Navigation – Plan du site

Les regalia au crible de la caricature du xvie au xviiisiècle

Regalia as seen in caricatures from the 16th to 18th century
Annie Duprat

Résumés

Cet article a pour objet de montrer comment les attributs de la monarchie, les regalia, sont employés de façon dépréciative dans les images polémiques et les caricatures depuis le xvie siècle. À travers l’exemple de trois rois de France (Henri III, Louis XIV et Louis XVI) s’ébauche une histoire de la propagande en images.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nicole Hochner, Louis XII : les dérèglements de l’image royale (1498‑1515), Seyssel, Champ Vallon, (...)
  • 2 Peter Burke, Les stratégies de la gloire, Paris, Éd. du Seuil, 1995 [1994].

1Pour être roi, il faut être connu et reconnu comme tel : après chaque crise, de la guerre de Cent Ans à la Fronde en passant par les guerres de Religion, les rois de France et leurs conseillers font ce constat, hantés, d’une part, par l’idée de persuader leur peuple de leur légitimité et, d’autre part, par le souci d’une gloire qui dépasse largement les frontières1. Le roi devant être reconnu pour être accepté comme tel par ses sujets, son corps physique (puisque le royaume est incarné dans sa personne) et son corps politique (car il faut montrer ce qui le sépare du commun des mortels) sont mis en scène dans les cérémonies de l’information et de la représentation de la monarchie française d’Ancien Régime. Mais, afin que cette « fabrication » d’un roi soit efficace, pour reprendre le titre anglais du livre de Peter Burke2 sur Louis XIV (que le titre de la traduction française affaiblit), il faut que l’on puisse reconnaître les traits de l’homme qui est sur le trône et l’identifier comme roi. Quand on observe à la suite les tableaux représentant des rois dont les liens de parenté sont proches (François Ier, père d’Henri II et grand‑père de Charles IX et d’Henri III, ou encore les deux frères Louis XVI et Louis XVIII), la ressemblance est particulièrement frappante et il faut alors faire intervenir l’environnement (décor, costumes, usages des allégories) pour identifier précisément de quel souverain il s’agit. Quant à l’identification à proprement parler « politique », celle du souverain, elle passe par tous les signes que l’on nomme les regalia, ces objets qui fonctionnent comme les attributs spécifiques de la dignité royale : la couronne, le sceptre, la main de justice et l’orbe crucifère auxquels on peut ajouter la fleur de lys et le cordon bleu de l’ordre du Saint‑Esprit.

2Mais, face à une image royale glorieuse se développent des contre‑images qui se diffusent dans les pamphlets, sur les affiches et les libelles ; on trouve même des caricatures dont l’objet est justement d’exagérer les signes, qu’il s’agisse des traits du visage, des postures ou, justement, des regalia. Le nombre des caricatures s’accroît au fil du temps et à mesure que se constitue une opinion publique véritable ; les confronter de façon minutieuse permet de considérer le rôle de l’iconographie dans les imaginaires de la société française à l’époque moderne, en observant le regard porté sur le roi par ses sujets.

  • 3 Annie Duprat, Le roi décapité : essai sur les imaginaires politiques, Paris, Cerf, 1992 ; pour une (...)
  • 4 Sur une durée longue (1588‑1995), Annie Duprat, Histoire de France par la caricature, Paris, Larous (...)

3La méthode que nous avons développée grâce à plusieurs études consacrées aux images d’Henri III et de Louis XVI est celle d’une étude conjointe des documents iconographiques, des sources écrites et des événements contemporains ; elle s’inscrit dans la perspective d’une histoire culturelle considérée comme une histoire des représentations centrée sur le fonctionnement de la propagande au cours du temps3. Images, textes et chansons circulent largement auprès de publics divers, qui ne sont pas restreints aux seuls cercles des élites intellectuelles ou politiques, et contribuent à façonner les imaginaires des sociétés. Les rois de France, mais aussi Napoléon Ier, qui ont fait preuve d’une volonté constante de diffuser leurs représentations, ont été attaqués par ces mêmes armes lorsque la Révolution a éclaté ou encore au cours de la brève et extravagante période des Cent‑Jours qui voit s’affronter l’Empereur et Louis XVIII. Une chronologie longue apparaît donc nécessaire pour confronter les invariants (le roi est un monstre, le roi est un ogre cannibale et un pillard destructeur) et les nouveautés (l’apparition de la référence à des événements ponctuels) ainsi que les divers procédés graphiques mis en œuvre au cours de périodes très différentes4.

Au temps des guerres de Religion : Henri III

4Entre 1559 et 1589, trois rois, restés sans postérité, ont occupé le trône de France, mais la paix civile n’a jamais pu être restaurée. Une impression de danger et de déséquilibre est ressentie dans le royaume dont les sujets se perçoivent comme les victimes de factions dynastiques complexes, parfois inféodées à l’étranger, et croient avoir été abandonnés par la grâce divine. Les favoris et la cour de Henri III sont marqués par l’influence italienne, au grand scandale de la vieille noblesse française, au moment même où grandit la popularité du duc Henri de Guise soutenu par l’Espagne de Philippe II. Environ huit cents pamphlets et opuscules divers ont été écrits et diffusés pendant le règne d’Henri III et une soixantaine d’entre eux font preuve de violence verbale. Outre les gravures insérées dans quelques-unes de ces brochures (notons surtout Les Sorcelleries de Henri de Valois et les oblations qu’il faisait au diable dans le bois de Vincennes), il ne faut pas oublier les affiches‑placards et les feuilles volantes scrupuleusement conservées par le chroniqueur parisien Pierre de l’Estoile, de tendance royaliste légaliste, qui composent le recueil des Belles Figures et drôleries de la Ligue. Après l’assassinat des frères de Guise à Blois en 1588, la critique devient extrêmement virulente et le peuple de Paris applaudit bruyamment à l’annonce du geste régicide de Jacques Clément, le 1er août 1589. Dans tous ces documents, Henri III, nommé à présent par l’anagramme de son nom « Henri de Valois, le nouvel Hérode », est un roi sanguinaire, magicien et diabolique, une figure de l’Antéchrist.

Les armoiries royales détruites

5Sur la gravure Les Armoiries de Henry de Valois, trainées dans les boües et brisées par un exécuteur de justice, en plein marché, à Cracovie ; pour avoir par luy usé de perfidie envers les Poulonnais (fig. 1), on voit déjà comment le signe (les armoiries) remplace la personne (le roi de Pologne qui venait de s’enfuir pour coiffer la couronne de France), ce qui scandalise la noblesse polonaise.

  • 5 Un exemplaire est également présent à la Bibliothèque nationale de France, 8 LB34 985.

Fig. 1 : Jean Boucher (attribué à), Les armoiries de Henry de Valois, extrait de La vie et faits notables de Henry de Valois…, 1589. Toulouse, fonds ancien de la bibliothèque universitaire de Toulouse 1, Resp Pf XVI‑61/15.

Fig. 1 : Jean Boucher (attribué à), Les armoiries de Henry de Valois, extrait de La vie et faits notables de Henry de Valois…, 1589. Toulouse, fonds ancien de la bibliothèque universitaire de Toulouse 1, Resp Pf XVI‑61/15.

© Bibliothèque de l’Arsenal, Toulouse 1

  • 6 Jean‑François Solnon, Henri III, Paris, Perrin, 2001, p. 19.
  • 7 La vie et faits notables de Henry de Valois, maintenant toute au long, sans rien requérir, où sont (...)
  • 8 La vie et faits notables…, op. cit.
  • 9 Il existe un florilège d’autres anagrammes assez tortueux, comme « o crudelis hyena », ou « ô le ju (...)

6Lorsque, le 19 septembre 1551, naît au château de Fontainebleau le troisième fils survivant du roi Henri II et de la reine Catherine de Médicis, Alexandre‑Édouard de Valois, rien dans les prédictions des astrologues que sa mère tant aimée consultait fréquemment ne pouvait laisser entrevoir quelle serait sa destinée6. Né après le dauphin François, futur François II (1544‑1560) et après Charles‑Maximilien (1550‑1574), roi de France sous le nom de Charles IX, il avait bien peu de chances d’être un jour appelé à régner. Le jeune prince est élevé dans l’atmosphère particulière de la cour des Valois‑Médicis, entre la rudesse des compagnons de son père, si bien exercés aux guerres quasi permanentes contre la puissance de l’empire de Charles Quint, et le raffinement des poètes et des artistes italiens installés dans les palais royaux depuis que François Ier, figure déjà légendaire de la monarchie, a découvert l’Italie, berceau des arts de la Renaissance. Lettré (il lit et parle le latin et l’italien), mais de complexion fragile, le jeune Alexandre est le fils préféré de Catherine. Dans un royaume dévasté par des guerres civiles inexpiables, les guerres de Religion, il devient un prince guerrier, courageux, couronné par la victoire lors des batailles successives de Jarnac (le 13 mars 1569) puis de s (le 3 octobre de la même année). Devenu roi en des temps troublés, après la rupture tragique causée par le massacre de la Saint‑Barthélemy dont on l’accuse (peut‑être à juste titre) d’être l’un des instigateurs, Henri III cherche à établir sa légende dorée en s’inscrivant dans le lignage des grands rois François Ier et Henri II, tant célébrés. Intelligent et ambitieux, autoritaire mais également indécis, impatient de devenir roi, il est élu roi de Pologne le 11 mai 1573 par les nobles réunis en assemblée à Cracovie. Mais à peine est‑il couronné roi à Cracovie le 21 février 1574, que lui parvient l’annonce du décès de son frère Charles IX, survenu le 30 mai. Après quelques jours de délibération avec ses conseillers, il se décide à rejoindre discrètement son pays de naissance afin de faire valoir ses prétentions à la couronne de France ; dans la nuit du 18 juin 1574, il s’enfuit dans des conditions rocambolesques. De nombreuses années plus tard, cet épisode est repris dans La vie et les faits notables de Henry de Valois, pamphlet illustré attribué à Jean Boucher, prédicateur de la Ligue et curé de Saint‑Benoît à Paris. On y trouve plusieurs gravures, toutes très injurieuses, parmi lesquelles Les Armoiries de Henry de Valois7. La vision de ces barons polonais s’acharnant à détruire les armoiries du roi fuyard rappelle que la destruction d’un roi passe par celle des insignes et des représentations de la royauté : on procédera de la même façon dès que la nouvelle de la fuite de Louis XVI aura été connue, au lendemain de la tentative qui s’achève à Varennes‑en‑Argonne, le 21 juin 1791. L’hypocrisie d’un roi fuyant misérablement la Pologne et l’orgueil d’un souverain autoritaire sont les deux thèmes les plus exploités par de nombreux pamphlets dont le plus virulent, La Vie et les faits notables de Henry de Valois, est largement illustré8. La personnalité du roi, dont les actions semblent confuses et contradictoires, donne des arguments à ses détracteurs. Roi raffiné mais dominateur, il tente, sans succès, de faire respecter les ordonnances somptuaires qu’il vient de prononcer contre le luxe, alors qu’il multiplie les fêtes et les bals dispendieux. D’une piété sincère en même temps qu’ostentatoire, il est animé d’un souci très politique de tolérance religieuse, difficilement compréhensible par ses contemporains en ces temps de déchirements religieux et de conflits de légitimités politiques. Au-delà de sa personnalité propre et de certaines critiques fondées, les attaques violentes et outrancières dont il fait l’objet dans les pamphlets comme sur les gravures s’inscrivent dans le contexte politico-culturel du moment et révèlent les résistances des Français à tout ce qui pouvait être perçu comme nouveau, donc dérangeant et inquiétant. Ainsi, en ces années de guerres civiles meurtrières et inextinguibles, le déchaînement des mots et des images haineuses faisant du roi un être maléfique s’explique par le fait que l’on assiste à des pratiques de gouvernement nouvelles, à la fois autoritaires et brouillonnes, mises en scène avec un luxe ostentatoire, considéré comme excessif et rapidement rejeté parce que qualifié « d’italien ». Les attaques contre le gouvernement du roi, en particulier en matière de fiscalité, commencent dès les premières années du règne, mais elles s’amplifient en 1585 avec la constitution de la Ligue, puis se déchaînent après l’assassinat en décembre 1588 du duc de Guise et de son frère le cardinal de Lorraine, lors des états généraux de Blois. Textes et gravures polémiques ne nomment plus le roi que « Henri de Valois » ou bien, par l’anagramme exact de cette dénomination « le vilain Hérode », montrant ainsi qu’ils ne le reconnaissent plus comme souverain9.

Le roi sacrilège

7L’histoire du vol de la vraie croix du Christ, racontée par Pierre de L’Estoile le 10 mai 1575 dans son Journal, est reprise en 1589 dans un opuscule fameux, La Vie et les faits notables de Henry de Valois, illustré de huit images différentes dont une gravure sur bois de petite taille (5,8 × 7,2 cm), attribuée à Jacobus Granthomme, ce Pourtraict du sacrilège faict par Henry de Valois en la Saincte Chapelle à Paris (fig. 2). Le lieu du crime est une pièce dont aucun élément n’indique la fonction religieuse ; une croix de Lorraine est posée sur un grand coussin ; sortant à peine de la droite du cadre surgit un avant‑bras, dont le vêtement est orné d’une fleur de lys, identification de la personne royale. La main qui s’apprête à se saisir de la croix est démesurément longue et tous les doigts sont distinctement dessinés. Sous des apparences de sobriété, l’image est particulièrement éloquente en forçant le regard à ne s’attacher qu’aux deux éléments principaux : la croix, occupant tout l’espace, offerte, gisant presque à terre, basculée vers le spectateur, et le bras, surgi de nulle part, en oblique, en voleur, en criminel. La fleur de lys qui caractérise les regalia, associée à ce bras d’autant plus sacrilège qu’il était royal, devient en quelque sorte un nouveau signe négatif.

Fig. 2 : Jean Boucher (attribué à), Pourtraict du sacrilège faict par Henry de Valois en la Saincte Chapelle à Paris, extrait de La vie et faits notables de Henry de Valois…, 1589. Toulouse, fonds ancien de la bibliothèque universitaire de Toulouse 1, Resp Pf XVI‑61/1.

Fig. 2 : Jean Boucher (attribué à), Pourtraict du sacrilège faict par Henry de Valois en la Saincte Chapelle à Paris, extrait de La vie et faits notables de Henry de Valois…, 1589. Toulouse, fonds ancien de la bibliothèque universitaire de Toulouse 1, Resp Pf XVI‑61/1.

© Bibliothèque de l’Arsenal, Toulouse 1

Le roi violeur

  • 10 Patrick Graille, Les hermaphrodites aux xviie et xviiie siècles, Paris, Les Belles Lettres, 2001, p (...)

8Dans le même texte, une autre gravure sur bois de petite taille (5,2 × 7,2 cm) a aussi pour cadre un lieu consacré (une chapelle de couvent). Sur la Figure de la vierge religieuse violée à Poissy par Henry de Valois (fig. 3), on voit que la débauche du roi le conduit à commettre un sacrilège : il assouvit ses passions aux dépens d’une religieuse en prière. Un bras dont le vêtement porte une fleur de lys entre à nouveau dans le cadre en haut à droite ; les doigts de la main, longs et un peu crochus, s’approchent du cou de la religieuse en un geste menaçant. On remarque également sur l’une des représentations de l’assassinat du duc de Guise, figurant en illustration du placard Pourtrait et description du massacre proditoirement commis au cabinet et par l’autorité du roy pendant les estats à Blois, le même avant‑bras fleurdelisé et armé d’une épée qui surgit de derrière un rideau, marque de la culpabilité dénoncée du roi. Il y a double sacrilège dans cette image qui montre à la fois le viol d’un lieu sacré et l’appétit sexuel d’un roi que la légende noire décrit comme plutôt attiré par les hommes, ses mignons. Notons ici simplement que les gravures et pamphlets de l’époque ne mentionnent guère cet aspect des mœurs royales et qu’il faut attendre l’ouvrage d’Artus Thomas, Description de l’île des hermaphrodites nouvellement découverte, édité pour la première fois en 1605 et dont le succès ne s’est pas démenti jusqu’aux dernières années du xviiie siècle, pour voir durablement s’installer cette image. La cour d’Henri III y est décrite comme le lieu des débauches les plus raffinées. En 1605 paraît encore L’Anti‑hermaphrodite, ou le Secret de beaucoup, de Jonathas Petit de Brétigny, dont la dimension politique est également perceptible10.

Fig. 3 : Jean Boucher (attribué à), Figure de la vierge religieuse violée à Poissy par Henry de Valois, extrait de La vie et faits notables de Henry de Valois…, 1589. Toulouse, fonds ancien de la bibliothèque universitaire de Toulouse 1, Resp Pf XVI‑61/1.

Fig. 3 : Jean Boucher (attribué à), Figure de la vierge religieuse violée à Poissy par Henry de Valois, extrait de La vie et faits notables de Henry de Valois…, 1589. Toulouse, fonds ancien de la bibliothèque universitaire de Toulouse 1, Resp Pf XVI‑61/1.

© Bibliothèque de l’Arsenal, Toulouse 1

Louis XIV : les métamorphoses du Roi‑Soleil

  • 11 Annie Duprat, « La répression politique en France sous le règne de Louis XIV : l’affaire du baron d (...)

9La perfection du système de représentation monarchique semble atteinte sous le règne de Louis XIV qui met en place une véritable institution de l’imaginaire royal. Mais l’occupation de tout l’espace public par la figure exclusive du monarque a occulté toutes les autres composantes de la société. Progressivement et parallèlement, deux mouvements s’accomplissent. D’une part, on assiste à la mise à distance des sujets par un souverain transformé en « roi de pierre », ce qui abolit toute relation entre le monarque, traditionnellement le « père du peuple », et ses enfants‑sujets. D’autre part, l’espace des imaginaires sociaux ayant été exclusivement dévolu à la célébration de la gloire du prince, il n’existe plus aucune plage de liberté, plus aucune place pour la respiration du corps social dans sa multitude et dans sa diversité. Entre le roi et ses sujets, une barrière faite de soleils et de statues équestres a été dressée en l’honneur du souverain : le peuple mis à distance, exclu de toute sphère symbolique de représentation, ne jouit plus d’aucun espace d’expression, donc d’existence. Mais si en France la vigilance des agents de La Reynie a empêché la critique de se faire jour, quelques documents, venus surtout des Provinces‑Unies, ont pu circuler, comme en témoigne la collection qu’un certain baron de Puechemeck avait réunie dans les premières années du xviiie siècle. Mal lui en prit car la police du « plus grand roi du monde que la terre ait porté », pour citer les propos du marquis d’Argenson, veillait : le baron fut embastillé quelque temps et sa collection saisie car les estampes étaient considérées comme injurieuses11.

10Très rares sont les atteintes à l’intégrité du corps du roi Louis XIV dont l’emblématique solaire est extrêmement commode pour ses adversaires (hollandais, dans les exemples présentés ici) qui s’amusent en le faisant disparaître derrière d’épais nuages.

L’éclipse de soleil

  • 12 Il existe un autre exemplaire de cette gravure dans Recueil des pièces héroïques et historiques pou (...)

11Le 12 mai 1706 s’est produite une éclipse de soleil, événement qui a ému l’Europe entière, mais aussi aiguisé la verve des artistes hollandais car il était facile de détourner pour la renverser l’emblématique solaire du roi de France. Dans cette Prognostication de l’éclipse du soleil, ou Conférence entre Louis, Madame de Maintenon et Philippe12 [d’Espagne] (fig. 4), qui figure dans le recueil du baron de Puechemeck, sous la fiction d’une conférence entre le roi, son petit‑fils le duc d’Anjou – à présent roi d’Espagne sous le nom de Philippe V – et madame de Maintenon, on voit le « petit Phi » présenter son sceptre à celui qui l’a fait roi, tandis que sa couronne est encore à terre ; Philippe d’Anjou tend une requête : « Grand‑père, permettez‑moi de retourner en France car les Grands d’Espagne sont méchants comme la peste et ont déjà proclamé Charles pour leur roi. » Louis XIV, dont le soleil est très obscurci et la devise astucieusement transformée en nunc pluribus impar, est toujours belliqueux même s’il est qualifié de « grand‑père plein de misère ». Les autres détails de l’image sortent du cadre du présent exposé, mais notons encore, sous le bras de Louis XIV, un adage en latin qui renvoie directement à l’emblématique solaire du roi : « O sol defectus mala dat praesagia regno », funeste présage si l’astre du jour fait défaut au grand Roi‑Soleil !

Fig. 4 : Prognostication de l’éclipse du soleil ou conférence entre Louis, Madame de Maintenon et Philippe. La Haye, Bibliothèque nationale des Pays Bas.

Fig. 4 : Prognostication de l’éclipse du soleil ou conférence entre Louis, Madame de Maintenon et Philippe. La Haye, Bibliothèque nationale des Pays Bas.

© Koninklijke Bibliotheek, Den Haag

Une comète politique

  • 13 Il existe un autre exemplaire de cette gravure dans Recueil des pièces héroïques et historiques pou (...)

12Après l’éclipse, la comète... Cette gravure, au titre étonnant de Comète emblématique politique13 (fig. 5), aux lignes parfaitement géométriques, montre en bas à gauche un moulin surmonté d’un coq qui porte une inscription associant la France et le pays de Galles (allusion au soutien apporté par le roi de France au prétendant jacobite). Le mage agenouillé scrute l’astre solaire, dont les rayons portent des prédictions, en français et en hollandais, aussi sinistres que fausses, comme « une révolution dans le Dauphiné » (rayon 2) ou « la mort du pape » (rayon 9). La mort annoncée des « trois Louis Rois dont deux sont successifs » évoque, outre celle de Louis XIV lui‑même – qui « mourra de la goutte remontée suivie d’un flux de ventre après huit jours de maladie à Marly le 29 juillet le soir à 6 heures » (rayon 8) –, celles du Grand Dauphin – qui « mourra d’une suppression d’urine le 7 mai » (rayon 5) – et celle de Louis‑Philippe, prince des Asturies, fils de Philippe V (rayon 3).

Fig. 5 : Comète emblématique politique. Rotterdam, atlas Van Stolk, inv. 3296.

Fig. 5 : Comète emblématique politique. Rotterdam, atlas Van Stolk, inv. 3296.

© Atlas Van Stolk, Rotterdam

Un corps avili : Louis XVI, le roi cochon

13Avec les caricatures de Louis XVI, nous entrons dans un registre très différent, en raison des profondes mutations de la société française : déclin de l’influence religieuse, affirmation croissante de l’opinion publique, rôle des écrits libertins. Comme Henri III était devenu « Henri de Valois », Louis XVI devient « Louis Capet ». Il n’est pas un « roi monstre », mais un « roi zéro, un roi incapable, un enfant, un fou et un ivrogne » avant de devenir un « roi cochon » (fig. 6).

Fig. 6 : Louis XVI en cochon, caricature attribuée à Villeneuve, 1791. Collection particulière.

Fig. 6 : Louis XVI en cochon, caricature attribuée à Villeneuve, 1791. Collection particulière.

© Droits réservés

14À l’âge classique, la personne royale, bien que placée au cœur de l’espace public, ne devait pas être soumise à la critique, ni même à l’observation, d’un public extérieur à elle : à la veille de la Révolution, les écrits des philosophes et des pamphlétaires des Lumières sont largement diffusés grâce à l’essor d’une bourgeoisie moyenne et au développement de lieux de débat, salons, cafés, cabinets de lecture ou clubs. Dès lors, le pouvoir royal ne peut s’exercer que par un délicat équilibre entre la contrainte et la séduction, que la Révolution fait voler en éclats.

Le roi Janus

15Le roi Janus ou l’homme aux deux visages (fig. 7) est une caricature anonyme publiée entre la fuite à Varennes et l’acceptation par le roi de la Constitution de 1791. Elle utilise une rhétorique traditionnelle en montrant le double visage de Louis XVI : à gauche un roi solennel au visage grave, à la tête couronnée, prête serment de fidélité à la Constitution de 1791 que lui tend un député, tandis qu’à droite le monarque sourie à un clerc dont il prend la main, alors que sa couronne tombe. Les inscriptions – « Je soutiendrai la Constitution » et « Je détruirai la Constitution » – renforcent l’opposition figurée par l’image. Le sens des images de 1791, qui correspondait au discours politique du moment, après l’échec de la fuite à Varennes et alors que la marche de la Révolution apparaissait comme suspendue au sort qui serait réservé au roi, se présente aussi comme une révélation de la duplicité du souverain. Le thème du Janus, immédiatement compréhensible, a également été utilisé contre de nombreux autres protagonistes de la Révolution, tels La Fayette, Bailly ou encore Barnave.

Fig. 7 : Le roi Janus ou l’homme à deux visages. Paris, musée Carnavalet, cabinet des Arts graphiques, G.025643 Hist PC 16B.

Fig. 7 : Le roi Janus ou l’homme à deux visages. Paris, musée Carnavalet, cabinet des Arts graphiques, G.025643 Hist PC 16B.

© Musée Carnavalet, cabinet des Arts graphiques

Le roi Silène

  • 14 On s’étonnera d’autant plus que le livre que Mona Ozouf vient de consacrer à la fuite à Varennes n’ (...)
  • 15 Dans le vocabulaire des iconologies, le mot « aigle » s’écrit au féminin (voir « les aigles impéria (...)

16La tentative de fuite de la famille royale hors des frontières du royaume a causé un choc extraordinaire dont seuls les pamphlets et les caricatures du moment peuvent rendre compte14. Sur cette gravure tout à fait étonnante, Trait de l’histoire de France du 21 au 25 juin 1791 (fig. 8), le roi est un Silène nu (on répandait depuis déjà longtemps une rumeur selon laquelle la reine l’enivrait pour accroître son ascendant sur lui) qui chevauche à l’envers un char dont le corps est un tonneau à tête humaine, conduit par la folie. La couronne lui est ôtée de la tête par un angelot. Pétrie de réminiscences antiques, la caricature présente une grande force politique, perceptible dans quelques détails (comme l’aigle d’Autriche figurée dans le miroir15). Le tonneau sur lequel est assis cet extravagant Louis XVI est Mirabeau‑Tonneau, frère du député de Provence, ainsi surnommé parce qu’il était très porté sur la boisson ; Mirabeau cadet a joué un rôle important auprès des émigrés. Astucieuse mais aussi très compliquée parce que surchargée de signes, la caricature Trait de l’histoire de France n’a pas rencontré un grand succès public.

Fig. 8 : Trait de l’histoire de France du 21 au 25 juin 1791 ou la métamorphose. Paris, musée Carnavalet, cabinet des Arts graphiques, G.026139 Hist GC XXIV.

Fig. 8 : Trait de l’histoire de France du 21 au 25 juin 1791 ou la métamorphose. Paris, musée Carnavalet, cabinet des Arts graphiques, G.026139 Hist GC XXIV.

© Musée Carnavalet, cabinet des Arts graphiques

La couronne sans tête

  • 16 Dialogue, BnF, collection de Vinck, 5180. Сette illustration est reproduite dans Annie Duprat, Le R (...)

17Dialogue16 est le titre d’une caricature qui n’est que très exceptionnellement reproduite dans les livres consacrés à la période révolutionnaire. Le « dialogue » dont il s’agit résume l’atrocité de la situation : tandis que la couronne dit « je perds une tête », la guillotine répond « j’en trouve une ». Image acérée comme la lame du fatal instrument, elle préfigure les images polémiques des premières années du xixe siècle qui, elles aussi, atteignent un grand degré de clarté et de lisibilité.

18Ce bref survol des corps de quelques rois de France tels qu’ils ont été transformés par la caricature révèle les imaginaires sociaux de chaque époque. Détruire le roi par les images est un préalable à sa destruction physique. La violence des images employées contre le dernier roi de la branche des Valois, plusieurs mois encore après son assassinat, s’explique par les enjeux politiques de l’année 1589. Dans le cas de Louis XIV, il est plus difficile de formuler des conclusions assez fermes dans la mesure où la plupart des documents conservés proviennent des puissances étrangères avec lesquelles le roi de France était en guerre. En revanche, la campagne de dénigrement consécutive à la fuite à Varennes a joué pour une grande part dans la déchéance puis l’exécution de Louis XVI. Utilisés dans les caricatures des temps de troubles, les regalia sont devenus comme un alphabet des signes qui permettent de dire aisément ce que les mots peineraient à exprimer : le plus remarquable des dessins polémiques de l’époque révolutionnaire est une caricature confrontant une couronne à une guillotine sous le simple titre Dialogue. Détournés de leur fonction première de glorification de la personne royale, les regalia ont changé de statut : attributs de la monarchie, ils sont devenus par dérision les signes de son avilissement.

Haut de page

Annexe

Burke Peter, Les stratégies de la gloire, Paris, Éd. du Seuil, 1995 [1994].

Duprat Annie, Le roi décapité : essai sur les imaginaires politiques, Paris, Cerf, 1992.

— Histoire de France par la caricature, Paris, Larousse, 1999.

 Les rois de papier : la caricature de Henri III à Louis XVI, Paris, Belin, 2002.

Graille Patrick, Les hermaphrodites aux xviie et xviiie siècles, Paris, Les Belles Lettres, 2001.

Hochner Nicole, Louis XII : les dérèglements de l’image royale (1498-1515), Seyssel, Champ Vallon, 2006.

Ozouf Mona, Varennes, la mort de la royauté, 21 juin 1791, Paris, Gallimard, 2005.

Solnon Jean-François, Henri III : un désir de majesté, Paris, Perrin, 2001.

Haut de page

Notes

1 Nicole Hochner, Louis XII : les dérèglements de l’image royale (1498‑1515), Seyssel, Champ Vallon, 2006.

2 Peter Burke, Les stratégies de la gloire, Paris, Éd. du Seuil, 1995 [1994].

3 Annie Duprat, Le roi décapité : essai sur les imaginaires politiques, Paris, Cerf, 1992 ; pour une comparaison entre le xvie et le xviiie siècle, Annie Duprat, Les rois de papier : la caricature de Henri III à Louis XVI, Paris, Belin, 2002.

4 Sur une durée longue (1588‑1995), Annie Duprat, Histoire de France par la caricature, Paris, Larousse, 1999.

5 Un exemplaire est également présent à la Bibliothèque nationale de France, 8 LB34 985.

6 Jean‑François Solnon, Henri III, Paris, Perrin, 2001, p. 19.

7 La vie et faits notables de Henry de Valois, maintenant toute au long, sans rien requérir, où sont contenues les trahisons, perfidies, sacrileges, exactions, cruautez & hontes de cest hypocrite, ennemy de la religion catholique, s. l., 1589, 8o, 92 p., Paris, Bibliothèque nationale de France (BNF), Impr., Lb34 812 Pur, p. 62. Il n’en existe pas moins de huit exemplaires au département des Imprimés de la BNF sous les cotes Lb34 812 A, B, C, D, E et alpha, ainsi que Réserve Lb34 1012 (62). Le texte est par ailleurs disponible en ligne sur le site des bibliothèques des universités de Toulouse : http://documents.univ-toulouse.fr/150NDG/PPN067853609.pdf.

8 La vie et faits notables…, op. cit.

9 Il existe un florilège d’autres anagrammes assez tortueux, comme « o crudelis hyena », ou « ô le judas », ou encore « ah ! ruine des lois ». Voir Les admirables et justes anagrammes de Henri de Valois, Édimbourg, G. Petit, 1589, in-8°, p. 8, BNF. Impr., Lb34 796.

10 Patrick Graille, Les hermaphrodites aux xviie et xviiie siècles, Paris, Les Belles Lettres, 2001, p. 149.

11 Annie Duprat, « La répression politique en France sous le règne de Louis XIV : l’affaire du baron de Puechemeck », in Le prince, la ville et le bourgeois, Paris, Nolin, 2004, p. 223‑238.

12 Il existe un autre exemplaire de cette gravure dans Recueil des pièces héroïques et historiques pour servir d’ornement à l’histoire de Louis XIV, 1693, BNF, Impr., Lb37 4043.

13 Il existe un autre exemplaire de cette gravure dans Recueil des pièces héroïques et historiques pour servir d’ornement à l’histoire de Louis XIV, 1693, BNF, Impr., Lb37 4043.

14 On s’étonnera d’autant plus que le livre que Mona Ozouf vient de consacrer à la fuite à Varennes n’évoque même pas cette question (Varennes, 21 juin 1791, la mort de la monarchie, Paris, Gallimard, 2005). Les caricatures produites en juin 1791, dont certaines sont reprises et aggravées après l’invasion des Tuileries le 20 juin 1792, ont contribué à la première mort symbolique du roi avant son exécution le 21 janvier 1793 (voir mon Roi décapité, op. cit., ch. iii, « Les mises à mort du roi »).

15 Dans le vocabulaire des iconologies, le mot « aigle » s’écrit au féminin (voir « les aigles impériales » de Napoléon Ier).

16 Dialogue, BnF, collection de Vinck, 5180. Сette illustration est reproduite dans Annie Duprat, Le Roi décapité. Essai sur les imaginaires politiques, Paris : Cerf, 1992, p. 112-113.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Jean Boucher (attribué à), Les armoiries de Henry de Valois, extrait de La vie et faits notables de Henry de Valois…, 1589. Toulouse, fonds ancien de la bibliothèque universitaire de Toulouse 1, Resp Pf XVI‑61/15.
Crédits © Bibliothèque de l’Arsenal, Toulouse 1
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/296/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 2 : Jean Boucher (attribué à), Pourtraict du sacrilège faict par Henry de Valois en la Saincte Chapelle à Paris, extrait de La vie et faits notables de Henry de Valois…, 1589. Toulouse, fonds ancien de la bibliothèque universitaire de Toulouse 1, Resp Pf XVI‑61/1.
Crédits © Bibliothèque de l’Arsenal, Toulouse 1
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/296/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 3 : Jean Boucher (attribué à), Figure de la vierge religieuse violée à Poissy par Henry de Valois, extrait de La vie et faits notables de Henry de Valois…, 1589. Toulouse, fonds ancien de la bibliothèque universitaire de Toulouse 1, Resp Pf XVI‑61/1.
Crédits © Bibliothèque de l’Arsenal, Toulouse 1
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/296/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 4 : Prognostication de l’éclipse du soleil ou conférence entre Louis, Madame de Maintenon et Philippe. La Haye, Bibliothèque nationale des Pays Bas.
Crédits © Koninklijke Bibliotheek, Den Haag
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/296/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 5 : Comète emblématique politique. Rotterdam, atlas Van Stolk, inv. 3296.
Crédits © Atlas Van Stolk, Rotterdam
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/296/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 6 : Louis XVI en cochon, caricature attribuée à Villeneuve, 1791. Collection particulière.
Crédits © Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/296/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 7 : Le roi Janus ou l’homme à deux visages. Paris, musée Carnavalet, cabinet des Arts graphiques, G.025643 Hist PC 16B.
Crédits © Musée Carnavalet, cabinet des Arts graphiques
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/296/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 8 : Trait de l’histoire de France du 21 au 25 juin 1791 ou la métamorphose. Paris, musée Carnavalet, cabinet des Arts graphiques, G.026139 Hist GC XXIV.
Crédits © Musée Carnavalet, cabinet des Arts graphiques
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/296/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Duprat, « Les regalia au crible de la caricature du xvie au xviiisiècle », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 04 juin 2008, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crcv.revues.org/296 ; DOI : 10.4000/crcv.296

Haut de page

Auteur

Annie Duprat

Professeur d’histoire moderne à l’université de Cergy‑Pontoise, Annie Duprat est membre du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’université de Versailles Saint‑Quentin‑en‑Yvelines. Spécialiste d’iconographie historique, elle travaille également sur l’histoire culturelle de la Révolution française et sur l’histoire de la caricature. Elle a publié Le roi décapité : essai sur les imaginaires politiques (Paris, Cerf, 1992), Histoire de France par la caricature (Paris : Larousse, 1999), Les rois de papier : la caricature de Henri III à Louis XVI (Paris, Belin, 2002), Marie‑Antoinette, une reine brisée (Paris, Perrin, 2006) et Images et histoire : outils et méthodes d’analyse des documents iconographiques en histoire (Paris : Belin, 2007). Annie Duprat a aussi codirigé Histoire, images, imaginaires : fin XVe siècle – début XXe siècle (Le Mans, université du Maine, 1998) et L’événement : images, représentations, mémoire (Grâne, Créaphis, 2003). Contact : annie.duprat@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org