Navigation – Plan du site

L’étranger à la cour de France selon l’ambassade espagnole auprès du Roi très chrétien (1re moitié du XVIIe siècle)

Foreigners at the French court: a view of the Spanish ambassador to the Most Christian King (first half of the 17th century)
Alain Hugon

Résumés

La question de la perception des étrangers se pose de manière singulière pour les diplomates du roi d’Espagne à la cour de France car ils étaient issus d’un Empire qui agrégeait de nombreuses possessions et de nombreux peuples, et eux-mêmes n’étaient pas toujours de la nationalité de leur souverain. De ce fait, les ambassadeurs du Roi catholique percevaient-ils la nationalité et la naturalité différemment des sujets du roi de France en sa cour ? L’hostilité de celle-ci à leur égard et le contexte de rivalité expliquent l’attention que mettaient les diplomates à s’observer les uns les autres, bien qu’ils fussent tous étrangers. Ils se trouvaient confrontés à un espace curial qui délimitait de plus en plus nettement les espaces de pouvoir, favorisant les concurrences diplomatiques. Par ailleurs, une tendance à l’institutionnalisation des fonctions de contrôle des agents apparaissait à la cour de France, à laquelle ils étaient sensibles.

Haut de page

Texte intégral

1Un diplomate espagnol à la cour de France s’interrogeait-il sur la notion d’étranger et sur la présence de naturels d’autres principautés ? Autrement dit, la perception de l’étranger pour un représentant appartenant à une monarchie composite était-elle la même que celle des sujets du roi de France et des diplomates représentant le souverain d’une principauté unique ? Ces agents du Roi catholique en France discernaient-ils des singularités quant au statut et aux activités des étrangers à la cour du Roi très chrétien ?

  • 1 Yardeni 1971.
  • 2 Beaune 1985.

2Pour répondre à ces questions, il serait nécessaire de comparer l’activité et les correspondances diplomatiques de plusieurs représentants étrangers, ce qui ne sera pas le cas de cette communication. En revanche, en dehors de toute considération sur l’émergence du sentiment national1 ou de la nation elle-même2, nous proposons de prendre en compte l’immensité de l’Empire ibérique et ses caractères plurinationaux pour comprendre les possibles remarques des diplomates espagnols sur les étrangers à la cour de France.

Naturalité et étrangers

3Dans un empire composé d’une foule de principautés et de territoires, dans lequel on compte un grand nombre de langues, de lois, de coutumes et de monnaies qui permettent d’en distinguer les diverses parties, il serait d’abord nécessaire de savoir ce que signifie le terme « étranger ». Composée de Castillans, de Portugais, de Flamands, d’Aragonais, de Navarrais, de Napolitains, de Sardes, de Lombards, de Portugais, etc., ce que nous appelons la Monarchie catholique constituait un ensemble profondément bigarré. De plus, nous pourrions nous interroger sur la notion d’altérité supposée par cette notion d’étranger : quelle place devrions-nous accorder aux autochtones du Nouveau Monde par exemple ?

4Ces considérations sur la nature plurinationale – si ce terme n’était pas impropre pour le xviie siècle – de l’Empire ibérique soulignent que ce que nous appelons ainsi relève d’une mosaïque de peuples qui avaient pour seul point commun d’être fédérés par un même souverain : le roi d’Espagne. Or, ce titre de roi d’Espagne n’existait pas à l’époque moderne  bien que les contemporains l’aient eux-mêmes utilisé pour qualifier le prince qui régnait sur ces différentes principautés. Celles-ci n’étaient réunies que par le fait de partager le même souverain et celui-ci n’en était prince qu’à des titres variés, comme ceux de roi, de duc, de comte, etc., et non pas à un seul titre : le roi d’Espagne était donc une seule personne cumulant une multiplicité de titres car il était suzerain d’une multiplicité de possessions. Ainsi, s’il n’existait pas de roi d’Espagne, il existait un roi de Castille, un roi de Naples, un roi d’Aragon, un roi du Portugal, un duc de Brabant, un comte de Bourgogne, etc.

  • 3 Au xixe siècle, la question continuait à se poser : Alvarez Junco 2001.
  • 4 Voir l’usage de la notion de « janissaires » en espagnol pour qualifier les enfants de couples mixt (...)

5Ces remarques soulèvent le problème de la définition de « l’Espagnol », au moins à l’époque moderne3, en particulier aux xvie et xviie siècles, pour comprendre la signification du terme « étranger » pour les Espagnols de l’époque. En effet, si ce qualificatif d’« espagnol » se trouvait employé dans les textes, et singulièrement dans la correspondance des diplomates auprès du roi de France, c’était sans la connotation de « nationalité » ou de « citoyenneté » que nous lui attribuons aujourd’hui, car la diversité des droits péninsulaires interdisait l’univocité de la catégorie « étranger »4.

  • 5 Le Diccionario de lengua española de la Real Academia 1992, p. 1012, définit ainsi la naturalidad : (...)

6À l’époque moderne, la notion de nationalité s’exprimait sous le terme de naturalité, c’est-à-dire par des statuts qui permettaient de jouir de privilèges propres à chaque royaume, à chaque État et qui, lorsque l’on n’était pas natif de la principauté, impliquaient l’obtention de lettres de naturalité (carta de naturaleza)5.

  • 6 Archivo General de Simancas [A.G.S.], série K 1472 : le 12 novembre 1612, projet de réponse de Cárd (...)

7Dans de rares exemples, la naturalité désignait l’origine d’un royaume. En 1612, dans un projet de réponse que le conseil d’État espagnol adressait à son ambassadeur auprès du Roi très chrétien, Iñigo de Cárdenas, la dépêche mentionnait que le duc de Monteleón étant « naturel » du royaume de Naples : il pouvait facilement traiter avec le vice-roi espagnol qui y résidait pour examiner la question d’un possible achat de biens par Concino Concini dans cette partie de l’Italie6.

8Ailleurs, le terme de « naturel » recouvrait mal la notion qui aurait permis de comprendre le rapport des Espagnols aux étrangers. En effet, le terme de naturaleza, qui débouche sur la notion de naturalité, était encore plus ouvert en espagnol qu’en français et difficilement adaptable car, à l’image du terme de « citoyenneté » (cittadinanza en italien ou ciudadano en castillan), il s’appliquait d’abord à l’appartenance à une ville, ou à une origine citadine. Parfois aussi il qualifiait l’appartenance régionale, mais rarement celle à un « pays » au sens étatique du mot, sinon à la terre des pères (la patrie).

9Dans la correspondance diplomatique, quelques lignes du roi Philippe III adressées au duc de Lerma soulignent le cadre de ce terme :

  • 7 A.G.S., estado 2227 : lettre de Philippe III à Iñigo de Cárdenas, datée de Lerma, le 22 mai1610 : « (...)

Ici, un homme est venu qui dit s’appeler de Madrigal, naturel de Burgos, qui est marchand de profession et qui, il y a longtemps, fut au Havre de Grâce où il a entretenu, dit-il, beaucoup d’amitié avec un cavalier français naturel de cette ville7.

  • 8 Libro capitular del cavildo y regimiento desta muy noble y siempre muy leal ciudad de Sevilla donde (...)
  • 9 Sahlins et Dubost 1999 ; Sahlins 2004. On peut rappeler que les lettres de naturalité font de l’étr (...)

10En lisant les courriers de Philippe III et de Philippe IV et de leurs représentants auprès du Roi très chrétien entre 1598 et 1635, pour rechercher les occurrences d’« étranger » et de « naturalité » (estrangeros, naturalidad et naturaleza), on s’aperçoit que le sens actuel du terme « étranger » se trouvait très rarement employé, sinon lorsque le souverain octroyait la nationalité8. Ce constat confirme ce que l’on savait déjà grâce aux travaux de Jean-François Dubost et de Peter Sahlins9.

11Dans la correspondance diplomatique, le terme de « naturalité » (naturaleza) désigne non pas la nationalité, mais plus généralement la nature d’un peuple : nous pouvons penser que cette nature, telle que la concevaient les contemporains, englobait aussi l’extranéité de l’étranger. Ainsi, pour les ambassadeurs espagnols, le caractère d’un peuple s’inscrivait dans sa « nature » propre (naturaleza).

  • 10 Sur cette œuvre et son auteur : García 1622 ; Hayem 1910, p. 218 et p. 254-255 ; Gutiérrez 1977, p. (...)
  • 11 Dans la première moitié du xviie siècle, l’œuvre est éditée à Paris, Cambrai, Gand (possession du R (...)

12Dans cette documentation diplomatique, les informations communiquées au souverain sur le caractère français se trouvent en abondance : elles relèvent surtout du stéréotype diffusé à partir du canal de la cour et par la voie des diplomates. Durant la première moitié du xviie siècle, l’auteur le plus connu à avoir recensé ces différences de nature entre peuples est le docteur Carlos Garcia : son livre Opposition et conjonction des deux grands luminaires de la terre10 synthétise les préjugés qu’entretenaient les peuples français et espagnol l’un envers l’autre. Or, on le sait, l’ouvrage fut réalisé par un proche de Marie de Médicis dans le contexte du rapprochement franco-espagnol qui se matérialisa en 1612-1615 par les doubles mariages d’Anne d’Autriche avec Louis XIII et d’Élisabeth de France avec l’infant Philippe. Dans ce cas d’espèce, il est intéressant de voir que le milieu de cour, et en particulier l’entourage de la reine régente, s’était transformé en producteur de représentations qui, ensuite, allaient être diffusées dans le royaume, voire dans d’autres principautés11.

  • 12 La Pragmatique de 1550, De officiorum provisione, établit des quotas entre naturels et Espagnols. S (...)

13Cette question de l’étranger était pourtant familière aux agents du Roi catholique dans l’Empire ibérique : la pluralité des origines géographiques devait être intégrée dans les pratiques administratives afin de pouvoir gérer les possessions des Habsbourg d’Espagne, ce qu’illustrent deux exemples. Dans le royaume de Naples, une Pragmatique de 1550 répartissait les postes selon des quotas dans la haute administration, en fonction de la naturalité, mais avec des définitions qui apparaissent souples12. Dans le principat de Catalogne, c’était le vice-roi qui était réputé étranger : de ce fait, les letrados (juristes) de l’Audience de Barcelone devaient le conseiller et lui fournir des noms pour les magistratures, qu’il proposait ensuite au conseil d’Aragon.

  • 13 A.G.S., K 1464, fo 40 : le 6 février 1611, Iñigo de Cárdenas au secrétaire Aróztegui.

14Cette gestion plurinationale de l’Empire ibérique souligne la présence de cadres de pensée différents entre Français et Espagnols, en particulier à la cour de France. Ainsi, à Paris en février 1611, l’ambassadeur Iñigo de Cárdenas écrit en février 1611 au secrétaire Antonio de Aróztegui que Sébastien Zamet est un « homme très riche, très proche de la Reine » qui « dispose de 12 000 écus de solde avec l’obligation de loger les étrangers que le roi lui envoie… ». Or rien ne signale dans le courrier de Cárdenas que Zamet était un banquier d’origine étrangère, piémontaise en l’occurrence, c’est-à-dire que ce familier de la cour d’Henri IV et de Marie de Médicis n’était pas qualifié « d’étranger », ou « d’étranger naturalisé ». En revanche, l’ambassadeur Cárdenas précisait bien qu’il lui devait personnellement quelques milliers de ducats13

  • 14 Antonio Alvarez-Ossorio Alvariño note que la souveraineté entraînait la possession par le roi de la (...)

15De fait, des contrastes se font jour dans le traitement des étrangers, les attentions variaient d’un cas à l’autre, d’autant plus que les sujets du roi d’Espagne étaient habitués à considérer la cour de leur roi comme la « mère des nations14 », c’est-à-dire comme le creuset où les diverses nationalités venaient se fondre pour le service du monarque. Telle n’était pas l’orientation prise par la cour de France sous Henri IV et Louis XIII. Dès lors, peut-on supposer que les diplomates espagnols en poste avaient une perception radicalement différente de l’étranger de celle qu’on avait à la cour du Roi très chrétien ?

Diplomates et étrangers à la cour de France

  • 15 Rübsam 1889 ; Biographie nationale, Bruxelles, 1926-1929, t. 24, p. 612-661.
  • 16 González Cuerva 2010.
  • 17 A.G.S., K 1453, le 10 février 1612 : le roi écrit à Zúñiga qu’il a envoyé son secrétaire « Bruneo » (...)
  • 18 González Cuerva 2010, p. 68 : « Esta versión se da actualmente por perdida. Conocemos su existencia (...)

16Leurs origines nationales pourraient le laisser penser : plusieurs diplomates des Habsbourg d’Espagne étaient régnicoles du roi d’Espagne tout en étant « étrangers » à la monarchie ibérique. Ainsi, un Flamand d’origine italienne représenta le roi espagnol auprès d’Henri IV : Jean-Baptiste de Tassis avait été chargé de nouer les contacts avec le roi de France au nom de Philippe II d’Espagne au moment de la reprise des relations franco-espagnoles en 1598. Cet Italo-Flamand demeura en poste auprès du Roi très chrétien jusqu’en 160315. Son secrétaire d’ambassade Jacques Bruneau était d’origine flamande et, au sein de l’ambassade espagnole en France, il fut mêlé à nombre d’affaires obscures, impliqué dans des opérations secrètes hostiles à la cour de France. Après avoir servi Tassis, ce francophone continua d’exercer son activité auprès de Baltasar de Zúñiga16, d’abord en France, puis à Cologne, pour y préparer la succession impériale de l’empereur Rodolphe malade que son frère Mathias remplaça en 161217. Enfin, Bruneau fut en poste à l’ambassade d’Espagne à Londres, où il resta au moins jusqu’en 1625 pour ensuite achever sa carrière par le beau poste de président de la chambre des comptes de Lille. Jacques Bruneau et Jean-Baptiste Tassis étaient donc des sujets de l’empire des Habsbourg d’Espagne et, s’ils servaient le roi d’Espagne, ils n’avaient que peu à voir avec un sujet castillan ou aragonais, n’étant pas soumis aux mêmes lois et aux mêmes règles économiques que dans ces royaumes. En revanche, ils devaient fidélité au souverain qu’ils représentaient. Dans quelle mesure leur non-appartenance au monde hispanique les rendait-elle moins étrangers à la cour de France ? Remarquait-on une plus grande proximité culturelle qui les aurait rapprochés des sujets du roi de France ? Ainsi, Bruneau pouvait bien être un « étranger d’État » à la cour de France, il devait néanmoins être plus proche par bien des aspects de nombreux sujets du roi de France que de ceux du roi de Castille ou d’Aragon. Retrouve-t-on cette proximité culturelle avec l’ambassadeur espagnol qui résida à la cour de France de 1603 à 1606 ? Baltasar de Zúñiga natif d’Espagne, et à ce titre sujet du roi de Castille, était clairement étranger à la cour de France. Néanmoins, il profita de son séjour pour traduire plusieurs chapitres de l’œuvre de Montaigne18.

  • 19 Ce premier duc de Monteleón est le seul non-Espagnol à remplir la charge de vice-roi de Naples (153 (...)
  • 20 Williams 1986, p. 439.
  • 21 González Cuerva 2010, p. 426.
  • 22 Alvarez Ossorio 2004, p. 30.

17À son tour, un Napolitain – Hector Pignatelli, 5e duc de Monteleón et Grand d’Espagne – occupa la représentation diplomatique du Roi catholique auprès du Roi très chrétien entre 1615 et 1618. Son titre de Grand permettait de bien souligner l’importance accordée à la nouvelle union des deux maisons royales depuis 1615 et l’arrivée d’Anne d’Autriche à la cour de France. Issu des plus grandes familles d’Italie – les Colonna et les Pignatelli dont le titre ducal fut attribué à un aïeul homonyme (Hector Pignatelli) par Charles Quint lors de la lutte contre les Français dans le royaume de Naples, au début du xvie siècle19 –, Hector Pignatelli semblait parfaitement intégré à la monarchie espagnole. Sa carrière atteste de la vigueur des liens entre l’Aragon et Naples. Avant l’ambassade, il avait été vice-roi de Catalogne entre 1603 et 161020. L’imbrication entre la carrière politique et la vie personnelle souligne cette fusion des élites dans le creuset administratif de l’Empire ibérique, puisque Pignatelli avait épousé doña Juana de Aragón y Cortes, duchesse de Terranova, marquise de Valle de Guajaca et princesse de Castelbeltrán : une Aragonaise. On rencontre un autre mariage « étranger » de la part d’un ambassadeur espagnol avec les secondes noces de Baltasar de Zúñiga qui, en 1612, épousa en Allemagne une des dames d’honneur de l’archiduchesse Isabelle : Odile Françoise de Claerhout (Francisca de Clarut en espagnol)21. Toutefois, nous n’avons pas rencontré de mariages de diplomates du Roi catholique avec des dames françaises, ce qui ne paraît guère étonnant car la monarchie catholique menait une politique de contrôle par le biais de l’octroi de licences de mariage pour ses résidents à l’étranger, qu’ils fussent diplomates ou soldats. La notion d’étranger existait donc bien pour les « Espagnols » résidant à la cour de France, mais elle s’inscrivait dans des espaces géopolitiques différents et reposait sur des distinctions entre ces espaces et les liens de fidélité à un monarque que l’on peut qualifier de « supranational », puisqu’il disposait de la « nationalité universelle »22. Ces diplomates « espagnols » présents à la cour du roi de France possédaient des caractères « internationaux » – si ce qualificatif n’est pas anachronique pour l’époque – par leur naissance ou par les unions matrimoniales. Toutefois, plus l’on avance dans le xviie siècle, plus ces cas semblent se raréfier. Si Charles Quint ou Philippe II encore employaient des Flamands, des Comtois (les Granvelle, Renard…) qui paraissaient tous étrangers dans les grandes cours européennes, Philippe III et Philippe IV plus encore utilisèrent surtout des Castillans dans leurs relations avec la cour de France.

18Cette homogénéisation des élites administratives de l’Empire ibérique au xviie siècle a-t-elle eu un impact sur la perception de l’étranger par les diplomates qui se succédèrent à Paris ? Doit-on établir une relation entre la castillanisation vraisemblable de ces élites et une certaine expression de xénophobie, ou du moins de francophobie, chez les Espagnols à la cour de France – xénophobie que reflétaient déjà partiellement les écrits du docteur Carlos García, puisqu’il s’efforçait de défendre la politique d’entente entre les deux grandes puissances du temps face aux adversaires de cette orientation pacifique qui, eux, soutenaient l’existence d’une antipathie dite « naturelle » entre Français et Espagnols ?

La cour de France : un monde hostile et étranger

19Si l’on suit les dépêches diplomatiques espagnoles, la cour de France apparaît comme un monde hostile. En premier lieu, l’espace curial est figuré comme un espace clos où le diplomate est contraint d’être présent et de résider, sans qu’il puisse le maîtriser. Or la cour est là où se trouve le roi. Le premier article des instructions diplomatiques reprend une formule identique pour les ambassadeurs en poste auprès du Très Chrétien. Il souligne l’importance pour l’ambassadeur de se trouver à la cour de France et d’y vivre :

  • 23 A.G.S., K 1665, le 23 septembre 1603 : instructions du roi à Baltasar de Zúñiga pour l’ambassade de (...)

1°. Vous ferez votre voyage à Paris où se trouve la résidence ordinaire de cette cour, gagnant du temps comme vous pourrez sur le chemin selon votre commodité. Si le roi de France ne s’y trouvait pas, là, vous l’aviserez de votre arrivée et vous attendrez l’ordre de ce qu’il souhaitera que vous fassiez, de l’attendre ou de l’aller chercher23.

  • 24 Andretta, Péquignot, Schaub, Waquet et Windler 2010.
  • 25 A.G.S., K 1481, fo 69, Lorenzo Ramírez de Prado au roi le 15 juin 1628.

20Dès l’audience avec le souverain, la cour se transforme en terrain où s’élabore un rapport de force politique entre les deux puissances24. Le face-à-face entre le souverain et le diplomate traduit une profonde inégalité entre les deux protagonistes, bien que l’ambassadeur soit considéré comme l’incarnation du roi qui le dépêche. Les éléments de construction de ce rapport de force sont bien connus : le temps d’attente d’une audience, l’espace dans lequel celle-ci est accordée et sa durée sont autant d’éléments essentiels de la représentation diplomatique et de la négociation politique. Les comportements qui s’y manifestent transcrivent-ils pour autant l’état des relations bilatérales ? L’examen des remarques des ambassadeurs espagnols permet d’apporter des nuances, tout en soulignant l’hostilité à laquelle ces derniers se heurtent à la cour. De nombreux exemples la manifestent, comme celui de l’ambassadeur Ramírez de Prado, envoyé au camp de La Rochelle en juin 1628 pour renouveler l’alliance franco-espagnole face aux menaces anglaises : il attend près de dix jours l’obtention d’une audience25.

  • 26 A.G.S., K 1425, fo 29, le roi à Cristobal de Benavente le 12 juin 1633.
  • 27 A.G.S., K 1476, fos 140-142, Girón au roi le 13 novembre 1619 : sur le refus de logement auprès du (...)

21Selon la nature du logement à la cour, voire son absence, les envoyés espagnols ressentent plus ou moins vivement cette « altérité » propre à leur statut d’étranger. Il en est ainsi quand les relations se tendent entre le marquis de Mirabel – ambassadeur espagnol auprès de Louis XIII – et le cardinal de Richelieu : ce dernier fait refuser un logement au représentant du roi d’Espagne. Au fait d’être régnicole du Roi catholique, c’est-à-dire adverse à la « nature » française, s’ajoute pour le diplomate la vexation d’être tenu éloigné du souverain qui devrait l’accueillir… À plusieurs reprises, les autorités monarchiques relèvent cette mise à l’écart : en novembre 1619, quand l’ambassadeur Girón suit la cour à Compiègne où, sous prétexte de manque d’espace, le roi ne lui attribue pas d’appartement dans l’espace du palais ; en juin 1633, quand Philippe IV écrit à l’ambassadeur Benavente qu’il est anormal qu’il soit logé hors du château de Fontainebleau et qu’accepter cette situation va à l’encontre de la coutume et de « ce qui se faisait envers vos prédécesseurs dans cette charge26 »,et ce, d’autant plus que des appartements sont réservés au même moment pour le nonce et pour l’ambassadeur du roi d’Angleterre27. Par ces mises à l’écart, ce n’était donc pas l’étranger qui était visé, mais bien l’Espagnol.

  • 28 Sur l’hispanophobie du roi de France et des principaux aristocrates, voir Hugon 2004.
  • 29 A.G.S., K 1480 : « lo principal de la naturaleza de Franceses se dispone mas por acidentes que por (...)
  • 30 A.G.S., K 1461, lettre de Villafranca au roi le 23 juillet 1608 : « obligado vazallo y criado que V (...)

22Cette perception par les diplomates du Roi catholique d’une cour hostile est inhérente, d’une part, à la prégnance de l’hispanophobie tant dans l’entourage royal que chez le roi lui-même28, et, d’autre part, à la permanence d’une francophobie répandue parmi les élites espagnoles. « Le principal de la nature des Français s’établit plus par accidents que par raison et il est très facile de disposer de leurs passions », écrivait le marquis de Mirabel à son souverain29. Le fait est connu que Pedro de Toledo, marquis de Villafranca, ambassadeur extraordinaire auprès d’Henri IV, chargé de considérer l’éventualité d’une alliance matrimoniale franco-espagnole entre le dauphin Louis et une infante, rapporta au roi d’Espagne : « vassal obligé et serviteur de V.M, je dois dire que pour ce que j’ai vu, Dieu me quitte la vie et l’honneur (la honra) si de cent filles miennes je leur en donnais une pour être reine de France30 ».

Observer les ambassadeurs et surveiller les étrangers à la cour

23Du fait de la fréquente hostilité de la cour du Roi très chrétien à leur égard, les diplomates espagnols trouvaient dans la présence d’autres ambassadeurs étrangers une certaine consolation. Les séjours français de Pierre-Paul Rubens confirment cette hostilité dont il informa les responsables espagnols, le plus souvent par la voie des Pays-Bas espagnols ou lors de son passage à Madrid. Dans une lettre au marquis d’Aytona, gouverneur à Bruxelles depuis la mort en 1633 de l’archiduchesse Isabelle, le comte-duc d’Olivares expose le point de vue que le peintre lui avait communiqué à propos de la mauvaise foi française du cardinal de Richelieu :

  • 31 Elliott 1991, p. 139 : source : Archives du duc de Médinaceli, Séville, leg. 79, lettre de Olivares (...)

Bien qu’il [Rubens] me dise que le cardinal me soit très souvent hostile – et les pamphlets dans lesquels il me ridiculise le prouvent – je puis affirmer que je ne suis ni en mauvais ni en bons termes avec lui, parce que dans les deux cas, je ne pourrai agir calmement… Ce serait une mauvaise chose si, en qualité de ministre de la France, et ennemi naturel de notre souverain, il était en bons termes avec nous, tout comme il serait mauvais que je sois en bons termes avec eux. Je crois que Dieu punira tout excès, car ses méfaits sont dirigés contre Dieu et contre la raison et la justice, et il ne pourra pas longtemps s’aventurer au-delà des limites31.

24Le fait que la cour de France formât un milieu hostile pouvait provenir aussi de la présence d’étrangers, sujets d’autres princes, qui trouvaient là un espace propice à leurs activités fréquemment interlopes et frauduleuses, du moins aux yeux des diplomates. Ces exilés appartenant à différentes « nations » constituaient une des catégories les plus surveillées par les diplomates, surtout lorsque ces nations relevaient de la souveraineté du monarque espagnol. Déracinés, nombre d’entre eux ne répondaient plus à une fidélité considérée comme normale – celle qu’ils devaient à leur souverain légitime. Ces proscrits et réfugiés apparaissaient comme des individus sans foi, prêts à tout afin de survivre, et de rentrer en grâce et de revenir dans leur patrie d’origine. Ils pratiquaient souvent le double jeu, entre le pouvoir qui les avait chassés et celui qui les accueillait. La correspondance abonde en notations sur ces individus troubles qui se glissaient dans une cour étrangère, dans notre cas la cour du roi de France. Souvent, ils proposaient aux diplomates espagnols des opérations extraordinaires, aux objectifs peu réalistes, tels que de lutter contre les flottes corsaires appartenant aux puissances opposées à la Monarchie catholique, ou contre les contrebandiers qui franchissaient la frontière espagnole chargés de livres hérétiques, de fausse monnaie ou de monnaie de billon ; ils soumettaient au Roi catholique des projets dénonçant les conversos, ces crypto-juifs pourchassés par l’Inquisition, les protestants et les morisques, etc.

  • 32 Correspondance […] 1923, t. 1, p. 255-256, lettre 582 (source : A.G.S E. 2025, consulte du Conseil (...)

25Tel était le cas de Martín del Espíritu Santo. Ce religieux portugais avait demandé à entrer en relation soit avec l’ambassadeur espagnol auprès d’Henri IV, soit avec les archiducs qui gouvernaient aux Pays-Bas, alors qu’il était arrivé à la cour de France avec d’autres marranes afin d’offrir des présents au souverain. Il fit preuve d’habileté en nouant de bonnes relations avec l’entourage royal, en particulier avec Sébastien Zamet, ce qui lui permit d’obtenir d’Henri IV une pension de cinquante écus par mois. À l’ambassadeur espagnol, il annonça vouloir lui révéler les chemins suivis par les marranes lors de leur franchissement clandestin de la frontière pyrénéenne. En échange de sa collaboration, il souhaitait que les autorités espagnoles sursoient à l’exécution de son frère, maintenu en détention en Andalousie par le Saint-Office et condamné pour trafic de monnaie32. Or, Martín del Espíritu Santo entretenait des relations avec d’autres étrangers réfugiés en France et qui avaient eux aussi leurs entrées à la cour, comme l’ancien secrétaire de Philippe II, Antonio Pérez, ou comme le prétendant au trône portugais, don Manuel, tous opposants au Roi catholique. Entre la surveillance de ces « étrangers » à la cour du Roi très chrétien et la négociation des affaires espagnoles dans lesquelles ils étaient impliqués, la tâche de l’ambassadeur consistait à intervenir pour son souverain afin de les empêcher de nuire à ses intérêts et cela, sans paraître s’immiscer dans les affaires du roi de France.

26D’autres individus troubles se trouvaient en relation à la fois avec la cour de France et avec l’ambassadeur espagnol qui ne manquait pas de les observer. En ce sens, la cour fonctionnait comme un centre d’attraction pour un monde interlope d’étrangers venus offrir leurs services et soumettre leurs projets au roi de France. Ces transfuges savaient bien que la présence à la cour de diplomates constituait un moyen fort pour peser sur les négociations. Cela contribue à expliquer la vive attention que portaient à cette catégorie d’étrangers les ambassadeurs espagnols. Suspects d’avoir des visées contraires aux intérêts de leur souverain, ils prenaient toutefois langue avec son représentant à la cour de France, menant ainsi un double jeu pour tenter de sauvegarder leurs intérêts. Deux cas l’illustrent singulièrement.

  • 33 Durand Lapie 1905, p. 113-128 et p. 243-260. Manuel (ou Emmanuel) reçoit plus tardivement de Philip (...)
  • 34 A.G.S., K 1460, Irarraga au roi le 10 novembre 1607.
  • 35 A.G.S., K 1451, f° 118, le roi à Zúñiga le 6 juillet 1604.
  • 36 A.G.S., K 1452, Cárdenas au roi le 15 décembre 1610 ; A.G.S., K. 1464, f° 44, Cárdenas au roi le 14 (...)
  • 37 A.G.S., K 1478, f° 163, Mirabel, décembre 1621.

27Avec don Manuel du Portugal (1568-1638), se trouvait posée la question de l’empire, et en particulier de l’empire portugais. Comme son frère don Cristobal, don Manuel constituait donc une des cibles privilégiées de l’ambassade qui observait avec soin la nature de ses liens avec la cour de France. Fils de don Antonio, prieur de Crato – défunt prétendant malheureux au trône de Portugal –, il apparaissait comme un individu inquiétant, d’autant qu’il était aussi le gendre de Guillaume le Taciturne et qu’il entretenait des relations privilégiées avec les Provinces-Unies33. Il s’efforçait de conserver ses contacts avec le pouvoir monarchique français dans le but d’obtenir un soutien financier et d’armer une flotte pour attaquer les colonies espagnoles34. En 1604, lors d’un passage de don Manuel à Paris, le roi d’Espagne donna pour instruction à Zúñiga d’employer Salvador Machado afin de pénétrer ses intentions et celles de son jeune frère, don Cristobal35. Quelques années plus tard, l’ambassadeur Cárdenas précisa au roi d’Espagne que seul Cristobal percevait une aide de la monarchie française36. Néanmoins, en 1621, le marquis de Mirabel, à qui Cristobal avait communiqué des renseignements sur un prétendu départ de Saint-Malo de navires armés pour les Indes, faisait part de ses doutes sur les informations transmises, allant jusqu’à soupçonner son informateur de transmettre d’autres informations à la cour de France et aux Étatsgénéraux37.

  • 38 Marañon 1998, p. 741-762.
  • 39 A.G.S., K 1426, f° 4, Conseil d’État du 30 juillet 1602 ; A.G.S., K 1603, f° 102, juillet 1602.

28Le cas d’Antonio Pérez est différent car il s’agit d’un Espagnol qui avait appartenu à l’élite administrative de la Monarchie catholique et qui, au début du xviie siècle, avait trouvé refuge à la cour de France où Henri IV le protégeait. Fils de Gonzalo Pérez (1500 ?-1556), secrétaire d’État de Charles Quint et de Philippe II, Antonio était devenu à son tour un des deux secrétaires du souverain. Cependant, impliqué en 1578 dans des luttes de factions à la cour d’Espagne, il avait été accusé d’avoir assassiné le secrétaire qui servait de bras droit à don Juan d’Autriche et avait subi pour cela deux années de détention. Par la suite, il avait été exilé de la cour. En 1590, il était parvenu à s’enfuir en Aragon où il s’était cru à l’abri des lois castillanes. Le recours à l’Inquisition pour l’y arrêter avait provoqué en septembre de l’année suivante un soulèvement à Saragosse. En fuite, Antonio Pérez avait quitté la péninsule, recherchant la protection d’Élisabeth Ire et celle d’Henri IV. Il avait trouvé refuge en Béarn, puis en Angleterre, puis à nouveau auprès du roi de France. Menant une vie de proscrit, il tentait de monnayer auprès du plus offrant ses connaissances de l’administration et de la politique ibériques, tout en s’efforçant d’échapper aux nombreux attentats commandités par son ancien maître38. Parmi les instructions que le conseil d’État transmettait au diplomate espagnol à Paris, le besoin de collecter des informations sur ce qu’il pouvait tramer à la cour de France apparaissait central : pour cette raison, le 30 juillet 1602, l’ambassadeur Tassis reçut une proposition, émanant d’un catholique français, de surveiller les Espagnols qui, par le biais d’Antonio Pérez, maintenaient des relations avec des membres de la cour de France39. À la fin du règne d’Henri IV, Pérez, déjà âgé, entra lui-même en relation avec l’ambassade pour solliciter une amnistie qui ne vint pas : il mourut pauvre à Paris en 1610.

Institutionnaliser la surveillance des étrangers ?

29Cette suspicion des diplomates espagnols envers les étrangers à la cour de France trouvait son pendant à la cour espagnole. En effet, depuis la fin du xvie siècle, la monarchie espagnole s’était dotée d’un office spécialisé dans la surveillance du territoire, et en particulier de la cour, avec la charge d’espía mayor, que nous traduisons par « grand-espion ». Sa principale fonction résidait dans la défense et la protection de la monarchie, du roi et de la religion face à de possibles intrusions étrangères : si la cour du Roi catholique était bien la « mère des nations » pour l’Empire ibérique, elle était aussi le lieu de possibles infiltrations ennemies. On peut risquer l’anachronisme d’une comparaison de cette charge de grand-espion avec les missions des services de contre-espionnage. Institué à la cour d’Espagne à la fin du xvie siècle et au début du xviie siècle, cet office faisait montre d’une grande activité que traduisent les nombreuses correspondances du premier grand-espion de la Monarchie catholique, Juan Velázquez. Parmi les exemples abondants de son zèle, nous trouvons l’information suivante :

  • 40 A.G.S., E 183, f° 79, Juan Velázquez le 8 mars 1599 : « Tambien me avisan que en casa de algunos se (...)

On m’avise que quelques étrangers servent dans des maisons de certains seigneurs et ministres de V.M avec qui [les agents anglais] correspondent. D’aucune manière, il ne convient qu’il y ait d’Anglais dans les maisons particulières40.

  • 41 Hugon 1995, p. 355-375 ; Hugon 1996, p. 59-82.
  • 42 A.G.S., K 1432, f° 110, Andrés Velázquez à Olivares le 28 février 1624 : « teneis por sin duda que (...)

30La dénonciation d’agents étrangers à la cour trouve de nombreuses autres illustrations sous le règne de Philippe III (1598-1621)41. La création d’une telle charge à la cour des Habsbourg d’Espagne n’était pas sans implication sur la perception des étrangers : la fonction même de grand-espion entraînait l’adoption d’une grille d’analyse politique principalement formulée en termes de conspirations et d’intrigues souterraines. Ainsi, en 1624, distinguant des changements d’attitude à la cour de France, le grand-espion Andrés Velázquez les attribue aux pressions internationales souterraines exercées par des puissances étrangères sur le roi de France : « on tient pour certain que la chute des ministres de France fut excitée par Rome par des avis du pape. On ne sait pour quelle cause42 ». La main de l’étranger se trouverait donc à l’origine des mutations dans les cours : les théories du complot devenaient rapidement un des fondements de l’analyse politique pour ce responsable auprès du Roi catholique…

31Les politiques de surveillance du milieu curial et de ses zones sensibles avaient donc trouvé à s’appliquer dans la monarchie espagnole : trouvèrent-elles leurs équivalents dans la monarchie française d’Henri IV et de Louis XIII ? La question du logement de l’ambassadeur a déjà été évoquée, mais on ne peut réduire le problème du contrôle des diplomates à leur seule résidence à la cour.

  • 43 La terreur qu’inspiraient d’éventuelles relations avec un diplomate est mentionnée par l’ambassadeu (...)
  • 44 Preto 1994, cité p. 61.
  • 45 Accusés de conspiration contre la république de Gênes au profit du duché de Savoie, Giulio Cesare V (...)

32En effet, on constate que, à partir des xvie et xviie siècles, nombre d’États modernes se dotèrent de structures institutionnelles de surveillance sur les sociétés traditionnelles ; les élites n’échappèrent pas à ces contrôles, qu’il s’agisse de la cour, des diplomates ou des aristocrates et patriciens. Dans la république de Venise, une Inquisition fut créée en 1539, dotée de trois inquisiteurs nommés par le Conseil des Dix. Appelés « inquisiteurs d’État » à partir de 1596, ils furent les auxiliaires de la politique du secret de l’oligarchie : ils contrôlèrent l’ordre public, la moralité et les intérêts économiques de la République contre d’éventuelles pénétrations étrangères. Ils recevaient des fonds secrets afin de recruter des agents43. Mais surtout, une interdiction claire et nette fut faite aux nobles vénitiens « d’avoir des contacts avec les ambassadeurs et autres ministres étrangers présents à Venise44 ». En 1612, toujours à Venise, le pouvoir autorisa la délation des contrevenants et, en 1631, ces mesures furent complétées par l’interdiction faite aux Vénitiens de donner des fêtes dans leurs maisons en l’honneur d’un prince ou d’un ministre étranger. Ce modèle vénitien des inquisiteurs d’État fut imité par la République de Gênes à partir de 1628, à la suite de la conjuration de Giulio Cesare Vachero45 : là aussi, il était interdit aux sujets d’entrer en contact avec les ambassadeurs étrangers.

33Ces interdictions des relations de sujets avec des représentants d’autres souverains étaient plus difficiles à faire respecter dans les sociétés de cour, qui étaient tout à la fois des sociétés d’apparence et des sociétés du spectacle : comment empêcher un sujet présent à la cour de son roi de converser avec l’interlocuteur de ce dernier ? Le problème fut pourtant soulevé à plusieurs reprises en France, où des mesures furent projetées lors de la régence pour prohiber toute relation des régnicoles avec des étrangers. À en croire le Mercure françois de 1617 :

  • 46 Cinquiesme tome du Mercure Francois ou suitte de l’Histoire de Nostre temps sous le regne du Tres-C (...)

Il a tousiours esté imputé à crime aux particuliers, de communiquer avec les Ambassadeurs Estrangers, sans expresse permission du Roy. L’Assemblée dernière des Estats, ayant recognu de quelle importance cela estoit ; & se ressouvenant des pernicieux offices pour l’Estat que telle communication a apporté par le passé, A supplié le Roy de faire deffenses à toutes sortes de personnes de voir, visiter, ny hanter les Ambassadeurs, sans son congé. Mais pour ce que tous ceux qui ont dessein de deservir sa Majesté, & troubler l’Estat par l’entremise des Ambassadeurs, ou recevoir de la part de leurs Maistres des presens & advantages, ne peuvent estre retenus & reprimez que par severes peines. Sa Majesté veut qu’il soit advisé par l’Assemblée, sous quelles peines les deffenses doivent estre faictes et publiées. L’Assemblée est d’advis, sous le bon plaisir du Roy, que pour faire garder & observer inviolablement l’Ordonnance qui sera faite par sadite Majesté sur ladite Proposition, qu’il soit procédé contre ceux qui y contreviendront, comme criminels de leze Majesté46.

34Ce texte fait suite aux états généraux tenus en 1614-1615 et à l’Assemblée des notables de Rouen de 1617, où fut formulé ce souhait de restreindre les contacts entre les régnicoles et les représentants de souverains étrangers. Il est intéressant de noter que ce projet fut mentionné par le diplomate espagnol auprès de Louis XIII : le duc de Monteleón alors en poste retranscrit cette proposition pour la transmettre à Madrid. Toutefois, il la relativisa en affirmant qu’elle ne visait que le nonce et l’ambassadeur d’Angleterre, ce qui s’expliquait par sa propre position privilégiée ainsi que celle de son épouse au cœur du dispositif curial, en particulier auprès de la reine Anne d’Autriche :

  • 47 A.G.S., K 1474, f° 4, le 5 janvier 1617, Monteleón au roi : « es demasiada la estimación que agora (...)

La noblesse et les princes attachent trop d’importance à mon amitié et à ma correspondance, ayant jugé spécialement extraordinaire le concours qu’il y eut dans ma maison à l’époque où ma sœur mourut ; [..] ce qui les a conduits à agir ainsi, selon ce qu’on entend et dit, tient aux huguenots et à la façon excessive dont l’ambassadeur d’Angleterre s’entremit dans les rumeurs passées et les concours qu’il y a au moment des prêches dans sa maison47.

35Restée lettre morte, cette intention de surveiller l’accès aux diplomates fut renouvelée en 1625 et en 1639. Néanmoins, aucun office spécifique destiné à contrôler les étrangers, tel que celui de grand-espion en Espagne ou celui d’Inquisiteur d’État à Venise, ne fut créé à la cour de France.

36Dans quelle mesure la monarchie française se dota-t-elle donc d’une politique envers les étrangers qui se trouvaient à la cour, voire qui y résidaient, et comment les diplomates espagnols perçurent-ils ces tentatives de contrôle ?

Introduire les ambassadeurs étrangers

  • 48 Le 31 juillet 1589, veille de l’assassinat perpétré par Jacques Clément, Henri III séjournait dans (...)
  • 49 . A.G.S., K 1460, lettre d’Irarraga, le 3 décembre 1607, avertissant que Bonneuil remplace Gondi fi (...)

37Si le contrôle stricto sensu des étrangers n’existait pas dans la monarchie française de la première moitié du xviie siècle, en dépit des velléités des assemblées de l’établir, des pratiques d’encadrement des diplomates furent en effet mises en place de facto à partir de la fin du xvie siècle, avec l’instauration sous Henri III de la charge d’introducteur – ou conducteur – des ambassadeurs, cela au moment où le cérémonial de cour se perfectionnait. Cette exigence croissante du cérémonial se combina avec la codification progressive des règles de conduite dans les cours et avec la nécessité pour les pouvoirs monarchiques d’y surveiller la présence des étrangers. Pour cette raison aussi, la charge d’introducteur avait été longtemps englobée dans les fonctions de maître des cérémonies. Quelle que soit la date exacte de fondation de cette charge – 1578 ou 1585 –, elle correspond nettement au développement politique de l’institution curiale : elle répondait à une volonté d’y régler les entrées et les accès. L’officier chargé de la conduite des diplomates disposait du monopole de l’organisation des audiences royales, et on connaît la proximité du premier titulaire de la charge, Jérôme de Gondi, avec le souverain48. Ceux qui se succédèrent devaient résider en permanence auprès du roi : Jérôme de Gondi, puis son fils Jean-Baptiste à partir de 1605, Bonneuil à partir de 160849, Guron et Bautru à partir de 1632 jouaient les rôles d’intermédiaires et de filtres entre les diplomates et le souverain. À partir de 1620, la cour de France se dota même de deux introducteurs, auxquels on adjoignit un lieutenant.

  • 50 A.G.S., K 1604, Tassis au roi le 4 août 1601.
  • 51 A.G.S., K 1464, f° 127, Cárdenas au secrétaire Aróztegui, le 16 mai 1611.
  • 52 A.G.S., K 1462, f° 8 et 134, lettres de Cárdenas des 7 et 17 mai 1610.

38Sous les règnes d’Henri IV et de Louis XIII, les diplomates espagnols mentionnent régulièrement l’introducteur des ambassadeurs dans leur correspondance : ils décrivent et expliquent l’existence de cet office à la cour de France par le désir de la puissance accréditrice de les surveiller. À plusieurs reprises, ils se heurtèrent à ce dispositif. Ce fut par la bouche de l’introducteur des ambassadeurs que Jean-Baptiste de Tassis apprit qu’Henri IV, malade, ne pourrait le recevoir en août 160150. En mai 1611, l’ambassadeur Cárdenas annonçait au conseil d’État espagnol que le représentant des Provinces-Unies venait d’essuyer les foudres de Marie de Médicis pour avoir tenté de forcer son entrée auprès d’elle sans avoir préalablement averti l’introducteur des ambassadeurs51. L’année précédente, Cárdenas lui-même avait reçu une visite de l’introducteur pour recadrer le protocole qui présidait au couronnement de Marie de Médicis, puis aux funérailles d’Henri IV – ce qui n’empêcha pas qu’une violente altercation entre les ambassadeurs espagnol et vénitien s’y produisît. Si l’introducteur des ambassadeurs devait avertir le corps diplomatique de l’organisation du protocole à l’occasion des événements importants, il devait aussi tenter d’éviter que les rivalités entre puissances, par diplomates interposés, ne s’expriment dans le cadre de la cour52. Dans le même temps, son attitude se calquait sur l’état des relations entre les monarques, du moins à en croire la correspondance diplomatique espagnole. Dans un précis de cette correspondance, il est noté que l’ambassadeur Benavente

  • 53 A.G.S., K 1417, f° 23 : précis de la correspondance de Benavente des 3 au 22 mai 1634 : « da cuenta (...)

rend compte de ce qu’il a dit au cardinal à propos de l’incivilité qu’avait adoptée le conducteur avec don Cristobal, laissant entendre que cela ne pouvait pas avoir eu lieu sans ordre supérieur et que si l’on agissait ainsi pour l’empêcher de communiquer avec la reine Très Chrétienne infante, il lui dirait comment se gouverner53.

39Selon Albert J. Loomie, l’office d’introducteur ou de conducteur était apparu à la cour de France, et se serait ensuite diffusé aux cours d’Espagne et d’Angleterre. Dans le cas espagnol, alors que la charge de grand-espion existait déjà, le pouvoir monarchique invita son représentant à la cour de France à l’informer sur l’utilité de cet emploi d’introducteur ou de conducteur :

  • 54 A.G.S., K 1457, f° 164, le roi à Mirabel le 13 juin 1625 : « Al exemplo de lo que se haze ahí que e (...)

À l’exemple de ce qui se fait là-bas [en France], et comme j’ai d’autre part résolu d’établir ici dans cette cour un office de conducteur des ambassadeurs et pour asseoir cela au mieux, je vous charge de m’avertir des qualités de cet office là-bas, de celui qui le possède, de celui qui sert et de son lieutenant, ainsi que des soldes [perçues], des entrées dans le palais, et en quoi consiste son exercice, et tout le reste concernant cet office, et cela avec beaucoup de détails pour que l’on puisse prendre une résolution optimale dans ce que l’on doit faire54.

  • 55 A.H.N. Madrid, estado 4826, consultes des 13 et 18 mars, 6 juin 1626.

40La décision espagnole d’imiter cette institution d’un introducteur des ambassadeurs à la cour de France fut prise au printemps 1626 : elle confirme l’existence d’interactions entre les différentes cours européennes ; elle souligne l’importance que les souverains accordent à l’accès des diplomates et à son contrôle, tout comme elle manifeste leur volonté de codifier les relations de leurs sujets avec les représentants de cours étrangères55. Le point de vue partagé de deux cours en faveur d’un contrôle des étrangers en leur sein ne débouche pourtant pas sur des pratiques uniformes. Cette diversité des pratiques est illustrée par l’existence de la charge de grand-espion en Espagne et son absence en France, et par la présence plus ancienne de l’office d’introducteur des ambassadeurs à la cour du Roi très chrétien : dans quelle mesure ces décalages traduisent-ils des conceptions distinctes de la nationalité, de la naturalité et plus généralement de l’étranger ? Se méfiait-on moins des diplomates dans le monde ibérique à cause de la variété de leurs origines dans l’Empire et inversement s’inquiétait-on plus en France de les voir observer la cour ?

41Malgré les tendances grandissantes au contrôle des étrangers qui s’expriment dans les assemblées représentatives et au sein du corps des officiers du roi, en France et en Espagne, le milieu curial apparaîtrait-il structurellement rétif à la fermeture nationale ? Le fait que la cour soit un espace public où le pouvoir princier s’expose, voire s’exhibe, comme moyen politique du rayonnement de la puissance monarchique la contraignait-il à l’ouverture ? En Espagne, la nature même de la monarchie – composite ou mosaïque – faisait de la cour la « mère des Nations », le creuset où les élites de diverses possessions du souverain se retrouvaient et se rencontraient autour de leur monarque, sans véritable intention de fusion ou d’opposition entre les « nations ». Ainsi, un diplomate napolitain ou franc-comtois, bien qu’étranger à la Castille ou au Portugal, défendait les mêmes intérêts : ceux de son souverain. Au sein de la monarchie française, la diversité des origines existait, mais le lien du souverain avec ses sujets s’exerçait en vertu du seul titre royal : le roi de France était le souverain de tous ses sujets qui appartenaient tous à un même royaume, et sous un même titre. L’institution curiale reflétait-elle cette homogénéité qui asseyait fortement l’autorité monarchique ? Depuis la cour, la perception de l’étranger pouvait se présenter en tant que menace permanente de complot et de subversion de l’ordre établi – ce dont se réclamèrent les opposants de Concini, puis de Mazarin. Or, simultanément et de manière contradictoire, l’espace curial se devait d’être un espace ouvert, même aux étrangers, car il constituait le lieu où le souverain et sa politique se donnaient à voir, où la publicité monarchique s’exerçait à destination des sujets et à l’égard des puissances étrangères et de leurs représentants, ce qui devait interdire les décisions trop radicales à leur encontre.

Haut de page

Bibliographie

Alvarez Junco, José, 2001, Mater dolorosa : la idea de España en el siglo XIX, Madrid, Taurus ; trad. française, 2011, L’idée d’Espagne : la difficile construction d’une identité collective au xixe siècle, Rennes, PUR.

Alvarez-Ossorio Alvariño Antonio, 2004, « Introducción » et « Naciones mixtas. Los jenízaros en el gobierno de Italia », dans A. Alvarez-Ossorio Alvariño et B. J. García García (dir.), La monarquía de las naciones. Patria, nación y naturalez en la Monarquía de España, Madrid, Fundación Carlos de Amberes, p. 29-36 et 597-652.

Andretta Stefano, Péquignot Stéphane, Schaub Marie-Karine, Waquet Jean-Claude et Windler Christian (dir.), 2010, Paroles de négociateurs. L’entretien dans la pratique diplomatique de la fin du Moyen Âge à la fin du xixe siècle, Rome, coll. de l’École française de Rome.

Beaune Colette, 1985, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard.

Correspondance de la cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas au xviie siècle, 1923, éd. H. Lonchay et J. Cuvelier, t. 1, Précis de la correspondance de Philippe II (1598-1621), Bruxelles, Kiessling.

Dubost Jean-François et Sahlins Peter, 1999, Et si on faisait payer les étrangers ? Louis XIV, les immigrés et quelques autres, Paris, Flammarion.

Duccini Hélène, 1991, Concini. Grandeur et misère du favori de Marie de Médicis, Paris, Albin Michel.

Durand Lapie Paul, 1904, « Un roi détrôné réfugié en France : Dom Antonio Ier de Portugal (1580-95) », Revue d’histoire diplomatique, n° 18, p. 133-345, 275-307, 612-640.

Durand Lapie Paul, 1905, « Un roi détrôné réfugié en France : Dom Antonio Ier de Portugal (1580-95) », Revue d’histoire diplomatique, n° 19, p. 113-128 et 243-260.

Elliott John H., 1991 [1984], Richelieu et Olivares, Paris, PUF.

García Carlos, 1622, L’opposition et conjonction des deux grands luminaires de la terre [de la France et de l’Espagne] / La oposición y conjunción de los dos grandes luminares de la tierra. Obra apazible y curiosa en la qual se trata de la dichosa Alianza de Francia y España : con la Antipatía de Españoles y Franceses, Cambrai, La Rivière.

González Cuerva Rubén, 2010, Baltasar de Zúñiga y la encrucijada de la Monarquía hispana, Madrid, Universidad Complutense.

Gutiérrez Asensio, 1977, La France et les Français dans la littérature espagnole : un aspect de la xénophobie en Espagne : 1598-1665, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne.

Hayem Fernand, 1910, Le maréchal d’Ancre et Léonora Galigai, Paris, Plon.

Hugon Alain, 1995, « L’affaire L’Hoste ou la tentation espagnole (1604) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 42-43.

Hugon Alain, 1996, « Les rendez-vous manqués de Gérard de Raffis : espionnage et retournement idéologique sous le règne de Henri IV », Revue historique, CCXCVI/I.

Hugon Alain, 2004, Au service du Roi catholique : « honorables ambassadeurs » et « divins espions » face à la France. Représentation diplomatique et service secret dans les relations hispano-françaises de 1598 à 1635, Madrid, Bibliothèque de la Casa de Velázquez.

Lettres missives de Henri IV, 1858, éd. J. Berger de Xivrey, t. VII, 1606- 1610, Paris.

Loomie Albert J., 1975, « The Conducteur des Ambassadeurs of Seventeenth Century France and Spain », Revue belge de philologie et d’histoire, t. LIII, p. 333-354.

Marañon Gregorio, 1998 [1re éd. 1947], Antonio Pérez, Madrid, Espasa Calpe.

Merle du Bourg Alexis, 2004, Peter Paul Rubens et la France, 1600-1640, Lille, Presses universitaires du Septentrion.

Musi Aurelio, 2000, L’Italia dei viceré, Cava de’Tirreni (Salerne) , Avagliano editore.

Perceval José Maria, 1990, « La antipatía entre españoles y franceses, un best-seller escrito por el doctor García », Historia, n° 16, octobre.

Piot Charles, 1878, « Don Emmanuel, prétendant à la couronne de Portugal et la famille de ce prince », Bulletin de la Commission royale d’histoire, 4série, t. V, p. 275-340.

Preto Paolo, 1994, I servizi segreti di Venezia, Milan, Il Saggiatore.

Rübsam Joseph, 1889, Johan Baptista von Tasis, ein Staatsmann und Militär unter Philipp II und Philipp III. 1530-1610, Fribourg, Herder.

Sahlins Peter, 2004, Unnaturally French : Foreign Citizens in the Old Regime and After, Ithaca/New York/Londres, Cornell University Press.

Williams Patrick, 1986, « El reinado de Felipe III », dans Historia general de España y America, t. VIII, La crisis de la hegemonia española, Madrid, Rialp, p. 419-443.

Yardeni Myriam, 1971, La conscience nationale en France pendant les guerres de Religion, Paris-Louvain.

Haut de page

Notes

1 Yardeni 1971.

2 Beaune 1985.

3 Au xixe siècle, la question continuait à se poser : Alvarez Junco 2001.

4 Voir l’usage de la notion de « janissaires » en espagnol pour qualifier les enfants de couples mixtes dans la péninsule italienne : Alvarez-Ossorio Alvariño 2004 ; en 1734, le Diccionario de lengua castellana de la Real Academia 1734, p. 43, élargit la définition : « el hijo de padres de diversa Nación : como de Español y Francesa, o al contrario. Es voz aràbiga » (« L’enfant de parents de nations diverses, comme l’espagnole et la française ou vice-versa. C’est un mot arabe »).

5 Le Diccionario de lengua española de la Real Academia 1992, p. 1012, définit ainsi la naturalidad : « origen que alguien tiene según la ciudad o pais en que ha nacido ; derecho inherente a los naturales de un país » (« Origine que quelqu'un possède selon la ville ou le pays où il est né ; droit inhérent au natif d'un pays »).

6 Archivo General de Simancas [A.G.S.], série K 1472 : le 12 novembre 1612, projet de réponse de Cárdenas, fo 158.

7 A.G.S., estado 2227 : lettre de Philippe III à Iñigo de Cárdenas, datée de Lerma, le 22 mai1610 : « Aqui ha venido un hombre que dize se llama Juan de Madrigal natural de Burgos, que su profesion es mercader y ha recibido muchos anos en abre de gracia adonde dize que ha tenido muchas amistad con un cavallero frances natural de aquella villa » [souligné par nous].

8 Libro capitular del cavildo y regimiento desta muy noble y siempre muy leal ciudad de Sevilla donde se escriben los acurdos y demas cossas que passan en el dho cavildo este pre[sen]te año de el nacimiento de nro Sor de 16.. : « se dispenso para que SM conceda naturaleza en estos reynos al dr Antonio Boxani, milanes” el 19 de junio de 1648 » (« On la délivra [la lettre] pour que S. M. concède la naturalité de ces royaumes au docteur Antonio Boxani, milanais, le 19 juin 1648 »).

9 Sahlins et Dubost 1999 ; Sahlins 2004. On peut rappeler que les lettres de naturalité font de l’étranger un « étranger naturalisé », ce qui le distingue des milliers d’étrangers (les « aubains ») qui, eux, ne peuvent pas bénéficier des droits des Français naturels.

10 Sur cette œuvre et son auteur : García 1622 ; Hayem 1910, p. 218 et p. 254-255 ; Gutiérrez 1977, p. 450-469 ; Perceval 1990, p. 60-67 ; Duccini 1991, p. 79-80 et p. 285.

11 Dans la première moitié du xviie siècle, l’œuvre est éditée à Paris, Cambrai, Gand (possession du Roi catholique) et Rouen.

12 La Pragmatique de 1550, De officiorum provisione, établit des quotas entre naturels et Espagnols. Son application supposerait l’existence d’une définition claire de la nationalité espagnole. Or, à la lecture des contestations liées à ce texte, on s’aperçoit que la notion apparaît fluctuante. Cette souplesse est illustrée par exemple par la difficulté de statuer sur le cas des enfants de soldats espagnols et de mères italiennes qu’on appelait des « janissaires ». Musi 2000, p. 199.

13 A.G.S., K 1464, fo 40 : le 6 février 1611, Iñigo de Cárdenas au secrétaire Aróztegui.

14 Antonio Alvarez-Ossorio Alvariño note que la souveraineté entraînait la possession par le roi de la nationalité universelle, ce que confirmait sa capacité à distribuer des offices dans toutes ses possessions – d’où l’importance de la perception de « la cour royale comme mère des nations » : Alvarez-Ossorio Alvariño 2004, p. 31.

15 Rübsam 1889 ; Biographie nationale, Bruxelles, 1926-1929, t. 24, p. 612-661.

16 González Cuerva 2010.

17 A.G.S., K 1453, le 10 février 1612 : le roi écrit à Zúñiga qu’il a envoyé son secrétaire « Bruneo » auprès de l’électeur de Cologne en vue de l’élection du roi des Romains.

18 González Cuerva 2010, p. 68 : « Esta versión se da actualmente por perdida. Conocemos su existencia por Diego de Cisneros, quién traslado al castellano en 1636 el primer volumen de los Ensayos. De Zúñiga decía que “traduxó algunos capitulos deste Auctor que andan manuscriptos ; pero con tantas faltas y corrales, que no se dexan entender bien ni se goza el fructo que se pretende de la lectura” » (« Cette version est actuellement considérée comme perdue. Nous connaissons son existence par Diego de Cisneros, qui traduisit le premier volume des Essais en castillan en 1636. De Zuniga, il disait “qu’il traduisit quelques chapitres de cet auteur qui demeurent manuscrits ; mais avec tant de fautes et de lacunes qu’on ne comprend pas bien, pas plus qu’on ne bénéficie des fruits de la lecture” »).

19 Ce premier duc de Monteleón est le seul non-Espagnol à remplir la charge de vice-roi de Naples (1530 à 1534).

20 Williams 1986, p. 439.

21 González Cuerva 2010, p. 426.

22 Alvarez Ossorio 2004, p. 30.

23 A.G.S., K 1665, le 23 septembre 1603 : instructions du roi à Baltasar de Zúñiga pour l’ambassade de France : « hagays v[uest]ro viaje a Paris donde suele ser la residencia ordinaria de aquella corte ganando el tiempo que pudiere en el camino con vra comodidad si el rey de Francia no se hallare allí le avisareys luego de vra llegada y espaxareys la orden de lo que querra que hagays acerca de yr le a buscar o esperarle » ; ibid., le 31 mai 1607 : instructions du roi à Iñigo de Cárdenas, ambassadeur ordinaire en France ; ibid, avril 1619 : instructions au marquis de Mirabel.

24 Andretta, Péquignot, Schaub, Waquet et Windler 2010.

25 A.G.S., K 1481, fo 69, Lorenzo Ramírez de Prado au roi le 15 juin 1628.

26 A.G.S., K 1425, fo 29, le roi à Cristobal de Benavente le 12 juin 1633.

27 A.G.S., K 1476, fos 140-142, Girón au roi le 13 novembre 1619 : sur le refus de logement auprès du roi à Compiègne. Ce refus lui fut signifié par le secrétaire d’État Puisieulx et l’introducteur des ambassadeurs, Bonneuil.

28 Sur l’hispanophobie du roi de France et des principaux aristocrates, voir Hugon 2004.

29 A.G.S., K 1480 : « lo principal de la naturaleza de Franceses se dispone mas por acidentes que por razon son muy facile de componerse las passiones de entre ellos ».

30 A.G.S., K 1461, lettre de Villafranca au roi le 23 juillet 1608 : « obligado vazallo y criado que V.M tiene debo dezir que por lo que he visto, dios me quite la onra y la vida si de cien hijas mias les diese una para reina de Francia ». Devenu dix ans plus tard gouverneur du Milanais, le même Villafranca notait que sans argent en France, on ne négocie rien : les Français sont vénaux. A.G.S., K 1593, f° 332, avis de Villafranca de décembre 1618.

31 Elliott 1991, p. 139 : source : Archives du duc de Médinaceli, Séville, leg. 79, lettre de Olivares du 23 août 1631 ; sur Rubens et la France : Merle du Bourg 2004, p. 42-44.

32 Correspondance […] 1923, t. 1, p. 255-256, lettre 582 (source : A.G.S E. 2025, consulte du Conseil d’État du 19 juin 1607).

33 Durand Lapie 1905, p. 113-128 et p. 243-260. Manuel (ou Emmanuel) reçoit plus tardivement de Philippe III le titre de vice-roi des Indes avec une forte pension et part s’établir à Bruxelles où il meurt le 22 juin 1638 ; Piot 1878, p. 275 et ss ; Lettres missives de Henri IV 1858, p. 495 : la lettre du 3 mars 1608 d’Henri IV à Jeannin indique qu’à la mort de don Antoine, Henri IV avait promis de protéger Manuel et Christophe du Portugal. Dans le cas présent, Manuel s’en va en Hollande et Henri IV demande à Jeannin de l’assister.

34 A.G.S., K 1460, Irarraga au roi le 10 novembre 1607.

35 A.G.S., K 1451, f° 118, le roi à Zúñiga le 6 juillet 1604.

36 A.G.S., K 1452, Cárdenas au roi le 15 décembre 1610 ; A.G.S., K. 1464, f° 44, Cárdenas au roi le 14 février 1611.

37 A.G.S., K 1478, f° 163, Mirabel, décembre 1621.

38 Marañon 1998, p. 741-762.

39 A.G.S., K 1426, f° 4, Conseil d’État du 30 juillet 1602 ; A.G.S., K 1603, f° 102, juillet 1602.

40 A.G.S., E 183, f° 79, Juan Velázquez le 8 mars 1599 : « Tambien me avisan que en casa de algunos señores y ministros de V.M sirven algunos estrangeros con quienes corresponden y que ninguna manera conviene que aya Ingleses en casas particulares. »

41 Hugon 1995, p. 355-375 ; Hugon 1996, p. 59-82.

42 A.G.S., K 1432, f° 110, Andrés Velázquez à Olivares le 28 février 1624 : « teneis por sin duda que la caida de los ministros de Francia fue mobida de Roma por avisos del papa no se sabe con que causa ».

43 La terreur qu’inspiraient d’éventuelles relations avec un diplomate est mentionnée par l’ambassadeur espagnol dans un courrier à Madrid : A.G.S., E 3540, f° 117, La Roca au roi le 29 janvier 1633 : « Quatro mezes ha que voy esforçando el miedo de un hombre procurando le hazer confidente para el servicio de V.M... » (« Voici quatre mois que j’attise la peur d’un homme cherchant à le gagner comme confident au service de V. M. »).

44 Preto 1994, cité p. 61.

45 Accusés de conspiration contre la république de Gênes au profit du duché de Savoie, Giulio Cesare Vachero et une trentaine d’autres conjurés furent condamnés et exécutés pour trahison en mai 1628.

46 Cinquiesme tome du Mercure Francois ou suitte de l’Histoire de Nostre temps sous le regne du Tres-Chrestien Roy de France et de Navarre Louys XIII, 1617, p. 305.

47 A.G.S., K 1474, f° 4, le 5 janvier 1617, Monteleón au roi : « es demasiada la estimación que agora hazen los principes y la nobleza de mi amistad y comunicación aviendo especialmente juzgado por estraordinario el concurso que huvo en mi casa en el tiempo que mi hermana murió [..] y que principalmente los ha movido segun lo entienden y dizen mucho razones de los uganotes y lo demasiado que el embaxador de Inglaterra se entrometió en los rumores pasadas y el concurso que ay en su casa a las predicas de su secta » ; effectivement, durant le conflit civil qui, d’août 1615 à juin 1616, avait opposé le gouvernement de Marie de Médicis au prince de Condé soutenu par une partie des protestants français, Jacques Ier avait voulu jouer les médiateurs entre les révoltés et le gouvernement royal ; assister au culte dans les chapelles des ambassadeurs protestants était pour les protestants parisiens un moyen de contourner l’interdiction du culte protestant dans la capitale portée par l’édit de Nantes.

48 Le 31 juillet 1589, veille de l’assassinat perpétré par Jacques Clément, Henri III séjournait dans la demeure de Gondi à Saint-Cloud.

49 . A.G.S., K 1460, lettre d’Irarraga, le 3 décembre 1607, avertissant que Bonneuil remplace Gondi fils ; Loomie 1975, date son entrée en fonction du 19 août 1609.

50 A.G.S., K 1604, Tassis au roi le 4 août 1601.

51 A.G.S., K 1464, f° 127, Cárdenas au secrétaire Aróztegui, le 16 mai 1611.

52 A.G.S., K 1462, f° 8 et 134, lettres de Cárdenas des 7 et 17 mai 1610.

53 A.G.S., K 1417, f° 23 : précis de la correspondance de Benavente des 3 au 22 mai 1634 : « da cuenta de la forma en que habló al card. de Richelieu sobre las descortesías que el conductor de ambaxadores hazia con don Cristobal dando a entender al card. que esto no podia ser sin orden superior que si se hazia por desviarle mas de la comunicación de la reyna cristianissima infante le dixese el modo con que se havia de governar ».

54 A.G.S., K 1457, f° 164, le roi à Mirabel le 13 juin 1625 : « Al exemplo de lo que se haze ahí que en otras partes he resuelto que de aquí adelante aya en esta corte officio de conductor de embaxadores y para asintar lo que a esto toca como mas convenga os encargo me aviseys luego que calidades tiene ahí este officio la que tiene el que le sirve y su teniente que sueldos que entradas en palacio y en que consiste su exercicio y todo lo demas concerniente al oficio con mucha particularidad para que se pueda tomar azertada resolución en lo que se huviere de hazer » ; A.G.S., K 1433, f° 53, Ciriza à Andrés de Losada, 11 juin 1625.

55 A.H.N. Madrid, estado 4826, consultes des 13 et 18 mars, 6 juin 1626.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Hugon, « L’étranger à la cour de France selon l’ambassade espagnole auprès du Roi très chrétien (1re moitié du XVIIe siècle) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2016, mis en ligne le 28 juillet 2016, consulté le 24 mai 2017. URL : http://crcv.revues.org/13824 ; DOI : 10.4000/crcv.13824

Haut de page

Auteur

Alain Hugon

Professeur d’histoire moderne, Normandie Univ, UNICAEN, CNRS, CRHQ, 14000 Caen, France – alain.hugon@unicaen.fr. Alain Hugon a enseigné à l’université de Rennes 2 avant de rejoindre l’UFR d’histoire de l’université de Caen où il est directeur adjoint du CRHQ (UMR CNRS 6583). Il a écrit sur plusieurs sujets, dont la formation de la diplomatie européenne (Rivalités européennes et hégémonie mondiale – modèles politiques, conflits militaires et négociations diplomatiques xvie-xviiie siècles, Paris, Armand Colin, 2002), les relations officielles et secrètes entre les monarchies française et espagnole (Au service du Roi catholique : « honorables ambassadeurs » et « divins espions » face à la France. Représentation diplomatique et service secret dans les relations hispano-françaises de 1598 à 1635, Madrid, 2004), les révoltes durant l’époque moderne à Naples (Naples insurgée. 1647-1648. De l’événement à la mémoire, Rennes, PUR, 2011) et le règne de Philippe IV d’Espagne (Philippe IV. Le siècle de Vélasquez, Paris, Payot, 2014). Alain Hugon is a history professor specializing in early modern Europe at the University of Caen, Basse-Normandie. He used to teach at the University of Rennes before joining the history department at the University of Caen in 2002, where he is assistant director of the Centre de recherche d’histoire quantitative (UMR CNRS 6583). He has written on a range of topics, including the making of European diplomacy (Rivalités européennes et hégémonie mondiale – modèles politiques, conflits militaires et négociations diplomatiques xvie-xviiie siècles, Paris, Armand Colin, 2002), official and secret relations between the French and Spanish courts (Au service du Roi catholique : « honorables ambassadeurs » et « divins espions » face à la France. Représentation diplomatique et service secret dans les relations hispano-françaises de 1598 à 1635, Madrid, 2004), revolts in early modern Naples (Naples insurgée. 1647-1648. De l’événement à la mémoire, Rennes, PUR, 2011) and a biography of Philip IV (Philippe IV. Le siècle de Vélasquez, Paris, Payot, 2014). alain.hugon@unicaen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org