Navigation – Plan du site

La couleur des menuiseries : méthodes et résultats pratiques

The colour of door and window casings: practical methods and results
Claude Landes

Résumés

La méthode de datation issue de la découverte des estampilles de forgeurs de fiches se décline en trois points : la mortaise de fiche, l’estampille de fiche et le carottage de peinture à fond de moulure pour l’étude de la couleur.

L'illustration pratique en est donnée à partir de quatre cas d'école, en partenariat avec le Laboratoire d’études et de recherches sur les matériaux (LERM) en Arles, représenté par Frédérique Vouvé :
- le 17, rue Champollion, à Paris Ve, appartient à un groupe de trois bâtiments construits par Jacques Curabelle, entre 1667 et 1670, pour la Sorbonne ;
- l’hôtel de Mayenne, à Paris IVe, modernisé et embelli par Germain Boffrand, est le dernier des plus prestigieux hôtels du Marais restant à restaurer.
- l’hôtel d’Hallwyl, à Paris IIIe, remanié en 1766‑1768, est l’un des nombreux hôtels aménagés et décorés par Claude‑Nicolas Ledoux. C’est le seul de ceux-ci à n’avoir pas été détruit.
- le 10, avenue de Sceaux, à Versailles, a été bâti par Libéral Bruand en 1673. L’immeuble fut vendu en 1740 à une société nommée « La Ferme des voitures de la Cour et des messageries de Versailles ».

Haut de page

Texte intégral

Méthode de datation des menuiseries

  • 1 Claude Landes, « Le temps retrouvé au cœur des fenêtres de Paris », La Pierre d’angle, revue de l’A (...)
  • 2 Claude Landes et Michel Bourlier, « Catalogue des poinçons des forgeurs de fiches stéphanois aux xv (...)

1Avant d’aborder la couleur, il faut s’assurer de la date de la menuiserie de fenêtre. Après avoir découvert en 1980 les estampilles1 de forgeurs de fiches (charnières) sur les menuiseries de fenêtre, je suis remonté à leur source dans l’ancienne province du Forez aux xviie et xviiie siècles, à Saint‑Étienne. Michel Bourlier, correspondant à Saint‑Étienne pour la recherche historique sur les familles de forgeurs de fiches et moi-même avons établi alors un catalogue d’estampilles2 et une méthode permettant de dater, à quelques années près, la pose des menuiseries d’une maison. Mes expertises, qui viennent compléter l’étude traditionnelle des sources, ont depuis quelques années permis, à plusieurs reprises, d’éclairer l’histoire des monuments parisiens.

2En 1997, l’exposition Fenêtres de Paris xviie et xviiie siècles, organisée par Guy‑Michel Leproux pour la Commission du Vieux Paris (mairie de Paris) sous l’égide du regretté Michel Fleury, consacra définitivement la méthode. Cette méthode de datation, mise en place grâce à la découverte des estampilles de forgeurs de fiches, se décline en trois points : la mortaise de fiche, l’estampille de fiche et le carottage de peinture à fond de moulure.

La mortaise de fiche

3Cet élément permet de déterminer l’ancienneté et de déjouer les éventuels pièges du remaniement. L’expérience a révélé en effet qu’une analyse rapide, « à l’œil », pouvait aboutir à des erreurs de datation (cohérence chronologique des dormants et des ouvrants, fenêtres à petits bois passées en grands carreaux, etc.). Or, l’une de nos découvertes essentielles porte sur les techniques de creusement des mortaises. Ces techniques, loin d’être immuables, ont évolué au cours des siècles. En utilisant le moulage, on peut vérifier la concordance chronologique des mortaises du dormant et de l’ouvrant pour s’assurer de leur contemporanéité. Chaque paroi de mortaise de fiche présente des traces d’outil faites par la main de l’homme et qui varient d’une époque à l’autre, d’un « ferreur » à l’autre.

  • Quatre types de creusement de mortaise se distinguent nettement au cours du xviiie siècle :

  • des trous de mèche de vilebrequin verticaux régulièrement espacés ;

  • des trous de mèche verticaux conjugués à des trous de mèche en biais ;

  • un à deux trous de mèche conjugués à l’utilisation soudaine d’un nouvel outil, le bédane ;

  • au terme de l’évolution, les traces d’un seul outil, le bédane.

Fig. 1 : Écorché d’un battant de croisée montrant la face interne d’une mortaise de fiche creusée à l’aide d’une mèche de vilebrequin, première moitié du xviiie siècle.

Fig. 1 : Écorché d’un battant de croisée montrant la face interne d’une mortaise de fiche creusée à l’aide d’une mèche de vilebrequin, première moitié du xviiie siècle.

© Claude Landes

Fig. 2 : Remaniement d’une croisée : à gauche, l’empreinte de mortaise de fiche de l’ouvrant a été creusée au bédane au xixe siècle et ne correspond pas à l’empreinte de droite du dormant percée à la mèche de vilebrequin au xviiie siècle.

Fig. 2 : Remaniement d’une croisée : à gauche, l’empreinte de mortaise de fiche de l’ouvrant a été creusée au bédane au xixe siècle et ne correspond pas à l’empreinte de droite du dormant percée à la mèche de vilebrequin au xviiie siècle.

© Claude Landes

L’estampille de fiche

4Elle permet d’établir des rapprochements chronologiques, donc de dater. Si la mort fixe irrémédiablement la fin de l’activité d’un forgeur, quel pouvait en être le début ? La durée du compagnonnage, d’une part, donne une première indication : pour être reçu maître, il faut avoir été cinq ans apprenti et cinq ans compagnon. La date de mariage devait coïncider sensiblement avec le début d’une activité professionnelle indépendante, vers 22 à 25 ans. Dans cette hypothèse, l’estampille, la marque du « fichaire » identifiée sur chacune des fiches, nous indique que ces croisées ont été fabriquées entre ces deux dates, mariage et mort. Compte tenu de la vitesse du flux commercial entre les deux villes et de la durée du stockage chez les quincailliers parisiens, un certain délai, de quelques années sans doute, devait s’écouler entre la production des fiches à Saint‑Étienne et leur installation sur les croisées parisiennes.

Fig. 3 : Fiche de croisée estampillée A. ANCELIN, forgeur de fiches à Saint‑Étienne, seconde moitié du xviiie siècle.

Fig. 3 : Fiche de croisée estampillée A. ANCELIN, forgeur de fiches à Saint‑Étienne, seconde moitié du xviiie siècle.

© Claude Landes

Fig. 4 : Fiche de croisée estampillée P. BERARD, forgeur de fiches à Saint‑Étienne, seconde moitié du xviie siècle.

Fig. 4 : Fiche de croisée estampillée P. BERARD, forgeur de fiches à Saint‑Étienne, seconde moitié du xviie siècle.

© Claude Landes

Le carottage de peinture à fond de moulure

5Le carottage à fond de moulure permet la recherche de la couleur. Soumise aux intempéries, la couche picturale qui a été exposée aux chocs thermiques pendant deux cents à trois cents ans est parfois réduite à l’état de magma goudronneux. Alors comment faire ? En décapant les croisées anciennes avant leur restauration, j’ai pu constater qu’il restait toujours de la peinture au fond des moulures et qu’il était difficile de l’en extraire. D’où l’idée d’effectuer des carottages à fond de moulure. Ces prélèvements se font à des endroits bien précis déterminés à partir de l’étude d’épaves. Pour ce faire, une technique particulière de prélèvement macroscopique a été mise au point. Après sélection des prélèvements sous loupe binoculaire, la meilleure stratigraphie est envoyée pour analyse au laboratoire.

Fig. 5 : Photo macroscopique d’un fond de moulure de battant de gueule-de-loup d’une croisée du xviiie siècle : emplacement choisi pour les prélèvements de peinture par carottage.

Fig. 5 : Photo macroscopique d’un fond de moulure de battant de gueule-de-loup d’une croisée du xviiie siècle : emplacement choisi pour les prélèvements de peinture par carottage.

© Claude Landes

6Un observateur non éclairé serait tenté de définir les couleurs par simple observation à l’œil, ce que nous ne faisons pas. Les évidences sont trompeuses car, indépendamment du degré de fixité propre à chaque couleur, on a remarqué que certaines perdent ou acquièrent de la fixité lorsqu’elles sont mélangées à d’autres couleurs. Le vieillissement naturel, l’obscurcissement progressif des couches (par exemple, un jaune sali, impur, donne à lui seul l’impression du vert) nous induisent en erreur. Il est donc indispensable de faire appel à un laboratoire spécialisé pour analyser les couleurs. En partenariat avec le LERM, voici, quatre cas d’école à l’appui, l’application pratique de notre méthode.

Actions sur site et résultats

Hôtel de Mayenne, à Paris IVe

7Modernisé et embelli par Germain Boffrand en 1707‑1709, l’hôtel de Mayenne est le dernier des plus prestigieux hôtels du Marais restant à restaurer. De l’examen attentif, fenêtre après fenêtre, des châssis de menuiserie de l’hôtel, il ressort qu’il ne reste aucun témoin des croisées du xviie siècle. Heureusement, un certain nombre de croisées xviiie sont encore en place, comme le prouve la découverte de fiches estampillées (dûment répertoriées dans notre « Catalogue des poinçons ») et des mortaises concordantes.

8Tout au long du xviiie siècle, on distingue les quatre périodes de pose de croisées de menuiserie suivantes :

  • le début du xviiie siècle, période justifiée par les estampilles de P. BERARD, A. GRIVOLAT, P. MATHOVRIN et I. NOYARY, ce qui pourrait correspondre à la période Boffrand ;

  • le premier quart du xviiie siècle, période certifiée par l’estampille de P. NOYARY ;

  • le second quart du xviiie siècle, période prouvée par les estampilles A. VEYRON et P. NOYARY ;

  • la seconde moitié du xviiie siècle, période confirmée par l’estampille A. ANCELIN.

9Les éléments mis en lumière au cours de cette expertise nous permettent dorénavant d’affirmer qu’une partie des croisées de cet hôtel datent bien du xviiie siècle, que celles-ci sont de belle facture et, pour la plupart, en bon état de conservation. Elles mériteraient d’être préservées, conservées et restaurées. Dans cette éventualité, leur couleur extérieure est à prendre en considération ; des prélèvements stratigraphiques par carottage ont donc été confiés au LERM aux fins d’analyse et de reconstitution du ton d’origine.

Immeuble du 17, rue Champollion, à Paris Ve

Fig. 6 : Croisée à meneaux et croisillons de bois, au 17, rue Champollion à Paris Ve : il s’agit là de l’un des tout derniers exemples du xviie siècle encore en place à Paris.

Fig. 6 : Croisée à meneaux et croisillons de bois, au 17, rue Champollion à Paris Ve : il s’agit là de l’un des tout derniers exemples du xviie siècle encore en place à Paris.

© Claude Landes

10La maison appartient à un groupe de trois bâtiments construits par Jacques Curabelle, entre 1667 et 1670, pour la Sorbonne. Deux noms de forgeurs ont été exhumés, que nous connaissons bien pour avoir été relevés à plusieurs reprises dans des bâtiments parisiens du xviie siècle : A. PERARD et I. PERARD (ce dernier a été relevé par le Centre de recherches des Monuments historiques, corridor de Nîmes, à l’hôtel des Invalides). Les éléments mis en lumière au cours de cette expertise nous permettent dorénavant d’affirmer que les croisées de menuiserie de la cage d’escalier de cet immeuble datent bien du dernier tiers du xviie siècle. Toutes de très haute facture et d’une qualité de conservation exceptionnelle – que nous n’avons que rarement rencontrée lors de nos recherches pour des menuiseries de cette période –, elles ont été préservées et récemment restaurées. Pour retrouver la couleur d’origine, des prélèvements stratigraphiques par carottage ont été confiés au LERM pour analyses.

Hôtel d’Hallwyl, à Paris IIIe

11Remanié en 1766‑1768, c’est l’un des nombreux hôtels aménagés et décorés par Claude‑Nicolas Ledoux, mais surtout le seul à n’avoir pas été détruit. Au premier étage sur jardin, après l’intervention de Ledoux, il ne saurait être question de petits carreaux, malgré des traces apparentes de petits bois qui pourraient le laisser supposer. À l’hôtel d’Hallwyl, les éléments mis en lumière au cours de l’expertise permettent d’affirmer que les sept croisées de menuiserie du premier étage sur jardin datent bien du remaniement de Ledoux (vers 1766‑1768). La découverte de trois estampilles A. NOYARY, P. VERON et C. MOVLIN nous le confirme. L’étude approfondie de la couche picturale des croisées sur jardin nous a permis de retrouver la couleur d’origine. Le LERM a pu identifier la polychromie originale et déterminer les pigments et charges minérales employés.

10, avenue de Sceaux, à Versailles

  • 3 Jacques Portier, Propriétaires versaillais des origines à l’an II, secteur sauvegardé quartier Sain (...)
  • 4 Je remercie vivement Christophe Guégan, architecte de la ville de Versailles, pour ses conseils avi (...)

12Bâti par Libéral Bruand en 1673, l’immeuble fut vendu en 1740 à une société nommée « La Ferme des voitures de la Cour et des messageries de Versailles »3. Dans l’aile droite qui borde l’avenue de Sceaux, au premier étage, j’ai pu récupérer in situ une croisée démantelée dont il ne restait qu’un seul vantail, ainsi que, sur une autre fenêtre en retour, le bâti dormant seul4.

13Il ressort de l’étude des données archéologiques que la fabrication de cette croisée se situe dans la seconde moitié du xviiie siècle. La présence de l’estampille MOVLIN le confirme. L’examen des mortaises de fiches, toutes de même facture, c’est‑à‑dire exécutées à la mèche de vilebrequin, que ce soit dans le dormant ou les ouvrants, prouve à lui seul que la pose de la croisée est antérieure à 1780. Mais c’est naturellement la fiche estampée qui corrobore les conclusions obtenues et les précise.

14L’estampille s’insère dans une série connue et datée d’un forgeur stéphanois présentant les mêmes caractéristiques de lettrage et de chronologie, et dont la période d’activité se situe aux alentours de 1750‑1770. On peut donc en déduire que la croisée a été fabriquée au cours de ces deux décennies et installée lors d’un remaniement du bâtiment. Ainsi, à partir des éléments pertinents dégagés, une mission spécifique d’analyse confiée au LERM a permis d’identifier la polychromie originale et de déterminer la composition de la peinture, dans l’optique de retrouver la couleur extérieure et intérieure d’une fenêtre de Versailles à l’époque de Louis XV.

15Depuis plusieurs années, la conservation et la rénovation soignée des édifices anciens ont ainsi conduit à une vigilance accrue concernant le second œuvre. Notre méthode permet de constituer une palette de couleurs des menuiseries des xviie et xviiie siècles, afin de justifier scientifiquement les propositions de coloris des menuiseries et leur mise en œuvre lors des opérations de ravalement et de restauration. Enfin, il va sans dire que ce travail trouve sa légitimité dans la durée puisque seule une politique d’étude systématique pourra permettre des conclusions statistiques sur la couleur.

Haut de page

Notes

1 Claude Landes, « Le temps retrouvé au cœur des fenêtres de Paris », La Pierre d’angle, revue de l’Association nationale des architectes des Bâtiments de France, février 1993, no 12, p. 14, introduction de Michel Fleury.

2 Claude Landes et Michel Bourlier, « Catalogue des poinçons des forgeurs de fiches stéphanois aux xviie et xviiie siècles », Fenêtres de Paris, xviie et xviiie siècles, Cahiers de la Rotonde, no 18, Paris, 1997, p. 78‑113.

3 Jacques Portier, Propriétaires versaillais des origines à l’an II, secteur sauvegardé quartier Saint-Louis, in‑4°, 241, t. I, Versailles, 1982 (manuscrit). Je remercie Arnaud Ramière de Fortanier, directeur des Archives départementales des Yvelines, d’avoir attiré mon attention sur cette étude monumentale.

4 Je remercie vivement Christophe Guégan, architecte de la ville de Versailles, pour ses conseils avisés, ainsi que l’ensemble du personnel de la Maison de l’habitat ancien (mairie de Versailles) pour leur participation à cette opération de récupération.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Écorché d’un battant de croisée montrant la face interne d’une mortaise de fiche creusée à l’aide d’une mèche de vilebrequin, première moitié du xviiie siècle.
Crédits © Claude Landes
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2043/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 2 : Remaniement d’une croisée : à gauche, l’empreinte de mortaise de fiche de l’ouvrant a été creusée au bédane au xixe siècle et ne correspond pas à l’empreinte de droite du dormant percée à la mèche de vilebrequin au xviiie siècle.
Crédits © Claude Landes
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2043/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 3 : Fiche de croisée estampillée A. ANCELIN, forgeur de fiches à Saint‑Étienne, seconde moitié du xviiie siècle.
Crédits © Claude Landes
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2043/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 4 : Fiche de croisée estampillée P. BERARD, forgeur de fiches à Saint‑Étienne, seconde moitié du xviie siècle.
Crédits © Claude Landes
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2043/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 5 : Photo macroscopique d’un fond de moulure de battant de gueule-de-loup d’une croisée du xviiie siècle : emplacement choisi pour les prélèvements de peinture par carottage.
Crédits © Claude Landes
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2043/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 6 : Croisée à meneaux et croisillons de bois, au 17, rue Champollion à Paris Ve : il s’agit là de l’un des tout derniers exemples du xviie siècle encore en place à Paris.
Crédits © Claude Landes
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2043/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Landes, « La couleur des menuiseries : méthodes et résultats pratiques », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 avril 2008, consulté le 26 avril 2017. URL : http://crcv.revues.org/2043 ; DOI : 10.4000/crcv.2043

Haut de page

Auteur

Claude Landes

Expert en croisées de menuiserie des xviie et xviiie siècles auprès de la Commission du Vieux Paris et des Monuments historiques, lauréat du prix Le Senne 2001 de l'Académie des inscriptions et belles‑lettres, Claude Landes est à l’origine de la découverte des estampilles de forgeurs de fiches. Il est remonté à leur source : Saint‑Étienne. Avec l'aide de Michel Bourlier, historien local, il a établi un catalogue d'estampilles et mis au point une méthode permettant de dater, à quelques années près, la pose des menuiseries que vient compléter l’étude de la couleur.

Haut de page

Droits d’auteur

© Claude Landes / 2007 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org