Navigation – Plan du site

Menuiseries des xviie et xviiie siècles

Paris et Saint‑Denis. Couleurs observées.
Door and window casings in the seventeenth and eighteenth centuries. Paris and Saint Denis. Colours observed
Benjamin Mouton

Résumés

Les couleurs anciennes des menuiseries des portes et des fenêtres de l’architecture des xviie et xviiie siècles se trouvent par sondages sur les témoins d’origine encore conservés. Des observations ont été effectuées systématiquement lors de travaux de restauration et ont livré des résultats très cohérents. Pour les menuiseries des fenêtres, le gris assez soutenu est la règle. L’évolution de l’intensité ne paraît pas, en revanche, suivre une tendance bien affirmée. Rares sont les cas de menuiseries laissées « au naturel ». Les recherches sur les portes cochères sont plus limitées mais confirment l’usage de couleurs très sombres.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction du résumé : Alexandra Keens

Texte intégral

1C’est à l’occasion de la restauration de l’élévation d’édifices anciens que la présence des menuiseries et leur traitement prend toute son importance dans la composition et l’échelle des percements et dans la coloration générale de la façade : identification des clôtures d’origine, identification des témoins encore existants, parfois cachés ou oubliés dans un endroit reculé, identification des transformations successives et donc des dispositions d’origine sont un premier travail essentiel qu’il faut mener et qui peut conduire à des découvertes étonnantes. L’identification de la couleur à partir de sondages effectués sur un vestige identifié est le complément indispensable du travail de restauration. À partir du bois, il n’est pas rare que la deuxième ou la troisième couche soit la première couleur destinée à être vue ; son degré de finition, sa patine parfois le confirment. Sur une vingtaine d’ensembles observés à Paris depuis à peu près huit ans, on a sélectionné une dizaine d’exemples pour illustrer cette démarche et tenter de dresser un bilan de ces observations.

Fig. 1 : Chœur et avant‑chœur des religieuses, Val‑de‑Grâce, Paris Ve arr., (milieu du xviie siècle).

Fig. 1 : Chœur et avant‑chœur des religieuses, Val‑de‑Grâce, Paris Ve arr., (milieu du xviie siècle).

© Benjamin Mouton ACMH

L’abbaye du Val‑de‑Grâce

2La construction du Val‑de‑Grâce, projet de François Mansart, commença en 1643 mais fut réalisée par ses successeurs, Jacques Lemercier dès 1646, pour quelques années seulement, et surtout Pierre Le Muet à partir de 1654 et Gabriel Leduc. La construction de l’église fut l’élément prépondérant de ce projet. Cependant, la première travée sud du chœur de l’église montre une hésitation, qui sera absorbée ensuite par la construction du chœur des religieuses et de l’avant‑chœur qui le précède (fig. 1), parties qui peuvent être attribuées à Pierre Le Muet pendant la seconde moitié du xviie siècle.

3Lors des travaux de restauration des façades et des toitures de cette aile en 1996 et 1997 (fig. 2), une menuiserie ancienne fut identifiée : elle comportait quatre vantaux et un imposte à oculus. Sous les différentes couches de peinture, la couche la plus ancienne, la troisième en partant du bois, était un gris soutenu qui fut reproduit à l’identique lors de la restauration.

Fig. 2 : Chœur et avant‑chœur des religieuses, menuiserie ancienne restaurée, Val‑de‑Grâce, Paris Ve arr. (milieu du xviie siècle).

Fig. 2 : Chœur et avant‑chœur des religieuses, menuiserie ancienne restaurée, Val‑de‑Grâce, Paris Ve arr. (milieu du xviie siècle).

© Benjamin Mouton ACMH

L’abbaye de Saint‑Denis

4À Saint‑Denis, l’abbaye de Suger fut reconstruite à partir de 1700 par Robert de Cotte. On lui doit en particulier l’aile est qui fut achevée en 1710, puis l’aile sud vers 1715 et l’amorce de l’aile ouest. Après son intervention, le chantier prit beaucoup de retard et l’ensemble ne fut achevé qu’à la veille de la Révolution. Alors qu’ils avaient auparavant servi au casernement, les bâtiments de l’abbaye furent affectés au début du xixe siècle à l’éducation des jeunes filles, pupilles ou filles des médaillés de la Légion d’honneur, et c’est toujours leur vocation aujourd’hui. Si les menuiseries furent refaites en grand nombre il y a quelques décennies, on conserve encore de nombreuses croisées du xixe siècle, notamment des fenêtres installées en 1820 dans les arcades du cloître pour mettre hors d’air les galeries de circulation. Ces menuiseries sont d’une couleur gris‑vert très soutenu. Mais c’est dans l’aile nord qu’a été identifiée une croisée à petits bois du xviiie siècle. Les sondages effectués sur le spécimen ont révélé un gris très soutenu quasiment dépourvu de vert : c’est de cette couleur qu’ont été peintes depuis lors toutes les croisées de la maison d’éducation de Saint‑Denis.

L’hôtel du Châtelet

5Situé au numéro 127, de la rue de Grenelle, l’hôtel du Châtelet fut construit par Mathurin Cherpitel en 1770. Après avoir été affecté à l’intendance de la Maison de l’Empereur puis de celle du roi, à l’ambassade de Turquie puis d’Autriche, il abrite aujourd’hui le ministère du Travail. Il conserve encore de nombreuses menuiseries anciennes en bon état sur le porche sur rue, et surtout sur les façades côté cour et côté jardin.

6Lors des travaux de restauration de la cour d’honneur en 1996, les croisées furent restaurées en œuvre et conservées in situ. Les sondages effectués à cette occasion ont révélé une couleur grise assez claire, plutôt gris perle, à peine « montée », qui fut adoptée pour l’ensemble des menuiseries.

L’hôtel de Choiseul‑Praslin

7Situé dans le haut de la rue de Bourgogne, il fut construit en 1775 par l’architecte Guillaume Trepsat sur une parcelle divisée en deux et lotie de façon symétrique.

Fig. 3 : Sondages de reconnaissance, hôtel du 48, rue de Bourgogne, Paris VIIe arr. (1775).

Fig. 3 : Sondages de reconnaissance, hôtel du 48, rue de Bourgogne, Paris VIIe arr. (1775).

© Benjamin Mouton ACMH

8Son état de conservation est tout à fait remarquable et comporte encore de très nombreuses menuiseries anciennes restaurées et conservées in situ. Les sondages (fig. 3) qui ont été effectués sur ces dernières ont révélé une première couche d’un gris soutenu, une seconde couche un peu plus claire et une troisième couche proche de la première, beaucoup mieux finie et qui semble être la couleur du xviiie siècle. C’est cette couleur que l’on retiendra pour l’ensemble des façades de l’hôtel.

L’hôtel de Courteilles, puis de Rochechouart

9L’hôtel de Courteilles, qui deviendra l’hôtel de Rochechouart (fig. 4), est situé un peu plus loin dans la rue de Grenelle, à côté de l’ancienne abbaye de Pentemont. Comme l’hôtel du Châtelet, il est l’œuvre de l’architecte Cherpitel, mais fut réalisé huit ans plus tard, en 1778. La façade principale sur cour est une composition colossale rythmée par dix pilastres cannelés corinthiens qui embrassent deux étages. Côté jardin, l’élévation est beaucoup plus sobre. Vers 1839, l’hôtel fut agrandi par Alphonse de Gisors ; il abrite aujourd’hui le ministère de l’Éducation nationale.

Fig. 4 : Sondages de reconnaissance, hôtel de Rochechouart, 110, rue de Grenelle, Paris VIIe arr. (1774).

Fig. 4 : Sondages de reconnaissance, hôtel de Rochechouart, 110, rue de Grenelle, Paris VIIe arr. (1774).

© Benjamin Mouton ACMH

10Les travaux de maçonnerie entrepris actuellement pour la restauration de la façade sur jardin ont permis de constater la présence de nombreuses menuiseries anciennes sur lesquelles des sondages ont été effectués. On identifie les couleurs suivantes :

  • sur le bois, deux couches gris clair ;

  • une couche d’un gris plus soutenu avec une tonalité verte ;

  • une couche d’un gris plus clair très fine qui n’adhère que faiblement ;

  • une couche à peine plus soutenue, gris-vert plus pâle.

11Il est intéressant de constater que cette dernière couleur est justement celle qui a été observée comme couleur d’origine sur les croisées de l’extension de l’aile Gisors au xixe siècle. On peut donc en conclure que la couleur qui précède (hormis son apprêt) est celle du xviiie siècle. On est frappé par son intensité particulièrement soutenue.

L’hôtel des Invalides

12Construit en un temps record, de 1671 à 1676, l’hôtel royal des Invalides est essentiellement l’œuvre de Libéral Bruand, même si, à partir de 1677, Jules Hardouin‑Mansart exalta cette architecture sobre par l’achèvement de l’église des Soldats et surtout par la construction de l’église du Dôme de 1679 à 1706, fortement inspirée du mausolée des Bourbons à Saint-Denis. Et même si ce furent les Robert de Cotte, père et fils, qui achevèrent la construction de l’ouvrage.

  • 1 Abbé Gabriel Pérau, Description historique de l’hôtel royal des Invalides, Paris, G.-N. Desprez, 17 (...)

13C’est surtout dans la partie la plus ancienne qu’ont été effectuées les études sur les croisées, à commencer par l’avant-corps central de l’aile nord donnant sur l’esplanade. L’hôtel des Invalides a été abondamment représenté, notamment au xviiie siècle avec l’ouvrage de l’abbé Pérau1. On avait pris l’habitude de ne pas signaler les menuiseries, et les baies apparaissaient telles que des trous vides, comme on le voit pour l’élévation nord, sauf pour les croisées du grand salon pour lesquelles les petits bois et les petits carreaux avaient été méticuleusement dessinés.

14L’explication n’est pas évidente d’emblée, car, aujourd’hui, les croisées en place sont dans leur très grande majorité à petits carreaux, et l’on reconnaît parmi elles une grande proportion de croisées xviie siècle.

15En y regardant de plus près, on remarque que, sur une croisée du rez‑de‑chaussée de cet avant‑corps, certains petits bois sont assemblés à tenons et mortaises, et à chevilles, tandis que les autres sont à mi‑bois. On observe également la trace très précise des anciennes vergettes, ce qui identifie des clôtures à panneaux de verre à plomb. Une barlotière de bois divisait les panneaux en deux, à l’emplacement des assemblages chevillés. Cette observation est confirmée par les textes qui précisent que les clôtures étaient à bornes et navettes, dans un souci d’économie. C’est au contraire dans une volonté de prestige et de représentation que le grand salon recevait des croisées à petits carreaux. À partir du xviiie siècle, pour des raisons de confort et de meilleure robustesse, les croisées furent agencées avec des petits bois. Toujours pour des raisons d’économie, et les textes le précisent également, les menuiseries n’étaient pas peintes mais laissées au naturel et protégées par l’application d’huile de noix. On a effectivement reconnu cette matière sous les couches de peinture rajoutées aux xviiie et xixe siècles. En revanche, dans la cour d’honneur, les lucarnes qui ventilaient les combles utilisés comme séchoirs étaient closes de « jalousies », sortes de treillages en demi-jonc croisé. Les descriptions de la fin du xviie siècle précisent que ces jalousies étaient peintes « couleur pierre ».

16Après les croisées, nos observations ont également porté sur les portes cochères, mais avec beaucoup moins d’exemples.

17À l’hôtel des Invalides, le portail de l’avant-corps central offre un très bel exemple de menuiserie du xviiie siècle. Dès l’origine, il est laissé « au naturel », ce qui, dans le contexte particulier d’économie, n’est pas surprenant.

18À l’église du Dôme, l’exception est de règle. Et si le portail, abondamment décoré, est peint d’un vert sombre très soutenu à l’extérieur, on voit cependant transparaître des éclats de dorure, dont la conservation, face intérieure, est beaucoup plus spectaculaire. Même si, ce sont sans doute des restaurations xixe siècle qui ont dû vraisemblablement reprendre les dispositions originales.

19Rue de Grenelle, encore, se trouve la fontaine des Quatre-Saisons, reconstruite par le sculpteur Edmé Bouchardon de 1739 à 1746. La composition est organisée de part et d’autre d’un avant‑corps central sur un fort soubassement bossagé. À gauche et à droite, deux portails. Celui de droite était encore pourvu d’une menuiserie ancienne : les sondages effectués ont révélé un gris très soutenu presque noir, qui fut adopté pour la restauration.

  • 2 Depuis la rédaction de cet article, les découvertes opérées ensuite lors de travaux sur les archite (...)

20En dehors des cas particuliers observés aux Invalides, on constate une certaine constance dans les couleurs des croisées pendant les deux siècles qui précèdent la Révolution. C’est en général un gris soutenu, voire très soutenu qui domine, sans que l’on puisse encore constater une évolution dans le temps2. Des observations assez proches peuvent d’ailleurs être effectuées dans la première moitié du siècle suivant, le xixe, avec une tonalité légèrement plus verte.

21Considérant la représentation de l’architecture au travers de l’iconographie de l’époque, où les menuiseries ne sont pas dessinées, faut-il voir là, par cette couleur sombre, une recherche analogue d’affirmation de l’architecture dans la répartition des pleins et des vides, sans brouillage superflu ? Cela n’est pas impossible. Il n’empêche que l’harmonie qui s’en dégage est particulièrement élégante et ajuste enfin le regard sur leur état d’équilibre.

22Si l’on prend en compte tout l’intérêt de ces ouvrages dits de « second œuvre » mais en réalité de première importance, il est clair désormais qu’il faut impérativement conserver, restaurer et maintenir en place sans modifications les menuiseries anciennes, non seulement sur les monuments majeurs, mais aussi sur le patrimoine au sens large. Cela en guise de première recommandation.

23La seconde serait de systématiser la démarche de la recherche de la couleur ancienne par sondages afin de guider la restauration. Mais également d’interdire les décapages – sauf dégorgement de moulures – pour conserver en place les témoins, et repeindre par-dessus. Cela nous mettra peut-être définitivement à l’abri des « blancs cassés » auxquels nous avons été jusqu’ici exposés.

Haut de page

Notes

1 Abbé Gabriel Pérau, Description historique de l’hôtel royal des Invalides, Paris, G.-N. Desprez, 1756.

2 Depuis la rédaction de cet article, les découvertes opérées ensuite lors de travaux sur les architectures du xviiie siècle ont largement corroboré ces observations.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Chœur et avant‑chœur des religieuses, Val‑de‑Grâce, Paris Ve arr., (milieu du xviie siècle).
Crédits © Benjamin Mouton ACMH
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1712/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 2 : Chœur et avant‑chœur des religieuses, menuiserie ancienne restaurée, Val‑de‑Grâce, Paris Ve arr. (milieu du xviie siècle).
Crédits © Benjamin Mouton ACMH
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1712/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 3 : Sondages de reconnaissance, hôtel du 48, rue de Bourgogne, Paris VIIe arr. (1775).
Crédits © Benjamin Mouton ACMH
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1712/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 4 : Sondages de reconnaissance, hôtel de Rochechouart, 110, rue de Grenelle, Paris VIIe arr. (1774).
Crédits © Benjamin Mouton ACMH
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1712/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Mouton, « Menuiseries des xviie et xviiie siècles », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 15 mai 2008, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crcv.revues.org/1712 ; DOI : 10.4000/crcv.1712

Haut de page

Auteur

Benjamin Mouton

Né à Paris en 1948, Benjamin Mouton est architecte en chef des monuments historiques (ACMH) depuis 1980. À ce titre, il est chargé, à Paris, de la cathédrale Notre-Dame, du Val-de-Grâce, de l’École nationale supérieure des beaux-arts, ainsi que de l’hôtel des Invalides, de l’École militaire et de l’hôtel du ministre des Affaires étrangères, et, à Saint-Denis, de la basilique et de la Maison d’éducation de la Légion d’honneur. Nommé inspecteur général des monuments historiques (IGMH) en 1994, il est responsable des monuments de Paris (sauf ceux du VIIe arrondissement) et de la région Picardie. Benjamin Mouton a été président de la Compagnie des architectes en chef des monuments historiques et président de la section française de l’Icomos. Il est aujourd’hui président de l’Académie d’architecture, codirecteur d’études du Centre des hautes études de Chaillot et a été nommé chevalier de la Légion d’honneur et officier des Arts et des Lettres, ainsi qu’Honorary Fellow of the American Institute of Architects. Contact : mouton.benjamin@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Benjamin Mouton / 2007 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org