Navigation – Plan du site

Des Méridionales à la cour : l’exemple des demoiselles de Saint‑Cyr (1686‑1793)

Southerners at the Court: the example of the ‘demoiselles’ of Saint-Cyr (1686–1793)
Dominique Picco

Résumés

Certes Saint‑Cyr n’est pas Versailles, mais la proximité entre le château et la maison royale de Saint‑Louis est grande ; pour autant les liens entre cet établissement et la Cour ne se limitent pas à un voisinage géographique. Réservée aux demoiselles de la noblesse pauvre, cette institution est née en 1686 de la rencontre des passions éducatives de Mme de Maintenon avec la volonté politique du Roi‑Soleil de fidéliser une catégorie sociale désormais qualifiée par les historiens de noblesse « seconde ». La protection du monarque, éclatante sous Louis XIV, se fit plus discrète pendant les règnes de Louis XV et Louis XVI sans jamais, pour autant, être remise en question. À partir des Preuves de noblesse des demoiselles conservées à la BnF et du fonds Saint‑Cyr des Archives départementales des Yvelines, on connaît le lieu de baptême – assimilable au lieu de naissance – des 3 155 demoiselles qui fréquentèrent la maison jusqu’à sa fermeture en 1793. Parmi elles, 413 sont nées dans le Sud de la France. Pour faire le portrait de ces Méridionales, trois axes ont été retenus, la place du Midi ou des Midis dans le recrutement de la maison, la noblesse de ces lignages et le destin des anciennes élèves, marqué ou non par un retour au pays natal.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Marie Constant, « Un groupe sociopolitique stratégique dans la France de la première moitié du (...)
  • 2 Montigny-le-Bretonneux, archives départementales des Yvelines (ci-après ADY), D93.

1Si Saint‑Cyr n’est pas Versailles, si nos Méridionaux sont des Méridionales, la proximité entre le château et la maison royale de Saint‑Louis, sise au bout d’une allée du parc, est fort grande. On ne saurait néanmoins se limiter au voisinage géographique. Cet établissement d’éducation, réservé aux demoiselles de la noblesse pauvre, est né, en 1686, de la rencontre des aspirations de Mme de Maintenon à l’éducation des jeunes filles avec la volonté politique du Roi‑Soleil de récompenser et fidéliser un groupe social spécifique, souvent qualifié par les historiens contemporains de noblesse « seconde1 ». L’implication personnelle du monarque dans cette fondation est une réalité attestée par les sources, notamment par un célèbre « pense‑bête » de Louis XIV2. La protection royale, éclatante sous son règne, visible dans les bâtiments – dont la construction a été confiée à Jules‑Hardouin Mansart – et dans l’importance des biens octroyés à la communauté – en particulier les revenus de la mense abbatiale de Saint‑Denis rattachée à la maison – se fait plus discrète pendant les règnes suivants, sans jamais, pour autant, être remise en question. Philippe d’Orléans, Louis XV et Louis XVI confirment, par lettres patentes, l’existence de la Maison royale de Saint‑Louis et continuent à s’y intéresser. Louis XV engage, par exemple, au milieu du xviiie siècle, de très importants travaux pour lutter contre l’insalubrité des locaux.

2Dans les premières années d’existence de la maison, les liens étroits entre Saint‑Cyr et la Cour ont défrayé la chronique ; c’est l’époque où Racine fait représenter Esther par les demoiselles, devant un parterre de courtisans, et où il est de bon ton d’être présent. Mme de Maintenon, s’inquiétant de la transformation de son « œuvre » en une succursale de la Cour et, donc, de la dénaturation de son projet éducatif, préfère alors durcir les règlements ; elle obtient du souverain le rattachement de la communauté à l’ordre de Saint‑Augustin en 1692. Cela n’entraîne pas pour autant la disparition des relations avec le palais, mais les rend plus discrètes, voire occultes.

  • 3 Fleury Vindry, Les Demoiselles de Saint-Cyr (1686-1793), Paris : Champion, 1908.
  • 4 Nom de la paroisse – s’accompagnant parfois de celui du château – du village ou de la ville, éventu (...)
  • 5 Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans la maison de Saint-Louis, fondée à Saint‑Cyr (...)

3Pour repérer, parmi les 3 155 demoiselles de Saint‑Cyr, les natives des provinces méridionales, l’historien s’appuie en toute confiance sur le répertoire prosopographique publié en 1908 par Fleury Vindry3. Cet ouvrage réunit l’ensemble des informations alors disponibles sur chaque élève, en particulier le lieu de baptême, assimilable, vu l’usage du temps, au lieu de naissance4. Une large fraction des données regroupées par cet érudit proviennent des Preuves de noblesse des demoiselles conservées à la Bibliothèque nationale pour les années 1685‑17665. Les derniers volumes faisant défaut, le chercheur a recours à d’autres sources, en particulier au fonds Saint‑Cyr des Archives départementales des Yvelines, au Cabinet des titres et autres manuscrits de la Bibliothèque nationale. Les informations contenues par cet ensemble documentaire permettent d’observer un peu plus de 400 demoiselles natives du Midi, tant en termes de caractères communs que de singularités.

4Cette esquisse du portrait des Méridionales à Saint‑Cyr privilégie trois axes : la place du Midi ou des Midis dans le recrutement de la maison, la noblesse de ces lignages et le destin des anciennes élèves, marqué ou non par un retour au pays natal.

Histoire et géographie du recrutement des Méridionales

Remarques préalables

  • 6 Alpes‑de‑Haute‑Provence, Alpes-Maritimes, Ariège, Ardèche, Aveyron, Aude, Bouches‑du‑Rhône, Dordogn (...)

5L’examen de la répartition spatiale du recrutement des demoiselles d’origine méridionale et de son évolution dans le temps nécessite de rappeler préalablement deux problèmes méthodologiques : la délimitation exacte de l’espace recouvert par l’appellation « méridionale » et la détermination de l’appartenance d’une demoiselle à cet espace. Le groupe de recherche travaillant sur la thématique des Méridionaux à la cour a limité son champ d’investigation à un territoire s’étendant de l’Atlantique aux rivages méditerranéens et à la frontière pyrénéenne, soit un espace recouvrant les ressorts des anciens parlements de Bordeaux, Toulouse, Aix, Pau et regroupant les anciennes provinces de Guyenne, Périgord, Quercy, Rouergue, Gévaudan, Languedoc, Agenais, Gascogne, Béarn, Navarre, Labour – et toutes les petites provinces pyrénéennes –, Velay, Vivarais et Provence. Au début du xxe siècle, Fleury Vindry avait choisi d’insérer les lieux de baptême des demoiselles dans la géographie administrative de son temps, à savoir les départements. Cette étude reste tributaire de cette option – la conversion au sein des diocèses d’Ancien Régime n’étant pas encore achevée. L’espace méridional recouvre vingt‑cinq de nos départements actuels6 à l’exclusion de quelques territoires non rattachés au royaume : comté de Nice, Avignon et Comtat Venaissin.

  • 7 Par exemple, les filles de marins, nées à Toulon.

6Seconde remarque, le rattachement d’une demoiselle à la France du Midi se fait en fonction de son lieu de baptême/naissance. Or, des Méridionales de souche sont parfois nées ailleurs – à Versailles, à Paris, sur le lieu d’affectation d’un père militaire – et, inversement, des représentantes de lignages d’autres provinces ont pu voir le jour dans le Midi7. Ces distorsions entre lieu de naissance et berceau familial, repérables dans le dossier de preuves par des actes antérieurs à la naissance de la fillette, n’ont pas été corrigées car il était scientifiquement indispensable de conserver un référent unique.

Mesure et évolution de ce recrutement

  • 8 13,09 % des lieux de baptême connus et identifiés.
  • 9 Calvados, Eure, Manche, Orne, Seine-Maritime.

7L’espace méridional a vu naître 413 des 3 155 élèves qui fréquentèrent Saint‑Cyr entre 1686 et 1793, soit 13 % du total8. La place de l’ensemble méridional est peu importante, plus modeste que la seule Normandie9, première province représentée avec 475 demoiselles (15 %).

  • 10 Jean‑Marie Constant, « Une voie nouvelle pour connaître le nombre des nobles aux xvie et xviie sièc (...)

8Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce phénomène. Le premier est lié aux distances et aux contraintes dues à l’archaïsme persistant des voies de communication, ce qui contribue à l’éloignement du centre du pouvoir politique – Versailles et Paris. Ces deux éléments expliquent la lenteur de la circulation de l’information, de la capitale vers les périphéries. Un deuxième facteur résulte de l’inégale répartition de la population à l’intérieur du royaume. Si les travaux de démographie historique – ceux de Jacques Dupâquier en particulier – ont révélé depuis longtemps de telles inégalités, des recherches plus récentes, celles de Jean‑Marie Constant et de Michel Nassiet, signalent l’inégale densité nobiliaire10. Les provinces méridionales – sauf exceptions locales, telle la vallée de la Dordogne – font partie de la France où les densités nobiliaires sont faibles et nettement inférieures au quart nord-ouest du pays, Normandie et Bretagne notamment.

  • 11 Nombre de places créées par les Lettres patentes de 1686.
  • 12 Toutes les places n’étaient pas pourvues au moment de l’installation durant l’été 1686.
  • 13 Sur 413 méridionales, 330 dates de preuves sont connues. La différence correspond aux admissions ap (...)
  • 14 La moyenne de vingt‑quatre dossiers de preuves par an pour l’ensemble du corpus masque de grands éc (...)

9Pour repérer une éventuelle évolution dans l’apport de ces provinces au recrutement de Saint‑Cyr, trois coupes de 25011 demoiselles ont été réalisées : les fillettes reçues entre 1685 et 168812, entre 1739 à 1746 et les 246 demoiselles recensées avant la fermeture de l’établissement, en octobre 1792. Les résultats sont nets : de dix Méridionales à l’ouverture (soit 4 %), on passe à 56 au milieu du xviiie siècle (soit 22,4 %), avant de retomber à 43 en 1792 (17,2 %). Cette baisse s’explique à la fois par les lacunes de la dernière série, mais aussi par l’ouverture de la maison, à partir de 1770, aux demoiselles corses. Reste à déterminer à partir de quel moment le recrutement en provenance du Midi cessa d’être marginal. La courbe annuelle des entrées, établie à partir des dates de preuves13, manifeste la très grande variabilité des admissions des Méridionales – de une à quinze par an – à l’instar de l’ensemble du corpus14. Le maximum de l’année 1741 s’appuie sur une nette tendance à la hausse depuis le début de la décennie 1720.

Fig. 1 : Preuves des Méridionales pour Saint‑Cyr (1685‑1789).

Fig. 1 : Preuves des Méridionales pour Saint‑Cyr (1685‑1789).

© Dominique Picco

  • 15 Natif de Lodève, il est évêque de Fréjus en 1698.
  • 16 Né au château de la Roque (Périgord) en 1703.

10La répartition décennale des entrées révèle l’existence d’une période charnière, dans les années 1720, qui coïncide avec le début du ministère de Fleury15. Quatre‑vingt‑quinze Méridionales – soit presque le quart – sont admises entre 1723 et 1743. Après la mort du cardinal, cet apport se maintient à un niveau élevé, un phénomène à mettre sans doute en relation avec la présence, de 1746 à 1781, à l’archevêché de Paris, de Christophe de Beaumont du Repaire16 : en trente‑cinq ans, 144 de ces demoiselles franchirent les grilles de l’institution.

Fig. 2 : Évolution décennale des admissions des Méridionales à Saint‑Cyr (1686‑1789).

Fig. 2 : Évolution décennale des admissions des Méridionales à Saint‑Cyr (1686‑1789).

© Dominique Picco

Quels Midis ?

11Les provinces méridionales ont‑elles été impliquées d’une manière similaire dans l’envoi de fillettes à Saint‑Cyr ? Sur l’ensemble de la période 1686‑1793, la carte met en évidence à la fois la place mineure du recrutement méridional par rapport au quart nord-est (Normandie, Artois, Picardie) et les disparités à l’intérieur de ces provinces. Le Périgord, la vallée de la Dordogne, mais aussi celle du Lot se rattachent au bassin secondaire du recrutement situé au sud de la Loire (marges nord du Massif central, du Limousin, du Poitou et de la Saintonge). Ailleurs, le recrutement est faible, en particulier sur le littoral languedocien et dans la montagne pyrénéenne.

Fig. 3 : Origines géographiques des demoiselles de Saint‑Cyr (1686‑1792). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans la maison de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF ; État nominatif des élèves de Saint‑Cyr à l’époque de la suppression de sa maison, octobre 1792, ADY.

Fig. 3 : Origines géographiques des demoiselles de Saint‑Cyr (1686‑1792). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans la maison de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF ; État nominatif des élèves de Saint‑Cyr à l’époque de la suppression de sa maison, octobre 1792, ADY.

12La cartographie des trois sondages démontre combien, à l’ouverture de la maison royale, les noblesses du Sud étaient peu concernées, comme celles de la plupart des périphéries. Un demi‑siècle plus tard, la situation est fort différente ; les provinces méridionales, à l’image de l’ensemble du pays, envoient des filles à Saint‑Cyr. Seules quelques zones très enclavées – Labour, Navarre, Soule, Comminges et comté de Foix dans les Pyrénées – ainsi qu’une partie du littoral languedocien restent à l’écart. Au début de la Révolution, la situation est identique. Depuis le milieu du siècle, les fillettes viennent de partout : les écarts entre les provinces se sont fortement réduits ; la pratique d’envoyer ses filles à Saint‑Cyr s’est diffusée jusqu’aux marges du royaume.

Fig. 4 : Origines géographiques des demoiselles admises à Saint‑Cyr de 1685 à 1688. Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.

Fig. 4 : Origines géographiques des demoiselles admises à Saint‑Cyr de 1685 à 1688. Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.

© Dominique Picco

Fig. 4 bis : Origines géographiques des demoiselles admises à Saint‑Cyr de 1739 à 1746. Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.

Fig. 4 bis : Origines géographiques des demoiselles admises à Saint‑Cyr de 1739 à 1746. Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.

© Dominique Picco

Fig. 4 ter : Origines géographiques des demoiselles sorties de Saint‑Cyr en 1792-1793. Source : État nominatif des élèves de Saint‑Cyr à l’époque de la suppression de sa maison, octobre 1792, ADY.

Fig. 4 ter : Origines géographiques des demoiselles sorties de Saint‑Cyr en 1792-1793. Source : État nominatif des élèves de Saint‑Cyr à l’époque de la suppression de sa maison, octobre 1792, ADY.

© Dominique Picco

13La dernière observation sur la géographie du recrutement des Méridionales porte sur la répartition entre demoiselles nées en ville et à la campagne. Rappelons que, à la fin du xviie siècle et tout au long du siècle suivant, les nobles, dès qu’ils peuvent se le permettre, ont une double résidence. Naître en ville ou à la campagne peut n’être qu’un hasard – lié à une vie familiale partagée entre deux résidences – qu’il faut se garder de surinterpréter. Sur ces 413 demoiselles, plus d’une sur trois serait citadine. Ce chiffre, très supérieur à l’ensemble du corpus (29 %), est aussi bien plus élevé que la proportion généralement admise par les historiens de 20 % de citadins pour 80 % de ruraux. À l’échelle du royaume, la surreprésentation des nobles en ville est liée à un processus d’urbanisation plus précoce de ce groupe social ; s’y ajoute, dans le Midi, et plus particulièrement en Provence, une très forte tradition urbaine.

Nobles et militaires : les pères de ces demoiselles

Noblesse ancienne et moyenne ?

14L’appartenance au second ordre est la première condition à remplir pour entrer à Saint‑Cyr. Chaque lignage doit prouver l’ancienneté de sa noblesse sur quatre degrés du côté paternel, à l’aide de documents présentés au généalogiste du roi. Le dépouillement des registres des preuves contenant copie de ces pièces permet de brosser un portrait de la noblesse de ces Méridionales.

Fig. 5 : Ancienneté de la noblesse des Méridionales élèves à Saint‑Cyr (1686‑1793). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.

Fig. 5 : Ancienneté de la noblesse des Méridionales élèves à Saint‑Cyr (1686‑1793). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.

© Dominique Picco

  • 17 Dispense accordée par le roi.

15Alors que les règlements exigent quatre degrés, seuls 13 % des dossiers correspondent à ce profil, tous les autres attestant d’une noblesse plus ancienne. La même tendance se retrouve en nombre d’années : la norme requise est de cent quarante à cent cinquante ans, or certains contiennent des documents remontant jusqu’à quatre siècles. Quinze familles ne peuvent fournir un acte antérieur à cent quarante ans sans que cela génère de procédure spéciale17 ; inversement, les trois quarts se prévalent de plus de cent cinquante ans de noblesse. Aucune originalité parmi ces Méridionales : comme dans tout le royaume, quelques lignages affichent une ancienneté considérable, à côté de familles à la noblesse un peu trop fraîche, tandis que domine numériquement une noblesse proche de la norme fixée par le pouvoir royal.

Fig. 6 : Titres des pères des demoiselles de Saint‑Cyr d’origine méridionale (1686‑1793). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.

Fig. 6 : Titres des pères des demoiselles de Saint‑Cyr d’origine méridionale (1686‑1793). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.

© Dominique Picco

  • 18 Preuves de noblesse, op. cit., vol. 14, dossier 26. Quatre fillettes de ce lignage, ancré en Périgo (...)
  • 19 Preuves de noblesse, op. cit., vol. 4, dossier 93 et vol. 16, dossier 89. La famille Segonzac possè (...)

16Deux tiers des dossiers indiquent le niveau de noblesse du père de l’enfant. À peine plus de 10 % de ces pères sont titrés – soit un peu plus que dans l’ensemble français (7,7 %) –, dont les familles périgourdines David‑Lastours18 et Bardon de Segonzac19. Chevaliers, écuyers et seigneurs sont de loin les plus nombreux (76,4 %), comme dans les autres provinces. La seule originalité locale vient de l’usage plus répandu de l’adjectif « noble » précédant le nom de famille : il constitue le seul qualificatif de noblesse dans 12 % des cas contre 1 % sur l’ensemble des dossiers. À la génération précédente, le même type de noblesse se retrouve : les grands‑pères paternels ne sont ni plus ni moins titrés que leur fils.

Fig. 7 : Titres des grands‑pères paternels des demoiselles méridionales (1686‑1793). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.

Fig. 7 : Titres des grands‑pères paternels des demoiselles méridionales (1686‑1793). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.

© Dominique Picco

La prépondérance du métier des armes

  • 20 Livre des Demoiselles qui demandent pour entrer à la Maison Royale de Saint-Louis à Saint Cyr, 1711 (...)

17Si, dès la création de Saint‑Cyr, appartenance à la noblesse et pauvreté attestée par l’évêque du lieu de résidence sont des impératifs pour prétendre à une place, les états de service du père ne sont exigés qu’à partir de 1763. Jusque‑là, il est néanmoins conseillé de préciser dans le placet si le père ou d’autres hommes de la parentèle ont servi. Quelques‑uns de ces documents ont traversé les siècles mais en nombre insuffisant pour en faire une étude systématique ; d’autres sont connus par une copie consignée dans deux registres du début du xviiisiècle20 : ils témoignent de la prégnance du fait militaire dans la présentation de la candidate. Dans les Preuves de noblesse, source sur laquelle s’appuie la présente étude, les informations relatives aux activités – militaires ou non – du père sont rares et n’apparaissent que dans l’extrait de baptême de la fillette et dans le contrat de mariage de ses parents.

  • 21 Le niveau d’information est identique pour l’ensemble du corpus. Les preuves des Méridionales ne so (...)
  • 22 Dix‑neuf aînés, quatre cadets et trois fils uniques.
  • 23 112 contre trois civils.

18Les dossiers des natives du Midi renferment des données précises sur moins d’un père sur deux (42,1 %)21 : 26 signalent uniquement la place du père dans sa fratrie22 et 31 sa date de naissance ou de baptême. Les autres pères ont presque tous fait une carrière militaire23. Ici, la différence avec les résultats valables pour l’ensemble du corpus est nette : 97 % de militaires contre 46 %. Plusieurs explications sont envisageables : particularités des familles méridionales impliquées dans le recrutement à Saint‑Cyr, caractère « militaire » plus affirmé de la noblesse de ces provinces ou encore chronologie des admissions. En effet, l’accès massif des Méridionales est tardif en une période où, bien avant que la maison ne soit officiellement réservée aux filles de militaires, le recrutement tend déjà à se resserrer sur celles-ci. Les sondages effectués pour l’ensemble de la France montrent que, en même temps que les informations sur les activités paternelles s’accroissent, la proportion de militaires passe de 30 à 60 %, de la fin du xviie siècle à la décennie 1760.

Fig. 8 : Armes des pères des demoiselles méridionales (1686‑1793). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.

Fig. 8 : Armes des pères des demoiselles méridionales (1686‑1793). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.

© Dominique Picco

  • 24 16 % des dossiers étudiés.

19L’arme de rattachement est connue pour deux tiers d’entre eux. Infanterie traditionnelle, marine et cavalerie s’imposent ici face aux corps techniques et aux gardes du corps, plus fréquents dans l’ensemble du corpus24. Coexistent donc, parmi les pères de ces demoiselles, des officiers des troupes d’élite et d’autres d’armes moins prisées par la noblesse.

Fig. 9 : Grades des pères des demoiselles méridionales (1686‑1793). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.

Fig. 9 : Grades des pères des demoiselles méridionales (1686‑1793). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.

© Dominique Picco

  • 25 43 % contre 49 %.
  • 26 22 % contre 14 %.
  • 27 Preuves de noblesse, op. cit., vol. 16, dossier 22.

20Au niveau des grades, la centaine d’informations disponibles révèle de notables différences par rapport au groupe entier : moindre prépondérance des capitaines25 et surreprésentation des hauts gradés26. Parmi eux, des mestres de camp et officiers généraux dont la présence parmi les pères de demoiselles peut surprendre car ils n’appartiennent pas à la noblesse moyenne et encore moins à la noblesse pauvre. Ainsi, Philibert Antoine, comte de Montlezun, mestre de camp de cavalerie, chevalier de Saint‑Louis, place à Saint‑Cyr Marie, née en 1763 dans le diocèse de Pamiers de son mariage avec Madeleine Françoise de Grimian. Quant à Valentin Joseph d’Estherhazy, mestre de camp de hussards depuis 1741, il est le père de Marie Anne, née au Vigan en 1741, admise en 175127.

  • 28 Idem, vol. 2, dossier 34.
  • 29 Idem, vol. 10, dossier 88.
  • 30 Idem, vol. 17, dossier 35
  • 31 Idem, vol. 3, dossier 85.

21Trois filles de robins ou d’officiers complètent ce tableau méridional. Marguerite de Morogues Saint‑Germain, reçue en 1687 à l’âge de 10 ans, est la fille de Mathieu, prévôt de la maréchaussée du Puy28. Marguerite de Trimond naît en 1717 à Montpellier. Son père, conseiller à la cour des comptes, aides et finances en ladite ville et fils d’un avocat général, avait épousé en 1701 une fille de conseiller en cette cour29. En 1755, Anne Suzanne, fille du président de la Cour des aides de Montauban Jacques de Molières, entre à Saint‑Cyr : sa famille paternelle et maternelle est peuplée de conseillers de cette juridiction30. Dans toutes les familles, nombre d’alliances matrimoniales ont été contractées au fil des générations, avec le monde de la robe, des offices ou encore de la bourgeoisie à talents – avocats ou médecins. Ainsi, Marie Marthe de Pinel de La Salle est la fille d’un garde du corps de la compagnie de Lorge et de Jeanne de Pontelier, fille d’un avocat au parlement de Bordeaux et jurat de la ville31.

Les Méridionales entre elles à Saint‑Cyr et de retour au pays

Parentés méridionales

  • 32 Idem, vol. 12, dossier 38.

22Ces fillettes, venues de contrées lointaines où le français est rarement la langue de la petite enfance, retrouvent à Saint‑Cyr de nombreuses parentes, se sentant sans doute moins isolées en ces lieux que jamais elles ne quittent pendant une dizaine d’années. Un tiers d’entre elles ont une ou des sœurs dans l’institution – soit une moindre proportion que dans l’ensemble du corpus (37 %). À côté de quelques cas de trois ou quatre sœurs, les fratries doubles sont de loin les plus fréquentes. Ainsi, Dauphine, Madeleine et Marie Dauphine de Testard la Caillère, nées en Périgord en 1723, 1729 et 1743, dans une famille de petite noblesse locale, franchissent les grilles de la maison à partir de 173432.

  • 33 Idem, vol. 6, dossier 11.
  • 34 Idem, vol. 15, dossier 23.
  • 35 Soit 124 individus et 30 % du corpus.
  • 36 Preuves de noblesse, op. cit., vol. 5, dossier 22.
  • 37 Idem, vol. 16, dossier 2.
  • 38 Certaines étant décomptées plusieurs fois, ce chiffre tend à surestimer le poids des relations fami (...)
  • 39 En Aquitaine, 50 % des demoiselles sont apparentées. Voir Dominique Picco, « L’intégration des Aqui (...)

23D’autres parentés sont repérables : sept anciennes élèves ont envoyé une ou deux de leurs enfants à Saint‑Cyr. Marie Joumard Tison d’Argence, petite‑fille d’un baron d’Angoumois, passe onze ans à Saint‑Cyr avant d’épouser, à 29 ans, Charles de la Ramière, chevalier de son état33. De cette union naît en 1734, en Périgord, Jeanne, pensionnaire de ladite institution entre 1746 et 175434. S’y ajoutent cinquante cas de cousines plus ou moins proches35 et autant de tantes et nièces. Les trois sœurs Testard la Caillière succèdent à Catherine36, une tante paternelle, et retrouvent sur les bancs de Saint‑Cyr leur cousine germaine, Apolline Antoinette, fille d’un oncle installé à Paris, paroisse Saint‑Laurent37. Au final, au moins 370 demoiselles nées dans le Midi sont liées par le sang38. La proportion de 40 % de parentes repérées parmi toutes les demoiselles – en ne prenant en compte que les liens étroits (sœurs, mère/fille) – est donc largement dépassée et atteint un poids aussi important que dans la seule Aquitaine39. Ce sont autant de réseaux familiaux se superposant aux liens de clientèle noués autour de figures politiques ou religieuses.

Quitter Saint-Cyr et… rentrer au pays ?

  • 40 ADY, D177 à 180 et D183 à 201.
  • 41 Ce fut le cas pendant la guerre de Sept Ans. En raison de difficultés familiales liées à la guerre, (...)

24Au terme de son séjour à la maison royale de Saint‑Louis, ayant bénéficié d’une éducation complète, chaque demoiselle reçoit pour s’établir une dot de 3 000 livres, somme suffisante pour entrer au couvent mais trop modeste pour attirer de beaux partis. Les registres de dotation, conservés entre 1698 et 178640, renseignent sur l’état de la jeune fille lors de la réception de sa dot – en théorie à l’âge de 20 ans mais, en pratique, souvent bien plus tard41. Compte tenu des lacunes – générations sorties avant 1698 et après 1786, mariage ou entrée tardive au couvent –, il est nécessaire de compléter cette source avec des dictionnaires de la noblesse, des généalogies imprimées et des monographies familiales. Ces ouvrages sont souvent décevants car leurs auteurs s’intéressent en priorité aux alliances, aux emplois des mâles et peu aux filles, à moins qu’elles n’aient contracté de prestigieux mariages.

25Des informations sur le devenir après la sortie de l’institution sont disponibles pour plus de la moitié (58,4 %) des 413 Méridionales, soit dans une proportion similaire à l’ensemble des anciennes élèves.

Fig. 10 : Répartition des destins des Méridionales (1686‑1793). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.

Fig. 10 : Répartition des destins des Méridionales (1686‑1793). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.

© Dominique Picco

  • 42 Si l’on exclut les jeunes filles mortes en cours de scolarité, la proportion des femmes mariées dép (...)

26La répartition des 241 destins connus est très inégale : 48 sont mortes en cours de scolarité, 53 ont pris le voile et 84 se sont mariées42. Les autres états – chanoinesses, célibataires, novices – sont marginaux. Revenir dans le monde, dans une société où une femme seule n’a guère de place, signifie donc pour ces jeunes filles embrasser l’état matrimonial.

Fig. 11 : Répartition des destins des demoiselles de Saint‑Cyr (1686‑1793). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.

Fig. 11 : Répartition des destins des demoiselles de Saint‑Cyr (1686‑1793). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.

© Dominique Picco

  • 43 La proportion de femmes mariées passe de 20 % à la fin du xviie siècle à 62 % un siècle plus tard. (...)
  • 44 43 % de religieuses pour 22 % de femmes mariées sur l’ensemble de la période.

27La comparaison avec le devenir de toutes les demoiselles se révèle fort riche. Les ordres de grandeur sont similaires pour les situations marginales ; en proportion, les Méridionales sont à peine moins touchées par la mort alors qu’elles fréquentèrent Saint‑Cyr à une époque où la mortalité juvénile commençait à diminuer. L’élément frappant est le rapport inverse entre femmes mariées et religieuses. Les choix familiaux sont‑ils sensiblement différents dans le Midi, ou alors ces chiffres sont‑ils le résultat de séjours plus tardifs en un temps où la désaffection pour la vie religieuse s’affirme partout ? Si l’étude de tous les destins connus dévoile que la proportion de femmes mariées augmente au fil du siècle – alors que, dans le même temps, le nombre de religieuses s’effondre43 – la comparaison avec les demoiselles nées dans le Bassin parisien44 incline vers une différence locale de comportement.

  • 45 Preuves de noblesse, op. cit., vol. 6, dossier 30.
  • 46 Idem, vol. 14, dossier 21.
  • 47 L’aînée, Anne, fut supérieure des deux maisons.

28Les renseignements disponibles sur les religieuses sont rares. L’ordre est mieux connu que le couvent – 83 % des ordres pour 62 % des couvents – ; les plus nombreuses sont les bénédictines, ordre le plus représenté dans la France d’Ancien Régime et, logiquement, les congrégations enseignantes, ursulines et visitandines. Neuf ont choisi de prendre le voile à Saint‑Cyr, c’est‑à‑dire de devenir Dames de Saint‑Louis, institutrices des générations suivantes. Parmi elles, une Périgourdine, Marie‑Anne Teyssières de la Porte : née en 1694, entrée à Saint‑Cyr en 1706, elle prononce ses vœux solennels en 1715 et meurt, à 69 ans, en 176145. Un tiers des couvents apparaissant dans les sources sont situés dans les provinces du Midi, avec une grande dispersion géographique, de Notre-Dame de la Miséricorde à Marseille aux bénédictines de Notre-Dame de la Foi de Périgueux, seule maison à accueillir deux anciennes élèves. Ces communautés féminines sont très souvent celles de la ville de naissance de la jeune fille ou de cités voisines où leur famille a des attaches. Certaines ne rentrèrent pas au pays et firent même une « carrière européenne »46 : les sœurs de la Treille Fosières, Anne et Poncie, nées à Narbonne en 1739 et 1744, intègrent Saint‑Cyr au milieu du siècle, prononcent leurs vœux à la Visitation de la rue Saint-Antoine à Paris, avant de s’installer à Vienne, puis à Venise47. Elles font partie des quatre anciennes demoiselles qui, à la demande de l’impératrice Marie‑Thérèse, ont réformé le couvent des salésiennes de la capitale autrichienne pour y créer une maison d’éducation sur le modèle saint‑cyrien.

  • 48 On dispose d’informations pour 92 % d’entre elles.
  • 49 Preuves de noblesse, op. cit., vol. 2, dossier 21.
  • 50 Un intendant des parties casuelles, neveu de Bertin, un médecin de Cahors et un négociant.
  • 51 Preuves de noblesse, op. cit., vol. 6, dossier 54.
  • 52 Idem, vol. 3, dossier 67.
  • 53 Idem, vol. 9, dossier 13.
  • 54 Idem, vol. 10, dossier 83.
  • 55 Idem, vol. 17, dossier 60.
  • 56 Elle succède à Marie Anne, admise en 1767, et à Louise Félicité, entrée en 1770. Leur père est mest (...)

29Si les femmes mariées sont mieux connues48, les informations restent néanmoins ponctuelles, disparates et au demeurant fort insuffisantes pour mesurer l’importance réelle du retour au pays et donc l’éventuel impact sur la noblesse locale de l’éducation reçue à Saint‑Cyr. Une seule a usé deux maris : Louise de Surville Malleval née à Bourg-Saint‑Andéol en 1677, mariée en 1701, puis en 171949. Pour les autres, la date de la cérémonie est mieux connue que le lieu et s’accompagne parfois du nombre d’enfants et de la date du décès de l’époux. Ces derniers ont un nom, un prénom, de temps en temps un titre – marquis, baron –, éventuellement une nationalité – suisse, italienne. Ils ont occupé des fonctions militaires plus souvent que civiles50. Certains ont des liens de parenté avec une Dame de Saint‑Louis comme Alexandre de Loubert, frère de l’une des supérieures, qui convole en 1714 avec Anne‑Marguerite des Plas, une Quercynoise de 20 ans51. D’autres sont parents de demoiselles, ainsi, Balthazar d’Adhémar, frère de trois anciennes élèves nées respectivement en 1682, 1689 et 169652, épouse en 1735 Marie de Cambis Fons, une demoiselle reçue en 171853. Quant aux origines géographiques de ces maris, l’étude reste incomplète faute d’informations. Marie Jeanne de Montferrand54 naît en 1716, au bourg de Saint‑Orse en Périgord, d’un capitaine au régiment du Perche ; après neuf ans passés à Saint‑Cyr, elle épouse un capitaine périgourdin, chevalier de Saint‑Louis, Élie de Fars. De leur union naît, en 1746, Aimée Louise, admise dans l’institution en 175755. Adélaïde Victoire, née à Simiane, est la troisième fille de Barthélemy de Pélissier les Granges56 à être admise, en 1782, à Saint‑Cyr : elle épouse en 1803 Louis Joseph de Ferre du Pommier, descendant d’une famille de gentilshommes verriers, lieutenant-colonel et maire de Simiane.

***

30Tout au long du siècle d’existence de la maison royale de Saint‑Louis, les provinces méridionales ont toujours constitué un bassin secondaire dans le recrutement de Saint‑Cyr. Ces demoiselles, plus ou moins nombreuses selon les périodes, présentent un certain nombre de caractères qui contribuent à les fondre dans la masse des élèves ayant fréquenté cet établissement d’envergure nationale à côté de traits originaux qui les distinguent nettement.

  • 57 Il y eut en tout neuf Dames de Saint-Louis originaires du midi de la France.
  • 58 ADY, Séquestres révolutionnaires, 3Q79 et 3Q80.
  • 59 Ibidem.

31Au printemps 1793, dans les semaines précédant la fermeture de Saint‑Cyr, des Méridionales – religieuses ou demoiselles – sont encore présentes dans l’établissement. Parmi les Dames, sept57 natives du Midi, âgées de 29 à 60 ans, sont interrogées par la municipalité sur leurs projets d’avenir : aucune n’envisage alors le retour vers son lieu de naissance, à savoir la Provence, le Languedoc, le Périgord ou la Guyenne ; cinq disent vouloir s’installer à Versailles, une à Chartres, une à Arras. Les fils paraissent donc rompus entre ces femmes adultes, célibataires, libérées par la Révolution de leurs vœux de religion, et leur province d’origine58. Quant aux élèves, elles ont entre 11 et 20 ans. Quatre‑vingt pour cent d’entre elles retournent dans leur ville ou village de naissance, ou encore à proximité immédiate. Trois seulement rejoignent des parents dans une autre province, la Saintonge ou le Dauphiné : leur famille a changé de lieu de résidence, une est devenue orpheline59. La plupart sont encore des enfants et ne sont donc pas maîtresses de leur destinée. Ce retour massif vers le Midi prouve à la fois que nombre de leurs parents n’ont guère bougé depuis leur naissance, qu’elles étaient bien issues de lignages enracinés dans ces pays méridionaux et que, dans la tourmente révolutionnaire, le repli se fait, pour ces familles nobles chargées d’enfants, en direction des provinces où les attaches sont fortes.

Haut de page

Notes

1 Jean-Marie Constant, « Un groupe sociopolitique stratégique dans la France de la première moitié du xviisiècle : la noblesse “seconde” », in L’État et les aristocraties (France, Angleterre, Écosse), xiiexviie, actes de la table ronde de la Maison française d’Oxford, 26 et 27 septembre 1986, Paris, Presses de l’ENS, 1989, p. 279‑304.

2 Montigny-le-Bretonneux, archives départementales des Yvelines (ci-après ADY), D93.

3 Fleury Vindry, Les Demoiselles de Saint-Cyr (1686-1793), Paris : Champion, 1908.

4 Nom de la paroisse – s’accompagnant parfois de celui du château – du village ou de la ville, éventuellement suivi du diocèse de rattachement.

5 Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans la maison de Saint-Louis, fondée à Saint‑Cyr par le Roi au mois de juin de l’an 1686, et formée par les soins et par la conduite de Madame de Maintenon ; dressées par M. Charles [et Louis‑Pierre] d’Hozier, 1685‑1766, 19 volumes, BNF, Ms. fr. 32118-32126.

6 Alpes‑de‑Haute‑Provence, Alpes-Maritimes, Ariège, Ardèche, Aveyron, Aude, Bouches‑du‑Rhône, Dordogne, Gard, Haute‑Garonne, Gers, Gironde, Hérault, Landes, Haute‑Loire, Lot, Lot‑et‑Garonne, Lozère, Pyrénées‑Atlantiques, Hautes‑Pyrénées, Pyrénées-Orientales, Tarn, Tarn‑et‑Garonne, Var, Vaucluse.

7 Par exemple, les filles de marins, nées à Toulon.

8 13,09 % des lieux de baptême connus et identifiés.

9 Calvados, Eure, Manche, Orne, Seine-Maritime.

10 Jean‑Marie Constant, « Une voie nouvelle pour connaître le nombre des nobles aux xvie et xviie siècles : les notions de “densité et d’espace nobiliaires” », La France d’Ancien Régime, études réunies en l’honneur de Pierre Goubert, Société de démographie historique, Toulouse, Privat, 1984, t. I, p. 149-155 ; Michel Nassiet, « Le problème des effectifs de la noblesse dans la France du xviiie siècle », in Tradition et innovations dans la société française du xviiie siècle, actes du colloque de l’Association des historiens modernistes des universités (1993), Paris, Presses de l’université de Paris Sorbonne, 1995, p. 97‑123.

11 Nombre de places créées par les Lettres patentes de 1686.

12 Toutes les places n’étaient pas pourvues au moment de l’installation durant l’été 1686.

13 Sur 413 méridionales, 330 dates de preuves sont connues. La différence correspond aux admissions après 1766 et aux fillettes qui, en raison d’un lien familial avec une autre élève ou avec une ancienne, étaient dispensées de faire leurs preuves.

14 La moyenne de vingt‑quatre dossiers de preuves par an pour l’ensemble du corpus masque de grands écarts : de quatre dossiers en 1747 à 140 en 1686.

15 Natif de Lodève, il est évêque de Fréjus en 1698.

16 Né au château de la Roque (Périgord) en 1703.

17 Dispense accordée par le roi.

18 Preuves de noblesse, op. cit., vol. 14, dossier 26. Quatre fillettes de ce lignage, ancré en Périgord et en Limousin, où les hommes sont comtes ou barons, entrèrent à Saint‑Cyr sur deux générations.

19 Preuves de noblesse, op. cit., vol. 4, dossier 93 et vol. 16, dossier 89. La famille Segonzac possède le titre de baron ; trois filles – deux sœurs et une de leurs petites‑nièces – fréquentèrent Saint‑Cyr.

20 Livre des Demoiselles qui demandent pour entrer à la Maison Royale de Saint-Louis à Saint Cyr, 1711-1716, Ms, XVIIIe, BNF. Mss. Fr. 11677 ; « États des Demoiselles qui demandent pour entrer à Saint‑Cyr » in Registres des demandes et bons originaux du Roi, du Régent et de divers ministres pour l’admission des Demoiselles depuis octobre 1710 jusqu’au 2 août 1734, Ms, XVIIIe, BNF. Mss Fr. 11678.

21 Le niveau d’information est identique pour l’ensemble du corpus. Les preuves des Méridionales ne sont donc ni mieux ni plus mal renseignées sur ce point que celles des autres.

22 Dix‑neuf aînés, quatre cadets et trois fils uniques.

23 112 contre trois civils.

24 16 % des dossiers étudiés.

25 43 % contre 49 %.

26 22 % contre 14 %.

27 Preuves de noblesse, op. cit., vol. 16, dossier 22.

28 Idem, vol. 2, dossier 34.

29 Idem, vol. 10, dossier 88.

30 Idem, vol. 17, dossier 35

31 Idem, vol. 3, dossier 85.

32 Idem, vol. 12, dossier 38.

33 Idem, vol. 6, dossier 11.

34 Idem, vol. 15, dossier 23.

35 Soit 124 individus et 30 % du corpus.

36 Preuves de noblesse, op. cit., vol. 5, dossier 22.

37 Idem, vol. 16, dossier 2.

38 Certaines étant décomptées plusieurs fois, ce chiffre tend à surestimer le poids des relations familiales.

39 En Aquitaine, 50 % des demoiselles sont apparentées. Voir Dominique Picco, « L’intégration des Aquitains aux structures royales à l’époque moderne », in À la recherche de l’Aquitaine, textes réunis par Josette Pontet, Jean‑Paul Jourdan, Marie Boisson, Pessac : CAHMC, 2003, p. 205 à 239.

40 ADY, D177 à 180 et D183 à 201.

41 Ce fut le cas pendant la guerre de Sept Ans. En raison de difficultés familiales liées à la guerre, le séjour de plusieurs demoiselles fut prolongé au-delà de leurs 20 ans.

42 Si l’on exclut les jeunes filles mortes en cours de scolarité, la proportion des femmes mariées dépasse 40 %.

43 La proportion de femmes mariées passe de 20 % à la fin du xviie siècle à 62 % un siècle plus tard. Voir Dominique Picco, « De Saint‑Cyr à la “vie de château” (fin xviiexviiie siècles) », in Le Château au féminin, Actes des Rencontres d’Archéologie et d’Histoire en Périgord, (du 26 au 28 septembre 2003 à Périgueux), Bordeaux : Ausonius, 2004, p. 189 à 206.

44 43 % de religieuses pour 22 % de femmes mariées sur l’ensemble de la période.

45 Preuves de noblesse, op. cit., vol. 6, dossier 30.

46 Idem, vol. 14, dossier 21.

47 L’aînée, Anne, fut supérieure des deux maisons.

48 On dispose d’informations pour 92 % d’entre elles.

49 Preuves de noblesse, op. cit., vol. 2, dossier 21.

50 Un intendant des parties casuelles, neveu de Bertin, un médecin de Cahors et un négociant.

51 Preuves de noblesse, op. cit., vol. 6, dossier 54.

52 Idem, vol. 3, dossier 67.

53 Idem, vol. 9, dossier 13.

54 Idem, vol. 10, dossier 83.

55 Idem, vol. 17, dossier 60.

56 Elle succède à Marie Anne, admise en 1767, et à Louise Félicité, entrée en 1770. Leur père est mestre de camp de cavalerie, gouverneur pour le roi de la grosse tour de Toulon et lieutenant des maréchaux du département d’Apt.

57 Il y eut en tout neuf Dames de Saint-Louis originaires du midi de la France.

58 ADY, Séquestres révolutionnaires, 3Q79 et 3Q80.

59 Ibidem.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Preuves des Méridionales pour Saint‑Cyr (1685‑1789).
Légende © Dominique Picco
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2743/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 2 : Évolution décennale des admissions des Méridionales à Saint‑Cyr (1686‑1789).
Légende © Dominique Picco
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2743/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 3 : Origines géographiques des demoiselles de Saint‑Cyr (1686‑1792). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans la maison de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF ; État nominatif des élèves de Saint‑Cyr à l’époque de la suppression de sa maison, octobre 1792, ADY.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2743/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 4 : Origines géographiques des demoiselles admises à Saint‑Cyr de 1685 à 1688. Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.
Légende © Dominique Picco
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2743/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 4 bis : Origines géographiques des demoiselles admises à Saint‑Cyr de 1739 à 1746. Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.
Légende © Dominique Picco
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2743/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 4 ter : Origines géographiques des demoiselles sorties de Saint‑Cyr en 1792-1793. Source : État nominatif des élèves de Saint‑Cyr à l’époque de la suppression de sa maison, octobre 1792, ADY.
Légende © Dominique Picco
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2743/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 5 : Ancienneté de la noblesse des Méridionales élèves à Saint‑Cyr (1686‑1793). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.
Légende © Dominique Picco
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2743/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 6 : Titres des pères des demoiselles de Saint‑Cyr d’origine méridionale (1686‑1793). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.
Légende © Dominique Picco
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2743/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 7 : Titres des grands‑pères paternels des demoiselles méridionales (1686‑1793). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.
Légende © Dominique Picco
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2743/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 8 : Armes des pères des demoiselles méridionales (1686‑1793). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.
Légende © Dominique Picco
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2743/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 9 : Grades des pères des demoiselles méridionales (1686‑1793). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.
Légende © Dominique Picco
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2743/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 10 : Répartition des destins des Méridionales (1686‑1793). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.
Légende © Dominique Picco
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2743/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 11 : Répartition des destins des demoiselles de Saint‑Cyr (1686‑1793). Sources : Preuves de noblesse des filles demoiselles reçues dans les maisons de Saint‑Louis à Saint‑Cyr, BNF.
Légende © Dominique Picco
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/2743/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Picco, « Des Méridionales à la cour : l’exemple des demoiselles de Saint‑Cyr (1686‑1793) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 06 juin 2008, consulté le 23 mars 2017. URL : http://crcv.revues.org/2743 ; DOI : 10.4000/crcv.2743

Haut de page

Auteur

Dominique Picco

Ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée d’histoire, docteur en histoire moderne de l’université Paris I Panthéon‑Sorbonne, Dominique Picco est maître de conférences en histoire moderne à l’université Bordeaux III et membre du CEMMC‑Bordeaux III (Centre d’études des mondes moderne et contemporain, http://cahmc.u-bordeaux3.fr), de la Siefar (Société internationale pour l'étude des femmes de l'Ancien Régime, http://www.siefar.org) et du Centre de recherche du château de Versailles. Elle mène des recherches sur le rôle politique et culturel des femmes à l’époque moderne ainsi que sur l’éducation féminine, s’intéressant en particulier à Saint‑Cyr (contenus éducatifs, conditions de vie des élèves, corps enseignant, devenirs des élèves).
A graduate of the École normale supérieure, with a PhD in modern history from the University of Paris I, Panthéon‑Sorbonne, Dominique Picco lectures in modern history at the University of Bordeaux III and is a member of CEMMC‑Bordeaux III, of Siefar and of the Research Centre of the Palace of Versailles. She has researched the political and cultural role of women in modern times and she is particularly interested in the education of women at Saint-Cyr (education programmes, the students’ living conditions, the teaching body, the fate of the students). Contact : dopicco@club-internet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Dominique Picco / 2008 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org