Navigation – Plan du site

La couleur des palais royaux espagnols du xvie au xviiie siècle

The colour of Spanish royal palaces from the sixteenth to eighteenth centuries
Juan Hernández Ferrero

Résumés

En Espagne, l’architecture des châteaux royaux, monochrome, n’accorde aucune véritable importance esthétique à la couleur. Ainsi, le monastère de l’Escurial, également palais royal, utilise le gris (teinte quelque peu modifiée de nos jours) comme élément conférant une uniformité architecturale. Mais, au cours du xviie siècle, les façades du nouveau palais du Buen Retiro reçoivent une coloration discrète qui vise à les mettre en valeur. La couleur intègre alors le vocabulaire des architectes pour finalement s’affirmer dans l’usage au xviiie siècle, comme nous le verrons avec les palais royaux de Madrid, du Pardo, de Riofrío et de la Granja de San Ildefonso. Ainsi se trouve contredite la théorie initiale d’absence de couleur dans les résidences royales d’Espagne. Cette évolution est le fruit de l’influence européenne sur l’art espagnol.

Haut de page

Texte intégral

1Les palais royaux espagnols, demeures du roi d’Espagne, ont la particularité d’avoir conservé leur fonction initiale : musées ouverts au public conformément à la loi espagnole, ils n’en servent pas moins de cadre à des cérémonies officielles de la Couronne et à des manifestations culturelles. Certaines résidences sont les demeures occasionnelles ou permanentes du roi et de la reine.

2Lorsque les responsables du château de Versailles m’ont convié à venir parler des couleurs de l’architecture dans les palais royaux espagnols, ma première réaction a été de décliner l’invitation, tout du moins de m’interroger sur la pertinence du sujet. Il me semblait en effet que l’architecture royale espagnole, plus spécialement celle du xvie siècle, ne faisait pas appel à la couleur comme élément figuratif et esthétique primordial. En fait, aucune généralité ne peut être énoncée en la matière, sans y apporter quelques nuances et explications.

3Ceux qui connaissent bien l’architecture populaire espagnole, où la couleur joue un rôle esthétique important, comme ceux qui apprécient, par exemple, l’architecture moderniste de Gaudí, au xixe siècle et au début du xxe siècle à Barcelone, pourraient en effet s’offusquer d’une telle assertion. Mais mon propos est de vous parler des palais royaux espagnols édifiés entre le xvie et le xviiie siècle, période durant laquelle l’architecture ne fait pas appel à la couleur. C’est cette idée de monochromie que je vais développer ici. L’architecture monochrome du xvie siècle évolue relativement peu pendant le xviie, mais les architectes du xviiie siècle, sous l’influence des courants européens – essentiellement français et italien –, tentent d’introduire une polychromie discrète ou du moins se montrent sensibles à la couleur qu’ils commencent à considérer comme un élément figuratif.

Le xvie siècle

Le palais royal de la Almudaina

4Si certains palais royaux espagnols ont une tradition millénaire, tel le palais royal de la Almudaina à Palma de Majorque, c’est la nouvelle configuration du royaume d’Espagne qui, lorsque prend fin l’union des royaumes péninsulaires, détermine l’implantation des palais royaux espagnols, laquelle remonte au début du xvie siècle.

Fig. 1 : Palais de la Almudaina, Palma de Majorque.

Fig. 1 : Palais de la Almudaina, Palma de Majorque.

© Patrimonio Nacional

5Le palais de la Almudaina (fig. 1) a été édifié sur une ancienne forteresse romaine, agrandie et transformée par les musulmans de l’époque du califat omeyyade, puis par les rois chrétiens au xiiie siècle, et remaniée à la Renaissance, vers 1560, par Philippe II.

6Il est construit avec une pierre à chaux sédimentaire de Majorque appelée « marés », molle et facile à tailler, qui confère à l’ensemble son aspect monochrome. Résidence d’été du roi d’Espagne, il accueille les cérémonies officielles estivales et les chefs d’État en visite à Majorque.

7La restauration des façades réalisée ces trente dernières années n’a pas causé beaucoup de problèmes parce que nous avons utilisé, pour les remplacements et les restaurations, cette même marés dont la couleur s’intègre bien dans l’ensemble du bâtiment. Depuis quelques décennies, nous identifions précisément les zones et les pierres remplacées et restaurées : toute intervention est datée et documentée pour que, à l’avenir, on sache la repérer avec précision.

8Si nous parlons du xvie siècle, nous devons traiter des trois palais les plus importants édifiés par la Couronne espagnole à cette époque : les palais du Pardo, d’Aranjuez et de l’Escurial.

Le palais royal du Pardo

9Le palais du Pardo est situé à un peu moins de 18 kilomètres de Madrid. C’est sur l’emplacement d’un ancien pavillon de chasse de la dynastie castillane des Trastamares que l’empereur Charles Quint fit édifier un palais, résidence royale qui fut partiellement achevée en 1548. Un tableau anonyme, conservé aujourd’hui à l’Escurial (fig. 2), montre la première construction. Il s’agit d’un édifice simple doté d’un patio central et d’un bâtiment pour les communs appelé « Casa de Oficios » (maison des métiers). L’ensemble, qui a pris cet aspect au xvie siècle, sous les règnes de Charles Quint et de son fils Philippe II, a connu peu de modifications ou d’agrandissements au siècle suivant. Cette peinture montre un édifice en brique avec des portes, des fenêtres, des balcons à encadrement de granit et des toitures d’ardoise. La brique et le granit donnent un mélange réussi de couleurs rouge tendre et gris clair qui, d’une certaine manière, caractérisaient les façades espagnoles du xvie siècle, avec, ici, une nouveauté : celle du gris foncé de l’ardoise des toitures. Néanmoins, ni les rois ni les architectes de cette époque ne semblent véritablement se soucier de la couleur. Le mélange du rouge tendre des briques, du gris clair du granit des encadrements de porte et de fenêtre, et du gris foncé, presque noir, de l’ardoise s’intègre bien dans le paysage de la chênaie qui entoure le palais.

Fig. 2 : Anonyme, Le Palais royal du Pardo, xviie siècle, Escurial, Patrimonio Nacional.

Fig. 2 : Anonyme, Le Palais royal du Pardo, xviie siècle, Escurial, Patrimonio Nacional.

© Patrimonio Nacional

10Les documents historiques montrent que, dans la seconde moitié du xvisiècle, l’ardoise présente sur les toits des palais espagnols répond à un choix personnel imposé par Philippe II, car c’était un matériau qu’il avait découvert et admiré en France et dans les Flandres. Envoyé par le roi visiter les palais européens, un de ses architectes, Gaspar de Vega, tomba en admiration devant la beauté de Chambord, des toitures de Gand et de Bruxelles, et des pinacles des constructions flamandes. À son retour, ce fut donc sur décision du roi que l’ardoise devint partie intégrante des toitures des palais espagnols et fit disparaître pour toujours les traditionnelles tuiles arabes en céramique. Cette décision relevait plus de réflexions d’ordre figuratif et géométrique que de considérations purement chromatiques. Philippe II adopta le gris foncé de l’ardoise parce que cette dernière s’adaptait facilement aux formes des chapiteaux, des mansardes et des pinacles, éléments d’architecture que la tuile courbe traditionnelle ne permettait pas de couvrir aisément.

11Nous ne possédons pratiquement pas d’illustrations du palais du Pardo aux xvie et xviie siècles, et les transformations bourboniennes de la seconde moitié du xviiie ont effacé à jamais l’image de l’ancien palais des Habsbourg, comme nous le verrons plus loin, pour faire place à cet ensemble uniforme de doux ton jaune crème que nous connaissons aujourd’hui. Un tableau du peintre français Michel-Ange Houasse montre néanmoins le palais du Pardo au xviiie siècle, quelques années avant l’intervention de l’architecte Francesco Sabatini.

Le palais royal d’Aranjuez

Fig. 3 : Palais royal d’Aranjuez.

Fig. 3 : Palais royal d’Aranjuez.

© Patrimonio Nacional

12Élevé à 40 kilomètres au sud de Madrid, le palais d’Aranjuez (fig. 3) commencé au xvie siècle utilise pour matériaux de base la brique et la pierre (pas du granit, mais une pierre à chaux claire de ton ivoire). Ce bâtiment carré entourant un patio central associe ainsi la couleur claire de la pierre à chaux et le rouge rosé de la brique. Ses toits furent également recouverts aux xvie et xviie siècles de cette ardoise gris foncé que le roi appréciait particulièrement et dont l’approvisionnement ne posait aucun problème car une excellente carrière d’ardoise avait été découverte à Bernardos, dans la province de Ségovie, à 100 kilomètres au nord de Madrid. D’où la présence de l’ardoise sur les toitures du palais du Pardo, de celui d’Aranjuez, et de l’édifice de l’Escurial.

Fig. 4 : Juan Bautista Martínez Delmazo (attribué à), Le palais d’Aranjuez au xviie siècle. Escurial, Patrimonio Nacional.

Fig. 4 : Juan Bautista Martínez Delmazo (attribué à), Le palais d’Aranjuez au xviie siècle. Escurial, Patrimonio Nacional.

© Patrimonio Nacional

13Plusieurs tableaux représentent le palais d’Aranjuez vers la fin du xvie et au milieu du xviie siècle (fig. 4). Il s’agit d’un palais en travaux, jamais terminé, mais jouant toujours avec trois couleurs : la pierre à chaux claire, le rouge rosé de la brique et le gris foncé des toits inclinés et des coupoles esquissées. Le palais d’Aranjuez a fait l’objet, à la fin du xviiie siècle, d’une transformation bourbonienne qui a respecté, comme nous le verrons plus loin, les couleurs originales, de sorte qu’il n’a pas complètement changé d’aspect comme ce fut le cas du palais du Pardo après les modifications du xviiie siècle. Un tableau (fig. 4) montre le palais d’Aranjuez à la fin du xviie siècle, sans les ailes latérales de l’extension bourbonienne.

Le monastère de l’Escurial

14Nous ne pouvons pas terminer cette présentation rapide des palais espagnols du xvie siècle sans parler du grand palais de la dynastie des Habsbourg, le monastère de l’Escurial, chef-d’œuvre de l’architecture royale espagnole de cette époque. Édifice principalement religieux – puisqu’il s’agit d’un monastère –, l’Escurial était et reste beaucoup plus qu’un monastère de par sa complexité et son ensemble. Il comprend en effet un palais, un collège, un séminaire et la résidence de Philippe II. En tant que palais résidentiel, il a été habité par les monarques espagnols jusqu’au xixe siècle.

Fig. 5 : Monastère de l’Escurial.

Fig. 5 : Monastère de l’Escurial.

© Patrimonio Nacional

15Le palais de l’Escurial (fig. 5) est essentiellement monochrome : la couleur du granit domine sur ses quatre façades. Granit des soubassements, des murs, des patios, des encadrements de pierre, des façades intérieures, des tours, des coupoles, de la tour-lanterne, du tambour, des lanternes, etc. Cette invasion du gris granitique laisse à peine entrevoir le vert de la menuiserie ou le gris foncé de l’ardoise des toitures. La couleur du matériau des façades domine tout l’ensemble au xvie siècle et l’Escurial en est l’exemple le plus caractéristique.

16Certains spécialistes ont interprété cet édifice gris et monochrome comme l’expression plastique du caractère austère, fermé et réservé du roi Philippe II. C’est là une théorie extraordinairement légère car le fils de Charles Quint avait un tempérament beaucoup plus joyeux que ce que certains historiens des xviie et xixe siècles ont prétendu. Philippe II a créé ici le plus grand ensemble décoratif (pictural et sculptural) du xvie siècle espagnol. Grand connaisseur en peinture, il est à l’origine de la collection royale, ayant engagé et protégé de grands artistes comme Titien, Zuccari, le Greco ou Tibaldi.

Fig. 6 : Tour du monastère de l’Escurial.

Fig. 6 : Tour du monastère de l’Escurial.

© Patrimonio Nacional

17À l’origine, l’Escurial n’était pas un édifice triste ou terne (fig. 6). Bien que monochrome, il ne fut pas conçu comme un « édifice gris » mais comme un « édifice blanc », car le granit extrait des carrières proches du chantier donnait aux façades une grande clarté, de sorte que l’on pouvait parler, tout du moins au xvie siècle, d’une grande masse gris très clair, presque blanche et brillante, que venait couronner le gris foncé des toitures et des chapiteaux et qui reposait sur le flanc de la montagne.

18La différence avec la couleur que l’on connaît aujourd’hui est peut-être due à l’ancienneté de l’édifice et aux quelque quatre cent vingt ans écoulés depuis sa construction. Le granit de l’Escurial n’a pas pu échapper à l’oxydation des feldspaths, acquérant ainsi un ton plus brun, plus sombre, qui ne coïncide pas avec la couleur primitive que ses auteurs avaient voulu lui donner.

19Il y a presque quarante ans, l’architecte-conservateur M. Andrada a dû changer quelques rangées de granit pour renforcer et consolider la structure des tours. Cette intervention nous a permis d’apprécier la différence chromatique (fig. 7), appelée à disparaître dans les prochaines décennies.

Fig. 7 : Tour du monastère de l’Escurial (détail).

Fig. 7 : Tour du monastère de l’Escurial (détail).

© Patrimonio Nacional

20De même, à la fin du xviiie siècle, l’architecte Juan de Villanueva avait substantiellement modifié la composition de la façade nord du monastère. Si cette intervention a laissé des traces assez visibles dans la pierre, néanmoins, deux siècles plus tard, les couleurs du granit du xvie siècle et celles du granit du xviiie siècle sont parfaitement égalisées.

Le xviiie siècle

21Une nouvelle dynastie apparaît en Espagne en 1700. Après la mort sans succession de Charles II, dernier roi des Habsbourg, arrive sur le trône espagnol un jeune prince français. Il est l’arrière-petit-fils de Philippe IV d’Autriche et, de ce fait, héritier espagnol. Né au château de Versailles en 1683 sous le nom de Philippe, duc d’Anjou, il est aussi le petit-fils de Louis XIV.

22Personnage clé dans l’histoire de l’architecture espagnole parce qu’il a ouvert les frontières espagnoles aux influences esthétiques européennes, Philippe V d’Espagne compte, avec sa seconde épouse Élisabeth Farnèse, parmesane, et leur fils Charles III de Bourbon, parmi les personnages qui ont fait évoluer l’architecture des palais en Espagne.

Le palais royal de la Granja

Fig. 8 : Palais royal de la Granja.

Fig. 8 : Palais royal de la Granja.

© Patrimonio Nacional

23Philippe V a d’abord fait construire le palais de la Granja, à 80 kilomètres de Madrid. Il s’agit là d’un des plus beaux ensembles de bâtiments royaux d’Europe comprenant palais, fontaines et jardins.

24Philippe V, né à Versailles, aurait voulu faire de la Granja une réplique, en plus petit, de son palais natal. Cette explication est un peu romancée car, aussi influencé qu’il soit par l’architecture franco-italienne, le palais de la Granja possède une personnalité propre.

25Le palais royal de la Granja (fig. 8) témoigne d’une réelle préoccupation pour la couleur et, bien que l’édifice ait souffert, durant trois siècles, de multiples transformations, la culture franco-italienne de ses auteurs (le roi lui-même et les architectes Juvara, Sachetti et Subisati) explique son architecture, plus coloriste que celle des édifices du xvie siècle.

Fig. 9 : Fernando Brambilla (1763‑1834), Palais royal de la Granja, xviiie siècle. Palais royal de Madrid, Patrimonio Nacional.

Fig. 9 : Fernando Brambilla (1763‑1834), Palais royal de la Granja, xviiie siècle. Palais royal de Madrid, Patrimonio Nacional.

© Patrimonio Nacional

26Le palais de la Granja associait initialement le rouge de ses bâtiments recouverts de brique – qui ont pris aujourd’hui une couleur crème –, le rose tendre de la pierre à chaux de Sepúlveda et le gris de l’ardoise de ses toitures (fig. 9).

27Il serait intéressant de parler des couleurs des salles du palais de la Granja et de la riche décoration de marbre et de stucs intérieurs, mais nous sortirions du cadre de cette conférence.

28Au xviiisiècle, la couleur constituait donc déjà un élément figuratif très important de l’architecture royale et faisait l’objet de débats permanents, au point que conflits, discussions et affrontements opposaient entre eux architectes, artistes et décorateurs.

29Ces débats sur la couleur prirent de l’importance au cours du siècle, plus particulièrement dans le domaine de l’architecture intérieure et de la décoration des salons.

Le palais royal de Madrid

Fig. 10 : Palais royal de Madrid.

Fig. 10 : Palais royal de Madrid.

© Patrimonio Nacional

30Autre grande réalisation de Philippe V, le palais royal de Madrid (fig. 10) fut conçu selon les plans de Filippo Juvara, le grand architecte de la cour de Turin, qui travailla également à Rome, en France et au Portugal.

31Malheureusement, Juvara mourut en 1736, un an après son arrivée à Madrid. Bien qu’il n’eût pas la chance de voir le commencement des travaux, il nous a laissé d’excellents plans pour les palais de la Granja et de Madrid. Il fallut un peu moins de vingt ans à son disciple Sachetti pour achever le palais de Madrid. Il conçut une façade très blanche, associant le granit à la pierre à chaux, deux matériaux clairs, ce qui provoqua la colère d’un courtisan, le marquis de Scotti. Le conseiller de la reine Élisabeth Farnèse aurait en effet souhaité plus de polychromie dans le nouveau palais de Madrid, en utilisant la pierre à chaux des encadrements, des colonnes et des corniches, qui aurait été associée à la brique rouge des parements verticaux plats.

Fig. 11 : Fernando Brambilla (1763‑1834), Vue du Palais royal de Madrid, xviiie siècle. Palais royal de Madrid, Patrimonio Nacional.

Fig. 11 : Fernando Brambilla (1763‑1834), Vue du Palais royal de Madrid, xviiie siècle. Palais royal de Madrid, Patrimonio Nacional.

© Patrimonio Nacional

32Comme on le voit sur ce tableau (fig. 11), c’est Sachetti qui l’a emporté. Aujourd’hui, le palais de Madrid est d’un ton clair presque uni, alliant la blancheur de la pierre à chaux avec la douceur du granit.

33Ces deux dernières années, les façades sud et est ont subit un ravalement et celui de la façade nord est en cours. Ainsi, on retrouve la couleur originale des menuiseries des balcons et des fenêtres, conçues au xviiie siècle dans une couleur blanc porcelaine qu’un marron foncé était venu recouvrir à la fin du xixe siècle.

Le palais royal de Riofrío

34Si le marquis de Scotti a perdu à Madrid la bataille de la couleur des façades, il est parvenu peu de temps après, avec l’accord de la reine Élisabeth, à imposer ses idées pour un nouveau palais proche de la Granja, le palais de Riofrío, que la reine s’était réservé.

35L’influence de Scotti à Riofrío est considérable, tant du point de vue de la conception de l’édifice que de celui du choix des matériaux, des couleurs et des éléments décoratifs. Le conseiller d’Élisabeth Farnèse a agi en parfait accord avec la reine qui a financé la réalisation du palais sur sa cassette. Scotti a fait construire à Riofrío un bâtiment aux façades d’un ton rose sur lesquelles se distinguent le vert très doux des menuiseries et la couleur sienne, également très douce, de certains éléments du décor sculpté.

36On retrouve aussi à Riofrío le gris clair du granit des soubassements et le gris foncé de l’ardoise des toitures. Il est regrettable que ce palais ait été abandonné presque à la fin de sa construction, vers 1780, et que, à quelques rares exceptions près, il n’ait jamais été habité par la famille royale.

Le palais royal du Pardo

37Deux palais du xvie siècle, dont nous avons traité plus haut, ont été considérablement transformés au xviiie siècle par la volonté du roi Charles III, fils de Philippe V et d’Élisabeth Farnèse.

38Le roi eut pour architecte favori un Sicilien, Francesco Sabatini, gendre de Luigi Vanvitelli. Sabatini agrandit l’ancien palais du Pardo, le dotant de trois patios au lieu d’un, et changea sa couleur de telle manière que le triste édifice de ton « pardo » (c’est-à-dire brun, comme son nom l’indique en espagnol) prit son aspect actuel : façades crème et toitures d’ardoise gris foncé. Cette importante transformation eut pour effet de rajeunir l’architecture de la maison d’Autriche, suivant en cela les innovations bourboniennes dans le domaine de l’esthétique espagnole. On observe le même phénomène dans d’autres domaines de l’art, comme la musique ou la tapisserie, devenues plus gaies, plus vives, tant dans les partitions de Domenico Scarlatti que sur les nouveaux cartons de tapisserie de Goya.

Le palais royal d’Aranjuez

39Cependant, dans ce courant visant à rénover l’architecture des palais royaux, le roi Charles III et son architecte Sabatini ont cherché, plus que leurs prédécesseurs, à respecter les couleurs originales. Si la transformation chromatique fut très marquée au Pardo, elle le fut moins au palais d’Aranjuez. Dans les ailes latérales que Sabatini a ajoutées pour agrandir ce dernier, il a respecté les couleurs originales de la brique et de la pierre à chaux en utilisant les mêmes matériaux. Peu de personnes peuvent ainsi deviner que presque deux siècles séparent la façade ouest du fond et les ailes qui la flanquent.

40Bien qu’au xviiie siècle les toitures d’Aranjuez aient été couvertes de plomb en remplacement de l’ardoise primitive, ce changement de matériau semble avoir respecté le ton gris, comme si l’architecte Sabatini avait voulu rénover et rajeunir, élargir et agrandir, sans changer les couleurs originales.

Épilogue

41Si l’architecture des palais espagnols ne témoigne pas, au xvie siècle, d’un réel et profond souci de la couleur, celle-ci étant liée au choix du matériau, le xviiie siècle, en revanche, s’attache à définir le rôle de la couleur, qui devient un élément figuratif doté d’une identité propre.

42Aujourd’hui, les conservateurs des palais espagnols rencontrent des problèmes très semblables à ceux de leurs collègues européens : qu’il s’agisse de la restauration ou de la conservation des pierres, des briques, des crépis, des ardoises, des menuiseries, des toitures, études et recherches de tous dans le domaine de la couleur sont similaires. Si le ton uniforme de l’Escurial est éloigné des couleurs vives des églises baroques de Bavière ou du Vorarlberg, leurs conservateurs n’en sont pas moins confrontés aux mêmes problèmes et partagent les mêmes préoccupations. À partir du xviiie siècle, l’architecture royale espagnole a adopté dans sa démarche la couleur comme élément plastique de premier ordre. C’est ce qu’ont bien compris certains voyageurs intelligents qui ont visité l’Espagne au xixe siècle. Et ce nouveau concept coloriste de l’architecture royale de la seconde moitié du xviiie siècle s’est immédiatement répercuté sur ce que l’on peut appeler l’« architecture populaire » ou l’« architecture urbaine ».

43En 1845, un voyageur qui visite Madrid écrit :

  • 1 Théophile Gauthier, Voyage en Espagne, édité par Patrick Berthier, Paris, Gallimard, 1981 (éd. orig (...)

Les maisons de Madrid sont bâties en lattes et briques et en pisé, sauf les jambages, les chaînes et les étriers, qui sont quelquefois de granit gris ou bleu, le tout soigneusement recrépi et peint de couleurs assez fantasques, vert céladon, cendre bleue, ventre de biche, queue de serin, rose pompadour, et autres teintes plus ou moins anacréontiques ; les fenêtres sont encadrées d’ornements et d’architectures simulés avec force volutes, enroulements, petits Amours, et pots à fleurs, et garnies de stores à la vénitienne rayés de larges bandes bleues et blanches, ou de tapis de sparterie qu’on arrose pour charger d’humidité et de fraîcheur le vent qui les traverse. Les maisons tout à fait modernes se contentent d’être crépies à la chaux ou badigeonnées avec la peinture au lait, comme celles de Paris. Les saillies des balcons et des miradores rompent un peu la monotonie des lignes droites qui projettent des ombres tranchées, et qui diversifient l’aspect naturellement plat de constructions dont tous les reliefs sont peints et traités en décoration de théâtre : éclairez tout cela avec un soleil étincelant […]1.

44Ce voyageur intelligent et perspicace a remarqué quelque chose d’inattendu : la polychromie de l’architecture populaire madrilène vers 1840, résultat du changement opéré par l’architecture royale de la fin du xviiie siècle. Français, ce voyageur n’est autre que Théophile Gautier !

Haut de page

Notes

1 Théophile Gauthier, Voyage en Espagne, édité par Patrick Berthier, Paris, Gallimard, 1981 (éd. originale 1843), p. 141.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Palais de la Almudaina, Palma de Majorque.
Crédits © Patrimonio Nacional
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/583/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 2 : Anonyme, Le Palais royal du Pardo, xviie siècle, Escurial, Patrimonio Nacional.
Crédits © Patrimonio Nacional
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/583/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 3 : Palais royal d’Aranjuez.
Crédits © Patrimonio Nacional
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/583/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 4 : Juan Bautista Martínez Delmazo (attribué à), Le palais d’Aranjuez au xviie siècle. Escurial, Patrimonio Nacional.
Crédits © Patrimonio Nacional
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/583/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 5 : Monastère de l’Escurial.
Crédits © Patrimonio Nacional
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/583/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 6 : Tour du monastère de l’Escurial.
Crédits © Patrimonio Nacional
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/583/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 7 : Tour du monastère de l’Escurial (détail).
Crédits © Patrimonio Nacional
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/583/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 8 : Palais royal de la Granja.
Crédits © Patrimonio Nacional
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/583/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 9 : Fernando Brambilla (1763‑1834), Palais royal de la Granja, xviiie siècle. Palais royal de Madrid, Patrimonio Nacional.
Crédits © Patrimonio Nacional
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/583/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 10 : Palais royal de Madrid.
Crédits © Patrimonio Nacional
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/583/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 11 : Fernando Brambilla (1763‑1834), Vue du Palais royal de Madrid, xviiie siècle. Palais royal de Madrid, Patrimonio Nacional.
Crédits © Patrimonio Nacional
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/583/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juan Hernández Ferrero, « La couleur des palais royaux espagnols du xvie au xviiie siècle », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 14 mai 2008, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://crcv.revues.org/583 ; DOI : 10.4000/crcv.583

Haut de page

Auteur

Juan Hernández Ferrero

Architecte de l’Escuela Tecnica Superior de Arquitectura de Madrid, Juan Hernández Ferrero a exercé dans des agences d’architecture américaines et espagnoles. Depuis 1986, il est architecte en chef au département d’architecture du Patrimonio Nacional où il est entré en 1974. Commissaire des quatre expositions pour les quatre cents ans du palais de l’Escurial en 1985-1987, il enseigne la conservation des monuments historiques dans plusieurs universités, notamment en Angleterre. Il a publié sur les palais royaux ainsi que sur les techniques de construction et prépare un ouvrage sur la sculpture sur les places publiques et dans les jardins.

Haut de page

Droits d’auteur

© Juan Hernández Ferrero / 2007 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org