Navigation – Plan du site

Les aspects matériels de la taxis byzantine

The material aspects of the Byzantine taxis
Marie‑France Auzépy

Résumés

La taxis grecque – correspondant exact de l’ordo latin – est un aspect essentiel de la civilisation byzantine : elle organise cette société de manière à ce que celle-ci soit un reflet aussi exact que possible de la société céleste, décrite en particulier par Denys l’Aréopagite. La taxis est donc à la fois précise et contraignante et nous a été transmise dans des livres décrivant le protocole : le De Cerimoniis au xe siècle, le Traité du pseudo-Kodinos au xive siècle. Au cours de cérémonies où tous les aspects matériels – l’habit, la couronne, le trône, les acclamations à la gloire de l’empereur, l’orgue qui les accompagne, les gestes accomplis par l’empereur comme par ceux qui l’entourent – ont un sens, l’Empire byzantin affirme ainsi son équilibre et sa qualité de peuple élu. Jusqu’en 1204, les autres nations ont jalousé la qualité que s’était octroyée l’Empire romain d’Orient : celle d’image de la cour céleste, qui est figurée dans le cérémonial. Cette jalousie a pris d’autres formes après 1453, et l’on s’intéressera aux souverains européens qui, tel Louis XIV, ont voulu faire figure d’héritiers de l’empire défunt et relever ses cérémonies.

Haut de page

Texte intégral

1Avant d’aborder les insignes du pouvoir proprement dits et la taxis byzantine, je voudrais rappeler que le premier insigne du pouvoir de l’empereur byzantin est sa ville, Constantinople, que tous les textes byzantins appellent la « ville reine » ou plus exactement « régnante », basileuousa (fig. 1).

Fig. 1 : Istanbul, vue sur la pointe du Sérail depuis Galata un jour d’hiver.

Fig. 1 : Istanbul, vue sur la pointe du Sérail depuis Galata un jour d’hiver.

© Marie‑France Auzépy

2L’empire est si peu dissociable de sa capitale qu’il a disparu en même temps qu’elle le 29 mai 1453. La force de cette relation entre l’empereur et la ville tient à la continuité de la présence impériale : de 330 à 1453, soit pendant onze siècles dont on doit simplement retrancher les soixante ans où l’empire fut à Nicée après la conquête de la ville par les Croisés en 1204, l’empereur a résidé à Constantinople. La durée est un élément essentiel de ce que les Byzantins appelaient la basileia (c’est-à-dire le pouvoir impérial, mais aussi l’empire) : durée d’un système politique et d’une ville, qui, au Moyen Âge, mettait l’Empire byzantin à part et en faisait un modèle jalousé. D’autant qu’il pouvait se targuer d’une durée plus longue encore, puisqu’il était l’héritier direct, sans solution de continuité, de l’Empire romain. Ceux que nous appelons les « Byzantins » en avaient parfaitement conscience puisque le nom par lequel ils se désignaient eux-mêmes n’était pas celui de Byzantins, mais celui de Romains. Les insignes du pouvoir proprement dits portent la marque de cet héritage et de cette durée : à l’origine romains, ils sont devenus chrétiens sans cesser d’être romains et ils ont lentement évolué au cours des siècles.

3Dans la ville, un autre insigne du pouvoir, massif, est le palais impérial. Il faut imaginer qu’il tenait plus de place encore que le Kremlin n’en occupe à Moscou, véritable ville dans la ville (fig. 2).

Fig. 2 : Reconstruction hypothétique du Grand Palais de Constantinople. Dessin tiré de Constantin VII Porphyrogénète, Le Livre des cérémonies (De Cerimoniis), éd. et trad. A. Vogt, Paris, Les Belles Lettres, 1940, pl. hors texte.

Fig. 2 : Reconstruction hypothétique du Grand Palais de Constantinople. Dessin tiré de Constantin VII Porphyrogénète, Le Livre des cérémonies (De Cerimoniis), éd. et trad. A. Vogt, Paris, Les Belles Lettres, 1940, pl. hors texte.

© Droits réservés

4Construit au gré des désirs des empereurs successifs, il forme comme une stratigraphie de la basileia. L’empereur n’y reste pas confiné : il se montre dans la ville, portant les insignes du pouvoir et accompagné par eux ; il y invite aussi les notables pour des réceptions.

  • 1 Constantin VII Porphyrogénète, Le livre des cérémonies (De Cerimoniis), éd. et trad. A. Vogt, Paris (...)

5Toutes les démonstrations du pouvoir impérial dans le palais et dans la ville sont très précisément réglées. Il s’agit en effet de montrer que l’empire, et particulièrement la cour qui entoure l’empereur, est le reflet terrestre de la Cour céleste qui entoure le Christ, roi des régnants, rex regnantium, formule qui apparaît sur les monnaies au viie siècle. Cette disposition en miroir de la terre et du ciel structure tout le cérémonial impérial. Constantin Porphyrogénète, empereur du xe siècle, fit rédiger une compilation des archives concernant le cérémonial, connue sous le nom de De Cerimoniis. Il en a écrit la préface qui se termine par ces mots : « […] de la sorte [c’est-à-dire par la connaissance exacte des cérémonies], puisse le pouvoir impérial, s’exerçant avec ordre (taxis) et mesure (rythmos), être l’image de l’harmonie et du mouvement donnés par le Créateur à ce monde1. » Le mot taxis – à peu de chose près, l’équivalent grec du latin ordo – désigne à la fois l’ordre, le cérémonial et l’organisation hiérarchique des différentes classes de dignitaires. C’est en effet un nom dérivé du verbe tassô, ranger : la taxis est à la fois le moyen par lequel chacun est à sa juste place et le résultat de cet ordonnancement.

6La taxis définit l’emploi des insignes matériels du pouvoir, comme la couronne, l’habit ou le trône, mais elle règle surtout la mise en scène du pouvoir impérial dans laquelle ces insignes jouent le rôle d’accessoires indispensables mais sans laquelle ils ne seraient rien.

Les insignes matériels du pouvoir

  • 2 Gilbert Dagron, « Nés dans la pourpre », Travaux et mémoires du Centre de recherche sur l’histoire (...)

7Il faut commencer par la couleur pourpre, obtenue sur les tissus à partir du murex, coquillage du sud de la Méditerranée et de la mer Rouge. Héritée des consuls de l’époque romaine, cette couleur est réservée à l’empereur et elle le reste jusqu’à la fin de l’empire. À partir du viiie siècle d’ailleurs, les empereurs, cherchant à installer une légitimité dynastique, font accoucher les impératrices dans la Porphyra, chambre recouverte de marbre rouge, de sorte que leurs enfants soient « nés dans la pourpre », des porphyrogénètes2.

  • 3 Vaisselle d’or : Liutprand de Crémone, Antapodosis, éd. P. Chiesa, Corpus Christianorum, Continuati (...)
  • 4 De Cerimoniis II 48 (39), éd. A. Vogt, vol. 1, p. 8.
  • 5 De Cerimoniis II 69 (60), ibid., p. 84.
  • 6 De Cerimoniis II 15, Constantini Porphyrogeniti imperatoris, De cerimoniis aulae byzantinae, éd. J. (...)

8Autant que la pourpre, l’or est impérial. On écartera la monnaie, qui est pourtant un attribut essentiel du pouvoir, pour évoquer les objets en or réservés à l’empereur : la vaisselle d’or monumentale qui impressionna tant l’évêque Liutprand de Crémone lors de sa première visite à Constantinople, mais aussi la table en or évoquée par le De Cerimoniis3, ainsi que le lit nuptial en or de la Chambre impériale4 et celui, dit « lit de deuil », sur lequel est exposée au palais la dépouille de l’empereur défunt5, sans compter les deux orgues en or6.

  • 7 Andrew Alfödi, « Insignien und Tracht der römischen Kaiser », Mitteilungen des deutschen archaelogi (...)

9Un attribut vestimentaire de l’empereur, rouge celui-là et non pourpre, a un statut particulier : ce sont les bottines rouges, les kampagia, qui font partie du costume impérial durant toute la durée de l’empire7 (fig. 3).

Fig. 3 : Icône représentant le roi d’Édesse Abgar sous les traits d’un empereur byzantin (xe siècle), mont Sinaï, monastère Sainte Catherine.

Fig. 3 : Icône représentant le roi d’Édesse Abgar sous les traits d’un empereur byzantin (xe siècle), mont Sinaï, monastère Sainte Catherine.

© Monastère Sainte-Catherine, Mont Sinaï / photographie Marie-France Auzépy

  • 8 Michel Psellos, Chronographie, éd. et trad. É. Renauld, Paris, Les Belles Lettres, 1967, vol. II, p (...)
  • 9 Pseudo-Kodinos, Traité des offices, éd., trad. et comm. J. Verpeaux, Paris, Éd. du CNRS, 1966.

10Ces bottines sont le signe infaillible du pouvoir impérial : les chausser signifie que l’on est devenu empereur ou que l’on se déclare empereur. Ainsi, Psellos, au xie siècle, écrit à propos de la prise du pouvoir par Constantin X Doukas (1059‑1067) : « […] mais moi, usant d’audace, avec l’assentiment de tous les membres du sénat, je l’assieds sur le trône impérial, et je noue à ses pieds les sandales de pourpre et le reste des honneurs lui vint ensuite8. » Les kampagia, très souvent cités dans les textes littéraires, sont relativement peu présents dans les livres de protocole, De Cerimoniis au xe siècle et pseudo-Kodinos au xive siècle9, parce que, étant toujours aux pieds de l’empereur, ils ne sont pas mentionnés dans les particularités propres à chaque cérémonie.

11En revanche, ces traités mentionnent souvent les autres insignes matériels, parmi lesquels ceux qui jouent un rôle dans la cérémonie du couronnement peuvent à bon droit être considérés comme les plus importants.

Fig. 4 : Sainte-Sophie (vie siècle), vue du nord-ouest.

Fig. 4 : Sainte-Sophie (vie siècle), vue du nord-ouest.

© Marie‑France Auzépy

Fig. 5 Le narthex de Sainte-Sophie et les portes impériales (vie siècle).

Fig. 5 Le narthex de Sainte-Sophie et les portes impériales (vie siècle).

© Marie‑France Auzépy

  • 10 De Cerimoniis II 47 (38), éd. A. Vogt, vol. 2, p. 1-3.
  • 11 La synthèse la plus récente à propos du costume impérial (vêtements et attributs) a été faite par M (...)

12Dans le De Cerimoniis, le couronnement est ainsi décrit10 : le nouvel empereur se rend à Sainte-Sophie (fig. 4) et y entre par les portes impériales en même temps que le patriarche (fig. 5) ; tous deux montent à l’ambon (fig. 6) où se trouvent, sur un autel portatif, la chlamyde – c’est-à-dire le grand manteau fait d’une seule pièce de tissu retenue sur l’épaule droite par une fibule – et la couronne. Le patriarche dit d’abord une prière sur la chlamyde, après quoi les eunuques de la Chambre en revêtent l’empereur, puis il prononce une prière sur la couronne qu’il place lui-même sur la tête de l’empereur11 (fig. 7).

Fig. 6 : Miniature représentant un ambon sur lequel un évêque, accompagné du clergé sur les marches, procède à l’exaltation de la croix (xie siècle). Mont Athos (Grèce), bibliothèque du monastère de Dionysiou, ms 587m, fo 119vo.

Fig. 6 : Miniature représentant un ambon sur lequel un évêque, accompagné du clergé sur les marches, procède à l’exaltation de la croix (xie siècle). Mont Athos (Grèce), bibliothèque du monastère de Dionysiou, ms 587m, fo 119vo.

© Monastère de Dionysiou, mont Athos

Fig. 7 : Mosaïque de l’église Saint Vitale à Ravenne (vie siècle) représentant l’empereur Justinien portant chlamyde, fibule et couronne.

Fig. 7 : Mosaïque de l’église Saint Vitale à Ravenne (vie siècle) représentant l’empereur Justinien portant chlamyde, fibule et couronne.

© Basilica di San Vitale, Ravenna / photographie Marie-France Auzépy

  • 12 Pierre Bastien, Le buste monétaire des empereurs romains, Wetteren, éd. Numismatique romaine, 1992, (...)
  • 13 Lundi de Pâques : De Cerimoniis I 10, éd. A. Vogt, vol. I, p. 65 ; Épiphanie : De Cerimoniis I 34 ( (...)
  • 14 De Cerimoniis II 69 (60), éd. A. Vogt, vol. 2, p. 84.

13Revenons sur ces deux objets. La chlamyde était à l’origine un manteau militaire court, formé d’une pièce de tissu accrochée sur l’épaule par une fibule12. La version civile, plus tardive, est longue et se caractérise par le tablion, pièce de tissu carrée qui l’ornait devant et derrière. La chlamyde impériale était, selon les solennités, blanche (pour Pâques et pour l’Épiphanie13), pourpre ou dorée (quand elle parait le corps de l’empereur défunt14) (fig. 7 bis). Elle était portée sur une tunique s’arrêtant aux genoux appelée divitision, de couleur blanche ou pourpre et ornée de bandes dorées.

Fig. 7 bis : Mosaïque de l’église Saint Vitale à Ravenne (vie siècle) représentant l’empereur Justinien entouré d’une part du clergé de Ravenne, d’autre part de dignitaires civils (tablion sur la chlamyde) et de gardes du corps (détail de la fig. 7).

Fig. 7 bis : Mosaïque de l’église Saint Vitale à Ravenne (vie siècle) représentant l’empereur Justinien entouré d’une part du clergé de Ravenne, d’autre part de dignitaires civils (tablion sur la chlamyde) et de gardes du corps (détail de la fig. 7).

© Basilica di San Vitale, Ravenna / photographie Marie-France Auzépy

  • 15 De Cerimoniis I 46 (37), éd. A. Vogt, vol. 1, p. 175-179.
  • 16 Le Jiu Tang Shu (« Ancien livre des Tang »), rédigé au début du xe siècle : « La forme de la couron (...)
  • 17 De Cerimoniis II 50 (41), éd. A. Vogt, vol. 2, p. 17.

14Quant aux couronnes, il en existait plusieurs, caractérisées par leur couleur et par leur forme. Le De Cerimoniis cite des couronnes de chacune des quatre couleurs suivantes15, qui sont par ailleurs les couleurs des écuries et des factions de l’hippodrome : rouge, blanc, vert, bleu (couleurs associées à l’hippodrome deux à deux : vert/rouge, bleu/blanc). Il existe trois types de couronne : le diadème, la couronne à pendeloques et la toufa. Le diadème n’appelle pas de commentaire, mais la couronne à pendeloques est une spécificité byzantine : sa renommée avait atteint la Chine puisqu’elle est décrite dans une histoire officielle de la dynastie Tang16. L’impératrice, appelée généralement l’Augusta, seule femme autorisée à revêtir la chlamyde (fig. 8) porte aussi une couronne à pendeloques, bénie en même temps que la chlamyde par le patriarche le jour de son couronnement et placée sur sa tête par l’empereur17. Mais, à partir du viiie siècle, sa couronne est ornée de triangles – deux, trois ou quatre, séparés ou surmontés d’une croix – qui la différencient de la couronne des empereurs (fig. 9).

Fig. 8 : Mosaïque de l’église Saint Vitale à Ravenne (vie siècle) représentant l’impératrice Théodora entourée de sa cour.

Fig. 8 : Mosaïque de l’église Saint Vitale à Ravenne (vie siècle) représentant l’impératrice Théodora entourée de sa cour.

© Basilica di San Vitale, Ravenna / photographie Marie-France Auzépy

Fig. 9 : Mosaïque de la tribune sud de Sainte‑Sophie représentant l’impératrice Zoé (xie siècle).

Fig. 9 : Mosaïque de la tribune sud de Sainte‑Sophie représentant l’impératrice Zoé (xie siècle).

© Marie‑France Auzépy

  • 18 De Cerimoniis I 46 (37), éd. A. Vogt, vol. 1, p. 176.
  • 19 De Cerimoniis II 69 (60), éd. A. Vogt, vol. 2, p. 84-85. Une fois le cortège funèbre arrivé au lieu (...)
  • 20 De Cerimoniis I 1, éd. A. Vogt, vol. 1, p. 10.
  • 21 Ibid. p. 14 ; Gilbert Dagron, Empereur et prêtre, op. cit., p. 112-118.

15Quant à la toufa, aussi appelée tiare dans le De Cerimoniis18, c’est une couronne surmontée de plumes de paon, que l’empereur porte lors des triomphes. L’empereur ne quitte la couronne que dans l’intimité de ses appartements et lorsqu’il aborde le territoire du roi des régnants, c’est-à-dire au moment d’être inhumé19 et lorsqu’il est sur le point d’entrer dans une église. À Sainte‑Sophie, où il se rend souvent, il enlève sa couronne avant de pénétrer dans le narthex20 et le patriarche la lui rend quand il se dirige vers le Puits sacré21. La couronne est donc bien le symbole du pouvoir par excellence, à la différence de la chlamyde qui peut être portée dans une église.

Fig. 10 : Miniature du Psautier Chludov représentant Ézéchias en empereur romain (avec le lôros), porté sur le pavois (ixe siècle), Moscou, musée historique d’État de Russie, suppl. 129, fo 18vo.

Fig. 10 : Miniature du Psautier Chludov représentant Ézéchias en empereur romain (avec le lôros), porté sur le pavois (ixe siècle), Moscou, musée historique d’État de Russie, suppl. 129, fo 18vo.

© Musée historique d’État de Russie, Moscou

  • 22 Quelques occurrences du lôros dans le De Cerimoniis : il est porté le jour de Pâques (I 1, éd. A. V (...)

16L’empereur peut aussi revêtir le lôros, grande écharpe dorée recouverte de perles et de pierres précieuses qui entoure le corps et dont un pan est porté sur le bras gauche22 (fig. 10). Le lôros imite ainsi l’agencement complexe de la trabea, toge pourpre brodée d’or portée par les consuls romains lors des jeux et des triomphes. Apparu au vie siècle, le lôros reste jusqu’à la fin de l’empire le costume impérial d’apparat, avec un changement au xe siècle qui le transforme en une sorte de surplis s’enfilant par la tête, sans lui faire perdre le pan porté sur le bras gauche (fig. 11).

Fig. 11 : Mosaïque de la tribune sud de Sainte‑Sophie représentant Jean II Comnène en lôros et sa femme Irène (xiie siècle).

Fig. 11 : Mosaïque de la tribune sud de Sainte‑Sophie représentant Jean II Comnène en lôros et sa femme Irène (xiie siècle).

© Marie‑France Auzépy

  • 23 Le trône est appelé sellion : De Cerimoniis I 23 (14), éd. A. Vogt, vol. 1, p. 85.

17Au même titre que le costume impérial, le trône impérial ou plus exactement les trônes impériaux sont des insignes du pouvoir. La salle du trône proprement dite, le Chrysotriklinos, abrite dans une abside un trône en or23 derrière lequel a figuré une croix en mosaïque puis, après le triomphe de l’orthodoxie en 843, un Christ trônant ; mais il existe aussi toute une série de trônes portatifs utilisés au palais, et surtout dans les églises, notamment à Sainte‑Sophie. Enfin se trouve à la Magnaure, salle contiguë au palais où sont reçus les ambassadeurs, un trône, dit « trône de Salomon », destiné à impressionner les visiteurs et dont nous reparlerons.

  • 24 Pierre Bastien, Le Buste monétaire…, op. cit., t. II, p. 521-527 ; le globe est considéré comme un (...)
  • 25 Signalons : le jour de Pâques, l’empereur ceint du lôros prend dans la main droite l’akakia et dans (...)

18Le costume et la couronne constituent à Byzance l’essentiel des insignes matériels du pouvoir portés par le souverain, mais il en existe d’autres, hérités eux aussi du passé et utilisés pour insister sur tel ou tel aspect du pouvoir. Ainsi, l’empereur peut tenir à la main le globe crucigère – sur lequel la croix (symbole, depuis Constantin, de la victoire de l’empereur chrétien) a remplacé l’antique victoire ailée24 – ou encore l’akakia (fig. 12) qui s’est substituée au viie siècle à la mappa (serviette servant à donner le départ des jeux) et qui est un sac en forme de rouleau contenant de la terre, destiné à rappeler l’empereur à l’humilité25.

Fig. 12 : Mosaïque de la tribune nord de Sainte‑Sophie représentant l’empereur Alexandre (xe siècle).

Fig. 12 : Mosaïque de la tribune nord de Sainte‑Sophie représentant l’empereur Alexandre (xe siècle).

© Marie‑France Auzépy

Fig. 13 : Tissu (viiie siècle) actuellement dans l’église de Gandersheim (Bad Gandersheim, Allemagne), représentant un empereur byzantin.

Fig. 13 : Tissu (viiie siècle) actuellement dans l’église de Gandersheim (Bad Gandersheim, Allemagne), représentant un empereur byzantin.

© Gandersheim Kirche

  • 26 P. Bastien, Le buste monétaire…, t. II, op. cit., p. 426-428.
  • 27 De Cerimoniis I 1, éd. A. Vogt, vol. 1, p. 8.
  • 28 Ibid., p. 11.
  • 29 Ibid., p. 12.
  • 30 De Cerimoniis II 47 (38), éd. A. Vogt, vol. 2, p. 3.

19Il peut aussi tenir différentes sortes de sceptre (fig. 13) : le sceptre court, le plus souvent cruciforme ; le labarum, devenu un sceptre à longue haste terminé par un étendard carré décoré d’une croix ; le sceptre long, jadis attribut de Jupiter récupéré à son profit par l’empereur romain26 (fig. 14). Concurremment, des insignes du pouvoir militaire, labarum, bannières, étendards, portés par des soldats de la garde, accompagnent l’empereur dans ses déplacements27 : quand l’empereur est à Sainte-Sophie, ceux‑ci se tiennent le long du chemin de colonnes (soléa) qui va de l’ambon aux portes du chœur28, et ils le suivent dans ses déplacements à l’intérieur de l’église29 ; le jour du couronnement, ils s’inclinent dès que l’empereur a reçu la couronne à l’ambon30.

Fig. 14 : Miniature représentant l’empereur Basile II triomphant de ses ennemis et couronné par Dieu (xie siècle). Venise, Biblioteca Nazionale Marciana.

Fig. 14 : Miniature représentant l’empereur Basile II triomphant de ses ennemis et couronné par Dieu (xie siècle). Venise, Biblioteca Nazionale Marciana.

© Biblioteca Nazionale Marciana, Venezia

20Mais on est déjà là dans ce que l’on peut appeler la mise en scène impériale, dans laquelle l’insigne du pouvoir n’est qu’un accessoire de la pièce rituellement jouée au palais. Les insignes du pouvoir ne prennent réellement leur sens qu’intégrés dans la liturgie impériale, qui est, comme eux, une construction stratigraphique.

La mise en scène du pouvoir

21Les Byzantins possédaient à merveille l’art d’utiliser les insignes du pouvoir, comme en témoigne la mise en scène organisée dans la salle de la Magnaure pour impressionner les ambassadeurs étrangers. Le trône y était entouré d’arbres de métal doré couverts d’oiseaux automates qui se mettaient à chanter, et de lions, également dorés, qui rugissaient au moment où l’ambassadeur, soutenu par deux eunuques, entrait dans la salle. Laissons Liutprand de Crémone, qui y fut reçu par Constantin VII, raconter la suite de l’audience :

  • 31 Liutprand de Crémone, Antapodosis, Hanovre, éd. E. Dümmler, 1877, p. 120-121 ; trad. fr. M.-Fr. Auz (...)

À mon arrivée, les lions rugirent, les oiseaux chantèrent, mais cela ne me frappa ni de terreur ni d’admiration, car je m’étais informé de tout cela auprès de gens qui en avaient fait l’expérience. Aussi, incliné devant l’empereur, par trois fois je l’adorai puis je levai la tête : et, alors que je l’avais vu assis à une faible hauteur au-dessus du sol, je le vis, portant d’autres vêtements, assis presque à la hauteur du plafond31.

22Dans le De Cerimoniis où sont décrites les audiences à la Magnaure, le trône est appelé « trône de Salomon », mais il n’est pas indiqué qu’il pouvait s’élever ; en revanche, il y est précisé que, pendant la proskynèse de l’ambassadeur, les animaux qui ornaient le trône en gravissaient les marches.

  • 32 De Cerimoniis II 75 (66), éd. A. Vogt, vol. 2, p. 107.

23Cette mise en scène était certes destinée aux nations (ethnè), non aux sujets de l’empire, mais la façon dont l’empereur se montrait à ses sujets n’était pas si éloignée de cette apparition. Où qu’il soit, en effet, au palais ou dans une église, l’empereur revêtait toujours les attributs du pouvoir, chlamyde ou lôros et couronne, à l’abri de murs ou de portières mises en place à cet effet par le personnel eunuque de la Chambre ou cubiculum (fig. 15) car, comme en témoigne le De Cerimoniis, il ne pouvait pas être couronné en présence d’hommes entiers32.

Fig. 15 : Bas-côté nord-est de Sainte-Sophie, qui pouvait éventuellement être fermé par des portières en présence de l’empereur.

Fig. 15 : Bas-côté nord-est de Sainte-Sophie, qui pouvait éventuellement être fermé par des portières en présence de l’empereur.

© Marie‑France Auzépy

  • 33 Les occurrences sont très nombreuses : citons seulement le modèle de la procession à Sainte‑Sophie, (...)
  • 34 Dans les églises : portières à Saint‑Mokios le mercredi de la Mésopentecôte (De Cerimoniis I 26 [16 (...)
  • 35 Sur ce point : Georges Sidèris, « Eunuques, chambre impériale et palais à Byzance (ive-vie siècles) (...)

24Cette pratique du secret rend le pouvoir impérial indissociable des eunuques de la Chambre, seuls habilités à faire passer le basileus de la personne privée à la personne sacrée de l’empereur par la remise des attributs : ce sont eux, les vestiteurs, qui le revêtent de la chlamyde, et c’est le chef du cubiculum, le préposite, qui pose la couronne sur la tête impériale33. Cette pratique du secret a une autre conséquence : elle transforme toute apparition de l’empereur couronné en une apocalypse, c’est-à-dire, au sens propre, en un dévoilement de ce qui est caché. Ce dévoilement n’est pas métaphorique : des portières (fig. 16) étaient placées au palais devant les trônes portatifs et aux portes de la salle du trône ; elles étaient installées dans les églises lorsque l’empereur venait participer à la liturgie, pour permettre la transmutation de sa personne, du corps physique en un corps à la fois politique et sacré34. Bien plus que les portes, les portières jouent un rôle essentiel dans la liturgie impériale : ainsi, chaque entrée d’une classe de dignitaires devant l’empereur est appelée bêlon (voile) parce qu’ils passent une portière, un voile, avant d’être mis en présence de l’empereur. De la sorte, toute apparition de l’empereur est au sens propre un dévoilement35.

Fig. 16 : Mosaïque (vsiècle) de l’église Saint‑Georges (ou Rotonde) à Thessalonique, représentant des palais à portières.

Fig. 16 : Mosaïque (ve siècle) de l’église Saint‑Georges (ou Rotonde) à Thessalonique, représentant des palais à portières.

© Marie‑France Auzépy

  • 36 Les occurrences sont innombrables : par exemple, De Cerimoniis, éd. A. Vogt, vol. 1, p. 94, 114, 12 (...)

25Quand il est au palais, l’empereur, dès qu’il apparaît vêtu de la chlamyde et portant la couronne, va le plus souvent se placer sur l’omphalos de porphyre (l’omphalos, le « nombril », le « centre », étant matérialisé par un cercle) qui orne le pavement de la salle du consistoire et est surmonté d’un dais ou ciborium. Là, les plus importants des dignitaires et des fonctionnaires, les patrices, les stratèges et les sénateurs, montrent qu’ils sont terrassés par la grandeur impériale en tombant front contre terre (fig. 17). « Piptousin », dit le De Ceremoniis36, c’est-à-dire : « ils tombent ». Ce geste appelé « proskynèse », ou en latin adoratio, est celui que Liutprand fit à la Magnaure devant Constantin VII. Il marque le respect de celui qui se prosterne ainsi, comme la grandeur de celui qui fait l’objet de ce cérémonial.

Fig. 17 : Détail de miniature (fig. 14) : les vaincus en proskynèse devant Basile II), Venise, Biblioteca Nazionale Marciana.

Fig. 17 : Détail de miniature (fig. 14) : les vaincus en proskynèse devant Basile II), Venise, Biblioteca Nazionale Marciana.

© Biblioteca Nazionale Marciana, Venezia

Fig. 18 : Plateau d’argent (missorium, ive siècle) représentant l’empereur Théodose Ier. Madrid, Real Academia de la Historia, cabinet des Antiquités.

Fig. 18 : Plateau d’argent (missorium, ive siècle) représentant l’empereur Théodose Ier. Madrid, Real Academia de la Historia, cabinet des Antiquités.

© Real Academia Anticuario

  • 37 De Cerimoniis I 23 (14), éd. A. Vogt, vol. 1, p. 86.
  • 38 Les pieds : De Cerimoniis I 34 (26), éd. A. Vogt, vol. I, p. 134 ; II 55 (46), éd. A. Vogt, vol. 2, (...)
  • 39 Par exemple : ibid.
  • 40 De Cerimoniis II 59 (50), éd. A. Vogt, vol. 2, p. 64.

26D’autres gestes expriment aussi la sujétion et le respect : ainsi, les métropolites, les plus hauts personnages de l’Église après le patriarche, ne « tombent » pas front contre terre, mais tombent néanmoins à genoux devant l’empereur assis en majesté37 (fig. 18) ; les nouveaux promus à une dignité aulique baisent les pieds ou les genoux de l’empereur assis sur le trône, parfois les deux, mais également sa main38, avant de partir à reculons39 (autre geste de respect) et d’aller au-delà de la portière revêtir le costume de leur office, pour revenir ensuite parmi leurs pairs. Ajoutons une exception, celle de la patricienne à ceinture, la seule femme à porter une dignité aulique, créée au ixe siècle : elle est dispensée de proskynèse front contre terre en raison de sa coiffure et peut se contenter d’une légère inclinaison du buste40.

Fig. 19 : L’empereur Théodose Ier, détail du missorium (fig. 18).

Fig. 19 : L’empereur Théodose Ier, détail du missorium (fig. 18).

© Real Academia Anticuario

  • 41 Décrites par le pseudo‑Denys l’Aréopagite dans La hiérarchie céleste, trad. fr. M. de Gandillac, Pa (...)

27Le pouvoir quasi divin du basileus (fig. 19) – le De Ceremoniis emploie parfois l’adjectif hagios, « saint », pour qualifier l’empereur – n’est pourtant pas exercé seul. Ce dernier doit montrer qu’il est entouré d’une taxis harmonieuse, c’est-à-dire d’un ordre parfait dans les classes de dignitaires qui constituent la Cour. Comme le Christ au milieu des classes d’anges41, l’empereur apparaît encadré par des rangées de dignitaires (fig. 20) : les eunuques de la Chambre, les gardes eunuques, les gardes non eunuques dits « barbus » – chaque groupe comptant trois classes – et les titulaires des plus hautes distinctions auliques, patrices, stratèges et membres du sénat.

Fig. 20 : La cour impériale : détail de la base de l’obélisque de Théodose Ier, dans l’hippodrome de Constantinople.

Fig. 20 : La cour impériale : détail de la base de l’obélisque de Théodose Ier, dans l’hippodrome de Constantinople.

© Marie‑France Auzépy

28Pour chaque cérémonie sont précisés la disposition, le costume de chaque catégorie et, s’il y a lieu, les armes. Dans le pseudo-Kodinos, au xive siècle, la description des rangées de dignitaires, dont les costumes et les couvre-chefs se combinent ou s’opposent par leurs couleurs, donne un tableau d’autant plus saisissant que l’empire se réduit alors comme peau de chagrin et que l’empereur est pauvre. L’agencement des classes de dignitaires autour de la personne de l’empereur sur le trône ou dans les processions a toujours constitué à Byzance une représentation esthétique de l’anatomie du pouvoir mais, dans le pseudo-Kodinos, ce tableau est d’autant plus frappant que le pouvoir n’est plus. C’est désormais une icône qui témoigne d’un passé révolu.

Fig. 21 : La cour impériale : une autre face de la base de l’obélisque de Théodose Ier, dans l’hippodrome de Constantinople.

Fig. 21 : La cour impériale : une autre face de la base de l’obélisque de Théodose Ier, dans l’hippodrome de Constantinople.

© Marie‑France Auzépy

  • 42 Par exemple : De Cerimoniis I 1, éd. A. Vogt, vol. 1, p. 8 sq.
  • 43 De Cerimoniis II 71 (62), éd. A. Vogt, vol. 2, p. 89.

29La vue n’est pas seule convoquée. L’ouïe participe aussi à la célébration impériale. On loue constamment l’empereur par des chants (fig. 21), ou alors on l’acclame quand, aux jours de fête, il se déplace dans le palais et dans la ville. Quand il s’apprête à sortir et lorsqu’il se trouve dans la ville, ce sont les chantres des couleurs de l’hippodrome qui, à tour de rôle et à des stations définies à l’avance, lancent à l’empereur, et à l’impératrice si elle l’accompagne (fig. 22), des acclamations rythmées42 dont le texte a été conservé dans le De Cerimoniis. L’acclamation la plus fréquente est « nombreuses années » – sous-entendu de vie et de règne –, mais chaque fête présente un répertoire d’acclamations approprié. On peut citer le texte de la louange chantée par les « couleurs » la veille d’une réception au palais, tant il convient au sujet de ce colloque : « La taxis est embellie en te voyant, taxiarque, et les sceptres se réjouissent de t’avoir pour porte-sceptre43. » Enfin, il faut ajouter que chaque « couleur » possède un orgue en argent pour accompagner les acclamations. Les deux orgues en or impériaux servent moins souvent, mais on les utilise par exemple en cas d’audience à la Magnaure.

Fig. 22 : Icône en pierre (xe siècle) de l’impératrice sainte Eudocie. Istanbul, Musée archéologique, inv. n4309.

Fig. 22 : Icône en pierre (xe siècle) de l’impératrice sainte Eudocie. Istanbul, Musée archéologique, inv. no 4309.

© Musée archéologique, Istanbul

  • 44 G. Dagron, Empereur et prêtre, op. cit.
  • 45 À Pâques, couronne rouge à l’aller, blanche au retour (De Cerimoniis I 46 [37], éd. A. Vogt, vol. 1 (...)

30De ce trop rapide et trop schématique tour d’horizon du pouvoir byzantin et de ses insignes, on peut cependant retenir que, conformément aux objectifs déclarés de Constantin Porphyrogénète, la taxis byzantine est bien un chef-d’œuvre d’équilibre. Équilibre tout d’abord entre l’héritage romain et le long présent chrétien qui n’est pas seulement pragmatique, par ajout de croix sur des objets romains, mais également théorisé. Ainsi, le jour de Pâques, selon le De Cerimoniis, l’empereur, le magistre et les patrices portent le lôros. On connaît à cela deux explications : l’une chrétienne – ce jour‑là, les patrices et magistres sont comme les disciples autour de l’empereur, image du Christ ; le lôros est doré parce que le Christ est soleil –, la seconde « selon les traditions romaines » – le lôros est le vêtement des consuls. Ces deux explications cohabitent sans s’exclure. La taxis donne aussi à voir, tout au long des cérémonies à Sainte-Sophie, l’équilibre entre le pouvoir de l’empereur et celui du patriarche, donc entre l’État et l’Église, par toute une série de gestes de l’un et de l’autre, de l’un avec l’autre, que Gilbert Dagron a analysés dans son livre Empereur et prêtre44. Enfin, la taxis met en scène les rapports de l’empereur avec le peuple, représenté par les couleurs, de manière à ce que l’équilibre soit toujours maintenu entre les deux groupes bleu/blanc et vert/rouge et que l’empereur n’avantage jamais un groupe aux dépens de l’autre : l’alternance des couleurs aux stations où elles acclament l’empereur est toujours respectée. L’empereur pratique même l’alternance des couronnes : dans les plus grandes fêtes, il porte la couronne rouge ou verte à l’aller (à Sainte-Sophie ou ailleurs) et la couronne blanche au retour45.

  • 46 Marie-France Auzépy (dir.), Byzance en Europe, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 20 (...)
  • 47 Marie-France Auzépy et Jean-Pierre Grélois (dir.), Byzance retrouvée : érudits et voyageurs françai (...)

31Il va de soi que la taxis n’est pas l’histoire : l’empereur a souvent été assassiné, le patriarche écarté, le peuple rebelle et massacré. Mais la taxis est l’image que le pouvoir impérial veut donner de lui-même et, comme elle est le résultat d’une longue construction, l’image est à la fois singulièrement forte et raffinée. Aussi n’est-il pas étonnant qu’elle ait servi de modèle à de nombreuses cours : les manuscrits du traité du pseudo-Kodinos sont innombrables et des exemplaires s’en trouvaient dans les bibliothèques royales de France et d’Espagne ; Louis II de Bavière avait traduit le De Cerimoniis et Louis XIII avait appris le grec en traduisant un Miroir du Prince byzantin du viie siècle, copié puis imprimé pour tous les princes de l’Europe médiévale et moderne46. L’Empire romain d’Orient est devenu après 1453 une référence légitimante pour les souverains européens, au point même que certains, y compris Louis XIV, ont pensé reconquérir Constantinople47 et s’asseoir sur le trône du basileus après avoir chaussé les bottines de pourpre…

Haut de page

Bibliographie

Publications de l’auteur

Auzépy Marie-France, L’hagiographie et l’iconoclasme byzantin : le cas de la Vie d’Étienne le Jeune, Aldershot, Ashgate, 1999.

— (dir.), Byzance en Europe, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2003.

 L’iconoclasme, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », no 3769, 2006.

— L’histoire des iconoclastes, Paris, Association des amis du Centre d’histoire et de civilisation de Byzance, 2007.

Auzépy Marie-France et Cornette Joël, Palais et pouvoir, de Constantinople à Versailles, Paris, Presses universitaires de Vincennes, 2003.

Auzépy Marie-France ; Ducellier Alain ; Venstein Gilles et Yerasimos Stéphane, Istanbul, Paris, Citadelles et Mazenod, coll. « L’art des grandes cités », 2002.

Auzépy Marie-France et Grélois Jean-Pierre (dir.), Byzance retrouvée : érudits et voyageurs français (xvie-xviiie siècle), cat. exp. (Paris, chapelle de la Sorbonne, 13 août-2 sept. 2001), Paris, Centre d’études byzantines, néo-helléniques et sud-est européennes, EHESS / Publications de la Sorbonne, Byzantina Sorbonensia, 2001.

Auzépy Marie-France ; Kaplan Michel et Martin-Hisard Bernadette, La Chrétienté orientale du début du viie siècle au milieu du xie siècle, Paris, Sedes, 1996.

Étienne le Diacre, La Vie d’Étienne le Jeune, éd. M.-Fr. Auzépy, Aldershot, Variorum, 1997.

Haut de page

Notes

1 Constantin VII Porphyrogénète, Le livre des cérémonies (De Cerimoniis), éd. et trad. A. Vogt, Paris, Les Belles Lettres, 1967, vol. I, p. 2.

2 Gilbert Dagron, « Nés dans la pourpre », Travaux et mémoires du Centre de recherche sur l’histoire et la civilisation de Byzance 12, Paris, 1994, p. 105-142.

3 Vaisselle d’or : Liutprand de Crémone, Antapodosis, éd. P. Chiesa, Corpus Christianorum, Continuatio mediævalis 106, Turnhout, Brepols, 1998 ; trad. fr. J. Schnapp, Toulouse, Anacharsis, 2004, p. 39 ; De Cerimoniis I 43 (34), éd. A. Vogt, vol. 1, p. 168 ; ajouter l’aiguière d’or : De Cerimoniis I 1, ibid., p. 6 ; et la table d’or : De Cerimoniis I 21 (12 et 13), ibid., p. 82 et 83.

4 De Cerimoniis II 48 (39), éd. A. Vogt, vol. 1, p. 8.

5 De Cerimoniis II 69 (60), ibid., p. 84.

6 De Cerimoniis II 15, Constantini Porphyrogeniti imperatoris, De cerimoniis aulae byzantinae, éd. J. Reiske, Bonn, 1829, p. 591.

7 Andrew Alfödi, « Insignien und Tracht der römischen Kaiser », Mitteilungen des deutschen archaelogischen Instituts, Römische Abteilung, 50, Mayence, 1935, p. 5-9.

8 Michel Psellos, Chronographie, éd. et trad. É. Renauld, Paris, Les Belles Lettres, 1967, vol. II, p. 144 ; voir aussi le récit de l’avènement de Nicéphore Phocas dans le De Cerimoniis I 96, éd. Reiske, op. cit. note 6, p. 439.

9 Pseudo-Kodinos, Traité des offices, éd., trad. et comm. J. Verpeaux, Paris, Éd. du CNRS, 1966.

10 De Cerimoniis II 47 (38), éd. A. Vogt, vol. 2, p. 1-3.

11 La synthèse la plus récente à propos du costume impérial (vêtements et attributs) a été faite par Maria G. Parani, « Reconstructing the Reality of Images, Byzantine Material Culture and Religious Iconography (11th-15th Centuries) », in The Medieval Mediterranean 41, Leyde-Boston, Brill, 2003, p. 11-50. Elle ne dispense pas de recourir au commentaire, par P. Grierson, des portraits monétaires byzantins (Catalogue of the Byzantine Coins in the Dumbarton Oaks Collection, II, 1, Washington DC, Dumbarton Oaks Research Library and Collection, 1968, p. 65‑88). Description détaillée du couronnement tel qu’il est exposé dans le De Cerimoniis : Gilbert Dagron, Empereur et prêtre : étude sur le césaropapisme byzantin, Paris, Gallimard, 1996, p. 74‑105.

12 Pierre Bastien, Le buste monétaire des empereurs romains, Wetteren, éd. Numismatique romaine, 1992, tome I, p. 235-239 ; P. Grierson, Catalogue…, op. cit., p. 76-77.

13 Lundi de Pâques : De Cerimoniis I 10, éd. A. Vogt, vol. I, p. 65 ; Épiphanie : De Cerimoniis I 34 (25), éd. A. Vogt, vol. 1, p. 131-133.

14 De Cerimoniis II 69 (60), éd. A. Vogt, vol. 2, p. 84.

15 De Cerimoniis I 46 (37), éd. A. Vogt, vol. 1, p. 175-179.

16 Le Jiu Tang Shu (« Ancien livre des Tang »), rédigé au début du xe siècle : « La forme de la couronne du roi est très originale, elle est comme les ailes d’un oiseau et des perles y sont suspendues. Le roi porte des vêtements en soie et en satin qui n’ont pas d’ouverture devant. » (Liu Xu et al., Jiu Tang Shu, t. 198, Xi Rong Zhan-Fu lin, p. 5313).

17 De Cerimoniis II 50 (41), éd. A. Vogt, vol. 2, p. 17.

18 De Cerimoniis I 46 (37), éd. A. Vogt, vol. 1, p. 176.

19 De Cerimoniis II 69 (60), éd. A. Vogt, vol. 2, p. 84-85. Une fois le cortège funèbre arrivé au lieu de sépulture, le maître des cérémonies dit trois fois : « Entre, empereur, le roi des régnants et le seigneur des seigneurs t’appelle », et dit ensuite : « Dépose la couronne de ta tête » et aussitôt le préposite la lui enlève et lui met un bandeau de simple pourpre.

20 De Cerimoniis I 1, éd. A. Vogt, vol. 1, p. 10.

21 Ibid. p. 14 ; Gilbert Dagron, Empereur et prêtre, op. cit., p. 112-118.

22 Quelques occurrences du lôros dans le De Cerimoniis : il est porté le jour de Pâques (I 1, éd. A. Vogt, vol. 1, p. 20) ; le jour de la Pentecôte (I 9, éd. A. Vogt, vol. 1, p. 57, 59 et 62).

23 Le trône est appelé sellion : De Cerimoniis I 23 (14), éd. A. Vogt, vol. 1, p. 85.

24 Pierre Bastien, Le Buste monétaire…, op. cit., t. II, p. 521-527 ; le globe est considéré comme un attribut impérial utilisé sur les monnaies et sans parallèle dans la liturgie impériale (P. Grierson, Catalogue…, op. cit., p. 86) ; voir cependant la mosaïque d’Alexandre.

25 Signalons : le jour de Pâques, l’empereur ceint du lôros prend dans la main droite l’akakia et dans la gauche des croix d’or (De Cerimoniis I 1, éd. A. Vogt, vol. 1, p. 20) ; le jour de la Pentecôte, l’empereur vêtu du lôros porte l’akakia (anexikakia) dans la main droite (cf. Alexandre) et le sceptre dans la main gauche (De Cerimoniis I 9, éd. A. Vogt, vol. 1, p. 57).

26 P. Bastien, Le buste monétaire…, t. II, op. cit., p. 426-428.

27 De Cerimoniis I 1, éd. A. Vogt, vol. 1, p. 8.

28 Ibid., p. 11.

29 Ibid., p. 12.

30 De Cerimoniis II 47 (38), éd. A. Vogt, vol. 2, p. 3.

31 Liutprand de Crémone, Antapodosis, Hanovre, éd. E. Dümmler, 1877, p. 120-121 ; trad. fr. M.-Fr. Auzépy ; cf. trad. J. Schnapp, citée note 3, p. 36-37.

32 De Cerimoniis II 75 (66), éd. A. Vogt, vol. 2, p. 107.

33 Les occurrences sont très nombreuses : citons seulement le modèle de la procession à Sainte‑Sophie, pour laquelle le souverain est vêtu et couronné dans la chambre octogonale du palais de Daphnè (De Cerimoniis I 1, éd. A. Vogt, vol. 1, p. 6).

34 Dans les églises : portières à Saint‑Mokios le mercredi de la Mésopentecôte (De Cerimoniis I 26 [16], éd. A. Vogt, vol. 1, p. 94) ; au 1er mai, à l’église du palais construite par Basile Ier, dite « la Néa » (De Cerimoniis I 29 [20], éd. A. Vogt, vol. 1, p. 112) ; le jour de la Saint-Démétrius, à la chapelle de Saint‑Théodore du Chrysotriklinos (De Cerimoniis I 30 [21], éd. A. Vogt, vol. 1, p. 113). Au palais : devant le trône : De Cerimoniis, éd. A. Vogt, vol. 1, p. 142 et 172 ; à la Main d’Or (De Cerimoniis II 55 [46], éd. A. Vogt, vol. 2, p. 40) ; aux portes du Consistoire (ibid., p. 42) ; aux portes du Chrysotriklinos (De Cerimoniis II 57 [48], éd. A. Vogt, vol. 2, p. 52).

35 Sur ce point : Georges Sidèris, « Eunuques, chambre impériale et palais à Byzance (ive-vie siècles) », dans Marie-France Auzépy et Joël Cornette (dir.), Palais et pouvoir, Paris, Presses universitaires de Vincennes, 2003, p. 163-181.

36 Les occurrences sont innombrables : par exemple, De Cerimoniis, éd. A. Vogt, vol. 1, p. 94, 114, 120, 138, 160, 163 et 170.

37 De Cerimoniis I 23 (14), éd. A. Vogt, vol. 1, p. 86.

38 Les pieds : De Cerimoniis I 34 (26), éd. A. Vogt, vol. I, p. 134 ; II 55 (46), éd. A. Vogt, vol. 2, p. 41 et 43 ; les genoux : I 39 (30), éd. A. Vogt, vol. 1, p. 156 ; la main seule : I 41 (32), éd. A. Vogt, vol. 1, p. 161 ; les pieds, les genoux et la main : II 56 (47), éd. A. Vogt, vol. 2, p. 45 et 49.

39 Par exemple : ibid.

40 De Cerimoniis II 59 (50), éd. A. Vogt, vol. 2, p. 64.

41 Décrites par le pseudo‑Denys l’Aréopagite dans La hiérarchie céleste, trad. fr. M. de Gandillac, Paris, Aubier, 1980, p. 185-244.

42 Par exemple : De Cerimoniis I 1, éd. A. Vogt, vol. 1, p. 8 sq.

43 De Cerimoniis II 71 (62), éd. A. Vogt, vol. 2, p. 89.

44 G. Dagron, Empereur et prêtre, op. cit.

45 À Pâques, couronne rouge à l’aller, blanche au retour (De Cerimoniis I 46 [37], éd. A. Vogt, vol. 1, p. 175) ainsi qu’à la Pentecôte (ibid., p. 176). Couronne verte à l’aller, blanche au retour au lundi de Pâques (ibid., p. 176), à la Transfiguration (ibid., p. 177) et à Noël (ibid., p. 178). Une exception à l’alternance, l’Épiphanie : couronne bleue à l’aller, blanche au retour (ibid., p. 178).

46 Marie-France Auzépy (dir.), Byzance en Europe, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2003.

47 Marie-France Auzépy et Jean-Pierre Grélois (dir.), Byzance retrouvée : érudits et voyageurs français, xvie-xviiie siècle, Paris, Centre d’études byzantines, néo-helléniques et sud-est européennes EHESS, Publications de la Sorbonne, Byzantina Sorbonensia, 2001, p. 16-19.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Istanbul, vue sur la pointe du Sérail depuis Galata un jour d’hiver.
Légende © Marie‑France Auzépy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 2 : Reconstruction hypothétique du Grand Palais de Constantinople. Dessin tiré de Constantin VII Porphyrogénète, Le Livre des cérémonies (De Cerimoniis), éd. et trad. A. Vogt, Paris, Les Belles Lettres, 1940, pl. hors texte.
Légende © Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 3 : Icône représentant le roi d’Édesse Abgar sous les traits d’un empereur byzantin (xe siècle), mont Sinaï, monastère Sainte Catherine.
Légende © Monastère Sainte-Catherine, Mont Sinaï / photographie Marie-France Auzépy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 4 : Sainte-Sophie (vie siècle), vue du nord-ouest.
Légende © Marie‑France Auzépy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 5 Le narthex de Sainte-Sophie et les portes impériales (vie siècle).
Légende © Marie‑France Auzépy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 6 : Miniature représentant un ambon sur lequel un évêque, accompagné du clergé sur les marches, procède à l’exaltation de la croix (xie siècle). Mont Athos (Grèce), bibliothèque du monastère de Dionysiou, ms 587m, fo 119vo.
Légende © Monastère de Dionysiou, mont Athos
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 7 : Mosaïque de l’église Saint Vitale à Ravenne (vie siècle) représentant l’empereur Justinien portant chlamyde, fibule et couronne.
Légende © Basilica di San Vitale, Ravenna / photographie Marie-France Auzépy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 7 bis : Mosaïque de l’église Saint Vitale à Ravenne (vie siècle) représentant l’empereur Justinien entouré d’une part du clergé de Ravenne, d’autre part de dignitaires civils (tablion sur la chlamyde) et de gardes du corps (détail de la fig. 7).
Légende © Basilica di San Vitale, Ravenna / photographie Marie-France Auzépy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 8 : Mosaïque de l’église Saint Vitale à Ravenne (vie siècle) représentant l’impératrice Théodora entourée de sa cour.
Légende © Basilica di San Vitale, Ravenna / photographie Marie-France Auzépy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 9 : Mosaïque de la tribune sud de Sainte‑Sophie représentant l’impératrice Zoé (xie siècle).
Légende © Marie‑France Auzépy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 10 : Miniature du Psautier Chludov représentant Ézéchias en empereur romain (avec le lôros), porté sur le pavois (ixe siècle), Moscou, musée historique d’État de Russie, suppl. 129, fo 18vo.
Légende © Musée historique d’État de Russie, Moscou
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 11 : Mosaïque de la tribune sud de Sainte‑Sophie représentant Jean II Comnène en lôros et sa femme Irène (xiie siècle).
Légende © Marie‑France Auzépy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 12 : Mosaïque de la tribune nord de Sainte‑Sophie représentant l’empereur Alexandre (xe siècle).
Légende © Marie‑France Auzépy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 13 : Tissu (viiie siècle) actuellement dans l’église de Gandersheim (Bad Gandersheim, Allemagne), représentant un empereur byzantin.
Légende © Gandersheim Kirche
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 14 : Miniature représentant l’empereur Basile II triomphant de ses ennemis et couronné par Dieu (xie siècle). Venise, Biblioteca Nazionale Marciana.
Légende © Biblioteca Nazionale Marciana, Venezia
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 15 : Bas-côté nord-est de Sainte-Sophie, qui pouvait éventuellement être fermé par des portières en présence de l’empereur.
Légende © Marie‑France Auzépy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 16 : Mosaïque (vsiècle) de l’église Saint‑Georges (ou Rotonde) à Thessalonique, représentant des palais à portières.
Légende © Marie‑France Auzépy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 17 : Détail de miniature (fig. 14) : les vaincus en proskynèse devant Basile II), Venise, Biblioteca Nazionale Marciana.
Légende © Biblioteca Nazionale Marciana, Venezia
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 18 : Plateau d’argent (missorium, ive siècle) représentant l’empereur Théodose Ier. Madrid, Real Academia de la Historia, cabinet des Antiquités.
Légende © Real Academia Anticuario
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 19 : L’empereur Théodose Ier, détail du missorium (fig. 18).
Légende © Real Academia Anticuario
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 20 : La cour impériale : détail de la base de l’obélisque de Théodose Ier, dans l’hippodrome de Constantinople.
Légende © Marie‑France Auzépy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 21 : La cour impériale : une autre face de la base de l’obélisque de Théodose Ier, dans l’hippodrome de Constantinople.
Légende © Marie‑France Auzépy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 22 : Icône en pierre (xe siècle) de l’impératrice sainte Eudocie. Istanbul, Musée archéologique, inv. n4309.
Légende © Musée archéologique, Istanbul
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2253/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie‑France Auzépy, « Les aspects matériels de la taxis byzantine », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 16 juin 2008, consulté le 26 juin 2017. URL : http://crcv.revues.org/2253 ; DOI : 10.4000/crcv.2253

Haut de page

Auteur

Marie‑France Auzépy

Professeur émérite de l’université de Paris VIII‑Vincennes-Saint-Denis, spécialiste d’histoire byzantine, Marie-France Auzépy a notamment étudié la période iconoclaste (viii-ixe siècles) et l’hagiographie byzantine. Elle s’est intéressée à une approche pluridisciplinaire et diachronique pour l’exposition Byzance retrouvée qu’elle a organisée en 2001 à la chapelle de la Sorbonne sur la place de Byzance chez les érudits et voyageurs français du xvie au xviiie siècle. Contact : mfauzepy@club-internet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Marie‑France Auzépy / 2007 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org