Navigation – Plan du site

Regalia et cérémonies du Royaume-Uni

Regalia and ceremonies of the United Kingdom
Michael Siddons

Résumés

Cette communication traite des regalia et des cérémonies du Royaume-Uni. Elle commence par un bref rappel du sort qui fut réservé aux regalia gallois et écossais lors de la conquête de ces pays par le roi Édouard Ier d’Angleterre, avant d’évoquer l'histoire des regalia et des cérémonies d’Écosse après le retour de l’indépendance. La cérémonie du couronnement en Angleterre a évolué pendant mille ans, depuis l’élection et l’acclamation du roi par ses guerriers, et a été modifiée par l’acceptation de la succession par primogéniture et l’introduction de l’onction du souverain sous l’influence de la religion chrétienne, rendant ainsi la personne du roi sacrée. L’évolution ultérieure de la cérémonie du couronnement en Angleterre, et après 1706 au Royaume-Uni, sera évoquée. Les regalia étaient à l’origine personnels au souverain mais un ensemble de regalia conservés à l’abbaye de Westminster étaient censés avoir été laissés à l’abbaye par le roi Édouard le Confesseur pour servir aux couronnements futurs. Les regalia utilisés par la suite, jusqu’à leur destruction par le Commonwealth après le renversement de la monarchie en 1649, portaient le nom de « regalia de saint Édouard ». Un nouvel ensemble de regalia fut réalisé après la restauration de la monarchie en 1661 : les principaux joyaux de la Couronne seront présentés ici. La communication finit par une brève description de la cérémonie d’ouverture du Parlement et cite les autres cérémonies auxquelles le souverain assistait à la Chambre des Pairs. Les cérémonies du couronnement et de l’ouverture du Parlement ont très peu changé au cours de ces cinq cents dernières années, avec un brève interruption durant le Commonwealth.

Haut de page

Texte intégral

Les regalia du pays de Galles et de l’Écosse

Pays de Galles

  • 1 Pour les trophées gallois, voir entre autres : Annales Monasterii de Waverleia, in Annales Monastic (...)

1Avant d’aborder les cérémonies du couronnement et de l’ouverture du Parlement, citons quelques exemples qui témoignent de l’importance symbolique accordée par le roi Édouard Ier d’Angleterre aux insignes de souveraineté au cours des guerres qu’il a menées au pays de Galles et en Écosse. Une fois le pays de Galles conquis en 1282, Édouard s’empara de la couronne de Llywelyn, feu le prince de Galles. Cette « couronne d’Arthur » – si l’on en croit certaines sources – fut ensuite offerte solennellement par Alphonse, le fils aîné d’Édouard, au tombeau de saint Édouard le Confesseur à l’abbaye de Westminster, accompagnée d’un morceau de la Vraie Croix – la relique la plus vénérée des Gallois. Le roi Édouard fit aussi fondre les sceaux du prince de Galles, de sa femme et de son frère David, pour en faire un calice qu’il offrit à une abbaye1.

Écosse

  • 2 Pour les trophées écossais et la conquête de l’Écosse par Édouard Ier en 1296, voir Joseph Stevenso (...)

2Quelques années plus tard, lorsque Édouard Ier partit en 1296 à la conquête de l’Écosse, il emporta avec lui la relique galloise. L’Écosse conquise et l’acte de renonciation du roi d’Écosse à son royaume scellé du grand sceau de l’Écosse, Édouard Ier fit briser ce dernier et repartit à Londres avec les insignes de la souveraineté écossaise – la couronne, l’épée et le sceptre –, ainsi que le morceau écossais de la Vraie Croix et la « pierre du destin » sur laquelle étaient traditionnellement intronisés les rois d’Écosse à l’abbaye de Scone. Ces trophées écossais, également dédiés au mausolée de saint Édouard, prirent place à Westminster et le roi fit enchâsser la fameuse pierre2 dans une chaise (Chair of St Edward ou Coronation Chair) destinée au couronnement des futurs rois, selon le vœu d’Édouard. La pierre ne joue régulièrement ce rôle que depuis la restauration de la monarchie en 1660 et ce fut le cas en 1953 pour le couronnement de la reine Élisabeth II. L’importance symbolique de cette pierre perdure. Ainsi, en 1950, des nationalistes écossais la dérobèrent pour la rapporter en Écosse. Retrouvée peu de temps après, la pierre fut replacée à Westminster avant d’être officiellement restituée à l’Écosse en 1996 où elle a rejoint les « Honneurs de l’Écosse » (Honours of Scotland) au château d’Édimbourg. Les autres trophées gallois et écossais ont disparu. Le dernier dont il est fait mention est la relique galloise conservée à la chapelle royale de Windsor avant d’être détruite au moment où Henri VIII rompit avec la papauté.

3Quand l’Écosse regagna son indépendance en 1328, il fallut de nouveaux insignes, qui servirent lorsque le roi David II fut couronné à l’âge de 5 ans en 1331. Le sceptre et l’épée actuels sont un cadeau du pape au roi Jacques IV : le sceptre lui fut offert en 1494 par Alexandre VI et l’épée en 1507 par Jules II (l’épée et son fourreau, ainsi que la ceinture, portent d’ailleurs les armes de Jules II). Une nouvelle couronne fut réalisée en 1540 pour Jacques V à partir de l’ancienne qui était endommagée ; elle servit, avec le sceptre et l’épée d’État (Sword of State), au couronnement, en 1543, de Marie Stuart, alors âgée de neuf mois. De 1603 – date à laquelle, après la mort d’Élisabeth Ière, le roi Jacques VI d’Écosse devint Jacques Ier d’Angleterre – au 16 janvier 1707 – date de ratification du traité de l’Union de l’Écosse et de l’Angleterre –, les insignes de la souveraineté écossaise – la couronne, le sceptre et l’épée – furent, à chaque séance du Parlement écossais, portés en procession solennelle, appelée « la chevauchée du Parlement » (the Ryding of the Parliament). Placés sur une table devant le trône, ils étaient censés incarner la présence du roi absent, dont le consentement aux actes était signifié quand le chancelier touchait le parchemin avec le sceptre. À la ratification de l’Union, le chancelier remit le sceptre au clerc en prononçant ces mots : « Voilà la fin d’une vieille chanson. » Les derniers couronnements en Écosse furent ceux de Charles Ier en 1633, dans la chapelle royale du palais de Holyrood, et de Charles II en 1651, dans une petite église à Scone.

  • 3 Pour les « Honneurs de l’Écosse » : Charles J. Burnett et Christopher J. Tabraham, The Honours of S (...)

4Les regalia de l’Écosse qui nous sont parvenus sont plus anciens que ceux de l’Angleterre. Comme Cromwell, qui avait pris le titre de Protecteur et avait déjà détruit les regalia anglais, cherchait à s’en emparer, ils furent mis à l’abri dans un château retiré, avant d’être enterrés sous les dalles d’une église isolée. À la restauration de la monarchie en 1660, ils furent exhumés et sont conservés depuis au château d’Édimbourg. Ils ont été présentés à la reine Élisabeth II quelques semaines après son couronnement, lors d’un service à la cathédrale d’Édimbourg et, en 1994, la couronne écossaise a été portée sur un coussin lorsque la reine a officiellement ouvert le nouveau siège du Parlement écossais rétabli3.

La cérémonie du couronnement en Angleterre4

L’élection et l’acclamation

5La cérémonie du couronnement a évolué sur plus d’un millénaire. Initialement élus et censés descendre des dieux, les rois guerriers étaient choisis parmi les membres de la famille régnante. Une fois élu, le roi était acclamé, souvent porté sur un bouclier par ses guerriers, avant d’être plus tard placé sur un trône. À partir du règne de Jean sans Terre (1166/1199‑1216), le principe de succession au trône par ordre de primogéniture a définitivement remplacé l’élection, cette succession du nouveau souverain recevant néanmoins confirmation par le biais d’une élection formelle par les lords au palais de Westminster, suivie par l’acclamation du nouveau roi à l’abbaye du même nom. L’élection a été supprimée au xixe siècle, mais l’acclamation, appelée « reconnaissance » (recognition), ouvre toujours la cérémonie du couronnement.

La consécration par onction

6L’introduction de la religion chrétienne a profondément modifié ces cérémonies, dont l’évolution en Angleterre a été fortement influencée par les pratiques en cours sur le continent, notamment dans la dynastie carolingienne. Deux rites, séparés d’abord, puis réunis en une seule cérémonie, ont joué un rôle de plus en plus important : la consécration par onction et le couronnement.

7La consécration par onction, rituel ecclésiastique rappelant l’onction de Saül et de David, et, selon la croyance, conférant au roi la grâce de Dieu, rendait sa personne sacrée. Le premier exemple que l’on connaît en Angleterre remonte à 787, quand le roi Offa de Mercie, qui avait obtenu la suprématie sur les autres rois d’Angleterre, fit oindre son fils Ecgfrith – peut‑être par un des deux légats que le pape avait envoyés en Angleterre l’année précédente – dans l’espoir d’assurer sa succession. Puis Eardwulf, roi de Northumbrie, fut oint en 796. Ce rite, approuvé par la papauté, est devenu la norme en Angleterre à partir du xe siècle, tandis que les rois d’Écosse, qui demandèrent ce privilège d’onction pour consolider leur indépendance par rapport à l’Angleterre, ne l’obtinrent du pape qu’en 1329. Jusqu’au couronnement d’Henri Ier en 1100, les rois d’Angleterre reçurent l’onction comme les évêques, sur la tête, mais l’ordre pour le couronnement de ce roi prescrivait qu’il devait aussi recevoir l’onction sur la poitrine, les omoplates, les mains et les coudes. Le jeune roi Édouard VI la reçut également sur les pieds. Aujourd’hui, l’onction se limite à la tête, à la poitrine et aux mains.

8Même après la Réforme, le rite de l’onction a conservé de l’importance et un souverain ayant reçu l’onction continuait à être considéré comme sacré. Aussi Élisabeth Ière hésita-t-elle longuement à ordonner l’exécution de Marie Stuart parce que cette dernière avait reçu l’onction. Une des manifestations de l’approbation divine censée être confirmée par l’onction était la pratique du toucher des écrouelles, appelées « the king’s evil », que le roi était ainsi censé guérir. Venue de France au début du xiie siècle, cette pratique a perduré jusqu’au règne de la reine Anne, au début du xviiie siècle. Cet état sacré et semi-religieux du roi était confirmé par le port, lors du sacre, de vêtements sacerdotaux et ce au moins depuis le xiie siècle. Après l’onction, le souverain recevait la tunique, puis l’étole et enfin la dalmatique, ou manteau impérial. La dalmatique actuelle a été réalisée pour le couronnement de Georges IV en 1821.

9L’ampoule en forme d’aigle contenant l’huile pour l’onction a été fabriquée pour le couronnement de Charles II en 1661, car l’on avait perdu l’ancienne, qui était en pierre et très petite, en 1649. Bien que la cuillère date du xiie siècle, il n’est pas fait mention de son usage avant le xviie siècle, pour le couronnement de Jacques Ier en 1603.

Le couronnement

L’ordo du couronnement

  • 5 Oxford, Bodleian Library, ms. Bodley 579, The Leofric Missal, fos 302vo-306ro. Ce manuscrit fut édi (...)

10Il est maintenant admis que la première recension de l’ordo pour le couronnement d’un roi, sous le titre Benedictiones super regem noviter electum5, dans un texte daté de 880 environ, est d’origine anglaise. L’ordo occupe huit pages d’un pontifical, le Leofric Missal, et prescrit l’onction, la présentation au roi du sceptre, de la verge et de la couronne (galea), et l’acclamation. Mais il n’est pas certain que ce formulaire ait réellement été utilisé au ixe siècle.

11La deuxième recension d’ordo fut largement inspirée de l’ordre pour le couronnement de Judith, fille de Charles le Chauve, lors de son mariage à Æthelwulf, roi de Wessex, à Verberie-sur-Oise en 856. Après l’élection et la promesse, cette recension, qui a servi jusqu’à 1101 environ, comprenait l’onction, l’anneau, la ceinture d’une épée, la couronne, le sceptre et la verge. Elle a probablement été composée soit pour le couronnement d’Édouard l’Ancien, fils du roi Alfred, en 901, soit pour celui de son fils Athelstan, couronné en 925 à Kingston-upon-Thames par l’archevêque de Cantorbéry. Il est intéressant de noter que, dans ce dernier cas, il est fait mention d’une pierre de couronnement dans l’église. Ensuite, Edmund, le frère d’Athelstan, fut couronné en 940, et son frère Eadred en 946, tous deux à Kingston, par Odon, archevêque de Cantorbéry. Eadwig, fils d’Edmund et neveu d’Eadred, fut couronné en 955 ou en 956, également à Kingston. La couronne était « brillante avec des reflets d’or, d’argent et de pierres précieuses ».

Le couronnement

12Le couronnement avait parfois lieu longtemps après la succession. Ainsi, Edgar (†975) fut couronné à Bath à la Pentecôte, la convocation générale des grands du royaume survenant quatorze ans après son accession au trône. Une charte de 986 (New Minster) le montre ceint d’une couronne à fleurons typiquement carolingiens (xe siècle).

13Le couronnement, symbole de la légitimité du roi et de son droit à régner, s’établit plus ou moins en Angleterre au cours du xsiècle. En 1037, Harold, fils illégitime du roi Knut, estima nécessaire de demander à l’archevêque de le couronner bien qu’il fût déjà élu et officiellement reconnu roi par le Conseil des nobles. Édouard le Confesseur fut couronné à la cathédrale de Winchester le jour de Pâques 1042. Harold II reçut sa couronne de l’archevêque d’York le 5 ou le 6 janvier 1066, à l’abbaye de Westminster. En 1066, Guillaume le Conquérant choisit d’être couronné à Westminster en raison de la présence du tombeau d’Édouard le Confesseur. Dès lors, tous les rois d’Angleterre y furent couronnés, par coutume au début et ensuite par droit.

Quelques objets du couronnement

Les sceptres

  • 6 The Alfred Jewel, Oxford, Ashmolean Museum.

14Un bijou réalisé en Angleterre pour le roi Alfred entre 871 et 899 montre un roi couronné tenant deux sceptres, avec cette inscription en anglo‑saxon : « Aelfred m’a fait faire6 ». Nous avons vu que la première recension connue d’ordre pour le couronnement prescrivait la remise au roi d’un sceptre ; le roi Edgar portait le sceptre lors de son couronnement et de son onction à Bath en 973. Un sceptre et une verge faisaient partie des regalia de saint Édouard, décédé en 1066, et le sceptre à la croix apparaît sur les pièces d’argent à son effigie, tandis que son sceau montre le sceptre à la colombe. Lorsque l’on ouvrit en 1774 le tombeau d’Édouard Ier (†1307), le corps du roi était presque intact, portant une simple couronne, une dalmatique et deux sceptres, l’un à la croix, l’autre à la colombe, appelé traditionnellement « la verge d’équité et de miséricorde ». Ces deux sceptres font toujours partie des regalia de couronnement et la reine Élisabeth II les a reçus en 1953.

Le bâton

15Sur la tapisserie de Bayeux, le roi Édouard le Confesseur est représenté avec un bâton (staff). L’actuel « bâton de saint Édouard » a été réalisé en 1661. Encore porté de nos jours dans la procession du couronnement, il ne joue néanmoins aucun rôle dans la cérémonie. Le bâton originel du couronnement était d’ailleurs plus court.

Le globe

  • 7 Louis-Claude Douët d’Arcq, Collection de sceaux, Archives de l’Empire, Paris, 1863-1868 (3 vol.) ; (...)
  • 8 Portrait de Richard II, 1395, abbaye de Westminster, ill. in The Houses of Parliament : History, Ar (...)
  • 9 Ill. dans Tessa Rose, op. cit., p. 62. Le Liber Regalis, qui fut peut-être utilisé au couronnement (...)

16Cet élément des regalia apparaît pour la première fois surmonté d’une croix dans les représentations du roi Knut (1016-1035). Le sceau de saint Édouard montre le roi un globe sans croix à la main, tandis que la tapisserie de Bayeux présente son successeur le roi Harold portant un globe surmonté d’une croix. Le sceau de Guillaume le Conquérant était frappé d’un globe-sceptre où la croix surmontait une tige, ce qui est aussi le cas des grands sceaux de ses successeurs, Richard Ier, Édouard Ier7, Édouard III et Henri IV. Richard II à son couronnement en 1377 a été décrit comme portant « un sceptre surmonté d’une croix, avec un globe au pied ». Ce globe-sceptre figure d’ailleurs sur un portrait du roi8 et sur une enluminure du Liber Regalis datant de la fin du xivsiècle où l’on voit un roi et une reine couronnés9. En revanche, le globe n’est pas cité dans l’inventaire des regalia de saint Édouard fait en 1359. La première représentation officielle connue d’un globe sans tige figure sur le deuxième sceau d’Henri VIII, utilisé de 1532 à 1542. Le globe actuel porté par la reine Élisabeth II ne comporte pas de tige.

Les épées

  • 10 L. Douët d’Arcq, op. cit., no 10011, Henri III, 1219.

17L’épée symbolisait la défense de l’Église et du peuple. Jusqu’au xiiie siècle, les sceaux des rois d’Angleterre représentent le roi sur son trône, portant une épée et un sceptre ou un globe. C’est, par exemple, le cas d’Henri III10. Souvent, les rois et autres souverains faisaient porter leur épée devant eux lors des cérémonies importantes en signe de leur puissance. Ainsi, sur la tapisserie de Bayeux, le roi Harold, lors de son couronnement par l’archevêque (décrit à tort sur la tapisserie comme Stigant, qui était archevêque de Cantorbéry mais alors en disgrâce), est assis sur le trône, portant couronne, sceptre et globe, et devant lui est tenue l’épée d’État.

18Au Moyen Âge, certaines épées étaient censées avoir appartenu à des héros historiques ou légendaires. Hugues, comte de Paris, envoya en 926 à Athelstan d’Angleterre « l’épée de Constantin ». Le roi Jean sans Terre possédait une épée appelée Curtein ou Curtana, que l’on supposait avoir appartenu au chevalier Tristan, dont la pointe manquait suite à un combat et qui était portée dans les cérémonies de couronnement au xiiisiècle. Curtana est aussi le nom de l’épée dite « de miséricorde » (Sword of Mercy), dont la pointe manque également et qui est portée dans la cérémonie actuelle. Les autres épées faisant partie des regalia modernes sont celles de la Justice temporelle (Sword of Temporal Justice), de la Justice spirituelle (Sword of Spiritual Justice), et surtout l’épée de l’Offrande (Sword of Offering) bénie sur l’autel avant d’être ceinte par le souverain et replacée sur l’autel. En dehors de la cérémonie du couronnement, l’épée d’État est portée devant le souverain à l’ouverture du Parlement et à d’autres occasions devenues rares.

Les bracelets

19Guthred fut élu roi de Northumbrie en 883 par l’abbé Eadred à la suite d’un rêve de ce dernier. Dans son rêve, saint Dunstan lui ordonnait de faire élire Guthred roi et de lui remettre une paire de bracelets. Peut‑être inspirés des bracelets de Saül dans la Bible, ces bracelets figurent dans la troisième recension de l’ordo, dont le plus ancien texte date du xiiie siècle. De nouveaux bracelets furent réalisés pour Charles II en 1661, mais nous n’avons pas de preuve qu’ils aient été utilisés. Enfin, les pays du Commonwealth ont offert une autre paire de bracelets en or que la reine Élisabeth II a portés lors de son couronnement en 1953.

Les éperons

20L’usage d’éperons lors d’un couronnement est mentionné pour la première fois en 1189, pour celui de Richard Ier, mais il est probable qu’ils aient été utilisés plus tôt. Cette pratique s’inspire vraisemblablement du rituel de l’adoubement des chevaliers. La première paire d’éperons considérée comme faisant partie de façon permanente des regalia est désignée sous le nom d’« éperons de saint Édouard » et datait probablement d’avant 1450.

L’anneau

21La remise de l’anneau, symbole de la foi, s’inscrit dans la cérémonie du couronnement depuis le xe siècle. À l’origine, elle reprend la tradition de la présentation d’un anneau à un évêque qui va être consacré. Édouard III reçut à son couronnement en 1327 un anneau qui avait été enlevé du doigt d’Édouard le Confesseur en 1163. Chaque souverain fournissait l’anneau pour son couronnement, mais la reine Élisabeth portait en 1953 l’anneau de Guillaume IV fabriqué en 1831. L’anneau de Charles Ier, personnel, est resté en possession de la famille Stuart et a été légué au roi Georges III par le cardinal-duc d’York, Henri Benoît Stuart, dernier descendant de Jacques II Stuart. Il est conservé avec les autres bijoux royaux d’Écosse au château d’Édimbourg. Le rubis était la pierre traditionnelle des anneaux de couronnement, mais celui qui est porté actuellement est orné d’un grand saphir surmonté d’une croix de rubis.

Les regalia

Les regalia de saint Édouard

22À l’époque où les rois étaient élus et acclamés, les insignes de souveraineté étaient personnels et pouvaient réunir des objets confectionnés pour le roi et des objets hérités. Ainsi, les souverains offrirent parfois leur couronne personnelle à une église. Par exemple, Guillaume le Conquérant légua sa verge, sa couronne, son sceptre et d’autres ornements royaux à l’abbaye Saint‑Étienne de Caen. L’introduction d’objets conservés spécialement pour le couronnement des rois est due aux abbés de Westminster qui affirmèrent, dans les années 1130, qu’Édouard le Confesseur avait laissé à l’abbaye un ensemble de regalia pour les couronnements futurs. Bien que les documents produits pour étayer cette déclaration aient été des faux, l’on considère comme possible que ce roi ait confié ses regalia aux soins de l’abbaye. Après la canonisation d’Édouard le Confesseur en 1161, l’association des regalia dits « regalia de saint Édouard » à un saint renforça ainsi l’autorité du roi. Il est dit expressément qu’Henri III a porté la couronne de saint Édouard lors de son couronnement en 1220.

23Censés rester à l’abbaye, ces regalia de couronnement étaient conservés séparément des regalia portés par le souverain en d’autres occasions où il apparaissait en majesté, lors de l’ouverture du Parlement, par exemple, ou à l’occasion de grandes fêtes telles que le jour des Rois. À l’époque où les rois d’Angleterre étaient largement possessionnés en France et y séjournaient longuement, ils emportaient dans leurs bagages les regalia dont ils avaient besoin.

Les regalia de Richard de Cornouailles, roi des Romains

24Un autre ensemble de regalia, celui de Richard, comte de Cornouailles, frère d’Henri III et élu roi des Romains, réunit une couronne, un sceptre, un globe et une suite de vêtements royaux personnels. Destiné à servir au couronnement des futurs rois des Romains, cet ensemble fut confié en 1262 par Richard à la cathédrale d’Aix‑la‑Chapelle où il avait lui-même été couronné en 1257. Le sceptre de bois recouvert d’argent doré et surmonté d’une colombe fait toujours partie du trésor de la cathédrale, tout comme une couronne qui est peut‑être celle qui fut remise par le comte de Cornouailles.

Leur destruction sous Cromwell

25Après le renversement de la monarchie et l’exécution du roi Charles Ier en 1649, les autorités du Commonwealth instauré par Cromwell considèrent les regalia comme des « monuments de superstition et d’idolâtrie ». Ainsi, à la fin du mois de janvier 1650, pratiquement tous les regalia de saint Édouard comme les autres couronnes et insignes de la monarchie avaient disparu, le métal ayant été fondu et les bijoux vendus. Seules ont survécu la cuillère de l’onction, datant de la fin du xiie siècle, et les trois épées, réalisées probablement pour le couronnement de Charles Ier en 1627. Achetée en 1649 par un des officiers de la garde‑robe de Charles Ier, la cuillère a été restituée à la couronne après la restauration de la dynastie des Stuart. Un doute subsiste quant au sort de la couronne de saint Édouard, dont les archives de la Monnaie (the Mint) ne confirment pas la conversion en métal.

26Bien que Cromwell ait refusé la couronne que lui offrait le Parlement, son règne a pris des aspects monarchiques, surtout vers la fin. En 1657, il était d’ailleurs salué du titre d’altesse et des regalia auraient été réalisés pour lui dès 1655. À sa mort en 1658, son corps fut exposé accompagné d’une couronne, d’un sceptre et d’un globe.

La restauration de la monarchie

27En 1660, la monarchie restaurée fit réaliser de nouveaux regalia pour le couronnement de Charles II en 1661, sur la base de l’inventaire dressé avant leur destruction. La nouvelle couronne destinée à l’acte même de couronnement porte le même nom que l’ancienne, « couronne de saint Édouard », et pèse 2,04 kg. Ce fut celle du couronnement d’Élisabeth II en 1953. Mais elle se distingue de la couronne portée par le souverain pour le reste de la cérémonie du couronnement et à d’autres occasions, dite « couronne impériale ». Cette couronne a été plusieurs fois remplacée, et l’actuelle, réalisée en 1937, est appelée « couronne d’État impériale » et pèse 1,06 kg. La reine la porte chaque année lors de l’ouverture de la session du Parlement.

Le souverain et le Parlement

L’ouverture du Parlement par le souverain11

  • 11 Pour l’ouverture du Parlement, voir : Henry S. Cobb, « The Staging of Ceremonies of State in the Ho (...)
  • 12 Windsor, Royal Library, The Wriothesley Garter Book, ill. ibid., p. 34.

28Pour l’essentiel, la cérémonie d’ouverture du Parlement par le souverain a peu changé depuis cinq siècles, voire bien plus, sa première description détaillée remontant à 1485. Un parchemin enluminé exécuté par un des hérauts d’armes montre la procession allant en 1512 du palais de Westminster (fig. 1), résidence principale du roi, à l’abbaye de Westminster afin d’y entendre la messe avant de retourner au palais pour la séance du Parlement. Par ailleurs, un dessin réalisé par le roi d’armes montre la séance du Parlement de 152312.

29Le premier document nous montre le roi Henri VIII s’avançant, le sceptre à la colombe à la main, sous un dais, précédé par les abbés et les évêques, accompagnés des hérauts d’armes de chaque côté, les sergents d’armes avec les masses, puis le roi d’armes Jarretière, des pairs portant l’épée d’État et le chapeau de maintenance ou d’État (Cap of Maintenance or of Estate). Après le roi viennent les pairs, deux par deux. Au‑dessus de chacun figurent son nom et ses armoiries. Des rouleaux conservés pour d’autres années n’illustrent pas la procession, mais présentent l’avantage de montrer les armes et de donner le nom des participants.

Fig. 1 : Henri VIII en procession pour l’ouverture du Parlement en 1512. Cambridge, Trinity College, ms O.3.59.

Fig. 1 : Henri VIII en procession pour l’ouverture du Parlement en 1512. Cambridge, Trinity College, ms O.3.59.

© Avec l’aimable autorisation des Master and Fellows of Trinity College, Cambridge

30Le service religieux à l’abbaye de Westminster fut abandonné en 1679. Avec l’expansion de la pairie pendant la seconde moitié du xviisiècle, seuls les grands officiers d’État et quelques autres pairs continuaient alors à participer à la procession ; finalement, la procession dans son ensemble ne se déroule qu’à l’intérieur du palais de Westminster, le souverain y étant accueilli à son arrivée par les grands officiers d’État. Si les évêques ne participent plus à la procession, le comte maréchal, le lord grand chambellan, l’épée d’État et le chapeau de maintenance, les masses et les hérauts d’armes font aujourd’hui toujours partie de la procession. À l’origine armes de guerre créées pour briser une armure, les masses sont progressivement devenues des symboles de l’autorité royale portés par les sergents d’armes. Pendant les séances du Parlement, elles sont placées sur une table dans chaque Chambre – d’où cet ordre de Cromwell après avoir renversé la monarchie : « Enlevez‑moi cette babiole ! » La couronne, l’épée et le chapeau arrivent au Parlement dans un premier carrosse sous escorte montée, et les masses dans un second.

31Le dessin de la séance de 1523 présente le roi assis sur le trône, sous un dais, couronné et portant le sceptre à la colombe. À sa droite se tiennent le cardinal et l’archevêque de Cantorbéry. Devant le monarque sont placés, à gauche, le chapeau de maintenance, à droite, l’épée et le grand chambellan, puis, plus à droite encore, le roi d’armes Jarretière. À gauche sont figurés les abbés et, devant eux, les évêques mitrés, tandis qu’en bas et à droite se tiennent les pairs temporels. Au centre se trouvent les juges et les clercs. Tout en bas, on remarque la barre de la Chambre des pairs et, au-delà de celle‑ci, les Communes avec leur président, le Speaker, au centre.

  • 13 Royal Collection, peinture par Peter Tillemans, Queen Anne in the House of Lords, ill. in H. S. Cob (...)

32La scène de l’ouverture du Parlement par la reine Anne13 vers 1710 est presque la même, sauf que la reine porte le sceptre, mais n’est pas couronnée, et qu’il n’y a plus d’abbés. Le chapeau, l’épée, les grands officiers d’État et les hérauts restent présents. Les évêques se trouvent à gauche pour l’observateur, les pairs à droite, dans le bas du tableau, devant la barre et les Communes, les juges et les clercs se tenant au milieu.

  • 14 L’ouverture du Parlement en 1998 est illustrée dans H. S. Cobb, op. cit., p. 47.

33On est de nouveau frappé par la continuité des pratiques quand on considère la situation aujourd’hui14. En dépit d’un transfert progressif du pouvoir du souverain et des pairs aux Communes, la cérémonie n’a pas foncièrement changé depuis cinq siècles. Cardinal et abbés ont disparu ; en revanche, le chapeau de maintenance, l’épée d’État tout comme le grand chambellan et le roi d’armes Jarretière sont toujours présents. Les évêques se tiennent encore à gauche, les pairs temporels – plus nombreux qu’autrefois – à droite et derrière les juges, identiquement placés devant au centre avec les clercs, les Communes se trouvant derrière la barre avec leur président. Les grands officiers sont groupés devant le trône, et les sergents d’armes et les hérauts d’armes occupent l’angle droit de la Chambre. On note une différence cependant : la présence du corps diplomatique à gauche et celle des pairesses à droite.

  • 15 William St John Hope, Heraldry for Craftsmen and Designers, Londres, Pitman, 1913, p. 154-157.

34À quoi doit-on la présence du chapeau d’État ou de maintenance dans la procession ? À l’origine, ce chapeau royal ou princier coiffe la tête du roi pour l’investiture des ducs. L’ordre pour le couronnement d’Henri VII, The Little Device, spécifie que deux cavaliers représentant les duchés de Guyenne et de Normandie le portent dans la procession15. L’habitude étant de reproduire la procédure du couronnement précédent, avec d’éventuelles modifications, il est fort probable que cette représentation des duchés de Guyenne et de Normandie soit plus ancienne.

Les autres cérémonies au Parlement

  • 16 Commissaires royaux pour l’Assentiment de Georges IV à la loi de Réforme, 1832, ill. dans J. Brooke (...)

35Les autres cérémonies d’État auxquelles le souverain assistait au Parlement ou alors où il se faisait représenter par des commissaires (commissioners) n’impliquaient pas de procession. Couronné, le roi n’en était pas moins précédé à son entrée par des pairs portant les regalia au cours des cérémonies de présentation du Speaker de la Chambre des communes, de l’Assentiment royal (Royal Assent) aux lois adoptées par le Parlement16, et de prorogation ou dissolution du Parlement. La présence du souverain à ces cérémonies a progressivement disparu pour faire place à des commissaires revêtus de leurs robes parlementaires et assis devant le trône, sous la présidence du Lord Chancelier, président de la Chambre des pairs. Le Clerc de la Couronne lit le titre de chaque loi et le Clerc des Parlements donne l’assentiment royal en français normand, déclarant après chaque loi : « La Reyne le veult », et après la loi de finances : « La Reyne remercie ses fidèles sujets de leur bénévolence et le veult. »

Haut de page

Notes

1 Pour les trophées gallois, voir entre autres : Annales Monasterii de Waverleia, in Annales Monastici, Londres, 1865, t. II, p. 401, 412 ; et Annales Prioratus de Wigornia, in Annales Monastici, Londres, 1869, vol. IV, p. 489.

2 Pour les trophées écossais et la conquête de l’Écosse par Édouard Ier en 1296, voir Joseph Stevenson (dir.), Documents Illustrative of Scottish History, 1286-1306, Édimbourg, 1870, t. II. p. 25‑32, 59‑62, 136 ; The Chronicle of Walter of Guisborough previously edited as the Chronicle of Walter of Hemingford or Hemingburgh (Camden Third Series, t. lxxxix), Londres, The Royal Historical Society, 1957, p. 281 ; G. W. S. Barrow, Robert Bruce and the Community of the Realm of Scotland, Édimbourg, Edinburgh University Press, 3e edition, 1988, p. 73 ; R. R. Davies, Domination and Conquest: The Experience of Ireland, Scotland and Wales, 1100-1300, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, p. 125-126.

3 Pour les « Honneurs de l’Écosse » : Charles J. Burnett et Christopher J. Tabraham, The Honours of Scotland: The Story of the Scottish Crown Jewels, Édimbourg, Historic Scotland, 1993.

4 Pour une étude détaillée et approfondie de l’histoire des regalia et du couronnement, voir surtout Claude Blair et al., The Crown Jewels : The History of the Coronation Regalia in the Jewel House of the Tower of London, t. I : The History, t. II: The Catalogues, Londres, The Stationery Office, 1998. Pour les cérémonies : Leopold G. Wickham Legg, English Coronation Records, Londres, 1901. D’autres études existent : Tessa Rose, The Coronation Ceremony and the Crown Jewels, Londres, Her Majesty’s Stationery Office, 1992 ; Anna Keay, The Crown Jewels, Londres, Historic Royal Palaces, 2002 ; John Brooke-Little, Royal Ceremonies of State, Londres, Country Life Limited, 1980.

5 Oxford, Bodleian Library, ms. Bodley 579, The Leofric Missal, fos 302vo-306ro. Ce manuscrit fut édité par N. Orchard, The Leofric Missal, Woodbridge, Boydell Press, 2002, 2 vol., où l’ordo royal se trouve dans le t. II, nos 2458-2466.

6 The Alfred Jewel, Oxford, Ashmolean Museum.

7 Louis-Claude Douët d’Arcq, Collection de sceaux, Archives de l’Empire, Paris, 1863-1868 (3 vol.) ; moulages de sceaux, par exemple n10016, Édouard Ier, Paris, Archives nationales.

8 Portrait de Richard II, 1395, abbaye de Westminster, ill. in The Houses of Parliament : History, Art, Architecture [eds. Christine et Jacqueline Riding], Londres, Merrell, 2000, p. 80.

9 Ill. dans Tessa Rose, op. cit., p. 62. Le Liber Regalis, qui fut peut-être utilisé au couronnement de Richard II, est toujours en la possession de l’abbaye de Westminster. Le texte a été imprimé dans Wickham Legg, op. cit., p. 81-130.

10 L. Douët d’Arcq, op. cit., no 10011, Henri III, 1219.

11 Pour l’ouverture du Parlement, voir : Henry S. Cobb, « The Staging of Ceremonies of State in the House of Lords », in Christine Riding et Jacqueline Riding (dir.), The Houses of Parliament: History, Art, Architecture, Londres, Merrell, 2000.

12 Windsor, Royal Library, The Wriothesley Garter Book, ill. ibid., p. 34.

13 Royal Collection, peinture par Peter Tillemans, Queen Anne in the House of Lords, ill. in H. S. Cobb, op. cit., p. 30.

14 L’ouverture du Parlement en 1998 est illustrée dans H. S. Cobb, op. cit., p. 47.

15 William St John Hope, Heraldry for Craftsmen and Designers, Londres, Pitman, 1913, p. 154-157.

16 Commissaires royaux pour l’Assentiment de Georges IV à la loi de Réforme, 1832, ill. dans J. Brooke-Little, op. cit., p. 28.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Henri VIII en procession pour l’ouverture du Parlement en 1512. Cambridge, Trinity College, ms O.3.59.
Crédits © Avec l’aimable autorisation des Master and Fellows of Trinity College, Cambridge
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/422/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Siddons, « Regalia et cérémonies du Royaume-Uni », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 04 juin 2008, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://crcv.revues.org/422 ; DOI : 10.4000/crcv.422

Haut de page

Auteur

Michael Siddons

Héraut d’armes extraordinaire pays de Galles (Wales Herald of Arms Extraordinary), membre de la Société des Antiquaires de Londres, membre de l’Académie internationale d’héraldique, docteur ès lettres honoris causa de l’université du pays de Galles, Michael Siddons habite en France depuis 2003. Publications de l’auteur : The Development of Welsh Heraldry, Aberystwyth, The National Library of Wales, 1991–2006 (4 tomes) a reçu notamment le prix Paul Adam-Even de l’Académie internationale d’Héraldique ; The Visitation of Herefordshire 1634, Londres, Harleian Society, 2002 ; Visitations by the Heralds in Wales, Londres, Harleian Society, 1996 ; Welsh Pedigree Rolls, Cardiff, National Library of Wales, 1996 ; Heraldic Badges in England and Wales (à paraître). Contact : siddons.dambre@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Michael Siddons / 2007 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org