Navigation – Plan du site
De la carrière au magasin

Calissane, « une pierre a la beauté du marbre »

Astrid Dulac

Texte intégral

1La pierre de Calissane, extraite aux abords de l’étang de Berre, fut en Provence un substitut du marbre blanc statuaire. Elle fut utilisée pour de très nombreux monuments ainsi que pour une multitude de sculptures, dans une aire de diffusion très large. Bien qu’elle n’ait pas connu de destin national, son exploitation mérite une brève présentation à l’aide de quelques exemples précis, car, comme pour les marbres de couleur, cette pierre servit à répondre aux attentes locales mais aussi à se soustraire au commerce avec l’Italie.

  • 1 Note marginale du manuscrit. D’Huez avait exécuté une figure de la Vierge en pierre de Calissanne à (...)

2Bien que le marbre de Carrare soit le matériau le plus adapté à la statuaire, le calcaire compact urgonien de Calissane fut utilisé au même titre que le marbre italien car, d’un grain fin et homogène, il devenait soyeux après polissage, sans toutefois atteindre un brillant aussi éclatant. Aussi le sculpteur flamand Adrien-François d’Huez écrivit-il, en 1719 : « Cette pierre approche la beauté du marbre !1 ».

  • 2 Amouric 1993, p. 315-373.
  • 3 Bouyala d’Arnaud 1964, p. 65.

3Calissane est un important site de carrières situé sur le chaînon de la Fare, sur la commune de Lançon, près de l’étang de Berre (Bouches-du-Rhône). Plusieurs fronts de taille sur les hauteurs du site présentent les caractéristiques d’une carrière antique et d’autres vestiges, notamment un oppidum, témoignent d’une importante exploitation dès l’époque romaine (fig. 1). En ce qui concerne la période médiévale, s’il est impossible de déterminer les sites d’extractions par manque de mobilier archéologique in situ, cette pierre a été repérée sur bien des monuments, et Henri Amouric a rendu compte de son emploi grâce à de multiples documents d’archives. Pour exemple, le 9 avril 1487, l’entrepreneur du chantier de la cathédrale d’Aix-en-Provence, Pierre Soquet, fit venir « certos lapidos » extraites « a dicto loco de Calissanne »2. Il les mit en œuvre pour l’ornementation du portail majeur de Saint-Sauveur et en sculpta les figures de la Vierge, des apôtres, de saint Louis de Toulouse, de sainte Madeleine et de Louis XI3.

Fig. 1 : Carrière de Calissane, Lançon-Provence, masse de marbre laissée par les carriers pour témoigner de l’importance de l’exploitation.

Fig. 1 : Carrière de Calissane, Lançon-Provence, masse de marbre laissée par les carriers pour témoigner de l’importance de l’exploitation.

© Pascal Julien

Fig. 2 : Carrière de Calissane, Lançon-Provence, multiples fronts de taille.

Fig. 2 : Carrière de Calissane, Lançon-Provence, multiples fronts de taille.

© Pascal Julien

  • 4 Marseille, archives départementales des Bouches-du-Rhône, 377 E 174, fos 1124ro-1127vo.
  • 5 Bernardi 1995, p. 78.

4Aux xviie et xviiie siècles, les seigneurs Laidet surent tirer profit des ressources exceptionnelles de leur domaine de Calissanne (fig. 2). Ils percevaient une rente annuelle versée par les exploitants de carrières. Pour cette période, nombre d’actes notariés attestent de l’existence d’associations entre professionnels. Ainsi, le 24 septembre 1659, le carrier François Dalmas s’engagea avec Pierre Boissin, carrier de la ville de Salon, à payer en « comung la rente de la peirière [carrière]4 ». De manière générale, on remarque dans ce type d’association que les hommes partagent les bénéfices comme les pertes. Ils mettent en commun leurs outils de travail et utilisent le logement mis à leur disposition par les propriétaires du domaine, dans la bastide nommée Renouire. Au xviie siècle, ces associations étaient généralement constituées pour une durée de trois ans. L’intérêt de celles-ci était de réunir un capital garant de la solvabilité des carriers ; une collaboration qui permettait à ces hommes de grouper leurs capacités d’extraction afin d’accroître l’exploitation de la pierre et par conséquent sa rentabilité. Mais c’était également pour quelques-uns le moyen de parfaire leurs connaissances techniques au contact d’un collègue5.

5Dans ces contrats passés entre carriers apparaissent quelques-uns des outils employés à l’époque moderne pour l’extraction de la pierre de Calissane. Celle-ci n’étant pas extrêmement dure, l’escoude est utilisée pour creuser des tranchées verticales sur les sols et les fronts de carrière afin d’isoler les blocs, avant de séparer leur base du substrat à l’aide de coins. De petites escoudes, plus légères, sont spécifiques à la Provence, elles servaient à creuser des tranchées horizontales profondes de 50 à 60 centimètres afin de délimiter le ciel de la carrière. Le marteau taillant, outil à percussion lancée en fer avec deux tranchants droits aciérés, permettait d’enlever les épaisseurs de pierre tendre en excédant par petits éclats de surface. Enfin, un autre outil mentionné dans ces contrats est le coin. Glissé dans une saignée puis enfoncé à la masse, il permet de détacher les blocs de la roche par éclatement. On remarque également l’emploi de barres de fer, des leviers introduits dans les strates et saignées afin de détacher les blocs du front de taille (fig. 3).

Fig. 3 : Carrière de Calissane, Lançon-Provence, lits de découpe sur un front de taille.

Fig. 3 : Carrière de Calissane, Lançon-Provence, lits de découpe sur un front de taille.

© Pascal Julien

6La situation géographique de la carrière présentait un intérêt économique certain, favorisant son développement et contribuant à sa pérennité. En bordure de l’étang de Berre, la carrière bénéficiait du transport par la voie maritime. Les blocs extraits de la carrière étaient déplacés en charrette jusqu’au proche port de Merveille. De là, ils étaient, acheminés sur des tartanes – des bateaux servant à la pêche mais aussi au transport – vers les grandes villes portuaires comme Toulon ou Marseille.

7Klaus Herding, dans son ouvrage sur Pierre Puget, a publié un acte notarié relatant le transport par mer des blocs de pierre de Calissane commandés par cet artiste pour la ville de Toulon, en 1656 :

  • 6 Herding 1979, p. 83 ; Draguignan, archives départementales du Var, 3 E I / 100, fo 579ro.

Le patron Balthazar Chappus du lieu de St Chamas lequel tant en son nom que de Allexandre Chappus son frère a confessé avoir receu de Sr Pierre Puget peyntre habitant audit Tolon […] la somme de cent livres à lui expédiée […] pour son payement des nollis du troisième voyage qu’il a fait avec sa tartanne dudit St Chamas audit Tolon, chargée ladite tartanne de pierres de Calissanne pour compte dudit Puget suyvant la convention entre eux passée par devant Me Fabre notère dudit St Chamas6.

8Le contrat de ce transport est toujours conservé dans les registres du notaire Fabre, de Saint-Chamas. Cet acte retrouvé date du 28 mars 1656, six mois environ avant la transaction enregistrée à Toulon :

  • 7 Marseille, archives départementales des Bouches-du-Rhône, 412 E 384, fos 74vo-75ro.

Balthazad et Allexandre Chappus de ce lieu dusit Chamas ont promis et promettent à Pierre Puget merchant de Thollon de faire trois voyages avec leur tartane en laditte ville de Thollon chargee de pierres de Calissanne que prendront au rivage de la mer du port de Merveilhes où ledit Puget lesquelles fera porté et expédié […] Lesquelles pierres ledit Puget promet d’estre de la callité et pas autres sçavoir quatre dont chacun pesera en tout trente quinteaux et le reste ne peseront que dix à quinze quinteaux la pièce et fournira ledit Puget lhors que feront le chargement audit Merveilhes et déchargement au port dudit Thollon quatre homes à ses despans et à chaque voyage porteront justement ce que ladite tartane peult porter sans estre surchargée […] moyenant cent livres toujours pour chasque voyage payable à chasque voyage lhors qu’ils auront deschargé7.

9Pierre Puget prend à son compte le transport des blocs de leur point d’extraction jusqu’à leur lieu d’embarcation. Il assure la paye des hommes, de ceux qui chargent les pierres à Merveilles et de ceux qui les déchargent à Toulon. Il est venu lui-même sur les lieux de l’exploitation afin, sans doute, de choisir les plus beaux blocs qui sont arrivés à bon port au mois d’août de cette année 1656 et qui servirent vraisemblablement à la réalisation des atlantes du portail de l’hôtel de ville de Toulon (fig. 4).

Fig. 4 : Pierre Puget, atlante du portail de l’hôtel de ville de Toulon, 1655, pierre de Calissane.

Fig. 4 : Pierre Puget, atlante du portail de l’hôtel de ville de Toulon, 1655, pierre de Calissane.

© Pascal Julien

  • 8 Toulon, archives communales, BB 61, fo 427vo.

10Dans l’acte de prix-fait entre le sculpteur Puget et la commune de Toulon pour ces deux célèbres atlantes en pierre de Calissanne, et comme pour nombre d’actes de ce type, l’iconographie des figures n’est pas précisée8. Léo Lagrange écrivit en 1868, dans un bel élan :

  • 9 Lagrange 1994, p. 48.

C’est que Puget, en passant l’acte, ne prévoyait pas où le mènerait son génie. Mais dès qu’il eut touché à cette pierre de Calissanne, douce et fine comme le marbre, la fièvre lui monta au cerveau, et lui qui n’avait jusqu’alors taillé que des ornements de bois et une ou deux figures de fontaines, lui qui venait de passer cinq années à peindre, il se sentit tout à coup plus sculpteur que jamais et, vaille que vaille, il se jeta sur la pierre à corps perdu9.

11Les outrances de cette interprétation romantique rendent compte de la réputation de cette pierre qui, ultime qualité pour un auteur empreint de régionalisme, avait le grand intérêt d’être provençale.

  • 10 La pierre de Calissane a une résistance moyenne de 215 kilogrammes par cm2.

12Les sculpteurs, eux, tiennent compte de la dureté de la matière qui conditionne la manière et le choix des outils10. En 1910, Henri Dobler qualifia les pierres de Calissane de « pierres très dures ». D’autres auteurs s’accordent à dire que cette pierre est l’une « des meilleurs qualités de pierre tendre ». Cette variabilité de résistance dépend du niveau d’extraction. Plus elle est extraite en profondeur du front de taille, plus le grain est serré et la pierre dure et compacte. Inversement, plus elle est extraite en surface, plus elle est tendre. Et ces données varient encore en fonction des trente excavations d’importance rencontrées sur le site.

13D’un point de vue esthétique, les sculpteurs choisissent les pierres en fonction de leur aspect (texture avec ou sans éléments constitutifs apparents), de leur coloration (claire ou foncée, chaude ou froide) ou de leur dessin (fond uni, moucheté, marbré, strié de veines). À la lecture de nombreux actes notariés apparaissent les qualificatifs les plus récurrents de cette pierre : « blanche de Calissanne, bonne et belle pierre de Calissanne, pierre de Calissanne de la plus belle et petite graine ». De même, en 1670, il est admis que la pierre de Calissane « est la plus fine et belle qu’on a accoustumé d’employer pour les plus belles figures ». Le rendu, lisse et brillant, était obtenu grâce au polissage – dernière opération du sculpteur sur la roche – consistant à user la surface par abrasion. Le polissage exaltait sa blancheur et la finesse de son grain en agrémentant l’œuvre sculptée d’accents lumineux. Aussi la pierre de Calissane au grain fin était-elle recherchée par les plus grands sculpteurs de la région ainsi que par les artistes de passage en Provence. L’homogénéité de son grain sur d’importantes surfaces et le rendu de son poli ont fait d’elle une pierre statuaire d’excellence.

  • 11 Toulon, archives communales, DD 106.

14Dans une lettre du sculpteur Jean-Pancrace Chastel adressée aux consuls de la ville de Toulon le 8 juillet 1784, l’artiste propose de sculpter deux statues en marbre pour 5 000 livres chacune ; mais si les consuls de la ville préféraient les faire exécuter en pierre de Calissane, elles ne coûteraient que 2 500 livres l’une11. Ce devis expose, au-delà de toute considération technique, les raisons économiques du succès de ce matériau. Raisons auxquelles il faut ajouter celle de sa disponibilité : il était en effet relativement facile de s’en procurer, alors que l’approvisionnement avec Carrare était soumis aux aléas du commerce et du transport ainsi qu’à la préemption des meilleurs blocs pour les Bâtiments du roi.

  • 12 Ibid.

15Chastel reconnaissait la pierre de Calissanne comme « la plus belle pierre connue après le marbre12 ». Très exploitée au xixe siècle encore, elle est désormais totalement délaissée en dépit de son intérêt pour la restauration. Le site des carrières, exceptionnel, mériterait pour le moins d’être valorisé, sous la forme d’un écomusée où pourraient être présentées les étapes géologiques, humaines et techniques de la naissance d’œuvres majeures.

Haut de page

Bibliographie

Amouric Henri, 1993, « Calissanne et Merveille, deux domaines dans l’économie de l’étang de Berre de la fin du Moyen Âge au xviiie siècle », dans Philippe Leveau et Mireille Provansal (dir.), Archéologie et environnement : de la Sainte-Victoire aux Alpilles, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, p. 315-373.

Bernardi Philippe, 1995, Métiers du bâtiment et techniques de construction à Aix-en-Provence à la fin de l'époque gothique, 1400-1550, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, p. 78.

Bouyala d’Arnaud André, 1964, Évocation du vieil Aix-en-Provence, Paris, Éd. de Minuit.

Herding Klaus, 1979, « Documents nouveaux sur Pierre Puget : les archives départementales du Var », Bulletin de la Société d’histoire de l’art français, p. 77-99.

Lagrange Léon, 1994 [1868], Pierre Puget : peintre, sculpteur, architecte, décorateur de vaisseaux, Marseille, Laffitte Reprints, p. 48.

Magnien Aline, 1997, « Adrien-François d’Huez (1691-1753) et La sculpture divisée en trois parties (1720) : un traité provincial entre rhétorique et anatomie », Revue d’esthétique, no 31/32, p. 197-210.

Haut de page

Notes

1 Note marginale du manuscrit. D’Huez avait exécuté une figure de la Vierge en pierre de Calissanne à placer dans une niche en angle de la halle aux grains d’Aix-en-Provence, en 1718. Sur ce manuscrit : Magnien 1997.

2 Amouric 1993, p. 315-373.

3 Bouyala d’Arnaud 1964, p. 65.

4 Marseille, archives départementales des Bouches-du-Rhône, 377 E 174, fos 1124ro-1127vo.

5 Bernardi 1995, p. 78.

6 Herding 1979, p. 83 ; Draguignan, archives départementales du Var, 3 E I / 100, fo 579ro.

7 Marseille, archives départementales des Bouches-du-Rhône, 412 E 384, fos 74vo-75ro.

8 Toulon, archives communales, BB 61, fo 427vo.

9 Lagrange 1994, p. 48.

10 La pierre de Calissane a une résistance moyenne de 215 kilogrammes par cm2.

11 Toulon, archives communales, DD 106.

12 Ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carrière de Calissane, Lançon-Provence, masse de marbre laissée par les carriers pour témoigner de l’importance de l’exploitation.
Crédits © Pascal Julien
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13656/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 2 : Carrière de Calissane, Lançon-Provence, multiples fronts de taille.
Crédits © Pascal Julien
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13656/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 3 : Carrière de Calissane, Lançon-Provence, lits de découpe sur un front de taille.
Crédits © Pascal Julien
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13656/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 4 : Pierre Puget, atlante du portail de l’hôtel de ville de Toulon, 1655, pierre de Calissane.
Crédits © Pascal Julien
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13656/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Dulac, « Calissane, « une pierre a la beauté du marbre » », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 24 mai 2016. URL : http://crcv.revues.org/13656 ; DOI : 10.4000/crcv.13656

Haut de page

Auteur

Astrid Dulac

Historienne de l'art

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org