Navigation – Plan du site
Les carrières

Les marbres et jaspes siciliens utilisés dans la pratique décorative à « marmi mischi »

Giuseppe Montana et Valentina Gagliardo Briuccia

Résumé

Depuis l’Antiquité classique, la Sicile est bien connue pour l’abondance de ses marbres d’une rare beauté et d’une grande valeur (Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, livre XVI ; Juvénal, Satires ; Ateneo, Deopnosophiste). C’est au début du xviie siècle, c’est-à-dire au moment de l’éclosion du goût décoratif baroque, que l’extraction des marbres polychromes et des jaspes multicolores s’accroît considérablement. Très abondants en Sicile occidentale, ces matériaux sont utilisés pour la décoration des églises et des palais.
Les décors à commesso en marbre, autrement dits « marmi mischi e tramischi », se retrouvent en particulier dans les églises baroques à Palerme, à Messine, à Catane et à Trapani. Au même titre que les stucs, les décors à marmi mischi sont considérés comme l’innovation la plus importante apportée par la culture sicilienne à l’art européen. Ce phénomène voit son origine dans les échanges commerciaux entre la Sicile et la Toscane dès la seconde moitié du xve siècle. En effet, l’importation du marbre blanc statuaire des Apennins a favorisé l’apprentissage de la marqueterie toscane en Sicile. La diffusion des marbres et des jaspes siciliens en Toscane, ainsi qu’à Rome, à Naples et à Gênes a perduré pendant les deux siècles suivants.
L’article offre une synthèse concise des résultats principaux d’une recherche complète. Il est structuré en quatre parties : étude des documents et des textes anciens qui contiennent tous genres d’informations sur les matériaux et les objets ; étude et classification des collections lithiques des xviiie et xixe siècles ; reconnaissance des matériaux utilisés dans les églises et dans les palais siciliens ; localisation des anciennes carrières et évaluation d’une nouvelle exploitation.

Haut de page

Texte intégral

Les marqueteries à marmi mischi : origine et technique d’exécution

1C’est en général aux deux premières décennies du xixe siècle que l’on fait remonter le début de la pratique décorative de la marqueterie de marbre en Sicile, avec la construction de la chapelle dédiée à sainte Rosalie, patronne de la ville, dans la cathédrale de Palerme. Il s’agit de l’œuvre la plus importante réalisée dans la capitale sicilienne.

  • 1 Palerme, bibliothèque communale, A. Mongitore, « La Cattedrale », manuscrit du xviiie siècle.

2Antonio Mongitore, chanoine et homme de lettres du xviiie siècle, en se référant à la susdite chapelle, affirme : « on commanda qu’elle eusse été toute travaillée et peinte rien que par des couleurs de marbre, de jaspe et d’autres pierres plus fines ; ce qui a été réalisé ponctuellement de la sorte qu’elle semblait peinte à merveille par le pinceau, jusqu’à la coupole, œuvre de magnificence et d’art singulier1 ».

  • 2 M. C. Ruggeri Tricoli, Il Teatro e l’Altare : Paliotti « d’Architettura » in Sicilia, Palerme, 1992

3Les marqueteries en pierre des églises baroques de Palerme, au vu de leur richesse, représentent les meilleurs décors à marmi mischi (fig. 1). Dans ces marqueteries, la polychromie naturelle des marbres et des jaspes est savamment harmonisée pour donner vie à une trame serrée de figures allégoriques et de symboles chrétiens, moyen de persuasion efficace pour le peuple, qui représentent un signe explicite de la réaction à la réforme luthérienne2.

Fig. 1a : Devant d’autel de la chapelle Saint-Benoît, deuxième moitié du xviie siècle. Palerme, église de l’Immaculée-Conception.

Fig. 1a : Devant d’autel de la chapelle Saint-Benoît, deuxième moitié du xviie siècle. Palerme, église de l’Immaculée-Conception.

Fig. 1b : Devant d’autel de la chapelle Sainte-Rosalie (deuxième moitié du xviie siècle). Palerme, église de l’Immaculée-Conception.

Fig. 1b : Devant d’autel de la chapelle Sainte-Rosalie (deuxième moitié du xviie siècle). Palerme, église de l’Immaculée-Conception.

Fig. 1c : Détail du devant d’autel de la chapelle de l’Immaculée-Conception (moitié du xviie siècle) représentant les symboles chrétiens du palmier et du cèdre du Liban. Palerme, église de Saint-François-d’Assise.

Fig. 1c : Détail du devant d’autel de la chapelle de l’Immaculée-Conception (moitié du xviie siècle) représentant les symboles chrétiens du palmier et du cèdre du Liban. Palerme, église de Saint-François-d’Assise.
  • 3 S. Piazza, I marmi mischi delle chiese di Palermo, Palerme, 1992.
  • 4 S. Boscarino, « La Sicilia ed i marmorari toscani », Firenze e la Toscana dei Medici nell’Europa de (...)

4L’origine de cette expression artistique est complexe et non pas due à une seule cause mais plutôt à un impact fortuit entre prédispositions économiques, historiques, sociales et culturelles3. En ce sens, l’exceptionnelle richesse des marbres et jaspes colorés en terre de Sicile est fondamentale. Salvatore Boscarino souligne bien les intéressants liens culturels entamés avec la Toscane dès la moitié du Quattrocento à la suite du développement des rapports commerciaux axés sur l’importation du marbre apuan4. La distance entre les deux régions n’était pas un problème grâce aux liaisons maritimes entre les ports de Livourne et de Massa et ceux de Palerme et Messine, avec un arrêt à Naples.

5Le commerce des marbres lunense a vraisemblablement constitué un moyen d’apprentissage de la technique d’exécution des marqueteries toscanes grâce aux sculpteurs, architectes et maîtres marbriers de Toscane qui se sont établis en Sicile, surtout à Palerme, comme les familles Gagini, Berrettaro, Calamech, Maffei, Del Mastro entre autres. Il est possible que de tels commerces entre les deux régions aient fait connaître en Toscane les marbres et les jaspes dont la Sicile était très riche.

6Aux alentours des années 1560, grâce à Côme de Médicis, prend naissance le projet de réalisation de la chapelle sépulcrale de la famille Médicis. En 1588, Ferdinand Ier instituait officiellement la manufacture grand-ducale, spécialisée dans le travail des pierres dures par la technique de la marqueterie à commesso ou de la marqueterie plane. Pour cela, le jaspe sicilien a été très recherché pour la réalisation des travaux florentins, comme en témoignent différents documents de l’époque. Parmi ces derniers, il faut citer les textes très peu répandus de Leonardo Orlandini, homme de lettres de Trapani du xviie siècle : « de ce côté (Sicile) on extrait des jaspes, des porphyres, des améthystes, des calcédoines et d’autres belles pierres aux couleurs bigarrées et vagues et très prisées. Le grand-duc de Toscane, pour embellir sa nouvelle chapelle royale à Florence, les fit, à grands frais, extraire de Giuliana puis les ramena jusqu’à la marine par des chemins âpres et malaisés ». En effet, de nombreux blocs de jaspe de variété verte à bandes rouges radicella, provenant de Giuliana (Palerme), sont encore aujourd’hui accumulés dans la cour de la manufacture de pierres dures de Florence.

  • 5 G. Montana et V. Gagliardo Briuccia, I marmi e i diaspri del barocco siciliano, Palerme, 1998.

7La technique d’exécution des marqueteries à mischio, très proche de la technique définie à commesso ou mosaico fiorentino, est articulée en différentes phases5. Le marbrier travaillait en général sur la base d’un dessin préétabli créé par l’architecte de confiance de l’ordre religieux. Sur une dalle de support, presque toujours en marbre blanc et d’une épaisseur variant de 5 à 15 cm, étaient sculptés des logements (d’une profondeur d’1 ou 2 cm) qui devaient accueillir les parties entaillées des pierres colorées. Ces dernières, après avoir été finement travaillées, étaient appliquées à l’aide d’une colle constituée d’un mélange à chaud de colophane (résidu solide de la distillation de résines naturelles, dite aussi pece greca), cire et poudre de marbre. Les joints entre les deux fragments étaient remplis de stucs colorés que l’on réalisait par le mélange de chaux et de poudre de marbre ou, dans le cas des jaunes, de poudre de soufre. La phase finale était l’allustratura (polissage) des surfaces, un travail fatiguant dont s’occupaient en général les garçons de l’atelier en utilisant une poudre de pierre ponce et/ou de feuilles de plomb. À ce sujet, il est intéressant de rapporter quelques extraits inédits tirés du Giornale dei Marmi di Casa Professa, grand livre sur lequel ont été notées les dépenses auxquelles la belle église palermitaine a dû faire face et les matériaux utilisés pour son décor : « 29 février 1760, pour le transport d’une dalle de marbre, d’un morceau de pierre jaune et différentes espèces de dalle de Gênes, de la « pece greca » et pour un morceau de soufre, de la marine à l’atelier ; pour le stucage de la pierre jaune, pour l’achat de marbre et de pierres de différentes sortes pour onze onces à Maître Leonardo Mosca », « 27 juillet 1761, aux maîtres “stricaturi” (frotteurs) pour avoir frotté des excès de colle de ponce et pour avoir poli les mi-pilastres sous la coupole et de toute la nef… à deux jeunes pour douze jours, pour avoir frotté et poli tous les marbres à la base de la grande chapelle, des chapelles avec balustrades, carrelages et l’escalier de la grande chapelle ».

Les marbres et les jaspes siciliens dans les textes, du xviie au xixe siècle

8Plusieurs auteurs, depuis le début du xviie siècle, ont mis en évidence l’importance qu’ont eu les matériaux pierreux locaux dans l’économie sicilienne. Ils ont rédigé des listes qui décrivent les caractéristiques principales des pierres et fournissent des indications sur les localités de provenance. La consultation de manuscrits et de livres de cette époque a été une phase très importante de cette recherche car elle a pu orienter la reconnaissance sur le terrain des anciennes carrières ainsi que les visites des églises et palais pour acquérir des données sur la fréquence d’utilisation des nombreuses variétés de marbres et jaspes siciliens.

9Une liste des principaux textes consultés est reportée ci-après avec un résumé de leur contenu :

  • Leonardo Orlandini, Breve discorso del castagno di Mongibello e delli lodi di Sicilia, Palerme, 1614 : contient plusieurs références aux matériaux pierreux siciliens, ainsi qu’à leur exportation vers d’autres régions italiennes. C’est également le très important témoignage de l’exportation des jaspes de Sicile (Giuliana) à Florence pour décorer la chapelle des Médicis.

  • Giovanni Battista Pacichelli, Memorie dei Viaggi, Naples, 1685 : témoigne de l’utilisation des marbres et jaspes siciliens dans les églises de Naples, Florence, Rome et Gênes.

  • Vincenzo Auria, La Sicilia inventrice o vero le invenzioni lodevoli nate in Sicilia, opera del Dottor D. Vincenzo Auria. Con li divertimenti geniali, osservazioni e giunte all’istessa di D. Antonio Mongitore, Palerme, 1704 : présente des données très intéressantes sur les localités d’exploitation en Sicile.

  • Giovanni Biagio Amico, L’architetto pratico, Palerme, 1726. Le texte de Biagio Amico, architecte et auteur de traités originaire de Trapani, donne des indications sur les marbres importés de la péninsule italienne, ainsi que des détails importants sur l’utilisation de l’albâtre gypseux dans les décors de la ville de Trapani.

  • Domenico Schiavo, Descrizione di alcune produzioni naturali della Sicilia, indirizzata in una lettera all’illustrissimo signor Gian Francesco Seguier, Palerme, 1748, et également Descrizione di un viaggio fatto in varii monti di Sicilia, manuscrit du xviiie siècle. Domenico Schiavo, prêtre et médecin originaire de Palerme, présente un rapport détaillé de ses reconnaissances naturalistes en Sicile. Il transcrit deux listes importantes (Lista di pietre molli di Sicilia, c’est à dire des marbres colorés, et la Lista di pietre forti di Sicilia, c’est à dire des jaspes et des agates) qui concernent plus de 170 variétés de pierres de grande qualité.

10Auteurs divers :

  • Giornale di marmi (1666-1680), Giornale per conto di marmi (1681-1705), Giornale per conto di marmi (1759-1767), Archives d’État de Palerme. Il s’agit des notes de dépenses effectuées pour décorer l’église del Gesù, dite Casa Professa, une des plus richement décorées des églises baroques de Palerme. Ces sources sont riches en détails sur les marbres utilisés. En ce qui concerne le troisième texte, relatif à la période 1759-1767, le plus riche des trois en détails, son existence était inconnue des historiens de l’art spécialistes du baroque à Palerme.

  • Arcangelo Leanti, Lo stato presente della Sicilia, Palerme, 1761 : présente un rapport très ponctuel de nombreux marbres, jaspes et agates, ainsi que de leurs localités d’exploitation. Il détaille de manière spécifique l’emploi de certains matériaux dans la décoration d’églises et palais d’Italie.

  • Michel-Jean, comte de Borch, Minéralogie sicilienne docimastique et métallurgique, ou Connaissance de tous les minéraux que produit l’île de Sicile, avec les détails des mines et des carrières, suivie de la Minérhydrologie sicilienne, ou la Description de toutes les eaux minérales de la Sicile, Turin, 1780. Ce manuscrit, moins connu, est sans doute le plus important. L’auteur classifie et décrit des centaines de variétés de marbres, jaspes et agates siciliens, spécifiant la localité de provenance et donnant parfois une interprétation sur leur genèse.

  • Francesco Ferrara, Storia naturale di Sicilia che comprende la mineralogia, Catania, 1813. L’abbé Ferrara présente trois catalogues très détaillés des minéraux siciliens et donne des exemples d’utilisation de ces matériaux dans la décoration.

  • Domenico Scinà, La topografia di Palermo e de’ suoi contorni, Palerme, 1818. Domenico Scinà indique les localités d’exploitation des matériaux pierreux siciliens de grande valeur, limitées aux alentours de Palerme. Une carte jointe au texte indique l’emplacement des sites d’exploitation des marbres et des jaspes.

  • Gaspare Palermo, Guida istruttiva per Palermo ed i suoi dintorni, Palermo, 1858 : rapporte des informations sur les matériaux pierreux et sur leur utilisation. Il s’agit d’informations reprises du texte, déjà cité, de Vincenzo Auria.

  • Guglielmo Jervis, I tesori sotteranei dell’Italia, parte III et IV, Turin, 1889. L’important ouvrage de Jervis décrit scrupuleusement les roches, les pierres dures et les minéraux présents en Sicile et les localités d’exploitation. Il fournit des détails de type géologique qui sont valables encore aujourd’hui.

  • Giovanni Salemi Pace, Elenco dei marmi della Sicilia, Palerme, 1899. L’ingénieur de Palerme, connu pour ses recherches sur les propriétés mécaniques des roches employées pour la construction des bâtiments en Sicile, rédige une liste de marbres siciliens.

Aperçus géologiques et localités d’extraction

11On peut classer les marbres siciliens parmi les calcaires à grain fin qui appartiennent pour la plupart à des formations du Mésozoïque, et pour une autre part bien plus limitée, au Cénozoïque. Ils ont été extraits de carrières situées essentiellement sur les reliefs montagneux de la Sicile occidentale (fig. 2a), exception faite des variétés tirées des alentours de Taormine, San Marco d’Alunzio e Buccheri, en Sicile orientale.

12Parmi les variétés monochromatiques, les roches de couleur rouge et la plupart de celles de couleur jaune appartiennent au Jurassique. Les marbres gris et noirs sont extraits des effleurements d’âge triasique-jurassique, et les calcaires blancs des formations du Crétacé-Éocène. Les marbres bariolés et les brèches polychromes se trouvent en correspondance des failles, à la jonction de différentes formations du Mésozoïque. Dans le premier cas, le phénomène de glissement réduit les calcaires en fragments et, par conséquent, à la formation de roches polygéniques. Dans le deuxième cas, le remplissage des cavités paléocarsiques de matériaux fins riches en oxydes et hydroxydes de fer détermine des colorations vives et changeantes. Les lumachelles siciliennes sont des roches caractérisées par une importante concentration de macro-fossiles remontant au Crétacé, exception faite des variétés extraites près de Trapani qui remontent au Miocène moyen-inférieur. Les albâtres gypseux appartiennent à la série évaporitique du Messinien, tandis que les albâtres calcaires remontent au Pléistocène et on les retrouve à l’intérieur des diaclases dans les formations calcaires-dolomiennes mésozoïques.

Fig. 2a : Localisation des carrières des marbres représentées par le symbole des marteaux, et localisation d’effleurements des jaspes (étoiles vertes).

Fig. 2a : Localisation des carrières des marbres représentées par le symbole des marteaux, et localisation d’effleurements des jaspes (étoiles vertes).

Fig. 2b : Marbre de couleur rouge, variété Ogliastro antico.

Fig. 2b : Marbre de couleur rouge, variété Ogliastro antico.

Fig. 2c : Marbre de couleur jeaune, variété Giallo di Segesta.

Fig. 2c : Marbre de couleur jeaune, variété Giallo di Segesta.

Fig. 2d : Marbre de couleur grise, variété Grigio brecciato di Billiemi.

Fig. 2d : Marbre de couleur grise, variété Grigio brecciato di Billiemi.

13Les variétés les plus utilisées de marbres rouges sont la Pietra di Gallo, le Rosso di Bellolampo, la Pietra di piana dei Greci, le Rosso d’Ogliastro antico, extraits près de Palerme ; le Rosso di Alcamo, Rosso di Castellamare, Rosso di Contorrana de la région de Trapani et le Rosso di Taormina et la Pietra di San Marco d’Alunzio de Messine.

14Il s’agit de lithotypes qui se différencient par la tonalité de la coloration dominante et par une structure qui peut beaucoup changer : d’homogène à grain très fin à nodulaire ou bréchée avec des éléments et matrice bariolée. Certaines variétés se caractérisent par leur abondance de macro-fossiles (ammonites, Crinoïdes) et par la présence de veines blanches de calcite spathique (fig. 2b).

15La Sicile a produit de belles variétés de marbres jaunes, dont les plus beaux et les plus importants sont : le Giallo di Calatafimi et le Giallo di Segesta de la province de Trapani ; le Giallo di Castronovo et le Giallo di Parco de la région de Palerme.

16Il s’agit de calcaires à grain fin, plus ou moins marneux, avec des plages blanches de calcite spathique mais aussi des minéralisations de nature ferreuse et/ou de manganèse, souvent à développement dendritique (fig. 2c). En particulier, le Giallo di Castronovo, extrait du côté oriental de Monte Cassero à Castronovo di Sicilia (Palerme), est l’un des marbres colorés siciliens les plus prisés parmi ceux qui étaient demandés au dehors de l’île : un exemple frappant de l’abondance de ce marbre est à voir dans le décor de la résidence royale de Charles de Bourbon à Caserta (1752-1774). Ce lithotype, chauffé à la flamme, change de couleur, devenant d’une belle teinte rouge-orangé à la suite de la transformation du pigment de limonite (2Fe2O3.3H2O) en hématite (Fe2O3). Cette précaution était adoptée par les marbriers pour la réalisation des marqueteries de petites dimensions, dans les balustrades ou devants d’autels, surtout pour le décor des fleurs.

17Parmi les marbres gris siciliens de grande valeur, on mentionne la Pietra di Billiemi et le Grigio di Gallo, extraits dans les montagnes de Palerme, ainsi que le Grigio de Trapani et le Grigio di Taormina. Il s’agit de calcaires très compacts à grain fin caractérisés parfois par une structure bréchée, traversée par des veines blanches de calcite spathique et de plages de matériaux fins de couleur noire, jaunâtre ou rouge. Le Grigio di Billiemi (fig. 2d) a été très utilisé dans la réalisation de colonnes, d’escaliers, d’architraves, d’huisseries et de pavés, surtout à Palerme.

18La diffusion des marbres noirs siciliens est circonscrite, à la différence des rouges et des jaunes, au territoire d’extraction. En Sicile occidentale, il y avait l’extraction du Nero di Roccapalumba, du Nero di Sciara, le Nero d’Erice et le Nero di Marettimo ; en Sicile orientale du Nero di Taormina.

Fig. 3a : Brèche dite Pietra di Gallo.

Fig. 3a : Brèche dite Pietra di Gallo.

Fig. 3b : Brèche dite Breccia di S. Martino.

Fig. 3b : Brèche dite Breccia di S. Martino.

Fig. 3c : Lumachelle dite Lumachella di Cefalù.

Fig. 3c : Lumachelle dite Lumachella di Cefalù.

Fig. 3d : Lumachelle dite Pietra Rosone.

Fig. 3d : Lumachelle dite Pietra Rosone.

19La Sicile a produit une grande variété de brèches et de marbres bariolés, dont la plupart proviennent du versant nord-ouest de l’île. Il en existe au moins dix variétés dans la seule région de Palerme : la Pietra di Gallo, la Breccia di Favarotta, la Breccia di San Martino, la Breccia del Castellaccio, la Breccia di Pioppo, la Breccia di Renda, la Breccia di S. Elia, la Breccia di Casteldaccia, la Breccia di Sciara et la Breccia di Corleone. Le Libeccio antico, la Breccia dorata et la Pietra di Rizzuto étaient extraits dans la région de Trapani (fig. 3a-b). Le Libeccio antico est la variété la plus exportée parmi les marbres siciliens. Il s’agit d’un marbre à structure pseudo-bréchée. Les éléments anguleux ont une coloration qui va du blanc-jaunâtre au rosé et ils sont liés par une matrice fine brun-rougeâtre caractérisée par l’alternance de niveaux colorés vert clair, vert foncé, jaune ocre et rouge. La pierre peut présenter une structure à bandes, surtout dans les petits filons où les éléments bréchés sont rares ou de petite dimension.

20Parmi les marbres lumachelle, il faut citer la Lumachelle di Capaci et la Lumachelle du Cefalù de la région de Palerme, la Pietra rosone, du Miocène, extraite près de Trapani et la Lumachelle di Taormina de la région de Messine (fig. 3c-d). Ce sont des biolithes aux couleurs changeantes du gris au jaune et jusqu’au rose, parmi lesquels la Pietra Rosone de Trapani, appelée ainsi à cause de nombreuses veines et tâches rondes qui rappellent la forme des roses. Cette pierre a été utilisée pour la construction des marches monolithiques de l’escalier à l’entrée de la résidence des Bourbons à Caserta.

21Parmi les albâtres gypseux du Miocène supérieur affleurant en Sicile du nord-ouest, les variétés de Valdérice, Gibellina et Partanna étaient les plus exploitées. Elles étaient utilisées à Trapani, spécialement durant le xviiie siècle, pour les petits objets votifs, voire les crucifix ou d’autres images de la passion. L’albâtre calcaire du Pléistocène des montagnes de Palerme, connu sous le nom cotognino, était utilisé pour les marqueteries, les balustrades et la petite statuaire.

22Outre le marbre de Carrare, plusieurs marbres précieux d’importation ont été utilisés dans la pratique décorative baroque sicilienne. Parmi les variétés les plus diffusées : Verde di Calabria, Nero Portoro, Nero di Paragone (appelé également Nero di Fiandra), Lumachelle d’Espagne, les marbres rouges de Vérone, les marbres jaunes de Sienne, Bardiglio, les marbres rouges de France, dont le Rosso Griotte, appelé également Œil de perdrix, localement connu sous le nom de Brûlé de France.

  • 6 G. R. Rossman, Colored Varieties of the Silica Minerals, dans « Silica: Physical Behaviour, Geochem (...)
  • 7 R. Catalano, B. D’argenio, C. B. Gregor, A. E. M. Nairn et G. Nardi, « The Mesozoic Volcanics of We (...)
  • 8 L. Baldacci, Descrizione geologica dell’isola di Sicilia, Rome, 1886.
  • 9 L. Trevisàn, « Studi e ricerché geologiche e petrografiche sulle rocce eruttive preterziarie della (...)

23Le jaspe est une variété de quartz microcristallin, caractérisé par une haute concentration d’impuretés pigmentées, qui peuvent aller jusqu’à 20 % de son poids6. Le jaspe et le silex se forment dans de profonds bassins de sédimentation par dépôt chimique, c’est à dire par accumulation d’organismes à coque siliceuse, voire radiolaires et éponges selon les conditions. Les processus de diagenèse iront transformer le silex amorphe (opale) en quartz microcristallin. En Sicile, les nodules de silex de couleur gris, bleu clair, noir et rouge pâle, sont souvent intercalés avec les calcaires et dolomites du Trias Supérieur et la scaglia (calcaire marneux) du Crétacé Eocène. Les susdites « formations de silex », les argiles siliceuses, les radiolarites et les calcaires du Jurassique moyen inférieur, sont souvent intéressés par des manifestations magmatiques, constituées par des filons, dykes et coulées de basalte, laves à pillow, hyaloclastites et tufs7. Il est intéressant de remarquer que presque toutes les localités siciliennes d’où proviennent les jaspes bariolés extraits durant les siècles passés, se situent près des manifestations magmatiques citées ci-dessus. Particulièrement réputées sont les variétés de jaspe de Giuliana et de Bisacquino, près de Palerme. Dans ces localités, on retrouve encore aujourd’hui des gros blocs ou des cailloux erratiques dispersés parmi les argiles paléogènes, surtout très près des coulées et des dykes basaltiques. Or, il est également possible de trouver des jaspes à plusieurs dizaines de kilomètres des affleurements de volcanites, le long des lits ou des embouchures des cours d’eau à régime torrentiel qui creusent les formations dont on vient de parler. M. Baldacci en premier, à la fin du xixe siècle, avait remarqué au cours de ses levées géologiques que dans plusieurs localités siciliennes et surtout à Giuliana, dans la vallée du Belice, « on retrouve de très belles agates et jaspes bariolés, qui proviennent peut-être des schistes siliceux du Lias Supérieur altérés par la proximité des basaltes8 ». Livio Trevisàn, quelques décennies plus tard, ayant lui aussi remarqué l’exceptionnelle abondance des jaspes et des agates près des manifestations volcaniques aux alentours de Giuliana, Campofiorito, Contessa Entellina, parlait de dépôts dus à des phénomènes hydrothermaux successifs aux éruptions9. Il semble donc vraisemblable que l’abondance de variétés si richement bariolées de jaspe sicilien est à mettre en relation avec l’activité volcanique mésozoïque (fig. 4a-d). Dans le passé comme aujourd’hui, on retrouve des jaspes dans la région de Palerme, dans les communes suivantes : Monreale, Altofonte, Ficarazzi, Piana degli Albanesi, S. Cristina Gela, Altavilla Milicia, Trabia, Caccamo, Termini Imerese, Campofelice di Roccella, Collesano, Caltavuturo, Cefalù, Contessa Entellina, Bisacquino, Giuliana et Prizzi. Dans la région de Trapani, des jaspes ont été signalés à Erice (Monte San Giuliano) et près de Calatafimi (Ségeste). Dans la région d’Agrigente, les jaspes les plus connus proviennent de Villafranca, Sambuca di Sicilia et Cammarata. Parmi ceux de la Sicile orientale, les variétés les plus connues et les plus utilisées provenaient des alentours de Taormina.

Fig. 4a : Jaspe de Termini Imerese, Palerme.

Fig. 4a : Jaspe de Termini Imerese, Palerme.

Fig. 4: Jaspe de Parco, Palerme.

Fig. 4b : Jaspe de Parco, Palerme.

Fig. 4c : Jaspe de Giuliana, Palerme.

Fig. 4c : Jaspe de Giuliana, Palerme.

Fig. 4d : Jaspe fleuri de Giuliana, Palerme.

Fig. 4d : Jaspe fleuri de Giuliana, Palerme.

Considérations sur l’utilisation du jaspe et des pâtes vitreuses dans le décor baroque en Sicile

24Le jaspe revêt une importance particulière dans les décors d’églises car il a une connotation symbolique et religieuse qui justifie son ample utilisation dans les décors d’autels. Dans l’Ancien Testament, le mot « jaspe » est cité deux fois dans l’Exode (28.20 et 39.13), là où l’on trouve la description de la soutane que devait porter le grand prêtre avant de rentrer dans le Sancta Sanctorum, lieu de la présence divine. Le pectoral du jugement, vêtement de forme carrée, était serti de douze pierres disposées en quatre rangées sur trois colonnes, une pierre pour chacune des douze tribus d’Israël. Les pierres précieuses de la première rangée étaient la cornaline (ou corniola, symbole de la tribu de Lévi), la topaze (tribu de Siméon) et l’émeraude (tribu de Ruben) ; sur la deuxième rangée, la turquoise (tribu de Dan), le saphir (tribu de Nephtali) et le béryl (aigue-marine, pour la tribu de Judas) ; sur la troisième rangée, le hyacinthe (ou bien zircon limpide et transparent pour la tribu de Issacar), l’agate (tribu de Hacher) et l’améthyste (tribu de Gad). Enfin, sur la quatrième rangée, la chrysolite (c’est à dire une variété de péridot de la couleur de l’or jaune, pour la tribu de Benjamin), l’onyx (pierre précieuse qui ressemble à l’agate mais avec des bandes curvilignes, de couleur brune et blanche ou noire et blanche, symbole de la tribu de Joseph) et le jaspe (pour la tribu de Zabulon).

25Dans le Nouveau Testament (Apocalypse 4.3, 21.11, 21.18, 21.19), le jaspe, considéré comme le symbole du Dieu vivant, est cité quatre fois : « celui qui était assis ressemblait dans son aspect au jaspe et à la cornaline », « sa splendeur est comme une pierre très précieuse comme peut l’être le jaspe cristallin » ou encore « les fondations de la ville (Jérusalem) sont ornées de toute sorte de pierres précieuses. La première couche est en jaspe ». On peut donc croire que ce n’est pas par hasard que le jaspe apparaît dans les tabernacles des autels baroques, surtout dans la variété à dominante verte ou rouge (fig. 5a).

Fig. 5a : Palerme, église Saint-François-d’Assise. Tabernacle de l’autel de la chapelle Saint-François (moitié du xviie siècle) réalisé en jaspe fleuri de Giuliana et lapis-lazuli.

Fig. 5a : Palerme, église Saint-François-d’Assise. Tabernacle de l’autel de la chapelle Saint-François (moitié du xviie siècle) réalisé en jaspe fleuri de Giuliana et lapis-lazuli.

Fig. 5b : Palerme, église Saint-François-Xavier. Décor pariétal de la chapelle Saint-Xavier réalisé avec les smaltini di calcara de couleur bleue et les jaspes bariolés de Giuliana.

Fig. 5b : Palerme, église Saint-François-Xavier. Décor pariétal de la chapelle Saint-Xavier réalisé avec les smaltini di calcara de couleur bleue et les jaspes bariolés de Giuliana.
  • 10 G. Montana, Materiali e tecnologia di produzione della calce a Palermo nei secoli passati : implica (...)

26Les pâtes vitreuses colorées, qui vont du bleu foncé au bleu clair jusqu’au gris, sont localement connues comme smaltini di calcara, à tort appelées smaltini di Venezia. Ces pâtes contribuent largement aux décors des devants d’autels par leurs insertions planes dans un profil pseudo-polygonal (fig. 5b). Il s’agit de scories vitreuses retrouvées par hasard dans le fond de quelques anciens fours à chaux de Palerme (et pour cela dites calcaires). De telles scories se formaient à la suite de la concentration par fusion des impuretés de nature siliceuse (pigmentées par des oxydes métalliques de différentes natures) contenues, en de petites quantités, dans les roches à composition calcaire dolomite extraites sur place et soumises à la cuisson dans ces fours. Ceux-ci étaient situés pour la plupart dans le territoire de l’abbaye de San Martino delle Scale, là où se concentrait l’activité productive de la chaux10. Les smaltini furent tout de suite considérés comme un matériau aussi rare que précieux. On peut retrouver des témoignages bien circonstanciés sur leur utilisation ainsi que sur la grande considération des marbriers dans les œuvres déjà citées d’Antonio Mongitore, Domenico Schiavo et Michel-Jean de Borch, ainsi que dans le très célèbre Voyage en Italie de J. W. Goethe. Schiavo écrivait dans la première moitié du xviiie siècle, à propos du processus de production de la chaux de San Martino :

à cause d’un excès de feu, quelques-unes de ces pierres passent de la calcination à la vitrification. Elles laissent suinter un jus pierreux céruléen lequel, tombé au milieu de ces bois en feu, se perfectionne et devient de plus en plus dur formant ainsi de très belles pierres céruléennes de dimensions particulières qui, une fois travaillées, ressemblent tout à fait à des pierres cyanes ou à des lapis-lazuli, et pour la plupart du temps, elles sont tachées de particules dorées.

27Le compte rendu de Goethe est également fascinant. Peu de gens le savent, mais il fut un amateur de géologie et de minéralogie :

  • 11 J. W. Goethe, Viaggio in Italia, trad. E. Castellani, Mondatori-I méridiani, VIII, 2000, p. 279.

Palerme, vendredi 13 avril 1787. […] outre le marbre et les agates, ils se vantent de connaître une autre matière, produite par la combustion dans leurs fours à chaux. Après la calcination il reste dans ceux-ci une sorte de pâte de verre qui va des bleus les plus clairs aux plus sombres et même jusqu’au noir le plus profond. On coupe ces gâteaux en fines lames, comme les autres minéraux, leur valeur est estimée selon leur coloration et leur pureté et on les utilise fort heureusement à la place du lapis-lazuli pour le placage des autels, des tombeaux ou d’autres parties de la décoration des églises11.

  • 12 N. Alfano, P. Palermo, G. Montana et C. Scordato, La chiesa di San Francesco Saverio. Dalla fabbric (...)

28Par conséquent, à la lumière de ces témoignages, il est intéressant de remarquer l’emploi de plus de 6 m2 de smaltini dans les revêtements pierreux de la chapelle de l’église Saint-François-Xavier de Palerme12. C’est sans aucun doute l’un des aspects les plus typiques du panorama du décor des églises baroques de la région de Palerme.

Suite de la recherche

29La classification systématique des matériaux pierreux utilisés dans les décors d’églises de Palerme et d’autres villes siciliennes, pour la période qui va de la fin de la Renaissance au Baroque, fournit une aide précieuse pour la connaissance des aspects liés à la culture des matériaux ainsi qu’à l’étude des circuits commerciaux et des influences réciproques entre les différentes parties de la péninsule italienne.

30La récolte d’images et de descriptions géologiques, minéralogiques et pétrographiques des nombreuses variétés de marbres et jaspes siciliens a été réalisée dans le but de fournir un instrument qui puisse être utilisé sans difficultés par les architectes, les historiens de l’art, les restaurateurs et par tous ceux qui ne possèdent pas une culture géologique spécifique, mais également pour aider ceux qui travaillent à une meilleure connaissance des matériaux pierreux siciliens. L’explicitation des caractères macroscopiques essentiels de chaque lithotype crée les prémisses de la reconnaissance du matériau utilisé. La localisation des anciennes carrières a permis en outre de retrouver des pierres que l’on croyait de nos jours introuvables.

31Toutes les images des matériaux et des décors ont déjà été transformées sous forme digitale. Ce matériel pourrait constituer la base d’une archive informatique concernant tous les matériaux pierreux utilisés dans le décor architectonique sicilien. Une approche de ce genre est désormais, à notre avis, indispensable pour intégrer la connaissance du patrimoine artistique régional du point de vue des matières premières et pour pouvoir intervenir de manière correcte et consciente dans la manutention et dans la restauration des matériaux.

Haut de page

Notes

1 Palerme, bibliothèque communale, A. Mongitore, « La Cattedrale », manuscrit du xviiie siècle.

2 M. C. Ruggeri Tricoli, Il Teatro e l’Altare : Paliotti « d’Architettura » in Sicilia, Palerme, 1992.

3 S. Piazza, I marmi mischi delle chiese di Palermo, Palerme, 1992.

4 S. Boscarino, « La Sicilia ed i marmorari toscani », Firenze e la Toscana dei Medici nell’Europa del cinquecento : il potere dello spazio. La scena del principe, Florence, 1980 ; S. Boscarino, Sicilia barocca, architettura e città 1617-1760, Rome, 1981.

5 G. Montana et V. Gagliardo Briuccia, I marmi e i diaspri del barocco siciliano, Palerme, 1998.

6 G. R. Rossman, Colored Varieties of the Silica Minerals, dans « Silica: Physical Behaviour, Geochemistry and Materials Applications », P. J. Heaney, C. T. Prewitt & G. V. Gibbs Eds. Reviews in Mineralogy, Mineralogical Society of America, 1994, vol. 29, p. 443-467.

7 R. Catalano, B. D’argenio, C. B. Gregor, A. E. M. Nairn et G. Nardi, « The Mesozoic Volcanics of Western Sicily », Geologische Rundschau, 1984, 73, p. 577-598.

8 L. Baldacci, Descrizione geologica dell’isola di Sicilia, Rome, 1886.

9 L. Trevisàn, « Studi e ricerché geologiche e petrografiche sulle rocce eruttive preterziarie della Sicilia Occidentale (parte 1) », Periodico di Mineralogia, anni VI, no 1, janv. 1935 – XIII, p. 42-60.

10 G. Montana, Materiali e tecnologia di produzione della calce a Palermo nei secoli passati : implicazioni nel restauro dell’architettura monumentale barocca e neoclassica, Mineralogica e Petrographica Acta, XL, 1997, p. 373-383.

11 J. W. Goethe, Viaggio in Italia, trad. E. Castellani, Mondatori-I méridiani, VIII, 2000, p. 279.

12 N. Alfano, P. Palermo, G. Montana et C. Scordato, La chiesa di San Francesco Saverio. Dalla fabbrica alla suppellettile, Palerme, 2003.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1a : Devant d’autel de la chapelle Saint-Benoît, deuxième moitié du xviie siècle. Palerme, église de l’Immaculée-Conception.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13624/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 1b : Devant d’autel de la chapelle Sainte-Rosalie (deuxième moitié du xviie siècle). Palerme, église de l’Immaculée-Conception.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13624/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 1c : Détail du devant d’autel de la chapelle de l’Immaculée-Conception (moitié du xviie siècle) représentant les symboles chrétiens du palmier et du cèdre du Liban. Palerme, église de Saint-François-d’Assise.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13624/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig. 2a : Localisation des carrières des marbres représentées par le symbole des marteaux, et localisation d’effleurements des jaspes (étoiles vertes).
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13624/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Fig. 2b : Marbre de couleur rouge, variété Ogliastro antico.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13624/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 2c : Marbre de couleur jeaune, variété Giallo di Segesta.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13624/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 2d : Marbre de couleur grise, variété Grigio brecciato di Billiemi.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13624/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 3a : Brèche dite Pietra di Gallo.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13624/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Fig. 3b : Brèche dite Breccia di S. Martino.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13624/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 3c : Lumachelle dite Lumachella di Cefalù.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13624/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 3d : Lumachelle dite Pietra Rosone.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13624/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 4a : Jaspe de Termini Imerese, Palerme.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13624/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Fig. 4: Jaspe de Parco, Palerme.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13624/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Fig. 4c : Jaspe de Giuliana, Palerme.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13624/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 4d : Jaspe fleuri de Giuliana, Palerme.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13624/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 5a : Palerme, église Saint-François-d’Assise. Tabernacle de l’autel de la chapelle Saint-François (moitié du xviie siècle) réalisé en jaspe fleuri de Giuliana et lapis-lazuli.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13624/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Fig. 5b : Palerme, église Saint-François-Xavier. Décor pariétal de la chapelle Saint-Xavier réalisé avec les smaltini di calcara de couleur bleue et les jaspes bariolés de Giuliana.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13624/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giuseppe Montana et Valentina Gagliardo Briuccia, « Les marbres et jaspes siciliens utilisés dans la pratique décorative à « marmi mischi » », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 08 décembre 2016. URL : http://crcv.revues.org/13624 ; DOI : 10.4000/crcv.13624

Haut de page

Auteurs

Giuseppe Montana

Université de Palerme

Valentina Gagliardo Briuccia

Valentina Gagliardo a une formation de géologue. Elle a suivi un stage au Laboratoire de recherche des musées de France à Paris sur la polychromie et les techniques picturales. Elle a été chercheur temporaire au Centre de Géochimie de la Surface au CNRS de Strasbourg, dans le cadre d’un programme de formation (TMR) de la Communauté économique européenne. Elle a étudié la pétrophysique des calcarenites siciliennes utilisées dans les monuments pour la compréhension des mécanismes d’altérations. Elle a collaboré en qualité d’expert avec l’université de Palerme et avec la Surintendance des biens culturels de Palerme sur la conservation des biens culturels. Actuellement, elle crée une association pour le développement du tourisme écologique et culturel en Sicile.
Elle a publié avec Giuseppe Montana I marmi e i diaspri del barocco siciliano, Palerme, Flaccovio, 1998.

Haut de page

Droits d’auteur

© Giuseppe Montana et Valentina Gagliardo Briuccia / 2016 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org