Skip to navigation – Site map

Full text

1Cette journée sur Versailles et l’indépendance américaine a présenté un panorama très varié et complet de la guerre d’Indépendance et de la part qu’y prit la France, abordant aussi bien l’histoire diplomatique, les aspects militaires, que la littérature et l’histoire de l’art.

2Une notion est revenue à plusieurs reprises, celle d’ambiguïté constitutive. Il faut savoir gré à ce colloque de ne pas avoir esquivé les difficultés en évoquant ce qui pouvait apparaître comme diplomatiquement complexe : le sort funeste de M. de Jumonville, par exemple, ou tel épisode peu réjouissant de l’histoire commune franco-américaine. Aucun sujet n’a été évité a priori.

3Soulignons quelques lignes de force :

4Plusieurs communications ont abordé les enjeux internationaux de la révolution américaine et du conflit mondial qui en est résulté. Comme l’a montré John Hardman, la France du xviiie siècle maîtrise mal ses alliances. Cela ne l’a pas empêché d’avoir de remarquables diplomates, comme Vergennes. Mais la France semble avoir subi ses alliés plus qu’elle ne fut capable d’en tirer avantage, ce qui est fâcheux. On ne peut pas envisager de faire la guerre contre l’Angleterre sans avoir le secours de la marine espagnole. Il faut donc en passer par les conditions de Madrid et en accepter les buts de guerre, ce qui a modifié le cours du conflit. La France était aussi alliée à l’Autriche depuis 1756 et le fameux renversement des alliances. Que n’a-t-on pas écrit à l’époque, et plus récemment, contre l’alliance autrichienne qui a valu des déboires pendant la guerre de Sept Ans, puis sur l’arrivée de l’archiduchesse Marie-Antoinette ! Vergennes dut faire preuve d’une grande habileté pour que l’alliance autrichienne remplisse son office. Elle était destinée à garantir la stabilité de l’Europe en évitant à la France d’avoir à mener une guerre continentale en plus d’une guerre navale et coloniale. La guerre de Sept Ans, qui s’était achevée par la perte du Canada et d’une forte position en Inde, avait montré à quel point il importait d’éviter un tel écartèlement de l’effort militaire. Être l’allié de Vienne ne signifie pas, pour autant, laisser carte blanche au beau-frère de Louis XVI, Joseph II, qui ne rêve que de s’emparer de territoires, ce qui est contraire à la volonté du roi et de son ministre Vergennes. Alors, comment ne pas être victime de ses alliés ? Tel est le problème majeur de la diplomatie française au xviiie siècle.

5D’un côté, on a donc des alliés parfois incommodes, de l’autre, un ennemi : l’Angleterre. Il est très frappant de voir à quel point, dans les années qui ont précédé la déclaration de guerre, cet ancien et futur adversaire s’est montré accommodant. L’Angleterre est prête à fermer les yeux sur beaucoup de choses plutôt inquiétantes que la France était en train de préparer : le roi George III et son ambassadeur auprès de la cour de France, Lord Stormond, sont à peu près au courant de tout. C’est un excellent diplomate et rien ne lui échappe car il est très bien informé par des espions anglais qui savent fort bien leur métier. Mais l’Angleterre, qui a fort à faire avec la rébellion aux treize colonies, ne veut surtout pas indisposer la cour de Versailles. Elle se doute bien que la France essaiera un jour prochain de prendre l’occasion de la revanche, mais le plus tard sera le mieux.

6Le problème était le même en Angleterre qu’en France. N’oublions pas que la Royal Navy n’est pas mise sur le pied de guerre avant 1778 et que les difficultés avec les colonies d’Amérique du Nord sont venues de l’énorme endettement de la monarchie britannique qui a porté la Couronne à vouloir, non sans raison, faire payer les Américains. L’Angleterre ne souhaite donc pas se lancer dans une nouvelle guerre avec la France qui accroîtrait encore la dette publique.

7Elle redoute une attaque française sans déclaration de guerre. De la même manière, il y a du côté de la France la hantise symétrique d’une invasion anglaise des îles à sucre des Antilles et, parmi ceux qui poussent à la guerre, comme Beaumarchais, on sait très bien jouer de cette crainte si présente dans les cercles dirigeants français. Jean-Frédéric Phélypeaux de Maurepas, le mentor de Louis XVI, se souvient-il qu’au début des années 1740, lorsqu’il était secrétaire d’État à la Marine, il avait préparé d’admirables plans d’agression des bases navales anglaises en prévision d’une reprise de la lutte ? Depuis cette époque, l’idée d’une possible agression de l’un par l’autre empoisonne l’atmosphère. Les Français y ont pensé les premiers, mais n’ont pu la mettre en œuvre vers 1740, à la différence des Anglais, qui, en 1755, au début de la guerre de Sept Ans, s’attaquèrent aux bâtiments français. Ainsi tout le monde a peur de tout le monde. Dans le conflit américain, avant 1778, chacun redoute de voir l’autre prendre les devants.

8Les nouveaux alliés – les colons américains – forment avec la France une alliance improbable. Sauf pour Choiseul en 1763, qui avait vu que, du jour où les Français auraient quitté l’Amérique du Nord, le face-à-face entre les colons et l’Angleterre risquerait d’être tendu à assez brève échéance, il n’était pas absolument évident de s’allier avec des gens dont le cauchemar était traditionnellement le milicien franco-canadien encadré par des officiers nobles et des jésuites, appuyé aussi par des Indiens scalpeurs. Dans ces conditions, il ne semblait pas qu’il puisse y avoir un jour une alliance des Français et des Américains. L’épisode de l’assassinat de M. de Jumonville par les hommes de Washington rend le parcours de de celui-ci particulièrement saisissant : après un tel début, il n’était pas non plus évident que ce jeune homme qui aspirait à la gloire militaire dans l’élite sociale de Virginie, sur le modèle des officiers de métier de Sa Majesté britannique, pût devenir un jour l’allié des Français.

9George Washington prit la tête de cette Amérique en guerre qui était extrêmement divisée. Comme le montre éloquemment l’exemple de Saint-John de Crèvecœur, il y avait des loyalistes, fidèles à la Couronne britannique, d’autres auraient préféré être ailleurs et ne voulaient pas prendre parti, d’autres encore ont reculé le plus tard possible le moment de faire un choix que les circonstances et les exactions de l’un et l’autre camp rendirent inéluctable. Enfin certains ont, par conviction, soutenu dès le départ l’acte du 4 juillet 1776 et y ont vu l’avenir d’une nouvelle nation.

10Ce nouveau pays manquait singulièrement de moyens et d’expérience pour mener une guerre. Car si certaines des colonies devenues des États disposaient de moyens militaires, et s’il y avait des hommes ayant déjà combattu, tel George Washington, peu d’entre eux avaient de vrais talents militaires. Il ne suffit pas de revêtir un uniforme ou de parader lors des revues et des entraînements. Aussi la surprise des Britanniques fut-elle grande, après Lexington et Bunker Hill, de voir comment des amateurs pouvaient devenir aussi dangereux.

  • 1 Voir la figure 1 de l’article de Tanya Pohrt : https://crcv.revues.org/14080.

11Le manque de moyens et le manque d’expérience ont rendu l’aide française particulièrement précieuse à ce moment-là. Le tableau de Jean Suau La France libérant l’Amérique1 en montre l’importance sur le mode allégorique. Mais d’abord, d’une manière plus concrète, les discrets envois de fonds par Beaumarchais par des sociétés écrans via l’Espagne relèvent d’une politique secrète.

12Il y a eu ensuite l’engagement militaire ouvert à partir de 1778. Je voudrais attirer votre attention sur un épisode tout à fait singulier : lors de la reddition de Yorktown, le général anglais qui représente Cornwallis – parce que Cornwallis s’est déclaré malade – se tourne tout naturellement vers Rochambeau, un officier de carrière comme lui. Mais Rochambeau refuse en expliquant qu’il n’est qu’un auxiliaire et il le dirige vers George Washington. Il faut imaginer l’humiliation et l’amertume de cet officier de Sa Majesté d’avoir à se rendre à un rebelle.

13Rappelons que la France, comme l’Angleterre et l’Espagne, était à cette époque une superpuissance. Or Rochambeau, comme l’amiral de Grasse, avait les instructions de Louis XVI d’être l’auxiliaire d’une nation tout juste en train de naître et d’un militaire amateur, certes fin politique. On aurait peine à imaginer aujourd’hui que l’armée d’une très grande puissance puisse s’effacer et se placer comme l’ont fait les officiers généraux français de terre et de mer de cette époque.

14L’aide des diplomates en place fut importante, comme l’a analysé Pascal Even. Ils ont expliqué les usages internationaux. Ils ont aidé à fournir une aide financière, puisque, du fait du blocus des ports d’Amérique de Nord par la Navy et du coût de la guerre, l’effort des treize colonies – du moins celles rebelles à l’Angleterre – aurait dû s’effondrer. Or ce ne fut pas le cas.

15Il faut souligner la manière très habile dont George Washington était présenté comme un général républicain. Ce qu’il avait certainement rêvé d’être vers 1754-1755, à savoir un officier comme ceux de Sa Majesté britannique, s’est trouvé complètement escamoté. Il y eut ensuite toute une fabrication d’image qui a fait de Washington, de manière consciente, délibérée et avec succès, un général républicain. Cela passe par le refus du faste propre aux officiers généraux de haute naissance, qui, lors de la guerre de Sept Ans, tenaient leur rang et ne se déplaçaient pas sans une suite considérable de domestiques et de cuisiniers. L’image du général républicain s’élabore en rupture avec cette tradition. Rochambeau a très bien connu cela, puisqu’il a commandé en sous-ordre en Allemagne pendant la guerre de Sept Ans. Grâce à lui une bataille mal engagée comme celle de Clostercamp en 1760 ne s’est pas finie en désastre. Dans la manière de faire la guerre, il y a bien par-derrière tout cet horizon de la guerre de Sept Ans. Ce sont les combats livrés alors en Allemagne qui fondent l’expérience militaire – réelle ou supposée – d’un certain nombre d’experts qui arrivent en Amérique, comme Friedrich Wilhelm von Steuben.

  • 2 Voir la figure 6 de l’article de Tanya Pohrt : https://crcv.revues.org/14080.

16Pour la mise en scène, il y aurait à dire aussi sur le choix, osé et calculé, du jeune La Fayette de monter un cheval blanc. Même si La Fayette sert dans une armée républicaine, de l’autre côté de l’océan, il se dote d’un attribut quasi royal2.

17Cette mise en image du conflit a été très importante lors de la guerre d’Indépendance américaine. Le rire est déjà une arme à cette époque. La dérision fait parfois autant de mal, si ce n’est plus, qu’une bataille perdue. Ce n’est pas nouveau. Il faut se rappeler les caricatures tournant en dérision Louis XIV ou madame de Maintenon, au début du xviiie siècle. Mais lorsque les Bataves apparaissent en grenouilles fumant la pipe, les Français comme descendus du rocher des singes, et les Espagnols d’une manière tout aussi pittoresque, la caricature est une nouvelle manière d’influer sur l’opinion en faisant rire. On ne cherche pas le raffinement de la gravure ni le soin du dessin, mais c’est bon marché, c’est populaire et cela marche. Ceux qui un peu plus tard ont fait de Bonaparte un Corse famélique voulant absorber le globe terrestre tout entier sont les héritiers de plusieurs décennies de caricatures. On comprend alors l’énorme importance de la presse dans la culture politique britannique du xviiie siècle.

18La mise en image se rapproche parfois aussi de la manière du grand genre qui est celui de la peinture d’histoire. Elle passe par la peinture ou bien par la gravure et célèbre des épisodes militaires ou politiques marquants. Ainsi sont célébrés l’héroïsme, le devoir, l’action d’éclat, ce qui marque les contemporains, ce qui fait l’histoire : dans ces conditions, le combat entre la Surveillante et le Québec prend un caractère spectaculaire, avec les frégates totalement démâtées dont l’une prend feu et explose. Cet épisode maritime peu courant est représenté dramatiquement pour marquer les contemporains.

Fig. 1 : D’après Auguste-Louis de Rossel, Combat de La Surveillante contre Le Québec, 6 octobre 1779, 1789, huile sur toile. Paris, musée de la Marine, 3 OA 12.

Fig. 1 : D’après Auguste-Louis de Rossel, Combat de La Surveillante contre Le Québec, 6 octobre 1779, 1789, huile sur toile. Paris, musée de la Marine, 3 OA 12.

http://mnm.webmuseo.com/​ws/​musee-national-marine/​app/​collection/​record/​9734

Cliché : Domaine public

19Les circulations d’images sont très intéressantes, avec des allers-retours d’un côté à l’autre de la Manche ou de l’Atlantique, permettant à une même scène d’être présentée et interprétée de manière différente. Il existe un véritable marché de l’image, mais une gravure de grande qualité vendue douze livres est chère, et même très chère ; elle n’est pas à la portée de tous, contrairement aux caricatures.

20Il y eut peu de représentations contemporaines des victoires françaises. Ainsi les images françaises sur le combat de la Chesapeake datent surtout du xixe ou du xxe siècle. Du côté britannique, grâce à Dominique Serres, un peintre d’origine française, il existe bien une iconographie des victoires anglaises. Les Anglais ont perdu la guerre d’Indépendance américaine, mais ils ont gagné le combat de l’image.

21L’image est porteuse de la mémoire de cette guerre. Il y eut de véritables séries commémoratives, par exemple la commande de Louis XVI à Rossel de Cercy – officier de marine qui se fait représenter avec sa fille – chargé de représenter les faits d’armes maritimes de la France. Il y eut la volonté de laisser une trace picturale, portant davantage sur quelques combats ponctuels plus que sur les grandes batailles. Mais on ne remarque aucune commande sur Ouessant ou sur la Chesapeake. Pour Yorktown, il y eut les deux gouaches de Van Blarenberghe, le Siège de Yorktown et la Capitulation de Yorktown, qui sont de véritables merveilles de précision (fig. 2 et 3).

Fig. 2 : Louis-Nicolas Van Blarenberghe, Le siège de Yorktown, 6 au 19 octobre 1781, gouache sur vélin, 0,609 × 0,955 m, 1784. Versailles, château de Versailles, INV.DESS 882.

Fig. 2 : Louis-Nicolas Van Blarenberghe, Le siège de Yorktown, 6 au 19 octobre 1781, gouache sur vélin, 0,609 × 0,955 m, 1784. Versailles, château de Versailles, INV.DESS 882.

http://collections.chateauversailles.fr/​#850e8604-5fb7-447e-894e-9f6da145e019

© Château de Versailles, Dist. RMN / Christophe Fouin

Fig. 3 : Louis-Nicolas Van Blarenberghe, Rochambeau recevant la reddition des troupes anglaises à Yorktown, 19 octobre 1781, gouache sur vélin, 0,601 × 0,952 m, 1785. Versailles, château de Versailles, INV.DESS 883.

Fig. 3 : Louis-Nicolas Van Blarenberghe, Rochambeau recevant la reddition des troupes anglaises à Yorktown, 19 octobre 1781, gouache sur vélin, 0,601 × 0,952 m, 1785. Versailles, château de Versailles, INV.DESS 883.

http://collections.chateauversailles.fr/​#347103b2-21fe-439a-9e5c-02482d091b10

© Château de Versailles, Dist. RMN / Christophe Fouin

22Du côté américain, la naissance du Charles Willson Peale’s Museum à Philadelphie montre le regroupement, dans une galerie, de portraits de contemporains célèbres français et américains. Puis les tableaux de John Trumbull sur les combats terrestres sont devenus des icônes de l’histoire américaine.

23Les États-Unis ont entretenu avec les deux nations les plus proches d’eux, l’Angleterre et la France, des relations particulières. Avec l’Angleterre, les liens ne se sont pas arrêtés avec le divorce consommé entre 1776 et 1783. Et il est vraisemblable que le Royaume-Uni s’écartant de l’Europe retrouvera cette orientation américaine. Les liens entre les États-Unis et l’ancienne mère patrie sont restés forts, comme le montre l’extraordinaire figure de Winston Churchill, qui descendait d’un côté du duc de Marlborough, le vainqueur de Blenheim, et de l’autre, par sa mère, d’un combattant de l’Indépendance américaine. Cette double ascendance lui permit d’être à la fois ministre de Sa Majesté et membre de la Société des Cincinnati.

24Le lien avec la France fut celui d’une proximité périodiquement disjointe par des querelles. Ainsi que le mentionnait Jean-David Levitte, les deux pays ont été séparés par des valeurs partagées, réclamant l’un et l’autre le rôle d’une sorte de héraut universel des libertés, mais avec le risque de revendiquer une sorte de magistère qui ne souffre pas d’être partagé.

25En conclusion sur cette relation entre la France et les États-Unis, revenons à cette désignation si paradoxale et significative d’« auxiliaire », que l’on trouve dans la définition de la mission de l’amiral de Grasse comme dans la bouche de Rochambeau en 1781. À l’époque, la France était une puissance de premier plan, ce qui fut décisif pour les Américains. Aujourd’hui les choses se sont inversées. Mais La Fontaine, une fois de plus, nous a livré une morale à méditer dans sa fable Le lion et le rat : « On a souvent besoin d’un plus petit que soi. »

Top of page

Notes

1 Voir la figure 1 de l’article de Tanya Pohrt : https://crcv.revues.org/14080.

2 Voir la figure 6 de l’article de Tanya Pohrt : https://crcv.revues.org/14080.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 : D’après Auguste-Louis de Rossel, Combat de La Surveillante contre Le Québec, 6 octobre 1779, 1789, huile sur toile. Paris, musée de la Marine, 3 OA 12.
Caption http://mnm.webmuseo.com/​ws/​musee-national-marine/​app/​collection/​record/​9734
Credits Cliché : Domaine public
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14082/img-1.jpg
File image/jpeg, 444k
Title Fig. 2 : Louis-Nicolas Van Blarenberghe, Le siège de Yorktown, 6 au 19 octobre 1781, gouache sur vélin, 0,609 × 0,955 m, 1784. Versailles, château de Versailles, INV.DESS 882.
Caption http://collections.chateauversailles.fr/​#850e8604-5fb7-447e-894e-9f6da145e019
Credits © Château de Versailles, Dist. RMN / Christophe Fouin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14082/img-2.jpg
File image/jpeg, 280k
Title Fig. 3 : Louis-Nicolas Van Blarenberghe, Rochambeau recevant la reddition des troupes anglaises à Yorktown, 19 octobre 1781, gouache sur vélin, 0,601 × 0,952 m, 1785. Versailles, château de Versailles, INV.DESS 883.
Caption http://collections.chateauversailles.fr/​#347103b2-21fe-439a-9e5c-02482d091b10
Credits © Château de Versailles, Dist. RMN / Christophe Fouin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/14082/img-3.jpg
File image/jpeg, 279k
Top of page

References

Electronic reference

Olivier Chaline, « Conclusion », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [Online],  | 2017, Online since 13 October 2017, connection on 20 November 2017. URL : http://crcv.revues.org/14082 ; DOI : 10.4000/crcv.14082

Top of page

About the author

Olivier Chaline

Ancien élève de l’École normale supérieure, professeur d’histoire moderne à l’université Paris-Sorbonne, spécialiste de l’histoire de la France, de l’Europe centrale et des questions maritimes aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org