Navigation – Plan du site
Les carrières

Sculpteurs-marbriers en Provence

Les Veyrier et la carrière de Trets
Marble Sculptors in Provence: The Veyriers and the Trets Quarry
Sandrine Chabre

Résumés

La carrière de marbre de Trets, située au cœur de la Provence, a la particularité d'avoir été exploitée par une seule famille : les Veyrier. Dynastie d'artistes sculpteurs et architectes, ils ont œuvré tout au long du xviie siècle de Marseille à Gênes, et ce durant près d'un siècle. Le marbre d'ornement à dominante jaune veiné de rouge, appelé localement « marbre jaspé du païs », qu'ils ont extrait et travaillé pendant une très courte période (une cinquantaine d'années seulement), a servi à orner le château de Versailles et autres demeures royales, le château de Sceaux ainsi que certains des monuments où ont travaillé les Veyrier, comme l'église paroissiale de Trets, la basilique de Saint-Maximin, la cathédrale de Toulon ou encore celle d'Aix-en-Provence. D'un coloris original et prenant bien le poli, il est l'un des plus chers parmi ceux qui étaient alors vendus sur le quai de ville neuve à Marseille. À travers l'histoire de la carrière de Trets, c'est celle de Christophe Veyrier, élève du célèbre Pierre Puget, que l'on découvre au fil des blocs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 S. Chabre, Un sculpteur dans l’ombre d’un génie : Christophe Veyrier (1637-1689), mémoire de maîtri (...)
  • 2 Une délibération du conseil de ville de Trets de 1685, concernant la réfection du chemin menant aux (...)

1Située entre Aix-en-Provence et Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, la commune de Trets abrite une carrière de marbre qui fut exploitée des années 1680 aux années 1730 par la famille Veyrier. Cette famille a compté de nombreux marbriers, sculpteurs et architectes, parmi lesquels émergea la figure de Christophe Veyrier, l’un des principaux élèves de Pierre Puget1. Il fut l’inventeur de la carrière, proche de l’ermitage de Saint-Jean-du-Puy (fig. 1), et en devint copropriétaire avec ses frères Louis et François2. En cette fin de xviie siècle, le marbre français est mis à l’honneur et la nouvelle politique royale menée par Colbert dès 1664 favorise l’exploitation de nombreuses carrières du royaume pour la fourniture de marbres destinés à la décoration et l’embellissement des demeures royales. Le marbre de Trets, marbre d’ornement à dominante jaune veiné de rouge, fut envoyé à Paris et à Versailles en grandes quantités mais servit aussi aux Veyrier dans beaucoup de leurs réalisations.

  • 3 Dans E. Bonnel, « Notes sur un rapport d’inspection des carrières de marbre de Provence en 1712 », (...)
  • 4 Ch.-A. d’Aviler, Explication des termes d’architecture qui comprend l’architecture, les mathématiqu (...)
  • 5 A.-J. Dezallier d’Argenville, L’histoire naturelle éclaircie dans une de ses parties principales, l (...)
  • 6 Pourcieux (83) est situé entre Trets et Saint-Maximin-la-Sainte-Baume.

2Le marbre de Trets a été différemment décrit par Charles-Augustin d’Aviler en 1691, Claude Tarlé en 1712 ou Antoine Joseph Dezallier d’Argenville en 1755. Alors que Claude Tarlé le dit « rouge d’un brun rouge, caillouté de jaune, de gris et veiné au surplus de quelques veines blanches3 », Charles-Augustin d’Aviler le décrit « jaunâtre tacheté de blanc, de gris mêlés et d’un peu de rouge4 » et Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville comme un marbre ayant « le fond jaune veiné de blanc coupé de lignes rouges5 ». Il existe plusieurs variantes du marbre de Trets. Il peut en effet être à dominante rouge, jaune (fig. 2) et plus rarement gris. Malgré les divergences dans les descriptions, tous les auteurs soulignèrent sa ressemblance avec la Brocatelle d’Espagne. Le marbre qui lui est le plus proche est celui de la commune voisine de Pourcieux, que Tarlé nomme aussi de Poussiou ou encore « ancienne carrière de Roquefeuil6 ». On peut également citer le marbre issu de la carrière du Candelon à Brignoles qui lui est assez semblable.

Fig. 1 : Trets, carrière de marbre près de l’ermitage Saint-Jean-du-Puy.

Fig. 1 : Trets, carrière de marbre près de l’ermitage Saint-Jean-du-Puy.

© Sandrine Chabre

Fig. 2 : Thomas Veyrier (attribué à), détail de l’encadrement du bas-relief de la chapelle Estienne de Saint-Jean. Aix-en-Provence, cathédrale Saint Sauveur.

Fig. 2 : Thomas Veyrier (attribué à), détail de l’encadrement du bas-relief de la chapelle Estienne de Saint-Jean. Aix-en-Provence, cathédrale Saint Sauveur.

© Sandrine Chabre

  • 7 A.-J. Dezallier d’Argenville, op. cit.

3Le marbre de Trets est la plupart du temps dit marbre jaspé, voire uniquement jaspe, c’est à dire de couleurs mêlées. Même s’il « se polit très bien7 », il reste difficile à sculpter et fut exclusivement destiné à un usage décoratif. Il servit pour des placages, des colonnes, mais aussi pour des encadrements, des cheminées ou des pavements.

La carrière : gestion familiale et commandes royales

  • 8 Marseille, archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, 396 E 705, fo 1809 vo, A. Pail (...)
  • 9 La quittance du 24 août 1686 n’est que la dernière quittance de paiement. Elle ne mentionne ni la d (...)

4Une quittance de paiement de 1686 et l’acte de cession des droits de Louis Veyrier à son fils Thomas, daté de 1691, fournissent des informations sur l’achat par Christophe, Louis et François Veyrier, de la terre où se situe la carrière : « proche l’hermitage St Jean, terroir de ce lieu », « cartier de Brunet ou de Saint Jean8 ». D’après la quittance de 1686, les frères Veyrier auraient acheté la terre à Guillaume Mane, marchand de Saint-Zacharie, pour une somme totale de 90 livres. La cession de droits sur la carrière de 1691 confirme que c’est bien sur cette terre que se situe « la montagne de jaspet », où l’exploitation est attestée dès 16849.

Le marbre de Trets et la Compagnie royale des marbres

  • 10 Draguignan, archives départementales du Var, 3 E 4/111 2e partie, fos 276-277, G. Renoux (Toulon), (...)
  • 11 Après avoir passé un accord avec les Veyrier, André Castille en passera un autre avec Gaspard Desmo (...)

5Le 22 juillet 1684, André Castille, conseiller du roi pour la fourniture des marbres destinés à la décoration et l’embellissement des maisons royales, passe un contrat avec les frères Veyrier pour l’envoi de marbres à Paris, pour le compte des Bâtiments du roi. C’est avec ce contrat que débute l’exploitation intensive de la carrière de Trets. André Castille est ici le procureur de Pierre Baudelet, conseiller du roi et commissaire ordinaire des guerres, de Jean Haudicquer de Blancourt, écuyer, et de Jacques Cahouet, conseiller du roi et trésorier payeur de la gendarmerie de France, « tous intéressés dans la fourniture généralle des marbres pour les maisons royalles10 ». Ces derniers le chargent, sur ordre de Louvois, de se rendre en Italie et en Provence pour faire envoyer des marbres dont les échantillons ont été préalablement sélectionnés par André Lebrun11. Par ce contrat, les frères Veyrier s’engagent à fournir 3 000 pieds cubes de marbre par an pendant cinq ans, ainsi que des colonnes de 12 à 16 pieds de longueur. Ils s’engagent à ne vendre ni débiter du marbre provenant de leur carrière à personne d’autre qu’André Castille. En outre, ils peuvent disposer à leur gré des blocs refusés par celui-ci. Le marbre de Trets est ainsi destiné au « service du Roy, suivant l’ordre de monseigneur le marquis de Louvoy, surintendant des bastiments ».

  • 12 Draguignan, archives départementales du Var, 3 E 4/111, 2e partie, fos 273-273vo, G. Renoux (Toulon (...)
  • 13 Marseille, archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, C51, Délibérations du conseil (...)
  • 14 Ibid., Marseille, 393 E 97, fos 810-811. C. Tricon, 13 octobre 1685. Cette convention sera ratifiée (...)
  • 15 E. Bonnel, op. cit., p. 49.

6André Castille s’engage à maintenir les chemins en état pour permettre le passage des chargements de marbre. Toutefois, les Veyrier gardent à leur charge le transport des blocs jusqu’à Marseille, où ils seront vendus entre 5 et 6 livres le pied cube « sur le quay de la ville neufve12 ». Le 23 juin 1685, le registre des délibérations du conseil de ville de Trets enregistre une requête de Christophe Veyrier pour la réfection du chemin utilisé pour le transport des marbres, « depuis ledit lieu de Trez jusques au grand chemin de Marseille passant par Gardanne13 ». Des experts furent nommés pour rédiger un rapport sur l’état des chemins et établir un devis des réparations à y effectuer. C’est dans cette délibération qu’est mentionné pour la première fois l’envoi de marbres à Versailles. Quelques mois plus tard, le 13 octobre 1685, Christophe Veyrier établit une convention avec Jacques Germain, Thomas Maunier et Jean Allies, charretiers de Marseille, qui s’engagent à transporter le marbre depuis la carrière de Saint-Jean-du-Puy jusqu’à Marseille au quai neuf ou au port, moyennant la somme de trente-six sols le pied cube14. Le trajet nécessitait « trois grands jours d’été15 ». Les blocs destinés aux demeures royales, comme les autres marbres de Provence et une partie de ceux d’Italie, étaient entreposés à Marseille avant d’être embarqués pour Paris.

7C’est avec Colbert et la mise en place d’une nouvelle politique royale vers 1664 que se fit sentir la volonté de mettre à l’honneur les marbres français. De nombreuses carrières furent exploitées et fournirent en grande quantité des blocs pour les Bâtiments du roi. Les marbres français, de coloris variés et de bonne qualité, furent largement utilisés dans les demeures royales, même si les marbres italiens continuèrent à être importés et appréciés. À cette époque, très nombreux furent les contrats similaires à celui passé entre les Veyrier et André Castille. La quantité commandée et le prix du marbre dépendaient de la taille des carrières, de la facilité d’extraction, de la facilité et de la durée du transport, et bien entendu de la qualité du matériau.

  • 16 Outre le différend avec la Compagnie des marbres, Christophe envoie Lazare Veyrier recouvrer le pai (...)
  • 17 Ibid.
  • 18 G. Bresc-Bautier, « Le marbre du roi : l’approvisionnement en marbre des Bâtiments du roi, 1660-171 (...)

8La marbre de Trets se trouve être parmi les plus chers vendus à Marseille. En effet, les prix varient approximativement entre quatre et six livres le pied cube à la fin du xviie siècle. Le contrat avec André Castille mentionne que le marbre de Trets sera vendu, en 1684, cinq livres le pied cube pour les blocs et six livres le pied cube pour les colonnes. Rapidement pourtant, des problèmes surgissent. Dès 1688, Christophe Veyrier donne procuration à son neveu Lazare (qui se rend à Paris pour plusieurs affaires) afin de régler un différend avec la Compagnie des Marbres16. Il est chargé de recouvrer une somme due par la Compagnie pour le paiement de blocs envoyés à Paris. Christophe Veyrier souhaite « les faire condamner au payement de la somme de deux mil quatre cens dix livres neuf sols de compte du prix des marbres jaspés de provance que lesdits sieurs Verrier ont fourny à ladite compagnie », et il exige des dommages et intérêts pour le non-respect du contrat, notamment pour les frais engagés pour la remise en état du chemin et des carrières17. Il remet pour cela à son neveu un compte signé de sa main. Le contrat entre la Compagnie royale des Marbres et les Veyrier, qui était d’une durée de cinq ans, ne semble toutefois pas avoir été rompu puisqu’en 1706, quarante-deux pieds cubes de marbre de Trets furent livrés aux magasins royaux18.

Les inspections de Claude et Jean Tarlé

  • 19 E. Bonnel, op. cit.
  • 20 Marseille, archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, 396 E 718, fos 164vo-165. A. E (...)

9Avec la création du Service des marbres en 1712, la nécessité se fit sentir de connaître précisément l’état des carrières françaises. Claude Tarlé, contrôleur général, est alors chargé d’entreprendre une tournée d’inspection des carrières des Pyrénées, du Languedoc et de Provence19. À cette occasion, il se rend à Trets et mentionne dans son rapport que le marbre est vendu sur le quai de Marseille au prix de six livres le pied cube, soit le même prix qu’en 1684. Pour comparaison, les marbres de Provence les plus appréciés en 1712, ceux du Tholonet et des Pennes, étaient vendus respectivement cinq livres dix sols et six livres le pied cube. Claude Tarlé mentionne également que la carrière appartient à Lazare Veyrier. Il n’en était peut-être pas le seul propriétaire, car par acte du 3 janvier 1691, Louis Veyrier avait cédé ses droits à son fils Thomas. Celui-ci s’engageait à se soumettre aux mêmes obligations que son père « pour en concourir soit le proffit que pour la perte20 ». François était alors présent en son nom et en celui des héritiers de Christophe Veyrier (mort en 1689) auxquels il se chargea de faire ratifier l’acte. François Veyrier étant mort en 1707, sa part de droits dans l’exploitation de la carrière fut sans doute transmise à son fils Lazare par le même procédé.

10En 1737, une deuxième inspection est réalisée par Jean Tarlé, le fils de Claude et son successeur au contrôle général des marbres. Son rapport ne fait alors état que de la carrière du Tholonet. La carrière de Trets avait donc vraisemblablement fermé, comme beaucoup d’autres sites provençaux. Comment expliquer cet arrêt de la production de blocs de marbres une cinquantaine d’années seulement après l’ouverture de la carrière ? Thomas et Lazare Veyrier étant morts, la carrière a-t-elle fermé après leur décès ? Ou bien la brèche jaune, la plus appréciée à la cour, n’était-elle plus assez productive ?

Utilisations du marbre de Trets

Versailles et Sceaux

Fig. 3 : Plateau de table en marbre de Trets. Château de Versailles, grands appartements, salon de Mars.

Fig. 3 : Plateau de table en marbre de Trets. Château de Versailles, grands appartements, salon de Mars.

© Sandrine Chabre

  • 21 Ch.-A. d’Aviler, op. cit.
  • 22 G. Bresc-Bautier, « Pratiques d’atelier de Puget sculpteur », dans Pierre Puget sculpteur, peintre, (...)
  • 23 Ch.-A. d’Aviler, op. cit., p. 694.
  • 24 C. Ginoux, Les sculpteurs Levray, Langueneux, Turreau, Veyrier, Turreau dit Toro, Maucord, Paris, 1 (...)

11Une grande quantité de marbre fut envoyée à Paris, selon le contrat de 1684, pour la décoration et l’embellissement de Versailles et des maisons royales. Charles-Augustin d’Aviler, dans l’édition de 1710, mentionne « quelques chambranles à Trianon » et nous pouvons voir du marbre de Trets, entre autres, au sol de la chapelle royale. On peut également mentionner un plateau de table dans le salon de Mars dans les grands appartements du Roi (fig. 3)21. Hormis Versailles, le château de Sceaux, propriété de Jean-Baptiste-Antoine Colbert, marquis de Seignelay (1651-1690), reçut quelques décorations en marbre de Trets. Le marquis de Seignelay était secrétaire d’État à la Marine depuis 1683. Christophe Veyrier fut nommé directeur de l’atelier de sculpture de l’Arsenal de Toulon le 1er juillet 1686. Le 12 juillet de la même année, Louis Girardin de Vauvré, intendant de la Marine depuis 1680, en poste à Toulon, reçut l’ordre du marquis de Seignelay de faire expédier par Veyrier du marbre pour vingt cheminées destinées au château de Sceaux22. À cette époque, Seignelay, profitant de son poste de secrétaire d’État à la Marine, faisait venir pour son château nombre de marbres, colonnes antiques et autres matériaux. D’Aviler mentionne que « les pilastres ioniques du salon de Sceaux et cinq ou six manteaux de cheminées de ce même château sont de ce marbre23 ». Un échange de lettres avec Louis Girardin de Vauvré, publiées en 1890 par Charles Ginoux, montre que les relations entre Christophe Veyrier et le marquis de Seignelay ne se limitèrent pas à l’envoi de marbres. En effet, dans la même lettre du 12 juillet 1686, par l’intermédiaire de l’intendant à la Marine, le marquis de Seignelay demanda à Christophe Veyrier de réaliser des fontes en bronze d’œuvres du Bernin et de statues antiques24.

12Il semble toutefois, au vu des utilisations connues de ce marbre dans les demeures royales, que beaucoup de blocs envoyés à la cour soient restés dans les réserves des magasins du roi et n’aient pas été utilisés.

Réalisations locales : Christophe, Thomas, Lazare et Félix Veyrier

  • 25 Thomas Veyrier, fils de Louis, fut l’architecte de l’église des Carmélites d’Aix-en-Provence et de (...)
  • 26 Les travaux, qui durèrent jusqu’en 1693, furent achevés par Lazare et Thomas Veyrier à la mort de C (...)

13Les utilisations du marbre de Trets les mieux connues sont les œuvres de la famille Veyrier, principalement celles de Christophe ou de son neveu Thomas (1658-1736)25. Depuis le contrat passé avec André Castille en 1684, les Veyrier ne pouvaient utiliser pour leurs œuvres que les morceaux refusés par la Compagnie royale des marbres. Officiellement, il ne s’agissait par conséquent ni des plus grandes ni des plus belles pièces. À Trets, dans l’église Notre-Dame-de-Nazareth, se trouvent cependant deux superbes colonnes monolithiques, placées de part et d’autre du retable (fig. 4). Le prix-fait du 6 mai 1686 pour la réalisation de l’autel et de son retable, passé entre la confrérie du Saint Sacrement de la ville de Trets et Christophe Veyrier, mentionne que « les deux collones seront de marbre jaspré », comme certaines parties de l’autel, le devant du tabernacle et les quatre colonnettes qui le surmontent, ou encore l’encadrement des deux bas-reliefs latéraux26. Tous ces morceaux sont bien en marbre de Trets malgré que ne soit précisé dans l’acte de prix-fait que « marbre jaspé ». Dans cette même église, on peut également voir quatre colonnettes de ce marbre soutenant un bénitier, ainsi qu’une partie de corniche près de l’autel du transept sud. C’est donc logiquement à Trets même, ville natale du sculpteur et site de la carrière, que l’on trouve un des plus importants décors utilisant le marbre local.

Fig. 4 : Christophe Veyrier, maître-autel, 1686-1689. Trets, église Notre-Dame-de-Nazareth.

Fig. 4 : Christophe Veyrier, maître-autel, 1686-1689. Trets, église Notre-Dame-de-Nazareth.

© Sandrine Chabre

  • 27 Buste de Jean Deydé, New York, Metropolitan Museum of Arts, marbre blanc et piédestal en marbre bla (...)
  • 28 Draguignan, archives départementales du Var, 3 E 4/131, fos 477vo-478vo, Gairoard, 13 juillet 1686.
  • 29 Ibid., 3 E 1/140, fos 911-912, M.-A. Delamer (étude Brest), 15 juillet 1688.

14Dans les mêmes années, ce fut pour le piédestal d’un buste de Jean Deydé (1617-1687), conseiller à la cour des comptes, aides et finances de Montpellier, que l’on usa du marbre de Trets en placage, sur la face principale et sur les côtés27. Jean Deydé avait, dès 1684, commandé à Christophe Veyrier un autre buste, de son épouse Catherine d’Ortholan, ainsi qu’une urne, destinés à leur chapelle dans la cathédrale de Montpellier. Le piédestal orné de marbre de Trets et le buste qui le surmonte, datés tous deux de 1684, sont mentionnés en 1703 dans l’orangerie de l’hôtel Deydé. Le 13 juillet 1686, Christophe Veyrier donne procuration à Pierre Blanc, sculpteur toulonnais, pour recouvrer les sommes dues par Jean Deydé pour la réalisation de bustes, d’une urne et du piédestal28. Dans une autre procuration passée le 15 juillet 1688 en faveur de Pierre Blanc pour les mêmes raisons, on trouve mention du « piedestail de marbre blanc enchâssé de marbre jaspé avec les armes dudit feu sieur Deidé […] le tout fait par le sieur Veirier29 ».

  • 30 Deux petits anges et deux têtes de chérubins, marbre blanc et incrustations de marbre de Trets, 68  (...)

15Le couvent des Minimes de Toulon, aujourd’hui disparu, abritait une décoration réalisée par Christophe Veyrier. Il ne reste de cet ensemble décoratif que trois pièces. L’une d’entre elles est un support de tabernacle, conservé au musée du Louvre, représentant deux petits anges accoudés et deux têtes de chérubins30. Cet élément de marbre blanc présente des incrustations de marbre de Trets dans sa partie inférieure. Il s’agit ici d’un assemblage de petits morceaux, certainement des fragments inutilisés lors d’autres travaux.

  • 31 Pour la chapelle du Corpus Domini, voir C. Ginoux, Les sculpteurs Levray, Langueneux, Turreau, Veyr (...)
  • 32 Draguignan, archives départementales du Var, 3 E 6/164, fos 230vo-234vo. L. Vallavieille, 20 mai 16 (...)

16C’est également à Toulon, dans la chapelle du Corpus Domini de la cathédrale Sainte-Marie-Majeure, dont la décoration est entièrement due à Christophe Veyrier (1682-1687), que l’on trouve du marbre de Trets31. Le pavement est composé de marbre blanc, rouge de Caunes et Trets. Des losanges et cercles de marbre de Trets sont incrustés au sol de toute la chapelle32.

  • 33 Marseille, archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, 56 H 1173, 12 février 1698.
  • 34 Ibid., fo 5 vo.
  • 35 Il lui sera « donné un bien pour travailler les marbres » (ibid., fo 6).

17Christophe Veyrier ne fut pas le seul à avoir utilisé ce marbre. Ainsi, le maître-autel de l’église Saint-Jean-de-Malte d’Aix-en-Provence, réalisé par Thomas Veyrier, en comportait plusieurs éléments. Après avoir commandé un modèle en bois et cire à Christophe en 1682, le prieur de Saint-Jean-de-Malte, Jean-Claude Viany, passa prix-fait avec Thomas Veyrier, en 1689, pour la réalisation d’un maître-autel sur le dessin du dit Thomas. Il semble que ce dernier n’ait pas tenu ses engagements puisqu’en 1692 un nouveau contrat fut signé entre le sculpteur et Jean-Claude Viany pour la construction d’un maître-autel. Un rapport d’expertise, daté du 12 février 1698 et effectué par le peintre Daniel et le sculpteur Rambot pour le conseiller du roi Jean-Baptiste Jules de Ricard, donne une description détaillée de cet autel. Aux côtés du marbre blanc, d’une pièce de marbre rouge, du marbre provenant de Narbonne ou de Gênes, nous trouvons souvent mention de « marbre jaspé du païs33 ». Un récapitulatif mentionne que le maître-autel a nécessité un pan de « marbre de Narbonne », soixante-cinq pans et demi de marbre blanc et cent dix pans un quart de marbre jaspé : « le marbre du pais, le prix ordinaire lorsqu’il est de marbre de siage et qu’il ne soit pas de morceaux de quoy on fait des boules, coûte trois livres le pan cube. Porté icy, tout le dit marbre du pais se trouve monter à 330 livres 15 sols34 ». Le rapport confirme que tout le marbre appartient à Thomas Veyrier et qu’il taillera lui-même ce qui sera nécessaire pour la construction de l’autel35. À cette période, la carrière lui appartenait (tout ou partie) depuis la cession de droits faite par son père en 1691.

  • 36 A. Bouyala d’Arnaud, Évocation du vieil Aix-en-Provence, Paris, 1964, p. 70.

18La chapelle Estienne-de-Saint-Jean de la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix-en-Provence, mise en chantier en 1576 et achevée en 1582 sous l’impulsion d’André d’Estienne, chanoine de Saint-Sauveur, abrite aujourd’hui un haut relief encadré de marbre de Trets. Ce relief représente Saint-Jean-Baptiste enfant baisant les pieds du Christ. On en trouve une mention dans l’Évocation du Vieil Aix d’André Bouyala d’Arnaud comme étant un « bas-relief de Veyrier36 ». Le style, la composition, la forme des visages, font penser au travail de Thomas Veyrier. Le bas-relief est un octogone de 220,5 × 163 cm. Le cadre est composé de plusieurs morceaux de marbre de Trets de la qualité la plus recherchée, jaune et rouge vifs. Ces différentes parties, assemblées les unes aux autres, forment un encadrement mouluré imposant.

Fig. 5 : Lazare et Félix Veyrier, balustrade du chœur, 1692. Basilique de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume.

Fig. 5 : Lazare et Félix Veyrier, balustrade du chœur, 1692. Basilique de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume.

© Sandrine Chabre

  • 37 Draguignan, archives départementales du Var, 3 E 21/477, fo  619.

19Dans le chœur de la basilique de Saint-Maximin, c’est Lazare et Félix Veyrier qui employèrent du marbre de Trets de deux sortes, d’une veine à dominante grise et une à dominante rouge, pour restaurer la balustrade qui se trouve devant l’autel (fig. 5). Le maître-autel, initialement commandé à Christophe Veyrier mais que l’on doit à Joseph Lieutaud, sculpteur de La Ciotat, a été restauré par Lazare et Félix Veyrier vers 1692. C’est tout naturellement qu’ils utilisèrent le marbre de la carrière familiale pour refaire les parties endommagées. Le prix-fait mentionne que « les quelles deux colleurs du marbre jaspe grisâtre avène et du rouge il tirera des carrières ou lieu de Trets37 ».

20Malgré une courte période d’exploitation (moins d’une cinquantaine d’années), le marbre de Trets a été utilisé à de nombreuses fins. Qu’il s’agisse de cheminées pour le château de Sceaux, d’envois pour Versailles et les demeures royales, ou plus localement pour les réalisations de Christophe ou Thomas Veyrier, ce marbre à l’aspect si particulier a su trouver sa place parmi la multitude de marbres colorés exploités en France dans la deuxième moitié du xviie siècle. La spécificité de l’exploitation marbrière de Trets réside néanmoins dans le fait que seule la famille Veyrier, véritable dynastie de sculpteurs et d’architectes provençaux, a tiré parti de cette ressource naturelle, si prisée sous le règne de Louis XIV.

Haut de page

Notes

1 S. Chabre, Un sculpteur dans l’ombre d’un génie : Christophe Veyrier (1637-1689), mémoire de maîtrise, université de Provence, 2001. S. Chabre, « Sculpteurs et marbriers : les Veyrier et la carrière de Trets », Provence Historique, t. LX, fasc. 239, janvier-mars 2010. Christophe Veyrier (1637-1689) travailla essentiellement à Aix-en-Provence, Toulon, Gênes (Italie) et Trets, sa ville natale. Élève de Pierre Puget, il devint son neveu par alliance en épousant le 3 juin 1674 Marguerite Ferran. Il accompagna Puget à Gênes de 1663 à 1668 avant d’entreprendre un voyage à Rome jusqu’en 1670. Il fut également nommé directeur de l’atelier de sculpture de l’Arsenal de Toulon, de 1686 à sa mort en 1689.

2 Une délibération du conseil de ville de Trets de 1685, concernant la réfection du chemin menant aux carrières, mentionne que Christophe Veyrier, « architecte en marbre du lieu de Trez […], a trouvé une mine audit lieu » (Marseille, archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, C51, registre des délibérations du conseil de ville, 1680-1697, fo 292vo, 13 juin 1685).

3 Dans E. Bonnel, « Notes sur un rapport d’inspection des carrières de marbre de Provence en 1712 », Provence historique, janv.-mars 1957, t. VII, fasc. 27, p. 46-60.

4 Ch.-A. d’Aviler, Explication des termes d’architecture qui comprend l’architecture, les mathématiques […], la peinture, la sculpture […], la distribution, la décoration, la matière et la construction des édifices, leurs défauts, les bâtiments antiques, sacrez, profanes […], Paris, 1710, p. 694, article Marbre.

5 A.-J. Dezallier d’Argenville, L’histoire naturelle éclaircie dans une de ses parties principales, l’oryctologie, qui traite des terres, des pierres, des métaux, des minéraux et autres fossiles, Paris, 1755, p. 466.

6 Pourcieux (83) est situé entre Trets et Saint-Maximin-la-Sainte-Baume.

7 A.-J. Dezallier d’Argenville, op. cit.

8 Marseille, archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, 396 E 705, fo 1809 vo, A. Pailheiretz, 24 août 1686 et AD Bouches-du-Rhône, Marseille, 396 E 718, fos 164vo-165, A. Estienne, 3 janvier 1691.

9 La quittance du 24 août 1686 n’est que la dernière quittance de paiement. Elle ne mentionne ni la date de l’achat ni celle du premier paiement.

10 Draguignan, archives départementales du Var, 3 E 4/111 2e partie, fos 276-277, G. Renoux (Toulon), 22 juillet 1684. Il s’agit d’une copie de la procuration passée à Paris devant Tardivot et Huchet, conseillers du roi et notaires au Chastellet le 27 juin 1684.

11 Après avoir passé un accord avec les Veyrier, André Castille en passera un autre avec Gaspard Desmoins, propriétaire de la carrière de marbre de Saint-Maximin, à quelques kilomètres.

12 Draguignan, archives départementales du Var, 3 E 4/111, 2e partie, fos 273-273vo, G. Renoux (Toulon), 22 juillet 1684. Cet accord fut approuvé et ratifié par Louis et François Veyrier le 5 septembre 1684 devant A. Pailheiretz, notaire de Trets (Marseille, archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, 396 E 705, fos 1652vo-1653).

13 Marseille, archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, C51, Délibérations du conseil de ville 1680-1697, fo 292vo, 13 juin 1685.

14 Ibid., Marseille, 393 E 97, fos 810-811. C. Tricon, 13 octobre 1685. Cette convention sera ratifiée par Louis et François Veyrier le 19 octobre 1685 devant A. Pailheiretz (ibid., Marseille, 396 E 705, fo 1739vo).

15 E. Bonnel, op. cit., p. 49.

16 Outre le différend avec la Compagnie des marbres, Christophe envoie Lazare Veyrier recouvrer le paiement d’un bas-relief (La Famille de Darius devant Alexandre), qui se trouvait alors dans le palais Brion (actuel Palais-Royal). AD Var, 3 E 1/140, fos 929-930, M.-A. Delamer (étude Brest), 14 août 1688.

17 Ibid.

18 G. Bresc-Bautier, « Le marbre du roi : l’approvisionnement en marbre des Bâtiments du roi, 1660-1715 », Eighteenth Century Life, mai 1993, vol. 17, no 52, p. 36-54.

19 E. Bonnel, op. cit.

20 Marseille, archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, 396 E 718, fos 164vo-165. A. Estienne, 3 janvier 1691.

21 Ch.-A. d’Aviler, op. cit.

22 G. Bresc-Bautier, « Pratiques d’atelier de Puget sculpteur », dans Pierre Puget sculpteur, peintre, architecte 1620-1694, cat. exp. (Marseille, Centre de la Vieille Charité – musée des beaux-arts de Marseille, 28 oct. 1994 – 30 janv. 1995), Musées de Marseille / Réunion des musées nationaux, 1994, p. 332-345, ici p. 335.

23 Ch.-A. d’Aviler, op. cit., p. 694.

24 C. Ginoux, Les sculpteurs Levray, Langueneux, Turreau, Veyrier, Turreau dit Toro, Maucord, Paris, 1890. Il souhaite des copies de l’Antinoüs, de l’Apollon du Belvédère et de l’Hercule Farnèse pour les sculptures antiques ; de l’Apollon et Daphné ainsi que du David en ce qui concerne les œuvres du Bernin. Il suggère qu’elles soient réalisées dans la fonderie de l’Arsenal de Toulon.

25 Thomas Veyrier, fils de Louis, fut l’architecte de l’église des Carmélites d’Aix-en-Provence et de la première chapelle du château de Valabre. Il a également réalisé, entre autres, le maître-autel de l’église Saint-Jean-de-Malte à Aix-en-Provence et le retable de l’église de Callian dans le Var.

26 Les travaux, qui durèrent jusqu’en 1693, furent achevés par Lazare et Thomas Veyrier à la mort de Christophe, en 1689. Marseille, archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, 396 E 699, fos 687-688vo. J.-B. Gantelmy, 6 mai 1686.

27 Buste de Jean Deydé, New York, Metropolitan Museum of Arts, marbre blanc et piédestal en marbre blanc incrusté de marbre de Trets, 60 cm de hauteur sans la base et 214 cm avec, Inv. 66129ab, inscription gravée au dos « Johannes Deydé AET67, 1684 ».

28 Draguignan, archives départementales du Var, 3 E 4/131, fos 477vo-478vo, Gairoard, 13 juillet 1686.

29 Ibid., 3 E 1/140, fos 911-912, M.-A. Delamer (étude Brest), 15 juillet 1688.

30 Deux petits anges et deux têtes de chérubins, marbre blanc et incrustations de marbre de Trets, 68 × 85 × 50 cm, Paris, musée du Louvre, Inv. LL48. Les deux autres pièces provenant du couvent des Minimes de Toulon sont un buste de Christ, conservé au musée des beaux-arts de Toulon, et un cartouche orné de la devise des Minimes (« Charitas ») dans l’actuelle École des beaux-arts de Paris.

31 Pour la chapelle du Corpus Domini, voir C. Ginoux, Les sculpteurs Levray, Langueneux, Turreau, Veyrier, Turreau dit Toro, Mancord, Paris, 1890 ; C. Ginoux, La chapelle du Corpus Domini de la cathédrale de Toulon et sa décoration par Christophe Veyrier, Paris, 1892 ; P. Rossi, « La chapelle du Corpus Domini de la cathédrale de Toulon », Bulletin de la Société des amis du vieux Toulon, no 91, 1969 ; J.-J. Gloton, Renaissance et baroque à Aix-en-Provence vol. II, École française de Rome, Palais Farnèse, 1979 ; K. Herding, « Les Veyrier, une famille de sculpteurs provençaux à l’époque de Louis XIV », Archives de l’art français, t. XXX, 1989, p. 73-124 (doc. XXIII à XXXIX).

32 Draguignan, archives départementales du Var, 3 E 6/164, fos 230vo-234vo. L. Vallavieille, 20 mai 1682. Ce prix-fait, du 20 mai 1682, ne mentionne aucunement le pavement

33 Marseille, archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, 56 H 1173, 12 février 1698.

34 Ibid., fo 5 vo.

35 Il lui sera « donné un bien pour travailler les marbres » (ibid., fo 6).

36 A. Bouyala d’Arnaud, Évocation du vieil Aix-en-Provence, Paris, 1964, p. 70.

37 Draguignan, archives départementales du Var, 3 E 21/477, fo  619.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Trets, carrière de marbre près de l’ermitage Saint-Jean-du-Puy.
Crédits © Sandrine Chabre
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13650/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 2 : Thomas Veyrier (attribué à), détail de l’encadrement du bas-relief de la chapelle Estienne de Saint-Jean. Aix-en-Provence, cathédrale Saint Sauveur.
Crédits © Sandrine Chabre
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13650/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 3 : Plateau de table en marbre de Trets. Château de Versailles, grands appartements, salon de Mars.
Crédits © Sandrine Chabre
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13650/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre Fig. 4 : Christophe Veyrier, maître-autel, 1686-1689. Trets, église Notre-Dame-de-Nazareth.
Crédits © Sandrine Chabre
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13650/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 5 : Lazare et Félix Veyrier, balustrade du chœur, 1692. Basilique de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume.
Crédits © Sandrine Chabre
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13650/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Chabre, « Sculpteurs-marbriers en Provence », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 27 mai 2016. URL : http://crcv.revues.org/13650 ; DOI : 10.4000/crcv.13650

Haut de page

Auteur

Sandrine Chabre

Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© Sandrine Chabre / 2016 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org