Navigation – Plan du site

La couleur des menuiseries : méthodes et résultats pratiques

The colour of door and window casings: practical methods and results
Michel Bourlier

Résumés

Les exigences les plus strictes doivent présider à toute décision de remise en état, aussi modeste soit-elle, de ce patrimoine mondial qui motive les échanges de ce jour. Domaine royal, demeure seigneuriale comme simple maison de ville ou des champs : seule la rigueur doit accompagner les exigences d’aujourd’hui pour répondre à celles de la culture de demain. La justification du choix de l’un de ces coloris déterminants pour la juste appréciation d’une architecture, l’inclination, guidée par le témoignage de l’un des rares écrits anciens ou sensibilisée par la précieuse iconographie d’alors1, méritent un temps d’arrêt avant toute exploitation envisagée d’un reste de coloris prélevé. En matière de couleur, la définition d’une option de remise en l’état, aussi surprenante soit-elle, reste toujours subordonnée à l’authenticité de son support. Encore faut-il s’assurer de la datation de ce support, par rapport à l’histoire toujours mouvementée d’une construction étudiée, avec les remaniements successifs qui ont marqué sa vocation, accompagné sa vie, dans les heures de gloire comme d’oubli… Fort de l’expérience acquise sur plus d’une centaine de chantiers, Claude Landes a clairement explicité le parcours initiatique qui, pour une meilleure appréhension des « couleurs de l’architecture », doit accompagner la datation de l’existant recensé.

Haut de page

Texte intégral

1Les exigences les plus strictes doivent présider à toute décision de remise en état, aussi modeste soit-elle, de ce patrimoine mondial qui motive les échanges de ce jour.

  • 1 Pour illustrer « Les Embarras de Paris » de Boileau (extrait des Satires), le graveur Bernard Picar (...)

2Domaine royal, demeure seigneuriale comme simple maison de ville ou des champs : seule la rigueur doit accompagner les exigences d’aujourd’hui pour répondre à celles de la culture de demain. La justification du choix de l’un de ces coloris déterminants pour la juste appréciation d’une architecture, l’inclination, guidée par le témoignage de l’un des rares écrits anciens ou sensibilisée par la précieuse iconographie d’alors1, méritent un temps d’arrêt avant toute exploitation envisagée d’un reste de coloris prélevé. En matière de couleur, la définition d’une option de remise en l’état, aussi surprenante soit-elle, reste toujours subordonnée à l’authenticité de son support. Encore faut-il s’assurer de la datation de ce support, par rapport à l’histoire toujours mouvementée d’une construction étudiée, avec les remaniements successifs qui ont marqué sa vocation, accompagné sa vie, dans les heures de gloire comme d’oubli… Fort de l’expérience acquise sur plus d’une centaine de chantiers, Claude Landes a clairement explicité le parcours initiatique qui, pour une meilleure appréhension des « couleurs de l’architecture », doit accompagner la datation de l’existant recensé.

3Dans la deuxième phase de ce parcours initiatique, nous tenterons de reconstituer les couleurs du temps par l’étude d’éléments négligés jusqu’ici pour leur petitesse : les « fiches du Forez » (ou « fiches à bouton » ou encore « fiches à double nœud »). Nous constaterons combien les résultats pratiques obtenus ont besoin de s’appuyer sur le témoignage écrit d’une économie disparue.

Une économie disparue

4Tout un métier englouti dans les éternels remous d’une agglomération industrielle surgit là, avec la résurrection des artisans de l’ombre au service des métiers de la lumière.

5C’est dans l’agglomération stéphanoise, vouée à l’industrie du fer et plus précisément à l’armurerie, que s’épanouit, dans un contexte très particulier, ce fleuron entre mille de la « clincaille » locale : la « fenêtre à la française ». Ce nouveau modèle d’ouverture succède au système à meneaux et croisillons. Il en conserve l’ossature structurée en croix (d’où le terme de « croisée »). Ces croisées, comme leurs volets extérieurs ou intérieurs, s’articulent en fonction de leur poids et de leur hauteur sur des charnières ou « fiches » adaptées en nombre et en dimensions. Cet important créneau de la quincaille de l’agglomération stéphanoise va connaître deux siècles de succès et une incroyable diffusion dans le royaume et ailleurs. La concurrence anglaise, libérée des interdits royaux au moment même où la loi Le Chapelier (1791) met fin aux corporations et aux marquages des fers, dans le courant des idées révolutionnaires, marque son déclin. Ce sont là les prémices d’une autre révolution, industrielle cette fois, celle des cadences de production. Elle frappera irrémédiablement ces produits de l’ère artisanale jusqu’à les faire disparaître. Dans un paradoxe fabuleux, la mémoire de ces objets, sans doute parmi les plus mineurs de l’histoire de l’architecture, s’avère indispensable aujourd’hui pour le recensement de l’authentique, encore existant dans sa fragilité.

6Une cinquantaine d’estampilles différentes de fiches du Forez, échelonnées sur deux siècles de production, ont été publiées dans le n° 18 des Cahiers de la Rotonde consacré aux « fenêtres de Paris » pour seulement une trentaine de patronymes d’artisans tous stéphanois. Or plus de cent ateliers familiaux stéphanois différents ont œuvré sur deux siècles dans la production spécifique de la « fiche à double nœud » ou « à bouton » ou encore « fiche dite du Forez ». La distribution de cette production s’est faite bien évidemment en fonction du secteur géographique desservi par le grossiste ou « mercier » local, la sous-traitance étant la règle dans l’économie libérale de l’époque.

  • 2 Stéphanois « bon teint », Pierre Poulleaux est capitoul de Toulouse en 1656. Dans la Ville rose, et (...)
  • 3 À Bordeaux s’installe une autre colonie stéphanoise turbulente avec les Alleon, les Barralon (1657) (...)
  • 4 En 1747, le Stéphanois Simon Pierre Thiollière est négociant et armateur à La Rochelle où l’on croi (...)
  • 5 Si l’on voit les Freconnet en 1688 et les Perreton en 1716 à Dijon, le Stéphanois Gabriel Val exerc (...)
  • 6 André Quaire, Benoît Flachat, Nicolas Blanc, M. Martourey, Mlle Desmarest en 1688. Les Larderet son (...)
  • 7 Les couleurs des crosses de bois de ces armes sont curieusement spécifiées le 24 avril 1687 comme é (...)
  • 8 Marseille, acte Laure notaire, 4 janvier 1663, capitaine Marc Michel.
  • 9 Rémy Malbeste, « marchand quincaillier Bourgeois de Paris », est parrain le 11 septembre 1661 d’Ant (...)
  • 10 Mathieu Verne et Claude Rozet, « tous deux marchands à Rome », parrainage du 6 juin 1673.

7Exceptionnellement, les plus audacieux de ces artisans arrivent à assurer eux-mêmes la commercialisation de leur marchandise. En dehors de la fréquentation obligée des grandes foires du royaume comme celle de Beaucaire (les inventaires locaux des négociants stéphanois Dupré nous les y montrent très assidus), chaque ville phare et chaque port du royaume voient s’implanter des comptoirs d’origine stéphanoise qui assurent la diffusion du produit. Ils s’installent à Toulouse2, Bordeaux3, La Rochelle4, Rouen, Orléans, Dijon et Rennes, comme sans aucun doute en Italie, en Espagne et au Portugal5. À Marseille, des conventions maritimes règlent au cas par cas le cheminement de la quincaille stéphanoise, présente dans une dizaine de comptoirs tenus par des Stéphanois bien implantés6. Cette marchandise suit les livraisons de la grande production armurière : à côté de son négoce d’armes de poing et de fusils7, la « clincaille » du négociant stéphanois Barthélémy Dupré et de son fils Henri se vend par commissionnaires à Lisbonne en « balles » ou « ballons » au mois de mars 1687. Elle se livre encore à Constantinople via Gênes et Malte, par le bateau Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle8. Une fois la cargaison vidée, le cargo ramène « si Dieu veut » 12 000 paires de cornes de moutons pour les manches de la coutellerie stéphanoise. Dès sa fabrication, la distribution de la « clincaille » se fait par voie d’eau : par la Loire proche, au départ du petit port forézien de Saint-Rambert, en surplus du charbon destiné à la population parisienne, puis de Roanne jusqu’à Orléans ; ou encore par le Rhône, du port important de Givors en direction de Lyon, capitale des Gaules, ou des ports secondaires de Serrières ou de Condrieux en direction de Vienne et du Dauphiné, voire de l’Italie (la Savoie est si proche). Cette distribution se fait encore par voie de terre, au moyen de voitures de roulage, les itinéraires étant définis en fonction de la géographie des avantages fiscaux, diversification infinie des droits de douane que dénonceront globalement un siècle plus tard les cahiers de doléances. Voituriers par voie d’eau ou de terre, charpentiers de bateaux et commissionnaires de toutes sortes restent indissociables du monde des forgeurs de fiches. Des alliances matrimoniales répétées entre ces professions accusent une communauté d’intérêts. Des parrainages sont assurés localement au hasard des actes paroissiaux stéphanois, par des marchands et quincailliers de Paris9, voire de Rome10.

8Aucune reconnaissance statutaire n’entoure cette fabrication si jalousement contrôlée par les négociants et les grossistes. Une mission locale prêchée par les capucins en 1710 frappe du « crime d’usure » ces gens d’affaires. Ils sont ainsi excommuniés et privés des sacrements qui tiennent lieu d’état civil ; baptêmes, mariages et sépultures en terre chrétienne sont interdits à ces marchands. Ils assortissent en effet leur dérisoire tarif d’achat du produit fabriqué par le don « librement consenti » d’une part de fer (livré en barres) avec la liberté pour l’artisan de la forger à son initiative. Cette mesquinerie permet néanmoins aux plus audacieux de « percer » à leur tour et d’accéder au poste enviable de « marchands‑fabricants » dans une économie disparue.

  • 11 Un constat identique s’impose pour la diffusion des « moulins à café » dont Saint-Étienne devient l (...)

9La répétition des alliances des forgeurs de fiches avec les nombreuses familles de couteliers stéphanois – régis par une « jurande » locale dès 1604 – conduit tout naturellement à la reproduction sur l’aile des fiches du patronyme de l’artisan accompagné de sa marque11. Le tout s’exécute dans le désordre le plus provincial : cette activité n’ayant ni existence légale ni représentation dans les « assemblées de ville », aucun acte notarié ne peut faire état de la cession d’une marque de fichaire, contrairement aux usages en cours dans le monde de la coutellerie. On « entre » par alliance chez un beau-père forgeur de fiches, qui entend par là couronner la valeur d’un bon apprenti et assurer la pérennité des affaires comme le bon établissement de sa fille. Plusieurs contrats « tenant lieu de fiançailles », devant notaire, nous montrent l’offre d’un toit, le partage d’un atelier familial, celui de ses contraintes comme de ses bénéfices. Aucune estimation financière ne chiffrera jamais ces libéralités, pour un métier qui n’a pas d’existence légale. Des associations de fait sont constituées le plus souvent à titre privé, mais elles prennent fin, pour plus de légalité, par actes notariés (arrangements successoraux, inventaires après décès). Le caractère bon marché du produit et sa solidité à toute épreuve, tout comme la solidarité du métier, font son succès.

Chantiers étudiés

Hôtel de Mayenne, 21, rue Saint-Antoine, à Paris, IVe 

Période de redéploiement de l’hôtel par Boffrand (1707-1709)

Fig. 1 : Fiche de croisée estampillée P. BÉRARD, forgeur de fiches à Saint-Étienne, seconde moitié du xviie siècle.

Fig. 1 : Fiche de croisée estampillée P. BÉRARD, forgeur de fiches à Saint-Étienne, seconde moitié du xviie siècle.

© Claude Landes

10Une très belle « fiche à bouton » se présente à nous dans l’élégance d’un graphisme très xviie siècle (fig. 1). Deux sceptres fleurdelisés en pointe, entrecroisés en sautoir, surmontent le patronyme P. BÉRARD.

  • 12 L’écu du grand Racine porte un rongeur et un cygne.

11Notre exigence d’authenticité est satisfaite. En effet, toutes les dates se rapportant à la vie du forgeur Pierre Bérard correspondent à la période des travaux entrepris par Boffrand. Pierre Bérard est fils du forgeur de fiches Simon Bérard et d’Anne Dotour. Son acte de mariage, conclu le 27 mai 1683, met en évidence la forte endogamie pratiquée dans ces milieux, puisque son épouse Antoinette Johannes est la veuve du fichaire Antoine Mournand. Pierre marie également sa sœur Anne Bérard au fichaire Claude Sannejard le 25 novembre 1685, en présence du forgeur de fiches Jacques Veyron devant le notaire Bessonnet. Enfin, sa propre fille, Anne Bérard, épouse le fichaire Jean Salomon le 27 mai 1705. Voilà un exemple du fonctionnement en réseau familial de ce milieu artisanal. Cette dernière alliance nous ramène aux deux sceptres entrecroisés de la marque Bérard. Dans l’esprit humoristique du temps présent comme on le sait dans les armoiries parlantes12, ils sont à la fois un astucieux rappel à la culture religieuse populaire d’alors, avec le roi Salomon, et, amusante publicité avant la lettre, l’assurance de la juste prestation d’un produit fini.

  • 13 Archives nationales, minutier central XXIV, 585.

12Nous arrivons à la même conclusion avec la marque du fichaire Antoine Grivolat retrouvée à l’hôtel de Mayenne. Le 10 septembre 1675, ce forgeur stéphanois épouse Louise Massard. L’inventaire de la grande quincaillerie cédée à son commis « repreneur » (pour 85 000 livres)13 par la veuve Robert née Jeanne Bouffette, sur le pont Neuf à Paris le 17 décembre 1717, révèle le foisonnement assez sinistre de 7 242 « fiches du Forez » anonymes, heureusement précédées de la mention éclairante de 750 fiches du sieur Grivolat et de deux de ses confrères, Mathoulin et Noyary.

  • 14 Contrat de mariage signé auprès du notaire Dupré à Saint-Étienne, collections privées de La Diana, (...)

13D’ailleurs, le chantier de l’hôtel de Mayenne nous réserve l’identification de ces deux derniers « forgeurs de fiches ». Pierre Mathourin (ou Mathoulin), fils de Jean Mathourin et de Claudine Davèze, une autre famille de fichaires, épouse14 Claudine Archer, fille de Claude Archer et d’Antoinette Masclet, et veuve de Pierre Molle. L’union religieuse a lieu le 31 novembre 1677 à Notre-Dame de Saint-Étienne, en présence de Pierre Davèze, cousin germain de l’époux. Devenu veuf, Pierre Mathoulin épouse en secondes noces Benoîte Toulot le 19 septembre 1683. Il meurt en 1725.

14Jean Noyary, fils du forgeur stéphanois Antoine Noyary et de Marie Molin, vit encore à Saint-Étienne en 1693. Il est le chef de file de toute une lignée de forgeurs de fiches largement répertoriés aux fenêtres de Paris. Le 13 octobre 1665, il épouse, par contrat passé chez le notaire stéphanois A. Desverneys, Agathe Reverchon, veuve de Jean Cérizier, de la proche paroisse de Saint-Priest-en-Jarez.

15La clientèle parisienne absorbe dans un anonymat qui fait règle la « clincaille » stéphanoise. Cette dernière arrive par voie d’eau de Roanne à Orléans, et jusqu’aux quais de Seine, avec l’importante quantité de charbon destinée à la capitale. En dehors de l’introduction massive sur un marché jalousement surveillé par les toutes-puissantes corporations parisiennes d’une production anonyme livrée en « tonneaux », « balles » ou « ballons » (comme le montrent de rares « lettres de voiture »), certains artisans réussissent cependant sous la Régence à traiter directement avec leur commanditaire, comme le font nos trois forgeurs avec la veuve Robert ou avec son commis.

Remaniements successifs et simple entretien après 1709

16La découverte de fiches à l’estampille A. VEYRON aux fenêtres de l’hôtel de Mayenne s’inscrit indéniablement dans une autre campagne de remaniement. André Veyron, « faiseur de fiches », est fils du forgeur Jacques Veyron (témoin au mariage de Claude Sannejard et d’Anne Bérard) et de Claudine Policard. Il épouse à Saint-Étienne, le 10 janvier 1728, Claudine Michel. Leurs descendants afficheront aux fenêtres de Paris leur fidélité au métier ancestral et à la clientèle parisienne.

Fig. 2 : Fiche de croisée estampillée A. ANCELIN, forgeur de fiches à Saint‑Étienne, seconde moitié du xviiie siècle.

Fig. 2 : Fiche de croisée estampillée A. ANCELIN, forgeur de fiches à Saint‑Étienne, seconde moitié du xviiie siècle.

© Claude Landes

17La fiche à double nœud présentée ici s’orne d’une fleur de lys couchée tête en avant, suivie du patronyme A. ANCELIN (fig. 2). De l’alliance du coutelier stéphanois Antoine Ancelin et de Madeleine Pompalon est issue une longue lignée d’artisans. Deux de leurs fils, portant tout deux le prénom d’Antoine, choisissent la fabrication des fiches. Antoine Ancelin épouse Catherine Rouchouze le 24 novembre 1739, et son frère homonyme Antoine Ancelin convole en justes noces avec Anne Champaley le 6 janvier 1752. Assiste à cette dernière union le cousin germain de l’époux, le fichaire Pierre Canonier. Nous voilà à nouveau dans l’esprit bien particulier qui anime l’activité artisanale : prégnance du réseau familial et alliance avec la coutellerie stéphanoise pour des artisans d’autant mieux dominés par le négoce local qu’ils sont le plus souvent illettrés.

Immeuble du 17, rue Champollion, à Paris, Ve, appartenant à la Sorbonne

  • 15 Voir le fonds notarial de La Diana à Montbrison.

18Il s’agit ici d’un cas particulièrement exceptionnel dans le recensement de l’authentique existant. La découverte d’une fiche estampée au nom d’A. PEYRARD précédée d’une fleur de lys nous apporte la preuve de l’authenticité du châssis. La vie d’André Peyrard, fils de Gabriel Peyrard, faiseur de fiches, et de Madeleine Mussieu, est bien connue grâce aux archives locales. Baptisé à la Grand’Église de Saint-Étienne le 23 mars 1642, André Peyrard s’est marié deux fois. Le 24 août 1666, il épouse Claudine Veyron, fille du fichaire Claude Veyron et de Catherine Chapelon, en présence de Jean Peyrard, « faiseur de fiches ». Veuf, il convole en secondes noces avec Madeleine Hastier le 20 juillet 168l. À défaut de l’acte de catholicité stipulant la première union, le contrat de mariage passé chez le notaire Bessonnet l’après-midi du 24 août 166615 restitue sur trois folios les usages du temps. Outre la somme de 240 livres, la fiancée apporte en dot « la jouissance d’une boutique et d’une cuisine situées derrière la maison que son père possède sur la rue Polignais à Saint-Étienne », cela « pour une durée de quatre années consécutives », c’est-à-dire le temps au futur époux de s’affirmer dans son métier. Assistent au mariage Pierre Caure, maître graveur de gardes d’épées, Jean Peyrard, forgeur de fiches et frère de l’époux, les deux maîtres couteliers Claude et Jean Chappelon (ce qui révèle la proximité des deux professions) et enfin les inévitables marchands Antoine Dussaulze et Louis Buisson, aux paraphes aussi talentueux que leurs « négoces ».

Hôtel d’Hallwyl, 28, rue Michel-le-Comte, à Paris, IIIe

19Penchons-nous à présent sur la découverte d’une « fiche du Forez » estampée A. NOYARY. On note son ingénieuse découpe en largeur qui permet à la même charnière d’assurer l’articulation de l’ouvrant de la fenêtre et de ses volets. Ce système se retrouve sur plusieurs fiches de ce site et apparaît « commercialisé » sur les planches aquarellées du catalogue de l’époque Premier Empire de la maison de quincaillerie stéphanoise Bizaillon, conservé par l’Association des amis du vieux Saint-Étienne.

  • 16 Voir Saint-Étienne, archives départementales de la Loire, 5 E.

20La découpe a épargné le patronyme du fichaire A. Noyary. Issu d’une solide dynastie de fichaires stéphanois, né à Saint‑Étienne le 22 septembre 1719 de Pierre Noyary, de même profession, et Alexie Bontemps, Antoine Noyary épouse le 13 janvier 1742 Marie Berlier, alliée au clan prolifique des Veyron. Antoine travaille avec ardeur et acquiert une aisance financière avant de perdre prématurément sa femme. Il épouse alors en secondes noces, le 2 septembre 1749, Marie Benoîte Blachon. Il profitera peu de cette seconde union et de l’aisance acquise car il mourra à l’âge de 43 ans. Il est inhumé comme « marchand de cette ville » en la chapelle du Saint‑Esprit de la Grand’Église de Saint‑Étienne (chapelle de la corporation des métiers du fer) le 24 janvier 1761. Marie Benoîte Blachon convole pour la seconde fois le 3 février 1762 avec un autre « forgeur de fiches », Barthélemy Chalayer. Les conventions matrimoniales (signées le 25 janvier 1762) devant le notaire Ferrandin16) qui lient les nouveaux époux révèlent une veuve bien nantie : 6 000 livres d’apport « dont quatre milles en l’état de neuf enclumes, étaux [estocs], fiches, marchandises… » que le « futur époux reconnaît avoir examinés et reconnus » ! Au temps même des aménagements prestigieux de Ledoux à l’hôtel d’Hallwyl, l’affaire Noyary, bien éloignée de l’idéal phalanstère des salines d’Arc-et-Senans (Doubs), projette, dans sa petitesse, un délicieux avant-goût de PME !

21Le châssis, contemporain, révèle l’estampille de CLAUDE MOVLIN. Cet atelier familial, qui provient d’une petite dynastie dynamique, adopte une fois pour toutes le graphisme en « V » de « Movlin » qui est peut-être un hommage discret au prénom de son fondateur Vital Movlin. D’autres fiches MOULIN retrouvées relèvent d’un autre atelier. Du prolifique mariage de Vital Movlin et de sa femme Laurence David, le 13 janvier 1715, est née une laborieuse fratrie de forgeurs de fiches. Sous la houlette paternelle d’un chef de famille disparu dix jours après son épouse, le 24 juin 1756, à l’âge de 69 ans, trois frères s’exercent avec ardeur à la production des fiches :

  • Claude Movlin, sans aucun doute l’auteur de la présente fiche, qui épouse le 3 août 1756 Claudine Gouilloud ;

  • un second Claude Movlin, qui est l’époux, depuis le 22 avril 1766, d’une Françoise Cote apparentée à la petite dynastie des Cave, dont la production de fiches est étonnamment abondante aux fenêtres de Paris ;

  • Jean‑Pierre ou Pierre Movlin enfin, sur lequel nous reviendrons, qui se épouse, avec le consentement de son père (car il est mineur), Antoinette Gonon.

22Est également contemporaine de l’aménagement de Ledoux l’estampille au chiffre de PIERRE VÉRON exhumée par Claude Landes. Pierre Véron est le fils d’André Véron, limeur de fiches, et de Claudine Michel ; il épouse le 1er février 1756 à Saint-Étienne Jeanne Marie Berlier.

La ferme des voitures de la cour et des messageries de Versailles, 140, avenue de Sceaux, Versailles17

  • 17 Adresse actuelle (l’ancienne adresse était 10 avenue de Sceaux).

23Avec la machine à remonter le temps, nous voici sur les mêmes lieux qu’il y a deux siècles et demi. Point d’avions, de TGV ou de moteurs Diesel pour nous conduire. Le bénéfice des prestations (déjà inégalées !) du service des coches de la cour et des messageries de Versailles nous a été offert. Nous avons en cours de route admiré l’élégance de quelques marchandes à la toilette, d’éventails ou de rubans, émules de la célèbre Rose Bertin. Les imposants cartons de leurs livraisons donnent à la partie supérieure du coche une silhouette profilée qui, dans l’attente de livrer des merveilles de plumes et de velours, tenterait alors le gracieux crayon de Moreau le Jeune.

24Ce bâtiment, aujourd’hui en réhabilitation, n’est autre, en effet, que le siège de la ferme des voitures de la cour et des messageries de Versailles ! Existence significative que celle de cet ensemble, voisin du domaine royal. De ce fait, il a été soumis à bien des contraintes administratives. Jacques Portier, professeur honoraire au lycée Hoche, nous livre le secret des fantômes qui l’ont animé au fil des siècles :

  • 1672 : construction pour 25 000 livres par l’architecte Libéral Bruant d’un « pavillon » pour Georges Pelissary, seigneur de Craignant, et La Bourdoisie, trésorier général de la Marine et des Galères ;

  • 1680 : cession de l’ensemble à Anne-Charlotte de Gondy, épouse séparée de Pierre Stoppa, lieutenant général des armées du roi, colonel du régiment des gardes-suisses ;

  • 1699 : cession d’une parcelle triangulaire par les Stoppa au maréchal d’Artaignan, qui la rétrocède en 1723 à Jacques Spérat, « horloger du roy ».

  • 1702 : vente de l’hôtel par les héritiers Stoppa à Louis de Rohan-Chabot, duc de Rohan, pair de France ;

  • 1728 : cession par Louis de Rohan-Chabot, pair de France, à Paul François de Béthune-Charost.

25La descendance de Béthune-Charost a compris que l’on peut faire fortune hors de l’oisiveté de la cour versaillaise et des fêtes maquillées. En mars 1740, le duc de Béthune-Charost vend l’hôtel pour 45 000 livres à la nouvelle société appelée la Ferme des voitures de la Cour et des messageries de Versailles. Celle-ci fonctionnera jusqu’à la Révolution avenue de Sceaux.

  • 18 Pierre Duon, après avoir fait fortune dans la quincaille locale, devient conseiller du roi. Il acqu (...)
  • 19 Décision du Conseil du roi le 10 juin 1738, confirmée et élargie le 17 avril 1753.

26La descendance des Béthune-Charost acquiert les mines de charbon de la seigneurie de Roche-la-Molière, près de Saint-Étienne18. Elles bénéficient19 du privilège exclusif de la réserve de ce combustible à la manufacture royale de Sèvres. Armand Joseph de Béthune-Charost se heurte à la fois localement à l’immobilisme provincial et à la lenteur du Parlement de Paris qui n’a pas prévu d’indemnisation des dégâts dits « de surface ». Ce « contentieux » dure jusqu’à la Révolution. L’illustre famille d’Osmond de Boigne en reprend l’exploitation en 1788. Béthune-Charost écrit des « traités sur l’agriculture » restés plus célèbres que les essais d’aménagements sociaux lancés dans les mines de l’agglomération stéphanoise et combien plus significatifs, on s’en doute, des temps nouveaux… La province s’est montrée si hermétique aux changements qu’il lui a fallu amener des ouvriers de Vincennes !

27Mais la voiture est arrivée… Il nous faut descendre du coche, et abandonner notre boule de cristal avec la poussière du voyage…

28Ces ouvrants de fenêtre battant sur le ciel d’Île-de-France dominent la « petite écurie du Roy ». Claude Landes exhume des « fiches à bouton » : elles portent l’estampille MOVLIN mais, curieusement, cette fois sans initiale indicative de prénom. Forgeur de 19 ans, Jean-Pierre ou Pierre Movlin, né le 10 novembre 1736, épouse Antoinette Gonon le 1er février 1756 (alors qu’il est mineur et donc sous l’autorité de son père Vital Movlin, qui décède par ailleurs la même année). Le 19 mars 1757 naît le premier enfant du couple, Philiberte Movlin. Son père est déclaré « forgeur de fiches ». Pierre n’atteindra la majorité qu’en 1761, à l’âge de 25 ans. Quoiqu’il soit mineur, donc sans existence légale, le forgeur de fiches doit continuer à faire fonctionner l’atelier familial.

29Se pourrait-il qu’une économie disparue et aussi négligée que celle des forgeurs de fiches puisse, malgré son apparente insignifiance, aider au recensement de l’authentique ici et ailleurs ? Ce serait une belle leçon du temps en démontrant, dans une société dite « de consommation », que tout effort, tout engagement n’est jamais inutile… Cette heureuse curiosité peut sembler quelque peu révolutionnaire par rapport à l’acquis sacralisé au xixe siècle… Elle serait une invite dynamique pour les chercheurs de demain à dépouiller encore et toujours ces sources écrites, seuls témoins irréfutables de ce que fut hier…

30Comment ne pas évoquer le témoignage de Pierre Goubert dans Parcours d’historien. Souvenirs 1915-1995 ?

En matière d’Histoire, il convient avant tout d’être non pas un discoureur mais un véritable historien, ce qui s’obtient par le travail d’abord artisanal qui consiste à hanter, déchiffrer et comprendre divers fonds d’archives. Seuls ceux‑ci donnent des lumières directes, précieuses, parfois nouvelles…

Haut de page

Bibliographie

Sources manuscrites

Bordeaux, archives départementales de la Gironde :

Les archives départementales de la Gironde 7 B 2350 conservent les carnets d’Antoine Castera, mercier quincaillier à Toulouse (1710-1730). Voir aussi les affichettes publicitaires de Jean Barrot « clincailler » à Bordeaux, place du Palais, G 2356, fo 48 et G 23666, fo 44 (1779-1789).

Saint-Étienne, archives départementales de la Loire :

Dépouillement de quelque 10 000 actes de catholicité, série E, registres paroissiaux de Saint‑Étienne, avec le bienveillant concours des Archives municipales de Saint‑Étienne.

Dépouillement systématique de quelque 500 actes de fonds notariaux déposés aux Archives départementales de la Loire ou dans les collections privées, dont celles de la Société d’histoire et d’archéologie du Forez La Diana, 7, rue Florimond-Robertet, 42000 Montbrison.

Sources imprimées

Activités de quincaillerie et serrurerie en général :

Bonnot, Détail général des fers, fonte, serrurerie, ferrure et clouterie à l’usage des bâtimens avec les tarifs des prix, par Bonnot, vérificateur de serrurerie, Paris, B. Morin, 1782.

Du Pradel Abraham [pseudonyme de Nicolas de Blégny], Le livre commode concernant les adresses de la ville de Paris et le trésor des almanachs pour l’année bissextile 1692, Paris, Vve de D. Nion, 1692.

Expilly l’abbé, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Paris, Desaint et Saillant, 1762-1770, t. III.

Savary Jacques, Dictionnaire universel de commerce, [ouvrage posthume continué et publié par Philémon-Louis Savary], Genève, héritiers Cramer et frères Philibert, 1742 ; Paris, 1748.

Économie en Forez :

Alléon-Dulac, Mémoires pour servir à l’Histoire naturelle des provinces de Lyonnois, Forez et Beaujolais, Lyon, Cl. Cizeron, 1765, 2 vol.

Babu Louis, La métallurgie dans la Loire, Saint-Étienne, Association française pour l’avancement des sciences, impr. Théolier, 1897.

Bonnafous Eugène, Histoire de Saint-Étienne et de ses environs, Saint-Étienne, Delarue, 1851.

Galley Jean-Baptiste, Catalogue de la bibliothèque de feu M. Louis Chalayer, bibliophile forézien, avec annotations de MM. Joseph Messiat et Raymond Guely, Saint-Étienne, impr. U. Balay, 1885.

Galley Jean‑Baptiste, L’élection de Saint-Étienne et de ses environs, Saint-Étienne, impr. Ménard, 1903.

Pinto Paul, Le Cornouiller en fleurs : les Mathevon de Curnieu et les divertissements poétiques d’Antoine Mathevon (1741‑1807), ouvrage publié sous l’égide de La Diana, Montbrison, 1982.

Saby Jean-Claude, Ombres et lumière, l’Ancien Régime dans la région de Saint-Etienne, Roche-la-Molière du xviie siècle à l’ère industrielle, t. II, Saint-Étienne, Aux arts graphiques, 1992.

Haut de page

Notes

1 Pour illustrer « Les Embarras de Paris » de Boileau (extrait des Satires), le graveur Bernard Picart le Romain (Paris 1673-Amsterdam 1733) fait état d’un décor urbain où la « fenêtre à la française » commence seulement (au premier plan à droite en haut) à remplacer les fenêtres à guillotine.

2 Stéphanois « bon teint », Pierre Poulleaux est capitoul de Toulouse en 1656. Dans la Ville rose, et plus particulièrement dans la paroisse de Notre‑Dame de la Dorade, s’implante une petite colonie stéphanoise : Antoine Réal en 1657, Jacques Deville en 1675, les Reocreux et les Pacalet en 1698, les Romestin en 1767.

3 À Bordeaux s’installe une autre colonie stéphanoise turbulente avec les Alleon, les Barralon (1657), les Valloux, les Pacot (1661) et les Partarieux‑Trablaine (1718). Les Archives départementales de la Gironde 7 B 2350 conservent les carnets d’Antoine Castera (1710-1730). Mercier quincaillier à Toulouse, il règle pour 6 000 livres de marchandises au grossiste stéphanois Praire en 1712. En 1719, Castera est en affaires avec le négociant stéphanois Duon et en 1720 avec les Fournier et Bichard. Voir aussi les affichettes publicitaires de Jean Barrot, « clincailler » place du Palais à Bordeaux, G 2356, folio 48 et G 23666, folio 44 (1779-1789).

4 En 1747, le Stéphanois Simon Pierre Thiollière est négociant et armateur à La Rochelle où l’on croise déjà Jacques Thomas (1667) et Jean Matrat (1670).

5 Si l’on voit les Freconnet en 1688 et les Perreton en 1716 à Dijon, le Stéphanois Gabriel Val exerce à Bilbao en 1708, Laurent Dumarest à Lisbonne en 1632 comme Jean Tardy, déclaré en 1649 en négoce au Portugal. On voit encore à Lisbonne (paroisses Saint-Louis des Français et Saint-Paul) le sieur Denis Marie Bertholon-Carrier en 1770 et Antoine Mathevon-Fling à Lisbonne en 1774.

6 André Quaire, Benoît Flachat, Nicolas Blanc, M. Martourey, Mlle Desmarest en 1688. Les Larderet sont présents à Marseille, à Vienne (Isère) et à Serrières au même moment.

7 Les couleurs des crosses de bois de ces armes sont curieusement spécifiées le 24 avril 1687 comme étant « rouge, rouge doré ou noir » (vision influencée par la mode ou réalité ?).

8 Marseille, acte Laure notaire, 4 janvier 1663, capitaine Marc Michel.

9 Rémy Malbeste, « marchand quincaillier Bourgeois de Paris », est parrain le 11 septembre 1661 d’Antoinette, fille de Jean Perdussain. La fille du notaire stéphanois Antoine Perret épouse le 21 novembre 1654, avec 30 000 livres de dot (notaire Sellion à Saint-Étienne), Noël Millet, « contrôleur des rentes de l’Hostel de Ville de Paris » et futur conseiller du roi, à Saint-Étienne.

10 Mathieu Verne et Claude Rozet, « tous deux marchands à Rome », parrainage du 6 juin 1673.

11 Un constat identique s’impose pour la diffusion des « moulins à café » dont Saint-Étienne devient le grand centre de fabrication français dès le règne de Louis XIV, à l’époque de l’ambassade à Versailles de Soliman Aga en 1669.

12 L’écu du grand Racine porte un rongeur et un cygne.

13 Archives nationales, minutier central XXIV, 585.

14 Contrat de mariage signé auprès du notaire Dupré à Saint-Étienne, collections privées de La Diana, Société historique et archéologique du Forez, rue Florimond-Robertet, à Montbrison (Loire).

15 Voir le fonds notarial de La Diana à Montbrison.

16 Voir Saint-Étienne, archives départementales de la Loire, 5 E.

17 Adresse actuelle (l’ancienne adresse était 10 avenue de Sceaux).

18 Pierre Duon, après avoir fait fortune dans la quincaille locale, devient conseiller du roi. Il acquiert séparément la baronnie de Roche. Avec 40 000 livres de dot, sa fille Madeleine devient le 2 septembre 1709 marquise de Satilleu.

19 Décision du Conseil du roi le 10 juin 1738, confirmée et élargie le 17 avril 1753.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Fiche de croisée estampillée P. BÉRARD, forgeur de fiches à Saint-Étienne, seconde moitié du xviie siècle.
Légende © Claude Landes
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1903/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 2 : Fiche de croisée estampillée A. ANCELIN, forgeur de fiches à Saint‑Étienne, seconde moitié du xviiie siècle.
Légende © Claude Landes
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/1903/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Bourlier, « La couleur des menuiseries : méthodes et résultats pratiques », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 avril 2008, consulté le 26 mars 2017. URL : http://crcv.revues.org/1903 ; DOI : 10.4000/crcv.1903

Haut de page

Auteur

Michel Bourlier

Historien

Haut de page

Droits d’auteur

© Michel Bourlier / 2007 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org