Skip to navigation – Site map

Deux diplomates et un consul

Les premiers représentants de la France aux États-Unis
Two Diplomats and a Consul: The First Representatives of France in the United States
Pascal Even

Abstracts

The names of the diplomats Conrad-Alexandre Gérard, Anne-César de La Luzerne and the consul Hector Saint-John de Crèvecœur are closely linked to the birth and development of diplomatic and consular relations between France and the United States of America. Each with different training, they illustrate the success of French diplomacy that had once again gone on the offence, determined to profit from the American colonies revolt to weaken its old adversary, Great Britain, and take revenge for the disastrous Treaty of Paris of 1763. The instructions given to its representatives by the royal government are also testament to the preoccupations, at once political and economic, that determined the sovereign’s conduct and that of his ministers.

Top of page

Full text

1Les traités d’alliance et de commerce signés au début de l’année 1778 entre la cour de France et les représentants des nouveaux États-Unis d’Amérique en guerre avec leur ancienne métropole, consacrent, en dépit des hésitations et des prudences de la diplomatie française, les efforts du ministre des Affaires étrangères de Louis XVI, le comte de Vergennes. Cette alliance improbable entre la cour de France et les sujets révoltés de la Couronne britannique a certainement, dans l’esprit des négociateurs français, pour but d’affaiblir la Grande-Bretagne, touchée directement dans ses intérêts, et constitue ainsi une revanche sur le désastreux traité de Paris de 1763 qui avait mis un terme à la guerre de Sept Ans. Mais cette alliance n’est pas non plus dépourvue de préoccupations économiques tant ce Nouveau Monde encore en devenir apparaît prometteur pour les intérêts commerciaux et maritimes français.

2Pour mettre en œuvre cette alliance et atteindre ses objectifs, l’administration royale a besoin d’avoir sur place, auprès du Congrès américain encore novice dans le domaine des relations internationales, des représentants chevronnés et solides, capables d’entraîner, lorsqu’il le faut, les membres de ce Congrès, mais aussi de les retenir dans leurs projets audacieux, sachant faire prévaloir les intérêts français, maintenir et renforcer les liens entre les deux pays, en dépit des efforts déployés par l’Angleterre pour négocier une paix séparée.

3Ces nécessités expliquent le choix des hommes effectué par Vergennes pour l’aspect diplomatique, et par son collègue le maréchal de Castries, secrétaire d’État à la Marine à partir d’octobre 1780, pour le côté consulaire, économique et commercial. La désignation de Conrad-Alexandre Gérard, négociateur de l’alliance américaine, comme premier représentant de la France auprès du Congrès américain à Philadelphie, puis de son successeur La Luzerne, ne doit rien au hasard. Il en est de même pour le titulaire du consulat de France à New York, place de première importance pour le commerce français.

Les premiers représentants diplomatiques français aux États-Unis

4Le choix de Conrad-Alexandre Gérard comme premier ministre plénipotentiaire permanent de la France aux États-Unis d’Amérique septentrionale a été effectué avec beaucoup de soin par Vergennes. Celui-ci a fait le choix d’un diplomate confirmé dans lequel il a placé toute sa confiance et qui connaît parfaitement le dossier américain puisque c’est lui qui a négocié les traités d’alliance et de commerce avec les représentants des insurgents en février 1778.

5Né en 1729 en Haute-Alsace, docteur en droit de l’université de Strasbourg, Conrad-Alexandre Gérard a déjà derrière lui une longue carrière dans la diplomatie lorsqu’il gagne le continent américain. Il a commencé sa carrière en 1753, à Mannheim, comme secrétaire de la légation de France auprès de l’électeur palatin, sous les ordres du baron de Zuckmantel. Après un détachement de deux années à l’École militaire, il poursuit sa carrière diplomatique en devenant en avril 1761 secrétaire d’ambassade à Vienne auprès du comte du Châtelet tout en conservant la place qu’il avait obtenue à l’École militaire. Il reste dans la capitale autrichienne où il exerce les fonctions de chargé d’affaires jusqu’en 1766, date à laquelle il est nommé premier commis du département des Affaires étrangères. Il occupe ainsi un poste clé au sein du secrétariat d’État et devient, en 1774, responsable de la première division.

6Proche collaborateur de Vergennes, il est nommé par ailleurs, en janvier 1776, commissaire pour les limites, c’est-à-dire qu’il a en charge la négociation des frontières du royaume, une fonction évidemment stratégique. C’est encore lui qui négocie le renouvellement de l’alliance avec les cantons suisses en 1777 avant de s’attaquer au dossier américain. Ses services sont appréciés à Versailles comme le montrent les récompenses qu’il reçoit ; le roi lui accorde ainsi en 1767 un huitième de place de fermier général. Au moment de son mariage, en novembre 1768, avec la demoiselle Grossart de Virly, un brevet de pension assure à la nouvelle mariée une pension annuelle de 4 500 livres pour lui tenir lieu de douaire. Gérard est anobli en 1788.

  • 1 Archives diplomatiques du ministère des Affaires Étrangères (désormais MAE), Mémoires et documents, (...)

7Parmi les dossiers dont il a la responsabilité, le dossier américain prend la première place. Gérard suit en effet avec une très grande attention l’évolution politique des colonies de l’Angleterre en Amérique septentrionale, la détérioration progressive des liens avec la métropole, la volonté d’indépendance qui se dessine et dont la France peut tirer profit pour affaiblir son éternel concurrent, la Grande-Bretagne, et prendre ainsi sa revanche sur le traité désastreux de 1763. Gérard rédige rapports et mémoires à l’attention du ministre et, avec prudence, l’engage à soutenir officieusement puis officiellement les colonies anglaises en révolte1. C’est lui qui est chargé de recevoir l’envoyé du Congrès américain, Silas Deane, de négocier avec lui ainsi qu’avec Benjamin Franklin le traité d’alliance et de commerce souhaité par Vergennes ; c’est lui encore qui appose sa signature sur les deux traités à côté de celles des représentants américains. Aussi, lorsqu’il s’agit de désigner un représentant officiel auprès du Congrès, c’est naturellement Gérard qui est désigné. L’administration royale doit disposer en effet à Philadelphie d’un homme de totale confiance, d’un diplomate chevronné chargé de coordonner l’action commune contre l’adversaire britannique mais également de faire prévaloir auprès d’un Congrès encore inexpérimenté les intérêts français. Et Gérard aura fort à faire auprès des responsables américains, comme le montre la correspondance quasi quotidienne qu’il échange avec Vergennes. Il s’efforce de détourner les Américains de projets aventureux comme celui de la conquête du Canada auxquels certains représentants se montrent favorables, et soutient les préliminaires de paix avec l’Angleterre. Dans ce but, il devra lutter contre de nombreux obstacles, notamment ceux suscités par les loyalistes favorables aux Anglais.

  • 2 MAE, Correspondance politique, États-Unis, vol. 3, fos 159-164, « Mémoire pour servir d’instruction (...)

8Et surtout, les instructions qui lui ont été données à son départ insistent sur ce point, Gérard doit s’efforcer d’empêcher la conclusion d’une paix séparée entre les États-Unis et la Grande-Bretagne, même si cette dernière s’efforce de négocier directement avec ses anciennes colonies. La France, qui a soutenu les insurgents, officieusement puis officiellement, n’entend pas être écartée de la négociation de la paix dont elle espère tirer des avantages économiques2.

9Le diplomate s’est investi pleinement dans ses fonctions ; il connaît personnellement un grand nombre de représentants qu’il s’efforce de rallier à ses positions ou dont il doit déjouer les menées hostiles. Dans sa correspondance, Gérard analyse en effet la conduite des responsables américains et il se montre parfois déconcerté par les contacts qu’il entretient avec eux et qui s’éloignent évidemment des règles et usages diplomatiques traditionnels qu’il a connus dans ses postes précédents. Il déplore en revanche l’esprit de cupidité mercantile des Américains tout en étudiant les opportunités et les perspectives que le commerce des États-Unis naissants peut réserver au négoce français. Il ne se contente pas au demeurant d’analyser ces perspectives ; il s’implique en effet directement en organisant une campagne de promotion publicitaire en faveur des produits français. Le représentant de la France souligne par ailleurs l’importance de l’opinion publique aux États-Unis et n’hésite pas à utiliser les moyens de communication à sa disposition comme la presse pour faire valoir les positions françaises.

  • 3 Ormesson 1924, p. 157.

10Il n’y a pas jusqu’aux questions militaires dans lesquelles il ne doive intervenir, en assurant la liaison entre le commandement français et le général Washington, même si La Fayette se montre quelque peu critique à l’égard du représentant officiel de la France : « Monsieur Gérard ne me paraît pas un homme bien merveilleux mais en lui dictant ce qu’il peut dire, il le dira avec emphase et cela fera l’affaire », écrit-il à l’amiral d’Estaing3. Gérard doit également négocier avec les Américains l’alliance espagnole voulue par Louis XVI et Vergennes dans le cadre du pacte de famille, une alliance rendue indispensable en raison des intérêts espagnols en Amérique. Madrid négocie en effet son soutien aux insurgents dans le but d’affirmer sa présence dans les deux Florides alors que les Américains ont déjà des vues sur ces territoires. Gérard devra, dans ces conditions, obtenir au moins pour les alliés espagnols Pensacola ; il devra également veiller à la sauvegarde des droits de pêche conservés par la France sur le banc de Terre-Neuve et limiter les ambitions des représentants au Congrès dans ce domaine.

11À ce rythme trépidant, la santé déjà délicate de Gérard se dégrade et son état d’épuisement physique et intellectuel le conduit à demander son rappel dès la fin de l’année 1778. Il quitte les États-Unis en septembre 1779, entouré des hommages rendus à sa compétence et à son dévouement pour la cause américaine et pour l’alliance entre les deux pays. Le Congrès se montre particulièrement élogieux à son égard et décide de faire réaliser son portrait pour orner la salle de ses réunions.

12Sa mission américaine remplie, Gérard ne reprend pas du service au département des Affaires étrangères. Nommé en avril 1780 conseiller d’État par Louis XVI qui lui a accordé une gratification extraordinaire, sa pension est fixée en mars 1780 à 15 000 livres. Il regagne alors son Alsace natale. Il avait déjà, en 1776, reçu le titre de « syndic royal » à Strasbourg ; il est nommé, en mars 1781, prêteur royal de la même ville. En 1787, il participe encore à l’assemblée des notables mais démissionne, en juillet 1789, de sa charge de prêteur royal. Il meurt quelques mois plus tard, en avril 1790.

Le successeur de Gérard à Philadelphie, le chevalier de La Luzerne

13Pour succéder à Gérard, Vergennes fait le choix d’un diplomate de carrière qui lui aussi a su faire la preuve de ses compétences dans les postes qu’il a occupés, le chevalier Anne-César de La Luzerne. Né en septembre 1741, La Luzerne est plus jeune que Gérard ; il a commencé une carrière militaire qui l’a conduit au grade de colonel des grenadiers de France après avoir été aide de camp du maréchal de Broglie. En 1775, réformé alors qu’il commande le régiment provincial des milices de Caen, La Luzerne entre dans la diplomatie et, comme Gérard, il est affecté en Allemagne en 1776 comme ministre plénipotentiaire auprès de l’électeur de Bavière, en remplacement du chevalier de Folard. Le poste acquiert une importance toute particulière avec la mort, en 1779, de l’électeur Maximilien-Joseph décédé sans héritiers. Sa disparition entraîne en effet la guerre dite de Succession de Bavière entre l’Autriche et la Prusse. Durant la crise, La Luzerne fait la preuve de ses talents, notamment dans la négociation du traité de Teschen qui met fin au conflit en mai 1779. La conclusion de la paix en Bavière coïncide avec le retour de Gérard de Philadelphie. La Luzerne est donc désigné par Vergennes pour le remplacer.

  • 4 MAE, Personnel, première série, vol. 42, fo 212. Ses appointements à Philadelphie s’élèvent à la so (...)

14À Philadelphie, La Luzerne saura faire preuve de ses talents de diplomate ; il lie des relations étroites avec Washington ainsi qu’avec les membres influents du Congrès et s’engage au point de garantir sur ses biens personnels, en 1780, un emprunt que le gouvernement américain est amené à contracter pour assurer l’approvisionnement de ses troupes4. Il joue un rôle encore plus important dans les négociations qui entourent le rétablissement de la paix avec la Grande-Bretagne. Il obtient, non sans difficultés, que le Congrès ne signe aucun traité avec l’adversaire anglais avant la conclusion d’un accord entre Londres et Paris, le traité de Paris de 1783.

15Après un séjour de cinq années aux États-Unis, La Luzerne regagne la France en 1784, avec, comme son prédécesseur Gérard, l’expression de la gratitude du Congrès. Son nom sera donné à un comté de Pennsylvanie. En France, Louis XVI lui manifeste sa satisfaction en le faisant marquis. Après Gérard, le négociateur de l’alliance, La Luzerne apparaît véritablement comme l’artisan de la mise en œuvre de cette dernière. Grâce aux relations qu’il a entretenues avec Washington et les membres influents du Congrès, il a, dans des circonstances parfois très difficiles, su négocier la phase finale du conflit et le traité de Paris de 1783, tout en contribuant à l’affermissement des institutions américaines.

  • 5 Ibid., fos 215-217, lettre de Montmorin au roi sur la nomination d’un ambassadeur en Angleterre, 12 (...)

16Paradoxalement, La Luzerne termine sa carrière comme ambassadeur à Londres où il est nommé en 1788. Dans une note conservée dans son dossier, le nouveau responsable des Affaires étrangères, le comte de Montmorin, défend, parmi les candidatures recensées pour le poste, celle de La Luzerne en rappelant le succès de sa mission aux États-Unis. On pouvait craindre, ajoute-t-il, que la nomination du diplomate ne fût désagréable au souverain britannique mais, ajoute le ministre, les informations dont il dispose laissent penser que La Luzerne sera reçu avec plaisir à Londres, y compris par le roi5. La Luzerne meurt dans la capitale britannique, en fonctions, en septembre 1791.

Le consul de France à New York, Hector Saint-Jean de Crèvecœur

  • 6 Crèveœur 1883.

17Hector Saint-Jean de Crèvecœur, qui se fait appeler Saint-John de Crèvecœur, est très différent de Gérard et du chevalier de La Luzerne. Il n’a ni leur formation diplomatique, ni leurs connaissances juridiques. Ce n’est pas un diplomate mais un Français installé en Amérique, au Canada initialement, depuis sa jeunesse. Issu d’une famille de petite noblesse normande, il a fait ses études chez les jésuites de Caen avant de gagner le Canada comme cadet de la marine. Après la chute de Québec, pendant la guerre de Sept Ans, il quitte l’armée française et s’établit dans les colonies anglaises, la Pennsylvanie en l’occurrence, fait l’acquisition d’une propriété et épouse une Américaine après avoir obtenu la nationalité anglaise6. Ruiné par les combats de la guerre d’Indépendance, il doit se résoudre à regagner la France.

18C’est un esprit curieux, presque un homme des Lumières ou tout au moins un physiocrate versé dans les questions agronomiques. Il publie en 1782 un petit opuscule sur la culture de la pomme de terre et il devient à son retour en France membre de la Société d’agriculture de Caen.

19Cet agronome est également versé dans les sciences ; il a des talents de cartographe et s’intéresse aux questions techniques, mais peut-être et surtout c’est un économiste qui pressent les capacités du peuple américain servi par des ressources naturelles exceptionnelles. Enfin, c’est un littérateur dont les Lettres d’un cultivateur américain, publiées à Londres puis à Paris, connaissent un incontestable succès.

  • 7 Ibid., p. 94.

20Crèvecœur n’est donc pas rompu au travail diplomatique et aux négociations des chancelleries comme ses collègues. Il s’agit avant tout d’un esprit pratique qui connaît très bien le territoire américain et ses populations et qui partage leurs idéaux, leur esprit d’entreprise et leur goût de la réussite. « Les Américains sont les mécaniciens les plus pratiques du monde », écrit-il à Mme d’Houdetot le 20 mars 17897. Il est déjà apprécié par les services du secrétariat d’État à la Marine par les mémoires qu’il leur a adressés sur les possibilités offertes pour le commerce français par les nouveaux États indépendants américains. C’est précisément ce type d’homme que recherche le secrétariat d’État à la Marine pour occuper les nouveaux postes consulaires créés aux États-Unis, des individus qui connaissent les mœurs et les goûts des Américains, qui se montrent entreprenants et sont susceptibles de développer les relations commerciales de la France avec l’Amérique du Nord. La question économique joue en effet un rôle particulièrement important dans la diplomatie française des dernières années de l’Ancien Régime et dans la politique de Vergennes, un rôle qui n’a peut-être pas encore été suffisamment mis en lumière. Pour l’administration royale, les États-Unis représentent un marché qu’il importe de conquérir en profitant du conflit qui oppose les anciennes colonies à la métropole coloniale.

21La constitution du réseau consulaire français aux États-Unis témoigne de cette ambition ; l’ouverture de consulats à Philadelphie, à Boston, à Baltimore, à Charleston, sans oublier New York, représente pour l’administration de la Marine, qui est responsable des consulats, un investissement non négligeable. Et dans ce contexte, le port de New York occupe une place de choix. Crèvecœur représente, dans ces conditions, le candidat idéal pour occuper les fonctions de consul de France dans la place. Enfin, dernier facteur, et facteur non négligeable dans le choix qui est fait de sa personne, le réseau relationnel qui le soutient et qui est influent à la Cour et dans les départements ministériels ; Crèvecœur est recommandé par la comtesse d’Houdetot et par plusieurs grands seigneurs qui apprécient ses talents. Castries l’a fait revenir de Normandie où il s’était établi à son retour en France et l’a fait travailler plusieurs mois dans ses bureaux afin de profiter de ses connaissances du territoire américain et de ses ressources. Un secteur intéresse plus particulièrement le ministre et ses services, mais c’est normal pour le secrétariat d’État à la Marine, celui de la construction navale. Crèvecœur connaît bien le sujet ; il a étudié la mâture des navires, connaît fort bien les ressources végétales des États américains, les bois de construction, sans parler de ses connaissances géographiques des côtes et de l’intérieur du continent.

22Dans le portefeuille de projets que Crèvecœur soumet aux services de Castries, figure notamment la création d’une ligne régulière de paquebots entre Lorient et New York ; les navires, au rythme d’un par mois, sont appelés à développer le commerce entre les États-Unis, d’une part, et la France, de l’autre ; ils livreront notamment du charbon de terre qui alimentera les forges françaises. Nommé consul de France à New York avec une circonscription qui s’étend sur le New Jersey et le Connecticut, le 22 juin 1783, Crèvecœur gagne son nouveau poste en novembre suivant sur le premier navire de la nouvelle ligne qu’il dirige directement, parallèlement à ses fonctions consulaires, pendant trois ans.

  • 8 Ibid., p. 114.

23L’année suivante, il effectue, à la demande des services de Versailles, une longue mission à l’intérieur du pays afin d’identifier et de recenser les bois susceptibles d’être employés dans la construction navale et il expédie les échantillons demandés qui seront transmis dès réception à l’Académie des sciences. Son intérêt pour la botanique apparaît encore dans sa participation à la création d’un jardin botanique à New Haven8. Dans le même but, il envoie également des laines collectées dans les îles Élisabeth, afin d’en tester les qualités dans les différentes manufactures du royaume.

24Son esprit inventif favorise les expérimentations qu’il tente à la demande des bureaux de Versailles et notamment la recherche de bois propres à donner des courbes et des bordages. Il fait ainsi construire une corvette selon de nouveaux principes, ceux du sieur Peck, fait effectuer des essais toujours pour la marine, comme des poulies à cylindre, transmet des informations sur les expériences faites en Angleterre et aux Pays-Bas d’un goudron de charbon de terre destiné à améliorer la conservation des bâtiments.

25De façon pragmatique, il s’emploie à faire connaître les produits manufacturés ainsi que les matières premières que les États-Unis sont susceptibles de produire et qui peuvent être utilisés par les manufacturiers français. Au fait des réalités économiques américaines, il s’efforce de la même manière de convaincre les négociants français d’adapter leurs productions aux goûts et habitudes des consommateurs américains.

26Toutes ces expérimentations répondent aux préoccupations du ministère et Crèvecœur indique qu’en 1786 il est rappelé par le ministre en France pour communiquer à ses services ses réflexions sur l’amélioration du commerce, de la marine et de l’agriculture, et faire, sous les yeux du ministre, des expériences sur des voitures à essieux roulants destinées à faciliter le traînage des canons et des pièces de bois dans les ports du royaume.

  • 9 MAE, Personnel, première série, vol. 20, fo 239.

27Comme plusieurs de ses collègues considérés comme trop liés à l’Ancien Régime, Crèvecœur est rappelé en décembre 1792 ; il lui manque alors quelques mois seulement pour pouvoir bénéficier d’une pension ; aussi essaie-t-il de défendre ses intérêts auprès des nouveaux responsables du ministère en se posant en précurseur de la Révolution. En faisant appel non à la générosité de la nation, mais à sa justice, il rappelle l’influence de ses écrits sur le vent de liberté qui, après avoir soufflé sur les colonies anglaises d’Amérique du Nord, a atteint la France. Il serait cruel, affirme-t-il, qu’une révolution que ses écrits ont servi à préparer devienne la source de ses malheurs. Pour apitoyer ses correspondants, Crèvecœur rappelle que, « dans un tems où le despotisme regnoit encore en France, j’ai osé élever la voix en faveur de la liberté et de la tolérance », et que ses Lettres d’un cultivateur américain présentaient aux Français « un tableau de la simplicité des mœurs fondée sur l’égalité des droits » 9.

  • 10 Moisy 2015.

28Toutefois, sans rien ôter aux talents ainsi qu’à la créativité du personnage, des travaux récents ont révélé que le parcours politique de Crèvecœur avait, dans les faits, été un peu moins favorable à la révolution américaine10. Déjà, à la fin de son séjour américain, des réserves avaient été formulées par le personnel diplomatique français sur son attitude jugée un peu trop favorable à l’Angleterre.

29De fait, si Crèvecœur ne retrouve pas un poste, il a la satisfaction de conserver des liens, certes ténus, avec l’administration des Affaires étrangères puisqu’il marie sa fille, en 1790, avec le secrétaire de la légation de France à Philadelphie, Louis-Guillaume Otto, ancien secrétaire particulier de La Luzerne, promis à un rôle important dans la diplomatie du Directoire et de l’Empire.

30Avec Gérard, La Luzerne et Crèvecœur, l’administration royale avait fait le choix de trois agents compétents, trois personnalités et trois caractères, choix qui illustre l’importance accordée par Louis XVI et ses ministres aux relations avec le nouvel État américain.

Top of page

Bibliography

Crèvecœur Robert de, 1883, Saint-John de Crèvecœur, sa vie et ses ouvrages (1735-1813), Paris, Librairie des bibliophiles.

Moisy Claude, 2015, « Crèvecœur à la naissance des États-Unis », Revue d’histoire diplomatique, no 2, p. 97-110.

Ormesson Wladimir d’, 1924, La première mission officielle de la France aux États-Unis : Conrad-Alexandre Gérard (1778-1779), Paris, Champion.

Top of page

Notes

1 Archives diplomatiques du ministère des Affaires Étrangères (désormais MAE), Mémoires et documents, États-Unis, vol. 1, no 4 « Réflexions sur la situation actuelle des colonies anglaises et sur la conduite qu’il convient à la France de tenir à leur égard ».

2 MAE, Correspondance politique, États-Unis, vol. 3, fos 159-164, « Mémoire pour servir d’instruction au sieur Gérard, secrétaire du Conseil d’État, allant référer de la part du roi auprès du congrès général de l’Amérique septentrionale », 29 mars 1778.

3 Ormesson 1924, p. 157.

4 MAE, Personnel, première série, vol. 42, fo 212. Ses appointements à Philadelphie s’élèvent à la somme de 72 000 livres par an, auxquelles s’ajoutent 72 000 autres livres pour ses frais de voyage et d’installation.

5 Ibid., fos 215-217, lettre de Montmorin au roi sur la nomination d’un ambassadeur en Angleterre, 12 novembre 1787.

6 Crèveœur 1883.

7 Ibid., p. 94.

8 Ibid., p. 114.

9 MAE, Personnel, première série, vol. 20, fo 239.

10 Moisy 2015.

Top of page

References

Electronic reference

Pascal Even, « Deux diplomates et un consul », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [Online],  | 2017, Online since 13 October 2017, connection on 20 November 2017. URL : http://crcv.revues.org/14055 ; DOI : 10.4000/crcv.14055

Top of page

About the author

Pascal Even

Archiviste paléographe, docteur ès lettres, conservateur général du patrimoine, Pascal Even est actuellement responsable du département des archives aux Archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères après avoir été responsable du Centre des archives diplomatiques de Nantes, des archives départementales de la Charente-Maritime et exercé à la direction des Archives de France. Il est l’auteur de plusieurs études scientifiques sur l’histoire de l’Aunis et de la Saintonge et sur les relations internationales.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org