Navigation – Plan du site

Insignes et vêtements royaux

Royal garments and insignia
Hervé Pinoteau

Résumés

Cette communication attire l’attention sur le fait qu’il est difficile d’appréhender la réalité des attributs d’un souverain si l’on se fie à ses abondantes représentations, tout particulièrement au château de Versailles qui est un musée de l’histoire de France. La méfiance doit être de règle car, depuis les Carolingiens et jusqu’à nos jours, on côtoie souvent le fantastique. Les textes des témoins et des ordines des sacres sont à prendre en compte.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction du résumé : Alexandra Keens

Texte intégral

1Il y a de l’ironie à vouloir disserter sur ce sujet dans un château qui n’a jamais vu d’insignes et de vêtements royaux autrement que sur des tableaux et autres représentations parfois d’inspiration mythologique. En effet, aucun roi, aucune reine ne sont apparus en ces augustes lieux revêtus d’un manteau de sacre et coiffés d’une couronne !

2Nos souverains, tout au moins les rois de l’Ancien Régime, étaient vêtus en civil et ornés des insignes de l’ordre du Saint‑Esprit, cordon bleu et broderie qui deviendra plaque d’argent, cette dernière apparaissant même sur leur tenue de chasse. Tous les autres chevaliers des ordres du roi (car chevaliers de Saint‑Michel et du Saint‑Esprit) étaient vêtus de même. Pour se donner un aspect guerrier, le roi allait jusqu’à se ceinturer d’une écharpe blanche, signe d’autorité depuis la fin du Moyen Âge. Le port de la cuirasse par celui‑ci devait être très rare ; il fallait qu’il soit présent lors d’une bataille ou d’un siège, et l’on sait qu’Henri IV, Louis XIII, Louis XIV et Louis XV n’étaient pas des poltrons. Le bâton fleurdelisé de maréchal de France que l’on voit parfois dans la main du roi était pure invention de l’artiste, de même le gouvernail tenu par le souverain (fig. 1). Dans certaines circonstances on pouvait voir le roi revêtu de l’uniforme d’un corps de sa maison militaire, généralement à base de rouge, mais c’était en général lors d’une revue. Louis XVI ne dut mettre son bel habit rouge qu’à Cherbourg, et il tint à le faire transporter quand il partit de Paris en 1791, lamentable équipée qui se termina à Varennes‑en‑Argonne.

Fig. 1 : Pierre Mignard, Louis XIV couronné par la Victoire, xviie siècle. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2032.

Fig. 1 : Pierre Mignard, Louis XIV couronné par la Victoire, xviie siècle. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2032.

© Château de Versailles / Jean‑Marc Manaï

3Louis XIV marchant dans le château ou dans son parc n’était reconnaissable qu’à son environnement humain et à un habit parfois fort luxueux (fig. 2). Son emplacement parmi les courtisans, sa tête toujours couverte étaient des signes qui ne trompaient point, même quand il n’était pas accompagné par les gardes de la manche portant hallebarde et superbe costume.

Fig. 2 : Étienne Allegrain, Promenade de Louis XIV en vue du parterre du Nord (détail), vers 1688. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 752.

Fig. 2 : Étienne Allegrain, Promenade de Louis XIV en vue du parterre du Nord (détail), vers 1688. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 752.

© RMN / Gérard Blot

4N’oublions pas que Napoléon Ier se mit en colonel dès qu’il devint Premier Consul car il était au‑dessus des généraux commandants en chef. Il n’abusa pas de l’habit rouge de Premier Consul avec l’épée ornée du Régent, pas plus que du petit habit impérial inauguré le jour du sacre (1804). Louis XVIII était reconnaissable par son curieux costume et, chose toute nouvelle venant, paraît-il, de l’émigration, par des couronnes royales brodées sur ses épaulettes, coutume continuée par Charles X, toujours vêtu en officier général de sa Maison militaire. Louis XVIII n’utilisa d’ailleurs que rarement un habit bleu richement brodé d’or, presque identique à celui d’un maréchal. Louis‑Philippe Ier et Napoléon III n’étaient vêtus qu’en généraux de division (voir les trois étoiles sur les épaulettes), ce qui faillit arriver à Henri V si l’on en croit l’austère uniforme déposé au château de Chambord !

5La simplicité semble avoir été une des caractéristiques de nos souverains. Un saint Louis nous est cependant décrit en 1241 par le sire de Joinville lors de la fête de Saumur qui eut lieu pour la cérémonie de chevalerie de son frère Alphonse, comte de Poitiers. Le roi était vêtu d’un costume assez beau, et, semble‑t‑il, tricolore, mais ce devait être bien rare après le retour de sa première croisade ; pensons encore à la superbe réception qu’il fit à son beau-frère Henri III d’Angleterre en 1259 : ce dernier fut très frappé de son voyage à Paris. Passant pour ainsi dire incognito dans les rues de Paris, quoique suivi de près par des archers, un Capétien n’était pas vêtu de façon tapageuse. Sous les Valois, Charles V, d’aspect maladif, pouvait rehausser sa personne de l’habit royal, avec manteau et robe longue, souvent fleurdelisés, que son fils Charles VI rechignera à porter, la mode étant alors passée aux vêtements courts. La tradition des vêtements longs perdura pour les magistrats jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, même dans la vie quotidienne. De pauvre aspect sur la fin de sa vie en 1483, Louis XI recevra les délégués des villes de France au Plessis‑lez‑Tours, et, chose extraordinaire, il était vêtu ce jour‑là de l’habit royal de pourpre et d’écarlate.

6Tout ceci conté en hâte, mais vous imaginez bien que le roi Bourbon sur son trône était identifiable ! C’était cependant en un court moment, lors d’une grande réception d’ambassadeur, et l’on vous expliquera que ce trône n’était pas quotidiennement visible. Qui plus est, ce meuble de prestige pouvait être placé en divers endroits (fig. 3).

Fig. 3 : Claude‑Guy Hallé, Réparation faite à Louis XIV par le doge de Gênes, 15 mai 1685, vers 1710. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2107.

Fig. 3 : Claude‑Guy Hallé, Réparation faite à Louis XIV par le doge de Gênes, 15 mai 1685, vers 1710. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2107.

© RMN / Gérard Blot / Christian Jean

7Mais alors me direz-vous, que penser de tous ces tableaux où le roi est figuré en « tenue de sacre » avec un lourd manteau fleurdelisé et bordé d’hermine, tenant sceptre et parfois main de justice ? Une épée au côté et une couronne posée sur un coussin complétaient cette scène purement imaginaire ! Car si vous y regardez de plus près, le roi orné du manteau de son sacre y est généralement vêtu de blanc, c’est‑à‑dire en chevalier novice de l’ordre du Saint‑Esprit ; on lui avait donc changé de manteau. Bien entendu, le roi ne portait pas de collier du Saint‑Esprit sur son manteau de sacre à Reims, et certains tableaux à partir de Louis XV lui attribuent le collier de la Toison d’or envoyé par le roi d’Espagne en signe d’union des deux branches de la Maison de France. C’est ainsi que sur tableaux et gravures, cet habit blanc évacuera tunique, dalmatique, bas et bottines fleurdelisés, celles‑ci ornées d’éperons ; ces ornements sont donc assez rarement montrés.

Fig. 4 : Rigaud (atelier de), Louis XIV, roi de France. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2041.

Fig. 4 : Rigaud (atelier de), Louis XIV, roi de France. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2041.

© Château de Versailles / Jean-Marc Manaï

8À deux exceptions près où Louis XIII est accompagné de la « couronne de saint Louis » qui ne lui servit pas, et où Louis XIV est accompagné de la couronne du sacre (celle dite « de Charlemagne ») bien mal représentée, les rois Bourbons ont à côté d’eux la couronne royale légère et fermée, semée de pierreries, celle qu’ils portèrent en sortant de la cathédrale de Reims pour se rendre au palais du Tau, et enfin lors du festin qui suivait. Mais on pouvait aussi montrer la couronne de vermeil déjà préparée pour leurs obsèques (fig. 4). Louis XVIII trônant est accompagné d’une couronne qui n’existait pas sous son règne et Charles X est une fois coiffé d’une couronne semblable. Le livre de son sacre le montre coiffé de la couronne de saphirs et diamants qui lui servit pour la sortie de la cathédrale et le festin (fig. 5). Ce roi n’est d’ailleurs représenté qu’une seule fois, et de façon bien discrète, avec la couronne qu’il reçut à genoux des mains de l’archevêque de Latil, insigne en vermeil orné de camées et pierres antiques fabriqué en 1804 pour évoquer Charlemagne !

Fig. 5 : Charles Abraham Chasselat, Sacre de Charles X dans l’église métropolitaine de Reims le 29 mai 1825 (détail), 1828. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 5658 ; INVDessin 292.

Fig. 5 : Charles Abraham Chasselat, Sacre de Charles X dans l’église métropolitaine de Reims le 29 mai 1825 (détail), 1828. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 5658 ; INVDessin 292.

© RMN / Daniel Arnaudet

9Le sceptre n’est pas toujours, loin de là, le haut « sceptre de Charlemagne » réalisé à la fin du règne de Charles V. La main de justice du sacre, elle aussi dite « de Charlemagne », ne figure que sur le tableau de Louis XIV où l’on voit la couronne du sacre mal représentée, et ce tableau, transposition d’un Testelin versaillais, est visible à Furnes en Belgique ! Le roi est généralement accompagné du court sceptre et de la main de justice fabriqués comme insignes de remplacement pour Henri IV à Chartres en 1594, quand le trésor de Saint‑Denis était en quelque sorte prisonnier de la Ligue à Paris (fig. 6).

Fig. 6 : Jean‑Martial Fredou d’après Louis‑Michel Van Loo, Louis XV, roi de France, 1763. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3753.

Fig. 6 : Jean‑Martial Fredou d’après Louis‑Michel Van Loo, Louis XV, roi de France, 1763. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3753.

© Château de Versailles / Jean-Marc Manaï

10Incongruité manifeste : le port d’une épée avec le manteau de sacre, alors que le roi en tunique fleurdelisée ne recevait qu’un court moment cette arme, et autre liberté, le port de l’« épée de Charlemagne », ou « Joyeuse », avec le costume de chevalier novice du Saint‑Esprit.

Fig. 7 : François Gérard, Napoléon Ier, empereur des Français, 1805. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4866.

Fig. 7 : François Gérard, Napoléon Ier, empereur des Français, 1805. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4866.

© RMN / Droits réservés

11Napoléon Ier est fort bien représenté en tenue de sacre et avec les insignes fabriqués en 1804 puis fondus en 1819 (fig. 7). Louis‑Philippe Ier fut peint en officier général accompagné de la couronne, du sceptre et de la main de justice réalisés en 1819 pour les obsèques du roi de France à Saint‑Denis. Napoléon III en général de division, mais avec une sorte de manteau impérial inexistant dans la réalité, se fit accompagner d’une couronne semblable à celle fabriquée en 1853 par Lemonnier, ainsi que par les « sceptre et main de justice de Charlemagne » restaurés en 1804 (fig. 8).

Fig. 8 : Franz‑Xaver Winterhalter (d’après), Napoléon III, empereur des Français, 1855. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8189.

Fig. 8 : Franz‑Xaver Winterhalter (d’après), Napoléon III, empereur des Français, 1855. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8189.

© RMN / Daniel Arnaudet

12Les images de la reine couronnée, en belle robe et manteau fleurdelisés, peuvent se concevoir facilement s’il s’agit de la dernière reine sacrée, Marie de Médicis, ou des reines suivantes, Anne, Marie‑Thérèse et Marie qui se marièrent en France et en grande tenue royale (elles avaient déjà été épousées par procuration) ; mais que dire de Marie‑Antoinette qui se maria plus simplement en tant que Dauphine ? Les tableaux lui donnent cependant, et avec raison, une tenue royale ainsi que la couronne de son rang posée à côté d’elle. Joséphine et Marie‑Louise furent peintes comme au sacre pour la première et au mariage pour la seconde. Eugénie est accompagnée d’une couronne du genre de celle donnée à son époux. Marie‑Amélie n’eut aucun habit royal, les fleurs de lys étant d’ailleurs bannies de la Monarchie de Juillet depuis 1831.

13L’art officiel ressort du fantastique et c’est ainsi depuis l’Antiquité et le Moyen Âge. Le sceau de majesté nous montre ainsi Louis XVI dans un environnement bien extraordinaire, car on n’a jamais vu dans la réalité notre souverain les pieds posés sur des lions, et siégeant sous un pavillon dont les courtines sont écartées par deux anges. De même, au Moyen Âge, on ne vit jamais un souverain encadré du soleil et de la lune (abrégé du cosmos tout entier), et pourtant figuré tel sur ses sceaux de majesté. De même, les tableaux de réception d’un chevalier du Saint‑Esprit ainsi que le sceau de cet ordre, n’hésitent pas à figurer une colombe au‑dessus de la tête du roi, son chef et souverain grand maître.

Fig. 9 : Sceau de l’ordre du Saint‑Esprit où le roi Henri III sous la colombe rayonnante reçoit le premier chevalier, 1579. Document original conservé au Centre historique des Archives nationales.

Fig. 9 : Sceau de l’ordre du Saint‑Esprit où le roi Henri III sous la colombe rayonnante reçoit le premier chevalier, 1579. Document original conservé au Centre historique des Archives nationales.

© Hervé Pinoteau

14Il y a bien longtemps, lors de mon premier exposé fait à la vénérable Société nationale des antiquaires de France – c’était le 12 janvier 1972 – j’ai scandalisé quelques érudits en déclarant qu’aucun souverain français n’avait été représenté correctement en tenue de sacre, prenant en vrac les miniatures, les tableaux, les gravures, les vitraux, les statues et les sceaux, à l’exception de Louis XV dans l’album de son sacre et de Napoléon Ier peint par Gérard, Girodet et Lefevre.

15Qu’avais‑je avancé en minimisant l’autorité des sceaux, quand les auteurs du Moyen Âge et de l’Ancien Régime ont écrit que le roi sur son sceau de majesté, avec une tenue simplifiée, y siégeait pour rendre la justice ? Autrement dit, et c’était bien naturel, le roi des premiers Capétiens était représenté dans une cour couronnée et la suite en découlait.

  • 1 Richard A. Jackson, Vivat Rex ! Histoire des sacres et couronnements en France, Presses universitai (...)

16Pour reconstituer en quelque sorte l’aspect du roi de Reims, il faut nous fonder sur les ordines des sacres, remarquablement édités par mon ami Richard Jackson1 qui fut professeur à Houston dans le Texas. Mais un ordo peut être l’expression d’un simple désir, d’un vœu. Les relations précises des sacres capétiens sont très rares et même courtes, comme celle de la cérémonie de Louis VI le Gros à Orléans contée par Suger (1108). Pour Philippe II Auguste on peut faire une assez bonne reconstitution (1179), mais on est loin des récits du sacre d’Othon Ier comme roi des Francs de l’Est, autrement dit de Germanie, en 936, ou du sacre de Richard Ier Cœur de Lion comme roi d’Angleterre à Westminster en 1189.

17Les Français assistaient à une belle cérémonie où tout semblait se faire d’une façon habituelle et avec l’imprimerie ils se contentaient souvent de laisser à la postérité le récit du livret, pour ainsi dire, invariable. Grâce à Dieu, nous avons quelques bons récits dès la fin du Moyen Âge et des Italiens furent présents aux sacres d’Henri II et d’Henri III : on apprend alors beaucoup de choses étonnantes dans ces récits. C’est l’ambassadeur d’Henri VIII d’Angleterre qui nous donne le nom du prélat consécrateur de sa sœur Marie qui venait d’épouser Louis XII, et c’est l’ambassadeur de Philippe II d’Espagne qui nous livre un bon renseignement sur le sacre d’Élisabeth, femme de Charles IX. Il nous faut des gens qui s’étonnent, tout comme ce petit chevalier picard, Robert de Clari, qui décrit en détail le sacre de Baudouin de Flandre comme empereur de Romanie dans la basilique Sainte‑Sophie de Constantinople en 1204.

18Au fond, ils sont peu nombreux les écrivains qui portèrent un intérêt aux insignes et vêtements. Sous Charles V, un Jean Golein écrivit un Traité du sacre (1372/1374) qui comporte bien des erreurs. Il faut attendre des auteurs sous Henri IV et Louis XIII pour que des Français s’intéressent à ces sujets. Frans II Pourbus s’est enfin attaché à donner des insignes authentiques au roi inconnu qui figure sur le tableau de « La Vierge de la famille de Vic » qu’on peut voir en l’église Saint‑Nicolas‑des‑Champs (Paris, vers 1617). Hors ceux qui avaient pu aller dans la cathédrale de Reims (et que pouvaient‑ils bien y voir s’ils étaient mal placés ?) ou encore au palais du Tau où se déroulait le festin qui suivait, que savaient‑ils exactement sur les cérémonies ? Et s’ils n’avaient pas non plus visité le trésor de Saint‑Denis, que savaient‑ils de précis sur les insignes ? Leur exposition fut rare, tant à Paris qu’à Reims, et dans d’autres villes sur le chemin du retour. Pour Napoléon Ier et Joséphine, on vit les insignes durant des années au trésor de Notre‑Dame‑de‑Paris. Louis XVIII les fit fondre. Des étrangers, là encore, nous ont donné quelques bons renseignements dès la Renaissance sur le trésor de Saint‑Denis.

19Chez nous, les insignes n’étaient d’ailleurs pas constitutifs du roi ou de la reine comme en Hongrie où l’on connaît le rôle de la sainte couronne dite « de saint Étienne ». Nos insignes n’étaient pas sacrés, en dehors de la « sainte couronne » dite par la suite « couronne de saint Louis » qui enfermait des reliques réputées être du Christ. Il y avait certes un ensemble d’insignes assez prestigieux, tous placés sous le patronage de Charlemagne dans la première moitié du xviie siècle, mais on pouvait s’en passer comme on le vit pour Charles VII en 1429 et Henri IV. Ces insignes et vêtements ne faisaient pas le roi car c’était la coutume, la loi successorale intangible et venant de Dieu même disait Louis XIV, qui faisait le roi. Nos ancêtres étaient par ailleurs pragmatiques et les moines de Saint‑Denis découpaient les manteaux de sacre pour en faire des ornements liturgiques destinés à des messes spéciales. Avaient‑ils quelques remords ? Ce qui peut paraître vandalisme avait pour avantage de faire travailler les artisans. Les Français n’étaient pas amateurs d’ancien et leurs goûts variaient avec la mode.

20Et pourtant elles étaient superbes les couronnes du roi et de la reine, couple d’insignes unique dans l’histoire. En effet, ces couronnes avaient été faites sous Philippe II Auguste avec des idées précises venant de Louis VII. La verge d’une coudée ornée d’une main d’ivoire, qu’on nomma main de justice lors des obsèques de Charles VII en 1461, était le sceptre davidique par excellence, et celle du sacre venait des premiers Valois. Le long sceptre sommé d’un blanc lys surmonté de la statuette de saint Charlemagne était une création de Charles V, en l’honneur de son saint patron, réputé auteur de la loi de succession comme l’écrivait Jean Golein. Les éperons furent fabriqués au xiie siècle et la poignée de l’épée Joyeuse est un incroyable montage de pièces disparates probablement réalisé pour le sacre de Philippe II Auguste en 1179.

21Mais qu’on ne s’y trompe pas, l’essentiel venait de clercs érudits proches de Charles II le Chauve, et grands lecteurs de la Bible et des Pères de l’Église. Presque tout fut inventé à cette époque, avec une gestation sous Charlemagne et Louis Ier le Pieux pour les couronnes fleurdelisées. Le sceptre lui aussi fleurdelisé, l’évocation des deux sceptres, et la tunique cosmique de Charles II le Chauve venaient de l’Ancien Testament, la royauté de Juda étant le modèle de la nôtre. Les Francs de l’Est, pour ainsi dire les Germains, et même Hugues Capet, mais tous ces rois étaient parents, firent broder les astres sur le manteau royal, car, comme je l’ai montré le 14 mai 1980 aux mêmes Antiquaires, le grand prêtre d’Israël portait une robe talaire ornée de l’image de l’univers comme l’assure le Livre de la Sagesse. Mais ce fut Louis VII qui changea le décor du manteau de sacre en passant du cosmos matériel (le soleil, la lune, les étoiles) au cosmos spirituel traduit par un semé de fleurs de lys représentant les saints à l’image du Christ. Mais pour le savoir il fallait lire les sermons de saint Bernard sur le Cantique des cantiques. L’opération se fit entre 1137 et 1147, et Louis VII put aller à la croisade avec des attributs et surtout un étendard montrant qu’avec le juste tout l’univers combat les insensés comme l’écrit encore ce Livre de la Sagesse. Ce fut là l’origine des armes du roi et de la France.

Fig. 10 : Gouaches de Félix Comte d’après les dessins de Bernard Morel, Reconstitution des couronnes « dite de Charlemagne » du roi et de la reine faites sous Philippe II Auguste avec des idées venant de l’époque de Louis VII, Bernard Morel, Joyaux de la couronne de France, Anvers, Fonds Mercator, Albin Michel, 1988. Collection particulière.

Fig. 10 : Gouaches de Félix Comte d’après les dessins de Bernard Morel, Reconstitution des couronnes « dite de Charlemagne » du roi et de la reine faites sous Philippe II Auguste avec des idées venant de l’époque de Louis VII, Bernard Morel, Joyaux de la couronne de France, Anvers, Fonds Mercator, Albin Michel, 1988. Collection particulière.

© Collection particulière / Hervé Pinoteau

22Les attributs de notre roi étaient originaux par rapport à celui des autres rois du monde chrétien. Sa couronne de sacre se composait en réalité d’une couronne d’or ornée de pierres précieuses ayant une grande signification (fig. 10) ; elle était posée sur une coiffe conique, dite tiare en 1517, ensemble soulignant que le Capétien était roi et prêtre à la mode de Melchisédech. Oint sur la tête par un baume céleste, Louis VII s’estimait en quelque sorte l’égal des évêques. Les pierres par leurs nombres et couleurs, ainsi que les troches de perles de la coiffe, soulignaient l’aspect apostolique du roi ; la structure de la couronne elle‑même indiquait le rôle de celui‑ci, pratiquant les trois vertus théologales et participant à l’expansion et au triomphe de la Sainte Trinité dans les quatre directions de l’espace.

Fig. 11 : Alexis-Simon Belle, Louis XV, roi de France, 1723. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8497.

Fig. 11 : Alexis-Simon Belle, Louis XV, roi de France, 1723. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8497.

© RMN / Droits réservés

23Par ailleurs, les souverains d’Europe se revêtaient de la chape ouverte par devant tandis que notre roi avait un manteau coupé en forme de paludamentum ouvert à droite, dégageant ainsi le bras correspondant. Utilisé par les Carolingiens, ce manteau recouvrait la dalmatique et la tunique posées sur la camisole. Ces vêtements à résonance ecclésiastique (prêtre, diacre, sous‑diacre) avec les bottines de chevalier du Christ, portaient la livrée du Dieu de l’univers, le semé de fleurs de lys d’or sur champ d’azur, unicité de décor unique en Europe. De plus, chaque souverain européen, à l’imitation de l’empereur des Romains, se mit à tenir en sa droite un court sceptre et dans sa gauche le globe de la terre, car on se doutait depuis des siècles que celle‑ci était ronde (Raoul Glaber l’écrit au xie siècle). En France, le roi tenait dans sa droite le long sceptre, comme un bâton de berger (fig. 11), axe du royaume ancré au ciel ; par lui descendaient sur la France les grâces bénéfiques et fécondes. Dans sa gauche il tenait la verge d’une coudée sommée d’une main d’ivoire (fig. 12) : il n’est pas inutile de rappeler encore que cet insigne très français était un sceptre davidique : selon saint Jérôme répété par les Pères de l’Église, David voulait dire « main forte ». Cette verge venait visiblement des Carolingiens pour souligner que le roi était le Nouveau David dans la tribu de Juda du Nouvel Israël qu’est l’Église comme l’écrivait le pape Grégoire IX à saint Louis en 1239 dans la bulle Dei Filius cujus.

Fig. 12 : Dessin d’après le sceau du roi Louis X le Hutin, 1315, extrait de Germain Demay, Le costume au Moyen-Âge d’après les sceaux, Paris, D. Dumoulin, 1880.

Fig. 12 : Dessin d’après le sceau du roi Louis X le Hutin, 1315, extrait de Germain Demay, Le costume au Moyen-Âge d’après les sceaux, Paris, D. Dumoulin, 1880.

© Hervé Pinoteau

24Tout ceci soulignait le côté sacré du roi très chrétien, fils aîné de l’Église, intermédiaire entre ses sujets et le « roi du ciel », comme sainte Jeanne d’Arc nommait le Christ, le roi de France n’étant que son lieutenant ou, comme le disait saint Louis, son sergent. Le roi sacré avec le baume réputé céleste de la sainte ampoule de Reims était en plus thaumaturge ! Les populations de l’Europe le savaient fort bien. Il fallut un roi pêcheur pour que le toucher des écrouelles tombe en désuétude au xviiie siècle.

25Ce sont là évidemment des notions d’un autre monde et que certains évoquent encore avec intérêt et même une certaine tendresse.

26De nos jours c’est le peuple français qui est souverain et le chef de l’État n’a pour ainsi dire plus d’emblème soulignant sa fonction. Depuis 1974, et lors de son avènement, le Président de la République regarde avec intérêt le collier de grand maître de la Légion d’honneur qu’il ne veut pas porter. Son fanion de voiture est tricolore comme celui du Premier ministre, car il est sans initiales ou symbole d’or. Il est cependant orné d’une cravate blanche, alors que le Premier ministre n’a qu’une cravate tricolore ! Le blanc, signe d’autorité royale depuis la fin du Moyen Âge, est donc supérieur au tricolore. L’ennui est qu’à la mer, quand le chef de l’État monte à bord, ou descend du ciel sur le pont, on hisse sa marque, pavillon tricolore presque carré, vierge d’initiales ou de symbole, et c’est donc le même emblème que le Premier ministre puisqu’il ne peut y avoir de cravate attachée à la drisse. Je laisse tout ceci aux réflexions de mes contemporains, mais nous sommes là bien loin de Versailles, de ses fastes et du souvenir d’une ancienne France qui était alors une des toutes premières puissances du monde.

27Pour finir, on l’aura peut‑être noté, je n’ai pas parlé de l’horrible regalia, substantif venu de la littérature anglaise, sans singulier et inutilisé par les Français durant tous les siècles de notre royauté et même sous nos empires : ornements, insignes et honneurs faisaient partie de notre vocabulaire. De regalia point. Les regalia sont, en latin seulement, les droits du roi et même de l’Empereur. Comme nom commun, ce mot s’applique aux objets et insignes royaux, et c’est tout.

28Voilà, c’est dit.

Haut de page

Bibliographie

Morel Bernard, Les joyaux de la Couronne de France, Anvers / Paris, Fonds Mercator / Albin Michel, 1988.

Pinoteau Hervé, Le chaos français et ses signes : étude sur la symbolique de l’État français depuis la Révolution de 1789, La Roche-Rigault, PSR, 1998.

— La symbolique royale française, vexviiie siècles, La Roche-Rigault, PSR, 2003.

Haut de page

Notes

1 Richard A. Jackson, Vivat Rex ! Histoire des sacres et couronnements en France, Presses universitaires de Strabsourg, 1995 (réédition).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Pierre Mignard, Louis XIV couronné par la Victoire, xviie siècle. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2032.
Crédits © Château de Versailles / Jean‑Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/99/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 2 : Étienne Allegrain, Promenade de Louis XIV en vue du parterre du Nord (détail), vers 1688. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 752.
Crédits © RMN / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/99/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 3 : Claude‑Guy Hallé, Réparation faite à Louis XIV par le doge de Gênes, 15 mai 1685, vers 1710. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2107.
Crédits © RMN / Gérard Blot / Christian Jean
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/99/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 4 : Rigaud (atelier de), Louis XIV, roi de France. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2041.
Crédits © Château de Versailles / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/99/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 5 : Charles Abraham Chasselat, Sacre de Charles X dans l’église métropolitaine de Reims le 29 mai 1825 (détail), 1828. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 5658 ; INVDessin 292.
Crédits © RMN / Daniel Arnaudet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/99/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 6 : Jean‑Martial Fredou d’après Louis‑Michel Van Loo, Louis XV, roi de France, 1763. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3753.
Crédits © Château de Versailles / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/99/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 7 : François Gérard, Napoléon Ier, empereur des Français, 1805. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4866.
Crédits © RMN / Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/99/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 8 : Franz‑Xaver Winterhalter (d’après), Napoléon III, empereur des Français, 1855. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8189.
Crédits © RMN / Daniel Arnaudet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/99/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 9 : Sceau de l’ordre du Saint‑Esprit où le roi Henri III sous la colombe rayonnante reçoit le premier chevalier, 1579. Document original conservé au Centre historique des Archives nationales.
Crédits © Hervé Pinoteau
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/99/img-9.png
Fichier image/png, 107k
Titre Fig. 10 : Gouaches de Félix Comte d’après les dessins de Bernard Morel, Reconstitution des couronnes « dite de Charlemagne » du roi et de la reine faites sous Philippe II Auguste avec des idées venant de l’époque de Louis VII, Bernard Morel, Joyaux de la couronne de France, Anvers, Fonds Mercator, Albin Michel, 1988. Collection particulière.
Crédits © Collection particulière / Hervé Pinoteau
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/99/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 11 : Alexis-Simon Belle, Louis XV, roi de France, 1723. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8497.
Crédits © RMN / Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/99/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 12 : Dessin d’après le sceau du roi Louis X le Hutin, 1315, extrait de Germain Demay, Le costume au Moyen-Âge d’après les sceaux, Paris, D. Dumoulin, 1880.
Crédits © Hervé Pinoteau
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/99/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Pinoteau, « Insignes et vêtements royaux », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 05 janvier 2007, consulté le 25 avril 2017. URL : http://crcv.revues.org/99 ; DOI : 10.4000/crcv.99

Haut de page

Auteur

Hervé Pinoteau

Membre d’académies et sociétés scientifiques dans dix pays, Hervé Pinoteau est un auteur attaché à l’étude de la symbolique d’État et tout particulièrement de la France, à travers l’héraldique, l’insigniologie, la vexillologie et les cérémonies. Il publie depuis 1954. Contact : herve.pinoteau@club-internet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Hervé Pinoteau / 2007 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org