Navigation – Plan du site
De la carrière au magasin

La famille Del Medico et le marché du marbre dans l’Europe du xviiie siècle

The Del Medico family and the marble trade in Europe in the eighteenth century
Cristina Pighini-Bates
Traduction de Alexandra Woolley

Résumés

Si l’expérience de la famille Del Medico dans l’exportation du marbre de Carrare s’étend pendant deux siècles, elle voit son apogée durant la deuxième moitié du xviiie siècle. Plusieurs facteurs l’ont rendu possible : avant tout l’achat des carrières permet aux Del Medico d’accroître leur contrôle économique sur la production du marbre et de tisser des liens politiques avec l’oligarchie commerciale du petit État de Massa-Carrara. La décision de distribuer à chaque membre masculin de leur famille un rôle précis dans leur entreprise a été un facteur déterminant pour contrôler tous les secteurs de leur activité. Enfin, la volonté de s’assurer la maîtrise de la production des sculpteurs de Carrare, leur a permis d’exporter les blocs de marbre brut aussi bien que des sculptures, et de les diffuser dans les marchés européens les plus importants, de Naples à Londres, de Venise à Saint-Pétersbourg.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour les événements de la seconde moitié du xviie siècle et le monopole hollandais à Carrare, voir  (...)

1L’histoire du marbre de Carrare, sa carrière, son exploitation, son traitement et son marché durant l’époque moderne ont connu de nombreuses évolutions, avec des moments de croissance, des périodes stables, ainsi que des récessions qui se sont étalés sur plusieurs décennies. On recense un certain nombre d’acteurs impliqués dans le fonctionnement de la carrière, parmi lesquels les carriers, les tailleurs de pierre, les sculpteurs et bien entendu les négociants en marbre. Ces derniers étaient à eux seuls responsables du bon fonctionnement de l’exploitation grâce à leur argent qui garantissait les activités de la carrière et le transport du marbre. Ces acteurs demeurèrent les mêmes pendant plusieurs siècles : leur nouvelle vigueur et leur aptitude à répondre à la demande constitua une dynamique innovante durant le dix-huitième siècle. Le premier signe de cette nouvelle dynamique apparut au cours de la deuxième moitié du dix-septième siècle, lorsqu’un groupe de propriétaires de carrières et de marchands de marbre réussirent à lutter contre le monopole des négociants Hollandais, qui voulaient créer un monopole pour financer de nouvelles excavations1.

  • 2 Les autres marchands qui avaient l’intention de rivaliser avec le marché hollandais étaient Antonio (...)

2Andrea Del Medico (1628-1702) était responsable de ce succès commercial. Grâce à cette manœuvre, il réussit à vaincre la rivalité hollandaise et à se libérer de la concurrence des propriétaires de petites carrières et des négociants qui étaient liés exclusivement au marché instable du marbre statuaire. C’est durant cette période qu’apparut l’oligarchie du Carrare, posant ainsi les bases d’un pouvoir contrôlant le commerce, mais aussi l’administration de la ville. Leur stratégie de monopole se manifesta dans une concentration progressive de postes politiques et administratifs qu’ils tenaient entre leurs mains au sein même du gouvernement de Carrare, sachant que le pouvoir politique était un outil indispensable qui permettait de contrôler l’exploitation des carrières puis l’extraction et donc, le prix du marbre2.

3La famille Del Medico instaura une nouvelle façon de travailler, répondant avec intelligence et dynamisme à de nouvelles voies commerciales. Surpassant leurs concurrents, les Del Medico ont fait prospérer le marché du marbre non seulement en Italie, mais aussi dans les principaux centres marchands et artistiques de l’Europe. Leurs activités commerciales leur permirent de s’introduire dans les plus importantes cours d’Europe, participant ultérieurement aux commandes de programmes architecturaux et sculpturaux. Il est également important de remarquer que la famille n’a pas seulement commercialisé les blocs de marbre statuaire, mais aussi des marbres de couleur et des pierres venues de toute l’Italie et de l’Europe, ainsi que des travaux manufacturés à Carrare. Subséquemment, l’analyse des mécanismes sociaux et politiques qui permirent le succès commercial des Del Medico durant le xviiie siècle, permirent également une reconstruction de la vie artistique de Carrare, donnant l’occasion d’identifier les filières qui contribuèrent à une telle distribution des travaux des sculpteurs, des ciseleurs et des tailleurs de pierre sortant de cette petite ville de Toscane.

  • 3 BAC, Raccolta Lunigianese Carlo Del Medico Staffetti : « Contratti Notarili ».
  • 4 Durant une période très courte entre 1661 et 1668, Andrea Del Medico acheta au moins six carrières (...)
  • 5 Les marbres extraits de cette carrière présentèrent plusieurs caractéristiques physiques, telles qu (...)

4Le premier signe d’une stratégie de commerce organisée apparut au sein de la famille lorsque Andrea Del Medico, mort en 1702, décida de léguer en fideicommis3 à son fils aîné, estimant les biens comme étant capables de garantir profit et prospérité à l’entreprise sur le long-terme : les carrières de marbre nervuré de Pescina4 et le marbre statuaire des alentours de Polvaccio5. Cette décision était très importante pour l’avenir de la famille : au lieu de diviser celle-ci en incitant le départ des fils plus jeunes pour gagner leur vie ailleurs, cette décision provoqua l’effet inverse. Depuis ce legs et pour les 150 années à venir, presque chaque membre masculin de la famille Del Medico fut activement lié au commerce du marbre. Ceci fut rendu possible grâce à une nouvelle structuration de la famille qui émergea avec la lignée d’Andrea, dotée d’un système de primogéniture rigide, dans lequel le premier-né était le seul à pouvoir se marier et à pouvoir avoir des enfants. Cette structure fut perpétuée le siècle durant : le chef de la famille résidait à Carrare, s’occupant de l’achat des carrières, du transport du marbre depuis les montagnes jusqu’à l’océan, de l’organisation des ouvriers ; il gérait les problèmes politiques et administratifs de la ville. Les autres frères optèrent pour une carrière ecclésiastique, en choisissant de ne pas se marier et de ne pas avoir d’enfants.

  • 6 ANC, Notaio Michelangelo Zeni, b.188 20 marzo 1752.

5L’ascension sociale survint en 1733 lorsque Francesco Del Medico (1646-1735), le fils aîné d’Andrea, fut nommé Comte, avec l’acquisition d’un petit territoire dans le duché de Guastalla. Ce titre de Comte devait être utilisé par tous ses descendants masculins6 ; non seulement ce titre scella l’ascension de la famille à la tête de la hiérarchie sociale de Carrare, mais il lui donna également plus de prestige vis-à-vis des cours étrangères. C’est en effet aux alentours de ces années-là que la famille Del Medico redoubla d’efforts dans l’objectif de développer de nouvelles techniques commerciales pour conquérir le marché international du marbre. Durant le xviie siècle, les contacts directs avec les acheteurs étaient sporadiques et se résumaient à des commandes importantes, comme la décoration de Santa Maria della Salute à Venise ou la Certosa di San Martino à Naples. Durant le siècle suivant, les Del Medico intervinrent intensément dans des villes italiennes et étrangères, cultivant ainsi leur clientèle de façon personnelle ou au travers de mandataires.

  • 7 AS, Inventario, e Testamento del qn. Don Antonio Del Medico di Venezia, 1734. La documentation incl (...)

6Le premier membre de la famille à habiter de façon permanente dans une ville majeure commerciale fut Don Antonio, qui emménagea à Venise au début du xviiie siècle. Depuis le milieu du xviie siècle, cette ville représentait une importante part de marché de l’entreprise Del Medico et ses nombreux chantiers architecturaux et sculpturaux avaient incité à se rapprocher des commanditaires. En tant que prêtre, Don Antonio élut résidence dans le quartier de San Cassiano, tandis que pour son rôle de négociant, il prit un entrepôt vers la Fondamenta delle Zattere. À travers son inventaire après décès, nous pouvons constituer une image somme toute assez complète activités commerciales des dernières années de sa vie7. En 1734, Don Antonio possédait cinq colonnes et un bloc de Rosso di Francia, un autre bloc de Pervelato di Francia et deux morceaux de Mischio di Francia dans son entrepôt. Nous retrouvons aussi trois morceaux d’Africano Machia Nuovo, treize morceaux d’Africano Ordinario, trois morceaux de Verde di Genova, deux morceaux de « Negro e Gialo di Genova » et six parties de marbre blanc ordinaire. Mises à part ces pierres, Antonio possédait en outre onze colonnes dans son entrepôt de Zuanne Trognon et quatre morceaux de Rosso di Francia dans l’entrepôt d’Antonio Breda. En étudiant cet inventaire, nous remarquons une pénurie de marbre statuaire. L’explication de cette carence se trouve dans les nombreux comptes d’historiens contemporains et dans les écrits des voyageurs qui témoignent de l’effondrement de plusieurs carrières vers Polvaccio dans les quarante premières années de ce siècle. On peut en déduire qu’il devait être difficile d’obtenir du marbre à cette époque-là, aussi est-il fort peu probable d’en trouver dans un entrepôt. Quelles que soient les circonstances, on peut affirmer que l’entrepôt de Don Antonio comportait des pierres en quantité négligeable et qui ne provenaient pas de Carrare. L’endroit avait pour seul but de recevoir les commandes les plus fréquentes et les plus urgentes et cet inventaire, malgré ses limites, nous donne un aperçu des pierres utilisées ou des modes de Venise en matière de marbre à cette époque.

  • 8 Par exemple, dans le dossier concernant les dettes et les crédits de Don Antonio, il y a une entrée (...)
  • 9 Bragato est cité dans la liste « Confessionali de debiti uno de di 29 Febraro 1730 da £ 90, altro d (...)
  • 10 E. Bassi, Architettura del Sei e del Settecento a Venezia, 1962, p. 226. Giacomo Bragato réapparaît (...)
  • 11 « Confesso 29 giugno 1732 di debito di Alvise tagliapietra » (AS, ibid.). Cette dette peut être mis (...)

7On peut également constater l’absence de marbre travaillé. Non seulement nous notons l’absence de sculptures, mais surtout l’absence d’objets comme des tables, des manteaux de cheminée, des socles, des vases, bien connus pour leur succès dans le commerce des Del Medico. Pour ce cas précis, il nous est difficile de fournir une explication à cette carence, mais deux hypothèses nous viennent à l’esprit. Peut-être Don Antonio trouvait-il l’importation de ces objets de Carrare incommode préférait-il les produire en collaboration avec les artisans vénitiens. Cette hypothèse se justifie lorsque nous étudions ses livres de comptes, où nous notons un suivi de dettes envers les « Tagliapietra » (tailleurs de pierres) vénitiens8 ainsi qu’avec certains sculpteurs comme Giacomo Bragato9, le sculpteur de Rossi pour la décoration du Palazzo Corner della Regina10 (1724-1727), et Alvise Tagliapietra11, reconnu pour son travail effectué dans la Laguna, mais aussi pour son œuvre en Russie et en Dalmatie.

8Notre seconde hypothèse suppose d’examiner cette période comme une durée de transition dans l’entreprise, puisque le neveu de Don Antonio, Don Carlo, reprenait alors les affaires en mains. Son activité commerciale est enregistrée jusqu’en 1768, mais il demeura sur Venise jusqu’à sa mort en 1780. Il repartit brièvement à Carrare où il signa un contrat qui stipule qu’il léguait tous ses biens de la ville toscane à son frère Andrea et en échange le chef de la famille, Andrea,

  • 12 AS, Ibid. : « Ex actis Joannis Maria del Vecchio Notarius Carrarie », 29 maggio 1765.

quieta il med. sino al presente per tutti quanti gli interessi ad esso spettanti, e concernenti il maneggio, e negozio di Venezia nella più ampla forma, che di raggione, e in ogni, e con obbligazione di non più addimandare conto veruno per la sopra espressa causa12 […].

9Cette décision va à l’encontre de la stratégie habituelle de la famille Del Medico, qui se caractérise par une forte concentration du pouvoir, réservé au chef de la famille, qui ne pouvait céder le marché vénitien au nom de l’amour fraternel. On peut peut-être expliquer cette décision par le fait que Don Carlo ne possédait aucune carrière, ce qui le mettait dans une position de dépendance vis-à-vis de l’apport du marbre de Carrare. De plus, le marché vénitien ne connaissait plus la même prospérité qu’au début du siècle, comme le confirme Don Carlo dans une lettre à son neveu :

  • 13 AS, Lettera firmata da Don Carlo, Venezia, 16 Luglio 1768.

Riconfermo non caricar altro la Tartana quest’anno perche ho fatto l’aquisto de marmi ed altro come vi scrissi anche per la stagione avanzata e perche non si vende e poco si scade sicchè le cose del negozio non vanno tanto felici ma bensì male13 […].

  • 14 APSC, Catastico della Chiesa di San Cassiano, t. III, 6 ott. 1745.

10La décision de faire de Venise sa résidence principale intervint dès 1745. En tant que paroissien de l’église de San Cassiano, Don Carlo demanda la permission à un membre du clergé d’ériger un autel et « un congruo sepolcro per se, eredi, e successori suoi con iscrizione sopra » et le plaça dans la sacristie14.

  • 15 La décoration de la chapelle est complétée par l’autel de Giovan Battista Pittoni, datant de 1763, (...)

11Le point central de la chapelle est l’autel décoré de marbres polychromes, encadré d’un balustre. L’autel et le balustre sont tous deux décorés de pierres dures et de bronzes, disposés afin de créer des motifs floraux en relief. La décoration de marbre continue sur les murs et au sol, sur lequel on peut voir des inscriptions au nom de chaque membre de la famille15. Cette chapelle, outre son but dévot, pouvait être perçue comme une sorte de galerie ou de catalogue des différents marbres, pierres et goûts décoratifs proposés la famille Del Medico à cette période.

  • 16 A. Gonzales-Palacios, « Scultori alla Real Cappella di Portici », Antologia di Belle Arti, II, (197 (...)
  • 17 AS, Inventario di tutto ciò che si è trovato esistente, tanto nel magazzino, quanto da fuori, dopo (...)

12Malgré leur présence dans cette ville pendant plus de cinquante ans, Antonio et Carlo n’ont pas su profiter de toutes les opportunités qu’offrait Venise, étant incapables d’élargir leur clientelle. De son côté, Don Antonio (1705-1776), qui s’occupait des intérêts des Del Medico dans le sud de l’Italie, proposa une manière tout à fait différente de gérer le marché du marbre. Il établit le berceau de son commerce à Naples où, à partir de 1734, débuta une nouvelle ère de commandes artistiques à l’initiative du roi Charles III. Ces faits sont relatés dans un document sur les « marbles and the statue for the royal chapel in Portici » de 1749 et un autre de 1750, où l’on demande à Don Antonio s’il est satisfait des 620 ducats versés pour les six statues qu’il fait venir de Carrare. On peut en conclure qu’il exportait non seulement du marbre brut, mais aussi des sculptures16. En 1756, Don Antonio loua trois entrepôts à Naples ainsi qu’un appartement personnel. À travers l’inventaire de ses biens, nous savons qu’il possédait plusieurs pièces de sculpture : parmi celles-ci, il avait un groupe représentant Tancrède, plusieurs statues, plus de 20 bustes, 19 bas-reliefs, 20 compositions a commesso, 32 tables a commesso, 13 modèles en plâtre ainsi que 3 statuettes en bronze. Il possédait également une sélection considérable de marbres : outre le statuaire, et du Bardiglio et Mischi de Carrara, il avait du Rosso di Verona, de l’Amendoline di Venezia, du Verde di Francia, de la Serpentino, de la Broccatello, du Portoro, du Rosso di Francia, du Brulé di Francia, du Giallo di Siena et au moins six mille ardoises de Lavagna17. Don Antonio continua la rénovation de son palais à Portini jusqu’en 1759, même si à partir de cette date, son intérêt commercial se porta sur un nouveau projet de Charles III : le palais Caserta.

  • 18 F. Petrelli, « Gli scultori della Reggia di Caserta negli anni della direzione di Luigi Vanvitelli (...)
  • 19 Des raisons économiques jouent un rôle majeur, étant donné que tous ceux qui travaillaient sur le p (...)

13Ce projet fut remporté par Vanvitelli, qui devint responsable non seulement de l’aspect artistique, mais aussi tout ce qui concernait l’édifice. Le programme sculptural fut défini en 1756, quand Vanvitelli présenta une description du sens allégorique des sculptures qui avaient pour objectif de célébrer l’absolutisme éclairé du roi. Inquiet à l’idée que ses successeurs puissent modifier sa composition décorative, Vanvitelli esquissait les modèles de sculptures du palais ainsi que des jardins. À cette même période, Don Antonio commença à fournir le palais en marbre de Carrare. Bien que le nom des Del Medico n’apparaisse pas parmi les fournisseurs officiels du palais, nous présumons qu’ils étaient les seuls importateurs de marbre de Carrare puisque leur nom est le seul à apparaître sur le livre des comptes de la Reggia di Caserta sous le titre de « marbre ». Le monopole des Del Medico dans l’importation de marbres pour ce projet s’explique d’une part par le prestige conquis à Portici, et d’autre part grâce aux liens qu’avait établi Don Antonio à Naples. Son réseau « d’amis importants » englobait le ministre Fogliani, régent durant la minorité de Charles III, deux membres éminents du Conseil Économique, responsables des fonds pour Caserta et le ministre Tanucci, régent de Ferdinand IV. Grâce aux privilèges de ces hommes importants, Don Antonio se vit attribuer l’approvisionnement du marbre brut mais aussi la production des statues et des piliers carrés couronnés d’un buste pour le palais et les jardins. Cet accord fut conclu avant que Vanvitelli n’eut le contrôle absolu sur le palais et incluait les quarante piliers carrés couronnés de bustes qui devaient être exécutés par les sculpteurs de Carrare. Nous comprenons d’après une lettre, écrite par l’architecte lui-même, que Don Antonio emporta la commande grâce à un prix minoré, 180 ducats pour chacun des piliers. De plus, ses statues étaient jugées de meilleure qualité que celles réalisées par Violani et Solari, les premiers sculpteurs à travailler à Caserte18. Les neuf premiers piliers carrés couronnés de bustes arrivèrent en 1756, mais Vanvitelli, qui ne tolérait pas l’idée d’utiliser des pièces réalisées par des artistes qui n’étaient pas sous son contrôle, commença à se plaindre de la qualité médiocre de ces statues ; ces plaintes apparaissent dans des lettres adressées au roi19.

  • 20 M. R. Caroselli, La Reggia di Caserta, lavori costo effetti della costruzione, Milan, 1968, p. 124. (...)

14Don Antonio répondit à cette attaque en engageant les meilleurs sculpteurs de Carrare, et alla même jusqu’à convier l’un des meilleurs d’Italie, Antonio Cybei, à qui on commanda une statue représentant La Gloire du Roi ainsi qu’une composition poétique en trois temps afin de célébrer l’événement. Après cet incident, Don Antonio put livrer trente-quatre piliers carrés couronnés d’un buste sur les quarante prévus ; une défaite partielle, qui ne remit néanmoins pas en question sa position d’unique fournisseur de marbre. Il est malheureusement impossible de déterminer la quantité de marbre exact vendu à Caserte, mais nous savons qu’en 1765 Vanvitelli régla 250 ducats chaque mois et qu’à travers les frais de transport, il semblerait qu’il y eut cinquante voyages en moyenne par mois, de Naples à Caserte, pour le marbre de Carrare seulement20.

  • 21 E. Nappi, « Verità e leggenda nella storia dell’Arte napoletana, Il Foro Carolino, Dai documenti de (...)

15Don Antonio n’abandonna pas son projet de vente de sculptures produites à Carrare et, en 1763, il établit un contrat avec le concile de la ville de Naples pour la livraison d’un certain nombre de statues destinées à être placées sur une rampe semi-circulaire au Foro Carolino21. Sur les 24 statues représentant les vertus des rois, 14 ont été réalisées par les sculpteurs les plus reconnus de Naples (Francesco Pagano, Paolo Persico et Gaetano Salamone), tandis que les douze autres parvinrent de la ville de Carrare entre 1763 et 1764.

  • 22 AS, Notamento di tutti li debitori del fù Conte D: Antonio del Medico che derivano dall’Amministraz (...)
  • 23 AS, ibid. Le Marquis tenait une dette de 546 ducats, et une partie de cet argent a dû être dépensé (...)

16Outre ces commanditaires publics de grand prestige, Don Antonio possédait une longue liste de clients privés, parmi lesquels se trouvaient Raimondo di Sangro, le prince de Sansevero, le duc de Casacalenda, ainsi que des commanditaires ecclésiastiques comme l’église des Saints Severino et Sossio, Saint Carlo alle Mortelle et d’autres clients de Sicile et de Calabre22. Un groupe sculpté représentant Tancredi et Clorinda, découvert à la Villa Caristo à Stignano en Calabre, et sûrement fourni par Del Medico, illustre le type d’œuvres réalisées pour ces clients provinciaux. Comme nous l’avons déjà mentionné, cette statue au sujet particulier se trouvait dans l’entrepôt de Don Antonio à Naples et le nom du propriétaire de la villa, Clementi, Marchese di San Luca, se trouve sur la liste des débiteurs de la liste de Don Antonio23.

  • 24 AS, Rinnovo della procura all’agente napoletano Nicola Ravenna, Napoli, 1776. Nicola Ravenna fut au (...)

17Une analyse des livres de comptes de Don Antonio nous laisse un dernier aperçu de ses activités à Naples, jusqu’à sa mort en 1776. Tout d’abord, il est important de savoir que Don Antonio avait un employé qui travaillait à temps complet sur Naples24. On peut s’en rendre compte en étudiant le nombre de débiteurs listés dans ses livres de comptes, parmi lesquels on trouve des clients venant de Naples, de Sicile et de Calabre. L’employé explique dans une lettre qu’il s’occupe essentiellement du marbre brut, tandis que Don Antonio gère les objets manufacturés tels que les bustes, les manteaux de cheminée, les statues et les marmi mischi pour lesquels il loue l’entrepôt. La décision de Don Antonio de déléguer à un employé le marché du marbre brut confirme la foi qu’il avait en la prospérité de son secteur. Or, le projet de commercialiser le marbre ouvré témoigne d’un marché plus ambitieux et montre la détermination de Don Antonio à faire importer des œuvres de sculpteurs de Carrare.

  • 25 AS, Inventario de Beni mobili del Già Illustrissimo Sig. Conte D. Antonio del Medico, 1776.

18Le recours à un employé se justifie dans le fait qu’il rentrait souvent à Carrare pour s’occuper de ses affaires. Contrairement à son oncle de Venise, Don Antonio investissait son argent dans l’ouverture de nouvelles carrières, pas seulement de marbre blanc, mais aussi de Mischi de Seravezza, de Portoro de La Spezia et de Giallo de Sienne, c’est-à-dire tous les marbres nécessaires pour répondre aux goûts des commanditaires napolitains. Au moment de sa mort, Don Antonio possédait au moins 17 carrières et environ 600 blocs de marbre réservés à la statuaire, du Bardiglio et d’autres marbres ordinaires pré-découpés stockés dans les différentes carrières ou à la Marina di Avenza, prêts à être embarqués sur ses trois vaisseaux en direction de Naples. Sa présence à Carrare était ainsi justifiée puisqu’il devait surveiller la production de l’entrepôt. Outre la collaboration avec Cybei déjà mentionnée, Don Antonio gardait le contrôle sur la production de l’entrepôt de Franzoni qui conservait plusieurs manteaux de cheminée en Mischio sicilien et en autres marbres, des tables en commesso, des socles, des statues antiques, des bustes, des putti, des têtes, un dauphin, deux fontaines mises en boîte et deux bancs en verde antico. Dans l’entrepôt de Bonanni, il y avait une statue de Daphné accompagnée de son socle et de sa niche, tandis que dans l’entrepôt de Moretti, mis à part les trente morceaux de marbre statuaire et de mischio, il y avait sept colonnes et des boîtes pleines de chapiteaux, des socles et des cadres25.

  • 26 L’inscription en marbre est toujours visible au Palazzo Sarteschi à Carrare.

19De toute évidence, Don Antonio témoignait d’une approche tout à fait différente en ce qui concerne le marché du marbre. Comparé à son oncle de Venise, il fait preuve d’une grande détermination, en fournissant un effort considérable pour faire plaisir à ses clients. La liste de ses biens, notée dans son dernier testament, nous donne l’image d’un homme vêtu de façon luxueuse et convenable adéquat pour une vie à la cour et pour visiter ses nobles clients, auxquels il offrait souvent de somptueux cadeaux, tels que de la porcelaine de Chine, des petits bustes ou des animaux. D’après ce que nous savons, il n’a jamais fondé de chapelle, mais préférait célébrer ses nombreux succès avec des poèmes et exhibait avec fierté dans sa maison de Carrare une plaque commémorative que le roi lui avait offerte26.

20Un autre membre de la famille Del Medico illustre l’exemple d’une carrière politique et présente une nouvelle approche de la vente du marbre au dix-huitième siècle. Francesco Antonio, bien qu’il soit le premier né d’Andrea, décida de ne pas se marier, cédant sa place de chef de famille à son frère Carlo. Ayant voyagé à travers l’Europe jusqu’en 1772, il s’installa finalement à Carrare afin de prendre les rênes de l’entreprise familiale, puis de reprendre la tête de l’oligarchie, qui se trouvait dans une situation délicate face à de nouvelles forces politiques et sociales.

  • 27 BAC, Curiosità and Corrispondenza, n.n. Les rapports officiels envoyés par Francesco Antonio Del Me (...)

21Durant sa jeunesse, on l’avait envoyé à Florence pour étudier, afin qu’il poursuivre une carrière militaire et politique. À l’âge de 20 ans, il débuta son service militaire à la cour de Modène en tant que valet de chambre. À sa majorité, il avait déjà, selon son père, voyagé en France et en Angleterre pour des affaires concernant l’entreprise au nom de sa famille ou au nom de l’état de Modène. Nous savons aussi qu’en 1756, il travailla à Amsterdam, qu’en 1762, il fut nommé surintendant des œuvres en marbre commandées par Francesco III, duc de Modène, et qu’en 1768, il devint l’ambassadeur de Modène à Londres, où il établit un marché permanent pour sa famille27.

  • 28 BAC, Corrispondenza, n.n. : « Lettera Patente », Potzdam, 10 marzo 1765.

22Son premier emploi d’envergure survint en 1765, lorsque Frédéric II de Prusse le nomma représentant dans les ports de la côte Italienne, en reconnaissance de la « Capacitè, la grand Experience et la Fidelité » dont il avait preuve28. La même année, il avait déjà signé un contrat avec le surintendant des bâtiments royaux afin de fournir le roi Prusse en tous types de marbres « modernes et antiques d’Italie ». Les termes « compétence », « expérience », et « loyauté » soulignent qu’il appréciait les recommandations prestigieuses. De plus faisait-il preuve de bonne réputation et d’engagement. Ainsi, il est possible que Frédéric ait utilisé les services de Francesco Antonio et de la famille Del Medico en général pendant une longue période. Le jardin de Sans-Souci conforte cette hypothèse. Le long de l’allée centrale se dressent quatre groupes de marbre représentant Pluton et Proserpine, Paris et Hélène, Hercules et Antheo, Bacchus et Ariane. Aucun de ces groupes n’est signé, de même que les vingt-quatre autres statues situées le long de la façade de l’Orangerie. Le thème iconographique de cette série de marbres est basé sur un répertoire mythologique qui ne semble pas être en phase avec la fonction du bâtiment qu’elle décore. Il est fort probable que cette série ait été commandée sans qu’un thème ou des attributs précis ne soient spécifiés.

  • 29 « Viginti quattuor haec signa ex propria lapicidina, et per proprios statuarios offabre sculpenda c (...)
  • 30 S. Andrósov (dir.), Gli scultori carraresi e la Russia del Settecento, in I marmi degli Zar, cat. e (...)

23Une inscription latine gravée sur le socle d’un groupe représentant le Rapt d’Hélène nous informe que les statues ont été fabriquées à Carrare en 1749, sous la direction de Don Antonio Del Medico, en utilisant le marbre de ses carrières et sculptées par des sculpteurs travaillant pour lui29. Cette inscription est importante pour deux raisons : non seulement, elle nous donne l’opportunité de pouvoir allouer une attribution à ces statues, mais c’est aussi une preuve écrite rarissime qui témoigne du fait que des sculpteurs de Carrare ont travaillé de façon directe pour les négociants en marbre. De plus, elle nous indique comment Don Antonio, bien que basé à Naples, touchait l’autre extrémité de l’Europe. Ceci dit, il est aussi raisonnable de penser que dans ce cas précis Don Antonio n’ait pas eu à intervenir, puisque ces statues ont dû être directement livrées à Leghorn, où il possédait une maison et un entrepôt. De là, il les aurait ensuite vendues à un représentant de Frédéric ou les aurait confiées à un marchand qui allait dans la direction des côtes prusses avec son bateau. Une troisième raison montre l’importance de cette inscription : elle nous permet d’attribuer aux sculpteurs de Carrare un groupe identique représentant le Rapt des Sabines, toujours conservé dans le jardin d’été de Saint-Pétersbourg. Cette version russe faisait partie d’un lot d’objets de marbre comprenant des statues, des vases, des manteaux de cheminée, des pyramides et d’autres objets qui sont arrivés à Saint-Pétersbourg en 1751 via un bateau hollandais, lot acheté en partie par le chancelier royal pour les jardins du tsar30.

  • 31 S. Andrósov, ibid., p. 66.

24On retrouve en Russie des preuves supplémentaires de l’activité de Francesco Antonio. Dans le cimetière de Lazareskoe, nous pouvons toujours voir la tombe du scientifique et philologue russe Mikhail Lomonosov, mort en 1765. Ce monument insolite présente trois inscriptions : deux en latin et une en russe, indiquant que la sculpture fut commanditée par le chancelier russe comte Mikhail Vorontsov et réalisée à Carrare par Del Medico à partir d’une ébauche de Jacob Schtelin. La troisième inscription en français dit : « fait executer par le comte françois / ant. del medico de la ville de carrare en toscane31 ».

  • 32 S. Andrósov, idem. La sculpture signé de Fabio Del Medico, sculpteur plutôt obscur, même au sein de (...)

25Un autre exemple de la négociation de Francesco est conservé dans les jardins d’un palais privé de Gátcina, où nous pouvons voir sur le piédestal d’une statue représentant Flore dans un style influencé de la Flore de Farnèse. Nous trouvons à nouveau une inscription identique à la précédente qui confirme la participation de Francesco Antonio32.

26Nous devons ainsi nous pencher sur le sens de ces inscriptions (les deux premières en Russie et la troisième à Potsdam). L’hypothèse qui considère les Del Medico comme des intermédiaires entre les commanditaires et les artistes ne justifie pas la fierté et la tonalité emphatique de ces inscriptions, notamment celle dans le jardin de Sans-Souci qui indique d’où provient le marbre, mais qui précise aussi que Don Antonio a engagé des sculpteurs qui produisaient sa marchandise. Les termes « lisferte », « curavit », et « fatt executer » font référence à la contribution qu’a apportée la famille Del Medico dans la réalisation de ces travaux. Ceci nous laisse supposer qu’ils tenaient un rôle majeur au sein d’une entreprise où travaillaient sculpteurs et tailleurs de pierre. Toutefois, bien que tout sculpteur de Carrare soit lié par le travail à des négociants en marbre, aucun de ces artistes ne laisse une trace de ce lien ou d’une participation : ni les sculpteurs, qui ne signaient jamais leurs travail, ni les négociants qui géraient le montant de la commission.

  • 33 En 1743, Frédéric II transforma la Société des sciences, fondée en 1770 à Leibniz, en Académie roya (...)

27On peut comprendre le sens de ces inscriptions en étudiant le contexte artistique et culturel dans lequel négociaient les marchands de marbre. Il faut considérer, par exemple, la cour de Frédéric et ses artistes, philosophes et intellectuels des Lumières, qui façonnaient de leurs idées les choix culturels du roi33. Cet environnement culturel a sûrement convaincu les Del Medico de présenter leurs sculptures amenées à Postdam comme des œuvres de prestige provenant d’un grand atelier d’art (et non d’un simple entrepôt), dans lequel les sculpteurs auraient travaillé sous les directives précises d’un seul homme, afin de produire et d’unir ces programmes artistiques.

28Le fait qu’il ne subsiste aucun témoignage de cet hypothétique atelier de grand prestige peut ainsi faire douter de son existence réelle. La légende ostentatoire « mes sculpteurs » que Del Medico voulut inscrire sur ces sculptures témoigne peut-être du fait qu’il désirait promouvoir sa famille en tant que mécène des arts, au sein de ce monde sophistiqué. Mais la réalité à Carrare était tout autre. Il semblerait que ces marchands roués contrôlaient leurs sculpteurs mais sous des conditions très différentes !

  • 34 G. Campori, Id.

29Enfin, il est intéressant de mentionner une troisième typologie de carrière dans la famille Del Medico afin de retrouver de nouvelles opportunités dans le monde du marché du marbre et d’intégrer de façon plus professionnelle le monde artistique international : étudions l’Artiste. Au cours du xviiie siècle, il existait quelques sculpteurs du nom de Del Medico travaillant à Carrare et ailleurs mais ils étaient peu reconnus, même au sein de la petite ville de Carrare34.

  • 35 ANC, Notaio Pietro Antonio Bonanni, 1784, b. 237.
  • 36 AS, Contratto di vendita, 30 novembre 1783.

30Lorenzo (1744-1784) ne faisait pas exception à la règle. Nous ne connaissons aucune œuvre de cet artiste, mais à travers cet exemple remarquable, nous pouvons entrapercevoir comment les Del Medico pensaient et agissaient. Lorenzo signa un contrat avec ses deux frères, Carlo (le chef de famille) et Francesco Antonio (l’ambassadeur), dans lequel ils s’engagent à « mantenere a nostre spese Lorenzo nostro Fratello in Roma per tre anni prossimi avvenire », à payer ses frais de transport et à lui donner une rente « quali dovranno servire per potersi indaffarare in qualche negozio lui profittevole ». En échange, Lorenzo devait promettre de « applicarsi seriamente al di lui studio, e perfezionarsi in esso »35. Malheureusement, il nous est impossible de comprendre où et comment Lorenzo améliora son art, mais nous savons qu’il investissait son argent avec finesse puisqu’il a su participer aux profits de salaires de sa famille en y ajoutant comme client Antonio Canova. Ce dernier, en 1783, peu après qu’il ait reçu la commande pour le monument de Clément XIV, effectua le voyage à Carrare afin de choisir un bloc de marbre d’une blancheur pure dans les carrières de Del Medico36.

  • 37 L’absence d’un style personnel, typique des sculptures de Cybei qui demeura presque toute sa vie à (...)
  • 38 Les termes utilisés par les ministres, envoyés par Maria Teresa de Modène à Carrare afin d’analyser (...)

31La famille Del Medico est l’un des sujets les plus éclairants de l’histoire du marché européen du marbre. La famille brisa les règles habituelles du marché, qui divisaient les rôles de producteur, vendeur et acheteur. Les membres de cette famille surent maintenir ces trois rôles, en se présentant comme interlocuteurs des sculpteurs, des négociants et des clients. Grâce à cette position privilégiée, les Del Medico ont su imposer leurs choix économiques et artistiques, tant sur les sculpteurs qui travaillaient pour eux que sur leurs clients qui les engageaient en tant qu’intermédiaires. Ce travail de médiation qu’ils opéraient entre Carrare et le reste de l’Europe fonctionnait dans les deux sens. Tout d’abord, les Del Medico peuvent être perçus comme un vecteur transmettant de nouveaux langages artistiques grâce à leurs relations internationales, introduisant de nouvelles idées, projets et dessins. Puis, par le biais d’un « couper-coller », ces idées étaient reproduites pour créer un style fade qui pouvait plaire au plus grand nombre de clients37. Loin de les exalter, une sculpture de jardin produite dans un entrepôt anonyme de Carrare avait le pouvoir de satisfaire les goûts du roi de Naples ou du tsar russe. Bien que les Del Medico aient exploité les talents de leurs sculpteurs de Carrare, et parfois même dégradé le résultat artistique38, il faut bien admettre qu’ils garantissaient aux œuvres de ces hommes le plus vaste marché européen.

Haut de page

Notes

1 Pour les événements de la seconde moitié du xviie siècle et le monopole hollandais à Carrare, voir : M. Della Pina, La Famiglia Del Medico, Carrare, 1996, p. 65-74.

2 Les autres marchands qui avaient l’intention de rivaliser avec le marché hollandais étaient Antonio Monzoni, Filippo Frugoni et Andrea Luciani (ASMa, Archivio Ducale, Contratti Camerali, b.18, 17 novembre 1668). Durant le xviiie siècle, ces noms étaient flanqués de ceux de Micheli, Lazzoni et Orsolini. Cependant, il est important de préciser qu’au sein de cette oligarchie restrictive, la famille Del Medico avait toujours maintenu une position de suprématie sur le plan politique ou économique : pour citer un exemple, durant les années 1774-1777, les Del Medico exportèrent une moyenne de 1130 tonnes de marbre brut par an, tandis que tous les autres négociants en marbre de Carrare additionnés en exportèrent 4700 tonnes (ASMo, Archivio Cybo-Gonzaga, Commercio, b.330 : « Dazio sui marmi greggi a favore dell’Accademia »).

3 BAC, Raccolta Lunigianese Carlo Del Medico Staffetti : « Contratti Notarili ».

4 Durant une période très courte entre 1661 et 1668, Andrea Del Medico acheta au moins six carrières dans cette zone (SAIMI Archive, Memorie Antiche Del Medico, Ristretto di Notizie di Cave appartenenti alla Casa Del Medico di Carrara : Notaio Giovan Lazzoni, 19 ott. 1661 ; Notaio Angelo Lombardelli, 13 ott. 1663 ; Idem, 15 maggio 1664 ; Notaio Giovan Lazzoni, 24 maggio 1666 ; Notaio Angelo Lombardelli, 10 sett. 1668). Pescina était, et est encore, particulièrement riche en marbre blanc nervuré de rouge, un matériau si associé à la vente en Hollande qu’il porta le nom de « venato ad uso d’Olanda ». Le succès du marché de ce type de marbre fait des carrières de Pescina les plus demandées au xviiie siècle. Outre le marbre nervuré, les carrières de Pescina produisaient aussi une qualité remarquable de Bardiglio, un marbre de couleur gris cendre, avec des variations de bleus.

5 Les marbres extraits de cette carrière présentèrent plusieurs caractéristiques physiques, telles qu’une structure graineuse très légère, une certaine blancheur, une semi-transparence, la dureté et la densité, qui faisaient que ce matériau était plus convenable pour la sculpture, grâce aussi à sa résistance atmosphérique. Pour ces raisons, la carrière faisait l’objet d’excavations perpétuelles. Comme Repetti nous le rapelle : « Essa può dirsi la più tormentata da gran tempo di tutte le cave esistenti nel territorio, a segno che, per seguitare le escavazioni nelle viscere del monte, erasi lasciata la parte superiore avanzata e sospesa a forma di tetto. Nella notte del 5 Feb. 1605 questo minaccioso scoglio rovinò in gran parte […] » (E. Repetti, Sopra l’Alpe Apuana ed i marmi di Carrara, Florence, 1820, p. 48-49). La carrière de Polvaccio subit plusieurs chutes comme en 1738, lorsque la carrière a dû fermer pendant plusieurs années (G.C. Martini, Viaggio in Toscana, 1725-1745, Modène, 1969, p. 365-366).

6 ANC, Notaio Michelangelo Zeni, b.188 20 marzo 1752.

7 AS, Inventario, e Testamento del qn. Don Antonio Del Medico di Venezia, 1734. La documentation inclut, outre le testament rédigé le 21 mars 1734 par le notaire Marino de Nigris, un inventaire et une estimation de tous les biens trouvés dans la maison et dans l’entrepôt de Don Antonio ainsi qu’une liste de débiteurs insolvables au moment de sa mort.

8 Par exemple, dans le dossier concernant les dettes et les crédits de Don Antonio, il y a une entrée qui fait référence à « Un conto in foglio grande a debito, et a credito di Gio Batta Franceschini Tagliapietra da esso sottoscritto » (AS, Ibid.). Une proche amitié exista aussi avec Antonio Breda, qui possédait plusieurs morceaux de marbre sans son atelier « di commun egual raggione del Rev. Testatore », et avec Zuanne Trognon qui avait onze colonnes « lavorate d’Affrica » (AS, Ibid.).

9 Bragato est cité dans la liste « Confessionali de debiti uno de di 29 Febraro 1730 da £ 90, altro de di 2 Maggio 1730 d’altre lire mille trentuna e s.erà di pieggiaria, pesso di Valentin Luchese per li soli sud. £ 90 de di 2 Maggio 1730 con nottatione d’esborsi fatti a conto » (SA, ibid.).

10 E. Bassi, Architettura del Sei e del Settecento a Venezia, 1962, p. 226. Giacomo Bragato réapparaît le 4 février 1728 lorsqu’il signe un reçu « per portoni delle scale sul Portego di pietra da Rovigno g.to al disegno, e sagome consegnate dal Proto [Rossi] ».

11 « Confesso 29 giugno 1732 di debito di Alvise tagliapietra » (AS, ibid.). Cette dette peut être mise en parallèle avec le bas-relief qui représentait les évangélistes et la sainte Trinité situé dans la chaire de l’église saint Moise à Venise.

12 AS, Ibid. : « Ex actis Joannis Maria del Vecchio Notarius Carrarie », 29 maggio 1765.

13 AS, Lettera firmata da Don Carlo, Venezia, 16 Luglio 1768.

14 APSC, Catastico della Chiesa di San Cassiano, t. III, 6 ott. 1745.

15 La décoration de la chapelle est complétée par l’autel de Giovan Battista Pittoni, datant de 1763, qui représente La vierge à l’enfant, accompagné de Saint Carlo Borromeo et Filippo Neri. La fresque du plafond est attribuée au même artiste, illustrant Saints Cecile et Cassiano (Zava-Boccazzi, Pittoni, l’opera completa, Venezia 1979, p. 165-166). Malgré le fait que la participation de Don Carlo n’ait pas était confirmée par un document, nous ne doutons pas de son rôle en tant que mécène pour ces travaux, étant donné qu’en 1760 il demeurait toujours à San Cassiano.

16 A. Gonzales-Palacios, « Scultori alla Real Cappella di Portici », Antologia di Belle Arti, II, (1978), p. 344. Les documents concernant la chapelle royale de Portici sont conservés ASNa, Casa Reale Amministrativa, Conti e Cautele, fascio 1145.

17 AS, Inventario di tutto ciò che si è trovato esistente, tanto nel magazzino, quanto da fuori, dopo la morte del fù Sottoscritto Sig. Conte detto Antonio del Medico, Napoli, 15 maggio 1776.

18 F. Petrelli, « Gli scultori della Reggia di Caserta negli anni della direzione di Luigi Vanvitelli (1759-1773) », dans S. Spinosa (dir.), Le arti figurative a Napoli nel Settecento, Naples, 1979, p. 211.

19 Des raisons économiques jouent un rôle majeur, étant donné que tous ceux qui travaillaient sur le projet vivaient aussi sur l’immense chantier, ainsi Vanvitelli rappela au roi : « quale sarebbe la vera economia nel nostro caso? Lo spendere in più in circa per scultori stabiliti con le loro famiglie nel Palazzo ove necessariamente devono spendere tutto quello che guadagnano, ovvero spendere di meno in circa con impresario che tutto intero esporta il denaro fuori il Palazzo […] » (F. Petrelli, ibid.).

20 M. R. Caroselli, La Reggia di Caserta, lavori costo effetti della costruzione, Milan, 1968, p. 124. Au moment de sa mort, en 1776, le palais de Caserta devait toujours la somme de 450 ducats, ainsi que les morceaux de marbre en grande quantité conservés dans l’entrepôt de Naples. De plus le marbre de Carrare ne peut être justifié sans prendre en compte l’importance d’un tel client (AS, Ibid., fo 32).

21 E. Nappi, « Verità e leggenda nella storia dell’Arte napoletana, Il Foro Carolino, Dai documenti dell’Archivio storico del Banco di Napoli », Annali di storia economica e sociale, VII, (1967), p. 189.

22 AS, Notamento di tutti li debitori del fù Conte D: Antonio del Medico che derivano dall’Amministrazione tenuta delli suoi effetti dal fù Bartolomeo Ravenna mio Padre, come da me sottoscritto Nicola Ravenna, che continuo a tenerla, e restano liquidati, e notati nell’ultimo libro Saldaconti formato nel primo Novembre 1776.

23 AS, ibid. Le Marquis tenait une dette de 546 ducats, et une partie de cet argent a dû être dépensé pour le groupe, attribué traditionnellement à l’école de Vanvitelli.

24 AS, Rinnovo della procura all’agente napoletano Nicola Ravenna, Napoli, 1776. Nicola Ravenna fut au service des Del Medico jusqu’à sa mort en 1785, puis il fut remplacé par son fils Vincenzo (ANC, Notaio G.M. Del Vecchio, 1785, b. 219). L’année suivante, Carlo Del Medico, fut peut-être déçu de ce dernier et le remplaça par Andrea Giannuzzi d’Aiello, lui donnant l’ordre de prendre possession de « tutti i marmi, Mischi, Pietra lavagna e mobili ancora in possesso del Ravenna, così come i libri di scritture […] » (ANC, Ibid., 1786, busta 219). Le contrat sera renouvelé à nouveau le 22 septembre 1795 (Archivio SAIMI, Strumenti, Libro II).

25 AS, Inventario de Beni mobili del Già Illustrissimo Sig. Conte D. Antonio del Medico, 1776.

26 L’inscription en marbre est toujours visible au Palazzo Sarteschi à Carrare.

27 BAC, Curiosità and Corrispondenza, n.n. Les rapports officiels envoyés par Francesco Antonio Del Medico à Modena, sont conservés dans ASMo, Archivio Cybo-Gonzaga, Ambasciatori, 1768-1772, b. 34. En 1772, il fut remplacé par son frère Pietro qui garda son emploi jusqu’en 1780. I. Wedgwood comprit l’importance des échanges diplomatiques afin d’effectuer la promotion de biens luxueux, et il utilisa des diplomates britanniques dans les cours étrangères afin de promouvoir sa porcelain : « What better introduction to the heart of European courts and their fashionable attendants could be devised than through her Majesty’s ambassadors? […] He knew well enough that if it [ware] was bought by kings, it would be bought by their courtiers, and once fashionable at court it would be bought by the gentry » (N. Mckendrick, J. Brewer et J. H. Plumb, The Birth of a Consumer Society, Londres, 1982, p. 127-140).

28 BAC, Corrispondenza, n.n. : « Lettera Patente », Potzdam, 10 marzo 1765.

29 « Viginti quattuor haec signa ex propria lapicidina, et per proprios statuarios offabre sculpenda curavit Antonius comes e Medico. Carrariensis MDCCXLIX » (W. Kurth, Sanssouci, Ein Beitrag Zur Kunst Des Deutschen Rokoko, Berlin, 1962, p. 230).

30 S. Andrósov (dir.), Gli scultori carraresi e la Russia del Settecento, in I marmi degli Zar, cat. exp., S. Andrósov, Carrara, Accademia di Belle Arti-Massa, Palazzo Ducale, 13 aprile-23 giugno 1996, Carrara, 1996, p. 48-51. L’expédition était composée de quatre-vingt-onze figures, dont 28 vases, 12 pyramides, 6 chiens, 10 manteaux de cheminée, 10 tables, et autres objets.

31 S. Andrósov, ibid., p. 66.

32 S. Andrósov, idem. La sculpture signé de Fabio Del Medico, sculpteur plutôt obscur, même au sein de la petite ville de Carrare, est mentionné par G. Campori, dans Memorie biografiche degli scultori, architetti, pittori […] di Carrara, Modena, 1783, p. 83, comme étant l’auteur de deux statues : Saint Antonio et de Flore.

33 En 1743, Frédéric II transforma la Société des sciences, fondée en 1770 à Leibniz, en Académie royale des sciences et de littérature, avec comme objectif d’introduire les principes des Lumières à l’Europe de l’Est. Après 1750, il renouvela l’Académie des arts qui était basée sur le modèle français. Pour tout ce qui concerne les idées des Lumières en Prusse et leurs influences sur le développement politique et social, voir C. B. A. Behrens, Society, Government and the Enlightenment. The Experience of Eighteenth-century France and Prussia, London, 1985, p. 152-162 et 176-185.

34 G. Campori, Id.

35 ANC, Notaio Pietro Antonio Bonanni, 1784, b. 237.

36 AS, Contratto di vendita, 30 novembre 1783.

37 L’absence d’un style personnel, typique des sculptures de Cybei qui demeura presque toute sa vie à Carrare, s’explique du fait qu’il ne connaissait pas la destination finale de ses travaux. Cette coutume devint plus importante lorsque Livorno commença à diffuser ces œuvres d’art à travers le port, et l’activité se spécialisa aux marchands d’art (C M. Sicca, « A Warehouse filled with statuary that sent its goods principally to the English and American markets » (J. F. Cooper 1838). The Micali emporium in Leghorn, 1760-1868, à paraître).

38 Les termes utilisés par les ministres, envoyés par Maria Teresa de Modène à Carrare afin d’analyser la situation sociale de Carrare, décrivent de façon pertinente l’écart existant entre les négociants et les sculpteurs : « Chi meno commercia di manifattura cogli Esteri si è il Manifattore Carrarese. Questi per lo più ha poche pratiche al di fuori, onde procurarsi le commissioni. Moltissime per contrario ne hanno alcuni Negozianti di marmi greggi, e non poche alcuni Giramondo » (ASMo, Archivio Cybo-Gonzaga, Commercio, b. 328 : « Breve risposta ai noti Quesiti in materia di commercio di Marmi », n. d).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cristina Pighini-Bates, « La famille Del Medico et le marché du marbre dans l’Europe du xviiie siècle », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 16 janvier 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crcv.revues.org/13627 ; DOI : 10.4000/crcv.13627

Haut de page

Auteur

Cristina Pighini-Bates

Université de Leicester

Haut de page

Droits d’auteur

© Cristina Pighini-Bates / 2016 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org