Navigation – Plan du site

Nouveaux regards sur le mobilier français du XVIIIe siècle : introduction

New approaches to Eighteenth-Century French furniture. Introduction
Daniel Alcouffe

Texte intégral

1L’exposition 18e, aux sources du design : chefs-d’œuvre du mobilier, 1650-1790, s’est tenue au château de Versailles du 26 octobre 2014 au 22 février 2015, grâce au bienveillant patronage de Mmes Catherine Pégard et Béatrix Saule. Le Centre de recherche du château de Versailles a organisé à cette occasion, les 4 et 5 février 2015, le colloque Nouveaux regards sur le mobilier français du xviiie siècle, qui a suscité une quinzaine de communications. Six d’entre elles ici sont réunies.

2L’introduction du colloque, portant sur le processus de création, fut assurée par Thibault Wolvesperges, maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne. Qui étaient en effet les créateurs de chacun des chefs-d’œuvre rassemblés à l’exposition : l’architecte, le dessinateur ornemaniste, le sculpteur, le marchand mercier, le tapissier, le client ? ou le fabricant ? Les menuisiers et les ébénistes ont laissé leur nom sur les meubles : aussi les dictionnaires d’estampilles du début du xxe siècle nous ont-ils appris à leur attribuer le travail et à les célébrer sans réserve. Mais des revendications sont apparues depuis. Les marchands merciers qui commercialisaient les meubles d’ébénisterie, donnaient des idées et coordonnaient le travail des ébénistes et des bronziers. Les tapissiers jouaient un rôle similaire dans le domaine des sièges. On sait aussi que dans le cas de commandes importantes, des architectes fournissaient des modèles de meubles. Les uns et les autres passaient éventuellement par l’intermédiaire de dessinateurs. Ces participations tendent à réduire la part de l’artisan dans la création. Le fabricant cependant, s’il ne passait plus de marchés notariés directement avec ses clients, comme au xviie siècle, pouvait lui-même dessiner, tels Gaudreaus et Riesener, on le sait, ou devait rendre réalisables les projets qu’on lui soumettait. D’un marchand mercier à l’autre on reconnaît le style de B.V.R.B. ou de Carlin. Le rôle de l’artisan restait incontestablement considérable.

3Aussi le colloque a-t-il abordé les questions techniques. Marc-André Paulin, chef de l’atelier de restauration mobilier au Centre de recherche et de restauration des musées de France, qui consacre sa thèse de doctorat de Paris I à Riesener, a fait part de ses recherches sur les couleurs des marqueteries de celui-ci, menées au moyen d’expériences de laboratoire. Didier Pousset et Christine Locatelli, chercheurs associés au laboratoire d’expertise du bois et de datation par dendrochronologie de l’université Pierre et Marie Curie (Paris VI), nous ont ensuite démontré l’aide qu’on pouvait attendre de la dendrochonologie, dont ils ont su développer l’utilisation pour la datation des meubles anciens.

4Ont suivi des études plus traditionnelles, concernant des meubles isolés ou des ensembles de meubles. Il s’est publié ces dernières années de nombreuses monographies consacrées à des menuisiers et ébénistes de cette époque. Il manque cependant celle de B.V.R.B., Bernard II Vanrisamburgh, qu’a entreprise Yannick Bapt. Sa communication a livré des informations inédites sur la production de l’ébéniste, notamment le mobilier en laque. Bill Pallot a présenté les sièges de Marie-Antoinette au pavillon du Belvédère de Trianon (1780), dont une chaise figurait à l’exposition. Cet ensemble conçu par Gondouin sous la direction de Pierre-Élisabeth de Fontanieu, intendant et contrôleur général du Garde-Meuble de la Couronne, et par Richard Mique, architecte de Marie-Antoinette, comprenait huit fauteuils et huit chaises, et fut exécuté en 1780-81 par François Toussaint Foliot. Les innovations que ce mobilier proposait influencèrent maintes créations postérieures. Les Foliot furent notamment supplantés par Georges Jacob, dont nous entretint Jean-Jacques Gautier, inspecteur au Mobilier national, qui a découvert bien des œuvres inédites du célèbre menuisier dans les collections du Mobilier national. Les étonnants serre-bijoux de Marie-Antoinette firent l’objet de deux communications. Notre collègue américaine Rebecca Tilles nous a présenté celui de 1770, dû à François-Joseph Belanger et Maurice-Bernard Evalde. Bertrand Rondot, conservateur en chef au musée national du château de Versailles, a étudié celui de 1787, dû à Ferdinand Schwerdfeger, l’ébéniste par lequel Marie-Antoinette pensait peut-être remplacer Riesener. Ce meuble, présent à l’exposition, est un véritable musée des techniques des métiers d’art sous Louis XVI.

5La seconde journée du colloque a été consacrée à la brillante histoire posthume du mobilier du xviiie siècle à laquelle les chercheurs s’intéressent de plus en plus. Il a d’abord été apprécié et collectionné par des admirateurs anglais puis par des français à partir de la monarchie de Juillet. Il nous a été proposé deux exemples de grands amateurs de mobilier ancien, Louis-Philippe et l’impératrice Eugénie. Louis-Philippe n’a pas hésité à transformer les meubles de Boulle appartenant aux collections nationales pour les aligner à la même hauteur dans la galerie d’Apollon du château de Saint-Cloud. Grâce à Jean-Pierre Samoyault, administrateur honoraire du Mobilier national, nous disposons enfin d’un catalogue clair des meubles utilisés par Louis-Philippe. Yves Carlier, conservateur général au château de Versailles, et Mathieu Caron, dont la thèse en cours concerne « Le Garde-Meuble et la Cour. Héritages et goût du mobilier d’Ancien Régime du Consulat au Second Empire », nous ont expliqué comment l’impératrice a évolué à Fontainebleau et aux Tuileries du style Louis XVI au style Louis XVI-Impératrice. Camille Mestdagh, doctorante à l’université Paris IV-Sorbonne, a mis à l’honneur les copies des meubles illustres du Mobilier national dues aux Beurdeley et à Henry Dasson dans le dernier tiers du xixe siècle.

6Jean-Gabriel Mitterrand, enfin, nous a montré que le xviiie siècle ne laissait pas indifférents les créateurs contemporains, comme il l’a prouvé lui-même autrefois en diffusant le « mobilier Diderot » (1986) et le « mobilier Du Deffand » (1989) conçus par Guy de Rougemont. La postérité artistique du mobilier parisien du xviiie siècle réserve sûrement encore des surprises.

7La recherche est en tout cas florissante à juste titre dans ce domaine si riche. Puisse ce colloque la stimuler encore et susciter de nouvelles vocations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Alcouffe, « Nouveaux regards sur le mobilier français du XVIIIe siècle : introduction », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2015, mis en ligne le 23 décembre 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://crcv.revues.org/13597 ; DOI : 10.4000/crcv.13597

Haut de page

Auteur

Daniel Alcouffe

Conservateur général honoraire

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org