Navigation – Plan du site

Le roi, les lettres, les étrangers : remarques sur quelques représentations textuelles (1600-1630)

The king, the arts and foreigners: some remarks on textual representations (1600–1630)
Bruno Petey-Girard

Résumés

Les figures étrangères, principalement italiennes, jouent un rôle important dans l’élaboration de la représentation du roi de France en protecteur des lettres. Avec l’avènement des Bourbons et l’arrivée dans le royaume d’une reine étrangère, Marie de Médicis, cette représentation connaît un nouveau départ. Dans un premier temps et face à un Henri IV qui ne paraît pas porter aux lettres la même attention que les Valois, l’apport médicéen est célébré. Si la reine n’est finalement pas celle en qui se cristallise la protection royale, sa généalogie incite poètes et lettrés à lui offrir des traductions ou adaptations où le parallèle entre lettres françaises et italiennes peut se déployer. Avec l’arrivée sur le trône de Louis XIII, quelques lettrés français et italiens tracent un portrait du prince, mécène des hommes des lettres français autant qu’étrangers. Cet intérêt royal en vient à être présenté comme une tradition monarchique – et non dynastique – française. Dans un tel contexte, la valeur des œuvres est distinguée de la langue de leurs auteurs ; la perception du monde des lettres par elles-mêmes ne tient pas compte de la nationalité mais privilégie la qualité des œuvres, seul critère de distinction possible d’un monde qui ne connaîtrait pas de frontières sous les yeux d’un roi protecteur européen sinon universel des lettres.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cela vaut sous la plume de Budé à l’aube du règne de François Ier (Budé 1516, f. CLXXXVIr°) sous ce (...)

1Au cours du xvie siècle, la louange de l’intérêt du roi de France pour les lettres, la célébration du soutien accordé aux hommes de lettres, coulée dans des remerciements ou des requêtes, fait son apparition parmi les lieux rhétoriques de l’éloge. Le plus souvent positif, il s’agit en fait d’un lieu fluctuant et marginal, conditionné par d’autres aspects d’un règne, le premier des lieux de l’éloge royal demeurant l’incontournable gloire militaire à quoi répond la capacité à établir et à maintenir la paix. Ce nouveau lieu reste par ailleurs étroitement cantonné à l’espace des lettres où il n’est pas prioritaire : les lettres sont avant tout la caisse de résonance des victoires des rois. La monarchie française quant à elle ne saisit pas le potentiel de sa propre représentation en protectrice des lettres, ce qui s’explique sans doute en partie par l’intérêt modéré de la noblesse française pour des lettres qui acquièrent néanmoins au cours du siècle un prestige toujours moins négligeable1.

  • 2 Voir Hochner 2002 , p. 9.
  • 3 On compte nombre d’étrangers dans l’entourage de François Ier ; le précepteur des enfants royaux es (...)
  • 4 Estienne 1578 ; Estienne 1579 ; Estienne 1581. Voir Balsamo 1992, p. 65-76 ; Cazes 2006, p. 202-203

2Les figures étrangères, principalement italiennes, jouent leur rôle dans l’élaboration de cette représentation exploitée au-delà des Alpes dès le xve siècle. Concurrence entre lettrés tant en néo-latin qu’en langue vulgaire, volonté de donner à la France une légitimité culturelle sur fond de revendications territoriales en Italie, émulation tacite entre princes, volonté budéenne de lutter contre la xenomania qui aurait caractérisé le règne de Louis XII2, mais aussi soutien affiché de François Ier à des hommes de lettres étrangers3, tout cela participe à la progressive élaboration de l’image d’un roi de France protecteur des lettres non seulement au niveau national, mais aussi au-delà des frontières du royaume. Dans la seconde partie du xvie siècle, les éléments les plus radicaux de la concurrence s’estompent alors qu’existe un véritable bilinguisme franco-italien à la cour ; ils se concentrent sur la défense d’un langage français pur ; Henri III commande ainsi à Henri Estienne, auteur en 1578 des Deux Dialogues du nouveau langage françois italianizé, ce qui deviendra le Project du livre intitulé de la precellence du langage françois, mais peut aussi stimuler sa publication des lettres latines des cicéroniens Pierre Bunel et de Paul Manuce dont l’honneur est attaqué4. Au même moment, et sans contradiction, les échanges entre membres de la République des lettres, fine fleur européenne de la vie de l’esprit, connaissent une vitalité toujours plus grande ; on peut donc se demander dans quelle mesure la nationalité a un sens pour les lettres elles-mêmes.

3Mon propos n’a pas l’ambition de répondre à cette complexe question mais de considérer la place occupée par la figure du souverain, impliqué dans le mécénat des lettres nationales et potentiel protecteur de lettrés qui ne sont pas ses sujets. Je m’attacherai à la période qui court de 1600 à 1630, période qui voit s’affirmer une nouvelle dynastie dont se met en scène une légitimité non seulement politique mais aussi culturelle. En parcourant des textes qui, s’ils ne sont pas emblématiques, n’en restent pas moins symptomatiques de la possibilité d’un discours où s’inscrivent des représentations, j’aimerais voir dans quels contextes et selon quelles limites se met en place une vision inédite de la monarchie française protectrice nationale et européenne des hommes de Lettres.

La protection active des lettres : une affaire étrangère ?

  • 5 Voir Bideaux 2001, p. 61.

4Lorsque, en 1600, Marie de Médicis, dont la famille est presque unanimement célébrée pour l’intérêt qu’elle porte aux arts et aux lettres, aborde le rivage français, l’image du roi de France comme protecteur des lettres est presque inexistante. On reconnaît en Henri IV le roi qui a rendu à la France la paix et par elle établi les conditions favorables à l’épanouissement des lettres5 ; cet épanouissement cependant reste un effet secondaire de l’action royale. Dans un tel contexte, la représentation parnassienne qu’offre l’entrée de Marie à Avignon prend un sens particulier. Le livret de cette entrée tout organisée autour de la figure herculéenne du roi en propose des lectures qui motivent le choix des organisateurs. L’une d’elles se fonde sur

  • 6 Valladier 1601, p. 76 ; je souligne. Sur la représentation d’Henri en Hercule, voir Vivanti 1967.

la grande affinité, qu’a Hercules avec les Muses. Car il y avoit jadis à Rome […] un même temple commun, que Fulvius leur avoit erigé au Cirque de Flaminius pour ce que, dict Eumenius, estant en Grece, il avoit apprins, que les Grecs appeloient Hercules Musage : c'est-à-dire, Capitaine, et conducteur des Muses. […] Hercules et les muses sont deux choses, qui s’entr’aydent l’un l’autre, dependant le repos des Muses de la protection d’Hercules, et la vertu d’Hercules de la voix des Muses6.

  • 7 Valladier 1601, p. 79.

5Approfondissement de la figure royale, cet aspect n’en demeure pas moins accidentel : il se trouve que la figure d’Hercule, exploitée pour louer les victoires du roi civilisateur7, comporte une facette qui permet de célébrer le roi jusque dans les aspects les moins apparents de son action. Les attentes que nourrissent les hommes de lettres d’un soutien plus actif se placent cependant ailleurs et l’ultime sens du Parnasse avignonnais ne concerne pas le roi :

  • 8 Valladier 1601, p. 77 ; je souligne.

Voyla le suject que l’on avoit de dresser un Parnasse du costé du Roy, et d’Hercules. On l’avoit encore plus du costé de la maison de Medicis, que les doctes appellent souvent la mere des Muses, et le magasin de toutes sciences. […] Que peuvent attendre les Muses, et les hommes doctes de France de cette princesse extraicte de ce docte sang que toute faveur, et secours pour fleurir plus que jamais en ce royaume8 ?

6L’hérédité favorable aux lettres est du côté d’une reine étrangère et non du roi ; Marie porte en elle les éléments génétiques d’un espoir de changement dans les dynamiques culturelles du royaume. Si ces lignes ne sont pas sans rappeler certains des éloges que Catherine de Médicis avait reçus, on n’oubliera pas que l’hérédité de Catherine ne l’engageait jamais envers les « hommes doctes de France », mais uniquement envers l’auteur qui la sollicitait. Les contextes des attentes se sont modifiés.

7Alors que la continuité dynastique est sans cesse soulignée – Henri IV succède légitimement à Henri III –, l’intérêt de certains des Valois-Angoulême pour les lettres, le prestige acquis par les lettres nationales grâce au « père des Lettres », François Ier, sont passés sous silence au profit de la célébration d’une famille étrangère. L’évocation de la famille de la reine, conforme aux topiques de l’éloge, introduit ainsi en terre française un élément étranger que rien ne module ; les organisateurs de l’entrée de la reine ne jugent pas même nécessaire d’équilibrer les éloges et d’inscrire la monarchie française dans une quelconque tradition de protection des lettres. Silence en partie dicté par les circonstances et le lieu ? Peut-être, mais aussi véritable insuffisance de la figure du roi, insuffisance qui se retrouve encore en 1605. À cette date, l’arrivée à Paris de Marguerite de Valois, première épouse du roi, inspire la muse de Claude Garnier qui célèbre l’événement :

  • 9 Garnier 1605, p. 5.

Apollon toutesfois, et les neuf Muses belles
En monstroient à l’ecart mille joyes nouvelles.
[…]
Ils jugeoient qu’ils voyoient leurs puissances accreues,
Puisque les MEDICIS et que ceux de VALOIS
Se rejoignoient ensemble encore une autre fois,
Noble sang destiné pour l’heur et pour la gloire
Et pour l’avancement des filles de Memoire9

  • 10 Voir Balsamo 2008, p. 11-38.

8La carence de la figure royale en matière de protection des lettres, ne fût-elle pas absolue, se fait carence dynastique. Que Marie soit étrangère est finalement dépourvu de sens en cette affaire : les familles de princes-mécènes ne se distinguent pas nationalement les unes des autres ; les lettres et leur protection forment un tout dont les frontières ne sont pas évoquées, même si la perspective ouverte ici est française, aussi fausse qu’elle puisse être à bien y regarder – les lettres françaises ne doivent pour ainsi dire rien à l’action de Catherine de Médicis10. Apparaît en creux que les Bourbons n’ont pas (encore) su acquérir un statut de protecteur des lettres que certaines royautés modernes apprennent alors à maîtriser comme élément de leur prestige.

9Notons que si l’on célèbre les Médicis mécènes, influence et hérédité ne dépassent pas les images de la reine. Au moins pendant le règne d’Henri, la naissance des enfants royaux qui vaut à Marie maint éloge n’est pas l’occasion de souhaiter un transfert de vertu médicéenne en matière de protection des lettres ; l’hérédité étrangère est rejetée par le silence tout autant que l’hérédité maternelle. C’est de son père que Louis XIII peut être le fils jusqu’en cette matière, le fût-il selon de subtiles modalités ; témoins les vers d’Antoine de Nervèze, écrits au lendemain de la mort d’Henri :

  • 11 Stances de Nervèze dans Du Peyrat 1611, fo 39 ro.

Donc que ce jeune Prince en imitant l’exemple
Des vertus de son Père, à qui l’on doit un Temple
Forme ce siecle heureux, et remette en sa Cour
Les delices, l’Amour, les Muzes et la gloire11.

10« Remettre les muses en la Cour royale » : subtile manière de signaler le manque ; rien ne dit depuis combien de temps les muses s’en sont absentées !

  • 12 Voir Petey-Girard 2010, p. 449-451.
  • 13 Mathieu, 1610, p. 23-24.

11De tels souhaits cependant sont suspendus à une rupture qui était peu prévisible. On peut se demander comment auraient évolué les représentations du roi sans l’attentat de mai 1610 ? Il est certes impossible de le dire, mais quelques signes semblent indiquer que la monarchie française acceptait alors de plus en plus parmi ses devoirs une intervention protectrice dans le monde des lettres et des arts12 ; ces signes ont comme particularité de ne jamais proposer la moindre filiation entre le premier Bourbon et les Valois, de ne jamais placer en concurrence Henri IV et des souverains étrangers, enfin de ne jamais évoquer l’héritage médicéen. Certes, en 1610, le Panegyre sur le coronnement de la Royne de Pierre Matthieu fait l’éloge de Cosme de Médicis et de Florence, « asyle des Muses bannies de Grece », mais origine ne signifie pas hérédité ; le panégyriste n’indique aucun mouvement de translatio des rives de l’Arno vers la France sous les auspices de la reine13. Le souhait de 1600 n’est plus de mise ; il n’est pas impossible qu’en 1610 le centre de gravité de protection des lettres soit en train de se déplacer vers le roi.

  • 14 Voir, par ex., Garnier 1604, p. 208 ; Vallet 1608, fàjr° ; Camus 1614, fo àiiijro.
  • 15 Voir par ex. les stances de Bouteroue dans Du Peyrat 1611, f9ro ou Boissat, 1613, fo + 3ro.
  • 16 Arioste 1615, fàvo.
  • 17 Voir par ex. Laugier de Porchères 1612, p. 99.
  • 18 Forget 1613, p. 8.
  • 19 Voir par ex. Garnier 1611, p. 69 ou Alary 1615, fijvo.
  • 20 Malherbe 1971, p. 115.
  • 21 Baudouin 1624-1625, fàijvo.
  • 22 Guarini 1623, fàiij.
  • 23 Voir Matthieu 1605, f250ro.

12Si Marie est parfois qualifiée de fleur d’Italie, éloge qui n’est rattaché à aucune action favorable aux lettres14, elle est en fait de plus en plus française au fil du règne d’Henri, de sa régence et du règne de son fils. Lorsque les Médicis sont évoqués, ils le sont moins comme origine exemplaire que la reine ne l’est comme véritable accomplissement en France de la famille15 ; parce que française, Marie est « la plus grande Reine de l’Europe16 ». Les lettres pour leur part, dans l’image qu’elles donnent d’elles-mêmes, n’affirment pas bénéficier d’une influence étrangère dans son essence. Cela est vrai dans les éloges que la reine reçoit en raison de l’attention qu’elle porte(rait) aux lettres17 ; cela est aussi largement vrai dans les requêtes qu’on lui adresse. Si une « hereditaire inclination » médicéenne est exploitée dans quelques éloges soumis à la tradition rhétorique18, dans quelques sollicitations personnelles19, elle n’est déjà plus un argument pour Malherbe offrant la louange de sa plume à la régente20. Certes, en 1624 encore, Baudouin peut, dans sa dédicace à la reine de la traduction de L’Arcadie de Sydney, écrire qu’elle agit « à l’imitation » de son aïeul Cosme qualifié de « gloire du Parnasse »21, mais de telles remarques se font rares. La reine est avant tout française. Comme l’écrit Antoine Giraud en lui offrant sa version du Pastor Fido, le texte est dans un premier temps paru « richement vestu à l’Italienne », mais il était « poussé d’un extreme desir de paroistre vestu à la Françoise, aux yeux de vostre Majesté toute Françoise, et mere des François22 ». Il y a loin de cette reine à la princesse qu’en 1600 on suppliait de « s’exercer à la langue françoise » en lisant des livres français23 et à qui l’on confiait l’avenir de la culture lettrée française. Si de tels propos justifient la dédicace sans pour autant légitimer l’écriture, la reine dont l’arrivée en France pouvait autoriser des traductions – inutile de dire que les traducteurs usent d’un langage approprié à une potentielle protectrice de choix, plus qu’ils reconnaissent une dynamique animée par la reine – est la preuve qu’une véritable naturalisation est possible.

  • 24 Voir Discours merveilleux de la vie 1995, p. 133-135.
  • 25 En revanche, l’éloge de la reine exploite encore ce lieu ; voir par ex., Morgues 1643, p. 4.

13Existe un autre signe de cette tendance : sauf erreur de notre part, l’origine florentine de la reine ne fait pas l’objet d’attaques lors de sa disgrâce. En 1575, le Discours merveilleux de la vie, actions et deportements de Catherine de Médicis, reine étrangère, inversait l’éloge topique a maioribus par une violente peinture de Cosme l’Ancien, Laurent le Magnifique et Léon X, privés de l’amour des lettres et des Arts qui les caractérisait partout ailleurs ; ne demeuraient que vilenie et tyrannie masquée24. Rien de tel avec Marie : l’origine étrangère est passée sous silence, qu’elle soit indifférente ou jugée déplacée pour attaquer la reine25.

  • 26 L’Eneide de Virgille 1626, fàiijr° et Conihout 2005.

14Source d’espoir en 1600 dans un contexte où la couronne prête peu d’attention au monde de la culture lettrée, Marie, quel que puisse être son intérêt pour les lettres, quel que soit le nombre de volumes qui lui sont dédicacés26, ne suscite pas d’éloges qui la présenteraient, au côté d’un roi uniquement guerrier – qu’il soit son époux ou son fils –, comme la protectrice que les lettrés disaient attendre lors de son mariage. Cette situation coupe court à l’émergence d’une génétique de la protection des hommes de lettres qui aurait valorisé ses origines médicéennes et aurait fait de cette protection une sorte d’affaire étrangère, le fût-elle uniquement dans sa genèse.

Lettres françaises, lettres étrangères en France : le regard royal

  • 27 Sur ce mouvement pendant le gouvernement de Marie de Médicis, voir La Brasca 2003, p. 213-223.

15Si la présence étrangère est celle toute physique d’une reine florentine, elle est également, dans le paysage éditorial, celle de textes traduits de l’italien, la traduction pouvant être considérée comme emblématique d’une intégration de ce qui est étranger à l’espace national27. La présence de Marie de Médicis sur le trône invite parfois à voir en elle une destinataire de choix. Les choses ne sont cependant pas simples qui mêlent confusément des éléments peu compatibles. En effet, la question de la langue, cœur de l’identité des peuples, voit s’affirmer différentes positions dont certaines – en fait la plupart – gomment les différences tout en les affirmant ; le prince, en cette affaire, n’a que le rôle marginal qu’on va voir.

16Ce n’est pas pour l’inviter à déterminer la supériorité d’une langue sur une autre ni la supériorité des poètes italiens sur Desportes que Le [sic] Rencontre des Muses de France et d’Italie est offert à Marie en 1604, mais pour l’inviter, au nom d’une double compétence, à témoigner d’une manière d’égalité entre le poète français et ces modèles ultramontains, égalité qui vaut pour une juxtaposition des excellences poétiques. S’interrogeant sur la « rencontre de conceptions identiques », l’auteur de la dédicace écrit sans ironie :

  • 28 Le [sic] Rencontre des Muses 1604, f. A2 r°-v°. Sur ce texte, voir Balsamo 1992, p. 237-240.

Le [sic] Fortuné rencontre que j’ay descouvert entre les fameux Poëtes Italiens, et un Cigne François […] en l’emulation qu’ils ont dès long temps pour le prix de l’Eloquence, en peut rendre asseuré tesmoignage : car chacun d’eux taschant à son possible de representer l’excellence de la pureté de sa langue, et de la merveilleuse fecondité de son style […], ils conviennent tous neantmoins à cette perfection. Le jugement en est à bon droict deferé à vostre Majesté, qui possede parfaictement la cognoissance de l’une, et s’acquiert tous les jours les graces parfaictes de l’autre28.

  • 29 Urfé 2001.
  • 30 Voir Urfé 2001, p. 7. On rapprochera ce passage de La Deffence et illustration, I, 4.
  • 31 C’est ainsi que Rosset décrit son geste de traduction du Divin Arioste ; Arioste 1615, fàvo.

17Ce constat d’équivalence ne met pas en concurrence les langues et moins encore les poètes par la mobilisation de la notion d’« étranger ». Ainsi les considérations sur la qualité des auteurs s’associent assez fréquemment à la question des langues et de leur potentiel poétique. C’est le cas sous la plume d’Honoré d’Urfé dans les pièces d’escorte de sa pastorale La Sylvanire, ou la morte-vive imprimée en 162729. L’infériorité de la poésie dramatique française sur l’italienne dans l’exploitation du vers libre le pousse à tenter une greffe, geste qu’il justifie, dans une épître « Au lecteur », en des termes que n’aurait pas reniés l’auteur de La deffence et illustration30. Mais Urfé, tout en avouant la grandeur du Tasse, de l’Arioste ou de Guarini, ne se contente pas, ainsi que l’a fait Rosset avec Orlando furioso, « d’accoustre[r] à la Françoise » un poète étranger, de faire « parler François » un « excellent auteur »31, le qualificatif témoignant bien que la qualité d’un auteur a peu à voir avec sa nationalité. Il cherche à rendre française une propriété italienne dans une composition originale. La reine occupe une position en quelque sorte idéale pour apprécier à sa juste valeur la tentative d’Urfé ; son origine, qui n’a pas besoin d’être rappelée, se fait complice d’un poète novateur qu’on pourrait penser présomptueux :

  • 32 Urfé 2001, p. 3.

Ceste hardiesse pourroit estre estimée presomption, si en est-elle en quelque sorte excusable, puisque ses habits Italiens ne vous peuvent estre Estrangers, et que mesme c’est par vostre commandement qu’elle est ainsi revestue, y ayant quelques années qu’il pleust à vostre majesté de me le commander32.

18Toute française qu’elle est, mais aussi parce que d’italienne elle est devenue pleinement française, Marie peut jouer un rôle de passeur, contribuant à l’enrichissement poétique de son royaume. Cependant, point exactement d’étranger à la cour dans cette configuration.

  • 33 Favereau 1625. Voir Graziani 2002.
  • 34 Marino 2014.

19Au moment où Urfé imprime sa pastorale, la question poétique qu’il soulève n’est pas tout à fait neuve. Elle est déjà au cœur des interrogations que pose Jacques Favereau lorsque, en 1625, il offre une version française de l’épithalame de Giambattista Marino sur les noces de Louis XIII et d’Anne d’Autriche, La Francia consolata33. Deux ans auparavant, la libéralité de Louis XIII à l’endroit du poète italien a constitué un élément de choix pour déterminer la place qu’occupe la nationalité dans l’univers des lettres. On le sait, Marino a alors publié avec le soutien du roi de France son poème L’Adone34. Le geste royal témoigne d’une sorte d’universalité de la sphère des lettres face aux largesses d’un prince, mais il ne le pose pas exactement en arbitre d’un univers qui dispose de ses propres instances d’évaluation, ni ne fait entrer le critère « étranger » dans les considérations internes aux lettres que suscitent les vers de Marino. La version de Favereau est précédée de trois pièces : une dédicace au duc de Nemours qui a présenté le texte qualifié de bâtard à un roi dont elle dit qu’il peut seul lui « donner le charactère de François » – le rôle central du roi dans la naturalisation est ainsi signalé –, une dédicace « Au Roi » et une longue épître à Malherbe.

  • 35 Favereau 1625, f[à]5vo.
  • 36 Favereau 1625, f[à]7ro.
  • 37 Favereau 1625, f[à]7vo.
  • 38 Favereau 1625, f[à]7vo.
  • 39 Favereau 1625, fè7ro.
  • 40 Sur certains enjeux de la démarche linguistique de Malherbe tant en vers qu’en prose, voir Bombart (...)

20La dédicace au roi est placée sous le signe de la défense d’une langue française capable de célébrer le prince guerrier victorieux sans avoir à « mendier delà les monts la delicatesse du style, et la fecondité des esprits35 ». C’est ainsi sur le mode du combat avec la langue rivale par excellence, l’italien, que se place Favereau. Et c’est, parmi les « autheurs Italiens », l’excellence de Marino à atteindre les deux fonctions que le Français attribue à la poésie – « bien representer toutes les choses naturelles » et « parfournir plainement toutes les conceptions de l’esprit36 » – qui fait de lui un support de choix dans cet exercice d’émulation qu’est la traduction. Alors qu’il s’adresse à son roi, Favereau ne mentionne que de manière incidente et sans la célébrer le moins du monde la faveur témoignée au poète italien – « grand personnage, que vostre Majesté a jugé digne [de] son service et de ses liberalités37 » ; la nationalité du poète est secondaire, alors même que la langue française, dans un mouvement de fierté linguistique nationale, est présentée comme supérieure à l’italienne : « Je l’ay vestu à la Françoise, pour faire voir seulement combien cest habit est plus avantageux et donne plus de grace à un beau corps, que celuy de son pays38. » Le véritable conflit où s’engage Favereau, conflit dont il n’envisage que le succès au moment même où il s’avoue de moindre mérite poétique que Marino, est un espace à quoi ne répond pas la dévaluation de l’étranger en tant que personne ; et la faveur royale n’est pas en cette affaire ce qui protège le poète italien. La cristallisation sur des questions de langue témoigne certes de la nature de tensions qui traversent le monde européen des lettres ; mais, pour politique qu’elle est, elle n’est jamais associée à de quelconques considérations dévalorisantes sur les étrangers. Ce n’est pas pour rien que dans l’épître adressée à Malherbe à qui est attribuée « une juridiction souveraine sur tou[s] ceux qui s’adonnent [à la poésie]39 », la conception de l’art dont Marino est dit le plus excellent représentant dans la dédicace « Au Roy » est inscrite dans une lignée qui va d’Homère à Ronsard en passant par l’Arioste, et le Tasse : il est une bonne conception de la poésie – et elle ne connaît pas de frontière –, comme il en est de mauvaise – et Favereau vise ici la toute française école malherbienne40. Tout Italien qu’il est, Marino donne une leçon poétique qui est a-nationale. Le monde européen des lettres constitue donc un espace très particulier, un espace où la notion d’étranger, si elle existe – les langues nationales la déterminent –, n’a pas les enjeux ni les implications qu’elle pourrait avoir dans d’autres sphères : même étranger par sa langue – et la supériorité des langues les unes sur les autres permet d’envisager une hiérarchie poétique –, un grand poète appartient avant tout à l’univers sans frontière des lettres. En ce sens, et même si Favereau n’en dit rien qui confie exclusivement à Malherbe la juridiction du monde poétique, la libéralité royale en faveur de Marino confirme le caractère international, ou plutôt supranational, du monde des lettres : si conflit il y a entre les langues qui n’est pas conflit entre les hommes de lettres sur fond de xénophobie, conflit il pourrait bien y avoir entre les princes européens sur le terrain de la libéralité et de la réputation prestigieuse qu’elle peut occasionner.

Soutenir les lettres européennes, une tradition monarchique française

  • 41 Garnier 1627, p. 14.
  • 42 Du Ruau 1615, p. 166-167 et 317-318.

21C’est dans un tel contexte qu’émerge un discours jusque-là inédit de célébration de la monarchie française protectrice des lettres. Il n’implique certes pas toujours de figure(s) étrangère(s). Dès 1610, Claude Garnier peut écrire de Louis XIII encore dauphin, mais déjà envisagé comme protecteur – on est dans le registre de l’éloge contraignant –, qu’il partait « de l’estoc de François de Valois41 » ; sans doute une telle filiation fait-elle écho au peu de prestige acquis par Henri IV en la matière, quoi que nous ayons pu lire sous la plume de Nervèze. C’est en tout cas une réputation peu glorieuse en la matière qui suggère à Florentin Du Ruau de répliquer « aux impostures et calomnies de quelques uns qui ont voulu suggiller [i.e. outrager] l’honneur d’Henry le Grand pour n’avoir jamais aymé les lettres ny les doctes personnages » ; la célébration d’une France « maistresse des armes, nourrice des lettres, sacrée tutrice des arts », au-delà d’un écho à un vers célèbre de Du Bellay, s’ancre ainsi dans la célébration des figures successivement complémentaires de François Ier et d’Henri IV42. Une autre perception est cependant possible.

22Au début des années 1620, depuis Rome, la plume de Jean Barclay offre à Louis XIII son roman latin Argenis. Il place le jeune roi dans une double tradition afin de forcer son devenir de protecteur des lettres :

  • 43 Barclay 1622, f[à]6.

Il y a desja longtemps que vous autres Rois très-Chrestiens avez faict alliance avec elles [i. e. les lettres] par mutuelles gratifications et nous sçavons quel empire les Muses ont en vostre France. Car outre qu’elles y florissent magnifiquement par la liberalité, le soin, et la bien-veuillance des Rois vos devanciers : l’Italie aussi recognoist que c’est aux Princes de MÉDICIS qu’elle est redevable du bien de les voir réveillées de l’assoupissement de leurs predecesseurs. […] Ainsi de droict paternel et maternel, vous serez le Protecteur des bonnes lettres et cherirez tout ce qui vient de leur part43.

23On retrouve le trait que nous venons de voir plus haut : Barclay considère non uniquement les Bourbons, mais la monarchie française. Il va cependant plus loin. Tout en mobilisant l’imaginaire génétique, il répartit par territoire national et famille régnante les interventions dans le monde des lettres. Il expose les rôles parallèles des princes en matière de mécénat ; dans le cas de Louis XIII, la conjonction génétique se fait entre égaux en la matière et elle semble faire du roi de France un légitime protecteur des lettres italiennes. Conditionné par l’ampleur de vue qui est la sienne, ce discours exclut la notion d’étranger. Une telle dédicace aurait-elle pu être écrite à la cour du roi de France par l’un de ses sujets ? Je ne l’ai en tout cas pas rencontrée – si l’on évoque les Médicis, c’est, marginalement, en s’adressant à la reine Marie.

24Une indistinction plus grande encore se retrouve sous la plume de Marino, objet des faveurs royales de Louis XIII. La dédicace à Marie de Médicis de L’Adone s’ouvre sur l’allégorie d’Hercole Musagete, quasi Duce et Capitano delle Muse ; elle propose comme exemple de cette relation souvent inscrite dans des dédicaces des couples plus ou moins attendus : Virgile et Auguste, Lucain et Néron, Claudien et Honorius ; la liste s’enrichit d’un double exemple moderne qui permet de passer de liens personnels à une perspective dynastique : L’Arioste et Le Tasse, auteurs, faut-il le rappeler, des deux œuvres poétiques les plus ambitieuses du xvie siècle italien, ont offert leurs épopées « alla Ser.ma Casa da Este ». Marino glisse alors, tout en évoquant sans les mentionner d’autres princes étrangers protecteurs des hommes de lettres (per traslasciare gli altri stranieri), vers un éloge de la monarchie française ; leur intérêt pour les lettres a poussé

  • 44 « Francesco il primo Re di Francia a remunerare con effetti di profusa liberalità le scritture dell (...)

François Ier Roi de France à rémunérer par des témoignages de profuse libéralité les écrits d’Alamanni, de Tolomei, de Delminio, de l’Arétin et de beaucoup d’autres hommes de lettres italiens ; Charles IX à estimer, honorer, et reconnaître sans réserve la vertu et l’excellence de Pierre de Ronsard ; Henri III à accroître par de larges entrées la fortune de Philippe Desportes, abbé de Thiron ; et Henri IV, après beaucoup d’autres marques de prédilections à son endroit, à exalter à la dignité sacrée de la pourpre les mérites du Cardinal du Perron44.

25Dans cette large perspective, la générosité de Louis XIII le hausse au niveau de celle des princes qui au fil du temps ont protégé les lettrés ; elle renouvelle celle, nationale, de François Ier dont on remarque que Marino ne retient que les libéralités envers des étrangers ; pour n’être pas absolument continu – nulle mention d’Henri II par exemple –, le soutien royal français n’en est pas moins traditionnel. Il y a certes ici adaptation à une situation personnelle, mais adaptation qui se coule dans la célébration non de l’exclusivité ou d’une quelconque supériorité de la protection accordée aux hommes de lettres par les rois de France, adaptation qui se coule dans l’universalité avérée ou potentielle de la protection princière des plus grands hommes de lettres. Louis XIII inscrit son nom dans une liste à la fois nationale, européenne et intemporelle. Que le poète soit étranger n’est pas particulièrement souligné et le geste royal n’en prend pas, ce qui aurait pu être envisagé, un prestige particulier.

26On a cependant vu plus haut que la remarque d’un Favereau n’était qu’incidente, qui ne défendait pas une politique royale de libéralité nationale et internationale, qui ne convoquait pas de tradition monarchique française, mais présentait implicitement les choix royaux comme incontestables jusque dans un domaine où les hommes de lettres n’attendaient pas de juridiction du prince – ce qui ne signifie en rien qu’ils aient été insensibles à sa possible faveur. Le discours sur la générosité par les rois de France envers les lettres semble donc connaître des modalités différentes selon les circonstances, sans pour autant retenir et encore moins exploiter comme critère distinctif la nationalité des bénéficiaires.

  • 45 Morgat-Longuet 2006.
  • 46 Naudé 1630.
  • 47 Naudé 1630, p. 54-55.
  • 48 Naudé 1630, p. 78-84.
  • 49 Naudé 1630, p. 110 et 183-187.
  • 50 Naudé 1630, p. 320.
  • 51 Naudé 1630, p. 367-372.
  • 52 Naudé 1630, p. 37.
  • 53 Voir Boillet 2007.

27Cependant, une tendance se remarque qui vaut pour une sorte d’histoire revisitée non pas des lettres nationales – elle est justement en train de s’élaborer45 –, mais d’une histoire de l’intérêt des rois de France pour les lettres, qu'elles soient nationales ou non. La démonstration la plus achevée de cette tendance est proposée par Naudé. Il publie en 1630 une Addition à l’histoire de Louys XI qui prend la forme d’une histoire nationale et monarchique des lettres46. Naudé, pour réhabiliter l’image de ce roi selon lui injustement accusé de n’avoir pas aimé les lettres ni les lettrés, propose une sorte de tableau qui, s’il ne se construit pas systématiquement sur le mode de la concurrence triomphante avec des souverains étrangers, n’en repose pas moins sur de réguliers et valorisants parallèles avec les protecteurs des lettres contemporains de Louis XI : Cosme et Laurent de Médicis, Alphonse de Navarre, Mathias Corvin, « tous non moins lettrez que fauteurs d’hommes doctes », princes que, précise Naudé, Louis « a aussi surmontez en ces louables exercices qu’en tous les autres de plus grande conséquence47 ». Louis XI est montré enrichissant ainsi que ces princes une bibliothèque48, accueillant à Paris, ainsi que les Médicis à Florence, les érudits grecs fuyant Constantinople49. Le dernier chapitre de l’ouvrage élargit la vision sous le titre : « Que non seulement Louys XI mais beaucoup d’autres Roys de France ont aimé et favorisé les lettres50 ». Naudé célèbre le rôle de la France sur la scène internationale des lettres, principalement par le biais de l’Université de Paris, presque continûment soutenue par le trône – et la chose ne manque pas de sel quand on se souvient qu’en 1626 Naudé est à Padoue pour enrichir ses savoirs. Ont suivi les cours de cette Université pour ainsi dire royale Pétrarque, Dante, Pic de la Mirandole, Philippe Béroalde, Érasme, tous étrangers prestigieux dont on ne sait exactement ce qu’ils doivent à l’université ou ce que l’université gagne en réputation à les avoir accueillis. Si elle ne se construit pas sur un abaissement des princes étrangers, cette vision n’assume pas moins une centralité de la France dans la vie des lettres européennes – et on y verra la principale différence avec les visions plus larges et peu partisanes d’un Barclay ou d’un Marino. S’il ne nie pas le rôle essentiel de François Ier, prince à la fois support des lettrés et soucieux de se cultiver51, ce positionnement sur la scène internationale des lettres joue contre toute la mythologie humaniste de la translatio au profit d’une continuité, fût-elle irrégulière, de l’action du roi de France en faveur des lettres. Il est remarquable cependant que Naudé, au-delà de l’éloge culturel du règne de Louis XI, ne mentionne plus de souverain étranger. Si la vision qu’il offre du règne de François Ier convoque des figures incontournables du monde européen des lettres sans d’ailleurs les mentionner comme étrangers, elle ignore ce qui se passe dans d’autres cours. La concurrence est esquivée, tandis que Louis XIII est invité – véritable télos de l’œuvre ? – à « suivre le chemin tracé par [ses] Ancestres », proposition génétiquement surprenante, puisqu’il faut par « ancestres » entendre la longue succession des rois de France sur le trône. Le temps présent apparaît comme un au-delà de tensions caractéristiques du passé ; si « Budée [sic] fut contraint de defendre l’honneur des François contre les Italiens qui les accusoient tous les jours de Barbarie52 », la légitimité culturelle de la France moderne ne semble plus imposer de tel plaidoyer ; les accusations ont cessé. L’étranger contemporain, s’il n’est pas inconnu, est ignoré ; la capacité de la France à attirer des hommes de lettres étrangers en raison de l’intérêt de ses rois pour la culture lettrée – elle constitue un des centres de l’éloge que Naudé offre de la monarchie – n’est pas évoquée pour le présent. Que Marino ne soit pas mentionné peut se comprendre – la réputation sulfureuse de l’ouvrage publié à Paris et mis à l’Index romain le 2 février 1627 suffit à expliquer le silence qui voile la générosité royale53 –, mais la vision de Naudé ne s’en achève pas moins par une manière de réduction des ambitions culturelles du trône : Louis XIII fût-il appelé à devenir le « commun Père de tous les hommes doctes et vertueux », cette paternité n’est pas explicitement proposée comme universelle ni ne semble s’étendre au-delà des frontières du royaume ; elle ne se place pas sous le signe d’une capacité royale d’attirer des hommes de lettres étrangers.

Conclusion

  • 54 On songe aux démarches entreprises dès 1516 pour inviter Érasme à Paris. Dès le milieu du siècle ce (...)

28En ce début de xviie siècle, la construction de l’image des rois de France protecteurs des lettres joue somme toute assez peu avec la figure ou la personne de l’étranger. La reine florentine qui semblait pouvoir insuffler au royaume d’Henri IV une vitalité mécénique absente est avant tout reine de France. À la différence de ce qui pouvait s’écrire dans le premier xvie siècle, l’homme de lettres étranger n’est plus, à l’aube du xviie siècle, un ennemi à supplanter. Mais il ne semble pas non plus nécessaire de faire de la cour royale un pôle qui séduirait les plus prestigieux des hommes de lettres étrangers, ce que François Ier et son entourage humaniste avaient senti comme impératif54. Le flamboyant séjour parisien de Marino reste singulier et compte finalement moins que son écriture, implicitement rangée par ses admirateurs, tout italienne qu’elle est, dans la lignée de celles d’un Homère ou d’un Ronsard ! Les catégories littéraires transcendent les frontières et seule la spécificité des langues établit une distinction qui, fût-elle fondamentale, n’en reste pas moins assez secondaire. La conscience qu’existe une sorte de communauté de l’esprit qui a peu à voir avec les nationalités l’emporte, même si elle ne va pas exactement jusqu’à l’indifférence nationale. Certes, l’importance accordée à la langue semble parfois témoigner d’une réduction nationaliste, mais on ne peut ignorer la tension qu’entretient cette réduction avec la vitalité des échanges lettrés en Europe où la figure de l’étranger n’a pas véritablement de sens. Le point essentiel est sans doute ailleurs : cette Europe des lettres semble pouvoir fort bien se passer des rois et de leur protection ; elle ne contribue que très peu, au moins dans le cadre des échanges qui constituent son existence même, à la construction d’images monarchiques nationales. En cela elle fait, sans doute involontairement, écho à l’absence de stratégie publicitaire de la monarchie en la matière : l’image de souverain protecteur européen des lettres, voire protecteur des lettres européennes n’est ni exploitée ni même recherchée par le prince ou son entourage soucieux de prestige ; la grandeur d’un roi ne passe pas (encore ?) par sa capacité à distinguer jusqu’au-delà des frontières de son royaume la grandeur des hommes de lettres. Aussi bien le panorama offert par Naudé reste-t-il sans postérité.

  • 55 Le cas de l’Arétin est marginal qui met en concurrence le roi de France et l’empereur pour en obten (...)

29Quant à la possible concurrence entre princes mécènes, elle est passée sous silence, ce qui était déjà largement le cas au siècle précédent55 ; si le regret exprimé dès l’Antiquité par Martial du manque de mécènes est topique dans le discours des hommes de lettres, ce regret ne touche jamais directement la figure royale et la comparaison du roi de France avec des princes étrangers qui pourrait servir d’argument en la matière est absente. Le cœur de l’éloge des princes demeure la gloire militaire et c’est par leurs armes victorieuses qu’ils se distinguent. Marino lui-même ne s’y trompe pas qui célèbre un Louis XIII guerrier dans le dernier chant de L’Adone, cantonnant aux marges dédicatoires, sorte de « hors œuvre » de l’édifice poétique, la mention panégyrique de la protection accordée par le roi à un étranger.

30Ainsi, la perception du monde des lettres tant par lui-même que par les princes paraît ne pas tenir compte de la nationalité mais privilégier la qualité des œuvres, seul critère de distinction possible. Dire d’un homme de lettres qu’il est étranger signifie seulement qu’il n’est pas sujet du roi de France ; et cela relève de l’ordre politique qui n’est pas celui des lettres.

Haut de page

Bibliographie

Alary Jean d’, 1615, Le Lys fleurissant pour la majorité du Roy, Toulouse, R. Colomiez.

Ariosto Lodovico, 1615 [1614], Le divin Arioste, ou Roland le furieux, traduict nouvellement en françois par F. de Rosset, Paris, R. Foüet.

Balsamo Jean, 1992, Les rencontres des Muses, Genève, Slatkine.

Balsamo Jean, 2008, « “Ses vertus l’ont assise au rang des immortels” : Catherine de Médicis et ses poètes », dans Frommel S. et Wolf G. (dir.), Il Mecenatismo di Caterina de’ Medici, Venise, Marsilio, p. 11-38.

Barclay Jean, 1622, Les amours de Poliarque et d’Argenis de J. Barclay mis en françois par P. de Marcassus, Paris, N. Buon.

Baudouin Jean, 1624-1625, L’Arcadie de la comtesse de Pembrok […], Paris, T. Du Bray.

Bideaux, Michel, 2001, « Quand commence le xviie siècle ? », dans Desan Ph. et Dotoli G. (dir.), D’un siècle à l’autre – Littérature et société de 1590 à1610, Fasano-Paris, Schena Editore-Presses de l’université Paris-Sorbonne, p. 49-66.

Boillet Danielle, 2007, « Les scandaleuses libertés du style lascif dans l’Adone de Marino », Italies, 11, p. 379-418.

Bombart Mathilde et Peureux Guillaume, 2003, « Politiques des recueils collectifs dans le premier xviie siècle. Émergence et diffusion d’une norme linguistique et sociale », Le recueil collectif, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 239-256.

Boyssat Pierre de, 1613, Le brillant de la Royne, ou les Vies des hommes illustres du nom de Medicis […], Lyon, P. Bernard.

Budé Guillaume, 1516 [1515], De Asse et partibus eius […], Paris, J. Bade.

[Bunel Pierre et Manuce Paul], 1581, Petri Bunelli […] & Pauli Manutii […] Epistolae ciceroniano stylo scriptae […], s. l. [Paris, H. Estienne].

Camus Jean-Pierre, 1614, Les Diversitez, t. 9, « Livre XXXI traittant des passions de l’ame, à la Royne », Paris, C. Chappelet.

[Castiglione Baldassar], 1538 [1528], « Le Courtisan » de Messire Baltazar de Castillon, s. l. [Lyon, F. Juste].

Cazes Hélène, 2006, « Henri III et Henri Estienne : le rêve d’une amitié », dans Conihout I. de et al. (dir.), Henri III mécène des arts, des sciences et des lettres, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, p. 198-212.

Conihout Isabelle de, 2005, « Bibliographie des ouvrages dédicacés à Marie de Médicis », dans Caneva C. et Solinas F. (dir.), Maria de’ Medici, 1573-1642 : una principessa fiorentina sul trono di Francia, Livourne, Sillabe, p. 368-373.

Cox-Rearick Janet, 1995, Chefs-d’œuvre de la Renaissance – La collection de François Ier, Paris-Anvers, Albin Michel-Fonds Mercator.

Discours merveilleux de la vie, actions et deportements de Catherine de Médicis, Royne-mère, 1995 [1575], éd. N. Cazauran, Genève, Droz.

Du Peyrat Guillaume, 1611, Recueil de diverses poésies sur le trespas de Henry le Grand et sur le sacre et couronnement de Louis XIII, Paris, R. Estienne et P. Chevalier.

Du Ruau Florentin, 1615, Le Tableau de la Regence […], Poitiers, A. Mesnier.

Estienne Henri [ou Franchet Jean], 1578, Deux Dialogues du nouveau langage françois, italianizé […], s. l. [Genève], [H. Estienne].

Estienne Henri, 1579, Project du livre intitulé De la precellence du langage françois, Paris, M. Patisson.

Favereau Jacques, 1625, La France consolée : Épithalame Pour les nopces du très chrestien Louys XIII Roy de France et de Navarre et d’Anne d’Austriche, Infante d’Espagne, Paris, Jean Petit Pas.

Forget Pierre, sieur de la Picardière, 1612, Hymne de la Reyne Regente, Mere du Roy […], Paris, T. Du Bray.

Garnier Claude, 1604, Les Royalles couches […], Paris, A. L’Angelier.

Garnier Claude, 1605, La Reception de la reyne Marguerite par Leurs Majestez, Paris, F. Huby.

Garnier Claude, 1611, Mausolée du grand roy […], Paris, J. de Bordeaulx.

Garnier Claude, 1627, Les comparaisons royales, Paris, J. Bessin.

Graziani Françoise, 2002, « “La langue des dieux” : Marino et les jeunes poètes français », dans Graziani et Solinas 2002, p. 187-202.

Graziani Françoise et Solinas Francesco (dir.), 2002, Le « Siècle » de Marie de Médicis, actes du colloque (Paris, 2000), Franco-Italica, nos 21-22.

Guarini Jean-Baptiste, 1623, Le Pasteur fidelle, tragicomedie pastoralle de Jehan Baptiste Guarini […] traduit d’italien en vers françois par noble Antoine de Giraud […], Paris, C. Cramoisy.

Hochner Nicole, 2002, « Le premier apôtre du mythe de l’État-mécène : Guillaume Budé », Francia. Forschungen zur Westeuropäische Geschichte, Frühe Neuzeit, Revolution, Empire, 1500-1815, vol. 29∕2, p. 1-14.

Karagiannis-Mazeaud Édith, 2011, « Gabriel Symeoni en quête d’un mécène entre France, Savoie et Italie », dans Secchi Tarugi L. (dir.), Mecenati, artisti e pubblico nel Rinascimento, Florence, Franco Cesati Editore, p. 429-453.

La Brasca Frank, 2003, « Les traductions d’œuvres italiennes en français sous la régence de Marie de Médicis (1610-1617) », dans Graziani et Solinas 2002, p. 213-223.

Laugier de Porchères Honorat, 1612, Le camp de la Place royalle […], Paris, J. Micard.

Le [sic] rencontre des Muses de France et d’Italie, Lyon, J. Roussin, 1604.

Loryot François, 1614, Les fleurs des secretz moraux sur les passions du cœur humain […], Paris, C. Desmarquets.

Malherbe François de, 1971, Œuvres, éd. A. Adam, Paris, Gallimard.

Marino Giambattista, 2014 [1623], Adone – Adonis, texte établi par Marzio Pieri, traduction et notes de Marie-France Tristan, Paris, Les Belles Lettres.

Matthieu Pierre, 1605, Histoire de France et des choses memorables, advenues aux Provinces estrangeres […], Paris, J. Metayer.

Matthieu Pierre, 1610, Panegyre sur le coronnement de la Royne, Paris, P. Mettayer.

Morgat-Longuet Emmanuelle, 2006, Clio au Parnasse. Naissance de l’« histoire littéraire » française aux xvie et xviie siècles, Paris, Champion.

Morgues Mathieu de, 1643, Les deux faces de la vie et de la mort de Marie de Medicis […], s. l. [Anvers, Plantin].

Naudé Gabriel, 1630, Addition à l’histoire de Louys [X]I […], Paris, F. Targa.

Petey-Girard Bruno, 2010, « Henri IV “Padre delle buone lettere” ? », Studi francesi, 162, p. 449-451.

Urfé Honoré d’, 2001, La Sylvanire, ou la morte-vive, éd. L. Gavarini, Toulouse, Société de littérature classique.

Valladier André, 1601, Labyrinthe royal de l’Hercule gaulois triomphant : sur le sujet des fortunes, batailles, victoires, trophées, triomphes, mariage & autres faicts heroïques & memorables de très-auguste et très-chrestien prince, Henry IIII […], Avignon, J. Bramereau.

Vallet Pierre, 1608, Le jardin du roy très chrestien Henry IV […], s. l. [Paris]

Vivanti Carlo, 1967, « Henry IV, the Gallic Hercules », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, XXX, p. 178-197.

[Virgile], L’Eneide de Virgille, en prose françoise […], 1626, Paris, T. Du Bray.

Haut de page

Notes

1 Cela vaut sous la plume de Budé à l’aube du règne de François Ier (Budé 1516, f. CLXXXVIr°) sous celle, étrangère, de Castiglione dans les années 1520 (Voir Castiglione 1538, p. LII) ; cette réputation existe encore dans la deuxième décennie du XVIIe siècle sous celle de Loryot, proche de la Reine Marguerite ; voir Loryot 1614, p. 558.

2 Voir Hochner 2002 , p. 9.

3 On compte nombre d’étrangers dans l’entourage de François Ier ; le précepteur des enfants royaux est l’italien Théocrène, les lecteurs royaux ne sont pas choisis en fonction de leur nationalité ; le roi soutient la publication des Opere Toscane de Luigi Alamanni (Lyon, Gryphe, 1532-1533) avec une générosité qu’il n’a pas pour des poètes français.

4 Estienne 1578 ; Estienne 1579 ; Estienne 1581. Voir Balsamo 1992, p. 65-76 ; Cazes 2006, p. 202-203.

5 Voir Bideaux 2001, p. 61.

6 Valladier 1601, p. 76 ; je souligne. Sur la représentation d’Henri en Hercule, voir Vivanti 1967.

7 Valladier 1601, p. 79.

8 Valladier 1601, p. 77 ; je souligne.

9 Garnier 1605, p. 5.

10 Voir Balsamo 2008, p. 11-38.

11 Stances de Nervèze dans Du Peyrat 1611, fo 39 ro.

12 Voir Petey-Girard 2010, p. 449-451.

13 Mathieu, 1610, p. 23-24.

14 Voir, par ex., Garnier 1604, p. 208 ; Vallet 1608, fàjr° ; Camus 1614, fo àiiijro.

15 Voir par ex. les stances de Bouteroue dans Du Peyrat 1611, f9ro ou Boissat, 1613, fo + 3ro.

16 Arioste 1615, fàvo.

17 Voir par ex. Laugier de Porchères 1612, p. 99.

18 Forget 1613, p. 8.

19 Voir par ex. Garnier 1611, p. 69 ou Alary 1615, fijvo.

20 Malherbe 1971, p. 115.

21 Baudouin 1624-1625, fàijvo.

22 Guarini 1623, fàiij.

23 Voir Matthieu 1605, f250ro.

24 Voir Discours merveilleux de la vie 1995, p. 133-135.

25 En revanche, l’éloge de la reine exploite encore ce lieu ; voir par ex., Morgues 1643, p. 4.

26 L’Eneide de Virgille 1626, fàiijr° et Conihout 2005.

27 Sur ce mouvement pendant le gouvernement de Marie de Médicis, voir La Brasca 2003, p. 213-223.

28 Le [sic] Rencontre des Muses 1604, f. A2 r°-v°. Sur ce texte, voir Balsamo 1992, p. 237-240.

29 Urfé 2001.

30 Voir Urfé 2001, p. 7. On rapprochera ce passage de La Deffence et illustration, I, 4.

31 C’est ainsi que Rosset décrit son geste de traduction du Divin Arioste ; Arioste 1615, fàvo.

32 Urfé 2001, p. 3.

33 Favereau 1625. Voir Graziani 2002.

34 Marino 2014.

35 Favereau 1625, f[à]5vo.

36 Favereau 1625, f[à]7ro.

37 Favereau 1625, f[à]7vo.

38 Favereau 1625, f[à]7vo.

39 Favereau 1625, fè7ro.

40 Sur certains enjeux de la démarche linguistique de Malherbe tant en vers qu’en prose, voir Bombart et Peureux 2003, p. 239-256.

41 Garnier 1627, p. 14.

42 Du Ruau 1615, p. 166-167 et 317-318.

43 Barclay 1622, f[à]6.

44 « Francesco il primo Re di Francia a remunerare con effetti di profusa liberalità le scritture dell’Alamanni, del Tolomei, del Delminio, dell’Aretino, et d’altri molti letterati Italiani ; Carlo il nono a stimare, honorare, et riconoscere oltremodo la virtù et eccellenza di Piero Ronzardo ; Arrigo il terzo ad accrescere con larghe entrate le fortune di Filippo di Portes, Abbate di Tirone ; et Arrigo il quarto dopo molti altri segni d’affettione partiale, ad essaltare alla sacra dignità della porpora i meriti del Cardinal di Perona » (Marino 2014, p. lxxviii-lxxx.).

45 Morgat-Longuet 2006.

46 Naudé 1630.

47 Naudé 1630, p. 54-55.

48 Naudé 1630, p. 78-84.

49 Naudé 1630, p. 110 et 183-187.

50 Naudé 1630, p. 320.

51 Naudé 1630, p. 367-372.

52 Naudé 1630, p. 37.

53 Voir Boillet 2007.

54 On songe aux démarches entreprises dès 1516 pour inviter Érasme à Paris. Dès le milieu du siècle cependant, ce sont des hommes de Lettres qui ne sont pas sujets du roi qui l’invitent à une manière d’universalité de sa protection ; voir Karagiannis-Mazeaud 2011, p. 443

55 Le cas de l’Arétin est marginal qui met en concurrence le roi de France et l’empereur pour en obtenir le soutien matériel ; voir Cox-Rearick 1995, p. 88-95.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Petey-Girard, « Le roi, les lettres, les étrangers : remarques sur quelques représentations textuelles (1600-1630) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2016, mis en ligne le 28 juillet 2016, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/13771 ; DOI : 10.4000/crcv.13771

Haut de page

Auteur

Bruno Petey-Girard

Professeur de littérature française du XVIe siècle, Université Paris Est – Créteil / équipe Lettres-Idées-Savoirs – EA 4395 - petey-girard@u-pec.fr. Ses recherches portent sur les évolutions que connaît la littérature de spiritualité entre 1530 et 1630 ainsi que sur les mises en scène de la vie culturelle en France au cours de la Renaissance. Il a publié Le sceptre et la plume : images du prince protecteur des Lettres de la Renaissance au Grand Siècle (Genève, Droz, 2010), codirigé l’édition des Premières œuvres de Desportes (Paris, Classiques Garnier, 2014) et été l’un des deux commissaires principaux de l’exposition « François Ier : pouvoir et Image » (Paris, Bibliothèque nationale de France, 24 mars-21 juin 2015).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org