Navigation – Plan du site
2017

L’étiquette dans les palais du Premier Empire : enjeux mobiliers et représentation(s)

The Imperial Household’s Etiquette: Issues Concerning Furniture and its Representations
Mathieu Caron

Résumés

La présente contribution entend préciser les relations entre l’élaboration de l’Étiquette du palais impérial, en 1805, et l’ameublement des résidences impériales. En somme : comment les usages liés à cet ameublement se conforment-ils à la nouvelle règle définie par l’étiquette ? Cette dernière est élaborée à partir de la tradition d’Ancien Régime et s’accompagne d’une restauration du Mobilier de la Couronne, destiné à fournir les ameublements officiels. Toute une hiérarchie de résidences, d’appartements, de fonctions, de meubles et de matériaux est alors instituée pour traduire physiquement les principes de représentation, d’apparat et de convenance qui régissent l’étiquette dans les palais impériaux. Sous la responsabilité du grand maréchal du Palais, de l’intendant général de la Maison de l’Empereur et de l’administrateur du Garde-Meuble, c’est l’histoire d’un remeublement exigé par l’élaboration d’un nouveau texte normatif que nous proposons ici.

Haut de page

Texte intégral

1Le Premier Empire est le régime fondateur du xixe siècle, à la charnière entre les traditions de l’Ancien Régime et la modernité introduite par les évolutions socioculturelles. À ce titre, le rétablissement d’une étiquette dans les palais du souverain participe de sa construction. Aboutissement d’une réflexion déjà initiée sous le Consulat, et inspirée de l’Ancien Régime, l’édiction de l’Étiquette du palais impérial par Napoléon (1805) manifeste une conscience aiguë de la représentation, de la convenance et de l’apparat, traduite dans la matérialité des espaces et des ameublements.

  • 1 Sur la hiérarchisation des objets et des espaces répondant à celle des fonctions et des rangs, cito (...)

2La question de la transcription de l’étiquette dans les ameublements a l’intérêt d’illustrer précisément les liens qui unissent les textes normatifs et les usages : le but de cette contribution est d’apporter un éclairage nouveau sur le lien entre les impératifs de représentation et les ameublements, et sur les enjeux qu’ils recouvrent1. Il conviendra d’accorder une attention particulière aux protagonistes, garants de l’adéquation des usages au texte, que sont le grand maréchal du Palais, l’intendant général de la Maison de l’Empereur et l’administrateur du Mobilier impérial. La clarification des modalités d’ameublement et de leur gestion intervient en effet simultanément avec l’élaboration, par le grand maréchal du Palais, du Règlement pour l’ameublement des palais impériaux (1805 [an XIII]), dont l’étude permettra en outre de préciser la portée des normes relatives à l’ameublement des palais, mises en confrontation avec leur application concrète. Les ajustements entre l’usage et la norme, qu’il s’agisse d’interprétation du texte ou d’inadéquation matérielle des espaces ou des meubles, sont particulièrement révélateurs des enjeux de pouvoir sous l’Empire. En liant intrinsèquement le texte normatif (rapports, décrets) aux usages (sources de la pratique comme inventaires, correspondance), il est donc possible d’apporter une meilleure compréhension des enjeux mobiliers : c’est le cas en particulier quand on considère le choix et la disposition hiérarchique des meubles au sein des palais de la Liste civile, dont la typologie recouvre une grande diversité, depuis le palais impérial des Tuileries, siège du pouvoir, jusqu’au château de Laeken, du domaine étranger, en passant par les résidences de plaisance et rendez-vous de chasse comme Compiègne ou Rambouillet.

L’élaboration de textes normatifs sur l’étiquette et les ameublements

Rétablir l’étiquette et organiser les palais impériaux

  • 2 Las Cases 1842, p. 711.

Je sortais de la foule ; il me fallait de nécessité, me créer un extérieur, me composer une certaine gravité, en un mot, établir une étiquette, autrement, on m’aurait journellement frappé sur l’épaule. En France, nous sommes naturellement enclins à une familiarité déplacée ; et j’avais à me prémunir surtout contre ceux qui avaient sauté à pieds joints sur leur éducation. Nous sommes très-facilement courtisans, très-obséquieux au début, portés d’abord à la flatterie, à l’adulation ; mais bientôt arrive, si on ne la réprime pas, une certaine familiarité qu’on porterait aisément jusqu’à l’insolence. On sait que nos rois n’étaient pas exempts de cet inconvénient2.

  • 3 Archives nationales (désormais AN), O2 156, pièces 142-149.
  • 4 Le respect des règles de bienséance n’étaient effectivement pas dicté par un document écrit, comme (...)
  • 5 AN, O2 556, dossier 2, pièce 16, Rapport du 21 messidor an XII (voir annexe 1).
  • 6 François-Louis Bayard fut inspecteur du Garde-Meuble à la toute fin de l’Ancien Régime, puis nommé (...)

3Les origines et la carrière de Bonaparte, associées à la dissolution du pouvoir de droit divin, expliquent son souci du cérémonial et de la codification des attitudes : les anciens usages révoqués, la noblesse décimée ou émigrée, il faut au nouveau pouvoir se composer une nouvelle légitimité, et elle sera structurée par l’étiquette. À cet effet, des recherches sont entreprises pour étudier les anciens principes du rang des princes, l’organisation du Garde-Meuble de la Couronne, etc., et s’en inspirer. Les archives de la Maison de l’Empereur conservent un certain nombre de documents témoignant de ces recherches, au rang desquels un règlement sur le rang des Princes (1710), des copies de rapports sur le cérémonial (1742, 1747), les pompes funèbres, les séances du Parlement (1690)3… En collectant de tels documents portant sur l’étiquette et le cérémonial d’Ancien Régime, la Maison de l’Empereur affiche sa volonté de s’appuyer pour établir un nouveau texte normatif sur les usages en vigueur sous la Monarchie – usages qui néanmoins relevaient plutôt d’un concept de bienséance fixé et appliqué au xviiie siècle de manière tacite4. Il en va de même pour les considérations plus pratiques visant à l’organisation du Garde-Meuble, dépositaire et ordonnateur des ameublements du pouvoir. Plusieurs rapports rédigés au cours de l’an XII et de l’an XIII (1804-1805) interrogent justement le rôle et le fonctionnement de cette institution, dont le Précis sur l’oeconomie et les avantages d’un Garde-Meuble central, auquel seroient réunis les Menus Plaisirs5 (annexe 1) présenté par François-Louis Bayard, ancien inspecteur du Garde-Meuble de la Couronne6. Outre les considérations économiques sur l’avantage d’une fusion du Garde-Meuble et des Menus Plaisirs d’une part, et la distribution d’activité aux fabriques de Rouen, Amiens, Lille et Lyon d’autre part, y sont abordées les missions inhérentes au Garde-Meuble :

  • 7 AN, O2 556, dossier 1, pièce 16, Rapport du 21 messidor an XII (voir annexe 1).

[…] ce Garde-Meuble de la Couronne contenoit un approvisionnement modéré de tout ce qui constitue les divers ameublements complets. C’est-à-dire que depuis les Princes et seigneurs jusqu’aux valets de pieds, tout le monde s’y trouvoit satisfait, en très peu de jours et comme par enchantement. […] Quand il ploisoit au Roi de faire meubler un Seigneur ou tout autre Particulier il en donnoit l’ordre à l’intendant du Garde-Meuble qui foisoit faire un état estimatif de chaque article et signer en livrant à ce particulier. S’il venoit à mourir, ses héritiers étoient tenus de restituer ce mobilier soit en nature soit en argent. […] On renouvelloit assez souvent les ameublements du Roi de la Reine et des Princes de la famille Royale ; ces ameublements fort en état de servir encore étoient réparés et rajustés pour les Ministres et leurs administrations7.

4C’est ainsi que la Maison de l’Empereur réunit une certaine quantité d’informations sur la hiérarchie des ameublements et de leurs bénéficiaires, le processus d’ameublement depuis l’ordre du souverain jusqu’à sa mise en œuvre en passant par l’intendant. Enfin, cet extrait souligne que les ameublements des dignitaires étaient non héréditaires et sujets à restitution intégrale « soit en nature soit en argent », et que les ameublements royaux, renouvelés régulièrement, étaient recyclés pour les classes de bénéficiaires inférieures.

  • 8 Ibid., pièce 20, Rapport du 17 vendémiaire an XIII (voir annexe 2).
  • 9 Ibid.
  • 10 Castelluccio 2004, p. 234.

5À ce premier rapport jetant les bases du rétablissement d’un Garde-Meuble impérial, s’ajoute un second8, demandé à Antoine Gentil, affilié au garde général Gentil qui a exercé sous la dynastie des Fontanieu (annexe 2), le tout répertorié dans un dossier intitulé « Renseignements sur l’ancien Garde-Meuble ». Le rapport de Gentil devait plus précisément éclairer la Maison de l’Empereur sur les personnalités bénéficiaires des ameublements officiels. À cette question, il répond : « excepté la famille Royale directe, le premier Prince du Sang & quelques officiers, personne ne l’étoit, dans l’endroit où le Roi faisoit sa principale résidence9 ». Ce faisant, il reprend une règle établie initialement par Louis XIV, et qui avait été quelque peu oubliée avant que Thierry de Ville d’Avray, directeur du Garde-Meuble de la Couronne de 1784 à 1792, ne l’ait rétablie en supprimant les prêts de meubles aux courtisans, à l’exception du premier prince du sang10. Ainsi, les conseillers pour l’établissement de l’étiquette sous l’Empire reprennent les traditions fixées par Louis XIV et reprises de manière systématique par Ville d’Avray à la fin du xviiie siècle.

6Parmi ces personnes officiellement meublées par le Garde-Meuble, l’auteur du rapport précise, pour le cas de Versailles, la liste des officiers qui, en plus d’être logés – ce qui était la règle –, bénéficiaient de cet avantage : le capitaine des gardes du corps (grande charge) ; le premier valet de chambre, le premier valet de garde-robe (premières charges) ; les garçons de chambre, les garçons de garde-robe, l’apothicaire, le concierge (charges ordinaires).

  • 11 Ibid.

Le Grand Chambellan, les Gentilshommes de la Chambre & autres grands officiers, les dames d’honneur de la Reine & celles du Palais qui servoient annuellement avoient tous un appartement au château, mais ils le meubloient eux-mêmes. Par succession de temps, depuis le Règne de Louis XVI on a meublé les Ministres ; quand je dis meublé, il existoit dans leurs appartements un fond de meuble qui restoit toujours & la plusparts étoient obligés de compléter cet ameublement qui étoit fort simple ; mais aucun meuble n’étoit en propre, ils étoient à la place et non à la personne11.

7Combinées, les informations contenues dans ces deux rapports présentés à la Maison de l’Empereur sont donc essentielles au rétablissement de l’étiquette dans les palais, en ce que non seulement elles définissent le rôle et le fonctionnement du Garde-Meuble, mais elles précisent la liste de bénéficiaires potentiels des ameublements et leur hiérarchie. Bien entendu, l’étiquette fixée en 1805 ne se réduit pas à la seule question des ameublements : elle règle notamment l’organisation de la Maison des souverains, des grands officiers, des cérémonies, la distribution des appartements, selon des critères de préséance, de convenance et de représentation, toujours à partir des informations recueillies sur les anciens usages. La tradition d’Ancien Régime fait donc l’objet sous l’Empire d’une formalisation inédite :

  • 12 Thibaudeau 1834, p. 292-293.

C’était du plus au moins les usages de toutes les cours, les traditions de la cour des rois de France perfectionnées. […] Personne ne pouvait être plus sûr que lui de la distinction de ces objets ; il les avait tous réglés sur les documens du passé dont il avait élagué le ridicule et conservé ce qui pouvait être bon12.

L’Étiquette du palais impérial : une traduction spatiale de la hiérarchie

  • 13 Étiquette du palais impérial, 1806. Le manuscrit – AN, O2 137, pièce 1 – est daté de germinal an XI (...)
  • 14 Ibid. Les autres titres de l’étiquette comprennent les Levers et des Couchers de LL. MM., des Prése (...)

8L’Étiquette du palais impérial peut alors être édictée et officiellement publiée13. Elle est organisée en douze titres, subdivisés en chapitres réglementant les divers aspects de la vie de cour, dont les deux premiers nous intéressent au premier chef : « Fonctions et Attributions des grands Officiers de la Couronne, et des Officiers et autres Employés dans leurs services » ; « Distribution des Appartemens, et des Entrées dans chacun d’eux »14.

9Le premier, qui porte donc sur les grands officiers de la Couronne, précise notamment, dans l’article premier du deuxième chapitre, les attributions du grand maréchal du Palais : lui échoient particulièrement le commandement militaire dans les palais, la surveillance et l’entretien, l’embellissement et l’ameublement, la distribution des logements ainsi que le service de la bouche, les tables et le chauffage. Ainsi, c’est lui qui supervise les mouvements dans l’ameublement ou la distribution des appartements, disposant à cet effet d’un service complet qui lui est adjoint, composé de maréchaux, préfets, gouverneurs des palais, etc. censés assurer le bon déroulement des opérations quotidiennes.

  • 15 Expression utilisée par Le Roy Ladurie 1997, p. 56, et reprise dans Lemaigre-Gaffier 2016, p. 287.

10Dans le deuxième titre, l’étiquette introduit une nouvelle définition et codification des appartements et de leur distribution, préalables à l’application de tout règlement relatif à la préséance, à la convenance ou au cérémonial. Elle instaure de manière formelle une traduction spatiale et matérielle des « subdivisions verticales15 » qui structurent les relations au sein de la famille royale et de la société de cour. La distribution des appartements s’accompagne de dispositions quant à leur fréquentation, en rapport avec le rang et les fonctions de chaque personnalité :

TITRE II. De la Distribution des Appartemens, et des Entrées dans chacun d’eux.

Le Palais impérial des Tuileries est distribué en / Grand appartement de représentation, / Appartement ordinaire de l’Empereur, / Appartement ordinaire de l’Impératrice.

CHAPITRE Ier Grand Appartement de représentation,

ARTICLE I. Le grand Appartement de représentation se compose, / D’une salle de Concert, / D’un premier salon, / D’un second salon, / D’une salle du Trône, / Du salon de l’Empereur, / Et d’une galerie.

II. Tous les individus admis aux audiences de S. M. ou appelés pour une fonction, entrent dans le premier salon. Les Pages se tiennent dans la salle de Concert.

III. Tous les Officiers du service d’honneur de LL. MM., ceux des maisons des Princes et Princesses de la Famille impériale ou de l’Empire, lorsqu’ils les accompagnent, les membres du Sénat et du Conseil d’état, les Généraux de division, et Archevêques et Évêques, entrent de droit dans le second salon. Tout autre individu n’y entre que par l’ordre du Chambellan de jour.

IV. Les Princes et Princesses de la Famille impériale et de l’Empire, les Ministres, les grands Officiers de l’Empire, les Présidens du Sénat, du Corps législatif et du Tribunat, et les individus qui en reçoivent le privilège particulier de l’Empereur, entrent de droit dans la salle du Trône. […]

CHAPITRE II. Appartement ordinaire de l’Empereur.

XIV. L’appartement ordinaire de l’Empereur se divise en appartement d’honneur et appartement intérieur.

XV. L’appartement d’honneur se compose d’une salle des Gardes, d’un premier salon et d’un second salon.

XVI. L’appartement intérieur se compose d’une chambre à coucher, d’un cabinet de travail, d’un arrière-cabinet et d’un bureau topographique. […]

CHAPITRE III. Appartement ordinaire de l’Impératrice.

XXXI. L’appartement ordinaire de l’Impératrice se divise en appartement d’honneur et en appartement intérieur.

XXXII. L’appartement d’honneur se compose d’une antichambre, d’un premier salon, d’un second salon, du salon de l’Impératrice, d’une salle à manger et d’une salle de concert.

  • 16 Étiquette du palais impérial, 1806. Pour une étude complète de l’ameublement du palais impérial des (...)

XXXIII. L’appartement intérieur se compose de la chambre à coucher, de la bibliothèque, du cabinet de toilette, du boudoir, de la salle de bains et d’une arrière-pièce16.

11L’étiquette, on le constate, distingue clairement le grand appartement de représentation, tout spécialement dévolu aux réceptions et aux cérémonies, dominé par la salle du trône, et les appartements ordinaires du couple impérial, eux-mêmes divisés en appartement d’honneur et en appartement intérieur, dans lequel l’intimité supplante l’étiquette. À cette hiérarchie des espaces correspond une hiérarchie des personnes autorisées : si les officiers de service, membres des Maisons des princes, prélats et autres sénateurs pénètrent de droit jusqu’au deuxième salon de réception, la salle du trône est réservée aux grands officiers, princes et princesses de la famille impériale, ministres et présidents des Chambres. Cette hiérarchie s’applique instamment au palais des Tuileries, mais a vocation à l’universalité : elle concerne donc aussi toutes les résidences répondant au statut de résidence impériale, en particulier au sein du domaine étranger de la Couronne.

Le Règlement pour l’ameublement des palais : l’adaptation du décor à l’étiquette

12Si l’Étiquette du palais impérial fixée en avril 1805 intègre les préconisations relatives aux fonctions des grands officiers, au cérémonial de la vie de cour et à la distribution des appartements, elle ne précise toutefois pas la teneur des ameublements ni leurs bénéficiaires. Cette réflexion est menée concomitamment, sous l’égide du grand maréchal du Palais, à la demande de l’intendant général et de l’administrateur du Mobilier. Un second texte normatif, complémentaire, est alors composé – qui tient compte de la tradition rapportée dans les rapports fournis par Bayard et Gentil à propos de l’ancien Garde-Meuble de la Couronne – à l’effet de répondre précisément aux questions, induites par l’étiquette, relatives au mobilier. Le Règlement pour l’ameublement des palais est finalisé courant juillet 1805 :

Grands appartements & appartements d’honneur de L.L.M.M.

Les antichambres & premiers sallons seront meublés en banquettes larges et tabourets de même, recouverts en tapisserie de la Savonnerie, les portières & paravents seront de la même étoffe. Il n’y aura point de rideaux, on fournira pour ces pièces les tables & le nombre de lits de sangle nécessaire pour le service.

Les seconds salons, salons d’attente, salles de musique & de jeux, sallons des princes & de L.L.M.M. seront meublés de deux fauteuils seulement pour leurs majestés, & d’un nombre suffisant de tabourets et ployans recouverts en tapisserie ou étoffe de soie, les rideaux, portières & paravents seront de même étoffe. On y ajoutera quelques consoles avec des candélabres.

Chambre de conseil, une grande table ronde recouverte d’un riche tapis, un seul fauteuil pour S.M., des chaises en maroquin autour de la table & des tabourets ployans autour de l’appartement.

Chambre à coucher. Un fauteuil de chaque côté du lit, un fauteuil de toilette, un canapé, des tabourets ployans, commodes & rideaux, écran, portières de la même étoffe que le meuble. […]

Petits appartements & appartements intérieurs

Les appartements seront meublés de toute espèce de meubles, sièges & dossiers & point de tabourets ployans.

Si la salle à manger fait partie des petits appartements, elle sera garnie de chaises en nombre suffisant avec deux fauteuils pour S.M.

  • 17 AN, O2 504, dossier 1, pièce 3, Règlement pour l’ameublement des palais impériaux, arrêté le 6 ther (...)

Si L.L.M.M. mangent dans une des pièces des grands appartements ou d’honneur, on se servira des fauteuils & tabourets ployans qui doivent y être.17

  • 18 AN, O556, dossier 1, pièce 28, Renseignements demandés à S.E. le Grand Maréchal du Palais, sur la (...)
  • 19 Le Règlement stipule que « les antichambres & premiers sallons » n’ont pas de rideaux, or les Rense (...)
  • 20 Voir Samoyault 1987.
  • 21 AN, O2 556, dossier 1, pièce 28, Renseignements demandés à S.E. le Grand Maréchal… (voir annexe 3).

13Le Règlement pour l’ameublement des palais impériaux détermine donc la nature, et bientôt le nombre, des meubles à disposer dans chaque pièce, en fonction de la place de celle-ci dans la distribution et de sa destination (représentation et réception ou travail et intimité). La gradation de la richesse du décor est rendue perceptible grâce aux renseignements complémentaires apportés par le grand maréchal audit Règlement18 (annexe 3) : l’antichambre – aussi appelée salle des gardes – doit être meublée de banquettes couvertes en velours d’Utrecht ou en Savonnerie ; le salon des officiers de garde, de banquettes et tabourets en Savonnerie ou en tapisserie de Beauvais, tandis que les deux salons suivants doivent recevoir des pliants en bois doré recouverts en Beauvais, les rideaux étant partout, du moins quand ils sont présents19, systématiquement assortis à la couverture des sièges dont ils adoptent la matière. Cette gradation de richesse – à la fois dans les matériaux textiles et dans la qualité, le décor et le nombre des meubles dit d’étiquette – des premiers salons participe d’une hiérarchie symbolique de l’apparat qui aboutit à la salle du trône20, meublée de « deux fauteuils pour le trône et pliants en velours cramoisi, galon d’or ; tenture idem ; rideaux idem ; point de meubles meublants comme consoles &a21 ». Le cabinet de l’Empereur, attenant à la salle du trône, est quant à lui garni de six fauteuils, douze chaises, pliants et autres meubles meublants, le tout en bois doré et recouvert de tapisserie des Gobelins.

14L’étiquette formalisée pour les grands appartements de représentation est également appliquée pour les premiers salons, publics, des appartements d’honneur de l’Empereur et de l’Impératrice. Elle reprend, en les précisant, les usages mis en œuvre sous le règne de Louis XIV, d’après les règles tacites de bienséance, et reproduits par la suite. Par exemple, lors de la livraison de meubles pour Marly en 1712, la gradation de richesse des formes et des matières au sein des appartements est scrupuleusement respectée :

  • 22 Castelluccio 2012.

Les vestibules reçurent des tabourets et des banquettes couverts de savonnerie, étoffe de laine solide, qui respectaient les convenances pour des sièges d’antichambre, tant par leur forme que par leur matière. Les tabourets du Salon étaient désormais garnis de damas encadré d’une bande de brocart. Ainsi, à la fin du règne de Louis XIV, contrairement au premier mobilier de 1683, la richesse des meubles allait croissant à partir des vestibules, puis dans le Salon pour culminer dans les appartements du rez-de-chaussée22.

  • 23 Ibid.

15Il n’y a guère que dans les petits appartements intérieurs que l’étiquette ne règle pas la disposition, la quantité et la nature du mobilier : on peut y disposer « toutes espèces de meubles de goût, commodes et agréables » tels que des canapés, sièges gondole, objets de « goût, de mode ou de fantaisie23 ». Les renseignements donnés par le grand maréchal complètent encore le Règlement pour l’ameublement des palais en ce qu’ils précisent quelques points relatifs à l’ameublement des princes. Ainsi, dans les appartements des princes de la famille impériale, les antichambres doivent être revêtues de tentures de papier, les salons de tapisserie, les chambres à coucher et les pièces intérieures d’étoffe de soie. De même, les tentures de soie ou de tapisserie doivent revêtir les murs des pièces de réception des grands officiers dont les fonctions imposent une représentation, à l’instar du grand maréchal du Palais par exemple. À l’occasion de visites de souverains étrangers, l’appartement qui leur est destiné doit se soumettre à l’étiquette prescrite pour l’appartement d’honneur de l’Empereur – soumission également valable pour l’appartement du roi de Rome et des Enfants de France.

  • 24 Un Projet pour le Règlement pour l’ameublement des palais impériaux (voir annexe 4), différenciait (...)
  • 25 AN, O2 556, dossier 1, pièce 36, copie d’une lettre du grand maréchal du Palais à l’intendant génér (...)

16Le Règlement pour l’ameublement des palais impériaux est destiné à mettre l’ameublement en adéquation avec les impératifs de l’étiquette du palais. Son étude souligne ainsi le rôle du mobilier dans la caractérisation de la hiérarchie, mais pas seulement dans celle des pièces de représentation : il doit proposer aussi une gradation dans la richesse du décor adaptée à ses bénéficiaires. C’est ainsi que le grand maréchal du Palais a dû distinguer six classes d’appartements24, selon l’importance de leur hôte : les appartements pour les princes ; les grands officiers ; les officiers de la Maison ; les adjudants et adjoints ; les maîtres d’hôtel, valets et femmes de chambre, chefs de service, piqueurs ; les palefreniers, valets de pied, frotteurs, balayeurs, cochers, etc.25 Un projet du Règlement pour l’ameublement des palais (annexe 4) nous éclaire sur l’élaboration de ces classes et sur les enjeux liés à l’étiquette, au choix des textiles et aux implications financières de ces questions.

  • 26 Ibid.
  • 27 AN, O2 556, dossier 1, pièce 35, lettre de l’intendant général de la Maison de l’Empereur à l’admin (...)

17Néanmoins, toute classification connaît ses limites et ses exceptions. D’abord, la distribution des palais ne permet pas d’assigner à chaque classe un ameublement déterminé et rigoureusement identique ; ensuite, au sein d’une même classe, un officier peut avoir des fonctions de représentation qui nécessitent un ameublement plus riche, un logement plus vaste que ses pairs. « Ainsi, par exemple, le Grand Maréchal du Palais est tenu souvent de représenter pour l’Empereur, tandis qu’un autre grand officier n’est pas habituellement logé et ne doit pas même loger dans le palais26. » Pour tenter de pallier cette difficulté, l’intendant général de la Maison de l’Empereur propose de déterminer, pour chaque classe, deux ameublements : l’un ordinaire et l’autre extraordinaire destiné aux officiers assumant quelque fonction de représentation27. Enfin, les ameublements des princes Joseph et Louis Bonaparte ne doivent pas être limités par le règlement : leur installation donne lieu à une dépense deux à trois fois supérieure à celle des autres princes.

18Ces recommandations jetées sur le papier par le grand maréchal du Palais à la demande de l’intendant général de la Maison de l’Empereur, il échoit alors à l’administrateur du Garde-Meuble de veiller à l’exécution et à l’application des directives issues tant de l’Étiquette du palais impérial que du Règlement pour les ameublements.

Mise en ordre du mobilier des palais : acteurs et usages

Un trio au service des résidences impériales

19L’étiquette définie, et le règlement pour l’ameublement venant y apporter des précisions d’usage, il reste en effet à mettre la pratique en conformité avec les normes. Leur respect dépend de la coopération en bonne intelligence des trois acteurs primordiaux que sont le grand maréchal du Palais – grand officier civil de la Couronne –, l’intendant général de la Maison de l’Empereur et l’administrateur du Mobilier des palais impériaux.

Le grand maréchal du Palais occupe la place centrale dans la gestion des ameublements puisque, d’après l’étiquette :

Le Grand Maréchal du Palais est chargé de la distribution des appartemens et des logemens dans les Palais impériaux. Il règle leur ameublement, et s’adresse à l’Intendant général pour en obtenir les travaux en réparation et entretien, et tous les meubles nécessaires.

Il ne peut rien être changé à la distribution ou à l’ameublement des Palais, et l’on ne peut faire sortir aucun des meubles, à moins d’un ordre du grand Maréchal du Palais. Il ne peut rien y entrer non plus sans qu’il en soit prévenu.

  • 28 Étiquette du palais impérial, 1806, p. 12.

Le grand Maréchal du Palais fait à l’Intendant général la demande des meubles nécessaires […]28.

  • 29 La fonction de grand maréchal du palais est occupée successivement par le général de division Duroc (...)
  • 30 La fonction – aussi dénommée intendant général de la Couronne – est occupée successivement par le c (...)

20Responsable de la distribution et des ameublements, le duc de Frioul29 jouit ainsi d’un contrôle total sur les appartements des palais impériaux, épaulé par son service composé de préfets, maréchaux, gouverneurs des palais, concierges, garçons d’appartement, etc. Sa responsabilité est cependant limitée par les comptes qu’il doit rendre à l’intendant de la Couronne30, à qui il adresse systématiquement une demande afin d’obtenir les meubles nécessaires, disposés ensuite dans les appartements par le soin des chambellans.

  • 31 La fonction est occupée successivement par Calmelet (1804-1806) et Desmazis (1806-1815).
  • 32 AN, O2 504, dossier 3, pièce 7, Organisation de l’administration du Mobilier impérial, 14 nivôse an (...)

21Quant à l’administrateur du Mobilier des palais impériaux31, il est à la tête d’une institution séculaire rétablie elle aussi sur les bases du Garde-Meuble d’Ancien Régime : elle se compose d’un administrateur (Calmelet puis Desmazis), d’un conservateur (Lefuel), d’un inspecteur (Bataille), d’un vérificateur (Sulleau, déjà vérificateur de l’ancien Garde-Meuble), d’un commis (secrétaire), tous chargés de l’administration, ainsi que de deux aides garde-meubles, huit valets de chambre tapissiers, deux valets de chambre ébénistes et deux garçons, chargés d’assurer la mise en place des ameublements. À propos du conservateur, le rapport sur l’organisation précise qu’il est un « architecte de profession ayant la connaissance profonde de tout ce qui concerne les détails et le dessin de l’ameublement, le prix des fournitures et le règlement des mémoires32 », d’où l’importance de son rôle auprès de l’administrateur.

  • 33 AN, O2 556, dossier 1, pièce 3, lettre de l’intendant général à l’administrateur du Mobilier, le 11 (...)

22Si la norme est d’une clarté absolue, la multiplication des acteurs et des responsabilités engendre quelques dysfonctionnements dans la pratique. Dès septembre 1805, l’intendant général entend mettre fin à une pratique abusive des concierges des palais qui, sans en aviser le grand maréchal du Palais, transmettent directement leurs demandes de mobilier à l’administrateur du Mobilier, « ce qui est totalement contraire à toutes les règles33 ». Cette dérive donne lieu à un rappel de l’étiquette :

  • 34 Ibid.

toutes ces demandes doivent être visées par [le grand maréchal], pour être ensuite envoyées à l’intendant général, à qui il appartient de donner les ordres nécessaires pour leur exécution. […] Je vous recommande de ne plus rien faire délivrer sans que ces formalités aient été remplies34.

23Il convient toutefois de modérer ici ce manquement à l’étiquette de la part des concierges et du personnel du Mobilier : ils ont opéré dans une précipitation extrême, suivant les ordres de l’Empereur de meubler concomitamment toutes les résidences impériales, et dans le respect des règles définies par l’étiquette et le règlement pour l’ameublement. Mais ce n’est pas sans entretenir un climat de tension dans les services, comme s’en plaint Calmelet à l’intendant :

  • 35 AN, O2 504, dossier 3, pièce 10, lettre de l’administrateur du Mobilier à l’intendant général, le 8 (...)

Vous savez avec quelle rapidité se succèdent les ordres que donne Sa Majesté pour l’ameublement de ses châteaux, & quel court espace de temps est laissé pour l’exécution de ces ordres. Il va falloir s’occuper à la fois du grand & du petit Trianon, de Fontainebleau, de Lacken35.

24Au final, c’est à l’administrateur du Mobilier, secondé par son conservateur et son inspecteur, qu’échoit la responsabilité de mettre tous les ameublements en adéquation avec les principes de représentation, et il se retrouve dès lors confronté à des difficultés majeures, en particulier dans l’approvisionnement :

  • 36 Idem, pièce 16, lettre de l’administrateur du Mobilier à l’intendant général, le 7 thermidor an XII (...)

Un règlement relatif à l’ameublement des palais impériaux qui vient de m’être transmis par Monsieur le Grand Maréchal, veut que les antichambres & premiers salons soient meublés en banquettes larges & tabourets de même, recouverts en tapisserie de la Savonnerie, & que les portières & paravents soient de la même étoffe. Cette disposition, qui est conforme à l’ancienne étiquette, va nécessiter un approvisionnement considérable de banquettes & de tabourets pour les antichambres, vestibules & autres premières pièces des grands appartements. La précipitation à laquelle on a été condamné, & le défaut de ressources, ont jusqu’à ce jour forcé de recouvrir ces sortes de meubles en pannes ou en moquettes, qui sont bien loin de présenter la richesse et la solidité des tapisseries36.

  • 37 AN, O2 156, pièce 171, Lettre du duc de Frioul, grand maréchal du Palais, au duc de Cadore, intenda (...)

25Les échanges entre les trois protagonistes montrent que le grand maréchal et l’intendant général, garants du respect de l’étiquette, sont fréquemment critiques à son égard : « Si dans la composition des ameublements nouveaux ou dans l’arrangement des anciens, l’administrateur du mobilier l’exécute avec intelligence, cela fera éviter bien des difficultés qui naissent à tout moment, et pour rien, dans l’étiquette37. » Accusé de ne pas tenir compte des recommandations, Desmazis est ainsi tenu responsable de la présence inopportune de fauteuils dans les appartements, en particulier à Compiègne, dans les salons de l’Impératrice.

26Néanmoins, malgré la minutie des préconisations, la pénurie de ressources disponibles au Garde-Meuble et chez les fabricants, malgré l’imperfection de certains ameublements, la collaboration entre ces trois protagonistes de l’ameublement des palais a bien fonctionné. Les ameublements ont pu être disposés dans les délais impartis et faire bon effet :

  • 38 Fontaine 1987, t. I, p. 91.

Les appartements ont été meublés comme par enchantement. […] C’est particulièrement aux soins et à l’esprit prévoyant de M. le maréchal Duroc que nous sommes redevables d’avoir pu parvenir à meubler en dix-neuf jours la presque totalité du château de Fontainebleau. Il a lui-même désigné et fait partir de Paris tous les objets qui pouvaient être transportés. Toujours attentif, et embrassant d’un seul coup d’œil l’ensemble des choses, il a indiqué les ressources auxquelles on a eu recours. […] sous la Monarchie [on n’a] jamais vu le château plus brillant ni mieux meublé38.

Usages et représentation de l’ameublement des palais impériaux

27La mise en œuvre des préceptes de l’étiquette, la mise en ordre du mobilier selon les exigences de la convenance n’en donnent pas moins lieu à certains malentendus et difficultés inhérents aux ameublements impériaux. Par exemple, Desmazis justifie ses ameublements, pour Compiègne notamment, par son interprétation des pièces de représentation et d’habitation. Pour lui, l’appartement de l’Impératrice n’est pas soumis à l’étiquette, s’agissant d’un appartement d’habitation, à l’exception du grand salon qui peut éventuellement servir à quelque réception – la présence d’un canapé dans cette pièce, exclue par l’étiquette, étant toutefois exigée par la disposition des lieux. Une autre raison avancée pour l’inexactitude des appartements de Compiègne est un ordre contradictoire émis oralement par l’Empereur :

  • 39 AN, O2 556, annexe 5.

Compiègne est un des endroits les mieux disposés pour la chasse, et […] dans tous les palais de ce genre, S.M. […] m’avait enjoint d’avoir soin de placer des canapés, dans la plupart des pièces où LL. MM. ou les Princesses, pussent se reposer après la chasse39. »

28Enfin l’administrateur pointe du doigt les conditions dans lesquelles les ameublements sont exigés pour expliquer la rupture entre le texte normatif et la pratique :

  • 40 Ibid.

le peu de temps que S.M. nous a donné en général pour confectionner le mobilier de ce palais, ne m’a pas laissé le maître de commander des meubles convenables, et qu’il a fallu prendre ce qui se trouvait de fait40.

  • 41 Ibid.

29Cette remarque est bien plus pertinente encore au sujet des commandes à passer aux manufactures impériales : la Savonnerie, mais encore Beauvais ou les Gobelins. Toutes les couvertures de banquettes, tabourets et pliants devant être confectionnées dans ces manufactures, il eût fallu compter un budget et un délai bien plus conséquents que ceux consentis par l’Empereur. Et Desmazis de conclure : « il a bien fallu manquer aux règles de l’étiquette pour que les palais se trouvassent prêts à recevoir l’Empereur aux époques fixées par S.M. pour aller les habiter41 ».

30Les usages ne peuvent ainsi correspondre aux règles de l’étiquette que moyennant des délais suffisamment longs pour permettre de renouveler tous les ameublements, commander les nouveaux meubles et déterminer la norme exacte à privilégier pour tel ou tel espace. Ces difficultés augmentent d’autant quand l’étiquette est précisée ultérieurement. Ainsi, une Décision pour l’étiquette du Palais, datée de septembre 1811, introduit une nouveauté concernant l’usage des fauteuils :

  • 42 AN, O2 156, pièce 172, Décision extraite des minutes de la secrétairie d’État, signée de l’intendan (...)

Dans les appartements d’honneur et de représentation, il ne sera réservé des fauteuils que pour l’Empereur et l’Impératrice. Madame [Mère], eu égard à son âge, s’assoira aussi sur un fauteuil. Toutes les autres personnes, y compris les Princes et Princesses de la famille Imple qui seront dans le cas de s’asseoir dans les appts d’honneur et de représentation auront des chaises ou des plians s’il n’y a pas de chaises. Cependant on donnera des chaises à dos aux princesses de la famille Imple qui seraient enceintes42.

31De nouvelles décisions qui amènent naturellement Desmazis à se questionner sur leur traduction dans les ameublements dont il a la charge. Se pose par exemple la question de savoir s’il convient de faire faire un unique fauteuil pour Madame Mère, qu’on transportera de résidence en résidence, ou bien d’en disposer un dans chaque pièce où le grand maréchal jugera bon que Madame Mère doive en jouir. Ce qui remet en cause les ameublements mis en place par Calmelet et Desmazis après la publication de l’étiquette en 1805 et nécessite quelques ajustements.

  • 43 AN, O2 156, pièce 176, Lettre du duc de Frioul à Desmazis, administrateur du mobilier, le 9 octobre (...)

32Le duc de Frioul spécifie en outre à Desmazis que les têtes couronnées étrangères jouiront elles aussi de fauteuils, mais que l’Empereur en conservera un « plus distingué43 » – nous ajouterions « plus riche ». L’administrateur du Mobilier est alors chargé de faire réaliser un modèle de fauteuil de représentation, souvent qualifié de « grand modèle », d’après l’exemple du trône des Tuileries :

  • 44 Ibid.

Vous devez donc faire vos dispositions de meubles en conséquence, et préparer pour les appartements de représentation surtout, un fauteuil pour l’Empereur. Il m’a paru que la forme de celui du trône des Tuilleries lui plaisait ; un donc d’après cette forme que vous pourriez en faire faire, mais bien entendu qu’ils soient légers, et propres à être placés dans les appartements44.

  • 45 Samoyault 2009, p. 151.

33Ce type de siège de représentation, sur le modèle du trône, à dossier rond, est particulièrement bien illustré par une paire de fauteuils en bois doré couverts en tapisserie des Gobelins livrée par Jacob-Desmalter, d’après un dessin de Percier et Fontaine, pour le grand cabinet de l’Empereur aux Tuileries, et envoyée au palais de Monte Cavallo en 181245.

  • 46 Voir annexe 6.
  • 47 Voir annexe 5.

34La modification de l’étiquette implique de nouvelles dépenses et, on l’a vu, une interrogation sur le caractère « volant » – c’est-à-dire « déplaçable » – de certains fauteuils. L’administrateur du Mobilier s’enquiert donc de savoir s’il doit scrupuleusement respecter le nombre de deux fauteuils dans chaque pièce des appartements de représentation ou bien commander six fauteuils pour chaque pièce, deux restant en place et quatre remisés dans l’éventualité d’une visite d’un souverain étranger46. Desmazis propose, pour un surcoût assumé, de faire faire systématiquement deux fauteuils pour l’Empereur et l’Impératrice, quatre pour Madame Mère ou les souverains étrangers, ainsi que huit ou douze chaises pour les princes et princesses, en sus des pliants disposés dans chaque pièce de représentation. L’étiquette appliquée au mobilier pourrait être résumée ainsi, au regard des impératifs de la représentation de l’Empereur : « Là où il y a des fauteuils, on doit en faire de distincts pour LL. MM.47 »

Hiérarchisation des résidences

35Si les usages en matière de mobilier sont précisés fréquemment, les ameublements rectifiés, ils dépendent non seulement de l’étiquette, mais encore du statut de chaque résidence, enjeu qui, finalement, se rapporte directement aux questions de convenance, de représentation, donc encore d’étiquette. L’administrateur du Mobilier entend faire distinguer par le grand maréchal les résidences dans lesquelles celle-ci doit être scrupuleusement respectée, i.e. les palais impériaux proprement dits, des autres maisons de plaisance, rendez-vous de chasse et quartiers généraux ; question fondamentale s’il en est puisque l’ameublement varie alors du tout au tout.

36L’absence d’étiquette dans les maisons de plaisance est une tradition qui remonte à l’ameublement de Marly sous Louis XIV. Comme le montre Stéphane Castelluccio, les usages qui se mettent en place à Marly au xviie siècle ont influencé le décor et l’ameublement des résidences de campagne jusqu’à la Révolution :

  • 48 Castelluccio 2012.

Marly fut le lieu d’élaboration des règles tacites et des usages qui réglèrent plus ou moins directement jusqu’à la fin de l’Ancien Régime le choix du décor et du mobilier des résidences royales considérées comme de campagne. L’essentiel reposait sur un degré de richesse inférieur à celui du mobilier des résidences officielles, tel celui de Versailles ou de Fontainebleau, pour des raisons tant de bienséance qu’économiques. À cause de leur statut de résidences non officielles, elles échappaient à l’expression de la dignité de la Couronne. Un riche décor et un somptueux mobilier y étaient aussi inutiles que déplacés, d’une part faute d’être vus par le public et les étrangers et d’autre part en raison des dépenses considérées comme trop élevées pour un lieu où elles n’étaient pas nécessaires pour l’expression du prestige de la Couronne, et donc mal employées48.

37La souplesse de ces usages, bien que gardés tacites, laissait le loisir d’adapter les règles à la hiérarchie des diverses résidences royales, selon qu’on se trouvait dans une demeure officielle, comme Compiègne, ou non officielle, comme le palais de Trianon. En fixant les règles par écrit en 1784, Thierry de Ville d’Avray a contribué à rigidifier les usages et à formaliser l’étiquette. La tendance est reprise et amplifiée sous l’Empire. Si aucune étiquette n’est de mise dans les maisons de plaisance ou les rendez-vous de chasse, elle est au contraire essentielle dans les loges des spectacles par exemple, espaces de représentation(s) par essence :

  • 49 Voir annexe 5.

Elles doivent être meublées suivant l’étiquette ainsi que les tribunes à la chapelle, elles doivent être meublées, en général, d’une couleur uniforme et je suppose en velours cramoisi et bois doré, comme la plus distinguée. Il faudrait par conséquent que les places réservées pour les Princes et Princesses de la famille Imple fussent meublées de la même couleur pour distinction49.

  • 50 On pourra se reporter à Percier et Fontaine 1833 pour un tableau des résidences de souverains sous (...)

38Parmi les résidences, certaines plus que toutes autres, doivent être régies par le principe de l’étiquette : il s’agit des résidences du domaine étranger, intégrées à la dotation de la Couronne suite aux différents achats et conquêtes. Ces résidences participent fondamentalement à la représentation de l’Empire à l’étranger50. Les palais impériaux de Monte Cavallo, à Rome, et de Laeken, à Bruxelles, répondent par exemple à ce statut. Les questions d’étiquette influent sur l’ameublement de ce dernier, commencé en 1805, au moment même où la Maison de l’Empereur veille à l’élaboration de l’Étiquette du palais impérial. Calmelet écrit ainsi à l’intendant général, en août 1805 :

  • 51 AN, O2 504, dossier 5, pièce 17, Lettre de Calmelet à l’intendant général, le 2 fructidor an XIII.

On m’a proposé le meuble doré de salon. Pressé par le besoin & par le temps, j’allais en traiter pour le château de Lacken, lorsque le règlement d’étiquette a rendu inutile toute acquisition de canapés & fauteuils pour les grands appartements51.

  • 52 Samoyault 1987.

39C’est également pour ce château qu’est commandée à Jacob Desmalter une balustrade en bois doré pour la chambre de l’Impératrice. Meuble d’étiquette par excellence, la balustrade ne rejoindra pas sa destination originelle, pour quelles raisons ? Si elle pouvait répondre à un besoin de richesse et de symbolique impériale dans un palais du domaine étranger, elle restera toutefois en magasin avant de servir à la chapelle des Tuileries, où son usage semblera plus utile. La même hésitation concerne la balustrade commandée inopportunément pour la salle du trône des Tuileries52, enfin installée dans la chambre de l’Impératrice à Fontainebleau.

40L’étiquette guide donc l’essentiel des ameublements impériaux à partir de 1805, et continue à être précisée et enrichie au cours de l’Empire. Mais si elle répond à des impératifs d’apparat et de représentation, elle n’est pas le seul critère à caractériser les ameublements – et pour cause, elle s’applique quasi exclusivement aux grands appartements de représentation :

LL.MM. ont des petits appartements pour l’ameublement desquels il n’y a point d’étiquette. Les antichambres doivent avoir des lanternes, et les sallons des lustres. Je n’en ai pas parlé non plus que des consoles, bras, pendules, écrans et paravents &c, tout cela dépend beaucoup du goût dans les appartements d’honneur et de représentation, il faut de la noblesse dans l’ameublement et réserver la richesse pour le sallon de l’Empereur.

41La question de la convenance, intrinsèquement liée à l’étiquette, ne suffit donc pas à embrasser la diversité des ameublements : le goût et la noblesse sont partie prenante de la décoration et du mobilier, alors que la richesse est réservée au salon de l’Empereur, c’est-à-dire la pièce qui domine la hiérarchie des appartements ordinaires.

42La hiérarchie est donc le principe moteur de l’étiquette, qu’il s’agisse de hiérarchie des personnes ou des fonctions (l’Empereur, l’Impératrice, les souverains étrangers, les princes et princesses, les Grands Officiers, les ministres etc.), de hiérarchie des espaces (grands appartements de représentation, salle du trône, salon de l’Empereur, appartements d’honneur, appartements intérieurs), de hiérarchie du mobilier et des matières (progression dans la richesse et la qualité des textiles pour les rideaux et tentures : velours, Savonnerie, Beauvais, Gobelins), hiérarchie de statut entre les résidences (palais impérial, maison de plaisance, rendez-vous de chasse, quartier général)… L’étiquette veille à son respect scrupuleux, plaçant l’Empereur au centre du palais impérial, par l’introduction d’une classification et d’une codification raisonnées. La formalisation de l’étiquette au sein des palais, pour autant qu’elle soit inédite, est suivie d’une application contrastée, que les difficultés rencontrées soient d’ordre matériel et économique, ou relatives à une interprétation subjective. Ainsi, des sources comme les inventaires du Garde-Meuble ou les comptes sont inaptes à nous renseigner sur les usages mis en œuvre après sa promulgation. Seule la correspondance, abondamment utilisée pour cette étude, nous fournit des bribes d’informations sur les ambitions de ses protagonistes.

  • 53 Samoyault-Verlet, 1985, p. 126.

43Telle quelle, l’étiquette fixée par l’Empire, et traduite dans les usages du mobilier entre autres, est fondatrice pour l’organisation des palais jusqu’à la chute du Second Empire en 1870. La Restauration ne remet pas en cause les principes normatifs édictés par Napoléon Ier, leur portée sur l’ameublement se renforce53, et n’y apporte que quelques adaptations. Un rapport de 1825 est particulièrement édifiant à cet égard, reprenant, pour des raisons économiques, les questions déjà posées des années plus tôt par l’étiquette de l’Empire :

  • 54 AN, O3 1915, Rapport du vicomte de La Rochefoucauld, aide de camp du roi, chargé du Département des (...)

L’état de dénuement dans lequel se trouve le mobilier des différentes résidences royales vous est connu aussi bien qu’à moi. […] Dans cet état de choses il m’a paru essentiel d’adopter toutes les mesures propres à diminuer autant que possible la dépense, et j’ai pensé que la plus convenable serait de ne considérer comme résidence royales que le château des Tuileries et celui de Saint-Cloud, et de ne regarder tous les autres châteaux que comme de simples rendez-vous de chasse. Cette distinction ne nécessiterait un ameublement complet que pour les Tuileries et St-Cloud et l’on bornerait celui des autres châteaux à ce qui est nécessaire pour un séjour passager54.

Haut de page

Bibliographie

Castelluccio Stéphane, 2004, Le Garde-Meuble de la Couronne et ses intendants du xvie au xviiie siècle, Paris, CTHS.

Castelluccio Stéphane, 2012, « Mobilier et étiquette à Marly pendant le règne de Louis XIV », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], URL : http://crcv.revues.org/11926 ; DOI 10.4000/crcv.11926.

Étiquette du palais impérial, 1806, Paris, Imprimerie impériale [ne paraît pas utile de noter l’édition de 2008 puisqu’il n’y est pas fait allusion dans le texte (et qu’elle est apparemment identique)].

Fantoni Marcello, Gorse George, Smuts Malcolm (dir.), 2009, The Politics of Space. European Courts, ca. 1500-1750, Rome, Bulzoni.

Fontaine Pierre-François-Léonard, 1987, Journal (1799-1853), Paris, École nationale supérieure des beaux-arts/Institut français d’architecture/Société de l’histoire de l’art français.

Hassler Éric, 2011, « Dans l’ombre de la cour impériale : les palais aristocratiques viennois. Distribution, ameublements intérieurs et collections, 1683-1750 », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], URL : http://crcv.revues.org/11542 ; DOI : 10.4000/crcv.11542.

Hassler Éric, 2016, « Définir et élaborer l’étiquette : les réflexions du duc Léopold de Lorraine sur la mise en place d’un nouveau cérémonial de cour au début du xviiie siècle », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], URL : http://crcv.revues.org/13706 ; DOI : 10.4000/crcv.13706.

Lecarpentier-Bertrand Bénédicte, 2016, La consommation matérielle de la Cour de France 1594-1670 : étude économique et culturelle des Maisons royales, thèse de doctorat dirigée par Jean-François Dubost, université Paris Est-Créteil.

Lemaigre-Gaffier Pauline, 2016, Administrer les Menus Plaisirs du roi : l’État, la cour et les spectacles dans la France des Lumières, Ceyzérieu, Champ-Vallon.

Le Roy Ladurie Emmanuel, 1997, Saint-Simon ou le système de cour, Paris, Fayard.

Percier Charles et Fontaine Pierre-François-Léonard, 1833, Résidences de souverains : parallèle entre plusieurs résidences de souverains de France, d’Allemagne, de Suède, de Russie, d’Espagne, et d’Italie, Paris, chez les auteurs.

Rondeau Nathalie, 2004, Le grand maréchal du Palais et son service : le rôle de Géraud-Christophe-Michel Duroc (1804-1813), thèse dirigée par Nicole Gotteri, École des chartes.

Samoyault Jean-Pierre, 1985, « L’ameublement des salles du Trône dans les palais impériaux sous Napoléon Ier », Bulletin de la Société de l’Histoire de l’art français, p. 185-206.

Samoyault Jean-Pierre, 2009, Mobilier français Consulat et Empire, Paris, Gourcuff Gradenigo.

Samoyault-Verlet Colombe, 1985, « Les appartements des souverains en France au xixe siècle », Pariser Historische Studien, vol. 21, p. 121-137.

Tisseau des Escotais Aleth, 2013, Le Garde-Meuble sous la Révolution et l’Empire (1792-1815) : une institution royale en contexte républicain puis impérial, thèse dirigée par Jean-Michel Leniaud, École des chartes.

Vial Charles-Eloi, 2014, « Le règlement pour le service du Grand maréchal du palais : édition du manuscrit français 11212 de la Bibliothèque nationale de France », Napoleonica. La Revue, n° 20, p. 2-101. DOI : 10.3917/napo.142.0002. URL : http://www.cairn.info/revue-napoleonica-la-revue-2014-2-page-2.htm.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Sur la hiérarchisation des objets et des espaces répondant à celle des fonctions et des rangs, citons quelques écrits de référence – pour l’époque moderne exclusivement – qui témoignent de la vivacité de ce champ d’études : Fantoni, Gorse et Smuts 2009 ; Lecarpentier-Bertrand 2016 ; Hassler 2011 ; Hassler 2016.

2 Las Cases 1842, p. 711.

3 Archives nationales (désormais AN), O2 156, pièces 142-149.

4 Le respect des règles de bienséance n’étaient effectivement pas dicté par un document écrit, comme le soulignent les valets de chambre du Roi en 1738 : « Quoi qu’il n’y a rien qui décrit suffisamment le service des différents corps de la Maison du Roy… » (AN, O2809, « Mémoire des valets de Chambre du Roi à propos d’une prérogative que paroissent vouloir leur enlever les Intendants des Menus »), cité dans Lemaigre-Gaffier 2016, p. 24.

5 AN, O2 556, dossier 2, pièce 16, Rapport du 21 messidor an XII (voir annexe 1).

6 François-Louis Bayard fut inspecteur du Garde-Meuble à la toute fin de l’Ancien Régime, puis nommé Directeur du Garde-Meuble national du 10 mai 1793 au 1er brumaire an V. Sur l’inspecteur Bayard, on pourra se reporter à Bayard s.d., et sur le Garde-Meuble sous la Révolution et l’Empire à Tisseau des Escotais 2013.

7 AN, O2 556, dossier 1, pièce 16, Rapport du 21 messidor an XII (voir annexe 1).

8 Ibid., pièce 20, Rapport du 17 vendémiaire an XIII (voir annexe 2).

9 Ibid.

10 Castelluccio 2004, p. 234.

11 Ibid.

12 Thibaudeau 1834, p. 292-293.

13 Étiquette du palais impérial, 1806. Le manuscrit – AN, O2 137, pièce 1 – est daté de germinal an XIII (soit mars-avril 1805), et l’opuscule est publié en 1806.

14 Ibid. Les autres titres de l’étiquette comprennent les Levers et des Couchers de LL. MM., des Présentations, des Audiences ; Cérémonial de la Chapelle impériale ; Repas de LEURS MAJESTÉS ; Bals et Concerts, du Palais ; Service d’honneur de l’Empereur et de l’Impératrice ; Grande Parade ; Cérémonies ; Règlement pour les Voyages ; Sermens ; Deuils de Cour.

15 Expression utilisée par Le Roy Ladurie 1997, p. 56, et reprise dans Lemaigre-Gaffier 2016, p. 287.

16 Étiquette du palais impérial, 1806. Pour une étude complète de l’ameublement du palais impérial des Tuileries du Premier au Second Empire, vu sous l’angle de l’étiquette, on se reportera à Samoyault-Verlet 1985.

17 AN, O2 504, dossier 1, pièce 3, Règlement pour l’ameublement des palais impériaux, arrêté le 6 thermidor an 13 par le grand maréchal du Palais, Duroc. Le règlement s’attache également à la chapelle, que nous n’étudions pas ici. Un manuscrit similaire est conservé dans le fonds Duroc, Archives nationales (184AP 3). Voir Vial 2014.

18 AN, O556, dossier 1, pièce 28, Renseignements demandés à S.E. le Grand Maréchal du Palais, sur la nature et quantité de meubles d’étiquette, nécessaires dans chacune des pièces, s.d. (voir annexe 3).

19 Le Règlement stipule que « les antichambres & premiers sallons » n’ont pas de rideaux, or les Renseignements donnés par le grand maréchal font état de rideaux, simples, assortis à la couverture des sièges.

20 Voir Samoyault 1987.

21 AN, O2 556, dossier 1, pièce 28, Renseignements demandés à S.E. le Grand Maréchal… (voir annexe 3).

22 Castelluccio 2012.

23 Ibid.

24 Un Projet pour le Règlement pour l’ameublement des palais impériaux (voir annexe 4), différenciait huit classes d’appartements. Ce projet, non daté, doit précéder de quelques semaines ou mois la fixation des classes d’appartements à six par le grand maréchal du Palais.

25 AN, O2 556, dossier 1, pièce 36, copie d’une lettre du grand maréchal du Palais à l’intendant général de la Maison de l’Empereur, en date du 16 mars 1806.

26 Ibid.

27 AN, O2 556, dossier 1, pièce 35, lettre de l’intendant général de la Maison de l’Empereur à l’administrateur du Mobilier impérial, en date du 19 mars 1806.

28 Étiquette du palais impérial, 1806, p. 12.

29 La fonction de grand maréchal du palais est occupée successivement par le général de division Duroc, duc de Frioul (1804-1813), et par le comte Bertrand (1813-1814). Voir Rondeau 2004.

30 La fonction – aussi dénommée intendant général de la Couronne – est occupée successivement par le conseiller d’État Claret Fleurieu (1804-1806), le comte Daru (1806-1811), le comte Champagny, duc de Cadore (1811-1814).

31 La fonction est occupée successivement par Calmelet (1804-1806) et Desmazis (1806-1815).

32 AN, O2 504, dossier 3, pièce 7, Organisation de l’administration du Mobilier impérial, 14 nivôse an XIII.

33 AN, O2 556, dossier 1, pièce 3, lettre de l’intendant général à l’administrateur du Mobilier, le 11 septembre 1805.

34 Ibid.

35 AN, O2 504, dossier 3, pièce 10, lettre de l’administrateur du Mobilier à l’intendant général, le 8 germinal an XIII.

36 Idem, pièce 16, lettre de l’administrateur du Mobilier à l’intendant général, le 7 thermidor an XIII.

37 AN, O2 156, pièce 171, Lettre du duc de Frioul, grand maréchal du Palais, au duc de Cadore, intendant général de la Maison de l’Empereur, le 24 novembre 1811.

38 Fontaine 1987, t. I, p. 91.

39 AN, O2 556, annexe 5.

40 Ibid.

41 Ibid.

42 AN, O2 156, pièce 172, Décision extraite des minutes de la secrétairie d’État, signée de l’intendant de la Maison de l’Empereur, le comte Daru, le 12 septembre 1811 ; un double dans O2 556, dossier 1, pièce 23.

43 AN, O2 156, pièce 176, Lettre du duc de Frioul à Desmazis, administrateur du mobilier, le 9 octobre 1809.

44 Ibid.

45 Samoyault 2009, p. 151.

46 Voir annexe 6.

47 Voir annexe 5.

48 Castelluccio 2012.

49 Voir annexe 5.

50 On pourra se reporter à Percier et Fontaine 1833 pour un tableau des résidences de souverains sous l’Empire.

51 AN, O2 504, dossier 5, pièce 17, Lettre de Calmelet à l’intendant général, le 2 fructidor an XIII.

52 Samoyault 1987.

53 Samoyault-Verlet, 1985, p. 126.

54 AN, O3 1915, Rapport du vicomte de La Rochefoucauld, aide de camp du roi, chargé du Département des beaux-arts, à Monsieur le duc de Doudeauville, intendant général de la Maison du Roi, le 7 octobre 1825.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Caron, « L’étiquette dans les palais du Premier Empire : enjeux mobiliers et représentation(s) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 17 octobre 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/14264 ; DOI : 10.4000/crcv.14264

Haut de page

Auteur

Mathieu Caron

Doctorant contractuel de l’université Paris Sorbonne, Centre de recherches en histoire de l’art André Chastel (UMR 8150)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org