Navigation – Plan du site

Contribution à l’étude des couleurs anciennes extérieures et intérieures de croisées de menuiseries des xviie et xviiie siècles, à Paris et Versailles ville

Contribution to the survey of old exterior and interior colours in muntin bars dating from the seventeenth and eighteenth centuries, in Paris and the town of Versailles
Frédérique Vouvé

Résumés

Cette démarche a été initiée par Claude Landes, expert en croisées anciennes, et par le LERM, spécialisé dans la caractérisation et le diagnostic des métaux anciens. Grâce aux recherches conjointes entreprises et au protocole d’échantillonnage mis au point par M. Landes, nous sommes en mesure, sur une croisée de menuiseries des xviie et xviiie siècles, d’identifier les matériaux constitutifs de la première mise en peinture réalisée sur celle-ci. À partir d’un examen détaillé de la stratigraphie de plusieurs échantillons, nous avons caractérisé les pigments, charges et liants mis en œuvre dans les strates les plus anciennes. Ces analyses ont été complétées par des mesures de colorimétrie. Ces recherches peuvent être entreprises d’un point de vue qualitatif et semi-quantitatif. Dans ce second cas, il est ainsi possible de remonter à une formulation proche de l’originelle, ce qui permet d’envisager une reconstitution à l’identique des couleurs extérieures de ces croisées. L’exposé sera illustré par les résultats obtenus après une étude des polychromies extérieures de l’hôtel d’Hallwyl (Paris, IIIe arrondissement), du 17, rue Champollion (Paris, Ve arrondissement), de l’ancien hôtel de Mayenne (Paris, IVe arrondissement), enfin du 10, avenue de Sceaux à Versailles ville.

Haut de page

Texte intégral

1Cette étude est le fruit d’une collaboration amicale avec MM. Landes et Bourlier, rencontrés par l’intermédiaire de M. Baptiste, architecte en chef des monuments historiques. L’approche proposée répond à la demande de maîtres d’œuvre soucieux de rester fidèles aux témoins historiques redécouverts et de les valoriser, en les intégrant dans un parti de restauration. Elle s’applique aux périodes non seulement historiques, mais également contemporaines. Cette approche a ainsi déjà fait l’objet de plusieurs rapports sur le même thème et dépasse largement le cadre de la région Île-de-France.

  • 1 « Fenêtres de Paris, xviie et xviiie siècles », Cahiers de la Rotonde, no 18, 1997 (catalogue de l' (...)

2En aval de l’étude des couleurs anciennes entreprise en laboratoire, Claude Landes a effectué pendant plusieurs années un travail d’inventaire et de recherche sur les croisées du xvie au xixe siècle, en particulier en retrouvant le nom des maîtres forgeurs estampillés sur les fiches des croisées. Grâce aux recherches conjointes effectuées en archives par Michel Bourlier, il a été démontré que l’essentiel de cette production provenait de la région de Saint-Étienne (42). De plus, la généalogie des maîtres forgeurs a pu être reconstituée1, permettant de dater la mise en place des croisées en fonction de la période d’activité des forgeurs.

3Afin de répondre à la demande de caractérisation des couleurs anciennes de croisées historiques parisiennes et versaillaises, Claude Landes a entrepris au préalable un examen minutieux qui a permis de sélectionner les croisées contemporaines de la construction des édifices considérés ou tout au moins les plus anciennes conservées. En l’occurrence ont été étudiés :

  • l’ancien hôtel de Mayenne, aujourd’hui lycée des Francs-Bourgeois, situé 21, rue Saint-Antoine, dans le IVe arrondissement de Paris, daté de la seconde moitié du xvie siècle, embelli en 1707 et 1709 ;

  • l’immeuble situé 17, rue Champollion, dans le Ve arrondissement de Paris, annexe de la Sorbonne, édifié entre 1667 et 1670 ;

  • enfin, l’ancien hôtel des postes et messageries de la Cour à Versailles, situé 10, avenue de Sceaux, édifié en 1673 par Libéral Bruand, architecte, remanié en 1760-1770.

4L’étude en laboratoire ayant démontré à travers d’autres études de cas que ces supports étaient traditionnellement repeints jusqu’à une période récente, les analyses ont été effectuées de manière à identifier les matériaux responsables de la coloration de la polychromie la plus ancienne retrouvée.

Bref rappel sur le vocabulaire et les techniques évoquées

5Par matière colorante, dans le contexte considéré, on entend les pigments, les charges minérales et plus accessoirement les liants organiques (voir glossaire). La part essentielle revient en effet aux deux premiers constituants évoqués, en tout cas à l’origine, certains liants vieillis modifiant la coloration de strates polychromes.

Les moyens analytiques mis en œuvre

6Les résultats présentés étant la synthèse des investigations entreprises en laboratoire, un bref récapitulatif permettra de mieux apprécier les moyens techniques mis en œuvre. Les échantillons (25 au total) parvenus au laboratoire ont été examinés. Seuls ont été retenus ceux qui comportaient la stratigraphie la plus complète. Ils ont été inclus dans de la résine, puis un examen en coupe a été réalisé sous microscope optique en lumière réfléchie (Polyvar de la marque Reichert-Jung), suivi d’examens complémentaires et d’analyses (dont la cartographie élémentaire) sous microscope électronique à balayage (JEOL JSM-820 couplé à un système d’analyses X, Idfix de la marque Samix). L’objectif recherché était d’identifier pigments et charges minérales.

7Ces investigations ont été complétées par des tests de coloration effectués sur des coupes stratigraphiques pour identifier les liants organiques. Ces recherches sont actuellement en cours.

Première étape : identification des constituants

L’hôtel de Mayenne : persistance des couleurs « claires »

8Quatre campagnes de mise en place de croisées ont été distinguées par Claude Landes sur cet édifice :

  • première période : 1707-1709 ;

  • deuxième période : 1714-1728 ;

  • troisième période : 1728-1744 ;

  • quatrième période : 1760-1770.

9Plusieurs prélèvements ont été effectués pour chaque période distinguée. Dans le premier cas, ils proviennent de la façade sud, pour les deuxième et quatrième périodes, de la façade ouest, enfin de la façade nord pour la troisième phase. Des croisées à petits carreaux ponctuent les façades de cet édifice. L’examen des stratigraphies révèle un très grand nombre de repeints quelle que soit la période considérée, à chacun pouvant correspondre l’application successive d’une couche d’apprêt coloré et d’une couche de finition.

10La palette des couleurs mises en œuvre est restée sensiblement la même, des couches anciennes à celles de surface ; elles « varient » de blanc à beige, les nuances pouvant être attribuées, dans certains cas, au vieillissement ou à la proportion en liants organiques. La composition des constituants minéraux révèle en effet exclusivement des produits de coloration blanche. Cette homogénéité ne permet pas toujours de distinguer l’application d’une couche d’apprêt de celle d’une couche de finition, les produits mis en œuvre étant sensiblement les mêmes dans les deux cas. L’identification en tant que couche de finition a en revanche été rendue possible par la présence de résidus de salissures atmosphériques identifiés entre deux repeints. Les constituants reconnus n’entrent pas dans la composition d’une couche peinte ou de protection. De coloration noire, opaque et de composition hétérogène, elle renferme en particulier des particules minérales siliceuses et des sels de calcium. Dans certains cas également, la présence d’une couche de protection est suspectée. La présence d’une couche brune translucide continue et brillante en surface de l’échantillon et d’un pic intense de carbone semblent confirmer cette hypothèse.

11Les matériaux les plus fréquemment identifiés dans la couche de finition la plus ancienne et le premier repeint sont la céruse (CO3Pb, Pb(OH)2) et une charge de carbonate de calcium, quelle que soit la période considérée. Du blanc de baryum (sulfate de baryum) est ajouté en tant que charge dans la couche de finition la plus ancienne pour la troisième génération de croisées (1728-1744). Ce fait est intéressant et contribue une fois de plus à avancer la période d’usage de ce produit, dont l’apparition en peinture est généralement datée de la fin du xviiie siècle.

12D’un point de vue technologique, les investigations révèlent l’utilisation d’une couche de finition, directement appliquée sur le substrat bois, sans couche de préparation, pour la première génération de croisées et la polychromie d’origine. Il en est de même pour le premier repeint. Le même constat est effectué pour les troisième et quatrième générations de croisées (polychromie la plus ancienne). Le premier repeint est en revanche constitué de deux strates : couche préparatoire et couche de finition.

Fig. 1 : Stratigraphie de la polychromie identifiée pour la troisième génération de croisées retrouvée à l’hôtel de Mayenne.

Fig. 1 : Stratigraphie de la polychromie identifiée pour la troisième génération de croisées retrouvée à l’hôtel de Mayenne.

© LERM, Arles / Frédérique Vouvé

L’annexe de la Sorbonne : une palette de couleurs « chaudes »

13Parmi les prélèvements réalisés sur la croisée de menuiserie à meneaux et croisillons, deux échantillons ont été retenus, l’un prélevé sur le dormant, le second sur un montant d’ouvrant. Les résultats des analyses, similaires dans les deux cas, mettent en évidence une palette de couleurs plus étendue, allant du rouge pour la polychromie la plus ancienne au jaune pâle, puis dans des teintes blanche à beige (fig. 2).

14Les constituants participant à la coloration de la polychromie la plus ancienne sont un mélange de terre rouge (oxydes de fer associés à des argiles et de la silice), additionnée de minium (PbO2, 2PbO), de céruse et de charges blanches, de blanc de baryum et de calcium. Cette couche de finition a été appliquée directement sur le substrat bois ; elle est d’ailleurs identifiée en plusieurs points dans les pores du bois.

15La présence de blanc de baryum amène à s’interroger sur la datation à attribuer à cette polychromie par rapport à la date de construction de l’édifice, remontant à la fin du xviie siècle, et à une période d’usage de ce pigment au plus tôt avancée à la première moitié du xviiie siècle.

Fig. 2 : Coupe stratigraphique de la polychromie mise en évidence sur le dormant de la croisée.

Fig. 2 : Coupe stratigraphique de la polychromie mise en évidence sur le dormant de la croisée.

© LERM, Arles / Frédérique Vouvé

Fig. 3 : Répartition du fer (à gauche) et du calcium (à droite) sur la zone photographiée précédente (cartographies élémentaires sous MEB).

Fig. 3 : Répartition du fer (à gauche) et du calcium (à droite) sur la zone photographiée précédente (cartographies élémentaires sous MEB).

© LERM, Arles / Frédérique Vouvé

Bâtiment des postes et messageries de la Cour à Versailles ville : une dominante jaune

16La croisée à petits carreaux étudiée est datée de la seconde moitié du xviiie siècle. Les prélèvements ont été extraits sur le petit battant. L’étude a été menée ici conjointement sur les polychromies intérieures et extérieures. Sur les deux faces de la croisée est mise en évidence, en première polychromie, une couche colorée ocre jaune épaisse, de texture grossière, composée de terre jaune (hydroxydes ferriques associés à des argiles, de la silice), de litharge (PbO), de céruse, de carbonate de calcium, pour les constituants minéraux, et d’un liant protéinique, pour la phase organique. Cette couche est bordée d’un fin liseré brun, de composition identique. Les repeints postérieurs côté extérieur révèlent la mise en œuvre de jaunes de tonalités différentes allant jusqu’au brun. Côté intérieur, la tendance est différente, avec des couches jaune, verte à blanche, en remontant vers la surface. Il s’agirait une nouvelle fois d’une couche de finition sans préparation du support.

Fig. 4 : Coupe stratigraphique de la polychromie mise en évidence côté extérieur.

Fig. 4 : Coupe stratigraphique de la polychromie mise en évidence côté extérieur.

© LERM, Arles / Frédérique Vouvé

Deuxième étape : la colorimétrie

17Afin de compléter les investigations précédentes, en particulier sur les polychromies mises en évidence sur la croisée de Versailles ville, des mesures de colorimétrie ont été effectuées pour évaluer la tonalité des deux strates les plus anciennes retrouvées côté intérieur et côté extérieur de la croisée, tonalité définie par la teinte, la saturation et la luminance. Les écarts entre celles-ci sont également communiqués.

18Ces mesures ont été obtenues avec un appareil Minolta CM-2600d. Les valeurs mesurées sont réunies dans le tableau suivant :

Fig. 5 : Mesures de colorimétrie (teinte, saturation, luminance).

Fig. 5 : Mesures de colorimétrie (teinte, saturation, luminance).

© LERM, Arles / Frédérique Vouvé

19Globalement, les tonalités ont des coordonnées proches ; l’écart mesuré entre celles-ci correspond à une valeur faible. Cette nuance est de plus faiblement perceptible à l’œil.

20Ces valeurs peuvent être retranscrites à l’aide d’un support coloré normalisé, dit « nuancier de référence NCS » (Natural Color System) riche de 1 750 nuances colorées. Chaque nuance est définie par des coordonnées spécifiques. Dans le cas qui nous intéresse, la nuance la plus proche correspond à la référence S 4020-Y40R.

21Cette dénomination nous renseigne sur sa tonalité et, sa saturation sa parenté avec les couleurs fondamentales (blanc, noir, jaune, rouge, bleu, vert) qui se traduisent par :

  • une nuance de 40 % de noir ;

  • une teneur chromatique de 20 % ;

  • une proportion de blanc de 40 % ;

  • une tonalité jaune dominante à 60 % et 40 % de rouge.

22Ces données trouvent une application concrète dans le cadre d’une rénovation, constituant au final une solution objective, rapide et peu onéreuse de caractérisation de la couleur.

Fig. 6 : Nuance NCS S 4020-Y40R.

Fig. 6 : Nuance NCS S 4020-Y40R.

© LERM, Arles / Frédérique Vouvé

23La démarche présentée, menée conjointement avec l’expert en menuiserie, l’archiviste et le laboratoire, a permis d’obtenir des résultats riches d’informations sur des éléments du second œuvre, bien souvent négligés. Jalons chronologiques d’un édifice ancien, les croisées renseignent sur les partis de décoration adoptés jadis, sur les produits et les technologies mis en œuvre. À ce sujet, de nombreuses similitudes ont été observées entre ceux et celles rencontrés sur des œuvres peintes. La période d’utilisation de certains pigments est sujette à discussion, en particulier celle du sulfate de baryum, identifié sur des croisées datées d’avant la première moitié du xviiie siècle.

24Enfin, les exemples traités et d’autres encore non évoqués ici révèlent une tendance de l’utilisation de la couleur des xvie et xviie siècles à nos jours. Alors que la palette de couleurs est assez diversifiée pour les périodes les plus anciennes (voir tableau chronologique), elle tend à s’uniformiser au cours des périodes suivantes, des nuances de blanc à beige étant le plus souvent rencontrées.

25La colorimétrie constitue une approche complémentaire à cette démarche et, contrairement à l’œil humain, garantit un caractère d’objectivité à la démarche de restauration. Un contrôle après restitution des couleurs permet de s’assurer de la bonne conformité des couleurs restituées aux couleurs originales.

Fig. 7 : Tableau chronologique.

Fig. 7 : Tableau chronologique.

© LERM, Arles / Frédérique Vouvé

Glossaire

  • Pigment : de nature minérale, il confère sa coloration à une couche, l’opacifie ; il n’est pas soluble dans un liant.

  • Charge : également de nature minérale, elle épaissit la couche et participe à sa coloration. Elles est de couleur blanche.

  • Liant : de phase organique, il assure le lien avec les autres phases. Dans le cas qui nous intéresse, il s’agit d’huile, de liants protéiniques (colles…), de cire…

  • Pigment siccatif : son usage est lié à la mise en œuvre d’un liant huileux. Il influe en effet sur son temps de séchage et sur la nature du film formé (cassant ou élastique). Citons par exemple certains composés du plomb, des terres (contenant du manganèse), des composés du zinc…

  • Fluidifiant ou solvant : liquide, il disperse les molécules d’une substance. Dans le cas d’une huile, il facilite son application et s’évapore au séchage.

  • Couche d’apprêt coloré : elle a pour but de régulariser le support ou de couvrir une couleur antérieure ; elle est généralement blanche.

  • Couche de finition : elle correspond à la couche visible et pouvait être recouverte d’une couche de protection.

  • Couche de protection : à base de cire ou de vernis, elle constitue une « barrière protectrice » contre les intempéries.

  • Teinte : c’est la proportion de couleurs fondamentales – et secondaires – (rouge, jaune, bleu et vert), traduite sur le diagramme trichromatique par des valeurs sur les axes a et b.

  • Saturation : c’est la proportion de blanc ajoutée à une couleur pure.

  • Luminance : elle renseigne sur l’intensité lumineuse d’une surface colorée.

  • Nuance : elle indique la parenté avec le noir S et la teneur chromatique maximale C de la couleur, dans le système de couleurs NCS.

  • Tonalité : elle indique la parenté exprimée en pourcentage de la couleur avec les deux couleurs fondamentales.

Haut de page

Notes

1 « Fenêtres de Paris, xviie et xviiie siècles », Cahiers de la Rotonde, no 18, 1997 (catalogue de l'exposition organisée par la Commission du Vieux-Paris à la Rotonde de la Villette, 22 janv.-20 av. 1997).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Stratigraphie de la polychromie identifiée pour la troisième génération de croisées retrouvée à l’hôtel de Mayenne.
Légende © LERM, Arles / Frédérique Vouvé
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1752/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 2 : Coupe stratigraphique de la polychromie mise en évidence sur le dormant de la croisée.
Légende © LERM, Arles / Frédérique Vouvé
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1752/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 3 : Répartition du fer (à gauche) et du calcium (à droite) sur la zone photographiée précédente (cartographies élémentaires sous MEB).
Légende © LERM, Arles / Frédérique Vouvé
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1752/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 4 : Coupe stratigraphique de la polychromie mise en évidence côté extérieur.
Légende © LERM, Arles / Frédérique Vouvé
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1752/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 5 : Mesures de colorimétrie (teinte, saturation, luminance).
Légende © LERM, Arles / Frédérique Vouvé
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1752/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 6 : Nuance NCS S 4020-Y40R.
Légende © LERM, Arles / Frédérique Vouvé
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1752/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 7 : Tableau chronologique.
Légende © LERM, Arles / Frédérique Vouvé
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1752/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Vouvé, « Contribution à l’étude des couleurs anciennes extérieures et intérieures de croisées de menuiseries des xviie et xviiie siècles, à Paris et Versailles ville », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 10 juin 2008, consulté le 26 mars 2017. URL : http://crcv.revues.org/1752 ; DOI : 10.4000/crcv.1752

Haut de page

Auteur

Frédérique Vouvé

Ingénieur d’études au Laboratoire d’études et de recherches sur les matériaux (LERM), Frédérique Vouvé est diplômée de troisième cycle de méthodes physiques appliquées à l’archéologie et à la muséographie (Bordeaux III). Après six années passées dans des entreprises de restauration d’œuvres d’art (peintures murales, objets et sculptures polychromes), elle devient technicienne et ingénieur d’études en laboratoire, chargée d’études dans le bâti ancien et plus particulièrement sur les problématiques couches de finition, polychromies anciennes et traitements. Elle est intervenue sur plusieurs sites pour l’étude préalable du portail de la Vierge dorée à Amiens (80) (DRAC Picardie), l’étude des peintures murales médiévales de Saint-Genest à Lavardin (41) (Arcoa), l’étude des peintures murales de l’église Saint-Martin à Illfurth (68) (Arcoa). Contact : f.vouve@lerm.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Frédérique Vouvé / 2007 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org