièce comportait dix trumeaux d’entrefenêtres. Le Garde-Meuble fait donc revenir en 1833 la paire restée à Saint-Cloud et commande en 1834 une paire neuve à la maison Jacob-Desmalter, ainsi qu’un grand meuble issu du modèle pour être placé sur la face opposée à la cheminée. Par ce regroupement, l’exécution de deux copies et d’un nouveau meuble, on crée une unité qui va subsister jusqu’à la fin du Second Empire19.

Fig. 1 : André-Charles Boulle, cabinet, vers 1700, transformé en meuble d’appui en 1839, chêne, ébène, cuivre, écaille, marbre, 1,135 ×82 × 38 cm. Paris, musée du Louvre, OA 5453.

Fig. 1 : André-Charles Boulle, cabinet, vers 1700, transformé en meuble d’appui en 1839, chêne, ébène, cuivre, écaille, marbre, 1,135 ×82 × 38 cm. Paris, musée du Louvre, OA 5453.

Photo : © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Studio Sébert

Fig. 2 : André-Charles Boulle, bibliothèque d’une paire, vers 1720, surélevée en 1839, ébène, bronze, écaille, laiton, marbre, 114 ×150 × 41 cm. Paris, musée du Louvre, OA 5461.

Fig. 2 : André-Charles Boulle, bibliothèque d’une paire, vers 1720, surélevée en 1839, ébène, bronze, écaille, laiton, marbre, 114 ×150 × 41 cm. Paris, musée du Louvre, OA 5461.

Photo : © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Studio Sébert

Fig. 3 : André-Charles Boulle (attribué à), bibliothèque de deux paires, vers 1720, surélevées en 1839, placage d'ébène, marqueterie de laiton et d’écaille, bronze doré et marbre Campan mélangé. Paris, musée du Louvre, OA 5460.

Fig. 3 : André-Charles Boulle (attribué à), bibliothèque de deux paires, vers 1720, surélevées en 1839, placage d'ébène, marqueterie de laiton et d’écaille, bronze doré et marbre Campan mélangé. Paris, musée du Louvre, OA 5460.

Photo : © 2008 Musée du Louvre / Studio Sébert

Fig. 4 : André-Charles Boulle, cabinets (d’une paire chacun), v. 1700, transformés en meubles d’appui en 1839, et leurs consoles, état antérieur à leur reconstitution v. 1900 (d'après Édouard-Thomas Williamson, Les meubles d’art du Mobilier national, Paris, Baudry, 1883, t. I, pl. 18 et 19). Paris, musée du Louvre, OA 5468 et 5451.

Fig. 4 : André-Charles Boulle, cabinets (d’une paire chacun), v. 1700, transformés en meubles d’appui en 1839, et leurs consoles, état antérieur à leur reconstitution v. 1900 (d'après Édouard-Thomas Williamson, Les meubles d’art du Mobilier national, Paris, Baudry, 1883, t. I, pl. 18 et 19). Paris, musée du Louvre, OA 5468 et 5451.

Photo : Domaine public

  • 20 Louvre, OA 5478. AN, AJ19 729, no 27065 (entrée au Garde-Meuble) ; AJ19 318, no 51 (Saint-Cloud 183 (...)
  • 21 Sur ces transformations, voir Samoyault-Verlet 1991, p. 231. AN, AJ19 642, nos 26051-26064 (rentrée (...)
  • 22 AN, O4 1826.
  • 23 Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, dépôt du Louvre, OA 5463, 5464 (...)

11À Saint-Cloud, avant le retrait des deux meubles à médailles pour les placer aux Tuileries en 1832, un même souci d’harmonie a poussé l’administration à remplacer une de deux commodes par une autre faisant pendant avec celle achetée pour Napoléon à Fontainebleau, entrée par voie d’échange en 1831 avec la duchesse de Berry20. Cette fausse paire passera ensuite dans le salon de Diane au bout de la galerie. En 1839, un souci d’uniformisation encore plus fort détermina le Garde-Meuble à imposer à une partie des autres meubles Boulle de la galerie un traitement drastique destiné à les mettre tous à la même hauteur, correspondant à celle du bas lambris. On n’hésita pas à transformer ces meubles par des additions modernes. L’opération consista à surélever certains d’entre eux (les deux cabinets à vases de fleurs et médaillon de Louis XIV (fig. 1), les six bibliothèques vitrées, deux de 23 cm, les deux autres de 12 cm (fig. 2 et 3) et à diviser les quatre cabinets sur consoles pour en faire huit meubles bas, soit quatre consoles et quatre cabinets. Les quatre cabinets reçurent tous un socle et des pieds, les consoles des cabinets à médaillons de Louis XIV furent également surélevées, tandis que celles des cabinets à figures de Louis XIV, hautes de 1,14 mètre, restèrent en l’état (fig. 4). Les huit meubles reçurent des marbres21. Le travail de modification fut effectué par l’atelier central d’ébénisterie du Mobilier de la Couronne, dirigé par Félix Rémond, qui s’approvisionna des matériaux nécessaires : le placage d’ébène auprès de l’ébéniste Prosper-Guillaume Durand fils, l’étain et le cuivre chez le quincaillier Louis Villain « à la clef bronzée ». Les pièces de bronze manquantes ou nouvelles (moulures, équerres, bandes) furent demandées à la fonderie Nicolle et Finbert. Godin, doreur sur métaux, redora, semble-t-il, les garnitures de bronze des consoles portant auparavant les cabinets à figures de Louis XIV22. On remarquera la variété du dessin des parties neuves, soit pour la surélévation des bibliothèques vitrées (écaille et cuivre), soit pour les socles des cabinets (étain, écaille et cuivre). On ne sait qui a inventé ces dessins. Si les socles subsistant ne nuisent pas aux deux cabinets à médaillon de Louis XIV (Lenoir du Breuil), les surélévations des bibliothèques vitrées, surtout celles venant de Chantilly, aux motifs touffus et très éloignés du style des rinceaux de Boulle, nous paraissent lourds et disgracieux. Cette opération révèle le peu d’importance que l’on accordait à la notion d’authenticité et à celle d’intégrité d’un meuble. Ce qui comptait, c’était le coup d’œil général. Impression confirmée par le fait que l’on demanda en 1843 à Lemarchand de livrer deux bibliothèques neuves supplémentaires copiées sur le modèle des quatre antérieures les moins surélevées, et en plaçant sur l’une d’elles une répétition du bas-relief de Mars qui ne se trouvait que sur la troisième paire ancienne23 (fig. 5). Cet état, voulu par Louis-Philippe, resta inchangé sous le Second Empire.

Fig. 5 : Louis-Édouard Lemarchand, Bibliothèque ornée d’une figure de Mars, 1843, ébène incrusté de cuivre sur écaille, bronzes ciselés et dorés, marbre griotte rouge. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, dépôt du musée du Louvre, OA 5463.

Fig. 5 : Louis-Édouard Lemarchand, Bibliothèque ornée d’une figure de Mars, 1843, ébène incrusté de cuivre sur écaille, bronzes ciselés et dorés, marbre griotte rouge. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, dépôt du musée du Louvre, OA 5463.

Photo : Domaine public

Fig. 6 : André-Charles Boulle, Bibliothèque ornée des figures d’amours, vers 1720, ébène, marqueterie d’écaille, bronze, 142,3 × 213,5 × 52 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, dépôt du musée du Louvre, OA 5511.

Fig. 6 : André-Charles Boulle, Bibliothèque ornée des figures d’amours, vers 1720, ébène, marqueterie d’écaille, bronze, 142,3 × 213,5 × 52 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, dépôt du musée du Louvre, OA 5511.

Photo : Domaine public

  • 24 Bibliothèques : Versailles, dépôt du Louvre, OA 5511, 5512. Meyer 1989, p. 92. Bureau : Chantilly, (...)
  • 25 Louvre, dépôt du musée de Versailles, Vmb 932. Samoyault 2004, no 301, p. 365-366 ; Durand 2014, no(...)
  • 26 Fontainebleau, musée national du château de Fontainebleau (ci-dessous Fontainebleau), F 829 C. Meye (...)

12Le goût du roi pour les restaurations historiques fut un autre élément déterminant pour l’emploi et l’acquisition de meubles en marqueterie Boulle. Dès 1832, Louis-Philippe décide de transformer le château de Versailles en un musée destiné à évoquer toutes les gloires de la France. Le lieu le plus symbolique du château, l’appartement du Roi, lui parut devoir être restitué dans un état évoquant l’Ancien Régime. Ce projet de reconstitution muséographique amena le Mobilier de la Couronne à y placer des meubles Boulle, bien qu’aucun de ce type n’y ait jamais figuré. On fit d’abord appel en 1833 au musée du Louvre, où se trouvaient encore des pièces saisies chez les émigrés. La direction des Musées royaux reçut l’ordre de remettre au Mobilier de la Couronne, pour la chambre de Louis XIV, deux armoires-bibliothèques à panneau central orné d’amours et deux vantaux à glace venant de l’hôtel de Brissac (fig. 6), et pour le cabinet du Conseil, le bureau du duc de Bourbon par Boulle pris à Chantilly en 179324. Dans l’alcôve du lit, trop petite pour contenir les deux bibliothèques restaurées par Ledure, renvoyées au Louvre dès 1834, on préféra installer le meuble au perroquet, que l’on fit sortir de Fontainebleau en mai de la même année et qui fut restauré à son tour25. Peu après, la Chambre des pairs remit gracieusement au roi, en 1835, une grande pendule Boulle sur gaine ornée du char d’Apollon, exécutée pour le duc de Bourbon à Chantilly. Passée du dépôt de Nesle au palais du Directoire, elle était restée au Luxembourg au moment du départ de Bonaparte pour les Tuileries, en 1800. On l’installa dans le salon de l’Œil-de-bœuf, où elle resta jusqu’en 1837, date de son envoi à Fontainebleau pour la première salle Saint-Louis, où elle figure toujours26.

  • 27 Bureau : Fontainebleau, F 887 C. Williamson 1883, t. I, pl. 22. AN, O4 1582 (achat) ; AJ19 630, no  (...)

13À Fontainebleau, la restauration de l’appartement du premier étage de la Porte dorée, appelé sous Louis-Philippe appartement Maintenon, du nom de son plus célèbre occupant, fit partie du programme de restauration des appartements du château voulu par Louis-Philippe. Des travaux d’enrichissement des boiseries précédèrent un remeublement composite qui voulut rappeler, du moins en partie, l’époque de Louis XIV. Ce renouvellement eut lieu en 1836. Le Garde-Meuble, symboliquement, voulut y introduire du mobilier en marqueterie Boulle, mais, cette fois, il fallut faire appel au commerce, en acquérant des meubles dits « Boulle ». On prit un des deux bureaux qu’on a coutume d’appeler « Mazarin », achetés en 1835, sans destination particulière, chez Maury fils, Combes et Cie, marchand de métaux (fig. 7), puis une commode tombeau à quatre rangs de tiroirs et montants en console, vendue par Mme Delaunay, marchande d’objets d’art et de curiosités (fig. 8). Placée dans la chambre à coucher, cette commode est remplacée en septembre 1836 par une autre de même nature, achetée à Mme Baron (fig. 9). Le bureau « Mazarin » est renvoyé à la Conservation du mobilier pour en faire un meuble de milieu : il faut, dit-on, que « les fonds de derrière du meuble soient incrustés en cuivre et écaille suivant les ordres de Sa Majesté », ce qui montre l’intérêt que le roi portait au moindre détail. La deuxième commode est également renvoyée pour y faire quelques réparations. Les deux meubles rentrèrent à Fontainebleau en avril 1837, avant le mariage du duc d’Orléans, tandis que la première commode fut placée chez le même duc d’Orléans dans son cabinet de toilette27.

Fig. 7 : Bureau « Mazarin », fin xviie-début xviiie siècle, acheté en 1835, enrichi en 1836 (d’après Édouard-Thomas Williamson, Les meubles d’art du Mobilier national, Paris, Baudry, 1883, t. I, pl. 22). Fontainebleau, musée national du château de Fontainebleau, F 887 C.

Fig. 7 : Bureau « Mazarin », fin xviie-début xviiie siècle, acheté en 1835, enrichi en 1836 (d’après Édouard-Thomas Williamson, Les meubles d’art du Mobilier national, Paris, Baudry, 1883, t. I, pl. 22). Fontainebleau, musée national du château de Fontainebleau, F 887 C.

Photo : Domaine public

Fig. 8 : Commode, fin xviie-début xviiie siècle, achetée en 1836 (d’après Édouard-Thomas Williamson, Les meubles d’art du Mobilier national, Paris, Baudry, 1883, t. I, pl. 21). Fontainebleau, musée national du château de Fontainebleau, F 1030 C.

Fig. 8 : Commode, fin xviie-début xviiie siècle, achetée en 1836 (d’après Édouard-Thomas Williamson, Les meubles d’art du Mobilier national, Paris, Baudry, 1883, t. I, pl. 21). Fontainebleau, musée national du château de Fontainebleau, F 1030 C.

Photo : Domaine public

Fig. 9 : Commode, fin xviie-début xviiie siècle, achetée en 1836 (d’après Édouard-Thomas Williamson, Les meubles d’art du Mobilier national, Paris, Baudry, 1883, t. I, pl. 21). Fontainebleau, musée national du château de Fontainebleau, F. 916 C.

Fig. 9 : Commode, fin xviie-début xviiie siècle, achetée en 1836 (d’après Édouard-Thomas Williamson, Les meubles d’art du Mobilier national, Paris, Baudry, 1883, t. I, pl. 21). Fontainebleau, musée national du château de Fontainebleau, F. 916 C.

Photo : Domaine public

Fig. 10 : André-Charles Boulle avec socle de Jacob-Desmalter, armoire, vers 1710, ébène, bronze, corne, dorure, 267 × 136 × 54,8 cm. Paris, musée du Louvre, OA 5441.

Fig. 10 : André-Charles Boulle avec socle de Jacob-Desmalter, armoire, vers 1710, ébène, bronze, corne, dorure, 267 × 136 × 54,8 cm. Paris, musée du Louvre, OA 5441.

Photo : © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Martine Beck-Coppola

Fig. 11 : Commode estampillée Levasseur. Vente Paris, palais Galliera, 12 décembre 1984, étude Laurin, no 82.

Fig. 11 : Commode estampillée Levasseur. Vente Paris, palais Galliera, 12 décembre 1984, étude Laurin, no 82.

Photo : reproduction d’après le catalogue de vente

Fig. 12 : André-Charles Boulle, corps de bibliothèque, v. 1710, restauré en 1845. Vue stéréoscopique du salon de Mars aux Tuileries, v. 1858.

Fig. 12 : André-Charles Boulle, corps de bibliothèque, v. 1710, restauré en 1845. Vue stéréoscopique du salon de Mars aux Tuileries, v. 1858.

Photo : reproduction Jean-Pierre Samoyault

  • 28 Castellane 1896-1897, t. III, p. 64. Dion-Tenenbaum 1993, p. 83.
  • 29 Louvre, OA 5516 ; OA 5441. Pour le socle, O4 1425. Samoyault 2004, p. 423-426, nos 398-399 ; Durand (...)
  • 30 Commode rentrée de Saint-Cloud en 1832 ; voir ci-dessus note 4.
    – Commodes duchesse de Berry : AN, A (...)
  • 31 Dion-Tenenbaum 1993, p. 83-84.
  • 32 AMN, M 10, 13 mars 1834. Vente du feu prince royal, 19-20 janvier 1853, Bonnefons de Lavialle, no 3 (...)

14Ces faits nous conduisent à évoquer le goût de ce prince et de son frère Nemours pour le mobilier Boulle. Le duc d’Orléans s’intéresse aux meubles et objets d’art du passé, suivant une mode qui commence à se répandre et qui semble lui avoir été communiquée par le comte et la comtesse de Flahaut28. Lorsque la famille royale s’installe aux Tuileries, il occupe l’ancien appartement de la duchesse de Berry au rez-de-chaussée du pavillon de Marsan et en renouvelle l’ameublement à sa convenance. Les registres d’inventaire du Garde-Meuble montrent clairement qu’il est venu visiter les réserves à une date non précisée, mais antérieurement à 1833, car en marge de différents meubles et œuvres d’art, on précise « choix du duc d’Orléans », sans mention de sortie. Ce qui laisse penser que ces choix ont été à peu près concomitants avec la rédaction de l’Inventaire général du mobilier de la Couronne en 1833. Parmi les œuvres retenues par le duc d’Orléans figurent les deux belles armoires Boulle rentrées de Fontainebleau pour restauration en 1830. Elles vont rester pendant toute la monarchie de Juillet dans le salon des aides de camp du prince (ou premier salon), même après sa mort accidentelle, à côté du bureau à cylindre de Louis XV et de la table de Fontanieu. L’armoire à amours et instruments de jardinage est rehaussée d’un socle exécuté par Jacob-Desmalter (fig. 10)29. Pour sa chambre à coucher, le prince prend dans les réserves trois commodes en marqueterie Boulle, celle rentrée de la galerie de Saint-Cloud en 1832 et deux autres à extrémités arrondies, entrées par voie d’échange avec la duchesse de Berry en 1831 (fig. 11)30. Les trois commodes ont disparu en 1871. À titre personnel le duc d’Orléans acheta plusieurs meubles anciens en marqueterie Boulle. Il acquit à la vente de l’antiquaire Montfort, le 10 décembre 1833, une commode à quatre tiroirs, le dessus en marqueterie, qu’il fit placer dans l’Antichambre noire de son appartement aux Tuileries. De même, il acheta chez le marchand Escudier deux gaines Boulle pour son grand salon31. Ce qui l’incita à s’adresser au Musée royal pour obtenir deux gaines semblables, qui lui furent remises en 1834. Ces quatre gaines furent vendues, ainsi que la commode, à la vente organisée par la duchesse d’Orléans en janvier 185332.

  • 33 Samoyault-Verlet 1991a, p. 233-234 ; 1991b, p. 72, 81.
  • 34 Samoyault 2001 ; Frédéric Dassas et Delphine Élie-Lefebvre, « Un témoignage oublié d’une production (...)
  • 35 – Gaines restaurées par le Garde-Meuble : Louvre, OA 5059, 5060 ; AN, AJ19 652, no 37930 (entrée au (...)
  • 36 Fontainebleau, F 1019 C. AN, O4 2298 (achat) ; AJ19 654, no 41245 (entrée au Garde-Meuble) ; AJ19 1 (...)

15Louis, duc de Nemours, né en 1814, se marie en 1840. On sait que son appartement du premier étage du pavillon de Marsan est restauré, agrandi dans l’aile sur la rue de Rivoli et remeublé sur les conseils du peintre Eugène Lami en 1844-184533. Cet aménagement révèle une évolution du goût marquée de plus en plus par l’historicisme. Si le duc d’Orléans s’intéressait à de beaux meubles et objets d’art anciens, le duc de Nemours et Lami créent des ameublements qui se veulent cohérents en style Louis XIV et rocaille. Le mobilier en marqueterie Boulle entre évidemment dans ce programme. Comme son frère, le prince se tourne vers le musée royal, où subsistent à cette date des armoires-bibliothèques et des gaines. Ces armoires sont des éléments d’une grande bibliothèque Goguelat-Breteuil réservée pour le Museum national des arts. Prêtées à Denon jusqu’à sa mort, rentrées au musée en 1827, trois sont remises par le musée et deux sont restaurées en 1844-1845, comme naguère les meubles de Saint-Cloud, par l’atelier central d’ébénisterie du Mobilier. Ces armoires sont placées dans le Salon rouge, qui précède le grand salon dans le pavillon de Marsan. Dans leur état Louis-Philippe fortement restauré, on les connaît par des vues stéréoscopiques du salon de Mars aux Tuileries, où elles figurèrent sous le Second Empire (fig. 12). À nouveau transformées et complétées pour l’impératrice en 1866, elles ont disparu dans l’incendie des Tuileries34. Deux gaines Boulle du modèle à tablier, retirées semble-t-il du Musée, sont restaurées aussi à la même date par l’atelier avec la collaboration du fondeur Nicolle et Finbert et de Christofle pour le même salon rouge du duc de Nemours. Le Garde-Meuble achète en 1845 chez Gansberg, marchand de curiosités et d’objets d’art, deux autres gaines pour le grand salon35 puis, en 1846 chez un autre marchand de curiosités nommé Henry, une commode Boulle pour la chambre du prince dans l’aile sur la rue de Rivoli (à Fontainebleau depuis le Second Empire)36.

16En conclusion, il apparaît que le mobilier Boulle a retenu fortement l’attention du roi et des princes et que la collection de meubles anciens en cette technique s’est accrue dans les palais royaux par des prélèvements et des achats. Toutefois, la politique d’acquisition sur le marché ne porte que sur des meubles que l’on ne peut rattacher à la production du maître. Quant à la politique de restauration, elle a révélé des pratiques trop radicales, notamment à Saint-Cloud. Le mobilier Boulle, même quand il n’était pas de lui, était à la mode, car il entrait dans le courant historiciste. Dans les palais, la qualité et l’authenticité comptaient moins que l’apparence, comme le prouvent les copies que nous avons citées et le voisinage de nombreux meubles modernes en marqueterie Boulle créés par les ébénistes du temps.

Haut de page

Bibliographie

Alcouffe Daniel, Dion-Tenenbaum Anne et Lefébure Amaury, 1993, Le mobilier du musée du Louvre, Dijon, Faton.

Arizzoli-Clémentel Pierre, 2002, Le mobilier de Versailles, xviie et xviiisiècles, Dijon, Faton, t. I.

Castellane Esprit-Victor-Élisabeth-Boniface, 1895-1897, Journal du maréchal de Castellane, 1804-1862, éd. Ruth-Charlotte-Sophie de Castellane, comtesse de Beaulaincourt et P. Le Brethon, Paris, E. Plon, 5 vol.

Dion-Tenenbaum Anne, 1993, « Le sanctuaire du pavillon des Marsan », in Hervé Robert (dir.), Le mécénat du duc d’Orléans, 1830-1842, Paris, Délégation artistique de la Ville de Paris, p. 78-87.

Durand Jannic, Bimbenet-Privat Michèle et Dassas Frédéric (dir.), 2014, Décors, mobilier et objets d’art du musée du Louvre, de Louis XIV à Marie-Antoinette, Paris, Louvre / Somogy.

Meyer Daniel, 1989, « L’ameublement de la chambre de Louis XIV à Versailles de 1701 à nos jours », Gazette des beaux-arts, fév., p. 84-104.

 1993, « Mobilier de Versailles : les choix de Louis-Philippe », L’Estampille - L’Objet d’art, no 272, sept., p. 54-82.

Pradère Alexandre, 1997, « Les armoires à médailles de l’histoire de Louis XIV par Boulle et ses suiveurs », Revue de l’art, no 116, p. 42-53.

Samoyault Jean-Pierre, 1971, « Les Remplois de sculptures et d’objets d’art dans la décoration et l’ameublement du palais de Saint-Cloud sous le Consulat et au début de l’Empire », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, p. 153-191.

 1979, André-Charles Boulle et sa famille : nouvelles recherches, nouveaux documents, Genève, Droz.

 1991, Guide du musée national du château de Fontainebleau, Paris, Réunion des musées nationaux.

 2001, « Denon et le mobilier Boulle », dans Daniela Gallo (dir.), Les vies de Dominique-Vivant Denon, actes du colloque (Paris, musée du Louvre, 8-11 déc. 1999), Paris, La Documentation française, p. 671-684.

— 2004, Catalogue des collections de mobilier : musée national du château de Fontainebleau, t. III : Meubles entrés sous le Premier Empire : meubles d’architecture, de rangement, de travail, d'agrément et de confort, Paris, Réunion des musées nationaux.

— à paraître, Les saisies chez les émigrés et les condamnés à l’époque révolutionnaire : le dépôt de Nesle, rue de Beaune (1793-1799).

Samoyault-Verlet Colombe, 1991a, « L’ameublement des palais royaux sous la monarchie de Juillet », Un âge d’or des arts décoratifs, 1814-1848, cat. exp. (Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 10 oct.-30 déc. 1991), Paris, Réunion des musées nationaux, p. 230-234.

 1991b, « Un ameublement à la mode sous Louis-Philippe : les appartements du duc de Nemours aux Tuileries », Dossier de l’art, no 5, déc.-janv., p. 72-81.

Williamson Édouard-Thomas, 1883, Les meubles d’art du Mobilier national, Paris, J. Baudry.

Haut de page

Notes

1 Samoyault à paraître.

2 Paris, Archives des musées nationaux (ci-dessous AMN), Z 12.

3 Samoyault 1971.

4 Ibid. Paris, Archives nationales (ci-dessous AN), O3 2151, no 18463 (rentrée de Saint-Cloud) ; AJ19 152, no 18042 (entrée aux Tuileries). Sur la provenance Breteuil d’une des quatre paires, voir Samoyault à paraître.

5 AN, AJ19 727, nos 24122-24142 (rentrée et changements au Garde-Meuble) ; AJ19 316, nos 16190-16194 (entrée à Saint-Cloud).

6 Ibid., O2 702, no 424 (hôtel de l’Architrésorier, 1807) ; O2 596, no 30275 (rentrée au Garde-Meuble) ; AJ19 349, no 8128 (entrée à Saint-Cloud). Sur la provenance Breteuil, voir Samoyault à paraître.

7 Paris, musée du Louvre (ci-dessous Louvre), OA 5477. Samoyault 2004, no 302, p. 366-367 ; Durand 2014, no 20, p. 153 (notice par Frédéric Dassas).

8 Voir ci-dessus notes 4 et 5 et ci-dessous note 19.

9 Voir Samoyault 1971 et ci-dessous note 21.

10 Samoyault 1979, p. 24-25, note 18, pl. 15a-b et voir Samoyault 1971, ci-dessus note 5 et ci-dessous note 21.

11 Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon (ci-dessous Versailles), dépôt du Louvre, OA 5455-5458. Arizzoli-Clémentel 2002, p. 36-37, no 3. Voir Samoyault 1971 et ci-dessus note 5.

12 Voir AMN, Z 12. AN, O2 680, no 42 (Tuileries 1810) ; AJ19 146, nos 88, 89 (Tuileries 1816) ; O3 2151, no 18781 (rentrée au Garde-Meuble) ; AJ19 349, n° 9523 (entrée à Saint-Cloud). Voir ci-dessous note 21.

13 Voir Samoyault 1971. AN, O2 731 (Saint-Cloud 1807) ; O2 736, no 68 (Saint-Cloud 1812) ; AJ19 296, no 67 (Saint-Cloud 1818) ; AJ19 605, no 720 (les cabinets seulement, Garde-Meuble 1817) ; AJ19 349, no 8126 (rentrée des mêmes à Saint-Cloud) ; AJ19 300, nos 26 et 27, 33 (Saint-Cloud 1824) ; AJ19 306, no 1214 (Saint-Cloud 1828).

14 Voir AMN, Z 12. AN, O2 680, no 41 (Tuileries 1810) ; AJ19 146, nos 86,87 (Tuileries 1816) ; O3 2151, no 18780 (rentrée au Garde-Meuble) ; AJ19 349, no 9522 (entrée à Saint-Cloud) ; AJ19 300, no 31bis (Saint-Cloud 1824) ; AJ19 306, nos 1217-1220 (Saint-Cloud 1828). Voir ci-dessous note 21.

15 Fontainebleau, musée national du château, dépôt du Louvre, OA 5062, 5063 ; Samoyault 2004, no 69, p. 134-136.

16 Voir ci-dessous note 25.

17 Voir ci-dessous note 29.

18 AN, O3 1981, 28 juin 1830.

19 Les huit meubles : quatre, Versailles, dépôt du Louvre, OA 5051-5054 ; quatre, Mobilier national, GMT 9812 (deux), GME 17144/1 et 2 (deux). Les deux copies : Louvre, OA 5055 ; Mobilier national, GME C 165. Pradère 1997 ; Arizzoli-Clémentel 2002, p. 33-35, no 2.

20 Louvre, OA 5478. AN, AJ19 729, no 27065 (entrée au Garde-Meuble) ; AJ19 318, no 51 (Saint-Cloud 1833) ; Durand 2014, p. 153, no 20 (notice par Frédéric Dassas).

21 Sur ces transformations, voir Samoyault-Verlet 1991, p. 231. AN, AJ19 642, nos 26051-26064 (rentrée et changements au Garde-Meuble) ; AMN, 37 DD 22, nos 17465-17470 (rentrée à Saint-Cloud).
– Six bibliothèques surélevées : Louvre, OA 5459, 5462 ; OA 5460, 5465 (paire estampillée J.-L.-F. Delorme) ; OA 5461, 5466 (paire Condé) ; Alcouffe, Dion-Tenenbaum et Lefébure 1993, p. 98-100, nos 28, 29 (paires Brissac et Noailles) ; Durand 2014, p. 154-15, no 21 (notice par Frédéric Dassas) (paire Condé).
– Deux cabinets surélevés : Louvre, OA 5453, 5454. Alcouffe, Dion-Tenenbaum et Lefébure 1993, p. 64-69, no 18.
– Cabinets sur consoles divisés : Louvre, OA 5451, 5452 ; OA 5468, 5469. Williamson 1883, t. I, pl. 18-19 (avant reconstitution). Émile Molinier, conservateur du département des objets d’art du Louvre, a rétabli les quatre meubles dans leur état d’origine avant de les intégrer à l’inventaire du département, en faisant supprimer les quatre socles et piètements des cabinets, tout en maintenant la surélévation des consoles des cabinets à médaillon de Louis XIV. Durand 2014, p. 148-151, nos 18-19 (notice par Frédéric Dassas).

22 AN, O4 1826.

23 Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, dépôt du Louvre, OA 5463, 5464. AN, O4 2113 (achat) ; AJ19 649, no 35679 (entrée au Garde-Meuble) ; AJ19 337, no 19641 (entrée à Saint-Cloud). Samoyault-Verlet 1991, p. 231.

24 Bibliothèques : Versailles, dépôt du Louvre, OA 5511, 5512. Meyer 1989, p. 92. Bureau : Chantilly, musée Condé, dépôt du musée de Versailles 2012, Vmb 960. Arizzoli-Clémentel 2002, no 6, p. 43-45.

25 Louvre, dépôt du musée de Versailles, Vmb 932. Samoyault 2004, no 301, p. 365-366 ; Durand 2014, no 17, p. 146-147 (notice par Frédéric Dassas).

26 Fontainebleau, musée national du château de Fontainebleau (ci-dessous Fontainebleau), F 829 C. Meyer 1993, p. 61-62, 64 ; Samoyault 1991, p. 110.

27 Bureau : Fontainebleau, F 887 C. Williamson 1883, t. I, pl. 22. AN, O4 1582 (achat) ; AJ19 630, no 10456 (entrée au Garde-Meuble). Arch. Fontainebleau, inventaire 1833, F 17911 (entrée à Fontainebleau).
– Commode Delaunay : F. 1030 C. AN, O4 1638B (achat) ; AJ19 633, no 13929 (entrée au Garde-Meuble). Arch. Fontainebleau, inventaire 1833, F 17782 (entrée à Fontainebleau).
– Commode Baron : F 916 C. AN, O4 1639 (achat) ; AJ19 634, no 14394 (entrée au Garde-Meuble) ; Arch. Fontainebleau, inventaire 1833, F 17912 et 18001 (entrée à Fontainebleau). Williamson 1883, t. I, pl. 21 (les deux commodes) ; Samoyault-Verlet 1991, p. 231.

28 Castellane 1896-1897, t. III, p. 64. Dion-Tenenbaum 1993, p. 83.

29 Louvre, OA 5516 ; OA 5441. Pour le socle, O4 1425. Samoyault 2004, p. 423-426, nos 398-399 ; Durand 2014, p. 138-139, no 14, p. 144-145, no 16 (notices par Frédéric Dassas).

30 Commode rentrée de Saint-Cloud en 1832 ; voir ci-dessus note 4.
– Commodes duchesse de Berry : AN, AJ19 729, no 27066 (entrée au Garde-Meuble) ; AJ19 170, no 2479 (Tuileries 1833). Leur type, connu par les inventaires, semble très proche d’une commode estampillée Levasseur passée en vente au palais Galliera le 12 décembre 1984, étude Laurin, no 82.

31 Dion-Tenenbaum 1993, p. 83-84.

32 AMN, M 10, 13 mars 1834. Vente du feu prince royal, 19-20 janvier 1853, Bonnefons de Lavialle, no 38 (gaine) et no 32 (commode).

33 Samoyault-Verlet 1991a, p. 233-234 ; 1991b, p. 72, 81.

34 Samoyault 2001 ; Frédéric Dassas et Delphine Élie-Lefebvre, « Un témoignage oublié d’une production d’exception : les fragments d’un cabinet-bibliothèque d’André-Charles Boulle », conférence (Paris, auditorium du Louvre, 24 octobre 2012), vidéo en ligne : http://www.louvre.fr/fragments-d-un-cabinet-bibliotheque-d-andre-charles-boulle (consultée le 20 nov. 2015).

35 – Gaines restaurées par le Garde-Meuble : Louvre, OA 5059, 5060 ; AN, AJ19 652, no 37930 (entrée au Garde-Meuble) ; AJ19 182, no 20010 (entrée aux Tuileries) ;
– Gaines Gansberg (disparues ?) : AN, O4 2236 (achat) ; AJ19 652, no 37882 (entrée au Garde-Meuble) ; AJ19 182, no 19974 (entrée aux Tuileries).

36 Fontainebleau, F 1019 C. AN, O4 2298 (achat) ; AJ19 654, no 41245 (entrée au Garde-Meuble) ; AJ19 182, no 20497 (entrée aux Tuileries).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : André-Charles Boulle, cabinet, vers 1700, transformé en meuble d’appui en 1839, chêne, ébène, cuivre, écaille, marbre, 1,135 ×82 × 38 cm. Paris, musée du Louvre, OA 5453.
Crédits Photo : © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Studio Sébert
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13448/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 2 : André-Charles Boulle, bibliothèque d’une paire, vers 1720, surélevée en 1839, ébène, bronze, écaille, laiton, marbre, 114 ×150 × 41 cm. Paris, musée du Louvre, OA 5461.
Crédits Photo : © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Studio Sébert
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13448/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 3 : André-Charles Boulle (attribué à), bibliothèque de deux paires, vers 1720, surélevées en 1839, placage d'ébène, marqueterie de laiton et d’écaille, bronze doré et marbre Campan mélangé. Paris, musée du Louvre, OA 5460.
Crédits Photo : © 2008 Musée du Louvre / Studio Sébert
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13448/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 4 : André-Charles Boulle, cabinets (d’une paire chacun), v. 1700, transformés en meubles d’appui en 1839, et leurs consoles, état antérieur à leur reconstitution v. 1900 (d'après Édouard-Thomas Williamson, Les meubles d’art du Mobilier national, Paris, Baudry, 1883, t. I, pl. 18 et 19). Paris, musée du Louvre, OA 5468 et 5451.
Crédits Photo : Domaine public
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13448/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 5 : Louis-Édouard Lemarchand, Bibliothèque ornée d’une figure de Mars, 1843, ébène incrusté de cuivre sur écaille, bronzes ciselés et dorés, marbre griotte rouge. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, dépôt du musée du Louvre, OA 5463.
Crédits Photo : Domaine public
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13448/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Titre Fig. 6 : André-Charles Boulle, Bibliothèque ornée des figures d’amours, vers 1720, ébène, marqueterie d’écaille, bronze, 142,3 × 213,5 × 52 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, dépôt du musée du Louvre, OA 5511.
Crédits Photo : Domaine public
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13448/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 7 : Bureau « Mazarin », fin xviie-début xviiie siècle, acheté en 1835, enrichi en 1836 (d’après Édouard-Thomas Williamson, Les meubles d’art du Mobilier national, Paris, Baudry, 1883, t. I, pl. 22). Fontainebleau, musée national du château de Fontainebleau, F 887 C.
Crédits Photo : Domaine public
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13448/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 8 : Commode, fin xviie-début xviiie siècle, achetée en 1836 (d’après Édouard-Thomas Williamson, Les meubles d’art du Mobilier national, Paris, Baudry, 1883, t. I, pl. 21). Fontainebleau, musée national du château de Fontainebleau, F 1030 C.
Crédits Photo : Domaine public
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13448/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 9 : Commode, fin xviie-début xviiie siècle, achetée en 1836 (d’après Édouard-Thomas Williamson, Les meubles d’art du Mobilier national, Paris, Baudry, 1883, t. I, pl. 21). Fontainebleau, musée national du château de Fontainebleau, F. 916 C.
Crédits Photo : Domaine public
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13448/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 10 : André-Charles Boulle avec socle de Jacob-Desmalter, armoire, vers 1710, ébène, bronze, corne, dorure, 267 × 136 × 54,8 cm. Paris, musée du Louvre, OA 5441.
Crédits Photo : © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Martine Beck-Coppola
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13448/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 11 : Commode estampillée Levasseur. Vente Paris, palais Galliera, 12 décembre 1984, étude Laurin, no 82.
Crédits Photo : reproduction d’après le catalogue de vente
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13448/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 12 : André-Charles Boulle, corps de bibliothèque, v. 1710, restauré en 1845. Vue stéréoscopique du salon de Mars aux Tuileries, v. 1858.
Crédits Photo : reproduction Jean-Pierre Samoyault
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13448/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Samoyault, « Les meubles Boulle dans les palais royaux sous Louis-Philippe », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2015, mis en ligne le 23 décembre 2015, consulté le 21 août 2017. URL : http://crcv.revues.org/13448 ; DOI : 10.4000/crcv.13448

Haut de page

Droits d’auteur

© Jean-Pierre Samoyault / 2015 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org