Navigation – Plan du site

Étrangetés éducatives : figures de l’altérité dans l’institution des princes Bourbons au Grand Siècle

Educational otherness: Figures of the Other in the Institution of the Bourbon Princes in the Grand Siècle
Bernard Teyssandier

Résumés

D’Héroard à Fénelon, du futur Louis XIII au duc de Bourgogne, l’article se propose d’interroger la présence réelle ou fantasmée de l’étranger et de l’étrangeté dans l’institution des princes Bourbons en France au xviie siècle. Si, en période d’absolutisme, la figure paternelle et royale se constitue plus que jamais en modèle de savoir et de pouvoir en matière d’éducation, cette figure emblématique et tutélaire s’articule parfois difficilement avec la dimension d’altérité propre à la relation pédagogique reliant le maître au disciple.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Principe affirmé notamment lors de l’élection d’Hugues Capet au xe siècle : Krynen 1993, p. 11-16. (...)
  • 2 Fondement universel de la félicité humaine pour les pédagogues humanistes – , De pueris, Érasme 199 (...)

1Au royaume des Francs, l’hérédité n’a jamais vraiment constitué une condition suffisante pour permettre l’exercice de la souveraineté : au droit du sang devaient s’ajouter les dispositions de l’âme1. Ce principe coutumier entérinant l’alliance d’un genus et d’une virtus contribua à légitimer l’idée d’une éducation princière : si, à un moment de sa vie et plus que tout autre, le prétendant à la Couronne est susceptible d’incarner la sagesse, c’est bien la preuve que l’enseignement qu’il a reçu, et dont il a été dans la durée l’acteur et le récipiendaire, a parachevé sa nature pour la porter à son plus haut niveau de perfection – la disposition particulière au bien trouvant dans la « méthode » et l’« exercice » son point d’aboutissement2.

  • 3 Senellart 1995, p. 51. Blanchard et Mühlethaler 2002, p. 7-32.
  • 4 Bossuet 1909-1929, t. II (1677-1683), p. 135.
  • 5 Sur la fixation institutionnelle de la majorité royale par l’ordonnance de Charles V rendue en août (...)
  • 6 Voir Teyssandier 2014, p. 231-247.

2Durant l’époque médiévale et jusqu’au xvie siècle, la tradition littéraire des « miroirs » atteste la survivance d’une école de sapience et de gouvernement : aux princes bien appris incombent un certain nombre de devoirs, à l’égard d’eux-mêmes, de l’Église et de leur peuple, mais aussi bien sûr de la politique de leur État3. Sous l’Ancien Régime, où l’usage voulait qu’à sept ans l’enfant appelé à régner délaisse « les caresses des femmes et les amusements du premier âge4 » pour « passer aux hommes » et recevoir jusqu’à sa majorité un enseignement profitable5, la nécessité d’instruire le futur roi ne souffre guère de contestation. Dans les faits, l’équipe pédagogique était dirigée par un gouverneur chargé d’apprendre au jeune homme l’art de la guerre tout en veillant à chaque instant à son comportement, et par un précepteur, responsable de son instruction littéraire6.

  • 7 Saint-Simon 1996, p. 1014.
  • 8 Cosandey 2000, p. 14 et p. 19.

3Le xviie siècle français voit ainsi se succéder quatre princes Bourbons : deux rois confiés à des maîtres avant d’accéder eux-mêmes à « l’administration de la France7 » – Louis XIII et Louis XIV –, deux dauphins qui n’exercèrent jamais le pouvoir : Louis, dit Monseigneur, et son fils, le duc de Bourgogne. D’un point de vue symbolique pourtant, l’éducation conférée à un roi ou à un dauphin n’a rien de comparable. Le mythe monarchique s’accorde plutôt difficilement avec l’idée d’un roi soumis à l’autorité d’autrui, surtout dans les périodes troublées des régences où les reines représentent la majesté sans incarner la dignité royale8. En revanche, rien de plus « naturel » que l’héritier putatif du royaume, en « attente » de régner, bénéficie d’une formation magistrale de manière à savoir et à pouvoir diriger l’État. C’est dans ce contexte dominé par des enjeux didactiques et politiques qu’on se propose d’interpréter la place occupée par la figure de l’étranger. Deux modalités d’approches seront ici exploitées : l’une consistant à évaluer la présence réelle ou fantasmée de l’étranger dans l’éducation du prince et plus encore dans ses représentations, l’autre s’attachant davantage à apprécier la dimension idéologique et allégorique de l’enseignement princier, notamment par le biais de la notion d’altérité.

  • 9 Gilles Souvré et David Rivault de Fleurance, respectivement son gouverneur et son précepteur, demeu (...)
  • 10 La Biblioteque imaginaire de livrets, lettres et discours imaginaires, libelle paru en 1615, évoque (...)
  • 11 Louis XIII souffre de « phénomènes diarrhéiques douloureux et mortifiants » : « il est au lit et à (...)
  • 12 Foa et Mellet 2012.
  • 13 Voir ici même la contribution de Yann Rodier, « L’imaginaire de la xénophobie d’État ».
  • 14 Dubost 2009, p. 475-520.

4Le lit de justice pour la majorité de Louis XIII est tenu le 2 octobre 1614. Conformément à l’usage, son éducation qui a duré sept ans prend fin. En théorie, il est en âge de régner. Dans les faits il n’en est rien9. Le fils du Grand Henri est encore un roi apprenti10 : la reine mère répugne à l’associer au gouvernement notamment au prétexte d’une santé délicate11. Dans le même temps, les conflits entre le gouvernement et les grands « malcontents » s’intensifient, aggravant les dissensions internes dans le Conseil royal et affaiblissant son autorité. Alors que les querelles civiles s’étendent dans le pays, ranimant le souvenir des guerres de Religion12, l’incompréhension s’accroît entre un prince mélancolique et sa mère, qui demeure au commandement des affaires. Dans ce contexte de tension et de dissension, et malgré la politique conciliatrice menée par Marie de Médicis et dont l’une des facettes vise à réduire les antipathies entre Français et étrangers13, Concini et sa femme cristallisent les haines14. Plusieurs libelles leur incombent la responsabilité du désastre moral et politique dont souffrirait le pays. Les faveurs octroyées par la reine au couple d’Italiens, dont l’influence s’étend entre 1616 et 1617, alimentent et amplifient ces accusations.

  • 15 Fanlo 1991, p. 85.

5L’un des textes sans aucun doute les plus violents à l’encontre du maréchal et de la maréchale d’Ancre paraît en 1616 sous le titre suivant : La trompette françoise, ou réveille-matin aux Parisiens, pour venger l’assassinat commis par le commandement du marquis d’Ancre […]. L’auteur appelle les Parisiens au soulèvement afin de stopper l’invasion florentine. L’évocation des outrages se fait sur le mode topique du monde renversé. La France, nouvelle Sodome, est cul par-dessus tête : au règne du Très Chrétien a succédé celui de Satan, l’hérésie et la sorcellerie triomphent sur la foi jurée. La présence de Concini et de Galigaï défigure Paris, capitale décapitée parce que devenue indigne de ce titre. Naguère dévolu à l’urbanité, l’espace citadin abrite un vaste cloaque, pire encore un bordel. Pour proférer ses insultes, l’auteur du libelle tire profit de l’anonymat : c’est un Parisien qui s’exprime, mais à travers lui aussi la vox populi. Son verbe, à la fois satirique et furieux, est au service de la fulminatio, de la véhémence. Il s’agit de bouleverser l’auditoire, de le réveiller, de le secouer voire de l’effrayer. Le débordement énonciatif confine à la colère. L’auteur n’hésite pas devant l’outrance, il « vole bas15 », dans l’attente eschatologique d’un « coup » libérateur :

  • 16 De l’italien bardascia, prostitué (Dictionnaire Littré)

Ha ! J’enrage d’entendre un tel forfaict. Que maintenant ceste ville, l’honneur & la gloire mesme, soit en proye d’un qui en sa jeunesse a servy de bardachon16, mais je dy tellement bardachon, que son fondement estant pourry et gasté, fust contraint (à cause de sa nécessité) de se mettre à l’hospital de Florence : & tu souffres (ma ville) qu’un tel bardachon te fasse la loy. […]

  • 17 Autre forme du terme, « bougeron » : bougre, sodomite.
  • 18 Âne.

Sa femme, petite fille d’Esope, ne se frotte-t-elle pas de graisse ? & passant par la cheminée va au sabbat […]. […] & tient-on assurément que la femme du bourjarron17 cy est marquée au fondement : ceste marque est difficile à cognoistre, tant elle a la rage du cul noire. […] [La mère du bourjarron], sans doute, s’est fait chevaucher par quelque mulet Florentin, pendant que son mari travailloit à la menuiserie, puisque son fils a un vit d’aze18. Ce n’est pas le naturel du Florentin d’avoir de si longs catzes. […]

Es-tu ignorant du malheur qui arrive quand une populace se révolte ? Tu penses estre Mareschal de France, & tu es mareschal de merde […]. Vray est qu’on tient que ceste puanteur vient de ta femme sur ce qu’estant au sabbat, & comme elle alloit à son tour baiser le cul au diable, il fit une vesse si infecte dans sa bouche, que du depuis ce n’estoit rien que poizon qui sortoit de l’aleine de ceste sorcière : voilà pourquoy & l’un et l’autre ont tousjours de la dragée musquée pour mettre en leur bouche afin de perdre ceste puantise. […]

La mort de cet homme-cy regarde l’interest de la France […]. [Parisiens], inventez contre luy & ses complices, des tourments nouveaux, tirant sa peau par éguillettes, & [il faut] brusler ce catze à petit feu […], le consommer vif dans les flammes, & ses cendres jettées en l’air […]. Battez, frappez, tuez celle canaille qui viennent [sic] troubler vostre repos, mettez le feu dans leurs maisons, & exterminez ceste race magique, maintenez vos armes en netteté que la rouille n’aye nul pouvoir sur icelles. […]

  • 19 La trompette françoise, 1616, p. 3-4, 8-9, 10-12, 14-16. L’ouvrage paraît à nouveau en 1619 chez Fl (...)

Que la France soit entièrement dépetrée de ces sortes de coyons, qui roturiers, ou plustost portefaix en leurs pays, se veulent faire croire ailleurs estre Monarques19.

  • 20 Ibid., p. 8.

6Ils se « veulent faire croire être monarques » – l’un des intérêts de ce tableau tératologique sur le « coyon et sa femme Ésopette20 » tient au fait qu’il souligne, pour la dénoncer implicitement, l’occultation de la figure royale : le corps étranger fait ici disparaître le corps royal.

7Mais pour fantasmatique qu’il soit, ce texte peut aussi se lire comme la transposition littéraire d’événements réels. Le 11 novembre 1616, par exemple, Héroard rapporte que Louis XIII est humilié par Concini en plein Louvre :

  • 21 Héroard 1989, t. II, p. 2419.

[Le roi] va en la galerie et en la grande, accompagné de l’exempt des gardes […]. Regardant a tout coup s’il estoit suivy. Se met assés avant en l’une des fenestres qui regardent sur la rivière. Quand le Marechal d’Ancre entra, accompagné de plus de cent persones et s’arresta a l’une des fenestres aussi, sans aller vers le Roy, se faisant faire la court a toute teste nue […]21.

  • 22 La chambre du roi, par laquelle il faut passer pour accéder à la petite galerie, puis de là, à la g (...)
  • 23 Héroard 1989, t. II, p. 2419.
  • 24 Voir Relation exacte de tout ce qui s’est passé à la mort du Mareschal d’Ancre, 1837, vol. 5, p. 46 (...)
  • 25 On pourra se reporter, à titre d’exemple, à La sanglante chemise, libelle écrit sous la forme d’une (...)

8Fait rarissime dans le Journal, le médecin sort de sa réserve et pointe chez le favori une volonté manifeste de nuisance – «  et si il sçavoit bien que le Roy estoit là, car on le luy avoit dict, l’aiant demandé en la chambre22 ». Et Héroard d’ajouter : le prince s’en alla ensuite « aux Tuilleries, aiant le cœur plein de desplaisir23 ». Visiblement l’Italien s’amuse. Il se joue du roi et même de l’idée de roi. Jeu d’autant plus insultant qu’il est public. Concini révèle l’inanité et même l’obscénité du mythe monarchique. Son geste tend à prouver que le roi n’a plus ni corps naturel ni corps politique. Fort de sa trouvaille, et pour mieux en tester l’efficience, il récidive quelques jours plus tard lors d’une partie de billard, en présence de plusieurs courtisans : « Votre Majesté me permettra bien de me couvrir24 ? » Passé maître dans l’art du verbe, Concini use de la figure de l’antéoccupation de manière à laisser supposer qu’il bénéficie de l’autorisation de son interlocuteur. Ce faisant il ridiculise doublement sa victime : d’abord parce qu’il lui manque de respect – Louis XIII obtempère tel un élève ou un disciple bien appris –, ensuite parce qu’il la prive de ses prérogatives : médusé, le prince s’avère incapable de réagir, prouvant par là son inaptitude à se défendre et à défendre l’honneur du royaume qu’il incarne. Faute de pouvoir tirer le glaive contre l’assaillant, il se replie, se retranche et se terre. Pris dans les rets d’une parole qui le nie, ce roi dormant et muet est symboliquement mort. Bourreau de lui-même, il subit, suscitant par là une sourde inquiétude. Durant les mois qui précèdent l’assassinat du maréchal d’Ancre, l’idée plus ou moins improbable d’un réveil et d’un sursaut salvateurs nourrit d’ailleurs l’inspiration des libellistes25.

  • 26 Voir l’édition annotée du texte : Le Roi hors de page 2012, p. 109-128.
  • 27 Ce vieux mot, emprunté à l’ancien français, plaira à La Fontaine : 1668, livre IV, fable 11, v. 1-2

9Changement radical après le coup d’État du 24 avril 1617 : la plupart des occasionnels installent Louis XIII sur les feux de la rampe. Parmi eux Le roi hors de page26. Un des intérêts de ce texte qui se donne à lire comme un témoignage historique tient à sa dimension proprement éducative : après avoir exercé son autorité en précipitant la chute de Concini, le roi de seize ans jette sa gourme, prend la plume et règle ses comptes avec la reine mère, dont il fait la principale dédicataire. Le jeune homme confesse avoir été mis sous tutelle pendant trop longtemps et s’approprie la parole magistrale pour donner une leçon d’histoire à celle-là même qui dirigeait son instruction. Il distribue les bons et les mauvais points, condamne Catherine de Médicis, une autre étrangère, mais justifie l’assassinat de Blois. Une des particularités de ce récit épistolaire tient ainsi au fait qu’il jette un voile d’ombre sur l’éducation en tant qu’institution monarchique : enseigner le prince alors qu’il est majeur c’est, sous le prétexte fallacieux de le rendre meilleur, le réduire au silence et l’exclure de l’action politique – ce que suggère d’ailleurs déjà un texte comme La trompette françoise. D’une certaine façon, enseigner c’est engeigner, autrement dit tromper27. Le « passage aux hommes » en période de régence constitue ainsi un redoutable piège : il permet à des envahisseurs « étrangers » d’exercer plus aisément encore leur tyrannie. Pendant que le petit prince devenu grand écoute et obéit, d’autres usent de leur autorité à ses dépens : une des estampes de l’époque représente d’ailleurs « Le Marquis d’Ancre parlant en maître » avant de se rendre au Conseil (fig. 1).

Fig. 1 : Le marquis d’Ancre parlant en maître, gravure anonyme sur bois, non signée. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des estampes, Qb.1 (1615-1617).

Fig. 1 : Le marquis d’Ancre parlant en maître, gravure anonyme sur bois, non signée. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des estampes, Qb.1 (1615-1617).

Domaine public

10Aussi Le roi hors de page doit-il se lire comme le récit d’une épiphanie – la voix royale résonne et retentit, rétablissant la dignité monarchique dans sa pureté et dans son lustre originels :

Madame, je suis à présent ce que je dois estre, je gouverneray désormais mon Empire sans contredit. Celui qui par votre moyen faisoit obstacle à mes volontez, qui servoit d’interposition à mon pouvoir, pour le faire éclipser, est maintenant réduit en un néant, et a receu le payement de son audacieuse témérité, et moy avec une acclamation publique, assis sur le throsne Royal, et recogneu sans envie, sans jalousie, sans compétiteur, le doux et agréable dominateur de mes peuples. […]

  • 28 Le roi hors de page 2012, p. 4-5 ; 6-7.

Ce que je rapporte ici, MADAME, a deux fins principales, l’une pour vous monstrer, qu’encores que m’ayez fait nourrir en ténèbres, contre les règles et formes observées en l’élévation des Rois, probablement pour profiter de ma simplicité, du tout ignorant en l’Histoire de mon Royaume, et l’autre pour vous asseurer qu’ayant cette cognoissance, j’ai à présent assez de jugement, pour me garantir de semblables événements. Je ne vous représente pas ceci pour me tirer entièrement du respect que je vous dois comme fils, mais je veux parler en Roy, et en Historien tout ensemble. Pour vous faire sçavoir que l’Italie a esté la forge, où tous les ressorts de nos mal-heurs ont pris leur trempe, et où toutes les trahisons, poisons, desloyautez et perfidies escloses dans le sein de mon Estat, ont esté conçeuës, par les industrieux artifices d’une femme de vostre Maison. Afin que vous faisant voir un exemple domestique si pernicieux et dommageable, vous ayez de l’horreur à recevoir des conseils pour limiter mes discours, mes entretiens ; mes paroles ont toujours jusques à présent senti la puérilité de l’aage que j’ai passé, et de là vous avez prins avantage pour l’authorité que vous avez usurpée sur moy. Cela ne m’eust pas esmeu ni irrité, m’estant voulu abaisser pour déférer, comme fils, à la qualité de Mère, sans me prévaloir de celle de Roy, en sorte que ma vie peust être plustost représentée par un exemplaire d’obeïssance, que par rapport d’une Royalle authorité, mais je me suis offensé de voir que mon humilité n’a servi qu’à la ruine de mon Estat. Que depuis la mort de feu le Roy mon Père, il a esté manié par gens factieux, estrangers, et ignorans. Que vous-mesmes (pour battre en ruyne mon légitime pouvoir) y avez introduit un Triumvirat, dont vous faites la première des trois personnes, et les deux autres au scandale de tout mon Royaume et à votre honte (bien que vils, abjects et tirez de l’ordure et des plus puantes latrines de Florence) ont bien l’audace de se rendre compagnons de vos conseils, et esgaux à vous en pouvoir. Je ne dis pas assez, vous n’estes que le marche-pied de leur grandeur : et le porte-malle de leur ambition. Je me tais de ce que je sçai du reste, mes yeux voient à travers les murs, et brillent jusques dans les actions les plus secrettes, mes oreilles oyent le bruict mesmes dans le silence. Il est bien difficile de circonvenir un Roy à divers temps et à plusieurs reprises, mais le mal-heur est pour vous, qu’il ne faut point avoir, ni des yeux, ni des oreilles de Roy pour ces choses28.

11Miracle d’un corps royal ressuscité, autonome et autarcique, rendu à lui-même et débarrassé de toutes ses chaînes : au royaume des Lys, la souveraineté est incompatible avec la forme politique de l’altérité, l’extranéité.

  • 29 Sous la régence de Marie de Médicis, l’éducation du prince revêt une résonance publique lors de « l (...)
  • 30 La Porte met personnellement en garde Anne d’Autriche en usant d’« un exemple bien récent pour sa c (...)
  • 31 Jean de Silhon considère par exemple qu’il aurait dû occuper le poste de précepteur échu à Péréfixe (...)

12En 1645, année du passage aux hommes de Louis XIV, le contexte historique n’est plus le même. Anne d’Autriche cherche à tirer un avantage politique de l’éducation qu’elle entend donner à son propre fils29. Sans doute mesure-t-elle pourtant la difficulté d’y parvenir : les « années Concini » ont laissé des traces dans les mémoires, et Mazarin, comme le favori déchu de Marie de Médicis, est italien. Dans un pays encore marqué par les dissensions civiles, le fait qu’une reine d’origine espagnole accepte les services d’un étranger n’a rien d’anodin30. Mais le parallèle entre Concini et Mazarin s’arrête là. D’abord parce que l’ancien légat du pape devenu cardinal en 1641 a pour lui d’avoir été personnellement désigné par le feu roi comme parrain de son dauphin. Anne d’Autriche aura beau jeu ensuite de tirer avantage de ce choix pour témoigner de sa propre loyauté : devenue régente, elle fait de Mazarin son premier ministre avant de le nommer surintendant à l’éducation de son fils. Cette promotion confère une nouvelle dimension à l’institution princière : pour la première fois cette pratique monarchique demeurée plus ou moins dans l’ombre sous les Bourbons gagne en prestige et en visibilité. Dès la mort de Louis XIII, le préceptorat royal suscite ainsi de nombreuses vocations : le climat d’émulation voire de compétition qui dure durant des mois accrédite l’idée que l’éducation du prince héritier, désormais, est bien devenue une affaire qui intéresse l’État31.

  • 32 Voir Teyssandier 2012, p. 289-312.

13Mazarin est le principal bénéficiaire de cette propagande. À en croire ses thuriféraires, il représente idéalement l’union du pouvoir et du savoir : nul autre que lui n’est donc mieux placé pour enseigner au prince l’art de gouverner. C’est ce que suggère, entre autres exemples, le frontispice du premier volume du Vrai théâtre d’honneur et de chevalerie de Marc Vulson de la Colombière, livre d’apparat à dimension pédagogique paru en 164832 (fig. 2).

Fig. 2 : François Chauveau, Frontispice, gravure sur cuivre à pleine page, dans Vulson de La Colombière, Le vrai théâtre d’honneur et de chevalerie, t. I, 1648, in-fol. Troyes, médiathèque, Patrimoine nn.2.1269.

Fig. 2 : François Chauveau, Frontispice, gravure sur cuivre à pleine page, dans Vulson de La Colombière, Le vrai théâtre d’honneur et de chevalerie, t. I, 1648, in-fol. Troyes, médiathèque, Patrimoine nn.2.1269.

Domaine public

  • 33 Loskoutoff 2007, p. 206-207 et fig. 22.

14Sur une gravure à pleine page signée de François Chauveau, figurent les armes du cardinal fièrement exhibées par Jules César et Minerve. « Il domine sans sévir. Eminet non imminet » peut-on lire sur l’estampe. Le message est limpide : Mazarin dirige les affaires, mais il dirige avec clémence33. Le mythe allégorique symbolisé par Minerve, et la grande Histoire représentée par Jules César, hissent le héros au rang des bienfaiteurs immortels de la patrie. Sa présence tutélaire auprès du jeune roi illumine l’univers : « Voici ce qui brille sur la terre comme au ciel, les faisceaux de l’Empire et les flambeaux de l’empyrée. (Hic quod habet cœlum tellusque videtur, Imperii fasces empireique faces.) »

  • 34 Beaune 1986, p. 300-303.
  • 35 Teyssandier 2008.

15La doctrine de la translatio imperii et studii ad Francos est évidemment au cœur d’un tel dispositif34. Romain d’origine, Mazarin apporte en dot le trésor culturel dont il hérite en rejoignant la France. À la même époque, un certain nombre d’écrivains courtisans s’attardent encore sur le « miracle de Casale », moment sacré scellant l’union d’un diplomate « étranger » devenu français par choix délibéré. C’est le cas, par exemple, de Marin de Gomberville, lui-même candidat au préceptorat dans les années qui suivent le passage aux hommes du jeune roi. En 1646, il adresse ainsi à Louis XIV un livre-galerie abondamment illustré. Dans l’épître dédicatoire de La Doctrine des mœurs tirée de la philosophie des Stoïques représentée en cent tableaux et expliquée en cent discours pour l’instruction de la jeunesse35, l’auteur du célèbre Polexandre revient sur l’engagement personnel de Mazarin. Alors que plus de quinze ans se sont écoulés depuis l’avènement des faits, l’émotion qui accompagne ce souvenir invite à penser qu’il appartient désormais à la légende :

  • 36 Gomberville 2010, p. 15.

C’est pourquoi, je vous supplie très humblement d’agréer que je fasse le choix de cette belle partie, que je remplisse la place qui m’est donnée, de ce qui me touche le plus ; de ce qui me paraît le plus beau ; et que réunissant toutes mes connaissances à celle-là seule qui a pour son objet le bonheur de mon siècle, et le salut de ma patrie ; je ne commence à parler de vous qu’en ce moment fameux où vous avez commencé d’être Français. Que vous me paraissez bien Romain, que vous me paraissez digne du nom que vous portez, quand je vous vois à l’âge de vingt-cinq ans régner souverainement au milieu d’une armée ennemie ; et dans le camp de trente mille Espagnols, faire une si haute et si magnanime déclaration contre l’Espagne. Ce fut alors qu’encore une fois Rome triompha de la plus indomptables des nations. Ce fut alors, MONSEIGNEUR, que vous confondîtes, par la force de votre raisonnement, cette vieille sagesse et cette fine Politique, qui fait nommer un conseil purement humain, un conseil immuable, un conseil éternel ; et que, vous imposâtes à l’Espagne, cette dure loi de se soumettre aux volontés de la France. Je parle d’un chef-d’œuvre que peut-être vous nommez un coup d’essai. Je parle de cette admirable conjoncture qui changea la face de toute l’Europe. Je parle du jour de notre gloire ; du jour de la liberté de l’Italie ; du jour de la délivrance de Casale, du jour que vous nous donnâtes votre cœur, et que vous fîtes voir, en nous sauvant, combien les fleurs de lys y étaient profondément gravées. Nous allions combattre les éléments et les hommes. Nous marchions à la mort aussi certainement qu’à la victoire. Nous devenions les victimes de notre foi et de notre générosité, lorsque vous parûtes hors des retranchements de Casale ; et que par un art d’accommoder les différends qui n’avait jamais été mis en usage, vous nous déclarâtes victorieux avant que nous eussions combattu ; et nous mîtes en possession de tout l’honneur de ces Superbes, qui se font nommer les Dompteurs des nations, et les Maîtres de la mer et de la terre. Vraisemblablement ce miracle devait être la fin de votre action. Il n’en fut toutefois que le commencement. Car nous étions perdus dans notre prospérité, si votre Prudence ne nous eût conservé ce que votre Prudence nous avait acquis. Elle accourut de toute sa force, au secours de notre facilité circonvenue ; et nous tirant des pièges où nous étions tombés, nous fit connaître que les Espagnols ne sont jamais plus à craindre que quand ils sont réduits à la nécessité de recevoir la loi de leurs ennemis36..

  • 37 « Que [mon] âme, créée à l’image de la Trinité, revienne, au sortir de son exil de misère, à son pr (...)

16Conversion par intégration voire par dissolution : Mazarin s’amalgame à la France, offre son altérité en sacrifice et entérine la naissance d’une nouvelle Rome. L’usage prolongé de l’hypotypose assimile l’événement à une expérience mystique : de la même manière que l’âme humaine quitte son enveloppe terrestre pour retourner au Prototype divin en s’unissant à Lui37, Mazarin sort de l’exil et épouse Celle-là même qu’il savait lui être destinée.

  • 38 Ballesdens 2011.

17Diplomatie, douceur, clémence et même amour : ces vertus incarnées ici par le parrain de Louis XIV sont, à la même époque, prêtées au jeune roi dans quelques-uns des ouvrages qui lui sont dédiés. Les Fables d’Ésope, que le secrétaire de Pierre Séguier Jean Ballesdens édite en 1645, par exemple, évoquent sur le mode de la fiction l’arrivée de l’esclave Phrygien à la cour de France38. Celui que moquait l’auteur de La Trompette françoise en affublant Leonora Galigaï du nom de « petite fille d’Ésope », par allusion désobligeante à la noirceur de sa peau et à la bassesse de ses origines, est accueilli par un monarque débonnaire et magnanime :

  • 39 Ibid., épître « Au roi », texte non paginé.

Il est vrai, Sire, que si la Nature et la Fortune lui ont esté contraires en beaucoup de choses ; le Ciel a versé d’ailleurs tant de graces et tant de charmes dans son esprit, que c’est à bon droit que depuis plus de deux mil six cents ans, ses écrits lui ont conservé le Nom et la Qualité de Pedagogue de la Vie et des Mœurs : Et que parmy tant de Langues et tant de Nations, il a esté reconneu pour le Maistre de ceux qui aspirent à la partie la plus importante de la Sagesse. Il a donc grand sujet d’espérer que l’heritier du Nom, du Sceptre et des Vertus de Louys le Juste, ne rejettera pas un pauvre Esclave, qui est Originaire d’un Pays où sont autrefois sortis les Fondateurs du Royaume que vous possédez aujourd’huy si glorieusement ; et qui vient d’une Partie du Monde, qui doit estre quelque jour une de vos Provinces. Vous commencerez par luy à donner la liberté à tant d’Esclaves qui gemissent dans les fers, soubs la tyrannie du plus grand Ennemi du nom Chrestien : Et ce Lyon cruel, qui, comme ce Livre nous fait voir, a tousjours tremblé à la voix du Cocq, ne pourra s’empescher de craindre sa perte plus que jamais, quelque dessein qu’il puisse avoir aujourd’huy d’engloutir tout le Monde, puisque ses Prophetes mesmes ont prédit, que c’est de Louys le Juste, que naistroit ce Sage Roy qui doit faire tourner la rouë sur le meschant et sur l’impie. Veritablement sa crainte ne peut avoir plus de fondement qu’à cette heure, puis qu’il void desja au nombre de vos Subjets, le meilleur esprit de son Empire, qui n’a appris nostre langue que pour la rapporter dans l’Orient, afin d’être le Truchement de votre Gloire, et de l’enseigner à ces Peuples qui se préparent desja de le suivre, pour avoir l’honneur de vous rendre leur foy et hommage. Je luy ay fait voir tant de merveilles dans vostre Cour, que Crœsus qui estoit autrefois le plus riche Roy de l’Asie, comparé à vostre Majesté, ne luy sembleroit plus qu’un petit Prince39.

  • 40 Balsamo 1992, p. 303.

18Après le Romain Mazarin c’est au tour du Phrygien Ésope de se ranger sous la bannière du Très Chrétien. La familiarité dont le jeune Louis fait preuve à l’égard de l’étranger garantit la prudence de son jugement : en s’expatriant, Ésope confère il est vrai un extraordinaire prestige à la langue française, langue du roi et du royaume, dont il reconnaît le caractère universel. Cette scène fictive permet par ailleurs à Ballesdens de réaffirmer le caractère messianique de la monarchie française : Ésope montre la voie aux nations étrangères en réalisant une forme d’assimilation linguistique et politique maîtrisée40.

19Sous la régence d’Anne d’Autriche, d’ailleurs, la propagande royale n’a de cesse de promouvoir l’idée d’un roi fédérateur derrière lequel viendrait se ranger l’univers dans son entier :

Tout ce Peuple Estranger adore sa victoire
En voyant a ses piedz les vices abattus :
Comme il ne conçoit rien de plus grand que sa gloire,
Il vient du bout du Monde adorer ses vertus.

20Ce quatrain encomiastique figure sur le titre frontispice du Panégyrique de Louis Quatorzième de Puget de La Serre, texte vraisemblablement composé en 1655. L’image gravée représente une foule d’ambassadeurs étrangers ravis d’admiration devant un spectacle en tout point fascinant : la Victoire ailée, qui a fait atteler son char triomphal, exhibe le portrait en médaillon du roi des Lys.

21Dans ce contexte apologétique, l’ennemi absolu, l’étranger dans sa forme la plus radicale, est évidemment incarné par le Grand Turc, auquel Jean Boucher, en 1589, comparaît déjà Henri III de Valois, faux roi et vrai tyran d’usurpation :

  • 41 Boucher 2003, p. 63-64.

Au lieu qu’ils pensoient trouver un Roy semblable à ses predecesseurs et à tous les autres Roys François, qui fust doux, courtois et affable, ils perceurent incontinent son orgueil, et le trouverent bien autrement qu’ils ne pensoient : car mesprisant la Noblesse de France, il faisoit mettre des barrieres alentour de luy ; lequel assis, en un tribunal […] vouloit à la mode des Turcs qu’il avait apprise en peu de temps, se rendre un demy Dieu, et sembler que les Princes et Seigneurs du Royaume ne fussent dignes de l’approcher : dont les plus advisez se scandalizerent, et les autres n’y prindrent garde de tant pres ; disant que c’estoient des petites nouveautez qu’il avoit apporté de Poulongne.41

  • 42 « Je vous raconteray ce qu’est escrit parmy les apologues du sage Æsope le François, j’entends Phry (...)
  • 43 En 1643, La Peyrère publie Du Rappel des juifs. L’auteur promeut l’idée d’un roi pasteur et pacific (...)

22Ce monarque mi-turc mi-polonais et si peu « naturel » au dire du ligueur, contrevient aux coutumes monarchiques françaises en maintenant ses courtisans à l’écart. Le contraste est grand avec le jeune Louis XIV qui, à en croire Ballesdens, accepte d’autant mieux le bonhomme Ésope à ses côtés que d’anciennes chroniques, dont le secrétaire Pierre Séguier évoque en passant l’existence, attribuent aux Gaulois des origines troyennes : « un pays où sont autrefois sortis les fondateurs du royaume que vous possédez aujourd’hui si glorieusement42 ». Vision idéalisée d’une monarchie d’autant plus bienveillante à l’égard du parrhésiaste Phrygien que cet esclave « étranger », nouveau fils prodigue, retrouve en la personne du roi de France son Père d’élection43.

23Mais l’irénisme affiché par la propagande ne résiste pas longtemps aux soubresauts de l’Histoire. Durant la Fronde, les accusations portées naguère à l’encontre de Concini visent à son tour le tout-puissant Mazarin :

Saint-Ange : Venons, je te prie au jugement des libelles, et à ceux qui sont de meilleure vente.

  • 44 Naudé 1650, p. 673-674.

Mascurat : […] les meilleurs livres qu’on ait jamais fait contre le Cardinal, j’entends pour la vente, estoient ceux que les ennemis de la France publioient les années passées contre luy, […] ils estoient estudiez et composez à loisir et […] on les vendoit bien cherement […]. Les auteurs du Factum, et de certaines pieces qui ne valent pas mieux, ont voulu faire croire que, le Cardinal estoit Espagnol, avec aussi peu d’apparence comme il y en auroit à changer le jour en nuict, et d’appliquer à un Ange les qualitez d’un Diable44.

24Haute trahison : derrière le héros de Casale se cacherait un espion au service de l’Espagne. Sous la plume du valet de chambre du jeune roi, La Porte, resurgit même l’idée du viol et du blasphème dynastiques. L’année de ses 14 ans, rapporte-t-il dans ses Mémoires, « Le jour de la Saint-Jean » très exactement,

  • 45 [La Porte] 1791, p. 290-291.

[le roi], ayant dîné chez son Eminence, et étant demeuré avec lui jusque vers les sept heures du soir, il m’envoya dire qu’il se vouloit baigner : son bain étant prêt, il arriva tout triste, et j’en connus le sujet sans qu’il fût nécessaire qu’il me le dît : la chose était si terrible, qu’elle me mit dans la plus grande peine où j’aie jamais été ; et je demeurai cinq jours à balancer si je la dirois à la Reine45.

25

Fig. 3 : Gravure sur cuivre à pleine de François Chauveau pour les Douze tableaux du Roy Très Chrestien Louis XIV de Nicolas Lescalopier, 1655, in-4. Lyon, bibliothèque municipale, 417035.

Fig. 3 : Gravure sur cuivre à pleine de François Chauveau pour les Douze tableaux du Roy Très Chrestien Louis XIV de Nicolas Lescalopier, 1655, in-4. Lyon, bibliothèque municipale, 417035.

Domaine public

26La Porte ternit l’image du surintendant à l’éducation du prince en ne révélant pas la faute qu’il ne manque pas, pourtant, de lui attribuer de manière insidieuse. L’absence de description fait ici image : en marge des ouvrages officiels qui célèbrent à grand tirage l’honnêteté et le dévouement de Mazarin – l’un des Douze tableaux du jésuite Nicolas Lescalopier (1655) représente par exemple « Jules Mazarin [recevant] des mains de Louis le Juste le Prince son fils pour le présenter aux sacrés fonds de Baptême » et la planche gravée de François Chauveau qui accompagne ce texte montre le ministre donnant la main au petit roi (fig. 3) –, La Porte exhibe un portrait d’autant plus horrifique qu’il est en partie voilé.

  • 46 Dans le même temps ce discours fait écho à une réalité culturelle et historique : le fait que sexua (...)
  • 47 Jaeger 1991, p. 547-571.
  • 48 Brisson 1998, p. 65-71.
  • 49 Amstutz 2011, p. 222-350 ; Amstutz 2012, p. 26-37.
  • 50 « Le génie néantmoins de la Souveraineté avec lequel ils viennent au monde : ces Esprits fiers et o (...)
  • 51 Platon 1998, p. 104.
  • 52 Outre le fait que l’amitié dite « d’inégalité », « c’est-à-dire du plus grand au plus petit », est (...)

27Tout se passe comme si l’amour, et dans une moindre mesure l’amitié politiques, qui posent l’un et l’autre la question de la familiarité du prince, ne survivaient pas au règne des derniers Valois et au désastre éthique qui accompagne et suit les guerres de Religion. Comme une tache indélébile, la figure de l’étranger en maître et pédagogue masqué refait ainsi son apparition avec, pour corollaire, celle du traître sodomite, de l’Italien bardachon, de l’Espagnol bourjarron. Au-delà de l’attaque personnelle, ce discours sur la sexualité, et plus précisément sur la sodomie, jette le discrédit sur un idéal culturel et politique fondé sur la notion de service46. Il accompagne et entérine la disparation d’une sensibilité qui fut à l’honneur dans la société féodale47. Mais l’accusation de La Porte contrevient aussi à l’idéal civilisateur de la sophia tel que Platon le définit par exemple dans Le Banquet : le prosaïsme trivial se substitue au « mystère » éducatif48. La tradition grecque de la paideia fondée sur la sublimation de la passion amoureuse dans la perspective d’une relation pédagogique régulée est clairement décrédibilisée. Si l’idée d’éducation du prince gagne donc en visibilité dans la première moitié du xviie siècle français, elle enregistre aussi un certain nombre d’évolutions. Elle perd d’abord en crédibilité et en honorabilité, du fait sans doute des multiples accusations portées à l’encontre de la figure du favori49 – en tout « ami », en tout « maître » ou « conseiller » sommeille un usurpateur, un traître aux aguets, un étranger. Elle peine ensuite à s’adapter au mythe monarchique au fur et à mesure que s’affirme une conception absolutiste du pouvoir50. Si apprendre c’est aimer, et si aimer, comme le dit Pausanias dans Le Banquet, c’est « admettre une forme d’esclavage que n’accepterait aucun esclave51 », l’Oint du Seigneur ne peut demeurer longtemps sans déchoir dans une situation d’apprentissage52.

  • 53 Pluvinel 1623 ; Pluvinel 1625.
  • 54 Pluvinel 1625, p. 148.

28La plupart des livres de prestige dédiés à Louis XIV après son passage aux hommes – La Doctrine des mœurs de Marin de Gomberville (1646), L’histoire de France représentée par tableaux du P. Audin (1647), Les triomphes de Louis le Juste de Jean Valdor (1649) – tentent d’ailleurs de dépasser ce paradoxe qui voudrait que Louis « Dieudonné », héros accompli dès sa naissance, puisse pourtant recevoir un enseignement digne de ce nom. Les auteurs de ces ouvrages y parviennent en s’abritant derrière le paravent du « miracle pédagogique » : c’est quasiment dans l’instant, en quelques heures, en quelques jours au plus, que le jeune monarque acquiert un savoir absolu sur les choses et une maîtrise parfaite de lui-même. Les livres attribués posthumes à Antoine de Pluvinel, maître d’équitation de Louis XIII, parus bien après que le fils du Grand Henri eut terminé son éducation, en 1623 et 1625 exactement, constituent déjà un modèle du genre53. Les célèbres gravures de Crispin de Passe le Jeune (1593-1670), qui représentent le prince en sa quatorzième ou quinzième année, traduisent l’idée d’une rencontre consentie entre maître et disciple, suggérant une relation exclusive entre le jeune homme désireux d’apprendre et l’adulte qui lui sert de guide. Pour autant, le texte est aussi le récit d’un prodige : aussitôt après avoir instruit le roi, Pluvinel est « ravi d’étonnement54 », tant il est vrai que l’apprenti devient maître sans effort, presque naturellement en somme.

  • 55 Louis XIV 2007, p. 21-27.

29L’accession au pouvoir de Louis XIV en 1661 marque sans doute un tournant dans l’idée d’éducation du prince. Pour la première fois depuis le règne des Bourbons, le roi en exercice théorise cette pratique et l’oriente. Dans les Mémoires dits « de Louis XIV » par exemple, écrits à la première personne mais composés par plusieurs mains55, la primauté d’un genus monarchique est affirmée : la souveraineté ne procède jamais des autres, fussent-ils excellents maîtres et dévoués pédagogues, elle se décide in petto, sans l’aide de quiconque. Louis XIV soutient ainsi qu’il est devenu roi dans un climat d’hostilité et de suspicion l’ayant conduit à n’accepter de leçons que de Dieu et de lui-même :

  • 56 Ibid., p. 52-53.

Dans ma cour, très peu de fidélité sans intérêt, […] un ministre rétabli malgré tant de factions, très habile, très adroit, qui m’aimait et que j’aimais, qui m’avait rendu de grands services, mais dont les pensées et les manières étaient naturellement très différentes des miennes. […] Je ne laissais pas cependant de m’éprouver en secret et sans confident, raisonnant seul et en moi-même sur tous les événements. […] Enfin quelques années s’étant écoulées de cette sorte, […] mon autorité plus affermie et la mort du cardinal Mazarin m’obligèrent à ne pas différer davantage ce que je souhaitais et que je craignais tout ensemble depuis si longtemps56.

  • 57 Pour A. Jouanna, cette scission est contemporaine de l’accession d’Henri IV à la Couronne : 2013, p (...)

30Altérité radicale entre le monarque et sa cour, mais aussi, ce qui est moins attendu, entre le filleul et son parrain. C’est l’humanité tout entière, finalement, qui devient étrangère au roi, et dont il lui convient de se méfier s’il veut asseoir sur elle son autorité57. Conscient de la puissance que la Fortune exerce sur les actions humaines, Louis XIV jette les bases d’une éducation princière plus pragmatique qu’humaniste en s’octroyant la fonction du magister qui, à défaut de mettre en signes le monde, sait qu’il doit apprendre à le déchiffrer pour le combattre dans la durée :

  • 58 Louis XIV 2007, p. 49, 66 et 114.

Mon fils, beaucoup de raisons, et toutes fort importantes, m’ont fait résoudre à vous laisser, avec assez de travail pour moi, parmi mes occupations les plus grandes, ces Mémoires de mon règne et de mes principales actions. […] Et pour cet art de connaître les hommes, qui vous sera si important […] en toutes les occasions de votre vie, je vous dirai, mon fils, qu’il se peut apprendre, mais qu’il ne se peut enseigner. […] Ces maximes que je vous apprends aujourd’hui, mon fils, ne m’ont été enseignées par personne, parce que mes devanciers ne s’en étaient pas avisés ; mais sachez que l’avantage que vous avez d’en être instruit de si bonne heure tournera quelque jour à votre confusion, si vous n’en savez profiter58.

  • 59 Senellart 1995, p. 191-192 ; 224-229.
  • 60 Ibid., p. 225.

31Si « leçon » il y a ici, elle procède à l’évidence du tacitisme politique et des analyses de Machiavel sur la raison d’État et l’exercice du pouvoir59. Selon Michel Senellart, « c’est [d’ailleurs] ce postulat platonicien, d’après lequel l’action, pour s’orienter, doit se conformer à un modèle préétabli, que Machiavel rejette absolument. Il n’y a pas de norme universelle de la virtù, parce que son domaine est celui, instable, en perpétuelle mutation, des choses soumises au mouvement du temps60».

  • 61 Bossuet 1967, t. II, art. I, 7e prop., p. 52.

32Les Mémoires de Louis XIV, d’une certaine manière, illustrent cette conception nouvelle : savoir lutter contre les aléas de la Fortune ne peut relever stricto sensu d’un enseignement. Tout en contestant l’efficacité supposée d’une instruction prodiguée par un tiers, par un étranger ou un « extérieur », le roi affirme la prééminence de « l’empire paternel61 ». Et de fait, les maîtres qu’il choisit bientôt pour diriger l’éducation de son fils, Montausier et Bossuet, nommés respectivement gouverneur et précepteur du dauphin Louis, n’ont ensuite de cesse de prôner l’imitation du père et de promouvoir une pédagogie fondée non pas sur la complicité mais sur l’autorité :

  • 62 Bossuet 1909-1929, t. II, p. 150-151.

Au reste, si nous prenons de toute l’histoire de nos rois des exemples pour la vie et pour les mœurs, nous ne proposons que le seul Saint Louis comme le modèle d’un roi parfait. Personne ne lui conteste la gloire de la sainteté ; mais après l’avoir fait paraître vaillant, ferme, juste, magnifique, grand dans la paix et dans la guerre, nous montrons, en découvrant les motifs de ses actions et de ses desseins, qu’il a été très habile dans le gouvernement des affaires. C’est de lui que nous tirons la plus grande gloire de l’auguste Maison de France, dont le principal honneur est de trouver tout ensemble dans celui à qui elle doit son origine, un parfait modèle pour les mœurs, un excellent maître pour leur apprendre à régner et un intercesseur assuré auprès de Dieu. Après Saint Louis, nous lui proposons les actions de Louis le Grand et cette histoire vivante qui se passe à nos yeux : l’État affermi par de bonnes lois, les finances bien ordonnées, toutes les fraudes qu’on y faisait découvertes, la discipline militaire établie avec autant de prudence que d’autorité ; ces magasins, ces nouveaux moyens d’assiéger les places et de conduire les armées en toute saison ; le courage invincible des chefs et des soldats, l’impétuosité naturelle de la nation soutenue d’une fermeté et d’une constance extraordinaire ; cette ferme croyance qu’ont tous les Français, que rien ne leur est impossible sous un si grand roi, et enfin le Roi même qui vaut tout seul une grande armée : la force, la suite, le secret impénétrable de ses conseils, et ces ressorts cachés dont l’artifice ne se découvre que par les effets qui surprennent toujours, les ennemis confus et dans l’épouvante, les alliés fidèlement défendus ; la paix donnée à l’Europe à des conditions équitables après une victoire assurée ; enfin cet incroyable attachement à défendre la religion, cette envie de l’accroître, et ces efforts continuels de parvenir à tout ce qu’il y a de plus grand et de meilleur. Voilà ce que nous remarquons dans le père et ce que nous recommandons au fils d’imiter de tout son pouvoir.62 

  • 63 Ferreyrolles 2008, p. 187.
  • 64 Ibid., p. 152.
  • 65 Ibid., p. 154.

33Valorisation de l’action humaine régie par des principes d’ordre et de vigueur, priorité à l’histoire sur la fiction, nécessité sociale d’éduquer le prince afin qu’à son exemple la nation tout entière s’amende et se convertisse : Bossuet justifie la primauté du gouvernement monarchique au nom d’une nature royale posée comme ontologiquement spécifique63. Il substitue à l’idée d’altérité celle de l’imitation paternelle : dévotion au Créateur, Père du ciel et de la terre, à Saint Louis, père des rois Bourbons et évidemment à Louis XIV, père du royaume. Dans un tel contexte, le sentiment d’appartenance nationale est inextricablement lié à l’histoire de la Faute originelle64 ; la figure de l’étranger, de celui qui est en dehors du groupe, à l’extérieur de la communauté, de celui qui porte avec lui « la passion de l’indépendance65 », incarne alors et sans aucun doute une forme de menace.

  • 66 Jaeger 1964, p. 238.
  • 67 Credo humaniste : « Plutarque aime mieux que nous le vantions de son jugement, que de son savoir : (...)

34Aussi est-ce surtout par la fiction que l’idée d’altérité se perpétue, en conformité plus ou moins étroite avec la conception d’une paideia grecque qui fonde son efficace non pas sur l’imitation paternelle par obéissance consentie mais sur l’accomplissement de soi dans une démarche désirante qui tient à la fois du geste heuristique et agonistique66. Quand Bossuet et Montausier s’attachent à diriger l’action du prince, La Fontaine et Fénelon envisagent l’éducation dans une perspective philosophique qui soumet l’action à la méditation. Les Fables choisies mises en vers, parues chez Barbin en 1668, constituent ainsi une forme d’initiation à la pratique poétique, entendue au sens de quête herméneutique, d’appréhension du monde et de pratique de soi. La forme même de l’apologue permet au poète d’engager une réflexion sur l’altérité : pour Socrate, autre figure tutélaire et silénique de ces Fables choisies, comme pour le continuateur d’Ésope qu’est La Fontaine, l’éducation constitue un phénomène de compensation qui résulte non pas de la conscience douloureuse de la Faute mais d’un désir indocile de complétude et de dépassement. Aussi ne peut-elle faire l’économie de l’autre dans sa différence. De la même manière que le centaure, créature pédagogique par excellence, est double, à la fois homme et bête, La Fontaine travaille la forme duelle de la fable – « L’apologue est composé de deux parties, dont on peut appeler l’une le corps, l’autre l’âme. Le corps est la fable ; l’âme, la moralité » –, ce qui le conduit à envisager conjointement humanité et bestialité, enfance et maturité : « Quand Prométhée voulut former l’homme, il prit la qualité dominante de chaque bête : de ces pièces si différentes il composa notre espèce ; il fit cet ouvrage qu’on appelle le Petit-Monde. » Un texte comme « Le singe et le dauphin » est à ce titre emblématique : le poète joue évidemment sur le double sens du mot « dauphin », mais si sa fable doit se lire comme une réécriture du mythe d’Arion, elle fait surtout du prince dédicataire le spectateur de sa propre victoire, celle de la sagesse sur l’ignorance, de l’évidence sur la ressemblance. Le dauphin professe moins un savoir qu’il n’exerce son jugement en découvrant la vérité de la fausse parole67, établissant une distinction nette entre altérité endogène et altérité radicale :

  • 68 La Fontaine 1668, livre IV, fable 7, p. 165.

Le Dauphin rit, tourne la teste,
Et le Magot considéré,
Il s’aperçoit qu’il n’a tiré
Du fond des eaux rien qu’une beste.
Il l’y replonge, et va trouver
Quelque homme afin de le sauver68.

  • 69 Ibid., texte non paginé.
  • 70 Garin 1968, p. 99-105.
  • 71 Montaigne plaide pour une « continuelle exercitation de l’âme » : I, 24 : Montaigne 2002, t. I, p.  (...)
  • 72 Teyssandier 2009, p. 51-52.

35La fable fait ainsi écho à toutes les histoires du recueil mettant en scène des attelages grotesques, du geai à deux pieds en passant par le loup devenu berger. En se chargeant de sauver un être vivant et de l’installer sur son dos, le dauphin accepte l’altérité au nom de cette vérité supérieure qu’est l’amour, forme quintessenciée de la relation pédagogique. Mais pour que deux asymétries se rencontrent et s’aiment, il faut nécessairement que l’une et l’autre forment un « tempérament69 », c’est-à-dire qu’elles s’accommodent. Dans ces conditions, l’« animal fort ami […] de notre espèce » qu’est le dauphin ne peut demeurer longtemps la dupe d’une « bête » qui, s’abritant derrière le bouclier de la « ressemblance », prétend « singer » l’humanité. Pour l’auteur des Fables choisies, comme d’ailleurs pour les humanistes de la Renaissance70, l’éducation est sympathie, confrontation, rencontre libératoire d’alter à ego71. Au fil du temps, une forme de « colloque » s’instaure ainsi entre un poète pédagogue voire psychagogue et le prince dédicataire, dialogue que La Fontaine prolonge, approfondit et même personnalise de fable en fable : le livre XII de son recueil, ultime massif dédié au duc de Bourgogne, relève à certains égards du testament72.

  • 73 Grosperrin 2010, p. 173-199.
  • 74 Fénelon 1995, p. 360-361.
  • 75 Principe pédagogique par excellence : Margerie 1980, p. 218. Fénelon engage cette question de la co (...)

36D’une certaine manière, Fénelon poursuit sur la voie du « sentiment » lorsqu’il compose pour Bourgogne, son élève, Les aventures de Télémaque. Contrairement aux Mémoires de Louis XIV, livre d’esprit machiavélique et d’humeur flegmatique, le Télémaque est marqué du sceau de la nostalgie73. Aussi la perspective éducative s’en trouve-t-elle fortement modifiée : pour tenter de pallier les manques ontologiques inhérents à sa nature royale, Mentor conseille à Télémaque de s’extirper de ces hauteurs mortifères dans lesquelles le prince cherchait à se maintenir pour mieux s’isoler, et d’accepter de descendre dans l’humanité, pour vivre sa propre humanité. La logique qui prévaut à la réalisation de l’ethos royal ne relève plus d’un phénomène d’ascension mais d’abaissement. À ce titre, le père véritable de Télémaque n’est peut-être pas Ulysse, pas même cet Ulysse moralisé qu’évoque Diomède74, c’est le Christ qui s’est incarné et qui a souffert au milieu des autres avant de s’offrir lui-même en sacrifice. Le principe chrysostomien de la sunkatabasis divine ou condescendance, prôné par Bossuet lorsqu’il s’adresse aux prédicateurs, accompagne chez Fénelon une forme d’expérience de la déréliction qui engage la question même de la nature royale75.

37Toute une littérature pédagogique fictionnelle entérine ainsi la condamnation d’un « monisme » monarchique glorifiant, ce qui la conduit à assimiler le corps du « prince » à celui la communauté humaine :

  • 76 Voir Marivaux 1988, p. 527-528.

[Les grands seigneurs] meurent de même, sans compter que la fortune se joue de leurs biens, de leurs honneurs, que leur famille s’éteint ou s’éclipse ; n’y a-t-il pas une infinité de races, et des plus illustres, qu’on a perdu de vue, que la nature a continuées, mais que la fortune a quittées, et dont les descendants méconnus rampent apparemment dans la foule, labourent ou mendient, pendant que de nouvelles races sorties de la poussière, font aujourd’hui les fières et les superbes, et s’éclipseront aussi, pour faire à leur tour places à d’autres, un peu plus tôt ou un peu plus tard ? C’est un cercle de vicissitudes qui enveloppe tout le monde, c’est partout misères communes76.

38Ces lignes de Marivaux qui clôturent le dialogue sur L’éducation du prince (1754) font écho au premier des Trois discours sur la condition des grands, conte pédagogique dans lequel Pascal cherchait à prouver qu’il n’est de prince véritable qu’étranger en son pays :

  • 77 « Discours de feu M. Pascal sur la condition des Grands », dans Nicole 1670, p. 272-273.

Un homme est jetté par la tempeste dans une isle inconnuë dont les habitans estoient en peine de trouver leur Roy qui s’estoit perdu, et, ayant beaucoup de ressemblance de corps et de visage avec ce Roy, il est pris pour luy […] et il se laiss[e] traiter de roi. Mais, comme il ne pouvoit oublier sa condition naturelle, il songeoit, en mesme temps qu’il recevoit ces respects, qu’il n’estoit pas ce Roy que ce peuple cherchoit, et que ce Royaume ne lui appartenoit pas. Ainsi il avoit une double pensée, l’une par laquelle il agissoit en Roy, l’autre par laquelle il reconnaissoit son état veritable, et que ce n’estoit que le hazard qui l’avoit mis en la place où il estoit : il cachoit ceste derniere pensée, et il découvroit l’autre77.

  • 78 « La poétique des aventures […] opacifie à plaisir l’image même d’Ulysse », Grosperrin 2010, p. 199
  • 79 Fénelon 1995, p. 173. Souffrir est bien la condition du héros, c’est encore ce qu’avance Le Moyne d (...)
  • 80 Grosperrin 1994, p. 45-58.
  • 81 Fénelon 1995, p. 388.
  • 82 Sur la vertu politique du « désintéressement » chez Fénelon, voir Le Brun 2009, p. 200.
  • 83 Goyet 2001, p. 163.
  • 84 Au xviiie siècle, le secret d’État est très fortement critiqué tant d’un point de vue moral que pol (...)
  • 85 Viala 2010, p. 119-130.

39Secousse tellurique : dans le roman de Fénelon, Ulysse, l’incarnation paternelle de la mètis, perd son statut absolu de modèle78. Au dire du « vieillard Théophane », le jeune prince pourrait même, une fois parvenu au terme de son éducation, lui servir d’exemple : « Ô Télémaque, tes travaux surpassent ceux de ton père79. » La prophétie du prêtre de Jupiter traduit l’idée très peu orthodoxe sous le règne de Louis le Grand d’un roi devenu grand à la mesure du petit héros qu’il fut80 : « Il hésitait, il faisait deux pas, et revenait incontinent pour alléguer à Mentor quelque nouvelle raison de différer81 » peut-on lire à la toute fin du récit. Au terme de son périple, et après que Minerve l’eut quitté, Télémaque consent à l’idée de souveraineté en se rendant simplement disponible à son peuple82. Les deux chefs-d’œuvre de la littérature ad usum Delphini du xviie siècle français, l’un composé sur le mode de la gaîté, l’autre sur celui de la gravité, se rejoignent ainsi dans l’idée que régner c’est prendre le risque de l’autre en renonçant à la victoire, à l’ostentation, à l’éclat de la perfection. La raison d’État, « prudence qui a médité les tourmentes politico-religieuses du [xvie] siècle, et qui en a tiré les leçons83 », est reléguée au second plan84, tandis que la question du monarque d’élection devient centrale85.

  • 86 « [Le nom] a passé sans distinction à tous ceux qui prennent l’air et les manières de gens de quali (...)
  • 87 Puget de La Serre, s. d., p. 6.
  • 88 Dubost 2001, p. 55-66.
  • 89 Dans le Panégyrique de Louis quatorzième, Puget de La Serre traduit en français l’épître d’Ascanio (...)
  • 90 Morel-Fatio 1901, p. 145-186 ; Collet Sedola 1994, p. 27 ; Collet Sedola 1993, p. 39-50 ; Bingen 19 (...)

40La figure de l’étranger participe bien de la représentation de l’éducation du prince au xviie siècle. Sa présence est manifeste durant les régences de Marie de Médicis et d’Anne d’Autriche, périodes où Concini et Mazarin occupent des fonctions publiques. La catégorie « étranger » est alors volontiers instrumentalisée par le pouvoir. L’Italien Concini incarne pour un temps le bouc émissaire idéal : le 24 avril 1617, le « petit-maître86 » italien est détrôné par l’Hercule gaulois qui, à seize ans, affirme par le glaive sa capacité à gouverner par lui-même. Symboliquement, la Florentine Marie de Médicis doit elle-même quitter le Louvre. Avant et après les heures sombres de la Fronde, Mazarin s’emploie pour sa part à entrer dans la légende : par ses talents diplomatiques, il contribue à préserver les frontières de la nation France contre les ennemis, par ses origines romaines, « cet illustre étranger [qui] a porté si haut sa fidélité au-dessus des plus fidèles sujets87 » apporte en dot le trésor d’une Antiquité renouvelée. Dans les deux cas l’étranger sert de faire-valoir. Son éviction du royaume ou sa présence à la cour renforce le sentiment national dans le cadre d’une exaltation de l’État monarchique88 – « l’amour ou la haine qu’on a pour vous nous fait connoistre les bons ou les mauvais Français », lit-on par exemple dans l’épître à Mazarin ouvrant le Panégyrique de Louis Quatorzième de Puget de La Serre89 (fig. 4). Ainsi les querelles ethnico-linguistiques qui émaillent les deux régences du siècle sont révélatrices des tensions voire des haines suscitées par l’altérité sur la scène politique et culturelle : César Oudin (1560 ?-1625), traducteur du Don Quichotte, et Ambrosio de Salazar (1575-1643), espagnol originaire de Murcie, se disputent l’enseignement de Louis XIII avant que le Français Claude Dupuis Des Roziers et Simón Deza Sotomayor, sévillan de la suite d’Anne d’Autriche, rivalisent d’autorité pour séduire les curieux de la nouvelle cour90.

41

Fig. 4 : Gravure sur cuivre à pleine page non signée pour l’illustration du Panégyrique de Louis Quatorzième de Puget de La Serre, s. l. n. d., in-fol. Paris, Bibliothèque nationale de France, Fol-LB37-3260 (ark :/12148/bpt6k1187096).

Fig. 4 : Gravure sur cuivre à pleine page non signée pour l’illustration du Panégyrique de Louis Quatorzième de Puget de La Serre, s. l. n. d., in-fol. Paris, Bibliothèque nationale de France, Fol-LB37-3260 (ark :/12148/bpt6k1187096).

Domaine public

  • 91 Quantin 2008, p. 42.
  • 92 Le modèle paternel participe évidemment de l’éducation du prince dans la première moitié du siècle. (...)
  • 93 « All’Eminentissimo Signor Cardinale Mazarino », dans Puget de La Serre, non paginé.
  • 94 Jaeger 1964, p. 31-32 et p. 238.
  • 95 Principe largement acquis au xviiie siècle par les théoriciens de l’institution du prince : Hilliar (...)
  • 96 Luciani et Volpilhac-Auger 2003.
  • 97 Au xiie siècle, la suprématie du spirituel participe encore de la définition de la res publica, mêm (...)
  • 98 « Le programme princier se contente désormais d’être la meilleure application possible d’idées qui (...)
  • 99 Et à la figure emblématique du duc Bourgogne – sa mort idéale donnant « à voir en sa personne la pa (...)

42Le règne de Louis XIV, d’une certaine façon, participe d’une réévaluation de la figure de l’étranger : la mise en place du programme éducatif destiné à diriger l’action du dauphin Louis avant même son passage aux hommes, programme sous-tendu par une « véritable politique de la langue, exaltant l’ordre et la règle contre les périls de l’ambiguïté et de l’altération91 », participe de son effacement partiel. Sa présence au sein de l’appareil éducatif, d’une part, est en régression. Pour ce qui est de l’enseignement ad usum Delphini ensuite, la fidélité au modèle paternel et à l’autorité qui en émane, l’emporte sur toutes autres valeurs92. Symbole de la domination du français sur la scène culturelle : Ascanio Amalteo (1630-1689), au service de Mazarin comme traducteur et interprète, qui collabore au Panégyrique de Louis Quatorzième de Puget de La Serre93 et compose une description en vers italiens du ballet des Noces de Thétis et de Pelée (1654), rentre en Italie en 1666 – l’Ercole amante de Cavalli, commandé par Mazarin à l’occasion du mariage de Louis XIV et donné à la cour en 1662 est un échec, le public français se plaint de la longueur de l’œuvre et de la difficulté à comprendre la langue. Dans ce contexte d’hégémonie linguistique française, la fiction littéraire confère pourtant à l’étranger une nouvelle visibilité. Le modèle de l’ipséité fondé sur l’imitation paternelle est battu en brèche par un idéal pédagogique valorisant l’altérité et la sensibilité. Sans doute ces fictions allégoriques d’inspiration plus ou moins « grecques » que sont les Fables choisies de La Fontaine et le Télémaque de Fénelon contribuèrent-elles à infléchir la représentation du prince apprenti. Toutes deux, de manière bien différente il est vrai, entérinent sa dénaturation éthique : le prince est invité à emprunter d’autres voies que celles, frayées par une tradition héroïque multiséculaire, de l’honneur du sang et de ses gloires. D’une certaine manière, c’est en expérimentant l’étrangeté et en mettant à distance l’idéal de l’arété noble94 que le prince apprend à régner, apprend à aimer. Mais un tel décentrement, dans sa version mondaine ou chrétienne, n’est pas sans conséquence sur la pratique même de l’institution princière : si, comme le laissent entendre Pascal et Marivaux, la nature dynastique ne suffit plus vraiment à distinguer l’héritier du royaume du reste de l’humanité95, comment justifier qu’il puisse et doive bénéficier d’une éducation spécifique ? À cette objection, le xviiie siècle répond par la nécessité pragmatique : apprendre à bien gouverner, c’est l’apanage de tous les gouvernants, a fortiori celui des princes96. Tandis que le xviie siècle soumet encore l’idée d’éducation à la question de la nature du prince, l’émergence, au siècle des Lumières, d’une science politique autonome et publique97 confère donc surtout de l’importance à sa fonction98. Autant dire qu’à bien des égards le « prince » en tant que spécificité théologico-éthique ne survit guère au règne de Louis XIV99 : après s’être patiemment appliquée à découvrir et à sonder son humanité, la littérature ad usum Delphini cesse de s’intéresser à lui en tant que tel, faute de croire encore à sa réalité ontologique.

Sassier Yves, 2002, Royauté et idéologie au Moyen Âge : Bas-Empire, monde franc, France (ive-xiisiècle), Paris, Armand Colin.

Haut de page

Bibliographie

Amstutz Delphine, 2011, « Mécène et Séjan. Sur la figure du favori au xviie siècle », xviie siècle, 251, p. 222-350.

Amstutz Delphine, 2012, « Comment penser l’amitié royale à l’âge classique ? », Seventeenth-Century French Studies, vol. 34, n° 1, p. 26-37.

Ballesdens Jean, 2011, Les fables d’Ésope Phrygien, Reims, Épure.

Balsamo Jean, 1992, La rencontre des Muses : italianisme et anti-italianisme dans les lettres françaises de la fin du xvie siècle, Genève/Paris, Slatkine.

Beaune Colette, 1986, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard.

Biblioteque imaginaire de livrets, lettres et discours imaginaires, 1615, s. l.

Bingen Nicole, 1987, Le maître italien (1510-1660), Bruxelles, Émile Van Balberghe.

Blanchard Joël et Mühlethaler Jean-Claude, 2002, Écriture et pouvoir à l’aube des temps modernes, Paris, PUF.

Bontemps Claude et al., 1965, Le prince dans la France des xvie et xviie siècles, Paris, PUF.

Bossuet Jacques Bénigne, 1909-1929, Correspondance, éd. Ch. Urbain et F. Levesque, Paris, Hachette, 15 vol.

Bossuet Jacques Bénigne, 1967 [1709], Politique tirée des propres paroles de l’Écriture sainte, éd. J. Le Brun, Genève, Droz.

Bossuet Jacques Bénigne, 2002, « Sur le style, et la lecture des Pères de l’Église pour former un orateur », éd. J.- Ph. Grosperrin, Littératures classiques, n° 46, p. 221-229.

Boucher Jean, 2003 [1589], La vie et faits notables de Henry de Valois [1589], éd. par Keith Cameron, Paris, Honoré Champion.

Brisson Luc, 1998, « Introduction » dans Platon, Le Banquet, éd. L. Brisson, Paris, Garnier-Flammarion, p. 11-74.

Bury Richard de, 2001 [1473], Philobiblion. Excellent traité sur l’amour des livres, trad. Br. Vincent, Paris, Parangon.

Catel Thibault, Fournial Céline et Petit Adrienne (dir.), 2012, Maîtres et élèves de la Renaissance aux Lumières [en ligne], actes du colloque (Centre d’étude de la langue et de la littérature françaises des xviie et xviiie siècles, Université de Paris-Sorbonne, 16 juin 2012), <http://www.cellf.paris-sorbonne.fr/sites/default/files/articles/texte_59.pdf>.

Collet Sedola Sabina, 1993, « L’origine de la didactique de l’espagnol en France. L’apport des grammairiens espagnols exilés (1600-1650) », Histoire Épistémologie Langage, n° 15, p. 39-50.

Collet Sedola Sabina, 1994, « La Didactique de l’espagnol en France (2e partie du xviie siècle) », dans Jeanine Stolidi (dir.), Recherches en linguistique hispanique, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, p. 25-29.

Cosandey Fanny, 2000, La reine de France : symbole et pouvoir, Paris, Gallimard.

Dornier Carole, 2016, « Secret, espionnage et politique des Modernes chez Montesquieu », dans Gevrey Fr., Lévrier A. et Teyssandier B. (dir.), Éthique, poétique et esthétique du secret de l’Ancien Régime à l’époque contemporaine, Louvain, Peeters, p. 56-79.

Dubost Jean -François, 2001, « Les étrangers à la cour de France : de la polémique à l’évaluation numérique 1615-1630 », dans Grell Ch. et Malettke Kl. (dir.), Société de cour et courtisans dans l’Europe de l’époque moderne (xve-xviiie), Münster/Londres, LIT Verlag, p. 55-66.

Dubost Jean -François, 2009, Marie de Médicis : la reine dévoilée, Paris, Payot.

[Du Perron], 1622, Les diverses œuvres de l’Illustrissime cardinal Du Perron […], Paris, impr. Antoine Estiene.

Érasme, 1992, Éloge de la folie, Adages […], éd. Cl. Blum, A. Godin, J.-Cl. Margolin et D. Ménager, Paris, Robert Laffont.

Fanlo Jean-Raymond, 1991, « Enthousiasme et colère dans les livres II et III des Tragiques », Cahiers Textuel, n° 9, p. 79-89.

Fénelon, 1995 [1699], Les aventures de Télémaque, éd. J. Le Brun, Paris, Gallimard.

Ferreyrolles Gérard, 2008, « Bossuet politique », dans Ferreyrolles G., Guion B., Quantin J.-L., Bossuet, Paris, PUPS, p. 151-195.

Foa Jérémie et Mellet Paul-Alexis (dir.), 2012, Le bruit des armes : mises en formes et désinformations en Europe pendant les guerres de Religion, Paris, Honoré Champion.

Förköli Gabor, 2012, « L’honnêteté, “fondement de l’excellent prince” : l’éducation du souverain selon Jean de Silhon » [en ligne], dans Catel 2012, p. 40-51.

Garin Eugenio, 1968, L’éducation de l’homme moderne : la pédagogie de la Renaissance 1400-1600, trad. J. Humbert, Paris, Fayard.

Le Roy de Gomberville Marin, 2010 [1646], La doctrine des mœurs, éd. B. Teyssandier, Paris, Klincksieck.

Goyet Francis, 1995, « Introduction », dans Longin, Traité du sublime, éd. F. Goyet, trad. Boileau, Paris, Librairie générale française, p. 5-60.

Goyet Francis, 2001, « La prudence : entre sublime et raison d’État », dans Cogitore I. et Goyet F. (dir.), Devenir roi. Essais sur la littérature adressée au Prince, Grenoble, Ellug, p. 163-178.

Grosperrin Jean-Philippe, 1994, « Héros avec petit troupeau. La fiction pastorale dans le Télémaque de Fénelon », Littératures, n° 31, p. 45-58.

Grosperrin Jean-Philippe, 2010, « Le Télémaque, ou la nostalgie », Littératures classiques, n° 70, p. 173-199.

Grosperrin Jean-Philippe (éd.), 2002, dans Bossuet 2002.

[Héroard Jean], 1989 [1601-1628], Journal de Jean Héroard, éd. M. Foisil, Paris, Fayard, 2 vol.

Hilliard d’Auberteuil Michel-René, 1784, Des mœurs, de la puissance, du courage et des lois, considérés relativement à l’éducation d’un prince, Bruxelles et Paris.

Jaeger C. Stephen, 1991, « L’amour des rois : structure sociale d’une forme de sensibilité aristocratique », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, no 3, p. 547-571.

Jaeger Werner, 1964, Paideia : la formation de l’homme grec, trad. A. et S. Devyver, Paris, Gallimard.

Jouanna Arlette, 1989, Le devoir de révolte : la noblesse française et la gestation de l’État moderne, 1559-1661, Paris, Fayard.

Jouanna Arlette, 2013, Le pouvoir absolu : naissance de l’imaginaire politique de la royauté, Paris, Gallimard.

Krynen Jacques, 1993, L’empire du roi : idées et croyances politiques en France xiiie-xve siècle, Paris, Gallimard.

La Fontaine Jean de, 1668, Fables choisies mises en vers […], Paris, Claude Barbin.

La Peyrere Isaac de, 2012 [1643], Du rappel des juifs, éd. Fausto Parente, trad. M. Anquetil-Auletta, Paris, Honoré Champion.

[La Porte], Mémoires de M. de La Porte […], Paris, Volland, 1791.

Le Brun, Jacques, 2009, Le pouvoir d’abdiquer : essai sur la déchéance volontaire, Paris, Gallimard.

Le Moyne Pierre, 1658, « Traité du poème héroïque », dans Saint-Louys ou la sainte couronne reconquise […], Paris, Augustin Courbé.

L’Estoile Pierre de, 1982 [1610-1611], Mémoires-Journaux 1574-1611, t. XI, Paris, Taillandier.

Loskoutoff Yvan, 2007, Rome des Césars, Rome des papes : la propagande du cardinal Mazarin, Paris, H. Champion.

Louis XIV, 2007, Mémoires […], éd. J. Cornette, Paris, Taillandier.

Luciani Gérard et Volpilhac-Auger Catherine (dir.), 2003, L’institution du prince au xviiie siècle, actes du huitième colloque franco-italien des Sociétés française et italienne d’étude du xviiie siècle (Grenoble, octobre 1999), Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du xviiie siècle.

Margerie Bertrand de, 1980, « Saint Jean Chrysostome, docteur de la condescendance biblique », dans Introduction à l’histoire de l’exégèse, vol. 1, Les pères grecs et orientaux, Paris, Éditions du Cerf, p. 214-239.

Marivaux, Pierre Carlet de Chamblain de, 1988, Journaux et Œuvres diverses, éd. Fr. Deloffre et M. Gilot, Paris, Garnier.

Marivaux, Pierre Carlet de Chamblain de, 1995 [1739], Le petit-maître corrigé, éd. Fr. Deloffre, Genève, Droz.

Mirabeau, 1785, Entretiens d’un jeune prince avec son gouverneur, Londres-Paris, Moutard.

Montaigne Michel de, 2002 [1580], Essais, éd. J. Céard, Paris, Librairie générale française, 3 vol.

Morel-Fatio Alfred, 1901, Ambrosio de Salazar et l’étude de l’espagnol en France sous Louis XIII, Paris-Toulouse, Alphonse Picard et fils-Édouard Privat.

Naudé, Gabriel, [1650], Jugement de tout ce qui a esté imprimé contre le cardinal Mazarin, depuis le sixième janvier, jusques à la déclaration du premier avril mil six cens quarante-neuf, s. l. n. d. [Paris, Sébastien Cramoisy].

Nicole Pierre, 1670, De l’éducation d’un prince, divisée en trois parties […], Paris, Veuve Charles Savreux.

[Périsse Pierre], 1615, La sanglante chemise de Henri le Grand, s. l.

[Philostrate], 1614, Les images, ou Tableaux de plate peinture de Philostrate, sophiste grec, mis en français par Blaise de Vigenère, Paris, Vve A. L’Angelier et Vve M. Guillemot.

Platon, 1998, Le Banquet, éd. L. Brisson, Paris, Garnier-Flammarion.

Pluvinel Antoine de, 1623, Maneige royal, où l’on peut remarquer le défaut et la perfection du chevalier en tous les exercices de cet art digne des princes, fait et pratiqué en l’instruction du Roy […], Paris, G. Le Noir.

Pluvinel Antoine de, 1625, L’instruction du roy en l’exercice de monter à cheval […], Paris, M. Nivelle.

Puget de La Serre Jean, s. d., Panégyrique de Louis quatorziesme, roy de France et de Navarre, s. l.

Quantin Jean-Louis, 2008, « Bossuet en son temps », dans Ferreyrolles G., Guion B., et Quantin J.-L., Bossuet, Paris, PUPS, p. 27-94.

Rabelais François, Quart livre, 1962 [1552], éd. P. Jourda, Paris, Garnier.

Raviez François, 2003, « Pour un tombeau du duc de Bourgogne : un Saint Louis des Lumières dans les Mémoires de Saint-Simon », dans Luciani et Volpilhac-Auger 2003, p. 203.

Relation exacte de tout ce qui s’est passé à la mort du Mareschal d’Ancre, dans Nouvelle collection des Mémoires pour servir à l’histoire de France, 1837, éd. J.-Fr. Michaud et J.-J.Fr. Poujoulat, Paris, Éditeur du commentaire analytique du Code civil.

Le roy hors de page. À la royne mère, 1617, s. l., s. n.

Le roi hors de page et autres textes : une anthologie, 2012, éd. B. Teyssandier, Reims, Épure.

Saint-Simon, 1996 [1746], « Parallèle des trois premiers rois Bourbon », dans Traités politiques, éd. Y. Coirault, Paris, Gallimard.

Sassier Yves, 2004, Structures du pouvoir, royauté et res publica : France ixe-xiie siècle, [recueil d’articles], Rouen, Publications de l’université de Rouen.

Schoenecker Aurore, 2012, « Enseigner et apprendre l’espagnol en France au xviie siècle », dans Catel 2012, p. 14-29.

Senellart Michel, 1995, Les arts de gouverner : Du regimen médiéval au concept de gouvernement, Paris, Seuil.

Silhon Jean de, 2002 [1661], De la certitude des connaissances humaines, éd. Christian Nadeau, Paris, Fayard.

Teyssandier Bernard, 2008, La morale par l’image : La Doctrine des mœurs dans la vie et l’œuvre de Gomberville, Paris, Honoré Champion.

Teyssandier Bernard, « Ésope, quel modèle pour le prince ? », Le Fablier, 2009, no 20, p. 37-52.

Teyssandier Bernard, 2012, « Vulson de la Colombière lecteur de manuscrits médiévaux : de l’usage politique d’une mémoire », dans Quéruel D. (dir.), Mémoires arthuriennes, actes du colloque (Troyes, 24-26 mars 2011), Troyes/Paris, Médiathèque du Grand Troyes/Presses de la Renaissance, p. 289-312.

Teyssandier Bernard, 2014, « Culture de l’imprimé et pratiques manuscrites dans l’éducation du prince à l’âge classique », dans Holtz Gr. (dir.), Nouveaux aspects de la culture de l’imprimé : questions et perspectives, xve-xviie siècles, Genève, Droz, p. 231-247.

Les triomphes de Louis le Juste, XIII du nom, roy de France et de Navarre […], 1649, Paris, impr. Ant. Estienne.

La trompette françoise, ou réveille-matin aux Parisiens, pour venger l’assassinat commis par le commandement du marquis d’Ancre, le 19 de juin, 1616, s. l., s. n.

Viala Alain, 2010, « Le monarque d’élection », Littératures classiques, no 70, p. 119-130.

Haut de page

Notes

1 Principe affirmé notamment lors de l’élection d’Hugues Capet au xe siècle : Krynen 1993, p. 11-16. Sur la combinaison de l’hérédité et de l’élection, Sassier 2004, p. 63-70.

2 Fondement universel de la félicité humaine pour les pédagogues humanistes – , De pueris, Érasme 1992, p. 497 – dont se réclame par exemple Budé dans son Institution du prince : « De ces biens dessusdictz qui viennent de grace divine vous estes grandement obligé à Dieu, non seulement d’en rendre grace, mais aussi d’en bien user au salut de vous et de vos subjectz. Or pour satisfaire à ceste obligation en tout ou partie, vous est besoing avec le bon entendement que vous avez et avec la grande facilité de concepvoir ce que vous oyez ou lisez, d’acquérir prudence par doctrine telle que ung si grant prince comme vous peult acquérir par honneur. En ce faisant vous augmenterez et enrichirez les biens que nature vous a donnez à mesure comble par une libéralité dont elle ne use pas souvent mesmement es personne des grans princes », Bontemps 1965, p. 84.

3 Senellart 1995, p. 51. Blanchard et Mühlethaler 2002, p. 7-32.

4 Bossuet 1909-1929, t. II (1677-1683), p. 135.

5 Sur la fixation institutionnelle de la majorité royale par l’ordonnance de Charles V rendue en août 1374, lue et publiée au parlement de Paris le 21 mai 1375, voir Krynen 1993, p. 140-141.

6 Voir Teyssandier 2014, p. 231-247.

7 Saint-Simon 1996, p. 1014.

8 Cosandey 2000, p. 14 et p. 19.

9 Gilles Souvré et David Rivault de Fleurance, respectivement son gouverneur et son précepteur, demeurent à son service.

10 La Biblioteque imaginaire de livrets, lettres et discours imaginaires, libelle paru en 1615, évoque ironiquement un ouvrage ayant pour titre : « La majorité feinte et imaginaire des Roys de France, à l’entree du quatorzieme an de leur aage, auquel plus que jamais ils ont besoin de conseil et conduite : bien que l’establissement de ladicte majorité soit à bonne fin, et pour eviter à plus grands inconvenients : compilee par le feu Sieur du Haillan, Secretaire de l’histoire de France », p. 4. L’ouvrage fictif fait référence à l’historiographe Bernard de Girard mort en 1610.

11 Louis XIII souffre de « phénomènes diarrhéiques douloureux et mortifiants » : « il est au lit et à la chambre pendant près d’un mois et demi en octobre-novembre 1616 », Héroard 1989, t. I, p. 312.

12 Foa et Mellet 2012.

13 Voir ici même la contribution de Yann Rodier, « L’imaginaire de la xénophobie d’État ».

14 Dubost 2009, p. 475-520.

15 Fanlo 1991, p. 85.

16 De l’italien bardascia, prostitué (Dictionnaire Littré)

17 Autre forme du terme, « bougeron » : bougre, sodomite.

18 Âne.

19 La trompette françoise, 1616, p. 3-4, 8-9, 10-12, 14-16. L’ouvrage paraît à nouveau en 1619 chez Fleury Bourriquant.

20 Ibid., p. 8.

21 Héroard 1989, t. II, p. 2419.

22 La chambre du roi, par laquelle il faut passer pour accéder à la petite galerie, puis de là, à la grande.

23 Héroard 1989, t. II, p. 2419.

24 Voir Relation exacte de tout ce qui s’est passé à la mort du Mareschal d’Ancre, 1837, vol. 5, p. 463.

25 On pourra se reporter, à titre d’exemple, à La sanglante chemise, libelle écrit sous la forme d’une prosopopée puisque le feu roi Henri y prend la parole : « Mon fils, mon très-cher cœur, esveillez-vous, prenez pitié du sang de votre pere, il est encor tout chaud et distillant. Voyez cette chemise qui en est toute trempee : la France la pleure, vos parens la vengent. Hé ? pour Dieu, ne demeurez stupide à cette juste et saincte demande : Ne soyez ingrat envers vostre père, et vous souvenez que son sang crie vengeance devant Dieu », [Périsse] 1615, p. 6.

26 Voir l’édition annotée du texte : Le Roi hors de page 2012, p. 109-128.

27 Ce vieux mot, emprunté à l’ancien français, plaira à La Fontaine : 1668, livre IV, fable 11, v. 1-2.

28 Le roi hors de page 2012, p. 4-5 ; 6-7.

29 Sous la régence de Marie de Médicis, l’éducation du prince revêt une résonance publique lors de « l’affaire des Yveteaux » : en 1611, la reine congédie le précepteur choisi par Henri IV, voir Dubost 2009, p. 466-467. Pierre de L’Estoile explique cette disgrâce en arguant du fait que le poète aurait médit du maréchal d’Ancre : « M. Le Fèvre, fait précepteur ; Desyveteaux, que le roy aimoit, a son congé, en ce mois de juillet 1611. Il avoit babillé, mesme du marquis D’Ancre, ainsi qu’on disoit ; mais que si le roy pouvoit une fois estre majeur, il leur donneroit des gens en teste, qui auroient plume et poil », L’Estoile 1982, p. 133.

30 La Porte met personnellement en garde Anne d’Autriche en usant d’« un exemple bien récent pour sa conduite, savoir, celui de la Reine mère, Marie de Médicis, et du maréchal d’Ancre », [La Porte] 1791, p. 227-228.

31 Jean de Silhon considère par exemple qu’il aurait dû occuper le poste de précepteur échu à Péréfixe si Mazarin n’avait pas considéré qu’il serait plus utile à ses côtés : Archives des Affaires étrangères, Mémoires et documents, France 876, fos 350-351r°. Voir Förköli 2012, p. 40-51.

32 Voir Teyssandier 2012, p. 289-312.

33 Loskoutoff 2007, p. 206-207 et fig. 22.

34 Beaune 1986, p. 300-303.

35 Teyssandier 2008.

36 Gomberville 2010, p. 15.

37 « Que [mon] âme, créée à l’image de la Trinité, revienne, au sortir de son exil de misère, à son prototype primitif, et qu’il lui soit concédé la vue perpétuelle de sa face féconde, au nom de Notre Seigneur Jésus-Christ. Amen », Bury 2001, p. 124-125.

38 Ballesdens 2011.

39 Ibid., épître « Au roi », texte non paginé.

40 Balsamo 1992, p. 303.

41 Boucher 2003, p. 63-64.

42 « Je vous raconteray ce qu’est escrit parmy les apologues du sage Æsope le François, j’entends Phrygien et Troian, comme l’affirme Max. Planudes ; duquel peuple, selon les plus veridiques chroniqueurs, sont les nobles François descenduz », Rabelais 1962, p. 15.

43 En 1643, La Peyrère publie Du Rappel des juifs. L’auteur promeut l’idée d’un roi pasteur et pacificateur : à la fin des temps le Très Chrétien reconduit le peuple élu converti sur la terre promise.

44 Naudé 1650, p. 673-674.

45 [La Porte] 1791, p. 290-291.

46 Dans le même temps ce discours fait écho à une réalité culturelle et historique : le fait que sexualité et éducation aient parfois été liées dans la Grèce antique. Sur paiderastía et paideia, voir Brisson 1998, p. 57-65.

47 Jaeger 1991, p. 547-571.

48 Brisson 1998, p. 65-71.

49 Amstutz 2011, p. 222-350 ; Amstutz 2012, p. 26-37.

50 « Le génie néantmoins de la Souveraineté avec lequel ils viennent au monde : ces Esprits fiers et orgueilleux qu’elle inspire d’ordinaire, et cette haute opinion de soy-mesme qu’elle communique ne permettent pas que les Princes souffrent volontiers d’estre instruits en la sagesse, ny qu’ils ayent des Supérieurs en un Art, où le droit des gens veut qu’ils excellent », Silhon 2002, p. 105.

51 Platon 1998, p. 104.

52 Outre le fait que l’amitié dite « d’inégalité », « c’est-à-dire du plus grand au plus petit », est jugée moins « ferme » et « assurée » par les moralistes que l’amitié « de pareil à pareil » : [Du Perron] 1622, p. 804-805.

53 Pluvinel 1623 ; Pluvinel 1625.

54 Pluvinel 1625, p. 148.

55 Louis XIV 2007, p. 21-27.

56 Ibid., p. 52-53.

57 Pour A. Jouanna, cette scission est contemporaine de l’accession d’Henri IV à la Couronne : 2013, p. 304-305.

58 Louis XIV 2007, p. 49, 66 et 114.

59 Senellart 1995, p. 191-192 ; 224-229.

60 Ibid., p. 225.

61 Bossuet 1967, t. II, art. I, 7e prop., p. 52.

62 Bossuet 1909-1929, t. II, p. 150-151.

63 Ferreyrolles 2008, p. 187.

64 Ibid., p. 152.

65 Ibid., p. 154.

66 Jaeger 1964, p. 238.

67 Credo humaniste : « Plutarque aime mieux que nous le vantions de son jugement, que de son savoir : il aime mieux nous laisser désir de soi que satiété », Montaigne 2002, t. I, p. 279.

68 La Fontaine 1668, livre IV, fable 7, p. 165.

69 Ibid., texte non paginé.

70 Garin 1968, p. 99-105.

71 Montaigne plaide pour une « continuelle exercitation de l’âme » : I, 24 : Montaigne 2002, t. I, p. 256 et 246.

72 Teyssandier 2009, p. 51-52.

73 Grosperrin 2010, p. 173-199.

74 Fénelon 1995, p. 360-361.

75 Principe pédagogique par excellence : Margerie 1980, p. 218. Fénelon engage cette question de la condescendance en proportionnant la grandeur royale à la petitesse de ses sujets. En revanche, Bossuet (qui recommande les « Homélies sur la Genèse » de Chrysostome dans son Traité sur le style, et la lecture des Pères de l’Église pour former un orateur, voir Grosperrin 2002, p. 221-229) ne cesse de défendre l’idée d’une nature royale dans la perspective d’une action victorieuse sur le Mal : malgré la Chute, le roi demeure ainsi parmi tous les autres hommes la plus vive image du Dieu créateur, c’est d’ailleurs sur son « modèle que Dieu est représenté lorsqu’on célèbre sa grandeur, sa majesté et le trône de sa gloire », voir Ferreyrolles 2008, p. 192.

76 Voir Marivaux 1988, p. 527-528.

77 « Discours de feu M. Pascal sur la condition des Grands », dans Nicole 1670, p. 272-273.

78 « La poétique des aventures […] opacifie à plaisir l’image même d’Ulysse », Grosperrin 2010, p. 199.

79 Fénelon 1995, p. 173. Souffrir est bien la condition du héros, c’est encore ce qu’avance Le Moyne dans la préface de son Saint Louis : « On se trompe donc, de se persuader que le propre fait des Heros soit d’abattre et de massacrer […]. Les justes et les legitimes ennemis du Heros sont les malheurs, les adversitez, les mauvaises fortunes : et c’est contre ces ennemis là qu’il a besoin de tout son courage, qu’il luy faut déployer toute sa force », dans Le Moyne 1658, non paginé. Fénelon souscrit à cette définition, mais il ne fait pas pour autant de son « héros » un victorieux.

80 Grosperrin 1994, p. 45-58.

81 Fénelon 1995, p. 388.

82 Sur la vertu politique du « désintéressement » chez Fénelon, voir Le Brun 2009, p. 200.

83 Goyet 2001, p. 163.

84 Au xviiie siècle, le secret d’État est très fortement critiqué tant d’un point de vue moral que politique : voir Dornier 2015, p. 56-79.

85 Viala 2010, p. 119-130.

86 « [Le nom] a passé sans distinction à tous ceux qui prennent l’air et les manières de gens de qualité […], qui décident de tout souverainement », Furetière, Dictionnaire universel. Mais à la fin du xviie siècle le petit-maître désigne aussi un mignon avec toutes les connotations négatives que véhicule alors le mot : voir l’édition du Petit-Maître corrigé dans Marivaux 1995.

87 Puget de La Serre, s. d., p. 6.

88 Dubost 2001, p. 55-66.

89 Dans le Panégyrique de Louis quatorzième, Puget de La Serre traduit en français l’épître d’Ascanio Amalteo écrite en italien, « All’Eminentissimo Signor Cardinale Mazarino » : « L’amore o l’odio que per lei si pessa havere ci fa conoscere e i buoni e i perversi Francesi ».

90 Morel-Fatio 1901, p. 145-186 ; Collet Sedola 1994, p. 27 ; Collet Sedola 1993, p. 39-50 ; Bingen 1987. Remerciements à Aurore Schoenecker pour ces indications bibliographiques. En attendant la soutenance de sa thèse de doctorat, voir son article : Schoenecker 2012, p. 14-29.

91 Quantin 2008, p. 42.

92 Le modèle paternel participe évidemment de l’éducation du prince dans la première moitié du siècle. En témoignent, entre autres exemples, le frontispice de Jaspar Isaac pour les Images de Philostrate dans l’édition parisienne de 1614 traduite par Vigenère, et Les triomphes de Louis le Juste, ouvrage paru sous la direction de Jean Valdor en 1649. Mais dans ces cas précis, la question de l’obéissance à un roi en exercice ne se pose pas : l’admiration au père relève d’un phénomène de commémoration puisque Henri IV et Louis XIII sont morts au moment où leurs héritiers bénéficient d’un enseignement.

93 « All’Eminentissimo Signor Cardinale Mazarino », dans Puget de La Serre, non paginé.

94 Jaeger 1964, p. 31-32 et p. 238.

95 Principe largement acquis au xviiie siècle par les théoriciens de l’institution du prince : Hilliard d’Auberteuil 1784 ; Mirabeau 1785.

96 Luciani et Volpilhac-Auger 2003.

97 Au xiie siècle, la suprématie du spirituel participe encore de la définition de la res publica, même si le processus vers une forme d’autonomie de l’État par rapport à la tutelle de l’Église est en marche : Sassier 2002, p. 248 et suivantes.

98 « Le programme princier se contente désormais d’être la meilleure application possible d’idées qui règnent, au lieu d’être orgueilleusement proposé à l’imitation d’une société dont les sujets les plus nobles participeraient de la perfection royale en lui renvoyant son image », Volpilhac-Auger 2003.

99 Et à la figure emblématique du duc Bourgogne – sa mort idéale donnant « à voir en sa personne la part sacrée du monarque et, au-delà (ou en-deçà ?), de tout homme ». Voir Raviez 2003.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Le marquis d’Ancre parlant en maître, gravure anonyme sur bois, non signée. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des estampes, Qb.1 (1615-1617).
Crédits Domaine public
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13782/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 2 : François Chauveau, Frontispice, gravure sur cuivre à pleine page, dans Vulson de La Colombière, Le vrai théâtre d’honneur et de chevalerie, t. I, 1648, in-fol. Troyes, médiathèque, Patrimoine nn.2.1269.
Crédits Domaine public
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13782/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 3 : Gravure sur cuivre à pleine de François Chauveau pour les Douze tableaux du Roy Très Chrestien Louis XIV de Nicolas Lescalopier, 1655, in-4. Lyon, bibliothèque municipale, 417035.
Crédits Domaine public
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13782/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 4 : Gravure sur cuivre à pleine page non signée pour l’illustration du Panégyrique de Louis Quatorzième de Puget de La Serre, s. l. n. d., in-fol. Paris, Bibliothèque nationale de France, Fol-LB37-3260 (ark :/12148/bpt6k1187096).
Crédits Domaine public
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13782/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Teyssandier, « Étrangetés éducatives : figures de l’altérité dans l’institution des princes Bourbons au Grand Siècle », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2016, mis en ligne le 28 juillet 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://crcv.revues.org/13782 ; DOI : 10.4000/crcv.13782

Haut de page

Auteur

Bernard Teyssandier

Université de Reims Champagne-Ardenne. Bernard Teyssandier, agrégé de lettres modernes et docteur ès lettres est maître de conférences en littérature française du xviie siècle à l’université de Reims. Spécialiste des moralistes et du livre illustré, il édite en 2008 L’avis pour dresser une bibliothèque (1627) de Gabriel Naudé et, en collaboration avec Jean-Marc Chatelain (BnF, Réserve des livres rares), dirige un numéro spécial de la revue Littératures classiques consacré à « L’idée des bibliothèques » (2008). Depuis la parution de sa thèse (La morale par l’image : La Doctrine des mœurs dans la vie et l’œuvre de Gomberville, Paris, H. Champion, 2008), il a consacré plusieurs travaux à l’éducation du prince au xviie siècle et à ses représentations : de nombreux articles, des directions d’ouvrages (Jean Ballesdens, Les Fables d’Ésope Phrygien [1646], Reims, Épure, 2011 ; Le Roi hors de page et autres textes. Une anthologie, Reims, Épure, 2012), une édition critique (Jean Héroard, De l’institution du prince [1609], Paris, Hermann, 2013). Il dirige la collection « Héritages critiques » (Université de Reims, CRIMEL EA 3311). Avec Patrick Dandrey (Paris-Sorbonne), il est membre du comité de lecture des Bibliothèques des littératures classiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org