Navigation – Plan du site

La corbeille de mariage de la dauphine en 1770 : le premier serre-bijoux de Marie-Antoinette

The wedding presents of the Dauphin in 1770: Marie Antoinette’s jewellery cabinet
Rebecca Tilles

Résumés

Dans cet article, Rebecca Tilles relate l’histoire de la commande du premier serre-bijoux de Marie-Antoinette, réalisé pour le mariage de la dauphine en 1769, son évolution stylistique dans le contexte du néo-classicisme, ainsi que le contenu du cabinet, qui comprenait les cadeaux de mariage, distribués après la cérémonie. L’article analyse également les documents concernant la commande du cabinet aux Archives nationales, le dessin original conservé à la Bibliothèque nationale de France, et deux tableaux emblématiques de la reine qui illustrent le cabinet, aujourd’hui conservés à Versailles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Item l'ancien coffre à diamant doublé en tissu d'or et couvert en dehors de velours cramoisi orné (...)

1En 1769, Louis XV commande une corbeille de mariage pour l’archiduchesse Marie-Antoinette, à l’occasion du mariage royal de son petit-fils, le dauphin Louis-Auguste, futur Louis XVI, prévu le 16 mai 1770 (fig. 1). Cet important cabinet commémoratif, conçu par l’architecte François-Joseph Bélanger, contient les cadeaux de mariage destinés à être distribués par les époux aux membres de la cour, de même que la collection personnelle de bijoux de Marie-Antoinette, après son mariage. Cette corbeille porte un message politique très symbolique et sa conception est très innovante, emblématique du néoclassicisme précoce. Ce cabinet a été vendu le 30 septembre 1793 lors des ventes révolutionnaires sous le no 23531, et c’est ainsi qu’on en a perdu la trace.

2Le terme « corbeille » fait à l’origine référence à un panier en osier recouvert de tissu pour en protéger le contenu, et qui était utilisé dans toutes les classes sociales pour la dot de la mariée. Il évolue plus tard et prend la forme de malles élaborées ou de cabinets décorés, selon le statut social de la mariée, comme l’armoire serre-bijoux. On y trouve du linge de lit et de table, des dentelles précieuses, des tissus brodés, des bijoux, des châles, des fourrures, des vêtements et autres accessoires. La corbeille de mariage était à la mode de l’époque Renaissance jusqu’au xixe siècle et a été commandée exclusivement par les familles nobles ou aristocrates qui avaient les moyens de payer cette production de mobilier sophistiqué. Au cours du xviie siècle, le terme « corbeille de mariage » a souvent été utilisé de façon interchangeable avec le terme « coffre de mariage », et sa forme plus élaborée lui a conféré un symbole de statut et richesse dans la société.

Fig. 1 : François-Joseph Bélanger, Corbeille de mariage de Marie-Antoinette, vers 1770, gravure, dans François-Joseph Belanger, Recueil : architecture. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ha58, fo 32.

Fig. 1 : François-Joseph Bélanger, Corbeille de mariage de Marie-Antoinette, vers 1770, gravure, dans François-Joseph Belanger, Recueil : architecture. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ha58, fo 32.

Photo : © Bibliothèque nationale de France

  • 2 Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Ha 58, fo  (...)

3Le dessin final de la corbeille de mariage de Marie-Antoinette reçoit une approbation officielle le 24 août 1769 : on peut lire en bas du document l’inscription « approuvé pour être exécuté », ainsi que la signature du duc d’Aumont, premier gentilhomme de la Chambre, chargé de la sélection des artistes et des artisans, et qui supervise et approuve toutes les décisions finales. Au-dessus du dessin, on peut lire : « Projet de meuble destiné à serrer les bijoux de Mme la Dauphine, exécuté d’après les dessins de M. Bélanger, dessinateur des Menus Plaisirs du roy2. »

  • 3 Thornton 1998, p. 158.
  • 4 Ibid.

4C’est le duc d’Aumont qui choisit le jeune architecte français François-Joseph Bélanger pour dessiner la corbeille de mariage de Marie-Antoinette. Bélanger avait été nommé dessinateur des Menus Plaisirs du roi en 1767, et il en deviendra le directeur en 17773. Il y produit des dessins pour les cérémonies royales importantes, comme les funérailles de Louis XV et le couronnement de Louis XVI4. Le dessin qu’il réalise pour ce cabinet témoigne d’un goût ultramoderne pour l’époque. Il constitue un modèle et un prototype de somptueux cabinet à bijoux.

  • 5 Fuhring 2005, p. 248.
  • 6 Paris, Archives nationales (ci-dessous AN), O1 3028 B, fo 2.
  • 7 DeJean 2005, p. 199.

5En 1770, le budget des festivités royales, organisées par les Menus Plaisirs à l’occasion du mariage, s’élève à 36 427 livres, et le duc d’Aumont demande, avant l’exécution de la corbeille de la dauphine, que son prix n’excède pas 8 000 livres5. Or, quand le cabinet est livré à Versailles le 15 mai 1770, veille de la noce royale, à Papillon de La Ferté, intendant des Menus Plaisirs, le coût total pour la seule construction du cabinet (sans son contenu) totalise 22 653 livres6, l’équivalent aujourd’hui d’environ 1 million d’euros7. Une explication possible pour cette dépense excessive est suggérée dans ses mémoires par le duc de Croÿ, un témoin de son temps à la cour, qui fait référence aux fêtes somptueuses du mariage en 1770, malgré des temps économiques difficiles :

  • 8 Croÿ-Solre 1906-1921, t. II, p. 389-390.

Les préparatifs du prochain mariage, fixé au 16 mai, occupaient tout le monde. Les fêtes devaient être belles et somptueuses, sans qu’on s’aperçût de la misère, ce qui faisait honneur aux ressources de la France […], qui ne paraissait embarrassée de rien, point minutieux, voyant dans le grand, et mettant, cependant, de l’ordre et de l’économie dans tout8.

6La grande corbeille repose sur huit pieds circulaires fuselés, reliés par un châssis au centre duquel trône l’aigle autrichien. Celui-ci est posé sur un bouclier à l’effigie du soleil et porte une guirlande de fleurs. Cette image représente l’union de la France et de l’Autriche. Deux pommes de pin, symbole de fertilité, ornent également le châssis ; elles sont placées sur des rosettes de feuilles, de part et d’autre de l’aigle. Les pieds du cabinet sont surmontés d’un large entablement orné d’une frise décorée sur les côtés d’un médaillon flanqué de rinceaux, et au centre d’un faisceau (ou baguettes de bois reliées ensemble). Le corps du cabinet comporte trois portes. Le panneau central figure un trépied agrémenté de têtes de sphinges, flanqué de deux branches de laurier et surmonté d’un mascaron placé dans les rayons d’un soleil. Derrière le trépied se croisent deux paires de flèches. Sur chacun des deux battants de côté sont représentées les armoiries des Bourbon, la famille du dauphin et les armoiries autrichiennes de la dauphine. Les portes sont couronnées par un entablement composé d’une grande frise d’entrelacs surmontée par une seconde de vagues, au-dessus de la corniche. Au sommet, la couronne du dauphin repose sur un coussin, tandis que trois dauphins reliés par leurs queues ponctuent chacun des angles.

Fig. 2 : Inventaire de la corbeille de mariage de Marie-Antoinette. Paris, Archives nationales, 01 3028, dossier B, fo 24.

Fig. 2 : Inventaire de la corbeille de mariage de Marie-Antoinette. Paris, Archives nationales, 01 3028, dossier B, fo 24.

Photo : © Archives nationales / Rebecca Tilles

  • 9 AN, O1 3028 B, fo 24.

7Les archives correspondant à la commande de la « corbeille de Madame la dauphine » sont divisées en trois parties principales : corbeille, bijoux et médailles. La partie « corbeille » (fig. 2) liste les différents artisans impliqués dans la commande, ainsi que le paiement qu’ils en ont reçu9.

  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid., O1 3028 B, fos 29-31.
  • 12 Ibid.

8Le cabinet est exécuté en 1770 par l’ébéniste allemand Maurice-Bernard Evalde. Suivant les instructions de l’architecte Bélanger, Evalde fabrique le cabinet dans un beau bois de noyer, ce pour quoi il reçoit 2 100 livres10. Pierre Gouthière est également impliqué dans plusieurs aspects du minutieux travail du bronze, ainsi que dans le support et l’intérieur du cabinet. Il doit mouler et ciseler les armoiries du dauphin en bronze doré et celles de la dauphine, représentées sur chacun des battants de côté, ainsi que les écussons en bronze doré figurant la tête d’Apollon, situés sur la porte principale (on ne les retrouve pas sur le dessin de Bélanger). Gouthière exécute aussi les médaillons représentant les profils du dauphin et de la dauphine, insérés dans les lambrequins de part et d’autre du support. Il crée également vingt-huit couronnes de laurier pour l’intérieur des tiroirs, ainsi qu’une moulure pour la plinthe dorée11. Un deuxième doreur et peintre, Boquet, contribue aussi à réaliser les détails du cabinet de Marie-Antoinette et reçoit pour cela la somme surprenante de 1 793,10 livres, un salaire plus élevé que celui de Gouthière, qui n’a reçu que 730 livres12. Jean-Antoine Houdon est quant à lui responsable des modèles pour les écussons à l’effigie d’Apollon, exécutés par Gouthière en bronze doré.

  • 13 AN, O1 3028 B, fo 44.
  • 14 Ibid., O1 3028 B, fos 43-44.

9Enfin, Claude de La Roüe est responsable de la décoration textile de la corbeille. Les archives indiquent que M. de La Roüe a produit quatre modèles miniatures différents d’application textile pour le cabinet, afin de permettre au duc d’Aumont d’effectuer son choix, ainsi qu’un prototype du modèle choisi, pour les artisans13. M. de La Roüe n’étant pas un brodeur qualifié, il est probable qu’un autre artisan ait exécuté la broderie en or sur les tissus. La feuille de paye pour le travail de M. de La Roüe, retrouvée dans les archives, décrit en détail les tissus et la passementerie appliqués sur la corbeille, et révèle ainsi qu’un velours cramoisi brodé en relief avec du fil d’or décorait l’extérieur des panneaux des trois portes frontales et des deux panneaux latéraux, entourant le bois sculpté et des cadres ornementaux en bronze doré. Le coussin sur lequel repose la couronne du dauphin était lui aussi recouvert de velours cramoisi ainsi que de dentelles, d’un galon et de quatre pompons dorés. De la soie dorée et cramoisie était également appliquée sur la pointe de la couronne14.

10Les armoiries du dauphin et de la dauphine, présentes sur les deux battants de côté, étaient tapissées d’un satin bleu céleste, et l’extérieur des vingt-quatre tiroirs d’un tissu doré orné d’un galon natté doré. L’intérieur des tiroirs était également recouvert de satin bleu avec galon doré, et chacun d’eux disposait d’un coussin en satin bleu bordé d’un ruban en taffetas doublement natté.

Fig. 3 : Lettre datée du 24 août 1769 de Papillon de La Ferté à Claude de La Roüe transmettant l’approbation de duc d’Aumont pour le dessin du « coffre à bijoux » de Marie-Antoinette par François-Joseph Bélanger. Paris, Archives nationales, 01 3031.

Fig. 3 : Lettre datée du 24 août 1769 de Papillon de La Ferté à Claude de La Roüe transmettant l’approbation de duc d’Aumont pour le dessin du « coffre à bijoux » de Marie-Antoinette par François-Joseph Bélanger. Paris, Archives nationales, 01 3031.

Photo : © Archives nationales / Rebecca Tilles

  • 15 Ibid., O1 3031, « Argenterie, menus plaisirs et affaires de la Chambre, pièces justificatives et mi (...)

11Dans une lettre datée du 24 août 1769 (fig. 3), le duc d’Aumont approuve le dessin du « coffre à bijoux » de Bélanger et autorise Papillon de La Ferté à commander à l’artisan Claude de La Roüe et au sculpteur Agostino Bocciardi certains changements à apporter au cabinet pour le rendre « plus léger et plus galant », tels qu’en dorer et en sculpter la base15. Les modifications demandées éloignent ce cabinet des bases lourdes aux profils droits des cabinets sur pieds réalisés plus tôt, en faveur d’un support qui à la fois complète le corps et constitue un élément artistique en soi.

  • 16 Fuhring 2005, p. 333.
  • 17 Taylor 2006.

12Bélanger était l’un des quelques architectes français du xviiie siècle à avoir étudié et travaillé en Angleterre, plutôt qu’à Rome, où il avait été employé par lord Shelburne entre 1765 et 176716. Pendant cette période anglaise, le goût et le style de Bélanger se retrouvent fortement influencés par les gravures de Robert et James Adam et reflètent l’anglomanie très présente à cette époque en France17. Bélanger aurait également pu observer les dessins réalisés par Robert Adam pour lord Shelburne à la Lansdowne House achevée en 1768.

Fig. 4 : Robert Adam, Dessin pour une table, 1767, reproduit dans Eileen Harris, The Furniture of Robert Adam, Londres, A. Tiranti, 1963, planche 14.

Fig. 4 : Robert Adam, Dessin pour une table, 1767, reproduit dans Eileen Harris, The Furniture of Robert Adam, Londres, A. Tiranti, 1963, planche 14.

Reproduction photographique : Rebecca Tilles

Fig. 5 : Jean-François de Neufforge, Cabinet ou médaillier et serre-bijoux, dans Recueil élémentaire d’architecture, 1768, gravure. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, PET FOL-HA-29 (F).

Fig. 5 : Jean-François de Neufforge, Cabinet ou médaillier et serre-bijoux, dans Recueil élémentaire d’architecture, 1768, gravure. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, PET FOL-HA-29 (F).

Photo : © Bibliothèque nationale de France

  • 18 Harris 1963, p. 17-18.
  • 19 Ibid.

13Les frères Adam ont visité Herculanum et Pompéi, et cela affecte leur interprétation de l’Antiquité, qui dépend alors moins de la forme que de l’ornement, comme la clé grecque, les frises de postes ou les motifs de palmettes et d’entrelacs18. Les deux frères réalisent des esquisses de ces villes vésuviennes nouvellement mises au jour qui auraient grandement influencé le vocabulaire artistique de Bélanger et son dessin de corbeille de mariage pour Marie-Antoinette19. Bélanger incorpore de nombreux motifs populaires trouvés dans les dessins de mobilier de Robert Adam tels les sphinges, les masques, les trépieds, les feuilles d’acanthe, les rosettes, les festons ainsi que des éléments architecturaux comme des frises, des corniches, des chapiteaux et des pilastres. Un dessin de table conçu par Robert Adam en 1767 (fig. 4) révèle certaines similarités de style et de motifs entre le travail d’Adam et le dessin de Bélanger pour la corbeille. Les pieds gracieusement fuselés de la corbeille, surmontés de chapiteaux et se dressant sur des pointes délicates reliées par un châssis unique, s’inspirent de ce dessin par Adam. Ce modèle figure un système de pieds et de châssis semblables, des objets décoratifs similaires, drapés dans des guirlandes, de même que des motifs de vagues, qui ornent la face frontale du châssis, et des motifs néoclassiques similaires sur la frise.

14Bélanger a également pu être influencé dans son dessin du cabinet à bijoux de Marie-Antoinette par le travail de l’architecte et graveur Jean-François de Neufforge. Dans le huitième volume de son Recueil élémentaire d’architecture, Neufforge présente des dessins de meubles au style extrêmement classique (fig. 5). Dans cette référence de 1768, il illustre l’évolution des armoires et des cabinets à médailles et bijoux, ainsi qu’une console. Bélanger a peut-être utilisé ces images comme modèles et source d’inspiration pour son propre meuble pour Marie-Antoinette en 1769.

15Comme chez Bélanger, les lignes de Neufforge sont strictement néoclassiques avec des pieds rectangulaires, droits, cannelés et fuselés. Neufforge emploie aussi des motifs décoratifs semblables à ceux de Bélanger comme les festons, les clés grecques et les médaillons, ainsi que des éléments de l’architecture grecque, romaine et égyptienne. Les dessins publiés de Neufforge ont dû paraître étonnamment nouveaux et modernes aux artisans de l’époque.

  • 20 Thornton et Dorey 1992, p. 108-109.
  • 21 Ibid., p. 108.

16Un deuxième dessin de cabinet à bijoux (fig. 6), actuellement conservé dans la collection du Sir John Soane’s Museum, vraisemblablement une vue de côté, a aussi été attribué à Bélanger par un érudit qui pense que ce cabinet a pu être conçu comme pendant de la corbeille de Marie-Antoinette, compte tenu de la présence de la couronne du dauphin et des initiales « LD » pouvant signifier « Louis Dauphin20 ». Bien que le cabinet dessiné ici reflète la forme très architecturée et rectiligne, avec de nombreux motifs royaux néoclassiques, caractéristiques du travail de Bélanger, les archives des Menus Plaisirs pour le mariage royal ne font référence à aucun cabinet destiné au dauphin et qui serait le pendant de la corbeille21. De plus, on utilisait généralement le nom de « Louis-Auguste » pour faire référence au dauphin, et non « Louis Dauphin », et historiquement, les cabinets à bijoux étaient exclusivement réservés aux femmes. Néanmoins, la couronne du dauphin, qui sur le dessin apparaît deux fois – au sommet de la corniche et au-dessus des initiales « LD » – suggère clairement que cette représentation répond à une commande royale.

  • 22 Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, collection Masson, 01074.

17Une autre dessin (fig. 7) reproduit les faces frontale et latérale d’un autre cabinet à bijoux et est conservé dans la collection de l’École des beaux-arts22. Grâce à Christian Baulez, qui a découvert ce dessin anonyme, on peut comparer la similitude des motifs néoclassiques de ces deux cabinets à bijoux, comprenant des cornes d’abondance, des couronnes de fleurs et des frises à rinceaux et motifs de vagues.

Fig. 6 : François-Joseph Bélanger (attribué à), Dessin de cabinet à bijoux, vers 1769, gravure. Londres, Sir John Soane’s Museum, vol. 6, fo 44.

Fig. 6 : François-Joseph Bélanger (attribué à), Dessin de cabinet à bijoux, vers 1769, gravure. Londres, Sir John Soane’s Museum, vol. 6, fo 44.

© By Courtesy of the Trustees of Sir John Soane’s Museum

Fig. 7 : Faces frontale et latérale d’un cabinet à bijoux, dessin. Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, collection Masson, 01074.

Fig. 7 : Faces frontale et latérale d’un cabinet à bijoux, dessin. Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, collection Masson, 01074.

Photo : © ENSBA / Rebecca Tilles

18Cette comparaison nous permettrait de supposer qu’il existe un lien entre ces deux cabinets et la commande ultérieure de deux corbeilles royales de mariage, l’une pour le mariage de la princesse Marie-Joséphine-Louise de Savoie avec le comte de Provence en 1771, et l’autre pour le mariage de Marie-Thérèse de Savoie avec le comte d’Artois en 1773. Le journal de Papillon de La Ferté confirme que ces corbeilles, réalisées plus tard, contenaient aussi des cadeaux de mariage, semblables à ceux qui se trouvaient dans la corbeille de Marie-Antoinette, étiquetés puis distribués aux destinataires présents. Les archives nous apprennent que ces corbeilles étaient tapissées de « velours cramoisi, bâties de bois de chêne, l’extérieur avec les ornements en broderie d’or formant des cartels portant les armes entourés d’une broderie, et piètements en bois sculpté et doré ». Bien que d’autres recherches soient nécessaires pour tirer des conclusions formelles, il reste intéressant de comparer les motifs de ces commissions royales possiblement liées les unes aux autres.

Fig. 8 : Page extraite des archives des Menus Plaisirs intitulée « Bijoux ». Indication du nom des artisans et des paiements relatifs à la réalisation de la corbeille de Marie-Antoinette. Paris, Archives nationales, 01 3028, dossier B, fo 48.

Fig. 8 : Page extraite des archives des Menus Plaisirs intitulée « Bijoux ». Indication du nom des artisans et des paiements relatifs à la réalisation de la corbeille de Marie-Antoinette. Paris, Archives nationales, 01 3028, dossier B, fo 48.

Photo : © Archives nationales / Rebecca Tilles

  • 23 AN, O1 3028 B, fo 48.
  • 24 DeJean 2005, p. 199.

19Une page des archives des Menus Plaisirs intitulée « Bijoux » (fig. 8) indique les noms des artisans et les paiements que chacun d’eux a reçus en échange de sa contribution à la corbeille de Marie-Antoinette23. Cette section des archives contient également la description des bijoux, tabatières et autres boîtes décoratives, boutons, bouchons de bouteille, montres, articles de toilette et matériel d’écriture, tous commandés comme cadeaux de mariage pour la corbeille. Quelques inscriptions indiquent le nom du destinataire. Le coût de ces objets, réalisés avec grand art par les bijoutiers, les orfèvres et les horlogers les plus éminents de la cour, affiche un total de 162 576 livres, l’équivalent aujourd’hui d’environ 8 millions d’euros24.

  • 25 Papillon de La Ferté 2002, p. 178-180.

20Papillon de La Ferté est impliqué de plusieurs façons dans la commande du cabinet entre 1769 et 1770, mais surtout, il sélectionne et achète les différents bijoux et cadeaux de la corbeille. Il est également responsable d’organiser la distribution de ces cadeaux et de les étiqueter avec les noms des membres de la cour pour que Madame la Dauphine les distribue le jour suivant le mariage25. Dans son journal, Papillon de La Ferté décrit quelques-uns des précieux objets contenus dans la corbeille :

  • 26 Ibid., p. 184.

[…] une magnifique parure, composée d’une montre d’émail bleu avec sa chaîne tout en diamants, un étui de côté, de même avec sa chaîne, une tabatière & un éventail, le tout de la plus grande richesse; un grand nombre de tabatières, de montres & autres objets […] 26.

21Afin de rester dans le budget imparti, les Menus Plaisirs achètent certains cadeaux déjà fabriqués au lieu de les faire tous réaliser sur commande.

  • 27 Campan 1968, p. 107 ; Morel 1988, p. 208.
  • 28 Morel 1988, p. 69.

22En plus des bijoux que Marie-Antoinette apporte avec elle d’Autriche, elle en reçoit de nombreux autres de Louis XV, d’importance significative. Cette collection royale est rangée dans la corbeille à la suite du mariage. La veille des noces, Louis XV présente à la dauphine plusieurs parures de joyaux de Marie Leszczyńska et un rang de perles d’Anne d’Autriche27. Le jour du mariage royal, Louis XV lui offre les parures de diamants et de perles ayant appartenu à Marie-Josèphe de Saxe, ainsi que des bracelets dont les fermoirs en émail bleu arborent les initiales de la dauphine « MA28 », des bijoux semblables à ceux qui sont conservés aujourd’hui au Victoria and Albert Museum (fig. 9).

Fig. 9 : Deux fermoirs de bracelets en email bleu, or, et diamants vers 1770. Les initiales « MA » ont été historiquement associées à la reine Marie-Antoinette. Londres, The Victoria and Albert Museum, M.51&A-1962.

Fig. 9 : Deux fermoirs de bracelets en email bleu, or, et diamants vers 1770. Les initiales « MA » ont été historiquement associées à la reine Marie-Antoinette. Londres, The Victoria and Albert Museum, M.51&A-1962.

Photo : © V&A Images. All Rights Reserved

  • 29 AN, O1 3028 B, fos 45-47.
  • 30 Papillon de La Ferté 2002, p. 166, 179.

23Parmi les cadeaux de mariage commandés par Papillon de La Ferté se trouvent également des médailles commémoratives en or et en argent, acquises auprès de Jules-Robert de Cotte, directeur de la Monnaie et des Médailles de Sa Majesté, et dont la signature apparaît à la fin d’une liste de deux pages dans la partie des archives intitulée « Médailles29 ». Le 15 juin 1769, M. de La Ferté écrit dans son journal qu’il a présenté au duc d’Aumont une liste de médailles commémoratives proposées pour le mariage royal de 1770. En avril de la même année, il a remis à monsieur de Cotte l’ordre de frapper les médailles en l’honneur du mariage royal30.

  • 31 AN, O1 3028 B, fos 46-47.

24Les archives liées à la corbeille indiquent que les médailles en or et en argent sont classées selon trois rangs : première, seconde, et troisième grandeur, chacune étant différente en dimension et en masse ; la première grandeur était vraisemblablement remise aux responsables les plus haut placés31. Les archives révèlent également que les médailles sont présentées dans des écrans décoratifs en velours cramoisi doublé de velours et d’or. Une médaille conservée aujourd’hui à Versailles commémore le mariage en représentant un profil de Marie-Antoinette d’un côté et l’Hymen et l'Abondance sur l’autre face (fig. 10).

Fig. 10 : Jeton commémoratif pour le mariage de Marie-Antoinette représentant sur l’avers le profil de Marie-Antoinette, et l’Hymen et l’Abondance sur le revers, 1777, metal argenté, diamètre : 2,6 cm Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, V5150.

Fig. 10 : Jeton commémoratif pour le mariage de Marie-Antoinette représentant sur l’avers le profil de Marie-Antoinette, et l’Hymen et l’Abondance sur le revers, 1777, metal argenté, diamètre : 2,6 cm Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, V5150.

Photo : © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin

Fig. 11 : Jean-Baptiste-André Gautier-Dagoty, Marie-Antoinette jouant de la harpe dans sa chambre à Versailles, 1775, huile sur toile, 67,5 × 54,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 6278.

Fig. 11 : Jean-Baptiste-André Gautier-Dagoty, Marie-Antoinette jouant de la harpe dans sa chambre à Versailles, 1775, huile sur toile, 67,5 × 54,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 6278.

Photo : © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin

25En plus du dessin original de Bélanger pour la corbeille, le cabinet à bijoux de Marie-Antoinette est visible dans deux portraits de la reine. Le premier est intitulé Marie-Antoinette jouant de la harpe dans sa chambre à Versailles par Jean-Baptiste-André Gautier-Dagoty en 1775 (fig. 11), qui représente le monumental cabinet à bijoux, au fond à droite.

26Comme cette peinture est achevée un mois après le couronnement de Louis XVI, le 11 juin 1775, il est possible qu’elle reflète quelques altérations faites à la corbeille par rapport au dessin original de Bélanger. En effet, il est dit que la reine couronnée depuis peu souhaitait remplacer l’emblème héraldique original de l’héritier présomptif par les nouveaux symboles monarchiques de la France. Les armoiries du dauphin qui apparaissent dans le dessin original, une combinaison de dauphin représentant l’héritier présomptif au trône et de fleurs de lys, semblent avoir été remplacées dans la peinture de Gautier-Dagoty par trois fleurs de lys plus imposantes, symboles de la Couronne française, visibles dans le détail sur l’image de droite. Il semble également que la couronne du dauphin telle qu’elle apparaît sur le dessin original ait été remplacée par la Couronne de France, plus grande et plus imposante. La peinture nous permet encore d’apprécier la richesse des ornements en bronze doré, les tissus richement brodés et le satin bleu qui recouvrent les armoiries du dauphin, qu’on ne peut pas discerner dans le dessin original en noir et blanc.

27La peinture de Gautier-Dagoty nous permet enfin de restituer la corbeille dans son environnement, là où elle a originellement été présentée à Marie-Antoinette par le duc d’Aumont après le mariage, et là où elle resta pour abriter sa collection personnelle de bijoux, comme cela est décrit par M. de La Ferté dans son journal :

  • 32 Papillon de La Ferté 2002, p. 184.

[…] M. le duc d’Aumont lui a présenté la clef d’un magnifique cabinet de velours brodé en or, avec des sculptures en bronze et en or moulu que nous avons fait faire, et que j’avais fait placer dans la chambre à coucher32.

  • 33 Baillio 1981, no 310, p. 58.

28Le second portrait de la reine, peint par Élisabeth Vigée Le Brun en 1787 et intitulé Marie-Antoinette et ses enfants à Versailles (fig. 12) représente la reine et ses enfants posant devant un fond hautement symbolique, caractéristique de l’imagerie royale : on y voit des colonnes classiques, de riches draperies et la corbeille monumentale à droite. Bien qu’il y ait de fortes chances pour que l’arrière-plan de cette scène soit une pure invention de l’artiste et ne signifie pas que la corbeille ait été déplacée de la chambre à coucher de la Reine, il a été suggéré que cette pièce et ce qui l’entoure correspond en fait au salon de la Paix bordant la galerie des Glaces33.

Fig. 12 : Élisabeth-Louise Vigée Le Brun, Marie-Antoinette et ses enfants à Versailles, 1787, huile sur toile, 2,75 × 2,16 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4520.

Fig. 12 : Élisabeth-Louise Vigée Le Brun, Marie-Antoinette et ses enfants à Versailles, 1787, huile sur toile, 2,75 × 2,16 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4520.

Photo : © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin

29Comparée à la peinture de Gautier-Dagoty, antérieure, le portrait de Vigée Le Brun dépeint plus clairement certains symboles décoratifs de la corbeille, bien que les sculptures de dauphins dorés, situées de part et d’autre de la couronne sur le dessin original de Bélanger et le portrait de Gautier-Dagoty, n’y figurent pas. Vigée Le Brun nous laisse entrevoir une partie de la couronne royale ainsi que les fleurs de lys des armoiries se trouvant sur les panneaux de côté de la corbeille, et qui auraient remplacé les armoiries du dauphin à la suite de son couronnement.

Ce portrait officiel de Vigée Le Brun est la représentation saisissante d’une reine au pouvoir, matriarche entourée de ses enfants, illustration pleine de dignité du pouvoir royal. La présence des enfants met aussi en valeur le rôle principal de la reine, qui est d’assurer la descendance de la famille royale. La corbeille de mariage en arrière-plan constitue une référence directe au mariage et à la fertilité ; elle rappelle au spectateur que la position de la reine provient d’un contrat entre deux dynasties politiques et que la fertilité est une des préoccupations majeures de l’État. À ce titre, la corbeille peut être vue comme la personnification de la monarchie elle-même.

30Il est difficile de déterminer si ce cabinet monumental a été commandé comme pièce de mobilier éphémère commémorant le mariage royal, ou plus comme une addition permanente au mobilier royal. Dans tous les cas, il peut être considéré comme un chef-d’œuvre hautement symbolique du pouvoir royal, d’une part, et du mariage, de la fertilité et de la préservation de la lignée royale, d’autre part. Cet impressionnant cabinet commémoratif servira de modèle au nouveau style néoclassique et aux pièces de mobilier cérémoniel royal à venir.

31La corbeille n’a néanmoins pas été commandée par Marie-Antoinette elle-même. Il s’agit d’un symbole de l’époque, d’un trousseau cérémoniel destiné à une jeune dauphine et future épouse. En revanche, Marie-Antoinette commande un important cabinet à bijoux à Jean-Ferdinand Schwerdfeger en 1787 (fig. 13). Ce cabinet suggère que la corbeille de mariage était plus symbolique que fonctionnelle, et que, près de vingt ans plus tard, la reine souhaite avoir un cabinet à bijoux plus au goût du jour.

Fig. 13 : Jean-Ferdinand Schwerdfeger, Serre-bijoux de la reine Marie-Antoinette, 1787, acajou, bronze, dorure, nacre et porcelaine, 2,58 × 2 × 0,67 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, OA 5515.

Fig. 13 : Jean-Ferdinand Schwerdfeger, Serre-bijoux de la reine Marie-Antoinette, 1787, acajou, bronze, dorure, nacre et porcelaine, 2,58 × 2 × 0,67 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, OA 5515.

Photo : © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin

32L’incorporation d’une décoration textile riche et luxueuse sur les surfaces extérieure et intérieure de la corbeille, constituant une dépense énorme pour l’époque, ne signifie pas forcément que le cabinet ait été destiné à être un investissement à long terme pour la collection de mobilier royal. Les styles décoratifs évoluant rapidement et de nombreuses résidences royales se devant d’être équipées de somptueuses pièces de mobilier, il était courant en ce temps-là de recouvrir et modifier des meubles existants, indépendamment des coûts impliqués.

33Bien qu’il n’existe pas d’illustration détaillée de la corbeille de mariage exécutée, ou de description fidèle d’admirateurs l’ayant vue, on peut imaginer le fort impact qu’a pu avoir cet impressionnant cabinet sur la jeune dauphine : les broderies dorées sur velours cramoisi, la couronne reposant sur un coussin de velours rouge à pompons dorés, les armoiries héraldiques en bois doré et satin bleu symbolisant l’union de deux familles royales, ainsi que les éblouissants bijoux et les objets décoratifs exquis présentés contre la doublure de satin bleu de l’intérieur. La corbeille n’a sans doute pas représenté, aux yeux de la jeune épouse, que la seule union de deux dynasties royales puissantes, mais aussi l’héritage de la monarchie française à laquelle elle appartenait désormais, prête à donner naissance aux futurs rois de France.

34Peut-être qu’aucune reine dans l’histoire n’a utilisé de pièce de mobilier pour refléter un sens du luxe et du raffinement comme Marie-Antoinette l’a fait. Grande lanceuse de mode et arbitre du goût de son temps, quoi de plus approprié que le premier meuble commandé pour la dauphine, soit la somptueuse corbeille de mariage, conçue dans le nouveau style néoclassique par François-Joseph Bélanger. Les deux portraits royaux de la reine figurant sur la corbeille reflètent la transformation du cabinet en un symbole politique fort pour la France et la monarchie. Ils suggèrent également que des altérations de l’imagerie royale du cabinet ont pu être opérées entre 1774-1775, destinées à renforcer son symbolisme. Paradoxalement, l’emploi considérable de tissus précieux sur les surfaces extérieures et intérieures de cette pièce de mobilier royal commémorative contribue à la richesse de sa décoration et lui confère un caractère éphémère. L’identification des objets décoratifs réalisés par tous les artisans impliqués et destinés à être des cadeaux cérémoniels de mariage entreposés à l’intérieur de la corbeille permet en outre d’apprécier encore mieux le raffinement et l’effort suprême qui ont été investis dans la corbeille comme pièce de mobilier royal commémoratif.

Haut de page

Bibliographie

Baillio Joseph, 1981, « Marie-Antoinette et ses enfants par Mme Vigée Le Brun », L’Œil, no 308, mars, p. 34-41 et 74-75, et no 310, mai, p. 53-60 et 90-91.

Campan Jeanne-Louise-Henriette, 1968, Marie-Antoinette intime, mémoires de madame de Campan, Paris, P. Waleffe.

Croÿ-Solre Emmanuel de, 1906-1921, Journal inédit du duc de Croÿ, 1718-1784, Paris, E. Flammarion, 2 vol.

DeJean, Joan, 2005, The Essence of Style, New York, Free Press.

Fraser Antonia, 2001, Marie-Antoinette: The Journey, New York, Doubleday.

Fuhring Peter, 2005, Designing the Décor: French Drawings from the Eighteenth Century, Lisbonne, Calouste Gulbenkian Foundation.

Harris Eileen, 1963, The Furniture of Robert Adam, Londres, A. Tiranti.

Morel Bernard, 1988, The French Crown Jewels, Anvers, Fonds Mercator.

Papillon de La Ferté Denis-Pierre-Jean, 2002, Journal des Menus Plaisirs du roi, 1756-1780, Clermont-Ferrand, Paleo.

Taylor, Susan B., 2006, « François-Joseph Bélanger », Grove Art Online.

Thornton Peter, 1998, Form and Decoration, Innovation in the Decorative Arts, 1470–1870, New York, Harry N. Abrams.

Thornton Peter et Dorey Helen, 1992, A Miscellany of Objects from Sir John Soane’s Museum, Londres, L. King.

Haut de page

Notes

1 « Item l'ancien coffre à diamant doublé en tissu d'or et couvert en dehors de velours cramoisi orné de broderie en bosse et [blanc] d’or sur son pied de bois doré sculpté de l’art. 1 068 adjugé pour 6 120 livres au citoyen Chaufour d’Orléans. » Montigny-le-Bretonneux, archives départementales des Yvelines, 2Q70.

2 Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Ha 58, fo 32.

3 Thornton 1998, p. 158.

4 Ibid.

5 Fuhring 2005, p. 248.

6 Paris, Archives nationales (ci-dessous AN), O1 3028 B, fo 2.

7 DeJean 2005, p. 199.

8 Croÿ-Solre 1906-1921, t. II, p. 389-390.

9 AN, O1 3028 B, fo 24.

10 Ibid.

11 Ibid., O1 3028 B, fos 29-31.

12 Ibid.

13 AN, O1 3028 B, fo 44.

14 Ibid., O1 3028 B, fos 43-44.

15 Ibid., O1 3031, « Argenterie, menus plaisirs et affaires de la Chambre, pièces justificatives et minutes des dépenses de tout le département : extraits, copies, mémoires, comptes de toute sorte, ordres de paiements ».

16 Fuhring 2005, p. 333.

17 Taylor 2006.

18 Harris 1963, p. 17-18.

19 Ibid.

20 Thornton et Dorey 1992, p. 108-109.

21 Ibid., p. 108.

22 Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, collection Masson, 01074.

23 AN, O1 3028 B, fo 48.

24 DeJean 2005, p. 199.

25 Papillon de La Ferté 2002, p. 178-180.

26 Ibid., p. 184.

27 Campan 1968, p. 107 ; Morel 1988, p. 208.

28 Morel 1988, p. 69.

29 AN, O1 3028 B, fos 45-47.

30 Papillon de La Ferté 2002, p. 166, 179.

31 AN, O1 3028 B, fos 46-47.

32 Papillon de La Ferté 2002, p. 184.

33 Baillio 1981, no 310, p. 58.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : François-Joseph Bélanger, Corbeille de mariage de Marie-Antoinette, vers 1770, gravure, dans François-Joseph Belanger, Recueil : architecture. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ha58, fo 32.
Crédits Photo : © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13561/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 2 : Inventaire de la corbeille de mariage de Marie-Antoinette. Paris, Archives nationales, 01 3028, dossier B, fo 24.
Crédits Photo : © Archives nationales / Rebecca Tilles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13561/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 3 : Lettre datée du 24 août 1769 de Papillon de La Ferté à Claude de La Roüe transmettant l’approbation de duc d’Aumont pour le dessin du « coffre à bijoux » de Marie-Antoinette par François-Joseph Bélanger. Paris, Archives nationales, 01 3031.
Crédits Photo : © Archives nationales / Rebecca Tilles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13561/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 4 : Robert Adam, Dessin pour une table, 1767, reproduit dans Eileen Harris, The Furniture of Robert Adam, Londres, A. Tiranti, 1963, planche 14.
Crédits Reproduction photographique : Rebecca Tilles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13561/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 5 : Jean-François de Neufforge, Cabinet ou médaillier et serre-bijoux, dans Recueil élémentaire d’architecture, 1768, gravure. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, PET FOL-HA-29 (F).
Crédits Photo : © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13561/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Titre Fig. 6 : François-Joseph Bélanger (attribué à), Dessin de cabinet à bijoux, vers 1769, gravure. Londres, Sir John Soane’s Museum, vol. 6, fo 44.
Crédits © By Courtesy of the Trustees of Sir John Soane’s Museum
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13561/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 7 : Faces frontale et latérale d’un cabinet à bijoux, dessin. Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, collection Masson, 01074.
Crédits Photo : © ENSBA / Rebecca Tilles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13561/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 8 : Page extraite des archives des Menus Plaisirs intitulée « Bijoux ». Indication du nom des artisans et des paiements relatifs à la réalisation de la corbeille de Marie-Antoinette. Paris, Archives nationales, 01 3028, dossier B, fo 48.
Crédits Photo : © Archives nationales / Rebecca Tilles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13561/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 9 : Deux fermoirs de bracelets en email bleu, or, et diamants vers 1770. Les initiales « MA » ont été historiquement associées à la reine Marie-Antoinette. Londres, The Victoria and Albert Museum, M.51&A-1962.
Crédits Photo : © V&A Images. All Rights Reserved
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13561/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 10 : Jeton commémoratif pour le mariage de Marie-Antoinette représentant sur l’avers le profil de Marie-Antoinette, et l’Hymen et l’Abondance sur le revers, 1777, metal argenté, diamètre : 2,6 cm Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, V5150.
Crédits Photo : © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13561/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 11 : Jean-Baptiste-André Gautier-Dagoty, Marie-Antoinette jouant de la harpe dans sa chambre à Versailles, 1775, huile sur toile, 67,5 × 54,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 6278.
Crédits Photo : © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13561/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 12 : Élisabeth-Louise Vigée Le Brun, Marie-Antoinette et ses enfants à Versailles, 1787, huile sur toile, 2,75 × 2,16 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4520.
Crédits Photo : © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13561/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 13 : Jean-Ferdinand Schwerdfeger, Serre-bijoux de la reine Marie-Antoinette, 1787, acajou, bronze, dorure, nacre et porcelaine, 2,58 × 2 × 0,67 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, OA 5515.
Crédits Photo : © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13561/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rebecca Tilles, « La corbeille de mariage de la dauphine en 1770 : le premier serre-bijoux de Marie-Antoinette », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2015, mis en ligne le 23 décembre 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://crcv.revues.org/13561 ; DOI : 10.4000/crcv.13561

Haut de page

Auteur

Rebecca Tilles

Après des études de Français et d’histoire de l’art au Wellesley College, Massachusetts (1999-2003), Rebecca Tilles a effectué une troisième année de premier cycle à l’École du Louvre (2003-2004), puis une maîtrise dans les arts décoratifs au Bard Graduate Center à New York (2004-2007). De 2007 à 2014, elle a travaillé au département des Arts décoratifs européens au musée des beaux-arts de Boston, où elle a participé à l’organisation des expositions « Napoléon, symboles des pouvoirs sous l’Empire » (2007) et « Splendor and Elegance: European Decorative Arts and Drawings from the Horace Wood Brock Collection » (2009). Actuellement doctorante en histoire de l’art à l’université de Sussex, Royaume-Uni, elle étudie la collection de George Blumenthal (1858-1941) et de sa femme Florence Meyer (1875-1930).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org