Navigation – Plan du site

Les fidélités languedociennes et provençales du cardinal de Fleury à la cour

The Languedocien and Provençal loyalties of Cardinal de Fleury at court
Pascale Mormiche

Résumés

Ayant vécu à la cour depuis 1666 environ et surtout après 1680, le cardinal André-Hercule de Fleury est un personnage central dans l’étude sur la longue durée du clientélisme et des réseaux utilisés par les Méridionaux afin d’obtenir des emplois à la cour. Sa propre ascension s’appuie d’abord sur une bonne gestion des relations locales entre Lodève et Montpellier. Il est alors soutenu par les familles Bonzi et Castries qui l’accompagnent vers Paris. Modifiant ensuite ses relations en fonction des familles qui dominent à la cour, à la Chapelle et dans le service du roi à la fin du xviie siècle, il parvient à l’épiscopat puis au préceptorat royal. À partir de ce moment, il se comporte comme un « patron » dont l’influence s’accroît pendant la Régence et surtout après 1722. Cet article met en évidence les liens variés que le cardinal utilise à son profit puis comme protecteur des Languedociens et des Provençaux dont certains parviennent, grâce à lui, au ministériat.

Haut de page

Texte intégral

1Les Méridionaux sont nombreux dans l’éducation des princes du xvie siècle à la fin du xviiie siècle. Opérer leur recensement sur deux siècles n’a encore jamais été effectué. Nous avons toutefois limité cette étude au « canal des grâces » emprunté par le Languedocien devenu ministre, André-Hercule de Fleury. Celui-ci, en raison de sa longue vie à la cour, est un excellent prisme qui permet de décomposer les fidélités méridionales, languedociennes puis provençales, afin de montrer l’évolution des réseaux de relations.

2La carrière du cardinal de Fleury a déconcerté ses contemporains. Cet étonnement, qui confine parfois au mépris, toujours à une dépréciation, provient de l’ambiguïté même de son élévation comme de la représentation que Versailles se fait de la province. C’est pourquoi il convient d’insister sur l’intérêt et la cohérence de la vie intellectuelle et sociale de la noblesse méridionale, en montrant que la province recèle à la fois des réseaux familiaux actifs fonctionnant selon des critères particuliers et des lieux de rencontre et de prestige que sont les assemblées des États, les réunions de corps et les brillants salons de compagnie, autant de lieux favorables à la création de fidélités et au développement des réseaux de la sociabilité méridionale. Sans ces éléments, il est difficile de comprendre comment l’enfant de Lodève est parvenu aux premiers emplois à la Chapelle puis dans l’éducation royale.

3Trois questions vont être abordées dans cette étude consacrée aux fidélités méridionales : comment se faire des relations à Montpellier quand on est issu de Lodève ? Comment parvenir à la cour de France et qui fréquenter pour obtenir un emploi ? Parvenu au sommet, comment servir une noblesse provençale et languedocienne qui aspire à « monter » à Versailles ? La question principale étant : l’ancien évêque de Fréjus, qui a profité de fidélités languedociennes au milieu du xviie siècle, est-il le protecteur des Méridionaux à Versailles au milieu du xviiie siècle ?

Pour aller de Lodève à Paris, il fallait passer par Montpellier

  • 1 Louis de Rouvroy, duc de Saint‑Simon, Mémoires, éd. Y. Coirault, Paris, Gallimard, coll. « Biblioth (...)
  • 2 Le grand‑père Pierre Fleury fait acquisition, le 16 février 1607, d’une belle maison de ville à Lod (...)
  • 3 Dans le souci d’établir équitablement sa fille Françoise, Pierre lui donne 24 000 livres. Lors de s (...)
  • 4 En 1635, il confie la charge de trésorier général de France du bureau de Montpellier à son fils aîn (...)
  • 5 Le père du futur cardinal, Jean de Fleury, épouse le 11 janvier 1650 Diane de La Treilhe, veuve de (...)

4Les biographes se sont souvent contentés de la phrase cinglante et équivoque de Saint‑Simon : « Le père de Fleury s’estoit fourré parmi les valets de Bonzi, parvint jusqu’à lui, ose lui présenter son fils, qui lui plut tellement qu’il en prit soin1. » En réalité, la fortune de Fleury provient de la génération de son aïeul qui a eu l’intelligence particulière des financiers du Languedoc pour tisser un réseau, entretenir des relations habilement maîtrisées et susciter des fidélités avantageuses. Le grand‑père Pierre Fleury a d’abord su constituer un patrimoine d’offices dans la finance de l’Église et la finance du roi. Il a ensuite acheté des terres et une maison nobles2. Puis il a cherché à bien marier ses enfants3 et a fait montre de compétences pour la transmission de ses biens4. À l’issue d’une génération, les Fleury, ces petits manieurs de dîmes de Lodève, se sont alliés avec les Rosset, les La Treilhe, les Thézan et les Vissec‑Latude, familles aisées du Haut-Languedoc au milieu du xviie siècle5. Cette construction familiale, au demeurant classique à l’époque, montre une constance d’anticipation, une rapidité d’action et une projection dans l’avenir. La réussite locale acquise en deux générations, il leur faut tenter l’aventure hors de Lodève.

Le choix familial d’un grand protecteur : Bonzi

5C’est l’Église qui permit à un cadet de famille de courir l’aventure hors de Lodève. La deuxième génération de la famille Fleury profite d’une étape régionale, escamotée par les biographes qui méconnaissent l’importance de la famille de Mme de Fleury tenant, elle‑même, un salon à Lodève. Diane de La Treilhe, mère d’André-Hercule de Fleury, utilise ses propres liens familiaux avec les familles de La Treilhe, de Vissec‑Latude et surtout de Rosset qui lui ouvrent les portes de Montpellier.

  • 6 Les Vissec‑Latude appartiennent à l’une des plus anciennes maisons du Languedoc qui jouit d’allianc (...)

6Thomas de Rosset, cousin de Mme de Fleury par sa mère Lucrèce de Rosset, a acheté la charge de juge ordinaire en la viguerie de Montpellier et celle de juge à Gignac en Hérault, où il travaille avec son cousin Jean de Fleury, viguier à Gignac. Outre ses emplois très ordinaires, Rosset est le premier de la famille à avoir été associé à l’activité culturelle de la noblesse de robe et de la finance de Montpellier. Connu dans les salons pour avoir commis, entre 1657 et 1660, un Portrait (littéraire) des plus belles dames de Montpellier, Rosset décrit ainsi les femmes importantes de la ville : Mme de Castries (sœur du cardinal de Bonzi), Mme de Verneuil (épouse du gouverneur), Mme de Bossugues (épouse du conseiller à la cour des comptes), Mme de Mariotte (épouse du président à la cour des comptes). Le fils de cette dernière, Paul de Mariotte, est d’ailleurs son ami le plus proche. Son frère Christophe est secrétaire des états de Languedoc tandis qu’un troisième frère, Henri de Mariotte, est président à la cour de Montpellier. Il a épousé en 1658 Gabrielle de Gévaudan (1641‑1708). Et la sœur de Gabrielle, Jeanne de Gévaudan, comtesse de Ganges (1643‑1719), est depuis 1659 l’épouse de François de Vissec‑Latude, comte de Ganges, gouverneur de Carcassonne, cousin de Diane de La Treilhe, la mère du cardinal6. Or la comtesse de Ganges envisage pour son élévation de devenir la maîtresse du cardinal de Bonzi, président des états de Languedoc. Donc les Rosset et, par eux, les Fleury fréquentent les Vissec‑Latude, les Mariotte, les Ranchin. Ainsi, des membres des états, du parlement, de la finance et des robins bien en place se fondent par leurs affaires et leurs idées dans le creuset des assemblées de Montpellier.

  • 7 René-Gaspard de La Croix, marquis de Castries, gouverneur de Montpellier depuis 1660 et lieutenant (...)
  • 8 Jean de Troy reçoit dans son atelier Antoine Ranc avant d’accueillir Hyacinthe Rigaud vers 1671.
  • 9 Les Incompatibles, ballet de Molière, édition de Montpellier, 1655, notice bibliographique par Paul (...)
  • 10 Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné, Lettres, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de l (...)
  • 11 Gouverneurs du Languedoc : de 1660 à 1666, le prince de Conti ; de 1666 à 1682, le duc de Verneuil  (...)
  • 12 Voir les travaux d’Henri Michel, notamment Famille et familles dans la France méridionale à l’époqu (...)

7Celles‑ci sont bientôt animées par la sœur unique du cardinal de Bonzi, Isabelle de Bonzi (1626‑1708). Épouse du gouverneur de Montpellier7, la marquise de Castries est peinte vers 1666 par le Toulousain Jean de Troy (1638‑1691) nouvellement établi à Montpellier8. Une dizaine d’années auparavant, dans le ballet Les Incompatibles qui lui est attribué, Molière avait déjà célébré la beauté brune de ces Montpelliéraines9. Lors d’une visite en 1672, Mme de Sévigné leur accorda du bout des lèvres le terme de « précieuses » tout en s’étonnant que, dans ces salons, l’on s’exprimât en français10. On voit combien Montpellier était redevenue, après la fin des luttes religieuses et le siège de 1622, une capitale provinciale à vocation administrative, définitivement rattachée au pouvoir royal par ses représentants (les gouverneurs de la province, le prince de Conti puis le duc du Maine11, le gouverneur militaire de 1682 à 1689 qui est le deuxième duc de Noailles, l’intendant Bazins de Bezons de 1653 à 1673 auquel succède de 1673 à 1685 le futur chancelier d’Aguesseau). La création de la cour des comptes en 1629 avait renforcé le pouvoir fiscal de la province, tandis que l’université de médecine (avec son chancelier François de Ranchin apparenté par mariage aux Fleury) restait éminente et soutenait à Paris le médecin Renaudot12.

8On ne peut, par conséquent, que s’étonner du petit nombre de Montpelliérains à la cour de France dans ces années 1630‑1670. Sans doute est-ce dû à l’influence d’Aix qui, sous les épiscopats de Michel Mazarin et de Girolamo Grimaldi‑Cavalleroni, éclipsa alors sa rivale. Mme de Venel, gouvernante des nièces de Mazarin, devenue sous-gouvernante des enfants de France, resta longtemps la protectrice des Provençaux à la Cour.

La protection de Bonzi permet au fils d’un cadet de famille de monter à Paris

  • 13 Pierre de Bonzi (15 avril 1631‑1703), florentin, est fils d’un sénateur et neveu de l’évêque de Béz (...)

9C’est donc bien dans ces années de grande activité pour Montpellier, entre 1659 et 1666, que la famille Fleury parie sur Pierre de Bonzi et lui confie André‑Hercule enfant apprécié pour « son caractère doux et son visage charmant13 ». Le jeune Fleury ne profita jamais du dynamisme de la capitale languedocienne car il était déjà à Paris, protégé par cet homme de cour brillant qui jouait sur les réseaux de Mazarin et de Colbert.

  • 14 L’évêque de Lodève, Du Harlay, a comme viguier le sieur de Fozières, cousin de Mme de Fleury. La fa (...)
  • 15 Il est tonsuré jeune : le choix a été clairement fait par son oncle selon le vœu émis par son père (...)

10Mais une protection n’a pas été assez évoquée. Celle de l’évêque de Lodève, Roger Du Harlay de Cézy14. Le 2 février 1666, Fleury, âgé de treize ans, fut tonsuré par Du Harlay dans la chapelle privée de l’hôtel de Ventadour à Paris. La simple tonsure d’un fils cadet d’une famille du Haut-Languedoc permettait en effet à ce jeune garçon de recevoir des bénéfices en attendant les charges ecclésiastiques que recherchait pour lui son oncle15. L’enfant était parti seul vers Paris mais il se trouvait en de bonnes mains, confié à une famille alliée de la sienne et à un homme sur lequel Colbert comptait.

11Le choix fut heureux. À Paris, Fleury assiste en effet aux ultimes élévations et à la gloire de Bonzi. Le 10 août 1671, Bonzi, déjà titulaire d’une bonne demi‑douzaine d’abbayes prestigieuses, est nommé grand aumônier de la reine Marie‑Thérèse. Le 22 février 1672, il est élevé à la pourpre par Clément X. En 1673, il échange l’archevêché de Toulouse contre celui de Narbonne, devenant ainsi président des états de Languedoc.

12Fleury est dans la mouvance du cardinal de Bonzi qui lui procure la charge d’aumônier trimestriel de la reine à partir du quartier de juillet 1675. Or il se trouve que la première dame du palais de la reine est, depuis 1674, Mme de Noailles, l’épouse du commandant en chef du Languedoc (1682‑1688) qui va désormais soutenir le jeune Fleury.

Les Castries hébergent le jeune Fleury à Paris

  • 16 René-Gaspard de La Croix, premier marquis de Castries (1611-1674), créé marquis en 1645, marié à Is (...)
  • 17 René de La Croix, duc de Castries, Le maréchal de Castries (1727-1800), Paris, Flammarion, 1956.
  • 18 Armand Pierre de La Croix de Castries (1659-1747), aumônier de la duchesse de Bourgogne (1697), pre (...)

13Le gouverneur de Montpellier, le marquis de Castries, beau‑frère du cardinal de Bonzi, a une petite charge à la Cour : il est gentilhomme ordinaire de la Chambre du roi16. Cet administrateur favorise la construction d’ouvrages d’art, de jardins, d’aqueducs, préoccupation importante du roi à cette période. Il soutient Pierre Paul Riquet dans le projet du canal de l’Entre‑deux‑Mers et lui fait construire un aqueduc de sept kilomètres pour les bassins du château de Castries conçus par Le Nôtre17. À Paris, le marquis de Castries offre l’hospitalité à l’aumônier Fleury en dehors de ses trois mois de service à la cour. Cet appui pourrait cesser puisque le marquis meurt en 1674. Mais Bonzi prend le relais en dotant son neveu, le jeune Armand-Pierre de Castries (devenu à onze ans gouverneur de Montpellier à la place de son père), de l’abbaye de Valmagne, où il apprécie de résider, tandis que Fleury continue à fréquenter le jeune homme de six ans son cadet18.

  • 19 Selon le duc de Luynes, Mémoires sur la cour de Louis XV (1735-1758), éd. L. Dussieux et E. Soulié, (...)
  • 20 La charge d’aumônier du roi s’achète jusqu’au 23 mars 1685 : Jean‑François Labourdette, « Les aumôn (...)
  • 21 Saint‑Simon, op. cit., t. I, p. 571.
  • 22 Traditionnellement, l’aumônerie donne ensuite droit à un évêché et, en attendant, se cumule avec un (...)

14Alors que Fleury jouit de la considération de la reine, il est nommé aumônier trimestriel du roi le 6 septembre 1678, emploi qui lui permet de poursuivre ses études19. La charge d’aumônier du roi s’achète encore à cette date, offrant ainsi une porte d’entrée aux familles désireuses de favoriser la carrière d’un de leurs membres20. C’est normalement une charge d’officier ecclésiastique très élevée, réservée aux fils de familles de condition. Selon Saint‑Simon, « on en cria beaucoup, mais on s’accoutume à tout21 ». L’élévation a donc été rapide pour ce jeune homme de petite noblesse. On peut considérer là que la carrière de Fleury est faite grâce à un choix judicieux de protections22.

  • 23 « Pennautier mourut fort vieux en Languedoc. De petit caissier, il était devenu trésorier du clergé (...)
  • 24 Pennautier finance encore l’Assemblée du clergé de 1682 dans laquelle Fleury siège en assemblée ave (...)
  • 25 Comme les Faventines : Pierre Faventines (vers 1695‑1776) et les Bonnier de la Mosson.

15Fleury est introduit à Paris dans cette société languedocienne où les banquiers se font hommes d’affaires et amateurs d’art. Le père de Fleury dépendait de Pierre-Louis Reich de Pennautier (vers 1622‑1711), receveur du clergé, choisi par le cardinal de Bonzi pour gérer les aspects financiers de la province. Pennautier est alors très apprécié à la cour. Sa table est très courue et ses salons sont bondés comme Mme de Sévigné l’indique plusieurs fois à sa fille, et ce, jusqu’à l’affaire des Poisons. Pennautier se remit en effet difficilement des soupçons, des amalgames et des médisances dont il fut l’objet dans cette affaire23. Le procès (1679‑1680) risquait de devenir politique car, à travers Pennautier, étaient visés le cardinal de Bonzi, l’archevêque Harlay de Champvallon et le duc de Verneuil. Le procès touchait aussi les Polignac et la duchesse de Bouillon24. Pennautier était le représentant le plus en vue du népotisme financier languedocien qui domina dans les trente dernières années du grand siècle. On verra en revanche émerger d’autres grandes familles de financiers au xviiie siècle25.

Les Méridionaux que Fleury fréquente à la cour 

La Chapelle est une pépinière d’aumôniers méridionaux

  • 26 Alexandre Maral, La Chapelle royale de Versailles sous Louis XIV, Genève, Mardaga, 2002, « Les prin (...)
  • 27 Le Marseillais Jacques de Boche est aumônier de la reine Anne d’Autriche. René de Grasse, évêque de (...)
  • 28 La sœur de Louis-Marie-Armand de Simiane de Gordes, Marguerite de Simiane, épouse en premières noce (...)

16Fleury sert à la Chapelle, d’abord au service de la reine26. C’est dans cette aumônerie que se regroupent les Provençaux27 dont certains sont clients de la grande famille des Simiane sous la protection de son éminent représentant, Louis-Marie-Armand de Simiane, évêque de Langres et pair de France, premier aumônier de la reine28. À partir de 1671, les Languedociens y trouvent un accès encore plus aisé lorsque Pierre de Bonzi devient le grand aumônier de la reine en remplacement de l’évêque de Langres.

  • 29 Antoine du Laurens (?-1640) fut aumônier de Louis XIII, abbé de Saint-Pierre, conseiller clerc au p (...)
  • 30 Le grand aumônier du roi Emmanuel Théodose de La Tour d’Auvergne (1652‑1715), évêque d’Albano (1671 (...)
  • 31 Toussaint de Forbin‑Janson (1629‑1713) fut évêque de Digne puis de Marseille (il se heurte au comte (...)
  • 32 François de Valbelle‑Tourves (1664‑1727) et Joseph Alphonse de Valbelle‑Tourves, son neveu (1686‑17 (...)

17Chez le roi existe dès le xviie siècle une tradition d’aumôniers provençaux et languedociens29. Mais, depuis 1671, c’est le cardinal de Bouillon qui est grand aumônier du roi30. De 1706 à 1713, les choses changent car la Chapelle du roi passe entre les mains du cardinal provençal Toussaint de Forbin‑Janson, grand aumônier de France31, tandis que l’Oratoire du roi est déjà détenu par la dynastie des Valbelle32.

  • 33 Voir l’article de Jean‑François Labourdette, « Les aumôniers », p. 25.

18Du fait des grands aumôniers, les Chapelles du roi et de la reine sont des lieux à majorité méridionale. Ils le resteront au xviiie siècle, tout au long duquel trente‑trois des cinquante‑deux aumôniers du roi proviennent du sud de la France33. Cela s’explique par le zèle des protecteurs (Fleury, Noailles, Vintimille, Tencin…) et par la propension des familles méridionales à servir à la cour par l’Église. Seules la marine et, dans une moindre mesure, la magistrature et l’armée pouvaient offrir des exemples comparables d’avancement. La Chapelle royale s’avère être un lieu où le népotisme clérical offre des places enviées, où la promotion sociale est la plus significative pour les Méridionaux.

Fleury effectue un retour à Montpellier vers 1685

  • 34 Ranchon, Histoire du cardinal de Fleury par l’abbé Ranchon, 1753‑1758, conservé à la BNF, Naf 2076, (...)
  • 35 Catherine-Agnès de Levis‑Charlus (1659‑1729) a épousé Louis Fouquet, marquis de Belle‑Isle (1661‑17 (...)
  • 36 Louis Fouquet, qui applique avec rigueur la Réforme catholique, fut favorable au jansénisme après 1 (...)

19La position de Fleury n’évolue pas dans les années 1680. Il se rend en Italie avec le cardinal de Bonzi en 1685. Il est présenté à Mgr de Forbin-Janson, alors ambassadeur auprès du pape, qui vivait avec magnificence à Rome. S’arrêtant à Montpellier vers 1685, « Fleury se dévoua au ministère de la prédication dans le Languedoc, montrant un talent certain pour la chaire34 ». Il pourrait avoir fait partie des prédicateurs envoyés en province avant et après la Révocation. À cette époque, Fleury tisse des liens avec Mme de Levis qui s’est brouillée avec sa famille en raison de son mariage avec le marquis de Belle‑Isle35. Elle vit auprès de l’oncle de son époux, l’évêque-comte d’Agde, Louis Fouquet (1633‑1702)36.

  • 37 Selon une lettre du 14 décembre 1687. Les relations s’expliquent par le fait que le président Lamoi (...)

20En 1688, le grand aumônier du roi, le cardinal de Bouillon, est astreint à résidence à Montpellier. L’aumônier du roi Fleury, qui a le même âge que ce dernier, le fréquente dans cette période de vacuité. C’est par son intermédiaire que Fleury fait connaissance avec l’intendant Lamoignon de Basville que Bouillon considère comme « un de ses amis intimes » et qui lui fait apprécier l’exil à Montpellier37.

Lamoignon de Basville s’oppose à Bonzi

21À Montpellier, Fleury assiste aux premières escarmouches entre Bonzi et Basville, prémices au changement de réseaux en Languedoc. Nicolas Lamoignon de Basville est intendant de la province et maître des requêtes à Montpellier depuis 1685. Ses deux sœurs, la présidente du Harlay et la comtesse de Broglie, épouse du commandant des troupes en Languedoc, tiennent maintenant salon pour se faire admettre à Montpellier. Elles y sont peu appréciées si l’on en croit Mme du Noyer :

  • 38 Anne-Marguerite Petit du Noyer, Lettres historiques et galantes, Cologne, P. Marteau, 1718, 5 vol., (...)

[Mme de Broglie] trouve le secret en faisant pendre de temps en temps quelques predicans de persuader la cour que le séjour de son beau-frère en province est fort nécessaire et lui donne par là le moyen de faire subsister et même d’établir une grosse famille et d’amasser encore de l’argent. L’intendant ne s’oublie pas non plus, il a soin de bien remplir ses coffres et l’on prétend qu’il n’est pas moins avide d’argent que du sang des Huguenots et qu’il ne répand l’un que pour ramasser l’autre38.

22Basville remet en cause la position de Bonzi, de Pennautier, receveur du clergé, et du reste du réseau. Il utilise l’arme de la dénonciation en attaquant les relations peu vertueuses que le prélat entretient avec Mme de Ganges, Jeanne de Gévaudan, de vingt ans sa cadette.

  • 39 Anne-Marguerite Petit du Noyer, ibid. Le comte de Ganges est colonel d’un régiment de dragons.

La comtesse de Ganges étoit de la fête chez M. de Broglio quoiqu’il n’y eut pas grande amitié entre eux, elle ne paroissa point chagrine à ce que l’on dit de l’absence de son époux qui se consume en regrets dans cette contrée. On dit que cette dame est très belle, quoique ce ne soit plus un tendron39.

  • 40 Anne-Marguerite Petit du Noyer, ibid., t. VI, p. 323.

23Le cardinal réplique en faisant paraître en Hollande le récit d’une liaison de Basville « qui fut surpris d’être ainsi tympanisé40 ». Basville fait alors un scandale au sein même des états de Languedoc et à la cour. La lutte de pouvoir entre les deux hommes aboutit à la disgrâce de Bonzi et à la victoire de l’intendant sur les états.

  • 41 Il fut suffisamment lié pour trouver refuge au château de Courçon, appartenant à Basville, après la (...)
  • 42 Ranchon, op. cit., BNF Naf 2076.

24Fleury estime dès lors judicieux de s’éloigner du réseau d’un Bonzi vieillissant pour se rapprocher de celui de Basville41. L’action de l’intendant est également en phase avec ce que souhaite Fleury : une rigueur doctrinale et une certaine fermeté à l’encontre des protestants. En cela, il se conforme à l’opinion dominante à la cour. D’autant que l’autre option possible, celle de s’allier avec Bouillon, tourne court. En 1689, le plus âgé des cardinaux vient de s’attacher la compagnie de jeunes hommes comme les abbés Polignac et Fürstenberg, le bailli de Noailles, le duc de Chaulnes et le marquis de Torcy. Tous partent au mois d’octobre pour Rome où doit se dérouler l’élection d’Alexandre VIII. Fleury, qui n’est pas du voyage, cherche alors de nouveaux soutiens. En 1689, il est doyen des aumôniers : « Il est à quarante-quatre ans, la même chose qu’à vingt-cinq42. » Les anciennes relations de Fleury, Bonzi et Bouillon, ne sont plus pertinentes pour décrocher une abbaye ou un évêché qui se font attendre.

  • 43 « L’état triste où se trouva le cardinal Bonzi, après un fort brillant, avait fait son mariage […]. (...)

25Quant à Bonzi lui-même, il cherche à se propulser à la cour43. La grande affaire qui l’occupe en l’année 1693 est le mariage de son second neveu, Joseph-François de Castries (1663‑1728) avec Marie-Élisabeth de Rochechouart‑Mortemart (1663‑1718), fille du duc de Vivonne. Bonzi a demandé au duc du Maine d’arranger ce mariage. Le 20 mai 1693, Castries épouse la nièce de Mme de Montespan :

[…] un quart de femme, une espèce de biscuit manqué, extrêmement petite, mais bien prise et auroit passé dans un médiocre anneau, ni derrière, ni gorge, ni menton, fort laide, l’air toujours en peine et étonné, avec cela une physionomie qui éclatait d’esprit et tenoit encore plus parole. Elle savait tout : histoire, philosophie, mathématiques, langues savantes, et jamais il ne paroissoit qu’elle sût mieux que parler français mais son parler avait une justesse, une énergie, une éloquence, une grâce jusque dans les choses les plus communes avec ce tout unique qui n’est propre qu’aux Mortemart.

  • 44 Saint‑Simon, op. cit, t. I, p. 353.

26À la suite de ce mariage, le cardinal de Bonzi, le marquis et la marquise de Castries délaissèrent le Languedoc et « vinrent s’établir pour toujours à la Cour44 ».

Se faire de nouvelles relations à Fréjus 

  • 45 « Comment d’aumônier du roi, et vieux pour cet emploi, avec une abbaye fort mince, il [Mailly] devi (...)

27Fleury attend encore dix ans une promotion, période pendant laquelle les sources restent silencieuses. Les relations difficiles entre le roi et le pape ont freiné un certain nombre de promotions. Le cardinal de Mailly fut dans le même cas que Fleury45.

  • 46 L’historiographie du xixsiècle a fait courir des bruits sur la vie galante de Fleury, notamment B (...)
  • 47 BNF, dossier bleu 274. Dufort de Cheverny, La Cour de Louis XIV, Paris, Perrin, 1990, p. 90.
  • 48 J.-F. Barbier, Journal historique et anecdotique du règne de Louis XV, 1718‑1763, Paris, Nouvelle c (...)
  • 49 La sœur de Fleury, Hélène Élisabeth-Geneviève de Fleury, a épousé Charles-Jean de Fontanieu, capita (...)
  • 50 Saint‑Simon, op. cit., t. V, p. 199. Crozat fait partie de la nouvelle génération de financiers de (...)

28Tribout de Morambert46 prétend que Fleury aurait été, vers 1693, l’amant de Mme Moïse-Augustin Fontanieu et, en conséquence, le père de son enfant Gaspard-Moïse Fontanieu (1693‑1767), baptisé à Saint‑Eustache le 1er septembre 169447. Barbier signale en parlant de Fontanieu, vers 1756, que « son père était du Languedoc, artisan. Sa mère était assez jolie et l’on dit que la connaissance du cardinal est très ancienne. Il peut y avoir des raisons de sentiments pour protéger le fils48 ». Les commérages se sont nourris de ces mots. Si Fleury était proche des Fontanieu, c’est qu’ils sont beaux‑frères par alliance49. Tous sont issus du milieu financier de Montpellier où, selon le poncif de Saint‑Simon, Fontanieu était « le laquais de Crozat, devenu son commis puis son caissier et […] avait acquis de grands biens avec lesquels il s’était poussé50 ». Fleury a sans doute été chargé de les présenter à la cour lors de leur arrivée à Versailles entre 1690, date à laquelle Fontanieu devient receveur des tailles de l’élection de Meaux, et 1694, date de son départ pour La Rochelle comme receveur général des finances. Les relations entre Fontanieu, son beau‑frère Dodun et Fleury sont suffisamment proches pour alimenter les rumeurs. Fontanieu revient à Versailles le 11 octobre 1711, ayant acheté la charge prestigieuse d’intendant et contrôleur général des meubles de la Couronne. À partir de cette date, Fontanieu a un accès direct au souverain dont il prend les ordres pour les achats d’objet d’art et les cérémonies.

  • 51 Henri Druon, L’éducation des princes dans la maison des Bourbons de France, Paris, P. Lethielleux, (...)
  • 52 Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles‑lettres, t. XVI, p. 357.

29Après ces longues années d’attente, Fleury devient évêque de Fréjus. Dans une lettre du 2 novembre 1699 adressée à Noailles, Mme de Maintenon s’estime « bien contente de la promotion, parce qu’il me semble que vous l’approuverez, et qu’elle marque la considération que le roi a pour vous et l’abbé de Fleury n’était pas, par lui seul, personne à être sitôt évêque51 ». Les bulles de nomination arrivent en avril 169952. On parle aussi d’une possible intervention du cardinal de Bouillon à Rome. Fleury se défait de sa charge d’aumônier du roi au profit de François de Valbelle, grand vicaire de Saint‑Omer (20 000 écus). Il se démet de la chapellenie des Onze Mille Vierges dans l’église Saint-Pierre de Lodève en 1704 en faveur de son neveu, Henri de Rosset, l’abbé de Ceilhes. Fleury a cinquante‑six ans quand il arrive à Fréjus.

  • 53 L’historien Verlaque possédait cette lettre dans sa collection personnelle. Cité par le comte Maxim (...)
  • 54 Saint‑Simon, op. cit., t. VII, p. 819 et suiv.

30Appréciant tout de suite cette ville de Provence, proche du Languedoc de son enfance, il écrit à Basville : « Je ne vois pas comment vous auriez le courage de vous dispenser de faire le voyage de Fréjus, qui est un pays si beau et si rempli d’antiquités53. » Fréjus est dans le ressort du parlement de Provence et de la sénéchaussée de Draguignan. L’évêque de Fréjus crée des liens avec les autorités de la Provence à Aix – le comte de Grignan, lieutenant général, et les membres du parlement et des cours –, comme avec celles de la marine ou des galères à Toulon et à Marseille. Il se révèle être un évêque qui accomplit sa tâche avec rigueur en multipliant ses activités pastorales. Quand la guerre gronde, il organise les secours devant le passage du duc de Savoie et cherche à détourner la violence des troupes. Autant d’actions que Saint‑Simon dénigre perfidement : « Il [ne] résida point à Fréjus et n’osant être à Paris, courroit sans cesse le Languedoc et la Provence54. »

  • 55 Mémoires du duc de Villars, pair de France, Maréchal général des armées de SMTC, 3 vol., 1735‑1736.

31Dans ses Mémoires, parlant de Fleury, le duc de Villars reconnaît une « très ancienne amitié entre nous55 ». De quand date-t-elle ? En 1703, Claude-Louis-Hector, duc de Villars (1653‑1734), avait été envoyé dans les Cévennes pour obtenir la soumission d’un certain nombre de protestants. Il travailla donc avec Basville. Nommé gouverneur de Provence en 1712, il peut également avoir rencontré l’évêque de Fréjus. En 1714, il décide de s’installer en achetant une seigneurie à Martigues pour la somme de 403 000 livres. Après la mort du roi et devant les intrigues à Versailles, Villars laisse sa place de président au Conseil de la guerre pour retourner en Provence d’où, vers 1722, il conseille Fleury à la cour.

  • 56 Il n’est pas lieu ici d’évoquer les réformations dont a fait l’objet la noblesse provençale sous l’ (...)
  • 57 Joseph-Anne, marquis de Valbelle, est l’un des huit fils de Jean-Baptiste de Valbelle, marquis de T (...)
  • 58 Ranchon, op.cit., BNF Naf 2076.
  • 59 Charles-François de Vintimille, marquis des Arcs et comte du Luc, fut nommé ambassadeur en Suisse, (...)
  • 60 Jacques II Forbin de Janson (v.1680 ?-13 janvier 1741).

32Fleury se rapproche des familles de ses anciens condisciples provençaux de la Sorbonne : la nébuleuse des Forbin, Vintimille, Simiane et Valbelle56. Il côtoie Joseph-Anne de Valbelle, dont le marquisat de Tourves figure dans son diocèse. Ce président à mortier du parlement d’Aix (1686‑1722) est le frère de son ami, l’aumônier du roi57. Il est intimement lié « par un sentiment de franchise et de probité58 » à Charles-Gaspard-Guillaume de Vintimille du Luc, de trois ans son cadet. En 1708, ce dernier devient archevêque d’Aix. Son frère, le marquis du Luc, est alors lieutenant du roi en Provence59. Le cardinal de Forbin‑Janson est évêque de Marseille. Quand, en 1710, le roi propose à Fleury l’archevêché d’Arles, archevêché qui dote traditionnellement la famille de Grignan, celui‑ci refuse adroitement en prétextant de sa santé. Il ne veut pas commettre d’impair car il sait que le neveu de Forbin‑Janson attend pour prendre l’ascendant sur les Grignan, ce qu’il fera en s’emparant de l’archevêché d’Arles en 171160.

  • 61 Frédéric d’Agay, Les officiers de marine provençaux au xviiie siècle, vers la formation d’un corps (...)
  • 62 La marquise du Muy, Marguerite Armande de Mison (1682‑13 décembre 1754) est la fille de Charles de  (...)
  • 63 Son père Charles de Mison, directeur de l’économat à Aix, a obtenu quant à lui en 1697 le marquisat (...)
  • 64 Archives municipales d’Aix, registres de la paroisse Saint‑Jérôme, 1712.
  • 65 Ils font construire un hôtel particulier rue Saint-Michel à Aix, un château de plaisance à La Reyna (...)
  • 66 Cette cour fut composée du premier président du parlement d’Aix et intendant de Provence, Cardin Le (...)
  • 67 Mme de Créqui, dernière représentante de la famille à la fin du siècle, rapportera d’eux : « M. du (...)
  • 68 Ranchon, op.cit., BNF Naf 2076.

33Par ces familles aixoises, il apprend à connaître une famille avec laquelle il va être très lié et dont il assure la promotion à la cour : les Du Muy. Cette famille est issue de la capitainerie des galères de la Marine du Levant à Marseille et des chevaliers de l’ordre de Malte61. Entrée au parlement d’Aix au cours du xviie siècle, ses membres se sont alliés avec les Félix et les Mison. Leurs terres sont érigées en marquisat en 1694 pour la terre de Mme Du Muy née Mison62 et en 1697 pour la terre du Muy63. Au parlement d’Aix, les Félix du Muy recherchent des alliances avec les Forbin et les Valbelle. En 1712, Louis-Nicolas-Victor de Félix (1711‑1775) a pour « marraine, dame Renée Julie Adélaïde de Forbin d’Oppède de Bonneval64 ». Suivant un parcours tracé par d’autres familles provençales un demi‑siècle auparavant, les Du Muy se sont enrichis par les galères, ont acheté une petite charge au parlement en acquérant des terres bientôt érigées en marquisat. Originaires d’Italie, de petite noblesse, construisant des alliances solides et une fortune rapide qui paraît de surcroît bien assise, les Du Muy et les Félix se hissent parmi les anciennes et illustres familles provençales65. Lorsque le maréchal de Villars compose la cour de justice qui examine les finances désastreuses de Marseille, outre les autorités qualifiées pour y siéger, il nomme le marquis du Muy pour ses compétences financières66. C’est à cette époque que Fleury les fréquente. Les Du Muy « montent » à Versailles entre 1717 et 172267. Mme Du Muy est séduisante, « beaucoup plus polie qu’on ne l’est ordinairement en province », reconnaît Ranchon, biographe de Fleury68. Elle apporte à la cour les échos de cette sociabilité des salons provençaux en valorisant la grandeur des familles méridionales. Mme Du Muy est présentée à l’Infante d’Espagne en 1722, sans doute dans l’objectif de constituer sa Maison. Ses deux fils sont élevés à Versailles pour la plus grande part de leur éducation.

34Dans son diocèse et aux alentours, dans toute la Provence, le Languedocien Fleury a tissé des liens dans le cercle endogamique de la noblesse méridionale, créant ainsi sa propre clientèle qui, à son tour, trouve en lui l’homme qui les fera parvenir à Versailles. Il a su choisir les familles dominantes, les Forbin contre les Grignan, victimes de difficultés financières et familiales en ce début du xviiie siècle. Pour sa modération et son habilité lors de la guerre de la Succession d’Espagne, il s’est fait apprécier du roi. Leurs intérêts convergent au moment où la Régence modifie les clans en présence.

Fleury et les fidélités méridionales

La Régence est une période favorable aux Méridionaux

35La famille d’Orléans dispose du moyen de récompenser, par des emplois à la cour et dans l’administration royale, ses propres clients dont beaucoup sont méridionaux.

  • 69 « La duchesse d’Arpajon et la maréchale de Rochefort furent outrées. [La comtesse de Mailly] fit le (...)
  • 70 Saint‑Simon, op  cit., t. VII, p. 433.
  • 71 Caumartin de Boissy, dans Saint‑Simon, Mémoires, t. VIII, p. 457, p. 944. Castries reçut 150 000 li (...)

36La noblesse languedocienne, cliente des Orléans, est ainsi récompensée. La marquise de Castries devient dame d’atours de la duchesse de Chartres69. Fille du duc de Vivonne, elle est la cousine par alliance de celle‑ci. Depuis 1698, le marquis de Castries (1663‑1728) est chevalier d’honneur de la duchesse de Chartres. En 1719, il devient gouverneur de Montpellier et obtient le gouvernement du port de Sète avec les appointements de 12 000 livres70. Mais, entre 1718 et 1722, une série de deuils marque la famille de Castries. Veuf, infirme et riche, le marquis n’a pas de postérité. Il se remarie en 1722 avec Marie-Françoise (1698‑1728), fille de la duchesse de Levis (1678‑1734) qu’appréciait le cardinal de Fleury. Le mariage fut critiqué : « […] la tête tourne à tout le monde, à soixante ans, penser à épouser une fille de dix‑huit ans71[sic]. » Son frère l’abbé de Castries (1659‑1747) devient membre du Conseil de conscience en 1716, archevêque de Tours en 1717 et archevêque d’Albi en 1719, charge dont il se contente puisqu’il refuse l’archevêché de Narbonne en 1729. Aux dires de Saint‑Simon, Fleury et le Régent paraissent réticents à offrir plus d’emplois aux Castries :

  • 72 Saint‑Simon, op. cit., t. VII, p. 826.

Fréjus […] leur avait fait sa cour, en avoit été recueilli, en avoit reçu des services importants et qui l’avoient sauvé de sa perte. Il avoit passé sa vie chez eux, souvent logé et défrayé chez eux, dans une intimité parfaite avec mêmes amis et même société à la cour. Il étoit bien naturel qu’il les servît en chose pour eux en tout point désirable […]. Ce prélat qui devoit par ce qui a été dit être le grand arc-boutant des Castries en cette occasion, se montra si contraire que ni les Castries, ni moi […] n’en pûmes jamais tirer une seule bonne parole72.

  • 73 Charles-Auguste, marquis de La Fare‑Laugère (1644‑1712).
  • 74 Antoine de La Fare, marquis de La Fare‑Montclar.
  • 75 Le marquis Philippe-Charles de La Fare‑Laugère (1687‑1752) fut chargé d’arrêter le maréchal de Vill (...)
  • 76 État de la France, 1736, t. I, p. 57.
  • 77 Son frère François de La Vergne (1670‑1750) a épousé Louise-Madeleine de Brûlart‑Genlis, de la fami (...)

37La noblesse languedocienne est également récompensée par le service du roi. Le marquis de La Fare‑Laugère, capitaine des gardes de Monsieur, gouverneur d’Agde73, devient lieutenant du roi en Gévaudan, tandis que son cousin le marquis de La Fare‑Montclar est nommé en 1692 pour le Languedoc74. Il commande en l’absence du gouverneur, le duc du Maine. En 1724, le marquis de La Fare‑Laugère lui succède en Languedoc75. Il a sous ses ordres le marquis de Prie (1673‑1751), sous-gouverneur et parrain de Louis XV, cousin de Mme de Ventadour, lieutenant général du roi dans le Bas-Languedoc76. Les Orléans procurent des emplois aux La Vergne de Tressan. L’abbé de Tressan, Louis de La Vergne (?-1733), premier aumônier du Régent depuis 1706, devient évêque de Vannes en 1716, de Nantes en 1718, puis du Mans en 172377. Dilection utile pour l’avenir, son neveu, Louis-Élisabeth de La Vergne de Tressan (1705‑1783), devient ami du jeune Louis XV en 1718.

  • 78 Leur troisième fille, Mlle Marie de Causans, fut nommée dame d’honneur et surintendante de la maiso (...)
  • 79 La baronnie de Causans avait été érigée en marquisat en 1667 en faveur de Vincens de Mauléon de Cau (...)
  • 80 Combattant sous le prince de Nassau, maître de camp, prisonnier à Ramillies en 1706, blessé, il ne (...)
  • 81 Saint‑Simon, op. cit., t. VI, p. 604. Son père lui réserva le généralat des galères.
  • 82 Les familles de Gordes, Ponteves, Carces de la famille Simiane sont recherchées pour de grandes all (...)

38Les Provençaux qui servent les Orléans reçoivent des honneurs et des charges. La gouvernante des filles du duc d’Orléans est la marquise de Causans, de la principauté d’Orange78, dont le mari, Joseph-Louis Vincens de Mauléon, marquis de Causans, est lieutenant du roi à Grasse en 172779. Le Marseillais Louis de Sabatier de Cabre est chambellan du duc d’Orléans, avec le marquis de Castellane‑Norante comme premier gentilhomme de la chambre, tandis que la marquise de Castellane‑Norante sert la duchesse d’Orléans. L’écuyer Jean d’Isnard est gentilhomme d’honneur. Premier gentilhomme du duc d’Orléans, Louis de Simiane, marquis d’Esparron (1671‑1718), ancien enseigne de vaisseau qui entre au service du Régiment du roi, obtient la lieutenance générale de Provence demeurée vacante depuis la mort de son beau‑père, le comte de Grignan80. En 1718, son frère François Antoine (1674‑1734) lui succède. À cette date, malgré l’intervention du duc de Lorraine, son beau‑frère, le chevalier d’Orléans (1702‑1748) ne parvint pas à détacher la lieutenance générale de la famille Simiane81. La réussite des Simiane s’affermit grâce de belles alliances dans la haute noblesse82.

  • 83 G. Chaussinand‑Nogaret, Les Financiers du Languedoc au xviiie siècle, Paris, SEVPEN, 1970.
  • 84 Louis-Antoine Crozat, baron de Thiers, reste lecteur du roi, État de la France, 1749, p. 299.

39Force est de constater que, en cette période de la Régence, André-Hercule de Fleury, devenu précepteur du jeune roi, connaît tous les Languedociens et la plupart des Provençaux qui servent le Régent. Lorsque celui-ci entreprend d’assurer des moyens monétaires au royaume, c’est l’âge d’or des financiers, qui, en grande partie, proviennent du Midi. Chaussinand‑Nogaret montre « la promotion de Fleury nourrie dans le milieu de la cour des comptes et de la banque montpelliéraine ». Il signale « la collusion de la finance languedocienne et du clergé de province qui existe depuis Colbert puis se poursuit avec le Système, puis le ministériat de Fleury pour continuer avec les Crozat, les Parîs83 ». En effet, les frères Crozat ont pris la succession de Pennautier. Associés dans la Compagnie du Mississippi avec Law, ils deviennent familiers du Régent. Louis Antoine Crozat se consacre aux affaires financières84. Il a marié sa nièce Marie-Anne au secrétaire des commandements du Régent, Nicolas Doublet. En revanche, son frère Pierre Crozat devient l’intermédiaire de Philippe d’Orléans pour l’achat de collections d’œuvres d’art – notamment de celle de Christine de Suède entre 1716 et 1720 –, favorisant son mécénat par l’introduction de nouveaux artistes et l’émergence du goût Régence.

  • 85 L’ascension de Joseph Bonnier de La Mosson a commencé vers 1707. Distingué par Basville, il est d’a (...)
  • 86 Guy Chaussinand‑Nogaret, ibid, p. 81.
  • 87 Barjac, dont le frère Barjac de Renneville est receveur des fermes et des gabelles, a rencontré Fle (...)

40Bonnier de La Mosson, soutenu par Basville, tente alors de s’imposer85. Il profite de la chambre de justice de 1716, instaurée pour faire rendre les comptes à la fin du règne de Louis XIV. L’occasion est donnée de faire payer les créances douteuses à Crozat et de favoriser Bonnier86. Fleury se fait l’adroit intermédiaire de cette « relève financière » et son valet de chambre Honoré Barjac s’enrichit des pourboires des financiers qui cherchent à approcher le cardinal87.

  • 88 Henri-Ignace de Brancas (1670‑1716).
  • 89 Jean-Baptiste de Brancas (1693‑1770).
  • 90 L’archevêque a des prérogatives importantes puisqu’il est de facto président de la chambre ecclésia (...)
  • 91 Charles-Philippe d’Albert de Luynes, Mémoires, t. XI, p. 285.
  • 92 Bernard Hours, Le Dauphin caché : recherches sur les dévots à la cour de France (1750‑1765), mémoir (...)

41Cependant, Fleury n’est pas le seul protecteur de ces familles à la cour. Les Brancas et les Villars sont également parvenus aux premiers emplois. À la cour, le relais est Louis de Brancas, duc de Villars‑Brancas (1663‑1739), intime du Régent, qui obtient des charges pour sa famille. Son frère est aumônier du roi avant de devenir évêque de Lisieux en 171588. En 1717, son cousin devient aumônier du jeune roi avec la commende de l’abbaye de Saint-Père de Melun (4 000 livres par an)89. Il est évêque de La Rochelle en 1725, puis archevêque d’Aix en 1729, grâce à la protection du cardinal de Fleury et de son prédécesseur sur le siège d’Aix, M. de Vintimille du Luc90. La position des Brancas s’est renforcée grâce au Régent. Louis-Toussaint de Brancas‑Cereste (1672‑1750), marquis de Brancas, comte de Forcalquier, maréchal de France, devient lieutenant général de Provence, avant de servir comme ambassadeur en Espagne. Si les Brancas occupent la maison du Régent, la Chapelle et son corollaire, des évêchés, s’ils sont très présents en Provence, la génération suivante investit la maison de la Dauphine destinée à être la maison de la future reine, constituée en 1744 pour le premier mariage et conservée pour la deuxième Dauphine, Marie-Josèphe de Saxe. En novembre 1751, l’entourage de la Dauphine est exclusivement composé de dames de Brancas. La dame d’honneur, la duchesse de Brancas, assure sa belle‑mère Diane de Clermont‑Gallerande de sa survivance chez la Dauphine. La dame d’atours est sa belle‑fille la duchesse de Lauragais91. Le duc de Croÿ, témoin minutieux, note les noms des invités aux dix‑sept petits soupers auxquels il a assisté chez le roi de janvier 1747 à mars 1757. Parmi la vingtaine d’intimes du roi, il croise douze fois Mme de Pompadour, huit fois le duc d’Ayen (Noailles), sept fois le duc de Broglie, mais surtout huit fois la duchesse de Brancas92. Provençaux familiers de Louis XIII à la cour du Régent, Les Brancas le sont devenus du Dauphin et de Louis XV au milieu du xviiie siècle. C’est une belle et rare continuité de présence à la cour, un modèle sans doute pour les Castries ou les Fleury.

La lente ascension des Fleury 

42La famille du cardinal est restreinte lorsque, vers 1720, celui-ci a la possibilité de distribuer des emplois. Le destin a frappé la famille Fleury : sur les onze enfants de la génération du cardinal, seule sa sœur Marie a eu des enfants qui sont âgés, à l’époque de la Régence, d’une quarantaine d’années. Un seul neveu de Fleury, Rosset, a lui‑même une descendance. Le cardinal prend la décision de favoriser cette lignée à plusieurs reprises : vers 1720‑1723, puis vers 1735‑1737 et enfin juste avant sa mort, en 1743.

  • 93 Jean-Hercule (1683‑1748) est le fils de la deuxième sœur de Fleury, Marie (2 février 1661‑ morte av (...)
  • 94 Jean-Hercule de Rosset épouse le 7 octobre 1714 Marie Rey (qui hérite de la famille Cordurier). Il (...)
  • 95 AD 59, J475/36 entre 1729 et 1737.
  • 96 AD 59, J 475/251 ; une partie de la seigneurie de Ceilhes et Rocozels est vendue au duc de Fleury e (...)

43À partir de 1722, Fleury, encore précepteur du roi, obtient des honneurs modestes pour ses neveux. C’est d’abord Jean-Hercule de Rosset de Fleury qui en profite93. Après une carrière militaire au service du roi, un beau mariage provincial et une promotion bien conduite qui ne doivent rien à une faveur royale94, Jean Hercule, âgé de quarante ans, voit s’abattre sur lui une pluie d’honneurs. En 1723, il devient gouverneur de Lodève et d’Aigues‑Mortes95 et surtout sa terre de Rocozels est érigée en marquisat au mois de septembre 172496. La famille quitte alors les montagnes de Lodève pour s’installer sur la terre de Fleury dans l’Aude.

  • 97 Il est le deuxième fils de Marie et de Bernardin de Rosset (né en 1686).
  • 98 Résignation du canonicat de Montpellier par Fleury en 1692 (sept ans), résignation de son parent Gu (...)
  • 99 Ceilhes et Rocozels.
  • 100 Il est conseiller au parlement de Toulouse. Il meurt à Paris le 20 février 1748 ayant fait son test (...)

44Le deuxième neveu, Henri de Rosset de Rocozels, est le cadet destiné à l’Église97. Il est tonsuré en 1697, et la famille a concentré sur lui les résignations ecclésiastiques98. Connu sous le nom d’abbé de Ceilhes, il reçoit en commende l’abbaye de Sorèze en 1721 et celle de Saint‑Sernin de Toulouse en 172999. Par ailleurs, le cardinal intervient, le 22 septembre 1721, auprès du pape pour que « son neveu dépourvu de fortune » soit dispensé de frais à sa nomination à l’abbaye de Sorèze. Sa carrière ecclésiastique reste régionale, Henri ne devenant jamais évêque de Lodève malgré la position de son oncle. À la fin de sa vie, en 1740, il obtient l’abbaye de Froidmont (diocèse de Beauvais), résiliant ses bénéfices languedociens pour vivre auprès du cardinal100.

  • 101 Pour acheter sa compagnie, il a besoin d’un prêt qu’il obtient, entre 1711 et 1720, à la Miséricord (...)

45Pons de Rosset de Rocozels, troisième neveu, fait carrière comme capitaine du régiment de Flandres de 1708 à 1722101. Le cardinal obtient pour lui, le 12 avril 1723, la croix de Saint‑Louis, remise sans cérémonie sous le prétexte de son éloignement en campagne. Gouverneur de Lunel et de Sommières puis de Mont‑Louis en Cerdagne, il devient commandant à Castres le 7 octobre 1726.

46Jusqu’à cette date, le cardinal est resté très modeste dans ses prétentions pour la famille Fleury : un marquisat, quelques bénéfices ecclésiastiques, quelques gouvernements provinciaux et une croix de Saint‑Louis. Vers 1736, le cardinal est le dernier de sa génération. Ses petit‑neveux Rosset s’apprêtent à se lancer dans le monde. Le roi décide alors, en mars 1736, de remercier celui qui fut son précepteur et d’élever sa famille au rang et titre de duc et pair, comme ce fut le cas pour les familles de Richelieu et de Mazarin :

  • 102 AD 59, J475/33, J 475/347 Érection du duché prairie, J475/75 et note de généalogie J475/152, Tablea (...)

Nous croyons devoir donner un témoignage éclatant à notre dit Cousin, le Cardinal de Fleury, de notre affection et de la satisfaction que nous avons de ses services & faire connaître à la postérité l’estime particulière que nous faisons de sa personne en accordant à sa famille un titre durable d’honneur & de distinction & en élevant à la dignité de Duc & Pair de France sous la dénomination de DUC DE FLEURY, notre aimé et féal Jean Hercule de Rosset, marquis de Rocozels, baron de Pérignan102.

47Au titre de duc est adjoint le nom du Premier ministre, Fleury, sur l’exemple de cette amplification de noms des de Vignerot du Plessis, duc de Richelieu, ou encore de Mancini et Mazarin, ou du marquis de La Porte, de La Meilleraye, duc de Mayenne et enfin duc de Mazarin. C’est l’aboutissement de cette patiente ascension commencée par Pierre Fleury au début du xvie siècle.

  • 103 André-Hercule de Rosset, marquis de Fleury (né en 1715), sénéchal de Carcassonne.
  • 104 AD Hérault, C2707, Guy Richard, La Noblesse d’affaires au xviiie siècle, Paris, Colin, 1997. Contra (...)
  • 105 En 1726, la famille de Wendel anoblie est devenue propriétaire des forges d’Hayange. Le duc de Bell (...)
  • 106 AD 59, J475/27 à 31, 68 69, 113, 114, 212 à 222, 352 à 355 en 1735.
  • 107 AD 59, J475/397. Le 18 janvier 1737, le cardinal Fleury propose Antoine Chaumont de La Galaizière, (...)

48L’aîné des petits-neveux, André-Hercule de Rosset, marquis de Fleury, combat dans l’armée de Berwick en Moselle, Sarre et Rhin en mai 1734 et devient maréchal de camp103. Son père favorise sa carrière à la cour en démissionnant de son titre de duc de Fleury en mai 1736. En 1747, suivant en cela l’intérêt de la noblesse pour la mise en valeur du sous‑sol, le duc exploite les mines de cuivre et de plomb sur ses terres de Ceilhes et d’Avène en formant une compagnie avec des fabricants de Lodève104. Le cardinal veille à ses intérêts. La Lorraine offre à cette époque des opportunités et Metz devient la première ville de garnison de France en 1734105. Le cardinal conseille à son neveu, sur le point de se marier en 1735, d’acquérir la seigneurie de Florange en Lorraine pour 450 000 livres106. Celui-ci obtient le gouvernement et la lieutenance générale de Lorraine avec une pension de 12 000 livres quand le duc François de Lorraine abdique au profit de Stanislas Leszczyński, en janvier 1737107. C’est bien le moins que pouvait faire Stanislas pour récompenser Fleury des négociations sur le duché.

  • 108 Anne Madeleine d’Auxy de Monceaux (née en 1721) a épousé en juin 1736 André-Hercule de Rosset, duc (...)
  • 109 J.-C. de Bois Jourdain, Mélanges historiques, satiriques, et anecdotiques, Paris, Chevre et Chanson (...)

49Mais, à cette date, aucun membre de la famille Fleury n’a encore d’emploi à la cour. Le duc de Fleury, carrière et fortune faites en Lorraine, attend. Enfin, en septembre 1739, la duchesse de Fleury108 devient dame du palais de la reine, tandis que son époux est nommé premier gentilhomme de la chambre le 31 mai 1741. C’est une promotion fulgurante et, selon Boisjourdain, « cette dernière place ne s’obtint pas sans réclamation109 ». En effet, Fleury a retiré la charge de premier gentilhomme aux Trémoille, qui en étaient dépositaires depuis trois générations. Voici deux Languedociens chez le roi et la reine et la famille Fleury au premier rang du théâtre de la Cour.

  • 110 Il reçut de son oncle l’abbé de Ceilhes la chapellenie des Onze Mille Vierges le 27 juillet 1733, d (...)
  • 111 Son frère Henri-Marie-Bernardin de Rosset de Ceilhes de Fleury (né en août 1718 à Pérignan) est ton (...)
  • 112 L’abbé de Longpont devient vicaire de l’archevêque de Paris en 1741, puis premier aumônier de la re (...)
  • 113 Fleury le place en octobre 1742 comme chanoine à l’archevêché de Paris et abbé commendataire de Roy (...)

50Deux autres petits‑neveux choisissent la voie ecclésiastique : Pierre Augustin Bernardin, abbé de Longpont110, et son frère111. Le premier deviendra évêque de Chartres le 16 octobre 1746112, le second maître des requêtes de la maison de la reine en 1738 et archevêque de Cambrai113. En 1743, à la mort du cardinal de Fleury, l’abbaye de Tournus est proposée à chacun des neveux qui, tous deux, déclinent l’offre.

  • 114 Saint-Simon, op  cit., t. VIII, p. 457.
  • 115 AD 59, J 475. Article Rosset de Rocozel, dans M. Laurencin, Dictionnaire biographique de Touraine, (...)

51Une semaine avant sa mort, en 1743, le cardinal de Fleury s’engage à marier sa petite‑nièce Gabrielle-Isabeau de Rosset de Fleury, âgée d’à peine quinze ans, au petit‑fils de sa vieille amie Mme de Levis. C’est l’alliance des Rosset de Fleury avec les Castries. Le mariage, reculé à cause du deuil, eut lieu le 19 décembre 1743. Charles-Eugène-Gabriel de La Croix, marquis de Castries, « eut en faveur de son mariage, cent cinquante mille livres de brevet de retenue sur son gouvernement de Montpellier114 ». Lieutenant général des armées du roi, puis maréchal, il fut secrétaire d’État à la Marine en 1780115.

52Le cardinal de Fleury a dirigé ses petits‑neveux en « bon père de famille », veillant à chacun et leur assurant une transition par étapes vers la fortune, les titres, les emplois et les alliances. Dès 1730, les Fleury quittent le Languedoc où ils conservent l’essentiel de leurs terres. À partir de 1739, les Languedociens deviennent versaillais, comme les Castries cinquante ans auparavant.

Fleury utilise et sert sa clientèle

  • 116 André Bernard Constance de Forbin d’Oppède, abbé de Saint-Florent, grand vicaire de Paris ; Anne-Lo (...)

53Le cardinal de Fleury veille également à récompenser la petite clientèle qu’il s’est constituée dans sa carrière épiscopale. Le cardinal n’a pu placer aucun membre de sa famille, ni fidèle, dans la maison du roi, pas plus que dans l’équipe d’éducation du jeune Louis XV déjà fixée en 1717. Les dates de constitution des maisons royales ne correspondent pas avec les disponibilités démographiques de sa propre famille. Il introduit à la Chapelle sa famille élargie et sa clientèle dès que possible. En 1736, sur les huit aumôniers du roi, quatre sont provençaux, parmi lesquels des représentants de familles alliées au cardinal de Fleury comme les Saint‑Sauveur et les Castellane‑Novejan116.

  • 117 Le Dauphin est remis aux hommes le 15 janvier 1736.
  • 118 Joseph-Gabriel Tancrède de Félix, comte de La Reynarde, lieutenant général des armées du roi, de la (...)
  • 119 Mme de Sévigné, op. cit., Introduction, p. 57. Ni Françoise Julie, comtesse de Hurault‑Vibraye, ni (...)
  • 120 Luynes, op. cit., t. VII, p. 44.

54Fleury est attentif à placer des amis chez le Dauphin. Mme Du Muy devient sous-gouvernante des enfants de France. Le bruit courut même qu’elle pourrait remplacer Mme de Ventadour qui a obtenu la survivance de la charge de gouvernante pour sa petite‑fille, Mme de Tallard. Dans l’équipe d’éducation, Fleury nomme le marquis du Muy sous-gouverneur du Dauphin de 1735 à 1745117. Les reclassements d’emplois se font au moment du mariage du Dauphin. Le premier fils du marquis du Muy devient, le 20 décembre 1744, premier maître d’hôtel de la Dauphine118. Le second fils, le comte du Muy, Louis-Nicolas-Victor de Félix, a été doté par son père du château de Grignan acheté aux Grignan‑Simiane en 1732119. Il est nommé menin du Dauphin en 1745 après Fontenoy120. Le passage de témoin à cette nouvelle génération est réussi puisque le comte du Muy devient l’ami intime du Dauphin. Mme de Créqui raconte le deuil de son oncle à la mort du Dauphin en 1765 :

  • 121 Souvenirs de la marquise de Créqui, t. II, chap. viii.

« Le comte du Muy fit creuser un tombeau au-dessous de celui de ce prince, dans la cathédrale de Sens où il voulut être enseveli, et il y fit graver cette inscription : Hunc usque luctus meus (c’est ici que finira ma douleur). Le prince méritait en effet cette preuve de l’attachement et des regrets de son vertueux ami, lui qui avait écrit de sa main sur le livre d’heures de celui‑ci, la prière suivante : “ Mon Dieu, protégez de votre bouclier et défendez de votre épée votre serviteur le comte du Muy, afin que si vous me destinez à porter le pesant fardeau de la couronne, il soit là pour me soutenir par ses vertus, ses leçons et ses exemples ”121 ».

  • 122 Il meurt maréchal de France, gouverneur de Villefranche en Roussillon, commandant de la Flandre, ch (...)

55Du Muy devint ministre de la guerre de Louis XVI le 11 octobre 1775122. Les Du Muy, Provençaux compétents et ambitieux, venus tardivement à la cour, ont réussi plus vite que d’autres.

56Enfin, en 1729, Fleury fit obtenir à son vieil ami l’abbé du Luc, Charles-Gaspard-Guillaume de Vintimille, l’archevêché de Paris à la place de Noailles, charge qu’il occupa jusqu’en 1746. À plus de quatre‑vingt‑dix ans, ils sont encore très liés. Tous les deux assistent le 28 septembre 1739 au mariage du petit‑neveu de l’archevêque, Jean-Baptiste-Félix-Hubert de Vintimille. Qui ce jeune homme de vingt ans épouse-t-il ? Pauline-Félicité de Mailly‑Nesle, de huit ans son aînée, maîtresse de Louis XV. Le cardinal essaya, contre sa conscience, de rendre service au roi en utilisant ses réseaux et de jouer un tour à sa façon à la jeune mariée qui ne l’appréciait guère. Elle fut dotée de 200 000 livres d’argent comptant, de 6 000 livres de rente et d’un emploi de dame du palais. Les Vintimille profitent d’une réussite encore plus avérée et prestigieuse que les Félix ou les Rosset. C’est qu’ils ont le passé illustre des grandes familles de premier plan et disposent de cousins dans toute l’Europe.

Conclusion

57Le Lodévois Fleury a été épaulé et soutenu par la sociabilité languedocienne et par les réseaux familiaux sur un itinéraire qui l’a mené de Montpellier à la cour. Le népotisme clérical est alors une voie avantageuse pour certains fils de cette noblesse provinciale qui a fait fortune dans les affaires, au parlement et dans les États. Le népotisme financier, associé à de solides relais à la cour, soutient l’ascension de bons nombres de Languedociens.

58L’évêque de Fréjus sut se faire adopter par la bonne société provençale. Ces grandes familles espéraient un protecteur. Repéré par Louis XIV pour l’emploi de précepteur, proche du Régent, Fleury devient alors un relais à la cour en recommandant des Languedociens et des Provençaux.

59Les fidélités languedociennes du cardinal jouent sur la longue durée, tandis que les fidélités provençales ne dépendent pas forcément de lui. Les Provençaux sont présents à la cour depuis le début du xviie siècle, alors que les Languedociens n’y arrivent que dans la décennie 1680‑1690, après que le conflit entre Basville et Bonzi a résonné à Versailles. Ils y sont vite affublés de l’étiquette de valets parvenus. Le mythe du laquais financier se construit à cette époque tant il est convenu de mépriser l’argent venu du Languedoc avec ces formidables forgeurs du luxe dont vit la cour. Au début du xviiie siècle, la perception de la noblesse méridionale s’est modifiée et ces familles sont recherchées à la cour pour conclure de beaux mariages.

  • 123 Mercure de France, septembre 1757, « Épître à Monseigneur le duc de Bourgogne sur les progrès de l’ (...)

60Le cardinal de Fleury est l’axe autour duquel se nouent des solidarités à différentes époques et apparaissent des protections régionales. Il servit fidèlement pendant un demi‑siècle les Méridionaux qui faisaient le voyage jusqu’à Versailles. Il fut leur protecteur jusqu’à sa mort, comme ils ont été ses fidèles agents. Grâce à son assise auprès des anciennes et illustres familles méridionales, il a su faire émerger une noblesse seconde qui renouvelle le personnel administratif et ministériel de la monarchie. Fleury a été un patron fiable pour les Méridionaux dont beaucoup vénèrent encore sa famille. Quatorze ans après sa mort, en 1757, la conviction que les protections du cardinal et du duc de Fleury fonctionnent toujours pousse Teisserenc de Lodève, garde du corps du roi, à publier une Épître à Monseigneur le duc de Bourgogne sur les progrès de l’éducation123 pour prétendre à un emploi auprès du duc de Berry.

61Après avoir mis au jour ces réseaux qui structurent la noblesse provençale et languedocienne, il conviendra de découvrir les nombreux emplois subalternes dont le cardinal de Fleury fit profiter la petite noblesse méridionale. Cela ne sera possible que par l’étude des clientèles grâce à des archives privées et des mémoires encore inédits.

Haut de page

Notes

1 Louis de Rouvroy, duc de Saint‑Simon, Mémoires, éd. Y. Coirault, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1982, t. I, p. 571.

2 Le grand‑père Pierre Fleury fait acquisition, le 16 février 1607, d’une belle maison de ville à Lodève, celle de Thomas de Rosset qui réside à Montpellier. Toutefois, il ne porte pas encore la particule. Alors, le 20 mars 1630, il achète auprès du notaire Ambierles à Grignac les places et seigneuries de Dio, Valquières et Vernazobres au prix de 29 000 livres. Cette seigneurie a appartenu à la famille Penne (ancienne famille de chevaliers de l’Albigeois), puis à la comtesse de Montgomery et de Clermont qui l’avait vendue en 1602 à Jean de Lhom, conseiller du roi, trésorier général de France et intendant des finances à Montpellier. Les rapports entre l’intendant général des finances de la généralité et le receveur des tailles et des décimes du diocèse restent méconnus. Toujours est‑il que voici ce dernier, Pierre de Fleury, devenu seigneur de Dio, Valquières et Vernazobres.

3 Dans le souci d’établir équitablement sa fille Françoise, Pierre lui donne 24 000 livres. Lors de son mariage avec Hercule de Thézan, l’héritier de la famille de Saint-Geniez, Montblanc, Valros, Caussiniojols, Montady, baron de Pérignan et gentilhomme de la Chambre du roi, le 11 octobre 1639, Françoise reçoit une dot de 50 000 livres.

4 En 1635, il confie la charge de trésorier général de France du bureau de Montpellier à son fils aîné Pierre-Moïse Fleury, âgé de vingt‑cinq ans. Le 22 avril 1661, celui‑ci reçoit les lettres patentes de membre du Conseil d’État et privé, pour ses vingt‑cinq ans de service comme trésorier général de France. Il ne paraît pas s’être marié. La charge de receveur de la ferme de l’assiette du diocèse passe au cadet Jean de Fleury, le père d’André-Hercule.

5 Le père du futur cardinal, Jean de Fleury, épouse le 11 janvier 1650 Diane de La Treilhe, veuve de Henri Clermont du Bosc, qui est déjà mère de trois enfants. À partir de ce mariage, il poursuit la politique d’acquisition des fiefs de son père. On sait qu’en 1651 Jean achète à son frère les terres et le château médiéval de Dio, Valquières (au sud-ouest de Lodève) et le hameau de Vernazobres. Puis il est à l’affût des parcelles qui peuvent agrandir son patrimoine, signe apparent de sa réussite professionnelle et d’une bonne gestion patrimoniale : le 24 septembre 1654, il acquiert un autre fief à Valquières puis, le 26 février 1661, un autre dans le terroir de Dio. Il poursuit ses achats de 1672 à 1683, entrant en possession le 19 décembre 1674, par exemple, du moulin et de la métairie de Prades (sur Vernazobres) qui compte aussi un prieuré.

6 Les Vissec‑Latude appartiennent à l’une des plus anciennes maisons du Languedoc qui jouit d’alliances importantes. Vers 1677, pour agrandir l’hôtel familial à Lodève, Jean de Fleury achète la maison voisine de la sienne à Henri-Étienne de Fabre, seigneur de Latude, le beau-frère de sa femme Diane.

7 René-Gaspard de La Croix, marquis de Castries, gouverneur de Montpellier depuis 1660 et lieutenant du Bas-Languedoc en 1668, représente le pouvoir militaire.

8 Jean de Troy reçoit dans son atelier Antoine Ranc avant d’accueillir Hyacinthe Rigaud vers 1671.

9 Les Incompatibles, ballet de Molière, édition de Montpellier, 1655, notice bibliographique par Paul Lacroix, Genève, Gray, 1868. Jean‑Denis Bergasse, Hommage à Jacques Fabre de Morlhon (1913‑1976), Albi, OSJ, 1978, p. 173 sqq. Marcel Barral, « Les influences d’un milieu urbain provincial sur la production de textes littéraires occitans et français aux xviie et xviiie siècles », Revue des langues romanes, LXXXIX, Montpellier, 1985, p. 51-71.

10 Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné, Lettres, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1953, lettre n° 243 à Montpellier, le samedi 1er ou 8 octobre 1672 : « J’ai trouvé une petite Gévaudan qui fait souvenir de vous de cent lieues d’ici. Je trouve les femmes d’ici jolies : elles sont vives, elles ont de l’esprit, elles parlent françois. » Visages du grand siècle. Le portrait français sous le règne de Louis XIV, catalogue de l’exposition du musée des Beaux‑Arts de Nantes et du musée des Augustins de Toulouse (20 juin 1997-5 janv. 1998), Toulouse, Ville de Toulouse / Somogy, 1997, p. 257.

11 Gouverneurs du Languedoc : de 1660 à 1666, le prince de Conti ; de 1666 à 1682, le duc de Verneuil ; de 1682 à 1718, le duc du Maine.

12 Voir les travaux d’Henri Michel, notamment Famille et familles dans la France méridionale à l’époque moderne, actes du colloque organisé par le Centre d’histoire moderne en 1991, dir. Anne Blanchard, Henri Michel et Elie Pélaquier, université Paul Valéry-Montpellier III, 1992.

13 Pierre de Bonzi (15 avril 1631‑1703), florentin, est fils d’un sénateur et neveu de l’évêque de Béziers, Clément de Bonzi. Élevé en France auprès de son oncle, il séjourne à la cour, où Mazarin le destine aux affaires diplomatiques. En 1659, il assiste comme envoyé du duc de Toscane aux conférences de Fontarabie et aux négociations du traité des Pyrénées ainsi qu’au mariage de Louis XIV. À la mort de son oncle, il succède à celui‑ci à l’évêché de Béziers. En 1661, le duc de Toscane le charge de négocier le mariage de la fille de Gaston d’Orléans avec Côme de Médicis avant d’être l’ambassadeur extraordinaire qui conduit la princesse à Florence. Il est ensuite nommé ambassadeur extraordinaire à Venise de 1662 à 1665, puis envoyé deux fois en Pologne, où il ne parvient pas à faire élire le prince de Condé mais empêche l’élection du candidat autrichien Charles de Lorraine, en se ralliant à Michel Wiesnowieski. Diplomate, fin connaisseur des cours européennes, il fut l’agent de Mazarin dans la politique d’acquisition d’œuvres d’art pour le compte du roi, en Italie du Nord notamment. Il passa ensuite au service de Colbert, devenant son représentant officieux pendant vingt ans en Languedoc. C’est alors qu’il fut récompensé de ses diverses activités.

14 L’évêque de Lodève, Du Harlay, a comme viguier le sieur de Fozières, cousin de Mme de Fleury. La famille Du Harlay, issue du parlement de Paris, est de surcroît liée à celle de Mme de Ventadour, future gouvernante de Louis XV.

15 Il est tonsuré jeune : le choix a été clairement fait par son oncle selon le vœu émis par son père dans son testament en 1663. Selon M. Peyronnet, un quart des évêques de 1789 avaient été tonsurés jeunes, entre 7 et 12 ans, la moitié entre 13 et 15 ans. M. Peyronnet, Les Évêques de l’ancienne France (mémoire de thèse), Lille, 1977.

16 René-Gaspard de La Croix, premier marquis de Castries (1611-1674), créé marquis en 1645, marié à Isabeau de Bonzi.

17 René de La Croix, duc de Castries, Le maréchal de Castries (1727-1800), Paris, Flammarion, 1956.

18 Armand Pierre de La Croix de Castries (1659-1747), aumônier de la duchesse de Bourgogne (1697), premier aumônier de la duchesse de Berry (1710), archevêque de Tours (1717), puis d’Albi (1719), commandeur de l’ordre du Saint‑Esprit (1733), fils du premier marquis de Castries et d’Isabeau de Bonzi.

19 Selon le duc de Luynes, Mémoires sur la cour de Louis XV (1735-1758), éd. L. Dussieux et E. Soulié, Paris, Firmin‑Didot frères, 1860‑1865, t. V, p. 237. Fleury avertit le chapitre de Montpellier par une lettre du 30 octobre 1678 « qu’il est du roi ». Pierre de Fleury, son oncle, avance 77 000 livres pour l’achat de cet office mais, pour cette somme considérable, Fleury a besoin d’une caution : il trouve celle de Mme Catherine Ladvocat, l’épouse de Simon Arnaud d’Andilly, marquis de Pomponne, juste avant que son mari soit mis à l’écart pour jansénisme.

20 La charge d’aumônier du roi s’achète jusqu’au 23 mars 1685 : Jean‑François Labourdette, « Les aumôniers du roi au xviiie siècle », in La Noblesse de la fin du xvie siècle au début du xxe siècle : un modèle social ?, actes du colloque du Centre aquitain d’histoire moderne et contemporaine de l’université Michel de Montaigne– Bordeaux III les 3, 4 et 5 mai 2001, textes réunis par Josette Pontet, Michel Figeac et Marie Boisson, 2 vol., Bordeaux, Atlantica, novembre 2002, p. 18 à 42.

21 Saint‑Simon, op. cit., t. I, p. 571.

22 Traditionnellement, l’aumônerie donne ensuite droit à un évêché et, en attendant, se cumule avec une place de grand vicaire dans un diocèse. Ce bénéfice s’accompagne généralement d’une abbaye en commende. Les aumôniers peuvent être promus au sein même de la Cour : premières charges à la Chapelle, puis aumônier des princes et des princesses.

23 « Pennautier mourut fort vieux en Languedoc. De petit caissier, il était devenu trésorier du clergé et trésorier des états du Languedoc, et prodigieusement riche. C’était un grand homme, très-bien fait, fort galant et fort magnifique, respectueux et très-obligeant ; il avait beaucoup d’esprit et il était fort mêlé dans le monde ; il le fut aussi dans l’affaire de la Brinvilliers et des Poisons, qui a fait tant de bruit, et mis en prison avec grand danger de sa vie. Il est incroyable combien de gens, et des plus considérables, se remuèrent pour lui, le cardinal Bonzi à la tête, fort en faveur alors, qui le tirèrent d’affaire. Il conserva longtemps depuis ses emplois et ses amis ; et quoique sa réputation eût fort souffert de son affaire, il demeura dans le monde comme s’il n’en avait point eu. Il est sorti de ses bureaux force financiers qui ont fait grande fortune. Celle de Crozat, son caissier, est connue de tout le monde. » Saint‑Simon, op. cit., t. IV p. 313 et t. V, p. 645.

24 Pennautier finance encore l’Assemblée du clergé de 1682 dans laquelle Fleury siège en assemblée avec l’évêque de Montpellier (de 1676 à 1696), Charles Pradel, l’évêque d’Alet, Louis Alphonse de Valbelle, l’abbé Le Franc de La Gange, archidiacre de Torbières, et l’abbé de Bazins de Bezons. Claude Michaud, L’Église et l’argent sous l’Ancien Régime, les receveurs généraux du clergé de France, Paris, Fayard, 1997.

25 Comme les Faventines : Pierre Faventines (vers 1695‑1776) et les Bonnier de la Mosson.

26 Alexandre Maral, La Chapelle royale de Versailles sous Louis XIV, Genève, Mardaga, 2002, « Les principales charges de la Chapelle royale et leurs titulaires », p. 397 sqq.

27 Le Marseillais Jacques de Boche est aumônier de la reine Anne d’Autriche. René de Grasse, évêque de Briançon, est aumônier de la reine Marie‑Thérèse en 1677.

28 La sœur de Louis-Marie-Armand de Simiane de Gordes, Marguerite de Simiane, épouse en premières noces Gaspard de Forbin, marquis de Mane, frère du cardinal de Forbin‑Janson, grand aumônier de France. Puis elle épouse en troisièmes noces le marquis de Forbin‑Janson‑La Martre, duquel elle a une fille, Marie-Louise Charlotte. Celle‑ci deviendra comtesse de Vintimille du Luc, en épousant le frère de Charles Gaspard de Vintimille du Luc, archevêque de Paris en 1729, conseiller des Ordres du roi, neveu de Jean de Vintimille, évêque de Digne, tous deux cousins germains de François de Valbelle (1659‑1727), aumônier du roi, maître de l’Oratoire du roi, évêque de Saint‑Omer (1727).

29 Antoine du Laurens (?-1640) fut aumônier de Louis XIII, abbé de Saint-Pierre, conseiller clerc au parlement de Paris. Neveu de Gaspard Du Laurens, archevêque d’Arles, et d’Henri-Honoré Du Laurens, archevêque d’Embrun, il était le frère de Pierre Du Laurens (1618‑1705), évêque de Belley en Bugey (1678‑1705). Les Laurens sont issus d’une famille de magistrats originaires de Tarascon en Provence. Louis de Capisuchy ou Capisucchi de Bologne fut également aumônier de Louis XIII, évêque nommé de Digne, mort avant d’avoir été sacré en février 1628 ; son frère Raphaël lui succède à Digne (février 1628‑1664). Il est alors remplacé par Toussaint de Forbin‑Janson. La famille Capisucchi passe de Rome en Avignon où elle s’installe. Claude de Thomassin‑Gignac est aumônier et prédicateur du roi vers 1660‑1670, coadjuteur de l’évêque de Vence, Antoine Godeau, confesseur du roi.

30 Le grand aumônier du roi Emmanuel Théodose de La Tour d’Auvergne (1652‑1715), évêque d’Albano (1671‑1700), est devenu cardinal en 1668. Avec son frère Godefroy Maurice, le grand chambellan (1658‑1715), prince de la principauté quasi indépendante de Bouillon, ils occupent à la Cour les charges qui leur donnent accès au roi. Devant le pape, il garde sa calotte rouge sur la tête. Emmanuel Théodose est lié aux jésuites et à Fénelon dont il soutient la cause auprès du pape, mais un certain nombre de ses prises de position dans les années 1685‑1695 ainsi que son attitude entraînent progressivement sa disgrâce. Son homonyme et cousin Emmanuel-Théodose de La Tour-d’Auvergne (1668‑1730), duc de Bouillon et duc d’Albret, duc de Château‑Thierry, comte de Montfort, de Nègrepelisse, d’Auvergne, d’Évreux, et vicomte de Turenne, pair de France, grand chambellan de 1715 à 1728, épouse en troisièmes noces, le 26 mai 1720, Anne Marie (morte en 1722), fille de François-Louis-Claude de Simiane, comte de Moncha.

31 Toussaint de Forbin‑Janson (1629‑1713) fut évêque de Digne puis de Marseille (il se heurte au comte de Grignan). Le roi a repéré son talent de négociateur et l’envoie comme ambassadeur en Pologne puis à Rome pour différents conclaves. De 1693 à 1700, il est chargé des affaires de la France à Rome. Il devient cardinal en 1689, puis grand aumônier de France en 1706, conseiller du roi, évêque de Beauvais, pair de France (1630‑1713), évêque de Digne. Il mène alors grande vie à Versailles, entouré de l’archevêque de Marseille puis d’Aix, Mgr du Luc, et de son frère, ambassadeur en Suisse. Son neveu fut archevêque d’Aix. Les deux abbés de Forbin‑Oppède bénéficient encore au xviiie siècle de son crédit à la Cour.

32 François de Valbelle‑Tourves (1664‑1727) et Joseph Alphonse de Valbelle‑Tourves, son neveu (1686‑1754).

33 Voir l’article de Jean‑François Labourdette, « Les aumôniers », p. 25.

34 Ranchon, Histoire du cardinal de Fleury par l’abbé Ranchon, 1753‑1758, conservé à la BNF, Naf 2076, p. 169 et suiv.

35 Catherine-Agnès de Levis‑Charlus (1659‑1729) a épousé Louis Fouquet, marquis de Belle‑Isle (1661‑1738). De leur mariage naît Charles-Louis, le futur maréchal-duc de Belle‑Isle (1684‑1761). De 1690 à 1734, Fleury fréquenta la tante de celui‑ci, Marie-Françoise d’Albertanes, duchesse de Levis (1678‑1734), épouse de Charles-Eugène (1669‑1734), marquis de Levis et comte de Charlus, puis duc de Levis et pair de France, comte de Saignes, chevalier du Saint‑Esprit (en 1731).

36 Louis Fouquet, qui applique avec rigueur la Réforme catholique, fut favorable au jansénisme après 1686. Xavier Azéma, Un prélat janséniste : Louis de Fouquet, évêque et comte d’Agde, Paris, Vrin, 1963. Aux états de Languedoc, Fleury côtoie l’évêque du Puy, Armand de Béthune‑Charost (1635‑1703), homme d’érudition et de culture janséniste, également lié aux Fouquet.

37 Selon une lettre du 14 décembre 1687. Les relations s’expliquent par le fait que le président Lamoignon (1617‑1677) fut tuteur des neuf enfants de Bouillon. Robert Poujol, Basville, roi solitaire du Languedoc, intendant à Montpellier de 1685 à 1718, Montpellier, Presses du Languedoc, 1992, p. 47.

38 Anne-Marguerite Petit du Noyer, Lettres historiques et galantes, Cologne, P. Marteau, 1718, 5 vol., t. 1, p. 91 ; Londres, J. Nourse, 1739, p. 81.

39 Anne-Marguerite Petit du Noyer, ibid. Le comte de Ganges est colonel d’un régiment de dragons.

40 Anne-Marguerite Petit du Noyer, ibid., t. VI, p. 323.

41 Il fut suffisamment lié pour trouver refuge au château de Courçon, appartenant à Basville, après la disgrâce de Villeroi en 1722.

42 Ranchon, op. cit., BNF Naf 2076.

43 « L’état triste où se trouva le cardinal Bonzi, après un fort brillant, avait fait son mariage […]. M. du Maine était gouverneur de Languedoc ; le cardinal Bonzi, à bout de douleur et de ressources, en chercha dans cet appui, et c’est ce qui fit le mariage de son neveu. M. du Maine s’en chargea, le régla et le conclut. Cela n’était pas difficile : Mlle de Vivonne n’avait rien que sa naissance, et le cardinal et sa sœur ne cherchaient qu’une grande alliance et un soutien domestique contre Bâville. Mme de Montespan fit la noce en mai 1693 chez elle, à Saint‑Joseph, et se chargea de loger et nourrir les mariés. M. du Maine promit merveilles, et, à son ordinaire, ne tint rien. Il ménageait son crédit pour soi tout seul, et se serait bien gardé de choquer le dégoût du roi pour la conduite du cardinal Bonzi ni ses ministres, et le goût qu’ils lui avaient donné pour Bâville. » Saint‑Simon, op. cit, t. I, p. 350.

44 Saint‑Simon, op. cit, t. I, p. 353.

45 « Comment d’aumônier du roi, et vieux pour cet emploi, avec une abbaye fort mince, il [Mailly] devint tout d’un coup archevêque d’Arles, puis de Reims et par quel étrange chemin, cardinal, puis reconnu tel en France, enfin abbé de Saint‑Étienne de Caen. Il eut Arles en 1697, Reims en 1710, […] le chapeau en 1719. » Saint‑Simon, op. cit., t. VII, p. 816.

46 L’historiographie du xixsiècle a fait courir des bruits sur la vie galante de Fleury, notamment Bertin de Rocheret. Il aurait été également l’amant d’Anne-Marie Gayardon, épouse de Charles Gaspard Dodun de Boulay. Fleury aurait eu un autre fils, Pech, employé dans les poudres, admis comme fermier général.

47 BNF, dossier bleu 274. Dufort de Cheverny, La Cour de Louis XIV, Paris, Perrin, 1990, p. 90.

48 J.-F. Barbier, Journal historique et anecdotique du règne de Louis XV, 1718‑1763, Paris, Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, par Michaud et Poujoulat, Charpentier, 1857, t. II, p. 260.

49 La sœur de Fleury, Hélène Élisabeth-Geneviève de Fleury, a épousé Charles-Jean de Fontanieu, capitaine d’infanterie. Et le frère de celui-ci, Moïse-Augustin Fontanieu (1662‑1725) est marié à Catherine Geneviève Dodun (1674‑1759). Daniel Dessert, Argent, pouvoir et société au grand siècle, Paris, Fayard, 1984, éd. 1996, p. 586. Stéphane Castelluccio, Le Garde-Meuble de la Couronne et ses intendants du xvie au xviiie siècle, Paris, Éd. du CTHS, 2004.

50 Saint‑Simon, op. cit., t. V, p. 199. Crozat fait partie de la nouvelle génération de financiers de ce début du xviiie siècle.

51 Henri Druon, L’éducation des princes dans la maison des Bourbons de France, Paris, P. Lethielleux, 1897, t. II, p. 203.

52 Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles‑lettres, t. XVI, p. 357.

53 L’historien Verlaque possédait cette lettre dans sa collection personnelle. Cité par le comte Maxime de Sars, Le cardinal de Fleury, apôtre de la paix, Paris, Hachette, 1942, p. 32.

54 Saint‑Simon, op. cit., t. VII, p. 819 et suiv.

55 Mémoires du duc de Villars, pair de France, Maréchal général des armées de SMTC, 3 vol., 1735‑1736.

56 Il n’est pas lieu ici d’évoquer les réformations dont a fait l’objet la noblesse provençale sous l’intendant Pierre-Cardin Le Bret, qui dénombra entre 1665 et 1669 la noblesse et les gentilshommes provençaux, puis la seconde enquête de 1696 à 1718. François‑Paul Blanc, Origine des familles provençales maintenues dans le second ordre sous le règne de Louis XIV. Dictionnaire généalogique, thèse en droit, université d’Aix-en-Provence, 1971. Valérie Pietri, « Vraie et fausse noblesse : l’identité nobiliaire provençale à l’épreuve des réformations (1665‑1718) », Cahiers de la Méditerranée, vol. 66, 2003.

57 Joseph-Anne, marquis de Valbelle, est l’un des huit fils de Jean-Baptiste de Valbelle, marquis de Tourves, et de Marguerite de Vintimille. Son frère François, ami de l’abbé de Fleury à la cour, le remplace comme aumônier du roi, avant de devenir évêque de Saint‑Omer en 1708 (il a soixante-quatre ans en 1727). Joseph Anne de Valbelle épouse en 1674 Gabrielle de Brancas dont il a trois enfants. Son fils, Côme Maximilien de Valbelle, marquis de Tourves, qui épouse en 1704 Anne Marie de Demandolx, lui succède en 1718 au parlement de Provence avant de devenir seigneur de Trigance (Var actuel).

58 Ranchon, op.cit., BNF Naf 2076.

59 Charles-François de Vintimille, marquis des Arcs et comte du Luc, fut nommé ambassadeur en Suisse, en 1708, puis à Vienne près l’empereur Charles VI, avant de devenir en 1715 conseiller d’État et d’épée, puis chevalier des Ordres du roi en 1724. Charles François de Vintimille a épousé, le 13 juin 1674, Marie-Louise Charlotte de Forbin, sa cousine germaine, fille de François de Forbin et de Marguerite de Simiane‑Gordes (?-1700). Il mourut le 19 juillet 1740, en son château de Savigny.

60 Jacques II Forbin de Janson (v.1680 ?-13 janvier 1741).

61 Frédéric d’Agay, Les officiers de marine provençaux au xviiie siècle, vers la formation d’un corps homogène de la noblesse provençale, thèse de doctorat, université Paris IV, 1994.

62 La marquise du Muy, Marguerite Armande de Mison (1682‑13 décembre 1754) est la fille de Charles de Mison, trésorier du parlement d’Aix, qui a accordé sa main au marquis du Muy, deuxième du nom, Jean-Baptiste de Félix (1676‑1759). Un de ses oncles, le capitaine de fortune Mison, est connu pour avoir créé une cité idéale. Mison avait reçu une bonne éducation, son père ayant voulu faire de lui un mousquetaire du roi, mais il obtint d’embarquer sur la Victoire que commandait alors un de ses parents, M. de Forbin. Vers 1685, il fit de la baie de Diégo‑Suarez, au large d’Anjouan et de Madagascar, son repaire et l’attacha à une utopie restée intacte à ce jour, Libertalia. Rien qui ne permette à ce capitaine Mison de faire carrière à la cour de France, contrairement à sa parente.

63 Son père Charles de Mison, directeur de l’économat à Aix, a obtenu quant à lui en 1697 le marquisat pour sa terre du Muy, près de Fréjus. Reçu conseiller au parlement en 1699, il fut commandant militaire de Provence sous les ordres de Forbin.

64 Archives municipales d’Aix, registres de la paroisse Saint‑Jérôme, 1712.

65 Ils font construire un hôtel particulier rue Saint-Michel à Aix, un château de plaisance à La Reynarde, à côté de Marseille, et possèdent leur maison de famille, la propriété des Preyres dans le Var (à 3 km du Muy).

66 Cette cour fut composée du premier président du parlement d’Aix et intendant de Provence, Cardin Le Bret, de M. de Bolban, président à mortier, avec M. de Bellièvre comme président et M. de La Garde comme procureur général.

67 Mme de Créqui, dernière représentante de la famille à la fin du siècle, rapportera d’eux : « M. du Muy emmena avec lui à la Cour ses deux fils, nés dans la maison dont nous parlons, savoir : Joseph Gabriel Tancrède, le 18 février 1707, et Louis-Nicolas Victor, le 25 septembre 1711. » Mme de Créqui, Mémoires (apocryphes), t. II, chap. VIII.

68 Ranchon, op.cit., BNF Naf 2076.

69 « La duchesse d’Arpajon et la maréchale de Rochefort furent outrées. [La comtesse de Mailly] fit les hauts cris et se plaignit sans nul ménagement qu’on manquait à la parole qu’on lui avait donnée, sur laquelle seule elle avait consenti à être dame d’honneur de Mme la duchesse de Chartres », Saint‑Simon, op. cit., t. I, p. 311. « [1696] Au retour de l’armée, nous trouvâmes Mme de Castries établie à la Cour dame d’atours de Mme la duchesse de Chartres, au lieu de Mme de Mailly. Par la bâtardise de cette princesse, Mme de Castries était sa cousine germaine, enfants du frère et de la sœur. […] mais à l’égard de la place de dame d’atours de Mme la duchesse de Chartres peu courue, et par des gens dont M. du Maine n’avait aucune raison de s’embarrasser, il ne put refuser à Mme de Montespan, quelque peu cordialement qu’ils fussent ensemble, à Mme la duchesse de Chartres avec qui il vivait alors intimement, et à sa propre pudeur pour des gens dont il avait fait le mariage, et qui n’avaient trouvé en lui rien moins que ce qui l’avait fait faire, de s’intéresser pour eux en chose si fort de leur convenance et qui ne lui coûtait rien. Il obtint donc cette place du roi et de Mme de Maintenon, sans laquelle ces sortes d’emplois ne s’accordaient point, et se donna le mérite de le mander en Languedoc où étaient M. et Mme de Castries et le cardinal Bonzi, avant qu’ils pussent savoir que ce poste était à remplir. Ils demeurèrent encore quelque temps chez eux à achever leurs affaires, et puis vinrent s’établir pour toujours à la cour », Saint‑Simon, op. cit., t. I, p. 351. En 1693 a lieu le mariage de Joseph-François de Castries (1663‑1728) avec Marie-Élisabeth de Rochechouart‑Mortemart (1663‑1718), fille du duc de Vivonne. Marie-Françoise de Bourbon (1677‑1749), d’abord Mlle de Blois, est fille de Mme de Montespan.

70 Saint‑Simon, op  cit., t. VII, p. 433.

71 Caumartin de Boissy, dans Saint‑Simon, Mémoires, t. VIII, p. 457, p. 944. Castries reçut 150 000 livres de son brevet de retenue.

72 Saint‑Simon, op. cit., t. VII, p. 826.

73 Charles-Auguste, marquis de La Fare‑Laugère (1644‑1712).

74 Antoine de La Fare, marquis de La Fare‑Montclar.

75 Le marquis Philippe-Charles de La Fare‑Laugère (1687‑1752) fut chargé d’arrêter le maréchal de Villeroi en 1722.

76 État de la France, 1736, t. I, p. 57.

77 Son frère François de La Vergne (1670‑1750) a épousé Louise-Madeleine de Brûlart‑Genlis, de la famille de la gouvernante des enfants d’Orléans.

78 Leur troisième fille, Mlle Marie de Causans, fut nommée dame d’honneur et surintendante de la maison de Mme Élisabeth, sœur de Louis XVI. Elle épouse Anne-Antoine-Bernard de Raigecourt‑Gournay, un Lorrain. Marie-Antoinette protège le couple établi à la cour et dote richement la mariée.

79 La baronnie de Causans avait été érigée en marquisat en 1667 en faveur de Vincens de Mauléon de Causans. Page de la petite Écurie en 1693, colonel d’infanterie au service de la maison de Conti, il est devenu lieutenant du roi à Orange.

80 Combattant sous le prince de Nassau, maître de camp, prisonnier à Ramillies en 1706, blessé, il ne fut échangé qu’à la paix et fut nommé brigadier d’infanterie. En 1710, il avait, selon Saint‑Simon, « peu servi, et il était premier gentilhomme de la chambre de Monsieur, le duc d’Orléans, léger emploi alors, mais qui, par l’événement, lui valut la lieutenance générale de Provence », Saint‑Simon, op. cit., t. IV, p. 232, t. V, p. 142, 683.

81 Saint‑Simon, op. cit., t. VI, p. 604. Son père lui réserva le généralat des galères.

82 Les familles de Gordes, Ponteves, Carces de la famille Simiane sont recherchées pour de grandes alliances. En 1719, Anne-Marie-Christine de Simiane de Moncha épouse Emmanuel Théodose de La Tour-d’Auvergne, duc de Bouillon.

83 G. Chaussinand‑Nogaret, Les Financiers du Languedoc au xviiie siècle, Paris, SEVPEN, 1970.

84 Louis-Antoine Crozat, baron de Thiers, reste lecteur du roi, État de la France, 1749, p. 299.

85 L’ascension de Joseph Bonnier de La Mosson a commencé vers 1707. Distingué par Basville, il est d’abord trésorier de l’extraordinaire des guerres, puis secrétaire du roi, et enfin trésorier général des états de Languedoc. En 1734, il marie sa fille au duc de Pecquigny, de la famille des ducs de Chaulnes, issus des Albert de Luynes. Daniel Dessert, Argent, pouvoir et société au grand siècle, op. cit., p. 97. Guy Chaussinand‑Nogaret, op. cit., p. 57 sqq.

86 Guy Chaussinand‑Nogaret, ibid, p. 81.

87 Barjac, dont le frère Barjac de Renneville est receveur des fermes et des gabelles, a rencontré Fleury à Fréjus.

88 Henri-Ignace de Brancas (1670‑1716).

89 Jean-Baptiste de Brancas (1693‑1770).

90 L’archevêque a des prérogatives importantes puisqu’il est de facto président de la chambre ecclésiastique d’Aix, et surtout conseiller au parlement d’Aix dont la charge rapporte à son titulaire plus de 33 000 livres annuelles. L’archevêque d’Aix est également chancelier-né de la prestigieuse université de droit de la ville.

91 Charles-Philippe d’Albert de Luynes, Mémoires, t. XI, p. 285.

92 Bernard Hours, Le Dauphin caché : recherches sur les dévots à la cour de France (1750‑1765), mémoire d’habilitation à diriger les recherches, université Paris IV, 1999, p. 59.

93 Jean-Hercule (1683‑1748) est le fils de la deuxième sœur de Fleury, Marie (2 février 1661‑ morte avant 1707) qui a épousé le 24 janvier 1680 son petit cousin Bernardin de Rosset, seigneur de la Croix, de Ceilhes et de Rocozels (Lille, archives départementales du Nord [AD 59], J475/11 et 143 : contrat de mariage). Ce couple a eu la descendance importante de la famille, huit enfants. De ce fait, Marie a été volontairement favorisée dans les héritages. Elle a conservé l’hôtel de la famille à Lodève. Jean-Hercule de Rosset, l’aîné des neveux, est page du roi en 1699, l’année où Fleury devint évêque, puis achète la charge de la première compagnie des mousquetaires avant de devenir capitaine de la cavalerie en 1709.

94 Jean-Hercule de Rosset épouse le 7 octobre 1714 Marie Rey (qui hérite de la famille Cordurier). Il entre en possession de la seigneurie de la Vernède, de celle de Ceilhes (AD 59, J475/ 183, 191, 208, 232, 238, 239, 240) (côté Rosset), hérite de la baronnie de Pérignan (AD 59, J 475/308 ; acquisition en 1733 par le marquis de Rocozels (côté Thézan). Par un acte notarié passé à Paris, son oncle André-Hercule lui fait don des finances payées pour le rachat des tailles de Dio, de la capitation du baron de Pérignan et des gages de la mairie de Pérignan, puis il lui remet, le 30 septembre 1723, les terres et fiefs de Dio, Valquières, Vernazobres et Prades (côté Fleury) avant de clarifier par un acte notarial ses affaires avec son frère l’abbé de Ceilhes. En 1727, son père lui fait une dernière donation (AD 59, J 475/307).

95 AD 59, J475/36 entre 1729 et 1737.

96 AD 59, J 475/251 ; une partie de la seigneurie de Ceilhes et Rocozels est vendue au duc de Fleury en 1720, 36 pièces (lettre enregistrée au parlement de Toulouse et à la cour des comptes de Montpellier en septembre 1724).

97 Il est le deuxième fils de Marie et de Bernardin de Rosset (né en 1686).

98 Résignation du canonicat de Montpellier par Fleury en 1692 (sept ans), résignation de son parent Guillaume de Rosset du chapitre de Lodève en 1701 et résignation par Fleury pour la chapellenie des Onze Mille Vierges de Saint-Pierre de Lodève (qu’il transmettra à son tour à l’un de ses neveux en 1733), puis, à la mort de son oncle Jean-Louis de Rosset de Rocozels, résiliation de l’archidiaconé de la cathédrale de Lodève en 1718.

99 Ceilhes et Rocozels.

100 Il est conseiller au parlement de Toulouse. Il meurt à Paris le 20 février 1748 ayant fait son testament le 18 février 1748. AD 59, J 475/26 et 38. AN série T 166/65-71. Mercure de France, février 1748.

101 Pour acheter sa compagnie, il a besoin d’un prêt qu’il obtient, entre 1711 et 1720, à la Miséricorde de Lodève avant d’acheter le régiment d’Angoumois. AD 59, J 475/301.

102 AD 59, J475/33, J 475/347 Érection du duché prairie, J475/75 et note de généalogie J475/152, Tableau généalogique par François Dugretz, seigneur d’Humbauville. Son testament date du 3 juin 1744. Il meurt en 1748.

103 André-Hercule de Rosset, marquis de Fleury (né en 1715), sénéchal de Carcassonne.

104 AD Hérault, C2707, Guy Richard, La Noblesse d’affaires au xviiie siècle, Paris, Colin, 1997. Contrairement à une interprétation historiographique tenace, il convient de rappeler que la noblesse a participé activement au mouvement économique du xviiisiècle : elle tenait la première place dans les mines et la métallurgie, dans le commerce maritime, l’industrie textile…

105 En 1726, la famille de Wendel anoblie est devenue propriétaire des forges d’Hayange. Le duc de Belle‑Isle est nommé gouverneur des Trois‑Évêchés en 1733.

106 AD 59, J475/27 à 31, 68 69, 113, 114, 212 à 222, 352 à 355 en 1735.

107 AD 59, J475/397. Le 18 janvier 1737, le cardinal Fleury propose Antoine Chaumont de La Galaizière, beau‑frère du contrôleur général Orry, pour prendre possession, au nom de Stanislas, du duché de Bar le 8 février 1737 et, le 21 mars, de celui de Lorraine. Le chancelier exerce en son nom le même pouvoir et les mêmes fonctions que les intendants des provinces françaises. Lorraine et Barrois formaient un gouvernement militaire, qui avait à sa tête M. le duc de Fleury, gouverneur général, lequel vivait à la cour de Versailles, ainsi que le lieutenant général du gouvernement, M. le duc de Nivernais. Le commandant effectif était exercé par M. le maréchal-comte de Stainville, commandant en chef, assisté de M. le marquis de Choiseul‑La Baume et de M. le marquis de Chamborants, commandant. Les places de guerre avaient des gouverneurs, tous gentilshommes, mais pour la plupart moins grands seigneurs que les précédents. Le duc de Fleury était censé gouverner Nancy, par l’intermédiaire de MM. d’Authieulle, lieutenant du roi, et de Valbonne, lieutenant du roi adjoint. M. le baron de Frondad commandait à Bitche, M. le chevalier de Culture à Marsal, M. le comte de La Touraille à Sarreguemines, M. le maréchal-prince de Beauvau à Bar, M. le comte de Bercheny à Commercy, M. de Boisgelin à Saint-Mihiel, M. le duc du Châtelet à Pont‑à‑Mousson, M. le comte d’Haussonville à Mirecourt, M. le maréchal-comte de Stainville à Épinal et M. le comte d’Avarey à Neufchâteau.

108 Anne Madeleine d’Auxy de Monceaux (née en 1721) a épousé en juin 1736 André-Hercule de Rosset, duc de Fleury. Elle est la fille unique du marquis d’Auxy, capitaine des gardes françaises, chevalier de Saint‑Louis.

109 J.-C. de Bois Jourdain, Mélanges historiques, satiriques, et anecdotiques, Paris, Chevre et Chanson, 1807, t. II, p. 124. « Je crois que le cardinal aura employé une raison d’exclusion pour le jeune duc qui aura déterminé le Roi. Mme la duchesse de La Trémoille est grande janséniste, entourée de femmes et d’hommes de cette secte. » J.F. Barbier, Journal, t. III, éd. 1857, Paris, Charpentier, p. 280.

110 Il reçut de son oncle l’abbé de Ceilhes la chapellenie des Onze Mille Vierges le 27 juillet 1733, dernière charge ecclésiastique détenue à Lodève par les descendants du cardinal. Clerc à Narbonne, il a reçu en 1734 l’abbaye de Longpont au diocèse de Soissons. AD 59, J 475/223 cérémonial en 1745, J475/17, nomination, 95 possession, et 151.

111 Son frère Henri-Marie-Bernardin de Rosset de Ceilhes de Fleury (né en août 1718 à Pérignan) est tonsuré à quatorze ans, des mains de l’archevêque de Paris, Charles de Vintimille du Luc, le meilleur ami de son oncle (AD 59, J 475). Il est aussitôt doté de l’abbaye Saint-George-de-Boscherville (16 000 livres) ; il devint chanoine de Notre‑Dame de Paris le 17 mars 1733 à quinze ans. Il est pourvu de l’abbaye de Royaumont en 1734 (18 000 livres) et, quatre ans après, de celle de Rebais (diocèse de Meaux). Il reçoit les ordres mineurs en décembre 1735 et les majeurs entre 1738 et 1742. Il est maître ès arts de l’Université de Paris le 13 août 1734, bachelier en théologie en mars 1738, licencié en février 1742, et docteur en théologie en janvier 1744.

112 L’abbé de Longpont devient vicaire de l’archevêque de Paris en 1741, puis premier aumônier de la reine en janvier 1743. Grand vicaire de l’évêque de Chartres Desmoutier de Mérinville, il devient à son tour évêque de Chartres le 16 octobre 1746. Il choisit à son tour comme grand vicaire le neveu du précédent (AD 59, J475, comptes de l’évêché en 1749). Il fut ensuite grand aumônier de Marie‑Antoinette. Il meurt le 15 janvier 1780 à Paris.

113 Fleury le place en octobre 1742 comme chanoine à l’archevêché de Paris et abbé commendataire de Royaumont. Il se voit attribuer par reconnaissance royale l’abbaye de Caen à la mort de Fleury mais la refuse, s’estimant assez pourvu. Tous deux prièrent « Sa Majesté de trouver bon qu’ils n’acceptassent point, disant qu’ils avaient déjà chacun trente mille livres de rentes en bénéfices, et que les exemples de la modération de leur oncle avoient fait une si forte impression sur leurs cœurs qu’ils ne cesseroient de prier Dieu de leur faire la grâce de l’imiter ». M. de Sars, Le Cardinal de Fleury, op. cit., p. 227 et AD 59, J475. Il est nommé à l’archevêché de Tours (48 000 livres) le 27 décembre 1750 (à la mort de Chapt de Rastignac) jusqu’en 1764 et reçoit la consécration dans la maison de Saint‑Cyr devant toute la famille royale. Il est archevêque-duc de Cambrai le 24 septembre 1774. D’emblée, il refuse cette récompense des favoris et des grandes familles puis, sur l’insistance du roi, il accepte : « Il faut que vous acceptiez, Fénelon n’y est pas encore remplacé. » Il y meurt en 1781.

114 Saint-Simon, op  cit., t. VIII, p. 457.

115 AD 59, J 475. Article Rosset de Rocozel, dans M. Laurencin, Dictionnaire biographique de Touraine, Chambray, CLD, 1990. Ch. Bonami, « Pierre Augustin Bernardin de Rosset de Rocozels de Fleury (1717‑1780), évêque de Chartres (1747-1780) », BSAT, t. XXXVIII, 1977.

116 André Bernard Constance de Forbin d’Oppède, abbé de Saint-Florent, grand vicaire de Paris ; Anne-Louis-François de La Baume‑Suze, doyen et comte de Lyon, prieur de Gigny ; André François de Brancas, chanoine de la Sainte‑Chapelle de Paris ; Jean-Baptiste de Grégoire de Saint‑Sauveur (né à Mende en juin 1709) est aumônier du roi jusqu’en 1746, puis évêque de Bazas (entre Agen, Périgueux et Bordeaux) de 1746 à 1792. Jean-Arnaud de Castellane, fils de Catherine de La Treille‑Sorbs, cousine du cardinal de Fleury, est aumônier du roi, puis évêque de Mende de 1767 à 1792. Jean-Baptiste de Castellane, seigneur de Norante, est gentilhomme du duc d’Orléans. Il a épousé Marie-Anne Rouillé, fille du ministre de la marine Antoine-Louis de Rouillé, Mme de Castellane‑Norante qui est dame d’honneur de la duchesse de Chartres vers 1744, que remplace Mme de Simiane. Luynes, op. cit., t. V, p. 360.

117 Le Dauphin est remis aux hommes le 15 janvier 1736.

118 Joseph-Gabriel Tancrède de Félix, comte de La Reynarde, lieutenant général des armées du roi, de la ville et du fort d’Antibes, a épousé le 13 mars 1744 Louise Élisabeth Jacqueline d’Alsace d’Hennin‑Liétard, fille unique de Jean-Louis d’Alsace d’Hennin‑Liétard, marquis de Saint‑Phal, capitaine de gendarmerie. Sa mère, Marie-Élisabeth d’Anglebelmer, dame de Lagny, d’Haution et de Beaurepaire, n’est pas provençale. En 1744, ils récupèrent le logement du gentilhomme de la Manche Robert de Créqui : au rez‑de‑chaussée de l’aile du gouvernement, avec vue sur la cour royale et surveillant la chapelle, un trois pièces de sept pieds de haut, « devenu noir de chandelles à cause de son peu de lumière ». Mais la jeune Mme Du Muy y est constamment malade et ils n’auront qu’une fille, la marquise de Créquy. William Ritchey Newton, L’Espace du roi. La cour de France au château de Versailles, Paris, Fayard, 2000.

119 Mme de Sévigné, op. cit., Introduction, p. 57. Ni Françoise Julie, comtesse de Hurault‑Vibraye, ni sa sœur Pauline Adhémar de Monteil, épouse de Louis de Simiane, n’ont eu d’enfants. Félix Du Muy possède les terres de Montségur, de Collouzelles, de Chantemerles, de Salles, de Chamaret, de Clansayes, de Reauville, etc. C’est l’épilogue de la famille Grignan si puissante en Provence.

120 Luynes, op. cit., t. VII, p. 44.

121 Souvenirs de la marquise de Créqui, t. II, chap. viii.

122 Il meurt maréchal de France, gouverneur de Villefranche en Roussillon, commandant de la Flandre, chevalier de Saint‑Louis, chevalier de Saint‑Jean de Jérusalem.

123 Mercure de France, septembre 1757, « Épître à Monseigneur le duc de Bourgogne sur les progrès de l’éducation » par M. Teisserenc de Lodève.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Mormiche, « Les fidélités languedociennes et provençales du cardinal de Fleury à la cour », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 14 juin 2008, consulté le 26 juin 2017. URL : http://crcv.revues.org/2123 ; DOI : 10.4000/crcv.2123

Haut de page

Auteur

Pascale Mormiche

Agrégée et docteur en histoire moderne, université de Versailles‑Saint‑Quentin-en-Yvelines, laboratoire ESR 17-18. Contact : pascale.mormiche@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Pascale Mormiche / 2008 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org