Skip to navigation – Site map

Figures de l’étranger à Versailles

Depictions of Foreigners at Versailles
Gérard Sabatier

Abstracts

The decorative programme of Versailles at the time as the king’s first wars (1664–78) was composed of conventional figures drawn from mythology, from ancient history and the allegorical repertoire, a reiteration of the imperial decoration of he who wished to be more Louis-Auguste than the Sun King. Certain figures, however, are depicted realistically. Set apart by their strangeness, these are figures from abroad. Nations of four continents on the wall of the Ambassdors’ Staircase, ambassadors on the ceiling or in the oval paintings of the Grande Galerie, they are reverential foreigners. Nude (the Turks) or in “Gothic” armour (the Spanish, German, Dutch, etc.), they are the enemies (the French and the king are dressed as Romans). And the three women incarnating the Powers hostile to France are dressed in contemporary clothes. Minorities in Versailles, the foreign figures are treated according to their function and their relationship to the king: deference, submission, exclusion.

Top of page

Full text

1L’étranger visitant Versailles au temps de Louis XIV, à moins de contempler son reflet dans les miroirs de la Grande Galerie, avait peu de chance d’apercevoir un de ses semblables dans les décors peints sur les parois ou aux voûtes des lieux ouverts au public où il pouvait avoir librement accès, comme les grands appartements, l’escalier du Roi – ou des Ambassadeurs – ou la Grande Galerie, justement, pas plus qu’il ne pouvait en rencontrer en détaillant les innombrables statues dressées sur les façades, installées sur les corniches, animant les fontaines ou jalonnant les allées du jardin. La convenance régissant l’environnement royal exigeait des héros et des dieux, une foisonnante statuaire cosmique ou antiquisante, la réitération du décor impérial pour celui qui se voulait Louis-Auguste. Cependant la figure des contemporains n’est pas totalement absente du décor versaillais. Pendant une quinzaine d’années, entre 1672 et 1686, soit au temps de la guerre de Hollande et des annexions territoriales en application de la politique des Réunions, les victoires de Louis XIV sur la Triple Alliance de la Hollande, l’Espagne et l’Empire fournirent le thème des peintures de l’escalier des Ambassadeurs, de la Galerie et de ses deux salons, ainsi que de quelques sculptures dans la proximité du château. Traités sur un mode héroïque ou allégorique de convention, ces décors comprennent cependant des figures qui rompent par leur étrangeté : elles sont représentées d’une façon réaliste, « au vrai ». Avec étonnement, on s’aperçoit que ce sont toutes des figures d’étrangers. Le peintre a manifestement voulu désigner par là une catégorie extérieure à l’univers enchanté de la geste louis-quatorzienne. Ce sont des figures de l’étranger, dont il convient de percevoir les significations et la fonction.

Les nations

  • 1 Sabatier 2010, p. 381-406.
  • 2 Sabatier 2016, p. 65-99.

2On ne sera pas étonné si la première rencontre avec des étrangers se produit dans l’escalier des Ambassadeurs. Édifié de 1671 à 1680, il ouvrait au nord par un vestibule sur la Cour royale, immédiatement avant la cour de Marbre, et conduisait à l’étage au grand appartement du Roi. Utilisé par les ambassadeurs se rendant à l’audience publique1, l’escalier du Roi leur dut son nom. Détruit en 1752, son décor est connu par les dessins et cartons de Le Brun, ainsi que par les gravures du plafond (Simonneau, Baudet) et des parois (Chevotet, Surugue). L’escalier était une boîte à images, prenant le jour par une verrière zénithale. Au plafond étaient peints en camaïeu des bas-reliefs feints sur le modèle de ceux de la colonne Trajane à Rome représentant les grandes actions du roi, célébrées dans les voussures par des muses et des Olympiens. Les parois à l’étage étaient peintes en trompe-l’œil. Sur les longs côtés, des tapisseries feintes, comme accrochées entre des pilastres de marbre, représentaient au vrai les victoires de l’année 1677, les sièges de Cambrai, de Valenciennes, de Saint-Omer, et la bataille du mont Cassel. Se rapprochant du centre, on trouvait un décor de quadratura, architecture feinte de colonnades et de riches plafonds ouvrant sur de grands ciels très clairs, en forme de loggias aux balustrades recouvertes de somptueux tapis aux couleurs chaudes, or, écarlate, bleu. Et dans ces loggias, des personnages, qui regardent. Le dispositif est directement inspiré de celui de la Sala regia du Quirinal à Rome, destinée aux rencontres officielles du pape avec les délégations de diplomates étrangers, peint en 1616-1617 par Agostino Tassi, Giovanni Lanfranco et Carlo Saraceni2.

  • 3 Beauvais et Méjanès 1985, 24-34 ; Charles Le Brun 1619-1690. Le décor de l’escalier des Ambassadeur (...)

3Ce sont les différentes nations de l’Europe (nord-est), de l’Amérique (nord-ouest), de l’Afrique (sud-est) et de l’Asie (sud-ouest)3 (fig. 1, 2, 3 et 4).

Fig. 1 : Charles Le Brun (d’après), Les différentes nations de l’Europe, xviie siècle, huile sur toile, 0,72 × 0,585 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 5778.

Fig. 1 : Charles Le Brun (d’après), Les différentes nations de l’Europe, xviie siècle, huile sur toile, 0,72 × 0,585 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 5778.

© Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Jean-Marc Manaï

Fig. 2 : Charles Le Brun, Les différentes nations de l’Amérique, v. 1674-1679, pierre noire, avec rehauts de craie blanche, sur plusieurs morceaux de papier beige réunis, 1,830 × 2,290 m. Paris, musée du Louvre, inv. 29972 recto.

Fig. 2 : Charles Le Brun, Les différentes nations de l’Amérique, v. 1674-1679, pierre noire, avec rehauts de craie blanche, sur plusieurs morceaux de papier beige réunis, 1,830 × 2,290 m. Paris, musée du Louvre, inv. 29972 recto.

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Christophe Chavan

Fig. 3 : Charles Le Brun, Les peuples de l’Afrique, xviie siècle, craie, papier beige, pierre noire, rehauts de craie, 0,3 × 0,564 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, invdessins 695, MV 7894.

Fig. 3 : Charles Le Brun, Les peuples de l’Afrique, xviie siècle, craie, papier beige, pierre noire, rehauts de craie, 0,3 × 0,564 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, invdessins 695, MV 7894.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Franck Raux

Fig. 4 : Charles Le Brun (d’après), Les différentes nations de l'Asie, xviie siècle, huile sur toile, 0,72 x 0,585 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 5779.

Fig. 4 : Charles Le Brun (d’après), Les différentes nations de l'Asie, xviie siècle, huile sur toile, 0,72 x 0,585 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 5779.

© Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Jean-Marc Manaï

  • 4 Cesare Ripa avait donné en 1593 un dictionnaire des figures allégoriques (première édition illustré (...)

4Nivelon énumère des figures « des deux Indes orientales et occidentales, Perses, Grecs, Arméniens, Moscovites, Allemands, Italiens, Hollandais, Africains ; bref, celles qui se peuvent connaître ». Il y a un ecclésiastique, de dos, en calotte et camail rouges sur le rochet blanc : un Italien ? L’« Asie » est comprise dans son acception géographique classique héritée des Grecs, soit les territoires allant des rives orientales de la Méditerranée au continent indien. On ne voit donc ni Chinois ni Japonais dans les loggias de l’escalier, pas plus qu’il n’y avait encore eu d’ambassadeurs de ces nations à Versailles. Les Siamois ne viendront qu’en 1686. Sont donc figurés, d’après Nivelon, un originaire des Indes orientales (au premier rang à gauche, le visage brun, coiffé d’un turban ?), un Moscovite (au centre, avec une toque de fourrure et un manteau bordé de même. On les comptait alors avec les Asiatiques, pour la proximité de leurs mœurs), un Perse (de profil à droite, au turban sombre ?), et des sujets de l’Empire ottoman, un Grec (la tête barbue au bonnet de marin ?), un Arménien (au fond à gauche ?), un janissaire, tout à fait à droite, avec son bonnet à couvre-nuque et à plume. L’Afrique, toujours au sens antique de la bordure sud de la Méditerranée, est représentée par les différents types humains qui peuplaient alors les pays barbaresques : un solide noir à gauche, des « turcs » et des renégats européens, au costume assez indifférencié, portant turban ou bonnet. On pouvait s’étonner de voir parmi les « Américains » une majorité d’Européens : absorbés dans leurs discussions, c’était des marchands ou des colons. Le magnifique guerrier au premier plan, à la puissante anatomie, était bien, lui, le « sauvage » incarnant le natif de ce continent : nu (un manteau jeté sur les épaules cependant), tenant ostensiblement un casse-tête, coiffé de plumes, il forme comme le double de l’allégorie de l’Amérique peinte dans la voussure juste au-dessus de lui selon l’iconologie de Ripa4.

5Ces figures représentant toutes sortes de nations

  • 5 Nivelon 2004, p. 471-472.

semblent aller et venir dans les appartements du prince, s’entretenant la plupart ensemble, ou regardant la voûte de ce lieu selon leur génie ; ce qui fait une variété naturelle très agréable. Et on peut dire que lorsque ce grand roi descend par cet escalier, au milieu et suivi de tous les princes et princesses, cela fait un spectacle si grand et superbe que l’on croirait que tous ces peuples se rendent en foule dans ce lieu pour honorer son passage et voir la plus belle cour du monde5.

6Le dessein de Le Brun comporte une part d’esthétique : varier les partis figuratifs pour rompre une trop grande uniformité, créer l’illusion d’une présence réelle, produire un effet de miroir et susciter la surprise. Les nombreuses esquisses conservées attestent de son soin pour rendre les plus réalistes possible les vêtements, coiffures, attitudes, gestes et expressions. Il témoigne surtout d’une audace presque blasphématoire : détourner au bénéfice d’un homme, par surcroît qualifié de « Très Chrétien », un dispositif d’hommage qui, à Rome, était dû à Dieu.

  • 6 Sabatier 2016, p. 74, fig. 18.

7Les quatre parties de la terre, représentées sur un mode réaliste dans la personne de leurs habitants, se retrouvaient dans la voussure de l’escalier sous leur forme allégorique de femmes accompagnées de leur animal symbolique, l’Europe avec le cheval, l’Asie avec le chameau, l’Afrique avec l’éléphant et l’Amérique avec un caïman6. Ce n’était plus, à proprement parler, des figures d’étrangers mais un lieu commun de la rhétorique encomiastique ou solaire. On les rencontrait plusieurs fois à Versailles, ainsi aux écoinçons du salon d’Apollon dans le grand appartement du Roi, du vestibule de la chapelle, sur le parterre du Nord où avaient été disposées les statues faisant partie de la « grande commande » de Colbert en 1674, et encore au sommet des façades sur cour, où leurs sculptures voisinaient avec celles des vertus du roi.

Les ambassadeurs

  • 7 Ibid., p. 89, fig. 26.
  • 8 Ibid., p. 90, fig. 27.

8Les nations des quatre parties de la terre venant admirer les succès du roi était une fiction rhétorique de l’encomiastique royale. La réception des ambassadeurs était une réalité plusieurs fois représentée à Versailles. Au plafond de l’escalier, dans le camaïeu montrant les Satisfactions d’Espagne et de Rome7, l’envoyé espagnol Fuentes lisant la déclaration de son roi devant Louis XIV était figuré en habit à l’antique de convenance, mais avec la moustache ibérique caractéristique. L’allégorie de Rome se tenait en arrière. Sur la gauche, trois hommes barbus, en manteau, coiffés de bonnets ou turban, reprenaient le modèle de ceux peints sur les parois. Le camaïeu voisin, Réception des ambassadeurs et alliance avec les Suisses, regroupait deux scènes de part et d’autre du roi8. D’un côté trois Européens, en habit civil du xvie siècle, tête nue, cheveux courts bouclés et barbe, le premier incliné vers le roi, bras tendu, lui serrant la main. Entre eux deux se voyait l’allégorie de la Concordia, avec le cœur et le faisceau. De l’autre côté, trois Orientaux barbus drapés dans de grands manteaux, l’un en bonnet de fourrure offrant un sabre au roi, un second derrière lui coiffé d’un turban à aigrette tenant un présent couvert d’un voile, un autre le suivant, deux visages encore paraissant en arrière-plan.

  • 9 Ibid., p. 173, fig. 34 ; La galerie… 2007, p. 268-269.

9Les deux scènes du second camaïeu furent reprises séparément dans la galerie, presque à l’identique, la figure du roi remplacée par celle de la France. Dans le Renouvellement d’alliance avec les Suisses, 16639 (fig. 5) la France, de profil, en manteau bleu fleurdelisé, couronnée et la main gauche appuyée sur son bouclier, serre la main d’un envoyé. Tous deux ont le bras tendu, et les deux mains jointes paraissent exactement au centre du tableau, au-dessus d’une sorte d’autel antique, pour rappeler la réalité de la cérémonie à Notre-Dame de Paris, où les protagonistes prêtèrent serment sur les Évangiles posés sur l’autel. Dans un dessin préparatoire, la France serre la main d’une femme casquée à l’antique personnifiant la Suisse, accompagnée d’un groupe d’hommes. On préféra reprendre la formule du camaïeu de l’escalier des Ambassadeurs avec les trois envoyés (on n’aperçoit de l’un que la tête) en modifiant les apparences dans le sens d’une plus grande conformité au genre héroïque : vêture comme au temps des Valois ou d’Henri IV, chemise à crevés, justaucorps sur haut-de-chausses bouffant, col en fraise, cheveux courts bouclés et barbe, à mi-chemin entre le réalisme et la convention théâtrale.

Fig. 5 : Charles Le Brun, Renouvellement d’alliance avec les Suisses, 1663 (médaillon), xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2936.

Fig. 5 : Charles Le Brun, Renouvellement d’alliance avec les Suisses, 1663 (médaillon), xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2936.

© EPV

  • 10 La galerie… 2007, p. 266-267.

10L’autre scène du camaïeu fut réorganisée dans un tableau ovale coté fenêtres portant l’inscription Ambassades envoyées des extrémités de la terre10 (fig. 6). Au centre, la France est debout sur une estrade devant une tenture rappelant le dispositif des audiences royales. Couronnée, cuirassée, drapée dans son manteau bleu fleurdelisé, tenant le sceptre d’une main et appuyée de l’autre sur un bouclier, elle reçoit l’hommage de quatre personnages. À droite, un Européen barbu, au lourd manteau et au bonnet bordés de fourrure, lui fait, comme auparavant, présent d’une épée. Derrière lui, on aperçoit un homme avec une coiffure de plumes. À gauche, de dos, se tient un homme en habit oriental, barbu, portant un turban blanc, et dans l’ombre, de profil, on entrevoit une silhouette assez fruste aux traits africains.

Fig. 6 : Charles Le Brun, Ambassades envoyées des extrémités de la terre (médaillon), xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2933.

Fig. 6 : Charles Le Brun, Ambassades envoyées des extrémités de la terre (médaillon), xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2933.

© EPV

11Le tableau, comme auparavant le camaïeu, reprend une thématique développée dans l’iconographie d’un almanach de 166911. Légendé « L’audience royalle donnée aux Nations Estrangères. Introduitte par cette grande renommée de la France. Après la publication qu’elle a faite par l’Univers de la Paix et des Conquestes de notre puissant monarque Louis XIV », il montre, sur le modèle des rois mages venant honorer Jésus, un nouveau-né royal (qui ne vivra pas), un Africain, un Américain, un Moscovite et un Turc, allusion à deux ambassades réelles, celles du grand-duc de Moscovie et du Grand Turc, reçues à Saint-Germain en 1668 et 1669, l’Africain et l’Américain étant là symboliquement. Dans la galerie, achevée en 1684, l’Africain peut évoquer l’envoyé du sultan du Maroc, reçu en 1682. L’Américain reste virtuel.

  • 12 La galerie… 2007, p. 232-233.

12Nous le retrouvons cependant où on ne l’attendrait pas. Dans le tableau de la prise de Maëstricht, 167312, à l’extrême droite, dépassant à mi-corps de la bordure, on aperçoit auprès d’un palmier deux sauvages, nus, carquois de flèches au dos et, pour le premier, coiffure de plumes en tête, penchés vers l’avant, un bras levé et regardant vers le ciel, dans l’attitude du plus grand étonnement (fig. 7).

Fig. 7 : Charles Le Brun, Le roi prend Maëstricht en treize jours, 1673, xviie siècle, détail de la partie droite du tableau de la galerie des Glaces, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2916.

Fig. 7 : Charles Le Brun, Le roi prend Maëstricht en treize jours, 1673, xviie siècle, détail de la partie droite du tableau de la galerie des Glaces, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2916.

© EPV

  • 13 Nivelon 2004, p. 510.

13Ce sont, selon Nivelon, « les Indiens occidentaux, ayant été les témoins des victoires remportées sur leurs côtes des [par les] armées françaises par la prise de l’île de Tobago13 ». La guerre de Hollande s’était étendue aux Antilles : en juillet 1674, Ruyter avait été repoussé de la Martinique, le 22 février 1677, quatorze vaisseaux hollandais furent brûlés dans le port de Tobago et l’île fut prise en décembre. Cette extension spatiale et temporelle du théâtre des opérations permet à Le Brun d’ajouter à la stupéfaction de l’Europe devant la prise de Maëstricht – sujet principal du tableau – celle des Américains. Par cet artifice, un lien direct est établi entre le roi et cette nation, dont la présence dans l’escalier et la galerie n’était jusqu’alors que symbolique, sans fondement réel.

14Les étrangers que nous avons rencontrés jusqu’à présent dans les décors de Versailles sont des laudateurs du prince, des doubles, en quelque sorte, de ceux qui se pressaient réellement pour le rencontrer ou au moins le voir. Ils sont représentés dignement, dans leurs costumes nationaux – ou censés l’être – avec la seule intention de bien les identifier et de les rendre reconnaissables. Mais ils peuvent figurer aussi dans une acception différente, non plus révérencielle, mais hostile. Ennemis du roi, comment les étrangers sont-ils alors représentés ?

Les ennemis

  • 14 Sabatier 2016, p. 86, fig. 22 et p. 87, fig. 23.
  • 15 Nivelon 2004, p. 521-522, fig. 114, 115, 116.
  • 16 Mercure galant, avril 1687, p. 25-27.

15Le programme iconographique de l’escalier des Ambassadeurs, de la Grande Galerie et de ses deux salons est fondamentalement de représenter les victoires de Louis XIV sur la Triple Alliance. Si, dans l’escalier, le roi et les combattants sont figurés, d’une façon indifférenciée, à l’antique, revêtus de cuirasses à la romaine sur le modèle des reliefs de la colonne Trajane14, il n’en est pas de même ensuite. Seuls les Français, en dignes héritiers des Romains, et au premier chef le roi, sont héroïsés à l’antique. Les soldats des trois puissances ennemies de la France, ainsi que leurs alliés, portent des équipements (armures, casques, épées, hallebardes, boucliers…) médiévaux, associés à des marqueurs identitaires comme armoiries et bannières, mais sont environnés d’un appareil militaire contemporain – canons, remparts, vaisseaux, campements, tambours – afin de bien signifier que ce sont des faits réels que l’on représente et non des fictions. Ainsi dans les voussures du salon de la Guerre15 (fig. 8, 9 et 10) : un Allemand brandit un drapeau frappé de l’aigle bicéphale et de la couronne d’Empire ; auprès de l’Espagne, l’étendard de Bourgogne est frappé des deux rameaux de la croix de saint André, celui de Castille d’une tour, et plusieurs autres « de différentes couleurs […], sont l’idée des Princes que l’Espagne appela à son secours ». « une Figure armée, le corps à moitié dans l’eau d’où elle semble sortir, élevant l’étendard de la Hollande, est l’Image des secours et des inondations ausquels les Etats furent réduits pour sauver ce qui leur restoit de Places »16.

Fig. 8 : [La Grande Galerie de Versailles], n° 37, L’Allemagne : cintre du salon de la Guerre du côté des appartements du Roi, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure de Desplaces, eau-forte, burin, 35,7 x 81,2 cm. Paris, BNF, Estampes et photographies, FT 6-VA-448 (C).

Fig. 8 : [La Grande Galerie de Versailles], n° 37, L’Allemagne : cintre du salon de la Guerre du côté des appartements du Roi, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure de Desplaces, eau-forte, burin, 35,7 x 81,2 cm. Paris, BNF, Estampes et photographies, FT 6-VA-448 (C).

http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b531284994

Source Gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Fig. 9 : [La Grande galerie de Versailles], n° 38, L’Espagne : cintre du salon de la Guerre, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure de Dupuis l’aîné. Paris, BNF, Estampes et photographies, FT 6-VA-448 (C).

Fig. 9 : [La Grande galerie de Versailles], n° 38, L’Espagne : cintre du salon de la Guerre, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure de Dupuis l’aîné. Paris, BNF, Estampes et photographies, FT 6-VA-448 (C).

http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53128352z?rk=42918;4

Source Gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Fig. 10 : [La Grande Galerie de Versailles], n° 39 : La Hollande : cintre du salon de la Guerre sur l’arcade qui donne entrée dans la galerie, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure de Tardieu père. Paris, BNF, Estampes et photographies, FT 6-VA-448 (C).

Fig. 10 : [La Grande Galerie de Versailles], n° 39 : La Hollande : cintre du salon de la Guerre sur l’arcade qui donne entrée dans la galerie, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure de Tardieu père. Paris, BNF, Estampes et photographies, FT 6-VA-448 (C).

http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b531283682

Source : Gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

  • 17 Ibid., p. 27.

16En arrière, des soldats se noient. Des navires en perdition ou en flammes, des tonneaux et des ballots tombant à la mer « signifient le désordre de son Commerce & de sa Marine, & rappellent la mémoire de ce qui se passa à Palerme17 » (allusion aux victoires de Duquesne au large de la Sicile au printemps 1676).

  • 18 La galerie… 2007, p. 235, 247.
  • 19 Ibid., p. 237.
  • 20 Charpentier 1684, p. 45.
  • 21 La galerie… 2007, p. 245.

17Ce mode de représentation se retrouve sur les soldats figurant dans les deux tableaux de l’alliance puis de la désunion des Puissances aux extrémités de la galerie18, sur le personnage de dos à droite dans La Franche-Comté conquise pour la seconde fois19 (fig. 11) (« un Suisse, l’Épée à la main, & le Bouclier sur le bras, qui semble se retirer ; Pour faire entendre que les Suisses, après s’être d’abord émeus de cette Guerre, résolurent à la fin de ne s’en point mêler20 ») ou sur les hommes d’armes paniqués à l’annonce de la prise de Gand21. L’archaïsme « gothique » des équipements militaires des ennemis de la France les disqualifie, alors que les cuirasses romaines des Français les anoblissent et signifient leur supériorité.

Figure 11 : [La Grande Galerie de Versailles], n° 11 : La Franche Comté conquise pour la seconde fois, 1674, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure de Simoneau. Paris, BNF, Estampes et photographies, FT 6-VA-448 (C).

Figure 11 : [La Grande Galerie de Versailles], n° 11 : La Franche Comté conquise pour la seconde fois, 1674, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure de Simoneau. Paris, BNF, Estampes et photographies, FT 6-VA-448 (C).

http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53128494w

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

  • 22 Nivelon 2004, p. 542.
  • 23 Mercure galant, avril 1687, p. 42.

18Changement de registre dans le salon de la Paix. Autour de l’Allemagne, l’Espagne et la Hollande, Le Brun a associé à des représentations allégoriques – angelots portant des drapeaux, jouant avec des canons, brûlant des armes – de pittoresques et très réalistes scènes de genre (fig. 12, 13 et 14). Ainsi voit-on les Allemands « buvant et se réjouissant aux fanfares des instruments à la manière du pays, des trompettes et timbales22 », les Espagnols se tenant par la main et dansant en rond au son du flageolet tandis qu’un amour joue des castagnettes et qu’un autre, renversé sur un fût de canon, accorde une guitare. Les Hollandais, quant à eux, « sans songer à se divertir travaillent sans nul relasche à équiper des Vaisseaux, & à les charger de Marchandises23 ». Calfats et charpentiers s’affairent autour d’une coque, des marchands barbus à genoux, les mains jointes, remercient le roi pour la paix rendue qui va permettre aux affaires de reprendre, un matelot porte l’ancre et les rames, un portefaix roule un tonneau, un autre transporte des ballots, les mâts des vaisseaux attendent les voiles. Ce réalisme rompt avec le mode héroïque de mise précédemment. Par sa trivialité, il produit comme une sorte de désenchantement. Retournant dans le monde de la simple humanité, les ennemis de la France quittent l’univers épique du roi. Sur une modalité différente de celle utilisée au salon de la Guerre, il s’agit à nouveau d’une disqualification.

Fig. 12 : [La Grande Galerie de Versailles], n° 46 : L’Allemagne : cintre du salon de la Paix en face de la galerie, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure de Beauvais. Paris, BNF, Estampes et photographie, FT 6-VA-448 (C).

Fig. 12 : [La Grande Galerie de Versailles], n° 46 : L’Allemagne : cintre du salon de la Paix en face de la galerie, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure de Beauvais. Paris, BNF, Estampes et photographie, FT 6-VA-448 (C).

http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53128204d

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Fig. 13 : [La Grande Galerie de Versailles], n° 47 : L’Espagne : cintre du salon de la Paix sur l’arcade de la galerie, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure de Tardieu fils. BNF, Estampes et photographie, FT 6-VA-448 (C).

Fig. 13 : [La Grande Galerie de Versailles], n° 47 : L’Espagne : cintre du salon de la Paix sur l’arcade de la galerie, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure de Tardieu fils. BNF, Estampes et photographie, FT 6-VA-448 (C).

http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53128513h

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Fig. 14 : [La Grande Galerie de Versailles], n° 48 : La Hollande : cintre du salon de la Paix en face des Appartemens de la Reine, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure de Desplaces. Paris, BNF, Estampes et photographie, FT 6-VA-448 (C).

Fig. 14 : [La Grande Galerie de Versailles], n° 48 : La Hollande : cintre du salon de la Paix en face des Appartemens de la Reine, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure de Desplaces. Paris, BNF, Estampes et photographie, FT 6-VA-448 (C).

http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b531281202

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

  • 24 La galerie… 2007, p. 248-249.

19Outre les puissances de la Triple Alliance, il est une autre figure d’étrangers revêtue d’une connotation négative dans les décors du Versailles de Louis XIV. Le Rétablissement de la navigation, 166324 (fig. 15) montre le roi, trident de Neptune en main, ordonnant à des portefaix de charger des navires. Derrière lui, l’Abondance couronnée d’épis évoque, avec sa corne d’Amalthée remplie de fruits, les richesses produites par le développement du commerce maritime. C’est une allusion à la politique prônée par Colbert, notamment la création des Compagnies des Indes occidentales et orientales. Ployés au sol par la hampe du trident, on voit trois captifs turcs enturbannés, le premier quasi nu, fer au poignet, le second avec un manteau rouge, le troisième réduit au turban. Le rétablissement de la navigation passait aussi par la sécurisation de la Méditerranée et la destruction de la course barbaresque. La flotte française croisa devant Tripoli, bombarda Alger en 1661 et 1665, Djidjelli fut prise en 1664. Les « Turcs » enchaînés montrent le succès de l’opération, ce qui n’en fut rien, la ville étant perdue dès la fin de l’année.

Fig. 15 : Charles Le Brun, Rétablissement de la navigation, 1663 (médaillon), xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2921.

Fig. 15 : Charles Le Brun, Rétablissement de la navigation, 1663 (médaillon), xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2921.

© EPV

  • 25 Ibid., p. 272-273.

20Sur la Défaite des Turcs en Hongrie par les troupes du Roy, 166425 (fig. 16), on voit la France, cuirassée et casquée, protégeant un aigle de son épée et bouclier, et renversant quatre guerriers turcs. Au fond, des cavaliers longent les montagnes et un fortin se dresse sur une éminence.

Fig. 16 : Charles Le Brun, Défaite des Turcs en Hongrie par les troupes du Roy, 1664, xviie siècle, huile sur toile, inv. 2917.

Fig. 16 : Charles Le Brun, Défaite des Turcs en Hongrie par les troupes du Roy, 1664, xviie siècle, huile sur toile, inv. 2917.

© Château de Versailles, Dist. RMN/Jean-Marc Manaï

21Ce tableau est repris à l’identique sur un relief du vase de la Guerre par Coysevox, sur la terrasse devant la façade occidentale du château. En 1663, les Turcs avaient repris leur progression sur les confins occidentaux de la Hongrie tenus par les Impériaux. Sollicité par le pape, Louis XIV envoya des secours dans le cadre de la ligue du Rhin, alliance des princes rhénans et de la France. Le 1er août 1664, les troupes françaises et impériales défirent l’armée ottomane. Les Français avaient pris une part certes décisive dans le combat, mais la présence des Allemands est totalement occultée dans le tableau. Comme dans l’escalier, la représentation de ces étrangers, en l’occurrence ici les Turcs, obéit à un dessein bien précis. Le souci de réalisme, si remarquable auparavant, disparaît au profit d’un stéréotype : le Turc est une inversion de l’humanité, nu, laid, féroce, redoutable, ennemi des Chrétiens (le croissant sur le bouclier) ; il doit être maîtrisé sans pitié, et c’est la France qui le fait. Le roi, et non l’Empereur. Le motif du Turc vaincu sert en effet à Versailles pour énoncer le retournement qui s’opère : Alger et Djidjelli occultent la prise de Tunis par Charles Quint en 1535, la victoire française en Hongrie sauve Vienne comme le Habsbourg en 1529.

  • 26 Mercure galant, avril 1687, p. 38.

22Le Turc est encore présent, mais d’une façon indirecte, dans le salon de la Paix. Dans un des trois tableaux précédemment examinés, « [l’Allemagne] semble recevoir avec plaisir l’Amour qui luy donne une branche d’olivier en signe de Paix, & des branches de Laurier pour les Victoires que cette Paix avec la France luy fait remporter sur les Infidelles26 ».

  • 27 Ibid., p. 39.

23Un peu partout, on élève des trophées avec les dépouilles des Turcs. Devant l’aigle impériale, deux amours transportent un turban et un sabre ; à droite, boucliers, turbans et dards s’amoncellent devant le palmier de la victoire, et d’autres sont jetés dans les flammes : « Un petit Polonois qui regarde le Ciel, en portant au feu l’étendard remporté par son Roy, & que ce Monarque a envoyé à Sa Sainteté. Un Allemand presente un Turban27. »

24Le Turc est en effet l’autre nation présente dans le salon de la Paix, non pas physiquement, mais par ses attributs, et dans la même acception que précédemment, c’est-à-dire en vaincu. La peinture opère ici un tour de prestidigitation particulièrement osé. La paix donnée à l’Empire est présentée comme ayant permis à ce dernier – et à son allié polonais – la victoire remportée sur les Ottomans, ce qui revient à créditer le roi de ce succès. Le salon fut décoré en 1686, c’est-à-dire trois ans après la levée du siège de Vienne, la constitution, l’année suivante, de la Sainte Ligue à l’instigation du pape, et la reconquête de la Hongrie qui s’ensuivit. La France était la grande absente de ces opérations, d’autant plus que sa neutralité avait encouragé le sultan à l’offensive. Tout au plus Louis XIV avait-il fait lever le blocus de Luxembourg, entrepris dans le cadre de la politique des Réunions, et accordé une trêve à l’Empereur et à ses alliés allemands pour secourir Vienne, quitte à s’emparer de la ville l’année suivante. Comme dans les tableaux du Rétablissement de la navigation et de la Défaite des Turcs en Hongrie, Louis XIV se pose en défenseur de la Chrétienté face au péril turc, dont la figure de repoussoir est confirmée.

Les Puissances

  • 28 La galerie… 2007, p. 219.

25Pour représenter les ennemis non plus sous la forme d’individus composant les nations, mais ces nations mêmes en tant qu’entités politiques, Le Brun recourt à un autre parti figuratif : l’allégorie. Les Puissances voisines de la France (fig. 17) faisant face au roi dans le grand tableau central de la galerie28 se présentent comme trois femmes identifiables par les couleurs de leur vêtement, les objets tenus – leurs attributs – et leurs animaux héraldiques. Mais le peintre utilise ces éléments conventionnels pour tenir un discours extrêmement circonstancié créant, en opposition à la figure du roi, une figure négative de l’étranger en tant que puissance en compétition.

Fig. 17 : Charles Le Brun, Fastes des puissances voisines de la France, xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2924, inv. 2925.

Fig. 17 : Charles Le Brun, Fastes des puissances voisines de la France, xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2924, inv. 2925.

© EPV

  • 29 Charpentier 1684 ; Mercure galant, décembre 1684.

26Le décryptage et les intentions furent parfaitement explicités dans les deux « explications » concurrentes de Charpentier et du Mercure galant parues dès l’achèvement de la galerie en 168429. L’Allemagne porte sur une tunique blanche une cuirasse dorée, une robe et un manteau de damas d’or (les couleurs de la souveraineté), elle a en tête la couronne impériale fermée, tient le sceptre, l’aigle est à son côté. Quant au globe, attribut du pouvoir universel, il est représenté par le massif sur lequel elle est assise. Elle est installée au-dessus de ses voisines, car hiérarchiquement en Europe, l’Empereur a la primauté. Effectivement, sa contenance est fière, mais sans fondement réel : le globe sur lequel elle siège n’est qu’un nuage. Un peu au-dessous, à sa droite et le visage tourné vers elle (lien dynastique et connivence politique), l’Espagne est enveloppée dans un ample manteau rouge damassé d’or (ses deux couleurs héraldiques), porte une couronne royale ouverte (symbolique, le couronnement n’existant pas dans la monarchie espagnole) et la Toison d’or. Son lion déchire un « roi des Indes » couché sur ses trésors, tandis qu’une femme ailée (son Ambition) brandit une torche, une couronne passée dans son bras, en arrachant une autre à un roi sous les décombres : l’Espagne ne tient sa puissance que par le pillage de l’Amérique. Encore plus bas, mais sans liaison oculaire avec les deux autres, la Hollande, en tunique blanche, drapée dans un manteau de satin de même, rebrodé d’or, diadème de perle en tête, est une bourgeoise enrichie. Son lion a la patte posée sur les sept flèches des sept Provinces-Unies. Tenant le trident de Neptune, et Thétis, déesse de la mer, enchaînée, des livres de compte, des ballots de marchandise, une ancre et des vaisseaux tout autour, sa réelle puissance vient de son commerce maritime.

  • 30 La galerie… 2007, p. 235.

27Les trois puissances reviennent selon les mêmes modalités aux extrémités de la galerie, avec des modifications significatives de leurs attitudes, physionomies et environnement en fonction de l’évolution conjoncturelle du récit. Leur alliance30 se noue dans les ténèbres d’un sombre pavillon, pour traduire l’opacité des tractations (fig. 18). Le Brun reprend la disposition hiérarchisée du premier tableau, plaçant les protagonistes sur des degrés différents.

  • 31 Charpentier 1684, p. 36-37.

« L’Allemagne est assise au milieu, toujours fiere du Titre de l’Empire romain. On découvre sur son visage un Etonnement mêlé de Repentir, & ces deux sentiments se font connoitre par son bras estendu, et par ses yeux tournés vers le Ciel. L’Espagne paroit transportée de Dépit et de Jalousie, & ses Levres entr’ouvertes comme si elle grinçoit les dents, sont les marques du trouble où elle est. Elle se montre à visage découvert après avoir ôté le Masque sous lequel elle avait toujours esté cachée, & qui lui demeure encore à la main. La Hollande est extrêmement effrayée. Elle a la tête en desordre et les cheveux épars, & il semble qu’en tenant l’Espagne par la main, Elle appréhende qu’elle ne lui eschape, comme si cette Alliance estoit l’unique remede à son Desespoir. L’Allemagne met sa main sur les deux autres, pour conserver cet Air de Supériorité qu’elle affecte31. »

Fig. 18 : Charles Le Brun, Alliance de l’Allemagne et de l’Espagne avec la Hollande (1672), xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2911.

Fig. 18 : Charles Le Brun, Alliance de l’Allemagne et de l’Espagne avec la Hollande (1672), xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2911.

© Château de Versailles, Dist. RMN/Jean-Marc Manaï

  • 32 Le Brun suit pour ces allégories les prescriptions de Ripa.
  • 33 La galerie… 2007, p. 247.

28Chacune tourne son visage dans une direction différente, comme pour fuir le regard des autres et ne pas vouloir voir les trois mains jointes : alliance de nécessité, les intérêts de chacune divergeant. Leurs sentiments sont représentés par les allégories auprès d’elles. Au-dessus de l’Allemagne se penche la Terreur avec son flambeau ; à côté de l’Espagne sont la Frayeur échevelée et la Crainte, son lièvre sous le bras ; derrière la Hollande est la Jalousie avec sa poignée d’épines et son coq32. À l’opposé, La Hollande accepte la paix et se détache de l’Allemagne et de l’Espagne33 (fig. 19).

Fig. 19 : [La Grande Galerie de Versailles], n° 33, La Hollande accepte la paix et se détache de l’Allemagne et de l’Espagne, 1678, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure d’Audran. Paris, BnF, Estampes et photographie, FT 6-VA-448 (C).

Fig. 19 : [La Grande Galerie de Versailles], n° 33, La Hollande accepte la paix et se détache de l’Allemagne et de l’Espagne, 1678, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure d’Audran. Paris, BnF, Estampes et photographie, FT 6-VA-448 (C).

http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b531284134

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

  • 34 Sabatier 2016, p. 165-166.

29Les puissances sont maintenant séparées. L’Allemagne se tourne avec surprise vers Mercure descendant du ciel avec un rameau d’olivier. L’Espagne s’accroche au manteau impérial et étend la main sur son lion pour le protéger. L’aigle de l’Empire essaie de retenir la Hollande qui tend la main vers le rameau d’olivier, tandis que son lion rassemble ses sept flèches dont le lien est dénoué. Devant elle, une femme tente de la freiner, lui apportant des secours en hommes et en navires. C’est l’Angleterre, identifiée sur une esquisse par son léopard remplacé dans le tableau par le paon de l’Orgueil34.

  • 35 La galerie… 2007, p. 231.
  • 36 Ibid., p. 263, 278-279

30Les puissances allégorisées se retrouvent dans des groupes à proximité du château. Ainsi en plomb doré, dans le bosquet de l’arc de triomphe à l’extrémité du parterre nord (1678), où la France triomphante dans son char, accompagnée de l’Allemagne et l’Espagne enchaînées, écrase l’hydre à trois têtes de la Triple Alliance, et dans les statues de pierre de la France victorieuse respectivement de l’Allemagne puis de l’Espagne édifiées sur les guérites de l’avant-cour (1683-1684). Dans la galerie, ce parti figuratif revient souvent, ainsi pour la Hollande dans le Passage du Rhin en présence des ennemis, 167235 Le Brun utilise avec ingéniosité leur animal héraldique pour tenir chaque fois un discours spécifique. Ainsi sur La prééminence de la France reconnue par l’Espagne, 1662 (motif repris aussi tel quel sur le vase de la Guerre) ou La paix conclue à Aix-la-Chapelle, 166836 (fig. 20 et 21) le lion espagnol courbe-t-il humblement son mufle devant la France ou le roi.

Fig. 20 : Charles Le Brun, La prééminence de la France reconnue par l’Espagne, 1662 (médaillon), xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2919.

Fig. 20 : Charles Le Brun, La prééminence de la France reconnue par l’Espagne, 1662 (médaillon), xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2919.

© Château de Versailles, Dist. RMN / Jean-Marc Manaï

Fig. 21 : Charles Le Brun, La paix conclue à Aix-la-Chapelle, 1668, xviie siècle, camaïeu imitant un bas-relief de bronze sur fond d’or. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2927.

Fig. 21 : Charles Le Brun, La paix conclue à Aix-la-Chapelle, 1668, xviie siècle, camaïeu imitant un bas-relief de bronze sur fond d’or. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2927.

© EPV

  • 37 Ibid., p. 265.

31Sur la Réparation de l’attentat des Corses, 166437 (fig. 22), une femme drapée de rouge, allégorie de Rome, représente le cardinal Chigi venu à Fontainebleau lire le message d’excuse du pape pour l’agression de ses gardes corses contre ceux de l’ambassadeur de Louis XIV à Rome.

Fig. 22 : Charles Le Brun, Réparation de l’attentat des Corses, 1664, xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2914.

Fig. 22 : Charles Le Brun, Réparation de l’attentat des Corses, 1664, xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2914.

© Château de Versailles, Dist. RMN / Jean-Marc Manaï

  • 38 Ibid., p. 233.

32Mais que signifie exactement la louve qui baisse piteusement le museau aux pieds de la France (détail visible de même dans le camaïeu de l’escalier) ? Il était difficile de montrer la Rome pontificale s’humiliant devant le Très Chrétien. La louve, présente aussi sur le cimier du casque de l’envoyé, le bouclier inscrit SPQR (Senatus Populusque Romanus), le château Saint-Ange visible au fond, référent à la Ville de Rome, à la papauté en tant que puissance politique. Mais au-delà, ne pourrait-on y voir la Rome impériale (le rouge est la couleur du manteau cardinalice, mais aussi la pourpre augustéenne) reconnaissant la primauté de celle qui se voulait la nouvelle Rome ? Dans Le roi prend Maëstricht en treize jours, 167338, l’Europe stupéfaite tombe de son cheval qui bondit à côté d’elle. L’animal héraldique enfin peut être utilisé seul, tenant lieu de la puissance à représenter.

  • 39 Réfutation de cette hypothèse dans Sabatier 2016, p. 298-300.
  • 40 La galerie… 2007, p. 221 et 224.
  • 41 Sabatier 2016, p. 153-154.

33Si l’on ne doit pas interpréter les grenouilles du bassin de Latone comme les Hollandais (ou les frondeurs)39, sur la Résolution prise de faire la guerre aux Hollandais, 167140 (fig. 23), l’aigle et le lion figurés à côté de la Jalousie dans la tapisserie de la guerre montrée par Minerve au roi représentent les sentiments de l’Empire et de l’Espagne41.

Fig. 23 : Charles Le Brun, Résolution prise de faire la guerre aux Hollandais, 1671, xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2930.

Fig. 23 : Charles Le Brun, Résolution prise de faire la guerre aux Hollandais, 1671, xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2930.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / René-Gabriel Ojéda / Franck Raux / montage Dominique Couto

  • 42 La galerie… 2007, p. 241.

34Dans le dernier des grands tableaux doubles de la galerie, deux aigles se font face. Sur celui de la Prise de Gand42 (fig. 24), Louis XIV est transporté par l’oiseau de Jupiter, le roi des dieux dont il brandit le foudre.

Fig. 24 : Charles Le Brun, Prise de la ville et de la citadelle de Gand en six jours, 1678, xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2934.

Fig. 24 : Charles Le Brun, Prise de la ville et de la citadelle de Gand en six jours, 1678, xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2934.

© EPV

  • 43 Ibid., p. 245.

35Traversant la voûte, celle-ci vient frapper un autre aigle, aux ailes éployées, perché sur des colonnes qui s’écroulent (fig. 25). Titré Mesures des Espagnols rompues par la prise de Gand43, le tableau représente la Politique, le Conseil et la Prévoyance de l’Espagne déconcertés par l’offensive éclair du roi. Les deux colonnes et le motto PLVS OVTRE appartiennent certes à l’héraldique espagnole, mais avec l’aigle impériale c’est Charles Quint qui est abattu. Les colonnes d’Hercule qui s’effondrent sous l’aigle chancelante sont la figure pitoyable de l’étranger le plus redoutable, et de sa défaite.

Fig. 25 : Charles Le Brun, Mesures des Espagnols rompues par la prise de Gand, 1678, xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2935.

Fig. 25 : Charles Le Brun, Mesures des Espagnols rompues par la prise de Gand, 1678, xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2935.

© EPV

  • 44 Ibid., p. 229.

36À Versailles, les étrangers sont sans visage. Entendons sans visage propre. Le seul à paraître sous ses traits est Louis XIV (ajoutons, dans L’ordre d’attaquer quatre des plus fortes places44, Monsieur, Condé et Turenne, partie prenante ou projection, si l’on peut dire, du corps du roi comme exécutants). Ce n’est pas le cas dans les camaïeux à l’antique du plafond de l’escalier, où son visage est celui, impersonnel, d’un jeune héros romain. Dans la galerie, par contre, le roi est toujours identifiable par son portrait, précisément par deux éléments, opérant comme un marquage identitaire : la longue perruque brune et la fine moustache ombrant la lèvre supérieure. Ce changement dans la représentation du roi se produit dans la galerie car il y est confronté aux Puissances, ce qui n’est pas le cas dans l’escalier. Le face-à-face central est emblématique. Le roi est une personne réelle, les Puissances sont des entités impersonnelles. Certes, on ne pouvait donner un visage à la « Hollande », où la souveraineté était collective, mais on aurait pu le faire pour l’Espagne (quoique un Charles II de dix ans…) ou pour l’Empire, Léopold ayant l’âge de Louis XIV. Le processus permet aussi une amplification : au-delà d’une personne, c’est une Puissance que combat le roi. La conjoncture s’efface devant la longue durée. La victoire sur Charles II est la défaite de Charles Quint. La vraie raison, cependant, est que ces souverains sans visages sont inexistants face au roi, leur personne propre ne compte pas, absorbée dans une figure générique, ils ne méritent pas leur portrait. Inversement, la France s’incarne en Louis XIV (fig. 26).

Fig. 26 : Charles Le Brun, Le roi gouverne par lui-même, 1661, xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2924.

Fig. 26 : Charles Le Brun, Le roi gouverne par lui-même, 1661, xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2924.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles)/René-Gabriel Ojéda / Franck Raux / montage Dominique Couto

37La France paraît sous forme d’allégorie dans les tableaux ovales des voussures, qui montrent des événements préludant à la grande confrontation. Louis XIV paraît dans la voûte, lors des séquences décisives du gouvernement personnel, des guerres de Dévolution et de Hollande.

38Minoritaires dans les programmes iconographiques du Versailles de Louis XIV, dont l’histoire ne peut se dire que sous la forme héroïque, les figures de l’étranger font l’objet d’un traitement subtil, dont les modalités changeantes sont précisément adaptées aux fonctions qui lui sont attribuées, et aux relations qu’il entretient avec le roi : déférence, soumission, disqualification.

Top of page

Bibliography

Sources imprimées et bibliographie

Bar Virginie et Brême Dominique, 1999, Dictionnaire iconologique. Les allégories et les symboles de Cesare Ripa et Jean Baudoin, Dijon, Faton, 2 vol. 

Baudoin Jean, 2011 [1643], Iconologie, où les principales choses qui peuvent tomber dans la pensée touchant les vices et les vertus sont représentées soubs diverses figures, gravées en cuivre par Jacques de Bie, et moralement expliquées par J. Baudoin, Paris, A. Baudry et Cie (reprod. en fac.-sim.).

Beauvais Lydia et Méjanès Jean-François, 1985, Le Brun à Versailles : 85e exposition du Cabinet des dessins, cat. exp. (musée du Louvre, 3 octobre 1985-6 janvier 1986), Paris, Réunion des musées nationaux.

Charles Le Brun : 1619-1690 : célébration du tricentenaire de la mort de l’artiste. Le décor de l’escalier des Ambassadeurs, cat. exp. (musée national du château de Versailles, 19 novembre 1990-10 février 1991), Paris, Réunion des musées nationaux.

Charpentier François, 1684, Explication des tableaux de la galerie de Versailles, Paris, impr. de F. Muguet.

Jouin Henry, 1889, Charles Le Brun et les arts sous Louis XIV. Le premier peintre, sa vie, son œuvre, ses écrits, ses contemporains, son influence, d’après le manuscrit de Nivelon et de nombreuses pièces inédites, Paris, Imprimerie nationale.

La galerie des glaces. Histoire et restauration, 2007, Dijon, Faton.

Nivelon Claude, 2004, Vie de Charles Le Brun et description détaillée de ses ouvrages, éd. Lorenzo Pericolo, Genève, Droz.

Préaud Maxime (dir.), 1995, Les effets du soleil. Almanachs du règne de Louis XIV, cat. exp. (Paris, musée du Louvre, 19 janv.-17 avril 1995), Paris, Réunion des musées nationaux.

Ripa Cesare, Iconologia, overo, Descrittione dell'imagini universali cavate dall'antichita et da altri luoghi, 1593, Rome, Per Gli heredi di Gio. Gigliotti.

Sabatier Gérard, 2010, Le prince et les arts. Stratégies figuratives de la monarchie française de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon.

Sabatier Gérard, 2016, Versailles ou la disgrâce d’Apollon, Rennes-Versailles, Presses universitaires de Rennes-Centre de recherche du château de Versailles, coll. « Aulica. L’univers de la cour ».

Top of page

Notes

1 Sabatier 2010, p. 381-406.

2 Sabatier 2016, p. 65-99.

3 Beauvais et Méjanès 1985, 24-34 ; Charles Le Brun 1619-1690. Le décor de l’escalier des Ambassadeurs, 1990, p. 78-86.

4 Cesare Ripa avait donné en 1593 un dictionnaire des figures allégoriques (première édition illustrée en 1603, édition française J. Baudoin, 1643), où Le Brun puisa abondamment.

5 Nivelon 2004, p. 471-472.

6 Sabatier 2016, p. 74, fig. 18.

7 Ibid., p. 89, fig. 26.

8 Ibid., p. 90, fig. 27.

9 Ibid., p. 173, fig. 34 ; La galerie… 2007, p. 268-269.

10 La galerie… 2007, p. 266-267.

11 Préaud 1995, p. 44-45 ; voir l’estampe sur Gallica.bnf.fr : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69453439.

12 La galerie… 2007, p. 232-233.

13 Nivelon 2004, p. 510.

14 Sabatier 2016, p. 86, fig. 22 et p. 87, fig. 23.

15 Nivelon 2004, p. 521-522, fig. 114, 115, 116.

16 Mercure galant, avril 1687, p. 25-27.

17 Ibid., p. 27.

18 La galerie… 2007, p. 235, 247.

19 Ibid., p. 237.

20 Charpentier 1684, p. 45.

21 La galerie… 2007, p. 245.

22 Nivelon 2004, p. 542.

23 Mercure galant, avril 1687, p. 42.

24 La galerie… 2007, p. 248-249.

25 Ibid., p. 272-273.

26 Mercure galant, avril 1687, p. 38.

27 Ibid., p. 39.

28 La galerie… 2007, p. 219.

29 Charpentier 1684 ; Mercure galant, décembre 1684.

30 La galerie… 2007, p. 235.

31 Charpentier 1684, p. 36-37.

32 Le Brun suit pour ces allégories les prescriptions de Ripa.

33 La galerie… 2007, p. 247.

34 Sabatier 2016, p. 165-166.

35 La galerie… 2007, p. 231.

36 Ibid., p. 263, 278-279

37 Ibid., p. 265.

38 Ibid., p. 233.

39 Réfutation de cette hypothèse dans Sabatier 2016, p. 298-300.

40 La galerie… 2007, p. 221 et 224.

41 Sabatier 2016, p. 153-154.

42 La galerie… 2007, p. 241.

43 Ibid., p. 245.

44 Ibid., p. 229.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 : Charles Le Brun (d’après), Les différentes nations de l’Europe, xviie siècle, huile sur toile, 0,72 × 0,585 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 5778.
Credits © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-1.jpg
File image/jpeg, 432k
Title Fig. 2 : Charles Le Brun, Les différentes nations de l’Amérique, v. 1674-1679, pierre noire, avec rehauts de craie blanche, sur plusieurs morceaux de papier beige réunis, 1,830 × 2,290 m. Paris, musée du Louvre, inv. 29972 recto.
Credits © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Christophe Chavan
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-2.jpg
File image/jpeg, 268k
Title Fig. 3 : Charles Le Brun, Les peuples de l’Afrique, xviie siècle, craie, papier beige, pierre noire, rehauts de craie, 0,3 × 0,564 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, invdessins 695, MV 7894.
Credits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Franck Raux
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-3.jpg
File image/jpeg, 216k
Title Fig. 4 : Charles Le Brun (d’après), Les différentes nations de l'Asie, xviie siècle, huile sur toile, 0,72 x 0,585 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 5779.
Credits © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-4.jpg
File image/jpeg, 52k
Title Fig. 5 : Charles Le Brun, Renouvellement d’alliance avec les Suisses, 1663 (médaillon), xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2936.
Credits © EPV
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-5.jpg
File image/jpeg, 2.3M
Title Fig. 6 : Charles Le Brun, Ambassades envoyées des extrémités de la terre (médaillon), xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2933.
Credits © EPV
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-6.jpg
File image/jpeg, 1.5M
Title Fig. 7 : Charles Le Brun, Le roi prend Maëstricht en treize jours, 1673, xviie siècle, détail de la partie droite du tableau de la galerie des Glaces, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2916.
Credits © EPV
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-7.jpg
File image/jpeg, 1000k
Title Fig. 8 : [La Grande Galerie de Versailles], n° 37, L’Allemagne : cintre du salon de la Guerre du côté des appartements du Roi, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure de Desplaces, eau-forte, burin, 35,7 x 81,2 cm. Paris, BNF, Estampes et photographies, FT 6-VA-448 (C).
Caption http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b531284994
Credits Source Gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-8.jpg
File image/jpeg, 2.3M
Title Fig. 9 : [La Grande galerie de Versailles], n° 38, L’Espagne : cintre du salon de la Guerre, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure de Dupuis l’aîné. Paris, BNF, Estampes et photographies, FT 6-VA-448 (C).
Caption http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53128352z?rk=42918;4
Credits Source Gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-9.jpg
File image/jpeg, 2.4M
Title Fig. 10 : [La Grande Galerie de Versailles], n° 39 : La Hollande : cintre du salon de la Guerre sur l’arcade qui donne entrée dans la galerie, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure de Tardieu père. Paris, BNF, Estampes et photographies, FT 6-VA-448 (C).
Caption http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b531283682
Credits Source : Gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-10.jpg
File image/jpeg, 2.3M
Title Figure 11 : [La Grande Galerie de Versailles], n° 11 : La Franche Comté conquise pour la seconde fois, 1674, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure de Simoneau. Paris, BNF, Estampes et photographies, FT 6-VA-448 (C).
Caption http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53128494w
Credits Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-11.jpg
File image/jpeg, 3.8M
Title Fig. 12 : [La Grande Galerie de Versailles], n° 46 : L’Allemagne : cintre du salon de la Paix en face de la galerie, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure de Beauvais. Paris, BNF, Estampes et photographie, FT 6-VA-448 (C).
Caption http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53128204d
Credits Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-12.jpg
File image/jpeg, 2.0M
Title Fig. 13 : [La Grande Galerie de Versailles], n° 47 : L’Espagne : cintre du salon de la Paix sur l’arcade de la galerie, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure de Tardieu fils. BNF, Estampes et photographie, FT 6-VA-448 (C).
Caption http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53128513h
Credits Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-13.jpg
File image/jpeg, 2.3M
Title Fig. 14 : [La Grande Galerie de Versailles], n° 48 : La Hollande : cintre du salon de la Paix en face des Appartemens de la Reine, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure de Desplaces. Paris, BNF, Estampes et photographie, FT 6-VA-448 (C).
Caption http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b531281202
Credits Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-14.jpg
File image/jpeg, 2.5M
Title Fig. 15 : Charles Le Brun, Rétablissement de la navigation, 1663 (médaillon), xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2921.
Credits © EPV
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-15.jpg
File image/jpeg, 1.7M
Title Fig. 16 : Charles Le Brun, Défaite des Turcs en Hongrie par les troupes du Roy, 1664, xviie siècle, huile sur toile, inv. 2917.
Credits © Château de Versailles, Dist. RMN/Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-16.jpg
File image/jpeg, 448k
Title Fig. 17 : Charles Le Brun, Fastes des puissances voisines de la France, xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2924, inv. 2925.
Credits © EPV
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-17.jpg
File image/jpeg, 440k
Title Fig. 18 : Charles Le Brun, Alliance de l’Allemagne et de l’Espagne avec la Hollande (1672), xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2911.
Credits © Château de Versailles, Dist. RMN/Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-18.jpg
File image/jpeg, 704k
Title Fig. 19 : [La Grande Galerie de Versailles], n° 33, La Hollande accepte la paix et se détache de l’Allemagne et de l’Espagne, 1678, peint par C. Le Brun et dessiné par J.-B. Massé, gravure d’Audran. Paris, BnF, Estampes et photographie, FT 6-VA-448 (C).
Caption http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b531284134
Credits Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-19.jpg
File image/jpeg, 2.1M
Title Fig. 20 : Charles Le Brun, La prééminence de la France reconnue par l’Espagne, 1662 (médaillon), xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2919.
Credits © Château de Versailles, Dist. RMN / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-20.jpg
File image/jpeg, 784k
Title Fig. 21 : Charles Le Brun, La paix conclue à Aix-la-Chapelle, 1668, xviie siècle, camaïeu imitant un bas-relief de bronze sur fond d’or. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2927.
Credits © EPV
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-21.jpg
File image/jpeg, 2.2M
Title Fig. 22 : Charles Le Brun, Réparation de l’attentat des Corses, 1664, xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2914.
Credits © Château de Versailles, Dist. RMN / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-22.jpg
File image/jpeg, 408k
Title Fig. 23 : Charles Le Brun, Résolution prise de faire la guerre aux Hollandais, 1671, xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2930.
Credits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / René-Gabriel Ojéda / Franck Raux / montage Dominique Couto
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-23.jpg
File image/jpeg, 68k
Title Fig. 24 : Charles Le Brun, Prise de la ville et de la citadelle de Gand en six jours, 1678, xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2934.
Credits © EPV
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-24.jpg
File image/jpeg, 608k
Title Fig. 25 : Charles Le Brun, Mesures des Espagnols rompues par la prise de Gand, 1678, xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2935.
Credits © EPV
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-25.jpg
File image/jpeg, 1.9M
Title Fig. 26 : Charles Le Brun, Le roi gouverne par lui-même, 1661, xviie siècle, huile sur toile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, inv. 2924.
Credits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles)/René-Gabriel Ojéda / Franck Raux / montage Dominique Couto
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14039/img-26.jpg
File image/jpeg, 55k
Top of page

References

Electronic reference

Gérard Sabatier, « Figures de l’étranger à Versailles », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [Online],  | 2016, Online since 28 September 2017, connection on 24 October 2017. URL : http://crcv.revues.org/14039 ; DOI : 10.4000/crcv.14039

Top of page

About the author

Gérard Sabatier

Professeur émérite d’histoire moderne à l’université Pierre-Mendès-France – Grenoble II.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org