Navigation – Plan du site

Introduction

Béatrix Saule

Texte intégral

1Le colloque « Marbres de rois » qui s’est tenu au château de Versailles les 22, 23 et 24 mai 2003, fruit d’une collaboration avec l’université de Provence et le Laboratoire d’archéologie médiévale et moderne en Méditerranée (LA3M), reflète la volonté de diffusion de la recherche qu’a toujours prôné l’établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles et que poursuit aujourd’hui son Centre de recherche.

2Réunissant pour la première fois les plus grands spécialistes de la question, cette rencontre internationale a permis, à partir des recherches et des analyses les plus récentes, de comparer la manière dont les marbres polychromes avaient été utilisés dans les chantiers royaux et princiers européens aux xviie et xviiie siècles. Un accent particulier a en outre été mis sur la prospection et l’exploitation des carrières trop longtemps oubliées du sud de la France (Pyrénées, Languedoc, Provence), qui ont fourni des marbres aussi variés que prestigieux.

3Issus de plusieurs pays, archivistes, historiens, historiens d’art, conservateurs, mais également géologues, restaurateurs et architectes ont confronté leurs connaissances et découvertes pour offrir le panorama le plus complet possible sur un sujet jusqu’alors resté dans l’ombre.

4Dix années se sont écoulées depuis cette manifestation pionnière, et je me réjouis qu’elle ait suscité des études complémentaires, notamment sur les marbres wallons présents à Versailles, et qu’elle ait donné naissance à un programme plus spécifique dirigé par le Centre de recherche du château de Versailles intitulé « Enquête ethnologique : les décors de marbre au château de Versailles, de la carrière à l’édifice. Savoir-faire des marbriers de la montagne Noire (Minervois) ». Ce programme s’attache à recenser et identifier les provenances de l’ensemble des marbres du château, mais aussi et surtout à comprendre les systèmes et techniques d’extraction, les outils dont disposaient les carriers et les marbriers, les gestes et les savoir-faire et leurs modes de transmission. En effet, les carrières du Minervois et des Pyrénées comptaient parmi les principaux sites d’approvisionnement des marbres utilisés dans les décors architecturaux du château et du domaine de Versailles. Il vient ainsi compléter les études historiques importantes de Pascal Julien, de Sophie Mouquin et de Geneviève Bresc-Bautier sur l’exploitation des carrières aux xviie et xviiie siècles. Parallèlement à cette enquête, le Centre de recherche pilote un projet de base de données topographiques dont le but est d’inventorier et de documenter tous les marbres employés pour le décor architectural du domaine de Versailles et de Trianon encore en place de nos jours.

5Si le palais de Versailles et le château de Trianon – ce « palais de marbre » – doivent leur renommée à leur architecture, à leurs jardins, à leurs boiseries, ils la doivent également à ces « marbres les plus exquis de toutes les sortes » comme les qualifiait le duc de Saint-Simon…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrix Saule, « Introduction », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 26 août 2016. URL : http://crcv.revues.org/13666 ; DOI : 10.4000/crcv.13666

Haut de page

Auteur

Béatrix Saule

Directeur du musée national des châteaux de Versailles et de Trianon et du Centre de recherche du château de Versailles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org