Skip to navigation – Site map
2016

« Murs-murs » des pépinières de Trianon

“Whisperings” of the Trianon nurseries
Gabriela Lamy

Abstracts

A walk though the domain of Versailles sometimes takes visitors into the Châteauneuf valley between the gardens of the Grand and the Petit Trianon, along an enclosed path. If by chance they managed to push open one of this enclosure’s four gates they would discover the produce gardens, worked by the Trianon gardeners for over two hundred and sixty years. The walls were necessary to protect this food, and the floral and ornamental plants known from consulting numerous manuscripts and maps of the public and private uses that continue today.

Top of page

Full text

Fig. 1 : Orangerie et ancienne pépinière de fleurs du Grand Trianon, avril 2016.

Fig. 1 : Orangerie et ancienne pépinière de fleurs du Grand Trianon, avril 2016.

Photo : © Gabriela Lamy

  • 2 Garrigues 2001, p. 230-245.
  • 3 Le parterre de « découpés » de fleurs est constitué par un ensemble de petites pièces séparées par (...)
  • 4 Lamy 2015.
  • 5 Ibid., fig. 1.
  • 6 Nous remercions Yves Carlier, conservateur général en charge du département de la gestion des colle (...)
  • 7 AN, Minutier central, XCV, 51, « Marché des logements des jardiniers et des fontainiers de Trianon, (...)

Le château du Grand Trianon, appelé alors Trianon de Marbre, bâti à l’emplacement du Trianon de Porcelaine – qui avait été construit sur ordre de Louis XIV en 1670 – et qui venait d’être détruit, est édifié par Jules Hardouin-Mansart en 1687 et est accompagné d’un jardin qu’André Le Nôtre réaménage dès 16852 : devant le péristyle du château, il dessine le parterre haut, et sept marches plus bas le parterre bas, tous deux composés de délicats « découpés » de fleurs3. Près de la galerie de Trianon-sous-Bois sont créés le bosquet des Sources et le jardin du Roi4. Ce nouveau palais placé sous le signe de Flore nécessite la production d’une grande quantité de fleurs et d’arbustes. Une pépinière, presque aussi étendue que le jardin lui-même, est créée. De nombreuses plates-bandes de production florale et arbustive sont installées et de nouveaux bâtiments servant à la fois de logement aux « domestiques du jardin » et d’orangeries pour abriter les orangers sont construits. Cette unité de multiplication horticole bénéficie d’une alimentation sophistiquée en eau5. Ces aménagements sont détruits par Hardouin-Mansart une dizaine d’années plus tard pour faire place à de nouvelles salles vertes et à un mail où l’on pouvait jouer à des jeux de balles poussées ou frappées par un maillet6. En avril 1703, de nouveaux logements pour les jardiniers, les fontainiers et les inspecteurs sont construits à Châteauneuf dans le prolongement des jardins de Trianon, ainsi qu’une orangerie7 (fig. 2).

Fig. 2 : « Chasteau neuf de Trianon avec la distribution des logemens, novembre 1705 ». Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Va 424 H 186658.

Fig. 2 : « Chasteau neuf de Trianon avec la distribution des logemens, novembre 1705 ». Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Va 424 H 186658.

Une « Serre pour les Orangers et Fleurs » est installée au rez-de-chaussée. Aux 1er et 2e étages, deux « Serres pour les graines et oignons rares » sont également aménagées.

Photo : © Gabriela Lamy

Puis, lorsque Louis XV commence vers 1750 à réaménager le jardin du Roi à Trianon selon son goût et la mode du moment, de nouveaux sites de production florale sont construits, protégés par des murs spécifiques.

  • 8 La Quintinie 1999, p. 420. Sept à huit pieds de haut : soit 2,13 à 2,43 mètres.
  • 9 Quellier 2003, p. 140-144 : « Il ne saurait y avoir un jardin fruitier sans les murs. »
  • 10 Le palissage à la loque est le palissage des végétaux fruitiers en espalier effectué directement su (...)
  • 11 Le Potager du roi de Versailles a vu deux de ses murs s’effondrer en octobre 2013 et au printemps 2 (...)

D’après La Quintinie, les murs de clôture des potagers doivent avoir au moins 7 à 8 pieds de haut8, voire 9, pour que les arbres de demi-tige aient de quoi s’étendre en espaliers. Florent Quellier9 note que ces murs sont essentiels pour protéger les jardins de production des voleurs, des chasseurs et des bêtes sauvages. Ils servent de support à des espaliers et à des treilles, mais doivent éviter de créer une ombre préjudiciable aux différentes cultures du jardin. La hauteur du mur détermine la forme des espaliers, le choix des arbres nains ou/et de demi-tige et l’espacement entre les arbres : plus le mur est grand, plus l’espacement entre les arbres se réduit car il faut faire monter les arbres. Le mur est bâti avec des pierres, des cailloux, du plâtre et de la terre, et doit être couronné d’un chaperon permanent qui protège les arbres fruitiers des intempéries. Pour éviter que les animaux nuisibles, insectes ou petits rongeurs (rats, souris, mulots, loirs…), ne viennent se nicher près des cultures protégées du jardin, il doit être crépi de plâtre, de mortier ou de bauge. Il facilite aussi le palissage à la loque10 et le maintien des crochets sur lesquels est fixé le treillage tout en renforçant la solidité des murs11.

  • 12 La pépinière des fleurs est aussi appelé jardin fleuriste : jardin d’utilité ou partie d’un jardin (...)

L’ensemble des murs des pépinières de Trianon concerne trois anciens jardins créés au fur et à mesure des besoins : vers 1750, la pépinière des fleurs12 des jardins du Grand Trianon ; en 1753, le jardin particulier de l’architecte Ange-Jacques Gabriel ; et, en 1764, le potager du Petit Trianon. Ces jardins vont connaître au fil du temps des usages et des affectations différents que nous nous proposons d’analyser.

La pépinière des fleurs du Grand Trianon

Les jardiniers Belleville

  • 13 Lamy 2015.
  • 14 Chaussigaud 2014, p. 18.
  • 15 AN, O1 1883(1) : « 10 août 1777, Le Sr Belleville père a l’honneur… Sa Majesté a daigné le faire as (...)
  • 16 Charles-François-Paul Le Normand de Tournehem (1684-1751) est nommé en 1745 directeur des Bâtiments (...)

Louis XV crée à partir de 1749 un nouveau jardin situé dans l’axe du « Jardin particulier du Roy » au Grand Trianon que son aïeul avait fait aménager en 168813. La mode est alors à la collection de fleurs dont les jardiniers-fleuristes réussissent à obtenir un nombre croissant de variétés. « Les fleurs deviennent les symboles de séduction, de fécondité, de sexualité, parfois de luxure et, toujours, d’opulence14. » Ce nouveau jardin nécessite donc une nouvelle unité de production florale que l’on met en place vers 1750 dans une enceinte close de murs de 2 arpents et 25 perches (un peu moins de 1 hectare). Quatre cent quarante-deux toises de murs (ou 861 mètres) clôturent l’ensemble (fig. 3). Le réservoir quadrilobé du Trèfle tout proche l’alimente en eau. Cette pépinière de fleurs produit en coulisse les fleurs des parterres du Grand Trianon et ceux du nouveau jardin de la ménagerie15. Depuis 1746, le jardinier du roi à Trianon – qui n’est pas encore appelé Grand Trianon – est Louis-Jean-Baptiste Belleville (1712-1786), ancien jardinier de Lenormand de Tournehem16 au château d’Étiolles. Il a remplacé Guillaume Picard (vers 1685-1745) qui vient de mourir à Trianon en 1745. Son fils Jean-Baptiste-Joseph Belleville (1745-1789) lui succède en 1786 et l’épouse de ce dernier, Marie-Louise Belleville (1757-1830), le remplace à sa mort en 1789, à la veille de la Révolution, jusqu’en 1815.

Fig. 3 : « Enclos destiné pour une Nouvelle Pépinière […] ». Paris, Archives nationales, Cartes et Plans, O1 1885(1), no 26.

Fig. 3 : « Enclos destiné pour une Nouvelle Pépinière […] ». Paris, Archives nationales, Cartes et Plans, O1 1885(1), no 26.

Photo : © Gabriela Lamy

  • 17 Olivesi 2012.
  • 18 AN, O1 2103, liasse 3 : « État des plans d'arbres, arbustes, buis nain et de bois, et arbres fruiti (...)
  • 19 AN, O1 1883, liasse 2 : « M. Lecuyer expose par la note ci-jointe… », document consultable en ligne (...)
  • 20 AN, O1 1883(A), liasse 3 : « Nottes des arbres fruitiers nécessaires pour les regarnis de la pépini (...)
  • 21 Archives départementales des Yvelines (désormais ADY) 2Q 16, « 10 avril 1793 – Inventaire des arbre (...)

Peu de sources décrivent le fonctionnement de cette unité de production florale et fruitière. Quelques regarnis17 permettent de retrouver des arbres fruitiers pour la pépinière des fleurs et le potager de Trianon18. En 1773, Pierre Andrieux (1713-1781), marchand grainier à « l’Oiseau d’or, Quai de la ferraille à Paris » et futur beau-père de Philippe de Vilmorin (1746-1804), propose des bulbes à Belleville pour les parterres du vieux Trianon où « le roi va si peu ; cependant comme les Princes y vont quelque fois, qu’il excite la curiosité de tous les Etrangers qui vont à Versailles – ne seroit-il pas indécent qu’une aussi belle maison annonçat par le nud de ses parterres un abandon entier19 ? ». Puis, le 16 octobre 1790, la jardinière en chef Marie-Louise Belleville commande plusieurs variétés d’arbres fruitiers20. La période révolutionnaire permet d’en faire un état des lieux : le 10 avril 1793, un « inventaire des arbres et autres objets existant dans le Potager de Trianon » relève 627 arbres fruitiers dont 130 sont à détruire et 497 à conserver21.

  • 22 AN, F17 1223-1224, « Thouin, Rapport commission temporaire des Arts… 15 fructidor an II ».

Dans le cadre des inventaires des végétaux rares et précieux repérés dans les jardins d’émigrés et condamnés, André Thouin, jardinier en chef du nouveau Muséum national d’histoire naturelle, relève le 16 fructidor an II (2 septembre 1794) dans l’orangerie du Grand Trianon 167 arbres dont 100 au moins en caisse peuvent être utilisés aux Tuileries. Il constate également que « 50 autres formés en buisson de 5 à 6 pieds de haut d’une forme pyramidale et garnis de leurs branches depuis le collet de la racine jusqu’en haut sont plantés dans des petits tonneaux de bois cerclés de fer destinés à être enterrés pendant l’été dans le jardin22 » : des orangers en pots sont donc plantés en pleine terre dans les parterres du Grand Trianon jusqu’à la Révolution.

  • 23 ADY, 2Q 17, « 12 messidor an IV [30 juin 1796] Estimation en revenu et en capital sur le pied de 17 (...)

Derrière l’orangerie se trouvent une basse-cour avec un hangar, une écurie pour deux chevaux garnie d’une mangeoire et d’un râtelier et un petit escalier pour monter au grenier. En face, une autre écurie est construite pour huit chevaux, avec mangeoire et râtelier et deux pièces dont une à cheminée23 (fig. 20, détail de la fig. 19).

Annexe de la Pépinière nationale de Trianon

  • 24 AN, F10 388, « Rapport présenté au Ministre de l’Intérieur, ventôse an 9 ».

Le 3 ventôse an IX (22 février 1801), Jean-Pierre Péradon (1743-1816), inspecteur des jardins et pépinières nationales depuis 1793, demande à avoir la main sur « ce jardin qui ne sert plus au grand trianon et tourne au profit seul de la jardinière ; il a été l’année dernière emblavé en bled. Il convient de lui donner une destination plus conséquente pour le bien public24 ». À la suite de cette requête, le jardin cultivé par la jardinière du Grand Trianon intègre la Pépinière nationale de Trianon (fig. 4 et 19).

Fig. 4 : « Frédéric Nepveu, Plan général des palais, bâtiments, parcs et jardins du Grand et du Petit Trianon, 1er décembre 1840… » (détail). Archives du château de Versailles, PN59.

Fig. 4 : « Frédéric Nepveu, Plan général des palais, bâtiments, parcs et jardins du Grand et du Petit Trianon, 1er décembre 1840… » (détail). Archives du château de Versailles, PN59.

Q : ancienne orangerie dans les pépinières ; R : bâtiment des pépinières.

Photo : © Archives du château de Versailles

Les Pépinières nationales de plants de légumes (1917-1919) et Georges Truffaut à Trianon pendant la Grande Guerre

  • 25 Il deviendra ministre de l’Agriculture de 1917 à 1919.
  • 26 Forest 1916b.
  • 27 Forest 1916a.
  • 28 Truffaut 1917.

André Lavoinne (1867-1952), député de Seine-inférieure, spécialisé dans les questions agricoles, accompagné de Victor Bouret (1872-1952), député de la Vienne, sélectionneur de semences25, remarque au printemps 1915 au cours de visites qu’il effectue sur le front qu’un petit nombre de jardins potagers sont installés par les poilus. Cette initiative lui paraît intéressante et il souhaite la voir se généraliser. Créer des « jardins des poilus » devient alors son cheval de bataille et « Des carottes ! Des épinards ! » un slogan que Louis Forest, journaliste, reprend dans Le Matin26. Ce journal quotidien relate les tracasseries administratives que rencontre ce projet mais constate aussi les initiatives de création de potagers militaires prises par exemple en juillet 1916 à Saint-Germain-en-Laye ou à Bourges au Dépôt des convalescents. D’après le journal, il faut non seulement créer des jardins militaires, mais aussi des jardins potagers familiaux pour produire des légumes nécessaires à la consommation de la famille27. Georges Truffaut (1872-1948), ingénieur agricole (Grignon, 1891), publie en 1917 un ouvrage tiré à 5 000 exemplaires, Produisez des légumes, utilisez tous les terrains disponibles28, afin d’inciter les citoyens à cultiver eux-mêmes leurs potagers. Il préconise de développer une culture potagère familiale :

Tous les Français qui ne sont pas aux Armées et qui disposent, en dehors de leur travail, de quelques heures de loisirs devraient considérer, comme un devoir, de produire des légumes, au moins pour leur suffisance et pour celle de leur famille.

Il s’était rendu auparavant en Angleterre en 1917 au cours d’une mission d’État du ministre de l’Agriculture. La campagne navale allemande menée par les U-Boots depuis février 1917 bloquant le ravitaillement de la population britannique a poussé les autorités à inciter les citoyens britanniques à cultiver leur propre potager : toute surface cultivable est à utiliser pour produire des légumes. À titre d’exemple, une partie des jardins de Buckingham Palace, de Kew et de celui du premier ministre Lloyd George sont transformés en jardins potagers. Des parcelles appartenant à l’État – ou allotments – sont proposés aux habitants et leur nombre passe de 450 000 à plus de 1,5 million en 1918. À Kew, des modèles d’allotments sont cultivés et associés à des cours de culture potagère permettant trois récoltes de légumes par an.

Porté volontaire dès le 2 août 1914, à l’âge de 42 ans, Georges Truffaut a été affecté au GVC secteur B (gardes des voies de communication) et il a constaté la pénurie de légumes et le souhait des militaires de voir se modifier leur régime alimentaire, trop carné à leur gré (450 grammes par homme et par jour) et pas suffisamment diversifié. Les rations de viande, de haricots secs, de riz et de lentilles sont plus que largement suffisantes alors que celles de légumes frais ne le sont pas.

  • 29 Ibid., p. 6.

Tous les poilus se plaignent de manger trop de viande et accueillent avec joie les arrivages de légumes frais, malheureusement trop rares, qui leur rappellent le temps heureux, où ils allaient, avant leur repas, cueillir eux-mêmes leur salade fraîche29.

Pour Truffaut, il faut donc créer, en plus des potagers familiaux, des pépinières nationales de plants de légumes pour préparer dans un petit espace de terrain des quantités énormes de jeunes plants qui, faciles à transporter sur le front dans des jardins potagers militaires, pourront assurer la nourriture d’un grand nombre de soldats. Trois conditions s’imposent pour matérialiser ce programme : la détention de plusieurs terrains adéquats, la disposition d’une main-d’œuvre et enfin des fonds nécessaires pour faire les premières installations (achats de fumier, châssis, graines, matériel de culture, différents modes d’irrigation, etc.).

Le 1er avril 1917 est créée l’Œuvre des pépinières nationales de plants de légumes du Touring-Club de France. Étienne Clémentel (1864-1936), ministre du Commerce et de l’Industrie, en est président, Henry Defert, vice-président du Touring Club de France, est vice-président, Victor Boret, ministre de l’Agriculture, est président du comité d’honneur et Georges Truffaut, directeur. Aucun officier ne figure ni dans le comité d’honneur, ni dans le conseil d’administration. Georges Truffaut fait remarquer qu’il y a à Trianon des terres appartenant à l’État, inutilisées et laissées incultes depuis le début de la guerre. Commencent alors les premiers travaux d’aménagement dans les anciennes pépinières de Trianon (fig. 5, 6 et 7). Le jardinier en chef de Trianon est alors Amédée Dandalle (1866-1918).

Fig. 5 : Albert Moreau, Versailles – Au Trianon, la culture potagère par les Tonkinois. Le départ pour le travail [mai 1917].

Fig. 5 : Albert Moreau, Versailles – Au Trianon, la culture potagère par les Tonkinois. Le départ pour le travail [mai 1917].

On reconnaît Georges Truffaut en uniforme.

Photo : © ECPAD SPA 196M 3870

Fig.  6 : Albert Moreau, Versailles – Au Trianon, la culture potagère par les Tonkinois. La culture des poireaux [mai 1917].

Fig.  6 : Albert Moreau, Versailles – Au Trianon, la culture potagère par les Tonkinois. La culture des poireaux [mai 1917].

Photo : © ECPAD SPA 196M 3873

Fig. 7 : Henri Stuckert, Dans les jardins maraîchers de Versailles (mai 1917), des équipes de travailleurs tonkinois cultivent les légumes.
Credits : © ECPAD, 14.18 A 411

  • 30 Il venait du sous-secrétariat de l’Instruction publique où il était intégré à l’équipe des photogra (...)
  • 31 Guillot 2010.
  • 32 Georges Truffaut est nommé lieutenant le 21 mai 1917.
  • 33 Truffaut 1918a et 1918b.

Dès le 17 mai 1917, Albert Moreau, « reporter-photographe30 » de la section photographique de l’Armée créée le 9 mai 191531, réalise un reportage sur le travail à Trianon des cent Tonkinois que le général de Sailly, gouverneur militaire de Seine-et-Oise, a confiés au lieutenant Truffaut32. La présence des Tonkinois est relatée dans Le Matin du 26 mai 1917. Truffaut publie, au début de l’année 1918, Des légumes pour nos Poilus, des arbres fruitiers pour nos Régions dévastées par les Barbares où les photos de la section photographique de l’Armée illustrent son propos33. Les cent tirailleurs tonkinois viennent du 11e bataillon, un des 15 bataillons d’étapes indochinois employés immédiatement derrière les armées pour assurer ses communications et son ravitaillement (fig. 8 et 9).

Fig. 8 : Albert Moreau, Culture potagère des travailleurs tonkinois. Choux (14/05/1917).

Fig. 8 : Albert Moreau, Culture potagère des travailleurs tonkinois. Choux (14/05/1917).

Sept semaines après la mise en état des terrains à Trianon, 200 000 plants de choux sont arrachés par les Tonkinois.

Photo : © ECPAD SPA 196M 3875

Fig. 9 : Albert Moreau, Versailles – Au Trianon, la culture potagère par les Tonkinois. Les plants de tomates (14/05/1917).

Fig. 9 : Albert Moreau, Versailles – Au Trianon, la culture potagère par les Tonkinois. Les plants de tomates (14/05/1917).

Une couche chaude, constituée de fumier produisant par fermentation une chaleur plus ou moins forte, permet le forçage des plants de tomates. Un tirailleur arbore fièrement sa montre-bracelet, objet que l’on portait depuis peu au poignet.

Photo : © ECPAD, SPA 196M 3878

  • 34 Archives RMN Paris-Louvre, V2 1914-1918, « Le Sous-Directeur d’État des Beaux-Arts à Monsieur le Di (...)

Deux mois plus tard, des soldats territoriaux RAT (réserve de l’Armée territoriale) remplacent les Tonkinois (fig. 10). Le 2 juin 1917, Georges Truffaut est autorisé à disposer d’un certain nombre de chambres situées au-dessus de l’Orangerie du Petit Trianon pour y loger un détachement d’une vingtaine d’hommes employés au Service des pépinières nationales34.

Fig. 10 : Lemare, Un jardin de Trianon, septembre 1917.

Fig. 10 : Lemare, Un jardin de Trianon, septembre 1917.

Les cadres rectangulaires en bois ou en béton appelés coffres reçoivent des châssis amovibles permettant la protection et le hâtage des légumes. Les brise-vent constitués par des végétaux en alignement servent à protéger du vent les végétaux.

Photo : © ECPAD, SPA 132Z 5028

Les plants arrachés sont ensuite serrés dans des petits paniers en roseau de Provence (ou paniers à fleurs de Nice) qui servent à l’expédition des fleurs du Midi (0,70 x 0,35 x 0,15). Le service des emballages est d’abord installé dans l’orangerie du Grand Trianon. Mais ce local est vite jugé insuffisant ; le ministre des Beaux-Arts met alors à la disposition de l’Œuvre l’orangerie du château de Versailles où il règne une atmosphère constamment fraîche et favorable à la conservation des plants pendant leur séjour d’attente avant leur emballage et leur expédition (fig. 11 et 12). Chaque panier peut contenir 500 à 1 000 plants de choux, 1 000 à 2 000 poireaux ou oignons, et pèse, une fois rempli, environ 10 kilogrammes. Les colis bien ficelés sont accompagnés d’une notice explicative sur les soins à donner aux plants dès leur arrivée, ainsi que les renseignements nécessaires à leur mise en place définitive dans le potager militaire.

Fig. 11 : Jacques Ridel, Ficelage et transport des paniers de légumes, [28 juillet 1917].

Fig. 11 : Jacques Ridel, Ficelage et transport des paniers de légumes, [28 juillet 1917].

En 1917, plus de 20 000 paniers sont envoyés aux armées.

Photo : © ECPAD, SPA 18W 1025

Fig. 12 : Jacques Ridel, Camion partant pour le front, [28 juillet 1917].

Fig. 12 : Jacques Ridel, Camion partant pour le front, [28 juillet 1917].

Photo : © ECPAD, SPA 18W 1028

Les plants de légumes sont acheminés dans un délai de quatre jours à partir de l’arrachage vers les unités combattantes par camion du service postal automobile de l’armée qui assure des transports réguliers et rapides (fig. 12). À la fin d’octobre 1917, 26 millions de plants de légumes (choux, navets et rutabagas, choux-raves, choux-fleurs, poirées, poireaux, chicorées et scaroles, céleris, tomates, tétragones et 9 millions d’oignons) ont été produits et envoyés dans les jardins de cantonnement sur le front, améliorant ainsi la nourriture des soldats et faisant renaître la vie dans les régions récemment reconquises sans causer aucune dépense au budget militaire. Quatre-vingt-sept pour cent des plants livrés donnent de bons résultats : 2 436 formations militaires ont reçu ainsi en 1917 des plants de légumes de Versailles.

  • 35 Truffaut 1918b, p. 239-248.

La réussite de cette première année de culture se traduit par un plat de légumes supplémentaire à chaque repas et surtout une baisse sensible du prix des légumes vendus aux troupes dans les cantonnements où il existe des jardins potagers. Truffaut propose des recettes culinaires susceptibles d’être préparées par des cuisiniers militaires pour 100 personnes : artichauts à la sauce blanche, carottes au blanc, céleris à l’espagnole, choux braisés, choux rouges à l’alsacienne, choucroute braisée, chou-fleur à la vinaigrette, haricots blancs à la maître d’hôtel, purée d’oignons au riz, pois frais au lard en bande, pommes de terre frites, salade cuite aux pommes de terre, soupe paysanne, pot-au-feu, etc.35.

Plus tard d’autres terrains sont mis gracieusement à la disposition de l’Œuvre des pépinières nationales par la ville de Versailles et par des particuliers. Six hectares environ viennent ainsi s’ajouter aux 8 000 mètres carrés d’abord utilisés. Le jardin de l’hôtel du Trianon Palace, par exemple, se voit planté de plants de rutabagas (fig. 13).

Fig. 13 : Lemare, Vue d’ensemble du terrain de Trianon Palace, [septembre 1917].

Fig. 13 : Lemare, Vue d’ensemble du terrain de Trianon Palace, [septembre 1917].

Photo : © ECPAD SPA 132 Z 5024

  • 36 Il sera nommé chevalier de la Légion d’honneur le 24 mars 1923.
  • 37 Taillebois 2013.

La mission de Georges Truffaut en tant que directeur des Pépinières nationales des plants de légumes prend fin en 191936. Le jardin est affecté de nouveau à la culture des arbres et arbustes destinés aux Domaines nationaux. L’orangerie fera l’objet d’une restauration importante avant la deuxième guerre mondiale (fig. 14 et 15)37.

Fig. 14 : Orangerie de Trianon près Châteauneuf, v. 1933-1940. Archives du château de Versailles, plaque de verre, NV6749.

Fig. 14 : Orangerie de Trianon près Châteauneuf, v. 1933-1940. Archives du château de Versailles, plaque de verre, NV6749.

Des pieds de plantes grimpantes sont mis en culture devant l’orangerie.

Photo : © Archives du château de Versailles

Fig. 15 : Orangerie de Trianon près Châteauneuf, v. 1933-1940. Archives du château de Versailles, plaque de verre, NV6746.

Fig. 15 : Orangerie de Trianon près Châteauneuf, v. 1933-1940. Archives du château de Versailles, plaque de verre, NV6746.

Photo : © Archives du château de Versailles

Les jardins particuliers

Le jardin Gabriel

  • 38 AN, O1 1883(1), « Pépinière à fleurs du jardin de Trianon, Gabriel supplie… ce 24 décembre 1753 ».

Jacques-Ange Gabriel (1698-1782), premier architecte du roi, obtient par brevet du roi le 5 décembre 1753, à la réquisition du gouverneur du domaine de Versailles Philippe de Noailles, prince de Poix (1715-1794), un terrain pour se former un « petit jardin le long de la nouvelle pépinière à fleurs du jardin de Trianon ». Puis il demande au marquis de Marigny la clôture de celui-ci pour un montant de 4 000 livres (fig. 16)38.

Fig. 16 : « Terrain demandé par M. Gabriel, premier architecte des Bâtimens du Roy pour en jouir sa vie durant » (détail). Paris, Archives nationales, Cartes et Plans, O1 1887(1), no 24.

Fig. 16 : « Terrain demandé par M. Gabriel, premier architecte des Bâtimens du Roy pour en jouir sa vie durant » (détail). Paris, Archives nationales, Cartes et Plans, O1 1887(1), no 24.

Photo : © Gabriela Lamy

  • 39 Langlois 1947.

Gabriel bénéficie, comme d’autres agents royaux, du privilège d’occuper sa vie durant en tant qu’usufruitier une portion du domaine royal où il peut aménager un jardin, planter des arbres fruitiers ou faire construire à ses frais un bâtiment à condition que ce dernier ne soit pas visible d’un des châteaux de Versailles. Il disposait auparavant d’un jardin situé entre la porte Saint-Antoine et le bassin du Dragon, composé d’une petite pièce d’eau, d’un potager, de bosquets et d’une maison où étaient logés son jardinier Louis Crosnier et sa nombreuse famille. La marquise de Pompadour, ayant jeté son dévolu sur ce jardin retiré du domaine de Versailles, l’a obtenu par brevet daté du 1er février 1749, régularisant une prise de possession des lieux commencée dès 1748 et y a fait bâtir le pavillon de l’Ermitage39.

L’accès au nouveau jardin de Gabriel se fait par une porte donnant sur le réservoir du Trèfle – aujourd’hui condamnée. Plusieurs compartiments sont aménagés à l’intérieur du jardin (fig. 17 et 18).

Fig. 17 : « Plan du grand trianon fait en 1776 ». Château de Versailles, inv.dess 643.

Fig. 17 : « Plan du grand trianon fait en 1776 ». Château de Versailles, inv.dess 643.

Photo : © Arts graphiques du château de Versailles/Christophe Fouin

Fig. 18 : « Plan du grand trianon fait en 1776 » (détail). Château de Versailles, inv.dess 643.

Fig. 18 : « Plan du grand trianon fait en 1776 » (détail). Château de Versailles, inv.dess 643.

Photo : © Arts graphiques du château de Versailles/Christophe Fouin

Les jardins Forgeot et Bazin

  • 40 Il deviendra premier garçon de la chambre de la Reine et secrétaire du gouvernement de Versailles e (...)
  • 41 AN, O1 1883(5), « Demande de M. Forgeot, 22 Xbre 1778 ».

En 1777, Gabriel cède la jouissance de son jardin à Julien Bazin (1736-1801)40, premier valet de chambre du gouverneur du château de Versailles, Philippe de Noailles, et à Claude-Étienne Forgeot (1728-1788), premier apothicaire du roi. Un brevet leur est accordé par Louis XVI le 19 janvier 177741. Le jardin de Gabriel est donc divisé en deux lots et un mur est élevé pour les séparer (fig. 19 et 20).

Fig. 19 : « Plan terrier […] divisés en dix parties inégales […] 27 germinal an 3 [16 avril 1795] ». Archives municipales de Versailles, 7 Fi 224.

Fig. 19 : « Plan terrier […] divisés en dix parties inégales […] 27 germinal an 3 [16 avril 1795] ». Archives municipales de Versailles, 7 Fi 224.

Photo : © Christophe Fouin

Fig. 20 : « Plan terrier […] divisés en dix parties inégales […] 27 germinal an 3 [16 avril 1795] » (détail). Potager Forgeot, jardins potagers fruitiers Bazin. Archives municipales de Versailles, 7 Fi 224.

Fig. 20 : « Plan terrier […] divisés en dix parties inégales […] 27 germinal an 3 [16 avril 1795] » (détail). Potager Forgeot, jardins potagers fruitiers Bazin. Archives municipales de Versailles, 7 Fi 224.

Photo : © Christophe Fouin

  • 42 ADY, 2Q 17, « Paris le 5 fructidor l’an deuxième, Commission des revenus nationaux au citoyen prési (...)

Claude-Étienne Forgeot demande le 22 décembre 1778 l’autorisation de construire une petite salle en bois dont il « ne pourrait résulter aucun inconvénient de cette construction, parce qu’elle n’excéderait pas le mur et que le jardin et la bâtisse projetée ne peuvent obstruer en aucune manière la vue du château ». Il fait construire également un petit bâtiment couvert en ardoise composé de trois pièces servant de fruiterie42.

  • 43 Jean de Canolle, minéralogiste, sera guillotiné le 23 mai 1794.
  • 44 Archives Académie des Sciences, fonds Lavoisier, carnet 16, « Rapport sur un procédé pour convertir (...)

Son jardin a fait l’objet le 3 juin 1786 de l’expérience de transformation de tourbe en charbon sous la direction de son inventeur, le sieur de Canolle43, en présence de Lavoisier, du docteur Lassonne, de Henry, inspecteur des jardins de la Reine, et d’Antoine Richard, jardinier de la Reine : en trois jours, à l’aide d’un four circulaire en briques, huit paniers de tourbe ont produit trois paniers et demi de charbon. Antoine-Laurent Lavoisier a rédigé à l’attention de l’Académie des Sciences un mémoire sur ce procédé, concluant cependant que cette expérience ne présente rien d’assez neuf qui mérite le privilège exclusif sollicité44.

  • 45 Le décret de la Convention du 10 juin 1793 cosigné par Delacroix règle les modalités de la mise en (...)

Claude-Étienne Forgeot décède le 7 janvier 1788, et le jardin aurait dû revenir en principe à la Couronne. Mais son épouse continue à l’occuper jusqu’au mois d’avril 1793, date à laquelle on lui demande de quitter les lieux pour laisser la place aux nouvelles Pépinières nationales de Trianon qui ont besoin de locaux clos et sécurisés pour la culture des végétaux étrangers. Elle essaie de se prévaloir de l’article 54, section 7, de la loi du 10 juin 179345 qui veut que :

ceux qui ont fait construire des édifices sur des terrains dont la jouissance leur a été accordée par des brevets des cy-devants Rois, continuent de jouir de ces édifices pendant leur vie et qu’au cas de vente ils sont indemnisés de leur jouissance parce que cette disposition ne s’applique qu’aux concessionnaires et usufruitiers vivants à l’époque de la promulgation de cette loi.

  • 46 Archives RMN Paris-Louvre, V2 1914-1918, op. cit.

Son mari étant mort au moment de la promulgation, elle ne peut donc s’en prévaloir et obtenir une indemnité. Elle demande toutefois, avant de partir, à récupérer les biens meubles qu’elle et son mari avaient installés dans le jardin dans la petite salle en bois qu’ils avaient construite46, tels que deux petits cabinets à côté de la cheminée du salon, les dessus de cheminée et la glace au-dessus, des bras à deux branches de cuivre doré, une jalousie à la croisée du salon, les poteaux et fermes qui servaient à une tente, une armoire dans la cuisine, une cinquantaine de cloches, deux arrosoirs en cuivre et une cheminée à brûler du charbon de terre, qui devait être celle de l’expérience de 1786 citée plus haut. Sa requête est satisfaite.

  • 47 ADY, 2Q 17, « État des arbres qu’il est urgent de remplacer dans les dépôts… 13 janvier 1796 ». Doc (...)

Puis le potager Forgeot intègre en 1793 le dépôt des plantes rares et précieuses. En 1796, Antoine Richard, jardinier en chef de ce dépôt, commande pour cet enclos 496 pêchers, abricotiers, pommiers nains et pommiers paradis47.

  • 48 AN, O1 116 : un brevet lui accordait déjà le 6 janvier 1770 un terrain « dans le parc de Versailles (...)
  • 49 ADY, 2Q 15, « 18 prairial an VI [6 juin 1798]. Estimation d’un domaine provenant de la ci-devant li (...)
  • 50 Ibid.

Quant à Julien Bazin (1736- ?), premier valet de chambre du gouverneur du château de Versailles Philippe de Noailles, il obtient de Louis XVI, le 26 juin 1777, un brevet supplémentaire48 qui lui accorde la jouissance d’un supplément de terrain pour le dédommager, « sa partie s’étant trouvée plus petite et moins régulière que celle dudit S. Forgeot49 ». Il fait dans son jardin de nombreux aménagements qu’une estimation rédigée le 6 juin 179850 aide à reconstituer (fig. 21). Ce rare document permet aussi de quantifier le produit pécuniaire de ce type de jardin de rapport privatif estimé à 9 472 francs.

La partie enclose de murs, consiste en une première cour ayant son entrée par une porte cochère ouvrante à deux vantaux en face du logement du jardinier du grand Trianon, une grande avenue entre deux, dans laquelle cour sont construits, savoir un bâtiment servant de logement au jardinier, composé de trois pièces et cheminée au rez-de-chaussée, une étable à vache, une remise et une laiterie, grenier sur le tout qui est couvert de roseaux, deux petits pavillons en face dudit bâtiment, dont un consistant en une pièce par bas servant de sellier et une chambre au premier étage, grenier perdu au-dessus couvert de tuiles, le second pavillon de pareille dimension et division, un petit bassin entre ces deux pavillons, lequel bassin est alimenté par une conduite en plomb, terminée par un robinet qui se décharge dans une auge en bois garni en plomb d’où l’eau tombe ensuite dans ledit bassin ; une seconde cour séparée de la première, par un mur à hauteur d’appui couvert d’une tablette de pierre ; dans ladite seconde cour est un grand hangar, construit en charpente et couvert en roseaux, et cabinet d’aisance, le reste de la dite cour plantée en arbres fruitiers. […] Un jardin ayant son entrée par la deuxième cour, et par une porte ouvrante à deux vantaux donnant sur le grand réservoir de Trianon […] Le dit jardin divisé en trois parties par des murs de séparation, garnis de treillage, planté de trois cent-soixante-huit beaux arbres fruitiers en plein rapport, une conduite en plomb, donnant de l’eau en deux endroits pour arroser ; un petit salon dans le dit jardin construit en bâti et planches proprement fait et couvert en treilles, un corps de bâtiment construit extérieurement et ayant son entrée par le jardin consistant en une petite cour de forme très irrégulière, une grande fruiterie garnie de ses tablettes, le plancher en planche, grenier au-dessus couvert d’ardoises, cabinet d’aisance à côté, un autre bâtiment n’ayant qu’une seule pièce par bas formant retour servant de serre pour conserver différentes productions du jardin pendant l’hiver, grenier au-dessus couvert de tuiles. […]

Une autre partie du jardin enclose par une haie vive en palis consiste en deux vergers plantés de 87 arbres fruitiers dont 44 en éventail.

  • 51 ADY, Registre paroissial des baptêmes – Versailles Notre-Dame –, 1783, p. 36.

Le jardinier qu’il emploie, Louis-Dominique Dorée, habite sur place, dans la maison du jardinier citée plus haut. Antoine Richard, alors jardinier de la Reine au Petit Trianon, est parrain du petit Antoine Dorée né le 1er avril en 178351.

Fig. 21 : « Estimation d’un domaine provenant de la ci-devant liste civile connu sous le nom de jardin du citoyen Bazin, 18 prairial an VI [6 juin 1798] » [détail]. Paris, Archives départementales des Yvelines, 2Q 15.

Fig. 21 : « Estimation d’un domaine provenant de la ci-devant liste civile connu sous le nom de jardin du citoyen Bazin, 18 prairial an VI [6 juin 1798] » [détail]. Paris, Archives départementales des Yvelines, 2Q 15.

Photo : © Gabriela Lamy

Les jardins particuliers ou jardins des employés

  • 52 AN, O3 1239-40, « État des jardins particuliers dépendant des diverses maisons royales dont la joui (...)

Les jardins potagers et fruitiers de Bazin resteront par la suite des jardins particuliers (ou jardins des employés) concédés au personnel de Trianon. En 1815, un état des lieux en est rédigé par Jean-Baptiste-Louis Lelieur de Ville-sur-Arce (1765-1849), administrateur des parcs et jardins impériaux depuis 1805 : il constate à propos des différentes personnes à qui on accorde cette faveur dans les diverses maisons royales que « leur titre de jouissance n’est autre que l’exercice de leur emploi parce que beaucoup de ces jardins ont été affectés à tel ou tel employé et dépendaient assez ordinairement de leur logement ». Aucun titre de jouissance n’est écrit. Ainsi à Trianon en 1815, le concierge Boucheman, la veuve Belleville, jardinière au Grand Trianon, le taupier Lecerf, le frotteur du palais Jourdain, le garde forestier La Pierre, le fontainier Mefat, le jardinier du Petit Trianon et celui des pépinières bénéficient chacun d’un jardin particulier de 8 à 36 arpents52. Aujourd’hui l’ancien « bâtiment servant de logement au jardinier » cité plus haut ne subsiste plus mais cette parcelle est occupée par les jardiniers en chef successifs de Trianon.

Le potager du Petit Trianon

Les jardiniers Richard

  • 53 ADY, Registres paroissiaux, Saint-Germain-en-Laye, Baptêmes 1750, p. 30.
  • 54 AN, O1 1072, no 429, « Bon du roi, 12 janvier 1751 ».

Grâce au soutien de Louis de Noailles (1713-1793), gouverneur du château de Saint-Germain, le marchand fleuriste saint-germanois Claude Richard (1705-1784), spécialisé dans la création de variétés de renoncules et dans la culture forcée des fruits sous serres chaudes, devient en 1750 « inspecteur des Jardins à fleurs de Madame la Marquise de Pompadour à l’Hermitage53 » qu’elle vient de faire bâtir à l’orée du parc de Versailles puis « jardinier-fleuriste de Trianon54 ». Les aménagements horticoles qu’il met en place au nouveau Trianon nécessitent sans cesse des espaces supplémentaires et un potager est demandé en 1764 (fig. 22).

Fig. 22 : « Nouveau potager du sieur Richard avec enclos pour la figuerie, les couches et la cour à fumier ». Paris, Archives nationales, Cartes et Plans, O1 1887(1), no 32.

Fig. 22 : « Nouveau potager du sieur Richard avec enclos pour la figuerie, les couches et la cour à fumier ». Paris, Archives nationales, Cartes et Plans, O1 1887(1), no 32.

Photo : © Gabriela Lamy

  • 55 Lamy 2014.

L’état de la dépense pour la construction des murs s’élève le 4 avril 1764 à 12 280 livres. L’enclos sert à la culture d’arbres fruitiers en espaliers et contre-espaliers entourant des carrés de culture potagère. La fraise blanche du Chili y est envoyée en 1764 et livrée en 178455.

Fig. 23 : Louis de Torhout, Fraises blanches du Chili, cire, 2013.

Fig. 23 : Louis de Torhout, Fraises blanches du Chili, cire, 2013.

Photo : © Gabriela Lamy

  • 56 ADY, 2Q 16, « Extrait du registre des délibérations du Directoire du District de Versailles, 23 plu (...)

À la Révolution un dépôt des plantes rares ayant été décidé à cet endroit, les arbres fruitiers plantés le long des murs sont enlevés et 454 trous contenant les dés qui soutenaient les fers autour des carrés sont rebouchés le 11 janvier 179556.

Dépôt des plantes rares et précieuses

  • 57 Archives municipales de Versailles, 5M 1655, Petit Trianon I, « Séance publique du vingt-huit mars (...)
  • 58 Letouzey 1989.
  • 59 AN, F171227, correspondance de Roland et Thouin, fos 46 et 47, et BC MNHN, Ms 306, « Commission de (...)

En effet, par un arrêté du 13 février 1793, le potager du Petit Trianon est choisi pour servir de « dépôt des plantes rares et précieuses extraites du mobilier national »57. Il est confié à Antoine Richard qui devient « botaniste conservateur des dépôts de plantes à Trianon » ou « jardinier conservateur des arbres et plantes rares et précieuses de Trianon ». Les plantes dont il a la charge ont été saisies dans les jardins des émigrés ou condamnés tels que ceux de Monsieur à Versailles, de Madame à Montreuil, du comte d’Artois à Bagatelle et de Mme de Tessé à Chaville. Ces plantes seront ensuite distribuées dans les futures écoles de botanique des quatre-vingt-deux nouveaux départements français. Cette opération de centralisation puis de redistribution des plantes exotiques à des fins pédagogiques et utiles est ordonnée par le ministre de l’Intérieur Jean-Marie Roland, sur les conseils et sous la direction d’André Thouin58, jardinier en chef du nouveau Muséum d’histoire naturelle, nommé à l’occasion « commissaire à la recherche des Arbres et Plantes Étrangères »59.

Les Pépinières nationales de Trianon

  • 60 Richard 1986.
  • 61 Il rédige des « Observations sur la culture de l’arbre a pain », BnF, NAF 22159 [en ligne] : http:/ (...)
  • 62 AN, F10 386, « État général des arbres et arbrisseaux en différents états de plantation cultivés en (...)

Lorsque Antoine Richard est nommé jardinier de l’École centrale au potager de Versailles, Félix Delahaye (1767-1829) le remplace le 7 février 1798 à son retour de l’expédition d’Entrecasteaux60. Delahaye a réussi à rapporter de Tonga (Polynésie) à l’Île-de-France (Mascareignes) dix précieux arbres à pain (Artocarpus altilis (Parkinson) Fosberg) si utiles pour la nourriture de la population des Mascareignes puis des Caraïbes61. À Trianon, il cultive les arbres étrangers qu’il livre aux diverses administrations et à certains particuliers et l’inventaire des espèces qui y prospèrent permet d’en apprécier la richesse : 19 538 arbres et arbrisseaux de pleine terre sont dénombrés ainsi que 745 plants d’orangerie en pot62. Il crée avec Jean-Pierre Péradon en 1802 devant l’orangerie du Grand Trianon une école d’arbres (ou école dendrologique) rangés selon la méthode de Jussieu (fig. 24).

Fig. 24 : « Plan du Grand Trianon, contenant 103 arpents et 80 perches à 18 P pour perches par A.I.T. Potier, 29 floréal an 12 [19 mai 1804] ». Paris, Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Gr E20.

Fig. 24 : « Plan du Grand Trianon, contenant 103 arpents et 80 perches à 18 P pour perches par A.I.T. Potier, 29 floréal an 12 [19 mai 1804] ». Paris, Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Gr E20.

Photo : © Gabriela Lamy

Les enclos de l’école dendrologique devant l’orangerie du Grand Trianon et celui de l’ancien potager du Petit Trianon transformé en pépinières nationales sont dessinés sur ce plan. Le dispositif permettant de tirer un rideau dans l’allée menant à Châteauneuf entre l’ancien jardin du Roi et le Jardin français est représenté :

  • 63 Duchesne 1804.

Plus loin se trouve une Porte dérobée : ce fut d’abord la véritable entrée de ce séjour mystérieux, où l’on arrivait alors, en sortant du Bosquet particulier au levant de Trianon-sur-Bois ; et, pour traverser l’avenue extérieure, deux Grilles avaient été établies, et étaient garnies de grands rideaux de toile suspendus intérieurement, à la distance de 2 mètres afin d’éviter les regards importuns des curieux63.

  • 64 AN, O2 156, no 479, « Rapport à Sa Majesté l’Empereur et Roi sur une demande du Sr Jacques employé (...)

Appelé par l’impératrice Joséphine à Malmaison en 1803, il est remplacé par Dornier, ancien jardinier du comte d’Artois à Bagatelle, puis par Jean-Pierre Péradon en 1806. Le 24 décembre 1809, Napoléon qui vient passer Noël à Trianon après son divorce de Joséphine, se promène avec son frère Jérôme, roi de Westphalie, dans les jardins de Trianon où il rencontre Antoine Jacques (1782-1866), premier garçon de la pépinière de Trianon. Il souhaite que cette rencontre faite le jour de Noël lui porte bonheur et lui permet de former un vœu qu’il lui promet d’exaucer. Le pépiniériste demande une place de jardinier chef avec 1 200 francs d’appointements et un habit ; il obtiendra cette place trois ans plus tard64.

  • 65 Poiteau et Risso 1818-1822.

Pierre-Antoine Poiteau (1766-1854) remplace Jean-Pierre Péradon à sa mort en 1816 avant de repartir en Guyane en 1818. C’est à Versailles qu’il trouve matière à publier l’Histoire naturelle des orangers qu’il rédige avec Antoine Risso65. Pierre-Charles Gondouin (1780-1834), son ancien adjoint, neveu de l’architecte Jacques Gondouin (1737-1818), prend la direction des pépinières de 1818 jusqu’en 1834.

  • 66 AN, O3 1241, « Arbres et Arbrisseaux de la Pépinière royale de Versailles août 1819 ».
  • 67 Archives du château de Versailles, 1848(3), Pépinières Versailles, 002-1001, « 1847 Inventaire de l (...)
  • 68 Son herbier a été refondu dans l’herbier « Philippar-de Boucheman » appartenant à l’Association des (...)

En 1819, Placide Massey (1777-1853), ancien intendant des jardins de la reine Hortense à Het Loo en Hollande et de Joséphine à Malmaison, devient directeur des pépinières, du potager et de l’orangerie de Versailles, puis directeur des jardins du palais de Versailles et des Trianon en 1832. Il fait entretenir les pépinières de Versailles d’une manière extrêmement rigoureuse que nous révèlent les archives de son service. Un inventaire des pépinières dressé en 1819 à son arrivée montre à quel point elles ont été enrichies : 232 764 plants existants dont 34 908 sont disponibles à partir de 4 819 pieds mères et porte-graines66. Il fait établir un dernier inventaire en 184767 avant de repartir à Tarbes où il prendra sa retraite en 1850. Il réalise également un herbier, monument végétal exceptionnel, contenant de nombreux spécimens récoltés dans les pépinières de Trianon afin d’en garder la mémoire matérielle (fig. 25)68.

Fig. 25 : « 004-024 Magnolia acuminata (ou rustica) Trian. Pep. », Herbier Philippar-de Boucheman. Dépôt de l’Association des naturalistes des Yvelines aux Archives du château de Versailles.

Fig. 25 : « 004-024 Magnolia acuminata (ou rustica) Trian. Pep. », Herbier Philippar-de Boucheman. Dépôt de l’Association des naturalistes des Yvelines aux Archives du château de Versailles.

Appelé arbre à concombre à cause de la ressemblance de ses fruits à de petits cornichons, il était originaire d’Amérique du Nord et il existait déjà à Trianon en 1795 où il était planté sur la petite île dans le jardin anglais sous le nom Magnolia rustica. Deux pieds mères sont identifiés en 1847 et en 1873 on le retrouve dans l’ancienne pépinière des fleurs du Grand Trianon où il mesure 8 mètres.

Photo : © Gabriela Lamy

François-Haken Philippar (1802-1849), fils du jardinier en chef du Petit Trianon, décrit en 1843 la composition de ces pépinières nationales :

  • 69 Philippar 1843.

on y trouve cultivés sur une grande échelle des végétaux de l’Amérique du nord avec des semis, des carrés de mères et de boutures, des arbustes les plus rares d’une récente introduction et dont on commence la multiplication. Ces plantations, dirigées dans divers sens, forment de petits compartiments dans lesquels on place les végétaux qui préfèrent l’ombre et dont le succès dépend d’une exposition choisie69.

En 1876, en plein âge d’or de l’horticulture française, le comte Jaubert confirme la richesse des jardins et pépinières de Trianon en publiant l’Inventaire des cultures de Trianon.

  • 70 Jaubert 1876.

Il situe sur un plan divisé en polygones des points de repère marquant les différents végétaux remarquables et les aménagements d’espaces de culture (fig. 26 et 27)70.

Fig. 26 : « Plan de Trianon – 1873 – Inventaire des Cultures […] ». Archives du château de Versailles, B 34.

Fig. 26 : « Plan de Trianon – 1873 – Inventaire des Cultures […] ». Archives du château de Versailles, B 34.

Pépinières P.1. a. Petit jardin, b. École, c. Carré du haut, d. Carré du bassin rond, e. Carré des petits abris, f. Carré des grands abris et g. Fleuriste du Grand Trianon. Le « petit jardin a » derrière l’orangerie est aménagé par Pierre-Louis Briot qui y fait construire une serre toujours visible aujourd’hui.

Photo : © Archives du château de Versailles / Christophe Fouin

Fig. 27 : « Plan de Trianon – 1873 - Inventaire des Cultures » (détail). Archives du château de Versailles, B 34.

Fig. 27 : « Plan de Trianon – 1873 - Inventaire des Cultures » (détail). Archives du château de Versailles, B 34.

Photo : © Archives du château de Versailles / Christophe Fouin

  • 71 Carrière 1878, p. 371. L’article et la gravure de la plante sont consultables sur http://bibliotheq (...)

Pierre-Louis Briot (1804-1888), dit « Briot fils » – son père Louis-Denis (1778- ?) avait été adjoint du jardinier en chef du Grand Trianon, Isidore Philippar – remplace Gondouin à sa mort en 1834. Il se maintient cinquante-deux ans à ce poste. Il invente de nombreux procédés de multiplication et de culture de végétaux ; en 1858, il obtient une variété de marronnier à fleurs rouges, Aesculus rubicunda ‘Briotii’, commercialisée chez Jean-Jacques Moser, horticulteur rue Saint-Symphorien à Versailles71. Il forme avec Alexandre Charpentier (1796-1883), jardinier en chef des deux Trianons de 1849 à 1883, un remarquable tandem professionnel que la publication de l’Inventaire des cultures de Trianon du comte Jaubert illustre particulièrement en y relevant 292 espèces et variétés cultivées remarquables. Le tracé du jardin dit « Charpentier » entre la maison du jardinier et l’orangerie du Petit Trianon où de nombreuses plantes de terre de bruyère avaient été plantées en est un rare témoignage. Charpentier et Briot obtiendront la Légion d’honneur, l’un le 20 janvier 1879 et l’autre le 25 août 1880.

  • 72 Les pépinières nationales de Trianon-Versailles, formées de la « pépinière Saint-Antoine », produis (...)

À la mort de Charpentier en 1883, le poste de jardinier en chef des deux Trianons est rattaché à celui des pépinières de Versailles72. Briot devient alors jardinier en chef des Trianons et des pépinières, le titre de jardinier en chef des pépinières disparaissant définitivement. Briot prend sa retraite le 1er janvier 1885 à l’âge de 81 ans et est remplacé par Paul Pavard (1839-1891), puis en 1891 par un élève issu de la première promotion de nouvelle École d’horticulture de Versailles créée en 1874, Édouard-Clodomir Gauthier.

Conclusion

  • 73 Brion 2014.
  • 74 Chemin 2016.

Aujourd’hui ces trois anciens jardins gardent toujours leur fonction de production horticole : le potager du Petit Trianon devenu dépôt des plantes rares et précieuses, puis pépinière nationale, accueille depuis 1978 le Fleuriste, qui produit les fleurs des différents parterres des châteaux de Trianon ; depuis 1995, l’École des mains vertes, créée par la Société d’horticulture des Yvelines, permet à des enfants de 8 à 13 ans de s’exercer dans une parcelle de cet enclos au jardinage et à la production florale et légumière ; les jardins particuliers ou jardins des employés ont gardé leur vocation initiale, permettant une sociabilité de jardins du personnel de l’établissement ; enfin, de l’enclos de l’ancienne pépinière des fleurs du Grand Trianon, des légumes destinés pendant la Grande Guerre à la gamelle des poilus prennent depuis 2013 le chemin du restaurant du chef étoilé Alain Ducasse au Plaza Athénée à Paris73, reprenant le concept de Georges Truffaut qui considérait en 1917 que les soldats mangeaient trop de viande74...

  • 75 BC MNHN, Ms 306, « Liste des plantes tirées de Bagatelle les 22, 23 et 24 8bre 1792 » et « À Versai (...)

Seuls quelques témoins muets des riches heures des anciennes pépinières de Trianon permettent d’en révéler l’existence : un chêne-liège de l’Amour (Phellodendron amurense Rupr.), deux Gingko biloba provenant probablement des jardins de Balbi et de Bagatelle75 sur l’un desquels a été greffé vers 1820 le sujet femelle envoyé du Jardin de Montpellier par Raffeneau-Delile, un plaqueminier du Levant (Diospyros lotus L.), un Paulownia tomentosa Stend., un érable à grandes feuilles (Acer macrophyllum ‘Tricolor’ Schwer.), un marronnier à feuilles laciniées (Aesculus hypocastanum L. ‘Laciniata’), un hêtre crête-de-coq dirigé en éventail le long d’un mur (Fagus sylvatica ‘Cristata’ (Loudon) Dippel), une collection de houx dont un Ilex aquifolium L. ‘Mme Briot’ et un magnolia à grandes feuilles (Magnolia macrophylla Michx.) (fig. 28).

Fig. 28 : Magnolia à grandes feuilles [Magnolia macrophylla Michx.], Trianon, juillet 2015.

Fig. 28 : Magnolia à grandes feuilles [Magnolia macrophylla Michx.], Trianon, juillet 2015.

Photo : © Gabriela Lamy

Cet arbre rapporté d’Amérique par François-André Michaux fleurit en 1811 chez l’impératrice Joséphine à Malmaison. En 1825, la pépinière Fromont de Soulange-Bodin à Ris près de Fontainebleau le proposait au prix élevé de 60 francs (un Magnolia grandiflora L. est vendu 3 francs). Dix ans plus tard, la pépinière Godefroy à Sèvres le propose à 50 francs, ce qui en fait l’arbre le plus cher de son catalogue. En 1873, le comte Jaubert relève cet arbre rare dans le « petit jardin » de la pépinière de Trianon. S’agirait-il du même sujet que l’on peut voir encore de nos jours ?

Top of page

Bibliography

Brion Christel, 2014, « Toqués de légumes », L’Obs, no 2607, 23 octobre.

Carrière Élie-Abel, 1878, « Aesculus rubincunda Briotii », La Revue horticole, p. 371.

Chaussigaud Valérie, 2014, Une histoire des fleurs – Entre nature et culture, Paris, Delachaux et Niestlé.

Chemin Anne, 2016, « Privé de viande ! », Le Monde idées, samedi 14 mai 2016, p. 4.

Duchesne, Antoine-Nicolas, 1804, Le cicérone de Versailles, ou L’indicateur des curiosités et des établissements de cette ville, Versailles, J.-P. Jacob.

Forest Louis, 1916a, « Le Jardin des Poilus – pour améliorer l’ordinaire », Le Matin, 8 mars.

Forest Louis, 1916b, « Des carottes, des épinards ! », Le Matin, 13 mars.

Garrigues Dominique, 2001, Jardins et jardiniers de Versailles au Grand Siècle, Seyssel, Champ Vallon, coll. « Époques ».

Guillot Hélène, 2010, « La section photographique de l’armée et la Grande Guerre : de la création en 1915 à la non-dissolution », Revue historique des armées, p. 110-117 [En ligne], mis en ligne le 26 février 2010, http://rha.revues.org/6938 (consulté le 2 juillet 2016).

Guillot Hélène, 2011, « Le métier de photographe militaire pendant la Grande Guerre », Revue historique des armées, no 265, p. 87-102 [En ligne], mis en ligne le 16 novembre 2011, http://rha.revues.org/7356 (consulté le 2 juillet 2016).

Jacobsohn Antoine, 2013, « Un mur qui tombe, une histoire en cours », Le Nashi, no 35 [En ligne], mis en ligne en novembre 2013, http://www.ecole-paysage.fr/media/pot_aujourdhui/UPL7627310496552916483_Nashi_35_nov13.pdf (consulté le 2 juillet 2016).

Jacobsohn Antoine, 2014a, « Un mur qui tombe (2), une suite pratique au travail historique initial », Le Nashi, no 36 [En ligne], mis en ligne en mars 2014, http://www.ecole-paysage.fr/media/pot_aujourdhui/UPL642406630087542519_Nashi_36_mar14.pdf (consulté le 2 juillet 2016).

Jacobsohn Antoine, 2014b, « Un mur qui tombe (3), l’arrivée de Bleu oxygène développement », Le Nashi, no 37 [En ligne], mis en ligne en octobre 2014, http://www.ecole-paysage.fr/media/pot_aujourdhui/UPL1200018086240403900_Nashi_37_oct14.pdf (consulté le 2 juillet 2016).

Jacobsohn Antoine, 2016, « Un mur qui monte », Le Nashi, no 41 [En ligne], mis en ligne en mars 2016, http://www.ecole-paysage.fr/media/pot_aujourdhui/UPL3782590112635866907_Nashi_41_mar16.pdf (consulté le 2 juillet 2016).

Jacques Antoine, 1833, « Végétaux remarquables du Petit-Trianon », Annales de Flore et de Pomone, p. 176-181.

Jacques Antoine, s. d. [1845], Manuel général des plantes, arbres et arbustes, ou flore des jardins de l'Europe, Paris, Librairie agricole de la maison rustique.

Jaubert Hippolyte-François, 1876, Inventaire des cultures de Trianon, Paris, Imprimerie nationale.

La Quintinie Jean-Baptiste de, Instruction pour les jardins fruitiers et potagers avec un traité des orangers et des réflexions sur l’agriculture, 1999 (1690), Arles, Actes Sud.

Lamy Gabriela, 2014, « La fraise du Chili dans les jardins français au xviiie siècle », dans Chl. Batissou, Le roman de la fraise : 300 ans d’aventure, Paris, Éditions Françoise Livinec, p. 77-95.

Lamy Gabriela, 2015, « Le jardin du Roi à Trianon de 1688 à nos jours : de la mémoire à l’héritage », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 14 octobre 2015, https://crcv.revues.org/13374 ; DOI : 10.4000/crcv.13374 (consulté le 2 juillet 2016).

Langlois Rose-Marie, 1947, « L’ermitage de Madame de Pompadour », Revue de l’histoire de Versailles, p. 23-84.

Letouzey Yvonne, 1989, Le Jardin des plantes à la croisée des chemins avec André Thouin (1747-1824), Paris, Éditions du Muséum.

Olivesi Felice, 2012, « Les regarnis de Versailles et de Trianon à travers vingt commandes aux Pépinières du roi (1753-1772) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 19 novembre 2012, http://crcv.revues.org/11876 ; DOI : 10.4000/crcv.11876 (consulté le 2 juillet 2016).

Philippar, François-Haken, 1843, Catalogue méthodique des végétaux cultivés dans le jardin des plantes de la ville de Versailles…, Versailles, Montalent-Bougleux.

Poiteau Pierre-Antoine et Risso Antoine, 1818-1822, Histoire naturelle des orangers, Paris, Mme Hérissant Le Doux.

Quellier Florent, 2003, Des fruits et des hommes : l’arboriculture fruitière en Île-de-France (vers 1600-vers 1800), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Richard Hélène, 1986, Le Voyage de D’Entrecasteaux à la recherche de Lapérouse, Paris, CTHS.

Taillebois Simon, 2013, Petit Trianon : Orangerie de Châteauneuf. Étude préalable à la restauration de la pépinière de Châteauneuf, Versailles, Direction du patrimoine, Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Truffaut Georges, 1917, Produisez des légumes, utilisez tous les terrains disponibles, Versailles, Librairie des laboratoires Georges Truffaut.

Truffaut Georges, 1918a, Des légumes pour nos poilus, des arbres fruitiers pour nos régions dévastées par les barbares, Paris, Œuvre des Pépinières nationales du Touring-Club de France.

Truffaut Georges, 1918b, Production des légumes : organisation méthodique de la production des légumes dans les jardins potagers familiaux et dans les jardins potagers militaires, Versailles, Librairie des laboratoires et établissements Georges Truffaut.

Top of page

Notes

1 Ces sources manuscrites sont conservées aux Archives nationales (AN), aux Archives départementales des Yvelines (ADY), aux Archives du château de Versailles, au Service historique de la Défense, à la bibliothèque municipale de Versailles et à la Bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle (BC MNHN).

2 Garrigues 2001, p. 230-245.

3 Le parterre de « découpés » de fleurs est constitué par un ensemble de petites pièces séparées par des passe-pieds et plantés de fleurs ou d’arbustes d’ornement. Ces pièces sont entourées de bordures de buis.

4 Lamy 2015.

5 Ibid., fig. 1.

6 Nous remercions Yves Carlier, conservateur général en charge du département de la gestion des collections au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, pour ces informations.

7 AN, Minutier central, XCV, 51, « Marché des logements des jardiniers et des fontainiers de Trianon, Sr Mazière, 3 avril 1703 ». Nous remercions Frédéric Sichet, architecte-paysagiste, pour la communication des références de ce document.

8 La Quintinie 1999, p. 420. Sept à huit pieds de haut : soit 2,13 à 2,43 mètres.

9 Quellier 2003, p. 140-144 : « Il ne saurait y avoir un jardin fruitier sans les murs. »

10 Le palissage à la loque est le palissage des végétaux fruitiers en espalier effectué directement sur un mur à l’aide de lambeaux d’étoffes clouées.

11 Le Potager du roi de Versailles a vu deux de ses murs s’effondrer en octobre 2013 et au printemps 2015 : voir Jacobsohn 2013, 2014a, 2014b, 2016.

12 La pépinière des fleurs est aussi appelé jardin fleuriste : jardin d’utilité ou partie d’un jardin consacrée à la culture des plantes fleuries.

13 Lamy 2015.

14 Chaussigaud 2014, p. 18.

15 AN, O1 1883(1) : « 10 août 1777, Le Sr Belleville père a l’honneur… Sa Majesté a daigné le faire assurer qu’il ne perdrait rien de son traitement pécuniaire… » : Belleville entretient le « jardin de la Ménagerie » de 1751 à 1777 pour 1 200 livres par an. Lorsque la reine Marie-Antoinette prend possession du Petit Trianon, l’ensemble du jardin sera confié aux Richard qui nommeront ce jardin « jardin français » par opposition au nouveau « jardin anglais ».

16 Charles-François-Paul Le Normand de Tournehem (1684-1751) est nommé en 1745 directeur des Bâtiments du roi.

17 Olivesi 2012.

18 AN, O1 2103, liasse 3 : « État des plans d'arbres, arbustes, buis nain et de bois, et arbres fruitiers pour regarnir les jardins de Versailles et de Trianon, cette autonne 1754 », document consultable en ligne sur la base de données Hortus du Centre de recherche du château de Versailles : http://www.chateauversailles-recherche-ressources.fr/jlbweb/jlbWeb?html=nothortus&ref=29.

19 AN, O1 1883, liasse 2 : « M. Lecuyer expose par la note ci-jointe… », document consultable en ligne sur la base de données Hortus du Centre de recherche du château de Versailles : http://www.chateauversailles-recherche-ressources.fr/jlbweb/jlbWeb?html=nothortus&ref=204.

20 AN, O1 1883(A), liasse 3 : « Nottes des arbres fruitiers nécessaires pour les regarnis de la pépinière et le potager de Trianon » document consultable en ligne sur la base de données Hortus du Centre de recherche du château de Versailles : http://www.chateauversailles-recherche-ressources.fr/jlbweb/jlbWeb?html=nothortus&ref=20.

21 Archives départementales des Yvelines (désormais ADY) 2Q 16, « 10 avril 1793 – Inventaire des arbres et autres objets existant dans le Potager de Trianon : http://www.chateauversailles-recherche-ressources.fr/jlbweb/jlbWeb?html=nothortus&ref=201.

22 AN, F17 1223-1224, « Thouin, Rapport commission temporaire des Arts… 15 fructidor an II ».

23 ADY, 2Q 17, « 12 messidor an IV [30 juin 1796] Estimation en revenu et en capital sur le pied de 1790 du Domaine ci-après désigné… ».

24 AN, F10 388, « Rapport présenté au Ministre de l’Intérieur, ventôse an 9 ».

25 Il deviendra ministre de l’Agriculture de 1917 à 1919.

26 Forest 1916b.

27 Forest 1916a.

28 Truffaut 1917.

29 Ibid., p. 6.

30 Il venait du sous-secrétariat de l’Instruction publique où il était intégré à l’équipe des photographes couvrant les dommages de guerre : voir Guillot 2011.

31 Guillot 2010.

32 Georges Truffaut est nommé lieutenant le 21 mai 1917.

33 Truffaut 1918a et 1918b.

34 Archives RMN Paris-Louvre, V2 1914-1918, « Le Sous-Directeur d’État des Beaux-Arts à Monsieur le Directeur des Musée Nationaux et de l’École du Louvre, 2 juin 1917 ».

35 Truffaut 1918b, p. 239-248.

36 Il sera nommé chevalier de la Légion d’honneur le 24 mars 1923.

37 Taillebois 2013.

38 AN, O1 1883(1), « Pépinière à fleurs du jardin de Trianon, Gabriel supplie… ce 24 décembre 1753 ».

39 Langlois 1947.

40 Il deviendra premier garçon de la chambre de la Reine et secrétaire du gouvernement de Versailles en 1790.

41 AN, O1 1883(5), « Demande de M. Forgeot, 22 Xbre 1778 ».

42 ADY, 2Q 17, « Paris le 5 fructidor l’an deuxième, Commission des revenus nationaux au citoyen président du département de Seine-et-Oise – citoyenne veuve Forgeot ».

43 Jean de Canolle, minéralogiste, sera guillotiné le 23 mai 1794.

44 Archives Académie des Sciences, fonds Lavoisier, carnet 16, « Rapport sur un procédé pour convertir la tourbe en charbon ». Ce carnet a été présenté lors de l’exposition « Sciences et curiosités à la cour de Versailles » qui s’est tenue au château de Versailles du 26 octobre 2010 au 27 février 2011.

45 Le décret de la Convention du 10 juin 1793 cosigné par Delacroix règle les modalités de la mise en vente du « mobilier somptueux des derniers tyrans de la France ».

46 Archives RMN Paris-Louvre, V2 1914-1918, op. cit.

47 ADY, 2Q 17, « État des arbres qu’il est urgent de remplacer dans les dépôts… 13 janvier 1796 ». Document consultable en ligne sur la base de données Hortus du Centre de recherche du château de Versailles : http://www.chateauversailles-recherche-ressources.fr/jlbweb/jlbWeb?html=nothortus&ref=203.

48 AN, O1 116 : un brevet lui accordait déjà le 6 janvier 1770 un terrain « dans le parc de Versailles du côté du Trianon ». Il était alors valet de chambre de la feue reine et garçon du château du Grand Trianon.

49 ADY, 2Q 15, « 18 prairial an VI [6 juin 1798]. Estimation d’un domaine provenant de la ci-devant liste civile connu sous le nom de jardin du citoyen Bazin ».

50 Ibid.

51 ADY, Registre paroissial des baptêmes – Versailles Notre-Dame –, 1783, p. 36.

52 AN, O3 1239-40, « État des jardins particuliers dépendant des diverses maisons royales dont la jouissance a été accordée à différens individus – 27 septembre 1815 ».

53 ADY, Registres paroissiaux, Saint-Germain-en-Laye, Baptêmes 1750, p. 30.

54 AN, O1 1072, no 429, « Bon du roi, 12 janvier 1751 ».

55 Lamy 2014.

56 ADY, 2Q 16, « Extrait du registre des délibérations du Directoire du District de Versailles, 23 pluviôse an 3 [1er février 1795] ».

57 Archives municipales de Versailles, 5M 1655, Petit Trianon I, « Séance publique du vingt-huit mars 1793, l’an deuxième de la République Française ».

58 Letouzey 1989.

59 AN, F171227, correspondance de Roland et Thouin, fos 46 et 47, et BC MNHN, Ms 306, « Commission de la recherche des plantes dans les jardins de la liste civile et dans ceux des émigrés ».

60 Richard 1986.

61 Il rédige des « Observations sur la culture de l’arbre a pain », BnF, NAF 22159 [en ligne] : http://www.chateauversailles-recherche-ressources.fr/jlbweb/jlbWeb?html=nothortus&ref=199.

62 AN, F10 386, « État général des arbres et arbrisseaux en différents états de plantation cultivés en pleine terre, ainsi que de quelques arbustes et plantes d’orangerie en pots que peuvent fournir les Pépinières du Domaine national de Versailles… Pépinières de Trianon, 15 vendémiaire an X [7 octobre 1801] ».

63 Duchesne 1804.

64 AN, O2 156, no 479, « Rapport à Sa Majesté l’Empereur et Roi sur une demande du Sr Jacques employé à la pépinière de Trianon – 11 juillet 1810 ». Ce n’est qu’en 1812 qu’il sera nommé au château du Raincy puis en 1818 au château de Neuilly que le duc d’Orléans venait d’acquérir. Il y aménage les abords du temple de l’Amour sur l’île toujours visible aujourd’hui. Il publie en 1845 Manuel général des plantes, arbres et arbustes et rédige de nombreux articles dans les Annales de Flore et de Pomone, parmi lesquels Jacques 1833.

65 Poiteau et Risso 1818-1822.

66 AN, O3 1241, « Arbres et Arbrisseaux de la Pépinière royale de Versailles août 1819 ».

67 Archives du château de Versailles, 1848(3), Pépinières Versailles, 002-1001, « 1847 Inventaire de la Pépinière de Versailles » : 306 163 plants existants dont 52 756 disponibles, 60 496 livrés et 3 952 mères et porte-greffes.

68 Son herbier a été refondu dans l’herbier « Philippar-de Boucheman » appartenant à l’Association des naturalistes des Yvelines et mis en dépôt au service des archives du château de Versailles depuis 2008. L’exemple du noyer hétérophylle donné en 1841 par Aglaé de Cubières permet d’en retracer l’origine. Un sujet relevé en 2008 près de l’hôtel du Trianon Palace à l’emplacement des anciennes pépinières présentait un joli feuillage et une belle fructification : http://www.chateauversailles-recherche-ressources.fr/jlbweb/jlbWeb?html=nothortus&ref=149.

69 Philippar 1843.

70 Jaubert 1876.

71 Carrière 1878, p. 371. L’article et la gravure de la plante sont consultables sur http://bibliotheque-numerique.hortalia.org/items/viewer/300#page/n387/mode/1up/search/briotii.

72 Les pépinières nationales de Trianon-Versailles, formées de la « pépinière Saint-Antoine », produisant de grands végétaux, et de la petite « pépinière de Châteauneuf », fournissant des espèces plus rares, cesseront leurs activités en 1974.

73 Brion 2014.

74 Chemin 2016.

75 BC MNHN, Ms 306, « Liste des plantes tirées de Bagatelle les 22, 23 et 24 8bre 1792 » et « À Versailles chez Monsieur, le 5 9bre 1792 ».

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 : Orangerie et ancienne pépinière de fleurs du Grand Trianon, avril 2016.
Credits Photo : © Gabriela Lamy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-1.jpg
File image/jpeg, 104k
Title Fig. 2 : « Chasteau neuf de Trianon avec la distribution des logemens, novembre 1705 ». Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Va 424 H 186658.
Caption Une « Serre pour les Orangers et Fleurs » est installée au rez-de-chaussée. Aux 1er et 2e étages, deux « Serres pour les graines et oignons rares » sont également aménagées.
Credits Photo : © Gabriela Lamy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-2.jpg
File image/jpeg, 416k
Title Fig. 3 : « Enclos destiné pour une Nouvelle Pépinière […] ». Paris, Archives nationales, Cartes et Plans, O1 1885(1), no 26.
Credits Photo : © Gabriela Lamy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-3.jpg
File image/jpeg, 476k
Title Fig. 4 : « Frédéric Nepveu, Plan général des palais, bâtiments, parcs et jardins du Grand et du Petit Trianon, 1er décembre 1840… » (détail). Archives du château de Versailles, PN59.
Caption Q : ancienne orangerie dans les pépinières ; R : bâtiment des pépinières.
Credits Photo : © Archives du château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-4.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Fig. 5 : Albert Moreau, Versailles – Au Trianon, la culture potagère par les Tonkinois. Le départ pour le travail [mai 1917].
Caption On reconnaît Georges Truffaut en uniforme.
Credits Photo : © ECPAD SPA 196M 3870
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-5.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Title Fig.  6 : Albert Moreau, Versailles – Au Trianon, la culture potagère par les Tonkinois. La culture des poireaux [mai 1917].
Credits Photo : © ECPAD SPA 196M 3873
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-6.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Fig. 8 : Albert Moreau, Culture potagère des travailleurs tonkinois. Choux (14/05/1917).
Caption Sept semaines après la mise en état des terrains à Trianon, 200 000 plants de choux sont arrachés par les Tonkinois.
Credits Photo : © ECPAD SPA 196M 3875
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-7.jpg
File image/jpeg, 948k
Title Fig. 9 : Albert Moreau, Versailles – Au Trianon, la culture potagère par les Tonkinois. Les plants de tomates (14/05/1917).
Caption Une couche chaude, constituée de fumier produisant par fermentation une chaleur plus ou moins forte, permet le forçage des plants de tomates. Un tirailleur arbore fièrement sa montre-bracelet, objet que l’on portait depuis peu au poignet.
Credits Photo : © ECPAD, SPA 196M 3878
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-8.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Title Fig. 10 : Lemare, Un jardin de Trianon, septembre 1917.
Caption Les cadres rectangulaires en bois ou en béton appelés coffres reçoivent des châssis amovibles permettant la protection et le hâtage des légumes. Les brise-vent constitués par des végétaux en alignement servent à protéger du vent les végétaux.
Credits Photo : © ECPAD, SPA 132Z 5028
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-9.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Title Fig. 11 : Jacques Ridel, Ficelage et transport des paniers de légumes, [28 juillet 1917].
Caption En 1917, plus de 20 000 paniers sont envoyés aux armées.
Credits Photo : © ECPAD, SPA 18W 1025
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-10.jpg
File image/jpeg, 984k
Title Fig. 12 : Jacques Ridel, Camion partant pour le front, [28 juillet 1917].
Credits Photo : © ECPAD, SPA 18W 1028
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-11.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Fig. 13 : Lemare, Vue d’ensemble du terrain de Trianon Palace, [septembre 1917].
Credits Photo : © ECPAD SPA 132 Z 5024
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-12.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Fig. 14 : Orangerie de Trianon près Châteauneuf, v. 1933-1940. Archives du château de Versailles, plaque de verre, NV6749.
Caption Des pieds de plantes grimpantes sont mis en culture devant l’orangerie.
Credits Photo : © Archives du château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-13.jpg
File image/jpeg, 896k
Title Fig. 15 : Orangerie de Trianon près Châteauneuf, v. 1933-1940. Archives du château de Versailles, plaque de verre, NV6746.
Credits Photo : © Archives du château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-14.jpg
File image/jpeg, 200k
Title Fig. 16 : « Terrain demandé par M. Gabriel, premier architecte des Bâtimens du Roy pour en jouir sa vie durant » (détail). Paris, Archives nationales, Cartes et Plans, O1 1887(1), no 24.
Credits Photo : © Gabriela Lamy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-15.jpg
File image/jpeg, 588k
Title Fig. 17 : « Plan du grand trianon fait en 1776 ». Château de Versailles, inv.dess 643.
Credits Photo : © Arts graphiques du château de Versailles/Christophe Fouin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-16.jpg
File image/jpeg, 480k
Title Fig. 18 : « Plan du grand trianon fait en 1776 » (détail). Château de Versailles, inv.dess 643.
Credits Photo : © Arts graphiques du château de Versailles/Christophe Fouin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-17.jpg
File image/jpeg, 392k
Title Fig. 19 : « Plan terrier […] divisés en dix parties inégales […] 27 germinal an 3 [16 avril 1795] ». Archives municipales de Versailles, 7 Fi 224.
Credits Photo : © Christophe Fouin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-18.jpg
File image/jpeg, 616k
Title Fig. 20 : « Plan terrier […] divisés en dix parties inégales […] 27 germinal an 3 [16 avril 1795] » (détail). Potager Forgeot, jardins potagers fruitiers Bazin. Archives municipales de Versailles, 7 Fi 224.
Credits Photo : © Christophe Fouin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-19.jpg
File image/jpeg, 3.3M
Title Fig. 21 : « Estimation d’un domaine provenant de la ci-devant liste civile connu sous le nom de jardin du citoyen Bazin, 18 prairial an VI [6 juin 1798] » [détail]. Paris, Archives départementales des Yvelines, 2Q 15.
Credits Photo : © Gabriela Lamy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-20.jpg
File image/jpeg, 624k
Title Fig. 22 : « Nouveau potager du sieur Richard avec enclos pour la figuerie, les couches et la cour à fumier ». Paris, Archives nationales, Cartes et Plans, O1 1887(1), no 32.
Credits Photo : © Gabriela Lamy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-21.jpg
File image/jpeg, 556k
Title Fig. 23 : Louis de Torhout, Fraises blanches du Chili, cire, 2013.
Credits Photo : © Gabriela Lamy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-22.jpg
File image/jpeg, 496k
Title Fig. 24 : « Plan du Grand Trianon, contenant 103 arpents et 80 perches à 18 P pour perches par A.I.T. Potier, 29 floréal an 12 [19 mai 1804] ». Paris, Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Gr E20.
Credits Photo : © Gabriela Lamy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-23.jpg
File image/jpeg, 780k
Title Fig. 25 : « 004-024 Magnolia acuminata (ou rustica) Trian. Pep. », Herbier Philippar-de Boucheman. Dépôt de l’Association des naturalistes des Yvelines aux Archives du château de Versailles.
Caption Appelé arbre à concombre à cause de la ressemblance de ses fruits à de petits cornichons, il était originaire d’Amérique du Nord et il existait déjà à Trianon en 1795 où il était planté sur la petite île dans le jardin anglais sous le nom Magnolia rustica. Deux pieds mères sont identifiés en 1847 et en 1873 on le retrouve dans l’ancienne pépinière des fleurs du Grand Trianon où il mesure 8 mètres.
Credits Photo : © Gabriela Lamy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-24.jpg
File image/jpeg, 744k
Title Fig. 26 : « Plan de Trianon – 1873 – Inventaire des Cultures […] ». Archives du château de Versailles, B 34.
Caption Pépinières P.1. a. Petit jardin, b. École, c. Carré du haut, d. Carré du bassin rond, e. Carré des petits abris, f. Carré des grands abris et g. Fleuriste du Grand Trianon. Le « petit jardin a » derrière l’orangerie est aménagé par Pierre-Louis Briot qui y fait construire une serre toujours visible aujourd’hui.
Credits Photo : © Archives du château de Versailles / Christophe Fouin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-25.jpg
File image/jpeg, 660k
Title Fig. 27 : « Plan de Trianon – 1873 - Inventaire des Cultures » (détail). Archives du château de Versailles, B 34.
Credits Photo : © Archives du château de Versailles / Christophe Fouin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-26.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Fig. 28 : Magnolia à grandes feuilles [Magnolia macrophylla Michx.], Trianon, juillet 2015.
Credits Photo : © Gabriela Lamy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13742/img-27.jpg
File image/jpeg, 456k
Top of page

References

Electronic reference

Gabriela Lamy, « « Murs-murs » des pépinières de Trianon », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [Online], Articles et études, Online since 28 July 2016, connection on 23 October 2017. URL : http://crcv.revues.org/13742 ; DOI : 10.4000/crcv.13742

Top of page

About the author

Gabriela Lamy

Historienne des jardins, chargée de recherche au service des jardins de Trianon, château de Versailles. Contact : gabriela.lamy@chateauversailles.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org