Skip to navigation – Site map
2017

Les Prévost, peintres de fleurs : des jardins de La Celle-Saint-Cloud à l’expédition La Pérouse en passant par Trianon

The Prévosts, flower painters: from the gardens of La Celle-Saint-Cloud and Trianon to the La Pérouse expedition
Gabriela Lamy

Abstracts

Studying botanical illustration at the Manufacture Royale de Sèvres from 1754 to 1762 allowed three Prévosts – Jean-Jacques, Guillaume and Jean-Louis – sons of a winegrower from Nointel in the Val-d’Oise, to distinguish themselves through their participation, individually or together, in important late-eighteenth century undertakings in the art of gardens. These include illustrating the collection of plants in the garden of the Château de La Celle-Saint-Cloud (volume of illustrations held in the French National Library) and at Trianon (drawings that to date remain unlocated), scientific participation in the Lapérouse Expedition, and a career as a well-known flower painter. The study of the family and the professional lives of the various members of this sibling group will enable us to discover a body of iconographic achievements that will be interesting to analyse in the future. The diversity of these productions, realized in accordance with commissions (from garden owners, porcelain manufacturers, embroiderers and flower painters in search of new models) testifies to the existence of new plants acclimatized in the gardens of the collectors or drawn during scientific expeditions.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Bibliothèque nationale de France, département des Estampes (désormais BNF, Estampes), Jc18 : Horti (...)
  • 2 BNF, Estampes, Jc26 : Catalogue de Plantes peintes d’après nature par les soins d’un amateur, distr (...)
  • 3 Gaziello 1985.
  • 4 Jean-Louis Prévost… 1960. Une première version allemande avait été publiée en 1959.
  • 5 « Les deux frères Prevost, peintres, qui peignaient des fleurs et des fruits », Añón et Luengo 2003 (...)

1Dans le cadre de recherches sur la composition du jardin botanique de Louis XV au Petit Trianon, la consultation d’une remarquable collection de dessins de plantes, l’Horti Cellensis Plantarum Icones1, « distribuées par classes, par genres et par espèces, suivant l’ordre observé au Jardin des Plantes du Roy à Trianon2 »,réalisée de 1763 à 1768, a été l’élément déclencheur d’une étude sur des peintres de fleurs connus jusqu’ici de manière distincte : « les frères Prévost », dessinateurs de l’Horti Cellensis…, « les Prévost oncle et neveu », membres de l’expédition La Pérouse3, « Jean-Louis Prévost » connu pour ses délicats tableaux de fleurs4, et « Pedro Prevost », jardinier français entré au service de la duchesse de Osuna (1750-1834) en 1795 au jardin du Capricho de Madrid, présumé être apparenté à « los dos hermanos Prevost, pintores, que pintaban flores y frutas5 ». À partir de nouvelles recherches effectuées aux Archives nationales, aux archives départementales du Val-d’Oise, au département des Estampes de la Bibliothèque nationale de France et à la bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, une première étude chronologique des parcours professionnels de chacun de ces peintres de fleurs permet de situer leurs réalisations, issues de la curiosité scientifique et artistique de leurs puissants commanditaires.

Les frères Prévost aux jardins du château de La Celle-Saint-Cloud

  • 6 Son dernier propriétaire, Auguste Ducreux, en a fait don à l’État français en 1951 pour être affect (...)
  • 7 Elle-même l’avait acquis au mois de février 1748 de François-Gabriel Bachelier (1685-1754), premier (...)
  • 8 Pinault-Sørensen 2008, p. 48.

2L’histoire du petit château de La Celle-Saint-Cloud près de Versailles a retenu principalement le souvenir des passages de Louis XIV en 1695, de Louis XV en 1748, et à partir de 1772 des trois enfants royaux, le Dauphin, futur Louis XVI, le comte de Provence et le comte d’Artois, son propriétaire étant leur gouverneur, le duc de La Vauguyon (1746-1828)6. Mais, en 1763, et jusqu’en 1772, il appartenait encore au fermier général Jacques-Jérémie Roussel (1712-1776), qui l’avait acquis en 1750 auprès de Mme de Pompadour7. Et ses jardins, comme l’illustrent les dessins de plantes de l’Horti Cellensis, véritable herbier peint8, témoignaient de l’engouement, à l’image du pouvoir royal, d’une élite bourgeoise issue de la finance pour la botanique et l’horticulture.

  • 9 Cheynet de Beaupré 2016, p. 196.
  • 10 Curtat 1984.
  • 11 Lamy 2016.

3Car, de même que Mme de Pompadour, qui entraînait le roi dans la réalisation de nouveaux aménagements de jardins tels ceux de Bellevue, au point de vue extraordinaire, de Choisy, où la culture des ananas répondait à un programme horticole innovant, ou de Trianon, où le jardin botanique faisait l’admiration des visiteurs invités à le découvrir, des particuliers s’adonnaient à cette nouvelle et coûteuse passion : le financier Joseph Pâris-Duverney (1684-1770) à Plaisance, près de Nogent-sur-Marne, perfectionnait la culture de plantes rares et étrangères9, son frère Jean Pâris de Montmartel (1690-1766) à Brunoy faisait construire des serres chaudes où étaient cultivés avec succès les ananas10 et Louis de Noailles, duc d’Ayen (1713-1793), aménageait à Saint-Germain un jardin botanique où le roi lui-même prenait plaisir à se promener11.

  • 12 « jardin botanique et exotique ».
  • 13 Desmond 2007, p. 38.
  • 14 Que les publications de Louis Gérard (Flora gallo-provincialis paru en 1761) et d’Antoine-Nicolas D (...)
  • 15 Lamy D. 2010, p. 152-153.

4C’est d’ailleurs le duc d’Ayen qui, à l’instar de John Stuart, troisième comte de Bute (1713-1792) – conseiller en matière botanique et horticole de la princesse douairière Augusta d’Angleterre (1719-1772) pour le « physic and exotic garden12 » de Kew13 –, suggéra à Louis XV de créer en 1759 un jardin botanique à Trianon. Ce jardin botanique ne fut pas classé selon le système linnéen, ou « système sexuel », proposé par Charles Linné en 1735 dans son Systema naturae, qui s’appuyait sur l’examen des organes sexuels des plantes, c’est-à-dire sur le nombre, la disposition, la taille des étamines et leur mode d’insertion par rapport au pistil. Bernard de Jussieu (1699-1777), professeur et sous-démonstrateur de botanique au Jardin du roi à Paris, disposa la collection selon une nouvelle classification dite « naturelle », introduisant la notion fondamentale de subordination des caractères, principe selon lequel un caractère constant équivaut à plusieurs caractères variables, une pratique qui permettait de mettre en évidence les affinités des plantes entre elles14. Son neveu, Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836), réorganisera en 1774 l’École de botanique du Jardin du roi en suivant la méthode proche de celle utilisée à Trianon en remplacement de celle de Joseph Pitton de Tournefort employée jusque-là et théorisera cette subordination des caractères en 1789 en publiant le Genera Plantarum15.

5Les dessins de plantes de l’Horti Cellensis, classés « suivant l’ordre observé au Jardin des Plantes du Roy à Trianon », sont une rare, voire unique, reconnaissance iconographique de ce système de classification proposé par Bernard de Jussieu, qui nous permet de matérialiser ce cabinet de curiosités à ciel ouvert.

  • 16 AN, ET/LIII/490, Étude Jules Le Pot d’Auteuil, Paris « Vente Roussel à La Vauguyon, 27 octobre 1772 (...)
  • 17 Deux vues du château de La Celle et de ses environs, « lavées et coloriées avec le plus grand soin (...)
  • 18 Un confortable cabinet était aménagé dans l’une des deux serres chaudes avec une cheminée surmontée (...)
  • 19 Archives départementales des Yvelines (désormais ADY), La Celle Saint-Cloud/BMS/1760-1782, p. 80. T (...)

6Confiés au jardinier Georges Duchesne, beau-frère d’Antoine Jubin – qui avait quitté le château de La Celle pour rejoindre celui de Bellevue que la marquise de Pompadour venait d’acquérir –, les jardins de La Celle étaient composés de plusieurs entités : jardin d’agrément (grandes allées et terrasses plantées en ormes et tilleuls, bosquets et parterres), poulaillers formés de treillages et de volières, terrains à usage de pépinières, potagers et vergers, et jardins clos de murs « ci-devant à usage de botanic16 » (fig. 117). Deux bosquets nécessitaient des soins plus particuliers, l’un planté en arbustes de fleurs et l’autre en arbres étrangers. Pour entretenir le premier puis le second jardin botanique, plus grand, équipé de serres chaudes et de cabinets attenants18, un « jardinier-fleuriste », Jean-Claude Lemoine, fut engagé. Une telle profession s’était affinée au cours du xviiie siècle : d’abord chargé de produire et de cultiver – voire de créer – de nouvelles variétés de fleurs, le jardinier-fleuriste pouvait, s’il en avait les compétences, entretenir une collection botanique. Jean-Claude Lemoine avait certainement bénéficié d’une formation scientifique puisque le parrain de son fils Jacques, né le 3 mars 1766 à La Celle, était Jean-Arnoult Trochereau de La Berlière19, connu pour la remarquable collection de plantes exotiques de son jardin de Feuillancourt à Saint-Germain-en-Laye.

Fig. 1 : Georges Roussel, Vue perspective du château de La Celle du côté du Jardin gravé par Monsieur Roussel le fils d’après le Tableau original de Mr Portail. Versailles, musée Lambinet.

© Gabriela Lamy

  • 20 Mesnil du Buisson 1955, p. 16.
  • 21 . L’Almanach historique de 1776 cite « M. Prévost l’ainé comme peignant très bien le portrait » : L (...)

7Roussel se fit représenter en 1766 dans un médaillon formant portrait, probablement la reproduction d’une peinture à l’huile, mettant en scène les attributs d’un amateur de botanique : près d’une haute fenêtre sont posés trois pots de fleurs sur un établi dont l’un avec une plante grasse, trois volumes ayant pour titres Tournefort et Catalogue de plante [sic], un album dans un carton avec trois dessins botaniques, un encrier et deux plumes d’oie. Une enveloppe porte ces mots : « À Monsieur, Monsieur Rousselle, fermier général du roy, rue des Petits Champs à Paris ». Le tiroir de l’établi, ouvert, laisse voir des sacs de graines soigneusement étiquetés : graines de giroflée, couronnes impériales alba, oignons de tulipe, etc.20 (fig. 2). Le dessin est signé Jean-Jacques Prévost21.

Fig. 2 : Jacques-Jérémie Roussel en 1766, crayon de J.-J. Prévost, de la collection de Gavelle de Roany, paru dans la Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, 51e année – 1954.

Fig. 2 : Jacques-Jérémie Roussel en 1766, crayon de J.-J. Prévost, de la collection de Gavelle de Roany, paru dans la Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, 51e année – 1954.

© Reproduction Christophe Fouin

8Face à ce Jean-Jacques Prévost, à des dénominations de Prévost différentes (« Prévost l’Aîné », « Prévost le Jeune », « les frères Prévost », « Prévost cadet »…) et à la mention sur une trentaine de dessins de plantes de l’Hortus Cellensis… de quatre signatures différentes (J.-J. Prévost, fig. 4 ; G. Prévost, fig. 5 ; J.-L. Prévost, fig. 6, et J.-G. Prévost, fig. 7), des recherches sur cette famille s’imposaient. Ainsi une première généalogie faite à partir des registres paroissiaux de Nointel conservés aux archives départementales du Val-d’Oise a permis de retrouver sa composition (fig. 3).

Fig. 3 : Arbre généalogique des Prévost

Fig. 3 : Arbre généalogique des Prévost

© Gabriela Lamy

  • 22 Archives départementales du Val-d’Oise (désormais ADVO), Nointel, Registre paroissial, 1732-1737 E- (...)
  • 23 Ibid., 1738-1753 E-DEPOT76 E5 3 et 7/68.
  • 24 Ibid., 1738-1753 E-DEPOT76 E5 31/68.

9Trois des « frères Prévost » ont pu être ainsi identifiés : Jean-Jacques Prévost, baptisé le 1er juillet 173622, Guillaume, baptisé le 2 avril 173823, et Jean-Louis, baptisé le 25 septembre 174524. Ils étaient tous nés à Nointel près de L’Isle-Adam, où leur père, Jacques, était vigneron. Seul(e) J.-G. Prévost n’apparaît pas.

Fig. 4 : J[ean-]J[acques] Prévost, Cheiranthus fenestris, Horti Cellensis… Paris, BNF, Estampes, Jc18, vol. 8, pl. 1304.

Fig. 4 : J[ean-]J[acques] Prévost, Cheiranthus fenestris, Horti Cellensis… Paris, BNF, Estampes, Jc18, vol. 8, pl. 1304.

© Bibliothèque nationale de France

Fig. 5 : G[uillaume] Prévost, Vinca rosea, Horti Cellensis… Paris, BNF, Estampes, Jc18, vol. 8, pl. 1239.

Fig. 5 : G[uillaume] Prévost, Vinca rosea, Horti Cellensis… Paris, BNF, Estampes, Jc18, vol. 8, pl. 1239.

© Bibliothèque nationale de France

Fig. 6 : J[ean-]L[ouis] Prévost, Trillium cernuum, Horti Cellensis… Paris, BNF, Estampes, Jc18, vol. 3, pl. 641.

Fig. 6 : J[ean-]L[ouis] Prévost, Trillium cernuum, Horti Cellensis… Paris, BNF, Estampes, Jc18, vol. 3, pl. 641.

© Bibliothèque nationale de France

Fig. 7 : J.-G. Prévost, Dianthus arenarius, Horti Cellensis…, Paris, BNF, Estampes, Jc18, vol. 10, pl. 1331.

Fig. 7 : J.-G. Prévost, Dianthus arenarius, Horti Cellensis…, Paris, BNF, Estampes, Jc18, vol. 10, pl. 1331.

© Bibliothèque nationale de France

  • 25 Leben 2004, p. 204.
  • 26 Avant de créer en 1766 à Paris une école royale gratuite de dessin. Voir ibid., p. 37.

10Peut-être grâce au soutien du prince Louis-François de Bourbon-Conti (1717-1776), propriétaire du château de L’Isle-Adam, ou de Pierre-François Bergeret (1683-1771), fermier général et propriétaire du château de Nointel depuis 1748, les jeunes garçons suivirent chacun leur tour les cours donnés à la manufacture royale de Sèvres par Jean-Jacques Bachelier (1724-1806). Ce dernier, reçu « peintre de fleurs » à l’Académie royale de peinture en 1750, avait été conseiller artistique à la manufacture de Vincennes (1748-1751)25 avant d’en être nommé directeur artistique en 1751 lorsqu’elle avait déménagé à Sèvres, certainement sur proposition de Mme de Pompadour. Il avait créé dès 1755 au sein de l’établissement une école de dessin26 destinée à une vingtaine d’élèves afin de moderniser et de changer les motifs des décors peints ou sculptés. Antoine-Nicolas Duchesne (1747-1827), fils du prévôt des Bâtiments du roi qui avait, lui, le privilège de suivre des cours de botanique de Bernard de Jussieu à Trianon, évoque dans son journal de botanique en juillet 1761 cette recherche de nouveaux modèles :

  • 27 L’architecture à la mode où sont les nouveaux dessins pour la décoration des bâtimens et jardins…, (...)
  • 28 Bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle (désormais BC MNHN), Ms. 689, no 161 (...)

Il y a certainement de très belles choses dans ce recueil27, mais on y trouve beaucoup de répétitions. […] Je l’ai déjà dit et je le répète, Peintres, Sculpteurs et Architectes, pratiquez l’école du jardin du Roi, en attendant que vous ayez un jardin joint à votre académie. Faites aujourd’hui ce que les anciens faisaient de leur temps, consultez la nature, et quittez les ornements de caprice qui n’approcheront jamais de la gentillesse et de la bizarrerie qu’elle vous présentera quelque fois. Voulez-vous du caprice, consultez encore la nature, en un mot ne la perdez jamais de vue et vous serez sur de plaire par des nouveautés aimables […]. Osez ne donner dans vos ornemens que des dessins de tiges, de feuilles et de fleurs naturelles. Ne vous lassez point d’en faire des études, vous trouverez bientôt où les placer avantageusement pour votre réputation. Laissez de larges champs pour vos ornements, enrichissez-les d’études de fleurs naturelles prises dans vos portefeuilles. Ne passez pas un jour de printemps et d’été sans dessiner d’après nature, mettez aussi l’automne et l’hyver. Dessinateurs d’étoffes et de porcelaines enrichissez nos manufactures de dessins de fleurs de votre Europe ; Nos commerçants les porteront aux Chinois, aux Indiens et au Japonais qui seront forcés de les admirer28.

  • 29 ADVO, Nointel, Registre paroissial, 1768-1770 E-DEPOT76 E8 7/24. L’enfant est le fils de sa sœur Ro (...)
  • 30 Mouradian et Salmon 1999, p. 23 et p. 64 note 35.

11Jean-Jacques Prévost fut ainsi formé par Jean-Jacques Bachelier de 1754 à 1757 – ce qui lui permit de se prévaloir du titre d’« ancien pensionnaire du Roy de son académie de peinture et de sculpture » à l’occasion du baptême de son neveu et filleul Jean-Jacques Raimond à Nointel le 26 août 176829 ; Guillaume, quant à lui, reçut les premiers principes de dessin de 1756 à 1760 ; enfin, à la demande de Charles-Nicolas Cochin (1715-1790), garde des dessins du Cabinet du roi, Jean-Louis reçut la même formation pendant deux ans, de 1761 à 176230.

  • 31 On y avait créé en son honneur une forme particulière de pot à eau, dit « broc Roussel ».

12À ce jour nous ne disposons pas de sources permettant de savoir de quelle manière les frères Prévost formés par Bachelier furent engagés par Jacques-Jérémie Roussel pour dessiner l’Horti Cellensis. On peut supposer que c’est à la manufacture royale de porcelaine, dont, en tant qu’amateur éclairé, il avait été l’un des fondateurs et un des premiers actionnaires31, que ce dernier les rencontra.

  • 32 Après sa mort, les dessins contenus dans cinq volumes seront vendus chez Sotheby’s en mai 1794 à Lo (...)
  • 33 Ibid. ; Lazarus 2014, p. 56-61.

13L’Horti Cellensis peut tout à fait illustrer ce nouvel état d’esprit consistant à observer la nature pour trouver de nouveaux motifs d’ornements. Il témoigne aussi de l’intérêt porté à l’illustration des plantes de jardins particuliers et à la recherche d’une nouvelle classification différente de celle proposée par Linné par des amateurs éclairés, des deux côtés de la Manche. En effet, au même moment en Angleterre, de 1765 à 1775, lord de Bute, conseiller particulier de la princesse douairière pour son jardin botanique de Kew, faisait peindre par Simon Taylor 690 plantes de son jardin de Luton Hoo (Bedfordshire)32 : Bute avait élaboré dès 1757 une nouvelle classification des plantes, distincte de celle de Linné, accompagnée de plus de 600 dessins, qu’il publia en 12 exemplaires à ses frais en 1785 sous le titre Botanical tables : containing the different familys of British plants distinguished by a few obvious parts of fructification rang’d in a synoptical method, en 9 volumes33.

  • 34 Médecin et botaniste d’origine française au service de Charles-Théodore de Bavière (1724-1799), pri (...)
  • 35 BC MNHN, Ms 917.

14L’Horti Cellensis, classé selon le système élaboré par Bernard de Jussieu, mérite évidemment à ce titre une étude à part entière. Comme nous l’explique en 1796 le naturaliste Rémi Willemet, Noël-Joseph de Necker (1730-1793)34 organisa ainsi la collection des 420 dessins de champignons, algues, mousses et lichens du jardin de La Celle, et Antoine-Laurent de Jussieu rédigea un Catalogue des plantes du Jardin de M. Roussel, suivant l’ordre des Familles de Bernard Dejussieu, peintes par les frères Prévot, sous la direction de de Necker en 176835 :

  • 36 Willemet 1796.

Necker, en 1765, présida à Paris à une collection de mousses, de lichens, et d’algues, peints d’après nature, qui est unique dans son genre ; qui coûta à Roussel, fermier-général, la somme de 10 000,00 livres ; toutes ces plantes se trouvent peintes avec le plus grand soin. Les parties de la fructification sont grossies au microscope afin de les examiner avec la plus grande facilité36.

  • 37 BNF, Estampes, Jc 26.
  • 38 Certaines illustrations étaient des reproductions des « vélins du roi » peints par Nicolas Robert, (...)

15Un deuxième catalogue non daté fut également rédigé : Catalogue de Plantes peintes d’après nature par les soins d’un amateur, distribué par classes, par genres et par espèces, suivant l’ordre observé au Jardin des plantes du Roy a Trianon37. Il nous apprend que les sept portefeuilles contenaient en tout 1 949 dessins de plantes : 1 819 étaient peintes et 130 gravées, non nommées ou dont les noms étaient à vérifier avant de les classer38.

  • 39 BNF, Estampes Yd 70 a, « Catalogue raisonné des estampes, tableaux, bronzes, porcelaines et autres (...)

16Toute passion ayant cependant un coût, Roussel effraya ses confrères fermiers généraux par son train de vie dispendieux : il fut invité en 1767 à donner sa démission et à céder sa charge de fermier général. Peu de temps après, en 1768, il fut déclaré en faillite et sa collection d’objets d’art fut vendue le 13 mars 1769 pour la somme de 36 000 livres. Un Catalogue raisonné des estampes, tableaux, bronzes, porcelaines et autres curiosités qui composent le cabinet de Mr R.39, dressé en 1769, fait état dans le lot no 198 « d’une collection nombreuse de plantes peintes la plupart d’après nature par les frères Prévost, élèves de M. Bachelier, avec le plus grand soin et la plus grande vérité ». Le même article indique que les planches sont vendues en tout et non à l’unité. Le fils de Jacques-Jérémie Roussel, Georges, vendra cette collection dans son ensemble à la Bibliothèque du roi pour 2 000 écus. Hugues-Adrien Joly (1718-1800), garde du Cabinet des estampes, écrira en 1782 :

  • 40 Lettre d’Hugues-Adrien Joly, garde du cabinet des Estampes de 1750 à 1792 à Heinecken, son homologu (...)

Je viens de procurer au Cabinet une collection de botanique faite à l’instar de celle que vous connaissés, peinte sur vélin, et commencée par Gaston de France, duc d’Orléans ; celle-ci contient presque toutes les plantes qui ne sont point encore peintes dans le recueil du Roi sur vélin ; le tout monte en nombre de 1 800 plantes parmi lesquelles est une suite unique de plus de 400 mousses ou plantes éphémères. C’était le bijou d’un fermier général Roussel qui avait de l’amitié pour moi ; il lui avait couté à le voir peindre sous ses yeux plus de vingt mille écus ; en négociant cette affaire avec ses héritiers je suis parvenu à l’avoir pour le Roy moyennant deux mille écus comptant40.

  • 41 Heurtel et Lenoir 2016.

17À notre connaissance, aucune étude de ce recueil n’a été faite. Le lien établi par Joly en 1782 entre la collection de Roussel et le « recueil du Roi sur vélin » pourrait donner l’occasion d’en faire une analyse approfondie depuis la superbe publication Les vélins du Muséum national d’histoire naturelle parue en 201641.

Guillaume Prévost à Trianon et ses frères à l’Académie de Saint-Luc

  • 42 « G. Prévost à Linné, 25 mars 1771 », The Linnean Correspondance en ligne : http://linnaeus.c18.net (...)
  • 43 Le docteur Louis-Guillaume Le Monnier (1717-1799) y professait depuis 1755. Il était également prem (...)
  • 44 Mouradian et Salmon 1999, p. 23 et p. 64, note 35.
  • 45 Lors du deuxième voyage que le souverain suédois effectua en France.
  • 46 Peter Hernequist (1726-1808), professeur de médecine et ancien élève de Linné, avait accompli un vo (...)
  • 47 François Barthélémy (1747-1830) était secrétaire d’ambassade en Suède depuis 1768. L’ambassadeur al (...)

18Après la faillite de Roussel, on retrouve Guillaume Prévost à Trianon. Souhaitant aller travailler en Suède pour le savant Linné, il lui fit part, dans une lettre qu’il lui adressa le 25 mars 177142, de sa passion pour la botanique en lui retraçant son parcours professionnel. Depuis la banqueroute de Roussel, pour lequel il avait peint une collection de 1 600 à 1 800 plantes approximativement pendant cinq années (il s’appropriait ainsi un travail commun), il travaillait pour le roi à Trianon. Il citait, comme témoin de son zèle et de son amour pour la botanique, le docteur Le Monnier43, professeur de botanique au Jardin du roi à Paris. Il déclarait avoir peint auparavant sur émail et sur porcelaine, ce qui conforte l’hypothèse qu’il avait suivi des cours de peinture sur porcelaine à Sèvres de 1756 à 176044. Il rêvait de quitter son pays où il estimait que l’on ne reconnaissait pas assez sa valeur. Ayant vu partir le roi Gustave III de Suède, venu durant l’hiver 1771 en visite à Chantilly45, il se permettait de demander à Linné de faire parvenir à Hernequist46, en poste à Lund en Scanie, des dessins. Il terminait sa lettre en ajoutant qu’il était célibataire (il était alors âgé de trente-trois ans) et donc qu’il n’était pas chargé de famille : « n’oubliez point que je suis garson ». L’adresse et la fonction qu’il donnait confirmaient sa résidence à Trianon : « voici mon adresse A M. Prévost peintre du Roy au Palais de trianon ». Il se recommandait aussi auprès de M. Barthélémy, secrétaire d’ambassade à Stockholm47. Les sources ne mentionnent pas de réponse de la part de Linné.

19Le nom « Prévost » apparaît parallèlement sur certaines gravures de botanique publiées de 1775 à 1780 par Pierre-Joseph Buc’hoz dans l’Histoire universelle du règne végétal :

  • 48 Buc’hoz 1775-1780, 13 tomes de texte et 12 tomes de planches en 9 volumes in folio. La BNF conserve (...)

ouvrage orné de 1200 Planches gravées en taille-douce, par les meilleurs Maîtres, & dessinées d’après nature, sur les Plantes les plus rares du Jardin du Roi & de celui de Trianon, & d’après la magnifique Collection de Plantes déposée dans le Cabinet des Estampes, à la Bibliothèque du Roi, commencée & exécutée par ordre & sous les yeux de feu Monseigneur le Duc d’Orléans, Régent du Royaume, par Robert & Aubriet, &c, & continuée de nos jours par Mademoiselle Basseporte48.

20Déjà vivement critiqué de son vivant en tant que « miserabilimus compilator », Pierre-Joseph Buc’hoz (1731-1807), médecin botaniste attaché à la maison de Monsieur, frère de Louis XVI, a publié plus de 300 ouvrages d’histoire naturelle dont plusieurs in-folio. Très proche de la cour, il était un véritable chroniqueur des faits scientifiques et botaniques des princes qu’il avait le privilège de côtoyer. Il estimait que les ouvrages qu’il publiait pouvaient être

  • 49 Buc’hoz 1779.

utiles aux Naturalistes, aux Fleuristes, aux Peintres, aux Dessinateurs, aux Directeurs des Manufactures en Porcelaine, en Fayence et en Etoffes de Soye, de Laine, de Coton et autres artistes49.

  • 50 Ibid., tome premier de planches, Decad. 10, Pl. I.
  • 51 Ibid., tome deuxième de planches, Cent. 2, Décad. 5, Pl. I.
  • 52 Ibid., tome deuxième de planches, Cent. 2, Decad. 7, Pl. I.
  • 53 Ibid., tome deuxième de planches, Cent. 2, Decad. 7, Pl. II.

21Dans l’Histoire universelle du règne végétal, quatre gravures portent la mention « Prévost Pinx. » : « Saxifraga crassifolia Linn. Sp. plant. 573 […] Saxifrage de Sibérie50 », « Ononis crispa Linn. Sp. plant. 1010. […] Arrête-bœuf d’Espagne51 » (fig. 8), « Gardenia florida Linn. Sp. plant. 1679. […] Jasmin à fleurs doubles de Malabar52 » et « Moraea foliis subulatis. Linn. Sp. plant. 59. Iris d’Afrique53 ».

Fig. 8 : [Prévost], « Ononis rotundifolia. Linn. L’Arrête Bœuf d’Espagne », dans Buc’hoz, Dons merveilleux et diversement coloriés de la Nature, Paris, 1782, pl. 153.

Fig. 8 : [Prévost], « Ononis rotundifolia. Linn. L’Arrête Bœuf d’Espagne », dans Buc’hoz, Dons merveilleux et diversement coloriés de la Nature, Paris, 1782, pl. 153.

© Christophe Fouin

Il s’agit de la même illustration que dans l’Histoire universelle du règne végétal, ici reprise sans la mention « Prévot Pinx. » et avec un nom d’espèce différent.

Fig. 9 : [Arrête-bœuf d’Espagne], Ms 271 folio 39. BC MNHN.

Fig. 9 : [Arrête-bœuf d’Espagne], Ms 271 folio 39. BC MNHN.

© MNHN (Paris), direction générale déléguée des collections, bibliothèque centrale

  • 54 . BC MNHN, Ms 271 folio 7 [Saxifrage de Sibérie], Ms. 271 folio 39 [Arrête-bœuf d’Espagne], Ms. 267 (...)
  • 55 BNF, Estampes, Jc18, Horti CellensisGardenia florida’, vol. 8, pl. 1240.

22Les dessins préparatoires de la saxifrage de Sibérie, de l’arrête-bœuf d’Espagne (fig. 9), du jasmin à fleurs doubles de Malabar (fig. 10) et de l’iris d’Afrique (fig. 11) sont conservés à la bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle dans un portefeuille de Buc’hoz54. On relève que le dessin du Gardenia florida est le même qui figure dans l’Horti Cellensis55.

Fig. 10 : [Jasmin à fleurs doubles de Malabar], Ms 267 folio 88. BC MNHN.

Fig. 10 : [Jasmin à fleurs doubles de Malabar], Ms 267 folio 88. BC MNHN.

Les fleurs dégagent au moment de la floraison un parfum envoûtant, intense et voluptueux.

© MNHN (Paris), direction générale déléguée des collections, bibliothèque centrale

Fig. 11 : [Iris d’Afrique], Ms 271, folio 59. BC MNHN.

Fig. 11 : [Iris d’Afrique], Ms 271, folio 59. BC MNHN.

© MNHN (Paris), direction générale déléguée des collections, bibliothèque centrale

  • 56 BC MNHN, Ms. 3531.
  • 57 L’illustration de la plante est représentée dans la fig. 17 de Lamy G. 2010.

23La gravure de la saxifrage de Sibérie nous rappelle combien la réception de cette plante avait été attendue par Claude Richard, jardinier du roi à Trianon, qui la réclamait à Linné depuis 1764 et ne la reçut qu’en mai 1766. Elle ne fleurit à Versailles pour la première fois qu’en avril 176956. Guillaume Prévost travaillait alors à Trianon et il a donc pu la peindre d’après nature. Cette gravure sera publiée à nouveau dans le Jardin d’Éden ou Le paradis terrestre renouvelé dans le jardin de la Reine à Trianon en 178357.

24Une autre gravure portant la mention « Prévost del. » figure dans le Stirpes novae, aut minus…, publié par Charles-Louis L’Héritier de Brutelle (1746-1800) à Paris en 1784. Il s’agit de la Gomphrena interrupta, plante envoyée de Saint-Domingue en 1778 par Jacques-Robert Crosnier, gendre de Claude Richard.

25Il est donc probable que Guillaume s’était spécialisé dans la représentation des planches botaniques.

  • 58 Guiffrey 1872, p. 157-158 et 162-163.

26Quant à Jean-Jacques Prévost, dit « Prévost l’Aîné », il se perfectionna dans son art et fut reçu à l’Académie de Saint-Luc en 1774 comme en témoigne le lot 149 de l’exposition du 25 août 1774 : « Deux bouquets de fleurs dans des vases, tableaux peints à gouache que l’Auteur a donné à l’Académie pour sa réception58. » Il présenta également le « portrait de feu M. Boucher, premier Peintre du Roi, en médaillon, entouré d’une guirlande de fleurs, avec attributs ». Il est tentant de rapprocher cette composition de celle du portrait de Jacques-Jérémie Roussel (voir fig. 2).

  • 59 Le Brun 1777, p. 105.

27Son épouse, dont l’identité nous est encore inconnue, aurait été peintre en miniature, rue Saint-Martin près la rue Sainte-Appolline à Paris59.

  • 60 Bénézit 1999, vol. 11, p. 240. C’est lors de cette même exposition qu’Élisabeth Vigée Le Brun (1755 (...)
  • 61 Pallot 2014, p. 207.

28Enfin, Jean-Louis Prévost, dit « Prévost le Jeune » ou « Prévost, le cadet », était probablement déjà membre de l’Académie de Saint-Luc puisque en 1774 il présenta en même temps que son frère plusieurs tableaux de fleurs accompagnés de nids d’oiseaux60. La récente exposition au château de Versailles 18e aux sources du design – Chefs-d’œuvre du mobilier, 1650-1790 a en outre présenté un chiffonnier à cinq tiroirs décoré d’un panneau peint vers 1770 dont la facture est attribuée à un « Prevot le jeune », avec un trépied sur lequel est posé un bouquet de roses et de lilas entouré d’une guirlande de jasmin61.

29En 1776, l’expert Jean-Baptiste Le Brun écrivait à propos des Prévost dans l’Almanach historique et raisonné des peintres :

Les fleurs, les oiseaux et les fruits de Messieurs Prevost ont attiré tous les yeux et étaient précieusement peints. Encore un peu d’application et ils seront les Van-Huysum de France.

  • 62 Le Brun 1776, p. 120, 121, 138 et 141.

30Il précisait que « Prévost l’aîné » [Jean-Jacques] habitait « quarré de la porte Saint-Denis » et qu’il peignait aussi très bien le portrait et que le cadet [Jean-Louis] habitait quant à lui « porte Montmartre, à côté des boulevards »62.

Les Prévost et l’expédition La Pérouse

  • 63 Gaziello 1985. Nous remercions Yves Duflot du château de Kergroadez (Finistère) pour la transmissio (...)

31On retrouve Guillaume Prévost, avec son neveu Jean-Louis-Robert Prévost, en 1785 à l’occasion de l’expédition La Pérouse63 (fig. 12). Guillaume, dit « Prévost oncle », s’était porté volontaire pour faire partie du voyage en tant que « dessinateur pour la Botanique » : il fut effectivement engagé pour assister le médecin La Martinière pour la botanique, l’entomologie et l’histoire naturelle avec 1 200 livres d’appointements par an. Il embarqua à bord de L’Astrolabe commandée par Fleuriot de Langle. Sa soif d’aventure se matérialisait enfin.

Fig. 12 : Nicolas André Monsiau, Louis XVI donnant ses instructions au capitaine de vaisseau Lapérouse, 1817. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV220.

Fig. 12 : Nicolas André Monsiau, Louis XVI donnant ses instructions au capitaine de vaisseau Lapérouse, 1817. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV220.

Guillaume Prévost déjeuna le 11 juin 1785 à Versailles avec le comte de La Pérouse et plusieurs de ses compagnons de voyage dans l’appartement du maréchal de Castries que l’on voit représenté ici debout derrière le roi.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

  • 64 AN, Marine, C7 260, Dossier Prévost (Jean-Louis et Guillaume). Aimée-Louise-Thérèse Prévost était n (...)

32Son neveu, Jean-Louis-Robert, dit « Prevost le jeune », encore mineur à ce moment embarqua à bord de La Boussole commandée par La Pérouse. Il l’accompagnait en remplacement de son père, Jean-Louis Prévost, qui se considérait trop âgé pour cette aventure et ne voulait pas laisser son épouse Thérèse-Geneviève et sa fille Aimée-Louise-Thérèse âgée de quatorze ans seules en France64.

  • 65 Thouin quant à lui envoyait à Prévost et « à ses confrères peintres le livret du salon de peinture (...)
  • 66 BC MNHN, Ms. 1928 dos. 2, pces 38 et 40.

33André Thouin, jardinier en chef du jardin du roi à Paris, avait minutieusement préparé l’expédition sur le plan botanique et recevait régulièrement des lettres du jardinier de l’expédition, Nicolas Collignon, du médecin et botaniste Joseph de La Martinière et de Guillaume65. Seules deux des lettres envoyées de Brest par Guillaume66 ont été conservées. Dans la première, il décrit l’entrevue à laquelle il avait été invité à participer à Versailles le 11 juin 1785 avec le maréchal de Castries, ministre de la Marine, et le comte de La Pérouse. Il pressent déjà les difficultés du voyage et se « soumet à tous les événements ». Prémonition ou inquiétude légitime ? La seconde lettre adressée à André Thouin, datée du 14 juillet 1785 à bord de L’Astrolabe, trahit encore cette inquiétude : « je me résigne à tout, j’appellerez a mon secour la raison afin que mes chagrins se perdent dans son sein ».

34Guillaume fut jugé par Fleuriot de Langle et par La Pérouse lui-même comme ayant mauvais caractère. Le 3 janvier 1787, dans un courrier adressé au ministre de la Marine, La Pérouse écrit à son propos que

  • 67 Bellec 1985.

son caractère indomptable le rend presque inutile à la partie dont il s’était chargé, et comme c’est un homme de plus de cinquante ans, il est difficile de le corriger. Je ne crois pas que depuis notre départ il ait dessiné quinze plantes, sous prétexte qu’il n’est pas assez commodément logé67.

  • 68 Perdrix, mâle et femelle de la Californie, Promerops de la Californie septentrionale.
  • 69 Oursins de la côte du Nord-Ouest de l’Amérique.
  • 70 Gaziello 1985. Les seuls dessins de sa main qui sont parvenus en France sont ceux de la « Liane mâl (...)

35Alors que son neveu par contre se faisait remarquer par son zèle à dessiner, à bord comme à terre, oiseaux68et coquilles69 : « son neveu, qui a aujourd’hui plus de talent que lui, est plein d’ardeur et de bonne volonté et dessine partout ». À Manille, en septembre 1787, Guillaume ne voulut même pas descendre à terre pour peindre70.

  • 71 BC MNHN, Ms. 1928 dos. 2 pce 44 : « Nicolas Collignon à Thouin, de la baie de botanique à la nouvel (...)
  • 72 Il s’agissait de l’expédition du Bounty commandée par l’amiral Bligh.

36La dernière lettre de l’expédition La Pérouse adressée à André Thouin est écrite par Collignon. L’enthousiasme et l’inquiétude légèrement euphorique des premières lettres que le jardinier lui avait adressées de Brest en 1785 ont fait place à une dureté forgée par les épreuves rencontrées depuis trois ans de navigation : envoyée de Botanic Bay en Australie le 15 février 178871, elle est reçue par le comte d’Angiviller, directeur des Bâtiments du roi, le 12 juin 1789, soit plus de quinze mois plus tard… Collignon y raconte sa tentative échouée de récolte de l’arbre à pain sur une île « de l’archipel des navigateurs » et annonce que les Anglais y ont envoyé un vaisseau « exprès muni d’une serre chaude pour transporter plusieurs plantes et particulièrement l’arbre à Pain »72. Les derniers mots adressés à la France par Collignon dans un post-scriptum viennent de Guillaume Prévost :

  • 73 Archipel de Samoa dans le Pacifique Sud.

Mr Prévost (l’oncle) ma chargé de vous faire bien des complimens ainsi qu’à Msrs vos frères et Mdmes vos sœurs73.

  • 74 Lesseps 1790.
  • 75 Ces dessins sont conservés à Vincennes au service historique de la Marine (SH 352).

37Guillaume Prévost fut ainsi le dernier des « artistes » à envoyer un message à la métropole avant de disparaître tragiquement en 1788 à Vanikoro. Par bonheur, certains dessins que les Prévost avaient peints parvinrent en France grâce au jeune Barthélémy de Lesseps (1766-1834)74, associé à l’expédition en tant qu’interprète russe. Débarqué au Kamtchatka en Extrême-Orient russe le 29 septembre 1787 et arrivé à la cour de Versailles 17 octobre 1788 après un voyage périlleux de treize mois, il rapporta entre autres une précieuse iconographie qui témoigne de la participation scientifique des Prévost75 (fig. 13).

Fig. 13 : « Lianne mâle du Chili que les Habitans appelent Guilboqui, Dessiné par Prévost oncle – gravé par PP. Choffard », dans Milet-Mureau, L.A., Voyage de La Pérouse autour du monde, Atlas, t. VI, 1797. Paris, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, IC BOT / Berbe / Lardizabala /1.

Fig. 13 : « Lianne mâle du Chili que les Habitans appelent Guilboqui, Dessiné par Prévost oncle – gravé par PP. Choffard », dans Milet-Mureau, L.A., Voyage de La Pérouse autour du monde, Atlas, t. VI, 1797. Paris, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, IC BOT / Berbe / Lardizabala /1.

© MNHN (Paris), direction générale déléguée des collections, bibliothèque centrale

  • 76 AN, Marine, C7 260, Dossier Prévost (Jean-Louis et Guillaume).

38Commença alors pour les familles des membres de l’expédition une longue attente : Jean-Louis Prévost, père du jeune Jean-Louis-Robert et frère de Guillaume, demanda le 26 avril 1789 au directeur général des ports et arsenaux de la Marine, Charles-Pierre de Fleurieu (1738-1810), à toucher la moitié du traitement de son fils comme il en avait été convenu en 1785 ; on lui répondit que son fils « sera[it] probablement ici dans le mois de juillet ». Le 7 septembre 1793, en pleine tourmente révolutionnaire, n’ayant toujours rien reçu, Prévost réitéra sa demande auprès du nouveau ministre. Il logeait alors au 202 rue de Bellefond à Paris. Il reçut un certificat notant que depuis le 10 mars 1788 l’on n’avait « aucun renseignement positif sur le sort de ces deux frégates que l’on présume s’être perdues corps et biens76 ». Il est permis de croire que c’est pour compenser la perte de son fils qu’il se vit attribuer à la manufacture des Gobelins rue Mouffetard un logement qu’il occupa pendant une trentaine d’années.

39En 1805 la publication de la Collection des fleurs et des fruits, peints d’après nature par Jean-Louis Prévost, et tirés de son portefeuille le remit en scène, ainsi que d’autres acteurs de l’époque révolue de l’Ancien Régime. Un « Discours d’Introduction sur l’usage de cette collection dans les Arts et Manufactures, suivi d’un Précis historique sur l’Art de la Broderie » démontrait l’utilité de cet ouvrage aux artisans qui utilisaient l’ornement floral tels qu’ébénistes, orfèvres, brodeurs, ou peintres de porcelaine. Antoine-Nicolas Duchesne (1747-1827), ancien prévôt des Bâtiments du roi qui avait participé à la création du jardin botanique de Louis XV à Trianon, avait rédigé les explications historiques et botaniques associées aux planches. Il citait entre autres Antoine Richard, jardinier du roi à Trianon, Bernard de Jussieu, professeur de botanique à Paris, et Roussel, ancien propriétaire du château de la Celle :

Cette Tulipe-ci fut un des gains obtenus dans les semis du Jardin de la Celle, dont le pinceau des frères Prévôt a fixé la célébrité dans l’Hortus Cellensis ; et elle prit le nom du maître (fig. 14).

Fig. 14 : Jean-Louis Prévost, « tulipe ‘La Roussel’, pivoine rouge double, pommier ‘Reinette de Canada’ ou ‘Reinette de Trianon’ », dans Gault de Saint-Germain, Collection des fleurs et des fruits peints d’après nature par Jean-Louis Prévost, Paris, Vilquin, 1805, pl. 9. Paris, BNF, Estampes, Jd 34.

Fig. 14 : Jean-Louis Prévost, « tulipe ‘La Roussel’, pivoine rouge double, pommier ‘Reinette de Canada’ ou ‘Reinette de Trianon’ », dans Gault de Saint-Germain, Collection des fleurs et des fruits peints d’après nature par Jean-Louis Prévost, Paris, Vilquin, 1805, pl. 9. Paris, BNF, Estampes, Jd 34.

La notice de cette planche nous apprend que la ‘Reinette de Canada’ était cultivée à Trianon vers la fin du règne de Louis XV d’où son nom dans diverses provinces françaises de ‘Reinette de Trianon’.

© Bibliothèque nationale de France

40Duchesne évoque encore Trianon dans la description de la 39e planche représentant la mahonille ou giroflée de Mahon (Cheiranthus maritimus L.) :

Le nom de Gazon de Versailles que porte la Giroflée de Mahon dans beaucoup de jardins, rappelle que c’est dans ceux de Louis XV, à Trianon, qu’ont brillé pour la première fois des bordures et des masses de ces fleurs aussi fraiches qu’abondantes […] Antoine Richard en ramassa de la graine en abondance à Mahon : et son père en fit une plante d’ornement.

  • 77 Jean-Louis Prévost 1960.
  • 78 « On ne sait rien sur les parents de Jean-Louis Prévost. Il est certain, cependant, qu’ils ont tous (...)

41En 1959, une première publication en allemand a reproduit 18 gravures de cet ouvrage sous le titre Bouquets – Jean-Louis Prévost 1760-1810, suivie d’une seconde version en anglais en 196077 (fig. 15). L’avant-propos nous apprend que : « Nothing is know of Jean-Louis Prévost’s parents. There is no doubt, however, that they all inherrited more or less strong artistic leanings78. »

Fig. 15 : Jean-Louis Prévost 1760-1810 - Bouquets, McDonald & Co, 1960.

Fig. 15 : Jean-Louis Prévost 1760-1810 - Bouquets, McDonald & Co, 1960.

© Gabriela Lamy

  • 79 L’acte de mariage n’a pu être retrouvé à ce jour aux Archives municipales de Paris.
  • 80 AN, MC, ET XLVII 570 : Étude Louis-Jacques Bacq, Paris « 29 avril 1811 – Inventaire après le décès (...)
  • 81 Mariage célébré à Paris le 29 messidor an X [18 juillet 1802] : AMP, 5 Mi 1/39.
  • 82 Il ne semble pas à la lecture de cet inventaire que Thérèse-Geneviève Prévost ait exercé la profess (...)

42Aujourd’hui, la date exacte de naissance de Jean-Louis Prévost nous est connue (25 septembre 1745) ainsi que l’année de son décès (1827) et l’origine de ses parents. L’inventaire après décès de son épouse, Thérèse-Geneviève Platre, décédée le 3 mars 1810, nous permet d’en savoir un peu plus pour lui. Leur mariage avait été célébré « il y a environ quarante-cinq dans la paroisse Saint-Eustache à Paris79 ». L’inventaire fut rédigé le 29 avril 1811 à la requête de « M. Jean-Louis Prévost Peintre demeurant à Paris rue Mouffetard à la manufacture impériale des Gobelins80 » en présence de sa fille Edmée-Louise-Thérèse Prévost, épouse de Anne-Louis Harissart81, de Thérèse-Joséphine Prévost, épouse Moreau, et de maître Louis-François Robin représentant Jean-Louis-Robert Prévost absent et considéré « comme embarqué en qualité de dessinateur de botanique sur la frégate La Boussole commandée par M. de la Pérouse ». Le mobilier du logement, composé de trois chambres, d’un salon à l’étage et d’un atelier avec vue sur cour au rez-de-chaussée fut prisé 563 francs par le commissaire-priseur Jean-Baptiste Benou. Le 9 mai suivant, ce dernier, assisté de Jean-Baptiste-Pierre Le Brun, « Peintre demeurant à Paris rue du gros chenet, no 4 expert nommé par le d. S. Prévost – père », fit l’estimation des tableaux, gravures, peintures et dessins. Cette estimation s’éleva à 1 112 francs : « une ébauche de Fragonard oval » pour 2 francs, un « tableau vase de fleurs en Porphire avec corbeilles dozier » pour 120 francs, « treize livraisons de fleurs coloriées d’après L. Prévost » pour 40 francs82… Le portrait de la défunte et de son mari, considéré comme portrait de famille, ne fut pas estimé, comme le voulait la coutume à cette époque.

  • 83 AN, Marine, C7 260, Dossier Prévost (Jean-Louis et Guillaume).

43En 1822, Jean-Louis Prévost, presque octogénaire, sollicita à nouveau un avis d’embarquement de son fils pour pouvoir intégrer une place à « l’hospice des vieillards » après avoir habité plus de trente ans à la Manufacture des Gobelins83.

  • 84 La date et le lieu de son décès n’ont pu être retrouvés à ce jour aux Archives municipales de Paris (...)

44Enfin, le 3 mai 1827, son gendre, Anne-Louis Harissart, représentant son épouse Aimée-Louise Prévost à la mort de son beau-père84, demanda au ministère de la Marine et des Colonies à faire constater « l’absence desdits Prévost fils et oncle partis avec Lapeyrouse avec lequel il parait qu’ils ont péris et dont il est impossible de justifier par des actes de décès en forme régulière » afin de pouvoir faire ensuite une demande de déclaration judiciaire de décès.

45La réponse, le 8 mai suivant, illustre une rigueur administrative implacable :

On a compulsé avec soin les rôles de 1785, des frégates L’Astrolabe et La Boussole, parties de Brest le 1er août 1785 sous le commandement de M. De La Peyrouse, pour faire le tour du Monde. Les seuls renseignements que cette recherche ait fournis pour répondre à la présente réclamation sont ceux-ci :

On trouve sur le rôle d’Équipe de L’Astrolabe, un M. Prévost (sans prénom) Dessinateur pour la Botanique à 1200 f. par an et sur celui de La Boussole un autre M. Prévost, Lejeune (aussi sans prénom) également Dessinateur pour la Botanique à 1200 fs par an.

Les anciens rôles d’Équipage ne présentant point la filiation ni le lieu et la date de naissance des personnes existant à bord, on ne peut donner ces renseignements pour les deux MM. Prévost dont il est fait mention ci-dessus : on ajoutera seulement qu’aucune apostille ne fait connaître qu’ils aient été débarqués de ces bâtiments.

46Ainsi, l’absence des prénoms et des dates de naissance sur les rôles des équipages rédigés en 1785 ne permit pas d’établir une filiation officielle entre les personnes embarquées et les héritiers de Jean-Louis Prévost. Quarante-deux ans après le départ de l’expédition, cette démarche illustre la difficile situation d’« absence » permettant à des héritiers de régler une succession. Le dossier « Prévost » conservé aux Archives nationales ne contient pas de suite concernant ce cas juridique.

Conclusion

  • 85 Jean-Louis Prévost, « Tableau de Fleurs » au musée du Breuil-de-Saint-Germain à Langres, « Fleurs e (...)

47Cette première étude de quatre Prévost « peintres de fleurs » connus séparément jusqu’ici a permis de retrouver les liens familiaux qui les unissaient ; les dessins rassemblés dans les recueils de l’Horti Cellensis, ceux de l’expédition La Pérouse conservés au service historique de la Marine à Vincennes, les gravures des publications de Buc’hoz ainsi que les œuvres abritées dans différents musées85 et dans diverses collections privées offrent un témoignage privilégié de l’intérêt porté par des propriétaires de jardins fortunés au cours de cette seconde moitié du xviiie siècle à l’illustration botanique.

Top of page

Bibliography

Sources imprimées

Buc’hoz Pierre-Joseph, 1775-1780, Histoire universelle du règne végétal…, Paris, Brunet, 13 tomes de texte et 12 tomes de planches en 9 volumes in folio. En ligne : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10402659

Buc’hoz, Pierre-Joseph, [1779], Collection précieuse et enluminée des fleurs les plus belles et les plus curieuses qui se cultivent tant dans les jardins de la Chine que dans ceux de l’Europe, Paris, Lacombe. En ligne : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1054526r

Gault de Saint-Germain Pierre-Marie, 1805, Collection de fleurs et de fruits peints d’après nature par Jean-Louis Prévost, avec un discours d’introduction sur l’usage de cette collection dans les Arts et Manufactures…, avec une explication des planches par A.-N. Duchesne, Paris, Vilquin.

Guiffrey, Jules-Joseph, 1872, Livrets des expositions de l’Académie de Saint-Luc à Paris pendant les années 1751, 1752, 1753, 1756, 1762, 1764 et 1774, Paris, Bauer et Detaille.

Le Brun (abbé), 1776, Almanach historique et raisonné des architectes, peintres, sculpteurs, graveurs et cizeleurs, Paris, Delalain-Vve Duchesne. En ligne : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6557007v

Le Brun (abbé), 1777, Almanach historique et raisonné des artistes, peintres, sculpteurs, graveurs et cizeleurs, Paris, Delalain-Vve Duchesne. En ligne : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6556978q

Lesseps Barthélémy de, 1790, Journal historique du voyage de M. de Lesseps, consul de France, employé dans l'expédition de M. le comte de la Pérouse en qualité d'interprète du roi ; depuis l'instant où il a quitté les frégates françoises au port Saint-Pierre et Saint-Paul du Kamtschatka, jusqu'à son arrivée en France le 17 octobre 1788, Paris, Imprimerie royale, 2 vol. in-8°.

Linné, Carl von, The Linnaean correspondence, an electronic edition prepared by the Swedish Linnaeus Society, Uppsala, and published by the Centre international d’étude du xviiie siècle, Ferney-Voltaire. En ligne : http://linnaeus.c18.net/.

Willemet Rémi, 1796, « Notice sur Noel-Joseph Necker, par le citoyen Willemet », Magasin encyclopédique ou Journal des sciences, des lettres et des arts, t. I, p. 192-196.

Études

Aňón Carmen et Luengo Mónica, 2003, El Capricho de la Alameda de Osuna, Madrid, Municipalité de Madrid.

Baillio Joseph, 2015, « Vigée-Lebrun : l’itinéraire artistique et social hors pair d’une artiste française », dans Id. (dir.), Élisabeth Louise Vigée Le Brun, cat. exp., Paris, Réunion des musées nationaux, p. 13-35.

Bellec François, 1985, La généreuse et tragique expédition Lapérouse, Rennes, Ouest-France.

Bénézit Emmanuel, 1999, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Paris, Gründ.

Cheynet de Beaupré Marc, 2016, Joseph Pâris-Duverney, financier d’État (1684-1770) : La vertu des maîtresses royales (1720-1770), t. II, Paris, Honoré Champion.

Curtat Philippe, 1984, Brunoy côté jardin 1722-1795, Paris, Lettres libres.

Desmond Ray, 2007, The History of the Royal Botanical Gardens, Kew, Londres, Kew Publishing-Royal Botanic Gardens, Kew.

Ducreux Auguste, 1951, Le petit château de la Celle-Saint-Cloud, Paris, Frazier-Soye.

Gaziello Catherine, 1985, L’expédition de Lapérouse, 1785-1799, réplique française aux voyages de Cook, Paris, Éd. du CTHS.

Guibert Joseph, 1926, Le Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale : histoire des collections suivie d’un guide d’un chercheur, Paris, Maurice Le Garrec.

Heurtel Pascale et Lenoir Michelle (dir.), 2016, Les vélins du Muséum national d’histoire naturelle, Paris, Citadelles et Mazenod.

Jean-Louis Prévost (1760-1810) : Bouquets, 1960, introduction d’Emy Pischel, Londres, Macdonald.

Lamy Denis, 2010, « On herborise à Trianon », dans Saule Béatrix et Arminjon Catherine (dir.), Sciences et curiosités à la cour de Versailles, cat. exp. (château de Versailles, 26 octobre 2010-27 février 2011), Paris, Réunion des musées nationaux, p. 152-153.

Lamy Gabriela, 2010, « Le jardin d’Éden : le paradis terrestre renouvellé dans le jardin de la Reine à Trianon de Pierre-Joseph Buc’hoz », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 20 septembre 2010. URL : http://crcv.revues.org/10300 ; DOI : 10.4000/crcv.10300.

Lamy Gabriela, 2016, « Des jardins de Saint-Germain aux jardins de Trianon », dans Brissard Françoise et Wick Gabriel (dir.), Une maison de plaisance au xviiie siècle : l’hôtel de Noailles à Saint-Germain-en-Laye, Paris, Artlys, p. 101-113.

Lazarus Maureen, 2014, « Lord Bute’s Botanical Tables (1785) », dans Phillips Charlotte et Shane Nora (dir.), John Stuart 3rd Earl of Bute 1713-92 : Botanical and Horticultural Interests and Legacy, Luton Hoo, Luton Hoo Estate, p. 57-62.

Leben Ulrich, 2004, L’école royale gratuite de dessin de Paris (1767-1815), Paris, Monelle Hayot.

Mesnil du Buisson Robert du, 1955, « Un des constructeurs du château de la Celle-Saint-Cloud, Jacques Jérémie Roussel », Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, 51e année – 1954, tiré à part, 16 p.

Mouradian Hélène et Salmon Xavier (dir.), 1999, Jean-Jacques Bachelier (1724-1806) : peintre du roi et de Madame de Pompadour, cat. exp. (Versailles, musée Lambinet, 25 novembre 1999-19 mars 2000), musée Lambinet-Somogy éditions d’art.

Pallot, Bill G. B. « 60 Jean-Baptiste II Tuart et Ferdinand Bury (ébénisterie), Jean-Louis Prévot (attribué à) (peinture) Chiffonnier à cinq tiroirs », dans 18e Aux sources du design : chefs-d'œuvre du mobilier 1650-1790, cat. exp. (château de Versailles, 26 octobre 2014-22 février 2015), Paris, Faton, p. 206-207.

Pinault-Sørensen Madeleine, 2008, Le livre de botanique, xviie et xviiie siècles, Paris, BNF.

Shane Nora, 2014, « Botanical art, publications and patronage », dans Phillips Charlotte et Shane Nora (dir.), John Stuart 3rd Earl of Bute 1713-92 : Botanical and Horticultural Interests and Legacy, Luton Hoo, Luton Hoo Estate, p. 49-55.

Top of page

Notes

1 Bibliothèque nationale de France, département des Estampes (désormais BNF, Estampes), Jc18 : Horti Cellensis Plantarum Icones, 12 vol. in-fo.

2 BNF, Estampes, Jc26 : Catalogue de Plantes peintes d’après nature par les soins d’un amateur, distribué par classes, par genres et par espèces, suivant l’ordre observé au Jardin des plantes du Roy a Trianon.

3 Gaziello 1985.

4 Jean-Louis Prévost… 1960. Une première version allemande avait été publiée en 1959.

5 « Les deux frères Prevost, peintres, qui peignaient des fleurs et des fruits », Añón et Luengo 2003, p. 122. Les recherches généalogiques entreprises sur la fratrie des Prévost de Nointel n’ont pas permis à ce jour de la relier à « Pedro Prevost ».

6 Son dernier propriétaire, Auguste Ducreux, en a fait don à l’État français en 1951 pour être affecté à l’usage exclusif du ministère des Affaires étrangères.

7 Elle-même l’avait acquis au mois de février 1748 de François-Gabriel Bachelier (1685-1754), premier valet de chambre du roi.

8 Pinault-Sørensen 2008, p. 48.

9 Cheynet de Beaupré 2016, p. 196.

10 Curtat 1984.

11 Lamy 2016.

12 « jardin botanique et exotique ».

13 Desmond 2007, p. 38.

14 Que les publications de Louis Gérard (Flora gallo-provincialis paru en 1761) et d’Antoine-Nicolas Duchesne (Manuel de botanique paru en 1764) furent les premières à adopter.

15 Lamy D. 2010, p. 152-153.

16 AN, ET/LIII/490, Étude Jules Le Pot d’Auteuil, Paris « Vente Roussel à La Vauguyon, 27 octobre 1772 ».

17 Deux vues du château de La Celle et de ses environs, « lavées et coloriées avec le plus grand soin par feu M. Portail, garde des tableaux du Roi, de 34 pouces de long sur 15 de large et montées sous verre dans de riches bordures dorées », sont vendues lors de la vente du cabinet de Jacques-Jérémie Roussel à Paris le 13 mars 1769 ; BNF, Estampes, Catalogue raisonné des estampes, tableaux, bronzes, porcelaines et autres curiosités, qui composent le cabinet de Mr R, 1769, lot no 213.

18 Un confortable cabinet était aménagé dans l’une des deux serres chaudes avec une cheminée surmontée d’une glace, un sofa couvert de toile rayée blanche et bleue, garni de deux oreillers remplis de plumes et couverts de housses d’indienne, un fauteuil couvert de velours d’Utrecht jaune et un autre de moquette. Deux petites armoires en coin, une petite table garnie de fer à tiroir et un petit secrétaire fermant à clef complétaient le mobilier. La galerie attenante à ce cabinet était décorée d’estampes de plantes vingt d’entre elles encadrées de bois blanc et huit de bois brun. Quatre mille bocaux de verre blanc servant à mettre les « Graines de Botanic » étaient rangés sur vingt-trois tablettes peintes en blanc. Dans « l’orangerie de la Botanique » étaient disposées huit toises de gradins garnis de plantes à rentrer l’hiver, un marchepied permettant d’accéder aux gradins supérieurs. Si 268 pots à fleurs en terre et de nombreux vases en faïence sont mentionnés dans l’inventaire des meubles du château en 1772, aucune liste des plantes de ce jardin n’est en revanche relevée.

19 Archives départementales des Yvelines (désormais ADY), La Celle Saint-Cloud/BMS/1760-1782, p. 80. Trochereau, ancien commissaire de la Marine, avait acquis la propriété de Feuillancourt à Saint-Germain-en-Laye le 5 novembre 1761.

20 Mesnil du Buisson 1955, p. 16.

21 . L’Almanach historique de 1776 cite « M. Prévost l’ainé comme peignant très bien le portrait » : Le Brun 1776, p. 138.

22 Archives départementales du Val-d’Oise (désormais ADVO), Nointel, Registre paroissial, 1732-1737 E-DEPOT76 E4, 15/21.

23 Ibid., 1738-1753 E-DEPOT76 E5 3 et 7/68.

24 Ibid., 1738-1753 E-DEPOT76 E5 31/68.

25 Leben 2004, p. 204.

26 Avant de créer en 1766 à Paris une école royale gratuite de dessin. Voir ibid., p. 37.

27 L’architecture à la mode où sont les nouveaux dessins pour la décoration des bâtimens et jardins…, Paris, N. Langlois, s. d.

28 Bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle (désormais BC MNHN), Ms. 689, no 161 « Duchesne, Journal de botanique 1761 ».

29 ADVO, Nointel, Registre paroissial, 1768-1770 E-DEPOT76 E8 7/24. L’enfant est le fils de sa sœur Rosalie Prévost, épouse de Simon Raimond. La marraine est Thérèse Platre, « fame de jl Prévost ». On apprend ainsi que Jean-Louis Prévost était en 1768 marié à Thérèse-Geneviève Platre.

30 Mouradian et Salmon 1999, p. 23 et p. 64 note 35.

31 On y avait créé en son honneur une forme particulière de pot à eau, dit « broc Roussel ».

32 Après sa mort, les dessins contenus dans cinq volumes seront vendus chez Sotheby’s en mai 1794 à Londres ; un de ces volumes est conservé à la bibliothèque d’Oak Spring Garden que Rachel Lambert Mellon avait créée. Voir Shane 2014, p. 51.

33 Ibid. ; Lazarus 2014, p. 56-61.

34 Médecin et botaniste d’origine française au service de Charles-Théodore de Bavière (1724-1799), prince-électeur du Palatinat à Mannheim.

35 BC MNHN, Ms 917.

36 Willemet 1796.

37 BNF, Estampes, Jc 26.

38 Certaines illustrations étaient des reproductions des « vélins du roi » peints par Nicolas Robert, Jean Joubert ou Claude Aubriet.

39 BNF, Estampes Yd 70 a, « Catalogue raisonné des estampes, tableaux, bronzes, porcelaines et autres curiosités, qui composent le cabinet de Mr R, 1769 ».

40 Lettre d’Hugues-Adrien Joly, garde du cabinet des Estampes de 1750 à 1792 à Heinecken, son homologue de Dresde, 21 avril 1782 : Guibert 1926, p. 105.

41 Heurtel et Lenoir 2016.

42 « G. Prévost à Linné, 25 mars 1771 », The Linnean Correspondance en ligne : http://linnaeus.c18.net/Letter/L4480.

43 Le docteur Louis-Guillaume Le Monnier (1717-1799) y professait depuis 1755. Il était également premier médecin ordinaire du roi depuis 1756.

44 Mouradian et Salmon 1999, p. 23 et p. 64, note 35.

45 Lors du deuxième voyage que le souverain suédois effectua en France.

46 Peter Hernequist (1726-1808), professeur de médecine et ancien élève de Linné, avait accompli un voyage d’études en France de 1763 à 1766, étudiant la médecine vétérinaire à Lyon puis à Paris auprès d’Étienne Lafosse. Le 12 juin 1766 il écrivait une lettre à Linné où il racontait sa visite à « Richard Jardinier du Roy de France à Trianum ».

47 François Barthélémy (1747-1830) était secrétaire d’ambassade en Suède depuis 1768. L’ambassadeur alors en poste à Stockholm était le comte de Vergennes qui prenait personnellement part aux envois de paniers de plantes entre Trianon et Upsala, jardin botanique royal suédois, comme le baron de Breteuil l’avait fait trois ans auparavant.

48 Buc’hoz 1775-1780, 13 tomes de texte et 12 tomes de planches en 9 volumes in folio. La BNF conserve un ouvrage relié aux armes de la reine Marie-Antoinette. On relève sur certaines gravures, outre le nom de Prévost, ceux des dessinateurs Aubriet, Mlle Basseporte, Caresme, Duchesne, Dupin fils, Ferner, Fossier, Joubert, B. Michel femme Fessard, Mlle Neviange, Madame Pinard élève de Basseporte, Mme de St Suire, Mlle de Surugue.

49 Buc’hoz 1779.

50 Ibid., tome premier de planches, Decad. 10, Pl. I.

51 Ibid., tome deuxième de planches, Cent. 2, Décad. 5, Pl. I.

52 Ibid., tome deuxième de planches, Cent. 2, Decad. 7, Pl. I.

53 Ibid., tome deuxième de planches, Cent. 2, Decad. 7, Pl. II.

54 . BC MNHN, Ms 271 folio 7 [Saxifrage de Sibérie], Ms. 271 folio 39 [Arrête-bœuf d’Espagne], Ms. 267 folio 88 [Gardenia florida] et Ms. 271 folio 59 [Iris d’Afrique].

55 BNF, Estampes, Jc18, Horti CellensisGardenia florida’, vol. 8, pl. 1240.

56 BC MNHN, Ms. 3531.

57 L’illustration de la plante est représentée dans la fig. 17 de Lamy G. 2010.

58 Guiffrey 1872, p. 157-158 et 162-163.

59 Le Brun 1777, p. 105.

60 Bénézit 1999, vol. 11, p. 240. C’est lors de cette même exposition qu’Élisabeth Vigée Le Brun (1755-1842) fut admise à cette académie en présentant sa pièce de réception La Peinture, la Poésie et la Musique (Baillio 2015, p. 13-35).

61 Pallot 2014, p. 207.

62 Le Brun 1776, p. 120, 121, 138 et 141.

63 Gaziello 1985. Nous remercions Yves Duflot du château de Kergroadez (Finistère) pour la transmission de ces informations.

64 AN, Marine, C7 260, Dossier Prévost (Jean-Louis et Guillaume). Aimée-Louise-Thérèse Prévost était née le 21 novembre 1771 à Paris, paroisse Saint-Roch : Archives municipales de Paris (désormais AMP), 5 Mi 1/44.

65 Thouin quant à lui envoyait à Prévost et « à ses confrères peintres le livret du salon de peinture avec toutes les critiques y relatives » pour les tenir au courant des actualités artistiques du moment.

66 BC MNHN, Ms. 1928 dos. 2, pces 38 et 40.

67 Bellec 1985.

68 Perdrix, mâle et femelle de la Californie, Promerops de la Californie septentrionale.

69 Oursins de la côte du Nord-Ouest de l’Amérique.

70 Gaziello 1985. Les seuls dessins de sa main qui sont parvenus en France sont ceux de la « Liane mâle du Chili que les Habitans appelent « Guileboqui » et de la « Lianne femelle du Chili » conservés au service historique de la Défense à Vincennes.

71 BC MNHN, Ms. 1928 dos. 2 pce 44 : « Nicolas Collignon à Thouin, de la baie de botanique à la nouvelle hollande 15 février 1788 ».

72 Il s’agissait de l’expédition du Bounty commandée par l’amiral Bligh.

73 Archipel de Samoa dans le Pacifique Sud.

74 Lesseps 1790.

75 Ces dessins sont conservés à Vincennes au service historique de la Marine (SH 352).

76 AN, Marine, C7 260, Dossier Prévost (Jean-Louis et Guillaume).

77 Jean-Louis Prévost 1960.

78 « On ne sait rien sur les parents de Jean-Louis Prévost. Il est certain, cependant, qu’ils ont tous hérité de penchants artistiques plus ou moins forts ».

79 L’acte de mariage n’a pu être retrouvé à ce jour aux Archives municipales de Paris.

80 AN, MC, ET XLVII 570 : Étude Louis-Jacques Bacq, Paris « 29 avril 1811 – Inventaire après le décès de la De Prévost ».

81 Mariage célébré à Paris le 29 messidor an X [18 juillet 1802] : AMP, 5 Mi 1/39.

82 Il ne semble pas à la lecture de cet inventaire que Thérèse-Geneviève Prévost ait exercé la profession de peintre, car seules des œuvres de son mari y figurent.

83 AN, Marine, C7 260, Dossier Prévost (Jean-Louis et Guillaume).

84 La date et le lieu de son décès n’ont pu être retrouvés à ce jour aux Archives municipales de Paris ; le courrier d’Anne-Louis Harissart adressé au ministère de la Marine et des Colonies les suppose à Paris à la fin de 1826 ou au début de 1827.

85 Jean-Louis Prévost, « Tableau de Fleurs » au musée du Breuil-de-Saint-Germain à Langres, « Fleurs et fruits » au musée des Beaux-Arts à Angers et « Corbeille de fruits » au musée des Beaux-Arts à Dijon.

Top of page

List of illustrations

Credits © Gabriela Lamy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14000/img-1.jpg
File image/jpeg, 948k
Title Fig. 2 : Jacques-Jérémie Roussel en 1766, crayon de J.-J. Prévost, de la collection de Gavelle de Roany, paru dans la Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, 51e année – 1954.
Credits © Reproduction Christophe Fouin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14000/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.4M
Title Fig. 3 : Arbre généalogique des Prévost
Credits © Gabriela Lamy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14000/img-3.jpg
File image/jpeg, 720k
Title Fig. 4 : J[ean-]J[acques] Prévost, Cheiranthus fenestris, Horti Cellensis… Paris, BNF, Estampes, Jc18, vol. 8, pl. 1304.
Credits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14000/img-4.jpg
File image/jpeg, 820k
Title Fig. 5 : G[uillaume] Prévost, Vinca rosea, Horti Cellensis… Paris, BNF, Estampes, Jc18, vol. 8, pl. 1239.
Credits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14000/img-5.jpg
File image/jpeg, 920k
Title Fig. 6 : J[ean-]L[ouis] Prévost, Trillium cernuum, Horti Cellensis… Paris, BNF, Estampes, Jc18, vol. 3, pl. 641.
Credits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14000/img-6.jpg
File image/jpeg, 968k
Title Fig. 7 : J.-G. Prévost, Dianthus arenarius, Horti Cellensis…, Paris, BNF, Estampes, Jc18, vol. 10, pl. 1331.
Credits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14000/img-7.jpg
File image/jpeg, 876k
Title Fig. 8 : [Prévost], « Ononis rotundifolia. Linn. L’Arrête Bœuf d’Espagne », dans Buc’hoz, Dons merveilleux et diversement coloriés de la Nature, Paris, 1782, pl. 153.
Credits © Christophe Fouin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14000/img-8.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Title Fig. 9 : [Arrête-bœuf d’Espagne], Ms 271 folio 39. BC MNHN.
Credits © MNHN (Paris), direction générale déléguée des collections, bibliothèque centrale
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14000/img-9.jpg
File image/jpeg, 900k
Title Fig. 10 : [Jasmin à fleurs doubles de Malabar], Ms 267 folio 88. BC MNHN.
Caption Les fleurs dégagent au moment de la floraison un parfum envoûtant, intense et voluptueux.
Credits © MNHN (Paris), direction générale déléguée des collections, bibliothèque centrale
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14000/img-10.jpg
File image/jpeg, 920k
Title Fig. 11 : [Iris d’Afrique], Ms 271, folio 59. BC MNHN.
Credits © MNHN (Paris), direction générale déléguée des collections, bibliothèque centrale
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14000/img-11.jpg
File image/jpeg, 912k
Title Fig. 12 : Nicolas André Monsiau, Louis XVI donnant ses instructions au capitaine de vaisseau Lapérouse, 1817. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV220.
Caption Guillaume Prévost déjeuna le 11 juin 1785 à Versailles avec le comte de La Pérouse et plusieurs de ses compagnons de voyage dans l’appartement du maréchal de Castries que l’on voit représenté ici debout derrière le roi.
Credits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14000/img-12.jpg
File image/jpeg, 324k
Title Fig. 13 : « Lianne mâle du Chili que les Habitans appelent Guilboqui, Dessiné par Prévost oncle – gravé par PP. Choffard », dans Milet-Mureau, L.A., Voyage de La Pérouse autour du monde, Atlas, t. VI, 1797. Paris, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, IC BOT / Berbe / Lardizabala /1.
Credits © MNHN (Paris), direction générale déléguée des collections, bibliothèque centrale
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14000/img-13.jpg
File image/jpeg, 388k
Title Fig. 14 : Jean-Louis Prévost, « tulipe ‘La Roussel’, pivoine rouge double, pommier ‘Reinette de Canada’ ou ‘Reinette de Trianon’ », dans Gault de Saint-Germain, Collection des fleurs et des fruits peints d’après nature par Jean-Louis Prévost, Paris, Vilquin, 1805, pl. 9. Paris, BNF, Estampes, Jd 34.
Caption La notice de cette planche nous apprend que la ‘Reinette de Canada’ était cultivée à Trianon vers la fin du règne de Louis XV d’où son nom dans diverses provinces françaises de ‘Reinette de Trianon’.
Credits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14000/img-14.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Fig. 15 : Jean-Louis Prévost 1760-1810 - Bouquets, McDonald & Co, 1960.
Credits © Gabriela Lamy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14000/img-15.jpg
File image/jpeg, 865k
Top of page

References

Electronic reference

Gabriela Lamy, « Les Prévost, peintres de fleurs : des jardins de La Celle-Saint-Cloud à l’expédition La Pérouse en passant par Trianon », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [Online], Articles et études, Online since 16 February 2017, connection on 19 August 2017. URL : http://crcv.revues.org/14000 ; DOI : 10.4000/crcv.14000

Top of page

About the author

Gabriela Lamy

Historienne des jardins, chargée de recherche au service des jardins de Trianon, château de Versailles. Contact : gabriela.lamy@chateauversailles.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org