Navigation – Plan du site
2016

« J’ay esté bien aise d’aprendre que vous soyez content du caractère de Mr Verrier »

Étienne Verrier (1683-1747), ingénieur du roi en Nouvelle-France, à travers sa correspondance
“I am delighted to learn that you are happy with the character of Mr Verrier.” From the letters of Étienne Verrier (1683–1747), engineer to the king in New France
Sandrine Chabre

Résumés

Étienne Verrier, ingénieur du roi, œuvra à la grandeur de la France dans les colonies d’Amérique en travaillant à la construction de la forteresse de Louisbourg sur l’Île Royale de 1724 à 1745. Au plus près de l’homme et de l’ingénieur, l’étude de l’importante correspondance qu’il échangea avec l’administration royale et les autorités locales permet d’apporter un éclairage nouveau sur divers aspects de sa vie personnelle, mais aussi sur les conditions de vie sur le chantier, ses ambitions professionnelles ou encore la transmission de ses connaissances.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Chabre 2015.
  • 2 Dictionnaire de l’Académie françoise… 1694, s. v. « ingénieur ».

1Étienne Verrier, né le 4 janvier 1683 à Aix-en Provence, fils du sculpteur provençal Christophe Veyrier et de son épouse Marguerite Ferran, fut l’un des ingénieurs les plus importants de la première moitié du xviiie siècle dans les vastes colonies françaises d’Amérique du Nord1. Après avoir fait son apprentissage auprès de Claude Masse à La Rochelle et vogué jusqu’en mer de Chine pour dresser les cartes de l’île de Poulo-Condor au large de l’actuel Vietnam, il devient en 1724, à l’âge de 40 ans, le premier ingénieur en chef sédentaire à Louisbourg en Nouvelle-France. Il y sera, durant une vingtaine d’années, « celuy qui invente, qui trace et qui conduit des travaux et des ouvrages pour l’attaque ou pour la défense des places2 ».

  • 3 Orgeix, Charbonneau et Lafrance 2002 ; Orgeix 2007 ; Lane Jonah 2009 et 2015.
  • 4 Thorpe 1974.

2Étienne Verrier occupe, en tant qu’ingénieur en chef, le poste le plus important pour tout ce qui concerne la défense de la nouvelle forteresse établie sur l’île du Cap-Breton. Il est placé sous les ordres du secrétaire d’État de la Marine et des Colonies Jean-Frédéric Phélypeaux, comte de Maurepas : il doit fournir à l’administration royale des rapports sur l’avancée des travaux qui dépendent de son autorité et relater les événements qui pourraient les ralentir ou les empêcher. Les nombreux courriers qu’il échange avec Versailles fournissent, outre ce qui concerne la construction des bâtiments militaires, de nombreux détails sur la personnalité des hauts fonctionnaires locaux, leur vie quotidienne et familiale ainsi que sur leurs relations professionnelles ou privées. Ils nous éclairent sur le mode de vie en Nouvelle-France dans la première moitié du xviiie siècle mais abordent également la manière dont Verrier travaille à la formation de ses fils au métier d’ingénieur. L’histoire des fortifications de l’île Royale, de l’établissement des premiers colons à la mise en œuvre des constructions est bien connue, notamment grâce aux travaux d’Anne Marie Lane Jonah ou d’Émilie d’Orgeix pour les plus récents3. Pour ce qui concerne Étienne Verrier, nous pouvons toutefois citer la notice biographique de Frederick J. Thorpe dans le Dictionnaire biographique du Canada qui évoque les principaux aspects de sa carrière d’ingénieur4. Aborder l’histoire de Louisbourg à travers la correspondance entre l’ingénieur et son ministère de rattachement ou les autorités locales de 1724 à 1745 permet de déplacer l’angle de vue et d’appréhender la réalité quotidienne d’un chantier de construction de grande ampleur dans les colonies françaises, mais également de découvrir l’homme qui se cache derrière l’ingénieur.

Fig. 1 : Vue actuelle de Louisbourg, île du Cap-Breton, Nouvelle-Écosse (Canada).

Fig. 1 : Vue actuelle de Louisbourg, île du Cap-Breton, Nouvelle-Écosse (Canada).

Photo : © Parcs Canada

Étienne Verrier à travers les écrits de Maurepas, Saint-Ovide et De Mezy

3Ce que nous connaissons du caractère et de la personnalité d’Étienne Verrier est assez succinct. Nous le devons bien sûr à ses propres lettres mais aussi et surtout à la description qu’en font trois personnages importants de son entourage professionnel : Jean-Frédéric Phélypeaux, comte de Maurepas et secrétaire d’État de la Marine et des Colonies de 1723 à 1749, Joseph de Monbeton de Brouillan, dit Saint-Ovide, gouverneur de l’île Royale de 1717 à 1739, et Jacques-Ange Le Normant de Mézy, commissaire de la marine et ordonnateur à l’île Royale de 1727 à 1733.

  • 5 ANOM COL C11C16, no 6, partie 15, fo 4, Mémoire du Roi, 9 mai 1724.
  • 6 ANOM COL B47, p. 1243-1244, lettre de Maurepas à Saint-Ovide et de Mézy, 9 mai 1724.
  • 7 ANOM COL B47, p. 1239-1241, lettre de Maurepas à Verrier, 9 mai 1724.

4Lorsque Étienne Verrier est nommé ingénieur en chef sédentaire à Louisbourg au début du mois de mai 1724, des lettres sont expédiées pour prévenir toutes les personnes concernées par cette affectation : Jean-François de Verville, son prédécesseur, Saint-Ovide et de Mézy en tant que représentants de l’autorité royale à Louisbourg, François de Beauharnais de La Boëche, intendant de la marine à Rochefort, le maréchal d’Asfeld, directeur général des fortifications de terre et de mer, ou encore le sieur de Conteneuil, commandant de la frégate La Victoire sur laquelle Verrier doit faire sa première traversée. Dès les premiers courriers provenant de Versailles, une lettre de Maurepas adressée à Saint-Ovide et de Mézy et un mémoire du roi qui contient les ordres pour la gestion et le développement de l’île Royale, Verrier est défini comme « un bon sujet et capable5 ». On assure même qu’il est « d’un caractère paisible et liant6 ». Le roi recommande au gouverneur et à l’ordonnateur de faire tout leur possible pour faciliter l’intégration et la prise de fonction de l’ingénieur. De la même manière, Verrier reçoit un courrier lui indiquant que le roi approuve sa bonne volonté pour aller servir dans les colonies et qu’il trouvera certainement les sieurs de Saint-Ovide et de Mézy « très disposés à entretenir de leur part une bonne intelligence7 ».

  • 8 ANOM COL B46, p. 488, lettre de Maurepas à Beauharnais, 23 mai 1724.

5De Verville, quant à lui, est chargé d’accompagner son confrère jusqu’à Louisbourg afin de l’informer des travaux en cours et des projets à venir pour qu’il puisse se mettre au travail dès que le temps le permettra. Les deux ingénieurs embarquent entre le 23 et le 30 mai 1724 sur la frégate La Victoire, pour un voyage qui dure entre un mois et demi et deux mois. Ils y seront logés « convenablement et de façon qu’ils puissent travailler pendant la traversée8 ».

6L’intégration du nouvel ingénieur au sein de la toute jeune ville de Louisbourg se fait sans difficulté. Dès le 25 juillet 1725, Maurepas écrit à Saint-Ovide :

  • 9 ANOM COL B48, p. 934, lettre de Maurepas à Saint-Ovide, 25 juillet 1725.

J’ay esté bien aise d’aprendre que vous soyez content du caractère de Mr Verrier. Je vous recommande de bien vivre avec luy afin qu’il ne se dégoûte point car il est difficile de trouver de bons ingénieurs et d’un esprit liant qui veulent aller servir dans les colonies9.

  • 10 Lane Jonah 2015 et Thorpe 1969.

7Maurepas souligne la difficulté qu’il éprouve à trouver des ingénieurs désireux de servir dans les colonies. Rappelons que, si les appointements sont légèrement plus élevés dans ces contrées lointaines, les conditions de travail et de vie y sont souvent plus pénibles. Ces ingénieurs sont confrontés à de nombreuses difficultés, parmi lesquelles la méconnaissance du territoire, l’adaptation au climat, la cohabitation plus ou moins difficile avec les populations locales et le partage du pouvoir qui peut provoquer des tensions durables en raison de la lenteur d’acheminement des courriers et des ordres venant de métropole. À Louisbourg, la nécessité d’avoir à disposition un ingénieur « sédentaire » se fait sentir depuis plusieurs années. Lorsque les travaux ont débuté, en 1714, aucun n’était en poste. De Verville, nommé directeur des fortifications de l’île Royale en 1715, n’est arrivé que dans le courant 1716. Encore n’est-il pas véritablement installé puisqu’il n’est sur place que durant la belle saison et rentre en métropole chaque hiver. Dans ces conditions, l’expansion de la ville et la construction des défenses ne se sont pas faites aussi rapidement que Versailles le souhaite. Durant les huit ans de son mandat à Louisbourg, de Verville a conçu un premier plan d’urbanisation de la cité ainsi qu’un premier rempart de fortification, mais il s’est régulièrement heurté au dénigrement dont il est l’objet de la part, entre autres, du gouverneur de l’île, Saint-Ovide10.

  • 11 Pothier 1974.
  • 12 Mathieu 2001.
  • 13 ANOM COL C11B7, fo 185v°-186, lettre de Saint-Ovide à Maurepas, 14 novembre 1725.

8Ce dernier, qui est à l’origine de l’établissement de Louisbourg en 1713, a organisé avec succès la vie de la colonie dans les premières années de son mandat11. Chargé principalement de ce qui concerne les relations extérieures et de la question militaire, il partage désormais la gestion de la colonie avec de Mézy, le commissaire ordonnateur en charge de l’administration des fonds, des vivres, munitions, ainsi que de la police particulière. Cette répartition des pouvoirs entre deux hommes est, comme dans d’autres villes coloniales, fréquemment source de conflits12. À l’arrivée de Verrier, Saint-Ovide semble conquis : en réponse à la lettre de Maurepas du 25 juillet 1725, et plus précisément à la recommandation de vivre en bonne intelligence avec le nouvel ingénieur, il écrit qu’il n’a « nulle peine à exécuter ses ordres à ce sujet, n’ayant trouvé personne de plus aisé et facile à vivre que luy, remply de zèle et d’affection pour le bien du service, y allant au devant en toute occasion ». Il ajoute : « gens de ce caractère me conviendront toujours de façon à n’avoir jamais de démélez avec eux13 ».

  • 14 ANOM COL C11B7, fo 331v°, lettre de Verrier à Maurepas, 16 décembre 1725.
  • 15 ANOM COL C11B18, fo 283, lettre de Verrier à Maurepas, 10 novembre 1736.
  • 16 ANOM COL B68, fo 345v°, lettre de Maurepas à Verrier, 26 mai 1739.

9L’application et le « zèle » d’Étienne Verrier seront souvent mis en avant au cours des vingt années de son séjour en Nouvelle-France. Lui-même s’en sert comme argument, justification ou moyen de négociation lorsqu’il demande des grâces à l’administration royale. Dès le 16 décembre 1725, un an et demi après sa prise de fonction, il écrit à Maurepas : « mon zelle et ma probité redoubleront tant que j’auray l’honneur de servir le Roy14 ». Dix ans plus tard, le 10 novembre 1736, après avoir demandé plusieurs faveurs au secrétaire d’État à la Marine (une augmentation d’appointements, une promotion pour ses fils, l’autorisation de passer en France pour aller rendre visite à sa famille, etc.), il déclare : « Je demande bien des grâces à la fois mais j’espère qu’elles me seront accordées, ce qui redoublera mon zèle et mes obligations15. » Maurepas utilise cette même expression, courante dans l’écriture épistolaire du xviiie siècle, pour s’assurer de son sérieux et de la bonne marche du chantier. En 1739, il demande à Verrier de reporter son passage en France en raison de l’arrivée des nouveaux gouverneur et administrateur. Par une simple phrase : « Je présume assés de votre zèle pour être persuadé qu’ils n’auront que de bons témoignages à me rendre de vous16 », il s’assure les bonnes grâces de son ingénieur envers les deux nouveaux représentants du pouvoir royal. S’il est clair que Verrier est connu et reconnu pour son ardeur au travail et sa droiture, il est cependant indispensable de garder à l’esprit que ces lettres et rapports sont des documents officiels, rédigés selon les codes en usage.

10Au fil du temps, Verrier prend de plus en plus d’assurance et, après dix ans passés à servir le roi dans les colonies d’Amérique, il n’hésite pas à faire valoir son infaillible fidélité quand il s’agit de justifier quelque « erreur » commise dans les estimations de coûts des travaux de la ville. Ainsi, le 6 novembre 1734, suite à une mauvaise estimation de la valeur de sa maison personnelle, sur laquelle nous reviendrons, il écrit à Maurepas afin de s’en excuser. Il conclut ainsi :

  • 17 ANOM COL C11B16, fos 190v°-191, lettre de Verrier à Maurepas, 6 novembre 1734.

Je suis net et libre mais sy par malheur votre grandeur n’est pas satisfaitte de mes services après dix ans de travail et d’application, je la supplie très humblement de me permettre de me retirer (avec mon fils qui a esté mis dans le corps des ingénieurs cette année) pour aller partager les lauriers avec nos camarades17.

11C’est la première fois que Verrier évoque l’éventualité de se retirer… Il n’en sera plus question avant une dizaine d’années.

L’aventure du quotidien

12Hormis son travail d’ingénieur et l’avancée des travaux de construction et de fortification de Louisbourg, il est un sujet qui revient régulièrement dans la correspondance officielle : la vie de famille de l’ingénieur en chef, particulièrement les difficultés auxquelles il est confronté dans la gestion à distance de ses affaires. Père de dix enfants nés entre 1709 et 1724, il est en charge d’une famille nombreuse, dont la plupart des membres sont restés vivre à La Rochelle. Parmi eux, cinq fils dont au moins trois deviendront ingénieurs militaires comme leur père – deux feront l’apprentissage de leur profession auprès de lui à Louisbourg : Philippe Pierre Étienne, né en 1714, et Claude Étienne Césaire, né en 1716.

  • 18 AD 17, État-civil, La Rochelle, paroisse Notre-Dame, baptêmes 1712-1725, 14 août 1716.
  • 19 En outre, nous pensons que Claude Etienne est probablement le « fils cadet » mentionné dans de nomb (...)

13Lors de l’affectation d’Étienne Verrier sur l’île Royale en mai 1724 et dans les lettres que nous avons déjà citées se glissent quelques mentions intéressantes. On sait par exemple qu’il embarque deux tonneaux de fret et que le reste de ses meubles et provisions, deux tonneaux et demi de cargaison, seront chargés sur la frégate Le Héros. Plus important, nous apprenons aussi que, dès son premier voyage, un de ses fils l’accompagne mais, comme il n’a pas donné la liste des personnes qu’il emmène avec lui, il n’apparaît pas sur la liste des passagers de la frégate La Victoire. Bien que son prénom ne soit jamais mentionné, en recoupant les informations données dans ces lettres, nous pouvons déduire qu’il s’agit de son fils aîné, Philippe Pierre Étienne, couramment appelé « Verrier fils » ou « Étienne Verrier fils », né le 29 juin 1714 à La Rochelle. La plupart des ouvrages et autres biographies l’évoquant mentionnent plutôt Claude Étienne Césaire, mais, le 2 décembre 1730, l’ingénieur précise dans une lettre adressée à Maurepas que son fils est âgé de 17 ans. Or, Claude Étienne Césaire est né en 1716, et n’a par conséquent que 14 ans18. Il ne peut être le fils parti avec lui à bord de La Victoire19.

14La lettre que Maurepas envoie à Étienne Verrier juste avant sa première traversée est à ce propos riche de renseignements. Il écrit :

  • 20 ANOM COL B47, p. 1260, lettre de Maurepas à Verrier, 30 mai 1724.

Lorsque vous serez arrivé à Louisbourg, vous vous arrangerez avec Mr de Mezy pour le logement qui pourra vous convenir. Je crois que vous ferez bien de mener votre fils avec vous. Je seray ravy de trouver les occasions de luy fere plaisir et je feray en sorte de luy fere accorder l’année prochaine quelques appointements20.

  • 21 Orgeix 2007.
  • 22 ANOM COL C11B8, fo 113, lettre de Verrier à Maurepas, 10 octobre 1726.
  • 23 Pierre-Jérôme Boucher (Normandie, vers 1688-Louisbourg, 3 juillet 1753) : après avoir fait son appr (...)
  • 24 ANOM COL C11B10, fos 139v°-140, lettre de Verrier à Maurepas, 13 novembre 1728.

15Le choix d’Étienne Verrier d’emmener son fils avec lui n’est en effet pas anodin et, avant même leur départ, Maurepas n’ignore rien de ses ambitions professionnelles ni de ses prétentions financières. Dès le début de sa carrière en Nouvelle-France, une des principales préoccupations de l’ingénieur de Louisbourg est d’influer autant que possible pour procurer de l’avancement à son fils aîné. La formation sur le terrain des futurs ingénieurs dans un cadre familial est courante jusqu’au milieu du xviiie siècle. Environ un tiers des ingénieurs militaires actifs sous les règnes de Louis XIV et Louis XV sont fils, petit-fils ou neveu d’ingénieur21. Il en sera de même pour les Verrier. Dès le 16 octobre 1726, alors que Philippe Pierre Étienne était tout juste âgé de 12 ans, il en a informé Maurepas : « Je ne négligeray rien pour son éducation, je l’instruiray comme père et comme maître afin que l’un et l’autre puissions mériter la continuation de vos bonnes grâces22 ». Deux ans plus tard, il s’est adjoint Pierre-Jérôme Boucher, sous-ingénieur à Louisbourg, afin de parfaire la formation de son fils23, lui apprendre notamment à lever les cartes : Verrier pense qu’il est pour cela le maître idéal car, « outre que ses ouvrages sont faits avec beaucoup de méthode, la justesse s’y trouve avec toute l’exactitude possible24 ».

16Le 2 décembre 1730, il demande un brevet de lieutenant pour son fils – qui a donc 17 ans et déjà au moins quatre ans de formation au métier d’ingénieur derrière lui – et réclame pour lui une augmentation d’appointement qui le mette au niveau des ingénieurs ordinaires de France. Saint-Ovide se porte caution de son application, et la reconnaissance est accordée par lettre retour du 10 juillet 1731. Étienne Verrier ne manque pas, chaque année, de mentionner dans son rapport annuel les grandes qualités d’ingénieur de son fils. Durant les trois dernières années de sa présence en Nouvelle-France, Philippe Pierre Étienne sera entre autres chargé de la conduite des travaux de Port-Toulouse, à une centaine de kilomètres au sud de Louisbourg.

17Étienne Verrier tente de garder son fils auprès de lui le plus longtemps possible. Il lui est en effet d’une grande aide dans une période où le chantier de Louisbourg se développe considérablement avec des travaux et projets simultanés en plusieurs points de la ville. Par exemple, pour les années 1734-1735, alors que le bastion du Roi, le bastion Dauphin, le chemin couvert, l’éperon de la porte Dauphine, le puits dans la place d’armes et les tours de la Batterie royale sont sur le point d’être achevés, les ingénieurs travaillent aux dessins de la courtine qui reliera les bastions du Roi et Dauphin, de l’épaulement de la batterie de l’île de l’entrée, de la forge et du hangar destiné aux affûts des canons. Ils doivent également prévoir la couverture en gazon plat des murs de toutes les batteries. Les ouvriers quant à eux sont occupés à la construction de la batterie de l’îlot, du demi-bastion Princesse, de l’enceinte de la ville et du magasin à poudres. Philippe Pierre Étienne restera ainsi auprès de son père jusqu’à l’automne 1736 avant d’être définitivement rappelé en France par le maréchal d’Asfeld.

Fig. 2 : Étienne Verrier, Plan d’une partie du bastion Princesse et de la batterie du Cap noir, 1737 (détail), dessin à la plume aquarellé sur papier, 55,4 × 81,5 cm. Aix-en-Provence, Archives nationales d’outre-mer, C11B39/102.

Fig. 2 : Étienne Verrier, Plan d’une partie du bastion Princesse et de la batterie du Cap noir, 1737 (détail), dessin à la plume aquarellé sur papier, 55,4 × 81,5 cm. Aix-en-Provence, Archives nationales d’outre-mer, C11B39/102.

Photo : Domaine public

  • 25 ANOM COL C11B18, fos 283, lettre de Verrier à Maurepas, 10 novembre 1736.
  • 26 ANOM COL C11B19, fos 239v°, lettre de Verrier à Maurepas, 30 novembre 1737.

18Son fils aîné rentré en France, Étienne Verrier s’attache désormais à faire prendre de l’avancement à son deuxième fils, Claude Étienne, qui les a rejoint à Louisbourg quelques années auparavant. Il écrit en novembre 1736 que « ce jeune homme est actif, dessine et calcule bien et remplira son devoir sy votre grandeur a pour agréable de le faire employer sur l’estat et de luy accorder un brevet de lieutenant comme votre grandeur l’avoit accordé à son frère25 ». L’année suivante, il l’envoie passer l’hiver à La Rochelle pour y prendre des leçons de géométrie : « Il ne luy reste plus pour se perfectionner dans son métier qu’un peu plus de géométrie à sçavoir car il dessine très bien, calcule, sçait arranger un toisé et il écrit passablement26. ». Puis, Claude Étienne reste auprès de son père jusqu’à l’évacuation de la ville après la capitulation devant les Anglais en juin 1745.

  • 27 ANOM COL C11B9, fos 149v°, lettre de Verrier à Maurepas, 26 novembre 1727.
  • 28 ANOM COL C11B20, fo 234v°, lettre de Verrier à Maurepas, 1er novembre 1738.

19S’il évoque fréquemment les deux fils qu’il forme au métier d’ingénieur militaire à Louisbourg, Étienne Verrier n’en néglige pas pour autant le reste de sa famille. Fin 1727, trois ans après sa prise de poste, il demande l’autorisation de passer en France au printemps suivant pour vaquer à ses affaires, étant « chargé d’une grosse famille qui demande [sa] présence pour quelque temps27 ». Fidèle à ses engagements auprès de l’armée et du roi, il ajoute : « cependant, s’il est nécessaire que je reste, je suis prait à obéir et de sacrifier tout pour le service ». De la même manière, il demandera une nouvelle autorisation de passer en France fin 1738, après huit ans de service ininterrompu, afin de « pourvoir à l’établissement de [ses] deux autres fils qui ont fini leurs études28 ».

20Durant ses années de service en Nouvelle-France, son épouse, Hélène Papin, reste en France. Nous savons, par plusieurs courriers, que l’intégralité des appointements de l’ingénieur lui sont versés chaque année à Rochefort. Verrier lui-même s’en justifie dans une lettre envoyée à Maurepas le 16 décembre 1725 :

  • 29 ANOM COL C11B7, fo 331v°, lettre de Verrier à Maurepas, 16 décembre 1725.

Il me parroist, Monseigneur, par une lettre que vous avez écrite à Mr de Beauharnois et dont le trésorier en a reçeu coppie icy, que vous êtes surpris de ce que je fais remettre tous mes appointements à mon épouse et que je devrois du moins en recevoir la moitié. J’ay l’honneur de vous informer qu’elle m’a envoyé par la frégatte La Victoire quinze cens livres en argent. Cette somme, avec les provisions contenues dans les trois tonneaux de frêt gratis, m’ont suffi pour vivre. Mon épouse sçay que je n’ay ny le tems ny l’inclination à vivre d’industrie29.

  • 30 AD17, 3 E 33, art. 36, fo 290-291, procuration d’Étienne Verrier à son épouse Hélène Papin, 14 juil (...)

21Cette dernière phrase nous incite à penser que Verrier menait en Nouvelle-France une vie assez austère, du moins dans les premières années de son service. Le versement des appointements à Hélène Papin se poursuivra jusqu’au retour définitif en France d’Étienne Verrier en 1745. Lors de son premier séjour en France, il établit une procuration en faveur de son épouse lui accordant les pleins pouvoirs dans la gestion de la famille et de ses biens30 : depuis le 14 juillet 1730, elle a ainsi la possibilité de gérer elle-même tout ce qui concerne les finances du ménage, passer ou annuler des contrats, vendre ou acheter n’importe quelle sorte de bien ou de denrée, etc.

22Hélène Papin rejoint son époux en Nouvelle-France entre 1732 et 1735 : nous savons qu’elle obtient son droit de passage avec sa fille et deux domestiques sur le vaisseau Le Héros au printemps 1732 et qu’elle est admise à la table du capitaine durant le voyage. Sa venue à Louisbourg aura, malgré sa courte durée, des conséquences importantes et parfois inattendues. La première concerne le logement de l’ingénieur en chef. Lors de son arrivée à Louisbourg, c’est sous le contrôle du commissaire ordonnateur de Mézy que l’installation de Verrier s’est faite. Il s’était alors installé dans un hangar de planches appartenant au roi situé dans le prolongement des magasins et y reste jusqu’à son départ pour un séjour de quelques mois en France en 1729. À son retour, l’hiver rude avait fini de détériorer ce logement de fortune, l’obligeant à aller résider chez un habitant de Louisbourg. Il a alors demandé l’autorisation de restaurer son vieux logement qui consiste en trois chambres et une cuisine et à l’établir en pierre de taille. Trois mille livres lui ont été accordées l’année suivante pour les travaux mais la réfection va très largement dépasser les prévisions.

  • 31 ANOM COL C11B12, fo 107v°, lettre de Verrier à Maurepas, 29 novembre 1731.

23À la fin de l’année 1731, la bâtisse est déjà couverte. Tout en indiquant qu’il espère pouvoir habiter dans son nouveau logement au printemps de l’année suivante, Verrier explique, dans une lettre adressée à Maurepas, qu’il a essayé de faire le plus d’économies possibles en établissant « un simple rez-de-chaussée avec un grenier au-dessus pour y loger quelques domestiques31 ». Il a aussi réutilisé une grande partie des matériaux provenant du vieux hangar dans lequel il logeait précédemment. L’année suivante, on apprend que la maison a été terminée à temps pour qu’il puisse y habiter dès l’arrivée de sa femme et de sa fille. Mais, lorsqu’il décrit sa demeure dans son rapport annuel, on constate qu’il a ajouté une cuisine avec une dépendance, une salle à manger, une chambre, un cabinet, deux garde-robes ainsi qu’un étage pour y installer son cabinet et quelques petites chambres… Le toisé définitif envoyé en 1734 met le feu aux poudres. La note finale s’élève bien au-delà des 3 000 livres allouées : la maison a finalement coûté (au roi) près de 29 000 livres, soit près de dix fois la somme prévue initialement ! Verrier explique qu’il ne s’agit nullement d’un acte de désobéissance de sa part et tente de justifier la dépense excessive par la nécessité de loger sa famille venue le rejoindre :

  • 32 ANOM COL C11B16, fo 190v°, lettre de Verrier à Maurepas, 6 novembre 1734.

Je n’avois projetté que de faire un logement pour un ingénieur garçon mais lors que je crus estre nécessaire de faire venir ma famille (dont je m’en repant et que je renverray l’année prochaine, ne pouvant pas soutenir la dépense que je suis obligé de faire dans ce pays dur), je m’abandonnay sans considération à la dépense pour augmenter ce logement32.

  • 33 Celles des buanderie, cuisine et hangar sont en briques et celles du cabinet haut, des deux grandes (...)

24Cette affaire fit grand bruit et donna lieu à de nombreux courriers qui nous permettent de connaître avec précision la demeure d’habitation de l’ingénieur en chef de Louisbourg. Elle est en pierre de taille, ce qui n’est alors pas courant à Louisbourg, les châssis des portes et fenêtres en bois de chêne et la toiture en ardoise. Les planchers sont en bois de pin, il y a deux puits (un dans la buanderie et l’autre dans le hangar), une cour pavée entre la maison et le hangar, une terrasse pavée, une basse cour et une cave. La maison est constituée au surplus d’un cabinet haut, de deux grandes chambres, de quatre petites chambres sous les toits, d’une cuisine, de latrines, d’un office, d’un petit cabinet donnant sur la terrasse, d’une salle à manger et d’un vestibule. On y compte également sept cheminées33 et 549 carreaux de vitres.

25À la suite de cet « écart », les rapports de Verrier seront examinés avec plus de minutie qu’auparavant et les recommandations sur l’exactitude des devis seront réitérées chaque année. Pour autant, la bonne réputation et la rigueur dont Verrier a fait preuve durant les dix années précédentes le sauvent d’une mise à pied. Le 25 avril 1735, Maurepas écrit à Saint-Ovide et de Mézy :

  • 34 ANOM COL B63, fos 540-540v°, lettre de Maurepas à Saint-Ovide et Lenormant, 25 avril 1735.

Sa Majesté avoit d’abord résolu de donner sur cela des ordres qui n’auroient pas dû estre agréables pour cet ingénieur mais, sur les représentations que je luy ay faittes, elle a bien voulu aprouver ce qui a esté fait et j’écris à M. Verrier qu’il n’en sera plus parlé mais elle m’a expressément ordonné de vous dire que s’il se faisoit à l’avenir quelque dépense de cette espèce, elle vous en rendroit personnellement responsable34.

26Il n’en sera effectivement plus parlé. À la fin de l’année 1735, Hélène Papin et sa fille envisagent de retourner en France dès que possible. Étienne Verrier évoque des ennuis de santé et la nécessité pour son épouse d’aller se rétablir à La Rochelle, dans sa ville natale. La rigueur des conditions de vie en Nouvelle-France, et plus précisément à Louisbourg, ont eu raison de sa résistance comme de celle de bien d’autres.

  • 35 ANOM COL C11B9, fo 149v°, lettre de Verrier à Maurepas, 26 novembre 1727.

27Lui-même écrivait en effet dès 1727 : « la vie est très dure icy35 », expliquant que cette dureté était due en partie au prix excessif des denrées de toute sorte. Mais nous pouvons y ajouter la rudesse du climat, de la vie sur le chantier et les incidents qui peuvent survenir. Le 7 octobre 1728, il a échappé à la mort en revenant de l’île de l’entrée du port de Louisbourg. Rendu sur cet îlot pour constater l’avancée des travaux avec Pierre-Jérôme Boucher, sous-ingénieur, et François Ganet, entrepreneur, il s’était retrouvé embarqué dans la tourmente des flots avec ses deux camarades.

  • 36 ANOM COL C11B10, fos 131v°-132, Lettre de Verrier à Maurepas, 13 novembre 1728.

Nous fûmes jettés sur une roche et il a fallu, après avoir bien combattu contre les flots, abandonner le canot à la veue de tous les ouvriers qui ne peurent jamais nous donner du secours et nous jetter à la nage. Heureusement que la mer nous jetta sur la grave et personne ne fut noyé. On perdit seulement un canot qui venoit pour nous secourir et le monde qui y étoit se sauva avec le même bonheur que nous36.

28Si cet épisode était suffisamment exceptionnel pour avoir été relaté dans le rapport annuel de l’ingénieur, nous pouvons supposer qu’il y en eut d’autres dont nous n’avons pas connaissance.

  • 37 ANOM COL C11B17, fo 258v°, lettre de Verrier à Maurepas, 28 octobre 1735.

29Plusieurs lettres de Verrier mentionnent également des épisodes de maladie durant lesquels l’aide et le soutien de ses fils lui sont indispensables. Il évoque ainsi une maladie au printemps 1731, ou encore une sciatique à l’hiver 1735 qui l’a « retenu dans le lit plus de trois mois » et l’a empêché de finir les toisés annuels37. Au fil des ans, ces mentions augmentent sensiblement, jusqu’à devenir récurrentes à partir de 1740. Étienne Verrier est alors âgé de 57 ans. Cette année-là, il demande d’ailleurs à faire un séjour en France pour aller y rétablir sa santé et précise qu’il a pris un arrangement avec le commandant du vaisseau, M. de Saint Surin, afin de pouvoir bénéficier d’une chambre et rendre ainsi sa traversée plus douce. Il est finalement obligé de renoncer à ce voyage pour cause de soupçon de guerre avec les Britanniques. Il écrit le 26 octobre 1741 :

  • 38 ANOM COL C11B23, fo 200, lettre de Verrier à Maurepas, 26 octobre 1741.

Je tacheray, pendant mon séjour à Louisbourg, de ménager mon incommodité afin qu’elle n’empire et que je puisse remplir mes devoirs, mais je supplie très humblement votre grandeur de ne me pas oublier et de m’accorder une pention38.

30Le 6 juin 1742, Maurepas le rassure sur les dispositions qui seront prises lorsqu’il sera temps pour lui de se retirer et souligne son zèle de n’avoir pas quitté son poste malgré son état afin de finir les travaux engagés.

  • 39 ANOM COL C11B24, fo 217, lettre de Verrier à Maurepas, 9 novembre 1742.
  • 40 ANOM COL B78, lettre de Maurepas à Duquesnel, 13 mars 1744.

31En novembre 1742, Verrier renouvelle sa requête, précisant qu’il souhaite pouvoir régler quelques affaires et « chercher quelque soulagement à [s]on incommodité39 ». La situation militaire en Nouvelle-France étant sur le point d’exploser, le roi lui demande de renoncer une nouvelle fois à son passage en France, excepté si son état de santé l’exige. Après douze ans d’absence, il rentre en France et en décembre 1743 il est à La Rochelle. Son séjour est de courte durée : dès le mois de mai 1744, il doit retourner sur l’île Royale. La guerre est proche et sa fonction l’oblige à regagner « sa » forteresse. Lorsqu’il s’est rendu à Versailles, au début de l’année, il a reçu l’ordre de rejoindre son poste dès que le temps le permettrait. Il y a urgence. La guerre est aux portes de Louisbourg. Le 13 mars, Maurepas a écrit au nouveau commandant de l’île Royale, Duquesnel : « on est à la veille d’une rupture avec l’Angleterre40 ». Il n’aurait pu être plus précis puisque, deux jours plus tard, le 15 mars 1744, Louis XV déclare la guerre à la Grande-Bretagne et à l’Autriche. Le 29 mars, la contre-déclaration de guerre de la Grande-Bretagne à la France est signée. Étienne Verrier cependant n’est pas encore reparti : son nom apparaît finalement le 24 avril sur la liste des passagers de la flûte La Gironde.

  • 41 ANOM COL C11B24, extrait d’une lettre de Londres, 6 avril 1745.

32Il est temps. Le 23 mai 1744, un raid est entrepris sur Canso par une troupe menée par l’officier François Dupont Duvivier. Les Français font plusieurs prisonniers anglais qui sont envoyés à Louisbourg. Au mois de décembre, les soldats du régiment de Karrer – régiment de gardes suisses commandé par le chevalier de Karrer – se mutinent, entraînant des troubles au sein même de la forteresse de Louisbourg. Les Anglais qui avaient été faits prisonniers après le raid de Canso font entendre « à leur retour qu’il seroit aisé de s’emparer de cette place où il n’y avoit que 500 hommes de garnison parmi lesquels il y avoit deux cens suisses mécontents41 ». À la suite de quoi les Anglais lancent une expédition en mars 1745 : ils prennent Port-Toulouse début mai et le 11 du même mois entament, sous le commandement de William Pepperrell, le siège de Louisbourg. Les Français sont alors dirigés par Pierre Morpain.

  • 42 ANOM COL C11B27, rapport de Du Chambon, 13 août 1745.

33Le 27 juin 1745, Louisbourg plie après 47 jours de siège. Louis Dupont du Chambon, le tout nouveau gouverneur de l’Île Royale, en poste depuis huit mois seulement, décrit un combat inégal en raison de l’écrasante supériorité numérique des Anglais : « Ils étoient environ treize mil tant par mer que par terre et je n’avois que douze à treize cens hommes, tant bons que mauvais, au commencement du siège, qui ont été réduits à onze cent42. »

34Étienne Verrier quitte définitivement la forteresse de Louisbourg le 14 juillet 1745, laissant derrière lui une grande partie de ses biens – il sera appelé le 23 août à rejoindre Paris aussi vite que sa santé pourra le lui permettre afin de relater ses derniers jours à Louisbourg. Le 1er août, son adjoint Pierre Jérôme Boucher, blessé par un éclat de pierre dans les reins, fait de même et rentre en France. L’île Royale est désormais britannique.

Louisbourg : la gestion du chantier et des hommes

Fig. 3 : Étienne Verrier, Plan du port de Louisbourg dans l’Isle Royalle représenté de basse mer, 1735, dessin à la plume aquarellé sur papier, 41 × 62,3 cm. Aix-en-Provence, Archives nationales d’outre-mer, 3DFC185B.

Fig. 3 : Étienne Verrier, Plan du port de Louisbourg dans l’Isle Royalle représenté de basse mer, 1735, dessin à la plume aquarellé sur papier, 41 × 62,3 cm. Aix-en-Provence, Archives nationales d’outre-mer, 3DFC185B.

Photo : Domaine public

35Le travail d’Étienne Verrier à Louisbourg est extrêmement bien documenté : rapports annuels, plans, devis, toisés et lettres nous permettent de connaître la chronologie de la construction de la forteresse et de la cité année après année pendant plus de vingt ans. D’après Thomas Wien, les représentants du roi au Canada avaient bien plus de libertés qu’on ne pourrait le penser. Ils prenaient souvent des décisions importantes sans demander au préalable l’accord de l’administration royale :

  • 43 Wien 2009, p. 82.

Dans ces circonstances, la correspondance devient volumineuse et le discours épistolaire des gouverneurs et intendants un moyen de naviguer entre les contraintes posées par les conditions coloniales, le pouvoir du centre et les fictions de l’absolutisme43.

36Ces documents nous donnent l’opportunité de mieux cerner la réalité de la gestion quotidienne du chantier et des hommes qui y travaillent sous les ordres des entrepreneurs, sous-ingénieurs, et bien sûr de l’ingénieur en chef.

  • 44 ANOM COL C11B1, Mémoire à Monsieur le comte de Pontchartrain sur l’établissement d’une colonie dans (...)
  • 45 ANOM COL B47, p. 1240, Lettre de Maurepas à Verrier, 09 mai 1724 et ANOM COL B48, p. 929, idem, 1er(...)

37Le roi attend du nouvel ingénieur qu’il accélère le rythme des travaux et transforme une zone encore sauvage quelques années auparavant en un poste avancé qui permettrait à la France de conquérir tout le Canada. Les Français sont d’autant plus déterminés à s’établir dans l’île du Cap-Breton qu’«  il est de la gloire et de la piété du Roy de ne pas laisser tomber un si grand pays entre les mains d’une nation hérétique, jalouse du commerce des françois et qui commenceroit à étouffer dans les cœurs de ses sujets et des sauvages les semences de la religion », autrement dit les Anglais. « Cette isle est la clef du Canada et de toutes les costes de la Nouvelle France44. » Les ordres sont très clairs : « Je suis très persuadé que vous servirez utilement dans cette colonie et que vous en avancerez les travaux avec toute la vivacité qu’il sera possible. […] Mr de Verville vous communiquera les ordres du Roy sur les travaux de cette année » (1724), « Je suis persuadé que j’auray tout lieu d’estre content de la manière dont vous les ferez exécuter et je suis bien aise d’avoir avec vous une relation droite sur tout ce qui les concerne45 » (1725).

  • 46 ANOM COL C11B7, fo 186, Lettre de St Ovide à Maurepas, 14 novembre 1725.
  • 47 ANOM COL B52, fo 589v°, Lettre de Maurepas à Verrier, 20 juin 1728.

38Être ingénieur du roi dans les colonies est souvent bien plus difficile qu’en France. Le roi est exigeant pour ce qui concerne l’avancée des chantiers. Pourtant, les travaux dans le nord du Canada ne peuvent être mis en œuvre de la même manière ni au même rythme qu’à Paris. Forcé de s’adapter à de nouvelles contraintes comme la livraison d’importantes quantités de matériaux ou le climat, Verrier expérimente d’autres méthodes de construction et tente d’améliorer le fonctionnement du chantier. Dès la première année, Saint-Ovide remarque « une différance considérable dans les ouvrages, la maçonnerie beaucoup meilleure que celle qui a esté faite par le passé. Il faut sans doute que les mattériaux se trouvent meilleurs ou que les attentions soient différentes46 ». Ces « attentions différentes » reçoivent, année après année, l’approbation du roi et de son administration. Lorsque des rumeurs circulent sur d’éventuels défauts dans les ouvrages de de Verville, Maurepas écrit à Verrier : « J’ay trop bonne opinion de vous pour croire que si vous y aviez remarqué tous ces défauts vous les auriez rectifiez47. » Ses qualités d’ingénieur, son ingéniosité et son dévouement sont soulignés à plusieurs reprises. Il s’efforce d’adapter les méthodes de construction françaises à la rudesse du climat. Lors de leur prise de fonction, en 1739, Isaac-Louis de Forant, nouveau gouverneur de l’île Royale, et François Bigot, commissaire ordonnateur à Louisbourg, effectuent une visite des fortifications : ils évoquent un problème de crépissage des murs qui ne tient pas à cause de l’humidité quasi permanente, expliquant que les habitants aisés revêtent leurs maisons de planches et que Verrier s’en est judicieusement inspiré pour le mur de la nouvelle enceinte. De la même manière, l’ingénieur fait ajouter une couche de gazon sur les murs de fortification pour éviter que les pierres ne fissurent à cause du gel.

  • 48 ANOM COL C11B7, fo 332, lettre de Verrier à Maurepas, 16 décembre 1726.
  • 49 ANOM COL C11B9, fo 93v°, lettre de Verrier à Maurepas, 26 novembre 1727.

39Dans ses lettres et rapports, Verrier met lui-même en avant l’attention qu’il porte aux travaux afin de demander à deux reprises une augmentation de sa solde. Dès 1726, il argue que les ingénieurs de la Martinique et de Saint-Domingue sont payés plus que lui et supplie qu’on lui accorde les mêmes appointements « en considération des soins et peines que la quantité d’ouvrages à faire icy exige48 ». Cette réclamation, restée sans effets, est renouvelée l’année suivante avec de nouveaux arguments : de Verville, son prédécesseur, était payé plus que lui et avait moins de travail. Nous savons en effet qu’en 1719, de Verville touchait 400 livres d’appointement par mois, avait droit à un logement pour lui et son dessinateur, deux rations par jour, tout ceci indépendamment des gratifications de voyage et des 200 livres payées au dessinateur. En 1724, Verrier quant à lui ne touche que 300 livres d’appointement par mois et n’a droit en supplément qu’à trois tonneaux de fret en provenance de France par an : en 1725, son épouse encaisse en son nom 4 800 livres d’appointements pour l’année, dont 1 200 livres sont destinées à payer un dessinateur. Il est donc rémunéré 1 400 livres de moins que son prédécesseur. Verrier écrit : « Votre grandeur peut me l’accorder, égalant ceux que j’ay à ceux que Monsieur de Verville avoit lors qu’il servoit à l’Isle Royalle puisque j’ay le mesme détail et beaucoup plus d’occupations49. » Ainsi l’« affaire » de la maison pourrait être considérée comme une sorte de compensation détournée. Maurepas répondra à Verrier :

  • 50 ANOM COL COL B63, fo 544, lettre de Maurepas à Verrier, 25 avril 1735.

À cette occasion, je dois vous dire qu’il est inutile de demander aucune augmentation de fonds, le Roy n’en fera point. Vous devez vous régler là-dessus et employer ceux qui sont ordonnés suivant la destination que Sa Majesté juge à propos de leur donner50.

40À Louisbourg comme ailleurs, les problèmes d’argent sur le chantier sont courants. En 1724, à son arrivée, les soldats et ouvriers travaillant aux fortifications (qualifiés ou non) étaient environ 250. Très vite, Verrier a noté :

  • 51 ANOM COL C11B8, fo 116, lettre de Verrier à Maurepas, 1er décembre 1726.

le prix de chaque nature d’ouvrage est du triple que ceux de France à cause de la cherté des ouvriers, des matériaux et du transport, ce qui en augmente extraordinairement la dépence, quoy que j’économise autant qu’il m’est possible pour l’intérest du Roy51

41économies, ajoute-t-il, qui ne doivent évidemment pas se faire aux dépens de la solidité des bâtiments.

42Le manque d’ouvriers est également un problème récurrent. Aussi, quand, en 1728, il n’y a plus un sol pour les salaires, que l’entrepreneur ne peut les payer et que les ouvriers expriment leur mécontentement, Verrier dit appréhender une mutinerie et souligne qu’il est nécessaire de ne pas les négliger.

  • 52 ANOM COL C11C16 no 6, partie 15, fo 2, Mémoire du Roy pour le Sr comte de Brogolio, ambassadeur en (...)

43Le chantier de Louisbourg manque surtout de main-d’œuvre qualifiée. Le Mémoire du Roy de 1724 est très clair à ce sujet : « Il peut y avoir dans le païs de bon maçons pour la bastisse des maisons mais qui ne seront point capables de faire les travaux de fortiffications qui sont des ouvrages tout différents52. » C’est généralement le manque de main-d’œuvre, souligné dès la première année, qui est mis en cause dès que l’on parle de ralentissement des travaux.

44Au fil des ans, la ville s’agrandit, les constructions sont de plus en plus nombreuses et il s’agit de les entretenir. Le nombre d’ouvriers étant déjà insuffisant pour les chantiers, il devient difficile de gérer les réparations si les habitants ne font rien pour aider à la bonne conservation des bâtiments. Les hommes qui travaillent aux fortifications et aux édifices publics, s’ils sont maçons, charpentiers, serruriers, etc., sont avant tout des militaires. Plusieurs plaintes sur leur comportement apparaissent dès 1727. Dans sa lettre du 17 novembre, Étienne Verrier note que certaines négligences contribuent à l’altération des constructions. Il évoque en particulier les contrevents (volets) des casernes qui sont très abimés :

  • 53 ANOM COL C11B9, fo 145v°, lettre de Verrier à Maurepas, 17 novembre 1727.

Les contrevents sont presque tous brisés et on dira qu’il étoient trop foibles. Cependant, si on avoit soin de les arrester avec leurs tourniquets, ils résisteroient mais la négligence des soldats et autres fait que ces contrevents vont au gré de la tempeste et que tout se brise53.

  • 54 ANOM COL C11B9, fo 93v°, lettre de De Mézy à Maurepas, 24 novembre 1727.
  • 55 ANOM COL C11B16, fo 192, lettre de Verrier à Maurepas, 6 novembre 1734.
  • 56 ANOM COL C11B18, f. 278-278v, lettre de Verrier à Maurepas, 10 novembre 1736.

45Dans sa lettre du 24 novembre de la même année, de Mézy, le commissaire ordonnateur, parle des soldats qui se rendent régulièrement dans une cave des casernes et que l’on trouve « continuellement à jouer et à boire avec les boulangers sans qu’on puisse l’empêcher54 ». Quelques années plus tard, en 1734, Verrier suggère de prévoir, à la fois dans le budget et dans l’affectation des troupes, une part pour l’entretien et les réparations des bâtiments existants. Il souligne : « On a fait beaucoup de bâtiments depuis dix ans. Les entretiens en deviennent considérables, joint que ceux qui les occupent n’en agissent pas en père de famille55. » En 1736, il soumet un avis quant à la direction à donner aux travaux, estimant que l’on « doit donner la préférance à la perfection des ouvrages qui ont estés commencés, sans quoy Louisbourg sera toujours une pièce trop imparfaitte56 ».

46Généralement, les ouvriers travaillent de mai à septembre, mais les dates d’ouverture et de fermeture de chantier dépendent entièrement du temps. Il gèle et neige parfois jusqu’en avril et il arrive que la pluie se prolonge jusque dans l’été, rendant difficile la livraison des matériaux. L’efficacité et la rapidité sont d’autant plus indispensables à la bonne avancée des travaux. Aussi Verrier prévoit-il le transport des matériaux sur le chantier en fin de saison afin que les travaux puissent démarrer sans perdre de temps l’année suivante, dès que le ciel le permettra. L’ingénieur et les ouvriers doivent également anticiper le retour de la saison froide en prévoyant le temps de séchage des maçonneries et en protégeant les bâtiments inachevés avant le retour des pluies et de la neige.

  • 57 ANOM COL C11C9, M. de la Pérelle, Mémoire sur l’Ile Royale, description, climat, richesses naturell (...)
  • 58 ANOM COL C11B21, Mémoire pour les ouvrages faits et à faire pour les fortifications de Louisbourg e (...)
  • 59 ANOM COL C11B8, f° 172, lettre de Ganet à Maurepas, 15 décembre 1726.

47Le temps de travail sur le chantier est restreint à cause de la rudesse de l’hiver mais aussi du climat particulier qui règne sur l’île Royale. Les témoignages sont légion pour le décrire. Philippe Pastour de Costebelle, le premier gouverneur de l’île Royale (de 1714 à 1717), évoque déjà les brumes de l’île en 1713. Jean-François Eurry de La Pérelle, lieutenant à Louisbourg puis commandant de l’île Saint-Jean, raconte qu’il « y règne des brumes continuelles, de manière que quelques fois l’on est un mois ou six semaines sans voir le soleil57 » ! De plus, « le climat de l’Isle Royale est très dur et le temps y change facilement plusieurs fois par jour car il arrive souvent qu’il neige abondamment, le moment d’après il pleut à verse et dans la même heure il gèle à pierre fendre58 ». Quelques événements climatiques sont relatés en détail dans les correspondances. L’orage du 7 novembre 1726 donne lieu, par exemple, aux récits d’Étienne Verrier et de François Ganet, l’entrepreneur en charge des travaux de Louisbourg. Cet « orage de la mer », « extraordinaire », « a gonflé la mer infiniment au-dessus de ce qu’elle a iamais fait dans ce pays », causant nombre de dégâts59. Étienne Verrier le décrit en ces termes :

  • 60 ANOM COL C11B8, fo 120v°-121, lettre de Verrier à Maurepas, 1er décembre 1726.

Le coup de vent qu’il a fait icy le 7 novembre dernier a renversé la couverture provisionnelle que j’avois fait mettre sur la tour gauche de la Batterie Royale. […] La mer a esté si grosse qu’elle a renversé environ quatre à cinq toises de la contrescarpe circulaire. L’entrepreneur a fait quelque perte à la Batterie Royale. La mer lui a emporté quantité de planches et du sable qu’il avoit en provision. L’attelier des tailleurs de pierre a esté emporté aussi. Tous les autres ouvrages de la fortification n’ont aucun dommage60.

48Ganet joint à son récit une estimation des matériaux perdus et cassés par la tempête, ce qui permet de se faire une idée de la violence des intempéries. Le montant total des pertes s’élève à 1 618 livres et 6 sols et comprend, entre autres, la couverture provisoire de la Batterie royale, près de 2 600 briques, des madriers, du bois de charpente, des planches, des outils (ciseaux, marteaux et bouchardes pour les tailleurs de pierre), environ 100 barriques de sable, une partie du four à chaux qui est à refaire et des pierres de taille venant de France qu’il faudra retailler.

  • 61 ANOM COL C11B18, fo 279, lettre de Verrier à Maurepas, 10 novembre 1736.
  • 62 ANOM COL C11B12, fo 114, Étienne Verrier, Mémoire consernant l’établissement du quay de la ville de (...)

49Le temps changeant et les tempêtes fréquentes sont autant d’éléments sur lesquels Verrier n’a pas ou peu de prise. Dès la fin des années 1730, les travaux ont pris du retard. Une succession de mauvais temps, un changement d’entrepreneur, un gros incendie dans la tour à feu ainsi que le changement de gouverneur et d’ordonnateur ont bouleversé quelque peu l’organisation pourtant bien réglée du chantier. Les ouvriers manquent toujours et beaucoup de bâtiments sont inachevés. Le 10 novembre 1736, Verrier – qui se dit « persécuté de tous les côtés lorsqu’il s’agit de l’établissement de quelques logements pour les officiers61 » – se trouve dans une situation complexe : il doit construire de nouveaux édifices et de nouvelles défenses le plus vite possible, pallier au manque de logements pour les soldats et officiers, gérer les retards de livraison des matériaux à cause du mauvais temps et prévoir les réparations des constructions achevées… Mais, problème supplémentaire, dès 1731, l’ingénieur en chef avait constaté une avancée de la mer. Il avait écrit alors, dans un mémoire relatif à l’établissement d’un quai, que les magasins du roi et des maisons adjacentes avaient été construites à « 60 pieds du bord de la coste » et que « depuis neuf à dix ans, la mer a dégradé et rongé plus de la moitié du terrain, de sorte qu’il est temps de se résoudre à y remédier si l’on veut conserver et les magazins du Roy et les bastiments des habitans »62.

50Il faudra finalement attendre 1741 et l’imminence de la guerre pour qu’un renfort de soldats-ouvriers français et suisses soit envoyé afin que les défenses de la forteresse de Louisbourg soient prêtes à affronter l’ennemi du royaume. En 1742, Verrier écrit à Maurepas que Louisbourg sera entièrement fortifiée et sécurisée l’année suivante. Dans les derniers mois de son affectation à Louisbourg, le secrétaire d’État se reconnaît satisfait de son travail depuis qu’il est en Nouvelle-France. Il écrit au comte d’Argenson, secrétaire d’État de la Guerre :

  • 63 ANOM COL B79, fo 47, lettre de Maurepas au comte d’Argenson, 22 février 1744.

Il s’est prêté avec zèle à ce que j’ai exigé de lui et j’ai eu d’ailleurs lieu d’être toujours content des services qu’il a rendus en cette colonie. Je suis persuadé que vous trouverez qu’il est juste de lui assurer un estat convenable en France63.

Conclusion

  • 64 Leclerc 2014.
  • 65 Chartrand 1993.
  • 66 ANOM COL C11C7a, f° 205v°, Mémoire de Costebelle portant sur le fait que le Havre à l’Anglois serai (...)

51L’établissement et l’expansion en quelques décennies d’une ville-forteresse de la taille de Louisbourg est assez remarquable. En 1716, avant le début des travaux, l’île du Cap-Breton ne comptait que quelques centaines d’habitants et un millier de pêcheurs saisonniers s’y installaient durant l’été. Selon les recensements officiels, sans prendre en compte les militaires, les pêcheurs ni les travailleurs saisonniers, Louisbourg compte 890 habitants en 1724, 1 116 en 1734 et jusqu’à 2 690 habitants en 1752 après la reprise de la ville aux Anglais64. Les soldats quant à eux passent de 350 (et 21 officiers) en 1713 à 560 (et 32 officiers) en 1741 puis à 1 200 (et 96 officiers) en 174965. Si une cité d’une telle ampleur a pu sortir de terre dans cet intervalle de temps et dans les conditions que l’on a décrites, c’est grâce au travail remarquable des ingénieurs Jean-François de Verville puis Étienne Verrier. La tâche était considérée comme ardue dès le départ. En 1713, lorsque le choix de l’établissement d’une nouvelle colonie dans l’île du Cap-Breton s’est porté sur Louisbourg, il s’est agi de rien de moins que de faire « le choix d’un second Monsieur de Vauban, s’il s’en trouvoit encore en France66 ».

  • 67 ANOM COL B68, Mémoire du Roy aux Srs de Forant, gouverneur, et Bigot, commissaire de la marine, ord (...)

52L’étude de la correspondance de l’ingénieur en charge des fortifications de l’île Royale, et plus particulièrement de Louisbourg, permet dans un premier temps une meilleure connaissance de la personnalité d’Étienne Verrier et de la nature de ses relations avec les autorités locales, en particulier avec Saint-Ovide et Jean-François de Mézy. Combinée à l’étude des devis, rapports et plans, elle nous offre surtout une vue d’ensemble qui met en avant l’ampleur de leur charge mais aussi la manière dont Verrier a su, pour mener à bien la tâche qui lui était dévolue, faire preuve d’inventivité et de la plus grande rigueur. Durant ses vingt années de présence à Louisbourg sont sorties de terre pas moins de trois batteries, cinq bastions et tout ce qu’une ville peut compter de structures défensives (enceinte, courtines, etc.), mais également un hôpital, une chapelle, des casernes pour les soldats et les officiers, des magasins pour la nourriture, les armes et munitions, un quai pour le chargement et déchargement des navires ainsi que la « tour de la Lanterne », premier phare du Canada. S’y ajoutent les bâtiments de la vie civile tels que logements divers, boulangerie, forge, étables, fours, prison mais aussi des infrastructures comme des écluses, routes ou ponts... un chantier colossal. À Louisbourg, tout était à faire. Tout a été fait. Trente ans après l’installation des premiers colons français, l’île Royale était devenue « une des plus précieuses colonies de la domination de Sa Majesté et un des principaux objets de la jalousie des puissances maritimes67 ».

Haut de page

Bibliographie

Chabre Sandrine (dir.), 2015, De la Provence à la Nouvelle-France : Étienne Verrier (1683-1747), ingénieur du Roy, Trets, Ville de Trets.

Chartrand René, 1993, Le patrimoine militaire canadier d’hier à aujourd’hui, t. I (1000-1754), Montréal, Éditions Art global.

Dictionnaire biographique du Canada, 1966-1991, Québec, Presses de l’Université Laval.

Dictionnaire de l’Académie françoise dédié au Roy, 1694, 2 vol., Paris, Vve J. B. Coignard et J. B. Coignard.

Lane Jonah Anne Marie, 2009, « La guerre au féminin : le siège de Louisbourg », Cap-aux-Diamants : la revue d’histoire du Québec, n° 99, p. 17-22.

—, 2015, « Grandeur de la Nouvelle-France : la forteresse de Louisbourg et l’œuvre de l’ingénieur du roi Étienne Verrier (1683-1747) », dans Chabre 2015, p. 63-76.

Leclerc Jacques, 2015, « La colonie française de l’Île Royale, Louisbourg (1713-1758) », dans L’aménagement linguistique dans le monde, Québec, CEFAN, université Laval, 15 avril 2015. En ligne : http://www.axl.cefan.ulaval.ca/francophonie/Nlle-France-Louisbourg.htm, consulté le 13 juillet 2016.

Mathieu Jacques, 2001, La Nouvelle-France : les Français en Amérique du Nord, xvie-xviiie siècles, Québec, Presses de l’Université Laval.

Orgeix Émilie d’, 2007, « Un métier au dessus de nos forces : ingénieur au service du roi selon Vauban », dans I. Warmoes et V. Sanger (dir.), Vauban : bâtisseur du Roi-Soleil, cat. exp. (Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine, 14 nov. 2007-5 fév. 2008), Paris, Somogy-Musée des plans-reliefs, p. 149-157.

Orgeix Émilie d’, Charbonneau André et Lafrance Marc, 2002, France in the Americas : Cities of the Engineers in the New World in the 17th and 18th Centuries, cat. exp., Montréal, Stewart Museum.

Pothier Bernard, 1974, s. v. « Monbeton de Brouillan, Saint-Ovide, Joseph de », dans Dictionnaire biographique du Canada, 1966-1991, vol. 3. En ligne : http://www.biographi.ca/fr/bio/monbeton_de_brouillan_joseph_de_3F.html, consulté le 13 juillet 2016.

Thorpe F. J., 1969, s. v. « Jean-François du Verger de Verville », dans Dictionnaire biographique du Canada, 1966-1991, vol. 2. En ligne : http://www.biographi.ca/fr/bio/verville_jean_francois_de_2E.html, consulté le 13 juillet 2016.

—, 1974, « Étienne Verrier », dans Dictionnaire biographique du Canada, 1966-1991, vol. 3. En ligne : http://www.biographi.ca/fr/bio/verrier_etienne_3F.html, , consulté le 13 juillet 2016/

Wien Thomas, 2009, « Rex in fabula : travailler l’inquiétude dans la correspondance adressée aux autorités métropolitaines depuis le Canada (1700-1760) », Outre-mers, t. 96, nos 362-363, 1er trimestre, p. 65-85.

Haut de page

Notes

1 Chabre 2015.

2 Dictionnaire de l’Académie françoise… 1694, s. v. « ingénieur ».

3 Orgeix, Charbonneau et Lafrance 2002 ; Orgeix 2007 ; Lane Jonah 2009 et 2015.

4 Thorpe 1974.

5 ANOM COL C11C16, no 6, partie 15, fo 4, Mémoire du Roi, 9 mai 1724.

6 ANOM COL B47, p. 1243-1244, lettre de Maurepas à Saint-Ovide et de Mézy, 9 mai 1724.

7 ANOM COL B47, p. 1239-1241, lettre de Maurepas à Verrier, 9 mai 1724.

8 ANOM COL B46, p. 488, lettre de Maurepas à Beauharnais, 23 mai 1724.

9 ANOM COL B48, p. 934, lettre de Maurepas à Saint-Ovide, 25 juillet 1725.

10 Lane Jonah 2015 et Thorpe 1969.

11 Pothier 1974.

12 Mathieu 2001.

13 ANOM COL C11B7, fo 185v°-186, lettre de Saint-Ovide à Maurepas, 14 novembre 1725.

14 ANOM COL C11B7, fo 331v°, lettre de Verrier à Maurepas, 16 décembre 1725.

15 ANOM COL C11B18, fo 283, lettre de Verrier à Maurepas, 10 novembre 1736.

16 ANOM COL B68, fo 345v°, lettre de Maurepas à Verrier, 26 mai 1739.

17 ANOM COL C11B16, fos 190v°-191, lettre de Verrier à Maurepas, 6 novembre 1734.

18 AD 17, État-civil, La Rochelle, paroisse Notre-Dame, baptêmes 1712-1725, 14 août 1716.

19 En outre, nous pensons que Claude Etienne est probablement le « fils cadet » mentionné dans de nombreux rapports de Verrier père à partir de 1733.

20 ANOM COL B47, p. 1260, lettre de Maurepas à Verrier, 30 mai 1724.

21 Orgeix 2007.

22 ANOM COL C11B8, fo 113, lettre de Verrier à Maurepas, 10 octobre 1726.

23 Pierre-Jérôme Boucher (Normandie, vers 1688-Louisbourg, 3 juillet 1753) : après avoir fait son apprentissage à Rochefort, il devient dessinateur et cartographe sur le vaisseau La Vénus. Il sera affecté à Louisbourg en 1716 où il deviendra sous-ingénieur sous les ordres de Jean-François du Verger de Verville puis d’Étienne Verrier.

24 ANOM COL C11B10, fos 139v°-140, lettre de Verrier à Maurepas, 13 novembre 1728.

25 ANOM COL C11B18, fos 283, lettre de Verrier à Maurepas, 10 novembre 1736.

26 ANOM COL C11B19, fos 239v°, lettre de Verrier à Maurepas, 30 novembre 1737.

27 ANOM COL C11B9, fos 149v°, lettre de Verrier à Maurepas, 26 novembre 1727.

28 ANOM COL C11B20, fo 234v°, lettre de Verrier à Maurepas, 1er novembre 1738.

29 ANOM COL C11B7, fo 331v°, lettre de Verrier à Maurepas, 16 décembre 1725.

30 AD17, 3 E 33, art. 36, fo 290-291, procuration d’Étienne Verrier à son épouse Hélène Papin, 14 juillet 1730.

31 ANOM COL C11B12, fo 107v°, lettre de Verrier à Maurepas, 29 novembre 1731.

32 ANOM COL C11B16, fo 190v°, lettre de Verrier à Maurepas, 6 novembre 1734.

33 Celles des buanderie, cuisine et hangar sont en briques et celles du cabinet haut, des deux grandes chambres et de la salle à manger sont en pierre de taille venant de France.

34 ANOM COL B63, fos 540-540v°, lettre de Maurepas à Saint-Ovide et Lenormant, 25 avril 1735.

35 ANOM COL C11B9, fo 149v°, lettre de Verrier à Maurepas, 26 novembre 1727.

36 ANOM COL C11B10, fos 131v°-132, Lettre de Verrier à Maurepas, 13 novembre 1728.

37 ANOM COL C11B17, fo 258v°, lettre de Verrier à Maurepas, 28 octobre 1735.

38 ANOM COL C11B23, fo 200, lettre de Verrier à Maurepas, 26 octobre 1741.

39 ANOM COL C11B24, fo 217, lettre de Verrier à Maurepas, 9 novembre 1742.

40 ANOM COL B78, lettre de Maurepas à Duquesnel, 13 mars 1744.

41 ANOM COL C11B24, extrait d’une lettre de Londres, 6 avril 1745.

42 ANOM COL C11B27, rapport de Du Chambon, 13 août 1745.

43 Wien 2009, p. 82.

44 ANOM COL C11B1, Mémoire à Monsieur le comte de Pontchartrain sur l’établissement d’une colonie dans l’isle du Cap Breton, 1706, f° 282v°.

45 ANOM COL B47, p. 1240, Lettre de Maurepas à Verrier, 09 mai 1724 et ANOM COL B48, p. 929, idem, 1er mai 1725.

46 ANOM COL C11B7, fo 186, Lettre de St Ovide à Maurepas, 14 novembre 1725.

47 ANOM COL B52, fo 589v°, Lettre de Maurepas à Verrier, 20 juin 1728.

48 ANOM COL C11B7, fo 332, lettre de Verrier à Maurepas, 16 décembre 1726.

49 ANOM COL C11B9, fo 93v°, lettre de Verrier à Maurepas, 26 novembre 1727.

50 ANOM COL COL B63, fo 544, lettre de Maurepas à Verrier, 25 avril 1735.

51 ANOM COL C11B8, fo 116, lettre de Verrier à Maurepas, 1er décembre 1726.

52 ANOM COL C11C16 no 6, partie 15, fo 2, Mémoire du Roy pour le Sr comte de Brogolio, ambassadeur en Angleterre, au sujet des colonies françoises de l’Amérique, 11 avril 1724.

53 ANOM COL C11B9, fo 145v°, lettre de Verrier à Maurepas, 17 novembre 1727.

54 ANOM COL C11B9, fo 93v°, lettre de De Mézy à Maurepas, 24 novembre 1727.

55 ANOM COL C11B16, fo 192, lettre de Verrier à Maurepas, 6 novembre 1734.

56 ANOM COL C11B18, f. 278-278v, lettre de Verrier à Maurepas, 10 novembre 1736.

57 ANOM COL C11C9, M. de la Pérelle, Mémoire sur l’Ile Royale, description, climat, richesses naturelles, avantages et désavantages de Louisbourg, 1729, fo 30v°.

58 ANOM COL C11B21, Mémoire pour les ouvrages faits et à faire pour les fortifications de Louisbourg et pour sa défense, 1739, fo 279.

59 ANOM COL C11B8, f° 172, lettre de Ganet à Maurepas, 15 décembre 1726.

60 ANOM COL C11B8, fo 120v°-121, lettre de Verrier à Maurepas, 1er décembre 1726.

61 ANOM COL C11B18, fo 279, lettre de Verrier à Maurepas, 10 novembre 1736.

62 ANOM COL C11B12, fo 114, Étienne Verrier, Mémoire consernant l’établissement du quay de la ville de Louisbourg relatif aux plans et profils cy-joint et à l’estimation, 1731.

63 ANOM COL B79, fo 47, lettre de Maurepas au comte d’Argenson, 22 février 1744.

64 Leclerc 2014.

65 Chartrand 1993.

66 ANOM COL C11C7a, f° 205v°, Mémoire de Costebelle portant sur le fait que le Havre à l’Anglois serait le lieu le plus convenable pour s’établir sur l’île du Cap Breton, 19 juillet 1713.

67 ANOM COL B68, Mémoire du Roy aux Srs de Forant, gouverneur, et Bigot, commissaire de la marine, ordonnateur à l’Isle Royale, 22 juin 1739, fo 368.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Vue actuelle de Louisbourg, île du Cap-Breton, Nouvelle-Écosse (Canada).
Crédits Photo : © Parcs Canada
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13807/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 2 : Étienne Verrier, Plan d’une partie du bastion Princesse et de la batterie du Cap noir, 1737 (détail), dessin à la plume aquarellé sur papier, 55,4 × 81,5 cm. Aix-en-Provence, Archives nationales d’outre-mer, C11B39/102.
Crédits Photo : Domaine public
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13807/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Fig. 3 : Étienne Verrier, Plan du port de Louisbourg dans l’Isle Royalle représenté de basse mer, 1735, dessin à la plume aquarellé sur papier, 41 × 62,3 cm. Aix-en-Provence, Archives nationales d’outre-mer, 3DFC185B.
Crédits Photo : Domaine public
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/13807/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Chabre, « « J’ay esté bien aise d’aprendre que vous soyez content du caractère de Mr Verrier » », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 27 juillet 2016, consulté le 19 août 2017. URL : http://crcv.revues.org/13807 ; DOI : 10.4000/crcv.13807

Haut de page

Auteur

Sandrine Chabre

Historienne de l’art, Aix-en-Provence. sandrine.chabre@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org