Navigation – Plan du site
De la carrière au magasin

« Le combat n’est point douteux, voici un bloc qui s’offre à vous servir »

Le sculpteur et l’approvisionnement en marbre statuaire
“Confrontation is not unlikely, here is a block at your service”: The sculptor and the procurement of statuary marble
Marion Boudon-Machuel et Fabienne Sartre

Résumés

Tout en relevant de circuits de production communs et en faisant intervenir les mêmes acteurs, les marbres se distinguent par leur destination. Afin d’être « propre à faire figure », le marbre statuaire ou certains blancs ordinaires doivent répondre à des exigences spécifiques de pureté de coloris et de texture. Le sculpteur est alors le meilleur juge de leur qualité : de sa présence dans la carrière pour sélectionner les blocs, jusqu’à la taille qui dévoile le cœur de la matière, il se confronte, voire s’affronte au marbre, qui sous des apparences nobles peut se révéler vicié.
La rareté des marbres français adaptés à la sculpture a entraîné une étroite dépendance des carrières pyrénéennes et la recherche d’un matériau qui puisse concurrencer le marbre statuaire de Carrare, tant pour des raisons économiques que pour des raisons de prestige. Dans le domaine artistique, la noblesse du matériau se reflète en effet sur le statut même de l’artiste : est réellement sculpteur celui qui travaille le marbre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Paris, bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Ms 81, Adrien-François d’Huez, « La (...)

Vous êtes entré en lice, vous êtes sur l’arène, vous êtes préparé au combat avec toutes les dispositions nécessaires. Luttez, combattez, renversez tous les obstacles qui se présentent, détruisez ces difficultés qui vous montrent l’incertitude de la victoire, animez-vous d’une ardeur nouvelle, redoublez votre fureur, la carrière est ouverte, levez les yeux, la palme vous attend. Le combat n’est point douteux, voici un bloc de marbre qui s’offre à vous servir, acceptez le, il vient de Carrare en Italie1.

1En choisissant la métaphore du combat dans l’arène pour symboliser le face-à-face du sculpteur et du bloc de marbre, Adrien-François d’Huez n’évoque pas seulement la puissance physique nécessaire pour affronter le matériau, mais également l’importance de ce duel. Au-delà de l’œuvre achevée, c’est l’Artiste que couronnera la victoire, comme le suggère le passage suivant où le sculpteur est opposé à « l’artisan grossier ». Dans l’esprit d’Adrien-François d’Huez, c’est donc en se confrontant au marbre, matériau le plus noble de l’art de la taille, que le sculpteur peut s’affirmer comme tel.

  • 2 Bonnin-Flint 1994. Dans une lettre adressée au maire de Toulouse afin d’obtenir une rétribution pou (...)

2En France, où le statut de l’artiste ne s’impose que tardivement, les sculpteurs ont invoqué le marbre à l’envi pour illustrer l’excellence de leur ciseau. À la fin du xviie siècle, Puget prétendait faire trembler le bloc devant lui et, un siècle plus tard, François Lucas n’hésita pas à se présenter comme le premier sculpteur toulousain à s’être mesuré au marbre2. Matériau précieux, matériau coûteux, le marbre statuaire était toutefois une denrée rare, car, comme d’Huez le souligne, pour l’essentiel, « il vient de Carrare en Italie ». Aux xviie et xviiie siècles, les autorités royales n’ont eu de cesse de renverser le monopole italien en favorisant la production d’un statuaire français. À cette fin, les sculpteurs ont été sollicités pour juger des qualités du matériau, de ce marbre qui devait être « propre à faire figure ».

« Au moyen de quoy on auroit en France ce qu’on va chercher en Italie » (M.-Fr. Lassus, 1758) : la France et l’approvisionnement en marbre statuaire

  • 3 Fréart de Chantelou 2001, p. 62 ; Hoog 1989, p. 20.
  • 4 L’organisation du commerce des marbres et les qualités de marbres exploitées en France ont été étud (...)
  • 5 Selon les indications de Michel-Ange Slodtz, le 19 juillet 1741 : « On a comencé la conduite du mar (...)
  • 6 AN, O1 2068/5, lettre de Jean Caravaque à Marseille du 17 juillet 1741, à propos du transport de ci (...)
  • 7 AN, O1 2068/4, lettre de Michel-Ange Slodtz du 12 février 1741. Les sculpteurs devaient se garder t (...)

3En juin 1665, Le Bernin, qui n’avait toujours pas reçu le bloc destiné au buste de Louis XIV, argua de ce manque pour rejeter le projet qui visait à lui faire sculpter une statue en pied du souverain3. Comme à d’autres reprises durant son séjour à Paris, il déplorait l’absence d’un statuaire français de qualité, sans aller toutefois jusqu’à rappeler – mais cela était implicite – la sujétion à l’Italie dans ce domaine. Cette dépendance a sans aucun doute pesé lourdement4. Le coût des importations de marbres statuaires était en effet loin d’être négligeable, non tant qu’il ait été beaucoup plus élevé que celui du blanc ordinaire ou du marbre de couleur, mais il était proportionnel à la taille des blocs, qui pouvait atteindre des dimensions monumentales, comme celui de 500 pieds cubes (soit environ 15 m3) destiné aux Chevaux de Marly. En outre, il ne suffisait pas de trouver des pièces de grand volume, il fallait encore pouvoir les acheminer, ce qui nécessitait dans certains cas d’élargir les chemins d’accès à la carrière et, en tout état de cause, de trouver des embarcations assez vastes et solides pour les charger5. Les capitaines renâclaient à accepter des blocs de plus de cent quintaux ; on comprend alors que l’un d’eux ait refusé dans un premier temps de transporter de Marseille au Havre un bloc de quatre cents quintaux6. L’épannelage dans la carrière permettait parfois de pallier cette difficulté, car, s’il prenait du temps, il était indispensable pour « faciliter le transport et diminuer le prix7 ».

  • 8 Rapport de Demazade du 12 mars 1713, cité par Bresc-Bautier et Du Mesnil1993, p. 41.
  • 9 Le 6 septembre 1695, le garde des magasins indiquait avoir « reçu du sr Barois sculteur treize tran (...)
  • 10 Bresc-Bautier et Du Mesnil 1986, p. 425.

4Le monopole italien du marbre statuaire avait évidemment des conséquences néfastes en cas de pénurie à la source ou de conflit armé. Pour s’en libérer, poussée par des motifs économiques et de fierté nationale, la France chercha pendant plus d’un siècle à organiser et développer l’extraction et le commerce des marbres statuaires. Les sculpteurs employés aux ouvrages des maisons royales subirent directement les effets de cette politique. Ainsi, dans les années 1695-1699, la guerre de la ligue d’Augsbourg ayant presque totalement interrompu les importations de marbre de Carrare8, ils furent tenus de restituer les « tranches » de marbre non utilisées9. L’arrêt du 11 février 1700 réglementa de façon nouvelle et très stricte la commercialisation des marbres, instaurant le monopole des magasins du roi avec droit de préemption des plus beaux blocs et prix de vente aux particuliers établis par le surintendant10. De plus, la surintendance des Bâtiments du roi lança des prospections en trois campagnes successives : la première dans les années 1712-1715 à l’instigation du duc d’Antin, la deuxième dans la décennie 1748-1758 conduite par le marquis de Marigny et, enfin, celle dirigée par le duc d’Angiviller en 1785. Ces enquêtes eurent pour objet des carrières des Pyrénées déjà connues, comme celle de Saint-Béat, ou de nouvelles, comme celle de Sost, dans la vallée de Barousse.

  • 11 Félibien 1676, p. 647.
  • 12 Lacaze 1879 ; Fabienne Sartre 1999.
  • 13 Bayonne, archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, C 742, fo 56. Arcis tailla un bloc issu (...)

5On espérait ainsi promouvoir le statuaire français. En 1676 déjà, André Félibien, tout en reconnaissant la primauté des marbres grecs, égyptiens et italiens, louait la qualité des marbres français nouvellement mis au jour : « Depuis dix ou douze ans, on en fait venir quantité de très beaux qu’on tire des Pyrénées11 ». L’assertion de l’historiographe du roi fut toutefois rapidement démentie et se réduisit à traduire l’espoir, toujours vain, de tirer profit des richesses nationales. En effet, si les possibilités qu’avait offertes par le passé la carrière de Saint-Béat avaient sans doute, dans un premier temps, encouragé les desseins royaux, dès 1689 l’appauvrissement des veines et la délicate extraction du marbre statuaire se firent sentir. Ainsi, on éprouva les pires difficultés à sortir de la carrière le marbre nécessaire à la statue en pied de Louis XIV pour la place royale de Pau12. Après plusieurs tentatives infructueuses pour utiliser un bloc de la vallée d’Ossau, le sculpteur Marc Arcis se rendit à Saint-Béat. Là, il fut confronté à de nouvelles complications : les bancs de statuaire se trouvant dans la partie haute de la carrière, presque inaccessible, les blocs devaient être précipités du sommet de la montagne et se brisaient dans leur chute13.

  • 14 Le qualificatif de « marbre grec » pour le marbre blanc de Saint-Béat fut notamment employé en 1715 (...)
  • 15 AN, O1 2067/5, lettre de Caravaque du 22 mai 1713 : « Je revins trois jours après à Carrare et fus (...)

6Pour autant, cette expérience décevante n’entama aucunement les espoirs qui avaient été placés dans l’exploitation des carrières pyrénéennes. Au début du xviiie siècle, le marbre blanc de Saint-Béat était ainsi qualifié de « marbre grec », une manière de prouver la supériorité du statuaire français sur l’italien, de lui conférer des lettres de noblesse et aussi de forcer le commerce14. Cette ambition fut sans doute attisée par la rupture des approvisionnements de marbres italiens. L’écroulement, vers 1712, des carrières de Polvazzo à Carrare – notamment celle du marchand Daniel Polina – avait privé les Italiens comme les pays importateurs du plus beau statuaire15.

  • 16 Bresc-Bautier 1995.
  • 17 Rapport de Marc Arcis sur les marbres statuaires pyrénéens. Idem, p. 271. À cause de ce grain « gra (...)
  • 18 AN, O1 2088, fo 11, Cette critique était encore relevée par Marc-François de Lassus en 1758 : « Tou (...)

7Cependant, l’enquête engagée par le duc d’Antin entre 1712 et 1715 confirma les faibles ressources des carrières nationales16. Aux problèmes d’extraction s’ajoutait la qualité aléatoire du marbre statuaire – de celui de Saint-Béat particulièrement – comme l’illustrent le coloris grisâtre et le grain grossier du buste de François de Nupces réalisé vers 1708 par Marc Arcis (fig. 1). Celui-ci admettait du reste « que ce marbre à le grain plus gras que celluy de Gênes17 » et qu’à ce titre, certains praticiens en récusaient l’emploi18.

Fig. 1 : Marc Arcis, buste du président de Nupces, 1708, marbre de Saint-Béat. Toulouse, musée des Augustins.

Fig. 1 : Marc Arcis, buste du président de Nupces, 1708, marbre de Saint-Béat. Toulouse, musée des Augustins.

© Atelier photographique de la Ville de Toulouse

  • 19 « Les étrangers qui vont se fournir des marbres blancs d’Italie pouvoyent faire avec plus davantage (...)
  • 20 AN, O1 2068/5 nos 12-19, lettre de Slodtz du 27 septembre 1741 : « ce marbre est très beau et le de (...)
  • 21 AN, O1 2068/1, lettre du 30 août 1741. En 1752, Marigny précisait encore : « qu’il n’y a point de m (...)

8Le bénéfice que l’on pouvait retirer de la découverte d’un beau marbre statuaire dans les Pyrénées, pour le décor des maisons royales, pour l’économie du royaume, voire pour la politique extérieure, est une motivation qui fut avancée lors de la seconde campagne de prospection, engagée par le marquis de Marigny en 1748. La France devait ainsi pouvoir non seulement rivaliser avec l’Italie, mais encore s’émanciper de pays comme la Hollande, qui l’avaient devancée dans l’achat de marbres italiens et dont elle dépendait désormais en partie pour son approvisionnement19. Ces arguments étaient alors forts car, dans les années 1740, la disparition des carrières de Polvazzo était encore ressentie comme si elle venait d’avoir lieu. La concurrence était d’autant plus vive pour obtenir les derniers blocs de Carrare disponibles qu’aucune carrière de cette qualité n’avait été découverte depuis20. À l’été 1741, Michel-Ange Slodtz avait raison de s’alarmer. Ne trouvant de blocs convenables ni pour les groupes des Chevaux de Marly, ni pour l’Académie de France à Rome, le sculpteur invitait à « tenir bon conte des marbres statuaires qui sont actuellement en France, et de ceux qui vont y aller, car il n’y a pas d’aparence qu’on en puisse avoir à l’avenir aussi facillement qu’on pourroit le souhaiter21 ».

  • 22 AN, O1 2069/3, lettre du 8 juin 1748 : « Je devois principallement m’occuper de la recherche des ma (...)
  • 23 AN, O1 2088/1, fo 13vo. Quelques semaines auparavant, le 16 juin 1748, Jean Tarlé écrivait de Montr (...)

9La pénurie était criante quand fut entreprise la nouvelle enquête sur les marbres français, commandée à Jean Tarlé à partir de 174822. Après plusieurs années de prospection, il fallut se rendre à l’évidence – ce dont témoigne le changement de ton des rapports adressés au surintendant – : quelle que soit la carrière, l’exploitation n’avait jamais porté les fruits attendus, et les marbres nationaux étaient impropres à la sculpture. Le marbre français ne présente ni les bons coloris, ni la bonne texture. Celle-ci est souvent trop filandreuse, ce qui empêche d’y tailler des blocs de dimension suffisante. Certaines veines présentent un grain trop grossier. Et quand il est fin, il est si dense qu’il devient impossible à travailler au ciseau. En 1758, le contrôleur des marbres pyrénéens, Marc-François de Lassus, concluait, lucide et désabusé, que le marbre de Saint-Béat ne peut être employé qu’à des gradins, carrelages, piédestaux et autres accompagnements de la figure ; que celuy de Montillet dans l’état actuel de la veine n’est bon à rien pour la sculpture ; que le marbre de Sost serait bon à tout s’il estait aussi obéissant au ciseau que le marbre d’Italie et que le sculpteur ne verra jamais de bon œil ces trois marbres dans son atelier tant que les marbres de Carrare subsisteront23.

  • 24 AN, O1 2070, Outre les caisses renfermant des carreaux, les blocs de marbre blanc de Saint-Béat enr (...)
  • 25 Toulouse, Archives des canaux du Midi, boîte 74, liasse no 686, pièces nos 12 et 13. Lettres de Las (...)
  • 26 Quatremère de Quincy 1788-1825, t. II, p. 675. D’Aviler (1691, p. 211) écrivait un siècle auparavan (...)

10Dans ces conditions, on ne s’étonnera pas que dans les années 1750, la commercialisation du marbre blanc de Saint-Béat ait porté essentiellement sur la fourniture de carreaux24. Et lorsque les états de Languedoc décidèrent en 1772 de marquer d’un grand bas-relief la jonction du canal du Midi à la Garonne, la fermeture des carrières pyrénéennes les obligea à se tourner à nouveau vers l’Italie25. À la fin du siècle, Quatremère de Quincy affirmait que « le plus beau marbre statuaire vient aujourd’hui des carrières de Carrare », constatant une prééminence que près d’un siècle de prospection dans les carrières françaises n’avait pas réussi à concurrencer26.

Le rôle des sculpteurs

  • 27 Le développement de la terre cuite au xviiie siècle en est l’une des illustrations les plus notoire (...)

11En France, aux xviie et xviiie siècles, les aléas de l’approvisionnement en marbre ont pesé sur la production sculptée. Dans bien des cas, les œuvres furent réalisées dans d’autres matériaux, non par manque de savoir-faire, mais parce que le marbre manquait27. Étroitement dépendant d’une chaîne commerciale dans laquelle il n’avait pas de place à titre personnel, le sculpteur n’avait aucun moyen d’être assuré d’obtenir des blocs. Pour autant, il ne fut pas totalement absent de la politique française d’acquisition du statuaire. En effet, à côté du marbrier, dont certains, s’étant peut-être déjà exercés au ciseau, se disaient « marbriers-sculpteurs », il faisait partie de ces « experts et gens à ce connoissans » consultés systématiquement sur la qualité du marbre. Puget, Girardon ou Michel-Ange Slodtz, mais également des artistes moins célèbres et pas toujours spécialistes de la sculpture sur marbre, ont été requis en raison de leur aptitude à juger des qualités exigées d’un marbre statuaire.

  • 28 Le 16 juin 1748, Tarlé envoya un échantillon d’environ 21,5 × 16 × 8 cm (8 × 6 × 3 pouces) de marbr (...)
  • 29 L’appréciation que les sculpteurs donnaient sur les qualités d’un marbre était généralement détermi (...)
  • 30 AN, O1 2067/4, lettre de Charron, Lyon, 21 sept. 1712.

12La consultation des sculpteurs était le plus souvent ponctuelle et ne nécessitait pas leur déplacement jusque dans la carrière. Tiré d’un nouveau gisement, un échantillon de dimensions moyennes leur était envoyé afin de le tester28. De leur avis découlait la décision de poursuivre ou non l’exploitation29. Plus en aval dans la chaîne d’exploitation du marbre, on relève également quelques cas d’interventions occasionnelles, motivées par une raison bien spécifique. Il en fut ainsi en 1712, lorsqu’à Lyon, Marc I Chabry fut sollicité pour assister à l’ouverture de trois caisses de marbre qu’on devait transporter à Roanne afin de donner son avis sur la qualité de leur conditionnement. Une des tables de marbre, mal protégée, s’étant fendue, le sculpteur, constatant que la partie endommagée n’était autre que du simple « albastre raporté sur une grosse pierre… », fournit des conseils techniques pour la réparer30.

  • 31 Ibid., O1 2067/5. Voir également Pérez 1972, p. 128.
  • 32 Benoît 1900, p. 52.
  • 33 AN, O1 2068/5 ; Souchal 1966, p. 250, Coustou II vint lui-même voir les blocs dans la carrière.
  • 34 Clodion se rendit à Carrare entre la fin de l’année 1773 et le début 1774. Voir Bailey  1993, p. 19 (...)
  • 35 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. III, p. 355 ; Bresc-Bautier et Du Mesnil  1993, p. 40 e (...)
  • 36 AN, O1 1187, fo 17 ; Souchal 1966, p. 250, lettre du 26 janvier 1741.

13L’intervention des sculpteurs dans les carrières mêmes répondait également à des commandes précises. Puget, à partir du début des années 1660, fit ainsi plusieurs voyages à Carrare et à Gênes afin de sélectionner des marbres pour le roi, tant de couleur que statuaire. Pour les blocs destinés au piédestal de la statue de Louis XIV par Desjardins, Chabry entreprit le voyage en 171331, et pour ceux qui permettraient de sculpter les statues de la cathédrale de Chartres, Charles-Antoine Bridan en fit de même dans les années 1768-177132. Il n’était pas rare que les sculpteurs en profitent alors pour se procurer des blocs pour d’autres commandes ou pour eux-mêmes. Michel-Ange Slodtz, chargé de trouver les marbres ad hoc pour les Chevaux de Marly (1737), approvisionna dans le même temps l’Académie de France à Rome33. Quarante ans plus tard, Clodion, venu chercher les blocs nécessaires aux statues du jubé de la cathédrale de Rouen, fut chargé, à cette occasion, de choisir ceux destinés aux statues de la galerie du nouvel hôtel parisien de l’abbé Joseph-Marie Terray, le contrôleur général des Finances et dans la même période, le sculpteur toulousain François Lucas enleva la commande d’un bas-relief financé par les états de Languedoc en proposant de fournir le marbre sélectionné par ses soins à Carrare34. La tâche de certains sculpteurs fut toutefois plus ambitieuse : elle concernait non seulement le choix des blocs mais encore celui de la carrière. Outre l’exemple célèbre de Puget, on doit rappeler celui de Girardon à qui on demanda en 1668 de visiter les carrières desquelles les marchands Beuf et Formont avaient tiré des blocs pour en estimer la qualité, mais également de chercher d’autres carrières afin de trouver un statuaire plus beau encore. Vingt ans plus tard, le sculpteur André se rendit à Carrare dans le même but35. Au début des années 1740, alors que Slodtz cherchait des blocs pour Marly, il précisait avoir, « en conformité des ordres qu’il a reçus de Mgr…, visité toutes les caves de marbre statuaire de ce pays36 ».

  • 37 Ibid., O1 2067/4, lettre de Caravaque du 27 décembre 1712.
  • 38 Ibid., O1 2067/5, « État des carrières de Carrare… » ; ibid., O1 2067/5, lettre de Caravaque du 22  (...)
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid., O1 2068/1, lettres de Slodtz, Carrare, les 31 mai et 6 juin 1741.

14Pour expertiser une carrière et choisir des blocs, le sculpteur devait, dans certains cas, user de diplomatie, voire jouer un rôle de véritable stratège. Jean Caravaque raconte ainsi avoir promis de récompenser des personnes habituées à arpenter la montagne, comme des prêtres ou des bergers, pour les inciter à chercher des veines et les lui indiquer37, ou encore s’être déguisé en ouvrier pour se fondre avec d’autres, afin de voir et mesurer des blocs sur les plages de la Vensa sans attirer l’attention38. Mais ce furent parfois les rapports difficiles avec des propriétaires de carrière qui poussèrent les sculpteurs à faire preuve d’imagination. En 1713, l’écroulement des carrières de Polvazzo contraignit à tirer des blocs à cheval sur quatre d’entre elles, or les propriétaires concernés refusèrent de se voir obligés sur l’ensemble et de fournir des blocs parfaitement blancs. Caravaque sonda alors « sourdement le guet, faisant semblant de n’être là que par curiosité et pour avoir seulement deux ou trois blocs de marbre statuaire, étant déjà connu pour sculpteur par un Romain […] qui ébauchait à Carrare » ; il trouva ainsi l’homme qui lui fallait, un marbrier qui s’engagea à satisfaire sa demande39. Trente ans plus tard, Slodtz eut à dénouer une situation non moins délicate. Au printemps 1741, il dut en effet redoubler d’artifice pour affronter le marchand Berté. Ce dernier, profitant de la pénurie de marbre qui perdurait, était resté seul en lice pour fournir un bloc destiné aux groupes des Chevaux de Marly et n’hésita pas à imposer des conditions de marché qui l’avantageaient. Slodtz feignit de se désintéresser de ce bloc et d’en faire tirer un nouveau d’une autre carrière, ce qui amena Berté, ainsi inquiété, à réduire ses prétentions40.

  • 41 Ibid., O1 2067/4, O1 2088/2, Si en 1712 Caravaque se présente comme « maître-sculpteur des galères (...)
  • 42 Ibid., O1 2068/2, lettre de Jean Tarlé, Marseille, le 29 mai 1737.
  • 43 Ibid., O1 2067/4, lettre de Caravaque, Marseille, le 21 novembre 1712.
  • 44 Ibid., lettre de Caravaque du 27 décembre 1712 : « J’espère que tout ce qu’il y a icy de plus beau (...)
  • 45 Ibid., O1 2067/5, lettre de Caravaque du 22 mai 1713 : « État des carrières de Carrare… ».
  • 46 Ibid., O1 2068/1, lettre de Caravaque du 11 septembre 1741.

15Le cas le plus singulier est celui de Caravaque, qui s’investit tant dans les carrières qu’il semble avoir changé de profession, jusqu’à presque glisser de celle de sculpteur à celle d’inspecteur des marbres du roi41. Toutefois, sa connaissance de la sculpture restait la condition première et indispensable pour accomplir sa deuxième fonction, comme Jean Tarlé – qui avait succédé à son père, Claude, au poste de contrôleur général – fut obligé de l’admettre en conclusion d’une lettre pourtant critique : « Il est sculpteur et connoisseur, je ne voy que luy qui puisse remplir ce poste d’inspecteur avec connoissance de cause, pour la reception et le rebut des marbres tant de Provence que d’Italie42 ». Plus que tout autre sculpteur, Caravaque connaissait parfaitement les carrières : déjà en novembre 1712, il s’entretenait avec Claude Tarlé, « touchant la connoissance et nature des marbres en général et principalement de ceux d’Italie43 » et, un mois plus tard, il proposait sans ambages de réorganiser l’exploitation des carrières italiennes44. Les rapports qu’il rédigea et son abondante correspondance permettent de connaître le détail de ses expertises, que ce soit sur un bloc de marbre, sur un banc ou sur l’ensemble d’une carrière. Caravaque savait que le marbre doit être suffisamment tendre pour pouvoir être travaillé, mais également assez solide pour permettre la réalisation des « petits ornemens qu’on est souvent obligé de faire dans les ajustemens des figures ». Il n’hésitait pas à le tester directement avec son ciseau dans la carrière même45, comme il le fit à nouveau pour les blocs entreposés sur le port de Marseille et destinés aux Chevaux de Marly46.

Fig. 2 : Jean-Baptiste Pigalle, buste de Madame de Pompadour, 1749, marbre de Sost. New York, The Metropolitan Museum of Art.

Fig. 2 : Jean-Baptiste Pigalle, buste de Madame de Pompadour, 1749, marbre de Sost. New York, The Metropolitan Museum of Art.

Cliché : © Schecter Lee © 1984 The Metropolitan Museum of Art

  • 47 Ibid., O1 2068/1, lettre de Slodtz, Carrare, le 17 mai 1741.
  • 48 Fréart de Chantelou 2001, p. 104, 166 et 187.
  • 49 Lettre du marbrier Latour à Lassus de Saint-Béat le 26 août 1751, AN, O1 2069/6 ; publiée par Wilde (...)
  • 50 Comme le reconnaît Lassus dans son rapport de 1758 : « le marbre statuaire ne doit être ny trop mol (...)
  • 51 AN, O1 2068/5, certificat de la qualité du marbre de la carrière de Joseph Santobono à Carrare, réd (...)
  • 52 AN, O1 2067/5, « État des carrières de Carrare… », lettre de Caravaque du 22 mai 1713.
  • 53 Ibid.

16Ce type de remarques propres au spécialiste abonde dans les motivations des expertises rédigées par les sculpteurs. Le vocabulaire utilisé par ces professionnels permet d’affiner notablement notre connaissance des qualités et des défauts d’un marbre blanc et de définir ce qui, à leurs yeux, constituait ou non un marbre « propre à faire figure ». Le premier critère est celui de la texture du marbre, sa « pâte », comme on la trouve parfois appelée. La distinction entre la pâte et le grain est souvent faite, mais reste difficile à saisir, les qualités de la première dépendant des caractères du second ; ainsi une pâte peut être fine mais ne pas avoir de corps et s’effriter. Le bloc doit donc être sain, c’est-à-dire ne pas comporter de fil (Slodtz signale que l’on distingue parfois une sorte de fil appelé « fourbite47 »), ne pas être « filardeux », ni contenir de poil, ce qui compromettrait sa cohérence. Le marbre doit également être « facile à travailler », sa pâte doit être souple, mais pas trop molle ou friable, ce qui la conduirait à « segruger », « s’égrainer », un défaut qualifié de « délit du marbre », ou un marbre dit « pouf ». Bernin déplora ainsi la fragilité du bloc qu’on lui fournit à Paris en 1665 pour sculpter le buste de Louis XIV, un marbre cotto (friable) qui le contraignit à utiliser le trépan au lieu du ciseau, de peur de le faire éclater48. Mais le matériau ne doit pas non plus être trop dur au ciseau. Pigalle critique ainsi l’âcreté du marbre de Sost, dans lequel on lui avait demandé de sculpter le buste de la marquise de Pompadour, un marbre que d’autres sculpteurs ont comparé à du porphyre49 (fig. 2). Étant donné la subtilité de la consistance idoine exigée pour un statuaire, on comprend que seul un professionnel puisse en donner une juste appréciation50. Ce type de marbre se distingue également par la pureté et la blancheur de son coloris, qui ne souffre pas la présence de taches, ou de veines noires ou grises. Ici encore le vocabulaire se précise sous l’œil et la plume du sculpteur : ainsi le marbre doit être exempt d’émeric ou d’émeril (petites taches noires) ou de « chinione » (taches rougeâtres). Comme pour la texture, les sculpteurs introduisent souvent la notion de résistance aux intempéries, à la pluie comme au soleil : la pierre doit rester intacte, sa couleur ne doit pas virer au jaune, elle doit « conserver sa blancheur à l’air51 ». Dans certains cas, toutefois, le sculpteur accepte des dérogations à l’exigence de pureté du coloris. Caravaque jugea par exemple qu’un blanc veiné d’une grande beauté, un marbre gris pommelé qui semblait « naturellement peint […] et vernis parfaitement » et qui était plus cher que le statuaire, car très prisé des Anglais et des Hollandais, convenait parfaitement à des sujets particuliers comme celui d’un cheval52. De même, il vanta la beauté et la solidité d’un marbre blanc fourni par le marbrier Egrilando, malgré son coloris certes « un tant soi-peu trop bleuâtre en le comparant au statuaire, mais fort blanc en le comparant au Turquin même le plus clair53 ».

17Ce vocabulaire, et plus largement les jugements et avis donnés par les sculpteurs sur le marbre, témoignent du lien étroit qui unit l’artiste à la matière première dans le domaine de la sculpture. Certains termes, comme « pâte » ou « pâteux », a priori antinomiques avec les caractéristiques physiques d’un morceau de marbre, relèvent en effet de l’approche sensible du sculpteur à l’œuvre dans son atelier. N’est-ce pas de cette pâte, de la texture du marbre lorsqu’elle est facile à travailler, que découle l’effet de souplesse, de morbidezza ou de tendresse de l’œuvre achevée ?

18Le recours aux sculpteurs pour juger de l’adaptation ou non d’un marbre blanc à la sculpture n’était certes pas propre à ce matériau, mais il était en l’occurrence particulièrement précieux, étant donné le prix et la rareté des blocs. Leurs jugements ne pouvaient néanmoins prévenir tous les défauts. Une fois dans l’atelier, il n’était pas rare que le marbre se révèle, en cours de travail, intrinsèquement vicié, obligeant à modifier le projet initial, voire à abandonner le bloc. Ce type de contrainte liée au matériau est rarement signalé dans la littérature artistique ou les archives. Une observation minutieuse des œuvres pourrait permettre de repérer les détours que les imperfections du marbre ont imposés au ciseau.

Haut de page

Bibliographie

Aviler Augustin-Charles d’, 1691, Cours d’architecture, qui comprend les ordres de Vignole, avec des commentaires, les figures et descriptions de ses plus beaux bâtimens, et de ceux de Michel-Ange […] et tout ce qui regarde l’art de bâtir, avec une ample explication par ordre alphabétique de tous les termes, Paris, N. Langlois, 2 vol.

Bailey Colin B., 1993, « Mécénat privé ? Mécénat public ? L’abbé Terray, collectionneur de sculptures contemporaines », dans Guilhem Scherf (dir.), Clodion et la sculpture française de la fin du xviiie siècle, actes du colloque (Paris, musée du Louvre, 20 et 21 mars 1992), Paris, La Documentation française, p. 189-222.

Benoît François, 1900, « Le conflit des styles dans la cathédrale de Chartres au xviiie siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. II, 1900-1901, p. 45-57.

Bonnin-Flint Brigitte, 1994, « Un inventaire des œuvres en marbre du sculpteur François Lucas », Annales du Midi, t. CVI, no 205, janv.-mars, p. 73-78.

— 1999, Une dynastie d’artistes toulousains : les Lucas, thèse de doctorat sous la direction d’Yves Bruand, université de Toulouse II - Le Mirail, 3 vol.

Bresc-Bautier Geneviève, 1995, « Les marbres des Pyrénées sous Louis XIV », dans Jean Cabanot, Robert Sablayrolles et Jean-Luc Schenck (dir.), Les marbres blancs des Pyrénées : approches scientifiques et historiques, actes du colloque (Saint-Bertrand-de-Comminges, 14-16 oct. 1993], Saint-Bertrand-de-Comminges, musée archéologique départemental de Saint-Bertrand-de-Comminges, p. 261-273.

Bresc-Bautier Geneviève et Du Mesnil Hélène, 1986, « La politique royale du marbre français (1700-1789) », dans François Braemer (dir.), Les ressources minérales et l’histoire de leur exploitation, actes du colloque (Grenoble, 5-9 avr. 1983), Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, p. 425-442.

— 1993, « Le marbre du roi : l’approvisionnement en marbre des Bâtiments du roi, 1660-1715 », Eighteenth Century Life, vol. 17, no 2, mai, p. 36-54.

Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV, 1881-1901, éd. J. Guiffrey, Paris, Imprimerie nationale, 5 vol.

Félibien André, 1676, Des principes de l’architecture, de la sculpture, de la peinture et des autres arts qui en dépendent. Avec un dictionnaire des termes propres à chacun de ces arts, Paris, J.-B. Coignard.

Francastel Pierre, 1928, Girardon : biographie et catalogue critiques : l’œuvre complète de l’artiste reproduite en 93 héliogravures, Paris, Les Beaux-Arts.

Fréart de Chantelou Paul, 2001, Journal de voyage du cavalier Bernin en France, Paris / Macula / L’Insulaire.

Furcy-Raynaud, 1909, Inventaire des sculptures commandées au xviiie siècle par la direction générale des Bâtiments du roi, Paris, J. Schemit.

Hoog Simone, 1989, Le Bernin : « Louis XIV », une statue déplacée, Paris, A. Biro.

Lacaze Louis, 1879, Notice sur la place royale de Pau, 1688-1878, Pau, L. Ribaut.

Pérez Marie-Félicie, 1972, « Marc Chabry, sculpteur lyonnais (1660-1727) », Provence historique, t. XXII, fasc. 88, avr.-juin, p. 125-135.

Quatremère de Quincy Antoine, 1788-1825, Encyclopédie méthodique : architecture, Paris / Liège, Panckoucke / Plomteux / Agasse, 3 vol.

Sartre Fabienne, 1999, Marc Arcis, un Toulousain sculpteur du roi (1652-1739), thèse de doctorat sous la direction d’Yves Bruand, université Toulouse II - Le Mirail.

Souchal François, 1966, « À propos des Chevaux de Coustou. La mission de Michel-Ange Slodtz à Carrare (1740) », Bulletin de la Société d’histoire de l’art français, p. 247-255.

Wildenstein Georges, 1918, « Un chef-d’œuvre retrouvé : le buste de la marquise de Pompadour par J.-B. Pigalle », Bulletin de la Société de l’art français, 1915-1917, p. 65-81.

Haut de page

Notes

1 Paris, bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Ms 81, Adrien-François d’Huez, « La sculpture divisée en trois parties : son histoire, ses règles par principes et les termes par ordre alphabétique expliqués brièvement avec un petit abrégé de l’anatomie de l’homme selon le système des Modernes », Arras, 1720, fo 276.

2 Bonnin-Flint 1994. Dans une lettre adressée au maire de Toulouse afin d’obtenir une rétribution pour les cours qu’il donnait gratuitement à l’École centrale des arts, François Lucas, parlant de lui à la troisième personne, prétendit être : « le premier Toulousain qui ait fait des travaux en marbre dans la ville de Toulouse et pays environnants […], l’amour de son art luy a fait faire des grands sacrifices pécuniaires pour avoir le plaisir d’exécuter des ouvrages en marbre dans un pays où l’on ne travailloit que la pierre, le bois, le plâtre et autres matières de peu de valeurs », Toulouse, archives départementales de la Haute-Garonne, 1L 1018, pièce 13.

3 Fréart de Chantelou 2001, p. 62 ; Hoog 1989, p. 20.

4 L’organisation du commerce des marbres et les qualités de marbres exploitées en France ont été étudiées par Bresc-Bautier et Du Mesnil 1986 et 1993, et Bresc-Bautier 1995.

5 Selon les indications de Michel-Ange Slodtz, le 19 juillet 1741 : « On a comencé la conduite du marbre du Sr. Berté depuis avant hier, je conte qu’il arivera à la marine dans environ trois semaines, il voyage avec beaucoup plus de facilité que le premier à cause que le chemin est entièrement élargi et acomodée » (Paris, Archives nationales [désormais AN], O1 2068/1. Cité par Souchal 1966).

6 AN, O1 2068/5, lettre de Jean Caravaque à Marseille du 17 juillet 1741, à propos du transport de cinq blocs de marbre statuaire.

7 AN, O1 2068/4, lettre de Michel-Ange Slodtz du 12 février 1741. Les sculpteurs devaient se garder toutefois de trop avancer l’ébauche de l’œuvre sous peine de payer des droits de douane plus élevés, comme le laisse entendre François Lucas en 1773 : « Pour les droits de douane à Agde, les commis m’on fait payer le marbre un peu travaillé comme fini à 44 livres le quintal, et celui qui n’étoit que préparé comme demy travaillé à 22 livres le quintal. On remarquera que les règlements sont pour des statues isolées, où tout est travaillé, ou demy travaillé, il leur suffit que la face du marbre soit sculptée. D’ailleurs, il est injuste que lon perçoive des droits aussy exhorbitants pour lentrée dans le royaume d’un marbre que la France na pas […] » ; Toulouse, Archives des canaux du Midi, boîte 74, liasse no 686, pièce 17. Sur François Lucas et pour les références concernant ses travaux pour les Ponts-Jumeaux, voir Bonnin-Flint 1999.

8 Rapport de Demazade du 12 mars 1713, cité par Bresc-Bautier et Du Mesnil1993, p. 41.

9 Le 6 septembre 1695, le garde des magasins indiquait avoir « reçu du sr Barois sculteur treize tranches de marbre blanc provenant dun bloc et de deux tranches de marbre blanc qui luy avoient été délivrés pour faire deux vazes », et le 6 juillet 1697, « des sieurs Vanclève, Barois, Slodtz, Joly Tuby et Hulot, 30 tranches de marbre blanc restant de 3 blocs et de 2 tranches de marbre blanc qui leur ont été délivrés pour faire 6 vazes pour le château de Marly » (AN, O1 2066/6 et 8). Les magasins comptaient au 1er janvier 1695, 486 blocs de marbre blanc, soit 1 595 pieds cube (AN, O1 2066/6), et 1 000 en 1697 contre 46 000 pieds cube en 1681 (AN, O1 2065/13 et O1 2066/7). Bresc-Bautier et Du Mesnil 1993, p. 41.

10 Bresc-Bautier et Du Mesnil 1986, p. 425.

11 Félibien 1676, p. 647.

12 Lacaze 1879 ; Fabienne Sartre 1999.

13 Bayonne, archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, C 742, fo 56. Arcis tailla un bloc issu d’une carrière de la montagne de Ger, « de couleur grise veiné de blanc plaqué extraordinairement desdites couleurs, lesquelles plaques tombent sur la face et les parties nues de ladite statue, la rendant défigurée […] ». Le sculpteur relate, dans une lettre datée de 1715, adressée à Pierre de Lassus et transmise à Claude Tarlé, les conditions dans lesquelles les blocs de marbre blanc étaient extraits de la carrière de Saint-Béat (Bresc-Bautier 1995, p. 270-271). En juin 1690, les états de Béarn modifièrent leur projet et la statue du roi fut finalement réalisée en bronze.

14 Le qualificatif de « marbre grec » pour le marbre blanc de Saint-Béat fut notamment employé en 1715 par le contrôleur des marbres pyrénéens et par Marc Arcis qui, évoquant une lettre d’Antoine Coysevox, précisait que « […] dans les Pirennées il y a d’un marbre blanc qui est appellé à Paris marbre grec et qui n’est autre que celluy qui se prend à Saint-Béat, dans la montaigne au carrière de Rapt […] » (ibid., p. 270).

15 AN, O1 2067/5, lettre de Caravaque du 22 mai 1713 : « Je revins trois jours après à Carrare et fus d’abord au Polvasse à trois milles de là dans la montagne. Je vis les quatre carrières des marbres statuaires, qui appartiennent à quatre différens particuliers, fort jaloux entr’eux. Ces carrières sont attenant l’une à l’autre, si voisines et si serrées qu’elles n’ont pas entre toutes plus de trente toises d’étendue. Elles sont dans un état assez mauvais et particulièrement celle de Polina, qui a été la plus belle et la plus estimée : elle se trouve affreuse par l’écroulement des terres et mauvais arbres qui étoient sur la crête de la montagne, et qui l’ont en quelque manière comblée. Elle est pourtant dans un état où l’on peut fort bien encore en tirer, mais les marbres n’en sont plus si beaux, et on peut la mettre sur le niveau des autres. Elles ont toutes de fort beaux bancs et des mauvais […]. »

16 Bresc-Bautier 1995.

17 Rapport de Marc Arcis sur les marbres statuaires pyrénéens. Idem, p. 271. À cause de ce grain « gras », le Midi, réalisé en marbre de Saint-Béat par Gaspard Marsy, a souffert des intempéries ; il a été retiré des jardins de Versailles et remplacé par une copie.

18 AN, O1 2088, fo 11, Cette critique était encore relevée par Marc-François de Lassus en 1758 : « Tout un cotté de cette montagne est en marbre blanc, la partie qu’on a ouverte où l’on comença de travailler déjà l’année 1712 et où on a travaillé de temps en temps mais rarement depuis cette époque a donné du marbre dont le grain est grossier, formant des petites tablettes qui n’estant pas intimement unies se détachent par l’action du ciseau et laissent du luisant à la partie où elles estoient appliquées et toujours quelque petit vuide, au moyen de ces deffauts ce marbre a deu être rejetté ou du moins peu estimé par les sculpteurs ».

19 « Les étrangers qui vont se fournir des marbres blancs d’Italie pouvoyent faire avec plus davantage le même commerce dans les ports de Bordeaux et de Bayonne comme le font tous les jours en Italie les espagnols, les portugais, les anglois, les hollandais. Ces deux derniers surtout sont abonnés avec les propriétaires des carrières de marbre blanc pour enlever régulièrement, tous les ans, les marbres blancs qu’ils peuvent tirer de leurs carrières dans le courant de l’année de tels mesures qu’ils soyent, et en conséquance, il n’y a pas encor longues années que les français étoyent obligés daller achepter en Hollande les marbres blancs d’Italie dont ils pouvoyent avoir besoin en France », AN, O1 2069/2, mémoire anonyme de 1747. Dans les années 1820-1830 encore, cette fierté nationale ressort des rapports rédigés à l’occasion d’une nouvelle tentative pour exploiter les carrières de marbre blanc pyrénéen, AN, F 13 761/1, doc. 5).

20 AN, O1 2068/5 nos 12-19, lettre de Slodtz du 27 septembre 1741 : « ce marbre est très beau et le dernier bloc statuaire de l’ancien Poulvasse, dont quelques anglois qui sont actuellement icy auroist eu fort envie ainsi que de ceux qui viennent de partir. Il y a aparence qu’il sera dificile d’avoir à l’avenir d’aussi beaux marbres » ; AN, O1 2069/3, le 28 novembre 1748, Jean Tarlé écrivait de Marseille, à propos d’un bloc laissé dans le port depuis 1743 : « Je souhaite, mais en vain je crois, de trouver d’aussi beau marbre à Carrare ; c’étoit le seul qui restoit de cette qualité lors de mon dernier voyage, la carrière dont il étoit sorty étant effondré et habimé […] ».

21 AN, O1 2068/1, lettre du 30 août 1741. En 1752, Marigny précisait encore : « qu’il n’y a point de marbre bien blanc dans les magasins du Roy depuis que la célèbre carrière de marbre de Carrare s’est écroulée ; que les marbres blancs qui viennent d’Italie depuis ce tems là sont presque tous veinés », dans une lettre adressée au duc de Noailles, AN, O1 2070/1.

22 AN, O1 2069/3, lettre du 8 juin 1748 : « Je devois principallement m’occuper de la recherche des marbres blancs, comme étant l’objet principal de ma mission ». Un nouveau rapport de Tarlé, daté du 25 août 1748, évoquait les difficultés rencontrées pour extraire de la carrière de Saint-Béat du marbre blanc exploitable par les sculpteurs avec, en marge cette observation, probablement de Lenormant de Tournehem : « come il nous faut absolument du marbre statuaire, n’en ayant plus dans nos magasins ».

23 AN, O1 2088/1, fo 13vo. Quelques semaines auparavant, le 16 juin 1748, Jean Tarlé écrivait de Montréjeau : « […] la connaissance que j’ay des carriers ne me donne aucun courage pour la réussite entière d’une carrière de marbre blanc statuaire dans les Pirennées […] », AN, O1 2069/3.

24 AN, O1 2070, Outre les caisses renfermant des carreaux, les blocs de marbre blanc de Saint-Béat enregistrés lors de leur embarquement à Bordeaux étaient en nombre et dimension nettement inférieurs aux blocs de marbres polychromes.

25 Toulouse, Archives des canaux du Midi, boîte 74, liasse no 686, pièces nos 12 et 13. Lettres de Lassus du 27 avril et du 6 mai 1773.

26 Quatremère de Quincy 1788-1825, t. II, p. 675. D’Aviler (1691, p. 211) écrivait un siècle auparavant : « Le plus beau marbre blanc vient aujourd’hui de Carrare, où il s’en trouve des blocs de telle grandeur qu’on veut : il est dur et fort blanc ; quelquefois il s’y rencontre des fils et des cristalins durs. Il vient aussi du marbre blanc des Pirénées, qui n’est pas aussi beau que celuy de Carrare, et qui est de même qualité que le marbre antique, quoiqu’il ne soit pas si dur ».

27 Le développement de la terre cuite au xviiie siècle en est l’une des illustrations les plus notoires.

28 Le 16 juin 1748, Tarlé envoya un échantillon d’environ 21,5 × 16 × 8 cm (8 × 6 × 3 pouces) de marbre blanc de Barousse pour qu’il soit testé par un sculpteur (AN, O1 2069/3, cité par Wildenstein 1918, p. 71). On ignore qui fut requis pour cette tâche ; quoi qu’il en soit, le marbre ayant été estimé de bonne qualité, on décida de poursuivre l’exploitation de la carrière. Par la suite, cas exceptionnel, ce fut un véritable bloc que l’on fournit à Pigalle, en guise d’échantillon, pour sculpter le buste de la marquise de Pompadour afin de juger de la qualité prometteuse du marbre (pour les archives concernant ce buste, voir Furcy-Raynaud 1909, p. 259-261 et Wildenstein 1918, p. 69-71).

29 L’appréciation que les sculpteurs donnaient sur les qualités d’un marbre était généralement déterminante, comme le laisse à entendre Lassus : « Comme ce marbre [de la carrière de Sost] est celuy de tous les marbres blancs des Pirénées qui aproche le plus des qualités du marbre d’Italie il seroit question d’engager M. les sculpteurs d’y regarder de fort près et de le juger. S’ils reconoissent ce marbre trop dur, s’ils le rejettoient définitivement par ce deffaut, il ne faudroit plus y penser » (extrait du rapport de Lassus, de 1758 ; AN, O1 2088/1, fo 11vo).

30 AN, O1 2067/4, lettre de Charron, Lyon, 21 sept. 1712.

31 Ibid., O1 2067/5. Voir également Pérez 1972, p. 128.

32 Benoît 1900, p. 52.

33 AN, O1 2068/5 ; Souchal 1966, p. 250, Coustou II vint lui-même voir les blocs dans la carrière.

34 Clodion se rendit à Carrare entre la fin de l’année 1773 et le début 1774. Voir Bailey  1993, p. 198-199.

35 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. III, p. 355 ; Bresc-Bautier et Du Mesnil  1993, p. 40 et, plus largement, sur la mission confiée à Girardon, Francastel 1928, p. 43-44.

36 AN, O1 1187, fo 17 ; Souchal 1966, p. 250, lettre du 26 janvier 1741.

37 Ibid., O1 2067/4, lettre de Caravaque du 27 décembre 1712.

38 Ibid., O1 2067/5, « État des carrières de Carrare… » ; ibid., O1 2067/5, lettre de Caravaque du 22 mai 1713.

39 Ibid.

40 Ibid., O1 2068/1, lettres de Slodtz, Carrare, les 31 mai et 6 juin 1741.

41 Ibid., O1 2067/4, O1 2088/2, Si en 1712 Caravaque se présente comme « maître-sculpteur des galères du roi », à partir de 1737, il officie en tant qu’inspecteur.

42 Ibid., O1 2068/2, lettre de Jean Tarlé, Marseille, le 29 mai 1737.

43 Ibid., O1 2067/4, lettre de Caravaque, Marseille, le 21 novembre 1712.

44 Ibid., lettre de Caravaque du 27 décembre 1712 : « J’espère que tout ce qu’il y a icy de plus beau en marbre sera conservé et que j’auray le bonheur de vous servir à votre gré en remettant les carrières sur un tel pied, qu’on pourra y trouver ce qu’on n’a pas encore veu et ce que la mauvaise manière de conduire ces travaux et l’incapacité des ouvriers a toujours détruit ».

45 Ibid., O1 2067/5, lettre de Caravaque du 22 mai 1713 : « État des carrières de Carrare… ».

46 Ibid., O1 2068/1, lettre de Caravaque du 11 septembre 1741.

47 Ibid., O1 2068/1, lettre de Slodtz, Carrare, le 17 mai 1741.

48 Fréart de Chantelou 2001, p. 104, 166 et 187.

49 Lettre du marbrier Latour à Lassus de Saint-Béat le 26 août 1751, AN, O1 2069/6 ; publiée par Wildenstein 1918.

50 Comme le reconnaît Lassus dans son rapport de 1758 : « le marbre statuaire ne doit être ny trop mol ny trop dur […]. Resteroit à sçavoir l’avis de Mrs les sculpteurs sur la dureté de ce marbre » (AN, O1 2088/1, fo 13vo).

51 AN, O1 2068/5, certificat de la qualité du marbre de la carrière de Joseph Santobono à Carrare, rédigé par le sculpteur Fabio Carusi le 29 janvier 1741.

52 AN, O1 2067/5, « État des carrières de Carrare… », lettre de Caravaque du 22 mai 1713.

53 Ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Marc Arcis, buste du président de Nupces, 1708, marbre de Saint-Béat. Toulouse, musée des Augustins.
Crédits © Atelier photographique de la Ville de Toulouse
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13631/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Titre Fig. 2 : Jean-Baptiste Pigalle, buste de Madame de Pompadour, 1749, marbre de Sost. New York, The Metropolitan Museum of Art.
Crédits Cliché : © Schecter Lee © 1984 The Metropolitan Museum of Art
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13631/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Boudon-Machuel et Fabienne Sartre, « « Le combat n’est point douteux, voici un bloc qui s’offre à vous servir » », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 16 janvier 2016, consulté le 30 septembre 2016. URL : http://crcv.revues.org/13631 ; DOI : 10.4000/crcv.13631

Haut de page

Droits d’auteur

© Marion Boudon-Machuel et Fabienne Sartre / 2016 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org