Skip to navigation – Site map

La conscience nationale du protestantisme français

La patrie et l’étranger dans la pensée politique huguenote au tournant des xvie et xviie siècles
French Protestantism’s national consciousness: the homeland and abroad in Huguenot political thought at the turn of the 17th century
Sylvio Hermann De Franceschi

Abstracts

From a selection of representative examples, this article shows that at the time of the Wars of Religion, French Protestants finally gave their loyalty to the natural prince, going beyond religious diversity to form the base of an unwavering patriotism. Because the nation and the homeland were defined first by recognizing common ancestors and the avowal of a single political sovereignty, religion no longer entered into the regard for a compatriot. This resulted in a strictly secular conception of foreigners: finally, whether Catholic or Protestant, when they were not French they could not promote the kingdom’s interests.

Top of page

Full text

  • 1 Outre les travaux classiques de Anderson 1991 et Beaune1985, ou ceux, plus récents, de Dubost 1997, (...)

1Si les travaux historiographiques sont désormais nombreux qui étudient la formation d’une conscience nationale et la diffusion, à partir du début de l’époque moderne, du sentiment d’appartenance à une patrie1, peu d’historiens se sont en revanche interrogés sur les conséquences qu’entraînait une telle mutation par rapport aux communes représentations de l’étranger considéré en général, et non sous ses espèces nationales. À qui parcourt les écrits politiques, qu’ils soient pamphlétaires, théoriques, diplomatiques ou historiographiques, produits en France au tournant des xvie et xviie siècles, une étonnante évidence s’impose : si les dénonciations de l’Italien ou de l’Espagnol abondent, le vocable estranger, sans être rare ni exceptionnel, est somme toute utilisé avec modération. Certes, juristes et parlementaires y recourent fréquemment, mais ils le font pour répondre aux nécessités techniques de leur profession. Ailleurs, une fois écartées les virulentes diatribes contre l’avarice italienne ou la duplicité espagnole, on trouve mentionnés les guerres estrangères, les princes estrangers, le secours estranger, l’armée estrangère, plus rarement l’argent estranger, et finalement assez peu l’estranger ou les estrangers, sauf, et là se trouve un second objet d’étonnement, chez les auteurs protestants. Non que les catholiques soient plus retenus : leur acharnement contre les vices et la corruption italiens ou les ambitions déréglées de l’Espagne n’ont rien à envier aux corrosives imprécations des huguenots, mais les catholiques semblent vouloir le plus souvent spécifier l’étranger contre lequel ils s’emportent, et, sans que le fait doive mettre en cause la ferveur de leurs attachements patriotiques, ils paraissent ne pas ressentir le besoin d’insister trop lourdement sur le service qu’ils doivent à la terre qui les a vus naître.

2On sait qu’en France, la notion moderne de patrie apparaît au xvie siècle. Dans un article célèbre publié en 1917, au moment où la Première Guerre mondiale franchissait une étape cruciale, le juriste Jacques Flach (1846-1919), professeur au Collège de France, révoquait en doute une thèse qui n’avait que trop longtemps abusé les historiens :

  • 2 Flach 1917, p. 66.

Comment a-t-on pu en venir au xixe siècle à cette opinion étrange, qui a fini par s’implanter dans les esprits, que le patriotisme n’existait pas dans l’ancienne France, parce que le sentiment national y aurait fait défaut, que l’un et l’autre n’ont pris naissance que par la Révolution française ; que jusque-là on pouvait aimer le pays, aimer le royaume, aimer la royauté ou le roi, mais non point la nation, qui n’avait pas pris conscience d’elle-même2 ?

  • 3 Febvre 1996.

3Interrogation reprise à son compte dans un cours professé au Collège de France en 1945-1946 et en 1947 sur les rapports entre les deux notions d’honneur et de patrie par Lucien Febvre qui, sans manifester de sympathie particulière à l’égard des analyses de Jacques Flach, méchamment qualifiées de « flacheries » au détour d’une note, finit, mais sans le dire clairement, par s’y rallier3. Pour Jacques Flach, il importait surtout de rappeler que la Révolution française n’avait pas créé un patriotisme que l’Ancien Régime lui avait légué, même si, à en croire le juriste, l’apogée de la monarchie absolutiste avait pu en contrarier le développement pluriséculaire :

  • 4 Flach 1917, p. 66.

Loin que le sentiment national soit sorti de la chute de la royauté française, il a présidé à sa naissance et à son développement jusqu’au jour où l’absolutisme royal d’un Louis XIV a prétendu absorber la nation dans la royauté. Jusque-là […], l’histoire de la France est dominée par l’idée et le sentiment de la nationalité. Mais il n’est pas douteux davantage […] qu’une éclipse du patriotisme s’est produite par l’établissement de la monarchie absolue, appuyée sur les deux premiers ordres du royaume, le clergé et la noblesse4.

4À suivre les conclusions de Jacques Flach, il fallait croire que le moment louis-quatorzien avait pour un temps enrayé l’émergence des idéaux patriotiques modernes qui, une fois réélaborés par les philosophes éclairés, patriotes bien que cosmopolites, devaient triompher avec la rupture révolutionnaire.

5Schéma historiographique dont la fragilité et le caractère pour le moins sommaire sont patents. Dans un article fondamental paru en 1972, Alphonse Dupront (1905-1990) avait tenté d’approcher l’histoire du sentiment national par une démarche de sémantique historique en s’intéressant aux termes patrie, Français, France et nation. Première constatation – patrie et Français sont nés d’abord, et nation, dernière venue, semble perdre sa vertu d’engagement lorsque Alphonse Dupront rédige ses analyses :

  • 5 Dupront 1972, p. 1424.

Phénomène historique donc de courte durée, la nation, bien qu’encore inscrit au langage. Moins atteinte sans doute que nation, la représentation-image de patrie découvre, au niveau de l’actuel, bien des fragilités. On n’est plus porté à mourir pour elle5.

  • 6 Ibid., p. 1425.

6La patrie est la terre des pères, selon la signifiante étymologie ; elle est un corps collectif dont il faut assurer la défense, mais aussi ce qu’Alphonse Dupront appelle une « réalité spirituelle », fondée sur un territoire physique, certes, et pourvoyeuse également d’héroïcité. D’où la formation progressive d’un « complexe » équilibré et qui « va se charger de valeurs émotives poignantes avec l’invocation de la patria comme terre patrimoniale menacée par l’étranger »6.

  • 7 Ibid., p. 1429.

7Pour Dupront, notion et conscience de patrie apparaissent dès l’époque carolingienne ; elles conjoignent étroitement le sacré et le biologique. Cherchant à esquisser à grands traits une histoire de l’idée de patrie, Dupront croyait pouvoir discerner deux périodes d’intensité : la naissance du concept moderne au long du xvie siècle, puis sa définitive consécration lors de la crise révolutionnaire. Entre les deux moments, rien à signaler, ou si peu. Deuxième constat, et d’importance – depuis la Renaissance, la patrie est paradoxalement mère, et la maternité l’a emporté sur la paternité : « Inversion caractéristique de l’originel : le père disparaît aux profondeurs de l’inconscience. Ou bien quand affleure encore sa présence, c’est de la petite patrie qu’il s’agit7. » Patriote se répand dans la langue vulgaire dès la seconde moitié du xvie siècle – il désigne très généralement ceux qui luttent pour un idéal, qu’il soit religieux ou politique, et les protestants vont opportunément mettre à profit sa puissance justificatrice :

  • 8 Ibid., p. 1431.

[Patriotes], les reformés le deviendront naturellement peu à peu en leur combat. Professionnels de l’opposition ? Bien plutôt vivant leur tension d’exigence, ils proclameront ce que gardait dans le latin médiéval le vieux mot de patriota, leur vertu d’être indigène, du même pays, des autochtones. Mais actifs cette fois et voulant leur patrie plus entière8.

8Après avoir relevé que l’époque de la Ligue avait été le lieu de consolidation d’un patriotisme sans précédent, Alphonse Dupront indiquait comme en négatif ce qu’il pouvait y avoir de singulier dans la conception protestante de la patrie : parce qu’elle était décisivement définie comme désirable caution d’autochtonie, et donc d’intégrité du rapport de sujétion au prince légitime, elle impliquait nécessairement une sensibilité exacerbée à l’étranger.

  • 9 Yardeni 1971 ; Yardeni 1990, repris dans Yardeni 2005, p. 308-317 ; et Yardeni 1991, repris dans Ya (...)

9La singularité du sentiment national des huguenots est depuis longtemps connue, notamment grâce aux travaux désormais classiques de Myriam Yardeni9. À suivre ses conclusions, la conscience de la nation repose en France, jusqu’aux guerres de Religion, sur l’idée d’une triple élection, celle, d’abord, des souverains français, héritiers du roi David, celle, ensuite, de la France, nouvelle Canaan, et celle, enfin, des Français, nouveau peuple élu. Avec les conflits religieux de la deuxième moitié du xvie siècle se met en place un processus de sécularisation – à quoi les protestants ont largement œuvré – de l’idéal électif sur quoi se fonde le sentiment d’appartenance à la nation, évolution qui aboutit à terme à la conception universaliste caractéristique du temps des Lumières et de la Révolution française. Pour Myriam Yardeni, il semble que les huguenots aient consciencieusement rejeté une idée d’élection qui fragilisait leurs protestations d’allégeance et de loyauté politiques – à les en croire, les liens qui les unissent au royaume passent par un patriotisme qui est d’emblée conçu comme vertu civique :

  • 10 Yardeni 2007, p. 328.

Chez les calvinistes se développent des liens verticaux qui les relient directement à la patrie. Non seulement des liens affectifs et sentimentaux, idéalisation de la beauté et de la richesse du pays […], mais aussi des liens politiques et ethniques, qui se regroupent autour du concept des droits des sujets naturels10.

10En se plaçant délibérément dans le sillage des analyses de Myriam Yardeni, le présent article souhaite essayer de voir dans quelle mesure le sentiment national propre aux huguenots a pu, au tournant des xvie et xviie siècles, engendrer une conception et une perception particulières de l’étranger dans ses rapports avec la patrie.

  • 11 Dupront 1972, p. 1445.
  • 12 Ibid., p. 1445-1446.

11Un premier trait doit être d’emblée souligné, qui a déjà été mis en valeur par de nombreux travaux, et notamment ceux de Jean-François Dubost : pour les contemporains du début des guerres de Religion, l’étranger est avant tout italien. Dans son étude de 1972, Alphonse Dupront avait largement souligné le fait que les guerres d’Italie « sont, dans la conscience moderne, l’initiation du Français à lui-même11 ». Si l’Italie a été institutrice au temps de la Renaissance, les forces conjuguées du gallicanisme et du développement d’une xénophobie engendrée par l’accaparement, au profit d’Italiens, de nombreux bénéfices français ont fini par produire dans le royaume une vive hostilité à l’encontre d’un étranger dénoncé comme parasite et stérile profiteur. Pour Dupront, « l’outre-monts va devenir, dans la conscience nationale, une ligne de séparation, d’imprécation, d’autre monde12 ».

  • 13 Pour une présentation de la pensée politique d’Innocent Gentillet, voir la précieuse étude de Dauss (...)

12Si les catholiques n’ont pas été en reste et ont, eux aussi, cédé au mouvement général qui stigmatisait la rapacité des Italiens, les protestants se sont signalés par l’ardeur de leurs dénonciations – il est vrai que l’influence politique de Catherine de Médicis leur avait coûté bien des déboires. Dans ses célèbres Discours d’Estat sur les moyens de bien gouverner (1576), le juriste huguenot Innocent Gentillet (1535-1588) s’emporte contre la prégnance d’une politique machiavélienne qui a, selon lui, causé les guerres de Religion13. Régulièrement réédité jusqu’au début du xviie siècle, l’ouvrage va pendant longtemps constituer la réponse française la plus exacte aux thèses de Machiavel. Dans sa préface au 1er livre, Gentillet commence par relever que les écrits du Secrétaire ont mis beaucoup de temps à se diffuser en France, et il s’interroge sur les raisons d’une lenteur apparemment surprenante :

  • 14 Gentillet1609, livre Ier, p. 8.

La response à cela n’est pas trop obscure à ceux qui sçavent comment les affaires de France ont esté gouvernez après le décès du feu roy Henry II d’heureuse mémoire. Car de son règne et auparavant, on s’estoit tousjours gouverné à la françoise, c’est-à-dire en suivant les traces et enseignemens de nos ancestres françois. Mais depuis, on s’est gouverné à l’italienne ou à la florentine, c’est-à-dire en suivant les enseignemens de Machiavel14.

  • 15 Ibid., p. 8.

13À partir du moment où la politique royale a été prise en charge par Catherine de Médicis, les maximes de Machiavel ont constamment déterminé les décisions de l’autorité monarchique, et les courtisans « italiens et italianisez » ont puisé dans les œuvres du Florentin les règles de leurs conseils « comme si c’estoyent livres des Sibylles où les payens avoyent leur recours quand ils vouloyent délibérer de quelque grand affaire concernant la chose publique »15. D’une pratique ancestrale, et donc autochtone, du gouvernement, le royaume est passé à un exercice du pouvoir qui est tyrannique, sans scrupule et surtout étranger. Au reste, il ne fallait pas attendre autre chose de Catherine de Médicis et de ses clients :

  • 16 Ibid., p. 9.

D’un costé chascun estime et prise tousjours plus les mœurs, façons, coustumes et autres choses de son propre pays que du pays d’autrui. D’autre part, Machiavel […] descrie bien en telle sorte la France et le gouvernement qu’elle avoit de son temps en blasmant et reprenant la conduite des François en affaires d’Estat que cela peut aisément avoir persuadé à ses disciples de changer la manière de gouverner françoise en italienne16.

14Quand Machiavel, poursuit Gentillet, parle des Français, il les qualifie très souvent de barbares et affirme qu’ils sont naturellement sujets à l’avarice et à la déloyauté – vices qu’ils partagent avec les Allemands. Du coup, le huguenot comprend mal l’extraordinaire faveur dont le Florentin jouit en France – de récuser le bien-fondé des thèses machiavéliennes est devoir de patriote :

  • 17 Ibid., p. 9.

Quand nous voyons que sa doctrine et enseignemens prennent racine ès cœurs de ceux qui lisent ses escrits, qui sont ou peuvent estre appellez en participation et conseil du gouvernement public, le mal imminent et le devoir à nostre patrie nous commandent assez de rompre silence17.

15L’étranger, et en l’occurrence l’Italien, a dénaturé le gouvernement indigène du royaume ; il en a profondément adultéré la pratique, causant l’inéluctable dérèglement d’une politique de divisions.

16L’anti-italianisme du huguenot se justifie au nom d’un patriotisme sans concession. Innocent Gentillet exprime un sentiment d’urgence que partagent ses coreligionnaires lorsqu’il interpelle les nobles français :

  • 18 Ibid., p. 9-10.

Vous semble-t-il, illustres seigneurs, voyans en ce temps la pauvre France (qui est vostre mère et vostre patrie) tant désolée et déchirée par les estrangers, que vous la deviez du tout laisser perdre et ruiner18 ?

17D’institutrice, l’Italie est devenue source de perversions, et les Italiens ont introduit en France l’impiété et l’athéisme, au rebours d’une histoire plus que millénaire qui, depuis le baptême de Clovis, avait fait du royaume une terre d’élection de la religion chrétienne, au point que les souverains français sont Christianissimi. Gentillet rappelle hautement la noblesse de France à ses pieuses obligations :

  • 19 Ibid., p. 10.

Pensez-vous que Dieu vous ait fait naistre en ce siècle pour vous aider à ruiner [la France] et subvertir ses loix, et pour vous tenir froidement à requoi [à l’abri, NDE] les bras pliez, et souffrir qu’elle soit contaminée et souillée de mespris de Dieu, de perfidie, sodomie, tyrannie, cruauté, pilleries, usures et autres vices détestables que ces estrangers y sèment19 ?

18Pour Gentillet, l’étranger est primordialement un corrupteur ; il s’est subrepticement introduit dans le royaume pour en dévoyer les usages ancestraux et coutumiers et pour pervertir le caractère des Français. L’inexpiable responsabilité du Secrétaire est derechef, et lourdement, dénoncée :

  • 20 Ibid., p. 10-11.

Il est tout notoire que les livres de Machiavel, depuis ce temps-là [la mort d’Henri II] jusques à présent, ont esté aussi familiers et ordinaires ès mains de plusieurs courtisans comme le bréviaire ès mains d’un curé de village20.

19À qui voudrait avoir la preuve de la coupable transformation du gouvernement originel du royaume, Gentillet propose de se contenter d’observer les effets. Jusqu’au règne d’Henri II, explique-t-il, la France s’est conservée dans la paix, dans la tranquillité et dans le respect de ses lois vénérables, mais

  • 21 Ibid., p. 11.

par le gouvernement italien et moderne, les bonnes et anciennes loix du royaume ont esté abolies et anéanties, les guerres civiles entretenues en France, les paix tousjours rompues, le peuple ruiné et mangé, le commerce anéanti, les sujets privez de leurs anciennes libertez et franchises, voire réduits en telle confusion et désordre qu’on a veu bien souvent le propriétaire cultiver et semer ce qu’un autre moissonnoit21.

20À une politique machiavélienne inadaptée aux conditions réelles de la France, Gentillet oppose un gouvernement de prudence, de raison et de sagesse dont l’exercice a pendant longtemps permis la prospérité française.

  • 22 Ibid., p. 12.

21Sentiment anti-italien qui ne procède pas d’une xénophobie générale et immaîtrisée. Gentillet prend la peine de noter que si lui-même critique les Italiens, Machiavel ne s’est pas privé de vilipender la « nation Françoise ». Davantage, le huguenot précise charitablement qu’il n’entend « aucunement blasmer ny picquer les gens de bien italiens » et qu’il ne nie pas « qu’en la nation italienne et florentine il n’y ayt bon nombre de gens vertueux qui ne sont rien moins que machiavélistes et qui détestent sa doctrine »22. Au demeurant, ajoute-t-il, Machiavel lui-même a admis qu’il n’y avait pas de nation plus corrompue ni plus mécréante en Chrétienté que la sienne. Il peut alors sembler étrange que le Secrétaire ait osé reprendre les Français pour leur perfidie et leur déloyauté :

  • 23 Ibid., p. 13.

Je ne veux pas nier qu’en ce temps-ci plusieurs François ne soyent perfides et desloyaux, ayans appris de l’estre par la doctrine de Machiavel, mais je nie bien que de son temps, asavoir du règne des rois Charles VIII, Louys XII et François premier, ny auparavant, ny de long temps après, la nation Françoise ait esté contaminée de ce vice23.

  • 24 Ibid., p. 13.
  • 25 Ibid., p. 13.

22À la condamnable école de Machiavel, acclimatée dans le royaume par les Italiens qui peuplaient la cour, les Français ont appris le mensonge et la dissimulation. Non qu’ils soient tous contaminés – Gentillet admet qu’il reste heureusement encore de « bons et naturels François » qui refusent de se rallier au machiavélisme et gémissent « de voir leur nation Françoise diffamée et souillée de ce vice infâme et abominable envers toutes gens »24 ; d’ailleurs, le huguenot espère vivement qu’ils vont réagir pour restaurer « la bonne réputation de nostre nation, que quelques dégénéreux et estrangers ont maculée et polluée25 ».

  • 26 Ibid., p. 13.
  • 27 Ibid., p. 13.
  • 28 Budé 1550, livre IV, p. 441 : « [Xenomania] est nimium et inconsultum externorum studium. »
  • 29 Gentillet 1609, livre Ier, p. 13.

23Revenant sur l’accusation d’avarice lancée aux Français par Machiavel, Gentillet avoue n’y rien comprendre. Depuis des temps immémoriaux, la France, déclare-t-il, a toujours été réputée pour sa libéralité et sa promptitude « à faire plaisir, mesmes aux inconnus et estrangers26 » – imprudente générosité d’après lui : « Et pleust à Dieu que nostre nation n’eust jamais esté de ce naturel, de bien faire aux estrangers, sans les avoir premièrement connus et esprouvés27. » À la suite de Guillaume Budé (1467-1540), qui, dans son De asse et partibus eius (1514), a mis en garde contre la xenomania, soit un zèle excessif et irraisonné pour les étrangers28, Gentillet déclare qu’il réprouve « le vice de xénomanie de nos François, qui adorent les estrangers (bien que vicieux) et mesprisent les leurs29 ».

24Le huguenot n’entend pas nier les vertus de l’hospitalité, mais il en montre les conséquences catastrophiques lorsqu’elle est dispensée avec démesure – et la xénomanie des Français les a conduits à être imprudemment hospitaliers :

  • 30 Ibid., p. 13-14.

Si nostre nation n’eust jamais esté taschée de ce vice, nous n’eussions pas veu la France gouvernée par mains estrangères, comme elle a esté ; nous n’eussions pas senti les calamitez des guerres civiles qu’ils y ont entretenues si longtemps pour se maintenir en grandeur et pescher en eau trouble30.

25D’après Gentillet, nulle nation au monde ne peut se plaindre de l’avarice française : toutes ont bénéficié, à un titre ou à un autre, de la libéralité de la France. Au contraire, les nombreux Italiens « et autres estrangers qui nous ont miné et succé toute nostre substance » se sont-ils distingués par leur cupidité une fois reçus dans le royaume, les uns dans l’administration fiscale, les autres en occupant les bénéfices le plus gras ou en exerçant des activités bancaires. Du reste, la France a fait la douloureuse expérience de la rapacité ultramontaine au temps des guerres d’Italie, quand il a fallu augmenter la taille pour contenter l’insatiable cupidité italienne – il faut blâmer les Français pour

  • 31 Ibid., p. 14.

l’avarice passive qui est en eux, c’est-à-dire laquelle ils souffrent et endurent desdits estrangers qui par leur avarice active (laquelle ils exercent sur nous) nous tondent la laine sur le dos et nous succent le sang et la substance comme on feroit à des moutons31.

26Dans le discours anti-italien des protestants, comme dans celui des catholiques du reste, l’argument économique et financier est d’évidence capital.

  • 32 Machiavel 2000, livre II, chap. xxxi, p. 378 : « Non mi pare fuori di proposito ragionare quanto si (...)

27Crucial, non moins, le grief de déloyauté, qui ne vise évidemment pas les seuls courtisans italiens, mais les étrangers en général et sans distinction de confession. Au chapitre xxxi du livre ii de ses Discours sur la première décade de Tite-Live, Machiavel avait insisté sur le fait qu’un étranger banni de son pays ne se réfugiait chez un prince que contraint et forcé : il ne pouvait manquer de le trahir le moment venu si ses intérêts propres l’exigeaient32. Très virulent à l’encontre du Secrétaire, Gentillet n’en reconnaît pas moins la véracité de sa conclusion – tout en critiquant vertement l’application qu’en font de peu scrupuleux disciples de Machiavel :

  • 33 Gentillet 1609, livre Ier, p. 147-148.

Eux veulent dire qu’un prince ne se doit aucunement fier en ceux qui luy sont estrangers et sont d’autre pays et nation que luy, ains se doit en tout et partout (si faire se peut) servir de ceux de sa propre nation, voire au faict du gouvernement des pays et provinces d’autre nation qui luy sont sujettes33.

28Sur quoi il mentionne les exemples classiques des rois d’Angleterre, qui ne confient offices et gouvernements de Guyenne, de Normandie et de leurs autres possessions françaises qu’à des Anglais, ou encore du roi d’Espagne, qui ne se fait représenter que par des Espagnols aux Pays-Bas, en Franche-Comté, dans le Milanais et dans les royaumes de Naples et de Sicile :

  • 34 Ibid., p. 148.

Par ces exemples veulent dire les disciples de Machiavel qu’un prince ne se doit servir ni fier de ceux qui luy sont estrangers, qui ne sont de sa propre nation, bien qu’ils soyent de ses pays et sujets. Au contraire de quoy je veux prouver qu’un prince se doit fier et servir de ses sujets, encores qu’ils ne soyent de sa nation, voire qu’il doit sur chacune nation de sa domination establir des gouverneurs et officiers de la nation mesme tant que faire se peut34.

29Ici, à souligner, un point capital : la distinction entre le sentiment d’appartenance à une patrie et le rapport de sujétion ; la loyauté ne peut s’assurer que sur les deux ensemble. L’idée de nation surgit à point avec, en arrière-plan, son aspect biologique premier : la nation regroupe les hommes qui sont nés au même endroit. Pour Gentillet, le prince doit éviter d’employer ses compatriotes dans ses possessions étrangères :

  • 35 Ibid., p. 148.

La raison est évidente, pour ce que naturellement chacun aime sa patrie et sa nation, et par conséquent un gouverneur ou magistrat aimera et traitera mieux ceux de sa nation que ne feroit un autre, et réciproquement sera mieux aimé d’eux qu’un estranger. Et estant mieux aimé, il sera aussi mieux obéy, et fera mieux rendre obéissance à son prince, parce que la vraye et asseurée obéissance doit plustost procéder d’amour que de force ne de crainte35.

  • 36 Ibid., p. 149.

30Davantage, des magistrats étrangers ne peuvent s’adapter que difficilement aux mœurs et aux usages des contrées dans lesquelles ils sont envoyés. Non que Gentillet estime qu’il faille toujours désigner des personnes originaires de la même ville, de la même province ou de la même nation que celles où elles sont nommées : une telle pratique peut engendrer favoritisme et clientélisme ; elle peut aussi conduire à une familiarité de nature à amoindrir l’autorité et le prestige de la fonction exercée. Le prince doit prendre garde à faire des choix équilibrés. Dans ses possessions étrangères, son représentant le plus éminent peut être son compatriote, mais le souverain doit aussi « se servir de ceux du pays le plus qu’il luy est possible, et mesmes aux charges de la justice et en l’administration de la police36 ». Faute de quoi il risque d’indisposer les peuples étrangers qui lui sont soumis en leur faisant croire qu’il se défie d’eux :

  • 37 Ibid., p. 149.

Or il est bien difficile d’aimer quand on n’est point aimé. De là naissent puis après les entreprises, émotions, révoltes et autres brouillis qu’on void tousjours advenir ou tost ou tard, quand les sujets se mescontentent de leur prince37.

  • 38 Ibid., p. 149.

31Dernière raison, mais non la moindre, à l’appui de la démonstration de Gentillet : les hommes désirent incessamment les honneurs, et si l’on néglige d’employer chez eux les gens vertueux au motif qu’ils ne sont pas les compatriotes du prince, ils finissent par s’irriter, et « pour voir des estrangers préférez à eux, ils se laissent couler à des passions turbulentes, contraires à leur propre naturel38 ». On ne peut adopter de position plus radicalement contraire aux principes défendus par Machiavel. Gentillet délivre là une éclatante leçon de bon gouvernement à ses adversaires italiens.

32La suite du raisonnement mené par le huguenot sonnait comme un menaçant avertissement à la monarchie française. La prolifération d’étrangers et la faveur avec laquelle ils sont reçus dans l’entourage du souverain ne peuvent que fragiliser le pouvoir royal :

  • 39 Ibid., p. 150.

On a veu souvent advenir des grands désordres quand les princes ont préféré les estrangers aux charges publiques et aux offices et honneurs à ceux qui sont de la nation et du pays où telles charges et honneurs se distribuent et exercent39.

  • 40 Ibid., p. 150.

33Exemplaires, ainsi, les troubles siciliens de 1168, quand Étienne du Perche était chancelier du roi Guillaume II le Bon. Les nobles de Sicile, « marris de voir un estranger constitué en si haut estat dans leur pays et qu’il fallust que le plus grand magistrat de la justice fust exercé par mains estrangères40 », en étaient venus à conspirer contre Étienne du Perche et contre l’ensemble des Français qui résidaient dans l’île depuis sa conquête par les Normands. Massacrés une première fois en Sicile, les Français l’avaient été une seconde fois en 1282, lors des Vêpres siciliennes – ce qui fait conclure à Gentillet :

  • 41 Ibid., p. 151.

Vray est qu’on pourroit dire que ce massacre-là [de 1168] des François en Sicile et autres pays de l’Italie n’avint pas tant pour ceste raison qu’il y avoit un chancelier estranger que parce que ceste race italique a tousjours esté fort encline à massacrer ceux de nostre nation Françoise41.

34Il accuse les Italiens d’être responsables de la Saint-Barthélemy. Il rappelle qu’en 1525, après le désastre de Pavie, les troupes italiennes attaquaient les Français pendant leur retraite :

  • 42 Ibid., p. 151-152.

La générosité de cœur de ces gens-là, c’est de s’attacher tousjours dix ou vint contre un et de braver les désarmez et blessez qui n’ont moyen de résister. Ceste générosité messeresque s’appelle aujourd’huy en françois coyonnerie et poltronerie42.

35Hostile aux Italiens, Gentillet ne dédaigne pourtant pas l’enseignement des anciens Romains, qui, explique-t-il, ne conféraient aucune charge publique aux étrangers – l’usage a été repris, est-il opportunément précisé, à Venise, à Gênes, dans plusieurs villes allemandes, telles Strasbourg, Nuremberg, Augsbourg, Francfort ou encore Magdebourg, et aussi dans les cantons suisses. Il arrive même qu’on refuse de recevoir les étrangers comme simples habitants, mais Gentillet reconnaît que c’est là aller à l’encontre du devoir chrétien d’hospitalité :

  • 43 Ibid., p. 162.

C’est une vertu bien louable aux hommes de recueillir humainement les estrangers et leur user de bon traitement et accueil. Mais aussi les estrangers se doyvent contenter d’estre les bienvenus en un pays et en une ville, sans aspirer à y vouloir maistriser ne tenir les offices et estats, car à la longue cela ne leur peut acquérir que malveillance et envie. La nation Françoise est bien celle qui entre toutes les nations de Chrestienté reçoit et ayme le plus les estrangers, car ils sont aussi bien ou mieux venus par toute la France que ceux de la nation mesme43.

  • 44 Ibid., p. 162.

36Il reste que, selon lui – et l’allusion à Catherine de Médicis est ici évidente –, si hospitaliers que soient les Français, ils n’en détestent pas moins l’idée d’un assujettissement étranger. La loi salique a sagement pourvu au risque d’une situation proprement insupportable : « Ce seroit chose plus intolérable aux François d’obéir à un roy estranger que d’obéir à une royne françoise de nation, tant est odieuse la domination estrangère en France44. » Le souvenir des trahisons étrangères essuyées par François Ier reste évidemment : celle du prince-évêque de Liège Érard de La Marck (1472-1538), celle du prince d’Orange Philibert de Chalon-Arlay (1502-1530), celle du marquis de Mantoue Frédéric II Gonzague (1500-1540), ou encore celles du Génois Andrea Doria (1466-1560) et du chancelier milanais Girolamo Morone (1470-1529), qui avait fomenté à Milan une insurrection contre la présence française. Illustres exemples, présents à la mémoire de tous les contemporains et dont Gentillet déduit sagement, contre l’expresse opinion des disciples de Machiavel,

  • 45 Ibid., p. 164.

qu’un prince ne sçauroit mieux faire que de se servir ès offices et charges publiques des pays de sa domination, de ses propres sujets de chacun d’iceux pays, comme estans plus propres et accordans au naturel du peuple de leur pays que ceux qui en sont estrangers45.

37Toujours pressante, naturellement, la douloureuse question de la vente des offices et de la collation des bénéfices à des étrangers. Là encore, Gentillet signale une rupture visible depuis la mort d’Henri II :

  • 46 Ibid., p. 164.

Quant aux offices, on n’a guères veu qu’on les ait conféréz à estrangers sinon depuis peu de temps qu’ils ont trouvé moyen d’avoir les plus grands et meilleurs, car anciennement on ne leur conféroit que quelques offices de capitaines, afin que sous ce tiltre ils peussent attirer plus de gens de leur pays au service du roy46.

38Pour les bénéfices, en revanche, la chose était entendue depuis longtemps, et les Italiens en avaient accaparé les plus lucratifs tant les souverains français avaient manifesté de docilité à l’égard du pape.

39L’influence exorbitante concédée aux étrangers dans le royaume conduit paradoxalement à tenir les « bons François » pour étrangers chez eux – lieu commun du discours anti-italien du xvie siècle :

  • 47 Ibid., p. 164-165.

Je prie icy tous ceux qui sont bons François qu’ils considèrent un peu de près le tort qu’ils se font de souffrir qu’ils soyent réputéz pour estrangers en leur propre pays et par ce moyen reculéz des charges et estats47.

40En accueillant trop généreusement les étrangers à leur cour, les rois de France ont dénaturé leur gouvernement – ils ont offert leur royaume en proie à la rapacité de personnes qui, imbues des coupables principes de Machiavel, n’ont eu de cesse qu’elles n’eussent favorisé le sort de leurs propres compatriotes au détriment de celui des Français :

  • 48 Ibid., p. 165.

Quand ils [les Italiens et estrangers qui sont en France] sont en crédit, ils ne veulent avancer que gens de leur nation ou quelques François dégénéreux et façonnéz à leur humeur qui leur servent comme d’esclaves et vils ministres de leurs perfidies, cruautéz, rapines et autres vices. Car quant aux bons et naturels François, ils ne les veulent avancer, parce qu’ils leur sont estrangers, et par conséquent suspects de ne leur estre assez fidèles48.

41Excédé, Gentillet en appelle au réveil de l’antique valeur des Français qui les faisait craindre de leurs voisins et rejeter toute domination étrangère. Force lui est de constater une déchéance de ses compatriotes, oublieux de leur fierté ancestrale :

  • 49 Ibid., p. 165.

Il semble qu’aujourd’huy les François ne tiennent plus rien de la valeur de leurs devanciers, en souffrant que quelques estrangers entreprennent domination impérieuse sur eux et se vendiquent ce qui appartient aux seulz naturelz François. Vrayement c’est bien loin de nous faire redouter et obéir ès pays estranges quand les estrangers nous contraignent de leur obéir et faire joug en nostre propre pays. C’est bien faire au rebours de nos ancestres qui assujettissoyent à eux les estrangers, quand au contraire nous nous assujettissons à iceux49.

42Gentillet reprend ici le thème classique de la liberté originelle des Français, rebelles à toute forme de servitude. Il rappelle que les armées françaises ont diverses fois et plus qu’à leur tour défait les forces italiennes. Pour contrarier les menées de l’Italien perfide, sournois et empoisonneur, le huguenot tente de réveiller l’ardeur belliqueuse de ses compatriotes endormis et « ensorceléz » :

  • 50 Ibid., p. 166.

Excitons donc en nous la générosité et vertu de nos vaillans ayeulx, et monstrons que nous sommes issus de la race de ces bons et preux François nos ancestres, qui ont jadis subjugué tant de nations estrangères et qui tant de fois ont vaincu ceux qui nous veulent asservir. Ne laissons, pour quelques François dégénéreux, de maintenir et conserver l’honneur et la réputation de loyauté, intégrité et vaillance de nostre nation Françoise, laquelle ces bastards ont souillée et contaminée par leurs cruautéz, massacres et perfidies50.

43Le mythe franc est ici instrumentalisé pour servir la cause de protestants qui ne descendent pas moins que leurs compatriotes catholiques de si prestigieux ancêtres communs.

  • 51 Machiavel 2000, livre II, chap. xix, p. 347 : « E veramente simili città o provincie si vendicano c (...)
  • 52 Ibid., livre Ier, chap. lv, p. 174-175 : « Veramente dove non è questa bontà, non si può sperare nu (...)

44Si antimachiavélien fût-on, on ne pouvait pourtant que tomber d’accord avec la thèse du Secrétaire selon laquelle les cités et les provinces vaincues se vengent de leurs vainqueurs en les corrompant – pour Machiavel, les nations corrompues infectent de leurs mœurs dépravées les peuples qui les ont conquises : à Capoue, les soldats d’Hannibal s’étaient laissé affaiblir irrémédiablement par les fameuses délices de la ville51 ; au contraire les Allemands, en se gardant de commercer avec l’étranger ou de l’accueillir chez eux, en évitant aussi la fréquentation des Espagnols, des Français et des Italiens, les trois nations le plus vicieuses au monde, s’étaient-ils préservés des atteintes étrangères à leur pureté morale52. Aussitôt, Gentillet d’approuver le principe général soutenu par Machiavel :

  • 53 Gentillet1609, livre III, p. 585.

Je n’ay pas icy mis ceste maxime pour dire qu’elle ne soit pas bien véritable. Car outre les exemples que nous en lisons aux histoires, nous le connoissons par expérience et à veuë d’œil, veu que nous voyons aujourd’huy la France du tout façonnée aux mœurs, conditions et vices des estrangers qui la gouvernent et qui y ont les principales charges et estats53.

45Avec effroi, le huguenot décrit l’impitoyable processus d’adultération auquel a été soumise sa patrie depuis que les Italiens y ont été introduits – les usages ultramontains ont progressivement corrompu les esprits au point même de leur faire perdre le sens commun :

  • 54 Ibid., p. 585.

Non seulement plusieurs François sont si bestes que de se conformer aux complexions estrangères, mais aussi se meslent desjà de gazouiller leur langage et desdaigner la langue françoise comme chose trop commune et vulgaire54.

46De l’Italie en général et de Naples en particulier, où ils ont séjourné au temps de Charles VIII, les Français n’ont rapporté, affirme Gentillet, que la vérole. Au contraire, les quelques Allemands qui résident en France ne se sont signalés par aucune corruption de mœurs. Quand Machiavel met la France au nombre des nations le plus corrompues, il oublie de dire que les Italiens et leur fréquentation trop assidue en sont cause :

  • 55 Ibid., p. 586.

Car de qui ont appris les François l’athéisme, la sodomie, la perfidie, la cruauté, les usures et autres semblables vices que de Machiavel et de ceux de sa nation ? Tellement qu’ils se peuvent bien vanter qu’ils se sont bien vengéz des guerres que nos ancestres leur ont fait55.

47Antimachiavélisme et anti-italianisme se conjuguent pour aboutir à une stigmatisation générale de l’étranger, coupable de produire l’éversion politique, religieuse et même sociale du royaume et d’anéantir vertus primitives et liberté originelle du peuple franc.

  • 56 Voisin de La Popelinière 1573, livre XIII, fo 401v°.
  • 57 Ibid., livre VI, fo 192r°.

48Dans son combat contre une influence italienne accusée de pervertir ses compatriotes, Gentillet formule finalement deux thèses que l’on retrouve chez la plupart des huguenots. La première, que les Français sont en définitive devenus étrangers chez eux – et elle figure déjà mot pour mot dans La vraye et entière histoire des troubles (1571) de l’historien protestant Henri-Lancelot Voisin de La Popelinière (1541-1608) : « Nos François n’ont que trop vescu enfans ; nous nous sommes assez et trop fait cognoistre estrangers en nostre pays propre56. » La deuxième, que l’appartenance à une patrie se reconnaît d’abord à la reconnaissance d’origines ancestrales partagées. Très révélateur, là encore, le propos tenu par Voisin de La Popelinière, lorsqu’il évoque la mort du duc de Deux-Ponts, Wolfgang de Bavière (1526-1569), venu en France secourir les protestants de Coligny et décédé à Nexon en Limousin : « Ainsi il rendit la vie en pays estranger et fort eslongné du tombeau commun de ses ancestres57. » Dans l’appréhension huguenote de l’étranger, le traumatisme des guerres de Religion a évidemment été essentiel. Comme Gentillet, Voisin de La Popelinière affirme que la guerre civile, faute de réconciliation, doit inévitablement déboucher sur une domination étrangère :

  • 58 Ibid., livre II, fo 63r°.

Est-ce pour l’estranger que vous désirez semer de tant corps misérables les belles campagnes et la fleur du Lys ? Est-ce pour luy que le triste laboureur guidant le soc de sa charrue trenchera ceste terre, la formera de menus sillons abruvéz de nostre sang pour nourrir l’Espagnol ou l’Anglois victorieux58 ?

49Plus que Gentillet, il insiste sur le fait que d’être compatriotes se marque par un passé et une histoire communs. Le point, pour lui, est d’autant plus crucial qu’il est historien et qu’il est, dit-il, du devoir d’un Français d’écrire le récit des récents troubles qui ont mutilé le royaume :

  • 59 Ibid., À la noblesse, fo [14]r°.

Je demanderois volontiers quand bien on auroit très rigoureusement défendu à tous François de mémorer le cours de nos mutineries, si on pourroit pour cela empescher que les estrangers n’en dressassent un narré qu’ils feroyent soudain voler par toute l’estendue de l’Europe59.

50Voisin de La Popelinière affirme avoir été contraint de prendre la plume pour dire la vérité et démasquer les mensonges proférés par les étrangers qui ont déjà entrepris de raconter les débuts du conflit français. Assurément, d’être originaire du royaume et contemporain des événements est une double garantie de la qualité et de l’exactitude de son ouvrage :

  • 60 Ibid.

[Les François] aimeroyent-ils mieux qu’un estranger Allemand, Anglois, Italien ou autre escrivist à la mémoire de nos arrière-neveux ce qui s’est passé en France à l’advantage de sa nation (comme il est à présumer qu’il feroit) avec mille lourdes fautes qu’il imputeroit tant aux François qu’aux autres nations qui les sont venus secourir, qu’un François qui, aveuglé à toutes passions, discourust de ce qu’il auroit exécuté ou compagnon assisté aux factions guerrières et politiques, récitant le surplus selon le vray rapport de ceux qui auroyent commandé ou assisté en autre endroit60 ?

51Savante entreprise d’autant plus urgente que Voisin de La Popelinière constate éberlué qu’est en train d’être diffusé un récit des troubles qui, parce qu’il a été mis au point par des étrangers, déforme l’histoire nationale jusqu’à altérer la perception qu’en ont les Français eux-mêmes :

  • 61 Ibid., À la noblesse, fos [14]r°-v°.

J’ay desjà veu des discours latins, italiens et mesme d’aucuns François, qui ont tant imposé aux autres nations et se sont d’ailleurs monstréz si grossiers en toutes choses que je m’esbahy comme les yeux François, en autre endroit si clairvoyans, n’en desdaignent la lecture61.

52Son but a été d’écrire une histoire française des guerres de Religion et de le faire aussi, et explicitement, à destination des étrangers – le huguenot proclame clairement son intention au début du livre :

  • 62 Ibid., À la noblesse, fo[16]r°.

J’ay au profit de tous ceux qui veulent suyvre le train des armes si curieusement dépeint les lieux, villes, chasteaux et places fortes qui ont bien ou mal tenu que les estrangers mesmes se les peuvent représenter comme s’ils y estoyent présens62.

53Pour Voisin de La Popelinière, il s’agit en définitive de restituer aux Français leur propre histoire alors que les étrangers tâchent sournoisement de les en déposséder.

  • 63 La Noue 1588, p. 120.
  • 64 Ibid.
  • 65 Ibid.

54Alors que les catholiques leur reprochent d’avoir rompu l’unité chrétienne et d’avoir été cause de la guerre civile dans le royaume, les huguenots rivalisent de patriotisme et de méfiance à l’égard de l’étranger. Dans ses Discours politiques et militaires (1587), François de La Noue (1531-1591) va même jusqu’à critiquer le rituel initiatique du voyage en terres étrangères : « Les voyages aux pays estranges sont practiquéz par quelques-uns pour une certaine opinion qu’ilz ont que les drogues d’autruy sont meilleures que celles de leur pays63. » Si de voyager est utile pour apprendre les langues vulgaires, « qui servent pour la communication avec les estrangers64 », le dépaysement n’est assurément pas toujours profitable. Ainsi, explique La Noue, les Français qui se rendent en Allemagne en reviennent-ils souvent plus grossiers qu’ils n’étaient partis, et « pour les resubtiliser, les pères les renvoient en autres lieux, de sorte qu’il y a en cecy double peine et double temps et dépense65 ». La Noue déconseille vivement le voyage d’Allemagne, accusé – à l’encontre de ce que prétendait Machiavel – de dénaturer les Français et de les rendre inaptes à vivre dans leur propre patrie. Le voyage d’Italie n’est apparemment pas plus recommandé. Certes, il reconnaît que l’on y apprend beaucoup, mais

  • 66 Ibid., p. 120-121.

parmy ces roses, on rencontre beaucoup d’espines, pour ce qu’y ayant mille appats de volupté, comme seméz dans les plus belles villes, la jeunesse, qui est désireuse de nouveauté et ardante en ses affections, ne se peut retenir qu’elle n’aille gouster, voire se saouller de ces doux poisons et puis par la continuation, s’en engendre de très sales habitudes66.

  • 67 Ibid., p. 121.

55L’Italie, poursuit La Noue, est plus utile si l’on est vertueux, mais plus pernicieuse si l’on est vicieux que ne peut l’être l’Allemagne. Du coup, le protestant conseille le séjour allemand aux jeunes enfants, « qui n’ont encores les mœurs formées », et le voyage italien, en revanche, pour ceux seuls « qui ont desjà fait quelque fondement en eux de piété et d’amour d’honnesteté »67. Encore faut-il prendre la précaution de ne pas faire séjourner sa progéniture trop longuement à l’étranger, au risque sinon de la retrouver complètement déformée :

  • 68 Ibid.

Les pères observeront encores cecy, c’est de ne les [leurs fils] y tenir point plus de deux ans, pour estre tousjours plus asseuréz que les mœurs estranges, n’ayant pris forte racine, se pourront plus facilement arracher68.

56En La Noue, la manie française du voyage étranger a trouvé l’un de ses plus fermes détracteurs : il s’agit, pour lui, de préserver les vertus nationales des atteintes qu’une trop forte acculturation étrangère peut leur porter.

57Plus largement, le discours xénophobe huguenot se justifie par l’urgente nécessité d’ancrer l’idée que, pour être protestant, on n’en est pas moins loyal serviteur de la monarchie et de l’État. Dans sa Remonstrance à la France sur la protestation des chefs de la Ligue faicte l’an 1585, Philippe Duplessis-Mornay dénonce la forfaiture de Ligueurs acquis au parti de l’étranger :

  • 69 Duplessis-Mornay 1824 : Remonstrance à la France sur la protestation des chefs de la Ligue faicte l (...)

Pensés[-vous] que c’est de restaurer la France en l’ouvrant de toutes parts et aulx deniers et aulx forces d’Espaigne, c’est-à-dire vendre à l’Espaigne nostre pays et chasser la France hors de la France pour y faire les logis de la Lorraine et de l’Espaigne69 ?

58De reprocher à Henri de Navarre de ne pas être français est un argument inepte ; le premier prince du sang est sans conteste un compatriote, et farouche ennemi de la puissance espagnole. Le texte de la déclaration de Bergerac du 10 juin 1585, rédigée par Duplessis-Mornay, est sans ambiguïté :

  • 70 Ibid. : Déclaration du Roy de Navarre contre les calomnies publiées contre lui ès protestations de (...)

De faict aussi seroit-ce chose trop absurde que le serviteur de la maison voulleust estre creu plus zélateur du bien d’icelle que l’enfant de la famille ; que ces estrangers nous voulleussent faire entendre qu’ils eussent plus de souci de la conservation de cet Estat que ceulx en qui ce souci est né avec l’intérest ; ces estrangers, dis-je, desquels la grandeur ne peult s’accroistre que par sa ruyne et dissipation, et qui toutefois n’ont poinct faict de conscience de le [Henri de Navarre] publier ennemi de cest Estat70.

  • 71 Ibid. : Lettre du roy de Navarre à MM. de la Noblesse, faicte par M. Duplessis, t. III, p. 291.

59Au lendemain de l’excommunication d’Henri de Navarre par Sixte Quint, qui fulmine la bulle Ab immensa æterni le 9 septembre 1585, la tension est à son comble. Également rédigée par Duplessis-Mornay et adressée à la noblesse française, une lettre du Béarnais, datée du 1er janvier 1586, fustige l’intervention du Saint-Siège dans les affaires françaises : « Vous qui cognoissés la dignité du sang de France, qui sçavés bien dire que vous ne devés respect qu’à celui-là, sera-t-il donc dict que j’en rende compte à l’estranger71 ? » Flattant le patriotisme des nobles, Henri de Navarre les met en garde contre la tentation de respecter une sentence religieuse susceptible de les amener à trahir leur patrie et à se démettre de la loyauté à laquelle ils sont tenus :

  • 72 Ibid., p. 292.

Pour réformer ou transformer l’Estat, comme ils [les Ligueurs] désirent, il n’estoit besoing de vostre main. Pour faire passer l’Estat en estrangère main, il n’appartenoit qu’à estrangers à l’entreprendre ; pour chasser la France hors de France, le procès ne se pouvoit juger en France ; elle estoit par trop suspecte en cette cause, il falloit qu’il feust jugé en Italie72.

60Par la voix d’Henri de Navarre, Duplessis-Mornay rappelle hautement que l’appartenance à la commune patrie se manifeste imprescriptiblement par le respect du sang des compatriotes, considération que l’étranger ne peut avoir, lui qui n’a d’autre but que de détruire et de piller – au contraire le roi de Navarre ressent-il en sa chair les malheurs du royaume :

  • 73 Ibid., p. 293.

Les princes François sont les chefs de la noblesse. Je vous aime tous ; je me sens périr et affoiblir en vostre sang : l’estranger ne peult avoir ce sentiment, l’estranger ne sent poinct d’intérest en ceste perte73.

  • 74 Ibid. : Remonstrance à la France sur les maulx qu’elle souffre et les remèdes qui lui sont nécessai (...)

61Étrangère, la maison de Guise n’a pas hésité à tenter de ruiner la France, mais « aussi ne convenoit-il pas (ains il eust esté contre nature) que la France feust troublée et ruynée par aultres qu’estrangers74 », ainsi que l’écrit Duplessis-Mornay dans une Remonstrance à la France sur les maulx qu’elle souffre rédigée en octobre 1587, au lendemain de la bataille de Coutras. Le compatriote se distingue par un « naturel » qu’il ne peut dévêtir, qui ne peut être contrefait et dont l’étranger est irrémédiablement dépourvu :

  • 75 Ibid., p. 32.

La femme de qui estoit l’enfant, quand Salomon commanda qu’il feust parti en deux, aima mieulx ne l’avoir poinct, mesmes qu’une autre l’eust, que le voir départi ; son sang feut troublé, et aussi estoient-ce ses entrailles. À l’aultre, c’estoit tout ung de le voir mettre en pièces ; elle pense avoir beaucoup gaigné d’en retenir sa part, sa part toutesfois sanglante et inutile ; tant sont les naturelles affections, vives, sensibles et remarquables, et les estrangères au contraire, mortes, insensibles et obscures. Tant est difficile aussi, ou au sang françois de cacher l’affection que nature lui donne envers la France, ou à l’estranger de l’emprunter, feindre ou falsifier75.

62L’étranger est indifférent aux malheurs du royaume, seul un compatriote les ressent ; la patrie n’existe que pour qui fait corps avec elle, et le sang français ne coule que dans les veines de qui est membre de la nation.

  • 76 Sur Philippe Canaye de Fresnes, voir Wanegffelen 1997 : « Le choix de Philippe Canaye, sieur de Fre (...)
  • 77 Canaye de Fresnes à Villeroy, Venise, 1er juin 1603, dans [Canaye de Fresnes] 1635-1636, t. II, p.  (...)
  • 78 Canaye de Fresnes à Henri IV, Venise, 25 septembre 1603, ibid., t. II, p. 143.
  • 79 Canaye de Fresnes à Du Vair, Venise, 1er juin 1603, ibid., t. II, p. 3.

63Les conflits religieux que le royaume a endurés pendant un demi-siècle ont été l’occasion pour les huguenots de forger un patriotisme qui, beaucoup plus que par l’élection très-chrétienne chère aux catholiques, se définit par rapport à une singulière appréhension de l’étranger. Le sentiment d’appartenance commune à la nation l’emporte – il ne pouvait en être autrement – sur les considérations confessionnelles. Protestant avant de se convertir au catholicisme après la conférence de Fontainebleau du 4 mai 1600, Philippe Canaye de Fresnes (1551-1610)76, un fin connaisseur de la pensée de La Noue, dont il a édité les Discours politiques et militaires, témoigne à sa manière, dans sa correspondance diplomatique du temps où il est ambassadeur de France à Venise, d’une sensibilité qu’il a sans nul doute contractée à l’époque où il était calviniste. Ainsi est-il très dubitatif lorsqu’il évoque, dans une missive du 1er juin 1603 à Nicolas de Neufville de Villeroy, secrétaire d’État des Affaires étrangères du roi Henri IV, les débuts du règne de Jacques Ier d’Angleterre : « Nous verrons si ce prince règnera plus heureusement parmy une nation estrangère qu’au milieu de ses sujets naturels, avec lesquels il se peut dire qu’il n’a vescu un seul jour en repos asseuré77. » Le propos est assurément d’un homme d’expérience et qui a vu les effets néfastes de l’autoritaire régence de Catherine de Médicis. Exilé en Italie, un territoire morcelé et divisé entre différentes souverainetés, Canaye de Fresnes n’en identifie que mieux l’originalité du patriotisme français. Ainsi qu’il l’écrit à Henri IV le 25 septembre 1603, « les François ont sans comparaison plus d’affection à leur roy et à leur patrie au cœur qu’ils n’en font paroistre à la bouche78 ». Il s’inquiète régulièrement de la longueur de son séjour en Italie, « ma longue absence m’ayant presque rendu estranger en ma patrie79 », comme il l’affirme dans une lettre à Guillaume Du Vair du 1er juin 1603. Nostalgie qui s’exprime aussi dans une dépêche du 10 mars 1604 à Antoine Lefebvre de La Boderie, ambassadeur de France auprès de Jacques Ier d’Angleterre :

  • 80 Canaye de Fresnes à La Boderie, Venise, 10 mars 1604, ibid., t. II, p. 165.

Vray est que tant que mon horoscope m’assubjettira à manger d’un pain estranger, je n’ay point d’envie de changer cettuy-cy à un autre, mais celuy de la patrie est sans comparaison plus savoureux, aussi est-ce le but où je pointe il y a près de vingt ans80.

  • 81 Canaye de Fresnes à de Thou, Venise, 10 mars 1604, ibid., t. II, p. 157.
  • 82 Canaye de Fresnes à Barrault, Venise, 11 juillet 1607, ibid., t. III, p. 663.
  • 83 Canaye de Fresnes à La Boderie, Venise, 20 juillet 1607, ibid., t. III, p. 676.
  • 84 Canaye de Fresnes à d’Alincourt, Venise, 8 septembre 1607, ibid., t. III, p. 748.

64Le même jour, il écrit au président de Thou pour le féliciter de la publication des premiers volumes de son Historia sui temporis – l’ouvrage lui a plu, assurément, mais Canaye de Fresnes reproche paradoxalement au parlementaire de s’être montré indiscrètement patriote en utilisant souvent les termes nostri ou nobiscum lorsqu’il parle des Français, termes qui peuvent coupablement « donner quelque soupçon qu’un auteur vueille favoriser ceux du nombre desquels il se met », car « encores qu’il ne soit raisonnable de celer sa patrie, si n’est-il pas aussi besoin de l’inculquer partout81 ». Le temps n’est manifestement plus favorable à une historiographie patriotique comme Voisin de La Popelinière avait pu la concevoir. Au moment de quitter l’Italie pour enfin rentrer en France, Canaye de Fresnes exprime le 11 juillet 1607 son soulagement à Émery de Barrault, ambassadeur de France en Espagne : « Il est temps que je rende mes os à ma patrie82. » Le 20 juillet suivant, il confie encore à La Boderie : « Je veux espérer qu’après avoir si longuement tracassé par les pays estranges, j’auray cette félicité de participer au repos dont nostre patrie joüit par la prudence et bonheur de nostre monarque83. » À quoi fait écho l’émouvant congé pris le 8 septembre 1607 de François d’Alincourt, le propre fils de Villeroy et ambassadeur de France à Rome : « Je m’en vay reprendre l’air de la chère patrie84. » À la suite de Gentillet et de La Noue, Canaye de Fresnes manifestait à son tour un patriotisme qui devait nécessairement s’accompagner de méfiance à l’égard de l’étranger.

  • 85 Prodi 1992.

65À travers les multiples épreuves qu’ils ont subies et les douloureuses persécutions dont ils ont fait les frais, les huguenots n’ont jamais oublié ce qu’ils devaient à leur patrie et l’attachement qu’ils lui portaient alors même qu’elle leur était inhospitalière. À une époque où le rapport de sujétion est en train d’être progressivement déconfessionnalisé et où, ainsi que l’a montré Paolo Prodi85, le serment de fidélité à l’autorité temporelle s’incorpore aux sujets jusqu’à n’avoir plus besoin d’être explicité, les protestants français ont fait de la loyauté à l’égard du prince naturel, par-delà la diversité confessionnelle, le socle d’un patriotisme inébranlable. Parce que la nation et la patrie – les deux notions restent finalement assez proches dans les textes huguenots – se définissent d’abord par la reconnaissance d’ancêtres communs et l’aveu d’une unique souveraineté politique, la religion n’entre plus dans la considération que l’on doit avoir pour un compatriote. Il en est résulté une conception strictement sécularisée de l’étranger : peu importait, finalement, qu’il fût catholique ou protestant ; du moment qu’il n’était pas français, il ne pouvait favoriser les intérêts du royaume. Attitude qui explique qu’au-delà de leurs intérêts diplomatiques propres, les huguenots ont suivi avec anxiété, mais sympathie, le renversement des alliances opéré par Richelieu en Europe à partir de 1625. Naguère pasteur protestant, depuis converti au catholicisme, Jérémie Ferrier reste cohérent avec les idées de ses anciens coreligionnaires lorsqu’il s’emporte, dans son Catholique d’Estat, contre les adversaires de la politique du cardinal :

  • 86 Ferrier 1625, p. 24-25.

En une chose mentent-ils indubitablement, qu’ils s’appellent François, car ils ne le sont point. Ce sont François Walons, François du Païs Bas, François par représentation, comme s’ils joüoient une comédie sur les théâtres. Non, il ne se peut faire que la France ait jamais allaicté ou eslevé de tels monstres. Le sang François ne peut pas couler dans les vaines des traistres86.

  • 87 Ibid., p. 25.

66Quand les partisans de l’Espagne se mêlent de condamner la diplomatie de Richelieu et de sonder ses intentions prétendument antichrétiennes, ils prouvent qu’ils n’appartiennent plus au corps commun de la patrie – ils sont devenus des étrangers : « Estre François et haïr son Roy, le condamner, l’excommunier […], ce sont choses aussi incompatibles qu’il a esté autresfois d’estre Espagnol de naissance ou d’intérest et d’aymer la grandeur de la monarchie Françoise87. » Aux « François de théâtre et de monstre seulement », qui avaient le projet de livrer l’État à l’Espagne, Jérémie Ferrier oppose le patriotisme des « bons François », qui, comme les huguenots au temps des guerres de Religion, restent fidèles à la royauté quoi que leur religion leur dise – le monarque incarne désormais la patrie, et leurs intérêts doivent être conjointement défendus contre l’étranger :

  • 88 Ibid., p. 66.

Le François par légèreté peut estre aliéné de son devoir durant quelque temps, mais il ayme si tendrement son roy, il est si franc que dès qu’il se r’advise, il malmène furieusement ceux qui l’avoient desbauché. Une escharpe blanche reprend les villes toutes entières. Un Vive le roi esclatant au coin des ruës abat toutes les machines estrangères88.

67Quant à arguer du sort de la religion pour justifier de déloyauté à l’égard du prince, il n’y faut pas songer :

  • 89 Ibid., p. 66-67.

Nous aymons bien d’aller à la messe en l’estat que nous sommes sans voir des estrangers qui gardent nos portes et la Bastille. Tous les princes estrangers du monde ne sçauroient nous faire tant de bien que le seul nom du roy nous en fait tous les jours89.

  • 90 Ibid., p. 116.

68Les partisans de l’alliance espagnole ont beau prétendre qu’ils n’ont en vue que les intérêts du catholicisme, le seul fait qu’ils prennent parti pour la monarchie ennemie suffit à les faire tenir pour étrangers, et Ferrier d’ajouter aussitôt : « Pour Dieu, que du moins ils ayent ceste retenuë de souffrir qu’il nous soit permis de prévoir nos maux et de nous en plaindre90. »

69En dernière analyse, l’étranger se reconnaît au fait qu’il ne veut, ni ne peut partager le sort commun de la patrie en danger.

Top of page

Bibliography

Anderson Benedict, 1991 [1983], Imagined Communities : Reflections on the Origins of Nationalism, Londres-New York ; trad., 1996, L’imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte.

Beaune Colette, 1985, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard.

Budé Guillaume, 1550 [1514], De asse et partibus eius, Lyon, Impr. S. Gryphius.

[Canaye de Fresnes Philippe], 1635-1636, Lettres et ambassade de Messire Philippe Canaye […], Paris, Impr. E. Richer.

Cozzi Gaetano, 1959, « Paolo Sarpi tra il cattolico Philippe Canaye de Fresnes e il calvinista Isaac Casaubon », Bollettino dell’Istituto di Storia della Società e dello Stato veneziano, no 1, p. 27-154.

Cozzi Gaetano, 1979, Paolo Sarpi tra Venezia e l’Europa, Turin, Einaudi.

Crouzet Denis, 2007, « Mystique royale et sentiment national ? Les visions du frère Fiacre de Sainte-Marguerite », dans Tallon 2007, p. 295-322.

Daussy Hugues, 2007, « La question de l’obéissance aux autorités dans l’œuvre d’Innocent Gentillet, magistrat réformé », dans Daussy H. et Pitou Fr. (dir.), Hommes de loi et politique, xvie-xviiie siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 21-34.

De Franceschi Sylvio Hermann, 2004, « La diplomatie henricienne et les ambitions françaises de suprématie temporelle sur la république chrétienne. L’idée de Chrétienté dans la correspondance diplomatique de Philippe Canaye de Fresnes, ambassadeur de France à Venise pendant l’Interdit (1606-1607) », Histoire, économie et société. Époques moderne et contemporaine, XXIII/4, p. 551-585.

, 2008, « Les valeurs de l’honnête négociation. Prudence et imprudences diplomatiques au temps de l’Interdit vénitien (1606-1607) », Revue d’histoire diplomatique, n° 3, p. 193-221.

Dubost Jean-François, 1997, La France italienne, xvie-xviie siècle, préf. D. Roche, Paris, Aubier.

, 2007, « Enjeux identitaires et politiques d’une polémique. Français, Italiens et Espagnols dans les libelles publiés en France en 1615 », dans Tallon 2007, p. 91-122.

Duplessis-Mornay Philippe, Mémoires et correspondances […], 1824, Paris, Treuttel et Würtz.

Dupront Alphonse, 1972, « Du sentiment national », dans François M. (dir.), La France et les Français, Paris, Gallimard, p. 1423-1474.

Febvre Lucien, 1996, Honneur et Patrie, éd. Th. Charmasson et Br. Mazon, préf. Ch. Morazé, Paris, Perrin.

Ferrier Jérémie, 1625, Le catholique d’estat ou discours politique des alliances du Roy Très-Chrestien, contre les calomnies des ennemis de son Estat, Paris, J. Bouillerot.

Flach Jacques, 1917, « Le patriotisme et le sentiment national dans l’ancienne France », Revue politique et littéraire. Revue bleue, LV/3, p. 65-72.

Gentillet Innocent, 1609 [1576], Discours d’Estat sur les moyens de bien gouverner et maintenir en bonne paix un royaume ou autre principauté […] contre Nicolas Machiavel florentin, Leyde [Genève, Impr. Jacob Stoer].

Herzog Tamar, 2003, Defining Nations : Immigrants and Citizens in Early Modern Spain and Spanish America, New Haven-Londres, Yale University Press.

Jouanna Arlette, 2007, « Le thème de la liberté française dans les controverses politiques au temps des guerres de Religion », dans Tallon 2007, p. 19-32.

La Noue François de, 1588 [1587], Discours politiques et militaires, Bâle, Impr. François Forest.

Machiavel Nicolas, 2000 [1984], Discorsi sopra la prima deca di Tito Livio, éd. G. Sasso et G. Inglese, Milan, Rizzoli.

Prodi Paolo, 1992, Il sacramento del potere. Il giuramento politico nella storia costituzionale dell’Occidente, Bologne, Il Mulino.

Tallon Alain, 2002, Conscience nationale et sentiment religieux en France au xvie siècle : essai sur la vision gallicane du monde, Paris, PUF.

(dir.), 2007, Le sentiment national dans l’Europe méridionale aux xvie et xviie siècles (France, Espagne, Italie), Madrid, Casa de Velázquez.

Voisin de La Popelinière Henri-Lancelot, 1573 [1571], La vraye et entière histoire des troubles et choses mémorables avenues tant en France qu’en Flandres, et pays circonvoisins, depuis l’an 1562, La Rochelle, Impr. Pierre Davantes.

Wanegffelen Thierry, 1997, Ni Rome ni Genève. Des fidèles entre deux chaires en France au xvie siècle, Paris, Honoré Champion.

Yardeni Myriam, 1971, La conscience nationale en France pendant les guerres de Religion (1559-1598), Paris-Louvain, Nauwelaerts.

, 1990, « Dix années de patriotisme, 1585-1594 », dans Avènement d’Henri IV. Quatrième centenaire, actes du colloque III (Pau-Nérac, 1989), Pau, J&D Éditions, p. 59-71.

, 1991, « La notion de peuple élu dans le patriotisme français du xvie au xviiie siècle », dans Almog Shm. et Heyd M. (dir.), Chosen People, Elect Nation and Universal Mission, Jérusalem, The Zalman Shazar Center, p. 221-235.

, 2005, Enquêtes sur l’identité de la « nation France » : de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon.

, 2007, « Religion et sentiment national en France aux xvie et xviie siècles », dans Tallon 2007, p. 323-341.

Top of page

Notes

1 Outre les travaux classiques de Anderson 1991 et Beaune1985, ou ceux, plus récents, de Dubost 1997, Tallon 2002 et Herzog 2003, voir Yardeni 2005 et Tallon 2007, en particulier Jouanna 2007, Dubost 2007, Schaub 2007 et Crouzet 2007.

2 Flach 1917, p. 66.

3 Febvre 1996.

4 Flach 1917, p. 66.

5 Dupront 1972, p. 1424.

6 Ibid., p. 1425.

7 Ibid., p. 1429.

8 Ibid., p. 1431.

9 Yardeni 1971 ; Yardeni 1990, repris dans Yardeni 2005, p. 308-317 ; et Yardeni 1991, repris dans Yardeni 2005, p. 112-125. Consulter aussi Yardeni 2007.

10 Yardeni 2007, p. 328.

11 Dupront 1972, p. 1445.

12 Ibid., p. 1445-1446.

13 Pour une présentation de la pensée politique d’Innocent Gentillet, voir la précieuse étude de Daussy 2007.

14 Gentillet1609, livre Ier, p. 8.

15 Ibid., p. 8.

16 Ibid., p. 9.

17 Ibid., p. 9.

18 Ibid., p. 9-10.

19 Ibid., p. 10.

20 Ibid., p. 10-11.

21 Ibid., p. 11.

22 Ibid., p. 12.

23 Ibid., p. 13.

24 Ibid., p. 13.

25 Ibid., p. 13.

26 Ibid., p. 13.

27 Ibid., p. 13.

28 Budé 1550, livre IV, p. 441 : « [Xenomania] est nimium et inconsultum externorum studium. »

29 Gentillet 1609, livre Ier, p. 13.

30 Ibid., p. 13-14.

31 Ibid., p. 14.

32 Machiavel 2000, livre II, chap. xxxi, p. 378 : « Non mi pare fuori di proposito ragionare quanto sia cosa pericolosa credere a quelli che sono cacciati dalla patria sua, essendo cose che ciascuno dí si hanno a praticare da coloro che tengono stati […]. Debbesi considerare pertanto quanto sia vana e la fede e le promesse di quelli che si truovano privi della loro patria. Perché, quanto alla fede, si ha da estimare che, qualunque volta e’ possano per altri mezzi che per gli tuoi rientrare nella patria loro, che lasceranno te e accosterannosi ad altri, nonostante qualunque promesse ti avessono fatte. »

33 Gentillet 1609, livre Ier, p. 147-148.

34 Ibid., p. 148.

35 Ibid., p. 148.

36 Ibid., p. 149.

37 Ibid., p. 149.

38 Ibid., p. 149.

39 Ibid., p. 150.

40 Ibid., p. 150.

41 Ibid., p. 151.

42 Ibid., p. 151-152.

43 Ibid., p. 162.

44 Ibid., p. 162.

45 Ibid., p. 164.

46 Ibid., p. 164.

47 Ibid., p. 164-165.

48 Ibid., p. 165.

49 Ibid., p. 165.

50 Ibid., p. 166.

51 Machiavel 2000, livre II, chap. xix, p. 347 : « E veramente simili città o provincie si vendicano contro al vincitore sanza zuffa e sanza sangue, perché, riempiendogli de’ suoi tristi costumi, gli espongono a essere vinti da qualunque gli assalti. »

52 Ibid., livre Ier, chap. lv, p. 174-175 : « Veramente dove non è questa bontà, non si può sperare nulla di bene, come non si può sperare nelle provincie che in questi tempi si veggono corrotte, come è la Italia sopra tutte l’altre. E ancora la Francia e la Spagna di tale corrozione ritengono parte […]. Vedesi bene nella provincia della Magna questa bontà e questa religione ancora in quelli popoli essere grande […]. La quale bontà è tanto piú da ammirare in questi tempi quanto ella è piú rada, anzi si vede essere rimasa solo in quella provincia. Il che nasce da due cose : l’una, non avere avute conversazioni grandi con i vicini, perché né quelli sono iti a casa loro, né essi sono iti a casa altrui, perché sono stati contenti di quelli beni, vivere di quelli cibi, vestire di quelle lane che dá il paese ; d’onde è stata tolta via la cagione d’ogni conversazione e il principio d’ogni corruttela, perché non hanno possuto pigliare i costumi né franciosi né spagnuoli né italiani, le quali nazioni tutte insieme sono la corruttela del mondo. »

53 Gentillet1609, livre III, p. 585.

54 Ibid., p. 585.

55 Ibid., p. 586.

56 Voisin de La Popelinière 1573, livre XIII, fo 401v°.

57 Ibid., livre VI, fo 192r°.

58 Ibid., livre II, fo 63r°.

59 Ibid., À la noblesse, fo [14]r°.

60 Ibid.

61 Ibid., À la noblesse, fos [14]r°-v°.

62 Ibid., À la noblesse, fo[16]r°.

63 La Noue 1588, p. 120.

64 Ibid.

65 Ibid.

66 Ibid., p. 120-121.

67 Ibid., p. 121.

68 Ibid.

69 Duplessis-Mornay 1824 : Remonstrance à la France sur la protestation des chefs de la Ligue faicte l’an 1585, t. III, p. 80.

70 Ibid. : Déclaration du Roy de Navarre contre les calomnies publiées contre lui ès protestations de ceulx de la Ligue, faicte par M. Duplessis, t. III, p. 117.

71 Ibid. : Lettre du roy de Navarre à MM. de la Noblesse, faicte par M. Duplessis, t. III, p. 291.

72 Ibid., p. 292.

73 Ibid., p. 293.

74 Ibid. : Remonstrance à la France sur les maulx qu’elle souffre et les remèdes qui lui sont nécessaires faicte par M. Duplessis après la bataille de Coutras, t. IV, p. 2.

75 Ibid., p. 32.

76 Sur Philippe Canaye de Fresnes, voir Wanegffelen 1997 : « Le choix de Philippe Canaye, sieur de Fresnes : confessionnel ou religieux ? », p. 446-450, et surtout Cozzi 1959, p. 27-154, repris dans Cozzi 1979, p. 3-133. On se permet de renvoyer également à De Franceschi 2004 et 2008.

77 Canaye de Fresnes à Villeroy, Venise, 1er juin 1603, dans [Canaye de Fresnes] 1635-1636, t. II, p. 3.

78 Canaye de Fresnes à Henri IV, Venise, 25 septembre 1603, ibid., t. II, p. 143.

79 Canaye de Fresnes à Du Vair, Venise, 1er juin 1603, ibid., t. II, p. 3.

80 Canaye de Fresnes à La Boderie, Venise, 10 mars 1604, ibid., t. II, p. 165.

81 Canaye de Fresnes à de Thou, Venise, 10 mars 1604, ibid., t. II, p. 157.

82 Canaye de Fresnes à Barrault, Venise, 11 juillet 1607, ibid., t. III, p. 663.

83 Canaye de Fresnes à La Boderie, Venise, 20 juillet 1607, ibid., t. III, p. 676.

84 Canaye de Fresnes à d’Alincourt, Venise, 8 septembre 1607, ibid., t. III, p. 748.

85 Prodi 1992.

86 Ferrier 1625, p. 24-25.

87 Ibid., p. 25.

88 Ibid., p. 66.

89 Ibid., p. 66-67.

90 Ibid., p. 116.

Top of page

References

Electronic reference

Sylvio Hermann De Franceschi, « La conscience nationale du protestantisme français », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [Online],  | 2016, Online since 28 July 2016, connection on 25 May 2017. URL : http://crcv.revues.org/13767 ; DOI : 10.4000/crcv.13767

Top of page

About the author

Sylvio Hermann De Franceschi

Directeur d'études à l’École pratique des hautes études (EPHE), Sciences religieuses, « Religions, savoir et politique dans l’Europe moderne ». Vice-président à la recherche à l’EPHE et directeur du Laboratoire d'études sur les monothéismes (UMR 8584). sylvio.defranceschi@ephe.sorbonne.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org