Navigation – Plan du site
De la carrière au magasin

Une enquête singulière en Languedoc dans la première moitié du xviie siècle

La diffusion des marbres pyrénéens en royaume de France, convoyage, commerce et commande
A singular investigation of the Languedoc in the first half of the seventeenth century: The distribution of Pyrenean marble in the Kingdom of France: Transport, trade and control
Alain de Beauregard

Résumés

Si nul ne peut contester la richesse de rares fonds d’archives privés, les habitués des archives publiques savent combien les documents concernant les marbres des Pyrénées sont rares, au point qu’en leur absence les historiens de jadis attribuèrent bien généreusement les plus belles parures de nos palais à l’Italie. Cette carence de documents concerne généralement le xvie siècle, les règnes des deux premiers Bourbons, pour ne rien dire des périodes antérieures. Aussi peut-on qualifier de singulière cette enquête de 1631, effroyable année de peste, qui, pour être soumise à votre appréciation, fut diligentée à l’initiative du sculpteur languedocien Pierre Monge. Sous une simplicité apparente ce document nous renseigne sur l’état du petit monde du marbre en Comminges au xviie siècle, sur ses acteurs économiques principaux, marchands, artistes, commanditaires, sur les convoyages et la fiscalité. Au fil d’une double enquête vous serez étonnés d’y découvrir les personnalités attachantes d’un homme à la fois architecte du roi et sculpteur jusqu’à ce jour inconnu, avec le bonheur de leur accorder sûrement la place d’honneur qui sied, si longtemps refusée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Toulouse, archives départementales de la Haute-Garonne (ci-dessous ADHG), 3E288, fos 80-82, 1631 ; (...)
  • 2 G. Bresc-Bautier, Les marbres des Pyrénées sous Louis XIV, Approches scientifiques et historiques. (...)

1Par une troublante prémonition, deux artistes languedociens des plus importants, Pierre Souffron et Pierre Monge, prévoyant sans doute l’injuste oubli où les tiendraient les erreurs d’appréciation répétées de quelques pythies de l’histoire régionale, laissèrent dans le flot des écritures notariales la dénégation puissante de nombre d’à priori toujours de mise dans les écrits de certaines de nos sociétés dites savantes1. Mais outre cela, sous la forme de cinq témoignages, ces pièces des archives publiques paraîtront à tous les familiers des travaux de la recherche d’une particulière importance, rappelant d’ailleurs la rareté et le grand intérêt de la publication faite d’une correspondance plus tardive du sculpteur Marc Arcis, concernant la connaissance et l’exploitation des marbres de Saint-Béat2.

2L’examen de ce document nous permet également de mieux cerner la quasi-majorité des acteurs d’une réalité économique appréciable, autant que les particularités d’une activité de diffusion du marbre demeurée jusqu’ici très mal connue. En plus d’y trouver des réponses satisfaisantes concernant le chapitre du prétendu caractère régalien des extractions dans l’histoire régionale pyrénéenne et de leur ère géographique, nous en déduirons indirectement les moyens juridiques et fiscaux dont la couronne entendait user pour la défense de droits nouvellement rétablis.

  • 3 Monument funéraire de l’évêque de Carcassonne par Pierre Monge, 3 septembre 1630 pour 4 000 livres, (...)
  • 4 Citons comme marchands marbriers connus, Jean Lussan à Saint-Béat, Jean Lugio de Sauveterre de Comm (...)
  • 5 Ordonnance de 1576 rappelant celle de 1517, ADHG, B73, fo 440 ; 14 juin 1520, ADHG, B18, fo 236. Le (...)

3Lorsque le sculpteur et architecte Pierre Monge, le 8 février 1631, fit déférer devant notaire, pour témoignage, sept personnages des plus importants et expérimentés du monde de la descente des marbres pyrénéens, il fallait que l’homme ait eu alors à affronter une situation d’urgence aussi nouvelle qu’exceptionnelle pour réunir ainsi de dignes vieillards par des temps d’apocalypse, quand la peste et la mort couraient seules la ville. À cette date, l’artiste s’était engagé depuis cinq mois à l’édification du plus onéreux tombeau de marbre jamais commandé en Languedoc : celui de Christophe de Lestang évêque de Carcassonne, qu’il s’obligeait de terminer pour septembre de la même année3. Aussi fallait-il faire vite pour satisfaire la commande des prélats, neveux du maître de la chapelle royale décédé. Monge savait être diligent dans ses engagements et la réalisation d’un monument funéraire dépassait avec lui rarement le délai d’un an. Pour ce résultat, une partie des marbres choisis lui parvenait déjà ouvrée en descente sur la Garonne, tout au moins pour ce qui pouvait se payer à la canne linéaire : plinthes, bandeaux, tables, petites figures décoratives et autres travaux des ateliers familiaux commingeois. Ainsi donc, par la Neste et la Garonne jusqu’à Bordeaux, transitaient, outre du marbre brut, des dallages, mortiers et colonnes que des carriers marbriers habitants de Saint-Béat, Sauveterre, Sarrancolin ou Campan confiaient à la fureur des eaux4. Les pièces de marbre se débarquaient à Toulouse au lieu-dit de la Bourdette, au Port-Garaud, généralement exemptes de taxes à condition de ne pas franchir le rempart de la ville pour y être vendues. Nous pouvons penser qu’en raison des grands débours de la cité en des temps de calamité publique, les édiles eurent l’idée de recourir à une taxation provisoire des transits. Or, depuis 1517 et 1520 au moins, il y avait eu maintes défenses de n’exiger aucun péage des mariniers et « ragiers » conduisant les bois et autres marchandises sur la Garonne et le Salat. Le fleuve étant au roi, à Toulouse comme à Bordeaux, l’usage en demeurait franc ; seules les emprises durables ou criminelles sur le fleuve devaient à la couronne après intervention des maîtres des ports et passages, tels les droits de chaîne des moulins à nef5. Il faut également remarquer que l’avènement du bon roi Henri n’avait pas raréfié les cas de mainmise sur le domaine mais parfois même ajouté aux usurpations nées des troubles religionnaires, certaines cessions des biens de la couronne, pour échange ou par nécessité.

4Dans le cas présent, ce que Monge faisait alors consigner pouvait n’être que le fait banal d’une usurpation de la puissance publique car s’évoquait l’éventualité d’un péage, et un terme pouvait corroborer cette hypothèse : celui de leude.

  • 6 A. de Beauregard, La commande parlementaire privée à Toulouse au Grand Siècle, thèse Toulouse Le Mi (...)

5Dans les mentalités des xvie et xviie siècles, ce mot encore d’usage qualifiait souvent la nature contestable d’une réquisition ou d’un devoir dont un particulier substitué à la puissance publique s’arrogeait le bénéfice, par force ou par usucapion. À Toulouse, cela évoquait un droit frappant tous les objets importés par les étrangers non régnicoles, mais également dans la coutume du Languedoc, une gratification que le bourreau prélevait sur les denrées exposées en marché, ou bien la survivance d’un droit d’origine obscure. Ainsi, les capitouls eurent-ils maintes fois à s’élever contre les prétentions de quelques seigneurs locaux qui entendaient retenir au profit de leurs seigneuries traversées, la marée venue de Leucate, ce dont les Toulousains semblaient jouir de privilège immémorial6.

  • 7 AMT, GG42, fo 26, 1673, Monge de Lavasoire (Dalbade).
  • 8 Bureau de la Foraine : ADHG, B1904, fo 265, 1 juillet 1553.

6À cette occasion, l’accent était mis sur Bordeaux, bien que la commande de l’artiste n’y transitait pas, puisqu’il œuvrait alors dans Carcassonne. Ainsi donc, Monge pensait que si aucun péage ne s’imposait à l’arrivée dans cette ville, il ne pouvait en aller autrement sur le fleuve car la grande cité ne manquait pas alors de tyranneaux pour élever l’argument d’une leude temporaire. Bordeaux restait la référence d’un artiste qui y avait passé quelques très belles années de sa jeunesse dans l’ombre de Pierre Souffron son mentor, nouant de très nombreuses connaissances, tant même que s’y établirait comme chirurgien, longtemps après, son fils Jean-Pierre Monge de Levasoire7. Aucun arbitraire ne se manifestant entre Toulouse et Bordeaux, l’artiste se plaignait donc d’anomalies ayant cours après Saint-Béat et Montréjeau ou à Toulouse même. À titre d’exemple, maintes fois déjà par le passé, les gouverneurs du château de Muret, particulièrement en 1614 année d’exceptionnelle disette, eurent l’idée fâcheuse de réclamer péage provisoire et de saisir sur le trafic du bois et d’autres marchandises descendant la Garonne. En dépit de lettres royales de 1556 répétant l’exemption des gens du Languedoc, de tels abus étaient fréquents en temps de crise. Se rencontraient également, selon les ordonnances, des complexités tenant à la fiscalité des passages. Ainsi, le bureau de la Foraine de Toulouse était-il considéré « comme extrémité pour ce qui regarde la rivière de Garonne et que les marchandises chargées à Toulouse devront être payées dans ce bureau et non à celui de Bordeaux8 ». Alors, s’il pouvait y avoir péage, il était aussi dans les prérogatives du capitoulat d’octroyer franchise ou dérogation, ce qui fut accordé aux radeaux des marbres destinés à Béon, gouverneur de Saintonge et Angoumois, de passage vers Bordeaux en 1603. Enfin, en 1631, année de calamité, pour financer des dépenses extraordinaires, le conseil de bourgeoisie avait envisagé l’expédient du péage provisoire généralisé puis immédiatement oublié, ce qui fit peut-être le fond de notre affaire.

  • 9 A. de Beauregard, op. cit., p. 112 et 542, monuments funéraires des frères Seigneuret. Tombe monume (...)

7Habituellement, le marbre, qui se débarquait au Port-Garaud pour prendre la direction du bas Languedoc par la route, s’y faisait peser afin de convenir d’un prix de transport avec les charretiers en attente. À cette époque, Pierre Monge avait quitté Toulouse pour Narbonne où le retenaient depuis 1608 deux commandes notables pour les mausolées des frères Seigneuret, personnages importants et proches des grands, décédés successivement9.

8Un tel document ne manquera pas d’être estimé à sa juste valeur devant les propos d’un vieux fonds d’historiens qui maintinrent longtemps cet étonnant sculpteur au rang d’intermittent de la sculpture d’ébénisterie et de la truelle. Ces marbres en entablements pour le monument de Jean de Seigneuret accompagnés d’un décor achevé, toujours visibles dans la cathédrale de Narbonne, deviennent de ce fait la preuve du talent d’un artiste languedocien majeur (fig. 1).

Fig. 1 : Pierre Monge, tombeau de Jean de Seigneret, 1610. Narbonne, cathédrale Saint-Just.

Fig. 1 : Pierre Monge, tombeau de Jean de Seigneret, 1610. Narbonne, cathédrale Saint-Just.

© Pascal Julien

Marbres des Pyrénées : priant en blanc de Saint-Béat devant une plaque de noir de Sauveterre.

  • 10 ADHG, 3E6223, fo 39, 16 janvier 1609 (relation de poids de pierre, Falguière, Beaumont, Monge) : pe (...)
  • 11 « Les costumbres del sud-oest de Francia » dans Anuario de Historia des Derecho espanõl, t. XXIII, (...)
  • 12 La famille Ferré (A. de Beauregard, op. cit., p. 454), originaire du val d’Aran, trafiquait égaleme (...)

9Le 16 janvier 1609, notre sculpteur procédait devant beaucoup de monde, à une pesée extraordinaire10. Effectivement, il lui arrivait des marbres dont le poids considérable était vérifié par Falguière et Beaumont, maîtres « affeneurs-jurés » toulousains seuls capables de l’exercice, aidés du grand timon de leur charrette pour obtenir le verdict du poids public servant au commerce du bois. La mesure était prudente, l’artiste sachant que de tout temps des contestations naissaient sur le prix des portages, de ceux fixés entre professionnels de gré à gré, aux devoirs de nature différente exprimés par les fors et coutumes des Pyrénées11. Pour ce qui concerne marchands et particuliers, aucun exemple de contestation ne nous est parvenu ayant trait aux portages en montagne, spécialité de riches familles de muletiers tels les Ferré qui, profitant des exemptions de traite foraine, trafiquaient aussi bien avec le piémont français que les versants espagnols12.

  • 13 Le xvsiècle fut néfaste aux patrimoines des grandes abbayes qui durent se défaire de très nombreu (...)

10Par contre, dans la seconde partie du xviie siècle, aux prémices de l’organisation de la ferme générale des marbres, nombre de traitants se laissèrent abuser sur la consistance exacte des droits du roi en cette matière, particulièrement lorsque celui-ci succédait à quelques grands seigneurs. Historiquement, si certaines coutumes reconnaissaient le devoir féodal du portage, ce dernier avait évolué vers une limitation dans le temps et dans l’espace, de la carrière à la plus proche seigneurie. De plus, l’astreinte se trouvait réduite à un nombre variable mais très restreint de journées, puis fut rachetable. Les portages de dévotion bénéficiaient surtout aux carrières des grandes abbayes telles Lézat à Saint-Béat ou Simorre à Sarrancolin, et ce jusqu’au xve siècle, époque difficile où nombre de celles encore en exploitation sortirent de leur patrimoine13.

  • 14 « quando arationes in patientia sunt », inscription latine d’un petit cahier de peau de 32 feuillet (...)
  • 15 À Paris, les mortiers se vendaient chez les peintres sculpteurs, les plus demandés étant ceux de ma (...)

11À Sarrancolin, le 28 avril 1538, Bernard de Castelbajac concédait, à défaut d’autres rapports, la majeure partie du lieu de Héches à la pâture des troupeaux, sans rien excepter. C’est assez dire que les carrières donnant le marbre dit « petit antique » étaient alors en quasi sommeil. Cependant, en 1634, Jeanne d’Espagne, douairière d’Ossun, reconduisant la mesure, exceptait l’espace de deux champs en carrières proches de la Neste. L’abbaye de Lézat avec son prieuré de Saint-Béat conservait le bénéfice de quelques excavations, les autres étant devenues fiefs d’une bourgeoisie montante. D’ailleurs, dans l’église, en 1423, s’érigeaient deux confréries d’apprêteurs de laine et de carriers sous la protection de saint Béat et de saint Privat, prévoyant l’aumône du pain aux pauvres veuves et vieillards de leurs rangs : « aux temps où les terres sont en patience14 ». Il semble que ces carriers, outre l’extraction, organisaient à la morte saison le travail de certains marbres en carrelages, colonnes dites sarrasines et autres dépassant deux cannes, mortiers de deux sortes, cylindriques à oreilles (très prisés à Paris) ou à encoches sur base carrée parfaitement adaptés aux perches de portage des mules ainsi qu’aux comptoirs des apothicaires15. À l’extraction, malgré la pénibilité de celle du marbre, il n’y avait que peu d’écart de prix avec les plus belles pierres venues de Mazères ou de Roquefort. Seul le coût total des portages joint à celui des façons faisait la différence avec, pour les montagnards, un intérêt économique évident.

  • 16 Lettres en faveur de Rambaud et Dardé, ADHG, B58, fo 453, 8 mai 1565.
  • 17 Sur les conseillers Galland, parisiens de la rue de Seine, avocats et conseillers d’État protestant (...)
  • 18 Autorisation d’exploitation donnée par Jeanne de Navarre à des compagnies allemandes armées. Idem p (...)

12Dans l’espoir de pallier les pénuries chroniques de métaux, dès 1565 les Valois allaient par lettres patentes encourager les recherches minières pyrénéennes de Gaspard Rambaud et de Sicard Dardé16. À l’extrême fin du xvie siècle, lorsque le trône de France fut enfin rétabli dans sa splendeur, un petit groupe de financiers protestants, pour quelques-uns réfugiés dans le royaume de Navarre, tels les frères Malus, Claude Picot (protégé des maisons d’Andouins et de Gramont), Jean du Puy , les fils Bertin, Hélie Bachelier, puis par la suite Aymar de Bardichon et de nombreux autres obtinrent des permis d’exploitation spécialement après que le roi eut fait faire recherche minutieuse de l’état de ses droits sur le conseil de Pierre Forget par les conseillers Galland de La Bouynière (dont Auguste II qui prendra part à ces adjudications)17. En dépit de la bonne volonté de la couronne, il n’en demeurait pas moins que les efforts autochtones de mise en valeur des richesses minières et marbrières pyrénéennes, autant que ceux qu’effectuèrent de solides compagnies allemandes expérimentées, ne furent que de courte durée pour un rapport souvent décevant : insécurité et coûts d’extraction aggravant les aléas du portage18.

  • 19 ADHG, 3E1805, convention entre Jacques Jacob et Pierre Blanc, 5 janvier 1687.
  • 20 Ibid., liasses, accords avec Pierre Blanc, successeur de Jacques Jacob, sous-entrepreneur de la voi (...)

13Le xviie siècle finissant, après l’édit de Fontainebleau, lorsque la monarchie pensera avoir rationalisé les besoins de ses chantiers en marbres de qualité, les fermiers dits de la voiture19 tenteront une exploitation insolente des muletiers convoyeurs du Comminges ainsi que des charretiers reliant Caunes au nouveau Canal royal20. Cependant, devant la grogne et l’immobilisme devenu général, ils s’inclinèrent, accordant une augmentation d’un sol le pied cube de marbre. Ainsi, à mettre en relais tant de gens d’affaires entre les carrières et la surintendance des Bâtiments, le marbre acquit un prix digne de Versailles mais qui eut effrayé Pierre Monge, notre artiste.

14C’est une toute autre version que ce dernier faisait consigner dans nos cinq documents notariés, exprimant avant tout le caractère traditionnel, paisible et honnête d’un monde restreint d’entrepreneurs et de marchands intéressés par la descente conjointe des bois et du marbre par radeaux et gabarres, avec le souci très net d’éviter tout contentieux. Pourtant, les occasions de multiplier les recours ne manquaient pas en raison du caractère aléatoire de tels transports et parce que, de confiance, l’on réglait souvent d’avance sur foi et parole données.

  • 21 P. Ourliac, « Les origines des comtes de Comminges » dans Recueil Clovis Bunel 1953, II, p. 313 ; C (...)

15Historiquement, jusqu’à la fin du xve siècle, le roi de France héritant, ces sortes d’affaires furent de la compétence, en dernier ressort, des juristes des comtes de Comminges, princes souverains sur leurs terres21. Il est bon de rappeler aussi que les extractions de marbre se traitaient simplement et de la même façon que celles concernant la pierre blanche du comté ; à la nuance cependant que les dynasties de marchands en charge du négoce de cette dernière avaient peu en commun avec ceux diffusant le marbre. De plus, comme la matière ne possédait à l’époque rien du caractère régalien dont on l’affublera par la suite, les litiges demeuraient donc pour les excavations de la compétence des juges seigneuriaux des lieux et pour les éventuels dommages sur fleuve, d’un recours direct à la justice du sénéchal de Toulouse après réquisitions notariales faites aux fautifs.

16C’est bien ainsi que procédait Pierre Monge, faisant consigner devant notaire cinq témoignages concordants. Cependant, pour la période historique précédant les temps de main mise de la couronne sur les carrières des marbres Languedociens, les fonds du sénéchal de Toulouse paraîtront au chercheur particulièrement pauvres d’affaires de ce genre. Cela confirme donc l’esprit spécifique d’un milieu dont feront partie les vrais artistes de ce temps. Par contre, la seconde moitié du xviie siècle connaîtra une évolution regrettable des mentalités. En organisant des régies et fermes d’exploitation jointes à une organisation nouvelle des convois de marbre, certains litiges, toujours rares, ne pouvaient plus échapper à la connaissance des juridictions royales ; d’autant que s’y trouvait mêlée l’intendance du Languedoc et que les plaignants étaient presque tous gens des offices.

17Cependant, nous remarquerons qu’en cette occasion le roi n’entendait pas soumettre ce matériau à une juridiction spécifique comme celle des monnaies, laquelle possédait un caractère régalien incontestable. Cela fuyait les Messieurs du parlement pour n’être que de la compétence du juge-mage, ce qui était d’intérêt évident, les grands robins ayant la bien fâcheuse réputation de savoir faire mûrir les affaires des puissants dans de trop longs délais. Il y avait eu de la part de la couronne beaucoup de sagesse à maintenir l’autorité du juge-mage, satisfaisant ainsi aux concepts de rapidité et parfois d’urgence qui finiront par caractériser l’organisation nouvelle des fermes du marbre dans le dernier quart du xviie siècle. Nous pouvons aussi affirmer que la création d’un office dans le but précis d’instruire tous les litiges naissant de l’extraction comme du convoyage des marbres pyrénéens serait demeuré du ressort du parlement de Toulouse. L’intendance du Languedoc veillait puis, ultérieurement, la surintendance des Bâtiments.

  • 22 Sentence d’Étienne d’Ambes, juge-mage, du 19 septembre 1687, concerne le naufrage du navire Le Fauc (...)

18Ainsi ne peut-on relever de 1670 à 1690 que deux sentences du sénéchal de Toulouse, particulièrement celle importante du 19 septembre 1687 concernant le naufrage du navire Le Faucon de la ville de Bordeaux sur les côtes anglaises22. Le second arrêt renseigne à propos de « la voiture des marbres par la rivière de Garonne », spécialement des tarifs en vigueur de Montréjeau à Toulouse comme de cette ville à Bordeaux, de même qu’au sujet de la diffusion des productions de Caunes s’effectuant par le canal royal fonctionnant depuis peu. Pour ces accords tarifaires, les fonds notariaux gardent quelques précieuses réquisitions sur les prix consentis par les entrepreneurs généraux pour les convoyages du matériau des rois.

19Aux Couteliers, dans la boutique du notaire Arnaud, voisin estimé de Monge et de Souffron depuis vingt ans ou plus, nous trouvons réunis et sollicités les témoins majeurs de la descente des marbres depuis un demi-siècle.

20Bien sûr, tous les acteurs de l’activité marbrière ne pouvaient être assemblés en la circonstance du fait de la contagion et de l’éloignement rituel. Cependant, nous savons tenir là une scène complète des marchands les plus importants et de leurs clients directs, tous suffisamment documentés afin d’éviter le théâtre d’ombres, longtemps de mise en cette matière.

  • 23 ADHG, 3E288, fo 80, 8 février 1631.
  • 24 Vente de marbres Anel, ADHG, 3E2279, fo 158, 23 avril 1623 : colonnes de marbre jaspé d’une longueu (...)
  • 25 Promesse de Claude Pacot, maître tailleur de pierre, ADHG, 3E2281, fo 162, 12 août 1625.

21Depuis 1601, Dominique Barthe, riche marchand du Port-Garaud23, négociait directement des bois et des marbres du Comminges, ce qui impliquait la nécessité du « voyage à la montagne » et le distinguait de ceux débitant dans les mêmes lieux sans avoir à convoyer des bois et plus rarement du marbre jusqu’à Bordeaux, tel Antoine Anel24. Ce dernier vendait en 1623 au syndic du couvent des Dominicains de la ville plus de 50 pièces de marbre travaillées en colonnes et colonnettes noires pour la plupart ou jaspées, au prix conséquent de 40 sous le pan cube, destinées au mausolée de saint Thomas d’Aquin. Il fallait alors satisfaire aux volontés de frère Henry-Christophe de Chalvet qui allait devenir le père Hyacinthe, théologien, et ainsi permettre au sculpteur Claude Pacot de « conduire l’ornement qu’il convient de faire pour l’édification de la chapelle » dans le dit couvent25.

  • 26 Inventaire des biens de Jean Miguel, ADHG, 3E11930, liasses, 12 mai 1652. La famille possédait égal (...)

22Puis, Claude Montaut vint témoigner amicalement à la réquisition de Monge en même temps que Jean Miguel, dit le vieux, tous deux ayant acquis une très longue expérience dans la descente des bois et des marbres, depuis 1611 pour le premier. Le second, du fait de ses déplacements successifs et pèlerinages depuis 1606, nous a laissé bon nombre de testaments et son fils, un inventaire de biens nous permettant de mieux les situer. Ses volontés bien souvent répétées étaient « de s’en retourner en la ville de Valence dont il est venu naguère ». Cependant, fils de Martin Miguel et de Domenge Lucas, il était originaire de Toulouse et de Bruguières où sa famille tenait bon rang. Il avait eu dans sa grande maison du faubourg Saint-Michel au moins trois fils dont Jean dit le jeune qui reprit ses activités, et au décès duquel Jeanne Vernet, la veuve, fit consigner quantité de bois de grand prix. Son livre de raison de 1632 intitulé Les voyages à la montagne y indiquait des déplacements nécessaires et répétés et qu’à cette date, la peste avait probablement emporté son père comme elle eut raison du courage d’un petit nombre d’obstinés qui demeurèrent dans la ville26.

  • 27 Jean et Raymond Turbide commerçaient jusqu’à Bordeaux en association avec Léonard Claverie depuis 1 (...)

23Effectivement, parmi les absents, nous signalerons les chefs de la puissante famille Turbide, des marchands, fermiers de la baronnie de Roquefort aux Bellegarde, qui diffusaient une très belle pierre du Comminges prisée jusqu’à Bordeaux27. Les plus connus furent Jean et Raymond, frères associés, fournisseurs des véritables et rares sculpteurs sur pierre ou architectes de la ville tels Souffron, Monge, ou Pacot. Ainsi est-il curieux de ne jamais trouver d’achats directs de marbre brut par d’autres maîtres sculpteurs ou leurs ateliers. De plus, les vrais sculpteurs se trouvaient toujours en relation avec un marchand capable de garantie et bonne caution et apte à ramener lors de la descente des bois tout le nécessaire à la pratique de leur art.

  • 28 Mariage de Jeanne Pacot fille de Claude et d’Anne Panassier : AMT, GG230, fo 269, 1649.

24Monge avait comme Souffron préféré les services des Turbide, puis en fin de vie ceux de Cazanet, devenu son gendre. Claude Pacot liait son destin à celui de Jean Sarradet, originaire d’Aspet et opulent marchand de bois du Port-Garaud, en lui laissant épouser sa fille Jeanne, filleule de l’entrepreneur Levesville28. Enfin, Didier Sansonnet œuvrait avec le riche marchand Fougasse, d’une famille influente d’Avignon.

  • 29 ADHG, 3E6201, fo 323.
  • 30 Les gabarres comme celles fournies à Linas par James Lespujols, marchand gabaretier en Couserans, é (...)

25Autre acteur et témoin conséquent : Léonard Claverie, issu de Bernard, bourgeois de Saint Frajou, parent de Gabriel de Salamon, marchand et bourgeois de Paris, créancier habituel d’Urbain de Saint-Gelais évêque de Comminges. Il était devant Pierre Linas le plus important entrepreneur de batellerie qui pouvait se rencontrer de Montréjeau à Toulouse, convoyant depuis 1590 au moins une très grande partie des bois du Comminges. En s’associant en 1598 avec les frères Turbide, il bénéficiait du quasi-monopole de la descente des belles pierres de Roquefort puis, avec Antoine Morère « ragier » de Boussens, de celui des plâtres et des chaux, spécialités du clan29. Pierre Linas, de moindre envergure, faisait remonter avec ses longues gabarres de chêne, le blé, le bois et le marbre vers Bordeaux30.

  • 31 A. Navelle, Familles nobles et notables du Midi toulousain xve et xvie siècles, 1991, p. 69. Tous n (...)

26Jean Martin, autre de nos témoins, associé de Claverie dès 1590, était également marchand de bois et sa sœur Catherine l’épouse du notaire apostolique Brassac. Leur famille allait connaître le capitoulat avec Étienne Martin, gendre du banquier Richard Dejean, baron de Launac, tout en conservant de bonnes accointances financières et d’utiles parentèles dans les villes de Bordeaux et de Rouen, où les navires des capitaines Le Cerf père et fils, originaires du Havre de grâce, abordaient pour le transit des jambons, du marbre et des blés vers Paris31.

27Examinons maintenant les acteurs majeurs de la demande marbrière, les artistes accompagnés de certains de leurs commanditaires, tels qu’ils ressortent de notre enquête.

  • 32 Lettres patentes d’exploitation, ADHG, B58, fo 768, 1565 et B1906, fo 225, 22 mai 1565.

28Avec la déclaration de Scipion, fils de l’architecte Dominique Bertin, Pierre Monge nous laissait un document intéressant tant il est exact que ce groupe familial demeure encore peu connu des historiens. Au milieu du xvie siècle, après maintes déceptions, un regain d’intérêt pour l’exploitation des richesses des Pyrénées se discernait, particulièrement après que le roi Henri II eut mis son énergie à y établir une relative autorité en nommant « capitaine et gardien des monts Pyrénées » Dominique Bertin l’architecte32. Nonobstant la volonté royale, l’histoire a tôt fait d’assigner des limites, les mêmes que celles qui s’imposèrent à la Couronne lorsqu’elle hérita des droits de la dernière comtesse souveraine en 1473. Si le pays avait certes retenu du droit romain, il obéissait surtout à nombre de coutumes particulières qui, ajoutées à ce que l’imaginaire collectif projetait encore sur la montagne pyrénéenne, rendait le haut Comminges terre inquiétante et jugée très peu sûre. L’autorité de Bertin fut donc réduite, en dépit du titre, car suivant les indications usitées, elle se limitait à un « circuit de trente lieues » excluant les terres de la couronne de Navarre, le Béarn et autres possessions de la maison d’Albret. Les lettres patentes le diront « capitaine de Cierp de Bagnères et autres lieux ».

  • 33 Lettres pour la bâtisse du palais, ADHG, B46, fo 198, 16 février 1553 ; lettres pour en tenir les c (...)

29Son plus grand soin fut de se rendre de bon secours pour tous les habitants des vallées dans des temps qui s’annonçaient particulièrement troublés dans le voisinage du comté de Foix, du Béarn et de la Navarre, avec peu de gens en armes mais une bonne connaissance des milieux, ce qui est particulièrement troublant pour un homme dit parisien, nouveau en Comminges. En 1553, désigné pour « conduire l’œuvre de construction » du palais du Parlement à Toulouse, il était qualifié de maître expert en architecture à 15 sols par jour puis, ce qui renseigne mieux sur ses compétences, vérificateur des matériaux et des comptes de la construction du palais33. C’est à cette occasion qu’il fera, supposons-nous, ses premiers voyages à la montagne pour s’y fixer durablement après les troubles religionnaires de Toulouse en 1562.

30Comme lieutenant de Saint Béat, il mit une grande énergie après autorisation royale de 1565 à l’exploitation des marbres « blancs de glace » et « noirs d’onyx » de superbe qualité qui s’y trouvaient alors. Il permit aussi la diffusion de ceux de Campan et de Sarrancolin grâce à une judicieuse organisation de ses affaires par association de marchands habitués au commerce du bois (descendu par radeaux) tels les Claverie de Saint-Frajou, les Anceau et des bourgeois du cru, tel Bernard Galias notaire des évêques de Comminges à Alan. Ce dernier, mémoire notariale et comptable de la compagnie, devint le beau-père du fils de Dominique Bertin, Pierre, qui dès 1582 sera dit « garde des mines des monts Pyrénées ».

  • 34 ADHG, 3E6199, fo 142, 2 mai 1598.
  • 35 ADHG, 3E3339, fo 99, 1er février 1624.
  • 36 ADHG, 3E6254, fo 549, 31 octobre 1624.
  • 37 AMT, GG228, fo 549.

31Un autre de ses enfants, Scipion, réputé tailleur de pierre de marbre et habitant d’Alan, avait repris dès 1585 l’activité de son père : extraction et diffusion de ce matériau. Quelques différends avec un ancien receveur de la traite foraine confirme en 1598 l’ampleur de cette activité car Comminges, vallée d’Aure, Barousse, val d’Aran ainsi que Béarn, étant fiscalement exemptés, certaines expéditions dépassaient donc déjà les limitesdu royaume34. Présent à Toulouse dès 1622, l’artiste apparaît incidemment à l’occasion de certains actes de fourniture de marbre comme maître tailleur de marbre. Ainsi, pour le tombeau de Jean de Barricave, chanoine, devait-il livrer « une pierre de marbre fort noir bien poly et de qualité » dans un délai de quinze jours35. En 1624, en présence de Claude Borrey, ayant la conduite du tombeau de Jean de Fossé évêque de Castres36, Bertin se chargeait de travailler en moulures une grande pièce de marbre jaspé. Peu de temps après, âgé, il épousait Peyronne de La Palue, parente de Jacques de La Palue, inquisiteur de la foi, dans la chapelle de l’archevêché et semble-t-il ne put y survivre37. Le reste d’une progéniture étendue s’honorait encore de compter un greffier des états de Comminges en la personne de Raymond Bertin, décédé en 1616.

32Ultime témoin et très important personnage, l’architecte Pierre Souffron auquel chaque récit conduit tacitement, tant que le sien réellement plus précis ne peut occulter une ancienne et générale communauté d’intérêts, ramenant pour la période considérée toute l’histoire des marbres du Comminges à celle du groupe présenté. Les chronologies, même imprécises, recouvrent très largement les carrières en duo de Monge et de Souffron son aîné. Cependant, détail significatif, en présence des marchands, Monge prenait le titre d’architecte de la ville de Toulouse, arguant devant Souffron de sa seule qualité de sculpteur, ce qui peut être un indice de répartition des besognes qu’ils se partagèrent dans le passé.

  • 38 Monseigneur de Carsalade du Pont, Notes sur les deux frères Souffron : Pierre I et Pierre II, archi (...)
  • 39 Naissance en 1554, décès le 24 octobre 1649, inhumé au cloître des Augustins en tant qu’architecte (...)

33En 1579, quittant son père Jean, commissaire des poudres à Paris et réfugié depuis 1572 chez le baron de Biron, puis en Agenais sur les terres des Caumont, Souffron âgé de 25 ans entamait une carrière d’architecte de la couronne de Navarre. Par contrat du 18 octobre 1577, il devait faire édifier de marbre blanc et noir le mausolée du feu maréchal Blaise de Montluc dans la chapelle d’Estillac, dont il ne reste actuellement qu’un gisant mal conservé. Après avoir longuement résidé à Auch38, il se remaria à Toulouse en 164639.

34Architecte pour le roi en sa maison de Navarre ou parfois en son duché d’Albret, Souffron n’a-t-il jamais eu que les compétences de son titre ?

  • 40 ADHG, 3E283, fo 514, règlement à Durand pour le logement de ceux de sa maison (1626). Pendant presq (...)
  • 41 Le 3 juin 1611, Souffron, conseiller du roi en l’élection d’Armagnac, cautionnait son frère Aymeric (...)

35Son statut social pourrait le confirmer. Issu d’une famille noble, tout un milieu semblait l’éloigner de la pratique directe d’un art. La fortune qui ne lui fit jamais défaut le présentait comme suffisante caution pour tous ceux de ses amis ou subordonnés qu’il introduisait sur les chantiers. Lors de déplacements fréquents, l’architecte veillait au train d’une maison sagement pourvue de gens et chevaux, rien ne nous rappelant l’artisan ou l’artiste provincial40. Sa fidélité à la RPR qui aurait pu constituer un obstacle pour le bon déroulement d’une carrière ne pouvait plus s’invoquer. Effectivement, en 1611, devant l’ordre de Malte, il était amené à « bailler bonnes et suffisantes caultions catholiques » en faveur d’Aymeric son frère, ce dernier étant qualifié dans un acte de 1622 d’ingénieur et de commissaire ordinaire de l’artillerie du roi41. Mais ce seront les relations très suivies qu’il entretenait avec la haute société protestante parisienne déplacée en Béarn ou en Agenais qui définiront le cours de sa carrière au service du roi.

  • 42 Pierre Monge, fils de Guillaume, naquit à Puycalquier dans la maison de son oncle Barthère, prêtre (...)

36Autant de facilités durent déterminer, mais également masquer, le vrai cheminement de Pierre Monge. Ce dernier, d’une famille noble très ancienne, originaire de Puycasquier, place huguenote de Gascogne42, hommecultivé, n’était pas démuni. Quelques biens lui étaient venus de sa mère, d’autres acquis par son labeur. Ce qui pouvait être satisfaisant pour ambitionner travailler en entreprise au milieu d’une carrière devenait notoirement insuffisant pour un jeune sculpteur abordant la création marbrière onéreuse, faute de présenter caution suffisante et plus encore avant conversion aux rites romains.

37Les chronologies évoquées partant de l’époque de l’activité de l’architecte Bertin ainsi que les renseignements concernant les principaux commanditaires devraient permettre une définition satisfaisante de l’activité marbrière de la fin du xvie siècle à 1631 en général, et celle de nos artistes en particulier.

  • 43 ADHG, 3E5297, fo 68-1495. En marbre blanc relevé de polychromies, il reste aussi un dessin médiocre (...)

38Le siècle de l’architecte Bertin ne découvrit pas les richesses des marbres Pyrénéens car dans le passé il avait été assez largement usé de leur beauté plastique. Au xivsiècle, des dallages en contraste de marbre noir et blanc de Saint-Béat, même imparfaits (les défauts s’atténuaient une fois mis en perspective), allaient en Avignon enrichir les oratoires des maisons cardinalices. Après le départ de la papauté, il y eut encore au xve siècle, en dépit des crises foncières de l’église, des cuves et des gisants pour recevoir les dépouilles de quelques prélats en quête d’éternité. En principe, à Toulouse, toute la société civile se contentait de voir passer le marbre et ses radeaux. Aussi, à la fin du xve siècle, quel ne fut pas l’émerveillement du peuple lors de l’érection au chœur du couvent des Cordeliers de l’exceptionnel tombeau polychrome d’un chevalier armé en dalmatique et habit de saint François « un relief d’homme sy magnifique en bosse de marbre blanc, couvert d’une grille de fer en berceau » pour le garder de l’admiration ou de la jalousie des passants43. Dans la société civile, ce monument restera unique jusqu’au xviie siècle car l’emploi du marbre demeurait, même à l’heure de la prospérité des pastelliers, très parcimonieux si l’on excepte quelques incrustations de retables et l’entrée chargée de l’hôtel Molinier-Catellan.

39Si nous écartons les expéditions non datées du grand Bertin, les arrivées de marbres des Pyrénées pour Toulouse et sa région s’effectuèrent à partir de 1585 avec Scipion son fils, suivi de Souffron et des autres marchands dès 1590, 1591, 1601, 1606 et 1611. Hélas, l’architecte excepté, aucun nom ne nous sera livré parce que Monge était partie prenante pour des services et des clients qu’il connaissait parfaitement.

  • 44 A. Branet, « Essai de chronologie de la construction », Revue de Gascogne, 1899, p. 262.
  • 45 P. Costa, « Pierre Souffron, Arthur Legoust et le monument funéraire du président de Clary », Mémoi (...)

40Parmi les commanditaires de Souffron figuraient Messieurs du chapitre d’Auch. Effectivement, l’architecte y avait entrepris dès 1606 l’érection du magnifique retable du chœur de la cathédrale, tout de pierre, incrusté de marbres des Pyrénées les mieux choisis et les plus précieux44. L’on y retrouve surtout les exigences de Léonard de Trappes car pour le chapitre, son rôle fut de payer dans les temps. Le prélat ami de Souffron était issu de ces familles de « politiques » adonnées aux finances royales en bas Languedoc, revenues à la messe dès que le souverain eut abjuré, liées à Montpellier à la famille des trésoriers généraux Seigneuret. La participation de Monge à l’entreprise ne fait ici aucun doute car l’on retrouve sa manière dans l’esthétique des cuirs. Tout est encore plus évident dans le narthex de la cathédrale où se contemple tout le répertoire ornemental de l’hôtel de Clary de Toulouse. Autre commande, celle des enfants du premier président du parlement de Toulouse François de Clary pour le monument funéraire qui devait s’ériger en la chapelle Sainte-Madeleine du couvent des Augustins d’après les plans de Souffron45. Le contrat du 14 juillet 1617 pour un tombeau de marbre prévoyait la statue du magistrat et celle de son épouse Gabrielle Guerrier et, ce qui est remarquable, l’architecte y exprimait une parfaite connaissance des lieux d’extraction desquels il exigeait des prises. Le marbre noir viendrait du Mas près de Sauveterre, la qualité brèche de la maison Despallas à Saint-Bertrand, le marbre gris de la carrière du juge Bebertes de Saint-Béat et en dernier lieu une qualité panachée et superbe du lieu d’Izaourt en Barousse. La réalisation devait s’effectuer en dix-huit mois et le travail serait confié à l’atelier d’Arthus Legoust, autre connaissance de Souffron.

  • 46 ADHG, 3E681, fo 205, 12 août 1617. Vente de marbre, AMT, CC 2045, fo 62.
  • 47 ADHG, 3E6267 fo 363, 29 octobre 1631.

41À cette époque, l’artiste retablier devait exécuter également le monument très conséquent du président de Lestang, ce qui représentait une considérable charge de travail pour un atelier de menuiserie, d’autant que contre toute attente Legoust ne percevait que 150 livres afin de commencer ce grand ouvrage, procédé inhabituel dans le cadre d’un bail à besogne car il était d’usage de verser au moins le quart ou le tiers du prix convenu. Cela signifie donc que Legoust prenait ce travail en entreprise, engageant ici sa responsabilité comme caution principale et redistribuant les besognes. S’il est permis de penser qu’un tel projet fut exécuté, ce ne pouvait être que sur un ton plus modeste. En effet, s’il était fait mention des enfants Clary et non de la veuve Gabrielle Guerrier, première contractante, il est permis de penser que les trois filles venues à la succession de leur père réglèrent cette réalisation. Dans le même temps, Monge faisait revenir ses caisses d’affaires de Narbonne puis revendait « une grande pierre de marbre noir » à la ville46. Le troisième commanditaire étonne. C’était M. le premier président Gilles Le Mazuyer, personnage considérable et richissime de la ville, peu enclin au faste et sous le nom duquel nous ne pouvons placer qu’une réalisation, sa tombe en escalier de rédemption, constituée de trois marches de marbre gravé, de la descente de l’autel principal du couvent des Chartreux47. Or cette exigence de dernière volonté du 29 octobre 1631 étant postérieure à notre enquête, la charge en incombait bien à la veuve héritière, fille de monsieur de Clary. Cependant, Le Mazuyer pouvait s’être substitué à sa belle-mère pour la commande des marbres de la tombe Clary. Considérons également que Marie de Clary, épouse de Paul de Foix et logée dans l’hôtel pouvait avoir commandé le marbre nécessaire à l’achèvement du décor de la cour puisque Souffron tint des comptes à ce propos jusqu’au mois d’avril 1631.

  • 48 Ibid., 3E966, fo 332, 1620.

42Concernant Toulouse, un tel témoignage est lacunaire puisque nous savons que Monge et Souffron furent les auteurs de l’exceptionnel jardin de Fontaine-Lestang, propriété du prélat Christophe de Lestang, évêque de Lodève puis de Carcassonne, riche des vasques, statues et pavages de marbre qui y furent placés en 1603 et restaurésen 162048. L’utilisation de ce matériau demeurait rare à Toulouse bien que les édiles fussent particulièrement friands de ces tables de marbre bien noir, remède contre l’amnésie, et parfois des collèges en usaient, tel celui de Sainte-Catherine qui en 1624 faisait placer par Didier Sansonnet une belle fontaine avec ses plaques de marbre.

  • 49 J. Adhémard, « Catalogue des tombeaux de Gaignières », Gazette des beaux-arts, 1976, p. 125-126, to (...)
  • 50 Transport de marbre de Sarrancolin, ADHG, 3E619, fo 53, 7 mars 1603.

43Le passage des marbres pour Bordeaux, tel que notre enquête nous le rapporte en 1585, 1590, 1601, 1606 et 1611, reste un phénomène relativement important car il entraîne l’ouverture d’ateliers que des recherches ultérieures définiront sans doute. Le plus notable des commanditaires connus restera selon les témoignages reçus le duc d’Épernon, à qui l’on livrait à Bordeaux comme à Cadillac ; loin devant Martin, trésorier général de France, qui achetait pour François de Sourdis et l’Angleterre ; et Mèry de Vic, garde des Sceaux, qui fit élever au moins trois tombeaux. Ce dernier, avec son frère Dominique, mort vice-amiral, fit partie de ces politiques amis de Pierre Souffron ayant rallié la cause du roi Henri IV en même temps que la messe. Son monument funéraire érigé dans l’église d’Ermenonville en 1623, ainsi que celui de Marie de Bourdineau sa femme, morte en 1610, possédait une étonnante parenté dit-on avec le projet que Souffron avait donné de la tombe de François de Clary49. Plus décisif à cause d’une pièce d’archive retrouvée, le monument funéraire de Bernard de Béon seigneur de Massé, lieutenant pour le roi en Saintonge, intime d’Adrien de Montluc, placé en 1607 dans le chœur du couvent des Cordeliers de Paris, milite en faveur d’une œuvre conçue par Souffron. Effectivement, le 7 mars 1603 à Toulouse, Jean de Junca, homme d’affaire du sieur de Béon, chargeait Coussié (marchand) d’aller prendre à Sarrancolin des pièces de marbre et de les ramener sur trois radeaux à Bordeaux devant les Chartreux, et d’aller en passant à Cadillac « en advertir Pierre Soffron architecte, qui a charge comme il est dit, dud sieur de Massé50 ».

  • 51 ADHG, 3E7420, fo 54, 26 janvier 1604.
  • 52 P. Roudié, « Recherches sur la sculpture à Bordeaux au xviie siècle », Revue historique de Bordeaux(...)
  • 53 Jean-Paul d’Esparbès, sénéchal d’Agenais, confiait la construction dès 1595 à plusieurs entrepreneu (...)

44À cette époque, Monge partageait son temps entre Bordeaux et Cadillac avec Pierre Lamoureux et Hélie Coutereau, sculpteurs sur pierre travaillant pour la maison d’Épernon sous la direction de Souffron. Puis, fin novembre 1603, l’artiste se retrouvait à Toulouse et nous savons qu’à l’occasion d’une importante commande de pierre du 26 janvier 1604 les deux sculpteurs bordelais l’avaient rejoint. Pierre Souffron, ayant quitté le chantier de Cadillac fin octobre 1603, était également sur place51. Ainsi, de 1591, date des premières expéditions de marbre sur Bordeaux par Souffron et de l’achèvement des travaux de l’hôtel de Pierre de Lancreau, évêque de Lombez, à l’année 1603, l’architecte et le sculpteur œuvrèrent au moins douze ans dans le Bordelais au service du duc d’Épernon et d’autres. Ce qui demeure de la cohérence architecturale et des luxes du décor du château de Cadillac milite pour l’excellence d’une équipe étendue dont Pierre Biard faisait partie52. Ici, les monumentales cheminées de pierre à incrustations de marbre rappellent celle du château d’Écouen, dite de la Victoire, traitée selon l’esthétique de J.-B. Du Cerceau et l’art de Mathieu Jacquet. Cependant, d’autres cheminées visibles en Bordelais réalisées entre 1590 et 1598 par les mêmes sont antérieures. Ainsi, celle de la grande salle de Roquetaillade en 1598 semble avoir influencé particulièrement certains partis retenus pour Cadillac, que l’on retrouvera encore à Cazeneuve,à Lauzun ultérieurement, au château de Lasserre pour J.-P. d’Esparbèsmalgré le nom avancé de Marin de Lavallée53.

  • 54 Tombeau achevé en 1633, confié en entreprise en 1623 à Arthus Legoust, mais exécuté comme il se fit (...)

45À Toulouse, l’on ne trouve pratiquement nulle trace de ces cheminées d’exception si ce n’est une, commandée pour le château de Belestang en 1613. Afin d’atteindre l’excellence, les bons choix du matériau furent nécessaires. Ainsi, lorsque le duc d’Épernon décidait de l’érection du tombeau de ses père et mère dans le couvent des Minimes de Cazaux-Savés, l’entrepreneur du moment offrit non seulement une exécution indigente et laborieuse mais également une sélection médiocre du marbre, traduisant un souci d’économie ou de l’inexpérience ; ce n’était pas le tombeau de l’évêque d’Aire et encore moins le mausolée de la maison d’Épernon54 !

  • 55 Madeleine Monge était filleule d’Anne d’Ornano, ADHG, 3E1016, fo 2.

46Enfin, il est utile d’évoquer succinctement pour une meilleure compréhension des destins, les hommes de ces milieux nourris de l’ambiance spécifique aux mondes de la Réforme et de la contre Ligue avec leurs chaînes de solidarité, qui firent des protecteurs aux heures sombres les commanditaires des jours de paix. Souffron, juriste et architecte, sut rapidement profiter des accointances d’un monde brillant déplacé de Paris pour les états de Navarre, relief de la plus haute administration des Valois ou des premières maisons de la noblesse protestante de Guyenne. Ainsi, les petits enfants du chancelier de L’Hospital, protecteurs de Jean-Baptiste Du Cerceau puis de Mathieu Jacquet, le chancelier de Cheverny, Michel Hurault secrétaire du roi de Navarre puis l’ami de toute une vie, son fils Pierre Hurault seigneur de Bellesbat, conseiller d’état féru d’architecture. Du côté de l’épée, il y eut les familles Béon, Bourbon-Malauze, Béthune, Caumont, Duras, Foix, Gontaud-Biron, les barons d’Arros, Charles de Fumel, Blaise de Montluc, le maréchal d’Ornano son gendre, Pierre d’Esparbès, le duc d’Epernon, François de Sourdis et le roi lui-même. Bien que l’on puisse faire plus rapidement le tour des protecteurs de Pierre Monge, des liens se relèvent pourtant avec les groupes précédents. Par son oncle régisseur général des biens du marquis de La Case comme par Madeleine, enfant de ce dernier, notre sculpteur restait proche de la fille du maréchal d’Ornano comme du clan Bourbon-Malauze55.

47Toutes ces interférences ne purent rester sans effets sur les carrières de Monge et de Souffron, se prêtant à Bordeaux spécialement à de nombreuses réalisations marbrières dont certaines, destinées à Paris mériteraient d’être redéfinies dans le cadre de la théorie des contrats d’entreprise, vrais trompe-l’œil de l’histoire de l’art.

48Puis nos deux hommes revinrent à Toulouse pour les travaux du Capitole, ceux de Sainte-Marie d’Auch et la porte aux atlantes de l’hôtel de Bagis-Guerrier en 1604. Nous imaginons que la liste prochaine de leurs réalisations en Guyenne comblera les historiens, démontrant par ailleurs la complexité des recherches dans le cadre des réalisations marbrières d’envergure.

Haut de page

Notes

1 Toulouse, archives départementales de la Haute-Garonne (ci-dessous ADHG), 3E288, fos 80-82, 1631 ; fos 107, 111, 127 et 128 du 20 février 1631. Société archéologique du Gers, Le Gers, dictionnaire biographique de l’Antiquité à nos jours, sous la direction de Georges Courtes Balma, 1999, p. 325 : vignette inspirée des travaux d’un prélat doué d’un don de double et même triple vue.

2 G. Bresc-Bautier, Les marbres des Pyrénées sous Louis XIV, Approches scientifiques et historiques. Entretiens d’archéologie et d’histoire, 1995.

3 Monument funéraire de l’évêque de Carcassonne par Pierre Monge, 3 septembre 1630 pour 4 000 livres, après accord d’Étienne de Polverel, grand aumônier de la reine, évêque d’Alet, neveu et héritier du prélat, et de Vitalis de Lestang, évêque de Carcassonne, son second neveu. Je dois ce renseignement à l’obligeance de M. Jean-Louis Bonnet de Carcassonne.

4 Citons comme marchands marbriers connus, Jean Lussan à Saint-Béat, Jean Lugio de Sauveterre de Comminges, Pierre Bertrand de Sarrancolin, principalement fournisseurs d’éléments décoratifs dont la colonnette dite sarrasine. ADHG, 3E275, fo 316 (1618). Lacroix de Saint-Bertrand de Comminges fournissait le sculpteur Gervais Drouet de tables de marbre du plus noir et bien poli, rendues à Toulouse : ADHG, 3E323, fo 64 (1662).

5 Ordonnance de 1576 rappelant celle de 1517, ADHG, B73, fo 440 ; 14 juin 1520, ADHG, B18, fo 236. Lettre patente juillet 1556 « défense à tous gentilshommes, seigneurs ou autres de lever ou exiger aucuns péaiges leudes ne autres droictz et subsides, sur quelques marchandises des habitans du pays de Languedoc », ADHG B49 f. 551.

6 A. de Beauregard, La commande parlementaire privée à Toulouse au Grand Siècle, thèse Toulouse Le Mirail 2001, p. 23. Toulouse, archives municipales de Toulouse (ci-dessous AMT), BB31, fo 151, 1637 ; livre des chasse-marée, BB219. Privilège du 23 août 1555, Catherine de Médicis exempte le Lauragais de leude et péage.

7 AMT, GG42, fo 26, 1673, Monge de Lavasoire (Dalbade).

8 Bureau de la Foraine : ADHG, B1904, fo 265, 1 juillet 1553.

9 A. de Beauregard, op. cit., p. 112 et 542, monuments funéraires des frères Seigneuret. Tombe monumentale pour l’aîné titré baron de Fabrezan décédé en 1605 érigée dans l’église de Fabrezan ; la seconde pour Jean, seigneur de Laborde, président des trésoriers généraux de France à Montpellier, commandée à Monge par Isabeau Didier sa veuve en 1608. P. Chaleix, « De la sculpture funéraire sous Henri IV et Louis XIII : quelques œuvres peu connues », Gazette des beaux-arts, sept. 1977, p. 85.

10 ADHG, 3E6223, fo 39, 16 janvier 1609 (relation de poids de pierre, Falguière, Beaumont, Monge) : pesée de deux pièces de marbre dont l’une longue de 11 pans et large de 4 faisait 32 quintaux et 8 livres et la seconde, large de 6 pans sur 4, accusait 38 quintaux et 8 livres, le quintal valant alors 40 kilos.

11 « Les costumbres del sud-oest de Francia » dans Anuario de Historia des Derecho espanõl, t. XXIII, 1891, p. 209.

12 La famille Ferré (A. de Beauregard, op. cit., p. 454), originaire du val d’Aran, trafiquait également des laines. Son activité avec les deux versants des Pyrénées était aisée, les populations étant proches autant par les mœurs que par l’applications d’usages juridiques et fiscaux (seulement plus influencés par le droit romain à l’est de la montagne, par le droit coutumier à l’ouest). Voir Bourdot de Richebourg, Nouveau coutumier général, Paris, 1724. Vallée d’Aran, exemptions du droit de foraine 1606, ADHG, B1911, fo 178 ; Béarn : B1910, fo 141, 1594, exemption semblable.

13 Le xvsiècle fut néfaste aux patrimoines des grandes abbayes qui durent se défaire de très nombreux biens pour financer leur défense alors que leurs revenus étaient au plus bas.

14 « quando arationes in patientia sunt », inscription latine d’un petit cahier de peau de 32 feuillets servant de dîmier au prieuré, AP, fonds Duston.

15 À Paris, les mortiers se vendaient chez les peintres sculpteurs, les plus demandés étant ceux de marbre blanc de Saint-Béat. À l’usage des apothicaires ils étaient en fond de cuve frottés au grès, et valaient de 10 à 15 livres pour les grands et de 3 à 5 livres pour ceux d’usage courant.

16 Lettres en faveur de Rambaud et Dardé, ADHG, B58, fo 453, 8 mai 1565.

17 Sur les conseillers Galland, parisiens de la rue de Seine, avocats et conseillers d’État protestants, voir : Bulletin de l’histoire du protestantisme, 1928, Paris, Archives nationales (ci-dessous AN), Minutier central, VI, 219. Auguste, Conseiller d’État membre du conseil privé du roi, attaché à la maison de Navarre, a mené de nombreuses enquêtes pour le rétablissement des droits des couronnes de Navarre puis de France jusqu’en 1628, allant du Béarn au Comminges et jusqu’à Montauban, conseiller zélé de la cour, attaché à la marquise de Guercheville, lié à la fortune des petits-fils du chancelier Michel de L’Hospital, le clan Hurault. AN, Conseil d’État.

18 Autorisation d’exploitation donnée par Jeanne de Navarre à des compagnies allemandes armées. Idem pour Jean Houssepa, mineur allemand dans les Pyrénées qui s’était engagé envers Aymar de Bardichon de La Caunette aux fins d’exploitation de gisements argentifères d’aller former en Allemagne une équipe de mineurs et de maîtres fondeurs : « pour travailler en la mine d’argent qui est au dit château de La Caunette ». ADHG, 3E6243, fo 436, 1619.

19 ADHG, 3E1805, convention entre Jacques Jacob et Pierre Blanc, 5 janvier 1687.

20 Ibid., liasses, accords avec Pierre Blanc, successeur de Jacques Jacob, sous-entrepreneur de la voiture des marbres de Caunes et des Pyrénées, pour le paiement de 16 sols le pied cube du transport des marbres de Montréjeau à Toulouse et de 12 sols de cette ville à Bordeaux, 5 janvier 1687. Les marbres de Caunes transitant depuis la baronnie de Puichéric par le canal royal payaient de l’embouchure de ce dernier à Bordeaux la somme de 13 sols le pied cube.

21 P. Ourliac, « Les origines des comtes de Comminges » dans Recueil Clovis Bunel 1953, II, p. 313 ; C. Higounet, Le comté de Comminges, Toulouse, 1946.

22 Sentence d’Étienne d’Ambes, juge-mage, du 19 septembre 1687, concerne le naufrage du navire Le Faucon et de son équipage sur les côtes anglaises : ADHG, 3E1805, fo 5, liasses. En 1625, une barque plate s’était échouée dans l’estuaire de la Gironde chargé des marbres que le trésorier général Martin avait acquis pour le duc de Buckingham.

23 ADHG, 3E288, fo 80, 8 février 1631.

24 Vente de marbres Anel, ADHG, 3E2279, fo 158, 23 avril 1623 : colonnes de marbre jaspé d’une longueur de 5,5 pans, de nombreuses colonnes de marbre noir, dont quatre de plus de 2 m, huit pièces de marbre jaspé de 3 pans de hauteur, seize de qualité jaspé, plus vingt-quatre pièces de marbre blanc.

25 Promesse de Claude Pacot, maître tailleur de pierre, ADHG, 3E2281, fo 162, 12 août 1625.

26 Inventaire des biens de Jean Miguel, ADHG, 3E11930, liasses, 12 mai 1652. La famille possédait également des biens à Bruguières et comptait un notaire royal de la baronnie de Saint-Jory, frère de Manaud Miguel, et Guillaume Miguel, dit le Rond, marchand de bois au Port-Garaud, frère de Martin Miguel, ADHG, 3E6202, fo 361, 1601.

27 Jean et Raymond Turbide commerçaient jusqu’à Bordeaux en association avec Léonard Claverie depuis 1598. ADHG, 3E6201, fo 323.

28 Mariage de Jeanne Pacot fille de Claude et d’Anne Panassier : AMT, GG230, fo 269, 1649.

29 ADHG, 3E6201, fo 323.

30 Les gabarres comme celles fournies à Linas par James Lespujols, marchand gabaretier en Couserans, étaient larges de plus de 10 pans et longues de 11 cannes et demi sur 3 pans et demi de profondeur, armées de fer.

31 A. Navelle, Familles nobles et notables du Midi toulousain xve et xvie siècles, 1991, p. 69. Tous nos remerciements à Magda Combes des AMT pour ses excellentes recherches.

32 Lettres patentes d’exploitation, ADHG, B58, fo 768, 1565 et B1906, fo 225, 22 mai 1565.

33 Lettres pour la bâtisse du palais, ADHG, B46, fo 198, 16 février 1553 ; lettres pour en tenir les comptes, ADHG, B47, fo 29, 1er décembre 1553 et ADHG, B49, fo 603, 8 août 1556.

34 ADHG, 3E6199, fo 142, 2 mai 1598.

35 ADHG, 3E3339, fo 99, 1er février 1624.

36 ADHG, 3E6254, fo 549, 31 octobre 1624.

37 AMT, GG228, fo 549.

38 Monseigneur de Carsalade du Pont, Notes sur les deux frères Souffron : Pierre I et Pierre II, architectes, Société archéologique du Gers, 1897, p. 106 ; A. Branet, Notes sur les artistes de la cathédrale d’Auch, Congrès archéologique, 1902.

39 Naissance en 1554, décès le 24 octobre 1649, inhumé au cloître des Augustins en tant qu’architecte du roi. AMT, GG240, fo 17.

40 ADHG, 3E283, fo 514, règlement à Durand pour le logement de ceux de sa maison (1626). Pendant presque 30 ans, Souffron, lorsqu’il était en ville, logeait chez un riche fourbisseur très proche voisin de l’habitation de Monge.

41 Le 3 juin 1611, Souffron, conseiller du roi en l’élection d’Armagnac, cautionnait son frère Aymeric afin d’arrenter les fruits de la commanderie de Condat, dont ils offraient 5 900 L, ADHG, 3E279, fo 419, 1622.

42 Pierre Monge, fils de Guillaume, naquit à Puycalquier dans la maison de son oncle Barthère, prêtre du lieu. Mortuaire de Monge : GG35, fo 37, 9 novembre 1644. Ses armoiries figuraient sur le portail du couvent des Carmes : ADHG, 3E1672, fo 346, 6 août 1645.

43 ADHG, 3E5297, fo 68-1495. En marbre blanc relevé de polychromies, il reste aussi un dessin médiocre de J.-P. Rivalz rehaussé d’aquarelle.

44 A. Branet, « Essai de chronologie de la construction », Revue de Gascogne, 1899, p. 262.

45 P. Costa, « Pierre Souffron, Arthur Legoust et le monument funéraire du président de Clary », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, t. XLVI, 1985-1989, p. 93.

46 ADHG, 3E681, fo 205, 12 août 1617. Vente de marbre, AMT, CC 2045, fo 62.

47 ADHG, 3E6267 fo 363, 29 octobre 1631.

48 Ibid., 3E966, fo 332, 1620.

49 J. Adhémard, « Catalogue des tombeaux de Gaignières », Gazette des beaux-arts, 1976, p. 125-126, tombeau de Vic-Bourdineau N1826 et N1827, monument de Bernard de Béon, N1816. Avec beaucoup d’intuition, Fabienne Sartre fut la première à relever des parentés évidentes entre le monument Clary et celui de Méry de Vic.

50 Transport de marbre de Sarrancolin, ADHG, 3E619, fo 53, 7 mars 1603.

51 ADHG, 3E7420, fo 54, 26 janvier 1604.

52 P. Roudié, « Recherches sur la sculpture à Bordeaux au xviie siècle », Revue historique de Bordeaux, 1975, t. XXIV, p. 12.

53 Jean-Paul d’Esparbès, sénéchal d’Agenais, confiait la construction dès 1595 à plusieurs entrepreneurs. Cazeneuve était à la famille d’Albret et Lauzun à la famille de Caumont.

54 Tombeau achevé en 1633, confié en entreprise en 1623 à Arthus Legoust, mais exécuté comme il se fit longtemps dans cet atelier, par Didier Sansonnet et Jean Delas, sculpteur formé par le premier de 1618 à 1622.

55 Madeleine Monge était filleule d’Anne d’Ornano, ADHG, 3E1016, fo 2.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Pierre Monge, tombeau de Jean de Seigneret, 1610. Narbonne, cathédrale Saint-Just.
Crédits © Pascal Julien
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13625/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 9,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain de Beauregard, « Une enquête singulière en Languedoc dans la première moitié du xviie siècle », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 30 septembre 2016. URL : http://crcv.revues.org/13625 ; DOI : 10.4000/crcv.13625

Haut de page

Auteur

Alain de Beauregard

Docteur en histoire de l’art, Alain de Beauregard est l’auteur d’une thèse soutenue en 2001 à l’université de Toulouse - Le Mirail intitulée Parlement de Toulouse : la société parlementaire au Grand Siècle, les expressions profanes de la commande privée.

Haut de page

Droits d’auteur

© Alain de Beauregard / 2016 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org