Navigation – Plan du site
2016

Modeler le comportement de la reine par l’étiquette

La Maison d’Anne d’Autriche, quatrième reine consort de Philippe II (1570-1580)
Modelar a la reina a través de la Etiqueta. La casa de Ana de Austria, cuarta consorte de Felipe II (1570-1580)
Shaping the Queen by Etiquette. The Household of Anne of Austria, 4th Queen Consort of Philip II of Spain (1570-1580)
Elisa García Prieto
Traduction de Leïla Tahir

Résumés

Après le mariage de Philippe II avec sa nièce, l’archiduchesse Anne d’Autriche, et l’arrivée de la nouvelle souveraine, une réforme de la Maison de la reine eut lieu qui prit la forme d’une nouvelle étiquette. Ce nouveau texte fournit une structure – avec quelques légères modifications par rapport au précédent – pour la Maison de la reine qui servit de référence pour les siècles qui suivirent, fixa les obligations des différentes charges de la Maison et modifia le comportement du personnel au palais. Cette réforme influença également la personne de la reine. Le texte en lui-même et l’administration quotidienne de la Maison nous permettent de comprendre le comportement que Philippe II attendait de la reine consort et, par là, des femmes qui étaient choisies pour devenir reines catholiques. Nous examinerons dans cette étude comment fut mis en œuvre ce processus, ainsi que les défis et difficultés rencontrés. Ceci nous permettra de comprendre le rôle joué par l’étiquette, mais aussi par Anne d’Autriche.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail s’inscrit dans le projet « Culturas aristocráticas en el Siglo de Oro Ibérico: usos, modelos, saberes y comunidades políticas » HAR2014-54492-P (2015-2017) de l’université Complutense Madrid (UCM), financé par le ministère espagnol de la Science et de l’Innovation. Direction du projet : Fernando J. Bouza Álvarez.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Alvar Ezquerra 2015, p. 401.

Le 19 [octobre], la pieuse reine y tomba malade [à Badajoz], peut-être attrapa-t-elle par dévouement et par contagion la maladie du roi. Le mal l’affecta tant qu’elle ne put le surmonter. Ainsi que la créature, le petit enfant qu’elle portait depuis six mois, elle trépassa chrétiennement le 26. Dieu tout-puissant ait son âme. Le départ de cette femme pieuse et qui craignait Dieu est une perte pour toute la chrétienté, mais surtout pour moi qui perds une souveraine d’une très grande clémence. (« El día 19 [de octubre] la piadosa reina enfermó allí [en Badajoz], quizá por abnegación al contagiarse del rey, y el mal le afectó tanto que no pudo superarlo. Junto con la criatura, un niñito del que estaba embarazada en el sexto mes, falleció cristianamente el 26. Dios todopoderoso acoja su alma. Fue una mujer temerosa de Dios y piadosa, con la que toda la cristiandad sufre una gran pérdida, pero sobre todo yo pierdo una clementísima señora.1 »)

1Par ces mots, l’ambassadeur impérial à Madrid résumait dans son journal la mort d’Anne d’Autriche, quatrième reine consort du roi Philippe II d’Espagne, qui eut lieu pendant la crise de succession portugaise de 1580. Celle qui avait été jadis archiduchesse s’éteignait, à trente ans, après avoir porté le titre de reine catholique durant dix années et avoir assuré la continuité de la dynastie en donnant naissance à cinq enfants. Elle avait su jouer avec sérieux le rôle qui lui avait été confié et réussi à occuper une place importante dans la vie du roi catholique.

  • 2 Sans compter les biographies de vulgarisation, plusieurs travaux ont porté sur certains aspects de (...)
  • 3 Maximilien II 1963 ; Martínez Millán 1999 ; Sánchez 1998b.
  • 4 Rodríguez Salgado 1992 ; Buyreu Juan, 2000 ; Martínez Millán 1994.

2Pourtant, la figure d’Anne d’Autriche a fait l’objet d’un traitement partiel, voire sommaire, par l’historiographie, qui n’a analysé que certaines facettes de la vie de la reine consort. Nous en trouvons des exemples dans l’étude de son rôle cérémoniel ou de sa participation aux réseaux de mécénat artistique entretenus par les Habsbourg2. Son influence sur les milieux politiques et diplomatiques, y compris sur son propre entourage courtisan, est en revanche passée sous silence. Il est certain que son rôle discret tranchait avec l’engagement d’autres femmes de la famille. Nous ne nous attarderons pas sur les nombreux exemples de participation active de princesses Habsbourg à la vie politique, pour ne mentionner que deux cas très proches de l’archiduchesse. Sa mère, l’impératrice Marie, déploya des efforts notables dans la défense des intérêts de la dynastie et de l’orthodoxie catholique en tant qu’impératrice consort de Maximilien II3. Sa tante Jeanne d’Autriche, princesse de Portugal, veuve, dirigea le gouvernement péninsulaire entre les règnes de Charles Quint et Philippe II4.

3Assurément, l’œuvre de la dernière reine consort de Philippe II fait pâle figure face à ces fortes personnalités qui ont marqué le devenir de la dynastie dans la seconde moitié du xvie siècle. Il faut ajouter que la personnalité du monarque laissait une faible marge de manœuvre à ses épouses, et qu’il détermina la place apparemment secondaire tenue autant par Anne d’Autriche que par la reine précédente, Isabelle de Valois. En outre, l’archiduchesse rejoignait la péninsule avec un objectif clair et, une fois installée à la cour de Madrid, s’attela à la réalisation de ses obligations de reine consort. Dans cet article, nous nous proposons d’approfondir ces questions et de réhabiliter la figure de cette reine et son legs.

Une nouvelle Maison pour une nouvelle souveraine

  • 5 L’emprisonnement du prince Don Carlos et son décès comptent parmi les événements les plus obscurs – (...)

4À l’origine de la transformation de l’archiduchesse Anne d’Autriche en reine catholique, on trouve deux événements tragiques qui portèrent un coup à la monarchie hispanique en 1568. À l’emprisonnement5 de Charles d’Autriche (Don Carlos) puis son trépas qui s’ensuivit en juillet, s’ajouta la mort de la reine Isabelle en octobre des suites d’une fausse couche. Les deux événements plongèrent la Couronne dans une crise aiguë : le roi était veuf et n’avait plus d’héritier mâle. Certes, les infantes Isabelle et Catherine constituaient un espoir de succession, mais le souverain décida de contracter un nouveau mariage afin de consolider la continuité dynastique. L’archiduchesse, dont le projet de mariage avec son cousin Charles d’Autriche avait été compromis par l’emprisonnement de ce dernier, devint finalement reine catholique après des négociations et la signature d’un contrat de mariage avec son oncle. Cette union qui allait la rendre à la terre qui l’avait vu naître faisait peser une lourde responsabilité sur ses épaules : donner un héritier mâle au roi et renforcer les liens entre les deux branches familiales des Habsbourg. Son entourage proche ne doutait pas que la nouvelle souveraine possédât les qualités requises d’une reine catholique. Cependant, quelles étaient les attentes à Madrid ?

  • 6 Voir Martínez Millán 2000, p. 159-184 et García Prieto 2012.
  • 7 L’introduction du cérémonial bourguignon dans la Maison du prince Philippe n’affecta pas certains s (...)

5La nouvelle reine consort fut accueillie dans un contexte de profonde aspiration au changement de la part de son entourage proche. Cette volonté se concrétisa dans la production d’une nouvelle étiquette pour la Maison de la reine qui, selon les termes du souverain, devait servir « d’exemple pour l’avenir » (« ejemplar para lo sucesivo »). Ce faisant, il valorisait l’idée d’un texte qui devait résister à l’épreuve du temps. En effet, ces mesures prises en 1570 étaient considérées, d’une certaine manière, comme le summum de la transformation de la cour hispanique depuis l’avènement des Habsbourg6. Étant entendu que l’étiquette est l’ensemble des usages qui devaient être observés au sein d’une maison (royale ou nobiliaire), la cour espagnole avait vécu une lente professionnalisation qui, avec la nouvelle dynastie, se nourrit des éléments qui composaient le cérémonial bourguignon. Ceci ne signifiait toutefois pas la simple introduction de modes de comportements étrangers au cérémonial castillan, mais plutôt l’hybridation de diverses traditions dans un but commun : promouvoir la figure du souverain et de sa famille. L’organisation selon le style bourguignon de la Maison de celui qui était alors le prince Philippe (futur Philippe II) en 1548 marqua, sans aucun doute, un premier pas en ce sens et aboutit à l’impulsion réformiste à laquelle nous nous intéressons ici. Dans les deux cas, le résultat fut la création d’un cérémonial proprement espagnol, qui eut ensuite une résonance dans d’autres cours européennes et put s’exporter au travers des mariages contractés par les infantes espagnoles7.

  • 8 Biblioteca Nacional de España (désormais BNE), Etiquetas para la Casa de la Reina, ms. 10129. La In (...)
  • 9 Cette question a été traitée par Katrin Keller dans deux études, l’une analysant la codification de (...)

6L’intention réformiste produisit en 1570 un texte écrit qui venait codifier les façons de faire au palais en fixant les charges et les obligations de la Maison de la souveraine. Le fait d’inscrire noir sur blanc les comportements bienséants au palais constituait une étape essentielle vers la continuité dynastique à laquelle aspirait Philippe II. L’existence d’un texte ad hoc facilite aux historiens la compréhension du fonctionnement de l’espace aulique au service de la souveraine. Chargés de la rédaction des règles de l’étiquette, le marquis de Ladrada et le secrétaire Gaztelu, entre autres, laissèrent un texte manuscrit intitulé Etiquetas para la Casa de la Reina. Conservé à la Bibliothèque nationale d’Espagne, il contient non seulement les principaux critères définissant les charges et les obligations mentionnées, mais aussi une série d’annotations traitant des cas de conflits qui, de manière prévisible, pouvaient se produire à l’application des règles. La prise de conscience qu’un texte seul ne pouvait résoudre les éventuels problèmes motiva l’écriture d’un règlement secret complétant l’étiquette et centré sur la façon de régler les événements quotidiens de la vie de la souveraine, du déroulement des repas à l’organisation des divertissements au palais8. Il ne faut pas négliger un autre point dans l’étude de l’étiquette, à savoir son inscription dans un contexte qui dépasse les limites de la péninsule. En effet, cette démarche de codification concordait avec ce qui se passait dans d’autres cours Habsbourg. Malgré l’absence, semble-t-il, de textes normatifs comme celui que nous décrivons à la cour impériale, la structure de la Maison de l’impératrice comportait des éléments communs et analogues à ceux en vigueur chez la reine catholique. Dans d’autres cours Habsbourg, comme celle de Graz, nous observons l’introduction d’un code similaire en 1571, d’autant plus notable qu’il eut une influence décisive sur la cour impériale au siècle suivant9.

  • 10 Les documents du marquis de Ladrada, conservés dans un manuscrit à la British Library (Additional m (...)

7Si le texte Etiquetas para la Casa de la Reina est fondamental pour la connaissance de l’organisation de la Maison, d’autres documents antérieurs nous renseignent aussi sur le fonctionnement du personnel au service des reines qui ont précédé Anne d’Autriche. La bureaucratisation croissante de la monarchie sous les Habsbourg conduisit à la production d’une mine de documents, à des fins purement comptables, qui nous éclairent sur la domesticité décrite ici. La Maison se reflète dans les états du personnel qui indiquaient le salaire des différents commensaux. Il faut y ajouter les relations sur leur gestion, dont témoignent divers documents. Ces rapports étaient produits non seulement par les employés de la Maison – comme les majordomes – mais aussi par des ministres du roi. C’est pourquoi il ne faut pas étudier la Maison d’Anne d’Autriche sous la seule perspective des normes de l’étiquette, mais aussi à partir d’autres textes plus narratifs, comme les rapports du marquis de Ladrada, ou le registre des dépenses de la Maison10. Cet ensemble de sources permet de mieux comprendre la Maison de la reine et les raisons qui ont conduit à la codification de l’étiquette. L’importance donnée à la Maison de la reine dans les documents produits par l’administration royale démontre la validité de la thèse de la présente étude, à savoir l’importance d’une part du rôle de la reine consort dans le fonctionnement de la monarchie de Philippe II, et d’autre part de la relation du roi avec la structure domestique à son service. Une série d’éléments nous aide à comprendre le rôle attribué à la nouvelle reine consort, rôle qui peut se décliner en trois volets que nous aborderons successivement : l’image publique de la reine, les manières et les gestes attendus d’elle et la consolidation de son influence. Ces trois facettes confèrent un pouvoir certain à la souveraine qui, bien qu’incomparable à celui d’autres femmes de la dynastie, ne peut être ignoré. En définitive, le rôle qu’a dû jouer la reine dans la structure courtisane permit à la Couronne de renforcer, comme elle le souhaitait, son contrôle sur les élites, qui devaient se mettre au service de la monarchie.

L’image publique d’Anne d’Autriche

  • 11 Sur les entrées de la reine dans différentes villes de la monarchie, voir Sanz Lucas 1983 ou Borreg (...)

8L’étiquette, comme le mettent en exergue plusieurs textes, eut pour principal résultat de consolider la figure de la reine et son rôle cérémoniel. Son importance avait déjà été mise en avant par l’établissement de différents rituels. Sans proposer un rituel aussi rigide que celui de la monarchie française, le souverain engagea un certain nombre de mesures destinées à exalter la Couronne et la dynastie et à mettre en valeur le lien entre le roi et la reine. Parmi ces initiatives, citons le remarquable cérémonial d’entrée de la reine dans les villes du royaume, particulièrement, celles qui hébergeaient la cour. À cet égard, les entrées effectuées par Isabelle de Valois avaient commencé à dessiner une règle qui prit sa forme définitive avec l’entrée d’Anne d’Autriche à Madrid en 1570. Celle-ci définit notamment le déroulement de l’entrée de la reine consort sous les Habsbourg. Cet événement, qui fut amplement décrit par les chroniqueurs et attira l’attention des historiens, consolidait le rôle cérémoniel de la reine et marquait l’entrée dans la fonction qu’elle devait endosser pendant la décennie suivante11.

  • 12 L’accompagnement de la reine par des majordomes est traité par exemple dans le premier point du règ (...)

9L’établissement de cette fonction ne se limita pas à ces actes symboliques. En effet, l’étiquette organisa les aspects clés de la représentation extérieure de la reine, en scandant de manière claire les moments où elle doit se dérober ou au contraire se montrer à la cour. Repas, visites d’ambassadeurs ou de Grands d’Espagne, et sorties publiques se convertirent en autant d’occasions dans lesquelles la reine se laissait voir par les siens et les étrangers. La norme écrite est pointilleuse pour ce qui est de définir et de fixer les usages en ces occasions. Ainsi, la reine pouvait prendre ses repas de manière publique ou plus privée. Dans ce dernier cas, le travail demandé au majordome était moins exigeant, car il suffisait de superviser un petit nombre de commensaux chargés de servir les mets et les boissons. Plus complexe était sa tâche quand la reine se présentait devant des courtisans, des Grands d’Espagne ou des ambassadeurs. Dans ces situations, il fallait non seulement veiller au bon déroulement de la scénographie compliquée liée à l’apparition publique de la reine, mais aussi surveiller de près ses échanges avec les serviteurs. À ces occasions, la présence de commensaux en grand nombre était essentielle à la fois pour l’accomplissement de leurs obligations et pour l’image de magnificence que la royauté entendait donner12. Ce sont ces occasions que les ambassadeurs relataient dans leurs mémoires et il fallait être à la hauteur de l’ostentation affichée par d’autres cours étrangères. Entraient ici en ligne de compte d’autres considérations que l’étiquette ne traite pas, mais que nous connaissons par les révélations du grand majordome.

  • 13 British Library (désormais BL), Relación de las joyas de la Princesa de Portugal, Add. ms. 28354, f(...)
  • 14 Sur le conflit avec ce tailleur, nommé Herrera, voir García Prieto 2013, p. 83.

10Lors de cette apparition publique, l’apparence de la reine jouait un rôle primordial. La richesse de ses atours et des joyaux qu’elle portait disait avec éloquence sa dignité royale et la prospérité de la monarchie. C’est pourquoi on ne s’étonnera guère que le grand majordome et le roi aient échangé leurs impressions après la lecture d’un mémoire décrivant les joyaux que la princesse de Portugal cherchait à vendre. Philippe II prit la décision d’acquérir certains de ces bijoux pour compléter les parures du serre-bijoux de son épouse qui ne semblaient pas dignes d’une reine catholique13. De même, sont tout aussi cohérents les efforts du majordome pour éviter la nomination d’un nouveau tailleur pour la reine. Don Antonio de la Cueva essayait non seulement d’affaiblir l’influence d’un groupe de femmes de la Chambre, mais aussi de favoriser la nomination de personnes compétentes et dignes de la maîtresse qu’elles devaient servir14.

Anne d’Autriche : miroir de vertus et modèle de conduite

11Les aspects décrits plus hauts semblent limiter la fonction de la reine consort à un rôle de représentation. De fait, Philippe II octroyait à son épouse un rôle cérémoniel très important, mais était-ce là son unique mission ? En approfondissant l’étude de la Maison de la reine et de sa gestion, nous observons que la fonction de la reine consort englobait d’autres facettes étroitement liées à la relation qu’elle devait entretenir avec ses commensaux.

  • 15 Voir Rodríguez Salgado 2003a et 2003b.
  • 16 Par exemple, à la Maison de la reine très chrétienne Anne d’Autriche, étudiée par Río Barredo et Du (...)
  • 17 Sur ces lignages, voir Cruz Medina 2008 et 2014, Marek 2008 et Lindorfer 2009.

12Au vu de l’abondance de notes à ce sujet dans les écrits adressés par le marquis de Ladrada au roi, il y a lieu de s’interroger sur les motifs de cette préoccupation chez le majordome. Il souhaitait éviter les problèmes rencontrés au temps d’Isabelle de Valois, que certains historiens attribuèrent à l’attitude quelque peu indolente de la reine15. En effet, l’arrivée de la reine française entraîna une série d’incidents dus en partie à des conflits entre les domestiques espagnols et la suite française qui accompagnait la reine consort. Cette Maison n’eut pas l’exclusivité de ce type de problème, auquel se heurtèrent d’autres maisons royales européennes16. Le marquis de Ladrada essaya d’enrayer une situation susceptible de se reproduire dans la structure domestique servant la nouvelle reine. Anne d’Autriche, comme la reine précédente, vint accompagnée d’une suite nombreuse, nécessaire à son service. L’impératrice comme la reine essayèrent, dans la mesure de leurs possibilités, d’intégrer le plus grand nombre de leurs commensaux dans la nouvelle Maison qu’on montait. L’une comme l’autre savaient en effet combien un cercle de fidèles était précieux pour survivre dans une cour étrangère. D’une certaine manière, l’assimilation était facile : nombre de ces femmes étaient originaires de lignages castillans qui s’étaient déplacés vers l’Empire pour servir l’empereur Ferdinand Ier, puis l’impératrice Marie. Leur arrivée à Madrid était en réalité un retour à leurs origines. C’est pourquoi le majordome dut trouver des arguments plus ingénieux pour imposer ses choix face aux désirs de sa maîtresse17.

13Les préoccupations du majordome étaient toutefois plus complexes que les conflits entre personnel « allemand » et espagnol. Il aspirait notamment à réorganiser la Maison pour en faire le modèle d’une conduite irréprochable.

  • 18 Ces pratiques ont laissé leur empreinte dans les comptes administratifs du Palais : « Le 23 mars 15 (...)
  • 19 « Quand il y a de la musique ou autre chose similaire dans la chambre de la reine ou une autre part (...)
  • 20 Bien que la farce prévue à l’origine ait pu être remplacée par un auto sacramental, « il y eut enco (...)

14Ce projet visait la reine même, qui ne devait inspirer aucun doute concernant son honneur et sa bonne réputation. Les vertus chrétiennes jugées convenables pour toute femme devaient trouver leur expression la plus élevée dans la souveraine. C’est pourquoi plusieurs points de l’étiquette précisaient la conduite à adopter pour éviter de jeter le moindre doute sur l’honnêteté de la reine. Ainsi, la souveraine était toujours accompagnée de sa camérière et de ses dames d’honneur et, si le roi s’absentait de nuit, la première devait dormir dans la chambre de la reine et le majordome devait abandonner sa demeure dans la ville de Madrid et se rendre à l’Alcazar de façon à exercer une surveillance plus étroite. Elle devait aussi pratiquer d’autres vertus, comme la charité, qui se matérialisait par des dons aux institutions religieuses, et surtout participer à certains rituels, comme le Mandé du jeudi saint18. La souveraine incarnait le miroir dans lequel les autres femmes devaient se regarder, plus particulièrement celles de son premier cercle, qui n’étaient autres que ses commensales. Les gestes rituels importaient donc, mais ils n’étaient pas les seuls ; il fallait aussi se soucier des moments quotidiens et moins solennels. La vie de palais comprenait des périodes de loisir et de réjouissances, avec diverses manifestations allant des visites aux sites royaux – comme Aranjuez ou Valsain – aux divertissements présentés dans les murs de l’Alcazar. Il s’agissait de représentations théâtrales, de bals ou de soirées musicales organisés dans les appartements des différents membres de la famille royale. L’étiquette cherchait à réglementer ces distractions en y appliquant les mêmes critères de contrôle et de séparation des sexes qu’à d’autres aspects de la vie de cour. Étaient ainsi précisées les personnes chargées de la surveillance (majordome et majordomes de semaine) et les restrictions qu’il convenait d’établir19. Il fallait limiter les contacts entre les dames et les messieurs qui assistaient aux divertissements – tâche d’autant plus compliquée que la Maison de la reine partageait des espaces avec la Maison des archiducs d’Autriche. Pour revenir au comportement de la reine, on attendait de la souveraine en ces occasions qu’elle canalise ces divertissements dans les limites imposées par la décence et, surtout, fasse respecter l’austérité requise de la Maison d’une reine catholique. Malgré ces précautions, à ces occasions, comme à de nombreuses autres, il est arrivé que le majordome intervienne, considérant qu’on n’observait pas la retenue attendue d’une reine. Ainsi, le marquis se plaignit à Philippe II des représentations théâtrales que la reine et la princesse Jeanne d’Autriche, sœur cadette du roi, avaient organisées pendant le Carême. Ici le « délit » était double : ni les dates, ni les thèmes des pièces choisies ne convenaient à l’esprit de contrition attendu à cette période si importante du calendrier liturgique20.

  • 21 Ce point se répète fréquemment dans les étiquettes, comme nous pouvons le voir dans le vingt-quatri (...)

15Dans ce processus d’émulation de la vertu, le miroir est à deux faces. D’un côté la reine était le modèle dans lequel devaient se regarder les dames ; de l’autre, le comportement de ces dernières avait des répercussions positives ou négatives sur la reine consort. Ainsi, l’étiquette insistait sur le comportement exigé des dames, qui devait se caractériser par la courtoisie, des gestes et des paroles réprimés, en somme une attitude irréprochable21. De plus, elles ne devaient pas prêter le flanc aux commérages et devaient se conduire de manière à ne pas nuire à la bonne réputation qu’on leur présupposait. Pour cela, les jeunes dames faisaient l’objet d’une surveillance spéciale, confiée aux titulaires de plusieurs charges instituées à cet effet. Il s’agit des offices de garde de dames, qui se divisaient en deux catégories et étaient chargés de veiller au respect des conventions. L’étiquette visait donc à imposer un contrôle et une retenue qui étaient loin de régner en réalité. De même, la grande camérière (camerera mayor), en tant que tête féminine de la Maison, devait corriger et réprimander celles dont la conduite ne satisfaisait pas ces exigences.

  • 22 L’épisode fut narré de manière détaillée par le marquis de Ladrada, qui nous apprend que les dames (...)
  • 23 Dans ce billet, il décrit comment « par certaines fenêtres et d’autres on a vu des femmes parler » (...)

16Si les intentions étaient louables, la mise en pratique se révélait bien plus ardue. Le premier majordome, qui s’impliquait bien au-delà de ses obligations, rapporta diverses plaintes sur le comportement inconvenant des dames dont il mesurait l’insolence et l’attitude provocante. Ces défaillances se manifestèrent dans plusieurs épisodes, qui provoquèrent un scandale certain au palais madrilène. Le plus notoire fut la rébellion ouverte des dames contre les mesures prises pour contrôler les conversations qu’elles avaient avec les commensaux masculins des différentes maisons et particulièrement avec les gentilshommes qui vivaient à l’Alcazar ou le fréquentaient. Cette rébellion se traduisit par la destruction de jalousies qui avaient été placées aux fenêtres de la galerie donnant sur la cour de l’Alcazar. La nouvelle eut un retentissement qui dépassa les limites de la ville et de la cour de Madrid. Bien que, selon l’étiquette, ce soit la grande camérière qui soit chargée de châtier les dames, c’est le majordome qui intervint personnellement en cette affaire. Tout comme Philippe II, il estimait qu’il fallait infliger un châtiment sévère aux dames, en les enfermant dans leurs quartiers pour la durée qui serait jugée nécessaire. Toutefois, les attentes de don Antonio de la Cueva furent rapidement déçues, car la reine, cédant aux demandes des frères des dames ayant enfreint la règle, lesquels plaidaient leur cause, consentit à la prompte « libération » des jeunes femmes. De l’avis du majordome, la reine se fourvoyait en prenant cette décision, mais il l’excusa en raison de la courte durée qui s’était écoulée depuis son arrivée dans la péninsule et de sa grossesse, ce qui impliquait de la ménager22. Néanmoins, Philippe II et lui-même exprimèrent clairement après cet épisode la nécessité pour la reine de surveiller les dames. En effet, don Antonio, dans un billet, fit part à la reine de ses préoccupations quant à leur conduite. Non seulement il était important de préserver leur honneur pour leur bien, mais aussi pour que l’honneur de la reine ne soit pas entaché. Les termes du majordome laissent transparaître sa crainte des commérages que certains comportements pouvaient susciter à Madrid23.

Patronage courtisan et influence politique d’une reine consort

  • 24 Sur l’entrée en religion, voir le billet du marquis de Ladrada adressé à Philippe II, Madrid, 28 se (...)

17L’intervention de la reine ne consistait pas seulement à corriger l’attitude des dames quand elle était fautive ; Anne d’Autriche se devait de leur procurer agréments et avantages. Si les dames de la cour étaient au premier rang de la vie de la souveraine, cette dernière catalysait la réussite de leur carrière aulique. Il faut savoir que certaines des femmes qui intégrèrent le registre du palais entre 1570 et 1580 avaient été élevées avec l’archiduchesse à Vienne et l’avaient accompagnée dans son voyage vers la capitale de la monarchie espagnole. Elles virent comment la reine accomplissait avec succès un de ses principaux devoirs – assurer la succession des Habsbourg espagnols par des héritiers mâles. Pendant toute cette période, c’est la protection de la reine qui détermina pour ses dames l’ampleur de la faveur royale. Cette dernière se traduisait de diverses manières dans la vie des dames. L’accumulation de ressources chez certaines indiquait leur statut de favorites dans un groupe peu homogène. Les relations des ambassadeurs et les nouvelles à la main constituent une source fondamentale sur les manifestations de la faveur, qui sont corroborées par les documents administratifs du palais. Le marquis de Ladrada mentionne ainsi que la reine consort ne se pliait pas toujours à ses obligations. Parmi ses responsabilités, lui revenait par exemple de favoriser les alliances matrimoniales de ses commensales. Le mariage était un événement fondamental dans une carrière aulique, pour lequel les dames abandonnaient leurs obligations domestiques auprès de la Maison royale. Elles acquéraient un nouveau statut qui s’accompagnait des devoirs auxquels était tenue toute épouse aristocratique. L’étiquette envisageait également le cas de celles qui épousaient le Christ, c’est-à-dire qui se consacraient à la vie religieuse. La reine pouvait même assister à certaines entrées en religion. Pourtant, à l’une de ces occasions, le majordome considéra qu’il n’était pas convenable qu’elle le fasse. Anne d’Autriche avait exprimé le souhait d’assister à la prise de voile d’une des dames naines du palais, doña Luisa. Elle put finalement réaliser son souhait, mais uniquement parce que la princesse Jeanne s’y montra favorable et se joignit au cortège royal qui accompagna la future religieuse en cette journée extraordinaire. Les marques de faveur de la reine envers doña Luisa ne se limitèrent pas à ce geste symbolique ; elle envisagea aussi d’intervenir en faveur d’un des frères de la jeune femme qui désirait entrer au couvent franciscain de Palencia24.

  • 25 « Je me suis réjouie d’entendre des nouvelles de votre santé et je me réjouirai plus encore quand j (...)
  • 26 « Je lègue à doña Ana Manrrique ma dame, outre le compte qui lui est habituellement donné, deux mil (...)

18Outre sa présence aux événements liés aux fiançailles de ses commensaux, la reine participa à des négociations matrimoniales et facilita l’établissement des nouveaux mariés. Pour revenir aux dames qui l’accompagnèrent dans la suite en provenance de Vienne, plusieurs faits notables indiquèrent qu’elles étaient les grandes favorites de la reine. Le cas de doña Margarita Lasso est particulièrement emblématique. La venue de cette dame à Madrid ne devait être qu’une transition, car ses fiançailles avec le comte Claudio Trivulzio avaient été négociées et il était entendu qu’elle n’intégrerait pas vraiment la Maison de la reine. Pourtant, son passage à la cour fut employé à lui apporter, ainsi qu’à son futur conjoint, le bénéfice d’une grâce du roi catholique. Pour cela, Anne d’Autriche agit en soutenant les démarches entreprises en faveur du jeune couple par sa mère l’impératrice depuis Vienne. Après avoir quitté la péninsule, Margarita Lasso ne fut jamais privée de la protection royale, Anne d’Autriche ayant même été la marraine de son premier fils25. D’autres femmes de la famille Lasso, comme doña Luisa Lasso ou Isabel Lasso, virent leur fortune s’accroître grâce à l’intervention d’Anne d’Autriche. Leur nom figure dans les legs testamentaires de leur maîtresse, pour l’augmentation de la gratification en maravédis (équivalant à un million) que la Couronne leur remettait au moment de leur mariage26.

  • 27 Par exemple, en 1577 la reine écrivit des lettres à don Juan de Zúñiga, ambassadeur à la cour de Ro (...)

19L’intervention de la reine ne se limitait pas à ces gestes et elle eut une influence plus grande sur la vie de ses commensales. Le séjour au palais donnait la possibilité aux membres de cette élite sociale d’asseoir leur position et de consolider l’avenir de leur famille. L’étiquette tentera en vain d’encadrer les pratiques visant à favoriser l’ascension aulique. Il était par exemple interdit aux dames de recevoir des mémoires de personnes étrangères à la cour et d’en faire part ensuite à des membres de la famille royale. De fait, soit par l’intervention des commensales, soit à son initiative, la souveraine s’immisça dans les carrières des membres des familles et des parents des femmes de la Maison et d’autres serviteurs. Ainsi, plusieurs missives furent envoyées à l’ambassadeur espagnol à Rome pour l’obtention de bulles ou d’offices pour certains de ses serviteurs, fils de la grande camérière ou membres de la famille de sa duègne dite dueña de retrete27.

20Ces actions, qui peuvent paraître ordinaires et secondaires pour comprendre le rôle de la reine consort, sont pourtant très significatives. Par ces gestes, Anne d’Autriche se révéla être un élément clé dans la distribution de la grâce royale. L’attribution des grâces était un acte fondamental dans l’organisation des relations entre le monarque et sa cour. Or, leur quantité était limitée et il fallait en mesurer le coût et en choisir les destinataires de façon à préserver la stabilité de ce milieu social. Par conséquent, les choix d’Anne d’Autriche avaient une incidence sur la « paix sociale » nécessaire en premier lieu à sa Maison et par extension à la cour du roi catholique.

21La capacité d’intercession de la reine en faveur de serviteurs fut mise à profit par des personnes extérieures à sa Maison. Le cas le plus notable est probablement l’intervention de l’empereur Maximilien auprès de sa fille pour qu’elle appuie des natifs de l’Empire dans l’obtention de postes dans des maisons espagnoles ou d’autres types de pensions. Ces faits viennent non seulement confirmer ce que nous exposions plus haut, mais révèlent aussi un des domaines dans lesquels la reine consort joua un rôle fondamental. Ils manifestent en effet avec force l’instrumentalisation des liens familiaux à des fins politiques. La souveraine était loin de se contenter d’intercéder pour favoriser des commensaux, elle intervenait aussi dans des affaires plus importantes. Dans son journal, l’ambassadeur impérial, Hans Kevenhüller, décrit laconiquement les audiences que lui accorda Philippe II pendant qu’il était en fonction. S’il dit très peu de choses sur leur contenu, il note un fait qui nous intéresse ici : la présence d’Anne d’Autriche à nombre d’entre elles. Bien que rien ne laisse supposer qu’elle participât activement à la prise de décisions, ceci indique qu’elle était au fait des affaires relatives aux relations bilatérales entre Madrid et Vienne. Cette hypothèse est étayée par sa correspondance avec ses parents. Ainsi, la reine n’ignorait pas l’agenda politique de l’Empire et, bien qu’elle n’ait pas joué de rôle déterminant, elle ne fut pas pour autant exclue de certaines affaires politiques. Nous pouvons citer deux exemples notables montrant que Philippe II souhaita utiliser à son avantage les liens familiaux de la reine dans ses relations avec sa parentèle impériale.

  • 28 On considérait que l’intervention d’Anne d’Autriche pouvait être très bénéfique « en rien elle ne p (...)
  • 29 « Plaise à Dieu que la compagnie d’Anne contente V. A. comme je le souhaite, je ne peux ne pas conf (...)
  • 30 « Si la Reine, avec l’aide de Votre Altesse, veut bien s’y ingénier, je sais qu’elle parviendra fac (...)

22Le premier était étroitement lié aux problèmes religieux auxquels l’Empire était confronté. La complexité politique des territoires impériaux et leur division religieuse préoccupaient le roi catholique au plus haut point. L’impératrice Marie elle-même se transforma en défenseur acharné de l’orthodoxie catholique, d’autant plus qu’elle dut mener bataille jusqu’au sein de sa propre Maison en raison des inclinaisons de Maximilien II. En effet, ce dernier conserva une attitude ambiguë en matière religieuse, s’éloignant manifestement de la pratique orthodoxe du catholicisme. À la mort du confesseur de l’empereur, son épouse vit dans cette disparition l’occasion de ramener celui-ci dans le droit chemin par l’entremise d’un nouveau guide spirituel. L’ambassadeur espagnol, le comte de Monteagudo, servit de médiateur dans l’affaire et suggéra une intervention de la reine. Il proposa à Philippe II que le confesseur de la reine lui fît part de la gravité de la situation et lui conseillât d’écrire à Maximilien II28. Pourquoi était-il si confiant dans la capacité de persuasion d’Anne d’Autriche ? De nombreux biographes de l’empereur ont rapporté le lien privilégié l’unissant à sa fille aînée, que montrent certaines des missives qu’il a laissées29. Nous observons là l’instrumentalisation des liens affectifs au bénéfice d’intérêts politiques. Ce ne fut pas la seule occasion de tirer profit de ces liens ; en effet, l’influence d’Anne d’Autriche sur les membres de sa famille se révéla encore dans un cas similaire. En raison du veuvage de l’ex-archiduchesse Élisabeth d’Autriche, qui était devenue reine de France très chrétienne après son mariage avec Charles IX, l’impératrice annonça à Philippe II son intention d’écrire à Anne d’Autriche pour qu’elle guidât sa sœur dans ce moment si difficile. L’impératrice souhaitait qu’Élisabeth se remariât, mais sachant que cette proposition serait rejetée et que les partis possibles n’étaient pas convenables, elle voulait qu’Anne d’Autriche la convainquît de se retirer en Espagne. Elle cherchait ainsi à éviter un retour à Vienne de sa fille, qui aurait alors été en proie à des difficultés financières évidentes. Les mots de l’impératrice laissent entendre qu’Anne et Élisabeth correspondaient suffisamment régulièrement pour que la première soit informée des infortunes et des pensées de la seconde et, surtout, qu’elle était susceptible de jouir d’une certaine influence sur sa cadette30.

  • 31 Un texte rédigé en 1599, à l’arrivée de la reine consort de Philippe III, la reine Marguerite d’Aut (...)

23Pour ce qui est de la relation avec la cour impériale, nous comprenons que le lien familial fut un élément de l’influence politique d’Anne d’Autriche. Nous ne voudrions toutefois pas circonscrire l’influence politique possible de la souveraine à ce mécanisme. Si l’étiquette façonna l’image publique de la reine consort à travers la codification de la sortie royale dans la capitale, elle définit également d’autres missions de représentation de la reine, notamment la réception des ambassadeurs. Nous l’avons vu brièvement dans le cas de Kevenhüller et nous savons que la souveraine occupa cette même fonction institutionnelle devant d’autres envoyés. Ceux chargés du bon fonctionnement de l’étiquette jouèrent un rôle très important dans sa mise en œuvre. La démonstration la plus tangible en est la description des usages que la reine devait respecter lorsqu’elle recevait les ambassadeurs dans sa chambre. Cette description renvoie au souhait d’unifier et de codifier les gestes de la souveraine et sa conduite en public dans les occasions où se manifestait son pouvoir politique à la cour31.

Conclusion

24L’influence d’Anne d’Autriche ne fut pas négligeable, bien qu’elle n’ait pas joué de rôle déterminant dans la politique monarchique entre 1570 et 1580. Son passage à la cour fut néanmoins marqué par la production d’une série de normes qui contribuèrent à définir la manière dont l’influence et le pouvoir informel de la souveraine devaient se manifester à la cour. Tout d’abord, la composition de sa Maison fixa la norme de l’institutionnalisation du personnel des reines consorts Habsbourg au xviie siècle. Malgré les réformes postérieures, l’étiquette de 1575 s’imposa comme un modèle. Ensuite, au cours de ces années, le comportement de la reine consort avec son entourage domestique et sur le plan institutionnel a été normalisé. L’étiquette et les mémoires regroupant les us et coutumes en matière de conduite quotidienne de la reine indiquaient la latitude dont elle disposait pour agir sur la scène politique de la cour. Le poids politique accordé aux souveraines se mesurait à leur habileté à savoir jouer de cette latitude. Dans cette perspective, nous évoquerons brièvement l’avenir de la Maison après la mort d’Anne d’Autriche à Badajoz.

  • 32 Sánchez 1998a.

25La Maison de la reine disparut en 1580 pour laisser la place à la Maison du prince, à laquelle furent intégrés les domestiques du prince héritier et de ses frères. La présence de l’infante Isabelle jusqu’en 1598 nécessita le maintien de femmes domestiques dont le comportement était encadré conformément à l’étiquette. Ainsi, l’infante hérita d’une partie des fonctions de la reine catholique, comme le montrent les stratégies qu’elle conserva à l’égard de ses commensaux et de leurs familiers. Le changement de règne et l’arrivée d’une nouvelle reine consort, Marguerite d’Autriche, ressuscitèrent la Maison de la reine. Malgré des signes de continuité, la conjoncture politique et courtisane apporta des éléments nouveaux qui affectèrent la Maison, plus particulièrement le rôle joué par la reine consort. L’intervention du favori dans la gestion de la Maison et le contrôle de ses commensaux introduisit de nouvelles pratiques qui, toutefois, avaient commencé à s’établir sous Anne d’Autriche. Dans cette logique, contrôler la Maison signifiait contrôler la reine, car cette structure constituait l’assise du pouvoir de la souveraine. Cette intervention ne conduisit pas à une modification fondamentale de l’organisation de la domesticité de la souveraine, mais conféra un rôle nouveau à la reine consort. En effet, la reine Marguerite était considérée à la fois comme un élément d’opposition au favori de Lerma et comme un personnage crucial dans la défense de certains intérêts politiques. Pour mener à bien ses activités, elle usa de son entourage féminin et s’appuya sur d’autres femmes de la famille32. À partir de bases posées pendant les années antérieures, la Maison de la reine devint un espace capital pour comprendre le monde courtisan de la monarchie hispanique, une réalité qui ne se démentit pas pendant les règnes suivants quand, au phénomène du favori, s’ajoutèrent d’autres facteurs conjoncturels déterminants : gouvernement, régence et crise de succession.

Haut de page

Bibliographie

Alvar Ezquerra Alfredo, 2015, El embajador imperial : Hans Kevenhüller (1538-1606) en España, Madrid, BOE.

Borrego Gutiérrez Esther, 2013, « Realidad, crónica y opinión : los avatares del viaje de Anna de Austria a España (1570) a través de fuentes mixtas », Mélanges de la Casa de Velázquez. [En ligne], 43-2 | 2013, mis en ligne le 15 novembre 2015, URL : http://mcv.revues.org/5105.

Buyreu Juan Jordi, 2000, La Corona de Aragón de Carlos V a Felipe II. Las instrucciones a los virreyes bajo la regencia de la princesa Juana (1554-1559), Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Carlos V y Felipe II.

Carreras López Juan José, 1998, « El Parnaso encantado: las representaciones de la música en la entrada real de Ana de Austria en Madrid, 1570 », dans Un príncipe del renacimiento : Felipe II, un monarca y su época, cat. exp. (13 oct. 1998-10 janv. 1999), Madrid, Museo Nacional del Prado, p. 251-268.

Colección de Documentos Inéditos para la Historia de España (CODOIN), 1895, vol. 111, Madrid, Impr. José Perales y Martínez. En ligne : http://www.heuristiek.ugent.be/sites/default/files/codoin/codoin.111.pdf.

Cruz Medina Vanessa de, 2008, « Margarita de Cardona y sus hijas, damas entre Madrid y el Imperio », dans Martínez Millán José et Lourenço María Paula Marçal (dir.), Las relaciones discretas entre las monarquías hispana y portuguesa : las casas de las reinas (siglos XV-XIX), Madrid, Polifemo, p. 1267-1300.

Cruz Medina Vanessa de, 2014, « In service to my lady, the empress, as I have done every other day of my life : Margarita of Cardona, Baroness of Dietrichstein and lady-in-waiting of Maria of Austria », dans Akkerman Nadine et Houben Birgit (dir.), The politics of Female Households. Ladies-in-Waiting across Early Modern Europe, Boston-Leiden, Brill, p. 99-119.

Cruz Valdovinos José Manuel, 1990, « La entrada de la reina Ana de Austria en Madrid en 1570. Estudio documental », Anales del Instituto de estudios madrileños, vol. 22, p. 413-451.

Da Vinha Mathieu, 2009, « La Maison d’Anne d’Autriche », dans Grell Chantal (dir.), Anne d’Autriche, infante d'Espagne et reine de France, Madrid-Paris, Centro de Estudios Europa Hispánica-Perrin, p. 155-186.

Echevarren Fernández Arturo, 2015, « El caso de la Cantina. Un escándalo palaciego en el Madrid de Carlos II », Cuadernos de Historia Moderna, no 40, p. 125-152.

García Prieto Elisa, 2013, La Infanta Isabel Clara Eugenia de Austria, la formación de una princesa europea y su entorno cortesano, thèse de doctorat d’histoire moderne, sous la direction de Fernando Bouza Álvarez, Madrid, Universidad Complutense de Madrid. En ligne : http://eprints.ucm.es/21475/1/T34474.pdf.

García Prieto Elisa, à paraître, « La Casa de Ana de Austria : un modelo para el espacio femenino hasbúrgico », dans Bravo Lozano Cristina et Quirós Rosado Roberto (dir.), La Corte de los Chapines. Mujer y sociedad política en la Monarquía de España, 1649-1714.

Hortal Muñoz Eloy, 2008 « Organización de una Casa. El “Libro de Veeduría” de la reina Ana de Austria », dans Martínez Millán José et Lourenço María Paula Marçal (dir.), Las relaciones discretas entre las monarquías hispana y portuguesa : las casas de las reinas (siglos XV-XIX), Madrid, Polifemo, p. 275-310.

Jiménez Garnica Ana María, 2003-2004, « Funcionalidad de la Epigrafía efímera en las fiestas nupciales madrileñas de Felipe II y Ana de Austria », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, no 49, p. 225-248.

Keller Katrin, 2014a, « Ladies-in-waiting at the Imperial Court of Vienna from 1550 to 1700 : Structures, responsabilities and career patterns », dans Akkerman Nadine et Houben Birgit (dir.), The politics of Female Households. Ladies-in-Waiting across Early Modern Europe, Boston-Leiden, Brill, p. 77-97.

Keller Katrin 2014b, « From Graz to Vienna : structures and careers in the Frauenzimmer between 1570-1657 », dans Vermeir René, Raeymaekers Dries et Hortal Muñoz José Eloy (dir.), A constellation of Courts. The Courts and Household of Habsburg Europe, 1555-1665, Louvain, Leuven University Press, p. 323-339.

Lindorfer Bianca María, 2005, « Ana de Austria. La novia de un hijo y la esposa de un padre », dans López Cordón María Victoria et Franco Rubio Gloria Angeles (dir.), La reina Isabel y las reinas de España : realidad, modelos e imagen historiográfica, Madrid, Fundación Española de Historia Moderna, p. 411-425.

Lindorfer Bianca María, 2009, « Las redes familiares de la aristocracia austriaca y los procesos de transferencia cultural : entre Madrid y Viena, 1550-1700 », dans Yun Casalilla Bartolomé (dir.), Las redes del Imperio. Élites sociales en la articulación de la Monarquía Hispánica, 1492-1714, Madrid-Séville, Marcial Pons-Universidad Pablo de Olavide, p. 261-288.

López de Hoyos Juan, 1572, Real aparato y suntuoso recibimiento con que Madrid (casa y morada de Su Majestad) recibió a la Serenísima reina doña Ana de Austria, Madrid, Impr. Juan Gracián.

Marek Pavel, « Las damas de la emperatriz María y su papel en el sistema clientelar de los Reyes españoles. El caso de María Manrique de Lara y sus hijas », dans Martínez Millán José et Lourenço María Paula Marçal (dir.), Las relaciones discretas entre las monarquías hispana y portuguesa : las casas de las reinas (siglos XV-XIX), Madrid, Polifemo, p. 1003-1036.

Martínez Millán José, 1994, « Familia Real y grupos políticos : la princesa Doña Juana de Austria (1535-1573) », dans Martínez Millán José (dir.), La corte de Felipe II, Madrid, Alianza Editorial, p. 73-106.

Martínez Millán José, 1999, « La Emperatriz María y las pugnas cortesanas en tiempos de Felipe II », dans Belenguer Cebriá Ernest (dir.), Felipe II y el Mediterráneo, Volumen III. La monarquía y los reinos (I), Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, p. 143-162.

Martínez Millán, José, 2000, « La Corte de Felipe II. la Casa de la Reina Ana », dans Ribot García Luis (dir.), La Monarquía de Felipe II a debate, Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Carlos V y Felipe II.

Martínez Millán José et Fernández Conti Santiago (dir.), 2005, La monarquía de Felipe II : la casa del rey, Madrid, Fundación Mapfre.

Maximilien II, 1963, Maximiliano de Austria, gobernador de Carlos V en España. Cartas al emperador, éd. Rafaela Rodríguez Raso Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Escuela de Historia Moderna.

Pérez de Tudela Gabaldón Almudena, 2008, « La reina Anna de Austria (1549- 1580), su imagen y su colección artística », dans Martínez Millán José et Lourenço María Paula Marçal (dir.), Las relaciones discretas entre las monarquías hispana y portuguesa : las casas de las reinas (siglos XV-XIX), Madrid, Polifemo, p. 1563-1615.

Raeymaekers Dries, 2013, One foot in the Palace. The Habsburg Court of Brussels and the Politics of Access in the Reign of Albert and Isabella, 1598-1621, Louvain, Leuven University Press.

Río Barredo María José del et Dubost Jean-François, 2009, « La présence étrangère autour d’Anne d'Autriche », dans Grell Chantal (dir.), Anne d’Autriche, infante d'Espagne et reine de France, Madrid-Paris, Centro de Estudios Europa Hispánica-Perrin, p. 111-153.

Rodríguez Salgado, María José, 1992, Un imperio en transición. Carlos V, Felipe II y su mundo, Barcelona, Crítica.

Rodríguez Salgado María José, 2003a, « Una perfecta princesa. Casa y vida de la reina Isabel de Valois (1559-1568) », Cuadernos de Historia Moderna, Anejo II, p. 39-96.

Rodríguez Salgado María José, 2003b, « Una perfecta princesa. Casa y vida de la reina Isabel de Valois (1559-1568). Segunda parte », Cuadernos de Historia Moderna, no 28, p. 71-98.

Sánchez Magdalena S., 1998a, The Empress, the Queen, and the Nun. Women and Power at the Court of Philip III of Spain, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Sánchez Magdalena S., 1998b, « Los vínculos de sangre : la emperatriz María, Felipe II y las relaciones entre España y Europa central », dans Martínez Millán José (dir.), Felipe II (1527-1598). Europa y la monarquía católica, Madrid, Parteluz, vol. 1, t. II, p. 777-794.

Sanz Lucas María Jesús, 1983, « Festivas demostraciones de Nimega y Burgos en honor de la reina doña Ana de Austria », Boletín del Seminario de Estudios de Arte y Arqueología, vol. 49, p. 375-396.

Valgoma y Díaz Varela, Dalmiro, 1958, Norma y ceremonia de las reinas de la Casa de Austria, Madrid, Real Academia de la Historia.

Haut de page

Notes

1 Alvar Ezquerra 2015, p. 401.

2 Sans compter les biographies de vulgarisation, plusieurs travaux ont porté sur certains aspects de sa vie ; sur ses premières années, voir Lindoferr 2005 ; sur sa Maison et son entourage courtisan, voir Martínez Millán 2000, p. 411-425 et Hortal Muñoz 2008 ; sur le mécénat artistique, voir Pérez de Tudela, 2008.

3 Maximilien II 1963 ; Martínez Millán 1999 ; Sánchez 1998b.

4 Rodríguez Salgado 1992 ; Buyreu Juan, 2000 ; Martínez Millán 1994.

5 L’emprisonnement du prince Don Carlos et son décès comptent parmi les événements les plus obscurs – et les plus relatés par l’historiographie – du règne de Philippe II. L’instabilité mentale de l’héritier conduisit le souverain à prendre une mesure drastique qui surprit les cours européennes et se termina, rapidement, par la mort du prince et l’absence d’héritier mâle pour la monarchie hispanique.

6 Voir Martínez Millán 2000, p. 159-184 et García Prieto 2012.

7 L’introduction du cérémonial bourguignon dans la Maison du prince Philippe n’affecta pas certains services, comme la Chapelle, qui conservèrent le modèle castillan – à savoir celui qui était en application dans la Maison du prince Jean d’Aragon, fils des rois catholiques – et entraîna un accroissement du nombre de domestiques. Nous pouvons voir là un processus d’hybridation (Martínez Millán et Fernández Conti 2005, p. 61). Concernant la forme hispanique, et non bourguignonne du cérémonial, nous en avons un indice sûr dans le fait que lorsqu’en 1598 la maison des archiducs Albert et Isabelle adopta une organisation similaire à celle en vigueur en Castille, les Flamands ne perçurent pas de caractère bourguignon dans cette étiquette, mais quelque chose de distinct. Voir Raeymaekers 2013.

8 Biblioteca Nacional de España (désormais BNE), Etiquetas para la Casa de la Reina, ms. 10129. La Instrucción secreta de la casa de la Reyna doña Ana, BNE, ms. 20066. Pour une approximation classique, voir Valgoma et Díaz Varela 1958.

9 Cette question a été traitée par Katrin Keller dans deux études, l’une analysant la codification de la maison de l’archiduchesse Marie-Anne de Bavière, et l’autre son transfert à la cour de Vienne – où aucune norme écrite n’était en vigueur – avec l’avènement de la branche de Styrie des Habsbourg au trône impérial. Ceci procura une importance majeure aux charges féminines, ainsi qu’une préférence pour les veuves par rapport aux femmes mariées à certains postes de la maison (Keller 2014a et 2014b).

10 Les documents du marquis de Ladrada, conservés dans un manuscrit à la British Library (Additional ms. 28354), offrent une chronique de la cour ininterrompue des années 1570 à 1572. Il faut y ajouter la correspondance du secrétaire Gaztelu, conservée aux Archives nationales espagnoles [Archivo Histórico Nacional] (Consejos, legajo 15189), qui joua le rôle clé de médiateur entre le majordome et le souverain, ainsi que les missives que le cardinal Espinosa, principal ministre du roi, échangeait avec Philippe II, le marquis de Ladrada ou le secrétaire Gaztelu. Quant à la documentation administrative, nous disposons des comptes des différents départements de la Maison, conservés dans la section administrative de l’Archivo General de Palacio (désormais AGP).

11 Sur les entrées de la reine dans différentes villes de la monarchie, voir Sanz Lucas 1983 ou Borrego Gutiérrez 2013. Son entrée à Madrid fut décrite par López de Hoyos 1572 ; et aussi dans Cruz Valdovinos 1990, Carreras López 1998 et Jiménez Garnica 2003-2004.

12 L’accompagnement de la reine par des majordomes est traité par exemple dans le premier point du règlement secret complétant l’étiquette : « quand la Reine se rend à la messe hors du Palais, assiste à des repas ou des fêtes publiques et de même quand viennent lui rendre visite au Palais des cardinaux, des ambassadeurs, des Grands d’Espagne ou leurs épouses qu’elle reçoit lors de son entrée, à Pâques et les autres jours solennels habituels, dans les services et actes publics de cette qualité, et dans les fiançailles et les épousailles des Dames, son grand majordome et les majordomes, même s’ils ne sont pas de semaine, assisteront toujours aux choses dites et aux autres de même qualité avec leurs bâtons dans l’exercice de leur office. » (« cuando la Reina saliere a misa fuera de Palacio o a comer o a fiestas públicas y asimismo cuando la fueren a visitar a Palacio Cardenales, embajadores, Grandes y mujeres de ellos o a otras personas a quienes haga recibimiento en su entrada y las Pascuas y otros días Solemnes acostumbrados y asimismo en los servicios y actos públicos de esta calidad y en los desposorios y velaciones de las Damas, su mayordomo mayor y los mayordomos, aunque no sean semaneros, asistirán siempre a las dichas cosas y en las demás que se ofrecieren de esta calidad con sus bastones al ejercicio de sus oficios. »), BNE, ms. 20066, fo 1ro.

13 British Library (désormais BL), Relación de las joyas de la Princesa de Portugal, Add. ms. 28354, fos 341-342.

14 Sur le conflit avec ce tailleur, nommé Herrera, voir García Prieto 2013, p. 83.

15 Voir Rodríguez Salgado 2003a et 2003b.

16 Par exemple, à la Maison de la reine très chrétienne Anne d’Autriche, étudiée par Río Barredo et Dubost 2009 ou Da Vinha 2009, ou à la maison de Marie-Louise d’Orléans, décrite dans Echevarre 2015.

17 Sur ces lignages, voir Cruz Medina 2008 et 2014, Marek 2008 et Lindorfer 2009.

18 Ces pratiques ont laissé leur empreinte dans les comptes administratifs du Palais : « Le 23 mars 1576, il prit [don Juan de Zúñiga, aumônier de la reine] quatre-vingt-huit verges [espagnoles] d’étoffe brune pour vêtir neuf femmes le jour de la fête de Notre-Dame de mars et treize pauvres le jeudi saint suivant, à raison de quatre verges chacun, à onze réaux la verge » (« En 23 de marzo de 1576 años tomó [don Juan de Zúñiga, limosnero de la reina] ochenta y ocho varas de paño pardo para vestir nueve mujeres el día de nuestra señora de marzo a 4 varas cada una y para los 13 pobres del Jueves Santo siguiente a once reales vara »), AGP, Administrativa, leg. 5247, exp. 1, s. d..

19 « Quand il y a de la musique ou autre chose similaire dans la chambre de la reine ou une autre partie secrète, y assistent le majordome de semaine et les officiers nécessaires pour ordonner tout ce qu’il faut faire avec l’obéissance, la quiétude et le calme dus ; ils ne doivent ni consentir ni permettre la présence de personnes autres que celles qui ont reçu l’ordre de pouvoir entrer. » (« Cuando en la Cámara de la Reyna o en otra parte secreta hubiere música o cosa semejante asistirá a ello el mayordomo semanero y los oficiales que fueren necesarios para ordenar todo lo que allí se hubiere de hacer con el acatamiento, quietud y sosiego debido y no han de consentir ni dar licencia que entren ni estén allí sino solamente los que estuviere ordenado que puedan entrar. »), BNE, ms. 20066, fo 2ro.

20 Bien que la farce prévue à l’origine ait pu être remplacée par un auto sacramental, « il y eut encore trois ou quatre intermèdes de réjouissances » (« todavía hubo tres o cuatro entremeses de regocijo ») et, de plus « l’auto des saints ne plut pas beaucoup à certaines auditrices » (« el auto de los santos no les agradó mucho a algunas de las oyentes »), lettre du marquis de Ladrada à Philippe II, Madrid, mars 1572, BL, Add. ms. 28354, fos 359-361.

21 Ce point se répète fréquemment dans les étiquettes, comme nous pouvons le voir dans le vingt-quatrième point du règlement : « Que les Dames qui la servent et se trouvent dans son appartement le soient avec la retenue de raison en tenant grandement compte des fenêtres et des portes de son appartement et que les femmes qui la servent observent le respect et l’obéissance dus. » (« Que las Damas que las sirvieren y estuvieren en su aposento sea con el recogimiento que es razón teniendo mucha cuenta con las ventanas y puertas de su aposento y con que todas las mujeres que las sirvieren les tengan el respecto y obediencia debido »), Etiquetas, BNE, ms. 10129.

22 L’épisode fut narré de manière détaillée par le marquis de Ladrada, qui nous apprend que les dames impliquées étaient la portraitiste Sofonisba Anguissola, doña Ana de la Cerda, doña Ana Manrique, doña Isabel de la Cueva et une sotte répondant au nom de Sabina. Lettre du marquis de Ladrada à Philippe II, Madrid, novembre 1571, BL, Add. ms. 28354, fos 288-291.

23 Dans ce billet, il décrit comment « par certaines fenêtres et d’autres on a vu des femmes parler » (« por las unas ventanas y por las otras han visto hablar mujeres ») et bien qu’il disculpe les dames, il considérait que la reine devait parler aux gardes et résoudre le problème, comme il le lui écrit, comprenant : « la grande volonté de Votre Majesté qu’une grande retenue soit de mise dans sa royale Maison et que toutes les maisons du monde puissent la prendre en exemple, il m’a semblé qu’il fallait avertir Votre Majesté par ce billet. » (« la gran voluntad que Vuestra Majestad tiene de que en su real casa haya mucho recogimiento y q en todo puedan tomar de aquí en ejemplo todas las casas del mundo me ha parecido advertir a Vuestra Majestad por este billete »), Copie de billet du marquis de Ladrada à la reine Anne d’Autriche, Madrid, s. d., BL, Add. ms. 28354, fo 125.

24 Sur l’entrée en religion, voir le billet du marquis de Ladrada adressé à Philippe II, Madrid, 28 septembre 1572, BL, Add. ms. 28354, fo 482. Le frère de doña Luisa se nommait Juan Zamorano, comme elle le mentionne dans un mémoire, Instituto Valencia de Don Juan, Envoi 6, t. III, no 96.

25 « Je me suis réjouie d’entendre des nouvelles de votre santé et je me réjouirai plus encore quand j’entendrai que vous vous êtes relevée de couches. J’ai ainsi souhaité envoyer une personne qui tiendra sur les fonts baptismaux l’enfant qui naîtra, elle vous rendra visite et vous félicitera de ma part avec l’affection que j’ai et que j’aurai toujours pour vous. » (« Mucho he holgado de entender nuevas de vuestra salud y mucho más holgaré cuando entienda vuestro buen alumbramiento y así he querido enviar persona que en mi nombre saque de pila lo que naciere, el cual os visitará de mi parte y dará el parabién con la voluntad que yo os tengo y terné siempre »), lettre d’Anne d’Autriche à Margarita Lasso, comtesse de Trivulzio, Madrid, mars 1572, Archivo General de Simancas (désormais AGS), Estado legajo 1234, no 115.

26 « Je lègue à doña Ana Manrrique ma dame, outre le compte qui lui est habituellement donné, deux mille ducats en une fois, et la même somme à doña Luisa Lasso et doña Isabel Lasso. » (« Mando a doña Ana Manrrique mi dama, además del cuento que se le suele dar, dos mil ducados por una vez y lo mismo a Doña Luisa Lasso y Doña Isabel Lasso. »), codicille annexé au testament d’Anne d’Autriche établi à Badajoz le 25 octobre 1580, AGS, Patronato Regio, leg. 29, no 2.

27 Par exemple, en 1577 la reine écrivit des lettres à don Juan de Zúñiga, ambassadeur à la cour de Rome dans lesquelles elle lui demandait de se charger de veiller aux carrières de parents de ses commensaux, particulièrement celles du docteur Luis del Rincón, « parent de doña Beatriz de Céspedes », dueña de retrete (duègne), et de don Bernardino de Rojas, parent de la comtesse de Paredes, grande camérière de la reine. Archivo del Ministerio de Asuntos Exteriores y Cooperación, Santa Sede, Legajo 4, docs. n163 et fo 8.

28 On considérait que l’intervention d’Anne d’Autriche pouvait être très bénéfique « en rien elle ne pourrait payer son père de retour, ni lui montrer plus l’amour qu’elle lui porte, qu’en l’avertissant sur ce qui importe tant. » (« pues en ninguna cosa podía pagar a su padre lo que le debía, ni mostrarle más de veras el amor que le tenía, que en advertirle de lo que tanto importa ») et il fallait surtout « le faire avec candeur de sorte que l’empereur pense que cet office provient de la reine sans intervention de ma part » (« ir con aquella llaneza para que el Emperador creyese que este oficio sale de la Reina, y que yo no he intervenido en ello... »), lettre de Philippe II au comte de Monteagudo, Madrid, 27 décembre 1574, tirée de CODOIN, vol. 111, p. 503.

29 « Plaise à Dieu que la compagnie d’Anne contente V. A. comme je le souhaite, je ne peux ne pas confesser qu’elle me laisse très seul et que je l’aime plus que tous ses frères » (« plega a Dios que la compañía de Ana contente a V A como yo deseo, que no puedo dejar de confesar que me deja muy solo, y que la quiero más que todos sus hermanos »), lettre de Maximilien II à Philippe II, Spire, 5 août 1570. AGS Estado leg. 663, f. 18, tirée de CODOIN, vol. 103, p. 538.

30 « Si la Reine, avec l’aide de Votre Altesse, veut bien s’y ingénier, je sais qu’elle parviendra facilement, comme avec son père et ses frères, à persuader sa sœur que cela serait pour son plus grand bien… » (« Que si la Reina con ayuda de Vuestra Alteza se quiere dar maña, bien sé que lo alcanzará fácilmente, así de su padre y hermanos, como persuadiendo a su hermana que es el mayor bien que puede tener... »), lettre de l’impératrice Marie à Philippe II, Vienne 27 décembre 1574, tirée de CODOIN, vol. CXI, p. 501-502.

31 Un texte rédigé en 1599, à l’arrivée de la reine consort de Philippe III, la reine Marguerite d’Autriche, décrit le déroulement de cette réception : « Les ambassadeurs et les prélats étaient attendus par Sa Majesté qui se trouvait près d’une fenêtre ; alors cette dernière demandait qu’on prévienne les duègnes à temps pour qu’elles assistent à la réception en sa présence » (« Y a los envajadores y perlados esperava Su Magestad arrimada a una ventana y entonces Su Magestad mandava con tiempo que habisasen a las dueñas para que hasistiesen en su presencia »), Relación lo que se hacía en la Casa de la Reina, 1599, Archivo de los Duques de Alba, 135, 23, s. d.

32 Sánchez 1998a.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisa García Prieto, « Modeler le comportement de la reine par l’étiquette », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 19 octobre 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://crcv.revues.org/13945 ; DOI : 10.4000/crcv.13945

Haut de page

Auteur

Elisa García Prieto

Docteur en histoire moderne de l’université Complutense de Madrid. Participe au projet européen « Post Scriptum. A Digital Archive of Ordinary Writing (Early Modern Portugal and Spain) » (2012-2017), à l’université de Lisbonne. elisagarciaprieto@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org