Navigation – Plan du site

Quand les châteaux étaient peints

ou Finition architecturale des façades et toitures sur les demeures françaises de la Renaissance et de l’époque classique
When châteaux were painted or The decoration of facades and roofs in French mansions and stately homes from the Renaissance to the classical period
Jacques Moulin

Résumés

L’architecture française a la réputation d’avoir toujours privilégié la mise en œuvre de matériaux laissés dans leur état naturel. Or, une observation plus détaillée des monuments fait apparaître que, dès leur construction, les façades et toitures de la Renaissance et de l’époque classique firent souvent l’objet de finitions peintes qui leur donnaient l’aspect réellement souhaité par leurs maîtres d’œuvre. Cette redécouverte amène une véritable relecture de certains des monuments français les plus célèbres. Elle impose aussi une réinterprétation du rôle donné jadis à la peinture, non plus comme amoindrissement mais comme valorisation de l’architecture.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

abbaye du Perray-Neuf, Cà d’Oro, cathédrale Saint-Étienne de Meaux, fausse brique, château d’Avoines, château de Berny, château de Blandy-les-Tours, château de Blois, château de Bussy-Rabutin, château de Carrouges, château de Chamerolles, château de Chantilly, château de Couchey, château d’Écouen, château de Fontainebleau, château de Jouancy, château de La Tour-d’Aigues, château de Lissy, château de Maulnes, château de Montceau, château des évêques d’Orléans, château de Vallery, château de Vaugien, château de Versailles, collégiale Notre-Dame de Mantes, église des Bernardins, église Notre-Dame-de-la-Nativité de Donnemarie-Dontilly, église Saint-Denis de Nantouillet, église Saint-Étienne de Brie-Comte-Robert, Hôtel-Dieu de Beaune, Ancy-le-Franc, Avoine, Beaune, Blandy, Blois, Brie-Comte-Robert, Bussy-le-Grand, Carrouges, Chantilly, Châtillon-sur-Seine, Chilleurs-aux-Bois, Couchey, Cruzy-le-Châtel, Donnemarie-Dontilly, Écouen, Fontainebleau, Fresnes, Jouancy, La Tour-d’Aigues, Lissy, Mantes-la-Jolie, Meaux, Meung-sur-Loire, Montceaux-lès-Meaux, Nantouillet, Paris, Précigné, Provins, Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Vallery, Venise, Versailles, badigeon, menuiserie, plomb, Renier Accorre, Jacques Blasmes, Zuane Bon, Jacques Danvin, Augustin-Charles d’Aviler, Jean Delarue, Pierre Desisles, Desguiraud, Félix Duban, Jean Dutan, Giovanni di Francia, Jules Hardouin-Mansart, Mathieu Jacquet, Pierre Lescot, François Mansart
Haut de page

Texte intégral

1L’architecture française a la réputation d’avoir toujours privilégié la mise en œuvre de matériaux laissés dans leur état naturel. Ainsi, la pierre ou la brique, comme l’ardoise ou la tuile, semblent avoir gouverné à elles seules la polychromie extérieure des bâtiments anciens, en cantonnant la peinture au rôle mineur de protection des ferrures ou des menuiseries. Il est certain que cette définition correspond à quelques monuments de l’époque classique, et en particulier aux églises construites par Jules Hardouin-Mansart, dont les parements de pierre furent soumis à une réalisation très minutieuse, destinée à mettre en valeur le matériau lui-même. Toutefois, ces exemples relativement rares ne peuvent permettre une généralisation, et une meilleure connaissance des monuments impose de constater que, dès leur construction, de nombreux ouvrages élevés aux xvie, xviie et xviiie siècles firent l’objet de finitions de surface et de peintures parfois fortement colorées, qui leur donnèrent l’aspect réellement souhaité par leurs concepteurs.

  • 1 Façade sur rue du bâtiment principal du lycée privé Sainte-Croix, 22 rue Saint-Thibault.

2Dans cette approche plus nuancée, il faut se souvenir tout d’abord que l’architecture médiévale française était couramment peinte, et que ce décor n’enrichissait pas seulement les façades à pans de bois et les portails des cathédrales. À Provins, le dégagement récent d’une baie d’une des principales maisons du xiiie siècle de la ville, celle du banquier Renier Accorre1, a montré que ses tableaux étaient originellement peints d’un faux appareil jaune à joints rouges et blancs (fig. 1).

Fig. 1 : Fenêtre peinte de la façade principale de la maison construite au xiiie siècle par le banquier Renier Accorre, à Provins (Seine-et-Marne).

Fig. 1 : Fenêtre peinte de la façade principale de la maison construite au xiiie siècle par le banquier Renier Accorre, à Provins (Seine-et-Marne).

© Thomas Clouet

3On ignore si ce faux appareil recouvrait toute la façade, mais il masquait les encadrements de pierre de taille des fenêtres du premier étage et donnait à la maison un aspect très différent de celui qu’elle présente actuellement avec ses seuls matériaux de gros-œuvre. Il en allait sans doute de même sur de nombreux édifices religieux, comme en témoigne l’église Notre-Dame-de-la-Nativité à Donnemarie-Dontilly, qui conserve des encadrements de fenêtres peints en rouge foncé datant de la fin du Moyen Âge (fig. 2).

Fig. 2 : Encadrement de fenêtre peint en rouge sur l’église Notre-Dame-de-la-Nativité de Donnemarie-Dontilly (Seine-et-Marne).

Fig. 2 : Encadrement de fenêtre peint en rouge sur l’église Notre-Dame-de-la-Nativité de Donnemarie-Dontilly (Seine-et-Marne).

© Jacques Moulin

4Ces encadrements recouvraient aussi bien l’appareil de pierre blonde que les enduits, et conféraient aux façades un caractère très différent de celui que l’on croit aujourd’hui être celui des édifices religieux médiévaux d’Île-de-France. L’architecture de la Renaissance n’est donc pas apparue dans un contexte historique où l’emploi des matériaux de façade laissés bruts était dominant, bien au contraire.

Des façades tant de brique que de fausse brique

  • 2 Architecture et décors peints, actes du colloque organisé par la direction du Patrimoine (Amiens, o (...)

5Depuis quelques années, la découverte de nombreuses finitions peintes sur les façades en brique de la fin du Moyen Âge et du xvie siècle a attiré l’attention et apporté un éclairage nouveau sur cette architecture que l’on pensait bien connue2. Au château de Chamerolles, construit au début du xvie siècle en lisière de la forêt d’Orléans, une peinture rouge ornée de losanges de fausses briques noires recouvrait l’ensemble des façades constituées de vraies briques rouges et noires (fig. 3).

Fig. 3 : Façade en brique et pierre du château de Chamerolles, élevée au début du xvie siècle et entièrement peinte en fausses briques rouges et noires à une date indéterminée, antérieure au xviiie siècle.

Fig. 3 : Façade en brique et pierre du château de Chamerolles, élevée au début du xvie siècle et entièrement peinte en fausses briques rouges et noires à une date indéterminée, antérieure au xviiie siècle.

© Jacques Moulin

  • 3 L’étude préalable à la restauration du château a été effectuée en 1987, et les travaux correspondan (...)

6Il n’a pas été possible en 19873 de dater cette peinture et de savoir si elle était contemporaine de la construction du château, mais elle ne pouvait pas être postérieure au xviiie siècle et elle avait été clairement appliquée pour masquer la mise en œuvre incertaine des briques et des appareils de pierre. La peinture avait donc pour objectif de donner aux façades une vivacité et une régularité d’aspect supérieures à celles des maçonneries. Au château de Carrouges, en Normandie, des vestiges de fonds rouges et de faux-joints blancs sont encore visibles sur de nombreux parements intérieurs ou extérieurs, et indiquent que les principales façades en brique et pierre du château étaient peintes en faux appareil de brique et pierre, dès leur construction aux xve et xvie siècles (fig. 4).

Fig. 4 : Détail des parements extérieurs de brique peints en fausse brique au château de Carrouges (Orne).

Fig. 4 : Détail des parements extérieurs de brique peints en fausse brique au château de Carrouges (Orne).

© Claude-Catherine Terrier, CMN

  • 4 Catherine Grodecki (dir.), Histoire de l’art au xvie siècle, Paris, Archives nationales, 1985-1986, (...)
  • 5 Jacques Androuet du Cerceau, Les plus excellents bastiments de France, t. I, Paris, s. n., 1576.

7Une telle pratique n’était donc pas exceptionnelle et se trouve confirmée par le contrat selon lequel les maçons Pierre Desisles et Jacques Danvin furent chargés en 1546 de « faire les enduyctz audict pan de mur […] et le rougir en fasson de bricque et tirrer les joinctz comme ceulx de ladicte chappelle », au château de Montceaux-lès-Meaux4. Cet usage explicite de la peinture pour enrichir une maçonnerie valide l’authenticité de nombreuses façades simplement enduites mais peintes en fausses briques, comme celles qui sont encore ou étaient naguère conservées sur le château de Bussy-Rabutin, en Bourgogne, sur le pigeonnier du château d’Avoines, en Normandie, ou sur l’aile sud du château des évêques d’Orléans, à Meung-sur-Loire, qui datent des xviie et xviiie siècles. Il oblige également à reprendre la lecture d’ouvrages qui font aujourd’hui référence, comme l’aile Louis XII du château de Blois (fig. 5), dont les appareils de brique et pierre apparaissent très différents de ceux qui sont figurés sur les dessins et gravures pourtant assez précis de Jacques Androuet du Cerceau5.

Fig. 5 : Façade de l’aile Louis XII du château de Blois, dans son état actuel et dessinée vers 1570 par Jacques Androuet du Cerceau.

Fig. 5 : Façade de l’aile Louis XII du château de Blois, dans son état actuel et dessinée vers 1570 par Jacques Androuet du Cerceau.

© Jacques Moulin

8Malgré l’attention qui a permis à l’architecte Félix Duban de conserver et de restaurer les décors peints de la façade des Loges, sur le côté nord du château, il est probable que les dispositions sèches et chaotiques des appareils de l’aile d’entrée ne procèdent actuellement que des restaurations du xixe siècle, qui ont ignoré et éliminé les couches de finition qui parachevaient originellement les façades. L’usage de peindre les parements de brique se poursuivit pourtant bien au-delà du xvie siècle et, en plein règne de Louis XIV, l’architecte d’Aviler pouvait préciser que

  • 6 Augustin-Charles d’Aviler, Cours d’architecture qui comprend les ordres de Vignole […], t. II : Exp (...)

BRIQUETER ; c’est contrefaire la Brique sur le plâtre avec une impression de couleur d’ocre rouge, & y marquer les joints avec un crochet : ou faire un enduit de plâtre mêlé avec de l’ocre rouge, & pendant qu’il est frais employé, tracer les joints profondément, puis les remplir avec du plâtre au sas. On peut enfin passer une couleur rouge sur la Brique même, & refaire les joints avec du plâtre6.

9La différenciation entre la construction elle-même et une finition peinte, ainsi que la notion de valeur ajoutée apportée par la peinture au matériau naturel, sont également confirmées par Pierre Patte, le continuateur du Cours d’architecture de Jacques-François Blondel, pour lequel

  • 7 Pierre Patte, Cours d’architecture […], Paris, Vve Desaint, 1771-1777, t. V, p. 297.

10Rien n’empêche d’enduire les murs de brique en dehors comme en dedans, mais le mieux est de laisser les briques apparentes à l’extérieur d’un bâtiment ; & quand leurs joints sont bien refaits, il n’en sçauroit résulter qu’un aspect satisfaisant. Il y a deux manieres de refaire ces joints ; l’une consiste à peindre simplement les parties visibles des murs en briques avec de l’ocre rouge, & à figurer ensuite leurs joints avec un lait de chaux : l’autre, qui est beaucoup plus solide, consiste à étendre un enduit peu épais de plâtre mêlé d’ocre rouge sur les murs en briques, & à graver des joints sur cet enduit ; alors, en faisant un second enduit très-léger de pur plâtre sur le premier, ce nouveau plâtre s’insinuera dans les joints gravés ; & il ne s’agira plus que de gratter le second enduit, pour que les joints des briques se détachent en blanc avec propreté7.

  • 8 Façades des anciennes cours masquées par des constructions du xviiie siècle et apparues lors des ét (...)

11S’agissant de textes, il y a toujours un risque que ces descriptions n’aient été que littéraires, et qu’elles ne correspondent pas à la réalité des chantiers, mais les parements intacts retrouvés au château de Versailles confirment qu’ils étaient régulièrement peints en fausse brique 8, comme l’étaient les parements de même nature qui ont subsisté longtemps sur les façades de l’aile Louis XV du château de Fontainebleau . Selon toute vraisemblance, les façades de brique naturelle que nous admirons aujourd’hui sur de nombreux édifices anciens correspondent donc à un état moderne, et sont assez éloignées de l’aspect qu’elles offraient lors de leur construction.

Des façades de pierre peinte ou de pierre feinte

12À l’exemple des parements en brique et pierre, les façades en pierre ou en moellons enduits étaient également enrichies de décors plus ou moins discrets, qui leur donnaient toute leur qualité. La Bourgogne est un conservatoire particulièrement riche d’enduits anciens aux aspects aussi multiples qu’inattendus, mais des exemples d’enduits décorés et peints authentiques se retrouvent à travers toute la France. Sur les façades du château de Maulnes, les enduits du xvie siècle conservent de grandes surfaces de faux-joints gravés très fins imitant un appareil régulier de pierre de taille. De la même manière, en 1540, le frère de l’architecte Pierre Lescot prescrivait que les façades de son château de Lissy, non loin de Paris, seraient en plâtre « comme de pierre de taille et les joints de couleur qui leur apartient engravées dedans ledit plastre justement à nyveau et plomb ». Il précisait même que l’ensemble des parements devrait être mis « en couleur d’occre et pierre de taille ».

13Dans un objectif plus éloigné de la simple imitation, les enduits du château de Couchey et de plusieurs maisons construites à Châtillon-sur-Seine au xviie siècle (fig. 6) prennent la forme d’appareils décoratifs à bossages ou à ciselures particulièrement riches, qui dépassent complètement la technique constructive assez banale des bâtiments.

Fig. 6 : Façade enduite du xviie siècle imitant un appareil rustique sur une maison de Châtillon-sur-Seine.

Fig. 6 : Façade enduite du xviie siècle imitant un appareil rustique sur une maison de Châtillon-sur-Seine.

© Jacques Moulin

14Enfin, au château de Jouancy, les enduits Renaissance reproduisent les placages de marbres polychromes qui recouvraient les façades des palais vénitiens contemporains (fig. 7).

Fig. 7 : Enduits décorés du château de Jouancy (Yonne), imitant vraisemblablement les façades vénitiennes contemporaines, plaquées de marbres polychromes.

Fig. 7 : Enduits décorés du château de Jouancy (Yonne), imitant vraisemblablement les façades vénitiennes contemporaines, plaquées de marbres polychromes.

© Bernard Collette

  • 9 Giacomo Boni, « La Cà d’Oro e le sue decorazioni policrome », Archivio Veneto, XXXXIV – 1, 1887, p. (...)

15Il est difficile de savoir aujourd’hui quelle coloration accompagnait à Jouancy des enduits aussi sophistiqués, mais il n’est pas inutile de rappeler qu’à Venise même, les plus belles façades de marbres polychromes du xve siècle étaient, dès leur construction, peintes en faux marbre. C’est ainsi que les marchés passés le 15 septembre 1431 sous le contrôle de l’architecte Zuane Bon pour la façade de la Cà d’Oro, un des plus beaux palais bordant le Grand Canal, indiquent que le peintre Giovanni di Francia devait couvrir en vernis à l’huile de couleur rouge tout l’appareil de marbre de Vérone, et que les merlons de marbre blanc qui couronnent l’édifice devaient être peints en blanc, également à l’huile, « ombrizadi a muodo de marmoro » avec de faux veinages noirs9.

  • 10 Renseignements aimablement transmis par Bruno Decaris, ACMH, à la suite de l’étude faite préalablem (...)

16En France même, les façades appareillées en pierre de taille pouvaient être beaucoup plus colorées qu’elles le paraissent aujourd’hui. Bien que le château d’Ancy-le-Franc ait été élevé avec une magnifique pierre blanche parfaitement mise en œuvre, que l’on croit aujourd’hui avoir été une caractéristique constante de l’aspect du bâtiment, un examen rapproché des maçonneries montre qu’au xvie siècle, les façades entourant la cour d’honneur étaient entièrement peintes en rouge et en jaune10 (fig. 8). Cette polychromie violente soulignait les reliefs assez légers de l’architecture et démultipliait son effet monumental. Dans cet ensemble très coloré, les fausses niches étaient peintes en gris foncé souligné d’ornements dorés, en raccord avec les panneaux d’ardoise gravés et dorés enchâssés dans certaines d’entre elles (fig. 9).

Fig. 8 : Vestiges de la peinture jaune qui recouvrait au xvie siècle une agrafe des façades entourant la cour d’honneur du château d’Ancy-le-Franc (Yonne).

Fig. 8 : Vestiges de la peinture jaune qui recouvrait au xvie siècle une agrafe des façades entourant la cour d’honneur du château d’Ancy-le-Franc (Yonne).

© Bruno Decaris

Fig. 9 : Niche peinte en fausse ardoise avec un décor de filets et de motifs végétaux dorés. Château d’Ancy-le-Franc (Yonne), cour d’honneur.

Fig. 9 : Niche peinte en fausse ardoise avec un décor de filets et de motifs végétaux dorés. Château d’Ancy-le-Franc (Yonne), cour d’honneur.

© Thomas Clouet

17Au château de Fontainebleau, l’apparente modestie des façades élevées par François Ier a longtemps été mise sur le compte de l’ingratitude du matériau de construction local, le grès, et d’une architecture économique peu soucieuse de son aspect extérieur, mais l’observation des parements anciens qui n’ont pas été grattés, comme ceux du portique de Serlio ou du balcon de service de la cour Ovale, montre jusqu’à six couches de badigeons superposés au cours des siècles, de couleur ocre, beige ou rosé, accompagnés de traces de faux-joints blancs, noirs ou rouges (fig. 10).

Fig. 10 : Couches de badigeons colorés superposées, conservées malgré les nettoyages successifs sous le portique de Serlio de la cour Ovale du château de Fontainebleau (Seine-et-Marne).

Fig. 10 : Couches de badigeons colorés superposées, conservées malgré les nettoyages successifs sous le portique de Serlio de la cour Ovale du château de Fontainebleau (Seine-et-Marne).

© Jacques Moulin

  • 11 C. Grodecki (dir.), op. cit., t. II, p. 175.
  • 12 Édouard-Jacques Ciprut, Mathieu Jacquet. Sculpteur d’Henri IV, Paris, A. et J. Picard, 1967, p. 142

18L’étude détaillée de ces décors mériterait d’être faite mais, d’ores et déjà, il apparaît que les plus récents d’entre eux datent du début du xixe siècle, lorsque Napoléon Ier ordonna la remise en état du château. Les décors précédents datent donc tous de l’Ancien Régime, et il est probable que les plus anciens remontent à la Renaissance. Faute d’information encore complète sur Fontainebleau, il est nécessaire une nouvelle fois de se reporter aux marchés de travaux du xvie siècle pour connaître l’intensité des peintures qui accompagnaient parfois les façades maçonnées les plus riches. Ainsi, Jean Dutan fut chargé en 1572 de peindre sur la façade d’une maison bourgeoise parisienne « ung Mars [et] ung Venus avec son Cupido, coulleur de bronze, qui seront chacun en une niche de blanc et noir11 ». De la même manière, les six grandes statues de pierre qui ornaient l’aile nord du château de Verneuil furent « bronzées et dorées » par Mathieu Jacquet en 160112. Dans la découverte de la peinture extérieure des bâtiments de la Renaissance, la recherche est encore à ses débuts, mais il sera un jour nécessaire de s’interroger sur les harpes de pierre qui figurent sur les façades de la cour du château d’Écouen, dessinées par Jacques Androuet du Cerceau, alors que les façades actuelles en pierre de taille ne laissent apercevoir aucun appareil semblable (fig. 11). Ces harpages étaient-ils donc peints ? De la même manière, et par le même dessinateur, la représentation volontairement contrastée des façades du Petit-Château de Chantilly n’a de sens que si l’on admet que ses parements était initialement colorés comme ceux du château d’Ancy-le-Franc (fig. 12). Dans l’état actuel des connaissances, ces questions ne relèvent encore que de l’hypothèse, mais il est possible qu’une observation plus poussée ou l’exploitation d’archives négligées apportent une image considérablement renouvelée de l’architecture française du xvie siècle.

Fig. 11 : Façade de l’aile nord du château d’Écouen (Val-d’Oise), dans son état actuel et dessinée vers 1570 par Jacques Androuet du Cerceau.

Fig. 11 : Façade de l’aile nord du château d’Écouen (Val-d’Oise), dans son état actuel et dessinée vers 1570 par Jacques Androuet du Cerceau.

© Jacques Moulin

Fig. 12 : Façade d’entrée du Petit-Château de Chantilly (Oise), dans son état actuel et dessinée vers 1570 par Jacques Androuet du Cerceau.

Fig. 12 : Façade d’entrée du Petit-Château de Chantilly (Oise), dans son état actuel et dessinée vers 1570 par Jacques Androuet du Cerceau.

© Jacques Moulin

Des couvertures rutilantes et des menuiseries plus nuancées

19Comme les façades, les toitures et les menuiseries participaient également à l’aspect coloré des bâtiments. Les tuiles vernissées polychromes sont perçues aujourd’hui comme une caractéristique de l’architecture bourguignonne (fig. 13) mais, jusqu’au xviiie siècle, elles se retrouvaient dans pratiquement toutes les régions de France.

Fig. 13 : Maquette réalisée vers 1736 montrant les couvertures en tuiles vernissées polychromes qui garnissaient les toitures des différents bâtiments de l’Hôtel-Dieu de Beaune (Côte d’Or) au xviiie siècle.

Fig. 13 : Maquette réalisée vers 1736 montrant les couvertures en tuiles vernissées polychromes qui garnissaient les toitures des différents bâtiments de l’Hôtel-Dieu de Beaune (Côte d’Or) au xviiie siècle.

© Frédéric Didier

  • 13 Isabelle Rambaud (dir.), Le Château de Blandy-les-Tours, Melun – Moisenay, Conseil général de Seine (...)
  • 14 C. Grodecki (dir.), op. cit., t. I, p. 123 et 125 ; P. Patte, op. cit., t. VI, p. 353.

20L’église des Bernardins à Paris, la collégiale de Mantes et la cathédrale de Meaux en étaient recouvertes, et des épis de faîtage bariolés émaillaient les toitures des châteaux de Normandie, de Picardie et d’Île-de-France. Durant la Renaissance, le château provençal de La Tour-d’Aigues était couvert de tuiles vernissées noires imitant l’ardoise et, encore aujourd’hui, l’église Saint-Étienne de Brie-Comte-Robert conserve de nombreuses tuiles vernissées vert-foncé datant du xviie siècle, semblables à celles que les fouilles ont mises au jour récemment au pied du château médiéval de Blandy-les-Tours13. Selon les régions, les toitures d’ardoise présentaient des tonalités différentes, allant du gris au bleu en passant par le mauve des ardoises ardennaises, mais leur coloration principale venait des ornements de plomb, systématiquement blanchis jusqu’à la fin du xviiie siècle14, et souvent dorés et peints (fig. 14). Ainsi, en 1555, Pierre Lescot commanda pour deux pavillons et la galerie du château de Vallery

  • 15 C. Grodecki (dir.), op. cit., t. I, p. 146.

de paindre et dorer d’or fin et de bon aseur le bourceau et mambre rond en tortiz d’or et d’aseur et de mesme sorte le membre rond au-dessoubz servant d’architrave, et entre deulx paindre la frize large d’un pied des devises dud. Seigneur, le tout selon et ainsi que le pourtraict et decint que pour ce faire en a esté baillé15.

Fig. 14 : Toitures du milieu du xviie siècle avec ornements de plomb doré et blanchi. Dessin joint aux marchés de construction du château de Berny, par François Mansart. Paris, Archives nationales.

Fig. 14 : Toitures du milieu du xviie siècle avec ornements de plomb doré et blanchi. Dessin joint aux marchés de construction du château de Berny, par François Mansart. Paris, Archives nationales.

Cliché atelier de photographie du Centre historique des Archives nationales

  • 16 Ibid., p. 216.
  • 17 Ibid., p. 62.

21En 1561, l’épi de faîtage du clocher de l’église de Nantouillet est décrit « blanchy et estoffé d’or et de coulleurs bien et deuement, mesme le cochet, qui sera doré s’il est besoin16 ». Enfin, en 1585, un marché passé avec le plombier Jean Delarue pour une maison parisienne précisait que « les bavettes et enfestemens, dessentes de thuiaux [devaient être] de plomb etamé, paint et nellé17 ».

  • 18 Ibid., p. 149.
  • 19 Louis Savot, L’architecture françoise des bastimens particuliers, Paris, S. Cramoisy, 1624 : « On p (...)
  • 20 Vue de la maison royale de Fontainebleau, huile sur toile (2,92 × 2,42 m) par Pierre-Denis Martin, (...)
  • 21 Communs de l’abbaye du Perray-Neuf, à Précigné (Sarthe), dont les menuiseries ont toujours été pein (...)
  • 22 Frédéric Didier, « Les menuiseries des croisées de la façade sur jardin […] », Monumental, semestri (...)
  • 23 Bertrand Jestaz, Jules Hardouin-Mansart : vie et œuvre, Paris, Picard, 2008, p. 75.
  • 24 En 1867, le décapage des badigeons qui recouvraient les pierres du pavillon d’entrée du quartier He (...)

22Sur les façades, les menuiseries contribuaient également à la coloration de l’architecture, mais de manière plus secondaire. Du début de la Renaissance au milieu du xviie siècle, les portes et fenêtres des édifices de qualité étaient presque systématiquement peintes en faux bois, comme le décrit le marché passé en 1559 avec le peintre parisien Jacques Blasme chargé de « vernyr de bon verny loyal […] en coulleur de boys [de] noyer18 » les fenêtres du manoir de Vaugien, à Saint-Rémy-lès-Chevreuse19 ; et cette pratique a perduré longtemps sur les portes des immeubles parisiens. La réalisation de ces faux bois nécessitant un fond de peinture ocre jaune sur lequel était appliqué un vernis brun foncé imitant le veinage, il est possible que l’économie de cette deuxième couche, ou son usure progressive, ait favorisé la généralisation des peintures simplement ocrées que l’on retrouve au xviie et dans la première moitié du xviiie siècle, aussi bien sur les menuiseries du château de Fontainebleau20 que sur des édifices plus modestes21. Au château de Versailles, les fenêtres furent également peintes en ocre jaune, depuis leur mise en place sous Louis XIV jusqu’à la fin du xviiie siècle22, et cette couleur s’imposa en ville au point que le maréchal de Bellefonds, qui aurait préféré peindre en blanc les menuiseries de son hôtel, s’en plaignit auprès de son architecte23. Un certain affadissement des couleurs des menuiseries est toutefois perceptible dès l’époque de Louis XIV, et il est significatif qu’au cours des xviiie et xixe siècles, le faux bois et l’ocre jaune des portes et fenêtres du château de Fontainebleau aient été régulièrement remplacés par un gris clair.

Les controverses qui se sont développées au xixe siècle sur l’emploi de la couleur sur les bâtiments antiques et sur les sculptures ont manifestement eu des répercussions sur l’interprétation actuelle des architectures françaises de la Renaissance et de l’époque classique. Perçue comme une pauvreté technique ou comme un moyen de camoufler la réalisation aléatoire de certaines maçonneries, la peinture des façades a été assimilée à une faiblesse architecturale, et donc à un défaut. Selon cette logique, les décors peints de nombreux monuments ont été oubliés et même volontairement détruits, comme au château de Fontainebleau où le nettoyage des façades a fait l’objet de campagnes de travaux systématiques après le Second Empire24. Or, une meilleure connaissance des bâtiments anciens fait apparaître le rôle parfois considérable de la couleur dans leur aspect originel, ou dans leur évolution au cours des siècles. La peinture ou les badigeons qui supportaient cette coloration étaient donc considérés comme une valorisation des ouvrages, et non comme une simple protection ou un cache-misère. Tant que cette valeur ajoutée que pouvait présenter la peinture ne sera pas correctement comprise, la connaissance même des caractéristiques monumentales qui en découlent restera marginale. C’est donc l’interprétation que nous donnons aujourd’hui à la peinture des bâtiments qui doit être changée, et peut-être découvrirons-nous alors certains des monuments français les plus célèbres sous un jour encore insoupçonné.

Haut de page

Notes

1 Façade sur rue du bâtiment principal du lycée privé Sainte-Croix, 22 rue Saint-Thibault.

2 Architecture et décors peints, actes du colloque organisé par la direction du Patrimoine (Amiens, octobre 1989), Paris, Direction du Patrimoine, 1989. Bernard Voinchet, « Contribution à la connaissance des traitements de surface et des décors de maçonnerie de brique », p. 151 ; Étienne Poncelet, « Les badigeons dans les villes de Flandre française. L’exemple de la Vieille Bourse », p. 168.

3 L’étude préalable à la restauration du château a été effectuée en 1987, et les travaux correspondants se sont déroulés de 1988 à 1994.

4 Catherine Grodecki (dir.), Histoire de l’art au xvie siècle, Paris, Archives nationales, 1985-1986, t. I, p. 122.

5 Jacques Androuet du Cerceau, Les plus excellents bastiments de France, t. I, Paris, s. n., 1576.

6 Augustin-Charles d’Aviler, Cours d’architecture qui comprend les ordres de Vignole […], t. II : Explication des termes d’architecture […], Paris, J. Mariette, 1720, p. 436.

7 Pierre Patte, Cours d’architecture […], Paris, Vve Desaint, 1771-1777, t. V, p. 297.

8 Façades des anciennes cours masquées par des constructions du xviiie siècle et apparues lors des études ou des travaux de restauration du cabinet doré de la reine et de l’antichambre des Chiens. Également, façades de la cour de la forge de la maréchalerie. Renseignements aimablement transmis par Frédéric Didier, ACMH, archives de l’agence d’architecture du château de Versailles.

9 Giacomo Boni, « La Cà d’Oro e le sue decorazioni policrome », Archivio Veneto, XXXXIV – 1, 1887, p. 125-126. Document aimablement signalé et transmis par Bertrand Jestaz.

10 Renseignements aimablement transmis par Bruno Decaris, ACMH, à la suite de l’étude faite préalablement à la restauration des façades du château.

11 C. Grodecki (dir.), op. cit., t. II, p. 175.

12 Édouard-Jacques Ciprut, Mathieu Jacquet. Sculpteur d’Henri IV, Paris, A. et J. Picard, 1967, p. 142.

13 Isabelle Rambaud (dir.), Le Château de Blandy-les-Tours, Melun – Moisenay, Conseil général de Seine-et-Marne – Gaud, 2007.

14 C. Grodecki (dir.), op. cit., t. I, p. 123 et 125 ; P. Patte, op. cit., t. VI, p. 353.

15 C. Grodecki (dir.), op. cit., t. I, p. 146.

16 Ibid., p. 216.

17 Ibid., p. 62.

18 Ibid., p. 149.

19 Louis Savot, L’architecture françoise des bastimens particuliers, Paris, S. Cramoisy, 1624 : « On peint à l’huile en couleur de bois vne traué, l’vne portant l’autre, pour quatre liures dix sols […] ».

20 Vue de la maison royale de Fontainebleau, huile sur toile (2,92 × 2,42 m) par Pierre-Denis Martin, dit le Jeune, Musée national du château de Fontainebleau.

21 Communs de l’abbaye du Perray-Neuf, à Précigné (Sarthe), dont les menuiseries ont toujours été peintes à l’ocre depuis le milieu du xviiie siècle.

22 Frédéric Didier, « Les menuiseries des croisées de la façade sur jardin […] », Monumental, semestriel 2, 2005, p. 38-40.

23 Bertrand Jestaz, Jules Hardouin-Mansart : vie et œuvre, Paris, Picard, 2008, p. 75.

24 En 1867, le décapage des badigeons qui recouvraient les pierres du pavillon d’entrée du quartier Henri IV est confié au peintre Desguiraud (Archives du château de Fontainebleau, 1867, carton 5). Pratiquement toutes les interventions effectuées sur les façades du château depuis cette date ont compris le nettoyage des enduits ou peintures qui recouvraient les parements de pierre ou de brique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Fenêtre peinte de la façade principale de la maison construite au xiiie siècle par le banquier Renier Accorre, à Provins (Seine-et-Marne).
Crédits © Thomas Clouet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1692/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 2 : Encadrement de fenêtre peint en rouge sur l’église Notre-Dame-de-la-Nativité de Donnemarie-Dontilly (Seine-et-Marne).
Crédits © Jacques Moulin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1692/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 3 : Façade en brique et pierre du château de Chamerolles, élevée au début du xvie siècle et entièrement peinte en fausses briques rouges et noires à une date indéterminée, antérieure au xviiie siècle.
Crédits © Jacques Moulin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1692/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 4 : Détail des parements extérieurs de brique peints en fausse brique au château de Carrouges (Orne).
Crédits © Claude-Catherine Terrier, CMN
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1692/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 5 : Façade de l’aile Louis XII du château de Blois, dans son état actuel et dessinée vers 1570 par Jacques Androuet du Cerceau.
Crédits © Jacques Moulin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1692/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 6 : Façade enduite du xviie siècle imitant un appareil rustique sur une maison de Châtillon-sur-Seine.
Crédits © Jacques Moulin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1692/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 7 : Enduits décorés du château de Jouancy (Yonne), imitant vraisemblablement les façades vénitiennes contemporaines, plaquées de marbres polychromes.
Crédits © Bernard Collette
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1692/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 8 : Vestiges de la peinture jaune qui recouvrait au xvie siècle une agrafe des façades entourant la cour d’honneur du château d’Ancy-le-Franc (Yonne).
Crédits © Bruno Decaris
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1692/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 9 : Niche peinte en fausse ardoise avec un décor de filets et de motifs végétaux dorés. Château d’Ancy-le-Franc (Yonne), cour d’honneur.
Crédits © Thomas Clouet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1692/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 10 : Couches de badigeons colorés superposées, conservées malgré les nettoyages successifs sous le portique de Serlio de la cour Ovale du château de Fontainebleau (Seine-et-Marne).
Crédits © Jacques Moulin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1692/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 11 : Façade de l’aile nord du château d’Écouen (Val-d’Oise), dans son état actuel et dessinée vers 1570 par Jacques Androuet du Cerceau.
Crédits © Jacques Moulin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1692/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 12 : Façade d’entrée du Petit-Château de Chantilly (Oise), dans son état actuel et dessinée vers 1570 par Jacques Androuet du Cerceau.
Crédits © Jacques Moulin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1692/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 13 : Maquette réalisée vers 1736 montrant les couvertures en tuiles vernissées polychromes qui garnissaient les toitures des différents bâtiments de l’Hôtel-Dieu de Beaune (Côte d’Or) au xviiie siècle.
Crédits © Frédéric Didier
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1692/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 14 : Toitures du milieu du xviie siècle avec ornements de plomb doré et blanchi. Dessin joint aux marchés de construction du château de Berny, par François Mansart. Paris, Archives nationales.
Crédits Cliché atelier de photographie du Centre historique des Archives nationales
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1692/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Moulin, « Quand les châteaux étaient peints », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 05 juin 2007, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://crcv.revues.org/1692 ; DOI : 10.4000/crcv.1692

Haut de page

Auteur

Jacques Moulin

Après des études d’architecture et d’histoire de l’art au cours desquelles il fut l’élève de Marcel Lods, Georges-Henri Pingusson et Alain Erlande-Brandenburg, Jacques Moulin est devenu architecte en chef des Monuments historiques en 1984. Conjuguant la recherche historique avec la volonté de remettre en usage et en compréhension les monuments dont il effectuait la restauration, il s’est particulièrement attaché à la redécouverte des monuments de Provins, à celle des châteaux de Blandy-les-Tours, Chamerolles, Hautefort et Vaux-le-Vicomte, à l’abbaye Saint-Séverin de Château-Landon, ainsi qu’aux cathédrales d’Orléans et de Meaux. Depuis 1999, le ministère de la Culture lui a confié les travaux de restauration du domaine national de Fontainebleau, et il a été chargé en 2006-2007 du réaménagement et de la réouverture au public de la galerie des Gobelins, à Paris. Contact : contact@2bdm.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Jacques Moulin / 2007 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org