Navigation – Plan du site
Le marbre, matériau royal du règne minéral

Marbres couronnés

Couleurs de Versailles et carrières du royaume
Honoured marble: The colours of Versailles and the kingdom’s quarries
Pascal Julien

Résumés

Au xviie siècle, le marbre est perçu comme un matériau vivant, offrant tous les attraits du mystère, de la magie ou de la beauté. À Versailles, il est utilisé pour la gloire du roi, pour restaurer le mythique âge d’or d’une Antiquité triomphante et le royaume est largement sollicité pour cette célébration. On ignore trop souvent que de multiples carrières des Pyrénées, du Languedoc ou de Provence ont fourni une grande part des brillants décors du château de Versailles. Il faut donc, à partir de lambris somptueux, d’imposantes cheminées ou de délicats pavements, reprendre le long périple effectué par ces marbres et revenir dans les carrières de Campan, Sarrancolin, Héches, Saint-Béat, Barbazan, Caunes, Félines, Trets, la Sainte-Baume ou le Tholonet pour retrouver l’origine des plus belles couleurs de Versailles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dès 1664, la Relation de la fameuse fête des Plaisirs de l’Isle enchantée annonçait : « tout y rit (...)

1Le palais de Versailles ne fut pas qu’une heureuse combinaison des arts, au service d’un somptueux apparat ou d’une subtile politique. Il fut aussi le luxueux caprice d’un roi épris de précieux et de féerique qui, soucieux d’éblouir, n’affectait « de n’aimer que le poli » dès les premières années de son règne1. Ce penchant de Louis XIV pour les matériaux les plus riches, jamais démenti, s’exprima avec une particulière magnificence dans les marbres, figuration aux multiples reflets de la souveraineté. Pour soutenir cet éclat, les services des Bâtiments du roi firent ouvrir, rouvrir ou agrandir de nombreuses carrières, dans les régions récemment conquises de Flandre ou du Hainaut de même qu’en France méridionale. Aussi, dès 1674, André Félibien pouvait-il écrire, au sujet des grands appartements royaux :

  • 2 A. Félibien, Description sommaire du chasteau de Versailles en 1674, publié dans Recueil de descrip (...)

Tous ces lieux sont pavez et enrichis de différentes sortes de marbre que le roy a fait venir de plusieurs endroits de son Royaume, où depuis dix ans l’on a découvert des carrières de marbre de toutes sortes de couleurs, et aussi beaux que ceux que l’on amenoit autrefois de Grèce et d’Italie2.

2De fait, une ambitieuse politique marbrière permit de fournir continuellement le chantier du « grand dessein » en richesses minérales, grâce aux sources d’approvisionnement traditionnelles, l’Italie et le Nord mais aussi grâce à de multiples carrières qui furent exploitées en Pyrénées, en Languedoc et en Provence.

Histoires de marbres

3En dépit de mises en œuvre prestigieuses, les marbres n’ont été que tardivement étudiés en France, alors même que l’histoire de l’architecture y a longtemps fait fructifier la notion d’identité nationale.

  • 3 G. Wildenstein, C. Terrasse, « Les documents du Département des marbres », Bulletin de la Société d (...)
  • 4 E. Bonnel, « L’inspection des marbres à Marseille », Revue de Marseille, 36, 1958, p. 27-36 ; « Not (...)
  • 5 Ces institutions étaient les Musées de France, la Direction du patrimoine et le CNRS.
  • 6 G. Bresc-Bautier, H. Du Mesnil, « Le Marbre du roi : l’approvisionnement en marbre des Bâtiments du (...)
  • 7 S. Mouquin, Les marbriers des Bâtiments du roi (1661-1745) : étude des principaux marbriers travail (...)

4Signalés en 1919 par Wildenstein et Terrasse, Les documents du département des marbres de la Couronne furent par la suite essentiellement exploités pour des sujets concernant la statuaire3. Émile Bonnel, en 1957 et 1958, fut le premier à en tirer des articles consacrés à l’origine et à la fourniture de ces matériaux, pour la Provence uniquement4. Toutefois ce ne fut qu’en 1981 que fut véritablement entreprise une action d’envergure afin de clarifier ce sujet, d’autant plus important qu’il avait des résonances directes sur la restauration de monuments historiques. Une collaboration entre institutions permit alors un dépouillement systématique des archives nationales et un relevé des bâtiments de la couronne, qui furent opérés sous la direction de Geneviève Bresc-Bautier5. Les divers articles qui furent publiés à la suite de ces travaux demeurent le fondement de toute réflexion et de tout approfondissement sur « La politique royale du marbre français » de 1660 à la Révolution, que ce soit pour les marbres de couleur ou pour le blanc statuaire, tant pour les approvisionnements français qu’étrangers6. Les documents rassemblés, mis à la disposition de chercheurs, permirent également d’alimenter d’autres études, notamment universitaires7.

  • 8 D. Monna, P. Pensabene, J.-P. Sodini, « L’identification des marbres : sa nécessité, ses méthodes, (...)
  • 9 R. Gnoli, Marmora romana, Rome, 1971.
  • 10 G. Borghini (dir.), Marmi antichi, 1989, Rome, 2001. P. Pensabene (dir.), Marmi antichi, II, Rome, (...)
  • 11 M. De Nuccio, L. Ungaro (dir.), I marmi colorati della Roma imperiale, cat. exp., Rome, 2003.
  • 12 Depuis la tenue du colloque de Versailles, en 2003, de nombreux travaux ont été menés sur les marbr (...)

5Toutefois ces travaux n’abordèrent pas directement le thème des carrières. En ce domaine, les publications sont restées très spécialisées. Dans la Revue de l’art, en 1983, le texte intitulé « L’identification des marbres : sa nécessité, ses méthodes, ses limites » avait donné le ton : il était uniquement consacré aux marbres antiques8. Dans les années qui suivirent, nombre d’études furent lancées sur ce sujet, essentiellement en Italie, où il avait été initié par le Marmora romana de Roberto Gnoli, édité dès 19719. Outre différents articles, plusieurs ouvrages collectifs furent publiés, tels les deux volumes de Marmi antichi, en 1989 puis 199810, qui furent approfondis en 2003 dans le catalogue de l’exposition I marmi colorati della Roma imperiale11. Toutefois, ces écrits pourtant fondamentaux, la question des carrières modernes fut occultée, alors que certaines variétés avaient été exploitées sans discontinuer ou presque durant des siècles. Mieux encore, pour plusieurs sites, notamment de Gaulle romaine, des fronts de taille du xviie ou du xviiie siècle furent présentés comme antiques, dans la négation d’exploitations ultérieures, comme si un temps du marbre s’était arrêté avec la fin de l’Empire12.

  • 13 Sur ce sujet, se reporter à l’article de É. Groessens dans la présente publication, ainsi qu’à l’ou (...)
  • 14 Ainsi l’article de A. Blanc, « Les marbres et roches ornementales dans les monuments français », da (...)
  • 15 G. Bresc-Bautier, « Les marbres des Pyrénées sous Louis XIV », Les marbres blancs des Pyrénées : ap (...)
  • 16 J. Dubarry de Lassale, Identification des marbres, Turin, 2000 ; Utilisation des marbres, Turin, 20 (...)
  • 17 P. Bernigole, Marbres de Sarrancolin, Castanet, 2000. J.-L. Bonnet, « Des carrières aux marbriers d (...)
  • 18 Marbres en Franche-Comté, actes des journées d’étude de Besançon, 1999, Besançon, 2003. Voir égalem (...)
  • 19 L. Anglade, « Carrières de marbre du Languedoc et des Pyrénées », Cahiers d’arts et de traditions r (...)

6Alors que l’histoire des carrières de Flandre et du Hainaut suscitait nombre de travaux en Belgique13, en France, ils furent plus tardifs : pour exemple en 1987, le livre Pierres en Provence aborda de nombreuses roches, jusqu’aux plus simples, mais ne signala aucune carrière de marbre, alors que les sites prestigieux ne manquaient pas. Et lorsque des études d’envergure eurent lieu sur les pierres de construction, la question des marbres y fut peu abordée, hormis, parfois, pour le Moyen Âge14. En 1995, le colloque sur Les marbres blancs des Pyrénées privilégia une approche scientifique et historique, tout en faisant une place aux époques médiévales et modernes, cependant seul le blanc statuaire fut concerné15. Et si, en 2000, le livre Identification des marbres fournit un précieux outil de comparaison pour certaines variétés de couleur, il n’eut pas vocation à dépasser le stade de catalogue, illustré de photos magnifiques. Il en va de même du volume suivant, Utilisation des marbres, paru en 200516. Quant aux recherches locales, comme celles de Pierre Bernigole pour Sarrancolin ou celles – très approfondies – de Jean-Louis Bonnet pour Caunes-Minervois, elles restèrent des plus rares17. Seule manifestation d’envergure, un colloque sur les marbres du Jura, en 1999, prit pour la première fois en compte une chronologie longue, à l’échelle d’une région18. Mais même pour le xxe siècle, les études de ce genre furent peu fréquentes, en dehors de celles de Louis Anglade pour les sites pyrénéens et languedociens ou de Geneviève Marotel pour les sites alpins19.

  • 20 P. Julien, Marbres, de carrières en palais. Du sang des dieux à la gloire des rois, du Midi à Versa (...)

7À partir de 1998, plusieurs de ces travaux servirent de base à un programme de recherches mené en France et en Italie qui bénéficia des soutiens du ministère de l’Éducation nationale, de la recherche et de la technologie, du C.N.R.S., de l’École française de Rome et du château de Versailles. Le colloque Marbres de rois constitua l’une des manifestations de ce programme qui donna lieu, en 2006, à la publication d’un livre directement lié à la présente étude. Ambitionnant d’aller De carrières en palais, cet ouvrage s’attacha à définir le marbre dans ses diverses significations, avant de privilégier l’étude du domaine français. Une approche successivement symbolique, historique, technique et esthétique proposa de suivre ce matériau dans ses multiples applications et dans les enjeux qu’il suscita20.

8De ces diverses recherches, il faut tirer un constat important : pour évoquer les couleurs de Versailles ou de tout autre palais, il faut comprendre ce que représentait un marbre pour un homme du xviie siècle. Était alors dénommée ainsi toute pierre prenant le poli, selon l’origine grecque du terme marmor, brillant, irradiant, ce qui englobait tout autant l’albâtre que le porphyre, le granit, les jaspes ou les véritables calcaires métamorphiques. Mais la perception de ces roches n’était pas seulement technique, réservée aux praticiens. Elle était également savante et religieuse, car elles représentaient l’un des genres les plus remarquables du règne minéral et à ce titre, bien des fragments colorés, étrangement veinés, eurent les honneurs des plus célèbres cabinets de curiosité. On considérait en effet que ce matériau d’exception, sur lequel le temps n’avait prise, avait consigné bien des mystères du passé du monde, parmi lesquels les fossiles et pétrifications. On se plaisait ainsi à y lire l’intervention de Dieu, à y découvrir le caractère animé d’une nature première, œuvre du Créateur. Ces croyances étaient d’autant plus importantes que l’on considérait le marbre comme un matériau vivace, végétatif.

9En outre, et ce n’était pas la moindre de ses qualités, le marbre reflétait la légendaire puissance de l’Empire romain, il était l’une des marques les plus hautes d’une culture raffinée. Aussi s’imposa-t-il comme l’un des matériaux essentiels de la Renaissance, dans un sens aussi mystique que mythique, et ce fut dès le règne d’Henri II que les ressources nationales furent mises à contribution, dans l’ambition affichée de concurrencer toute autre provenance. Pour Versailles, leur exploitation connut son plein développement afin de sacraliser la gloire de Louis XIV tout en restaurant l’âge de marbre d’une Antiquité triomphante.

Variétés pyrénéennes

  • 21 Les appellations ayant sensiblement varié avec les siècles, il paraît judicieux de citer avant tout (...)

10Dans les Pyrénées, les Romains avaient ouvert plusieurs sites dont certains l’étaient encore au Moyen Âge. D’autres furent trouvés ou retrouvés au xvie siècle, de nouveaux furent également découverts à partir du xviie siècle, mais seules cinq carrières connurent une exploitation durable et importante, en raison de leur abondance, de leur accessibilité et de la beauté des variétés qu’elles recélaient21.

Saint-Béat

Blanc statuaire, blanc commun, gris

11Au cœur des Pyrénées centrales, dans une étroite vallée, le village de Saint-Béat (Haute-Garonne) est adossé à des « falaises toutes de marbre ». Il est dominé par un château qui commandait une route stratégique, menant vers l’Espagne par le val d’Aran. Durant des siècles, des convois de muletiers transportèrent loin au-delà de la frontière des plaques, carreaux, mortiers, colonnettes ou chapiteaux fabriqués sur place. Lorsque Henri II encouragea la recherche de marbres en son royaume, en 1554, il nomma l’ingénieur et architecte Dominique Bertin « capitaine des monts pirénées » et lui donna autorité à partir de Luchon et de Saint-Béat. De là, tout autant que depuis Toulouse, celui-ci organisa la recherche puis l’exploitation et le transport de multiples variétés qui lui permirent de fournir les architectes des Valois.

  • 22 AN, O1 2068, 1737, « Mémoire pour les carrières de marbre du roy ».

12Plusieurs sites aux alentours immédiats du village témoignent encore d’une exploitation continue, du Ier siècle à nos jours, c’est toutefois sur le flanc de la montagne de Rapp, du côté ouest, que fut recherchée la meilleure roche, sur une « montagne prodigieuse et qui fourniroit de quoy bastir cent villes comme Paris22 ». Il s’y trouvait, en larges filons, un blanc statuaire qui était qualifié de « blanc de glace » au xve siècle et de « marbre grec » au xviiisiècle, tant il était beau, pur et uni sous le ciseau, en dépit d’une certaine dureté.

13Ce blanc statuaire, dont furent tirés tant de chefs-d’œuvre antiques, romans ou gothiques, a alimenté chez les surintendants du roi les espoirs les plus fous. Mais jamais il ne put concurrencer les blancs de Carrare, car dans la seconde moitié du xviie siècle les veines de qualité n’affleuraient plus à Saint-Béat que sur une haute falaise, sans chemin d’accès23. Ce site fut l’un des premiers à être visité par les experts commissionnés par Colbert, dès 1664, mais les carriers chargés ensuite de l’exploitation ne purent que perpétuer des pratiques plus anciennes : précipitées au bas de la montagne à l’aide de « pétaradages » à la poudre, les masses s’y brisaient et ne fournissaient que de petits blocs. En revanche, des blancs communs et des gris étaient accessibles en abondance et furent largement exploités pour l’architecture, notamment pour des parements et pavements, à partir des années 1670. En 1739, un chemin permit même de rendre plus accessible ce marbre « très bon et très propre pour être employé dans de grands ouvrages comme cordons ou bordures de bassin, piédestaux, marches d’escalier dans les jardins », ce qui fut l’essentiel de ses applications à Versailles.

14Située au pied des carrières, la Garonne facilitait les transports par le chargement direct de radeaux qui descendaient le fleuve jusqu’à Montréjeau, Toulouse puis Bordeaux. L’exploitation à seules fins d’architecture, qui perdura tout au long du xviiie siècle, fut profondément renouvelée au xixe siècle. Des moyens modernes permirent alors de retrouver un blanc statuaire de haute qualité dont usèrent de grands sculpteurs, tels David d’Angers ou James Pradier.

Cierp

Rouge de Cierp, dit rouge sang de bœuf

  • 24 Pour les tombeaux royaux, il faut signaler, en cierp, les cartouches latéraux du tombeau de cœur de (...)

15Cierp est situé à l’entrée de la vallée de Luchon (Haute-Garonne), à quelques kilomètres de Saint-Béat. Ce village est dominé par un spectaculaire plissement de terrain, ondulant en strates de marbres colorés, au sein duquel sont entaillées plusieurs carrières. L’une fut exploitée par les Romains (des carreaux de cierp ont été retrouvés en Narbonnaise), puis reprise par Dominique Bertin, qui fit notamment tirer de cette paroi la haute colonne du tombeau de cœur du cardinal de Bourbon à Saint-Denis (1556)24.

16Très apprécié jusqu’à la première moitié du xviie siècle, ce marbre fut ensuite délaissé au profit des rouges du Minervois, plus vifs. En 1712, le contrôleur des marbres du roi, Claude-Félix Tarlé, écrivait : « la qualité n’en plait point puisque c’est du rouge couleur sang de bœuf », et, en 1757, le contrôleur des marbres des Pyrénées et du Languedoc, Marc-François de Lassus, renchérissait ainsi :

Le marbre a un fond rouge vineux traversé de quelques veines blanches ou jaunâtres, ce marbre est solide, plein et susceptible d’un poli parfait, on peut le lever par le secours de la poudre, il est dommage qu’il soit sans dessein et de couleur si commune.

Sauveterre

Brèche grise, dite brèche des Pyrénées
Noir de Comminges, dit noir d’Aquitaine

17Deux variétés principales, une brèche multicolore et un noir uni, furent exploitées entre les villages de Barbazan et de Sauveterre (Haute-Garonne), à quelques kilomètres de Saint-Bertrand-de-Comminges et à une faible distance de la Garonne. En 1667, le grand-maître des eaux et forêts, monsieur de Froidour, écrivait :

  • 25 P. de Casteran, « Lettres de M. de Froidour », Revue de Gascogne, XXXIX, 1898, p. 313.

M’étant approché plus près de Barbasan on me fit voir deux montagnes toutes de marbre le gris d’un côté et le noir de l’autre où l’on en tire pour les bâtiments du Louvre. Sauveterre est aussy sur une montagne de marbre et celuy qu’on y tire est parfaitement beau. Il est de différentes couleurs, gris, noir et blanc, mais meslangé de façon qu’il n’y a rien de plus agréable à voir. Il y a des ouvriers dans cette ville qui le polissent et qui en font des escritoires, des boulles et autres choses semblables25.

  • 26 Sur ce point, voir l’article d’Alain de Beauregard dans le présent volume.
  • 27 Une telle confusion est manifeste, par exemple, dans l’analyse des marbres des cheminées du château (...)

18Le noir profond était très apprécié pour des sphères, cabochons ou pointes de diamant dont on ornait retables et cheminées, ainsi qu’en usa souvent l’architecte Pierre Souffron dans les années 1590-163026. Sa qualité fut telle qu’on le confond communément avec le noir dit « de Belgique », appellation générale regroupant plusieurs variétés27. Bien que totalement oublié de nos jours, le noir de Sauveterre fut pourtant très employé et exporté fort loin : il servit même à la confection du sarcophage du grand maître Gregorio Carafa dans la cathédrale Saint-Jean de La Valette à Malte, en 1690. Les carrières sont désormais difficiles à localiser, un gisement subsiste au haut du village de Barbazan, en grande partie emporté par l’élargissement d’une route.

  • 28 A. Félibien, Des principes de l’architecture, de la Peinture et des arts qui en dépendent. Avec un (...)

19Une ancienne carrière de brèche est encore visible à proximité de la même route, en allant vers Sauveterre. Au sujet de cette brèche, dite aussi « brèche grise » ou « brèche pyrénéenne », Félibien écrivait déjà en 1676 que ce marbre avait « une grande dureté et pren[ait] un poly merveilleux », et soulignait qu’il donnait même des colonnes28. Il fut abondamment employé dans les grands appartements de Versailles, où il est encore visible, notamment dans les salons de Mercure ou de Vénus. Toutefois, ses teintes sombres le firent passer de mode et, en 1756, le contrôleur des marbres du roi Marc-François de Lassus écrivait à son tour :

  • 29 Sur les écrits de Lassus, voir P. Julien, « Une description inédite des Pyrénées au xviiie siècle, (...)

Le grain en est fin, le poly parfait, c’est un assemblage de cailloux noirs et de différentes figures séparées par des cloisons de couleur rousse et blanche formant une marqueterie assez agréable et principalement propre aux décorations lugubres29.

Héchettes

Petit antique

20Les carrières de ce marbre sont situées au sein d’un bois surplombant la rivière de Neste, au voisinage du petit village de Héchettes, à l’entrée de la vallée d’Aure (Hautes-Pyrénées).

  • 30 R. Gnoli, Marmora romana, Rome, 1971, p. 197-198.

21Il s’agit là d’une « pierre de substitution ». Le grand antique, en effet, sous le nom de marmor celticum, avait été célèbre sous l’empire romain : extrait à Aubert, près de Saint-Girons (Ariège) à partir du ive siècle au moins, il fut exporté ensuite jusqu’à Rome et Constantinople30. Mais sa carrière, au xviisiècle, demeura perdue et ses larges éclats de noir et de blanc furent remplacés par ceux, très semblables mais de moindre taille, du marbre découvert à Héchettes dès le xvie siècle, probablement par Dominique Bertin.

22La manière de débiter ce marbre influait tout particulièrement sur son aspect et en 1712, Claude-Félix Tarlé indiqua comment orienter « la passe » pour obtenir de plus belles fragmentations noires et blanches. Celles-ci étaient si appréciées, pour les autels et retables – dans une symbolique de la mort et de la résurrection – que s’institua un trafic avec Rome, où ce marbre fut amplement utilisé dans les églises. À la fin du xviiie siècle, ce commerce était encore florissant :

  • 31 Bordeaux, bibliothèque municipale, Ms 829 (X), « Mémoire sur les marbres des Pyrénées par M. Leroy  (...)

Au village d’Eche, à l’entrée de la vallée d’Aure, il y a du marbre brèche, à placard noir et gris avec de filets blancs, dont les Italiens font le plus grand cas. Il y a un marbrier qui en fait le commerce et qui le vend en Italie 66 livres le pied cube, sur lequel il gagne plus de 200 %, aussi ne peut-il pas en fournir assez31.

23À Versailles, ce marbre fut surtout utilisé dans l’appartement des Bains et dans les grands appartements, comme au salon de Diane, mais son aspect funèbre en restreignit probablement l’emploi.

Campan

Verd verd, vert émeraude, vert d’herbe, vert de Campan rosé vert, campan grand mélange, campan rubané

  • 32 Une proche variété a été localisée au Pont de la Taule, en Ariège, qui suscite un débat entre spéci (...)

24Les carrières de Campan sont situées sur le plateau de Payolle, au lieu-dit Espiadet, loin au-dessus du bourg de Sainte-Marie-de-Campan, dans la haute vallée de l’Adour (Hautes-Pyrénées). Plusieurs variétés vertes et rouge grenat y furent exploitées le long d’un même et immense front de taille (fig. 1). Aux iie et iiisiècles après J.-C., une variété de vert tendre griotté (cippolino mandolato) fut envoyée jusqu’à Rome32. Une proche variété de rosé-vert fut également très diffusée et a été retrouvée, sous la forme de grandes colonnes de temple, lors des fouilles du port antique de Lyon, en bord de Saône, avec d’autres monolithes en vert et en grand mélange (rouge et vert zébré de blanc). Ce site fournit des colonnes de grande qualité que l’on continua d’extraire à l’époque médiévale, comme celles du cloître des dominicains de Bagnères-de-Bigorre.

  • 33 Sur cette façade, il est difficile de déterminer les modifications de variétés dues à des restaurat (...)

25Au xvie siècle, ce marbre fit partie des premiers qu’exploita Dominique Bertin. En 1555, il s’en servit pour des plaques et pointes de diamant au portail de l’hôtel de Molinier, à Toulouse, et il en envoya des blocs à Paris que Pierre Lescot utilisa en panneaux sur la façade du Louvre d’Henri II, où certains sont encore visibles33. Bertin en tira aussi les colonnes et l’entablement du baldaquin de l’une des portes du parlement de Toulouse, et il fournit la matière de nombreux bénitiers et fonts baptismaux, comme ceux que tailla Antoine de France, en 1561, pour l’abbatiale Saint-Sernin de cette même ville. Durant le premier tiers du xviie siècle, ce marbre fut utilisé par l’architecte Pierre Souffron, qui en orna de nombreux retables, comme à Auch, et de somptueuses cheminées, comme à Lauzun, Roquetaillade ou Cadillac. Il l’y mêla au cierp, ainsi qu’à la brèche ou au noir parfait de Sauveterre.

Fig. 1 : Carrière de Campan, au lieu-dit Espiadet, commune de Campan en Hautes-Pyrénées, décrétée carrière royale en 1692. Front de taille du xxe siècle.

Fig. 1 : Carrière de Campan, au lieu-dit Espiadet, commune de Campan en Hautes-Pyrénées, décrétée carrière royale en 1692. Front de taille du xxe siècle.

© J.-C. Lepert

Fig. 2 : Campan vert.

Fig. 2 : Campan vert.

© J.-C. Lepert

Fig. 3 : Campan grand mélange.

Fig. 3 : Campan grand mélange.

© J.-C. Lepert

26En 1664, le banquier Pierre Formont s’engagea envers Colbert à fournir de ces marbres de Campan en quantité « à la réserve de grandes colonnes pour lesquelles [il] ne veult pas s’obliger de fournir qu’il n’ayt auparavant éprouvé les chemins ». Il y parvint toutefois, puisqu’en 1667, Jean de Froidour vit dans la vallée de Campan « 15 ou 16 grandes colonnes qu’on voituroit pour les bastiments du Louvre ». Mais ce fut pour Versailles que ce marbre fut utilisé avec ampleur. Le vert, dit « verd verd », y fut assimilé à l’émeraude (fig. 2). Avec le grand mélange, ils furent utilisés partout, dans les grands appartements et dans les escaliers d’honneur, dans la Grande Galerie et même dans les jardins, comme au bassin de Latone (fig. 3). La carrière était d’exploitation difficile, par la position plongeante des veines et la rudesse du climat, étouffant en été, glacial dès l’automne. Mais elle fournit des pièces exceptionnelles, comme les panneaux et les fortes moulures du salon de la Guerre ou les colonnes sur cour du Grand Trianon.

27En 1688, cette carrière fut fermée pour cause de conflit, puis réservée pour le roi, en raison de la haute qualité de ses gisements. En 1712, « tout le marbre libre » ayant été pris en dépit de ce règlement, Claude-Félix Tarlé fit travailler en sous-cavage, c’est-à-dire en galerie « en sorte que la mauvaize roche leur servira de voutte », ce qui fut répété tout au long de la montagne jusqu’au xxe siècle. Ce ne fut qu’en 1955 et 1958 que fut dégagé le découvert de marbre gris qui surplombait ces multiples « vouttes ». Apparurent alors les ultimes dégagements opérés à la scie manuelle par les ouvriers du roi, au plus profond du sous-cavage du xviiie siècle.

  • 34 P. Julien, « Le flottage des marbres royaux des Pyrénées à l’océan », actes du colloque Forêts et t (...)

28Traditionnellement, ces marbres étaient transportés par de longs et coûteux charrois jusqu’à Montréjeau, où ils rejoignaient la Garonne. Mais en 1713, Pierre de Lassus fit établir un chemin royal pour rejoindre la vallée voisine de Sarrancolin et la rivière de Neste, par le col de Beyrède34.

Sarrancolin

Sarrancolin, marbre d’Antin

29Le village de Sarrancolin, au cœur de la vallée d’Aure, en Hautes-Pyrénées, se trouve au pied d’un étranglement formé par deux puissantes montagnes, sur les hauts flancs desquelles se situent les carrières, sur les communes de Sarrancolin et d’Ilhet à l’est et de Veyrède à l’ouest.

  • 35 Cette technique fut perfectionnée par Claude-Félix Tarlé à partir de 1712.

30Les carrières de Sarrancolin-Ilhet furent les premières découvertes, probablement vers 1560-1570. Elles furent exploitées en sous-cavage, pour suivre les plus belles veines qui s’enfonçaient perpendiculairement à la pente. Cette caractéristique poussa les marbriers du roi, notamment Misson, à partir de 1666, à creuser des galeries de part et d’autre des bons filons, puis à découper ceux-ci à la scie, afin d’épargner la meilleure matière35. Plusieurs excavations furent profondément ouvertes par des carriers de Franche-Comté venus travailler pour les services royaux, à partir de 1684. En 1689, le site fut réservé pour le roi et interdit d’exploitation (fig. 4).

Fig. 4 : Carrière de marbre sarrancolin, site d’extraction en galerie de la première moitié du xviiie siècle, commune de Beyrède-Jumet, Hautes-Pyrénées. Déclarée carrière royale en 1692.

Fig. 4 : Carrière de marbre sarrancolin, site d’extraction en galerie de la première moitié du xviiie siècle, commune de Beyrède-Jumet, Hautes-Pyrénées. Déclarée carrière royale en 1692.

© Pascal Julien

Fig. 5 : Sarrancolin.

Fig. 5 : Sarrancolin.

© J.-C. Lepert

31La rivière de Neste, passant par Sarrancolin, facilitait le transport des blocs qui étaient descendus des carrières par « lissage », sur des traîneaux retenus par des cordages. Puis ils étaient déposés sur de forts radeaux, confectionnés dans les futaies de la vallée d’Aure, radeaux qui, non sans péril et fastidieuses ruptures de charges, descendaient la Neste jusqu’à Montréjeau, Toulouse et Bordeaux.

  • 36 P. Julien, « Fraudes et profits autour des marbres méridionaux, de Colbert au duc d’Antin », Grands (...)

32À partir de 1712 de nouvelles carrières furent découvertes par Claude-Félix Tarlé sur le flanc de la montagne opposée, sur la commune de Veyrède, faisant partie de la seigneurie du duc d’Antin. Ce dernier, alors directeur des bâtiments du roi, se servit de ce marbre pour faire sa cour, organisant à Versailles de spectaculaires mises en concurrence des différentes variétés du royaume, soumises à l’appréciation du roi36. L’exploitation était aussi difficile qu’à Ilhet, et l’une des plus importantes galeries s’écroula même à la suite d’un « grand tremblement de terre survenu en l’année 1749 ».

33Nommé « jaspe » à la Renaissance, le sarrancolin fut comparé à l’agate par les historiographes de Louis XIV (fig. 5). Le souverain en faisait « fort grand cas », sans doute en raison de son aspect solaire allié à des chatoiements proches de ceux des pierres précieuses. En 1737, Marc-François de Lassus écrivait : « le marbre qui se tire de ces deux différentes carrières est sans contredit le plus beau qu’il y ayt en France et mesme en Italie », opinion qui eut de nombreux échos jusqu’au xixe siècle, avec son emploi spectaculaire pour les colonnes du grand escalier de l’Opéra Garnier.

34À Versailles, le sarrancolin fut abondamment utilisé dans les grands appartements, dans les compartimentages des parements muraux. Il fut également habilement placé en contrepoint des campan, des rouges de Rance et des blancs communs de Carrare sur les plinthes et cimaises de la Grande Galerie, mais son emploi le plus fastueux, l’emmarchement de l’escalier des Ambassadeurs, a disparu avec cette œuvre majeure. On en usa avec discernement, car la production des carrières était limitée : elle arriva même à terme dès 1686, date à partir de laquelle on épuisa les stocks. Toutefois, l’importante relance des carrières menée à partir de 1712 produisit en abondance un matériau de haute qualité, et ce fut dans le salon d’Hercule, en 1724, que le « marbre d’Antin » connut ses plus belles applications.

Sost

Blanc

35La carrière de Sost est située non loin du petit village de ce nom, en vallée de Barousse (Hautes-Pyrénées). Cette carrière porte témoignage des efforts démesurés qui furent consentis pour trouver dans le royaume un blanc statuaire de qualité susceptible de concurrencer celui de Carrare. Les directeurs des Bâtiments du roi, Orry en 1737 puis Lenormant de Tournehem en 1748, envoyèrent en Pyrénées Jean Tarlé pour trouver une carrière susceptible de remplacer celle de Saint-Béat, où les espoirs des précédents surintendants avaient été déçus, de Colbert au duc d’Antin. Bien que ce marbre au grain très fin ait été considéré comme « celuy de tous les marbres blancs des Pirénées qui aproche le plus des qualités du marbre d’Italie », et en dépit de travaux titanesques menés de 1748 à 1753, il fut impossible d’accéder à des veines suffisamment cohérentes pour en tirer de grands blocs.

Rouges du Languedoc

  • 37 La carrière de Roquebrun, actuellement de Saint-Nazaire (Hérault) a été ouverte en 1622 et a produi (...)

36Les « rouges du Languedoc » constituèrent l’essentiel de la production marbrière de cette province qui, en volume, dépassa tout ce qui fut extrait ailleurs. Ces rouges avaient été peu utilisés durant les périodes romaine et médiévale, hormis régionalement. À partir du xviie siècle, ils furent exploités sur les communes voisines de Caunes (Aude) et de Félines (Hérault) en Minervois, sur les contreforts de la montagne Noire. Il faut toutefois souligner que des variétés presque exactement semblables furent simultanément exploitées à Roquebrun (carrière actuelle de Saint-Nazaire, Hérault), mais en bien moindre proportion37.

Caunes-en-Minervois

Incarnat, griotte, turquin, californie, cervelas, rouge du moulin, vert du moulin

37Les carrières de Caunes, épisodiquement utilisées à l’époque romaine puis médiévale, furent ouvertes par des marbriers ligures à partir de 1617, attirés par l’éclat incomparable d’un rouge intense flammé de blanc qui fut expédié partout en Italie, en blocs ou en colonnes. Cet « incarnat » (rosso ou mischio di francia) y connut un succès fulgurant qui le conduisit en des centaines de sanctuaires, jusqu’à Saint-Pierre de Rome, à partir de 1646. Dès 1625, Nicolas-Claude Fabri de Peiresc signalait tout son intérêt aux marbriers royaux, toutefois les italiens en conservèrent le commerce quasi exclusif jusqu’en 1660-1670 environ, période durant laquelle la politique somptuaire voulue par Louis XIV entraîna un accroissement sans précédent des achats de marbres d’Italie et des Flandres mais aussi l’essor spectaculaire des carrières des Pyrénées, puis de l’ensemble du Midi. En Minervois, la proximité du canal royal de Languedoc favorisa le transport des marbres en de très grandes quantités.

Fig. 6 : Péristyle du Grand Trianon, colonnes et pilastres en incarnat de Caunes-Minervois.

Fig. 6 : Péristyle du Grand Trianon, colonnes et pilastres en incarnat de Caunes-Minervois.

© J.-C. Lepert

38De nombreuses excavations furent ouvertes sur le plateau de Terralbe et autour de celui-ci, au-dessus du village de Caunes. Toutefois, deux carrières – l’une au bord d’une falaise (la « belle marbrière ») puis l’autre au centre du plateau (la Malecasse, ouverte à partir de 1680) – fournirent de hautes colonnes d’incarnat très appréciées dans l’architecture religieuse et palatiale, comme en témoigne le fameux péristyle du Grand Trianon (fig. 6). Aussi le roi veilla-t-il personnellement à s’en réserver l’usage, dès 1689. En 1757, le contrôleur des marbres Marc-François de Lassus écrivait encore :

La carrière est inépuisable, le marbre solide, on luy donne telles dimensions qu’on veut, il est d’un grand usage pour les colonnes, retables et autres décorations d’église.

39Outre l’incarnat, on exploitait également, et parfois dans les mêmes carrières, au gré de la disposition des veines, un gris bleuté teinté d’orangé que l’on nommait turquin et un gris parfois légèrement tacheté de rouge et de jaune « aurore », appelé californie.

40Au pied du Roc de Bufin, sur les rives de l’Argent double fut exploité un griotte, d’un rouge foncé et brillant, et Tarlé y découvrit, en 1712, le rouge et le vert du moulin, qui furent peu diffusés avant le xixsiècle. Non loin de ce site fut également découvert le cervelas, qui fut surtout utilisé après 1750, principalement pour des cheminées.

  • 38 De Genssane, Histoire naturelle de la Province de Languedoc, II, Montpellier, 1776, p. 199.

41Le griotte, d’un rouge acajou tacheté de nodules plus soutenus, fut l’un des marbres les plus appréciés du xviiie siècle, notamment pour les dessus de meubles et les cheminées. Or, l’Histoire naturelle de Languedoc, en 1776, situa à Caunes « de la griotte d’Italie38 » ! Ce marbre avait alors acquis un nom commercial qu’employaient même les naturalistes. Déjà, en 1699, l’officier Sarty s’était engagé à fournir aux Bâtiments du roi des « marbres rares italiens dont le griotte » : il prévoyait donc de revendre un marbre acheté en France, car il n’existe aucune carrière de ce type en Italie. Ce furent ces allées et venues très rentables qui suscitèrent une dénomination qui ne quitta plus cette variété et entraîna bien des confusions, notamment chez les historiens. Des confusions qui ne firent que renforcer une opinion fautive qui prévalut peu à peu : celle de la provenance étrangère de tous les marbres utilisés en France.

42L’incarnat, quant à lui, est partout présent à Versailles. Développé avec faste dans les grands appartements, notamment dans la salle des gardes de la Reine, il compose également nombre de vasques et de bassins dans le parc, de même que l’essentiel de la Grande Colonnade. Il est également l’âme du Grand Trianon, le Trianon de marbre.

Félines en Minervois

Incarnat, turquin, griotte

43Sur le territoire du village de Félines, proche de Caunes, furent également ouvertes de nombreuses carrières d’incarnat, de turquin ou de griotte. Elles se trouvaient sur les terres du seigneur de Hautpoul, qui traita tant avec les italiens qu’avec les Bâtiments du roi. Les marbres sont strictement les mêmes qu’à Caunes et l’une des carrières d’incarnat les plus abondantes, celle de la Boriette, est même à cheval sur les deux communes. Toutefois, le griotte est d’une qualité exceptionnelle sur ce territoire, notamment la variété « œil de perdrix », la plus recherchée, parsemée de petites inclusions de calcite blanche ovoïdes. Elle fut exploitée pour le roi par ordre de Tarlé dès 1712, dans une carrière désormais immense, car elle produisit durant plus de deux siècles.

44De nombreuses cheminées de Versailles, notamment celle du bureau de Louis XV (1739) témoignent de l’incroyable habileté des sculpteurs du roi, qui réussirent à sculpter ce marbre avec délicatesse, en dépit de toutes les difficultés.

Cazerdanes

Saint-Baudéry

45Seulement connu par les textes, le « Saint-Baudéry » n’était encore ni identifié ni localisé. La carrière se trouve non loin des ruines du château de Saint-Bauléry, sur la commune de Cazerdanes (Hérault).

46C’est en 1686 que ce marbre avec « façon d’agathe et à fond gris de lin taché d’aurore», fut découvert par l’ingénieur du roi Michel Martin. Des échantillons furent soumis au marquis de Louvois, qui en commanda plusieurs blocs en 1688. Certains arrivèrent jusqu’à Paris, d’autres restèrent stockés à Toulouse où, en 1692, l’archevêque Colbert de Villacerf s’en saisit pour faire confectionner des cheminées, toujours en place dans le palais archiépiscopal (actuelle préfecture). D’autres emplois de ce marbre, encore présent dans les magasins du roi en 1751, restent à identifier.

Marbres de Provence

47Certains marbres de Provence avaient connu une exploitation épisodique entre l’Antiquité et le Moyen Âge. Au xviie siècle, le portor de Saint Maximin fut surtout utilisé localement, en dépit de quelques blocs envoyés dans les magasins du roi. Si le Trets et le Sainte-Baume furent plus utilisés, ce fut surtout la brèche d’Alep qui fut largement exploitée, au cours du siècle suivant.

Trets et Pourcieux

Jaspe de Provence, jaune de Trets, poussiou

48Les carrières de Trets et de Pourcieux (Bouches-du-Rhône) sont situées au-dessus des villages de ce nom, auprès de l’ermitage Saint-Jean-du-Puy ainsi qu’au pied du mont Olympe.

49Elles produisirent un jaune plus ou moins clair, finement veiné de rouge et un autre, plus soutenu, fortement contrasté de brun, de blanc et de violet. Déjà connues à l’époque romaine (pour Pourcieux), probablement ouvertes à l’instigation de Pierre Puget, elles furent achetées et exploitées à partir de 1680 environ par les Veyrier, tailleurs de pierre, architectes et sculpteurs39. Le transport des blocs jusqu’à Marseille nécessita des travaux considérables, assurés par les états de Provence « selon l’instance du Roi ».

50Ces marbres furent recherchés pour leur proximité avec la brocatelle d’Espagne (ou jaspe de Tortosa), très onéreuse mais appréciée partout en Europe. Dans la chapelle royale de Versailles, ils furent utilisés en petits éléments dans les virtuoses marqueteries du pavement.

Sainte-Baume

Jaune Sainte-Baume, jaspe de la Sainte-Baume

51Deux carrières de ce marbre furent ouvertes, l’une au Plan d’Aups (Var), petit village au pied du massif de la Sainte-Baume l’autre, très isolée, au creux d’un vallon situé au revers de la grotte de la Madeleine, au bas du Saint-Pilon, sur la commune de Riboux (Var).

52Le mélange très contrasté de brun, de jaune, de rouge et de blanc du Sainte-Baume le rapprochait du jaspe, comme le trets ou la brocatelle d’Espagne. Le jaspe avait une signification sacrée liée à l’exégèse biblique, et l’étendue des travaux réalisés en 1686 pour accéder à la carrière du Saint-Pilon témoigne de l’importance de cette valeur mystique, enrichie par le culte rendu à sainte Madeleine par les rois de France.

53À Versailles, dans le salon de la Paix et dans celui de la Guerre, ce marbre fut employé en fortes moulures, notamment pour encadrer les immenses portraits de Louis XIV puis de Louis XV, mettant ainsi les souverains sous l’aura protectrice d’une roche « sacralisée » par sa proximité avec le refuge légendaire de la sainte ermite.

Le Tholonet, Les Pennes-Mirabeau

Brèche d’Alep, Brèche de Memphis

54Les carrières de brèche d’Alep sont situées sur les contreforts et les flancs de la montagne Sainte-Victoire (Bouches-du-Rhône). Celles du Tholonet (Bouches-du-Rhône) furent ouvertes par Tarlé et le marquis de Galiffet en 1712. Plusieurs fronts de taille sont disséminés le long de la « crète du marbre » qui recèle aussi les carrières de Beaurecueil, ouvertes par le marquis de ce nom en 1737, au lieu-dit Roques hautes. La carrière du xviiie y jouxte celle, immense, qui fut exploitée jusqu’au xxe siècle par la société Dervillé. Celle de Saint-Antonin (Bouches-du-Rhône) fut ouverte en 1757 seulement, directement sur le flanc sud de la montagne. Il y subsiste un rare et superbe chemin de lisse, réalisé alors pour descendre les blocs en traineaux.

  • 40 Le succès fut tel qu’il finit par déteindre sur l’original grec, de l’île de Chios, qui depuis a co (...)

55Ces carrières offrent une brèche extrêmement colorée, constituée d’un amalgame de petits cailloux irréguliers jaunes, rouges, bruns et noirs pris dans un ciment jaune rosé, tirant au rouge orangé pour celle de Saint-Antonin. Très habilement, la ressemblance de ce marbre avec une variété romaine antique permit de le nommer « brèche d’Alep », ce qui l’enrichissait des charmes de l’Orient40. Le marquis de Galiffet fut d’ailleurs imité par le marquis de Pennes qui vendit, à partir de 1730, une variété qui fut baptisée du nom plus prestigieux encore de « brèche de Memphis ». Les gisements en sont situés sur la commune des Pennes-Mirabeau (Bouches-du-Rhône), et les roches ne diffèrent de celles du Tholonet que par leur ciment, qui est rouge violet.

56À Versailles, ces brèches furent utilisées à une époque où le marbre n’était plus de mise pour les parements muraux ou pour les sols, aussi vinrent-elles orner des cheminées et de très nombreux dessus de meubles, tables, consoles, secrétaires ou commodes.

  • 41 AN, O1 2078, 3, 1762.
  • 42 A. Félibien, Des principes de l’architecture, de la peinture et des arts qui en dépendent. Avec un (...)
  • 43 J.-F. Blondel, Cours d’architecture, ou Traité de la décoration, distribution et construction des b (...)

57À ces marbres méridionaux il faut ajouter, pour le grand chantier de Versailles, une variété qui fut exploitée dans l’Allier. Certains documents en situent la carrière sur la commune de Saint-Léon, toutefois celle-ci n’a toujours pas été localisée41. Ce fut en 1668 que Colbert fit opérer par le marbrier Liégeard « la fouille des marbres de bourbonnois », que Félibien, en 1676, définissait ainsi : « et près de Moulins en Bourbonnois l’on en trouve qui est jaune, rouge et bleu et dont l’on peut avoir de grandes pièces. Il est facile à travailler et prend un beau poly42 ». Blondel, quant à lui, le décrivit « d’un rouge sale, et d’un gris tirant sur le bleu, mêlé de veines d’un jaune sale43 ». Il fut employé à profusion pour les lambris et la cheminée du salon de Mars mais, en dehors d’utilisations ponctuelles, il ne dépassa guère le cadre du château.

58De fait, il semble que ce bourbonnais fut exploité pour une qualité autre qu’esthétique : le rappel des racines de la monarchie. En cela, son utilisation, en dépit de son peu d’éclat, illustre parfaitement le thème de la puissance symbolique du règne minéral, mis au service de la royauté. Pour Louis XIV, la grandeur passait par la beauté outrancière des marbres, par leur mise en œuvre savante, par leur ampleur historique mais aussi par l’identité du sol, dynastique et national. De même que Rome fut voulue comme « tout un monde en un seul lieu » grâce, notamment, à l’emploi de marbres venus des confins de l’Empire, de même Versailles fut, par l’étalage des richesses marmoréennes issues des provinces, un palais du pouvoir bâti sur les ressources du royaume.

59En 1686, en commentant la Grande Colonnade, le rédacteur du Mercure galant résuma cette ambition liée aux ressources minérales nationales : « cet ouvrage marque que le Roi est le plus magnifique prince de la terre et fait voir que le marbre est présentement plus commun en France qu’en Italie ».

Haut de page

Notes

1 Dès 1664, la Relation de la fameuse fête des Plaisirs de l’Isle enchantée annonçait : « tout y rit dehors et dedans. L’or et le marbre y disputent de beauté et d’éclat ». Pour Chantelou, ce goût du roi « de n’aimer que le poli » était hérité de sa mère espagnole. Cette appréciation est reprise par B. Saule, « Le premier goût du roi à Versailles. Décoration et ameublement », Gazette des beaux-arts, no 120, 1992, p. 137-148.

2 A. Félibien, Description sommaire du chasteau de Versailles en 1674, publié dans Recueil de descriptions de peintures et d’autres ouvrages faits pour le Roy, Paris, 1689, p. 287.

3 G. Wildenstein, C. Terrasse, « Les documents du Département des marbres », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, 1919, p. 117-119.

4 E. Bonnel, « L’inspection des marbres à Marseille », Revue de Marseille, 36, 1958, p. 27-36 ; « Notes sur un rapport d’inspection des carrières de marbres de Provence en 1712 », Provence historique, janv.-mars 1957, p. 46-57.

5 Ces institutions étaient les Musées de France, la Direction du patrimoine et le CNRS.

6 G. Bresc-Bautier, H. Du Mesnil, « Le Marbre du roi : l’approvisionnement en marbre des Bâtiments du roi, 1660-1715 » (1985), Eighteenth-Century Life, The Art and Architecture of Versailles, mai 1993, p. 36-54. G. Bresc-Bautier, H. Du Mesnil, « La politique royale du marbre français (1700-1789) », Les ressources minérales et l’histoire de leur exploitation, CTHS, 1986, p. 425-442. G. Bresc-Bautier, « Les marbres des Pyrénées sous Louis XIV », Les marbres blancs des Pyrénées : approches scientifiques et historiques, Saint-Bertrand-de-Comminges, 1995, p. 261-273.

7 S. Mouquin, Les marbriers des Bâtiments du roi (1661-1745) : étude des principaux marbriers travaillant pour la couronne de France sous l’Ancien Régime, thèse d’histoire de l’art, université Paris IV-Sorbonne, 2004.

8 D. Monna, P. Pensabene, J.-P. Sodini, « L’identification des marbres : sa nécessité, ses méthodes, ses limites », Revue de l’Art, 60, 1983, p. 35-46.

9 R. Gnoli, Marmora romana, Rome, 1971.

10 G. Borghini (dir.), Marmi antichi, 1989, Rome, 2001. P. Pensabene (dir.), Marmi antichi, II, Rome, 1998.

11 M. De Nuccio, L. Ungaro (dir.), I marmi colorati della Roma imperiale, cat. exp., Rome, 2003.

12 Depuis la tenue du colloque de Versailles, en 2003, de nombreux travaux ont été menés sur les marbres italiens à l’époque moderne. Sur ce sujet, voir l’article de F. Franchini-Guelfi dans la présente publication.

13 Sur ce sujet, se reporter à l’article de É. Groessens dans la présente publication, ainsi qu’à l’ouvrage Pouvoir(s) de marbres : pierres et marbres de Wallonie, Liège, 2004. Voir également les actes du colloque Les Wallons à Versailles, Liège, 2007.

14 Ainsi l’article de A. Blanc, « Les marbres et roches ornementales dans les monuments français », dans Carrières et constructions en France et dans les pays limitrophes, Paris, 1993, vol. 2, p. 179-182. À noter également, sur l’emploi des marbres à l’époque médiévale en Roussillon : G. Mallet, « Jeux et rôles de la couleur dans l’architecture romane roussillonnaise », Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, no 26, 1995, p. 125-131. L. Pagniez, « Le marbre de Céret : un matériau complexe et méconnu de la production artistique roussillonnaise (xie-xve) », Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, no 33, 2002, p. 159-170. M. Vaissières, « Approche de la pierre marbrière de Baixas à travers sa production en Roussillon du xiie au xve siècle : un matériau souvent dédaigné », Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, no 33, 2002, p. 172-176.

15 G. Bresc-Bautier, « Les marbres des Pyrénées sous Louis XIV », Les marbres blancs des Pyrénées : approches scientifiques et historiques, Saint-Bertrand-de-Comminges, 1995, p. 261-273.

16 J. Dubarry de Lassale, Identification des marbres, Turin, 2000 ; Utilisation des marbres, Turin, 2005.

17 P. Bernigole, Marbres de Sarrancolin, Castanet, 2000. J.-L. Bonnet, « Des carrières aux marbriers de Caunes-Minervois (xviie siècle) », Bulletin de la Société d’études scientifiques de l’Aude, XCVIII, 1998, p. 89-200 ; du même auteur « De la politique royale du marbre aux carrières de Caunes et Félines en Minervois (xviiie siècle) », Bulletin de la Société d’Études Scientifiques de l’Aude CC, 2000, p. 53-62 ; avec P. Julien, « Un temporel de marbre : les carrières de l’abbaye de Caunes-Minervois, aux xviie et xviiisiècles », Le village et l’abbaye de Caunes-Minervois, Caunes, novembre 2003, Archéologie du Midi Médiéval, 6, 2010, p. 143-151.

18 Marbres en Franche-Comté, actes des journées d’étude de Besançon, 1999, Besançon, 2003. Voir également : Marbres et marbriers du Jura, Inventaire général, Vesoul, 1997.

19 L. Anglade, « Carrières de marbre du Languedoc et des Pyrénées », Cahiers d’arts et de traditions rurales, 11, Montpellier, 1998, p. 5-120. L’exploitation des marbres dans l’Hérault du xviie au xxe siècle et les souvenirs d’un marbrier, xvie cahier de la Société archéologique, scientifique et littéraire de Béziers, 2007. G. Marotel, Les métiers du marbre : voyages et échanges techniques entre France et Italie, Mission du patrimoine ethnologique, 1995.

20 P. Julien, Marbres, de carrières en palais. Du sang des dieux à la gloire des rois, du Midi à Versailles, xvie-xviiie siècles, Le Bec en l’air, 2006. Il est possible de se reporter à cet ouvrage pour le développement des aspects symboliques, techniques, historiques ou esthétiques liés à la présente étude, de même que pour les références documentaires concernant l’histoire des carrières de France. Il s’y trouve également la présentation complète des variétés de marbre exploitées pour les Bâtiments du roi.

21 Les appellations ayant sensiblement varié avec les siècles, il paraît judicieux de citer avant tout celles faisant référence à la commune abritant les excavations.

22 AN, O1 2068, 1737, « Mémoire pour les carrières de marbre du roy ».

23 Voir, dans la présente publication, l’étude de Marion Boudon-Machuel et Fabienne Sartre.

24 Pour les tombeaux royaux, il faut signaler, en cierp, les cartouches latéraux du tombeau de cœur de François II (1562).

25 P. de Casteran, « Lettres de M. de Froidour », Revue de Gascogne, XXXIX, 1898, p. 313.

26 Sur ce point, voir l’article d’Alain de Beauregard dans le présent volume.

27 Une telle confusion est manifeste, par exemple, dans l’analyse des marbres des cheminées du château de Cadillac ; Marbres et cheminées à la française : le monument et ses artisans, 1995.

28 A. Félibien, Des principes de l’architecture, de la Peinture et des arts qui en dépendent. Avec un dictionnaire propre à chacun de ces arts, Paris, 1676, p. 61.

29 Sur les écrits de Lassus, voir P. Julien, « Une description inédite des Pyrénées au xviiie siècle, le Mémoire sur les marbres de Marc-François de Lassus », Revue de Comminges et des Pyrénées centrales, avr.-juin 2004, p. 197-234.

30 R. Gnoli, Marmora romana, Rome, 1971, p. 197-198.

31 Bordeaux, bibliothèque municipale, Ms 829 (X), « Mémoire sur les marbres des Pyrénées par M. Leroy ; ingénieur en chef de la Marine, et inspecteur des marbres de ces contrées ; correspondant du musée de Toulouse ».

32 Une proche variété a été localisée au Pont de la Taule, en Ariège, qui suscite un débat entre spécialistes ; F. Antonelli, « I marmi della Gallia e dell’Iberia importati a Roma », I marmi colorati della Roma imperiale, Rome, 2003, p. 267-275.

33 Sur cette façade, il est difficile de déterminer les modifications de variétés dues à des restaurations. Toutefois, la fourniture de ces marbres est attestée par les textes et rien ne prouve que certains ne soient pas encore en place.

34 P. Julien, « Le flottage des marbres royaux des Pyrénées à l’océan », actes du colloque Forêts et transport : les modes traditionnels, Paris, 2004, p. 25-29 ; « Pour mieux faire flotter les marbres : Les cartes du "Cours de Garonne" dressées en 1716-1720 par Hyppolite Matis, géographe du roi », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 2005, LXV, p. 231-242.

35 Cette technique fut perfectionnée par Claude-Félix Tarlé à partir de 1712.

36 P. Julien, « Fraudes et profits autour des marbres méridionaux, de Colbert au duc d’Antin », Grands chantiers et matériaux, Livraisons d’histoire et d’architecture, 16, 2008, p. 33-46.

37 La carrière de Roquebrun, actuellement de Saint-Nazaire (Hérault) a été ouverte en 1622 et a produit un incarnat et un turquin très proches de ceux du Minervois, la distinction se faisant par une teinte légèrement plus orangée des rouges et une certaine fusion avec les blancs ou les gris.

38 De Genssane, Histoire naturelle de la Province de Languedoc, II, Montpellier, 1776, p. 199.

39 Voir l’article de Sandrine Chabre dans la présente publication.

40 Le succès fut tel qu’il finit par déteindre sur l’original grec, de l’île de Chios, qui depuis a conservé ce nom inventé R. Gnoli, 1971, p. 238. Les carrières de ce marbre n’ont été découvertes que récemment ; L. Lazzarini, 2003.

41 AN, O1 2078, 3, 1762.

42 A. Félibien, Des principes de l’architecture, de la peinture et des arts qui en dépendent. Avec un dictionnaire propre à chacun de ces arts, Paris, 1676, p. 62.

43 J.-F. Blondel, Cours d’architecture, ou Traité de la décoration, distribution et construction des bâtiments commencé par feu J.-F. Blondel […] et continué par M. Patte., Paris, Desaint, 1777, p. 162.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carrière de Campan, au lieu-dit Espiadet, commune de Campan en Hautes-Pyrénées, décrétée carrière royale en 1692. Front de taille du xxe siècle.
Crédits © J.-C. Lepert
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13622/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 2 : Campan vert.
Crédits © J.-C. Lepert
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13622/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 6 : Péristyle du Grand Trianon, colonnes et pilastres en incarnat de Caunes-Minervois.
Crédits © J.-C. Lepert
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13622/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 4 : Carrière de marbre sarrancolin, site d’extraction en galerie de la première moitié du xviiie siècle, commune de Beyrède-Jumet, Hautes-Pyrénées. Déclarée carrière royale en 1692.
Crédits © Pascal Julien
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13622/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 5 : Sarrancolin.
Crédits © J.-C. Lepert
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13622/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Julien, « Marbres couronnés », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 04 février 2016, consulté le 28 juillet 2016. URL : http://crcv.revues.org/13622 ; DOI : 10.4000/crcv.13622

Haut de page

Auteur

Pascal Julien

Pascal Julien a été artisan ébéniste, spécialisé en restauration d’art durant dix ans. Après un doctorat soutenu à l’université de Toulouse, il est, depuis 1997, maître de conférences en histoire de l’art à l’université de Provence ainsi que chercheur associé au Laboratoire d'archéologie méditerranéenne, UMR 6572-CNRS. Auteur de plusieurs articles portant essentiellement sur la sculpture ou sur les anamorphoses, il vient d’être recruté comme membre de l’École française de Rome. Contact : pasc.julien@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Pascal Julien / 2016 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org