Navigation – Plan du site

Le grand salon de l’Impératrice au château de Fontainebleau du temps de l’impératrice Eugénie

The grand salon of the Empress at Fontainebleau during the time of empress Eugénie
Yves Carlier

Résumés

Entre 1856 et 1858, l’impératrice Eugénie procéda à un renouvellement complet de l’ameublement de son grand salon au château de Fontainebleau. Son choix se porta sur des meubles d’époque Louis XVI provenant de deux ensembles distincts qui furent couverts de la même étoffe à fond blanc broché de fleurs : deux canapés provenant du Garde-Meuble appartenant à un ensemble plus important et une série de sièges richement sculptés pris dans la salle du Trône et la chapelle du château de Fontainebleau. Ensuite, elle fit disposer un temps un autre meuble Louis XVI en bois peint qu’elle fit envoyer ensuite au Petit Trianon. L’élément le plus marquant de sa démarche fut qu’elle disposa à Fontainebleau de meubles anciens et non de style comme on peut le remarquer dans les grands salons des autres résidences impériales.

Haut de page

Notes de l’auteur

Pour cette étude, j’ai utilisé les inventaires des châteaux de Fontainebleau et de Versailles conservés dans chacune de ces institutions, ainsi que les archives de la régie de Fontainebleau, également conservées sur place.

Texte intégral

Tous mes remerciements à Catherine Gougeon, Frédéric Dassas et Jean-Jacques Gautier pour m’avoir facilité l’accès aux meubles du Louvre et du Mobilier national.

  • 1 Pour l’organisation et le déroulement des séjours sous le Second Empire, voir le catalogue d’exposi (...)

1À l’instar des souverains des régimes précédents – exception faite de la période de la Restauration –, Napoléon III et Eugénie vinrent pratiquement tous les ans au château de Fontainebleau pour y passer quelques semaines, en été de préférence. L’ambiance y était moins contrainte qu’aux Tuileries ou à Saint-Cloud, et le séjour impliquait moins d’obligations que ceux de Compiègne et les fameuses séries1. De plus, le couple impérial semblait être attiré par l’Histoire attachée à ce lieu et par les très innombrables souvenirs – voire les légendes – suscités par les nombreux rois et reines qui y vécurent et tous les événements qui eurent le château comme cadre.

  • 2 Pour la décoration du salon, voir Samoyault-Verlet 1977.

2L’impératrice logeait dans l’appartement réservé aux souveraines, dont les décors et les meubles pouvaient lui rappeler la présence de plusieurs figures qui s’y succédèrent, dont, plus particulièrement, Marie-Antoinette par inclinaison personnelle et Joséphine par attachement dynastique. Son appartement se composait en théorie d’une enfilade de salles ouvrant au sud sur la Cour ovale (antichambre, salon des Tapisseries et salon François Ier) et d’autres au nord sur le jardin de Diane (grand salon, chambre et boudoir, plus le Salon blanc, bien que plutôt dévolu à la suite de l’impératrice). Toutefois, les modifications introduites à partir de Louis-Philippe dans l’ameublement des salles regardant la Cour ovale les dissocièrent de l’appartement des souveraines. Du temps d’Eugénie, elles formaient, avec d’autres salons dépendant de l’appartement de l’Empereur, une enfilade de salons parfois dénommée « grand appartement », et non plus une entité de l’appartement de l’Impératrice. Le grand salon restait donc la pièce dans laquelle Eugénie pouvait recevoir chez elle (fig. 1). Malgré le passage du temps et des changements de générations, on n’ignorait pas, du temps de Napoléon III, que le décor de ce salon avait été réalisé pour la reine Marie-Antoinette, si chère à Eugénie, et on imagine aisément que l’impératrice l’appréciait d’autant plus2. Comme dans tous les autres palais de la Couronne, Eugénie eut à cœur d’en recomposer l’ameublement pour le mettre en adéquation avec les exigences de la vie de cour et en phase avec le goût de son temps… ainsi que le sien ! Par comparaison avec d’autres résidences (voir la communication de Mathieu Caron sur les Tuileries donnée dans le cadre de ce colloque), on constate que le remeublement de ce salon se fit moins avec l’apport de meubles extérieurs que par suite de mouvements internes, Eugénie prélevant dans d’autres appartements – jusqu’à celui de l’Empereur – les meubles dont elle désirait s’entourer.

Fig. 1 : Vue stéréoscopique du grand salon de l’Impératrice au château de Fontainebleau, 1867 [?]. Fontainebleau, musée national du château de Fontainebleau, F 2448 C.2.

Fig. 1 : Vue stéréoscopique du grand salon de l’Impératrice au château de Fontainebleau, 1867 [?]. Fontainebleau, musée national du château de Fontainebleau, F 2448 C.2.

Photo : © RMN-Grand Palais (château de Fontainebleau) / Gérard Blot

Fig. 2 : Vue stéréoscopique du grand salon de l’Impératrice au château de Fontainebleau, 1858 [?]. Fontainebleau, musée national du château de Fontainebleau, non coté.

Fig. 2 : Vue stéréoscopique du grand salon de l’Impératrice au château de Fontainebleau, 1858 [?]. Fontainebleau, musée national du château de Fontainebleau, non coté.

Photo : © RMN-Grand Palais (château de Fontainebleau) / Gérard Blot

L’héritage de l’Empire et de la monarchie de Juillet

  • 3 Samoyault 1974.
  • 4 Samoyault 2004, p. 94-95, no 25.
  • 5 Chevallier 1996, p. 69-70, no 42.

3Lors du premier voyage de la cour à Fontainebleau, en 1853, l’impératrice trouva son grand salon dans l’aménagement mobilier hérité de la monarchie de Juillet, que l’on connaît par les inventaires dressés en 1850 et 1855. Il était constitué de sièges de l’époque du Premier Empire provenant de la salle du Conseil, qui, encore pourvus de leur soierie d’origine, avaient migré dans le futur grand salon de l’Impératrice à la fin de la Restauration ou peut-être au début du règne de Louis-Philippe. L’ensemble en bois doré couvert d’un damas cramoisi à bordure de brocard comprenait quatre fauteuils, six chaises, trente pliants, un paravent à six feuilles et un écran3. Il avait été en réalité constitué en deux temps. Une première livraison, en 1806, consistait en deux fauteuils probablement faits à l’origine pour le salon de l’Impératrice à Laeken, les trente pliants, le paravent et l’écran, le tout réalisé par Pierre-Benoît Marcion, sculpté par Jean-Baptiste Rode et doré par Dupré. En 1808, Jacob-Desmalter le compléta de deux autres fauteuils et six chaises. À cet ensemble de sièges s’ajoutaient d’autres meubles qui étaient ou avaient été un temps dans le grand salon dès le Premier Empire : les quatre consoles exécutées par Jacob-Desmalter en 1804 et 18054 et un des grands chefs-d’œuvre de Sèvres : le guéridon des Saisons, réalisé en 18065. Placé dans ce salon en 1807, il fut déplacé sous la Restauration dans la galerie de Diane et revint dans sa pièce d’origine pendant la monarchie de Juillet.

1855 : les premiers mouvements

  • 6 Ils furent envoyés dans la tribune de la chapelle, tandis que le paravent et l’écran gagnèrent les (...)
  • 7 Samoyault-Verlet 1969, p. 232.

4Cet état ne dura guère, puisque, probablement dès la fin de l’année 1855 ou au début de l’année suivante, Eugénie demanda des changements non documentés par les archives, mais que l’on peut déduire grâce à plusieurs vues stéréoscopiques extrêmement proches. On constate que tous les sièges avaient été retirés6. Ils cédèrent la place à des chaises et peut-être à des fauteuils (non visibles sur les photographies) datant de l’époque consulaire, qu’elle avait pris dans le Salon blanc voisin, où Louis-Philippe les avait fait apporter (fig. 2). Ces sièges des frères Jacob avaient été réalisés pour l’ameublement des consuls à Saint-Cloud, où on les retrouve sous le Premier Empire dans le salon des Princes. Envoyés en 1806 à Fontainebleau pour le grand salon de l’appartement du prince Louis (ancien appartement du Pape), ils étaient alors couverts de la dernière soierie de la chambre de Marie-Antoinette à Versailles, qui fut changée en 1832 pour un lampas vert à dessin de rose7. Les photographies révèlent qu’avec ces sièges avaient pris place des confortables, dont il est difficile de savoir quand ils arrivèrent à Fontainebleau. Néanmoins, leur présence illustre la volonté de mêler sièges anciens et sièges modernes au caractère confortable. Face au peu d’ampleur de cet ameublement, on peut supposer qu’Eugénie le considérait comme une étape provisoire. On peut même se demander si la photographie n’a pas été prise juste avant le remeublement du salon et que ces sièges avaient été disposés uniquement pour la prise de vue, compensant ainsi le sentiment de vide qui aurait pu se dégager.

  • 8 Samoyault 2004, p. 363, no 300.

5On peut voir sur cette même vue un meuble d’une autre nature. Il s’agit d’une encoignure datant de l’Ancien Régime, et qui plus est du règne de Louis XVI. C’est le premier signe tangible du souhait d’Eugénie de meubler son salon dans ce style qui lui était cher. Le meuble en question appartenait à une paire d’encoignures attribuées à Riesener qui provenait du grand salon de Mesdames au château de Bellevue, où elle fut saisie sous la Révolution. Entrées à Fontainebleau en 1810 pour le deuxième salon du petit appartement de Napoléon, elles furent disposées sous Louis-Philippe dans un salon du grand appartement du château (salon des Tapisseries). Eugénie ne les conserva pas longtemps dans son grand salon, puisqu’elles sont renvoyées en 1859 pour le palais des Tuileries, où elles disparurent lors de l’incendie allumé par la Commune8. Une vue prise sous un angle légèrement différent montre que en plus du guéridon de Sèvres, l’impératrice conserva les consoles de Jacob-Desmalter.

1856-1858, l’entrée de canapés Louis XVI

  • 9 Les archives de la régie du château de Fontainebleau (ci-dessous ARF) conservent plusieurs autorisa (...)
  • 10 Paris, Archives nationales (ci-dessous AN), AJ19 1041, no 929 ; AJ19 696, no 16696. Ces documents o (...)
  • 11 Ibid., AJ19 1045, no 5450 ; AJ19 342, no 21993 ; AJ19 690, no 14297 ; AJ19 1049, no 14297.

6Ces deux vues stéréoscopiques pourraient dater du printemps 18589, moment où les archives de la régie du château témoignent des profonds changements voulus par l’impératrice et qui sont annoncés par l’arrivée, dès 1856, d’un canapé (dénommé causeuse dans les documents), premier siège d’un ensemble qui métamorphosa totalement l’esprit de l’ameublement de ce salon (fig. 3). En bois doré et mesurant entre 1,20 et 1,25 mètre de longueur selon les documents, il était couvert d’un velours de soie cramoisi. Les registres du Mobilier impérial permettent de le pister : inventorié sans couverture dans les magasins en 1855, il est confié l’année suivante à l’atelier central des tapissiers, où il fut couvert de son velours de soie cramoisi, puis fut envoyé à Fontainebleau10. Cette causeuse fut rejointe en 1858 par un canapé du même modèle mais plus grand, puisque de 1,60 mètre (fig. 4). Ce dernier avait également été inventorié en magasins en 1855, mais couvert d’un damas cramoisi. Il en sort l’année suivante pour gagner le premier salon de l’Empereur à Saint-Cloud, puis retourna en magasins en 1858. Après avoir été couvert d’un « lampas fond blanc dessins fleurs coloriés », il fut expédié à Fontainebleau à destination du grand salon de l’Impératrice11.

Fig. 3 : Jean-Baptiste Boulard, causeuse, vers 1780-1785, bois doré. Paris, Mobilier national, GMT 21269.

Fig. 3 : Jean-Baptiste Boulard, causeuse, vers 1780-1785, bois doré. Paris, Mobilier national, GMT 21269.

Photo : © Collection du Mobilier national / Isabelle Bideau

Fig. 4 : Jean-Baptiste Boulard, canapé, vers 1780-1785, bois doré. Paris, Mobilier national, GMT 24062.

Fig. 4 : Jean-Baptiste Boulard, canapé, vers 1780-1785, bois doré. Paris, Mobilier national, GMT 24062.

Photo : © Collection du Mobilier national / Isabelle Bideau

  • 12 Canapé de 1,60 mètre, Paris, Mobilier national, GMT 24062 ; canapé (ou causeuse) de 1,20 mètre, ibi (...)
  • 13 Condamy 2008, p. 147, fig. 62. Objet non vu. Selon les catalogues de vente, porte les marques au po (...)
  • 14 Paris, Mobilier national, GMT 1402/1 et GMT 1402/2, Condamy 2008, p. 145, fig. 60. Objets non vus. (...)
  • 15 Londres, Sotheby’s, 24-25 nov. 1988, no 109. Non estampillées, mais vraisemblablement pourvues de m (...)
  • 16 Pour le fauteuil du Louvre (OA 5215), Condamy 2008, repr. p. 308 ; porte les marques au pochoir « 2 (...)

7Quelle pouvait être l’origine de ces deux sièges ? Aujourd’hui conservés au Mobilier national, ils connurent des restaurations qui occasionnèrent probablement la perte de marques ou d’inscriptions permettant de remonter l’intégralité de leur histoire12. L’un et l’autre portent l’estampille du menuisier Jean-Baptiste Boulard et appartiennent manifestement à un meuble plus important que j’ai plus ou moins reconstitué avec, comme on le constatera, une grande part d’incertitude sur le fait que tous les meubles rassemblés ici formèrent réellement un tout. Dans l’état actuel, il existe de ce meuble supposé : les deux canapés du Mobilier national plus un autre canapé de 1,60 mètre (marché de l’art13), deux grands fauteuils (Mobilier national14), deux bergères (marché de l’art15) et au moins six fauteuils (un au Louvre, les cinq autres marché de l’art16). Tous ces sièges sont du même modèle et a priori du même menuisier.

  • 17 AN, AJ19 1202, nos 2485 à 2488 et nos 2549-2550.
  • 18 Ibid., AJ19 607, nos 4741 à 4744 et nos 4746-4747.
  • 19 Ibid., AJ19 610, nos 6349 à 6352 ; AJ19 1202, nos 4104 à 4107.
  • 20 Ibid., AJ19 607, nos 4741 et 4742.
  • 21 Ibid., AJ19 619, nos 25152 à 25156.
  • 22 Ibid., AJ19 370, nos 289 à 291 ; AJ19 622, nos 23534 à 23542.
  • 23 Ibid., AJ19 624, nos 1882 à 1885.

8Si l’on retient l’idée que ces sièges ont bien été un temps ensemble, ce sont eux que l’on retrouve en 1817 dans les Écuries du roi à Paris, divisés entre le salon du marquis de Vernon et la chambre de son épouse17. Le meuble était constitué d’un canapé de 1,40 mètre, de deux autres aux dimensions non précisées, deux bergères, huit fauteuils à carreaux et deux autres garnis en plein, le tout en bois doré couvert d’un damas cramoisi et blanc. Ils en sortent en 1818 pour former deux lots18. Un canapé aux dimensions non précisées, deux bergères et tous les fauteuils sont repeints en blanc rechampi or, recouverts par le tapissier Michel-Antoine Specha d’un lampas fond cerise à motifs blanc et retournent immédiatement dans les écuries du roi, à nouveau pour le service du marquis de Vernon19. Les deux autres canapés (celui de 1,40 mètre et un autre aux dimensions toujours inconnues) restent en magasin, où ils paraissent avoir été dépecés20. Le meuble renvoyé aux Écuries y reste jusqu’en 182521. L’année suivante, une partie est envoyée dans l’appartement du gouverneur du château de Saint-Germain-en-Laye, d’où elle revient en 183022. Les meubles sont supposés avoir été vendus la même année, mais, en 1833, sont recensés dans les magasins du Garde-Meuble un canapé de 1,60 mètre, deux causeuses de 1,20 mètre, deux grands fauteuils et cinq autres en cabriolet, tous couverts d’un damas cramoisi à bouquets blanc, « les pieds tournés et cannelés, rang de perles à oves à la ceinture, montans à balustre isolé et cannelé, feuilles de laurier, palmettes, manchettes, dossier carré avec oves et rang de perles23 ». Les canapés, causeuses et grands fauteuils sont signalés dorés, mais les cinq autres fauteuils dorés rechampis blanc, comme ils l’étaient à partir de 1818.

9Les principales oppositions pour garantir l’identification de ce meuble résultent des dimensions des canapés et de la non cohérence des marques. Il existe aujourd’hui deux canapés de 1,60 mètre et un de 1,20 mètre, alors que les documents indiquaient avant 1833 un canapé de 1,40 mètre et deux sans dimension puis, à partir de 1833, un de 1,60 mètre et deux de 1,20 mètre. De plus, les meubles passés sur le marché de l’art sont dépourvus de plusieurs marques que l’on s’attendait à trouver, notamment les numéros des magasins en 1833. De leur côté, et malgré (ou à cause de ?) leur état, les deux canapés du Mobilier national ne possèdent aucune marque en suite avec celles relevées sur les meubles passés en vente. Inversement, la composition du meuble telle que les documents d’archive permettent de la restituer n’est pas en contradiction avec tous les sièges existant repérés.

  • 24 Ibid., O2 711, O2 712.
  • 25 L’ameublement des Écuries de Paris fut considérablement enrichi sous la Restauration avec, en parti (...)

10Il n’a malheureusement pas été possible de retracer leur itinéraire avant leur signalement en 1817 dans les écuries du Carrousel, car les inventaires des Écuries de 1807 et 1810, puis les entrées postérieures ne les signalent pas24. J’ai dépouillé les mouvements de tous les ensembles en bois doré comprenant des canapés entre 1807 et 1817, et aucun ne semble pouvoir être assimilé avec celui de Boulard25. De son côté, Laurent Condamy m’a indiqué qu’aucun ensemble à colonnes isolées n’a été livré par Boulard au Garde-Meuble. Le meuble provient donc d’ailleurs et toutes les conjectures à son propos sont envisageables.

1858 : le choix du « meuble Vaudreuil »

11Pour revenir au grand salon de l’Impératrice, le canapé entré en 1856 était couvert d’un velours de soie cramoisi alors que celui entré en 1858 l’était d’un lampas fond blanc dessin à fleurs coloriées. Cette dernière étoffe fut également posée sur le siège entré en 1856 comme l’indique une note dans l’inventaire du château. La date de pose n’est pas indiquée mais peut être déterminée grâce à la correspondance du régisseur du château : 1858.

  • 26 ARF, pièce no 14426 (registre 31), lettre no 916.
  • 27 Ibid., lettre no 928.
  • 28 Pour le meuble Vaudreuil aujourd’hui divisé entre le château de Fontainebleau (deux fauteuils) et l (...)

12Le 20 mars de cette année, sont renvoyés à Paris « pour y être réparés » des sièges dont on ne précise pas d’où ils sont tirés, ce que permettent de savoir les numéros d’inventaire indiqués dans le document. Il s’agissait d’un canapé inventorié en 1855 dans l’appartement de Mme de Maintenon, ainsi que d’un fauteuil et d’une chaise inventoriés en 1855 dans la salle du Trône26. Le 13 avril, ce sont plusieurs sièges qui, cette fois, sont précisés être tirés du grand salon de l’Impératrice : le canapé de Boulard entré en 1856, sept fauteuils dont trois étaient en 1855 dans la salle du Trône et quatre dans la tribune de la chapelle, ainsi que cinq chaises et deux tabourets de pieds également tirés de la salle du Trône27. On comprend donc qu’en 1856 Eugénie avait meublé son grand salon avec des sièges en velours cramoisi en se servant parmi les sièges de la salle du Trône et ceux de la tribune de la chapelle, auxquels elle avait adjoint un premier canapé de Boulard. Ensuite, en 1858, elle fit remplacer l’étoffe qui les couvrait par un lampas fond blanc à motifs de fleurs polychromes et ajouta un deuxième canapé de Boulard. À l’exception des deux canapés entrés en 1856 et 1858 (fig. 3 et 4), tous les sièges choisis par Eugénie dans les salles de Fontainebleau sont du même modèle. Le canapé venant de l’appartement de Mme de Maintenon et les fauteuils (fig. 5) de la salle du Trône ou de la tribune de la chapelle proviennent tous du fameux meuble Vaudreuil, tandis que les chaises (fig. 6) avaient été réalisées en 1806 par Boulard, sculptées par Rode et dorées par Chatard pour être en suite avec les fauteuils de la salle du Trône28. Seuls les tabourets de pied exécutés par Boulard en 1806 pour la même salle du Trône étaient légèrement différents, puisque non sculptés.

Fig. 5 : Georges Jacob, fauteuil, vers 1780, bois doré. Fontainebleau, musée national du château, F 914 C.

Fig. 5 : Georges Jacob, fauteuil, vers 1780, bois doré. Fontainebleau, musée national du château, F 914 C.

Photo : © RMN-Grand Palais (château de Fontainebleau) / Jean-Pierre Lagiewski

Fig. 6 : Benoît-François Boulard, chaise, 1806, bois doré. Paris, Mobilier national, F 263.

Fig. 6 : Benoît-François Boulard, chaise, 1806, bois doré. Paris, Mobilier national, F 263.

Photo : © Collection du Mobilier national / Isabelle Bideau

Fig. 7 : Benoît-François Boulard, tabouret de pied, 1825, bois avec ornements en pâte moulée appliquée et dorée. Paris, Mobilier national, S 574.

Fig. 7 : Benoît-François Boulard, tabouret de pied, 1825, bois avec ornements en pâte moulée appliquée et dorée. Paris, Mobilier national, S 574.

Photo : © Collection du Mobilier national / Isabelle Bideau

  • 29 Les deux tabourets de pied sont conservés à Fontainebleau : un par dépôt du Mobilier national (GME  (...)
  • 30 S 574. Porte les marques au pochoir : « St C 957[5] » (entrée Saint-Cloud, 1825), « St C 1975 » (in (...)
  • 31 AN, O3 3082, no 9575 ; AJ19 307, no 1975 ; AJ19 318, no 522 ; AJ19 326, no 475.

13Or, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, la liste des meubles envoyés à Paris ne reflète pas exactement ce qui se passa dans la réalité. En effet, le canapé du meuble Vaudreuil ne retourna pas à Fontainebleau, et on lui préféra l’autre, assorti à celui entré en 1856. De même, les deux tabourets de pied restèrent à Paris, et ce furent deux autres, stylistiquement assortis au meuble Vaudreuil, qui furent envoyés à leur place. Je me suis longtemps heurté à une rare contradiction sinon incohérence des documents confrontés aux œuvres. En effet, les deux tabourets de 1806 de la salle du Trône portent bien le numéro d’inventaire de 1855 signalés dans les documents29. Or, il existe au Mobilier national au moins un autre tabouret pourvu de ce même numéro de 1855 (fig. 7)30. Il fait partie d’une paire exécutée en 1825 pour le cabinet de travail de la Dauphine à Saint-Cloud (ancien boudoir de Joséphine sous le Consulat), où elle resta jusqu’au début du Second Empire31. Il n’y a aucune ambiguïté que ce furent eux qui servirent dans la salle du Trône de Fontainebleau, car ils sont parfaitement identifiables sur une photographie prise avant 1889 (fig. 8).

  • 32 Ibid., O2 665, dossier 1, pièces nos 56, 60 et 68.
  • 33 Ibid., O2 605, no 425 ; O2 608, no 1849.
  • 34 Ibid., AJ19 203, no 614 ; AJ19 212, no 656 ; AJ19 219, no 378 ; AJ19 689, no 13284. Les douze tabou (...)

14Pour regrouper dans son grand salon tous ces sièges, Eugénie n’a pas hésité à ponctionner la salle du Trône d’une partie de ceux qui y étaient depuis le Premier Empire. On est étonné de voir Napoléon III la laisser faire, d’autant plus que, pour en compléter l’ameublement, il avait fait venir en 1856 douze tabourets assortis aux fauteuils et chaises du modèle Vaudreuil. Je ne sais pas si Napoléon III connaissait l’origine de ces tabourets. Réalisés par Boulard, Rode et Chatard, ils avaient été confectionnés en 1806 à la demande de Napoléon Ier pour la salle du Trône de Fontainebleau, mais n’y avaient jamais été envoyés (fig. 9)32. On les retrouve couverts en toile douce en 1807 dans les magasins du Garde-Meuble, qu’ils quittent deux ans plus tard pour le palais de Compiègne33. Recouverts sur place d’un 15/16 cramoisi, ils sont disposés dans l’antichapelle du palais, d’où ils sortent en 1856 pour gagner la salle du Trône de Fontainebleau34. Napoléon III n’en a pas vraiment profité puisque son épouse les lui a également subtilisés pour son grand salon, comme le montrent les photographies où on les voit couverts du même lampas à fond blanc que les autres sièges.

  • 35 Il s’agissait d’un « tapis en moquette velouté fond blanc dessin Louis XVI » remplacé en 1862 par u (...)
  • 36 ARF, pièce no 26061, feuille no 6 du 11 mai 1889.

15C’est donc en 1858 que le grand salon de l’Impératrice fut totalement meublé avec des meubles de ce style Louis XVI qu’elle affectionnait (fig. 1). Les bois richement sculptés du meuble Vaudreuil et les compléments de la période Empire plus les deux canapés de Boulard étaient unis par la même étoffe dont les tons avaient orienté le tissage d’un premier tapis entré en 185835. Ces sièges côtoyaient des confortables non identifiables, le guéridon de Sèvres (sorti en 1867 pour réparation) et les consoles du Premier Empire, toujours fidèles au poste. Tous les sièges, sauf deux fauteuils, furent renvoyés au Mobilier national en 1889 pour être prêtés à une exposition puis employés au ministère de l’Instruction publique36. Aucun n’est revenu depuis.

Fig. 8 : Photographie de l’ancien grand salon de l’Impératrice au château de Fontainebleau, avant 1889. D’après Jules Roussel, Le palais de Fontainebleau : décorations intérieures et extérieures, Paris, Guérinet, s. d. [1904].

Fig. 8 : Photographie de l’ancien grand salon de l’Impératrice au château de Fontainebleau, avant 1889. D’après Jules Roussel, Le palais de Fontainebleau : décorations intérieures et extérieures, Paris, Guérinet, s. d. [1904].

Photo : reproduction Christophe Fouin

Fig. 9 : Benoît-François Boulard, tabouret, 1806, bois doré. Paris, Mobilier national, GMT 1414/6.

Fig. 9 : Benoît-François Boulard, tabouret, 1806, bois doré. Paris, Mobilier national, GMT 1414/6.

Photo : © Collection du Mobilier national / Isabelle Bideau

Fig. 10 : Sulpice Brizard, canapé, vers 1780, bois peint. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, T 504 C. D’après Les sièges des palais et musée nationaux, du Musée des arts décoratifs et de collections particulières, Paris, Moreau / Guérinet, s. d.

Fig. 10 : Sulpice Brizard, canapé, vers 1780, bois peint. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, T 504 C. D’après Les sièges des palais et musée nationaux, du Musée des arts décoratifs et de collections particulières, Paris, Moreau / Guérinet, s. d.

Photo : reproduction Christophe Fouin

Fig. 11 : Jean-Baptiste Lelarge, bergère, vers 1780, bois peint. Versailles, musée national du château, T 505 C.

Fig. 11 : Jean-Baptiste Lelarge, bergère, vers 1780, bois peint. Versailles, musée national du château, T 505 C.

Photo : © RMN-Grand Palais (château de Versailles) / Christophe Fouin

Fig. 12 : Jean-Baptiste Lelarge, fauteuil, vers 1780, bois peint. Versailles, musée national du château, T 506 C.

Fig. 12 : Jean-Baptiste Lelarge, fauteuil, vers 1780, bois peint. Versailles, musée national du château, T 506 C.

Photo : © RMN-Grand Palais (château de Versailles) / Christophe Fouin

Fig. 13 : Chaise, 1809, bois peint. Versailles, musée national du château, T 507 C.

Fig. 13 : Chaise, 1809, bois peint. Versailles, musée national du château, T 507 C.

Photo : © RMN-Grand Palais (château de Versailles) / Christophe Fouin

1861-1862 : un autre meuble ?

  • 37 Ibid., pièces no 17465, entretien des 1er et 2ème trimestres 1861 ; pièce no 14767, entretien des 3(...)
  • 38 Nos 3960 à 3963 de l’inventaire de 1817, 4886 à 4889 de l’inventaire de 1832 et 4827 à 4830 de l’in (...)
  • 39 T 504 C à T 507 C. Entrés en 1867 pour le grand salon du Petit Trianon sous les numéros 6438 à 6441

16La consultation des états d’entretien du mobilier de Fontainebleau des années 1861 et 1862 révèle la présence dans le grand salon de l’Impératrice d’un autre meuble sans relation avec ceux qui y étaient depuis 1858 : deux canapés, deux bergères, quatre fauteuils et huit chaises en bois peint couverts d’un satin broché fond blanc à fleurs37. Les numéros 1490 à 1493 indiqués dans ces états d’entretien renvoient à un meuble inventorié en 1855 dans l’appartement de la grande duchesse de Bade (appartement du Pape). Ce meuble n’y avait été placé que récemment et il était auparavant dans le salon de l’appartement de prince no 4 de la cour des Princes, où il est mentionné pour la première fois dans l’inventaire de 1810-181138. Ce mobilier existe encore au château de Versailles : les canapés sont estampillés de Sulpice Brizard (fig. 10), les bergères et fauteuils le sont de Jean-Baptiste Lelarge (fig. 11 et 12), tandis que les chaises ne portent aucune estampille (fig. 13)39. Il s’avère donc qu’Eugénie avait disposé – temporairement, comme on le verra – un autre meuble Louis XVI dont la soierie brochée fond blanc pouvait s’accorder avec celle couvrant les autres sièges placés en 1858.

  • 40 AN, O2 515, dossier 2, pièce 60 ; O2 518, dossier 3, pièce 52.

17Ce deuxième meuble avait été confectionné en mars et avril 1810 par un tapissier de Fontainebleau nommé Lambert, dit Marsepoix (parfois écrit Maserpoix ou Marserpoix)40. Si son mémoire ne donne aucune information, sa soumission, à l’inverse, permet de mieux comprendre son intervention. Les deux canapés, les deux bergères et les quatre fauteuils avaient été « refaits à neuf ». Ils avaient été peints en gris rechampi blanc, tandis que le haut du dossier des bergères et des fauteuils subissait une modification visant à supprimer un ornement sculpté remplacé par un simple ruban (« couper le fleuron du couronnement du dossier et sculpter le ruban dans la partie du cintre découverte par le fleuron »). En revanche, les chaises avaient été faites entièrement de neuf et sculptées des mêmes ornements que les bergères et fauteuils. Il ressort à la lecture des documents que, à l’exception des chaises, les canapés, bergères et fauteuils étaient plus anciens et provenaient du fonds du Garde-Meuble impérial.

  • 41 Ibid., O2 605, no 614. Ils sont signalés dans les magasins de l’hôtel de l’Architrésorier dans un i (...)

18Leur origine semble pouvoir être partiellement remontée. Pour des questions de composition et de chronologie de mouvements de meubles, ils doivent correspondre aux deux canapés, deux bergères et quatre fauteuils rentrés en magasins en août 1807 en provenance de l’hôtel de l’Architrésorier (ancien hôtel de Noailles) puis renvoyés en octobre de la même année à Fontainebleau41. La seule différence, loin d’être négligeable, est que les sièges de l’hôtel de Noailles envoyés à Fontainebleau étaient en bois doré. Cela signifie que, pour des raisons d’étiquette, la dorure a laissé place à de la peinture pour les disposer dans un appartement de prince qui, son ameublement le prouve, était de deuxième catégorie.

  • 42 Dans son ouvrage, Lescure (s. d., p. 237) écrivait qu’ils faisaient partie « de l’ancienne dotation (...)

19Si on revient à la présence de ces sièges dans le grand salon d’Eugénie, je me suis posé la question du pourquoi, car, étant justement en bois peint, ils ne répondaient pas vraiment à la dignité de l’ameublement du grand salon de l’appartement de l’impératrice, de préférence constitué de sièges en bois doré. Je n’ai pas de réponse probante et ne peux pas déterminer si les deux ensembles se côtoyèrent ou si celui en bois peint n’était placé uniquement pour que l’Impératrice puisse juger de son effet. On ne peut que remarquer que tout le meuble en bois peint fût envoyé en 1867 par Eugénie pour le salon du Petit Trianon, qu’elle souhaitait meubler dans un esprit évoquant mieux le temps de Marie-Antoinette42. Peut-on aller jusqu’à imaginer que, dès 1861-1862, elle y songeait ? Ce n’est qu’en 1866 qu’elle fit officiellement rechercher dans les palais de la Couronne ou au Garde-Meuble des meubles réputés provenir de Marie-Antoinette. La disposition quelques années auparavant dans son grand salon de Fontainebleau de ces meubles Louis XVI en bois peint est peut-être annonciatrice de cette initiative de repérer des meubles authentiques et de l’action qu’elle déploya plus tard au Petit Trianon.

Conclusion

20La comparaison entre l’ameublement des pièces ayant statut de grand salon de l’Impératrice dans les palais des Tuileries, de Saint-Cloud, de Fontainebleau et de Compiègne (Pau et Biarritz ne peuvent entrer dans la même catégorie car trop marqués par leur aspect de villégiature) permet également de mettre en exergue le côté résolument Louis XVI de celui mis en place par Eugénie à Fontainebleau. Bien que recouverts d’une étoffe d’esprit Second Empire, les sièges retenus par l’impératrice étaient tous des meubles anciens et non de style, comme elle en eut partout ailleurs. La présence de meubles de son temps se borna à quelques fauteuils confortables et peut-être à des chaises légères de type Chiavari, qu’elle pouvait faire venir d’autres salons ou apporter d’autres résidences, car aucun siège de ces deux catégories n’a été livré pour le grand salon de Fontainebleau. Il y a de fortes présomptions pour que le souvenir de Marie-Antoinette (sans oublier celui de Joséphine pour plusieurs meubles de l’époque Empire) fut l’élément déterminant dans ce désir de s’entourer de meubles contemporains des décors commandés par la reine. C’est un des rares exemples où Eugénie créa un ameublement « Louis XVI reine », qu’il ne faut pas confondre avec le « Louis XVI impératrice » qui lui est associé.

Haut de page

Bibliographie

Carlier Yves, 2006, Le boudoir de Marie-Antoinette à Fontainebleau, Paris, Somogy.

Chevallier Bernard, 1996, Catalogue des collections de mobilier : musée national du château de Fontainebleau, t. II : Les Sèvres de Fontainebleau : porcelaines, terres vernissées, émaux, vitraux : pièces entrées de 1804 à 1904, Paris, Réunion des musées nationaux.

Condamy Laurent, 2008, Jean-Baptiste Boulard, menuisier du roi, Dijon, Faton.

Lescure Adolphe, s. d. [1867], Les palais de Trianon : histoire, description, catalogue des objets exposés sous les auspices de S. M. l’Impératrice, Paris, H. Plon.

Napoléon III et Eugénie reçoivent à Fontainebleau : l’art de vivre sous le Second Empire, cat. exp. (Bordeaux, musée des arts décoratifs, 9 déc. 2011-5 mars 2012 ; château de Fontainebleau, 31 mars-2 juil. 2012), Dijon, Faton.

Samoyault Jean-Pierre, 1974, « La salle du Conseil du château de Fontainebleau sous le Premier Empire », La revue du Louvre, no 4-5, p. 292-300.

— 1987, « L’aménagement des salles du Trône dans les palais impériaux », Bulletin de la société de l’histoire de l’art français, 1985, p. 185-206.

— 2004, Catalogue des collections de mobilier : musée national du château de Fontainebleau, t. III : Meubles entrés sous le Premier Empire : meubles d'architecture, de rangement, de travail, d'agrément et de confort, Paris, Réunion des musées nationaux.

Samoyault-Verlet Colombe, 1969, « Les deux appartements du pape à Fontainebleau », Archives de l’art français, nouvelle période, t. XXIV : Les arts à l’époque napoléonienne, p. 213-239.

— 1977, « Les travaux de Pierre Rousseau à Fontainebleau », Antologia di belle arti, no 2, juin, p. 157-169.

Verlet Pierre, 1945, Le mobilier royal français, Paris, Éd. d’art et d’histoire, t. I [rééd. Paris, Picard, 1990].

Haut de page

Notes

1 Pour l’organisation et le déroulement des séjours sous le Second Empire, voir le catalogue d’exposition Napoléon III et Eugénie reçoivent à Fontainebleau… 2011.

2 Pour la décoration du salon, voir Samoyault-Verlet 1977.

3 Samoyault 1974.

4 Samoyault 2004, p. 94-95, no 25.

5 Chevallier 1996, p. 69-70, no 42.

6 Ils furent envoyés dans la tribune de la chapelle, tandis que le paravent et l’écran gagnèrent les magasins.

7 Samoyault-Verlet 1969, p. 232.

8 Samoyault 2004, p. 363, no 300.

9 Les archives de la régie du château de Fontainebleau (ci-dessous ARF) conservent plusieurs autorisations de photographier pour cette année, pièces 16119, 16206, 16278 et 16337.

10 Paris, Archives nationales (ci-dessous AN), AJ19 1041, no 929 ; AJ19 696, no 16696. Ces documents ont été rédigés en 1858, mais l’un précise qu’il s’agit d’une régularisation pour l’année 1856.

11 Ibid., AJ19 1045, no 5450 ; AJ19 342, no 21993 ; AJ19 690, no 14297 ; AJ19 1049, no 14297.

12 Canapé de 1,60 mètre, Paris, Mobilier national, GMT 24062 ; canapé (ou causeuse) de 1,20 mètre, ibid., GMT 21269. Condamy 2008, p. 146, fig. 61 et p. 144, fig. 59.

13 Condamy 2008, p. 147, fig. 62. Objet non vu. Selon les catalogues de vente, porte les marques au pochoir « 25152 » (entrée dans les magasins de 1825) et « 23534 » (entrée dans les magasins de 1830), une étiquette « 308 » et la marque au fer « EC » accompagnée de trois fleurs de lys couronnées dans un ovale.

14 Paris, Mobilier national, GMT 1402/1 et GMT 1402/2, Condamy 2008, p. 145, fig. 60. Objets non vus. Selon les fiches du Mobilier national, l’un et l’autre portent l’estampille de Jean-Baptiste Boulard, une étiquette « 241 » et des numéros d’entrée sous la Troisième République.

15 Londres, Sotheby’s, 24-25 nov. 1988, no 109. Non estampillées, mais vraisemblablement pourvues de marques à la lecture de la notice du catalogue de vente.

16 Pour le fauteuil du Louvre (OA 5215), Condamy 2008, repr. p. 308 ; porte les marques au pochoir « 251[5]4 » (entrée dans les magasins de 1825), « 23536 » (entrée dans les magasins de 1830), « GMTT 1177 » (Garde-Meuble, 1894) et « MR R » (non déterminée), une étiquette devenue illisible et la marque au fer « EC » accompagnée de trois fleurs de lys couronnées dans un ovale. Les cinq autres fauteuils, non vus, Londres, Christie’s, 11 juin 1992, no 36. Portent tous la marque au fer des trois fleurs de lys couronnées dans un ovale, trois la marque au pochoir « 23154 » (lue de manière erronée « 25184 »), deux des restes d’étiquette et un une étiquette « 310 », l’un une marque peinte sur les sangles du « 4?9 », et un autre des traces de marques sur les sangles. Deux autres fauteuils du même modèle et du même menuisier, et pour lesquels il n’est pas précisé la présence de marque, sont passés en vente à l’hôtel Drouot, 8 avril 1993, no 191.

17 AN, AJ19 1202, nos 2485 à 2488 et nos 2549-2550.

18 Ibid., AJ19 607, nos 4741 à 4744 et nos 4746-4747.

19 Ibid., AJ19 610, nos 6349 à 6352 ; AJ19 1202, nos 4104 à 4107.

20 Ibid., AJ19 607, nos 4741 et 4742.

21 Ibid., AJ19 619, nos 25152 à 25156.

22 Ibid., AJ19 370, nos 289 à 291 ; AJ19 622, nos 23534 à 23542.

23 Ibid., AJ19 624, nos 1882 à 1885.

24 Ibid., O2 711, O2 712.

25 L’ameublement des Écuries de Paris fut considérablement enrichi sous la Restauration avec, en particulier, le remploi de meubles provenant de divers lieux comme Laeken, les Invalides, Villiers, Le Raincy, Mousseau, Bagatelle ou Meudon, AN, O2 595 et O2 596. C’est là qu’échut, de 1814 à 1824, l’ancien mobilier du boudoir de Marie-Antoinette à Fontainebleau retiré de Saint-Cloud. Carlier 2006, p. 46.

26 ARF, pièce no 14426 (registre 31), lettre no 916.

27 Ibid., lettre no 928.

28 Pour le meuble Vaudreuil aujourd’hui divisé entre le château de Fontainebleau (deux fauteuils) et le Mobilier national, voir Verlet 1945, p. 112-114, no 39. Pour les six chaises de 1806 aujourd’hui conservées au Mobilier national (F 263), voir AN, O2 665, dossier 1, pièces nos 56, 60 et 68. Elles sont mentionnées par Samoyault 1985, p. 205, note 54.

29 Les deux tabourets de pied sont conservés à Fontainebleau : un par dépôt du Mobilier national (GME 1692) et l’autre racheté en 1996 (F 1996.4), voir Revue du Louvre, la revue des musées de France, 1997-4, p. 87. Portent tous deux les marques au pochoir : « F 71/2 » (inventaire de Fontainebleau, 1817), « F 319 » (inventaire de Fontainebleau, 1832), « F 304 » (inventaire de Fontainebleau, 1850), « F 265 » (inventaire de Fontainebleau, 1855) et la marque au fer « Fon » accompagnée de trois fleurs de lys couronnées dans un ovale.

30 S 574. Porte les marques au pochoir : « St C 957[5] » (entrée Saint-Cloud, 1825), « St C 1975 » (inventaire de Saint-Cloud, 1828), « St C 522 » (inventaire de Saint-Cloud, 1833), « S C 475 » (inventaire de Saint-Cloud, 1843), « St C 12372 » (inventaire de Saint-Cloud, 1850 ?), « 2115 » (non déterminé), « F 265 » (inventaire de Fontainebleau, 1855). Les ornements de ce tabouret n’ont pas été sculptés dans la masse du bois mais obtenus par estampage sur plâtre rapporté sur le bois.

31 AN, O3 3082, no 9575 ; AJ19 307, no 1975 ; AJ19 318, no 522 ; AJ19 326, no 475.

32 Ibid., O2 665, dossier 1, pièces nos 56, 60 et 68.

33 Ibid., O2 605, no 425 ; O2 608, no 1849.

34 Ibid., AJ19 203, no 614 ; AJ19 212, no 656 ; AJ19 219, no 378 ; AJ19 689, no 13284. Les douze tabourets sont conservés au Mobilier national, GMT 1414/1 à 6 et GMT 20372/1 à 6.

35 Il s’agissait d’un « tapis en moquette velouté fond blanc dessin Louis XVI » remplacé en 1862 par un « tapis de pieds en Savonnerie encadré de bistre fond brun » datant du règne de Louis XIV.

36 ARF, pièce no 26061, feuille no 6 du 11 mai 1889.

37 Ibid., pièces no 17465, entretien des 1er et 2ème trimestres 1861 ; pièce no 14767, entretien des 3ème et 4ème trimestres 1861 ; pièce n° 17893, entretien du 1er trimestre 1862.

38 Nos 3960 à 3963 de l’inventaire de 1817, 4886 à 4889 de l’inventaire de 1832 et 4827 à 4830 de l’inventaire de 1850.

39 T 504 C à T 507 C. Entrés en 1867 pour le grand salon du Petit Trianon sous les numéros 6438 à 6441.

40 AN, O2 515, dossier 2, pièce 60 ; O2 518, dossier 3, pièce 52.

41 Ibid., O2 605, no 614. Ils sont signalés dans les magasins de l’hôtel de l’Architrésorier dans un inventaire dressé en 1806, O2 721, dossier 2, p. 45.

42 Dans son ouvrage, Lescure (s. d., p. 237) écrivait qu’ils faisaient partie « de l’ancienne dotation du palais de Fontainebleau sous Louis XVI, et sortaient également des magasins du Garde-Meuble de la Couronne ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Vue stéréoscopique du grand salon de l’Impératrice au château de Fontainebleau, 1867 [?]. Fontainebleau, musée national du château de Fontainebleau, F 2448 C.2.
Crédits Photo : © RMN-Grand Palais (château de Fontainebleau) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13475/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 2 : Vue stéréoscopique du grand salon de l’Impératrice au château de Fontainebleau, 1858 [?]. Fontainebleau, musée national du château de Fontainebleau, non coté.
Crédits Photo : © RMN-Grand Palais (château de Fontainebleau) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13475/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 3 : Jean-Baptiste Boulard, causeuse, vers 1780-1785, bois doré. Paris, Mobilier national, GMT 21269.
Crédits Photo : © Collection du Mobilier national / Isabelle Bideau
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13475/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre Fig. 4 : Jean-Baptiste Boulard, canapé, vers 1780-1785, bois doré. Paris, Mobilier national, GMT 24062.
Crédits Photo : © Collection du Mobilier national / Isabelle Bideau
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13475/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Fig. 5 : Georges Jacob, fauteuil, vers 1780, bois doré. Fontainebleau, musée national du château, F 914 C.
Crédits Photo : © RMN-Grand Palais (château de Fontainebleau) / Jean-Pierre Lagiewski
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13475/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 6 : Benoît-François Boulard, chaise, 1806, bois doré. Paris, Mobilier national, F 263.
Crédits Photo : © Collection du Mobilier national / Isabelle Bideau
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13475/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 7 : Benoît-François Boulard, tabouret de pied, 1825, bois avec ornements en pâte moulée appliquée et dorée. Paris, Mobilier national, S 574.
Crédits Photo : © Collection du Mobilier national / Isabelle Bideau
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13475/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 8 : Photographie de l’ancien grand salon de l’Impératrice au château de Fontainebleau, avant 1889. D’après Jules Roussel, Le palais de Fontainebleau : décorations intérieures et extérieures, Paris, Guérinet, s. d. [1904].
Crédits Photo : reproduction Christophe Fouin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13475/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 9 : Benoît-François Boulard, tabouret, 1806, bois doré. Paris, Mobilier national, GMT 1414/6.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13475/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 10 : Sulpice Brizard, canapé, vers 1780, bois peint. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, T 504 C. D’après Les sièges des palais et musée nationaux, du Musée des arts décoratifs et de collections particulières, Paris, Moreau / Guérinet, s. d.
Crédits Photo : reproduction Christophe Fouin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13475/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 11 : Jean-Baptiste Lelarge, bergère, vers 1780, bois peint. Versailles, musée national du château, T 505 C.
Crédits Photo : © RMN-Grand Palais (château de Versailles) / Christophe Fouin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13475/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 12 : Jean-Baptiste Lelarge, fauteuil, vers 1780, bois peint. Versailles, musée national du château, T 506 C.
Crédits Photo : © RMN-Grand Palais (château de Versailles) / Christophe Fouin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13475/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 13 : Chaise, 1809, bois peint. Versailles, musée national du château, T 507 C.
Crédits Photo : © RMN-Grand Palais (château de Versailles) / Christophe Fouin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13475/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Carlier, « Le grand salon de l’Impératrice au château de Fontainebleau du temps de l’impératrice Eugénie », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2015, mis en ligne le 23 décembre 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://crcv.revues.org/13475 ; DOI : 10.4000/crcv.13475

Haut de page

Auteur

Yves Carlier

Conservateur général du patrimoine au château de Versailles. Contact : yves.carlier@chateauversailles.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Yves Carlier / 2015 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org