Navigation – Plan du site

La spécificité des relations franco-américaines

The Specificity of Franco-American Relations
Jean-David Lévitte

Résumés

Patrie des droits de l’homme ou « Land of Freedom », la France et les États-Unis sont sans doute les deux seuls pays aussi parfaitement convaincus d’être chacun porteur de valeurs à vocation universelle et aussi intimement persuadés de la nécessité de porter ces valeurs à travers le monde. Une ambition commune qui s’exprime souvent de façon sensiblement différente. À cette proximité des origines, à ces valeurs partagées, s’ajoutent des combats communs pour la liberté et pour la démocratie pendant les deux guerres mondiales. La France n’a pas oublié qu’elle a dû, par deux fois, sa liberté à l’Amérique. La position privilégiée que la France occupe dans l’esprit des Américains génère toutefois de grandes attentes et provoque de graves frustrations qui peuvent s’illustrer par des orages violents (comme récemment au moment de la guerre en Irak). Face à un monde dangereux et instable, face à l’inquiétude d’une mondialisation mal maîtrisée, face au terrorisme, aux vagues migratoires et aux crises profondes que connaissent l’Irak et la Syrie, il faut néanmoins souhaiter que la France et les États-Unis sauront ensemble faire face aux défis du XXIe siècle et porter encore les idéaux de cette amitié franco-américaine, ceux de la démocratie et de la liberté.

Haut de page

Texte intégral

1Établir un trait d’union entre les années fondatrices des États-Unis et la période actuelle est un exercice périlleux que l’on peut néanmoins aborder par le biais d’une simple question : semblerait-il concevable d’avoir en France, à l’Assemblée nationale, à côté de la tribune présidentielle et en regard d’un portrait d’un des pères fondateurs de la République, le portrait de George Washington, de Woodrow Wilson ou de Franklin Roosevelt ? Cette vision paraît naturellement totalement incongrue. Pourtant, dans la grande salle du Congrès de Washington où les deux chambres se réunissent pour écouter le discours annuel sur l’état de l’Union, de part et d’autre de la tribune figurent deux très grands tableaux : l’un représente George Washington ; le second, le marquis de Lafayette. Ce dernier n’est d’ailleurs pas peint ici, comme on le voit communément, sous les traits du jeune marquis, fils adoptif du général Washington, héros de la guerre d’Indépendance, mais sous les traits de l’homme âgé qu’il était devenu au moment de son retour aux États-Unis pour un voyage triomphal.

Fig. 1 : Ary Scheffer, Marie-Joseph Paul Yves Roch Gilbert du Motier, marquis de Lafayette (1757-1834), v. 1822, huile sur toile, 0, 553 × 0,368 m. Harvard Art Museums/Fogg Museum, Bequest of Grenville L. Winthrop, 1943.278.

Fig. 1 : Ary Scheffer, Marie-Joseph Paul Yves Roch Gilbert du Motier, marquis de Lafayette (1757-1834), v. 1822, huile sur toile, 0, 553 × 0,368 m. Harvard Art Museums/Fogg Museum, Bequest of Grenville L. Winthrop, 1943.278.

Source : http://www.harvardartmuseums.org/​collections/​object/​230115

© President and Fellows of Harvard College

Fig. 2: John Vanderlyn, Portrait de George Washington, 1834, huile sur toile, 1,233 × 1,575 m. Collection of the U.S. House of Representatives, 2005.017.000.

Fig. 2: John Vanderlyn, Portrait de George Washington, 1834, huile sur toile, 1,233 × 1,575 m. Collection of the U.S. House of Representatives, 2005.017.000.

Source : http://history.house.gov/​Collection/​Detail/​29483

© Collection of the U.S. House of Representatives

2En 1824, Lafayette a en effet soixante-six ans quand il revient outre-Atlantique, invité par le président James Monroe – invitation approuvée par un vote unanime du Congrès, et ce voyage est extraordinaire. Lorsqu’il débarque le 15 août 1824 à Boston, il est accueilli par trente mille personnes. Les gens lui jettent des fleurs sur son passage, les femmes lui présentent leurs enfants pour qu’il les bénisse. Son séjour dure treize mois. Il se rend dans chacun des vingt-quatre États qui constituent alors les États-Unis d’Amérique et, chaque fois, une foule immense est rassemblée pour l’accueillir en héros : cinquante mille personnes à Baltimore, soixante-dix mille à Boston – chiffres énormes pour l’époque. Quand il repart en France, Lafayette emporte avec lui un tonneau de cette terre d’Amérique. À sa mort en 1834, tandis que de l’Atlantique au Pacifique les drapeaux des États-Unis seront mis en berne, tandis que vingt-quatre coups de canon seront tirés dans toutes les casernes américaines, que des rideaux noirs seront suspendus dans les deux chambres du Congrès et que l’on demandera aux Américains de porter des habits de deuil pendant six mois, cette terre d’Amérique sera mêlée à la terre française sur sa tombe du cimetière parisien de Picpus.

3Quels autres exemples dans l’Histoire d’une telle reconnaissance de toute une nation pour un ressortissant étranger ? Quel autre symbole que ce portrait accroché dans la salle du Congrès pour illustrer la relation si particulière qui unit le peuple français et le peuple américain depuis plus de deux siècles ?

4Et si, aujourd’hui encore, pas moins de cinq cents villes ou villages américains portent le nom de « Lafayette », nombreuses sont les rues ou avenues qui, en France, portent ceux des présidents Wilson et Franklin Roosevelt. Car la France, de son côté, n’a pas oublié qu’elle a dû, par deux fois – en 1917-1918, puis en 1944-1945 – sa liberté à l’Amérique.

5Cette relation marquée par l’idylle des pères fondateurs est néanmoins parfois secouée par des orages particulièrement violents. Patrie des droits de l’homme ou « Land of Freedom », la France et les États-Unis sont sans doute les deux seuls pays aussi parfaitement convaincus d’être chacun porteur de valeurs à vocation universelle et aussi intimement persuadés de la nécessité de porter ces valeurs à travers le monde. (Les Chinois et les Indiens, porteurs de valeurs, n’ont pas, eux, la prétention de les imposer aux autres peuples.) La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 a d’ailleurs été en partie inspirée par les textes écrits quelques années plus tôt aux États-Unis qui, eux-mêmes, s’inspiraient de la philosophie des Lumières. Et c’est peut-être là le début d’une explication : des valeurs partagées, l’ambition commune de porter des messages universels – mais de façon sensiblement différente.

6La deuxième raison de ces violents orages périodiques tient précisément à cette proximité des origines, à ces valeurs partagées, à nos combats communs pour la liberté et pour la démocratie pendant les deux guerres mondiales.

7Quand, en 1966, le général de Gaulle demanda le départ de l’OTAN du territoire français, à la fois de son quartier général et des troupes américaines stationnées en France, et ce, en pleine tension de la guerre froide, la crise fut naturellement violente. Le général de Gaulle avait ses raisons – et l’histoire lui a rendu justice –, mais, à l’époque, aux États-Unis, l’incompréhension fut totale. De la même façon, le fameux discours de Phnom Penh du général de Gaulle sur l’engagement américain au Vietnam dans cette guerre d’Indochine provoqua des réactions véhémentes aux États-Unis.

8En tant qu’ambassadeur de France à Washington, j’eus l’occasion à mon tour, de 2002 à 2007, de vivre une crise aussi grave dans la relation franco-américaine à propos, cette fois-ci, de la guerre en Irak. Si chacun reconnaît aujourd’hui que la France n’avait pas complètement tort, en 2003, au début de la guerre, la réaction des médias, et plus largement du peuple américain ou, du moins, du monde politique, fut extraordinairement virulente. Quand je pris mes fonctions en décembre 2002, la France figurait dans tous les sondages dans le trio de tête des pays les plus populaires avec le Royaume-Uni et le Canada, comptant environ 78 à 80 % d’opinions favorables. Six mois plus tard, c’est-à-dire trois mois après l’enclenchement de la guerre, la France ne comptait plus que 33 à 35 % d’opinions favorables, juste au-dessus de l’Arabie saoudite, et en dessous de la Libye. C’est dire la brutalité de la crise.

9Une première question s’impose : pourquoi la France fut-elle si violemment critiquée, tandis que l’Allemagne, par exemple, qui défendait exactement la même position et qui l’avait exprimée à travers la voix forte du chancelier Gerhard Schröder, réussit à échapper à l’opprobre ? Pourquoi en voulut-on particulièrement aux Français et si peu aux Allemands ?

10La première explication, assez rassurante, viendrait de cette position particulière précédemment décrite que la France occupe dans l’esprit des Américains, une position privilégiée qui génère naturellement de plus grandes attentes. Parce que la France occupe cette place à part depuis les origines, depuis Lafayette et Washington, tout différend crée un choc dans l’esprit des Américains. Et le choc fut d’autant plus violent que les États-Unis, à cette époque, se vivaient comme une nation attaquée. Une nation qui se relevait difficilement du traumatisme du 11 septembre 2001, et qui avait été heureuse de voir dans le président Jacques Chirac le premier visiteur venu aussitôt exprimer la solidarité du peuple français avec les États-Unis d’Amérique après l’attaque et la destruction des tours jumelles. Le président Chirac avait été fêté dans cette tradition de proximité des esprits et des cœurs des deux pays. Alors comment était-il possible que cette France si chère aux Américains, si présente dans leurs esprits, deux ans seulement après l’affirmation de cette solidarité avec l’Amérique déstabilisée par le 11 Septembre, se prononçât avec netteté contre la guerre en Irak ?

11Si la France occupe une place privilégiée, elle fait aussi montre d’un talent particulier pour se faire entendre. Non seulement la France estima que cette guerre était une erreur, mais elle mena campagne contre la guerre en Irak, à la fois dans les votes au Conseil de sécurité des Nations unies et dans les discours des autorités françaises. Les Américains eurent le sentiment d’un abandon, et presque d’une trahison. Comment la France, qu’ils avaient sauvée deux fois, à la fin de la Première Guerre et à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la France qui était toujours avec eux dans les combats pour la liberté, avait pu se prononcer avec tant de force contre eux ? J’eus beau dire que les États-Unis avaient voulu que la France soit un peuple libre et que celle-ci s’exprimait là avec le privilège de cette liberté, qu’il n’y avait selon nous pas de lien entre Al-Qaida et Saddam Hussein, ni entre le 11 Septembre et l’Irak (ce qui était vrai et est aujourd’hui, je crois, très largement reconnu), le message ne passa pas. Il ne passa pas car, précisément, la France fut entendue. Cette réaction fut à l’origine d’une campagne extrêmement enflammée sur tous les médias américains, en particulier sur le premier réseau de Fox News de Rupert Murdoch, où nous eûmes droit à une heure quotidienne de dénigrement en règle, le French bashing. Les Français devinrent, à cette époque, des cheese-eating surrender monkeys et l’on pouvait lire, défilant en bandeau en bas des écrans de télévision, des encouragements à envoyer des insultes à l’ambassadeur de France dont on donnait l’adresse électronique. Nous reçûmes plus d’un million de messages auxquels nous tînmes à répondre consciencieusement, tentant d’apporter notre éclairage sur le conflit.

12À travers ces faits et dans l’usage de l’expression cheese-eating surrender monkeys et plus particulièrement encore du terme « surrender », je vis réapparaître dans l’arrière-plan de la mémoire collective américaine une autre image de la France, également très présente et nettement plus malheureuse : celle de Vichy. Il me revint ainsi d’aller sur tous les écrans expliquer que la France était un pays libre, libre de choisir sa position sur cette guerre, et qu’il était difficile d’accepter de se laisser accuser d’être défaitistes. Nous avions eu en effet plus de morts pendant la Seconde Guerre mondiale que les forces américaines, sans même évoquer les victimes de la Première Guerre mondiale. J’expliquai que nous avions le souci de continuer à porter notre message avec beaucoup de force, que nous étions une démocratie mais non les « capitulards » que nous retrouvions trop souvent sur les écrans de télévision des États-Unis.

13Ce message eut du mal à passer. Il fallut pour ce faire créer un événement : ce fut, en 2004, le soixantième anniversaire du débarquement. Je proposai alors au président Jacques Chirac de marquer fortement cet événement auquel le président George W. Bush devait naturellement assister, en remettant la Légion d’honneur à cent vétérans qui avaient débarqué sur les plages de Normandie le 6 juin 1944. Il s’agissait de dire très simplement aux Américains que si nous nous exprimions en peuple libre, nous n’avions pas oublié pour autant ce que nous devions aux États-Unis. Les vétérans furent soigneusement choisis, deux par État. C’étaient des personnalités extraordinairement modestes, avec lesquelles j’ai pu garder des liens au fil des ans, et qui pour beaucoup revenaient sur les plages de Normandie pour la première fois depuis le jour où ils avaient débarqué. Nous étions tous en larmes sur les plages d’Arromanches et de Colleville. Eux ramassaient du sable, regardaient dans le cimetière de Colleville les tombes de leurs frères tombés à dix-neuf ans, à vingt ans. Le moment le plus émouvant fut, pour moi, celui du défilé des cent vétérans devant les chefs d’État réunis ce jour-là. Ces vétérans du D-Day, âgés de quatre-vingt-cinq à quatre-vingt-dix ans, marchaient lentement. Deux étaient en chaises roulantes. Sans se concerter, les dix-sept chefs d’État se levèrent d’un même mouvement pour rendre hommage à ceux qui nous avaient libérés. Plus tard, sur la plage de Colleville, une chaîne humaine fut constituée pour former l’inscription « France will never forget. Thank you America ». Cet événement marqua un tournant dans la relation franco-américaine. Les Américains réalisèrent qu’il était inutile de vouloir changer les Français mais se souvinrent que, loin d’être des défaitistes, ceux-ci avaient été avec eux au cœur des combats. Il y a aujourd’hui peu d’Américains à considérer que nous avons eu tort lors de cette affaire de la guerre en Irak.

14Nous pûmes alors retrouver la sérénité des relations franco-américaines, renouer le dialogue et repartir ensemble vers les combats auxquels la transformation du monde nous invitait à participer côte à côte. Vue de Washington, la France est depuis redevenue le meilleur allié de l’Amérique dans les luttes que nous menons ensemble pour la démocratie, pour la liberté et pour la sécurité. C’est vrai aujourd’hui au Sahel, c’est vrai au Proche-Orient.

15Depuis le marquis de Lafayette et le général Washington, depuis de Gaulle et depuis Roosevelt, le monde a beaucoup changé. Mais aujourd’hui – et demain plus encore – la relation franco-américaine reste primordiale. Pourquoi ? Parce que le monde est devenu dangereux, instable, avec la montée de puissances révisionnistes : la Russie et la Chine contestent l’ordre mondial établi au lendemain de la Seconde Guerre et issu des bouleversements entraînés par la chute du mur de Berlin et de l’effondrement de l’Empire soviétique. Parce que l’optimisme, qui avait marqué précisément cette période de l’effondrement du mur de Berlin et de la fin de la guerre froide, de l’unification de l’Europe en paix et en démocratie, a fait place aujourd’hui à une profonde inquiétude devant les interventions de la Russie en Géorgie, en Ukraine. Parce que cette inquiétude s’exprime également devant la déstabilisation, devant cette mondialisation mal maîtrisée – comme on peut le constater dans les campagnes électorales, et en particulier la campagne électorale américaine. Une déstabilisation due au terrorisme, aux vagues migratoires et aux crises profondes que connaissent l’Irak et la Syrie. Or, face à ces dangers, après deux guerres non conclusives qui ont marqué les esprits, la guerre en Irak mais aussi celle en Afghanistan, l’Amérique, comme ce fut le cas après la guerre du Vietnam, est aujourd’hui dans une phase de repli dont la diplomatie du président Obama porte l’empreinte. Une diplomatie très intelligente qui reflète l’humeur du pays, et souhaite s’appuyer sur les alliés pour faire le travail qui d’ordinaire revient aux États-Unis. Or, par malheur, l’Europe est aux abonnés absents : absorbés par des crises, du Grexit au Brexit, les Européens ne peuvent suppléer à la relative absence américaine, en particulier au Moyen-Orient. Et l’on peut craindre que cette période ne dure, craindre qu’on ne puisse guère dans la période actuelle, celle du divorce de Londres avec l’Europe, compter sur le Royaume-Uni, tandis que l’Allemagne, quant à elle, retrouve à petits pas et avec grande prudence sa place sur la scène internationale.

16Reste la France qui occupe aujourd’hui toute la place qui lui revient, avec ses moyens et avec ses troupes qui, à elles seules pratiquement, assurent la sécurité au Sahel face au terrorisme islamiste. Souhaitons qu’à l’issue des élections présidentielles aux États-Unis puis en France, il y ait à la tête de ces deux nations deux personnalités qui sauront ensemble faire face aux défis du xxie siècle et porter encore les idéaux de cette amitié franco-américaine, ceux de la démocratie et de la liberté.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Ary Scheffer, Marie-Joseph Paul Yves Roch Gilbert du Motier, marquis de Lafayette (1757-1834), v. 1822, huile sur toile, 0, 553 × 0,368 m. Harvard Art Museums/Fogg Museum, Bequest of Grenville L. Winthrop, 1943.278.
Légende Source : http://www.harvardartmuseums.org/​collections/​object/​230115
Crédits © President and Fellows of Harvard College
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14057/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 2: John Vanderlyn, Portrait de George Washington, 1834, huile sur toile, 1,233 × 1,575 m. Collection of the U.S. House of Representatives, 2005.017.000.
Légende Source : http://history.house.gov/​Collection/​Detail/​29483
Crédits © Collection of the U.S. House of Representatives
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14057/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-David Lévitte, « La spécificité des relations franco-américaines », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 13 octobre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/14057 ; DOI : 10.4000/crcv.14057

Haut de page

Auteur

Jean-David Lévitte

Aujourd’hui membre de l’Académie des sciences morales et politiques et Distinguished Fellow de la Brookings Institution à Washington, Jean-David Lévitte a eu une carrière diplomatique particulièrement remarquable : ambassadeur à l’ONU à New York puis aux États-Unis à Washington, il a également été pendant seize ans à l’Élysée le conseiller en politique étrangère de trois présidents de la République.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org