Navigation – Plan du site
Mise en œuvre dans les palais royaux

Les marbres belges dans les demeures royales en Pologne au xviie siècle

Belgian marble in Polish royal residences in the seventeenth century
Ryszard Szmydki

Résumés

Le rôle des carrières mosanes dans l’essor de l’architecture baroque en Pologne n’est pas encore connu des historiens de l’art. Des documents d’archives inédits à Bruxelles (Archives générales du Royaume) et à La Haye (Nationaal Archief) laissent supposer l’existence en Pologne, sous le règne de Sigismond III Vasa (1566-1632), d’un véritable réseau d’approvisionnement en matériaux de construction de Namur, de Dinant, de Rince et de Charlemont. Les marbres noirs et rouges conviennent parfaitement pour la construction des demeures royales à Varsovie et à Vilna.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 E. Groessens, « L’exploitation et l’emploi du marbre noir de Dinant sous l’Ancien Régime », Carrièr (...)
  • 2 E. Groessens, « La diffusion du marbre de Rance en France », Carrières et construction, 117e congrè (...)

1Parmi les matériaux de construction exploités en Belgique, le marbre occupe une place toute particulière. Une grande spécialité marbrière de ce pays fut incontestablement le marbre noir1. Que l’on songe ici au prestigieux noir extrait jadis aux abords de Dinant. Il partage avec le rouge de Rance le privilège d’être le mieux coté des marbres belges2. La réputation du calcaire de Dinant est due à la pureté et à l’homogénéité de sa pâte. Il prend un beau poli et présente une teinte uniforme d’un noir profond. Il n’est donc pas étonnant de le voir comme une excellente pierre à ciseler. C’est aussi grâce à la proximité de la Meuse que le noir de Dinant a pris son envol comme produit d’exportation vers les villes flamandes, hollandaises, anglaises, et plus loin encore vers l’Europe du Nord jusqu’en Pologne et en Lituanie.

  • 3 Bruxelles, Archives générales du Royaume (ci-dessous AGR), Secrétairerie d’État allemande, no 278 ( (...)

2Les marbres rouges et noirs convenaient parfaitement à la confection de monuments funéraires, autels ou encadrements de portes. Parmi les clients nordiques, relevons le roi du Danemark Christian IV (1577-1648), grand bâtisseur et ami des arts, qui durant son long règne fit souvent appel à divers artistes des Pays-Bas. Un héraut d’armes de la cour royale à Copenhague, Joan de Marienburg, a servi de courtier dans la commande et la livraison des marbres mosans en 1591. Christian IV l’envoya aux Pays-Bas pour y acheter 3 000 pieds cubes de marbre noir de Dinant, 350 pieds cubes de marbre rouge de Givet (extrait sous la muraille de la fortification Charlemont à Givet), 350 pieds cubes de marbre rouge de Rance, 100 pieds cubes de pierre bleue de Namur et 400 000 ardoises, le tout destiné à ériger la sépulture royale de Frédéric II à Roskilde3.

  • 4 J. A. Chrocicki, « Diplomazia e credito bancario. Rubens, Bruegel de Veluti e il re di Polonia », R (...)
  • 5 G. Crivelli, Giovanni Brueghel pittor fiammingo o sue lettere e quadretti esistenti presso l’Ambros (...)
  • 6 G. Crivelli, op. cit., p. 340.

3C’est aussi à Dinant, Namur, Rance et Givet qu’on allait chercher les marbres noirs et rouges pour la construction de demeures royales en Pologne sous le règne de Sigismond III (1566-1632) de la dynastie Vasa. Passionné d’art, Sigismond III enrichit notablement la collection royale de Varsovie par des œuvres d’art flamandes commandées à Anvers. La littérature sur ce sujet est abondante. Elle mentionne avant tout les contacts privilégiés de Jean Breughel l’Ancien, dit de Velours, avec Sigismond III4. D’ailleurs, l’artiste lui-même, dans sa correspondance avec le cardinal Frédéric Borromée, se félicitait des tableaux fournis à Sigismond III5. Son fils, Jean Breughel le Jeune, écrivit plus tard que le roi de Pologne avait une grande estime pour Breughel de Velours, en rappelant que ce dernier et Pierre-Paul Rubens avaient peint ensemble pour Sigismond III en 1619 une Guirlande de fruits avec la Vierge et des anges6.

  • 7 W. Tatarkiewicz, O sztuce polskiej xvii i xviii wieku. Architektura. Rzeźba, Warszawa, 1966, p. 347
  • 8 E. Gąsiorowski, « L’Hôtel de ville de Toruń et adaptation en Musée », Kwartalnik Architektury i Urb (...)

4Le rôle des carrières mosanes dans l’essor de l’architecture baroque en Pologne n’est pas encore mis en lumière, simplement parce qu’on est peu au courant des documents d’archives à Bruxelles, à La Haye et à Copenhague. À vrai dire, ce sujet n’a retenu qu’une faible attention, les chercheurs étant persuadés qu’en Pologne, à l’époque baroque, on n’utilisait que le marbre noir extrait à Dębnik, près de Cracovie7. Cette supposition est erronée. C’est seulement à partir des années 1630 qu’une grande partie de la production de Dębnik fut travaillée sur place d’après les modèles fournis par le client, ou qu’elle fut lancée sur le marché local comme matériel préfabriqué. Cependant, à l’époque où l’édification du château royal à Varsovie battait son plein, vers 1619, les sculpteurs royaux avaient déjà grand besoin d’une pierre de bonne qualité, propre à la taille d’encadrements de portes et de cheminées. Le roi de Pologne se décida pour le marbre mosan. Quels en étaient les promoteurs ? L’importation de cette matière première coïncidait avec la présence de nombreux artistes flamands en Pologne, ce qui explique sans doute le succès des pierres mosanes sous le règne de Sigismond III. Personne ne pouvait mieux renseigner les Polonais sur la qualité de cette pierre que les architectes et maîtres de travaux venus des Pays-Bas, comme par exemple Guillaume Martens (Mertens, Martinsone), qualifié dans les documents d’archives (à Bruxelles) de citoyen d’Elbing et tailleur de pierres. En 1614, il deviendra fournisseur attitré du roi. Martens associait le métier de tailleur à celui d’architecte avec sa propre entreprise. Il devait avoir une connaissance approfondie des matériaux ainsi que des diverses techniques à appliquer. En 1591-1592, les autorités de sa ville d’accueil le désignaient maître des travaux à l’hôtel de ville8. Cela montre qu’il savait organiser et conduire à bonne fin un grand chantier.

5L’immigration de Martens en Pologne du Nord ne constitue pas un fait isolé. Nombre d’artistes flamands préférèrent la ville hospitalière de Gdańsk (Danzig) à leur pays déchiré par les guerres de religion. Au xvie siècle, Gdańsk entra dans une période florissante, où devait régner la liberté de pensée. Nous ne citerons à ce propos que les noms les plus connus, en soulignant que leur nombre est vraiment imposant : les représentants de la famille artistique des van den Blocke, originaire de Malines, l’architecte Antoine van Opberghen, lui aussi de Malines, l’architecte et peintre Hans Vredeman de Vries ou encore le sculpteur Guillaume van der Meire le Jeune, de Gand. À la fin du xvie et au début du xviie siècle, les architectes et bâtisseurs flamands étaient présents en Pologne et y concurrençaient même les Italiens. Il y a tout lieu de croire qu’ils laissèrent des traces profondes dans l’art de Gdańsk et celui de la Pologne du Nord.

  • 9 Sur les routes de la pierre mosane, voir H. Janse et D. J. de Vries, Werk en Merk van de Steenhouwe (...)

6Nous avons eu la bonne fortune de retrouver un ensemble de textes (annexes 1 à 6) qui laissent supposer l’existence en Pologne d’un véritable réseau d’approvisionnement en matériaux de construction d’origine mosane. Ces sources permettent de spécifier par quelles voies le transport des carrières de Dinant, de Namur, de Rance et de Givet s’opérait : du marbre, et en général la pierre de construction mosane, arrivait en la lointaine Pologne par la Meuse et l’Escaut via les ports de la mer du Nord et de la Baltique, jusqu’à Gdańsk9. De cette dernière ville, qui était déjà au xive siècle un important port de transbordement, des bateaux fluviaux remontaient la Vistule jusqu’à Varsovie. En Pologne, à Königsberg, on transbordait le marbre mosan à destination de la Lituanie.

7Voici peut-être un élément essentiel pour l’histoire du marbre en Pologne : le roi Sigismond III passait ses commandes à Amsterdam, qui était au xviie siècle non seulement un important marché européen et une plaque tournante pour les produits polonais sur le chemin entre Gdańsk et les Pays-Bas méridionaux, mais aussi un important centre du commerce de la pierre. Au xviie siècle, des dizaines de carrières mosanes et italiennes étaient fortement dépendantes du marché d’Amsterdam. Y trouver un commerçant de pierres compétent ne présentait aucune difficulté. Centre européen du commerce de la pierre, Amsterdam était aussi un lieu de rencontre des gens de métier, où les agents artistiques de Sigismond III, les négociants, ainsi que les tailleurs de pierres et les sculpteurs pouvaient aisément discuter de leurs affaires. Selon l’usage, les marchands de pierre prenaient à leur compte le transport de leur marchandise. Grands entrepreneurs, ils disposaient probablement de navires et d’équipages.

  • 10 A. Pinchart, Archives des art, sciences et lettres, t. I, Gand, 1860, p. 233.
  • 11 W. Czapliński, « Przyczynki do dziejów mecenatu artystycznego Zygmunta III », Sarmatia artistica. K (...)
  • 12 J. G. Smit et J. Roelevink, Resolutiën der Staten-Generaal. Nieuwe Reeks 1610-1670, t. IV : 1619-16 (...)

8Le nombre de fournitures de marbres mosans, et généralement de pierres exploitées en région mosane, tant à Varsovie que dans le reste du pays, a dû être considérable. Nous nous contenterons d’en citer quelques-unes. La première livraison importante semble avoir été celle d’un tailleur de pierres flamand établi en Pologne, Guillaume Martens, en collaboration avec un serviteur de Sigismond III, Georges Mayer. Alexandre Pinchart publia en 1860 une lettre du roi Sigismond III du 20 janvier 1619 relative à l’achat de marbre aux Pays-Bas méridionaux par l’intermédiaire de Guillaume Martens10. Les choses en étaient restées là jusqu’en 1968, lorsqu’un historien polonais, Wtadistaw Czaplisńki, apporta d’autres détails sur la mission de Guillaume Martens. Dans une lettre du 23 janvier 1619 de Sigismond III au roi du Danemark, le monarque polonais demande le libre passage dans les ports danois du marbre acheté aux Pays-Bas méridionaux11. Toutefois, les documents déjà publiés nous laissent quelque peu insatisfait, car nous manque l’essentiel : la destination de cette pierre mosane. Les archives conservées à Bruxelles permettent cependant de préciser la raison du voyage de Guillaume Martens aux Pays-Bas en 1619. Chronologiquement, cette livraison correspond à l’époque où s’achève l’agrandissement du château royal. La chance a voulu que soit découvert un passeport des pierres de marbre destinées au roi Sigismond III. Ce document comporte la décision du 7 mai 1619 du régent des Pays-Bas méridionaux, l’archiduc Albert, et de son Conseil des finances, d’accorder au roi de Pologne l’exemption des charges, des licences et des contributions indirectes pour la sortie de 7 000 pieds cubes de marbre noir, 3 000 pieds cubes de marbre rouge et 5 000 pieds cubes de pierre bleue12. La raison de cette faveur fut la construction du château royal de Varsovie. Le commissionnaire du roi de Pologne avait négocié ses achats à Dinant. En ce qui concerne la pierre bleue, elle venait du Namurois. La pierre bleue de Namur est un calcaire bleu foncé à noir de toute première qualité. L’essor de la région de Namur doit beaucoup à la pierre bleue que renferme son sous-sol et à la Meuse qui a permis de tout temps son exportation vers la Pologne.

9Le passeport du 7 mai 1619 n’est qu’une des nombreuses traces écrites sur l’utilisation de la pierre mosane en Pologne dans la première moitié du xviie siècle. Il est évidemment possible d’indiquer d’autres documents d’archives concernant la fourniture de cette matière première en Pologne. Nous avons déjà remarqué que son importation en Pologne coïncide avec la présence d’artistes néerlandais sur la Vistule. En effet, avec la pierre étaient arrivés ceux qui l’avaient déjà travaillée et la convoyaient, ou ceux qui devaient la travailler sur place. Ainsi, le 18 juillet 1619, sur l’ordre de Sigismond III, maître Guillaume Martens – dont le nom apparaît déjà dans le document du 7 mai 1619 à Bruxelles (annexe 1) – doit se rendre aux Provinces-Unies de Hollande pour y surveiller l’acheminement vers la Pologne de quelques 1 000 pieds cubes de pierre de marbre. Il s’agissait de pierre de Namur, car le 31 août 1619, ce même Guillaume Martens obtient de la part du gouvernement des Provinces-Unies de La Haye la licence d’exportation vers la Pologne de la pierre de Namur, pierre noire destinée au pavement du château royal de Varsovie.

  • 13 G. Van Tussenbroeck, « Belgisch marmer in de Zuidelijke en Noordlijke Nederlanden (1500-1700) », Bu (...)

10Le 26 juillet 1619, alors que les travaux à Varsovie sont en pleine réalisation et que le gros œuvre touche à sa fin mais que reste encore à embellir l’intérieur du bâtiment, un autre tailleur de pierre résidant à Amsterdam, Johan Philips, obtient de son gouvernement de La Haye l’autorisation d’exporter en Pologne 30 000 pieds cubes de toutes sortes de marbre, dont 15 000 pieds cubes de marbre noir de Dinant et de marbre blanc de Toscane. Le 21 juin 1619, les mêmes autorités de La Haye avaient accordé à un marchand d’origine italienne résidant à Amsterdam, Philippo Calendrini, un passeport pour la libre sortie vers la Pologne de 59 blocs de marbre, d’une table en marbre, d’une caisse avec des produits en terre cuite et des produits nécessaires au polissage du marbre. Il ne faut pas en conclure prématurément que toute demande de passeport était acceptée par les autorités de La Haye. Un batelier hollandais, Pauwels Cornelis van Wydens, faute de lettre de recommandation de la part de Sigismond III, se voit refuser le 27 août 1619 un passeport de sortie des Provinces-Unies de Hollande pour 23 blocs de marbre offerts au roi de Pologne par le grand-duc de Toscane. On peut mentionner encore un deuxième sculpteur de marbre d’origine néerlandaise qui s’établit en Pologne à cette époque-là : Jean Filippijn, dit Wallon. Il fut actif à la cour de Varsovie comme marbrier, et il collabora à ce titre à la réalisation de la chapelle Saint-Casimir à Vilno. Il s’approvisionnait en 1623 auprès de marbriers artisans et négociants de la fameuse famille Van Neuremberg13.

  • 14 Une lettre du roi de Pologne Sigismond III adressée à l’infante Isabelle le 8 mars 1626, AGR, Secré (...)
  • 15 E. Neurdenburg, « Hendrick de Keyser en het beeldhouwwerk aan de Galerij van Frederiksborg in Denem (...)
  • 16 B. Guerquin, Zamki w Polsce, Warszawa, 1974, p. 300.

11Après 1626, un autre sculpteur marbrier, Laurent Swijs, d’Amsterdam, fournira les pierres mosanes pour le roi Sigismond III, et la ville de Gdańsk, dont « le magistrat ayant affaire pour la fabrique d’un certain bâtiment en leur ville, a demandé d’une espèce de pierres se retrouvantes au pays du Roy d’Espagne14 ». Swijs fournira à la grande métropole baltique 15 000 pieds cubes de pierre de Namur, 10 000 pieds cubes de grès de la principauté de Bentheim et 2 000 pieds cubes de calcaire brabançon dit duynstein. Après avoir travaillé durant les années 1618-1622 pour le roi du Danemark Christian IV, notamment à la galerie de Marbre du château royal de Frederigsborg, où il s’associa avec un important tailleur de pierre d’Amsterdam, Hendrick de Keyser, Laurent Swijs est présent à Varsovie en 1626 pour fournir tous les produits de pierre nécessaires à la fortification du château royal de Varsovie et d’autres demeures royales en Pologne15. Il succède ainsi à Guillaume Martens. L’histoire de la commande de 1626 est passionnante à plus d’un titre, car outre les nombreuses informations sur la quantité de pierre fournie en Pologne, on y trouve des détails concernant l’exploitation, le transport ainsi que les difficultés de douane pendant cette période de troubles que fut la guerre de Trente Ans. Sigismond III fut un grand bâtisseur de cette époque. Sous son règne, le château royal de Varsovie fut entouré d’une grande enceinte rectangulaire avec des bastions. Ces parties ont été élevées après 1626, probablement par l’architecte italien A. del Aqua, dans un style un peu sévère conforme aux principes de construction militaire de l’école d’Antonio da Sangallo et de Michele Sanmichelli16.

  • 17 La Haye, Nationaal Archief, Staten Generaal 1550-1796, no 7311.
  • 18 R. Szmydki, « Spanish Netherlandish Marbles in the Royal Castle of Warsaw during the Reign of Sigis (...)

12Laurent Swijs n’apparaît pas dans les comptes de la cour royale de Varsovie et, de ce fait, peut-être n’a-t-il jamais reçu l’attention qu’il mérite. Malgré son rôle relativement discret à Varsovie, il fit parvenir en Pologne – sans avoir payé aux Pays-Bas méridionaux et à Amsterdam les droits de tonlieu ou de licence – au moins 6 000 pieds cubes de pierre noire, en partie brute et en partie travaillée, ainsi que 18 000 pieds cubes de diverses pierres à paver (que le milieu professionnel appelle fliessen), 4 000 pieds cubes de toutes sortes de marbre, semblablement en partie brut et en partie travaillé, 2 000 grandes pierres de cinq pieds de longueur, 4 000 pieds cubes de pierres commercialement appelées duystein, et 80 pierres de moulin. À Amsterdam, nous voyons aussi Swijs passer commande de marbre italien. À en juger par une requête déposée par lui en 1626 auprès du gouvernement des Provinces-Unies de Hollande en vue d’obtenir une licence d’exportation vers la Pologne, on voit clairement qu’il combinait la livraison de marbre mosan avec des fournitures de marbre italien acheté à Amsterdam17. Swijs ne pouvait pas risquer une telle aventure s’il n’était un grand entrepreneur. Si de telles quantités de marbre mosan et autres ont pu être exportées vers la Pologne, c’est parce que Swijs avait sans doute à son service plusieurs correspondants et entrepreneurs de carrières et disposait de navires et d’équipages. Déjà en 1626, la première année où l’on parle de lui, il disposait d’une flotte de 25 navires, sans compter de nombreuses embarcations naviguant sur la Meuse. Une grande partie de la pierre brute était travaillée sur place d’après les modèles commandés par les maîtres de travaux en Pologne. De toute évidence, Laurent Swijs emportait les esquisses et plans d’architecture, alors que la finition de la pierre s’effectuait sur place18.

13Où allait-il chercher la pierre de marbre et les blocs de pierre promis à la fabrique du roi de Pologne ? Aux abords immédiats de Dinant et de Namur. Les croisements de ses voyages se situent en effet à Amsterdam, lieu principal de son activité artistique, où il dirigeait d’ailleurs un grand atelier de taille. Mais la ville de Dinant était une excellente base d’opérations pour un marchand de pierre comme Swijs. Elle faisait alors partie de la principauté de Liège. Le personnage de Laurent Swijs demeure encore dans la brume des temps, faute de recherches dans les archives.

  • 19 AGR, Secrétairerie d’État allemande, no 488 (correspondance générale. Traduction en français des le (...)
  • 20 AGR, Secrétairerie d’État allemande, no 531 (correspondance avec des rois et princes de Pologne, de (...)

14À la suite d’un conflit opposant les Pays-Bas méridionaux et les Provinces-Unies de Hollande en 1626, l’administration des tonlieux à Bruxelles bloqua le libre commerce avec le Nord et tout passage de pierre sur le Rhin et la Meuse. Swijs devint l’une des victimes de ce blocage. Il est possible que l’on suspendît quelque temps l’exploitation des carrières, ce qui n’arrangea pas les affaires de Laurent Swijs. Le roi de Pologne tenta d’abord de résoudre le problème en rappelant aux autorités bruxelloises que son fournisseur attitré d’Amsterdam s’était engagé par contrat à lui fournir différentes qualités de pierres indispensables à la construction de châteaux forts en Pologne et en Lituanie. Dans une lettre adressée à l’infante Isabelle le 10 avril 1628, Sigismond III écrit en effet qu’il avait mandaté Swijs pour acheter toutes sortes de pierres au pays de Liège et dans les autres contrées voisines de l’Allemagne et des Pays-Bas, et de les amener « delà pour les appliques et choses de son service ». Mais les officiers de l’administration des tonlieux sur le Rhin exigèrent du marchand d’Amsterdam une caution du quadruple de la valeur des pierres, et ce malgré la permission de passage déjà accordée par les autorités de Bruxelles19. Cette lettre du roi de Pologne nous intéresse pour plusieurs motifs. Outre les nombreuses informations concernant les difficultés de transport, de commerce et de droits de douanes variant constamment en cette période troublée, on y trouve aussi quelques détails sur les difficultés de la vie quotidienne d’une entreprise marbrière. Ainsi, le roi de Pologne demande à l’infante Isabelle le libre passage de son mandataire sur les terres de juridiction espagnole, et ce jusqu’aux carrières et chantiers. Il lui demande également que les vivres destinés aux ouvriers et marins échappent au tonlieu. Malgré les efforts diplomatiques du roi de Pologne, les difficultés entre Laurent Swijs et les autorités des Pays-Bas méridionaux ne cessèrent pas. Le problème du libre passage de la pierre mosane vers la Pologne était toujours à l’ordre du jour le 25 octobre 1629. Dans une lettre du 25 octobre 1629 adressée à la régente des Pays-Bas méridionaux, Sigismond III insiste de nouveau sur une prompte réalisation du contrat passé avec son fournisseur, et se plaint des frais, dommages et intérêts qui pourraient découler du refus de libérer les pierres arrêtées sur le Rhin20.

15Après 1629, toute la correspondance relative à l’approvisionnement en matériaux de construction mosans s’arrête. Il est permis d’en tirer la conclusion que Swijs est finalement arrivé au terme de ses difficultés avec les douaniers de l’infante Isabelle et qu’il a livré les pierres mosanes au roi de Pologne. Cependant, il n’était pas le seul à approvisionner le roi de Pologne. Pendant qu’il travaillait pour Sigismond III, celui-ci s’engagea également avec d’autres tailleurs de pierres d’Amsterdam. Le roi de Pologne désigna par la suite Pieter Adriaen van Delft. Mais cette fois, les archives bruxelloises ne nous aident pas beaucoup. Nous savons toutefois que Pieter Adriaen van Delft voyageait entre les Pays-Bas et la Lituanie. Envers ce dernier pays, il s’engage à livrer de blocs de pierre mosane pour la construction de citadelles et de forteresses à la frontière orientale. Il n’existe aucune indication quant à un accord avec les carrières mosanes pour de nouvelles livraisons de marbre.

  • 21 J. Lileyko, Zamek warszawski, rezydencja królewska i siedziba władz Rzeczypospolitej 1569-1763, War (...)
  • 22 Ibid., p. 126.

16L’examen des sources conservées nous apprend que plusieurs marchands et tailleurs de pierre hollandais servirent Sigismond III en vue d’obtenir les marbres mosans qui devaient donner un éclat particulier à l’ornementation des demeures royales. Partant de ces traces écrites sur l’utilisation des marbres mosans en Pologne, il serait souhaitable de signaler quelques exemples d’œuvres d’art réalisées en marbre noir et/ou rouge. En conclusion des remarques précédentes, il faudra tenir compte du choix des marbres mosans dans la résidence royale de Varsovie. C’est à partir de 1619 que Sigismond III, cet éminent bâtisseur et ami des arts, fit appel à divers artistes étrangers pour achever l’intérieur de sa résidence. De confortables chambres et foyers intérieurs furent alors aménagés et dotés de carrelages noir et blanc ainsi que de cheminées avec des volutes finement sculptées en marbre rouge et noir. Tel est le cas du célèbre salon de Marbre du château royal de Varsovie, la réalisation la plus prestigieuse du règne de Ladislas IV (1595-1648), fils et successeur de Sigismond III sur le trône polonais. On admet généralement qu’il fut aménagé dans les années 1640-164321. Ce salon servait de lieu de glorification de la dynastie des Jagellon, dont descendent les membres de la branche polonaise des Vasa. On y voyait des tableaux représentant les victoires de l’armée polonaise au xviie siècle et une suite de vingt-deux portraits des ancêtres de Ladislas IV. Les peintures historiques furent détruites pendant l’invasion suédoise de 1656. L’ancien revêtement en marbre du salon fut partiellement remplacé en 1771 lors de la restauration dirigée par un architecte polonais, Jacob Fontana. Les comptes relatifs à la restauration de 1771 permettent de constater que les changements apportés par Fontana étaient plutôt superficiels et peu signifiants. Heureusement, l’aspect original du salon nous est parvenu grâce aux dessins qu’exécuta un architecte de Saxe, Johan Christian Kamsetzer. Les marbres de couleur rouge avec des veines et des taches blanches, ainsi que les marbres noirs qui servirent à la décoration, proviennent des Pays-Bas méridionaux. Un détail qui ne manque pas d’intérêt est signalé dans une description du salon de Marbre en 169622. Son pavement fut réalisé en marbre rouge et gris. Rien ne s’oppose à admettre qu’il s’agisse de plaques en marbre de Rance, marbre sur lequel se détachent des dessins blancs, roses et bleus dus notamment à la présence de coraux, de fossiles, d’algues et de bryozoaires.

  • 23 W. Olszowicz, « Problemy restauracji i restytucji kamiennych elementów architektonicznych Zamku Kró (...)

17Les destructions occasionnées par la Seconde Guerre mondiale ont été fatales pour le patrimoine artistique polonais, et en particulier pour le château royal de Varsovie. C’est au cours des années 1970, lorsque l’on a reconstruit cette résidence prestigieuse, que les spécialistes de la Fédération marbrière de France, venus à l’aide de leurs collègues polonais, ont identifié parmi les vestiges de l’ancien château l’une des variétés du marbre rouge de Rance, connue sous l’ancienne dénomination « rouge griotte »23. Ce rouge a été largement utilisé sous le règne de Sigismond III pour l’encadrement des portes et les cheminées. Du marbre de Rance avait en effet été acheté pour le pavement du salon de Marbre.

  • 24 P. Jamski, « Kaplica Św. Kazimierza w Wilnie i jej twórcy », Biuletyn Historii Sztuki, 68-1, 2006, (...)

18L’emploi des marbres mosans ne s’est pas limité à la seule résidence varsovienne de Sigismond III. Nous croyons qu’une bonne partie de la pierre apportée en Pologne par Laurent Swijs fut également utilisée dans une autre demeure royale de Varsovie après 1624, pour le château Ujazdów, et à partir de 1623 pour la chapelle de Saint-Casimir dans la cathédrale de Vilnius. Cette chapelle est considérée par les spécialistes comme l’un des joyaux de l’art baroque à l’époque de Sigismond III24.

19On se rend compte de la place importante que tenaient les marbres mosans dans les résidences royales de la dynastie Vasa, notamment au sein même du château royal de Varsovie. Une étude, même rapide, montre le tournant important que fut pour Sigismond III la mission de Guillaume Martens aux Pays-Bas en 1619. Si l’on a longtemps ignoré la préférence de ce roi pour le marbre mosan et pour la pierre des Pays-Bas, il s’agit de l’une des principales caractéristiques du goût artistique à la cour royale de Varsovie au xviie siècle.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 E. Groessens, « L’exploitation et l’emploi du marbre noir de Dinant sous l’Ancien Régime », Carrières et construction, 119e Congrès des Sociétés historiques et scientifiques, Amiens, 1994, p. 73-87.

2 E. Groessens, « La diffusion du marbre de Rance en France », Carrières et construction, 117e congrès national des Sociétés savantes, Clermont-Ferrand, 1992, 2e colloque, p. 196.

3 Bruxelles, Archives générales du Royaume (ci-dessous AGR), Secrétairerie d’État allemande, no 278 (correspondance d’Alexandre, duc de Parme, avec Frédéric II et Christian IV, rois de Danemark, Jean III, roi de Suède, Sigismond et Charles, princes royaux de Suède 1581-1592), p. 66. Publié par R. Szmydki, « Netherlandic stone-mason engaged by Sigismundus III (in the first Quarter of the 17th Century », Kronika Zamkowa/The Castle Chronicle, no 2/38, 1999, p. 64, no 11.

4 J. A. Chrocicki, « Diplomazia e credito bancario. Rubens, Bruegel de Veluti e il re di Polonia », Rubens : dall’Italia all’Europa, Vincenza, éd. C. Limentani Virdis et F. Bottacin, 1992, p. 95-111.

5 G. Crivelli, Giovanni Brueghel pittor fiammingo o sue lettere e quadretti esistenti presso l’Ambrosiana, Milano, 1868, p. 275.

6 G. Crivelli, op. cit., p. 340.

7 W. Tatarkiewicz, O sztuce polskiej xvii i xviii wieku. Architektura. Rzeźba, Warszawa, 1966, p. 347.

8 E. Gąsiorowski, « L’Hôtel de ville de Toruń et adaptation en Musée », Kwartalnik Architektury i Urbanistyki, XII, 1967, cah. 2, p. 34 ; E. Gall, Danzig und das Land an der Weichsel, München, 1953, p. 101.

9 Sur les routes de la pierre mosane, voir H. Janse et D. J. de Vries, Werk en Merk van de Steenhouwer. Het steenhouwersambacht in de Nederlanden voor 1800, Zwolle, 1991, p. 20-23.

10 A. Pinchart, Archives des art, sciences et lettres, t. I, Gand, 1860, p. 233.

11 W. Czapliński, « Przyczynki do dziejów mecenatu artystycznego Zygmunta III », Sarmatia artistica. Księga pamiątkowa ku czci Profesora Władysława Tomkiewicza, Warszawa, 1968, p. 99. Ce document a été publié par C. Lanckorońska et G. D. Jensen, Elementa ad Fontium Editiones. XX Res Polonicae ex Archivo Regni Daniae II Pars, Rome, 1969, no 60.

12 J. G. Smit et J. Roelevink, Resolutiën der Staten-Generaal. Nieuwe Reeks 1610-1670, t. IV : 1619-1620s, Gravenhage, 1981, p. 487, no 3178.

13 G. Van Tussenbroeck, « Belgisch marmer in de Zuidelijke en Noordlijke Nederlanden (1500-1700) », Bulletin Koninklijke Nederlandse Oudheidkundige Bond, 100/2, 2001, p. 65.

14 Une lettre du roi de Pologne Sigismond III adressée à l’infante Isabelle le 8 mars 1626, AGR, Secrétairerie d’État allemande, no 531 (correspondance avec des rois et princes de Pologne, de Suède, de Danemark, de Norvège, Christian IV, Sigismond III, Gustave-Adolphe, etc., 1621-1633), p. 185 (224). Publié par R. Szmydki, op. cit., p. 59, no 3. Le 22 mai 1626, les autorités de la ville de Gdańsk ont également adressé une lettre à l’infante Isabelle lui demandant la libre sortie des pierres mosanes, AGR, Secrétairerie d’État allemande, no 522 (correspondance de l’infante Isabelle avec les villes hanséatiques, 1621-1633), p. 135.

15 E. Neurdenburg, « Hendrick de Keyser en het beeldhouwwerk aan de Galerij van Frederiksborg in Denemarken », Oudheidkundig Jaarboek. Vierde serie van het Bulletin van den Nederlandschen Oudheidkundigen Bond, 12, 1943, p. 34-41 ; M. Stein, « The Iconography of the Marble Gallery at Frederiksborg Palace », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 35, 1972, p. 284-293.

16 B. Guerquin, Zamki w Polsce, Warszawa, 1974, p. 300.

17 La Haye, Nationaal Archief, Staten Generaal 1550-1796, no 7311.

18 R. Szmydki, « Spanish Netherlandish Marbles in the Royal Castle of Warsaw during the Reign of Sigismond III », Kronika Zamkowa / The Castle Chronicle, 2/40, 2000, p. 5-17.

19 AGR, Secrétairerie d’État allemande, no 488 (correspondance générale. Traduction en français des lettres de la secrétairerie d’État allemande, copies du temps, 1628-1633). Publié par R. Szmydki, « Netherlandic stone-masons… », op. cit., p. 63-64, no 10.

20 AGR, Secrétairerie d’État allemande, no 531 (correspondance avec des rois et princes de Pologne, de Suède, de Danemark, de Norvège, Christian IV, Sigismond III, Gustave Adolphe, etc., 1621-1633), p. 376 (420). Publié par R. Szmydki, « Spanish Nederlandish… », op. cit., p. 14, no 3.

21 J. Lileyko, Zamek warszawski, rezydencja królewska i siedziba władz Rzeczypospolitej 1569-1763, Warszawa, 1984, p. 125.

22 Ibid., p. 126.

23 W. Olszowicz, « Problemy restauracji i restytucji kamiennych elementów architektonicznych Zamku Królewskiego », Ochrona Zabytków, 1-2 (156-157), 1987, p. 125.

24 P. Jamski, « Kaplica Św. Kazimierza w Wilnie i jej twórcy », Biuletyn Historii Sztuki, 68-1, 2006, p. 19-42.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ryszard Szmydki, « Les marbres belges dans les demeures royales en Pologne au xviie siècle », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 16 février 2016, consulté le 27 juin 2016. URL : http://crcv.revues.org/13637 ; DOI : 10.4000/crcv.13637

Haut de page

Auteur

Ryszard Szmydki

Historien de l’art, licencié en histoire de l’art à l’université catholique de Lublin (Pologne) en 1972, Richard Szmydki a soutenu sa thèse à l’université catholique de Louvain en 1984 sur les Retables anversois à Gdańsk : contribution à l’étude des rapports artistiques entre la Pologne et les Pays-Bas méridionaux. En 1984, il est lauréat de l’Académie royale des sciences de Belgique, classe des beaux-arts.
Il a publié : Retables anversois à Gdańsk, Bruxelles, 1986 ; Tapisseries flamandes au château du Wawel à Cracovie et d’autres collections européennes, Gand, 1987 ; La vente du mobilier de Jean Casimir en 1673, Varsovie, 1995 et Prince Ladislaus Sigismund Vava’s artistic contact with Antwerp, Varsovie, Château royal, 2002.

Haut de page

Droits d’auteur

© Ryszard Szmydki / 2016 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org